Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mercredi 24 Septembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesOpinionsArticle
Réconcilier et rassembler la nation : faut-il sauver le soldat Konan Banny
04/12/2012
 

Que faut-il penser de l'action de la commission Dialogue, Vérité et Réconciliation ?
 
Par Vitrice Yekpe
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

En s’installant à la tête de l’Etat ivoirien, le Président Alassane Ouattara a institué auprès de lui, par ordonnance n° 2011-167 du 13 juillet 2011, une commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), dont le rôle essentiel, est d’être l’organe principal chargé de faire comprendre à la nation ivoirienne, les causes de ses dramatiques errements, d’obtenir des confessions publiques des auteurs des crimes , et de recommander les moyens du pardon et des réparations dus aux victimes.

L’action de la Commission Vérité et Réconciliation présidée par Charles Konan Banny se résume dans sa partie visible, à quelques clips diffusés par les médias publics, à des rencontres avec des visiteurs étrangers, et des dons faits à des populations démunies
Vitrice Yepke


Cependant, depuis une année, l’action de la CDVR, présidée par l’ancien premier ministre Charles Konan Banny, se résume dans sa partie visible, à quelques clips diffusés de temps à autre par les médias publics, à des rencontres avec des visiteurs étrangers, et à quelques dons faits à des populations démunies ; Instituée pour deux ans, elle pourrait ainsi continuer, sans que son office attendu soit rempli. Qu’est-ce qui explique cette étrange situation qui ne manque de laisser perplexe plus d’un ivoirien?

En consultant la documentation élaborée par la CDVR, nous constatons qu’elle a pourtant conçu un déclinatoire de sa mission en sept phases assez simples, campées dans la sociologie culturelle du pays, à savoir :

 Publicité 
 
Charles Konan Banny  
Charles Konan Banny
 

Sensibiliser les populations à la mission de réconciliation, établir une période de deuil et de purification des cœurs et des terres, mener une consultation nationale dont l’objectif est de recueillir les attentes des ivoiriens vis-à-vis du processus de la réconciliation ; définir les causes profondes de la crise ivoirienne, procéder aux enquêtes et aux auditions publiques, préconiser les moyens de réparer les offenses et pertes diverses, et, enfin, ériger un mémorial symbolisant la mémoire collective ivoirienne, débarrassée des oripeaux de la division et de la haine.

Si l’on s’en tient aux dernières déclarations de la CDVR, le pays se trouverait actuellement en période de deuil, dont le terme n’a pas été annoncé ; or, il se trouve que la plupart des ivoiriens n’en sont simplement pas informés. L’on en déduit au mieux, une communication qui laisse à désirer et une véritable pénurie de moyens financiers, ou au pire, une navigation solitaire de l’instrument officiel, chargé d’éclairer la nation sur son passé récent, et de la réconcilier avec toutes ses composantes. Est-il à ce stade convenable d’imaginer une combinaison des deux facteurs précités ?

En examinant plus sérieusement le chronogramme proposé, hormis le fait qu’il aurait pu être plus ramassé du fait des contraintes de délai qui enserrent les missions de la commission, de sérieux biais méthodologiques peuvent être relevés.

Si l’on s'en tient aux dernières déclarations de la CDVR, le pays se trouverait actuellement en période de deuil (...)or la plupart des ivoiriens n’en sont simplement pas informés
Vitrice Yekpe


D’abord des évidences

D'une part, du fait de la corruption généralisée qui caractérise la justice ivoirienne, et de l’impérieuse nécessité de renforcer les capacités de la magistrature, Les tribunaux d’Etat, mettront vraisemblablement des dizaines d’années à juger correctement et à faire exécuter les peines, si les personnes poursuivies et reconnues coupables sont toujours vivantes, dans un pays où l’espérance de vie est faible ;

D'autre part, la jeunesse, instrumentalisée à souhait au cours de la décennie passée, semble être exclue du processus de réconciliation en cours, alors que le monde entier a hélas pu observer, à de trop nombreuses reprises, des hordes fanatisées de jeunes ivoiriens, surnommés « les patriotes », toujours menaçants, éructant des anathèmes contre tous ceux qui semblaient s’opposer au clan GBAGBO, et, occisant au choix, à la machette ou à la buchette d’allumette, les malheureux rencontrés lors de leurs funestes expéditions.

Ces innombrables laissés pour compte, qui n'ont aucun espace de parole publique depuis la fin de la crise post-électorale, ne sont pas moins citoyens, et sont une composante essentielle des forces vives du pays. Les impliquer aussi bien au sein de la CDVR, que dans tous les aspects du processus de réconciliation, est une exigence essentielle, si l’on envisage un avenir dans le rassemblement et la concorde...par la pédagogie.

Trouver ensuite des solutions réalistes
 
 

Face à ces paramètres, l’on pourrait par conséquent différencier les procédures judiciaires et proprement transitionnelles, selon que les victimes vivraient en milieu citadin ou rural, pour des raisons sociologiques et psychologiques.

Ce faisant, les ivoiriens s’inspireraient spécialement de l’exemple Rwandais (Agaçaça), en s’appropriant les vertus de la tradition quant au règlement des différends en matière criminelle, surtout dans l’ouest du pays ; en effet, nous sommes dans cet espace particulier, confrontés à une sociologie et des logiques complexes, où le conflit foncier et l’acception de l’altérité sont toujours très problématiques.

Ces facteurs ont habilement et cyniquement été manipulés par des intellectuels, des journalistes, des opérateurs économiques et autres cadres de la région, qui ont ainsi armé les cœurs et les bras, notamment, d’une jeunesse en perte de repères et d’emplois, depuis de trop longues années. Si l’idée du tribunal traditionnel était retenue par les autorités compétentes, les mesures et peines cumulatives suivantes, qui font sens dans l’entendement rural traditionnel, pourraient être adoptées, sur autorisation du parlement, ou par ordonnance :


procéder publiquement aux cérémonies rituelles d’exorcisme usuelles dans le cadre des audiences criminelles, puis, après le prononcé de la sentence, dédommager les victimes, selon les normes et symboliques ancestraux
- Faire reconstruire les demeures détruites des victimes, par les familles des coupables conformément aux usages anciens, ou trouver une compensation acceptable
- Confier pour leur éducation, les jeunes de familles de victimes, aux familles de coupables, de sorte à renforcer le sentiment de communauté de destin
- Enfin, pour des raisons de sûreté, établir un système de contrôle périodique de la bonne exécution des peines, sous le contrôle du juge d’Etat, qui pourrait envoyer le coupable dans les prisons civiles, dès le premier écart relativement au jugement coutumier rendu.

Vitrice Yekpe  
Vitrice Yekpe
 

En ce qui concerne les crimes commis dans les principales villes, trop de temps a été perdu, à se questionner sur le sexe des anges, et l’agencement des trônes au paradis ; à moins de vouloir passer toute la mandature à gérer l’indécision et ses conséquences, de vigoureuses mesures doivent rapidement être prises, notamment :

- En enquêtant effectivement sur les crimes commis depuis le coup d’état de 1999, de sorte que la détermination de l’exécutif à combattre l’impunité, soit traduite en actes
- En instaurant des juridictions spéciales ad’ hoc, dans quelques grandes régions emblématiques du pays, éventuellement avec le concours de juges de l’espace communautaire ouest-Africain, afin que le règlement judiciaire de la longue crise ivoirienne soit exemplaire et pédagogique. La présidence ivoirienne de la CEDEAO, traduirait ainsi dans les faits, l’opposition de l’organe régional aux putschistes, ainsi que le sort qu’elle réserve à ceux qui, méconnaissant le verdict des urnes, tenteraient de confisquer le pouvoir.

Il y aura toujours, d’après une expression empruntée à l’historien sénégalais Cheikh Anta DIOP, des « scientistes-modernisants » qui s’opposeront à ces suggestions, notamment celles relatives à la justice coutumière, les qualifiant de passéistes. Mais, il y a fort à parier que ceux qui se gaussent de ces mesures, sont certainement les mêmes qui entretiennent précieusement des canaris et autres fioles, garnis de décoctions « secrètes », dans leur salle de bain et sous leur lit.

       
Mots-clés
charles konan banny   côte d'ivoire   crise ivoirienne   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 4 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 Côte d'Ivoire : hervé Renard désigné sélectionneur
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Senegal      Togo      Tyra Banks     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version