Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 22 Novembre 2018 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesMédias et SociétéArticle
Côte d'Ivoire : les camps Gbagbo et Ouattara prennent les médias pour cible
03/03/2011
 

Journalistes et médias victimes de violence de la part des deux camps
 
Par Panapress
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Une rue du quartier d'Abobo après des jours de combats entre militaires pro Gbagbo et groupes armés pro Ouattara  
Une rue du quartier d'Abobo après des jours de combats entre militaires pro Gbagbo et groupes armés pro Ouattara
© getty
 

Les partisans du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo et du président élu Alassane Ouattara prennent pour cible les médias rivaux partisans et leurs journalistes dans leur lutte pour le pouvoir de plus en plus violente, dénonce le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Lundi, Marcel Legré, machiniste à l'imprimerie de La Refondation, la société éditrice du quotidien pro Gbagbo "Notre Voie", a été tué par un groupe de gens dans la banlieue de Koumassi, à Abidjan, la capitale économique, d'après des journalistes locaux. Les liens entre ce dernier et le journal étaient connus du quartier, a déclaré à CPJ Guillaume Gbato, journaliste à Notre Voie, ajoutant que le quartier de Koumassi est le fief de nombreux partisans de M. Ouattara.

Le même jour, neuf journaux pro Ouattara ont suspendu leurs publications pour une durée indéterminée, invoquant des 'menaces et harcèlements' de la part des forces de sécurité et de l'administration de M. Gbagbo, d'après les informations données par la presse. La Côte d'Ivoire est plongée dans une impasse politique et militaire tendue depuis la publication des résultats contestés du second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010 entre MM. Gbagbo et Ouattara. Ce dernier reste retranché dans un hôtel à Abidjan sous la garde des caques bleus de l'ONU en tant que président élu reconnu par la communauté internationale.

 Publicité 
 
Marche de femmes contre Laurent Gbagbo le 28 février 2011 à Treichville  
Marche de femmes contre Laurent Gbagbo le 28 février 2011 à Treichville
 

Les tensions ethniques croissantes et les accrochages sanglants à Abidjan entre les forces loyales à M. Gbagbo et les rebelles proches d'Alassane Ouattara menacent de faire éclater de nouveau la guerre civile qui avait divisé en 2002 le pays en deux zones, le nord contrôlé par les rebelles et le sud sous la botte du gouvernement, selon la presse. "La situation est de plus en plus dangereuse pour les médias et leurs journalistes en Côte d'Ivoire face aux représailles des camps de M. Gbagbo et Ouattara aux critiques dans la presse", a déploré Mohamed Keïta, le coordonateur du CPJ pour l'Afrique.

Vendredi, le Conseil national de la presse (contrôlé par M. Gbagbo), l'organe officiel de régulation de la presse écrite, avait décidé de suspendre le quotidien 'Le Nouveau réveil' pro Ouattara, pour six éditions à partir de son édition du 22 février, qui contenait des allégations selon lesquelles les forces fidèles à M. Gbagbo avaient utilisé des grenades propulsées par fusée contre des partisans de M. Ouattara durant une manifestation organisée la veille.

Le conseil a estimé que les photos des manifestants tués publiées par le journal pour illustrer l'article étaient 'horribles et choquantes' et revenaient à 'justifier la violence et l'incitation à la révolte', d'après le responsable de CPJ. Le rédacteur en chef du Nouveau Réveil, Denis Kaz Zion a nié ces allégations.



Les corps de dizaines de tués dans les clash entre Pro Ouattara et pro Gbagbo à la morgue d'Abidjan le mercredi 2 mars 2011  
Les corps de dizaines de tués dans les clash entre Pro Ouattara et pro Gbagbo à la morgue d'Abidjan le mercredi 2 mars 2011
 

Dimanche matin, des hommes armés ont détruit le bâtiment abritant un émetteur de la Radiodiffusion de la télévision ivoirienne (RTI) dans le quartier d'Abobo à Abidjan - un fief de M. Ouattara théâtre d'affrontements mortels, d'après la presse.

Un technicien non identifié fait partie des trois victimes de cette attaque, d'après la section locale du CPJ. La destruction de l'émetteur a mis hors antenne la RTI pendant quelques heures, d'après les mêmes sources. Le conseil a également infligé des amendes de 1 à 2 millions FCFA (environ 4.100 dollars américains) aux quotidiens pro Ouattara Le Patriote, Nord-Sud et Le Jour pour avoir publié les mêmes photos. Les sociétés éditrices Mayama editions et Production (éditrice de Le Patriote), Editions Le Néré (éditrice de Le Jour Plus) et Nord Sud Communications ont 30 jours pour payer les amendes.

Le CPJ reste également préoccupé par le sort des journalistes Aboubacar Sanogo et Yayoro Charles Lopez Kangbé de TV Notre Patrie contrôlée par les rebelles qui ont passé 20 jours entre les mains de la police militaire sans être inculpés et auraient fait l'objet de tortures avant d'être traduits en justice. Ils n'ont pas été officiellement inculpés mais un magistrat à Abidjan a refusé jeudi leur appel en faveur d'une liberté provisoire, alors qu'ils sont accusés d'avoir porté atteinte à la sécurité de l'Etat, d'après le Comité ivoirien pour la protection et la défense des journalistes.




       
Mots-clés
afrique   alassane ouattara   crise ivoirienne   laurent gbagbo   présidentielles ivoiriennes   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 17 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Jeux Olympiques      Mali      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Senegal      Togo      Volley Ball     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version