Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Samedi 16 Décembre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesBloc NotesArticle
Coupe du monde : la Chronique de Célestin Monga (5) : Cameroun Japon et Hollande Danemark
15/06/2010
 

Célestin Monga revient sur la 4ème journée de la coupe du monde ainsi que les deux matchs
 
Par Celestin Monga
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

Le duel nordique entre la Hollande et le Danemark a eu au moins le mérite d’invalider le mythe selon lequel toutes les nations européennes pratiquent le même football : les deux équipes ne pouvaient être plus différentes au niveau du style, de la stratégie et du tempérament. D’un côté, des Hollandais portés par leurs mythes et férus d’histoire, dissimulant derrière la banalité de leurs maillots couleur orange les gigantesques fantômes de Johan Cruyff, Marco Van Basten, Ruud Gullit, Patrick Kluivert, Ronald Koeman, Edgard Davids, et autres Frank Rijkaard.

Un football ciselé, précis, géométrique, maîtrisant son propre souffle. On a ainsi vu une équipe construite sur un milieu de terrain solide (Rafael van der vaart, Mark van Bommel), parfois rugueux d’ailleurs (Nigel De Jong), ancré autour d’un vrai meneur de jeu (Wesley Sneijder) et exploitant à merveille la vitesse d’exécution et les dribbles fétichisés de ses rapides ailiers (Robin van Persie, Eljero Elia). La stratégie orange consistait à alterner le jeu court et le jeu long (comme cette longue passe de De Jong à van Persie, qui conduit au premier but), les changements de rythmes (ralentis et accélérations fulgurantes), comme dans les symphonies musicales des compositeurs hollandais de la Renaissance. Le match se jouait en Afrique du Sud mais la température et le souffle du match étaient déterminés du côté d’Amsterdam.

 Publicité 
 
Les lions indomptables contre le Japon  
Les lions indomptables contre le Japon
© getty
 

En face, les braves Danois manquaient cruellement d’inspiration et de talent. Les gros plans de caméra sur leurs visages révélaient que certains d’entre eux semblaient regretter de se trouver là. Laborieux, ils étaient souvent déboussolés. Courageux mais brouillons, ils ont tenté dès le début de limiter les dégâts, espérant peut-être qu’une faute d’arbitrage en leur faveur leur permette d’exploiter un de leurs nombreux hors-jeu. Manque de chance : pour une fois et comme par inadvertance, l’arbitrage a été presque correct. Les Hollandais ont donc gagné naturellement. Reste à savoir si leur défense, qui n’a pas vraiment été testée sur ce premier match, serait en mesure de résister à une opposition digne de ce nom.

La mini-tragédie du jour a été l’entrée en scène titubante de l’équipe du Cameroun, qui se sont fait servir un sushi japonais visiblement pas à leur goût. La déception des admirateurs des Lions indomptables à travers le monde a été proportionnelle aux attentes : après tout, le groupe conduit par Samuel Eto’o est encore l’équipe africaine la mieux classée au niveau international, et celle supposée gérer le lourd héritage sportif, intellectuel et politique de Roger Milla. Le classement de l’entraîneur Paul Le Guen trahissait à la fois sa méconnaissance de l’effectif dont il a la charge, son incompétence spectaculaire et son ignorance de l’importance des enjeux :

sans aucune raison évidente, il a écarté du groupe des titulaires Alexandre Song, qui est l’âme de cette équipe—non pas seulement pour son activisme débordant, mais pour son énergie et sa passion contagieuse, qui stimule ses coéquipiers et terrorise les adversaires. En revanche, il a titularisé des débutants qui ne sont visiblement pas prêts pour le «prime time» (Eric Choupo, Eyong Enoh, Joel Matip) et des anciens dénués de subtilité (Achille Webo).

Achille Webo  
Achille Webo
 

Pire, et quoi qu’il en dise, le coach a opté pour un système classique de 4-3-3, dans lequel les joueurs ne semblaient pas se retrouver. Résultat : le milieu de terrain était surchargé de joueurs défensifs, dont aucun ne pouvait assurer le rôle de distributeur et de passeur de ballons à Samuel Eto’o. Ce dernier a d’ailleurs été cantonné à un rôle d’ailier droit, alors que sa véritable place se trouve dans l’axe (comme avant-centre ou comme milieu offensif remiseur). Face à une équipe japonaise rondement menée par deux tacticiens étincelants (Daisuke Matsui et Keisuke Honda), les Lions indomptables ont joué comme des gazelles.

Ils étaient statiques dans leurs mouvements et donc facile à marquer, et hautement prévisibles. Les Japonais se sont souvenus qu’ils étaient un pays de samouraïs, et qu’ils maîtrisaient parfaitement l’art de duperie. Prudents, réalistes, froids, ils ont érigé deux rideaux défensifs dans leur camp et ont procédé par petites frappes chirurgicales. Une simple feinte de frappe et un crochet de Matsui sur l’aile droite, suivis d’un centre millimétré au deuxième poteau, ont permis à Keisuke Honda de déjouer la vigilance de Stéphane Mbia (pourtant le meilleur joueur camerounais, cantonné à un rôle incertain de latéral droit) et de perturber profondément les rêves de grandeur des camerounais.

Tout n’est certes pas perdu, car les Lions ne sont jamais aussi dangereux que lorsqu’ils ont le dos au mur. Mais il leur faudra gagner leurs deux prochains matches. Ce n’est pas impossible. A condition que le fameux entraîneur fasse preuve d’humilité et assume ses erreurs. En est-il capable ?

Gianluca Zambrotta  
Gianluca Zambrotta
 

Le match Italie-Paraguay, troisième affiche de la journée, n’inspirait a priori aucune excitation. D’abord parce que les Azzuri, champions du monde en titre, n’ont jamais convaincu personne de la qualité esthétique de leur jeu, et encore moins du sérieux de leurs intentions ; depuis Claudio Gentile, légendaire milieu de terrain défensif des années soixante-dix et connu pour ses talents de destructeur et de tricheurs, le football italien s’est fait une fierté d’élever au rang de légendes des spécialistes du combat de rue comme Genarro Gattuso, Marco Materasi (dont l’altercation avec Zinedine Zidane a peut-être permis à son équipe de remporter le trophée en 2006), ou même l’actuel capitaine Fabio Cannavaro.

Malgré ses quatre coupes du monde, l’Italie se vante en réalité de pratiquer ce qu’on appellerait un football-mafia en quelque sorte, si l’on ne craignait pas d'offenser les rares exceptions qu’ont été Roberto Baggio ou Francesco Totti. Ensuite, l’équipe nationale du Paraguay ne s’est pas distinguée ces dernières années comme étant un foudre de guerre. Rien n’incitait donc à se ruer devant un téléviseur pour visionner un spectacle qui promettait d’être une mauvaise pièce de théâtre. Et pourtant, contre toute attente, les Paraguayens se sont souvenus qu’ils étaient Latino-américains et qu’ils avaient droit eux aussi au respect.


Ils ont joué sans complexe, se moquant du catenaccio italien et inscrivant un but qui allait susciter des sueurs froides chez leurs adversaires italiens. Lorsque leur buteur du jour, Alcaraz est monté au ciel pour réceptionner un centre parfait et décrocher un but précieux, le légendaire gardien italien Gigi Buffon est resté vissé sur la pelouse, se contentant de regarder la trajectoire du ballon vers ses filets comme s’il rédigeait mentalement sa lettre de démission. L’honneur de la patrie imposait une riposte. Les Italiens ont dû aller chercher dans les tréfonds de leur âme les ressources nécessaires pour obtenir l’égalisation. Preuve, en tout cas, qu’ils sont capables de joueur au football quand ils parviennent à se libérer de leurs mauvais instincts.

       
Mots-clés
cameroun   diaspora africaine   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 2 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Boxe      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version