Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 20 Février 2018 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesInterviewsArticle
Des personnalités parlent de Martin Luther King
08/04/2008
 

Grioo.com a posé à plusieurs personnalités la même question « 40 ans plus tard que représente Martin Luther King pour vous, et quel souvenir gardez-vous de son action ? ». Réponses par ordre alphabétique
 
Par Rédaction Grioo.com
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Calixthe Beyala, écrivain
Calixthe Beyala  
Calixthe Beyala
 

Je n'ai pas connu Martin Luther King, mais ses mots porteurs de paix, de concorde entre les peuples, son action militante en faveur des noirs, son texte I have a dream, sont pour moi source d'inspiration quotidienne dans ce monde où violence, haine rythment les battements des coeurs. Ils me permettent de croire, de garder en l'esprit l'espoir qu'un jour tous les enfants du monde se donnent la main dans un charivari de couleurs, d'odeurs et de cultures entrelacées.

 Publicité 
 
Marie-Roger Biloa, directrice de publication d’Africa International et Ici les Gens du Cameroun
Marie-Roger Biloa  
Marie-Roger Biloa
 

Martin Luther King Jr, 40 plus tard, est d'abord une des plus grandes figures de l'histoire récente, l'une des personnalités noires les plus populaires de part et d'autres des frontières raciales. Pour avoir fait preuve d'une grande force morale et d'un excellent sens politique, il est devenu une icône, un symbole que l'on doit citer tous les jours quelque part dans le monde. Il fait partie de ces êtres vertueux que fait émerger l'oppression extrême; Gandhi, Mandela, Steve Biko...

Du long et difficile combat pour les droits civiques des Noirs américains, le Pasteur King est celui que l'histoire officielle a canonisé, parce qu'il a su pousser au changement sans menacer l'ordre occidental- l'ordre établi. On peut le comparer à Saint Nelson Mandela et à Gandhi, figures consensuelles car prônant l'absolution des crimes des anciens "maitres", sous l'apartheid ou la colonisation. Winnie Mandela ou Chris Hani, adeptes d'un combat plus radical, ont été brisés - même dans le regard des Noirs qui, globalement, éprouvent de la gêne à leur égard.

Dans le contexte américain, c'est aussi le sort réservé à Malcolm X et aux Black Panthers... Quand on fait partie d'une minorité (ou même une majorité) raciale opprimée, l'accès à l'histoire passe par la bénédiction des forces dominantes...

Jean-Christophe Despres, PDG de la société de marketing ethnique SOPI
Jean-Christophe Despres  
Jean-Christophe Despres
 

J'ai au dessus de mon bureau une photo représentant Martin Luther King à côté de Malcolm X. Dans l’éducation que j’ai reçue, Luther King représentait la figure acceptable de la lutte pour l’émancipation des noirs à l’opposé de « l’extrémiste » Malcolm X. Ce n’est que plus tard, grâce à Spike Lee notamment, que j’ai pu comprendre que l’un et l’autre constituaient les deux faces complémentaires de ce combat.

Pour autant, je reste fidèle à l’esprit de ce qu’on nous apprenait au collège et au rêve de Luther King. 40 ans après. Nous en sommes encore loin et, même si nous ne verrons probablement pas cette vision se matérialiser de notre vivant, je crois qu’il est important de ne pas rejeter un idéal au nom de l’imperfection du réel.

François Durpaire, auteur de "L'Amérique de Barack Obama", enseigne l'histoire des Etats-Unis à l'université Paris 1
François Durpaire  
François Durpaire
 

Au delà de l'hommage rendu à un homme, c'est tout le mouvement des droits civiques qui doit être salué. N'oublions pas que ce sont les droits civiques - via Ralph Abernathy - qui ont choisi Martin Luther King, et pas l'inverse. Il s'agissait, en 1955, de trouver une voix qui incarne le mouvement. Il ne faut néanmoins pas minorer le rôle du pasteur King, dont l'apport fondamental est d'avoir su porter au niveau national le combat pour les droits des Noirs du Sud. Il est celui qui a le mieux compris l'intérêt qu'il pouvait tirer du développement des médias. Sa stratégie, fondée sur la provocation conciliante, consiste en 1963 à Birmingham à intégrer les enfants dans les manifestations, sachant que les images de la brutalité de la police blanche seraient en mesure de choquer l'Amérique. En cela, le combat non-violent, ne consiste pas à ne pas utiliser la violence, comme on pourrait le penser. Il consiste à ne pas utiliser sa propre violence, mais à utiliser la violence de son agresseur pour gagner la guerre de l'opinion.

Que retenir de Martin Luther King aujourd'hui ?
Pour les Etats-Unis, le combat de Martin Luther King a permis que quarante ans après, un candidat noir soit en lice pour la Maison blanche, et qu'il puisse tenir un discours universaliste qui touche l'ensemble du pays. Mais sans le combat de King, pour l'égalité des Noirs, point de Obama ! Dans le film de 1967, Devine qui vient dîner ?, le personnage incarné par Sidney Poitier dit à son père : "Tu te ressentais comme un homme noir, moi je suis seulement un homme". On pourrait dire que sans le combat du père, en tant qu'homme noir, il n'y aurait pas eu la victoire du fils, homme parmi les hommes. Pour la France, l'image consensuelle du personnage ne doit faire oublier que s'il était là aujourd'hui, Martin Luther King aurait beaucoup de combats à mener en France, contre les discriminations et les préjugés racistes. Noir qui défendait les Noirs, ne serait-il pas aujourd'hui taxé de communautariste par la majorité bien-pensante ?"

Gaston Kelman, écrivain
Gaston Kelman  
Gaston Kelman
 

Martin Luther King est un homme qui m'inspire beaucoup de par sa non violence et son humanisme. Il se battait comme américain au sein d'une société qui le rejetait et clamait son appartenance au rêve américain, à une identité nationale.

Martin Luther King est l'un des plus grands hommes du siècle.

Je rêve d'une France décolorée et d'une Afrique bâtie sur le contrat social et la fraternité.

Olivier Laouchez, PDG de Trace TV
Olivier Laouchez  
Olivier Laouchez
 

Pour moi Martin Luther King Jr est le symbole que la volonté et la détermination d'un homme ont pu changer un pays et un peu le monde dans le sens de plus de justice et d'égalité.

Il est le rappel que les grandes victoires demandent des grandes luttes et que sans leader il est difficile de mobiliser pour une cause.

Patrick Lozes, president du CRAN
Patrick Lozes  
Patrick Lozes
 

Martin Luther King était-il communautariste ?

Depuis le boycott de Montgomery, déclenché pour répondre à l'arrestation de Rosa Parks qui avait refusé dans un bus, de céder sa place à un blanc, Martin Luther King n'a cessé de se dépenser sans compter pour les noirs américains bien sûr mais plus globalement pour l'intérêt général et les valeurs humanistes. Martin Luther King ne demandait aucun avantage pour les noirs, il voulait simplement que les noirs aient les mêmes droits théoriques et réels que tous les autres citoyens.

En France et ailleurs dans le monde, beaucoup d'hommages seront rendus à Martin Luther King. Pourtant, certains parmi celles et ceux qui portent aujourd'hui Martin Luther King aux nues, continuent de vouer aux gémonies et de nommer « communautaristes », celles et ceux qui en France notamment, essaient de perpétuer le combat de Martin Luther King.

Je pense aujourd'hui à tous ces militants noirs, femmes, arabo-maghrébins, juifs, homosexuels, handicapés, je pense à tous les militants qui défendent les droits des groupes humains minorés, je pense à tous ceux qui donnent de leur temps de leur énergie, de leur santé pour que d'autres êtres humains soient jugés non pas sur des apparences ou en fonction de stéréotypes mais bien selon le contenu de leur caractère.

A tous ceux qui comprennent le message universel de MLK aujourd'hui, je veux dire que quand ils accusent de communautarisme un seul des militants ci-dessus cités, c'est Martin Luther King lui-même qu'ils accusent de communautarisme !

Didier Mandin, Directeur associé de AK-A, société de marketing ethnique
Didier Mandin  
Didier Mandin
 

Noir, lutte, intelligence, exemplarité, fierté, engagement, droit, conscience-afro, injustice, excellence.
Voici les mots qui me viennent spontanément à l’évocation de Martin Luther King.
Ces mots sont autant de bornes sur le chemin de vie de tout jeune afro-ascendant conscient de sa condition. Si les choses ont évolué depuis 40 ans, la route reste encore longue. Moins qu'il y a 40 ans certes, mais longue quand même.

Martin Luther King est mort, mais Il se doit de vivre à l’intérieur de chacun de nous. Je ne ferai pas de plus long discours. Le piège démagogique se trouvant vite tendu sur le chemin du badeau qui essaye de retranscrire ou transposer le combat de cet homme de légende.

Amobé Mevegue, producteur audiovisuel
Amobé Mevegue  
Amobé Mevegue
© RFI
 

A l'instar de nombreux combattants pour la liberté des peuples noirs, Luther King est mort trentenaire, tout comme Malcolm X, Che Guévara, Lumumba, Fanon, Marley, Sankara...

Ceci doit nous interroger sur le sens de nos propres existences. Pour l'Amérique noire, la Caraïbe et l'Afrique, autrement dit pour l'universel, il demeure une grande source d'inspiration des plus faibles pour affronter au quotidien, le mépris et toutes les formes de discrimination. Apôtre de la non violence, il a péri par les armes et rejoint ainsi (malgré lui) dans sa quête d'émancipation les partisans d'une l'autre voie, l'autodétermination.

Albert Oscar dit Ménélik, artiste et Directeur Général de Cuzgolf
Ménélik  
Ménélik
 

Martin Luther King représente pour moi un dépassement, quelqu'un qui a su trouver un écho dans une société fermée, quelqu'un qui a su ouvrir le débat et par dessus tout réaliser son rêve, même si de nos jours ce rêve reste encore partiel.

Il a su nous mettre le pied à l'étrier et nous guider vers plus de compréhension.

Claude Ribbe, écrivain
Claude Ribbe  
Claude Ribbe
 

Martin Luther King est lié à des souvenirs de ma jeunesse. J'avais treize ans. En troisième Latin Grec dans un grand lycée parisien. Je ne savais trop ce que je ferais plus tard. Pianiste, peut-être. Ma mère pensait que des études brillantes ouvraient toutes les portes. J'en étais beaucoup moins sûr. Aucun Antillais dans le lycée, hormis moi. «- Tu viens d'où ? » me demandait-on souvent. Un peu trop souvent. Mes parents étant séparés, j'avais peu de repères. J'aimais bien Luther King, mais je regrettais Malcom X, plus pugnace, assassiné trois ans plus tôt. On assassinait un peu trop à mon goût, en Amérique, en ce temps-là. Mes copains, c'était Lionel (dont le père était du Bénin), Éric, Thierry, Roger et aussi deux britanniques milliardaires, deux frères assez allumés que je voyais pendant les vacances. Le lycée n'était pas mixte, mais on ne pensait pas encore aux filles.

Enfin pas trop. La période, on s'en souvient, était assez agitée dans les lycées parisiens et il y avait comme un parfum d'incendie qui allait se propager. Comme on était trop jeunes, on se contentait de regarder et de critiquer. Dans les couloirs, résonnaient les cris de nos aînés, qui étaient tous issus de milieux plutôt favorisés : « Ho ! Ho ! Ho Chi Minh ! Che ! Che ! Che Guevara !». C'est dire que la politique étrangère américaine n'avait pas trop bonne presse. On a dû apprendre la nouvelle de l'assassinat de Martin Luther King le lendemain matin à la radio. Je n'ai pas été étonné. Seulement triste et dégoûté. Le soir la télévision a diffusé des images. Des émeutes. Des brutalités policières. Une horreur. Tous mes souvenirs d'enfance sont marqués par ces images en noir et blanc de policiers lâchant des chiens pour mordre des Afro-Américains. On parlait de «ségrégation raciale». Je me disais que l'Amérique, ce n'était pas pour moi. Martin Luther King avait lutté pour que tout cela change. Qui continuerait son combat, là-bas et même ici où il me semblait que les choses ne tournaient pas très rond non plus ? Six ans plus tard, entré à Normale Sup, on m'a proposé une année à Harvard. Non merci.

Il m'a quand même fallu trente ans après la mort de Martin Luther King pour que je me résigne à traverser l'Atlantique. Et encore n'étais-je guère rassuré. Lionel gère une grande banque. Mes deux copains britanniques sont morts depuis longtemps. Le premier d'une overdose, le second du Sida. Thierry a publié deux romans. Eric aussi. Son frère est un animateur de télévision très riche et très célèbre. J'ai revu Roger dans un avion qui m'emmenait à Toulon pour une signature de livres. C'était lui qui pilotait. En apparence, les choses ont bien changé en Amérique. En apparence. Ici, les Antillais et les Afro-Français sont beaucoup plus nombreux dans la rue, dans le métro et même dans les lycées qui son mixtes à présent. Ils sont beaucoup moins nombreux au gouvernement et dans les cabinets ministériels, c'est le moins qu'on puisse dire. Parfois, l'un d'entre eux que je ne connais pas vient me serrer la main. Mes filles me demandent pourquoi. Alors je souris et je pense au Pasteur.

Sonia Rolland, comédienne
Sonia Rolland  
Sonia Rolland
 

Pour moi Martin Luther King est le symbole de combats menés dans l'amour et le respect des autres.

Il s'adressait à l'ignorance, la haine et le mépris avec une tolérance et une indulgence remarquables. Je suis de ceux qui emploient le même mode de communication…en 2008.

Dominique Sopo, président de SOS Racisme
Dominique Sopo  
Dominique Sopo
 

Je retiens de Martin Luther King Jr l'image de la fraternité, d'un Homme qui, comme il l'a démontré tout au long de son périple militant, concevait la société américaine non pas comme l'addition de communautés mais comme une grande communauté humaine.

Fodé Sylla, ancien président de SOS racisme
Fodé Sylla  
Fodé Sylla
© People Television
 

Martin Luther King est une figure emblématique de défense de droits de l'homme. Je garde comme souvenir son discours « I have a dream » qui est encore d'actualité ainsi que la marche de 1963.

Cet anniversaire est très important car Martin Luther King évoque à la fois une époque de violence, de racisme mais aussi une réponse massive et collective en terme de mobilisation et de lutte. Mon rêve n'est pas plus éloigné que celui de Martin Luther king.

Je voudrais que le continent africain cesse d'être le terrain de jeu des grandes puissances. J'aimerais que tous les enfants, qu'ils soient blancs ou noirs aient accès à l'éducation, la santé, l'eau et l'énergie.


Rama Yade, Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères, chargée des Droits de l'Homme
Rama Yade  
Rama Yade
 

Martin Luther King est à mes yeux une des plus grandes figures de l’histoire du vingtième siècle, qui ont fait avancer la cause de la dignité humaine. Son discours du 28 août 1963, « I have a dream », continue à transporter d’émotion quiconque l’entend. Il y a là un des plus beaux hymnes qui soient à la liberté, à l’égalité et à la fraternité entre tous les hommes. Un hymne, très français en somme.

Il y avait aussi chez King le refus d’attendre, cette volonté inébranlable de faire avancer la cause de la dignité humaine dans une impatience de tous les instants. « Attendre, écrivait-il, a presque toujours signifié jamais », d’où son appel à la désobéissance civile.

Finalement, la leçon première que sa vie nous donne, c’est sa mort, brutale, dans l’assassinat, juste après un discours. Cette fin soudaine, si jeune, nous apprend, qu’on ne fait rien de fort, rien de grand, rien de noble, si on n’est pas habité par des convictions qui résistent à notre propre intérêt personnel.

Entre les autres et lui, Martin Luther King a fait le choix des autres.


       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Le 4 avril 1968 : retour sur le jour où Martin Luther King est assassiné
  "I have a dream" le discours de Martin Luther King a 40 ans
  "I have a dream", le discours complet de Martin Luther King
  Martin Luther King (1929-1968)
 
Mots-clés
calixthe beyala   claude ribbe   dominique sopo   droits civiques   fodé sylla   françois durpaire   gaston kelman   martin luther king   menelik   olivier laouchez   rama yade   sonia rolland   thomas sankara   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 4 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Littérature Africaine      Livre      Mali      Nelson Mandela      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version