Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 23 Décembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesInterviewsArticle
Fatoumata Sangho présente Ada Mali et le forum des jeunes africains avec Barack Obama
04/08/2010
 

Grioo.com a interrogé Fatoumata Sangho, présidente de Ada Mali, qui présente les activités de son organisation. Elle évoque également le forum organisé par le président américain Barack Obama avec de jeunes africains
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
 Publicité 
 
Fatoumata Sangho  
Fatoumata Sangho
 

Bonjour Fatoumata Sangho, vous êtes présidente d'ADA Mali. Pouvez-vous présenter cette association ainsi que ses activités ?

Oui bien sûr.

ADA est le nom que nous donnons à "Association pour le Développement de l’Afrique". Il s’agit d’une association de jeunes engagés à agir en faveur du développement du continent, que nous avons créée en 2006 avec d’autres amis, d’ailleurs non Africains, pendant que j’étais étudiante en France. Aujourd’hui, rentrée définitivement au Mali, nous venons de mettre en place ADA Mali qui travaillera de concert avec ADA France.

Depuis le début ADA a eu comme seul champ d’action le Mali, pour l’instant. Nous avons l’ambition d’y soutenir ou d’initier des projets de développement dans des secteurs prioritaires de développement : santé, éducation, environnement, alimentation.
Nous avons à cet effet mis en œuvre un grand projet dans le domaine de la santé, en soutenant un programme d’envergure de lutte contre le Noma qui était le programme réalisé par l’association Les Enfants du Noma, la seule association malienne à l’époque à se battre contre cette maladie pourtant présente dans toutes les régions du Mali.

Ce projet a vraiment connu un grand succès et a fait l’objet d’un lobbying important en faveur de la lutte contre cette maladie dans notre pays, et je tiens à souligner qu’à l’époque c’est le Président Nicolas Sarkozy qui nous a fait confiance, pendant qu’il présidait le Conseil Général des Hauts de Seine.

 Publicité 
 
Fatoumata Sangho s'adresse à Barack Obama lors du forum avec le président américain le 3 août  
Fatoumata Sangho s'adresse à Barack Obama lors du forum avec le président américain le 3 août
 

Pourquoi vous êtes vous engagée au sein de cette association ?

Je le suis d’abord parce que je l’ai créée après avoir convaincu d’autres amis qui n’avaient jamais connu le Mali. Ensuite, parce que depuis une expérience de ma tendre enfance, celle d’avoir été Présidente du Parlement des Enfants au Mali pendant plusieurs années dans les années 1990, je reste engagée au service des questions de développement du Mali.

Enfin je partage une conviction : c’est que nos Etats ne peuvent pas tout faire. La jeunesse africaine particulièrement la société civile, doit absolument s’impliquer si on veut un jour atteindre le stade de développement dans nos pays. Nous constituons la base, plus proches du peuple et de leurs besoins, que nos leaders. De plus, il est de notre devoir de rester vigilants et de mettre en place une veille permanente de l’action politique afin que celle-ci soit effectivement orientée vers le bien-être de nos populations.

Comment fonctionne l'association, avec quels moyens organise t-elle ses actions ? a t-elle besoin de financement...?

Oui, définitivement ; notamment ADA Mali. La société civile en Afrique dépend encore très largement des aides et des accompagnements dont elle bénéficie, nous ne sommes pas une exception en la matière. Disons que c’est la seule chose qui peut nous freiner dans notre élan de bénévolat et de solidarité au service du développement du Mali.
Je souligne que nous n’avions pas vraiment ce problème quand j’étais en France grâce au soutien dont nous bénéficions. D’ailleurs le siège ADA est encore gracieusement logé au sein du Pôle Universitaire Léonard de Vinci.

 
 

Néanmoins, en attendant d’avoir plus d’aides, au Mali, nous nous attelons à organiser des rencontres périodiques de rassemblement de la jeunesse malienne autour des questions du leadership de cette même jeunesse, de l’entrepreneuriat, et de notre rôle dans le développement de l’Afrique. Ces rencontres ont connu un grand engouement mais encore une fois, le manque de moyens nous oblige à ne pas en organiser sur des périodes relativement longues.

Vous faites partie des 120 jeunes africains qui se rendront aux Etats-Unis du 3 au 5 août prochain dans le cadre du forum organisé par Barack Obama avec la jeunesse africaine. Qu'est ce que cela représente pour vous ? (L'interview a été réalisée avant la rencontre avec le président américain NDLR)

D’abord comme un rêve qui se réalise d’avoir l’opportunité de rencontrer le Premier Président des Etats-Unis d’Amérique d’origine africaine.

Ensuite, l’excitation de pouvoir interagir et développer les questions de notre développement avec des jeunes leaders pas seulement de l’Afrique, mais du monde, car la jeunesse américaine a été largement associée à ce grand évènement.Ce forum historique dans les relations Afrique/Amérique, constitue indéniablement à mes yeux le début d’une nouvelle ère dans le partenariat nous liant aux Etats-Unis d’Amérique. Vous savez, en tant que jeunes, nous partageons bien des points de vue et aspirations avec la plus vieille démocratie au monde. Il s’agira de définir de nouveaux cadres de partenariat intégrant la jeunesse et prenant en compte les priorités réelles de la jeunesse africaine.

 
 

Enfin, ce forum constitue un défi pour nous. Il a été initié par ce leader Président qui fait la fierté de tous les jeunes Africains et auquel bien d’entre nous aspireraient à ressembler un jour, mais encore faudrait-il que nous puissions réussir à pérenniser ce cadre de rencontres et surtout faire en sorte qu’il ne se limite pas à ce forum historique. Cela relève à la fois de notre responsabilité en tant que jeunes leaders invités pour représenter notre continent ; mais également de celle de nos plus hautes autorités.

Quels messages ferez vous passer au président et aux officiels américains au nom de la jeunesse africaine ?

Je pense que nous qui avons eu la chance d’être identifiés et sélectionnés pour participer à cet évènement historique, devrions nous adresser aux autorités et amis Américains d’une voix unie. Je pense que notre message doit être positif, cela est en tout cas ma pensée profonde car cela ne sert à rien de s’attarder sur le passé, en ces moments de festivités du cinquantenaire de l’indépendance de nos Etats.

Le bilan des 50 ans de nos pays est connu de tous et sans tabou, ce qui compte réellement aujourd’hui c’est la vision que nous, en tant que jeunes avons de notre avenir, ce sont les propositions concrètes que nous avons pour la mise en œuvre de cette vision, bien évidemment orientée vers le développement de notre continent et l’émergence d’une jeunesse africaine unie et autonome - avec tout ce que cela sous entend - car ne nous y trompons pas, un pays dont la jeunesse reste en marge de la société est une société qui est très loin de son développement. Le prochain cinquantenaire doit être celui de notre développement. Cela constitue notre défi à nous.

 
 

Qu'attendez vous de cette rencontre ?

Que les messages soulignés plus hauts passent, que la jeunesse africaine bénéficie de cette formidable opportunité pour être plus que jamais unie en scellant des partenariats gagnant/gagnant entre jeunes d’abord, avec ce partenaire privilégié ensuite que représente les Etas-Unis d’Amérique.

J’espère également, comme je l’avais évoqué plus haut, que nos plus hautes autorités nous accompagneront dans la mise en œuvre de nos actions modestes de citoyenneté active (car au niveau malien, la délégation est exclusivement constituée de trois dames issues de la société civile) car ce que nous faisons c’est du pur bénévolat parce que nous croyons en des valeurs, parce que nous croyons en l’avenir de notre pays, et parce que pour ma part, je pars du postulat que nous pouvons tous faire quelque chose pour notre communauté, pour notre pays, cela constituera notre pierre à l’édifice du développement de notre pays.

Un dernier mot à l'attention de nos internautes ?

Oui. Juste dire à mes amis et frères Africains d’abord que personne ne fera l’Afrique à notre place, et que le développement de l’Afrique passera par sa jeunesse ou n’arrivera jamais. Dire à tous les internautes de manière générale que la nouvelle Afrique que nous souhaitons est celle d’une Afrique indépendante, d’une Afrique qui a tout à offrir à ses partenaires dans le cadre d’une relation partenariale gagnant/gagnant.


Mes chers frères et sœurs, ne nous y trompons notre continent l’Afrique est plus riche que jamais, nous n’avons jamais eu autant de ressources –à tous points de vue (humaines, naturelles, techniques etc -).
Alors qui que vous soyez, où que vous soyez quelque part dans ce monde, si vous êtes un ami de l’Afrique aidez nous à construire une Afrique de paix et de justice sociale, une Afrique développée lors de son prochain cinquantenaire, qui sera le centenaire de la plupart de ses Etats ; aidez-nous à construire cette Afrique en laquelle nous croyons plus que jamais.


Vous pouvez voir le compte-rendu de la rencontre entre Barack Obama et les jeunes africains à la Maison-Blanche en cliquant Ici (résumé de grioo.com) et Ici (site de la Maison-Blanche).

Vous pouvez voir une interview de Mariam Diallo, autre délégué du Mali en cliquant Ici

Vidéo : la rencontre entre Barack Obama et les jeunes leaders africains le 3 août 2010 à la Maison-Blanche (bref discours de 10 min et séance de questions réponses)



Fatoumata Sangho, Mariam Diallo et Fatimata Traore, les trois membres de la délégation malienne du forum des jeunes leaders africains avec Barack Obama



       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Angelle Brigitte Kwemo, conseillère législative de Bobby Rush au congrès des Etats-Unis
  Barack Obama aux jeunes leaders africains : ''l'avenir de l'Afrique dépend des Africains"
  Photos : Barack Obama rencontre les jeunes africains à la Maison Blanche (3/8/10)
  Barack Obama rencontrera la jeunesse africaine à Washington
 
Mots-clés
ada   ada mali   afrique   barack obama   diaspora africaine   fatoumata sangho   forum obama jeunes leaders africains   mali   
 
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance

Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Burkina Faso : manifestations pour réclamer justice pour Norbert Zongo
 La Francophonie aujourd’hui: Le rendez-vous de Dakar
 Soirée Afrowork ce jeudi 4 Décembre au Sitatunga
 Blaise Compaoré : la fin de règne pour le président burkinabé ?
 Oscar Pistorius a dormi en prison suite à sa condamnation
 Marc Kamgaing, gérant de fonds chez RMA Capital
 Décès de Christophe de Margerie, PDG de Total
 Ebola : le Nigeria s'est débarrassé de l'épidémie selon l'OMS
 RDC : le rapport Likofi provoque l'expulsion d'un diplomate de l'ONU
 Nigeria : des notables sceptiques sur le cessez-le-feu avec Boko Haram
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burundi      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Guinee Conakry      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version