Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 26 Septembre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesOpinionsArticle
Fin de la 5ème conférence ministérielle sino-africaine : pourquoi les Africains ne doivent pas se réjouir trop vite
23/07/2012
 

Pourquoi les Africains ne doivent pas s’enthousiasmer trop rapidement
 
Par Lucien Pambou
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

La fin (20 juillet 2012) de la conférence ministérielle, plus exactement le forum économique entre la Chine et l’Afrique, a livré son verdict. La Chine est devenue le premier partenaire de l’Afrique devant les pays occidentaux, la Banque mondiale et le Fonds monétaire. En 2000 le montant officiel des transactions entre la Chine et l’Afrique était de 10 milliards de dollars, en 2011 ce montant est passé à 166 milliards.

Les Chinois imposent à l’Afrique un « nouveau » modèle économique avec l'assentiment passif et oisif des dirigeants africains et de leurs populations
Lucien Pambou


 Publicité 
 
Le président chinois Hu Jintao avec Jacob Zuma et Yayi Boni  
Le président chinois Hu Jintao avec Jacob Zuma et Yayi Boni
 

Les Présidents africains, Yayi Boni du Bénin et Président en exercice de l’Union africaine, Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire et Président en exercice de la CEDEAO, sont tous satisfaits car la Chine estime que la période 2013/2015 est considérée comme la période de rénovation des relations sino-africaines. Avant la 6ème conférence qui se tiendra en Afrique du Sud, la Chine a tout promis de :

• former des talents africains grâce à des bourses d’étude aux étudiants africains (on parle de 108 000 étudiants),
• contribuer à la formation de cadres africains (on parle de 30 000),
• former des centres pilotes agricoles pour aider l’Afrique à mettre la question agricole au cœur de son développement,
• développer les infrastructures transrégionales et transnationales pour favoriser le commerce inter et intra africain, ce qui entre autres permet de marginaliser les objectifs politiques et économiques du NEPAD (nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique qui s’est surtout distingué par des rapports multiples et une par une inefficacité réelle),
• promouvoir des relations économiques gagnant-gagnant en permettant à l’Afrique et à la Chine de tirer des avantages compétitifs de leurs relations contractuelles,
• ne pas s'ingérer dans le modèle de gouvernance politique des pays africains au contraire de ce qu’ont toujours voulu et décidé les pays occidentaux dans leurs relations avec l’Afrique.

On a souvent critiqué les relations de domination des pays africains par les Occidentaux. La Chine ne fait pas mieux


Dialogue entre Yayi Boni et le président chinois Hu Jintao  
Dialogue entre Yayi Boni et le président chinois Hu Jintao
 

Ces éléments de conclusion de la conférence font plaisir aux Africains. En revanche, ils ignorent que la Chine est d’abord une puissance économique, même si elle s’adresse aux pays africains en déclinant l’appartenance à un même espace qu’eux (à savoir pays en développement), elle n’oublie pas ses intérêts économiques et malheureusement les pays africains, prompts à partager les délices de la consommation, acceptent les dictats des relations contractuelles imposées par la Chine.

On a souvent critiqué les relations de domination des pays africains par les Occidentaux. La Chine ne fait pas mieux. En revanche, elle élimine un obstacle dans ses relations contractuelles : le respect des Droits de l’Homme et la bonne gouvernance politique dont elle n’a rien à faire. Les pays africains, comme d’habitude, sont hypnotisés et se livrent corps et âme à l’ « acupuncture » chinoise qui se contente, comme hier l’Occident, de les laisser dans un état de consommateurs passifs en leur fournissant des produits de consommation et des équipements technologiques de basse qualité dont ils ne pourront pas juger la durabilité car les pays africains, sous l’influence de l’Occident, ont préféré développer les Sciences humaines au lieu d’investir les champs scientifiques et technologiques.

Les pays africains, comme d’habitude, sont hypnotisés et se livrent corps et âme à l’ "acupuncture" chinoise
Lucien Pambou


L’Afrique qui danse, l’Afrique joyeuse, l’Afrique qui consomme, l’Afrique qui ne s’occupe ni de sciences ni de technologie, l’Afrique couverte par les pandémies (Sida, tuberculose, paludisme, accidents de la route, systèmes de soins défaillants, niveau du système éducatif en régression, corruption, fausse démocratisation des systèmes politiques), l’Afrique qui reste soumise et dominée hier par les Occidentaux, aujourd’hui par la Chine.

Le premier ministre chinois et son homologue kenyan Raila Odinga  
Le premier ministre chinois et son homologue kenyan Raila Odinga
 

Dans ses relations contractuelles avec la Chine, l’Afrique devrait faire ce que la Chine a fait avec l’Europe : signer des contrats qui obligent un réel transfert de technologie, une participation chinoise au capital de l’entreprise et au bout d’un certain délai une « chinisation » totale de la gouvernance économique de l’entreprise. Les dirigeants africains sont-ils capables d’adopter le modèle économique que les Chinois imposent à l’Occident ? J’ai bien peur que non car les Africains ne mettent pas l’accent sur les systèmes scientifiques et techniques de production des biens et des services.

Ils se contentent d’être consommateurs, de plus les compétences des techniques et des cadres ne sont pas considérées, on préfère des choix ethniques dans la sélection des personnels, peu importe si ces personnels sont incompétents. Il s’agit de faire triompher l’ethnie, la région, aux dépends de l’Etat et de la Nation, ce qui n’a pas échappé aux dirigeants chinois.

Les Chinois imposent à l’Afrique un « nouveau » modèle économique avec l’assentiment passif et oisif des dirigeants africains et de leurs populations. Il y a deux mille entreprises chinoises en Afrique qui travaillent avec des contremaitres, des ouvriers chinois, une partie infime de l’activité est laissée aux Africains en tant que simples ouvriers payés avec des salaires de misère avec l’accord des dirigeants politiques africains.

La Chine n’oublie pas ses intérêts économiques et malheureusement les pays africains, prompts à partager les délices de la consommation, acceptent les dictats des relations contractuelles imposées par la Chine
Lucien Pambou


De g à d : le président sud-africain Jacob Zuma, le président chinois Hu Jintao, le SG de l'ONU Ban Ki Moon et le président de l'U.A Yayi Boni à l'ouverture du forum Chine Afrique le 19 juillet à Pekin  
De g à d : le président sud-africain Jacob Zuma, le président chinois Hu Jintao, le SG de l'ONU Ban Ki Moon et le président de l'U.A Yayi Boni à l'ouverture du forum Chine Afrique le 19 juillet à Pekin
 

A la différence des Occidentaux qui en Afrique vivent dans des quartiers réservés, certains Chinois vivent comme les populations africaines, dans les mêmes quartiers qu’elles et se livrent à des activités informelles dans les villages les plus reculés, ce qui conduit à une nervosité et à des manifestations des populations africaines contre une présence chinoise qui commence à devenir massive.

Voilà les prémisses du modèle politico-économique que la Chine impose à l’Afrique, au-delà des civilités politiques. La Chine veut et va conquérir l’Afrique qui regorge de matières premières agricoles et minérales avec l’assentiment des dirigeants africains qui s’enthousiasment et qui demeurent incapables de négocier un modèle de transfert technologique utile pour le développement économique mais surtout productif pour les pays africains.

En restant consommateurs et en acceptant ce statut, les dirigeants africains condamnent la population africaine, dont l’évolution est estimée à 2 milliards d’ici 2050, à rester consommatrice passive et à être fondamentalement marginalisée même si aujourd’hui l’Afrique attire les investissements, obtient des taux élevés de croissance de la production marchande. Le problème est que les populations africaines ne bénéficient pas des retombées de cette croissance et que celle-ci profite avant tout aux investisseurs étrangers, occidentaux hier et aujourd’hui, chinois aujourd’hui et demain.




       
Sur le même sujet sur Grioo.com
   Pourquoi la Chine ne solutionnera pas les problèmes de l’Afrique
  Xinhua : « le complot américain pour semer la discorde entre la Chine et l’Afrique ne marchera pas »
  Livre : « La Chine en Afrique» de Julien Bokilo
  Jacob Zuma : ''les intentions de la Chine sont différentes de celle de l'Europe''
  Chine-Afrique: Forum sur la coopération sino-africaine
  Pour Dambisa Moyo, la Chine est une aubaine pour l’Afrique
  Hillary Clinton met en garde l’Afrique contre un nouveau colonialisme
 
Mots-clés
afrique   chinafrique   chine   lucien pambou   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 34 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nelson Mandela      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version