Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Samedi 21 Octobre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesBloc NotesArticle
La chronique de Célestin Monga (12) : Ghana Usa, Ang All et Argentine Mexique
28/06/2010
 

Retour sur les matchs Ghana Usa, Angleterre Allemagne, et Argentine Mexique
 
Par Celestin Monga
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Kevin Prince Boateng  
Kevin Prince Boateng
 

Avec le démarrage du deuxième tour et le système d’élimination directe, la Coupe du monde est passée à la phase de vérité où chaque équipe doit dévoiler en un seul match son empreinte digitale, son ADN, le fond de son caractère, l’intensité de sa passion et l’authenticité de ses ambitions. Dès le début de son match contre les Etats-Unis, le Ghana a semblait avoir pris la mesure de la signification de cette rencontre.

Il ne s’agissait pas d’une banale rencontre. L’enjeu était de tenter de redorer le blason passablement terni des équipes africaines, qui n’avaient pas simplement été écartées de la compétition mais s’étaient elles-mêmes humiliées par leur incapacité à s’élever au niveau des enjeux.

Les Black Stars ne jouaient donc pas uniquement pour décrocher une place en quarts de finale et rejoindre ainsi le Cameroun et le Sénégal dans la légende, mais ils portaient en eux la fierté blessée de tout un continent. Ils tentaient donc d’écrire l’Histoire avec un grand H. Le contraste des dispositions psychologiques et des capacités techniques des deux équipes sautait aux yeux. Le niveau technique des joueurs ghanéens était bien supérieur à celui de leurs adversaires. Ces derniers paraissaient peu concentrés, mentalement et physiquement absents. On eût dit qu’ils avaient mal récupéré de leur victoire in extremis contre les Algériens. Ou que le coup de fil que leur avait passé Barack Obama deux jours plus tôt, de même que la présence dans les tribunes de Bill Clinton et de Mick Jagger, les avaient perturbé, au lieu de les aider à trouver l’inspiration. Oui, ces Américains-là donnaient l’impression d’avoir mal digéré leurs hamburgers et Coca-cola.

 Publicité 
 
Gyan Asamoah  
Gyan Asamoah
 

Au niveau de la touche de balle initiale (le premier contact avec le ballon), qui permet de distinguer tout de suite les bons joueurs des mauvais, le déséquilibre était patent : les amortis d’André Ayew, Asamoah Gyan, Prince Boateng et Anthony Annan étaient maîtrisés, et leur contrôle de balle souvent suivi d’une exposition technique impeccable. Ceci leur permettait de dominer tous les duels et de passer le message subliminal à leurs adversaires que ce match était une affaire sérieuse.

En revanche, Landon Donovan, Clint Dempsey, Jozy Altidore et Michael Bradley, les joueurs américains les moins mauvais, avaient systématiquement besoin de plusieurs touches de balle pour maîtriser leur propre mouvement et tenter de donner un sens à leurs actions. Les Ghanéens donnaient le sentiment de caresser le ballon. Les Américains semblaient agacés par la boule ronde. Boateng, ce vieux briscard de vingt-trois ans, a perçu cette faille psychologique et technique chez les Yankees. Ayant intercepté une balle perdue dans le rond central, il a accéléré pour mettre la pression sur la défense américaine et tester son degré de résistance. Profitant d’un faux appel de balle d’Asamoh Gyan sur la droite, il s’est fendu d’un crochet intérieur dans le plus pur style de l’ancien joueur Brésilien Falcao, et a cloué le gardien américain Tim Howard d’une frappe enroulée et vicieuse à ras-de-terre.

Secoués par cet uppercut, les Américains se sont souvenus qu’ils sont les maîtres du monde et ont bien réagi, finissant par égaliser. Mais portés par le soutien d’un bon milliard d’Africains en prière, le Ghana s’est finalement imposé, et de belle manière. L’avant-centre Asamoh Gyan, toujours remuant comme s’il était drogué, a poursuivi avec une conviction inhabituelle un ballon incertain, qu’il a amorti et contrôlé de la tête et de la poitrine avant d’expédier d’une frappe croisée en demi-volée dans les filets du gardien Tim Howard, le tout avec une coordination esthétique effrayante et une rage de forcené.

Le gardien ghanéen Kingson  
Le gardien ghanéen Kingson
 

Dans toutes les chaumières de Soweto et à travers le continent, une immense clameur s’est levée. L’Afrique a applaudi. Elle aime bien Barack Obama et les Etats-Unis. Mais lorsqu’il s’agit de football, ce sont des adversaires. Reste à savoir si la défense ghanéenne, qui a montré quelques fragilités dans le placement et le timing des tacles glissés, saura s’ajuster lors du match des quarts de finale contre l’Argentine.

Le match Angleterre-Allemagne a été un révélateur pour aveugles car il a permis de montrer en direct à plusieurs milliards de téléspectateurs du monde entier que l’Afrique et les Africains n’avaient pas le monopole des «nègreries». On a ainsi pu voir un quatuor d’arbitres non-Africains pulvériser le record de l’incompétence et se montrer bien plus mauvais que Koman Coulibaly, le Malien de triste mémoire ayant privé les Etats-Unis d’une victoire au tour précédent. Le but tout en finesse de Frank Lampard (une frappe instantanée et lobée à l’entrée de la surface de réparation), refusé par les arbitres, aurait peut-être changé la physionomie de cette rencontre.

Mais la vérité est que les Allemands étaient bien meilleurs que les Anglais. Ceux-ci ont commis deux monstrueuses erreurs de défense qu’ils ont dû payer cash en encaissant deux buts. Les Allemands pratiquaient un jeu rapide, à une touche de balle, un jeu précis, puissant et dénué d’égoïsme. Le premier but de Klose sur un long dégagement de son propre gardien trahit une énorme faute de placement et donc de concentration du défenseur anglais John Terry. La combinaison Klose-Muller qui aboutit au deuxième but de Podolski est un hymne à la simplicité et à l’humilité.

Mezut Ozil face à Ashley Cole  
Mezut Ozil face à Ashley Cole
 

Oui, bien sûr, l’arbitrage a été catastrophique, comme toujours lors de cette Coupe du monde. Mais au-delà de cela, les Anglais ont abordé la rencontre, tendus, stressé, mal à l’aise. Wayne Rooney, leur célèbre buteur, jouait comme le Camerounais Idrissou—et était constamment perdu sur la pelouse. Steven Gerrard était impatient et prévisible, essayant systématiquement de bien médiocres tirs au but, et prouvant non seulement qu’il avait un ego démesuré mais aussi qu’il n’appréciait pas l’opportunité de jouer avec Frank Lampard.

En face, l’équipe allemande, pourtant beaucoup plus jeune, montrait son plaisir de jouer collectivement. Le seul toucher de ballon d’Ozil, les appels de balle incessants de Klose, la discrète mais efficace couverture de terrain de Khedira, l’enthousiasme de Mueller, et le système de défense attentif et parfois rugueux de Friedrich et Lahm étaient des ingrédients suffisants pour gagner ce match sans l’appui des arbitres.

Les vrais perdants de ce match ont cependant été l’entraîneur italien de l’équipe d’Angleterre, Fabio Capello. Ce coach le mieux payé au monde peut désormais être considéré comme un Feyman : après avoir empoché l’argent des contribuables anglais en leur promettant le paradis, il n’a affiché aucune idée neuve tout le long du tournoi, ce qui ne l’empêchait pas de s’agiter et de tempêter constamment sur son banc de touche.

Carlos Tevez face au mexicain Francisco Rodriguez  
Carlos Tevez face au mexicain Francisco Rodriguez
 

L’autre personnage peu honorable de cette rencontre a été Sepp Blatter, qui a toujours refusé l’usage de la télévision et des nouvelles technologies pour améliorer la qualité de l’arbitrage des matches de football.

Si le fantasque Président de la FIFA continue de s’entêter à faire du football le dernier des grandes disciplines sportives à ignorer le recours à l’arbitrage vidéo, il n’y aura pas que des hooligans anglais pour suggérer qu’on l’envoie à Guantanamo Bay...La confrontation entre l’Argentine et le Mexique a démarré sur les chapeaux de roue, comme un match de sumo japonais où les combattants se regardent dans le blanc des yeux pour détecter la faille et s’intimider. L’imminence d’un coup fatal était palpable. Personne n’a pris au sérieux les embrassades et les sourires jaunes d’avant-match entre les deux entraîneurs Diego Maradona et Javier Aguire.

D’ailleurs à peine s’étaient-ils séparés qu’ils se retranchaient chacun dans un coin de leur banc de touche pour faire le signe de croix et murmurer une prière. Drôles de chrétiens : sans doute demandaient-ils chacun au Seigneur de frapper durement l’adversaire de ses foudres ? Quel est ce Dieu dont on sollicite la méchanceté ? Les Argentins se sont montrés initialement plus prudents, évoluant en réalité dans un système de 4-5-1 : Gonzalo Higuain était le seul attaquant de pointe ; Lionel Messi et Carlos Tevez se partageaient la responsabilité d’organiser les attaques en milieu de terrain. Les Mexicains ont choisi de jouer crânement leur chance, évoluant dans un 4-4-2 assez offensif.

Le sélectionneur argentin Diego Maradona  
Le sélectionneur argentin Diego Maradona
 

D’ailleurs leur capitaine et stoppeur Rafa Marquez, présenté sur la feuille de match comme défenseur, évoluait en réalité en demi-défensif, ce qui a permis de verrouiller le milieu de terrain. Et leurs défenseurs latéraux se prenaient souvent pour des ailiers—cas notamment de l’ambitieux Salcido qui, avec sa mine patibulaire, donnait l’impression de sortir d’un film western et frappait le ballon avec rancune.

Et puis, patatras !, il y a eu encore une grossière faute d’arbitrage : un premier but marqué de la tête en position d’hors-jeu par l’inénarrable Tevez. C’est là que tout a basculé. Comme s’ils étaient des enfants, les Mexicains ont perdu leur sang-froid et leur concentration. Même leur capitaine Marquez n’a pu maîtriser ses nerfs et a logiquement pris un carton jaune.

Profondément déstabilisée, la charnière centrale de la défense a pris de l’eau et le libéro Ricardo Osario a même poussé le bouchon de téquila jusqu’à offrir sereinement un excellent ballon de deuxième but contre son camp à Higuain. Avec la méchanceté qu’on lui connaît, ce dernier a choisi d’humilier le gardien d’un dribble qui ne s’imposait pas avant de mettre le ballon dans les filets. Je ne doute pas qu’à cet instant-là, la téquila a eu un goût amer dans tous les bars de Mexico.




       
Mots-clés
afrique   allemagne   argentine   diaspora africaine   ghana   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Niger      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version