Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 31 Octobre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesAfriqueArticle
Mandat d'arrêt contre Kadhafi : que fera l'Union Africaine ?
29/06/2011
 

Le ''guide'' libyen peut-il encore s'en sortir ?
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
© Reuters  

La Cour pénale internationale (CPI) vient de lancer un mandat d’arrêt international contre le Guide libyen Mouammar Kadhafi, son fils, Seif al-Islam Kadhafi et son gendre, chef des renseignements militaires, Abdullah al-Senoussi. Motif : crimes contre l’humanité commis en Libye en février 2011. D’après la décision, "en tant que "Guide" reconnu et incontesté de la Libye, Mouammar Kadhafi exerçait, durant toute la période visée, un pouvoir absolu et incontesté sur l’appareil libyen, y compris sur les forces de sécurité."

Concernant son fils Seif al-Islam, la juge-présidente, Sanji Mmasenomo Monageng du Botswana, précise que "bien que n’exerçant pas de fonction officielle, ce dernier est implicitement le dauphin de Mouammar Kadhafi et la personne la plus influente de son cercle rapproché." Le troisième, Abdullah al-Senoussi, est beau-fils du dirigeant libyen.

Il est suspecté d’avoir mis en œuvre la politique d’Etat échafaudée par Kadhafi. Pour les juges de la Cour pénale internationale, Mouammar Kadhafi « a conçu et orchestré un plan visant à dissuader et étouffer par tous les moyens les manifestations de la population civile contre le régime ». Les mandats d’arrêt étant désormais lancés contre les trois suspects du régime, comment les choses vont-elles se passer sur le terrain ?

 Publicité 
 

Sur ce plan, force est de reconnaître que la Cour ne dispose pas de force de police propre. Elle doit compter sur la coopération internationale pour arrêter les suspects. Aussi les juges ont-ils entrepris de demander officiellement la coopération des Etats retenus. Certes, de nombreux pays ont signé l’accord avec la CPI : on en compte aujourd’hui 116.

Ces signataires du traité les liant à la Cour, sont tenus de le faire respecter. En principe, les autorités de ces pays devront arrêter toutes les personnes faisant l’objet d’un mandat d’arrêt de la CPI. Mais les faits vécus montrent que les choses ne sont pas aussi faciles. Cas du tout premier chef d’Etat poursuivi par la Cour, Omar El-Béchir, président du Soudan. Inculpé depuis 2009, l’homme est toujours libre de ses mouvements.

En dépit des engagements pris, on a toujours du mal à le prendre au collet. Par contre, cette fois-ci, on pourrait se risquer à avancer que le colonel Kadhafi, lui, est vraiment pris dans un engrenage d’où il lui sera très difficile de se sortir. En effet, en même temps qu’ils lançaient lundi dernier des mandats d’arrêt contre des éléments-clés du clan Kadhafi, les juges de la Cour pénale internationale (CPI) sollicitaient la coopération des Etats pour leur arrestation.

Mouammar Kadhafi  
Mouammar Kadhafi
 

Pour le porte-parole de la Cour pénale internationale, il y a des motifs raisonnables de croire que les trois personnes suspectées ont commis les crimes mentionnés. Le procureur, qui avait demandé l’émission de ces mandats d’arrêt en mai dernier, avait notamment ciblé les crimes commis à Benghazi, Tripoli et Misrata, où "des actes inhumains ont été infligés aux civils par les forces de sécurité, les privant de leurs droits fondamentaux en raison de leur opposition politique, réelle ou perçue, au régime de Kadhafi".

Il n’est un secret pour personne que, depuis belle lurette, les Occidentaux attendaient Kadhafi au tournant. Mais, pour autant, peut-on avancer que la mesure de la CPI est efficace à court terme ? Certes, les pays membres de la coalition en Libye, la France et le Royaume-Uni ont, comme les pays signataires du traité de Rome, l’obligation d’arrêter les trois responsables libyens si jamais ils foulent leur sol. Les suspects devront par la suite être remis à la Cour pour jugement. Mais étant donné les difficultés rencontrées sur le terrain, les pays de la coalition internationale iront-ils jusqu’à tenter de prendre le colonel à Tripoli ?

Sans se laisser aller à des conjectures, on ne devrait toutefois pas exclure de telles initiatives, vu la tournure des événements en Libye. Même si le prix en devrait être très élevé ! Les Occidentaux l’ont montré par le passé. Ce mandat de la CPI contre le clan Kadhafi n’a peut-être pas d’effet immédiat, mais il est effectif. Aucune autre issue ne semble donc possible pour le "roi des rois". En effet, la Libye est en crise.


Luis Moreno Ocampo, procureur de la CPI  
Luis Moreno Ocampo, procureur de la CPI
 

Et Kadhafi, lui, n’avait certainement pas cru que le mandat de la CPI viendrait si tôt. Aujourd’hui, il est dos au mur. De quoi renforcer l’abattement moral dans lequel il se trouve, avec l’intensification par l’OTAN des bombardements dont Tripoli et ses environs font l’objet depuis trois mois maintenant. Contrairement à ce qui est arrivé à l’ex-président Laurent Gbagbo de Côte d’Ivoire, l’effet de surprise va jouer sur Kadhafi au plan psychologique.

Mais que pourrait bien faire l’UA dont les chefs d’Etat et de gouvernement se retrouvent cette semaine à Malabo en Guinée équatoriale pour le 17e sommet ? Prendre position ? Agir ? Dans quel sens ? Cacophonie et discordances vont sans doute caractériser les positions des pays membres de l’UA qui ont habitué l’opinion à leurs indécisions, hésitations, incohérences et fuites de responsabilité.

Le président de la Commission, qui semble bien assis entre deux chaises, aura encore moins d’autorité sur ce dossier. On a toutes raisons de croire que le sommet de Malabo risque d’être le dernier pour le Guide de la Jamahiriya arabe libyenne. Après les épisodes de son isolement par le passé, l’on est tenté de dire que le Guide libyen n’aura pas bien tiré leçon de ses démêlés avec les Occidentaux.

 
 

Le voilà à nouveau avec cette redoutable épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Pour avoir géré son pays d’une main de fer, sans opposition, sans élections pendant 42 ans, Kadhafi est en passe de faire l’amère expérience de l’extrême durée au pouvoir et de l’entêtement. Cet homme n’a pas vu venir les choses.

Avec ces événements qui se sont précipités ces derniers temps en Libye, l’on est en droit de croire que, finalement, Kadhafi était plus craint qu’aimé, chez lui, comme sur la scène internationale. Curieux tout de même que jusque-là, le "roi des rois" d’Afrique comme il aime à se faire appeler, n’ait toujours pas bénéficié du soutien, même moral, des autres monarques du continent. Eux ainsi que leur tam-tam se sont tus. Comme, du reste, la plupart de ces chefs d’Etat africains devenus subitement aphones, après avoir bien profité des libéralités princières de leur "pair" Kadhafi.

"Le Pays"

www.lefaso.net






       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Teorodo Obiang Nguema critique les interventions étrangères en Afrique
  Mandat d'arrêt contre Kadhafi : les surprenants marchandages du procureur Ocampo
 
Mots-clés
afrique   crise libyenne   libye   mouammar kadhafi   otan   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 6 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Blaise Compaoré : la fin de règne pour le président burkinabé ?
 Oscar Pistorius a dormi en prison suite à sa condamnation
 Marc Kamgaing, gérant de fonds chez RMA Capital
 Décès de Christophe de Margerie, PDG de Total
 Ebola : le Nigeria s'est débarrassé de l'épidémie selon l'OMS
 RDC : le rapport Likofi provoque l'expulsion d'un diplomate de l'ONU
 Nigeria : des notables sceptiques sur le cessez-le-feu avec Boko Haram
 Ebola : le Canada envoie son vaccin expérimental à Genève
 Les avocats de l'affaire Habré déplorent le manque de coopération tchadienne
 Procès Pistorius : une peine de10 ans de prison requise
 
Adoua      Afrique      Afrique Du Sud      Bataille D'adoua      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Colonialisme      Colonisation      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Ethiopie      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Menelik Ii      Nigeria      Senegal     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version