Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mercredi 26 Septembre 2018 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesMondeArticle
"Noir Canada" : la liberté de la presse, on connaît pas au Canada
26/09/2008
 

Ou comment par la grâce, d’une loi assez répressive en matière de liberté de la presse, un livre d’enquête, « Noir Canada, Pillage, corruption et criminalité en Afrique », est en passe de devenir le bouquin le plus cher du monde. De quoi faire couler des milliers de litre de sirop d’érable…
 
Par Bakchich.info
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

Trois auteurs associés à un petit éditeur québecois se sont lancés au printemps 2008 dans une aventure périlleuse.

Ayant rassemblé et recoupé une foule d’informations solidement étayées –déjà dans la sphère publique – par des livres, des rapports d’agences de l’ONU, de grandes ONG, des documentaires, etc, l’universitaire Alain Deneault et ses assistants ont commis un véritable crime de lèse–image de l’industrie extractive canadienne. Et plus largement, portent atteinte à la bonne conscience des élites politiques et économiques du pays. Les auteurs font voler en éclats le mythe du gentil canadien venu aider de manière désintéressée les pauvres Africains à valoriser leurs ressources naturelles.

 Publicité 
 
Le livre le plus cher du monde

En publiant, chez Ecosociété, Noir Canada, Pillage, corruption et criminalité en Afrique, les auteurs et l’éditeur sont tombés sciemment sous le coup d’un redoutable instrument juridique qui, au Québec, répond au doux nom de poursuite bâillon, également connu dans les provinces canadiennes anglophones et aux Etats-Unis sous les initiales SLAPP (Strategic lawsuit against public participation).

La principale compagnie aurifère mondiale, la Barrick Gold, vient d’entamer, à Montréal, cette procédure qui présente pour le demandeur un immense avantage : nul besoin, pour faire payer l’adversaire, d’attendre d’obtenir d’un tribunal une condamnation pour diffamation. Les frais de justice sont exigibles dès l’ouverture de la procédure. Barrick Gold réclame 6 millions de dollars canadiens. De son côté, l’entreprise ontarienne Banro, alors que Noir Canada n’est même pas traduit en anglais, réclame à Toronto 5 millions de dollars canadiens, soit en tout, environ 7 millions d’euros... Ce qui ne va pas tarder à faire de Noir Canada le livre le plus cher du monde !

 
 

En Afrique, les minières canadiennes se sont principalement illustrées, ces 20 dernières années, dans trois pays : la Tanzanie, le Mali, et surtout la RDC (République Démocratique du Congo). Au-delà des spécificités propres à chaque gisement et à chaque Etat, les exploitants canadiens sont toujours parvenus à minimiser les redevances fiscales dans des proportions époustouflantes. Les populations voient ainsi leurs richesses naturelles non renouvelables disparaître sans en tirer de revenus, tout en étant victimes de graves atteintes à l’environnement, avec son cortège de stérilisation de terres arables et souvent d’empoisonnements (il faut beaucoup de cyanure pour extraire quelques onces d’or).

Autre caractéristique commune aux activités extractives canadiennes en Afrique, l’appui, voire la participation de la Banque mondiale et de son bras financier la SFI (Société Financière Internationale) à ces spoliations. Appartenir au G7 ne va pas sans quelques retombées...D’autant que les firmes minières savent faire entrer à leurs conseils d’administration d’anciens premiers ministres canadiens comme MM. Mulroney et Martin, et même l’ancien président américain, George Bush senior. Voilà qui facilite le recours aux forces de l’ordre locales pour sécuriser les sites d’exploitation, chasser brutalement les creuseurs, ces indigènes qui tentent de survivre en grappillant artisanalement quelques miettes de minerai à l’intérieur des immenses périmètres que se sont fait attribuer, pour une bouchée de pain, les industriels canadiens auprès d’administrations corrompues.

Le trop riche Congo

Plus grave encore, dans les provinces de l’Est du Congo, Ituri, Nord et Sud Kivu, du milieu de la décennie 90 jusqu’à nos jours, des entreprises canadiennes ont contribué significativement, par leurs financements et/ou livraisons d’armes, aux divers affrontements et massacres – estimés à 4 millions de morts – perpétrés par les armées et milices qui se disputent les gisements de ce miracle géologique qu’est l’est du Congo.

Noir Canada détaille les complexes jeux d’alliances ayant permis, avec notamment les armées rwandaise et ougandaise, de renverser le dictateur Mobutu et l’arrivée au pouvoir de Laurent-Désiré Kabila. En association avec d’autres opérateurs, des entreprises canadiennes ont alors dépecé la société minière d’état Gecamines, accaparant au Katanga pour des sommes modiques les secteurs miniers les plus rentables.

Pas étonnant que les fleurons de la bourse de Toronto s’efforcent de faire taire les auteurs de Noir Canada. La menace que représente la poursuite baillon a, jusqu’à présent, dissuadé tout éditeur de publier une version anglaise de cet implacable réquisitoire. La presse et l’opinion publique du canada anglophone risquent d’ignorer encore longtemps les bienfaits que dispensent les industriels canadiens en Afrique. C’est, comme le soulignent les auteurs, en faisant appel à l’épargne d’un public soigneusement désinformé que ces agissements sont possibles. Au Québec, une campagne citoyenne est en cours pour abolir la poursuite baillon.

Cette législation présente tant d’avantages, pour les grands opérateurs d’une économie mondialisée, qu’elle pourrait bien, sous des formes adaptées, atterrir en Europe. L’omni-président Sarkozy , si proche de tant de puissants patrons, pourrait discrètement tenter l’expérience en France. A la faveur d’un Grenelle de la presse ?

« Noir Canada, Pillage, corruption et criminalité en Afrique », Alain Deneault (Avec Delphine Abadie et William Sacher), Ed. Ecosociété, 352 p.




       
Mots-clés
afrique   canada   françafrique   noir canada   rdc   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 6 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Centrafrique      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version