Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Samedi 29 Novembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesAfriqueArticle
Pétrole Afrique : Recourir systématiquement aux contrats de partage de production
09/11/2012
 

Ils sont plus avantageux que les contrats de concession selon Noël Ndoba
 
Par Panapress
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

L’ancien doyen de la Faculté des sciences économiques de Brazzaville (Congo), Noël Magloire Ndoba, a appelé ce mercredi à Paris les pays africains à recourir systématiquement à des contrats de partage de production lors de la conclusion d’accords pour la mise en valeur de leurs ressources naturelles.

 Publicité 
 
 
 

"A la différence des contrats de concession, les contrats de partage de production permettent de jouir d’une proportion nettement plus importante des revenus tirés de l’exploitation de nos ressources naturelles", a fermement soutenu M. Ndoba, aujourd’hui chercheur en Sciences économiques à l’Université Paris I Sorbonne.

Prenant l’exemple de son pays, le Congo, il a expliqué que le contrat de partage de production a permis de faire passer la part reversée à l'Etat congolais par la Société ELF (TOTAL aujourd’hui) de 17% à 33% par baril.

Les contrats de partage de production permettent de jouir d’une proportion nettement plus importante des revenus tirés de l’exploitation des ressources naturelles africaines
Noël Ndoba


"De 1958 à 1992, le pétrole du Congo était exploité sous le régime du contrat de concession. Le pays n’en tirait pas alors grand-chose. Avec le passage au contrat de partage de production à l’initiative du président Pascal Lissouba, les revenus tirés de l’exploitation pétrolière ont considérablement augmenté. Le pouvoir actuel en profite d’ailleurs", a martelé l’ancien doyen de la Faculté des sciences économiques de Brazzaville.

 
 

"Nous exhortons les autres pays africains à recourir à ce type de contrat; il leur garantit une plus grande maîtrise de leurs ressources naturelles", a-t-il insisté.

Pour M. Ndoba, qui fut longtemps conseiller économique du président Pascal Lissouba (1992-19997), les contrats de mise en valeur des ressources naturelles signés entre les Etats africains et les sociétés d’exploitation doivent être marqués du sceau de la transparence absolue.

"Il est du devoir de chaque Etat africain de rendre compte à son peuple de la manière dont sont exploitées les ressources naturelles. A cet égard, j’estime que la représentation nationale doit être tenue informée de la nature des contrats", a argumenté le chercheur en Sciences économiques de l’Université Paris.

 
 

Mieux que cela, il a estimé que chaque contrat entre un Etat africain et une multinationale doit être formalisé sous la forme d’une loi votée par l’Assemblée nationale après débat au niveau de toutes les institutions compétentes.

"Nous devons inscrire dans nos codes miniers que tout contrat doit faire l’objet d’une loi. Nous devons également agir de façon à permettre à la Société civile africaine de sensibiliser l’opinion publique sur les contrats d’exploitation des ressources naturelles. L’enjeu ici, c’est la défense de l’intérêt général", a soutenu l’ancien conseiller de Pascal Lissouba.

Selon lui, il serait bon que les pays africains bénéficient, dans des cas très complexes, de l’assistance de juristes hautement qualifiés pour négocier des contrats équitables. "Des pays africains ont été floués lors de la signature des contrats; d’autres se sont retrouvés avec des contrats qu'ils ne peuvent remettre en cause facilement. Il y a donc souvent des aspects complexes dans les contrats qui appellent une expertise juridique qui n’est pas monnaie courante dans nos Etats. Il faut aller bien au-delà de la bonne initiative de l’ONG OXFAM pour créer un pool d’expertise juridique pouvant venir en soutien à nos Etats dans la négociation des contrats", a plaidé M. Ndoba.

La signature de bons contrats assortis de la maîtrise de la technologie ont permis à l’Inde, au Brésil et à la Chine de prendre le chemin du développement
Noël Ndoba



"La signature de bons contrats assortis de la maîtrise de la technologie ont, a-t-il estimé, permis à l’Inde, au Brésil et à la Chine de prendre le chemin du développement. Nous devons nous en inspirer en Afrique. Chaque contrat doit imposer à notre partenaire de transférer sa technologie et nous permettre de la maîtriser. Il n’est pas acceptable que nous continuons à dépendre entièrement des autres pour la mise en valeur de nos ressources", a encore dit l’ancien doyen de la Faculté des sciences économiques de Brazzaville.

Le débat sur la nature des contrats liant les Etats africains aux multinationales du Nord est régulièrement posé, notamment par les ONG qui dénoncent leur caractère opaque et inéquitable. La Guinée a récemment dû renégocier le contrat d'exploitation du fer par le groupe Rio Tinto alors que le Niger a regretté en octobre dernier que les revenus tirés de la production d’uranium profitent plus au groupe français Areva qu’au peuple nigérien.




       
Mots-clés
afrique   noel ndoba   pétrole   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 3 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Blaise Compaoré : la fin de règne pour le président burkinabé ?
 Oscar Pistorius a dormi en prison suite à sa condamnation
 Marc Kamgaing, gérant de fonds chez RMA Capital
 Décès de Christophe de Margerie, PDG de Total
 Ebola : le Nigeria s'est débarrassé de l'épidémie selon l'OMS
 RDC : le rapport Likofi provoque l'expulsion d'un diplomate de l'ONU
 Nigeria : des notables sceptiques sur le cessez-le-feu avec Boko Haram
 Ebola : le Canada envoie son vaccin expérimental à Genève
 Les avocats de l'affaire Habré déplorent le manque de coopération tchadienne
 Procès Pistorius : une peine de10 ans de prison requise
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version