Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 27 Mars 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesOpinionsArticle
TICAD : on se bouscule pour l’Afrique
11/06/2013
 

Suite à la clôture de la TICAD (Conférence Internationale de Tokyo pour le Développement de l’Afrique) tenue début juin à Tokyo, le Japon s’est engagé à accorder aux pays africains 24 milliards d’euros dont 10,8 milliards d’euros d’aide publique. Doivent-il s’en réjouir ?
 
Par Emmanuel Martin
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

La TICAD, Conférence Internationale de Tokyo pour le Développement de l’Afrique s’est achevée le 3 juin à Yokohama au Japon. Le premier ministre japonais Shinzu Abe a promis 3200 milliards de Yens, soit l’équivalent de 24 milliards d’euros, dont 1400 milliards de Yens (10,8 milliards d’euros) d’aide publique. Un bon deal pour l’Afrique ?

La TICAD, lancée en 1993, se déroule tous les cinq ans. Depuis la dernière édition en 2008, les choses ont bien changé en Afrique, où la croissance économique relativement dynamique fait pâlir d’envie certaines grandes puissances, occidentales comme asiatiques, engluées dans la stagnation. Du point de vue du Japon plus spécifiquement, les choses ont aussi bien changé.

La Chine, l’autre grande puissance asiatique et grand rival du Japon, a encore pris de l’avance, notamment sur le continent africain dont elle est devenue le premier partenaire commercial en 2009 - et a depuis doublé ses échanges avec le continent. Il s’agissait donc pour l’État nippon de contrer l’empire du milieu par une stratégie relativement offensive. En dépassant l’aide chinoise par exemple ou en boostant les IDE (Investissements Direct Étrangers) japonais en Afrique qui ne représentent que 2% seulement.


 Publicité 
 
 
 

En outre, la catastrophe de Fukushima a mis presqu’à l’arrêt le secteur nucléaire nippon. Le pays a ainsi un besoin crucial d’assurer son approvisionnement énergétique. Or, de ce point de vue l’Afrique regorge de pétrole. Il ne serait ainsi pas étonnant que l’aide nippone implique bientôt aussi de nouvelles concessions pétrolières à des entreprises japonaises.

Le premier ministre japonais a insisté sur l’éthique traditionnelle nippone, rappelant que « le Japon est un pays qui tient parole et qui tiendra ses promesses ». Sans doute. Mais comme avec la Chine, comme avec la France, les africains ne doivent pas se leurrer en croyant que le développement viendra de l’extérieur. Les grandes puissances ont des intérêts à défendre. Leur altruisme n’est qu’apparent. C’est la raison d’État qui commande (d’ailleurs, le premier ministre japonais n’a pas manqué de demander à ses invités de soutenir la candidature de Tokyo pour les Jeux Olympiques de 2020 !).

Lors de ces grandes réunions entre élites au pouvoir, on parle volontiers de gagnant-gagnant, de win-win… Malheureusement il y a les africains et les dirigeants africains, et ce n’est pas exactement la même chose. Les intérêts des uns et des autres ne sont encore que trop rarement convergents… Notamment lorsqu’on parle d’aide publique - celle-ci ayant pu alimenter la corruption et couper le lien démocratique entre une population et un dirigeant qui n’a pas à rendre compte à sa population puisque les ressources budgétaires ne viennent pas essentiellement de l’impôt levé. Il s’agirait que ce soit enfin les populations qui soient gagnantes.


Cela ne pourra être le cas que lorsque la croissance africaine sera inclusive et pas simplement extractive. Cela implique des efforts en matière de climat des affaires, de sorte que la création d’entreprise – cœur du développement - ne soit pas réservée à des riches qui peuvent payer. Cela implique aussi l’abaissement plus rapide des barrières à l’échange entre pays africains, pour enfin re-créer ce grand continent de routes commerciales grâce auxquelles la division du travail pourra faire, comme ailleurs, des miracles.
Une partie du deal avec le Japon porte sur cette dernière problématique, ce qui est encourageant.

650 milliards de yens (5 milliards d’euros) seront en effet consacrés lors des cinq prochaines années au développement des infrastructures, notamment de « corridors internationaux » pour le transport à l’intérieur même du continent, facilitant « la création d'un marché commun » noté par le Président sud-Africain.Ensuite, le fait que les grandes puissances se bousculent en Afrique permet sans doute au « continent » de choisir ses partenaires et de faire monter les enchères. Mais encore une fois, il faut que cela se fasse en faveur des populations – et non pas à leur détriment. Les dirigeants ne sont pas les populations.




L’investissement étranger est le bienvenu. Mais que les « investisseurs » ne puissent pas se servir, par exemple, en ressources foncières ou halieutiques (et le Japon est traditionnellement un grand consommateur de ces dernières). De ce point de vue, il est grand temps que, au-delà de la « démocratie », on parle enfin d’état de droit en Afrique. Et notamment de protection des droits de propriété (des populations locales) qui sont un rempart contre l’oppression, contre la pauvreté mais aussi contre la surexploitation des ressources.

Emmanuel Martin, analyste sur www.Libreafrique.org

Publié en collaboration avec www.Libreafrique.org

       
Mots-clés
afrique   japon   ticad   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 3 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Esclavage      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Samuel Eto'o      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version