Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 22 Octobre 2018 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesMusiqueArticle
Willy Salzedo, 25 ans au cœur de la musique créole
07/07/2008
 

Willy Salzedo musicien est un homme de l’ombre, la musique créole lui doit de nombreux succès, notamment les hits de Tanya Saint-Val Chalè, Lanmou kreyol, Tropical... Il a également composé pour Jocelyne Beroard, Thierry Cham, Sonia Dersion, Jocelyne Labylle et bien d’autres. Cela fait 25 ans qu’il contribue au rayonnement de la musique des Antilles. Une musique chère à son cœur qu’il n’a eu cesse de défendre tout au long de sa carrière. Pour Grioo, il revient sur ce quart de siècle musical.
 
Par Lize Moudouthe
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

Bonjour Willy, quand on regarde ta carrière tu t’es finalement investi quasiment à 100 % dans l’univers musical caribéen c’est quelque chose qui s’est fait un peu par hasard ou c’est un choix que tu as fait ?

Je dois dire que c’est assez conscient. Je reste persuadé qu’un artiste est la vitrine d’une culture, d’un pays, d’un peuple. C’est quelque part quelqu’un qui est investi d’une mission. Dès le début de ma carrière c’est quelque chose qui m’est venu presque naturellement c’est donc un choix totalement assumé que d’évoluer dans l’univers musical caribéen. A aucun moment je ne me suis pas senti prisonnier. C’est une culture immensément riche. Il y a un puits d’inspiration infini. En Guadeloupe nous avons une culture musicale et culturelle, il y a l’équivalent en Martinique, à la Dominique, en Jamaïque et ailleurs. On n’a pas fini de l’explorer.

T’es-t-il arrivé de faire des infidélités à cet univers caribéen ?

C’est arrivé en effet. J’ai composé pour un chanteur français peu connu qui m’avait fait des demandes dans un esprit "Soul". Je ne suis pas resté longtemps. Je ne me sentais pas vraiment motivé, le cœur n’y était pas et donc, je n’y suis pas restée longtemps. J’ai besoin de croire, d’être motivé. Dans ma carrière, ces incartades sont rares.

 Publicité 
 
 
 

En tant que musicien et compositeur tu es ce qu’on pourrait appeler un homme de l’ombre, comment le vis tu ? Tu n’as jamais eu le besoin d’être sous la lumière ?

Je suis l’exemple qui prouve que l’on n’a pas besoin d’être en avant pour exister. Je n’ai jamais ressenti le besoin d’être sous les "spotlights". Pour moi le travail en équipe c’est le plus efficace. Il y a des gens pour être sur le devant de la scène, chacun son rôle. Je n’ai jamais été dérangé par ça, au contraire. Je pense même que c’est l’un des secrets de ma longévité.(rires)

Tanya Saint Val, les Zouk Machine, Thierry Cham, Jocelyn Beroard...Tes collaborations avec les artistes, ont été nombreuses comment as –tu vécu ces rencontres ?

Avec Tanya c’est particulier, on a commencé ensemble. C’était une alchimie entre deux personnes. De manière générale j’ai vécu des moments supers, des moments de révélation de cette culture, l’occasion de découvrir des aspects que je ne connaissais pas. Travailler avec Zouk Machine c’était l’occasion de faire des tournées africaines, Afrique Centrale, Afrique de l’Ouest. Pour moi, c’était la découverte et l’ouverture à l’international. En tant que Caribéen, découvrir le continent de mes origines, c’était quelque chose de fort. Parmi les moments poignants, il y eu la visite de l’île de Gorée au Sénégal, ce sont des instants que l’on n’oublie pas. Je garde de supers souvenirs de cette période.

 
 

Comment se fait le lien entre ta créativité et les attentes des interprètes pour qui tu composes ?

Je n’ai jamais aimé prendre ce que j’avais dans les tiroirs pour le refourguer à quelqu’un. Quand on compose pour quelqu’un, on doit s’imprégner de son univers, le ressentir pour apporter à cette personne ce qui colle le plus à son image et à ce qu’elle dégage. Le compositeur doit prendre en compte la personnalité de l’interprète pour que cela fonctionne.

Depuis 2001 tu fais parti du groupe "Moun Karaïb", peux-tu nous en dire plus sur cette nouvelle aventure ?

Moun Karaïb c’est pour moi quelque chose que j’ai toujours voulu faire. De toute ma carrière c’est la première fois que je fais partie d’un groupe. Quelque part je ne sors pas de mon domaine et de ce que j’ai pu faire auparavant. Je ne suis pas le leader. D’ailleurs, il n’y en a pas ! Pour nous, c’était important qu’il en soit ainsi.
Dans le groupe, je ne suis pas interprète, même si on me voit un peu plus, je ne suis pas en "front line". Mais il y a tout de même une continuité avec tout ce que j’ai pu faire avant parce qu’il y a toujours cet esprit d’équipe. Ce qui est très important pour moi.

 
 

Une scène collective est prévue en fin d’année pour célébrer ces 25 ans de carrières, c’était important de le faire ?

J’ai toujours été entouré, j’ai toujours travaillé avec d’autres, je ne me voyais pas marquer ce coup là tout seul. 25 ans c’est un chiffre assez symbolique c’est pour cela que j’ai voulu le faire. Célébrer, je n’aime pas le mot, je le trouve un peu disproportionné. Cette scène collective prévue pour la fin de l’année 2008, c’est juste un petit bilan, dans une vie qui continue. Il faut rester mesuré. J’ai trouvé que 25 c’était un beau chiffre, tout simplement.
Je pense avoir encore d’autres années devant moi, si Dieu le permet comme on dit, pour continuer à faire ce que j’ai toujours fait.

25 ans de carrière, tu as été un spectateur privilégié de la scène caribéenne, quel regard portes-tu sur elle ?

Je serais malhonnête de dire que tout va bien. Je me ferais l’avocat du diable en disant que le zouk ne fait que suivre l’évolution mondiale. Je parle du zouk car c’est du milieu d’où je viens. Le niveau est vraiment tombé, quand on voit des émissions comme "La Nouvelle Star" ou la "Star Academy", on comprend qu'on est plus dans le star system, que dans le domaine artistique véritable.


Je pense qu’il y a toujours du talent, peut-être même beaucoup plus qu’avant, mais c’est la musique qui a perdu son âme.
Les artistes sont devenus des produits marketing dans le grand supermarché musical. Que ce soit dans la musique caribéenne, ou ailleurs. Il faut réagir pour que la musique retrouve son âme.

Le mot de la fin ?

Je suis content de ces 25 ans de carrière, d’avoir travaillé pour une cette culture, pour mes racines. J’espère pouvoir continuer longtemps à le faire. J’aimerais inviter les grioonautes mélomanes ou pas à un retour aux sources, que l’on retrouve notre âme. Oublions le business pour retrouver la Culture.

       
Mots-clés
afrique   senegal   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      France      Gabon      Ghana      Guinée      Guinee Conakry      Haïti      Mali      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version