Dans l’actuelle Constitution – bientôt modifiée-, l’Équateur est reconnu comme un État pluriethnique et multiculturel, un fait qui n’a pas garanti une amélioration du niveau social, culturel, ni économique des afroéquatoriens.




Les organisations existantes au pays ont réalisé tout au long des ces années plusieurs événements, comme des marches de revendication de nos droits, des sit-in , des actes académiques, et des rassemblements visant à mettre fin à l’invisibilisation dont nous (afroéquatoriens)sommes les objets depuis des décennies.

Actuellement, nous disposons de la Loi sur les Droits Collectifs du Peuple Afroéquatorien ( Ley de Derechos Colectivos del pueblo afroecuatoriano) par laquelle l’État se porte garant du droit pour les afroéquatoriens de défendre leurs traditions, leur culture, leurs droits et leur identité.



On ne pourra pas parler d’égalité de chances tant que nous ne reconnaissons pas que chacun a sa responsabilité, l' État auquel nous ne pouvons ni ne devons mendier des actions en faveur des afroéquatoriens, la société qui doit accepter que nous appartenons à un pays, que nous avons contribué au développement économique, politique, sportif de l’Équateur et un peuple qui, grâce à son travail quotidien, ses contributions, ses efforts, démontre sa Grandeur.




Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga




http://www.centroafroecuatoriano.com/