Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'AFRIQUE AU SECOURS DE HAÏTI
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Actualités Diaspora
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2646

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2010 11:25    Sujet du message: Répondre en citant

L'ecole des blancs c'est l'ecole eurocentriste.

Raisonner et se cultiver n'est pas une exception de l'ecole du blanc, on apprendra surement aux enfants a raisonner dans les ecoles afrocentriques, comme on le fait dans les ecoles chinoises, japonaises, indiennes, coreennes,etc.

Ce qu'on decrie dans l'ecole du blanc, et cela l'a toujours ete depuis le temps de nos grands parents qui ont appris a hair cette ecole du blanc, c'est le bagage eurocentriste qui va avec. Ce bagage qui apprend aux enfants africains a hair leur culture africaine et l'homo africanus, bref a s'alliener.

Cela ne peut produire que des zombies africanus, qui ne servent a rien comme on le voit partout ou ils sont passes par ce moules.
Et dans des societes bien organisees comme les societes occidentales, ils deviennent tout un probleme dont on commence a vouloir completement s'en debarasser.

Aujourd'hui meme les toubabs reflechis l'ont compris, comme au canada ou les autorites ont initie les ecoles afrocentriques.


Jofrere a écrit:

Ce avec quoi je ne suis pas d'accord c'est cette histoire d'école des blancs. Le paradoxe c'est que, ceux qui disent ça, c'est toujours des gens ayant poussé les études jusqu'au supérieur. Les analphabètes eux aimeraient y aller à cette école des blancs. Pourquoi?
On y apprend à raisonner, on acquiert une culture, on acquiert des savoirs et des savoir-faires. On est mieux préparé à affronter le monde.
Beaucoup de soucis trouvent leur source dans le manque d'éducation.

je lis que l'école nous formate pour vivre comme des blancs. Mais ça n'a rien à voir avec l'école. l'école n'est pas l'instrument de domination, la domination, elle est là, elle est partout. L'école est justement la porte de sortie.


Dr. Molefi Asante, What is the Purpose of School ?


_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2010 16:27    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:
Ce qu'on decrie dans l'ecole du blanc, et cela l'a toujours ete depuis le temps de nos grands parents qui ont appris a hair cette ecole du blanc, c'est le bagage eurocentriste qui va avec. Ce bagage qui apprend aux enfants africains a hair leur culture africaine et l'homo africanus, bref a s'alliener.


Ce que tu dis n'est pas totalement faux, mais à cette allure tu vas rejoindre les mêmes qui, en France ou ailleurs, entend-on dire qu'ils n'aiment pas le rap parce que cette école des nègres détournent les enfants européens de leur culture européenne et de l'homo euranicus...

Je ne sais pas à quelle époque tu as quitté le Cameroun et à quel âge. Moi, c'était à 16 ans et des souvenirs que j'ai de ces fameux grands-parents que tu cites, il me semble que ce qu'ils reprochaient à l'école du blanc était :
- l'individualisme (père, mère, enfants seulement),
- le vice ( le profit, le matérialisme)
- l'exode rural ( no comment)
- la fainéantise ( plus de diplômes dans les villages et très peu de jeunes pour aider aux travaux dans les champs).

Nous pouvons en déduire que si ces diplômes avaient servi à développer les plantations ou à soulager le labeur des vieux, nous ne serions pas ici à cogiter sur les rapports Grand-parents africains/ Ecole du blanc...

Je m'attendais à te voir interpeller notre attention sur la réalité de la SORCELLERIE en Afrique (par exzemple), parce que moi j'ai une preuve ( un ancêtre direct) que cette notion a été tronquée (pour le cas présent)...

Mais bon, à chacun son truc et sa vision "d'école du blanc..."


Dernière édition par Joseleñ le Dim 28 Fév 2010 16:50; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2010 16:33    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:

Ce qu'on decrie dans l'ecole du blanc, et cela l'a toujours ete depuis le temps de nos grands parents qui ont appris a hair cette ecole du blanc, c'est le bagage eurocentriste qui va avec. Ce bagage qui apprend aux enfants africains a hair leur culture africaine et l'homo africanus, bref a s'alliener.


MOP, je te conseille de te renseigner sur ce que veux dire en langue, fang, bulu, éwondo...ényiñ ( lire égning) mintangan depuis l'époque des Grand-parents africains...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2646

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2010 17:39    Sujet du message: Répondre en citant

Joseleñ a écrit:
M.O.P. a écrit:

Ce qu'on decrie dans l'ecole du blanc, et cela l'a toujours ete depuis le temps de nos grands parents qui ont appris a hair cette ecole du blanc, c'est le bagage eurocentriste qui va avec. Ce bagage qui apprend aux enfants africains a hair leur culture africaine et l'homo africanus, bref a s'alliener.


MOP, je te conseille de te renseigner sur ce que veux dire en langue, fang, bulu, éwondo...ényiñ ( lire égning) mintangan depuis l'époque des Grand-parents africains...


A l'epoque coloniale dont tu parles, vivre comme un blanc c'etait bien vivre dans les quartiers huppes ou le noir n'etait autorise qu'a certaines heures, vivre comme un noir c'etait vivre comme un chien un esclave.
Tu parles la de gens deja colonises et evangelise... (lire le vieux negre et la medaille)

Dans beaucoup de regions africaines, en l'occurence camerounaise non encore profondemment touchees par l'evangelisation comme a l'extreme nord ou certaines contrees du sud dont tu es originaire par exemple, les parents etaient contre l'envoie de leurs enfants a l'ecole coloniale ou post-coloniale.

Je sais de quoi je parle mon pere fut chef d'etablissement.
Dans la majorite des cas, le colon autant que le gouvernement rendait la scolarisation et l'evangelisation obligatoire.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2646

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2010 17:47    Sujet du message: Répondre en citant

Tu n'es que plus specifique dans ton propos, je ne vois pas en quoi tu contredis mon argumentation bien au contraire !

M.O.P. a écrit:

Ce bagage qui apprend aux enfants africains a hair leur culture africaine et l'homo africanus, bref a s'aliener.

Cela ne peut produire que des zombies africanus, qui ne servent a rien comme on le voit partout ou ils sont passes par ce moule.

Dr. Molefi Asante, What is the Purpose of School ?



Joseleñ a écrit:
M.O.P. a écrit:
Ce qu'on decrie dans l'ecole du blanc, et cela l'a toujours ete depuis le temps de nos grands parents qui ont appris a hair cette ecole du blanc, c'est le bagage eurocentriste qui va avec. Ce bagage qui apprend aux enfants africains a hair leur culture africaine et l'homo africanus, bref a s'alliener.


Ce que tu dis n'est pas totalement faux, mais à cette allure tu vas rejoindre les mêmes qui, en France ou ailleurs, entend-on dire qu'ils n'aiment pas le rap parce que cette école des nègres détournent les enfants européens de leur culture européenne et de l'homo euranicus...

Je ne sais pas à quelle époque tu as quitté le Cameroun et à quel âge. Moi, c'était à 16 ans et des souvenirs que j'ai de ces fameux grands-parents que tu cites, il me semble que ce qu'ils reprochaient à l'école du blanc était :
- l'individualisme (père, mère, enfants seulement),
- le vice ( le profit, le matérialisme)
- l'exode rural ( no comment)
- la fainéantise ( plus de diplômes dans les villages et très peu de jeunes pour aider aux travaux dans les champs).

Nous pouvons en déduire que si ces diplômes avaient servi à développer les plantations ou à soulager le labeur des vieux, nous ne serions pas ici à cogiter sur les rapports Grand-parents africains/ Ecole du blanc...

Je m'attendais à te voir interpeller notre attention sur la réalité de la SORCELLERIE en Afrique (par exzemple), parce que moi j'ai une preuve ( un ancêtre direct) que cette notion a été tronquée (pour le cas présent)...

Mais bon, à chacun son truc et sa vision "d'école du blanc..."

_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2646

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2010 17:55    Sujet du message: Répondre en citant

Ce que je voulais dire c'est que vous, vous comprenez ce que vous voulez comprendre de cette phrase "Ecole du blanc", votre comprehension est liee a votre education qui vous fait croire que l'ecole ou on apprend a lire, ecrire, calculer, est l'ecole du blanc et l'ecole buissonniere celle du noir.

Pourtant Sankore c'est pas les blancs qui l'ont cree, je voudrais meme pas parler des centres d'educations de kemet.

Nos grand-parents n'ont jamais ete contre l'apprentissage de la lecture et l'ecriture, encore moins du calcul, bien au contraire.

Ce dont ils etaient contre c'est que le colonise eduque a l'ecole du blanc, semblait n'avoir rien appris qui aurait pu les aider, il semblait avoir appris bien autre chose qu'ecrire et calculer.

Bref il ne leur servait a rien, il devenait plutot tout un probleme, comme il en devient un dans les societes occidentales.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2010 21:09    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:
A l'epoque coloniale dont tu parles, vivre comme un blanc c'etait bien vivre dans les quartiers huppes ou le noir n'etait autorise qu'a certaines heures, vivre comme un noir c'etait vivre comme un chien un esclave.

Tout dépend quel genre d'ancêtres tu as eu. Si les tiens allaient envier les quartiers huppés du plateau Joss ou de Mvolyé, ça c'est ton problème Wink

Les miens pendant ce temps cachaient Martin Paul Samba à l'approche des Allemands. J'ai connu un grand-père décédé il y a 15 ans qui m'a raconté cette anecdote du combattant camerounais.

Enfin soit, ce que je veux te dire est que vivre la vie des blancs avait une connotation de paresse. Entre ceux qui travaillaient et ceux qui restaient assis dans l'ombre du soleil, la légende était née...Aujourd'hui encore la femme blanche est pour ces anciens qui ont connu l'époque coloniale le profil de la parfaite paresseuse, celle qui ne sait pas tenir une houe dans un champ ou qui crie à la moindre piqûre...C'est cette école des blancs que j'ai connue dans mon enfance, sans restreindre les autres aspect de la notion...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2010 21:55    Sujet du message: Répondre en citant

La vie des blancs est d'ailleurs (avis personnel) à l'origine du sens actuel de Homme ou de femme d'affaires...Etre assis ou avoir des hommes de mains qui travaillent à ta place. Tout d'une vie de seigneur qui, au moyen âge en France, engendra l'expression puis le nom MONSEIGNEUR...

J'espère que tu as compris l'acheminement jusqu'à ta vie d'esclave que tu as mentionnée plus haut!

Ce que nous omettons de voir dans ces colonies africaines, c'est leur côté seigneurial importé d'Europe...Les anciens l'ont bien compris, sans connaître l'histoire du colonisateur...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2010 22:03    Sujet du message: Répondre en citant

Webhad a écrit:
Bravo Benny da Be !
Voila quelqu'un qui ne palabre pas, qui ne pratique pas la langue de bois, qui s'exprime sans mettre en avant son cursus universitaire ou bien une parfaite ( ! ) connaissance de Diop, Fanon et autres (comme de nombreux africains qui « prétendent les avoir lus. »)
(...) Je lis depuis plusieurs années ses commentaires sur Grioo et je veux souligner leurs trois principales qualités : spontanéïté, sincérité et clarté, qualités rares et inconnues des intellectuels bavards ou des politiciens manipulateurs qui hantent les forums de ce site.


Grand bien nous fasse Webhad, personnellement je n'ai aucune objection à ce que tu reprennes le flambeau du non-palabreux Benny là où il a interrompu la diatribe, je suis sûr qu'il ne s'offusquera point lui-même...
Et à ces nombreuses qualités ô combien rares de ton gourou du moment, ajoutes donc celle-là: équilibriste encagoulé (oui il faut habiter pareille vertu pour se faire passer pour ce qu'on n'est pas, oh ! dis-lui aussi de m'épargner ses mp s'il n'est pas capable d'exposer ses vues en public !).

Nous en étions à ceci Webhab:

Des Africains comme Cheikh Anta Diop, Obenga, Kwame Nkrumah pour ne citer que ceux-là ont eu besoin de sortir d'Afrique, d'avoir une autre expérience des Africains qu'ils sont, pour enfin se rendre compte que l'expérience Africaine à elle-seule ne suffit pas pour diagnostiquer la plupart de nos problèmes.

Pourquoi disons-nous ça ?
Parce que le terrain Africain n'est structurellement pas fait pour produire des Cheikh Anta Diop, des Obenga, Nkrumah ou des Sankharani au minimum encore moins à la pelle, par contre ce système aura pour horizon intellectuel des Hountondji, des Mudimbé, ou des Achille Mbembé.

Vivre l'expérience africaine de la diaspora radicalise l'esprit (raisons sur lesquelles nous n'allons pas nous apesentir) mais dans l'absolu lorsque ces esprits s'investissement intellectuellement ils deviennent radicalement employés à défaire les tenants de notre retard, c'en devient un besoin vital, on parle certes d'un strict minimum sur une multitude d'africains s'ayant expatrié, mais c'est assez pour qu'un esprit parmis cette poignée par ses talents déblaye un paradigme ou en produit un qui fera toute la différence, à l'instar de celui (le paradigme) d'un géant comme Cheikh Anta Diop.

D'un autre côté, il existe des esprits qui vivent durablement en Afrique et qui tirent de l'expérience du terrain africain tous les outils pour s'employer à combattre nos démons et nos maux, ceux-là sont des exceptions tellement rares qu'on a à peine idée s'il en existe, je parlais de Mamadou Koulibaly mais après vérification, il fût doctorant dans une université francaise ...
Quand à Benny, ton gourou, il est bien loin des exceptions dont nous parlons, enfin pas pour mon intelligence, il est cependant assez brillant pour drainer quelques hurluberlus dans son sillon, on peut au moins lui accorder quelque crédit lui avec ses fausses allures populistes et accusatrices digne d'un tribun de la plèbe...

Dire cela, est-il mépriser les Africains (dont je rappelle que j'en suis un) ?

Pour la petite histoire c'est par le contact des idées de Marcus Garvey que Nkrumah étudiant aux USA est devenu panfricaniste, l'impact de Nkrumah sur l'Afrique ne se mesure encore aujourd'hui pas à sa juste valeur, pourquoi ? parce qu'aucun precepte panafricaniste n'a encore été appliqué jusqu'à terme, car pour arriver au paradigme Diopien il faut d'abord se "panafricaniser", ce qui n'est pas gagné !

Citation:
(...) des intellectuels bavards ou des politiciens manipulateurs qui hantent les forums de ce site.
Oui mais tu omets aussi ceux qui manipulent une information connue et documentée ...
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 02 Mar 2010 11:59    Sujet du message: Répondre en citant

Tout d'abord je voudrais dénoncer ici cette habitude que nous avons de citer tel ou tel modèle sans aucun élément pour étayer nos dires. En Afrique on a eu tous les modèles possibles imaginables. Aujourd'hui, c'est le modèle chinois ou le modèle indien parceque c'est la mode.

Prenons l'Inde. Le système éducatif de l'Inde est largement décrié pour son côté inégalitaire. Il se divise schématiquement entre une secteur public qui ne remplit pas son rôle d'éducation de masse et une secteur privé, élitiste et en très grande partie en langue anglaise. Bien sûr toutes les élites sont formées là et en grande partie dans les universités américaines.
D'après le ‘Student and Exchange Visitor Program’, sur 741 735 étudiants étrangers aux USA en 2010, 118 376 sont chinois, 103 889 coréens, 99 932 japonais.

1ere question: en quoi un indien qui a fait l'école anglaise en Inde, étudié dans une université américaine, travaille dans la Sillicon valley a une éducation moins eurocentrique que le camerounais ayant suivi son cursus au Cameroun?

Parlons maintenant des diasporas. Les études montrent une réussite impressionante des diaspora asiatiques dans les université américaines. Cette réussit s'inscrit dans le système classique. Ces gens n'ont pas besoin qu'on leur crée d'école taoïste ou bouddhiste. Ce fait démontre ce qui parait être une évidence absolue démontrée par toutes les études, la réussite se joue avant l'école, elle se joue au niveau familial.

2eme question: pourquoi serions nous les seuls au monde à avoir besoin d'un cursus spécifique pour nous épanouir?
Question complémentaire: pourquoi les autres qui suivent le même enseignement que nous ne semblent pas se haïr? L'eurocentrisme serait il exclusivement dirigé contre nous?


M.O.P. a écrit:
Cela ne peut produire que des zombies africanus, qui ne servent a rien comme on le voit partout ou ils sont passes par ce moules.
Et dans des societes bien organisees comme les societes occidentales, ils deviennent tout un probleme dont on commence a vouloir completement s'en debarasser.

Mon cher M.O.P., ça c'est ce que j'appelle une parfaite contre-vérité
C'est précisément les gens qui sont passés par l'école qui s'en sortent le mieux en occident. Le problème vient d'une frange de la population immigrée qui tend à reproduire d'une génération le même schéma: absence de formation, chômage, exclusion. Si les africains ne servaient à rien et posaient problème dans les sociétés occidentales, ça se saurait.

3eme question: la défense d'une idéologie justifie-t-elle de reprendre à son compte les pires clichés colportés sur les africains dans les société occidentales?

M.O.P. a écrit:
Aujourd'hui meme les toubabs reflechis l'ont compris, comme au canada ou les autorites ont initie les ecoles afrocentriques.

Franchement, n'est ce pas un peu prendre ses rêves pour des réalités?

En conclusion, ces débats me semblent vraiment datés aujourd'hui. ça s'apparente à du snobisme. On peut gloser à l'infini sur "l'éternel nègre". Notre système tout poussif qu'il est produit des résultats. Beaucoup en font la démonstration tous les jours et tentent de rivaliser avec les étudiants chinois, indiens et autres pour avoir l'accès au plus haut savoir. A vous écouter ils devraient plutôt être en train de s'auto-flageller
Il faut arrêter de se démarquer systématiquement de tout ce qui existe et au contraire peser pour l'amélioration de ce qui existe et qui marche tant bien que mal.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 02 Mar 2010 13:27    Sujet du message: Répondre en citant

Gnata a écrit:

le terrain Africain n'est structurellement pas fait pour produire des Cheikh Anta Diop, des Obenga, Nkrumah ou des Sankharani au minimum encore moins à la pelle, par contre ce système aura pour horizon intellectuel des Hountondji, des Mudimbé, ou des Achille Mbembé.


Gnata a écrit:
Vivre l'expérience africaine de la diaspora radicalise l'esprit (raisons sur lesquelles nous n'allons pas nous apesentir)


Puisqu'on est dans le fond, j'aimerais vraiment comprendre pourquoi le terrain africain se serait structurellement pas fait pour produire des leaders de valeur. Il y a là un point de vue exprimé qui mériterait d'être développé.
Tu cites Nkrumah comme grand leader, mais si on reprend in extenso les grand leaders du combat contre la colonisation, combien avaient connu l'expérience de la diaspora? on devrait faire la liste.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Mar 02 Mar 2010 15:55    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Puisqu'on est dans le fond, j'aimerais vraiment comprendre pourquoi le terrain africain se serait structurellement pas fait pour produire des leaders de valeur. Il y a là un point de vue exprimé qui mériterait d'être développé.



Intuitivement Jofrère, on peut avancer sans rien démontrer en constatant de visu qu'effectivement le terrain Africain n'est pas structurellement fait pour produire des esprits comme ceux cités plus haut. Enfin il n'y a qu'à voir l'état avancé de délabrement de la sociéte africaine pour en avoir l'intuition.

Cependant on peut aussi itérer les structures qui composent nos sociétés actuelles Africaines une à une et exposer leurs manquements ce qui par implication servirait à démontrer ce qu'on avance...

Les mots ont leur importance, le terme "STRUCTURELLEMENT" vaut son pesant, car l'on peut bien être une personne brillante mais sombrer dans une structure qui elle possède en elle-même des germes de médiocrité inouïe.
Le temps dans lequel on évolue participe aussi à cette culture de la médiocrité: L'Après colonisation, c'est à dire le positionnement de défaite latente (sur tous les plans) dans lequel nous sommes concourt à cette mise à malle.

Société: Le poids de la colonisation hante pratiquement tous nos rapports avec nous-mêmes et aussi avec le reste du monde.Des études sociologiques comme celles de Smeralda Juliette appuieraient bien notre propos.

Économies: Nous sommes fondamentalement encore à être des économies de colonisés, éternelles fournisseuses de matières premières, incapable de ternir un programme résolument tourné sur nos masses.

Finance: Si ce n'est que financièrement nous sommes faibles, certains pays comme ceux de la zone CFA sont de véritables zombies, complètement sclérosés par non plus juste le franc francais mais maintenant par l'Euro.
Nos banques sont des succursales de banques extérieures pas prêtes à faire leur part pour booster les différents secteurs clés de nos économies.
Avant au moins seule la france pouvait scruter notre séant (j'emprunte volontiers l'expression à quelqu'un) maintenant c'est toute la bande des 27 voyeurs qui le fait allègrement !

Éducation: Dommage que tu n'ai pas pris le temps de visionner la vidéo de MOP, mais ça résume en partie l'état des lieux, issu de la colonisation notre système actuel d'instruction est ajusté pour une continuité de ce que les colons ont laissé comme structure, ce qui fut fait pour leurs besoins demeure encore pour leurs besoins, [b]à moins d'initiatives éducationnelles résolument Afrocentrées, nous allons souffrir d'endurer ce qu'on a là sous le bras encore longtemps[]/b !

Militairement notre tragique dénuement et pauvreté dans ce domaine fait de nous des oies à qui on peut faire tout et n'importe quoi, c'est Théodore Canot (Négrier devant l'éternel) qui remerciait son dieu et surtout la poudre à canon pour lui donner le courage de braver n'importe quel nègre ici bas et d'en faire du bois d'ébène à sa guise, à quelques variantes près nous en sommes encore là !

Je t'épargne le domaine non moins important du spirituel, des topics entiers en traitent...

Succinctement un sigma de tous ces éléments fait que le terrain Africain structurellement est vicié, et n'est pas propice à la naissance d'esprits tels que ceux cités plus haut.
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou


Dernière édition par Gnata le Mer 03 Mar 2010 06:57; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 02 Mar 2010 20:26    Sujet du message: Répondre en citant

Gnata,
Avant de prendre le pouvoir, Lenine a voyagé en Europe, Chou en lai aussi, Castro a vécu au Mexique et aux USA, tu l'as dit nkrumah a étudié en Angleterre et aux USA. Il y a un fait important c'est que ces personnes étaient déjà engagées dans la lutte chez elles avant de s'exiler. Chez elles, malgré le contexte difficile, ces personnalités étaient déjà en phase avec les luttes et les aspirations de leurs peuples respectifs.
Si je prend le cas de Um Nyobé, il aurait surement dû s'exiler, ça aurait été plus bénéfique pour son mouvement. On peut être sûr qu'en cas de retour, il aurait sûrement joué un rôle important.

Là ce dont tu parles c'est d'un engagement qui se forge totalement à l'étranger et hors des préoccupations primaires des populations.
A propos de Nkrumah, tu cites Marcus Garvey et le panafricanisme. Lorsque Nkrumah a pris le pouvoir au Ghana, le mandat que lui a donné le peuple c'était de le libérer en priorité des féodalités étrangères comme locales qui avaient cours à ce moment là.
Dans l'esprit des gens, le gouvernement central africain et Marcus Garvey étaient largement secondaires par rapport au fait d'obtenir une terre pour cultiver, un travail, une formation. C'était pareil à Cuba ou en Russie. il y avait des gens qui avaient faim, qui étaient exploités et qui ont trouvé là un bon moyen de secouer le joug.

Le problème se pose lorsqu'on est déconnecté des problèmes des gens ou pire lorsqu'on en arrive à mépriser les aspirations simples des populations au nom d'une idéologie. Lorsque je lis parfois ici des prises de position empreintes d'idéologie qui se retrouvent en contradiction avec les aspirations des peuples qu'elles sont censées défendre, je m'étonne. Sans pour autant dire que le peuple a toujours raison.

le bien être matériel minimal doit être la priorité de toute lutte.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Jeu 04 Mar 2010 10:32    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Prenons l'Inde. Le système éducatif de l'Inde est largement décrié pour son côté inégalitaire. Il se divise schématiquement entre une secteur public qui ne remplit pas son rôle d'éducation de masse et une secteur privé, élitiste et en très grande partie en langue anglaise. Bien sûr toutes les élites sont formées là et en grande partie dans les universités américaines. D'après le ‘Student and Exchange Visitor Program’, sur 741 735 étudiants étrangers aux USA en 2010, 118 376 sont chinois, 103 889 coréens, 99 932 japonais.

120 000 étudiants chinois aux EUA, c'est encore moins que les centaines de milliers d'autres étudiants qui étudient en Chine, dans des institutions dont les infrastructures n'ont parfois rien à envier à celles des Occidentaux...

La différence avec le cas africain, c'est qu'il y a plus d'ingénieurs africains aux EUA que sur le continent ; c'est que la majorité de l'élite intellectuelle africaine est formée hors de l'Afrique, dans des cursus académiques où l'Afrique est marginale, voire plus souvent caricaturée...

Ainsi, dans le cas chinois (ou indien, ou coréen, etc.) il s'agit d'une petite frange de la population estudiantine nationale qui s'expatrie, en vue de s'ouvrir au monde ; tandis que dans le cas négro-africain, c'est l'essentiel des flux de ressources humaines qualifiées qui est extraverti...
Citation:
1ere question: en quoi un indien qui a fait l'école anglaise en Inde, étudié dans une université américaine, travaille dans la Sillicon valley a une éducation moins eurocentrique que le camerounais ayant suivi son cursus au Cameroun?

Question sans grand intérêt pour le Cameroun/Afrique : à l'Inde d'apprécier ce qu'elle y gagne. En revanche, ce qui est une exception en Inde est quasiment la règle au Cameroun ; à savoir que pour faire des études supérieures, il vaudra toujours mieux pour une jeune Camerounais de fuir, non pas le Cameroun, mais la médiocrité instituée comme régime politique par Polo Biya et ses parrains étrangers...

Citation:
Parlons maintenant des diasporas. Les études montrent une réussite impressionante des diaspora asiatiques dans les université américaines. Cette réussit s'inscrit dans le système classique. Ces gens n'ont pas besoin qu'on leur crée d'école taoïste ou bouddhiste. Ce fait démontre ce qui parait être une évidence absolue démontrée par toutes les études, la réussite se joue avant l'école, elle se joue au niveau familial.

Divagations!
Que la diaspora asiatique réussisse aux Etats-Unis dans des cursus académiques conçus pour les étatsuniens ne préjuge en rien du taux de succès qu'enregistrerait un système éducatif africain ayant l'Afrique et les Africains (leur histoire, langues, danses, littérature, oraliture, masques, etc.) au centre de ses préoccupations épistémiques (une école africaine afrocentrique)...Or, c'est de cela qu'il est question ici, où tu tentes d'embrouiller les sujets...

Citation:
2eme question: pourquoi serions nous les seuls au monde à avoir besoin d'un cursus spécifique pour nous épanouir?

Parce que nous sommes les seuls au monde à être ce que nous sommes, et avons seuls vocation à décider pour nous-même ce qui est bon pour nous ; cela pouvant donc être en l'occurrence une école afrocentrique...

Au demeurant, as-tu bien vérifié que l'école en Chine adopte purement et simplement les contenus et méthodes d'enseignement occidentaux??? Que les livres d'enseignement en Chine sont conçus et fabriqués par des officines françaises/européennes???
Comment se fait-il alors que la médecine chinoise -entre moult exemples- propose d'autres protocoles thérapeuthiques que les Blancs commencent seulement maintenant à apprendre à découvrir???

Pardon, Jofrère, arrêtes donc de nous bourrer ici!!! Si tu ne conçois qu'une école eurocentriste en Afrique, tant pis pour toi. Mais tu risques bientôt d'avoir affaire avec un bon lecteur de Mongo Béti comme ministre de l'éducation nationale qui ne discuterait même pas du bien fondé des langues camerounaises comme excellents outils d'apprentissage des sciences aux petits Camerounais : comme font exactement les Chinois chez eux, qui apprennent tout ce qu'ils veulent dans leur propre langue... au point d'ailleurs que certaines Grandes-Ecoles de Blancs introduisent désormais l'apprentissage du chinois dans les cursus...


Citation:
Question complémentaire: pourquoi les autres qui suivent le même enseignement que nous ne semblent pas se haïr? L'eurocentrisme serait il exclusivement dirigé contre nous?

1/ Parce que ces autres dont tu parles sont généralement (très) minoritaires parmi ceux de leur pays qui ont le même niveau d'enseignement supérieur, et qui pour la plupart ont été à l'école chez eux. Or, dans la population africaine de diplômés d'études supérieures, presque tout le monde n'a suivi qu'un cursus exclusivement eurocentriste...
2/ Parce que l'école eurocentriste est foncièrement négrophobe : le Nègre y est la figure emblématique de ce qui est mauvais, nul, décadent, pauvre, analphabète, etc. bref, il y est l'exemple par excellence de ce qu'il ne faudrait pas devenir...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2646

MessagePosté le: Jeu 04 Mar 2010 11:18    Sujet du message: Répondre en citant

Pour etayer le propos d'OGO par rapport aux chinois.

Ceux-ci afin de se singulariser encore plus des autres humains, ont meme cree une propre theorie sur la singularite de l'origine de l'homo Chinois.

Jusqu'a ce jour, ils enseignent a tout chinois et ceci depuis leur tendre enfance, que l'homme chinois aurait une origine separee de tous les autres humains, qu'il serait descendant de l'homo erectus chinois, d'ou la morphologie singuliere (notemment du cerveau) des chinois.

Bien que la science genetique prouve le contraire, notemment une origine africaine de l'homme moderne, ca ne les interesse pas !

Ils construisent des parcs d'attraction qui traite de cette origine singuliere des chinois.

http://heritage-key.com/category/tags/wu-xinzhi

Documentaire sur l'homo erectus chinois, soi-disant ancetre des chinois

En outre par rapport aux performances scolaires, je recommande a jofrere ce sujet Les Noirs Africains plus performants a l'ecole que les Blanc

Qui montre que la generation d'africains ayant evolue dans un environnement africain ou c'est naturel de croire qu'on peut asprirer a tout atteindre dans la vie meme quand on est noir, a une psychologie differente des noirs qui, apres un sejour prolonge dans un environnement eurocentriste, apprennent que la place du noir c'est au bas de l'echelle social est qu'il n'est pas normal d'aspirer a plus que ca.
Meme toi qui a grandi au cameroun semble avoir adopte tres vite cet etat esprit, tu te mets a argumenter pour une hierarchisation de la citoyennete selon la race par exemple, ou les francais soi-disant de souche auraient plus de droits que les autres surtout les africains et leurs odeurs.

Encore, quand jofrere te prend l'exemple indien, arabes et autres, il oublie que beaucoup de ce qui est culture est vehicule par la religion par exemple. Ces peuples ont des religions taillees autour de leurs type d'homme, l'africain lui a des religions taillee autour du type d'autres races.
Les chretiens africains croient en un dieux blanc, blond aux yeux bleus Le diable lui est de couleur noir comme eux Shocked

Ces peuples utilisent des langues qui puisent dans leur histoire ou leur type d'homme est valorise.

Les africains eux utilisent le francais, ou tout ce qui est positif est blanc et tout ce qui est negatif, primitif est noir comme eux Shocked

Bref...

Avec tout ca jofrere ne comprend toujours pas que le noir baignant dans cet ether leucoderme, ou l'homme l'africain fut erige en l'anti-these de l'homme standard, l'homme leucoderme, ne pourrait etre stable psychologiquement.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie


Dernière édition par M.O.P. le Jeu 04 Mar 2010 13:17; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2646

MessagePosté le: Jeu 04 Mar 2010 11:57    Sujet du message: Precision Répondre en citant

Il ne s'agit pas de savoir si l'homme africain peut maitriser la technique aussi bien que les autres, c'est une question qui ne se pose pas puisque les predispositions genetiques sont les memes.

Il s'agit de savoir si l'homme africain a un etat d'esprit, qui n'est pas inne mais se faconne, lui permettant de se prendre independamment en main.
De se sentir responsable de son destin, d'utiliser son intelligence pour ameliorer sa condition, de se croire capable tout seul de le faire, de se sentir confiant a s'y adonner avec toute son energie, pour le bien de sa communaute de destin dont il se sent atttache par tout son etre.

C'est de ca qu'il s'agit jofrere.

L'africain sans etat d'esprit afrocentrique, manquera toujours d'authenticite. Et un etre qui n'est pas authentique ne peut etre vraiment creatif, il ne pourra produire que de pales copies dont n'ont pas besoin les societes modernes occidentale par exemple, qui ne pourront survivre que par leur creativite et l'esprit d'entreprise.

Senghor a su chanter les louanges de la fremme blanche par exemple, mais crois tu vraiment que les francais aient besoin de louanges gauches d'un negre pour leur femme ?
Senghor est considere par beaucoup comme toi, comme le plus grand intellectuel africain francophone du dernier siecle, mais cite moi un seul ouvrage de senghor etudie par les petits francais ou cite par l'intelligentsia toubab comme ils le font avec les jean paul sartre et consort.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merikama
Grioonaute 1


Inscrit le: 07 Sep 2008
Messages: 254

MessagePosté le: Jeu 04 Mar 2010 16:05    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Tout d'abord je voudrais dénoncer ici cette habitude que nous avons de citer tel ou tel modèle sans aucun élément pour étayer nos dires. En Afrique on a eu tous les modèles possibles imaginables. Aujourd'hui, c'est le modèle chinois ou le modèle indien parceque c'est la mode.

J'ai bien remarqué que Jofrere est assez particulier dans son aliénation qu'il tente bon gré malgré de légitimer, c'est-à-dire d'élever au stade de la normalité. Pour lui, il n'est pas aliéné, mais plutôt dans le sens du vent, dans la vague. L'eurocentrisme mondialisé n'est en réalité pour Jofrere, le sens normal de l'histoire, l'UNIVERSALITE dans sa quintessence. Que cette réalité soit l'aboutissement de la BARBARIE la plus abject, n'a en soit aucune espèce d'importance …

Depuis les "Indépendances", Il est faux de dire que l'Afrique aurait déjà eu TOUS les modèles possibles. Depuis les "Indépendances", il est un seul modèle que l'Afrique n'a encore jamais exploité dans toute sa plénitude, c'est son propre modèle, le modèle Négro-africain tout simplement, celui de ces Ancêtres.

On pourra encore nous sortir le sempiternel argument qui est celui de dire "comme, notre modèle ancien, nous a conduit à un échec face aux Arabo-européens, alors ce modèle n'est pas efficace". Adopter ce type d'analyse c'est méconnaître le sens réel de ce qu'est la CIVILISATION. Tous les Nègres aliénés, confondent allègrement la civilisation et le fait d'avoir les armes les plus puissantes, les plus destructrices. Ils confondent la Civilisation avec le fait de manger avec des couverts, avec le fait de "chier" dans des latrines, avec le fait de rouler dans des voitures, avoir des ordinateurs, écouter Mozart, etc. On réduit la Civilisation à l'UNIQUE bien être matériel et au culte du plus puissant, du plus VIOLENT. Lorsqu'un peuple ne remplit pas ces critères matérialistes et VIOLENTS, il est étiqueté "sauvage", "barbare", "non-civilisé", "pré-philosophique", "pré-logique", "inefficace" etc. Mais la Civilisation ce n'est pas cela.

En tous les cas en Afrique, notre conception de la CIVILISATION est tout autre. C'est la réalisation d'une société UNTU MEI, une société Maâtique, qui met en son cœur, la Vérité-Justice-Rectitude-Équilibre-Solidarité-Éthique-Équité", comme valeur VITALE et universelle. Parce que la Maât est la seule chose qui soit stable et durable, toute autre alternative ne conduit qu'au désordre, à la Barbarie (le contraire de la Civilisation). Donc si nous avons été vaincus, ce n'est point que nous soyons des "sauvages", mais parce que justement nous avons rencontré des "non-civilisés". Les "non-civilisés", ce sont eux et en aucun cas nous. Faudrait remettre un peu les pendules à l'heure !

Pour valider leur Barbarie à un niveau intellectuel, des "philosophes" européens en arrivent même à pondre des "concepts" du genre "destruction créatrice" (Cf. Joseph Schumpeter). Et bien en tant que Nègres, nous n'adhérons pas à ces mirages. Nous préférons parler de stabilité créatrice. De stabilité dans la Vérité-Justice qui libère les énergies créatrices de l'homme. Car la création ne peut s'exprimer que dans la liberté, elle-même garantie par la Maât.

C'est ce modèle que nous voulons en Afrique. C'est le modèle de nos ancêtres. Et la société qu'ils ont mis 200.000 ans à forger est basée sur un principe fondamental tout à fait SIMPLE : L'INITIATION. Le but de ce principe d'éducation, est ceci : avant de former des techniciens, formons d'abord des PHILOSOPHES (amoureux de la sagesse).

En valeur absolue, un mathématicien, un biologiste, un médecin, un informaticien, un économiste, etc. ne sert à rien, du point de vue de la Maât, s'il n'a aucune notion de PHILOSOPHIE. La science doit être au service de la Maât pour le progrès humain. La Maât, c'est la CONNAISSANCE, la science de l'élévation de l'homme dans la stabilité et la durabilité, c'est le perfectionnement dans la CIVILISATION.

Citation:
1ere question: en quoi un indien qui a fait l'école anglaise en Inde, étudié dans une université américaine, travaille dans la Sillicon valley a une éducation moins eurocentrique que le camerounais ayant suivi son cursus au Cameroun?

Si cet Indien en question, a pour langue maternelle l'anglais, a été élevé et éduqué depuis sa plus tendre enfance, dans la culture anglaise et bien, cet Indien est un EUROCENTRIQUE. L'eurocentrisme n'a pas de couleur, il est avant tout un PARADIGME culturel, politique, économique et religieux. Par contre un Indien qui maîtrise sa langue, a fait une large partie de son éducation ans cette langue et dans ses valeurs ancestrales et n'a été à l'école dit des "Blancs" pour acquérir une technicité, a très peu de risque d'être phagocyté par l'idéologie eurocentriste.

Le problème ici, n'est pas tant l'acquisition d'une certaine technicité à l'"école du Blanc", mais celle d'une vision du monde qui du fait qu'elle est envahissante, tue l'originalité, l'authenticité du MUNTU (j'utilise ici le terme si cher à Fabien Eboussi Boulaga). Or le Camerounais qui n'apprend à l'école dès son plus jeune âge, RIEN de ce qu'il est en tant que Muntu, une école qui nie sa langue comme véhicule de la connaissance, une école qui véhicule des prémisses Racistes sur la culture de ses parents, grands parents, Ancêtres, subit, il faut le dire, une éducation eurocentriste, marquante à VIE, de même que l'Indien "anglicisé" travaillant dans la sillicon valley.

L'Afrocentricité n'interdit pas l'altérité, elle combat seulement les cultures envahissantes, hégémoniques qui nient l'être culturel de l'autre. L'Afrocentricité est un concept philosophique. Son champ d'application, on ne cessera jamais de le répéter, c'est la Philosophie de la Libération. En ce sens elle est profondément Anti-Raciste. Elle abhorre toute tentative d'hiérarchisation des cultures ou des visions du monde.

Citation:
Parlons maintenant des diasporas. Les études montrent une réussite impressionante des diaspora asiatiques dans les université américaines. Cette réussit s'inscrit dans le système classique. Ces gens n'ont pas besoin qu'on leur crée d'école taoïste ou bouddhiste. Ce fait démontre ce qui parait être une évidence absolue démontrée par toutes les études, la réussite se joue avant l'école, elle se joue au niveau familial.

Est-ce à dire que les écoles où des chinois apprennent le taoïsme ou le bouddhisme, produisent des étudiants qui sont des CANCRES, incapables de faire leur preuve dans ces fameuses universités américaines par la suite ? Pourtant il suffit d'analyser les nationalités des étrangers dans ses écoles pour constater qu'il s'agit AUSSI de personnes ayant d'abord eu une éducation asiatique (en langues asiatiques et selon les valeurs asiatiques) avant d'aller suivre un cursus de perfectionnement dans ces universités en question.

Peux-tu nous affirmer que tous ces Chinois qui réunissent dans TOUTES les universités américaines, n'ont aucune notion du chinois, du confucianisme, du taoïsme ou du bouddhisme ? Pourquoi à chaque fois opposer réussite dans une école occidentale et l'affirmation de la culture d'origine des apprenants ? A te lire, on a l'impression que le 3e rang de puissance économique mondiale de la Chine et même celui de 2e rang de puissance économique mondiale du Japon, sont essentiellement dus à des Japonais ou des Chinois ayant été éduqué à la seule sauce occidentale depuis leur tendre enfance. Combien ces "chinois" ou ces "japonais" que tu sembles tant affectionner représentent-il de part dans l'ensemble des managers et décideurs Chinois ou Japonais dans leur pays respectifs ?

Citation:
2eme question: pourquoi serions nous les seuls au monde à avoir besoin d'un cursus spécifique pour nous épanouir?

Cette question me paraît saugrenue. C'est comme si on me demandait pourquoi je suis un Nègre ou pourquoi je parle telle langue ? C'est quand même incroyable de devoir toujours nous justifier lorsqu'on est des Nègres. Et je ne comprends pas en quoi le fait d'avoir été éduqués dans des écoles Afrocentriques, selon nos valeurs ancestrales empêcherait nos enfants d'êtres aptes à assimiler par la suite les programmes scientifiques de grandes écoles occidentales. Si des Chinois, des Japonais, des Indiens, des Arabes, etc. y arrivent, pourquoi pas nous ? Serions nous donc des "sauvages" ?

Citation:
Question complémentaire: pourquoi les autres qui suivent le même enseignement que nous ne semblent pas se haïr? L'eurocentrisme serait il exclusivement dirigé contre nous?

Tout dépend de quel enseignement et de l'état psychologique de ceux qui reçoivent cet enseignement. Un Nègre qui a subit près de 600 ans d'humiliations et qui se retrouve dans un enseignement qui considère que tout ce qu'il était avant l'arrivée des "civilisateurs" était "sauvagerie", "barbarie" et que Dieu est Blanc, mais Satan est Noir, ne pourra que se haïr, haïr ce qu'il est, haïr sa culture, sa langue …
_________________


"L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir". THOMAS SANKARA

[Sankara = S ˁnḫ Rˁ]


Dernière édition par Merikama le Sam 13 Mar 2010 20:46; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Franceàfrique
Grioonaute


Inscrit le: 29 Sep 2005
Messages: 38

MessagePosté le: Jeu 04 Mar 2010 17:42    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:



Parce que nous sommes les seuls au monde à être ce que nous sommes, et avons seuls vocation à décider pour nous-même ce qui est bon pour nous ; cela pouvant donc être en l'occurrence une école afrocentrique...



Real talk
_________________
There's only two things in life that are constant that's change and change.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven 05 Mar 2010 13:59    Sujet du message: Répondre en citant

Mon cher OGOTEMMELI,
Tes posts trahissent cruellement la difficulté qu’il y a à discuter sans chiffres et les impressions fausses qui en résultent.
J’ai fait une succincte recherche sur Internet en ce qui concerne la mobilité internationale des étudiants camerounais et chinois.

Tout d’abord ce sont 2 pays où le nombre d’étudiants est en plein boom et met à mal des structures peu préparées à cet afflux.

En 2007 les chiffres étaient les approximativement suivants :
Citation:
Cameroun : 150 000 étudiants – mobilité internationale: 2000
Chine : 25 000 000 étudiants - mobilité internationale : 180 000


Non seulement les proportions sont similaires mais les problématiques sont aussi similaires.

En chine, 1/3 des diplômés ne trouvent pas d’emploi. Ceux qui partent sont souvent les doctorants ou les 3emes cycles. Vu qu’ils trouvent de bonnes situations au Japon, aux US ou en Europe, seule une minorité d’entre eux rentrent y compris parmi les boursiers

Qu’est ce que ça veut dire ? Que la Chine est confronté comme nous à des défis colossaux. Comment faire pour répondre à la forte demande en éducation de sa population ? Que faire des diplômés ? Comment éviter la fuite des cerveaux ?

Et quoi que vous en disiez, l’éducation qui est dispensée dans les universités chinoises n’est pas fondamentalement différente de celle dispensée dans les universités camerounaises. Ces étudiants sen retrouvant de plus en plus en concurrence sur les mêmes bourses aux USA ou en Allemagne. De plus en plus d’étudiants africains vont en Chine. J’espère que ce n’est pas pour étudier que le chinois a une forme de crâne différente.

Le Cameroun (comme d’autres pays) a fait un effort énorme sur le plan de l’éducation après les indépendances. Cet effort a payé, aujourd’hui, malgré ses limites, le système éducatif camerounais arrive à sortir chaque année un certain nombre de diplômés. C’est ça que vous tentez de remettre en cause ici avec votre concept fumeux d’ « école eurocentrique ».

Que le pays n’arrive pas à offrir à ces jeunes les perspectives d’avenir dont ils auraient besoin c’est autre chose. Mais pour avancer, il faut capitaliser sur les choses qui existent et qui fonctionnent quand même.

http://editions.campusfrance.org/pays/2007/cameroun_07_avec_visas.pdf
http://french.peopledaily.com.cn/Sci-Edu/6340145.html
http://french.china.org.cn/china/txt/2009-09/16/content_18538779.htm
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven 05 Mar 2010 14:43    Sujet du message: Re: Precision Répondre en citant

M.O.P. a écrit:
Il ne s'agit pas de savoir si l'homme africain peut maitriser la technique aussi bien que les autres, c'est une question qui ne se pose pas puisque les predispositions genetiques sont les memes.

ça je te le confirme qu'à mes yeux ce débat est largement dépassé. la question c'est comment arriver à rivaliser avec les autres et ce le plus rapidement possible.

M.O.P. a écrit:

Senghor a su chanter les louanges de la fremme blanche par exemple, mais crois tu vraiment que les francais aient besoin de louanges gauches d'un negre pour leur femme ?
Senghor est considere par beaucoup comme toi, comme le plus grand intellectuel africain francophone du dernier siecle, mais cite moi un seul ouvrage de senghor etudie par les petits francais ou cite par l'intelligentsia toubab comme ils le font avec les jean paul sartre et consort.

je ne suis pas surpris que tu cites Senghor parceque ce que tu fais c'est du senghorisme sans Senghor et peut-être même sans le savoir. je vais te citer soyinka pour t'aider dans ta réflexion.

Soyinka a écrit:
La négritude a été un véritable enjeu et le problème que nous avons eu avec la promotion de la négritude, c'est qu'elle était insuffisamment ancrée dans l'actualité. Elle avait trop tendance à se pencher sur le passé. J'ai trouvé cela dangereux. C'est comme regarder tout le temps son nombril pour voir d'où l'on est venu, alors que les problèmes sont immédiats.



M.O.P. a écrit:
Ces peuples utilisent des langues qui puisent dans leur histoire ou leur type d'homme est valorise.

Tu prends le problème à l'envers. Retrouve d'abord ta puissance et ensuite tu pourras imposer tes langues, tes religions et tout ce que tu veux. C'est dans ce sens là que ça marche.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven 05 Mar 2010 18:58    Sujet du message: Répondre en citant

Salut Merikama,
J’ai bien aimé ton post parcequ’il est cohérent et que tu vas vraiment au bout de ta logique. Mais tu l'auras compris, mes positions sont diamétralement opposées.

A ta première question, je répondrais que la problématique d’être un aliéné ou non ne m’encombre pas l’esprit. Ce qui dans ton esprit est peut-être ce qu définit l’aliéné.

Ensuite que l’Europe ait dominé le monde dans l’histoire récente, je ne peux comme toi que le constater. Quant à savoir si c’est le sens normal de l’histoire, je serais bien en peine de te répondre n’ayant jamais réfléchi au concept de normalité dans le contexte historique.

Ton analyse sur le fait la confrontation de nos sociétés avec les autres est très intéressante. Tu reconnais bien que notre modèle a été vaincu mais tu n’en tires pas les conséquences. Au lieu de réfléchir à inverser ce rapport de force qui est plus que jamais en notre défaveur, tu cours te réfugier derrière des jugements de valeur. Le plus grave n’est pas qu’on ait été affublé de ces qualificatifs « sauvage », « barbare », « non civilisé » mon cher Merikama, le plus grave c’est la défaite. C'est pourquoi je parle souvent de blessure narcissique.
La supposée supériorité spirituelle dont tu t’enorgueillis, à quoi te sert elle aujourd'hui?

Tu écris : C’est le modèle que nous voulons. Certes, mais tu ne dis pas comment tu vas faire pour le rétablir.
Attention au raisonnement tautologique.
1- notre modèle a été vaincu
2- il faut le rétablir
3- comment ? en le rétablissant.

Merikama a écrit:
avant de former des techniciens, formons d'abord des PHILOSOPHES (amoureux de la sagesse).

On peut dire que tu as vraiment le sens de la formule. Tu ne pouvais mieux exprimer la quintessence de ce qui nous sépare.

Merikama a écrit:
A te lire, on a l'impression que le 3e rang de puissance économique mondiale de la Chine et même celui de 2e rang de puissance économique mondiale du Japon, sont essentiellement dus à des Japonais ou des Chinois ayant été éduqué à la seule sauce occidentale depuis leur tendre enfance. Combien ces "chinois" ou ces "japonais" que tu sembles tant affectionner représentent-il de part dans l'ensemble des managers et décideurs Chinois ou Japonais dans leur pays respectifs ?

La Chine a été communiste de 47 jusqu’au début des années 70. Idéologie eurocentrée ou pas ? Depuis le milieu des années 70, elle développe un des capitalismes les plus agressif qui soit, notamment à l’égard de ses ouvriers. Si ce n’est pas un alignement, qu’est ce que c’est? Ils sont où les modèles de développement alternatifs ?
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Sam 06 Mar 2010 07:15    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Mon cher OGOTEMMELI,
Tes posts trahissent cruellement la difficulté qu’il y a à discuter sans chiffres et les impressions fausses qui en résultent.

Heu, jofrère, je crois pourtant avoir montré ailleurs (dans un autre topic) que ton interprétation des chiffres n'est pas toujours des plus heureuses...
Qu'à cela ne tienne, j'en remets une autre couche ci-après :
Citation:
J’ai fait une succincte recherche sur Internet en ce qui concerne la mobilité internationale des étudiants camerounais et chinois. Tout d’abord ce sont 2 pays où le nombre d’étudiants est en plein boom et met à mal des structures peu préparées à cet afflux. En 2007 les chiffres étaient les approximativement suivants :
Cameroun : 150 000 étudiants – mobilité internationale: 2000
Chine : 25 000 000 étudiants - mobilité internationale : 180 000
Non seulement les proportions sont similaires mais les problématiques sont aussi similaires.


* D'abord je doute fort que le nombre d'étudiants camerounais à l'étranger ne soit que de "2000" ; un chiffre qui me paraît sousestimé pour la seule destination France...

Ensuite, en proposant les chiffres pour seulement "2007", tu adoptes une perspective statique pour traiter d'un phénomène éminemment dynamique. Si tu avais pris, par exemple, la période correspondant au règne de Popol, a fortiori l'évolution de ces "chiffres" depuis les indépendances (dont nous allons célébrer les 50 ans bientôt), tu aurais vu à quel point la seule année "2007" t'induit en erreur...

En effet, pendant la période dite de "la guerre froide", les étudiants chinois pouvaient très difficielement aller étudier en Occident ; tandis que la quasi-totalité des étudiants camerounais terminait ses études supérieures en Occident, car il n'y avait pas beaucoup d'universités (et autres écoles supérieures) au Cameroun...

En revanche, depuis les années 1990, de plus en plus d'étudiants Chinois peuvent s'expatrier, tandis que l'offre PRIVEE d'université et écoles supérieures s'est accrue au Cameroun depuis les années 2000...

Bref, ces données qualitatives te permettent de mieux comprendre tes "chiffres" : de comprendre en l'occurrence que "les proportions son similaires" seulement depuis peu ; ce qui n'a pas encore pu changer la tendance de fond, telle qu'il y plus de diplômés camerounais formés à l'étranger (par exemple sous l'ère Popol) qu'il n'y a d'étudiants chinois formés en Occident...
Citation:
En chine, 1/3 des diplômés ne trouvent pas d’emploi. Ceux qui partent sont souvent les doctorants ou les 3emes cycles. Vu qu’ils trouvent de bonnes situations au Japon, aux US ou en Europe, seule une minorité d’entre eux rentrent y compris parmi les boursiers. Qu’est ce que ça veut dire ? Que la Chine est confronté comme nous à des défis colossaux. Comment faire pour répondre à la forte demande en éducation de sa population ? Que faire des diplômés ? Comment éviter la fuite des cerveaux ?

Il y au moins une série de questions que la Chine n'a pas besoin de se poser : faut-il enseigner les Chinois en langue et écriture chinoises ? Doit-on inscrire l'histoire de la Chine au centre des préoccupations historiographiques des étudiants chinois ? Les traditions chorégraphiques chinoises sont-elles promues en Chine, à travers les meilleures infrastructures possibles ? Le calendrier, la conception du temps, en Chine n'est-il qu'une simple imitation de celui occidental????

Bref, de toute évidence, le contenu de l'enseignement en Chine tient un plus grand compte des réalités locales que celui de l'enseignement en Afrique. D'où le bien fondé des exigences afrocentriques, qui constituent (pour moi) un impératif catégorique...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Sam 06 Mar 2010 10:07    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
En effet, pendant la période dite de "la guerre froide", les étudiants chinois pouvaient très difficielement aller étudier en Occident ; tandis que la quasi-totalité des étudiants camerounais terminait ses études supérieures en Occident, car il n'y avait pas beaucoup d'universités (et autres écoles supérieures) au Cameroun...


C'est le version officielle, parce qu'à l'intérieur même de la Chine il se développait des villes occidentales comme Shanghaï et Shenzen, sans oublier Canton, Hong Kong, Taïwan peuplées de Chinois...Il faut retenir dans l'histoire de la Chine deux renseignements :
- le dévelopement a été très stratégique à l'image du Japon. Rappelle-toi de ces fameux touristes nippons qui arpentaient les grandes villes occidentales avec leurs objectifs...Derrière leurs petits sourires narquois se dissimulait un espionnage industriel très redoutable...C'est ce modèle qu'a repris la Chine,
- la diapora chinoise est très patriotique, parce que l'occident chrétien en a fait des non occidentaux et c'est sur le terrain économique qu'elle s'est vengée.

Le communisme vu de cet angle était voué à l'échec...,

En ce qui concerne le Cameroun, premier constat, le patriotisme n'est pas économique et encore moins industriel. Les leviers de vitesse manquent donc aux commandes...Bien que formée en occident comme tu dis, la diaspora camerounaise des années prè 1990 n'a pas réussi à adapter sa formation aux besoins de sa société. Il est vrai que le pays manque de médecins, mais nous remarquons tous que les personnalités, une fois malade, vont se soigner à l'étranger. Que vallent ceux qu'on a envoyé se former justement à...l'étranger ?

Quel aveu d'échec...

N'ai-je pas dit plus haut que le patriotisme n'est pas économique et encore moins industriel ?

Ce n'est pas avec ce genre "d'attentisme attitude" que tu iras te mesurer à la Chine au capitalisme agressif, dixit Jofrere...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merikama
Grioonaute 1


Inscrit le: 07 Sep 2008
Messages: 254

MessagePosté le: Sam 06 Mar 2010 13:56    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Salut Merikama,
J’ai bien aimé ton post parcequ’il est cohérent et que tu vas vraiment au bout de ta logique. Mais tu l'auras compris, mes positions sont diamétralement opposées.

Salut Jofrere, rassures-toi, je n'ai aucunement la prétention de vouloir te transformer. Tu es un ADULTE …

Citation:
A ta première question, je répondrais que la problématique d’être un aliéné ou non ne m’encombre pas l’esprit. Ce qui dans ton esprit est peut-être ce qu définit l’aliéné.

En effet, un aliéné est toujours ignorant de son état, sinon ce serait très facile …

Citation:
Ensuite que l’Europe ait dominé le monde dans l’histoire récente, je ne peux comme toi que le constater. Quant à savoir si c’est le sens normal de l’histoire, je serais bien en peine de te répondre n’ayant jamais réfléchi au concept de normalité dans le contexte historique.

Et c'est justement cela le problème. Comment voulez-vous transformer l'Afrique comme vous le prétendez, critiquer et les dirigeants et le système en lui-même si vous ne réfléchissez pas au SENS DE L'HISTOIRE ? C'est pourtant un sujet élémentaire en philosophie ! C'est justement une des raisons pour laquelle je dis, qu'avant de former des techniciens, il faudrait d'abord à les former à la PHILOSOPHIE. Comment voulez-vous DIRIGER votre vie et celle de la collectivité, si vous n'avait aucune VISION, ne maîtriser pas ce qu'est le sens de l'histoire ? C'est cela la PHILOSOPHIE : donner du SENS à ce que l'on fait. L'Afrique est en retard à cause de cela : manque de VISION, manque cruel d'une véritable philosophie de la libération.

Aujourd'hui grâce à des gens comme Molefi Kete Asante, nous pouvons aujourd'hui nous targuer d'avoir un CONCEPT philosophique puissant, suffisamment fécond et fécondant : l'Afrocentricité. Tous ceux qui questionnent la validité de concept dans des lieux superflus, à savoir qu'il serait "Raciste", "Noiriste", "Xénophobe", "Suprématiste" et que sais-je encore, n'ont toujours pas compris son ESSENCE. C'est la raison pour laquelle pour moi, un Nègre quelque soit son niveau académique, restera un ILLETTRÉ (au sens Négro-africain du terme. Ceux qui connaissent l'Afrique et qui ont eu à fréquenter les "vieux" de leur village sauront de quoi je parle) s'il n'a pas acquis un minimum de compétence philosophique.

Citation:
Ton analyse sur le fait la confrontation de nos sociétés avec les autres est très intéressante. Tu reconnais bien que notre modèle a été vaincu mais tu n’en tires pas les conséquences. Au lieu de réfléchir à inverser ce rapport de force qui est plus que jamais en notre défaveur, tu cours te réfugier derrière des jugements de valeur. Le plus grave n’est pas qu’on ait été affublé de ces qualificatifs « sauvage », « barbare », « non civilisé » mon cher Merikama, le plus grave c’est la défaite. C'est pourquoi je parle souvent de blessure narcissique.

Comment peux-tu affirmer cela ? Tu ne m'as même pas posé la question. Penses-tu sincèrement que l'Afrocentricité que je pose comme CONCEPT de libération soit dépourvue d'une réponse à la question "comment s'en sortir, quel jugement tirer de l'histoire ?" Accuserais-tu tous ceux qui adhèrent à ce concept de manquer de VISION ? Soyons sérieux …

Le seul reproche sensé que l'on puisse faire aux Ancêtres et je dirais même à tous nos Pharaons y compris ceux des plus conquérants de la XVIIIe dynastie, c'est de n'avoir pas été suffisamment Barbares face aux Barbares. De n'avoir pas utilisé à fond le langage de la Barbarie face à des gens qui ne connaissent que cela comme langage. De n'avoir pas utilisé la poudre (dont ils connaissaient pourtant les possibilités) à des fins de guerre et de destruction. En fait le seul reproche qu'on puisse leur faire c'est justement d'avoir été trop CIVILISÉS. Donc la réponse à ta question est déjà dans ce diagnostic.

Un philosophe égyptien disait ceci : "n'abuse pas trop de la Maât". Cela veut dire que lorsqu'elle est menacée, n'hésite pas à la transgresser pour justement la faire perdurer. C'est la philosophie de Marcus Garvey, c'est aussi celle Malcon X, ce fut aussi celle de Kwamé Nkrumah (Handbook for Revolutionary Warfare) et de tous nos leaders morts sur le champ de bataille. Si je dis que suis pour la mise en place d'un programme nucléaire Africain, c'est parce que j'adhère pleinement à cette philosophie.

Citation:
Tu écris : C’est le modèle que nous voulons. Certes, mais tu ne dis pas comment tu vas faire pour le rétablir.
Attention au raisonnement tautologique.
1- notre modèle a été vaincu
2- il faut le rétablir
3- comment ? en le rétablissant.

Le Comment EXISTE mon vieux, il suffit de lire TOUS les auteurs auxquels nous nous referons. A te lire c'est à croire que l'Afrocentricité est seulement né HIER … Ce n'est pas parce que le peuple Camerounais ne veuilles pas prendre son destin en main qu'il n'existe aucune théorie, aucun programme, aucune idéologie de Renaissance chez les Nègres. Ce n'est pas au concept de faire la révolution. C'est à l'homme qui éveillé, conscientisé par le concept qui change son environnement, définit le SENS DE L'HISTOIRE. Les concepts ne sont que des théories, des programmes, des idéologies de COMBAT …

Citation:
Merikama a écrit:
avant de former des techniciens, formons d'abord des PHILOSOPHES (amoureux de la sagesse).

On peut dire que tu as vraiment le sens de la formule. Tu ne pouvais mieux exprimer la quintessence de ce qui nous sépare.

Une question : comment comptes-tu par exemple t'y prendre pour lutter contre la corruption, le gain facile au Cameroun ? Il suffit de regarder en occident, quoi qu'on en dise est la "civilisation" la plus CORROMPUE que l'humanité ait pu produire, malgré ses lois, ses grandes prisons, ses policiers, ses agents secrets, etc…

Dans "philosophie", on a "sophos" qui vient selon la démonstration de Théophile Obenga de l'égyptien "Seba" qui signifie "instruire", "éduquer", en claire "rendre sage", d'où philosophie = "amour de la sagesse".

Théophile Obenga a écrit:
Le mot égyptien sbǒ, sabǒ, sabě, seba, sěb, d'où serait dérivé le grec sophόs (s-b / s-f (ph), est un mot négro-africain, attesté par exemple en maninka (Guinée, Kankan, Mali) : sἑbἐ, s`ᴐbἐ, "chose importante, sérieuse, gave" apprise auprès d'un maître, d'un initié. L'éducation initiatique est chose importante et grave en effet.
L'Égypte, la Grèce et l'école d'Alexandrie, P. 222

La PHILOSOPHIE, a donc un sens et but en Afrique, qui est claire : transformer ceux qui "subissent" l'INITIATION, les fait passer du stade de l'enfance, c'est-à-dire de l'IGNORANCE, au stade réellement adulte : la SAGESSE. L'initiation en Afrique comporte plusieurs niveaux d'apprentissage. Les Nègres non aliénés à qui il reste un peu de Muntu, savent ce qu'un INITIÉ de dernier niveau peut-être. Au cours de ce processus d'initiation qui peut être très long, ce qui est mis au cœur, c'est l'apprentissage des éléments fondamentaux de la Maât. Cet apprentissage n'interdit pas évidement de devenir médecin, économiste, biologiste, mathématicien, architecte, informaticien ou artiste. Il nous permet d'agir en tant qu'être CIVILISÉ, dans ce que l'on fait ou entreprend.

La civilisation, ce n'est donc pas se bomber le torse et crier sur tous les toits que je suis le plus fort, le plus puissant, le plus scientifique. Non ! La civilisation se mesure à la sagesse des individus d'une société. C'est cela le but de Séba.

Citation:
La Chine a été communiste de 47 jusqu’au début des années 70. Idéologie eurocentrée ou pas ? Depuis le milieu des années 70, elle développe un des capitalismes les plus agressif qui soit, notamment à l’égard de ses ouvriers. Si ce n’est pas un alignement, qu’est ce que c’est? Ils sont où les modèles de développement alternatifs ?

Que la Chine veuille se "BARBARISER", c'est son problème. Pourquoi devrions-nous la suivre ? Notre rôle à nous qui refusons cette Barbarie, c'est de mettre en place un système qui nous préserve de cette décadence, en interne comme en externe.

En interne c'est la société Africaine telle qu'ont connue nos Ancêtre et qui était d'une stabilité épatante (plus d'un explorateur arabe ou européen en avait témoigné). En externe, c'est une politique dissuasive qui faudrait mettre en place et qui ferrait réfléchir plus d'une fois, le Nigaud qui voudrait nous détruire. Nous n'avons pas la prétention d'instaurer la société initiatique en Europe ou en Chine. Chaque peuple a sa philosophie, mais nous sommes en droit de nous défendre en cas de cas (comme on dit en Côte d'Ivoire) …
_________________


"L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir". THOMAS SANKARA

[Sankara = S ˁnḫ Rˁ]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Dim 07 Mar 2010 06:37    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
En ce qui concerne le Cameroun, premier constat, le patriotisme n'est pas économique et encore moins industriel. Les leviers de vitesse manquent donc aux commandes...

C'est un peu normal, non!? Le pays a toujours été dirigé par des anti-patriotiques, ceux qui ont refusé la souveraineté (pleine et entière) au profit de "l'indépendance", en criant "OUI" à Charles de Gaulle...lequel les a aidés à cocher la bonne case de notre asservissement néocolonial...

A vrai dire, ceux-là ont été poussés au devant de la scène, par tous les moyens, y compris les plus criminels (ex. Le Génocide Bamikele), afin de barrer la route aux souverainistes...

Comme quoi, un minimum de conscience historique panafricaniste n'aurait pas fait de mal...

Citation:
Bien que formée en occident comme tu dis, la diaspora camerounaise des années prè 1990 n'a pas réussi à adapter sa formation aux besoins de sa société.

Plus exactement, je dirais plutôt ceci : PARCE QUE formée en Occident, ou à l'occidentale, l'élite africaine des indépendances est incapable de connaître l'Afrique, d'aimer les Africains et de travailler à la prospérité collective des nations nègres. C'est une élite aliénée, aux préoccupations extraverties, qui ne sait produire (lorsqu'elle produit) que pour les besoins de Bwana...

D'où l'impérieuse nécessité d'une école africaine afrocentrique, qui mette l'Afrique et la Diaspora africaine au centre de ses préoccupations ; qui réfléchisse aux problèmes africains et travaille à inventer des solutions endogènes à ces problèmes...

Une élite larbiniste, qui tourne le dos au "PLAN DE LAGOS" pour appliquer servilement "LES POLITIQUES D'AJUSTEMENT STRUCTUREL" est un véritable danger pour l'Afrique!!!!
Citation:
Il est vrai que le pays manque de médecins, mais nous remarquons tous que les personnalités, une fois malade, vont se soigner à l'étranger. Que vallent ceux qu'on a envoyé se former justement à...l'étranger ?

Mais les médecins, ce ne sont pas des herbes sauvages qui poussent sans qu'on n'y fasse rien...Le pays manque surtout d'infrastrures éducatives à la mesure de ses besoins. Note que Bwana, dans le cadre des P.A.S., avait obligé l'Etat camerounais à se désinvestir des secteurs vitaux comme la Santé, l'Education et le Logement (Travaux Publics) pendant quasiment une génération : des années 1980 au début des années 2000. Le résultat faramineux a été la brillante accession du Cameroun (pêté de ressources naturelles et humaines) au rang mirobolant de PPTE...vois où conduit le fait de suivre aussi servilement l'occidentalisation de l'Afrique...

Par ailleurs, le fait de s'en remettre sempiternellement à des moyens exogènes pour satisfaire ses propres besoins est une marque insigne de cette extraversion des élites formées comme des Blancs (à peau noire)...

Tu fais comme si c'est l'incompétence des élites camerounaises qui les rend globalement incapables de "s'adapter" au terrain camerounais ; or c'est l'inadéquation de leur programme de formation aux réalités du "terrain" qui les rend incapables d'y formuler des question-réponses efficaces. D'où - pour la énième fois - la nécessité d'adapter en Afrique les contenus pédagogiques aux spécificités locales, par exemple en formant des architectes capables d'utiliser les matériaux locaux pour construire des logements et autres bâtiments adpatés à la demande du plus grand nombre, notamment des populations rurales qui sont les plus mal loties. Au lieu de quoi on trouve des architectes en Afrique qui sous-traitent tous leurs travaux dans les pays de leur formation, important des solutions techniques inadaptées au contexte environnemental africain...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Dim 07 Mar 2010 19:02    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
Le pays manque surtout d'infrastrures éducatives à la mesure de ses besoins.

Je pense qu'on ne se comprend pas très bien Ogo...Tu dis que le pays manque d'infrastructures à la mesure de ses besoins, très bien, mais où penses-tu qu'on va les trouver ?

Chez Bwana biensûr, comme tu dis...

Quand je dis patriotisme industriel, je fais allusion à la technicité locale qui n'est pas assez mise en valeur et qui aurait pu impulser l'avancée industrielle du Cameroun.

Citation:
D'où l'impérieuse nécessité d'une école africaine afrocentrique, qui mette l'Afrique et la Diaspora africaine au centre de ses préoccupations


C'est tout le bonheur que le panafricanisme souhaite au vieux continent, par contre s'il s'agit d'un autre bourrage de crâne, 50 ans plus tard, pardon merci!

Citation:
avait obligé l'Etat camerounais à se désinvestir des secteurs vitaux comme la Santé, l'Education et le Logement (Travaux Publics) pendant quasiment une génération : des années 1980 au début des années 2000

Je ne vois pas où se situe ton problème dans la mesure où tu soutiens que le pays manque d'insfrastructures éducatives malgré les sommes investies dans ce secteur. Pas d'hôpitaux pour soigner les personnalités qui vont chercher leur bonheur ailleurs. Pas d'écoles qui forment la population aux réalités du terrain. Pas de stades dans un pays où le football est roi.

N'est-on pas en droit d'imaginer un autre secteur pour élever le niveau de vie de la population ?

Citation:
Par ailleurs, le fait de s'en remettre sempiternellement à des moyens exogènes pour satisfaire ses propres besoins est une marque insigne de cette extraversion des élites formées comme des Blancs

Gandhi a bien été formé comme un blanc, mais est-ce que cela l'a empêché de quitter son constume européen et de devenir celui qu'il a été ? Je trouve que tu exagères sur l'appréciation des rôles qui doivent être ceux de l'élite camerounaise. Les responsabilités sont politiques avant d'être individuelles...Si je pouvais situer le Président Biya sur l'échiquier politique français, je dirais qu'il est de droite avec une politique ultra libérale râtée, comme en atteste toutes ces privatisations sauvages des années 1990...

Tu conviendras avec moi que nous sommes loin des programmes sociaux tels que tu les aurais souhaités...Que tu en veuilles à cette politique de droite qui ignore son nom est une chose et vouloir tout résoudre par "l'afrocentricité" est une autre.

Je te dirai une énième fois que les responsabilités sont politiques et non individuelles...Mais comme derrière une politique il y a les hommes et d'autant plus que politique et homme se confondent dans ce pays, pas étonnant que des précheurs de bonne parole comme toi y voient des fidèles potentiels...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun 08 Mar 2010 11:31    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:

En effet, pendant la période dite de "la guerre froide", les étudiants chinois pouvaient très difficielement aller étudier en Occident ; tandis que la quasi-totalité des étudiants camerounais terminait ses études supérieures en Occident, car il n'y avait pas beaucoup d'universités (et autres écoles supérieures) au Cameroun...

Je t'ai mis les chiffres que j'ai trouvé et j'ai mis les liens en fin de post. D'après ce site, la France arrive en seconde position en recevant 1/3 des étudiants camerounais en mobilité. En 2006, elle a octroyé 700 visas. CQFD.
De plus, l'UNESCO estimait en 2005 le nombre total d'étudiants camerounais en mobilité internationale à environ 15000 et le nombre d'étudiant chinois en mobilité internationale depuis la fin des années 90 à environ 1.5 millions.
Si tu contestes ces chiffres, il faudrait en proposer d'autres.

Tu me parles de dynamique, mais quelle est la dynamique du système universitaire camerounais? quelle est est son histoire? de quand date la création de l'ENAM? de École nationale supérieure polytechnique de Yaoundé? de École normale supérieure de l'enseignement technique de Douala?
Quelle est la dynamique de l'enseignement supérieur chinois? quel pourcentage d'une classe d'âge au bac?

Le plus important c'est que l'enseignement supérieur camerounais a une histoire qui ne date pas d'hier. Après les indépendances un des grands chantier a été de permettre au Cameroun de former ses cadres administratifs, ses juges, ses ingénieurs etc ...
Aujourd'hui malheureusement une bonne partie des ingénieurs formés à l'école polytech travaillent dans les entreprises du monde entier.
On peut être sévère sur beaucoup de points sur nos dirigeants, mais il ne faut pas être injuste et les décrire comme on le fait trop souvent avec légèreté comme des pantins à la solde de la France.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun 08 Mar 2010 16:20    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
Citation:
En ce qui concerne le Cameroun, premier constat, le patriotisme n'est pas économique et encore moins industriel. Les leviers de vitesse manquent donc aux commandes...

C'est un peu normal, non!? Le pays a toujours été dirigé par des anti-patriotiques, ceux qui ont refusé la souveraineté (pleine et entière) au profit de "l'indépendance", en criant "OUI" à Charles de Gaulle...lequel les a aidés à cocher la bonne case de notre asservissement néocolonial...

Encore une fois ce genre de propos sont d'une superficialité, d'une naïveté et d'un manichéisme incroyables. On peut certes leur reprocher beaucoup de choses, mais quel camerounais dirait aujourd'hui que Ahidjo ou Eboua étaient des anti-patriotes?
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2646

MessagePosté le: Lun 08 Mar 2010 17:38    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
OGOTEMMELI a écrit:

C'est un peu normal, non!? Le pays a toujours été dirigé par des anti-patriotiques, ceux qui ont refusé la souveraineté (pleine et entière) au profit de "l'indépendance", en criant "OUI" à Charles de Gaulle...lequel les a aidés à cocher la bonne case de notre asservissement néocolonial...

Encore une fois ce genre de propos sont d'une superficialité, d'une naïveté et d'un manichéisme incroyables. On peut certes leur reprocher beaucoup de choses, mais quel camerounais dirait aujourd'hui que Ahidjo ou Eboua étaient des anti-patriotes?


Ahidjo n'a t il pas refuse la souverainete pleine et entiere comme revendiquee par l'upc, um nyobe et les populations camerounaises qui avaient cottise pour ses voyages aux nations unis. Pour une "independance" a la degaulle qui signait l'asservissement du cameroun par la france ?

Ahidjo n'a t il pas cautionne le bombardement des populations du cameroun au napalm par la france, provoquant des centaines de milliers de victimes ?

Si cela n'est pas anti-patriotique, alors pour toi qu'est ce que c'est etre anti-patriotiques ?

Lorsque rapporta la nouvelle sur l'assassinat de Rubem Um Nyobè par les troupes coloniales, Ahidjo alors premier ministre s'exclama ainsi au cours d'une fête :
Ahidjo selon wikipedia a écrit:
Mesdames et messieurs, j’ai une grande nouvelle à vous annoncer. Le bandit et terroriste Ruben Um Nyobè vient d’être abattu, comme une bête sauvage, en pleine forêt. Etant donné la joie qui m’habite, je m’apprêtais déjà à partir, mais, je vais encore rester avec vous, et je deman- de à l’orchestre de jouer ses meilleurs morceaux, et au maître d’hôtel de nous servir encore du champagne...


Chacun peut se faire son opinion en suivant, l'un de leurs pairs, bokassa dans cet interview. On voit bien que tous ces personnages places par la france a la tete de nos etats etaient a jamais a sa merci et a son service.
En outre tous se sentaient d'abord francais avant d'etre africains.

Arrow Video: BOKASSA : Entrevue interdite "Donne c'est donne"
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 09 Mar 2010 10:44    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P,
Etre dans l'outrance et dans le manichéisme comme tu l'es là, il n'y a rien de plus facile. Mais à quoi ça sert?

Des débats sur la Cameroun, il y en a beaucoup d'autres, ce n'est pas vraiment le sujet ici mais il faut préciser certaines choses.

L'histoire humaine est toujours complexe le Cameroun n'échappe pas à la règle. On ne peut pas décrire l'histoire d'une nation, surtout dans des temps aussi incertains qu'une décolonisation à coup de slogans. Avant de lire de mon propre chef sur l'histoire camerounaise, je ne la connaissais pas cette histoire, aujourd'hui après avoir lu quelques ouvrages, je la connais un peu mieux même si beaucoup reste à être écrit sur le sujet.
A propos du problème bamiléké, j'ai lu l'ouvrage de Pierre Kamé Bouopda intitulé DE LA RÉBELLION DANS LE BAMILÉKÉ qui décrit une situation beaucoup plus constratée que ce que vous en dites. Si tu as d'autres ouvrages historiques sur cette période, sens toi libre de les proposer.

Concernant l'UPC, Um Nyobé a été assassiné il y a plus de 50 ans et c'est regrettable, parcequ'à priori il semblait avoir l'étoffe d'un homme d'état. Je conseille pour en savoir plus ce mouvement la lecture de Le mouvement nationaliste au Cameroun: les origines sociales de l'UPC de Richard A. Joseph. je suis bien sûr ouvert à toute autre lecture.
Um Nyobé était pour l'indépendance immédiate, totale. ça ne veut pas dire que ceux qui n'étaient par sur cette ligne étaient des anti-patriotes. c'est totalement manichéen de dire cela. Mbida qui devait devenir le premier chef d'état n'était pas un allié de Um Nyobé. Il a pourtant été écarté du pouvoir au profit de Ahidjo.

Tu fais une comparaison totalement hors de propos entre Bokassa et Ahidjo. Le procédé est vraiment malhonnête. Tu n'as pas trouvé un entretien de Ahidjo? Comme on dit, comparaison n'est pas raison.
Combien de chateaux en France ce dernier possédait il lorsqu'il a quitté le pouvoir de façon pacifique faut il le rappeler? Combien de millions dans les banques suisses? Quel était l'état du Cameroun au moment de la transition? sur le plan scolaire? sur le plan universitaire? la camair? l'état des compte?
M.O.P, le fait que Un Nyobé ait été assassiné il y a plus de 50 ans ne doit pas nous empêcher de faire une bilan honnête de sa présidence.


Le problème c'est une rapport aux faits historiques, aux faits sociaux totalement idéalisé, totalement désincarné. C'est comme des ornières desquelles il faut sortir. Tout homme a sa part d'ombre. Ghandi avait sa part d'ombre, Mandela aussi, Che Guevara et j'en passe.
La politque que vous décrivez n'existe pas. Un pays est une ensemble de rapports de force et d'intérêts parfois divergents. On peut choisir de ne pas le voir et d'évoluer dans un espace pur, mais alors on n'est plus en prise avec la réalité.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mar 09 Mar 2010 11:17    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Je t'ai mis les chiffres que j'ai trouvé et j'ai mis les liens en fin de post. D'après ce site, la France arrive en seconde position en recevant 1/3 des étudiants camerounais en mobilité. En 2006, elle a octroyé 700 visas. CQFD.
De plus, l'UNESCO estimait en 2005 le nombre total d'étudiants camerounais en mobilité internationale à environ 15000 et le nombre d'étudiant chinois en mobilité internationale depuis la fin des années 90 à environ 1.5 millions. Si tu contestes ces chiffres, il faudrait en proposer d'autres.

Je peux contester les chiffres sans être obligé d'en fournir d'autres : soit en considérant la cohérence interne de l'ensemble des chiffres que tu proposes ; soit en mobilisant des données qualitatives contradictoires. Mais, ce que je conteste le plus, c'est ton interprétation souvent sollicitée des chiffres...

En l'occurrence, tu tentes de m'enfermer dans une comparaison Chine-Cameroun, lorsqu'il serait plus raisonnable de regarder Chine-Afrique, où la taille respective des populations est effectivement comparable :
j'ai signalé qu'il y a plus d'ingénieurs africains aux EUA qu'il n'y en a en Afrique. La situation chinoise est-elle analogue?

Même au niveau des pays, pourquoi le cas camerounais serait-il le plus emblématique de celui de toute l'Afrique? Que dis-tu du fait qu'il y ait plus de médecins beninois qui exercent en France (Hexagone + DOMTOM) qu'il y en a au Benin?

Avec toi, il y a toujours une grande difficulté à s'entendre ne serait-ce que sur les prémisses mêmes de la discussion : comment en es-tu encore à pinailler sur l'extraversion indéniable des flux de ressources qualifiées africaines, AINSI que sur la nature eurocentrique/aliénée des programmes d'enseignement de l'Afrique précarréenne???


Bref, en tous les cas, nous nous sommes trop éloignés du sujet du topic qui porte sur l'aide de l'Afrique à Ayiti : qu'en penses-tu, de sa quantité et de sa nature? Que penses-tu de l'offre de "Retour" faite par Wade?
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mar 09 Mar 2010 11:30    Sujet du message: Répondre en citant

Le topic a commencé à partir en vrilles lorsque Gnata s'est -pour le moins- ému de la propension qu'aurait Benny Da B à pinailler sur les bonnes initiatives ivoiriennes à l'égard d'Ayiti, en les saupoudrant de soupçons afropessimistes...
Gnata a écrit:
La question POURQUOI du jour :

-Mais si ce n'etait important comme nouvelle POURQUOI diable l'avoir postée ?
-POURQUOI maintenant que Jofrère veut en parler plus sérieusement tu t'enfuis ?
-POURQUOI plaques-tu une nouvelle sans indiquer sa source (pourtant ça nous aurait éclairé sur les intentions de ce journal) et lorsqu'on veut en savoir long tu feinds de parler d'autres choses ?
-POURQUOI derrière tous tes postes planent cette odeur putride d'afropessimiste à deux balles ?
-Mais POURQUOI donc ?

Depuis lors nous nous sommes embarqués dans un long free style qui voudrait noyer le poisson dans l'eau, et est bien parti pour finir en queue de poisson...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 09 Mar 2010 14:52    Sujet du message: Répondre en citant

Salut Merikama,
Il y a plusieurs choses. Tout d’abord, j’entends bien ton argumentation, je ne manquerai pas dès que j’aurai le temps de lire Molefi Kete Asante. Je ne veux quand même pas mourir idiot.
Simplement, je ne suis pas sensible à cette dimension spirituelle des choses. Je ne suis mû par aucune religion. Ni par aucune idéologie en contradiction avec nos aînés qui tout au long du 20eme siècle ont rêvé à vraiment changer le monde. Je suis beaucoup plus individualiste et j’aspire à être plutôt pragmatique. C’est peut-être ce que tu entends par « éducation eurocentrique ». Je l’assume totalement.

Tu cites Marcus Garvey, Kwame Nkrumah, Malcom X, tu cites Thomas Sankara dans ta signature. Tu soutiens Mugabé ici, Gbagbo là. A ma connaissance Nkrumah était socialiste, Malcom X musulman, Um Nyobé un nationaliste camerounais. Je n’ai pas souvenir qu’ils aient dans leurs écrits déclaré adhérer à l’afrocentricité, mais je peux me tromper N’as-tu pas l’impression que ce concept tel que tu la présentes est finalement un fourre-tout idéologique dans lequel on va trouver tout ce qui a lutté dans le monde noir ?

3eme point. D’après ce que tu dis, l’afrocentricité ne date pas d’hier. Il existe un programme. Le « comment » dans mon esprit ce n’est pas le programme. Le commun c’est quelle est la stratégie de prise de pouvoir. Quelle stratégie est mise en place pour reconquérie les masses ?
Ce que tu dis en fait, c’est on a le meilleur programme et pourtant personne ne vote pour nous.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 09 Mar 2010 15:19    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI,
je ne tente pas de comparer le Cameroun et la Chine ce serait absurde. Ce que je déplore c'est cette facilité que nous avons dans nos débats de prendre à témoin les réussites du monde sans jamais prendre la peine d'aller voir la réalité des situations.
J'ai pris l'exemple du Cameroun pour dire que la majorité des camerounais sont bel est bien formés au Cameroun, même s'ils s'expatrient en suite pour faire de la recherche ou pour travailler. ce qui revient à dire que le système éducatif camerounais travaille pour les autres et je le déplore évidemment. Tu parles du Bénin, que des médecins béninois exercent à l'étranger ne signifie que le système de formation soit mauvais, mais qu'il travaille de fait pour les autres.
A propos de la Chine j'ai voulu démontrer qu'eux aussi étaient confrontés à la fuite des cerveaux.
Ce contre quoi je me bats c'est les idées reçues qui irriguent régulièrement nos débats sur l'Afrique.

Concernant le topic, j'ai toujours défendu l'idée qu'un forum est un espace libre et anarchique mais modéré. Les sujets ne sont dans le fond que des prétextes pour échanger sur ce qui nous touche réellement.

Concernant haïti(enfin), l'humanitaire me laisse froid. Je n'ai pas d'opinions sur l'aide africaine. La proposition de Wade, j'ai déjà répondu par ailleurs, je trouve ça totalement aberrant et démagogique.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mar 09 Mar 2010 19:04    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
J'ai pris l'exemple du Cameroun pour dire que la majorité des camerounais sont bel est bien formés au Cameroun, même s'ils s'expatrient en suite pour faire de la recherche ou pour travailler.

C'est ce que je déplorais tantôt : qu'avec toi, c'est dès l'objet même du débat qu'il y a débat...
De quoi discutons-nous en aparté sur ce topic? En ce qui me concerne, du fait que :
* d'une part l'école africaine (du "Pré Carré") est eurocentrique, francofolle et en définitive africanophobe ;
* d'autre part, une proportion excessive de l'élite africaine est éduquée en dehors de l'Afrique, et surtout loin, très loin, des préoccupations (épistémologiques) véritables des Africains. C'est donc une élite aliénée, qui (entre autres innombrables exemples) cite ad nauseam Descartes sans avoir jamais entendu parlé de son contemporain africain Zora Yacoub...

Bref, en conséquence de ce qui précède, le lieu de la formation des Camerounais est secondaire, lorsque dans tous les cas (local + étranger) le contenu de cette formation est conçu par/pour autrui. Il n'y a donc pas à s'empêtrer dans des "chiffres", puisque ceux-ci ne contiennent pas le contenu des programmes pédagogiques ; ce qui est l'os même de cette palabre. Et c'est bel et bien à propos de ces programmes que nous disons "Ecole afrocentrique" pour l'Afrique et les Africains de tous azimuts...

Citation:
ce qui revient à dire que le système éducatif camerounais travaille pour les autres et je le déplore évidemment.

Mieux (ou plutôt Pire!) : ce système a été "travaillé" par les autres, afin que justement il travaille pour eux ; au Cameroun comme partout ailleurs...Quand on dépense des milliards pour enseigner le français et l'anglais aux Africains/Camerounais et (quasiment) zéro centime pour la réhabilitation du richissime patrimoine linguistique africain/camerounais, on se rend complice de ce que Aimé Césaire appelait un "génocide culturel"...

Citation:
Tu parles du Bénin, que des médecins béninois exercent à l'étranger ne signifie que le système de formation soit mauvais, mais qu'il travaille de fait pour les autres.

D'abord, soyons tant soit peu logique : un système d'éducation nationale qui travaille pour les autres est MAUVAIS, puisqu'il ne répond pas aux besoins (mêmes quantitatifs) de la société pour laquelle il est sensé fonctionner ;

Ensuite, le système beninois est effectivement mauvais (je veux dire pas seulement dans son principe, mais mêmes dans ses modalités effectives), car ce n'est pas lui qui forme l'essentiel des médecins beninois qui travaillent à l'étranger : il n'en aurait même pas les moyens infrastructurels ;

Enfin, il est mauvais parce qu'il forme les/quelques médecins beninois aux techniques médicales étrangères pour soigner des maladies, somme toute marginales en Afrique, où choléra, paludisme et amibiase tuent beaucoup plus que n'importe quelles autres maladies. Les propriétés biochimiques de la flore africaine/beninoise sont inconnues aux médecins africains occidentalocentrés...La medecine chinoise, elle, n'a pas ce problème d'être totalement étrangère à son propre contexte de performance ; elle est sinocentrée, quoique ouverte sur les techniques étrangères...

Citation:
A propos de la Chine j'ai voulu démontrer qu'eux aussi étaient confrontés à la fuite des cerveaux.

Peut-être, mais la Chine n'est certainement pas confrontée à la totale extraversion de ses préoccupations pédagogiques, épistémologiques. On comprend alors que les Chinois aient fermement refusé les Politiques d'Ajustement Structurel, tandis que l'élite africaine larbiniste s'y abonnait, et que les brillants résultats de leurs choix autonomes de politique économique et industrielle d'il y a trente ans fassent aujourd'hui tant d'envieux, y compris parmi les Blancs qui nous ont entubé avec leur P.A.S. ...
Citation:
Concernant le topic, j'ai toujours défendu l'idée qu'un forum est un espace libre et anarchique mais modéré. Les sujets ne sont dans le fond que des prétextes pour échanger sur ce qui nous touche réellement.
Concernant haïti(enfin), l'humanitaire me laisse froid. Je n'ai pas d'opinions sur l'aide africaine. La proposition de Wade, j'ai déjà répondu par ailleurs, je trouve ça totalement aberrant et démagogique.

Vraiment dommage que sur le sujet même du topic tu sois si peu inspiré. J'espère que si le topic avait porté sur le système éducatif des Etats africains du Pré Carré tu n'aurais pas eu envie de parler de tout autre chose... En tout cas, un minimum d'efficacité de nos échanges impose que ceux-ci ait quelque fil conducteur ; même sur un forum...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mar 09 Mar 2010 19:37    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Salut Merikama,
Il y a plusieurs choses. Tout d’abord, j’entends bien ton argumentation, je ne manquerai pas dès que j’aurai le temps de lire Molefi Kete Asante. Je ne veux quand même pas mourir idiot.

He beh, voyons! Je parie que dans une génération, les ouvrages de cet auteur seront incontournables dans les programmes d'enseignement (d'écoles privées afrocentriques) en Afrique... Il te reste donc encore du temps pour errer à ta guise...
Citation:
Je suis beaucoup plus individualiste et j’aspire à être plutôt pragmatique. C’est peut-être ce que tu entends par « éducation eurocentrique ». Je l’assume totalement.

Mais comme les problèmes en Afrique sont pour l'essentiel de nature collective, je ne vois bien ce que ton individualisme pourra y faire, à part sauver ta propre pomme au mieux (et celle des tiens : ce qui sera déjà ça, tu me diras)...

Ah, j'oubliais : il y a "la main invisible" (ou Dieu de l'économie capitaliste) qui veille à ce que l'interaction des choix individuels optimise les gains collectifs, notamment grâce aux "anticipations rationnelles"...Pouhaaaaaa!!!

Citation:
Tu cites Marcus Garvey, Kwame Nkrumah, Malcom X, tu cites Thomas Sankara dans ta signature. Tu soutiens Mugabé ici, Gbagbo là. A ma connaissance Nkrumah était socialiste, Malcom X musulman, Um Nyobé un nationaliste camerounais. Je n’ai pas souvenir qu’ils aient dans leurs écrits déclaré adhérer à l’afrocentricité, mais je peux me tromper N’as-tu pas l’impression que ce concept tel que tu la présentes est finalement un fourre-tout idéologique dans lequel on va trouver tout ce qui a lutté dans le monde noir ?

Ce qu'il y a d'afrocentrique dans l'attitude de ces illustres dévanciers, c'est qu'ils ont posé en principe et en actes le droit non négociable des Africains à disposer d'eux-mêmes, à formuler leurs propres solutions à leurs propres problèmes et à mettre en oeuvre toutes leurs ressources pour la résolution de ces problèmes : exactement comme font les Chinois!

L'afrocentricité consiste, au fond, dans l'exigence pour les Africains d'être pour soi & de faire par soi...Vivement que tu trouves le temps de lire Asante Kete Molefi!

Citation:
3eme point. D’après ce que tu dis, l’afrocentricité ne date pas d’hier. Il existe un programme. Le « comment » dans mon esprit ce n’est pas le programme. Le commun c’est quelle est la stratégie de prise de pouvoir. Quelle stratégie est mise en place pour reconquérie les masses ? Ce que tu dis en fait, c’est on a le meilleur programme et pourtant personne ne vote pour nous.

En principe, la question du "comment" ne concerne que ceux qui se sont déjà mis d'accord sur le "pourquoi" : comme tu n'en es même pas encore à soupçonner le bien fondé de l'afrocentricité, je ne vois vraiment pas ce que t'apporterait une discussion sur le "comment", ie sur la/les stratégie(s) à adopter pour réaliser des desseins qui te sont étrangers...

Nonobstant, "énoncer des objectifs simples et prêcher par l'exemple" me semble être un bon leitmotiv :
- ne pas se contenter d'expliquer indéfiniment à des élites façon Jofrère que l'enseignement en langue africaine est plus efficace ; il faut s'organiser discrètement entre afrocentristes pour créer/financer en Afrique, notamment en zones rurales ou périurbaines, des écoles où l'apprentissage se fait principalement en langues locales ;
- étudier les plantes locales, mobiliser des thérapies endogènes pour soigner les gens sur place : quand on eu accès à la médecine des Blancs, et que l'on montre l'exemple en utilisant les remèdes traditionnels (et en étudiant leurs propriétés), on fait beaucoup plus rapidement des émules, incitant davantage de personnes à avoir confiance dans leurs propres ressources, et à les valoriser de façon plus audacieuse ;

- Etc.
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer 10 Mar 2010 15:25    Sujet du message: Répondre en citant

Salut OGOTEMMELI,
Je trouve que Merikama a très bien posé le problème en parlant des philosophes et des techniciens. Dire que nos pays ont plus besoin de philosophes et non de techniciens comme il le dit, je ne suis pas absolument pas d’accord mais le point de vue a le mérite d'être clair.
Mais toi à contrario, tu navigues volontairement dans un flou artistique.

Quand tu écris :
Citation:
une proportion excessive de l'élite africaine est éduquée en dehors de l'Afrique

Tu utilises à dessein ici une formulation flou et imprécise. J’ai essayé de te démontrer que c’était faux en fournissant quelques chiffres sur le Cameroun mais tu les récuses, sur quelle base? je l'ignore.
La question que tu devrais te poser est la suivante : combien de camerounais non formés au Cameroun travaillent, sont en responsabilité aujourd’hui au Cameroun ?

Quant tu écris
Citation:
loin, très loin, des préoccupations (épistémologiques) véritables des Africains

Là encore, tu es dans un sacré mélange des genres, un flou savamment artistique. Je saurais définir plus ou moins ce qui préoccupe les gens dans leur quotidien, je sais à peu près ce qu’est l’épistémologie, mais « les préoccupations épistémologiques véritables des africains », j’avoue que je sèche.
Je te propose qu’on parle des besoins primaires que sont les routes, les ponts, les hopitaux. Il faudrait que tu m’expliques en quoi un ingénieur de génie civil est de par sa formation loin des préoccupations des gens et négrophobe. Pour la médecine, si ça ne te dérange, je préfère y répondre dans un post séparé.

Citation:
un système d'éducation nationale qui travaille pour les autres est MAUVAIS, puisqu'il ne répond pas aux besoins (mêmes quantitatifs) de la société pour laquelle il est sensé fonctionner

Là je pense que tu fais là une faute de raisonnement. Nos pays ont évidemment besoin de ces compétences qui s’expatrient. C’est une grosse perte pour eux. La question est plutôt : comment donner aux gens un cadre leur permettant d’appréhender l’avenir avec confiance.

PS : Tu parles de Descartes, d’Aimé Césaire. M.O.P. parlait de Senghor. Je suis désolé de vous dire qu’en l’occurrence ce sont des considérations totalement périphériques. On en revient toujours à cette histoire de philosophes contre techniciens.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer 10 Mar 2010 16:42    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
Enfin, il est mauvais parce qu'il forme les/quelques médecins beninois aux techniques médicales étrangères pour soigner des maladies, somme toute marginales en Afrique, où choléra, paludisme et amibiase tuent beaucoup plus que n'importe quelles autres maladies. Les propriétés biochimiques de la flore africaine/beninoise sont inconnues aux médecins africains occidentalocentrés...La medecine chinoise, elle, n'a pas ce problème d'être totalement étrangère à son propre contexte de performance ; elle est sinocentrée, quoique ouverte sur les techniques étrangères...

Pour en avoir le coeur net, j'ai effectué quelques recherches et j'ai trouvé ce texte sur le net signé de Hor Ting Spécialiste d’Éthno-anthropologie médicale et intitulé:
Un siècle d'enseignement de la médecine en Chine.
je t'ai laissé le lien en fin de post et j'ai sélectionné la partie qui me semblait pertinente ici. J'ai mis aussi un lien sur l'institutionalisation de la médecine traditionnelle au Bénin.

Citation:
À partir de 1977, tout redevint normal. Les études de médecine duraient 5 ans… avec entraînement militaire. Les étudiants étudiaient comme des fous, car ils appréciaient davantage la chance qu’ils avaient de pouvoir apprendre. Les formations sont de 5 ans +/- 2 ans dans certaines facultés pour la médecine occidentale avec un canevas équivalent pour la Médecine Traditionnelle. Dans les facultés de médecine occidentale (西医学院,xiyi xueyuan), la proportion d’enseignement de MTC est de 15 à 20 % et la tendance est à la diminution. Dans les facultés de MTC (中医学院, zhongyi xueyuan), la médecine occidentale représente 50 % et cette proportion est orientée à la hausse. Le niveau pour entrer à la faculté de médecine traditionnelle est moins élevé que celui pour entrer à la faculté de médecine occidentale. Une fois diplômés, ceux qui ont fait la formation de médecine traditionnelle alors qu’ils auraient souhaité suivre celle de médecine occidentale pratiquent plutôt cette dernière, ce qui leur est facilité par une formation en bonne partie dans ce domaine ! Deux éléments viennent modérer cet aspect des choses : les praticiens les plus renommés en MTC sont invités à l’étranger (Europe,Amérique du Nord) et les retombées financières de cette renommée sont très nettement à l’avantage dela MTC ; la réputation de la MTC en Occident cautionne cette discipline*.

Actuellement le partage de la santé en Chine, c’est 70% pour la médecine occidentale, 25 % pour la MTC et5 % pour les autres (principalement la médecine Traditionnelle Tibétaine).

MTC: Médecine traditionnelle chinoise



http://www.gera.fr/Downloads/Formation_Medicale/SYSTEMES-DE-SOINS-ET-ACUPUNCTURE/L-acupuncture-et-la-MTC-dans-le-systeme-de-sante-chinois/hor-144231.pdf

http://www.sante.gouv.bj/medecine_tradi.php
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mer 10 Mar 2010 20:11    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Quand tu écris :
Citation:
une proportion excessive de l'élite africaine est éduquée en dehors de l'Afrique

Tu utilises à dessein ici une formulation flou et imprécise. J’ai essayé de te démontrer que c’était faux en fournissant quelques chiffres sur le Cameroun mais tu les récuses, sur quelle base? je l'ignore.

Pourtant mon argument comportait deux volets : élite éduquée en Occident + élite éduquée à l'occidentale en Afrique = la quasi totalité de l'élite universitaire africaine est aliénée, je veux dire formée selon des méthodes et problématiques étrangères à l'Afrique...
Crois-tu vraiment avoir démontré à travers tes chiffres que cette position est fausse Question
Citation:
La question que tu devrais te poser est la suivante : combien de camerounais non formés au Cameroun travaillent, sont en responsabilité aujourd’hui au Cameroun ?

La question que je me pose est : quand est-ce que les Africains seront éduqués avec des méthodes et préoccupations afrocentriques?...

Citation:
Quant tu écris
Citation:
loin, très loin, des préoccupations (épistémologiques) véritables des Africains

Là encore, tu es dans un sacré mélange des genres, un flou savamment artistique. Je saurais définir plus ou moins ce qui préoccupe les gens dans leur quotidien, je sais à peu près ce qu’est l’épistémologie, mais « les préoccupations épistémologiques véritables des africains », j’avoue que je sèche.

Bon, dis alors que je suis pédant...
Je voulais dire qu'il existe des façons africaines de produire des connaissances, qui sont déterminées par des préoccupations différentes de celles qui conditionnent généralement la production de savoir académique en Occident. Et que ces façons africaines de poser des questions et de proposer des solutions sont tout aussi dignes d'intérêt, au moins, pour les écoliers/étudiants africains ; elles devraient donc avoir toute leur place dans une "véritable" école africaine. Pour citer quelques domaines de connaissance endogènes : le madombe, la drummologie, la griotégie, l'onirologie africaine, la danse comme activité spirituelle ("Longo, la danse africaine d'ancrage", éd. ANIBWE, 2009); etc.

Citation:
Citation:
un système d'éducation nationale qui travaille pour les autres est MAUVAIS, puisqu'il ne répond pas aux besoins (mêmes quantitatifs) de la société pour laquelle il est sensé fonctionner

Là je pense que tu fais là une faute de raisonnement. Nos pays ont évidemment besoin de ces compétences qui s’expatrient. C’est une grosse perte pour eux. La question est plutôt : comment donner aux gens un cadre leur permettant d’appréhender l’avenir avec confiance.

Je maintiens qu'une société politique qui forme des gens, sans être capable de tirer partie de leurs savoir et savoir-faire, est malade...

Sur les question de l'éducation en Afrique, je ne saurais trop te recommander ceci :
* Antoine Nguidjol, Repenser l'héritage de Jules Ferry en Afrique noire, L'Harmattan, 2008
Antoine Nguidjol a écrit:
Aujourd'hui encore, la littérature française conserve sa place d'honneur dans les programmes nationaux en Afrique francophone. L'exemple du Cameroun est assez éclairant à ce sujet [...] On ne peut manquer d'être frappé par le fait que l'analyse des thématiques africaines soit toujours faite du point de vue de la littérature française ; avec des questions du genre : Banda est-il un héros cornélien?
[p.111]

* Tu pourras également lire avec profit Abdou Moumouni, L'éducation en Afrique, éd. Présence Africaine ; ainsi que Théophile Obenga, L'université africaine dans le cadre de l'Union Africaine, éd. Pyramide Papyrus Presse...


P.S.
Jofrère, tu as tort de croire que sur les questions d'éducation en Afrique, je me contente seulement de "flou artistique". En tout cas, j'ai conscience que quelques chiffres glanés sur la toile ne sauraient épuiser le sujet...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merikama
Grioonaute 1


Inscrit le: 07 Sep 2008
Messages: 254

MessagePosté le: Jeu 11 Mar 2010 01:59    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Salut Merikama,
Il y a plusieurs choses. Tout d’abord, j’entends bien ton argumentation, je ne manquerai pas dès que j’aurai le temps de lire Molefi Kete Asante. Je ne veux quand même pas mourir idiot.
Simplement, je ne suis pas sensible à cette dimension spirituelle des choses. Je ne suis mû par aucune religion.

Tu confonds spiritualité et religion. La spiritualité, c'est-à-dire la philosophie n'a rien à voir avec un ensemble de dogmes imposés par une institution définissant une religion. La spiritualité, c'est la quête permanente de la CONNAISSANCE en vue de la sagesse, en ce sens elle est profondément critique. La religion a plus un but politique que spirituel.

Lorsqu'on parle de rituels en Afrique par exemple, il faut bien savoir qu'il s'agit de pratiques basées sur la connaissance et non imposées par un DOGME. Ces rituels peuvent évoluer, changer de nature voir disparaître au gré de l'évolution de cette connaissance.

Citation:
Je suis beaucoup plus individualiste et j’aspire à être plutôt pragmatique. C’est peut-être ce que tu entends par « éducation eurocentrique ». Je l’assume totalement.

Donc en quelque sorte tu serais celui qui sait tout, qui n'a pas besoin de se poser le pourquoi des choses, ni même besoin des autres, des autres cultures, des autres visions du monde. La seule chose qui t'importe, c'est le concret, le visible, le palpable, et tu détestes tout qui est complexe, les systèmes complexes avec pleins d'interactions, d'interdépendances de toutes sortes.

C'est ce type d'attitude, cet égo démesuré, qui a conduit les Européens dans l'impasse où ils se trouvent aujourd'hui. Ils croient savoir alors qu'en réalité, ils ne maîtrisent rien. Et nous pondent des théories sans queue ni tête : "main invisible", "destruction créatrice", "gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple", "développement", "civilisation", etc. Des concepts qu'eux mêmes ne maîtrisent même pas, entrainant l'humanité entière dans leurs erreurs désastreuses. En Afrique, ce type de personnes ("individualistes, pragmatiques") on les appelle des ENFANTS non encore CIRCONCIS (qui n'ont pas encore suivi la première phase de l'éducation = Séba) …

Citation:
Tu cites Marcus Garvey, Kwame Nkrumah, Malcom X, tu cites Thomas Sankara dans ta signature. Tu soutiens Mugabé ici, Gbagbo là. A ma connaissance Nkrumah était socialiste, Malcom X musulman, Um Nyobé un nationaliste camerounais. Je n’ai pas souvenir qu’ils aient dans leurs écrits déclaré adhérer à l’afrocentricité,

Marcus Garvey, Kwame Nkrumah, Malcom X, Thomas Sankara, Malcom X, Um Nyobé, etc., tous ces leaders que tu cites, ont justement été à la base de l'inspiration de Molefe Asante et lui ont permis de forger ce concept totalisant qu'est l'Afrocentricité.

Citation:
mais je peux me tromper N’as-tu pas l’impression que ce concept tel que tu la présentes est finalement un fourre-tout idéologique dans lequel on va trouver tout ce qui a lutté dans le monde noir ?

L'Afrocentricité, pour faire simple c'est : 1/ reconquête de soi en tant qu'Africain. 2/ Affirmation de soi en tant qu'Africain. 3/ Soi en tant qu'Africain agissant pour soi en tant qu'Africain. Où vois-tu dont un "fourre-tout idéologique" ? L'Afrocentricité ne se résume pas seulement à des luttes, elle va plus loin. Elle est carrément une philosophie de la vie.

Citation:
3eme point. D’après ce que tu dis, l’afrocentricité ne date pas d’hier. Il existe un programme. Le « comment » dans mon esprit ce n’est pas le programme. Le commun c’est quelle est la stratégie de prise de pouvoir. Quelle stratégie est mise en place pour reconquérie les masses ?

Le "comment" dans mon esprit à moi, c'était quel est le mode opératoire pour sortir l'Afrique de la misère. Ce mode opératoire existe. Quant à la "stratégie de prise de pouvoir", il s'agit de choses trop sérieuses, et ce n'est certainement pas avec toi et sur Grioo que je discuterai de ça …

Citation:
e trouve que Merikama a très bien posé le problème en parlant des philosophes et des techniciens. Dire que nos pays ont plus besoin de philosophes et non de techniciens comme il le dit, je ne suis pas absolument pas d’accord mais le point de vue a le mérite d'être clair.

Ne déforme pas mes propos. Relis mes postes. Je n'ai jamais affirmé que nous n'ayons point besoin de Techniciens.

Je dis et le répète qu'avant de former des technicien formons d'abord des philosophes. Cela veut dire que dans nos cycles d'éducation à l'école, l'apprentissage de la sagesse doit être un préalable à la réussite. En clair, tu peux être un bon matheux, un bon technicien, mais si c'est pour faire du mal, introduire le désordre, l'injustice avec tes connaissances accumulées, vaudrait mieux se passer de toi au nom de la Maât. L'authenticité africaine c'est cela : exiger la double compétence, philosophique et technique aux techniciens. Cela aurait par exemple permis d'éviter les catastrophes écologiques et humaines que nous vivons aujourd'hui. J'espère m'être fait bien comprendre cette fois …
_________________


"L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir". THOMAS SANKARA

[Sankara = S ˁnḫ Rˁ]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Actualités Diaspora Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group