Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

The Secret Relationship Between Blacks and Jews.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Histoire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2703

MessagePosté le: Jeu 22 Juil 2004 16:10    Sujet du message: The Secret Relationship Between Blacks and Jews. Répondre en citant

http://www.blacksandjews.com/



http://www.blacksandjews.com/MarcLeeRaphael.html#anchor196437

Rabbi Marc Lee Raphael


Rabbi Marc Lee Raphael is the Nathan and Sophia Gumenick Professor of Judaic Studies, Professor of Religion, and Chair, Department of Religion, The College of William and Mary, and a Visiting Fellow of Wolfson College, Oxford University. He has been the editor of the quarterly journal, American Jewish History, for 19 years, and a visiting professor at Brown University, the University of Pittsburgh, HUC-JIR, UCLA, and Case Western Reserve University. He came to The College of William and Mary in 1989 after 20 years at Ohio State University. He is the author of many books on Jews and Judaism in America, and his most recent publication (with his wife Linda Schermer Raphael) is When Night Fell: An Anthology of Holocaust Short Stories (Rutgers University Press, 1999). He is now writing Judaism in America for the Contemporary American Series of Columbia University Press.

Visit him at the website of his synagoge, Bet Aviv, in Columbia, Maryland.



Rabbi Marc Lee Raphael


The following passages are from Dr. Raphael's book Jews and Judaism in the United States a Documentary History (New York: Behrman House, Inc., Pub, 1983), pp. 14, 23-25.
"Jews also took an active part in the Dutch colonial slave trade; indeed, the bylaws of the Recife and Mauricia congregations (1648) included an imposta (Jewish tax) of five soldos for each Negro slave a Brazilian Jew purchased from the West Indies Company. Slave auctions were postponed if they fell on a Jewish holiday. In Curacao in the seventeenth century, as well as in the British colonies of Barbados and Jamaica in the eighteenth century, Jewish merchants played a major role in the slave trade. In fact, in all the American colonies, whether French (Martinique), British, or Dutch, Jewish merchants frequently dominated.


"This was no less true on the North American mainland, where during the eighteenth century Jews participated in the 'triangular trade' that brought slaves from Africa to the West Indies and there exchanged them for molasses, which in turn was taken to New England and converted into rum for sale in Africa. Isaac Da Costa of Charleston in the 1750's, David Franks of Philadelphia in the 1760's, and Aaron Lopez of Newport in the late 1760's and early 1770's dominated Jewish slave trading on the American continent."



Dr. Raphael discusses the central role of the Jews in the New World commerce and the African slave trade (pp. 23-25):


SEVENTEENTH AND EIGHTEENTH CENTURIES


JEWISH INTERISLAND TRADE: CURACAO, 1656

During the sixteenth century, exiled from their Spanish homeland and hard-pressed to escape the clutches of the Inquisition, Spanish and Portuguese Jews fled to the Netherlands; the Dutch enthusiastically welcomed these talented, skilled husinessmen. While thriving in Amsterdam-where they became the hub of a unique urban Jewish universe and attained status that anticipated Jewish emancipation in the West by over a century-they began in the 1500's and 1600's to establish themselves in the Dutch and English colonies in the New World. These included Curacao, Surinam, Recife, and New Amsterdam (Dutch) as well as Barbados, Jamaica, Newport, and Savannah (English). In these European outposts the Jews, with their years of mercantile experience and networks of friends and family providing market reports of great use, played a significant role in the merchant capitalism, commercial revolution, and territorial expansion that developed the New World and established the colonial economies. The Jewish-Caribbean nexus provided Jews with the opportunity to claim a disproportionate influence in seventeenth and eighteenth century New World commerce, and enabled West Indian Jewry-far outnumbering its coreligionists further north-to enjoy a centrality which North American Jewry would not achieve for a long time to come.

Groups of Jews began to arrive in Surinam in the middle of the seven-teenth century, after the Portuguese regained control of northern Brazil. By 1694, twenty-seven years after the British had surrendered Surinam to the Dutch, there were about 100 Jewish families and fifty single Jews there, or about 570 persons. They possessed more than forty estates and 9,000 slaves, contributed 25,905 pounds of sugar as a gift for the building of a hospital, and carried on an active trade with Newport and other colonial ports. By 1730, Jews owned 115 plantations and were a large part of a sugar export business which sent out 21,680,000 pounds of sugar to European and New World markets in 1730 alone.

Slave trading was a major feature of Jewish economic life in Surinam which as a major stopping-off point in the triangular trade. Both North American and Caribbean Jews played a key role in this commerce: records of a slave sale in 1707 reveal that the ten largest Jewish purchasers (10,400 guilders) spent more than 25 percent of the total funds (38,605 guilders) exchanged.

Jewish economic life in the Dutch West Indies, as in the North American colonies, consisted primarily of mercantile communities, with large inequities in the distribution of wealth. Most Jews were shopkeepers, middlemen, or petty merchants who received encouragement and support from Dutch authorities. In Curacao, for example, Jewish communal life began after the Portuguese victory in 1654. In 1656 the community founded a congregation, and in the early 1670's brought its first rabbi to the island. Curacao, with its large natural harbor, was the steppng-stone to the other Caribbean islands and thus ideally suited geographically for commerce. The Jews were the recipients of favorable charters containing generous economic privileges granted by the Dutch West Indies Company in Amsterdam. The economic life of the Jewish community of Curacao revolved around ownership of sugar plantations and marketing of sugar, the importing of manufactured goods, and a heavy involvement in the slave trade, within a decade of their arrival, Jews owned 80 percent of the Curacao plantations. The strength of the Jewish trade lay in connections in Western Europe as well as ownership of the ships used in commerce. While Jews carried on an active trade with French and English colonies in the Caribbean, their principal market was the Spanish Main (today Venezuela and Colombia).

Extant tax lists give us a glimpse of their dominance. Of the eighteen wealthiest Jews in the 1702 and 1707 tax lists, nine either owned a ship or had at least a share in a vessel. By 1721 a letter to the Amsterdam Jewish community claimed that "nearly all the navigation...was in the hands of the Jews."' Yet another indication of the economic success of Curacao's Jews is the fact that in 1707 the island's 377 residents were assessed by the Governor and his Council a total of 4,002 pesos; 104 Jews, or 27.6 percent of the taxpayers, contributed 1,380 pesos, or 34.5 percent of the entire amount assessed.

In the British West Indies, two 1680 tax lists survive, both from Barbados; they, too, provide useful information about Jewish economic life. In Bridgetown itself, out of a total of 404 households, 54 households or 300 persons were Jewish, 240 of them living in "ye Towne of S. Michael ye Bridge Town." Contrary to most impressions, "many, indeed, most of them, were very poor." There were only a few planters, and most Jews were not naturalized or endenizened (and thus could not import goods or pursue debtors in court). But for merchants holding letters of endenization, opportunities were not lacking. Barbados sugar-and its by-products rum and molasses-were in great demand, and in addition to playing a role in its export, Jewish merchants were active in the import trade. Forty-five Jewish households were taxed in Barbados in 1680, and more than half of them contributed only 11.7 percent of the total sum raised. While the richest five gave almost half the Jewish total, they were but 11.1 percent of the taxable population. The tax list of 1679-80 shows a similar picture; of fifty-one householders, nineteen (37.2 percent) gave less than one-tenth of the total, while the four richest merchants gave almost one-third of the total.

An interesting record of interisland trade involving a Jewish merchant and the islands of Barbados and Curacao comes from correspondence of 1656. It reminds us that sometimes the commercial trips were not well planned and that Jewish captains-who frequently acted as commercial agents as well-would decide where to sell their cargo, at what price, and what goods to bring back on the return trip.

End of excerpt.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dwight_postillon
Grioonaute régulier


Inscrit le: 16 Avr 2004
Messages: 323
Localisation: le perreux sur marne, france

MessagePosté le: Jeu 22 Juil 2004 19:23    Sujet du message: Répondre en citant

woudioumaïnde tou trancelaitte hine frainnche, mysteur ?
_________________


vive le parti kermit !!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2703

MessagePosté le: Sam 02 Oct 2004 10:18    Sujet du message: Répondre en citant

Un Resume en Francais de ce qui est dit: dans ce document (The Secret Relationship Between Blacks and Jews.
http://www.blacksandjews.com/MarcLeeRaphael.html#anchor196437 )

A completer ou corriger si vous le souhaitez !

1- Les juifs ont egalement joue un role important dans le commerce colonial hollandais des esclaves.

Afin de montrer leur importance dans ce commerce:

- Il existait un impot specifiquement juif de de cinq soldos pour chaque esclave qu'un juif bresilien achetait a la compagnie des West Indies.

- Si l'un des jours d'enchere sur les noirs se trouvait etre un jour de fete juive, ces encheres etaient reportees a plutard.

2. Quelques periodes concernees et les epoques:

- Curacao, 17e siecle
- Les colonies britannique de Barbados et de Jamaique, 18e siecle.

Pendant ces periodes les marchands juifs joueront un role tres important dans le trafic des Noirs.

3- En realite dans dans toutes les colonies des ameriques, qu'elle soit francaise (martinique), Britannique, Neerlandaise,

Les commercants juifs domineront presque toujours !

Traduction d'une citation:
--------------------------------------------------
Cet etat de fait est egalement vrai pour tout le continent americain, ou pendant le 18e siecle, les juifs participeront au soi-disant "commerce triangulaire":
Quelques noms important:
- Isaac Da Costa de Charleston dans les annees 1750
- David Franks de philadelphie dans les annes 1760
- Aaron Lopez de Newport dans les annees 1760 et le debut de 1770.

Seront les principales figures juive de ce commerce sur le continent americain d'etres humains noirs.
--------------------------------------------------

4- Quelques chiffres qui montrent l'importance du traffic d'etres humains noirs dans la vie economique des communautes juives de l'epoque.

Des documents sur des transactions en 1707 revelent que:
- Les 10 plus important acheteurs juifs depenseront 10 400 Guilders representant 25% des transactions totales de 36 605 Guilders.

- Apres seulement une decade de leur arrivee a curacao, les juifs possederont 80% des plantations de curacao (100% de la main d'oeuvre est composee de noirs).

5- Quelques raisons de ce "succes":

- De bonnes relations en europe
- Une majorite des Bateaux utilises dans le commerce leurs appartiennent.
- Presence autant dans le commerce avec les colonies francaises et anglaises qu'avec les territoires espagnols du venezuela et de colombie qui representent leur marche principal.

6- Encore quelques chiffres qui demontrent leur dominance (avec une interessante repartition):

- Quelques donnes tirees d'une liste des payeurs d'impots des annees 1702 et 1707, montrent que

Sur les 10 plus riches juifs, 9 possedaient un bateau ou au moins avaient des actions d'un vaisseau.

Dans une lettre de 1721 a la communaute juive d'amsterdam il est pretendu que pratiquement toute la navigation serait entre les mains des juifs.

En 1707 une evaluation de la fortune de 377 resident de l'ile de curacao par le gouverneur montre que sur les 4,002 pesos evalues, les 104 juifs soit 27.6% du total des payeurs d'impots contribuaient par 1,380 pesos, soit 34.5% de la somme totale evaluee.

Dans les west indies britannique (concernant barbados) dans 2 listes des payeurs d'impots de 1680 qui ont pu etre sauvegardees, on peut obtenir ces informations:
A Bridgetown sur 404 foyers, 54 foyers soit 300 personnes etaient juives.

240 habitaient in "ye Towne of S. Michael ye Bridge Town.", car contrairement a l'impression generale courante, beaucoup etaient en effet tres pauvre.

25 foyers juifs payaient des impots a barbados en 1680 et plus de la moitie contribuait seulement pour 11.7%,
pendant que les plus riches contribuaient a peu pres la moitie des impots juives.

La liste de 1679-80 presente presque la meme repartition. Sur 59 foyers, 19 (37%) payaient 1/10 ieme du total, pendant que les 3 plus riches marchants payaient 1/3 du total.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nénuphar
Bon posteur


Inscrit le: 27 Juil 2004
Messages: 967
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 02 Oct 2004 23:59    Sujet du message: Répondre en citant

Confused Je crois qu'il faut se faire une raison une fois pour toutes.
Il n'y a pas une nation sur cette terre qui n'a pas profité (à un moment ou un autre et pour une raison quelconque ) de l'esclavage.

Ceux qui le peuvent doivent apprendre à vivre avec.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Ven 26 Mar 2010 11:09    Sujet du message: Répondre en citant

**Je me doutais qu'un post sur ce livre avait déjà été fait sur Grioo, intéressant...

Ce livre The Secret relationship between blacks and jews, doit être lu par tous, non pas juste parce qu'il se focuse sur les juifs leurs acquisitions anthropomorphes et leur implication dans le Maafa, mais aussi et surtout pour avoir une idée juste de ce qui fût, après tout il s'agit d'Histoire d'abord puis de la relation qu'avait une communauté qui a un moment maîtrisait toutes les étapes de la bois-ebenisation d'Africains, ensuite.

**The secret relationship between blacks and jews a l'avantage d'être un joyau d'informations compilées avec minutie, l'expression "joyau d'informations" semble superflue jusqu'à ce qu'on y jette un oeil, personnellement je ne verrai plus jamais les bouquins sur le Maafa de la même manière s'il n'y est pas exposé une ou deux chapitres sur cette "fameuse relation", pendant 400 ans les Gentilles ( Les chrétiens) et les Juifs se sont partagés ce commerce mais pas grand monde savait que ces derniers y étaient impliqués de cette manière, de l'avis de Dr Tony Martin ( dont je vais parler plus bas) lui le professeur qui enseignait l'implication de "tout le monde" dans cette tragédie, si lui n'en avait aucune idée, un bon paquet de personnes devait ne rien soupçonner !

Loin d'être une oeuvre pour indexer une communauté en particulier il faut la lire comme une oeuvre historique, mais en aval un enième appel à l'UNION, j'y reviendrais plus tard...


**J'ai dû lire "The secret relationship between blacks and jews" en me procurant le bouquin de Dr Tony Martin : The Jewish Onslaught: Despatches from the Wellesley Battlefront (The Majority Press) le second est en relation avec le premier.

The Jewish Onslaught (l'assaut juive) est un livre terrifiant et poignant d'un professeur qui s'est, sans s'en douter, retrouvé au centre d'une violente répression multiforme sur le simple pretexte qu'il ai voulu introduire justement la lecture de l'ouvrage "The secret Relationship..." dans son cours, mal lui en a pris, il fût trainé littéralement dans la boue comme le dernier des imbéciles par toute la superpuissante machine juive de propagande et de répression.

Beaucoup de questions se posent au lecteur, comment se fait-il qu'une communauté soit si puissante au point de fouler au pied l'élémentaire que sont les libertés individuelles ? pourquoi une telle violence pour un fait aussi anodin qu'un simple bouquin ? Pourquoi telle autre communauté est si fragile, mais tellement fragile qu'on arrive à y recruter des "mercenaires"? Pourquoi la lecture d'un livre est-il à ce point tant décrié ? pourquoi ?

Avec l'aide de quelques bounty comme Dr Cornel West et Louis Henry Gates (celui qui veut blanchir tout le monde grâce à l'ADN) les armées intellectuelle, politique comme propagandiste juive (médias-journaux-télés) n'ont pas fait dans la dentelle, n'eut été de sa vingtaine d'année d'enseignement à Wellesley et de la sympathie de toutes les autres ethnies (caucasienne chrétienne, Asiatique, Latinos et Noire) il aurait perdu son poste, pour ce qui est de sa notoriété et sa réputation c'est à oublier, comme Dr Leonard Jeffries il est aujourd'hui présenté comme un révisionniste notoire, une personne niant l'holocauste juive, un renégat dans le monde intellectuel... mondial, personna non grata.

Ceci nous ramène encore une fois à une chose: l'UNION, dit comme cela ça semble être des paroles en l'air et rébarbatif mais ayant lu ce que Dr Tony Martin a vécu (probablement les mêmes affres que cet autre humouriste francais) on se dit qu'il faut qu'on devienne une communauté forte pour qu'à notre tour (si cela nous arrivait aussi ne sait-on jamais) qu'on garde le peu qu'on a de dignité et de réputation dans la bataille jusqu'à la fin.

Nous y reviendrons de manière plus détaillée...
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Dim 28 Mar 2010 18:29    Sujet du message: Répondre en citant

zingh2006 a écrit:
REAL TALK frère Gnata!!!! Wink

Je rappelle à tous ceux qui n'ont pas encore lu le livre le plus explosif du nouveau millénaire, qu'ils peuvent se le procurer(gratuitement) par ce lien (le document est inclus dans un ensemble d'autres documents tout aussi intéressants!):

http://www.megaupload.com/?d=YJKGD1IS

HATE IS A DISEASE, UNITY IS THE KEY!!


Salut Zingh2006, c'est une bonne chose d’avoir le bouquin online, ça permettra à tous de ne pas avoir de justifications pour ne pas le lire.

D'avance excusez les fautes, mon post fût plus long que prévu, trop de choses à dire, j'ai sous estimé l'entreprise, Laughing .

Il est abondamment démontré (Joseph Inikori, Walter Rodney, Eric Williams) que c'est à partir du XIVè siècle jusqu'à la fin du XVIIIè siècle que les économies ou les richesses des nations Occidentales reçurent un énorme coup de pouce pour arriver à leur "climax", une telle poussée ne pouvait se faire sans l'aide d'une main d'oeuvre servile et corvéable à souhait.

Le fait est connu et documenté de l'occident chrétien avec ses bulles papales, ses bateaux négriers, son économie négrière, travaillant de pair avec ses couronnes a usé et abusé du nègre d'Afrique pour acquérir l'incommensurable bien-être dont jouit jusqu'à aujourd'hui la quasi majorité des pays de cet hémisphère, une telle entreprise d'asservissement millénaire a eu l'appui de plusieurs composantes/partenaires économiques/communautaires.

Qu'il s'est agit des Africains eux-mêmes avec leurs lancados , pombeiros-brigands, mulâtres marchands, blancs maîtres de factories, de château-forts ou tout bonnement des crew men négro-africains, des européens ou autres, la majorité des participants/partenaires est connue et leur rôle amplement documenté mais de toute cette panoplie, pas grand monde ne s’est aventuré vers la communauté juive c’est ce manquement que tend à rétablir « The Secret Relationship Between Blacks and Jews. » Je ne vais pas discuter le pourquoi, je n'ai pas de reponse documentée et c'est pas le propos du livre.

Comme dit plus haut, il ne s’agit pas d’indexer une communauté en particulier mais de comprendre un fait historique et d’en tirer si possible des leçons pour le futur, de tout temps en Europe la communauté juive a été celle qui avait les ressources per capita la plus importante (ceci est documenté dans le bouquin), il est donc normal qu'elle soit en première place lorsqu'il s'agit de financier les entreprises négrières durant le Maafa...

L’une des particularités du bouquin « The Secret relationship … » c’est qu’il n’a pas été écrit par une personne en particulier, mais par un département de recherche, celui de la Nation of Islam, la suspicion peut habiter le lecteur sauf que l’autre particularité rétablit l'impartialité de l'oeuvre, parce qu’à part les commentaires dudit département de recherches, ABSOLUMENT TOUTES LES RÉFÉRENCES SONT CEUX D’AUTEURS JUIFS, donc vérifiables et consultables à souhait, quant à savoir si ces les sources de ces auteurs reconnus comme juifs sont vraies ou fausses est d'un autre ressort.

Ma foi les attaques faites par la surpuissante machine de guerre juive américaine à l’encontre du Pr Tony Martin ne se sont JAMAIS attardées sur les références émanant du bouquin, elles ont plutôt joué avec l’image par eux inventée de toute pièce par leur surpuissante machine médiatique, laissant de côté l’utile discussion contradictoire et dialectique, l’incontournable dialogue constructif

Pour les Africains que nous sommes, il est assez ironique de constater qu’une communauté qui a été tant diabolisée, dont l’histoire est pleine de rejets, d’ostracisme, de progroms, de racisme et de fréquentes chasses à l’homme, soit celle-la même qui ait participé à cette tragédie de manière si active, le Maafa, un rabbin Henry Cohen témoigne du parralèle entre le Maafa et l’holocauste juif dans :
Citation:
Justice, Justice : A Jewish view of the black revolution (New-york :Union of American Hebrew congregations, 1968), p.48.
« The parallels between the Nazi terror and the American slave trade are more startling than we may realize. When Negroes were brought from the heart of Africa to the American south, one third died enroute to the African coast and one-third died in suffocating prisons on board ship. Once here, families were purposely broken up; husbands, wives, and children forced to go their separated ways. Must we be reminded of the death toll in the suffocating boxcars bound for Auschwitz or of the tearing of children from their mother’s arms.


L’avantage disions-nous avec toutes ces références c’est qu’on n’ait même pas besoin de commentaires exhaustifs, ils se déduisent d’eux-mêmes.
Christophe Colomb a été maintes fois décrit comme un Juif (plusieurs références Juives l’attestent dans le boquin), et son arrivée dans le nouveau monde ne fût rien d’autre qu’une prospection financée par des armateurs juifs.
Il fût un temps où Portugais était synonyme de Juifs, pour qui savait que les premiers voyageurs et trafiquants de bois d’ébènes étaient portugais…
Plus de 10.000 Africains travaillaient déjà dans les plantations au Brésil en 1600. Le sucre et le trafic de bois d'ébène étaient la principale entrée de revenus des Juifs du Brésil. Un-quart des actionnaires de l’une des premières compagnies "d’import-export" (trafiquante de bois d'ébène entre autre) la Dutch West India Company était juifs, comparativement à leur nombre dans la Hollande mieux vaut dire qu’ils étaient relativement un bon pourcentage.

Le communautarisme forcené des Juifs quelque soit l’endroit où ils s’établissaient finissait par leur causer du tort en Europe, Les Hollandais sont ceux qui ont permis aux juifs de demeurer dans leur pays lorsque le reste de l’Europe les chassait, la couronne Hollandaise espérait ainsi retenir l’expertise de cette communauté dans ce qui avait trait à l’augmentation de la richesse, notons que le mercantilisme en tant que notion économique est d’origine Hollandaise, et les Juifs étaient réputés experts dans l’activité « d’augmenter » les richesses.

Du Brésil en passant par, la martinique, la Jamaique, Saint-domingue, Les Barbades, les États du sud des USA, ect… des Juifs étaient soient en positions de monopoles soient impliqués à toutes les étapes de la Bois ebebisation de l’Africain.
Chaque migration ou établissement d’immigrés a sa propre caractéristique socio-économique (ou politique) et la meilleure chose qui pouvait arriver a une communauté comme celle des Juifs plaguée et ostracisée dans toute l’Europe aura été de s’exiler dans des contrées où elles pouvaient s’offrir une main-d’œuvre servile, les Asiento : redevance que la couronne espagnole donnait à un civil qui voulait en son nom et sous sa protection faire des affaires étaient très souvent vendue à des juifs, ce qui faisait de cette communauté qu’elle avait des "satellites" et de l’autre côté de l’occident et dans la vielle Europe, toute chose qui faisait d’elle une actrice majeure de l’économie négrière.

De nombreuses preuves de corruptions que ce soient des élites, fonctionnaires des pays où ils (Les juifs) évoluaient pour agrandir leurs richesses est largement documentée, l’implication de Juif tel Levy Andrew en 1758 dans l’extermination aux draps infectés à la variole est aussi documentée.

Le bouquin rappelle que les Juifs du sud des USA ne se sont jamais inquiétés de l’impact de la bois-ebènisation de l’Africain et maintenait bien leur d’implication à tous les stades dans la « Slavocracy » (système esclavagiste) ambiant.
Pourquoi tous ces paragraphes plus haut ? pourquoi enumerer tout ceci ? : Un auteur Juif repond lui-même Feingold dans Zion in America, p. 62 disait :
Citation:
“We can fairly assume that Jews did not differ substantially from their fellow Southerners in their animus toward people of color (...)”


De fait rien ne différenciait un Juif d’un chrétien dans leur haine viscérale (animosité) du nègre d’Afrique, le terme homme de couleur utilisé par l’auteur n’y change rien, nous savons bien de qui on parle. Il n'a jamais existé de différence entre juifs et chrétien quand il s'est agi de mettre et de maintenir l'AFricain dans les fers.

Cette conception qui veut que puisque pendant les années de Civil right mouvement Juifs et Noirs ont main alors cela a toujours été ainsi est fausse, rien de plus n'était plus circonstancielle que ça, plus loin un billet sur le livre du Dr Tony Martin (The Jewish Onslaught) détruira cette idée reçue qui a fait rage en son temps.

La majorité sinon les Juifs les plus puissants s’opposaient même a l’émancipation des Africains, Jacob Marcus dans ses mémoirs (In Memories) disait P. 20 :
Citation:
The most prominent of southern Jews defend the slave system; individuals among them were the institution’s most vigorous apologists
.

Le premier senateur Juif David Yulee a démissionné pour joindre l’armée des confédérés, le premier juge Juif demontrait régulièrement sa sympathie pour les confédérés , pour rappel les confédérés sont les sudistes qui trouvaint vital l’établissement ad vitam et le statu quo dans la Slavocracy le système esclavagiste le plus brutal de cet hémisphère.

Suite...
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Mer 31 Mar 2010 06:44    Sujet du message: Répondre en citant

En définitive, il n'y a aucune distinction à faire entre Juifs et chrétiens quand est venu le temps de discriminer, de molester, martyriser, et de réduire à l'état de bien-meuble des Africains, tous étaient sur le même pied d'égalité, dans certains cas même le fait d'être une minorité elle-même fût une raison supplémentaire de l'acharnement des juifs envers les Africains (documentée).

Au fond, s'il a été établi que des Blancs ont mis des Africains dans les fers comme bois d'ébènes, et que les Juifs qui étaient la crème occidentale en matière de finance étaient eux-aussi blancs, pourquoi devrions-nous être surpris de ce que ce bouquin nous apprend ? C'est plutôt le contraire qui devrait nous surprendre, rappelons-nous qu'on était Bois d'ébène parce que Noir, donc la couleur de peau de facto réduisait notre humanité à celle d'un bien mobilière ou la rehaussait à celui de maître dans ce cas être juif ou "gentille" (chrétien) était une variable inactive, non prédominante dans le processus, ce qui comptait c'est être blanc.

Qui plus est l'implication de la communauté Juive dans l'apartheid répond à la même logique que ce que décrit le livre "The Secret relationship..."

Ceux qui ont lu Frederick Douglass et ses récits de sévices et de crimes gratuits sur les Bois d'èbènes ne seront pas surpris de relire les mêmes brutalités chez les plus pieux de ces religieux juifs, viols familiaux d'Africaines pour augmenter le cheptel humain, atrocités pour donner l'exemple, meurtres, rien de nouveau sous le soleil.

Au vue de toute cette littérature assez bien documentée, nous avons remarqué que rares ont été les auteurs juifs cités, qui lorsqu'ils décrivaient leurs chroniques, le faisait sur un ton expiatoire, ils ne se sont point encombrés de compassion pour la peuplade de Nègres qui crevaient, non du tout, un commentaire aux premières pages du bouquin discutait du parallèle entre le Maafa et la Shoa mais il était limite tiré par les cheveux... Il s'agissait pour ces auteurs, disions-nous, de démontrer que les Juifs maîtrisaient bien ce commerce anthropomorphe, qu'ils en étaient la tête de fil, l'alpha et l'oméga, bref dans ce cas pourquoi diable maintenant que Dr Tony Martin le leur rappelle qu'ils crient à l'antisémitisme ?

Il ne suffit pas de se bomber la poitrine prétendre qu'on est tel qu'on s'est décrit avec toute la gloire et la grandeur qui vont avec et puis se rebiffer, et se cacher derrière son arme favorite (accusations gratuites de révisionnisme et d'antisémitisme) quand vos agissements sont mis à nu. N'étant en rien différent des autres, pourquoi faire semblant de l'être, de qui se fout-on à la fin ?!

En 1993 la coalition de 4 puissantes associations juives sur une seule et même personne fût sans précédent dans l'histoire, mais lorsqu'on sait les raisons de cette attaque on n'en revient tout simplement pas, Dr Tony Martin (Historien d'originaire de Trinidad et Tobago un spécialiste de Marcus Gravey) ne savait pas lui non plus que sa décision de proposer la lecture du livre "The Secret Relationship..." dans sa classe allait lui valoir une telle levée de boucliers suivie d'un tel déferlement de haine, et pourtant ... Nous ne sommes point en Chine, ni aux époques de auto-daffés, mais dans l'amérique du XXIè siècle.

Si Dr Tony Martin a fait ce bouquin pour expliquer sa part de l'histoire c'est parce qu'en vain aucune tribune ne voulait l'entendre, ou lorsqu'elle lui donnait la parole, cette dernière était déformée pour ne pas dire grossièrement manipulée, there was no way out, dans l'engrenage dans lequel il était n'eût été les quelques éditeurs Africains-américains, il n'aurait JAMAIS eu son mot à dire et nous n'aurions jamais su ce qu'il a enduré.

Le récit de son attaque The Jewish Onslaught nous présente des visages connus Mary Lefkowitz (Pourfendeuse de l'Afrocentricité devant Yahveh) , Louis Henry Gates (plus judeophile-alimentaire que lui tu meurs), Cornel West (le philosophe-star parrain intello du hip-hop), Martin Bernal (un faux-c.. que certains A-Americains ont vite pris pour le roi de l'Afrocentricité), le Reverand Jesse Jackson (qui s'est rendu compte que sans moyens financiers il n'existait pas de communauté), Al Sharpton (le pauvre bougre!).

À la fin du bouquin se trouvent des lettres d'insultes de Juifs qui ressemblent fort étrangement à celles que pourraient recevoir un nègre ordinaire d'un partisan skinhead ou d'un Klaniste, toute la panoplie du vocabulaire simiesque y passe, mais ce qui est le plus frappant c'est cette allusion renouvelée à l'aide des juifs aux Africains-Americains durant le Civil Right Mouvement (Martin Luther King) et avec le NAACP (National association for the advancement of colored people), ce sous entendu qui veut que sans l'aide des Juifs les Africains-Americains seraient encore ségrégés, discriminés est détruit par Dr Martin parce qu'au bout du compte, dans cette histoire ce ne sont pas seuls les A-A qui ont profité de cette émancipation, quoique certains faits sont troublants et désespérants en même temps, mais c'est ainsi des communautés qui ne sont pas organisées.

Suite...
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2703

MessagePosté le: Mer 31 Mar 2010 18:37    Sujet du message: Répondre en citant

The Jewish Role in Caribbean Slave Trade - Dr Tony Martin

1ere Partie



2eme Partie

3eme Partie

4eme Partie

5eme Partie

6eme Partie

7eme Partie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Ven 02 Avr 2010 07:56    Sujet du message: Répondre en citant

Gnata a écrit:
(...)mais ce qui est le plus frappant c'est cette allusion renouvelée à l'aide des juifs aux Africains-Americains durant le Civil Right Mouvement (...) ce sous entendu qui veut que sans l'aide des Juifs les Africains-Americains seraient encore ségrégés, discriminés est détruit par Dr Martin parce qu'au bout du compte, dans cette histoire ce ne sont pas seuls les A-A qui ont profité de cette émancipation...


À propos entre autre de cette allusion Dr Martin explique...

Tony Martin a écrit:
Jewish abolitionists were few and far between, and the exceptional jews who opposed slavery were sometimes subjected to the opprobrium of their co-religionists.

There is no Jewsih counterpart in the United States to the organized Christian abolitionism of the Quakers, Methodists, Baptists, and others.

Jewish writer Jonathan Kaufman in Broken Alliance admits that : "The Jews who first came to america in the seventeenth, eighteenth, and early nineteenth centuries were heirs to a conservative political tradition that tended to enbrace the status quo..." Slavery was of course part of the status quo.

The Jewish Onslaugtht, ed The Majority Press and TM Press 1993, pp 130, 131


Pour montrer son point, Dr Martin plus haut explique que les immigrants juifs disons depuis la création des USA, ont toujours été pour l'esclavage, et que les exceptions qui étaient contre ce système étaient couvert d'opprobre par leurs co-religionnaires, de fait il n'a jamais existé dans la communauté juive de grand mouvements abolitionistes commes on pouvait le constater chez les chrétiens de tous bords, Quakers, Baptistes, Methodistes (malgré l'hypocrisie manifeste de ces derniers donnons leur ce crédit) ect...

Il ajoute le commentaire d'un auteur Juif Jonathan Kaufman (cf Broken Alliance) qui confirme cette intuition, subsidiairement du fait qu'ils étaient relativement fortunés donc se trouvant dans une classe sociale relativement mieux lotie, pour quelles raisons cette communauté trouverait le besoin de changer quoi que ce soit à ce système mortifère ? Qui plus est cette situation, ce système de Slavocracy fût le biais par lequel la plupart trouvait leur salut financier, tout comme on ne change pas une équipe qui gagne, on ne gagne rien à changer un système qui fait gagner, même si tout ceci est au détriment d'une autre communauté, celle-là maudite par la Torah (documenté in The Secret relationship ...).

Pour ce qui est du lien entre Africains et Juifs au vingtième siècle et du financement massif des juifs dans ce qu'on nomme The Civil Right Mouvement avec pour figure emblématique est Martin Luther King, il explique.

Dr Tony Martin a écrit:
For an explanation of the frenetic response to this quite normal scholarly work, one must look at the history of African American/ Jewish relations in the twentieth century.
For much of this century, jews have been a proeminent element in the liberal wing of white north america. According to Kaufman, this switch to seeing liberalism (very different from the slaveryand earlier post-slavery eras), was facilitated by the developpement of the Reform Mouvement in US Judaism in the nineteenth century, by jewish involvement in communism and socialism, and by the pursuit of an enlightened Jewish self-interest.
In the words of Kaufman , the Jewish "struggle for equalityand fair treatment was linked to the struggles of blacks for greater opportunity. It was not a struggle of equals; Jews did not consider their plight equal to that of the blacks.
But they recongnized in the black struggle for rights elements that could beneifit them and conditions with which they could sympathize"
The Jewsih Onslaught, ed The Majority Press & TM Press 1993, p.131


De l'avis de l'auteur Juif Jonathan Kaufman, le fait de voir Noirs et Juifs ensemble se battant lors du Civil Right Mouvement tient de la sympathie la plus plate, il ne s'agit pas de gens égaux luttant pour les mêmes causes. Il s'est agit pour les juifs de faire avancer leur propre agenda qui marginalement il s'alignait sur celui des Africains des USA.

Hier un frère m'a fait lire un document qu'on peut trouver sur la toile (Le Juif international) de Henry Ford (le créateur de la compagnie ford) la violence avec laquelle ce dernier pourfendait les Juifs montre comment vers la fin XIVè début XX è ils étaient perçus dans le monde des affaires de l'Amérique et l'Europe blanche, rappelons-nous que c'est à cette époque que les idées nazies ont commencé à germer (quoique ces idées avaient des "ancêtres" plus lointains).

À la fin de la 2è guerre Européenne, les esprits juifs étaient devenus plus conscients que ce qui était entrain de se passer en Europe pouvait les rejoindre en Amérique, le petit peuple européen était acquis qu'être juif était une race à part, rapace et sans pitié. Le ressentiment allemand (européen) anti-Juif a traversé l'océan entre-temps mais il était limité aux élites blanches, leur difficulté dans les écoles prestigieuses, pour se faire admettre dans certains milieux blancs et chrétiens ect... les ont poussé à reconsidérer leurs positions.

L'avènement des partis reformistes et communiste y a vu une affluence notable de juifs riches certes mais plus libéraux, pour leurs intérêts propres ils se sont vus aider une autre communauté avec laquelle ils n'auraient probablement jamais fricotés (Africaine), le NAACP dont tous les présidents furent juifs depuis sa création en 1909 jusqu'en 1975 fût leur invention, les moyens financiers juifs qui furent mis à la disposition de gens comme Martin Luther King au détriment de Malcolm X avaient un but précis, téléguider au besoin , mais avoir la main-mise sur tout le système du Civil Right Mouvement.

Il ne s'agissait pas pour les juifs de s'allier avec des égaux selon l'auteur juif Kaufman, il s'agissait pour eux de briser les derniers ressorts ethnocentriques qui les empêchaient de fréquenter les milieux blancs chrétiens à leur guise, de s'y fondre, objectivement parlant la communauté Africaine aux USA était bien trop pauvre et désorganisée pour se prendre pour l'égal d'une autre aussi riche, opulente et "communautariste" à la moelle.
Pas plus loin qu'en 1830 aux USA, per capita (comparés aux bancs) les Juifs étaient ceux qui possédaient le plus de bois d'ébène, les choses ne pouvaient pas changer aussi dramatiquement pour que disparaisse ce complexe de supériorité millénaire (voir P. 127)

Pour coller un peu avec l'actualité, c'est à tort que certains Noirs croient qu'un Juif doit être à mesure de comprendre leur condition, et qu'il ne se peut pas qu'il puisse exister de juifs fer de lance d'une extrême droite décomplexée, c'est le cas de rappeler que l'ethnocentrisme n'est pas du racisme (qui lui est nécessairement chargé d'ethnocentrisme) être ostracisé pour la couleur de sa peau n'a pas la même capacité d'avilissement que l'être pour ses croyances religieuses, l'histoire du Maafa le démontre, et donc au vu de l'histoire de cette communauté, nonobstant ce qu'elle a vécu, ne soyons point étonné qu'elle ne se reconnaisse absolument pas dans nos souffrances ou notre condition, les parkings sont partagés (disons-nous à Abidjan).

Pendant que les Juifs ont touché de l'Allemagne près de 70 milliards de dollars de dédommagements pour la shoa, leurs médias sont les plus virulents à refuser qu'il soit même exposé en consultation dans la sphère politique d'éventuels dédommagements pour les Africains aux USA , l'affirmative action de peu n'aurait jamais vu le jour grâce à cette même presse propagandiste.

La communauté juive d'Afrique du sud était/est la plus riche du monde sous l'apartheid et encore maintenant, ce système raciste a permis a cette communauté d'être la plus grande pourvoyeuse d'Israel pendant tout ce temps, cette communauté de diamantaire payait un mineur Africain 17 fois moins bien que son homologue blanc.

Ainsi donc l'Histoire nous montre que l'appât du gain quand il s'est agit de relation entre la communauté Africaine et Juive s'est toujours passée de bons sentiments, The secret relationship between Blacks and Jews... n'est plus bien secret maintenant, car en fin de compte, nous savons à quoi tout ceci tenait, il s'est agit d'argent, de gains, de vanité, d'exploitation , d'abus , et de profond mépris, rien d'autre....

Empêcher un prof respectable de débattre de ce sujet qui est un droit car il s'agit de NOTRE histoire est non seulement une posture minable mais ça dénote d'une intolérance qui ne doit pas nous laisser songeur comme de fieffés incrédules, nos relations sont ainsi depuis la nuit des temps, ces deux ouvrages le démontre assez bien , sachons avoir dans le futur l'heure juste and "don't believe the hype" !
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nubian
Grioonaute


Inscrit le: 14 Jan 2006
Messages: 50

MessagePosté le: Lun 05 Avr 2010 17:03    Sujet du message: Répondre en citant

Personnellement je pense que le livre "The secret relationships between and black and jews" ne peut être contredit par aucun de ceux qui sous-entendent que c'est une attaque de la NOI vis à vis des Juifs.

Il n'y a AUCUN propos anti-sémite dans ce livre.

D'ailleurs Jacques Attali confirme certaines partie de ce livre (notamment sur les propriétaires et marchands conversos du brésil) dans son livre "Le juifs, le monde et l'argent " où il dit P 377 :


Citation:
D'autres jouent un rôle significatif dans le commerce des esclaves qu'ils achètent aux bateaux de la compagnie des Indes pour les revendre à Crédit aux planteurs, à un prix très élevé, moyennant de sucroît un intérêt de 3 à 4 % par mois,payable à la récolte de la canne. Leurs profits sont parfois de 300 % par tête


P 379 à propos des conversos du brésil expulsés et réfugiés au Surinam ( certains d'entre eux iront en Martinique) il dit :

Citation:
A la fin du siècle (18ème) sur les 400 plantations de canne à sucre du Surinam , 115 appartiennent à des juifs. En 1690, certains d'entre eux sont même à l'avant garde de la répression des révoltes d'esclaves


Les impérialismes Espagnols, Portugais et Hollandais (entres autres) se sont développés sur les fonds des conversos.

Amsterdam fût la capitale financière de l'Europe après l'expulsion des conversos d'Espgane.

Colomb a été financé par des conversos et était accompagné par plusieurs d'entre eux. Juan de Esquivel ( conquérant de la Jamaïque) était un converso de Séville.

Leurs cousins de Rhode Island ,Bordeaux (Gradis) , de Curaçao, de la Jamaique , St domingue, du Brésil on souvent eu des rôles déterminants dans la traite :

1. Gilberto Freyre " Maître et esclaves" ;
2. Charles William Taussig "Rum, Romance and Rebellion";
3. Hugh Thomas " Rivers of Gold" (pour les conquistadores conversos);
4. Edward Kritzler " Jewish pirates of the Caribbean";
5. John .R. Spears "American Slave Trade";

Quant à Michael Hoffmann II, c'est un petit facho même s'il a écrit un livre très intéressant sur les premiers esclaves (blancs) des USA " They were whites et they were slaves", il est atteint de négrophobie c'est certain...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group