Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'Inde redessine la carte de l'offshore informatique
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Sciences & Technologies
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Mar 27 Sep 2005 18:39    Sujet du message: Répondre en citant

kamiche a écrit:
Pour commencer, Pana, tu baisses d'un ton quand tu t'adresses à moi. Je ne sais pas ce qui t'a fait croire que tu pouvais te permettre, mais tu as fait erreur.

Si les modérateurs avaient joué pleinement leur rôle en reprouvant toute attitude incorrecte, même venant de l'un d'eux, on en serait pas là.



Commence par baisser de ton toi même; Tu participes comme tout le monde, tu as tes opinions, j'ai les miennes, tu as le droit de critiquer, comme on a le droit de te critiquer. Personne ne détient la science infuse ici. Si tu te sens agressé parceque je te dis que tu rajoutes inutilement une couche, et que tu fais tout un plat d'un pari, c'est simple ne répond plus à ce topic; point barre; Personne n'est là pour supplier l'autre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mar 27 Sep 2005 18:41    Sujet du message: Répondre en citant

Je crois que tout a été dit.
Chacun tirera de tout ce qui précède les leçons qui s'imposent.


Maintenant, nous revenons définitivement au débat, dans le quel à partir de maintenant, au vu de certains écarts regrettables, j'exercerai mes prérogatives de modérateur.



@Samuel

je crois que tu avais déjà répondu à un de mes posts anterieurs et je n'ai pas eu l'occasion de te repondre à mon tour. Désolé, les choses vont très vite.
Bon, alors c'est clair que globalement on n'est pas d'accord, même si tu as dit un truc que j'approuve sur les voitures chinoises, à savoir que les occidentaux ont tendance à denigrer ce qui vient d'ailleurs. Ça c'est vrai.

Bon maintenant ton post sur la croissance du mobile n'appuie pas ton point de vue à mon sens.
C'est une bonne nouvelle (que comme beaucoup je connaissais déjà), mais il ne faut pas oublier que passer de 0.5 à 5% c'est une croissance de 1000% (ça fait sensation), et que ce genre de chiffres ne peuvent pas se rencontrer en occident oú presque tout le monde à un mobile. Passer de 90 à 91% est un enorme exploit pour eux, question de saturation de marché.
Idem pour le net. On peut avoir une croissance de 300% pendant quelques années, mais très probablement ça va saturer à 5 ou 10%.

Bon ceci
Citation:
Meme de bons eleves de lycees techniques sortis des series de copnception et fabrication industrielles pourraient te les dessiner et programmer les ordinateurs et les machines pour qu'elles te sortent la piece toute faite.

ce n'est certainement pas en Afrique noire.

Citation:
Il n'y a donc la rien qui soit au-dessus des capacites des ingenieurs africains puisqu'aussi bien ils sont formes dans les memes ecoles et instituts sur la base des memes programmes. Donc un ingenieurs africain qui a suivi les series appropriees serait bien en mesure de faire cela. Qu'il ait les moyens de le faire est une autre histoire et pour le moment, si au Cameroun ce n'est pas le cas, ca l'est quand meme en Afrique du Sud.

Tu reviens beaucoup sur ce problème de capacité inttrinsèque, alors que comme te l'a dit Tchoko avant moi là n'est pas le problème.
Nouys ne discutons pas de si les africains sont capables (intrinsèquement, ou génétiquement) ou pas de faire tel ou tel truc; on parle justement des conditions qui permettent aux ingénieurs d'apprendre ces choses.
En Afrique il est difficile de les rencontrer.

Dans presque toutes les ecoles d'ingé en méca dans le monde, annuellement il ya comme tu l'a dit des concours de lutte de "voiture/tanks" telecomandés, une sorte de "sumo" à petite echelle. En Afrique ça n'existe pas, faute de moyens.



Tchoko a écrit un truc que je vais re-copier/coller parce que ça resume parfaitement ce que j'avais dit:

BMW a écrit:
Tchoko a écrit:

Sincèrement, pour moi, le polytechnicien Camer, c'est un peu comme l'informaticien de base qui sait comment un ordinateur marche, les liens entre les différents matériaux (carte mère, carte graphique, disque dur, ram, os, etc) mais qui n'a ni les moyens ni la dernière petite expertise pour concevoir un ordinateur. Il est donc incapable de concevoir ce genre de machine.

Il a besoin d'une expertise encore plus détaillée sur les composantes électroniques qui composent les différents matériaux de la machine, besoin de connaître et comprendre la manière dont ces mini composantes sont montées, et communiquent entre elles, etc.

Cette expertise nécessite des moyens et/ou une formation supplémentaires pour pouvoir en outre, tester les premières pièces qu'il montera, pour apprendre à "creuser des trous optimaux dans un cylindre d'acier " (pour te paraphraser Kamiche), comprendre exactement à base de ces essais comment les micro composantes fonctionnent, et interfèrent sur la machine, en pratique.

En gros, pour qu'on puisse dire que les ingénieurs Camers savent faire quelque chose, il faut qu'ils aient l'idée pour le faire (on l'a à l'école, ok), les moyens pour le faire (qui permettent de développer la dernière expertise dont j'ai parlée) et... qu'ils le fassent. Avoir le niveau tel que je le perçois dans le monde de l'industrie, ce n'est pas comme avoir le niveau pour résoudre un exo de maths : il ne suffit pas d'avoir l'idée ou le raisonnement.

Dans l'état actuel des choses, je ne pense pas qu'on ait le niveau pour construire ni une auto ni un avion, ni même un "simple" ordinateur, choses qui demandent bien plus de choses qu'une vision globale de leur fonctionnement et regroupant tout un tas de sciences (électronique, physique, chimie, informatique, etc).

PS : Cette discussion me rappelle un peu un Camer qui venait de l'université de Yaoundé et qui était entré sur titre dans une école d'ingé où j'ai été. Il était titulaire d'une maîtrise d'informatique et semblait connaître très bien de quoi il parlait, en ce qui concerne la programmation, toute la logique qu'il y'avait derrière.
J'ai été surpris de me rendre compte que, malgré tout son bagage théorique (ce que j'ai appelé plus haut "savoir ce qu'il faut faire, comment les choses marchent globalement"), ses lacunes sont apparues réellement lorsqu'il a fallu écrire de vrais programmes, des programmes concrets qui font des choses. A Yaoundé, il n'avait pas eu les moyens (les ordinateurs à dispo 24/24 pour s'entraîner et acquérir la dernière expertise, pratique) pour développer ses acquis de base. Il était donc incapable de programmer en pratique, même s'il savait comment on programmait. Nul ne dit qu'embauché dans une boite d'info, il n'aurait pas appris sur le tas et valorisé ses acquis théoriques.
On peut transposer cet exemple à notre débat, pour comprendre l'assertion de BMW selon laquelle les gars n'ont pas le niveau.


Je crois qu'on s'est finalement compris.
Ton PS en particulier reflète parfaitement ce que je dis.
N'importe quel gars qui a fait son premier cycle de maths, physique ou info au Camer poursuit son 2nd cycle n'importe oú en occident les doigts dans le nez, avec même selon moi un léger ascendant sur les occidentaux.
Les gars qui ont eu le bac au Camer et ont continué en occident, et surtout ceux qui ont commencé la fac au Camer avant de monter pour continuer savent que ce que je dis est vrai.
Maintenant, au labo c'est clairement une autre histoire, c'est pratiquement le blackout, et c'est normal, c'est une question de moyens et d'infrastructures, choses qui font défaut en Afrique.
Et ceci est 1000 fois plus vrai pour un ingénieur, qui justement est valorisé non pour ses connaissances théoriques, mais bel et bien pour ses connaissances pratiques.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 425

MessagePosté le: Mar 27 Sep 2005 22:09    Sujet du message: Répondre en citant

BMW, maintenant j'ai bien compris ce que tu veux dire et je vais te repondre. Tout d'abord je trouve tres largement exagere cette assertion de Tchoko:
PS : Cette discussion me rappelle un peu un Camer qui venait de l'université de Yaoundé et qui était entré sur titre dans une école d'ingé où j'ai été. Il était titulaire d'une maîtrise d'informatique et semblait connaître très bien de quoi il parlait, en ce qui concerne la programmation, toute la logique qu'il y'avait derrière.
J'ai été surpris de me rendre compte que, malgré tout son bagage théorique (ce que j'ai appelé plus haut "savoir ce qu'il faut faire, comment les choses marchent globalement"), ses lacunes sont apparues réellement lorsqu'il a fallu écrire de vrais programmes, des programmes concrets qui font des choses. A Yaoundé, il n'avait pas eu les moyens (les ordinateurs à dispo 24/24 pour s'entraîner et acquérir la dernière expertise, pratique) pour développer ses acquis de base. Il était donc incapable de programmer en pratique, même s'il savait comment on programmait. Nul ne dit qu'embauché dans une boite d'info, il n'aurait pas appris sur le tas et valorisé ses acquis théoriques.
On peut transposer cet exemple à notre débat, pour comprendre l'assertion de BMW selon laquelle les gars n'ont pas le niveau. "


Si cela etait vrai pour l'individu en question, l'individu qu'il a rencontre, ca ne l'est pas du tout pour tout ingenieur informaticien forme au Cameroun. Ce sont des defaillances individuelles, des deficiences liees a la formation d'un individu. On ne peut pas generaliser a partir de la. Je ne sais pas combien d'annees vous avez vecu en Occident et depuis combien de temps vous n'etes pas retourne au Cameroun mais il est pour moi plus que surprenant de dire que les eleves ingenieurs ne disposent pas d'ordinateurs pour se former. Les ordinateurs, ce n'est pas l'industrie lourde ou je ne sais quelle machine d'experimentation excessivement chere. Il y en a partout en Afrique aujourd'hui et je ne connais pas d'ecoles d'ingenieurs qui n'en disposent pas. Tiens! Les ordinateurs d'occasion se vendent a 200.000 francs CFA a Dakar. Il est donc faux de dire qu'un ingenieur informaticien forme en Afrique ne sait pas programmer parce qu'il n'a pas eu acces a un ordinateur. Je connais des ingenieurs informaticiens formes a l'IAI du Gabon qui savent tres bien programmer. J'en connais aussi formes a L'Ecole Superieure Polytechnique de Thies, au Senegal et ils savent tres bien programmer. Tout depend de ou l'ingenieur a ete forme. S'il a ete forme dans une petite ecole privee de quartier ou on fait du n'importe quoi, ce que dit Tchoko peut tres bien etre vrai mais ce serait totalement faux s'il s'agit des universites connues et reputees, surtout lorsque nous parlons de pays comme l'Afrique du Sud, le Senegal ou le Cameroun. Il y a certainement des informaticiens africains qui nous lisent et ils doivent se dire que tout ca est bien car la programmation, c'est quand meme le B-A, BA pour l'ingenieur. Apres deux ans d'ecole (les analystes-programmeurs qui tendent maintenant a tomber en desuetude) on est en mesure de le faire.

Maintenant vous pouvez tres bien avoir raison s'il s'agit d'autre chose que de programmer pour lequel ce qu'il faut est facilement disponible.

BMW: "C'est une bonne nouvelle (que comme beaucoup je connaissais déjà), mais il ne faut pas oublier que passer de 0.5 à 5% c'est une croissance de 1000% (ça fait sensation), et que ce genre de chiffres ne peuvent pas se rencontrer en occident oú presque tout le monde à un mobile. Passer de 90 à 91% est un enorme exploit pour eux, question de saturation de marché. Idem pour le net. On peut avoir une croissance de 300% pendant quelques années, mais très probablement ça va saturer à 5 ou 10%."

Tout a fait d'accord s'agissant de la premiere partie de ton raisonnement encore que tu tendes a ignorer le fait que le mode d'expansion des technologies de l'information et de la communication ne repond pas tout a fait aux modes de developpement connus pour d'autres technologies. A titre de comparaison EN 5 ANS IL Y A EU PLUS D'UTILISATEURS DU MOBILE QUE d'UTILISATEURS DE TELEPHONES FIXES EN 100 ANS!!! C'est donc un developpement tout a fait original, nouveau, inconnu jusqu'alors en Afrique pour n'importe quelle autre technologie.

Je peux donc t'assurer qu'il n'y aura pas saturation a 10%. Pourquoi? Parce que d'une part le cout des appareils tend a baisser et d'autre part les innovations technologiques tendent a rendre les portables attrayants et accessibles au plus grand nombre. A titre d'exemple, il y a tout juste 3 ans ou 4 ans on ne pouvait pas se procurer un laptop (ordinateur portable) a moins de 3.000 dollars. On en trouve tout neuf sur Internet a 900 voire 700 dollars aujourd'hui. Peut-etre meme que nous n'aurons bientot plus besoin de payer pour telephoner meme s'ils nous faudra encore des ordinateurs (cf: le phenomene Skype).


OK. Tu as raison si tu veux dire "certainement pas dans un lycee africain", encore que je ne sois pas sur que ce soit le cas pour un pays comme l'Afrique du Sud par exemple. Mais je te concede bien volontiers que nos lycees ne sont pas equipes pour cela. Mai ca ne veut pas dire que nos instituts ne sont pas equipes pour d'autres choses, comme la programmation par exemple.

De meme, nos ingenieurs savent quand meme faire certaines choses comme de fabriquer certaines pieces detachees de voitures si on le leur demande, meme si c'est de facon artisanale.

Citation:


Tout de meme les ordinateurs senegalais sont fabriques par des Senegalais. Maintenant, vous allez encore me dire que c'est pas eux qui ont fabrique tous les composants electroniques. Et c'est bien la mon inquietude. Jusqu'ou faut-il remonter pour dire d'une voiture marocaine qu'elle est marocaine? Pour dire d'un ordinateur senegalais qu'il est senegalais?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 425

MessagePosté le: Jeu 29 Sep 2005 15:44    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Sub-$100 laptop design unveiled

The laptop for the world's children should be durable and self-reliant
Nicholas Negroponte, chairman and founder of the Massachusetts Institute of Technology Media Labs, has been outlining designs for a sub-$100 PC.
The laptop will be tough and foldable in different ways, with a hand crank for when there is no power supply.

Professor Negroponte came up with the idea for a cheap computer for all after visiting a Cambodian village.

His non-profit One Laptop Per Child group plans to have up to 15 million machines in production within a year.

A prototype of the machine should be ready in November at the World Summit on the Information Society (WSIS) in Tunisia.

Children in Brazil, China, Egypt, Thailand, and South Africa will be among the first to get the under-$100 (£57) computer, said Professor Negroponte at the Emerging Technologies conference at MIT.

The following year, Massachusetts governor Mitt Romney plans to start buying them for all 500,000 middle and high school pupils in the state.

Professor Negroponte predicts there could be 100 million to 150 million shipped every year by 2007.

Virtually indestructible

The laptops will be encased in rubber to make them more durable, and their AC adaptors will also act as carrying straps.

The Linux-based machines are expected to have a 500MHz processor, with flash memory instead of a hard drive which has more delicate moving parts.


The laptop will be more rugged and flexible than ordinary ones
They will have four USB ports, and will be able to connect to the net through wi-fi - wireless net technology - and will be able to share data easily.

It will also have a dual-mode display so that it can still be used in varying light conditions outside. It will be a colour display, but users will be able to switch easily to monochrome mode so that it can be viewed in bright sunlight, at four times normal resolution.

When Professor Negroponte saw the benefits of donated notebook PCs that Cambodian children could carry around with them, he immediately set about planning the sub-$100 machines.

The project has some big-name supporters on board, including Google, which is working on thin-client applications. Thin client computing means several machines can share programs when linked up to a central "brain", or server.

Making them so cheap would mean that developing nations would be able to afford to bulk-buy them, although Professor Negroponte thinks that even $100 remains too expensive for some.

He said he is committed to the idea that children all over the world should be equipped with technology so that they can tap into the educational and communications benefits of the net.

Power is a big issue for developing nations in particular when it comes to technology, which is why the hand crank will be fitted to supply extra juice when it is needed.

By using innovative technologies, such as electronic ink displays, the MIT team thinks it can reduce power consumption even further on the computers. Such displays require very little power to work.


The Simputer is a handheld solution for developing nations
There have been several projects to build and distribute cheap computers for developing nations in order to close the digital divide.

A sub-£100 box, called Nivo, has been developed by UK not-for-profit group, Ndiyo. It runs on open source software and works as a thin client.

The Simputer has also been developed for developing nations. It is a cheap handheld computer designed by Indian scientists.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 425

MessagePosté le: Jeu 29 Sep 2005 15:45    Sujet du message: Répondre en citant

Sorry. Here is the link to this article.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/technology/4292854.stm
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 425

MessagePosté le: Jeu 29 Sep 2005 16:07    Sujet du message: Répondre en citant

http://news.bbc.co.uk/1/hi/technology/4496901.stm

Citation:
Small box 'to end digital divide'
By Jo Twist
BBC News science and technology reporter



The boxes mean small companies or cybercafes can set up cheaply
A pared down "computer" to replace bulky, grey desktop PCs could help close global digital inequalities.

Not-for-profit developers, Ndiyo - the Swahili word for "yes" - said it could open up the potential of computing to two billion more people.

The sub-£100 box, called Nivo, runs on open-source software and is known as a "thin client". Several can be linked up to a central "brain", or server.

Thin clients are not new, but advances have made them more user-friendly.

They have been employed in large organisations in the past, but the Ndiyo project is about "ultra-thin client" networking.

It said the small, cheap boxes were targeted at smaller companies, cybercafes, or schools, which need an affordable, reliable system for providing clusters of two to 20 workstations.

"Your PC is a bulky, noisy, expensive mess that clutters up your life," Ndiyo's Dr Seb Wills told a Microsoft Research conference in Cambridge, UK.

"Our emphasis and core motivation is the developing world for whom the current 'one user, one PC' approach will never be affordable," he told the BBC News website.

"But we think our approach is also of benefit to organisations in the developed world who don't want to throw away money on buying and maintaining a full PC for each user."

Open source

Desktop machines with which we are familiar, are inflexible, and power-hungry, according to Ndiyo.

The raw materials used for a PC are 11 to 12 times the weight of the machine, he explained.

Typical office workstation set-ups also use more power than thin clienting. A PC typically uses 100W of power, whereas Nivo uses five.

In some developing countries, buying a desktop computer is the equivalent to the price of a house, explained Dr Wills, making it difficult for people to take advantage of what computing technology can offer.

"Nowadays, PCs are about communication than anything else," he said. "We have the potential to rethink the way we could do this stuff," he added.

The boxes would not be able to handle graphics-intensive multimedia content currently, but that will change as ethernet bitrates improve to handle more data.

About 50% of the UK's workforce work in organisations with fewer than 50 employees, according to Ndiyo.

NIVO'S OPEN SOURCE SOFTWARE

Ubuntu - Linux operating system
Gnome/KDE desktop
Open Office
Firefox browser
Gaim - instant messenger client
Thunderbird - cross-platform e-mail and Usenet client
Currently, each employee might have his or her own desktop machine, connected to the company network through ethernet connections, with software licences for each workstation.

Licences for software are often a significant part of expenditure for smaller companies which rely on computers.

But a recent UK government study, yet to be formally published, has shown that open source software can significantly reduce school budgets dedicated to computing set-ups.

Many organisations replace PCs every three years and also require technical support when something goes wrong.

Thin clients using open source software can mean these expenses are bypassed.

Since August 2004, Ndiyo has had a group of Java developers running large applications to test out the robustness of the system.

The small Nivo box, developed along with a commercial partner, Newnham Research in Cambridge, is essentially a computer - known as the "client" - which largely depends on the central server for processing activities.

Applications, for instance, are kept on the main server and accessed through the Nivo box.

Next generation

The Nivo unit itself measures around 12 by eight by two centimetres. It has no moving parts, but it has ports for ethernet, power, keyboard, mouse and a monitor.

It comes with two megabytes of RAM. The next version currently under development will have a USB port, soundcard, local storage capacity, and will be even smaller.

"Essentially, it is about sending pixels over the net," explained Dr Wills.


The Simputer is a handheld computing solution for developing nations
"With modern ethernet connections, you can get enough performance by sending through compressed pixels."

A typical cybercafe set-up, Dr Wills explained, would involve 20 Nivo boxes, a gigabit switch, and a single 2Ghz, 2Gb RAM server.

The not-for-profit origination is also working on the idea of using the Nivo box for "plug and play" clustering.

Ultimately, Ndiyo hopes that the box can shrink down to a single chip and introduce wireless ethernet connections.

"The vision is that the monitor will have an ethernet port which requires less electronics than the standard VGA monitor," said Dr Wills.

Open source software is used in many developing country computer initiatives. There are other attempts at providing cheap alternatives to desktop PCs for developing countries, such as the Simputer.

This is a cheap handheld computer designed by Indian scientists.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2679

MessagePosté le: Ven 28 Oct 2005 10:56    Sujet du message: Répondre en citant

BMW en avait deja parle de l'installation d'un reseau de fibres optiques le long du pipeline cameroun-Tchad, qui bien utilise pourrait ameliorer le systeme de telecommunication du cameroun et une meilleur connection au reseau mondial.

A croire que le gouvernement camerounais l'aura entendu Laughing
BMW tu devrais leur proposer tes services.
Cool

La fibre optique au secours des télécoms
http://www.cameroon-tribune.net/article.php?lang=Fr&oled=j28102005&idart=29947&olarch=&ph=y

Rousseau-Joëll FOUTE
[28/10/2005]





Les capacités du Cameroun seront améliorées et augmentées grâce à 12 fibres optiques mises à sa disposition hier.

Le ministre d’Etat, ministre des Postes et Télécommunications, Bello Bouba Maïgari, et l’administrateur directeur général de la Société nationale des hydrocarbures (SNH), par ailleurs président du Comité de pilotage et de suivi des pipelines (CPSP), Adolphe Moudiki, ont signé hier à Yaoundé, avec Jacky Lesage, directeur général de la Cameroon Oil Transportation Compagny (COTCO), un protocole d’accord relatif à l’installation et à l’exploitation d’un câble de télécommunications par fibre optique le long du pipeline Tchad-Cameroun.

Cet accord permettra au Cameroun de disposer pour ses besoins en télécommunications, de 12 fibres optiques contenues dans le câble enfoui dans la même tranchée que le pipeline Tchad-Cameroun. Dans son allocution de circonstance, Adolphe Moudiki a indiqué que les 12 fibres optiques dont le Cameroun a pris pleine jouissance exclusive à travers l’accord signé avec COTCO, pourront être reliées au réseau public de télécommunications existant, grâce à 14 points de sortie répartis dans cinq des dix provinces du pays, sur un axe allant de Kribi au Sud, à la localité de Dompta au Nord, le long de l’emprise du système. Ces points de sortie sont situés dans les localités suivantes : Kribi, Lolodorf, Ngoumou, Yaoundé (Mbankomo), Yaoundé (Zamengoé), Obala, Nkoteng, Nanga-Eboko, Belabo, Goyoum, Mabele, Meidougou, Gangui, Nana. Pour le président du CPSP, le choix de ces points de sortie a été motivé par des contraintes techniques et le souci de rentabilité commerciale, d’autant plus que ce câble offre la possibilité d’arrimage du Cameroun au câble international sous-marin SAT3 posé au large de Douala, ainsi que des opportunités de connexion avec les pays voisins. Il a rassuré que les 12 fibres optiques qui reviennent à l’usage exclusif du Cameroun sont fonctionnelles et prêtes à utilisation, car elles ont subi avec succès les essais techniques requis. Désormais, notre pays dispose d’une infrastructure moderne et fiable, qui lui permettra d’effectuer un grand bond technologique dans le domaine des télécommunications. Cela devrait faciliter l’accès d’un plus grand nombre de Camerounais, de toutes les régions, aux nouvelles technologies de l’information et des télécommunications, préoccupation chère au chef de l’Etat.

Le DG de COTCO a, quant à lui, souligné que le protocole d’accord signé prévoit le remboursement de cet investissement sur un échéancier convenu entre les parties, et se traduit par des économies substantielles pour le Cameroun du fait de l’utilisation des travaux de construction du pipeline pour l’installation de ces fibres optiques. Dans le câble, les six autres fibres sont réservées à l’usage exclusif de COTCO pour les besoins d’exploitation du pipeline.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Ven 28 Oct 2005 11:52    Sujet du message: Répondre en citant

What ?

Sur 12 fibres optiques, 6 vont au pays et 6 autres à une seule entreprise ?
Est-ce à dire que le débit de 6 fibres suffiront à l'entreprise ? Auquel cas je doute que le débit des 6 autres suffisent au pays.
Enfin, on verra bien.

Ceci dit,je trouve extrêmement risqué d'enfouir ces fibres dans un pipeline (même si c'est moins cher aujourd'hui).
Un pipeline peut avoir des problèmes pendant 5 jours et être coupé à un endroit. Il n'y aura pas de production de pétrole pendant ces 5 jours là, un peu comme quand Katrina a obligé des raffineries de pétrole aux USA à fermer.
Mais le pays ne peut pas attendre 5 jours que soit rétabli le pipeline pour disposer du net...

Le Cameroun n'est pas arrimé à SAT3 ? JE pensais que c'était déjà le cas...
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2679

MessagePosté le: Ven 28 Oct 2005 12:50    Sujet du message: Répondre en citant

nino a écrit:
What ?
Sur 12 fibres optiques, 6 vont au pays et 6 autres à une seule entreprise ?
Est-ce à dire que le débit de 6 fibres suffiront à l'entreprise ? Auquel cas je doute que le débit des 6 autres suffisent au pays.
Enfin, on verra bien.


Salut nino,
selon l'information de l'article, les 12 vont tous au pays.
Si je me trompe peux tu me souligner le passage qui ferait etat de ce partage 6 a 6 comme tu sembles en etre convaincu ?

nino a écrit:

Ceci dit,je trouve extrêmement risqué d'enfouir ces fibres dans un pipeline (même si c'est moins cher aujourd'hui).
Un pipeline peut avoir des problèmes pendant 5 jours et être coupé à un endroit. Il n'y aura pas de production de pétrole pendant ces 5 jours là, un peu comme quand Katrina a obligé des raffineries de pétrole aux USA à fermer.
Mais le pays ne peut pas attendre 5 jours que soit rétabli le pipeline pour disposer du net...


T'as parfaitement raison nino, en cas d'accident sur le pipeline c'est tout notre systeme de telecome qui serait touche.

Mais au moins c'est deja ca, quand on a un gouvernement qui n'entreprend rien lui-meme, que faut il attendre.
Encore heureux qu'ils considerent des initiatives privees quand elles se presentent comme celle-ci.
Bref ca pourrait etre un moyen de faire avancer les choses dans nos pays. Des initiatives privees qu'on propose au gouvernement, dans des pays comme les US beaucoup fonctionne de cette maniere.

Pour revenir au dit projet, j'espere au moins que le gouvernement pensera a securiser ce reseau, parce que cotoco je crois c'est la france, un bon moyen de pratiquer de l'espionage et surveiller tout notre reseau de telecom, si nos gens pratiquent une fois encore ce laisser aller qui leur est cher.

nino a écrit:

Le Cameroun n'est pas arrimé à SAT3 ? JE pensais que c'était déjà le cas...


J'en fut tout aussi surpris, en fin de compte jusqu'ici toute notre communication passait par zamengwe, et la c'est le satellite, je crois.

Alors pas etonnant ces problemes de liaison avec le pays qu'on a toujours d'ici.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2679

MessagePosté le: Sam 29 Oct 2005 07:09    Sujet du message: Répondre en citant

SAT-3/WASC/SAFE
http://www.safe-sat3.co.za/HomePage/SAT3_WASC_SAFE_Home.asp#Top



History tells us that in the space of twelve years, three Portuguese sailors unlocked the secret routes of Africa by finding a sea passage to the East via the Cape of Good Hope. On the third attempt, Vasco da Gama, finally reached India from Lisbon in 1498 after a voyage lasting almost a year. He succeeded because of a chance meeting with an Arab pilot named Ibn Majib. Majib guided Da Gama from the East Coast of Africa to West Coast of India, giving the Portuguese an alternative spice route and a monopoly on eastern trade.

Today, in the space of just over ten years, submarine fibre optic cables have become the modern vessels for trade and communications between international markets and the African continent.

Now, five hundred years after Da Gama's trail-blazing journey, a new submarine cable system has been established which closely follows the navigators route from Portugal, down the West Coast of Africa, around the Fairest Cape and finally landing in the East at India and Malaysia.

This SAT3/WASC/SAFE cable system is indeed a technology and commercial breakthrough of unparalleled significance for Africa, offering a faster, more efficient trading channel between the continent and international markets.

SAT3/WASC/SAFE is a historic Achievement made possible by the participation of 36 nations, the majority of the landings are in African states. Together they have fully funded the undersea cable system costing more than US$600 million and will own and operate it for the next 25 years. This results in much of the revenue it generates being ploughed back into the continent. This is a major departure from the current scenario, where many African countries rely on foreign operators to route their international traffic which results in revenue generated in Africa, leaving Africa.

This project will help bridge the digital divide between Africa and the developed nations and all the role-players will enjoy the access to knowledge brought about by the information revolution that has already had such a dramatic impact in the West, Europe, and the Far East.It will bring the people of Africa the fast, efficient and affordable communications they need for sustained development and progress.

Telkom is proud to have spearheaded a project that has engendered a co-operative spirit among so many diverse nations.Not only will it support Africa's growing telecommunications requirements,it will also provide a secure, reliable alternate traffic route between Western Europe, the Americas and Asia.


_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Sciences & Technologies Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group