Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Raphaël Confiant : L'Obamania, maladie infantile du noirisme
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Actualités Diaspora
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 07:31    Sujet du message: Raphaël Confiant : L'Obamania, maladie infantile du noirisme Répondre en citant

[L'impétueux Chabin a encore pété les plombs...]

Les rues sont soudainement envahies de voitures qui klaxonnent à tout va. Des gens, femmes et hommes mêlés, poussent des hurlements de joie. Ils dansent, battent des mains, se trémoussent, brandissent des drapeaux américains. Un cri puissant s'élève de partout :
« OBAMA, PRESIDENT ! OBAMA, PRESIDENT ! »


Nous sommes début novembre. Les résultats de l'élection présidentielle US viennent de tomber : Barack Obama, le candidat démocrate, a battu à plate couture son adversaire, le républicain John McCain.
Qui hurle ainsi sa joie ? Où se déroulent ces scènes d'hystérie collective ?
A Fort-de-France (Martinique), à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), à Cayenne (Guyane), à Sarcelles (France), à Notting Hill (Angleterre), à Ouagadougou (Burkina-Faso), à Rio (Brésil), à Nouméa (Kakaky), etc.

Les « Noirs » du monde entier exultent : un des « leurs » vient d'être élu à la tête du pays le plus puissant du monde. Le pays le plus puissant et le plus riche qui ait jamais existé sur terre : l'Empire américain. Cette petite fable vise à démontrer que l'Obamania qui sévit à travers le monde dit « noir » relève d'un infantilisme absolument incommensurable. D'une puérilité à nulle autre pareille. Et le plus affligeant, ce n'est pas que des Ti Sonson, des Milo ou des Fredo croient que l'élection d'un président yankee changera quelque chose à leur vie juste parce qu'il a la peau noire. Non, le plus affligeant, c'est que des intellectuels opportunistes aux Antilles, en France ou en Afrique se soient employés tous ces derniers mois à nous faire avaler ce qu'ils savent pertinemment être une sornette !

Tristes individus…
Car, en fait, qui a à gagner à l'élection de Barack Obama ? Quelles catégories de gens y ont intérêt réellement ?
Pour ma part, je n'en vois que 3. Une aux Etats-Unis ; deux hors des Etats-Unis. A savoir :

- aux Etats-Unis : les Noirs américains.

- hors des Etats-Unis : l'ethnie Luo du Kenya et la petite ville japonaise appelée…Obama.


La victoire d'Obama serait, en effet, une immense victoire pour les Noirs américains, la récompense du combat bi-séculaire qu'ils mènent pour obtenir la pleine égalité avec leurs compatriotes blancs. Certes, comme pour Ti Sonson ou Fredo, la situation du chômeur noir de Chicago ou de l'ouvrier agricole de l'Alabama ne changerait pas du jour au lendemain, mais en instaurant, par exemple, la couverture médicale universelle, Obama soulagerait des millions de pauvres parmi lesquels les Noirs sont majoritaires. N'oublions jamais que régulièrement des gens meurent à la porte des hôpitaux de cette soi-disant plus grande démocratie du monde parce qu'ils n'ont pas les moyens de payer leurs frais d'hospitalisation ou telle opération chirurgicale délicate ? En abolissant la peine de mort, Obama rendrait aussi un fier service aux Noirs lesquels constituent 45% de la population carcérale des Etats-Unis alors qu'ils ne représentent que…12% de la population globale. Bref, dans divers domaines (emploi, éducation, justice etc.), l'élection d'Obama serait une bénédiction pour les Noirs étasuniens. Je serais l'un d'entre eux que je serais pro-Obama à 200%.

Deuxième bénéficiaire, si l'on peut dire, d'une éventuelle victoire d'Obama, à l'extérieur des Etats-Unis cette fois-ci : l'ethnie Luo du Kenya. Le père d'Obama appartenait, en effet, à cette dernière, qui est la troisième par ordre d'importance numérique de ce pays et qui, bien évidemment, à cause du tribalisme, se retrouve mise de côté au plan économique, politique et social. Les deux ethnies majoritaires__les Kikuyus et les Luyas__se partagent la totalité du pouvoir tout en s'entre-massacrant régulièrement comme on a pu le voir ces dernières années. Si donc un demi-Luo, en l'occurrence Obama, était élu président du pays le plus puissant du monde, nul doute que la place de cette ethnie au sein de la société kenyane s'en trouverait du même coup revalorisée. D'autant qu'en cas d'attaque contre les Luos, Obama pourrait donner à tout moment de la voix.

Troisième et dernier bénéficiaire d'une victoire d'Obama : la petite ville japonaise dénommée « Obama », ce qui en japonais signifie « petite plage ». Dès l'annonce de la candidature de Barack, les habitants de cette ville, à moitié sinistrée économiquement, sont devenus les plus grands fans du candidat démocrate, montant des clubs de sports, des associations ou des manifestations pro-Obama. Ils lui ont écrit pour lui demander de venir visiter leur ville, obtenant une réponse au bout…d'un an. Il est sûr en tout cas que si Obama-homme gagne, Obama-ville gagnera aussi. Déjà, au Japon, Obama-ville est devenu un spot touristique très prisé.


***

A part donc ces trois catégories de gens – les Noirs américains, l'ethnie Luo du Kenya et les villageois japonais d'Obama-city –, on a beau regarder les choses sous toutes les angles, on ne voit vraiment pas en quoi l'arrivée d'un « Noir » à la Maison blanche changera quoi que ce soit au sort des « Noirs » à travers le monde. Oublie-t-on qu'un « Noir », Colin Powell fut déjà, et cela des années durant, chef de l'US Army, l'armée la plus puissante du monde ? Oublie-t-on aussi qu'une « Noire », Condoleeza Rice », est encore pour quelques mois le numéro 2 des Etats-Unis, le secrétaire d'état aux affaires étrangères disposant, dans ce pays, de davantage de pouvoir que le vice-président lequel passe son temps à inaugurer les chrysanthèmes ? Alors, on nous dira que Powell et Rice sont républicains alors qu'Obama est démocrate, oubliant que la différence idéologique entre ces deux partis a l'épaisseur d'une feuille de papier. La preuve : le « républicain » Powell vient de déclarer qu'il soutient le « démocrate » Obama ! En Europe ou ailleurs dans le monde, cela passerait pour une trahison : il n'y a qu'à voir, par exemple, les hurlements provoqués par le ralliement de certains socialistes à Sarkozy. Aux Etats-Unis, la prise de position de Powell n'a choqué personne. Là-bas, d'ailleurs, il y a des républicains « progressistes » et des démocrates « réactionnaires », c'est dire !

Qui peut croire un seul instant qu'Obama transformera l'Empire en grand frère amical pour les autres nations du monde ? Qui peut croire qu'il réussira à mater le Pentagone, l'US Army, la CIA, Wall Street etc. Bref, tous les appareils d'état permettant à ce pays de dominer les autres ? Soyons sérieux ! Obama est un Yankee, un Afro-Saxon, et la différence entre lui et un Anglo-Saxon est quasi-nulle. S'il nous fait tant d'effet, c'est certes parce qu'il est beau et intelligent, mais aussi parce qu'il a face à lui un vieillard buté et pas sexy pour un sou. Il aurait eu comme adversaire un Blanc beau et intelligent comme lui que la donne aurait été complètement différente.

Pour nous donc qui ne sommes pas des Etasuniens, seule la politique étrangère des Etats-Unis nous intéresse. Qu'il crée la couverture médicale universelle aux Etats-Unis ou qu'il y fasse abolir la peine de mort, fort bien ! Mais en quoi cela nous intéresse-t-il, nous qui ne vivons pas là-bas ? Or, force est de constater que ce qu'Obama a donné à voir de sa future politique étrangère est des plus inquiétants. Son alignement tous azimuts sur la politique criminelle de l'entité sioniste, sa volonté de faire bombarder les zones tribales pakistanaises sans l'autorisation préalable des autorités de ce pays, ses piques régulières à l'égard de Fidel Castro et de Hugo Chavez, le fait qu'il n'ait jamais visité aucun pays des Caraïbes et d'Amérique du Sud etc…, tout cela démontre qu'Obama, en politique étrangère, ne sera guère différent de ses prédécesseurs. Ni mieux ni pire.

Nous qui ne sommes pas Etasuniens n'avons rien à attendre de l'Empire car à aucun moment de l'histoire humaine on n'a vu d'empire généreux envers le reste du monde. La vocation de tout empire est de dominer. Et que ce soit avec le beau sourire d'Obama ou le vilain rictus de MacCain, cela reste une domination. Point barre.

***

Pour finir, je reviens aux soi-disant intellectuels noirs qui portent Obama aux nues comme s'ils votaient aux élections américaines. En fait, au lieu de retourner aux Antilles et en Afrique pour y apporter leurs connaissances ou leur talent, ils préfèrent demeurer planqués en Europe dans l'attente qu'un jour, eux aussi, accéderont au pouvoir. Le strapontin de la dame Rama Yade les fait saliver comme pas possible. Le même strapontin qu'avait occupé un certain Koffi Yamgnane il y a…vingt ans.

En attendant, qu'est-ce qu'ils s'imaginent ? Que ce sont les « métros » aux Antilles et les toubabs en Afrique qui développeront leurs pays à leur place ?

Imposteurs et plaisantins, va !
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 07:38    Sujet du message: Répondre en citant

C'est un petit con qui veut jouer à l'original et dire qu'il ne suit pas la "masse" des Noirs de la planète, lui étant bien sûr plus intelligent que nous autres. Mais il nous apprend quoi au juste qu'on ne sache pas déjà ?

Par ailleurs quand il affirme que ce sont les Luos (je doute par ailleurs qu'il soit un spécialiste de leur histoire!) qui profiteront de la victoire d'Obama (je n'ai pas bien compris pourquoi), il oublie d'une façon assez étonnante de souligner qu'Obama est un fils d'Africain, en gros un "immigré" de la 1ère génération comme dirait les français.

Je me rappelle qu'il y a deux ans, Obama a fait une mini tournée sur le continent africain et qu'une partie de sa famille y vit toujours. Au lieu de se concentrer exclusivement sur l'ethnie du père d'Obama, il ferait mieux d'avoir une vision un peu plus large, et d'arrêter de se la jouer à la Kelman. On en a marre des universalistes et des créolisants à deux sous. Le fait est qu'Obama est Noir, et que le symbole que représente sa victoire est immense, n'en déplaise aux aigris qui ne sont jamais contents.

N'en déplaise aussi à ceux qui cherchent constamment à semer la division entre Antillais et Africains, (et Confiant fait partie de ceux là), Obama rassemble tous les Noirs de la planète. Il n'a qu'à manger son chapeau. Nous on célèbre la victoire...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 09:41    Sujet du message: Re: Raphaël Confiant : L'Obamania, maladie infantile du noir Répondre en citant

Confiant a écrit:
Nous sommes début novembre. Les résultats de l'élection présidentielle US viennent de tomber : Barack Obama, le candidat démocrate, a battu à plate couture son adversaire, le républicain John McCain.

Notons que ce texte de Chabin date du 24 octobre 2008 ; qu'en conséquence il a eu le nez fin sur la victoire sans conteste de BO...

Citation:
Cette petite fable vise à démontrer que l'Obamania qui sévit à travers le monde dit « noir » relève d'un infantilisme absolument incommensurable. D'une puérilité à nulle autre pareille.

La "fable" est devenue réalité avant-hier. Quid de "l'infantilisme"?
Citation:
Et le plus affligeant, ce n'est pas que des Ti Sonson, des Milo ou des Fredo croient que l'élection d'un président yankee changera quelque chose à leur vie juste parce qu'il a la peau noire. Non, le plus affligeant, c'est que des intellectuels opportunistes aux Antilles, en France ou en Afrique se soient employés tous ces derniers mois à nous faire avaler ce qu'ils savent pertinemment être une sornette !

Par honnêtteté intellectuelle, chabin aurait dû citer ces "intellectuels opportunistes", afin que chacun puisse vérifier en quoi consiste expressément leur opportunisme. A moins que ce ne soit lui qui n'ait rien compris à "l'Histoire", en se donnant ce faux air d'avoir tout compris mieux que quiconque...
Confiant a écrit:
Car, en fait, qui a à gagner à l'élection de Barack Obama ? Quelles catégories de gens y ont intérêt réellement ?
Pour ma part, je n'en vois que 3. Une aux Etats-Unis ; deux hors des Etats-Unis. A savoir :
- aux Etats-Unis : les Noirs américains.
- hors des Etats-Unis : l'ethnie Luo du Kenya et la petite ville japonaise appelée…Obama.

Pour Raphaël Confiant, les seuls avantages de l'élection politique du premier président noir des EUA ne peuvent être que strictement politiques, mésurés à l'aune du contenu du programme de Barack Obama à l'égard de quelques "catégories" de destinataires effectifs ou putatifs de son offre politique...
Confiant a écrit:
La victoire d'Obama serait, en effet, une immense victoire pour les Noirs américains, la récompense du combat bi-séculaire qu'ils mènent pour obtenir la pleine égalité avec leurs compatriotes blancs.

Heu!? Problème : Obama est le fils d'un immigré africain arrivé aux EUA il y a quelques décennies, en vue d'y suivre des études universitaires. Pas vraiment le prototype du descendant d'esclaves des champs de coton du Sud, héritier direct des luttes "bi-séculaires"...

Confiant a écrit:
Deuxième bénéficiaire, si l'on peut dire, d'une éventuelle victoire d'Obama, à l'extérieur des Etats-Unis cette fois-ci : l'ethnie Luo du Kenya. Le père d'Obama appartenait, en effet, à cette dernière, qui est la troisième par ordre d'importance numérique de ce pays et qui, bien évidemment, à cause du tribalisme, se retrouve mise de côté au plan économique, politique et social.

L'une des faiblesses récurrentes des créolistes consiste dans cette méconnaissance criarde de l'histoire socio-politique contemporaine de l'Afrique, a fortiori de son histoire ancienne, obnubilés qu'ils sont par l'investigation/investissement de leur créolité...
Citation:
Les deux ethnies majoritaires__les Kikuyus et les Luyas__se partagent la totalité du pouvoir tout en s'entre-massacrant régulièrement comme on a pu le voir ces dernières années. Si donc un demi-Luo, en l'occurrence Obama, était élu président du pays le plus puissant du monde, nul doute que la place de cette ethnie au sein de la société kenyane s'en trouverait du même coup revalorisée. D'autant qu'en cas d'attaque contre les Luos, Obama pourrait donner à tout moment de la voix.

Confiant croit combler cette tare épistémique en empruntant aux africanistes (français) leur logorrhée éculée sur le "tribalisme" et les "guerres ethniques" en Afrique Noire. Dommage qu'il ne s'aperçoive pas du caractère tellement misérable de cette façon de penser les conflits politiques contemporains en Afrique...
Confiant a écrit:
Qui peut croire un seul instant qu'Obama transformera l'Empire en grand frère amical pour les autres nations du monde ? Qui peut croire qu'il réussira à mater le Pentagone, l'US Army, la CIA, Wall Street etc. Bref, tous les appareils d'état permettant à ce pays de dominer les autres ?

Beh, un Raphaël Confiant par exemple, qui prendrait la politique internationale pour un conte de fée ; à moins qu'il ne prenne les gens pour des demeurés. En tout cas, depuis des décennies les Africains hurlent à ceux capables d'entendre qu'ils SONT les seuls à pouvoir et à vouloir RELEVER l'Afrique, bien que jusqu'à présent chacun de leur leader ait été vaincu ou assassiné (Lat Dior, Sékou touré, Amilcar Cabral, Um Nyobè, Patrice Lumumba, Kwamé Nkrumah, etc.) : ces Africains n'ont donc pas attendu Barack Obama pour s'occuper de leur propre destin. Malheureusement, Chabin semble ne rien comprendre de cette Histoire là...
Confiant a écrit:
Oublie-t-on qu'un « Noir », Colin Powell fut déjà, et cela des années durant, chef de l'US Army, l'armée la plus puissante du monde ? Oublie-t-on aussi qu'une « Noire », Condoleeza Rice », est encore pour quelques mois le numéro 2 des Etats-Unis, le secrétaire d'état aux affaires étrangères disposant, dans ce pays, de davantage de pouvoir que le vice-président lequel passe son temps à inaugurer les chrysanthèmes ?

Quelle grossière erreur d'analyse! Comment peux-tu comparer des Hauts-fonctionnaires NOMMES en raison de leur fidélité au patron, avec un Président de la République ELU, qui est donc LE patron (enfin, je l'espère...) Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes

Confiant a écrit:
Pour nous donc qui ne sommes pas des Etasuniens, seule la politique étrangère des Etats-Unis nous intéresse. Qu'il crée la couverture médicale universelle aux Etats-Unis ou qu'il y fasse abolir la peine de mort, fort bien ! Mais en quoi cela nous intéresse-t-il, nous qui ne vivons pas là-bas ? Or, force est de constater que ce qu'Obama a donné à voir de sa future politique étrangère est des plus inquiétants. Son alignement tous azimuts sur la politique criminelle de l'entité sioniste, sa volonté de faire bombarder les zones tribales pakistanaises sans l'autorisation préalable des autorités de ce pays, ses piques régulières à l'égard de Fidel Castro et de Hugo Chavez, le fait qu'il n'ait jamais visité aucun pays des Caraïbes et d'Amérique du Sud etc…, tout cela démontre qu'Obama, en politique étrangère, ne sera guère différent de ses prédécesseurs. Ni mieux ni pire.

Chabin : nous on s'en gnagne de la politique (fiction) internationale de BO. qu'il fasse ce qu'il a promis à ses électeurs de faire. En ce qui me concerne, c'est le symbole que représente le fait même qu'un Nègre soit le président du plus puissant des pays occidentaux qui me comble de joie et me satisfait pleinement. Peu importe quoi il advienne, en espérant tout de même le meilleur. Mais pourra-t-il faire pire que le Busher Question Question Question

Confiant a écrit:
Pour finir, je reviens aux soi-disant intellectuels noirs qui portent Obama aux nues comme s'ils votaient aux élections américaines. En fait, au lieu de retourner aux Antilles et en Afrique pour y apporter leurs connaissances ou leur talent, ils préfèrent demeurer planqués en Europe dans l'attente qu'un jour, eux aussi, accéderont au pouvoir.

Oh, la mauvaise foi! Chabin, même en Martinique, des intellectuels et autres militants, au coeur de l'action, ont également exulté en voyant BO élu first black president of the United States. Donc, il n'y a pas que les exilés en Métropole à avoir accueilli cet événement avec joie...

Citation:
Le strapontin de la dame Rama Yade les fait saliver comme pas possible. Le même strapontin qu'avait occupé un certain Koffi Yamgnane il y a…vingt ans. En attendant, qu'est-ce qu'ils s'imaginent ? Que ce sont les « métros » aux Antilles et les toubabs en Afrique qui développeront leurs pays à leur place ?
Imposteurs et plaisantins, va !

A ce train là tu finiras par reprocher à Barack Obama de n'être pas retourné au Kenya, dans la "tribu" de son père, au lieu de quémander le suffrage d'Américains qui n'avaient jamais permis à un Nègre de franchir l'étape des Primaires. Non content d'être tétanisés par leur propre vacuité idéologique, d'aucuns Nègres sont également tétanisés par l'audace de leurs propres frères. Mince alors...

YES, WE CAN !!!
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 10:38    Sujet du message: Répondre en citant

Ogo a écrit:
En ce qui me concerne, c'est le symbole que représente le fait même qu'un Nègre soit le président du plus puissant des pays occidentaux qui me comble de joie et me satisfait pleinement.


Tu m'enlèves les mots de la bouche.

Pour le reste, Confiant et le hochet qui lui sert de stylo n'apportent rien de nouveau, rien qu'on ne sache déjà concernant ces présidentielles américaines, mais qu'on met en mode "pause" le temps de savourer ce qu'on ne verra peut-être qu'une fois dans sa vie.

Sauf qu'il faut qu'il le crache avec son petit "na" final en n'oubliant pas de taper du Q par terre pour appuyer sa thèse (maladie infantile du hochet).
_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Fille d'Afrique
Grioonaute régulier


Inscrit le: 24 Avr 2006
Messages: 372
Localisation: IDF

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 12:14    Sujet du message: Re: Raphaël Confiant : L'Obamania, maladie infantile du noir Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
[L'impétueux Chabin a encore pété les plombs...]

Les rues sont soudainement envahies de voitures qui klaxonnent à tout va. Des gens, femmes et hommes mêlés, poussent des hurlements de joie. Ils dansent, battent des mains, se trémoussent, brandissent des drapeaux américains. Un cri puissant s'élève de partout :
« OBAMA, PRESIDENT ! OBAMA, PRESIDENT ! »


Nous sommes début novembre. Les résultats de l'élection présidentielle US viennent de tomber : Barack Obama, le candidat démocrate, a battu à plate couture son adversaire, le républicain John McCain.
Qui hurle ainsi sa joie ? Où se déroulent ces scènes d'hystérie collective ?
A Fort-de-France (Martinique), à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), à Cayenne (Guyane), à Sarcelles (France), à Notting Hill (Angleterre), à Ouagadougou (Burkina-Faso), à Rio (Brésil), à Nouméa (Kakaky), etc.

Les « Noirs » du monde entier exultent : un des « leurs » vient d'être élu à la tête du pays le plus puissant du monde. Le pays le plus puissant et le plus riche qui ait jamais existé sur terre : l'Empire américain. Cette petite fable vise à démontrer que l'Obamania qui sévit à travers le monde dit « noir » relève d'un infantilisme absolument incommensurable. D'une puérilité à nulle autre pareille. Et le plus affligeant, ce n'est pas que des Ti Sonson, des Milo ou des Fredo croient que l'élection d'un président yankee changera quelque chose à leur vie juste parce qu'il a la peau noire. Non, le plus affligeant, c'est que des intellectuels opportunistes aux Antilles, en France ou en Afrique se soient employés tous ces derniers mois à nous faire avaler ce qu'ils savent pertinemment être une sornette !

Tristes individus…
Car, en fait, qui a à gagner à l'élection de Barack Obama ? Quelles catégories de gens y ont intérêt réellement ?
Pour ma part, je n'en vois que 3. Une aux Etats-Unis ; deux hors des Etats-Unis. A savoir :

- aux Etats-Unis : les Noirs américains.

- hors des Etats-Unis : l'ethnie Luo du Kenya et la petite ville japonaise appelée…Obama.


La victoire d'Obama serait, en effet, une immense victoire pour les Noirs américains, la récompense du combat bi-séculaire qu'ils mènent pour obtenir la pleine égalité avec leurs compatriotes blancs. Certes, comme pour Ti Sonson ou Fredo, la situation du chômeur noir de Chicago ou de l'ouvrier agricole de l'Alabama ne changerait pas du jour au lendemain, mais en instaurant, par exemple, la couverture médicale universelle, Obama soulagerait des millions de pauvres parmi lesquels les Noirs sont majoritaires. N'oublions jamais que régulièrement des gens meurent à la porte des hôpitaux de cette soi-disant plus grande démocratie du monde parce qu'ils n'ont pas les moyens de payer leurs frais d'hospitalisation ou telle opération chirurgicale délicate ? En abolissant la peine de mort, Obama rendrait aussi un fier service aux Noirs lesquels constituent 45% de la population carcérale des Etats-Unis alors qu'ils ne représentent que…12% de la population globale. Bref, dans divers domaines (emploi, éducation, justice etc.), l'élection d'Obama serait une bénédiction pour les Noirs étasuniens. Je serais l'un d'entre eux que je serais pro-Obama à 200%.

Deuxième bénéficiaire, si l'on peut dire, d'une éventuelle victoire d'Obama, à l'extérieur des Etats-Unis cette fois-ci : l'ethnie Luo du Kenya. Le père d'Obama appartenait, en effet, à cette dernière, qui est la troisième par ordre d'importance numérique de ce pays et qui, bien évidemment, à cause du tribalisme, se retrouve mise de côté au plan économique, politique et social. Les deux ethnies majoritaires__les Kikuyus et les Luyas__se partagent la totalité du pouvoir tout en s'entre-massacrant régulièrement comme on a pu le voir ces dernières années. Si donc un demi-Luo, en l'occurrence Obama, était élu président du pays le plus puissant du monde, nul doute que la place de cette ethnie au sein de la société kenyane s'en trouverait du même coup revalorisée. D'autant qu'en cas d'attaque contre les Luos, Obama pourrait donner à tout moment de la voix.

Troisième et dernier bénéficiaire d'une victoire d'Obama : la petite ville japonaise dénommée « Obama », ce qui en japonais signifie « petite plage ». Dès l'annonce de la candidature de Barack, les habitants de cette ville, à moitié sinistrée économiquement, sont devenus les plus grands fans du candidat démocrate, montant des clubs de sports, des associations ou des manifestations pro-Obama. Ils lui ont écrit pour lui demander de venir visiter leur ville, obtenant une réponse au bout…d'un an. Il est sûr en tout cas que si Obama-homme gagne, Obama-ville gagnera aussi. Déjà, au Japon, Obama-ville est devenu un spot touristique très prisé.


***

A part donc ces trois catégories de gens – les Noirs américains, l'ethnie Luo du Kenya et les villageois japonais d'Obama-city –, on a beau regarder les choses sous toutes les angles, on ne voit vraiment pas en quoi l'arrivée d'un « Noir » à la Maison blanche changera quoi que ce soit au sort des « Noirs » à travers le monde. Oublie-t-on qu'un « Noir », Colin Powell fut déjà, et cela des années durant, chef de l'US Army, l'armée la plus puissante du monde ? Oublie-t-on aussi qu'une « Noire », Condoleeza Rice », est encore pour quelques mois le numéro 2 des Etats-Unis, le secrétaire d'état aux affaires étrangères disposant, dans ce pays, de davantage de pouvoir que le vice-président lequel passe son temps à inaugurer les chrysanthèmes ? Alors, on nous dira que Powell et Rice sont républicains alors qu'Obama est démocrate, oubliant que la différence idéologique entre ces deux partis a l'épaisseur d'une feuille de papier. La preuve : le « républicain » Powell vient de déclarer qu'il soutient le « démocrate » Obama ! En Europe ou ailleurs dans le monde, cela passerait pour une trahison : il n'y a qu'à voir, par exemple, les hurlements provoqués par le ralliement de certains socialistes à Sarkozy. Aux Etats-Unis, la prise de position de Powell n'a choqué personne. Là-bas, d'ailleurs, il y a des républicains « progressistes » et des démocrates « réactionnaires », c'est dire !

Qui peut croire un seul instant qu'Obama transformera l'Empire en grand frère amical pour les autres nations du monde ? Qui peut croire qu'il réussira à mater le Pentagone, l'US Army, la CIA, Wall Street etc. Bref, tous les appareils d'état permettant à ce pays de dominer les autres ? Soyons sérieux ! Obama est un Yankee, un Afro-Saxon, et la différence entre lui et un Anglo-Saxon est quasi-nulle. S'il nous fait tant d'effet, c'est certes parce qu'il est beau et intelligent, mais aussi parce qu'il a face à lui un vieillard buté et pas sexy pour un sou. Il aurait eu comme adversaire un Blanc beau et intelligent comme lui que la donne aurait été complètement différente.

Pour nous donc qui ne sommes pas des Etasuniens, seule la politique étrangère des Etats-Unis nous intéresse. Qu'il crée la couverture médicale universelle aux Etats-Unis ou qu'il y fasse abolir la peine de mort, fort bien ! Mais en quoi cela nous intéresse-t-il, nous qui ne vivons pas là-bas ? Or, force est de constater que ce qu'Obama a donné à voir de sa future politique étrangère est des plus inquiétants. Son alignement tous azimuts sur la politique criminelle de l'entité sioniste, sa volonté de faire bombarder les zones tribales pakistanaises sans l'autorisation préalable des autorités de ce pays, ses piques régulières à l'égard de Fidel Castro et de Hugo Chavez, le fait qu'il n'ait jamais visité aucun pays des Caraïbes et d'Amérique du Sud etc…, tout cela démontre qu'Obama, en politique étrangère, ne sera guère différent de ses prédécesseurs. Ni mieux ni pire.

Nous qui ne sommes pas Etasuniens n'avons rien à attendre de l'Empire car à aucun moment de l'histoire humaine on n'a vu d'empire généreux envers le reste du monde. La vocation de tout empire est de dominer. Et que ce soit avec le beau sourire d'Obama ou le vilain rictus de MacCain, cela reste une domination. Point barre.

***

Pour finir, je reviens aux soi-disant intellectuels noirs qui portent Obama aux nues comme s'ils votaient aux élections américaines. En fait, au lieu de retourner aux Antilles et en Afrique pour y apporter leurs connaissances ou leur talent, ils préfèrent demeurer planqués en Europe dans l'attente qu'un jour, eux aussi, accéderont au pouvoir. Le strapontin de la dame Rama Yade les fait saliver comme pas possible. Le même strapontin qu'avait occupé un certain Koffi Yamgnane il y a…vingt ans.

En attendant, qu'est-ce qu'ils s'imaginent ? Que ce sont les « métros » aux Antilles et les toubabs en Afrique qui développeront leurs pays à leur place ?

Imposteurs et plaisantins, va !

Je n'imaginais pas que l'on puisse être aussi petit d'esprit. C'est pitoyable. Bornez la symbolique de l'élection d'Obama aux noirs américains, aux kenyans et ..., c'est réellement manquer de la capacité de voir plus loin que le bout de son nez. C'est de la nature de la politique du ventre, mon pauvre vieux !
_________________
Freedom is not Free.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fille d'Afrique
Grioonaute régulier


Inscrit le: 24 Avr 2006
Messages: 372
Localisation: IDF

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 12:21    Sujet du message: Répondre en citant

J'aimerai que l'on me dise de quel mal incurable souffre ce nègre de maison ?
_________________
Freedom is not Free.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
afrobeat
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 312

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 13:55    Sujet du message: Répondre en citant

Fille d'Afrique a écrit:
J'aimerai que l'on me dise de quel mal incurable souffre ce nègre de maison ?


Je vais essayer de répondre: quand on a pris le temps de lire souvent les réactions de confiant, il en ressort un réel problème d'identité et une aigreur qui n'a pas de nom.Voilà à mon avis l'arbre qui cache la forêt et qui lui permet d'extirper des st u p idi tés comme celle-ci. Ce problème didentité est la marque de beaucoup de ces chantres de la créolitisation, cette envie à tout prix de développer une identité loin des "souillures" de l'afrique les conduit sans aucun doute à une méconnaissance de l'afrique et de ses réalités, à une ignorance des réels enjeux du monde tellement ils sont englués dans leur souci permanent de pas paraître noir ou africain. C'est ce "trouble" qui permet à des individus comme Confiant de sortir des bê.... à longueurs d'ecrits tout en croyant être intelligent
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Yedidia
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Juil 2004
Messages: 183

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 15:32    Sujet du message: Répondre en citant

Confiant où on ne l'attend pas!!!
Heureux de voir que la mystification n'a pas opéré chez certains...
_________________
" Vitam impendere vero "
... si possible!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Black Shadow
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Nov 2005
Messages: 201

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 16:20    Sujet du message: Répondre en citant

OGO, pourquoi s'ennuyer avec les aigris ? Ils ne savent que nous gacher notre plaisir.
je vous propose ce texte de Toni MORRISON qui joue deux divisions au-dessus du frère CONFIANT(que j'apprécie par ailleurs mais qui a tout faux ici).

cf Nouvel obs jeudi 28 octobre 2008
Un entretien avec le prix Nobel de litterature
Mon rêve américain
Jamais la grande dame des lettres américaines ne s'était ainsi impliquée dans la bataille politique. Parce que l'élection d'un président noir aurait une immense portée symbolique ? Sans doute. Mais surtout parce qu'après les désastreuses années Bush l'Amérique a l'occasion, le 4 novembre, de renouer avec le meilleur de son histoire. Elle a reçu Philippe Boulet-Gercourt dans son bureau de l'université de Princeton par Toni Morrison



Le Nouvel Observateur. - Pour la première fois de votre vie, vous soutenez publiquement un candidat : Barack Obama. Pas parce qu'il est noir, écrivez-vous, mais parce qu'il possède «une imagination créatrice qui, associée au brio, égale la sagesse». C'est assez inattendu de créditer de sagesse un jeune politicien dont l'un des points faibles est le manque d'expérience...
Toni Morrison. - Je ne crois pas que la sagesse découle de l'expérience. J'ai connu de jeunes enfants qui étaient sages. La connaissance, cela s'accumule; l'expérience, on peut l'acquérir en faisant son métier. La sagesse, c'est très différent. Cela ne s'apprend pas, personne ne peut vous l'enseigner. C'est une sorte de perspicacité, presque un don, la capacité qu'ont certaines personnes de combiner des éléments épars et d'analyser une situation mieux que les autres. J'ai rarement vu cette qualité chez les politiciens. Chez les artistes, peut-être, quand ils ne connaissent rien à part ces trois ou quatre choses. C'est le véritable génie, couplé à la créativité, qui produit la sagesse, qu'on a pris l'habitude d'associer à l'âge : «le vieux sage»...

N. O. - «Cette élection est la plus importante de toute ma vie», dites-vous...
T. Morrison. - Les choix sont clairs. L'un est clairement dévastateur, un désastre politique et économique, comme en matière de politique étrangère ou de réchauffement de la planète. Quand je regarde les huit années qui viennent de passer, je n'arrive pas à trouver une seule chose positive. Rien. Tout ce qu'ils ont touché s'est écroulé, ou bien c'était une blague. Ils ont été si vicieux, mauvais. Donc si nous réélisons un républicain, si nous élisons ce républicain, nous aurons les mêmes méthodes avec, en prime, un tempérament vraiment agressif. Avec John McCain on peut s'attendre à tout, il aime les solutions tranchées ? qui impliquent de croiser le fer et de tuer des gens. Ce n'est pas un guerrier joyeux, c'est simplement un guerrier. Il aime la clarté, même dans la situation où nous nous trouvons, avec ces deux guerres qu'on ne gagnera pas en restant sur place éternellement.


Je m'emporte, mais la situation est vraiment grave. Ce krach va se faire sentir pendant un bon moment, avec son cortège d'évictions et de chômeurs. On commence tout juste à voir des gens, des gens honorables, se retrouver sur le pavé. Certains mettent fin à leurs jours, c'est une période de rage et de désespoir. Si ce n'est le moment où le gouvernement dit : «Maintenant, nous allons nous occuper de vous», alors quand ?

N. O. - N'est-ce pas un moment étrange dans l'histoire américaine : d'un côté une crise de confiance avec le krach, de l'autre un vote de confiance avec Obama ?
T. Morrison. - C'est déjà arrivé au début des années 1930, avec l'émergence de Roosevelt. Cette fois, un autre élément vient se surajouter : la race.

N. O. - Vous avez eu il y a dix ans cette phrase fameuse à propos de Bill Clinton, «premier président noir» des Etats-Unis. Envisagiez-vous, à l'époque, la possibilité d'un président réellement noir ?
T. Morrison. - Jamais ! J'avais écrit cela de Bill Clinton parce qu'ils le traitaient comme un Noir et je n'étais pas la première à le remarquer. En regardant ce qui arrivait à Clinton, les étudiants noirs s'écriaient : «Mon Dieu, ils le traitent comme un Noir de la rue !» Mais cela ouvre une perspective intéressante : le Noir est un discours; ce n'est pas une couleur de peau, mais la façon dont les gens parlent les uns des autres.
Barack Obama ne peut pas regarder les Blancs comme le ferait un Afro-Américain moyen, c'est impossible. Pas seulement parce que sa mère était blanche, mais à cause des gens qui l'ont nourri au sein, qui l'ont élevé, et puis ses grands-parents... Il ne sera jamais
comme Jesse Jackson et la génération du Mouvement pour les Droits civiques, dont l'expérience est entièrement différente. Et je comprends qu'ils ne veuillent pas abandonner cette expérience; ce sont eux, après tout, qui sont allés en prison, qui ont été frappés. Mais ce pour quoi ils se battaient, c'était quelqu'un comme Obama.

N. O. - Qu'est-ce que cela signifierait, pour l'Amérique, d'avoir un président noir ?
T. Morrison. - Je n'arrive pas à me l'imaginer, mais ce serait quelque chose d'extraordinaire. Cela a des milliers d'implications. La principale touche à ce qui constitue notre mythologie : «Envoyez-nous vos pauvres, envoyez-nous vos immigrants, nous sommes une démocratie, nous sommes divers. Nous sommes tout le monde.» Cette élection peut transformer le conte de fées en réalité. Un pays doit être capable de se hisser à la hauteur de ses slogans et, de toute évidence, le nôtre y est prêt. Mais les implications plus modestes sont tout aussi fascinantes. On m'a parlé de profs, dans les ghettos noirs, dont les élèves de 14 ou 15 ans disent qu'étudier est une bonne idée... Qui sont les héros des petits Afro-Américains aujourd'hui ? Des athlètes, des musiciens. Mais un président ! C'est quand même autre chose que le rap, non ?

N. O. - Il y a eu un moment extraordinaire, dans cette campagne, qui a été le discours d'Obama sur la question raciale. Alors que le cycle médiatique est devenu ultracourt, là on en a parlé pendant des jours et jours... Cela a-t-il changé pour de bon le discours sur la race, dans ce pays ?
T. Morrison. - Oui, le désir de changement courait sous la surface, Obama l'a révélé au grand jour. J'ai toujours pensé qu'il fallait nous débarrasser de ce langage biaisé sur la race, plein de culpabilité, défensif, et avoir enfin un langage de vérité, de vraies discussions. Aujourd'hui, quand je lis les journaux, les blogs de tous bords, je vois qu'on y est arrivé. C'est maintenant. On peut en parler. Et c'est bien mieux ainsi : quand vous enlevez la haine, il ne reste plus que la douleur, et quand vous enlevez la culpabilité, il ne reste que la honte.

N. O. - Au moment où l'Amérique semble prête à dépasser la fracture raciale, vous remontez le cours de l'histoire américaine avec un roman qui se passe au XVIIe siècle. Vous y décrivez un monde où, là encore, la race n'explique pas tout. Vous montrez que l'esclavage était loin d'être une affaire seulement raciale : des hommes et des femmes blancs, métis, indiens appartenaient à d'autres hommes...
T. Morrison. - L'esclavage a toujours été associé aux Noirs dans ce pays, c'est une erreur. Avant d'écrire ce roman, je me suis demandé ce que cela faisait d'être esclave, toute considération de race mise à part. Toute civilisation repose sur le travail des esclaves. Vous pouvez leur donner d'autres noms : peones, paysans, serfs, je me fiche de l'appellation, il s'agit de gens que l'on contrôle pour produire quelque chose. Donc la spécificité américaine ne tient pas à l'esclavage, qui était commun, mais à l'infériorisation par la race.

N. O. - Si l'on regarde les choses sous cet angle, la fameuse «histoire moralement compromise» de l'Amérique n'est pas si unique que cela...
T. Morrison. - En effet. Mais ce qui est sans doute unique - et ce dont se souvient Jacob, le héros du roman ?-, c'est un événement que l'on a appelé la révolte de Bacon, en 1676 en Virginie. Un groupe de 400 à 500 hommes - des serviteurs blancs, des esclaves noirs, des Noirs affranchis - ont renversé le gouvernement de cette colonie. Une guerre populaire, en somme. Ils ont gagné, avant bien sûr d'être tous capturés. Mais le plus intéressant est ce qui s'est passé par la suite; les propriétaires, se jurant de ne jamais laisser une chose pareille se reproduire, établirent des lois, parmi lesquelles celle-ci : tout homme blanc pouvait mutiler ou tuer n'importe quelle personne noire, pour quelque raison que ce soit, à quelque moment que ce soit. ?
Voilà de quoi nous avons hérité : on a transformé les pauvres en antagonistes. Cela donne un sens à la couleur de peau; cela permet à des Blancs pauvres comme Job d'éprouver un petit sentiment de supériorité tout simplement parce qu'ils sont blancs et pas noirs. C'est ce que Ralph Ellison appelle un petit avantage - un pourboire. Avec cela, vous pouvez agiter toutes sortes de sentiments, comme on le voit dans cette campagne présidentielle. Ecoutez-les : «Il n'aime pas l'Amérique.» A qui s'adresse-t-on quand on dit cela ? A une population résiduelle de Blancs pauvres : «Vous êtes américains et lui ne l'est pas, vous avez ce petit bonus de la blancheur de peau. Vous n'avez pas plus d'argent, pas davantage d'éducation, vous n'avez pas d'assurance-maladie, mais vous avez ce petit plus que vous pourrez emporter avec vous dans la tombe.» En parlant de race, on évite de parler de classe.

N. O. - Qu'est-ce au fond qu'être américain en 2008 ?
T. Morrison.- C'est embarrassant.

N. O. - Drôle d'Amérique, partagée entre ceux que leur pays embarrasse et ceux qui en sont fiers, mais de façon très défensive...
T. Morrison. - Non, ils ne sont pas fiers.

N. O. - Deux Amériques qui se regardent en chiens de faïence. De quoi s'agit-il : de schizophrénie, d'immaturité ?
T. Morrison. - Immaturité, c'est le mot. Nous sommes comme des adolescents. Nous vivons dans une société consumériste où l'on ne pense pas, où l'on se contente d'acheter et de faire des choix sur la nourriture, la maison ou les jeux, un monde où tout est jetable. Le but du jeu est d'abêtir le consommateur. Vous ne pouvez pas avoir une société intelligente, éduquée, si le désir dominant est de faire en sorte que les gens continuent à acheter des produits médiocres, ou encore de ruiner l'environnement en les persuadant qu'ils seront des mâles puissants au volant de leurs énormes 4 x 4.

N. O. - Que reste-t-il de la grandeur de l'Amérique ? Peut-elle la retrouver ?
T. Morrison. - Je crois que c'est possible, mais les choses ne seront plus comme avant. La planète a changé, il y a d'autres pôles de pouvoir.

N. O.-Le discours d'Obama sur la grandeur de l'Amérique, pourtant, n'est pas si différent de celui d'un Roosevelt. Qu'est-ce qui fait cette grandeur ?
T. Morrison.- Probablement une certaine forme d'individualisme - et aussi de collectivisme quand quelque chose de terrible survient. En pareil cas les gens s'entraident, vraiment. Ils n'attendent pas.

N. O. - Et cette grandeur est toujours là ?
T. Morrison. - Oui. Quand Obama dit, et il le fait très bien : «Il ne s'agit pas d'Amérique rouge ou bleue, mais des Etats-Unis d'Amérique, entraidez-vous», il traverse les lignes raciales. Il retrouve l'esprit du mouvement pour les droits civiques, qui n'était pas qu'un truc de Noirs.

N. O. - Martin Luther King n'a d'ailleurs jamais réduit son combat à la question raciale. C'était une lutte contre les inégalités...
T. Morrison. - C'est exact. Je me souviens d'un film où on le voit dans une église pleine de vieux hommes blancs. Il leur disait : «Vous et moi, nous avons la même destinée.» Et ces gens pleuraient. Ce n'était pas un homme que l'on pouvait définir par sa race.

N. O. - Et il avait un rêve. Qu'est devenu l'American Dream ? Les hommes politiques n'ont que ces mots à la bouche, mais le produit a l'air un peu périmé...
T. Morrison. - C'est la société d'immigrants.

N. O. - Encore aujourd'hui ?
T. Morrison. - Absolument. Vous ne le voyez peut-être pas, avec tout le bruit que fait le mouvement anti-immigration, mais les gens continuent de venir ici parce qu'ils y trouvent certaines valeurs. En allant en Amérique, vous tentez votre chance, et cela paiera peut-être. Si vous n'avez pas d'emploi, vous pouvez créer une petite entreprise. Je ne crois pas que je puisse aller en France pour trouver du boulot. Les Français aiment mes livres, mais ils ne m'embaucheront pas ! Ici, vous pouvez vous glisser dans le pays et démarrer un petit business, ou bien vous grouper à plusieurs dans une maison, vous saigner aux quatre veines et épargner pour la génération d'après.

N. O. - Chez les Américains de souche, l'American Dream, c'est l'idée que chacun peut grimper dans l'échelle sociale...
T. Morrison. - Oui. Cela reste une des grandes valeurs de l'Amérique et Obama en est le produit, tout comme moi. Il répète sans cesse, à juste titre : «Mon histoire n'aurait pu arriver dans aucun autre pays.» C'est la meilleure part de l'Amérique. Quelque chose qui existe à l'état quasiment pur. Mais il y a aussi tous ces gens qui veulent bétonner l'Amérique - ou l'américanité.

N. O. - Croyez-vous que l'Amérique puisse devenir un pays plus... normal ?
T. Morrison. - Vous voulez dire un pays qui n'aurait plus besoin de posséder le monde ?

N. O. - Oui.
T. Morrison.- Nous avons plus de chances, avec une administration Obama, de mûrir et d'être plus coopératifs dans les affaires du monde, mais cela prendra du temps. Il est difficile d'imaginer à quoi pourrait ressembler une Pax americana, cela fait si longtemps que nous sommes en guerre avec d'autres pays ! Mais, je le répète, nous avons plus de chances d'y parvenir avec un gouvernement où domineront la raison, la négociation (pas la reddition !), où l'on parlera aux autres comme à des adultes.

N. O.- Après toutes ces années passées aux Etats-Unis, j'ai l'impression de vivre dans un monde qui avance en perpétuel déséquilibre, une nation qui tombe si elle s'arrête...
T. Morrison. - Vous avez raison pour ce qui est du mouvement...

N. O.- Avec tous les aspects destructeurs que cela implique...
T. Morrison. - Sans doute. Mais il y a aussi quelque chose de vital et d'excitant dans ce mouvement. Regardez cette prise de risque insensée... Qui aurait pu penser qu'ils mettraient un tel foutoir dans l'économie, qu'ils se lanceraient dans de pareilles confrontations militaires ? Et puis soudain on se trouve au bord du gouffre et les choses s'arrangent. C'est un pays qui se renouvelle, toujours.

N. O. - Peut-on imaginer cette vitalité du mouvement sans les côtés négatifs ?
T. Morrison. - C'est l'une des raisons d'être de la campagne d'Obama. Je suis d'accord avec vous sur les dangers de cette propension constante au changement. Mais c'est aussi une vertu qui nous empêche de devenir un pays statique. L'Europe, précisément, a ce problème de statisme. Moi j'aime la vitalité, même si elle fait peur. Au moins les choses bougent. Vous avez un volcan en activité. Et puis la lave finit par se solidifier.

(1) "A Mercy", par Toni Morrison, à paraître le 11 novembre 2008 chez Alfred A. Knopf Publishing. Et en français, traduit par Anne Wicke, en avril 2009 chez Christian Bourgois.



Toni Morrison
Toni Morrison est née le 18 février 1931 à Lorain, Ohio, sous le nom de Chloe Anthony Wofford. Morrison est le nom de son mari, architecte jamaïcain, dont elle a eu deux enfants. Professeur de lettres (à Houston puis à Princeton), longtemps éditrice chez Random House, à New York, elle a obtenu le prix Pulitzer en 1988 pour son roman «Beloved» et en 1993 le prix Nobel de littérature (photo), le premier attribué à une romancière noire.



A lire
«Song of Solomon» («la Chanson de Salomon», 1977), le roman qui l'a fait connaître à l'étranger.«Beloved» (1987), celui de la consécration, adapté au cinéma par Jonathan Demme, avec Oprah Winfrey et Danny Glover.Et aussi :«Jazz» (1992), «Paradis» (1998) et «Love» (2004).«A Mercy» paraîtra ce 11 novembre. Tous ses romans sont publiés en France chez Christian Bourgois.



Philippe Boulet-Gercourt
Le Nouvel Observateur
_________________
Il dit
le griot à la langue pendante
" vous irez plus loin encore
dans la forêt blanche
des bétons entassés
et vous pleurerez
dans les quartiers boueux
d'une ville sans refuge "
Il dit aussi
le griot nouveau
" regardez !
il est des hommes
que les révoltes étreignent ".

Véronique Tadjo, Laterite, Paris, Hatier, coll. "monde noir", 1984.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 16:56    Sujet du message: Répondre en citant

mais quelle violence. Il commet un crime de lèse-majesté le jour de l'intronisation du monarque. Mais dans le fond, je pense comme lui. Et je constate qu'il n'est pas attaqué sur ce fond, tout le monde semblant d'accord, mais plutôt en marge de son propos(OGOTEMMELI ) ou sur la créolité(Panafricain avec d'ailleurs des rapprochements plus que douteux universalistes et créolisants??).

je retiens:

Panafricain a écrit:
Le fait est qu'Obama est Noir, et que le symbole que représente sa victoire est immense, n'en déplaise aux aigris qui ne sont jamais contents.


OGOTEMMELI a écrit:
En ce qui me concerne, c'est le symbole que représente le fait même qu'un Nègre soit le président du plus puissant des pays occidentaux qui me comble de joie et me satisfait pleinement.

Quand je lis ça, et je suis sincère, je suis content qu'un événement aussi puissant que celui là arrive parcequ'il permet aux gens de tomber le masque.
Ce dont il est réellement question dans beaucoup de discussions sur ce forum et d'autres, c'est de blessure d'amour-propre et de satisfaction d'égo. Sous couvert de tout un tas d'idéologies, il ne s'agit malheureusement que de ça. Et ça Leonora Miano l'a bien souligné dans "Tels des astres eteints". Et quand on y reflechit, on se dit qua ça traduit quand même un sacré manque d'ambition.

Mon point de vue est le suivant:

Il faudrait s'astreindre à ne plus celebrer les réussites individuelles, aussi éclatantes fusent elles. Nous savons pertinemment que ça ne fait pas avancer nos pays d'un iota, la seule chose qui fait avancer nos pays c'est nos actions collectives. En ça il a raison Confiant et quel meilleur moment pour le rappeler.

Il faut impérativement se garder de ce penchant avéré pour les manifestations émotionnelles. Nous sommes tous sujet à ça, moi le premier. Mais il faut vraiment lutter contre soi même dans ce cas précis. Un ami vient de m'envoyer tout un tas de photos avec des "peoples" et des anonymes émus, en larme à l'annonce de la victoire de BO. Je refuse de me laisser aller à l'émotion évidente qui se dégage de ces photos.

Loi de moi l'idée de nier la portée historique de l'évènement. Le mec entre directement au panthéon de l'histoire de l'Amérique. Je comprends évidemment que ça puisse être perçu comme une forme d'aboutissement du long processus de lutte pour les droits civiques menés par les afro-américains au long des siècle. C'est un pas de géant, mais pour l'Amérique, pas le Kénya ou le Cameroun.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kainfri
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1594

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 17:21    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai reçu 200 SMS (et n'en ai envoyé aucun) de gens beuglant des "Yes we can", et un peu comme Confiant je me suis demandé qui était dans le "we".

A titre perso je suis content qu'Obama ait gagné, je l'apprécie parce qu'il est noir tout comme j'avais de la sympathie pour Rice/Powell même s'ils sont républicains.

Ceci étant dit, je note deux extrêmes dans l'affaire, Confiant (qui ne dit pas que des conneries) et les nombreuses personnes voyant Obama comme le messie et qui seront atrocement déçues dans 4 ans.

Comme le dit Confiant, la capacité d'un président à changer le système est limité et de surcroît la crise économique et le plan à 700 milliards de dollars devrait singulièrement limiter la marge de manoeuvre de "Our Barack".

En politique étrangère, il a déjà dit que pour lui "Jerusalem demeurerait indivisible" ce qui veut dire en bon français que les palestiniens n'auront pas ce qu'ils demandent (un partage de la capitale), ce qui veut dire qu'ils pourront courir pendant 4 ans pour avoir le soutien politique d'Oncle Sam dans leurs revendications... et donc que dans 4 ans le problème proche-oriental ne sera pas réglé.

Bon, je file enfiler mon gilet pare-balles parce que j'ai osé égratigner l'icone et je sais que je vais me faire , mais comme de coutume j'aimerais qu'on me réponde sur le fond par exemple comment la politique étrangère d'Obama ramènera la paix au Proche-Orient à l'aune de ce que je viens de dire... et aussi de nous indiquer comment les "boys" vont pouvoir quitter l'Irak en 16 mois sans qu'Al Qaïda ne prenne le pouvoir (SVP ne nous expliquez pas que l'armée irakienne va s'auto-former en 16 mois ou que les européens prendront gentiment le relais).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 17:33    Sujet du message: Répondre en citant

Black Shadow a écrit:
OGO, pourquoi s'ennuyer avec les aigris ? Ils ne savent que nous gacher notre plaisir.
je vous propose ce texte de Toni MORRISON qui joue deux divisions au-dessus du frère CONFIANT(que j'apprécie par ailleurs mais qui a tout faux ici).

Le texte de Toni Morrisson est évidemment un très beau bijou, qui n'a rien à voir avec la camelote de Raphaël Confiant. Mais j'ai maintes fois entendu le discours de ce dernier jusque dans ma propre famille (quoique assez éloignée...). Aussi, ai-je eu envie de "maquereller" les réactiuons de "purs" grioonautes à une telle logorrhée. Et surtout, j'ai malgré tout beaucoup d'affection pour Chabin...

Il y a au moins deux raisons à cela :
- sa vaillante lutte pour révéler le scandale du chloredécone, et plus généralement cette impétuosité à toute épreuve qu'il manifeste souvent avec brio. Cela me change de beaucoup trop d'intellectuels nègres "francophones" qui sont passés maîtres dans l'art de se cacher derrière leur petit doigt...
- son superbe dictionnaire créole, que je vais bien finir par me procurer un de ces quatre : je rêve qu'un pays comme la Côte d'Ivoire adopte un jour le kréyol comme seconde langue officielle, derrière une langue négro-africaine du continent. Et considère avec beaucoup d'admiration le travail linguistique des Confiant et autres Jacques Coursil sur le créole. Pourvu qu'ils aient des homologues linguistes aussi créatifs en Afrique, sur les recherches en langues locales...

A part ça, le lieu épistémique d'où Raphaël Confiant fait tout cet immense travail (la créolité, donc) me touche une couille sans en bouger l'autre (pour le dire comme le "Grand Con" de Jacques Chirac). Toutefois, je tiens particulièrement à ne pas jeter le bébé créole avec l'eau du bain de la créolité ; sans pour autant manquer comme ici de dire son fait au génial thuriféraire de la créolité : quel gâchis, ce Confiant!

YES, WE CAN !!!
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Black Shadow
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Nov 2005
Messages: 201

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 19:12    Sujet du message: Répondre en citant

A tous les CONFIANT, KAINFRI, JOFRERE...

Franchement laisser nous savourer ce rare moment de réjouissance dans nos vies qui en manquent tant. Le personnel politique contemporain en Afrique ou issue de la diaspora est si médiocre que tous ceux qui jouent les blasés, cyniques, les sceptiques ...me hérissent.
Lorsque MANDELA est sorti de son île-prison, il ne s'est pas non plus rien passé en France ou ailleurs excepté en Afrique du sud peut-être, mais je dois avouer que ma vie s'en est senti améliorée car ses chaînes accompagnaient mes pas. Aujourd'hui un fils de l'Afrique entre à la maison blanche et nous devrions être indifférents car cet évènement n'aura aucun effet sur nous ??? peut-être pour certains.
Perso j'en ai assez de la honte et du scandale que constitue la classe politique africaine, les bongo, déby, kagame, museveni et autres... et je suis heureux de l'effet d'OBAMA sur ma personne et mon entourage. Si son action ne se réduisait qu'à celà pour moi se serait déja suffisant.
ASSEZ DES RABATS JOIE Exclamation Exclamation Exclamation
_________________
Il dit
le griot à la langue pendante
" vous irez plus loin encore
dans la forêt blanche
des bétons entassés
et vous pleurerez
dans les quartiers boueux
d'une ville sans refuge "
Il dit aussi
le griot nouveau
" regardez !
il est des hommes
que les révoltes étreignent ".

Véronique Tadjo, Laterite, Paris, Hatier, coll. "monde noir", 1984.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tchoko
Grioonaute 1


Inscrit le: 26 Fév 2004
Messages: 283
Localisation: Bafang

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 19:14    Sujet du message: Répondre en citant

Globalement, il est clair que l'élection de Barack Obama ne tire sa pertinence auprès des Noirs du monde entier que pour le symbole qu'elle représente. Symbole qui peut se voir comme un signal fort d'espoir et qui est d'ailleurs bien synthétisé par le slogan "Yes we can" appliqué aux minorités, à ceux qui souffrent dans le monde, aux pauvres, aux démunis et à tous ceux qui ont perdu espoir en la vie.

Maintenant, si on regarde de plus près, le fait que tant de gens s'excitent, et même les plus improbables des Noirs sur le fait que Barack Obama soit devenu Président des USA démontre aussi finalement une sorte de meurtrissure psychologique, encore bien enfouie chez nous, qui nous éloigne du concret en faisant perpétuer la symbolique des réussites ou des positionnements individuels comme indicateur de nos victoires collectives.

Finalement, je ne sais pas si ce n'est pas plutôt les Américains, Blancs, qu'on doit féliciter pour avoir voté un Noir à la tête de leur pays et avoir participé, ainsi, à briser une partie des barrières raciales qui divisent ce monde. Parce qu'au fond, c'est peut-être le signal le plus important...
_________________
« En me renversant, on n'a abattu à Saint-Domingue que le tronc de l'arbre de la liberté, mais il repoussera car ses racines sont profondes et nombreuses. » (Toussaint Louverture)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
nometema
Grioonaute


Inscrit le: 08 Jan 2006
Messages: 37

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 19:18    Sujet du message: Répondre en citant

Kainfri a écrit:

Ceci étant dit, je note deux extrêmes dans l'affaire, Confiant (qui ne dit pas que des conneries) et les nombreuses personnes voyant Obama comme le messie et qui seront atrocement déçues dans 4 ans.


Bof...
Les personnes qui attendent qu'obama leur rédige leur cv pour un emploi ou leur apporte sa caution pour une location d'appartement n'existent que dans vos têtes à toi, Jefrere et Confiant.
L'écrasante majorité des afro ne s'en réjouit que pour la portée symbolique de l'évènement. Faut pas prendre les gens pour des billes non plus.

Citation:

Comme le dit Confiant, la capacité d'un président à changer le système est limité et de surcroît la crise économique et le plan à 700 milliards de dollars devrait singulièrement limiter la marge de manoeuvre de "Our Barack".

En politique étrangère, il a déjà dit que pour lui "Jerusalem demeurerait indivisible" ce qui veut dire en bon français que les palestiniens n'auront pas ce qu'ils demandent (un partage de la capitale), ce qui veut dire qu'ils pourront courir pendant 4 ans pour avoir le soutien politique d'Oncle Sam dans leurs revendications... et donc que dans 4 ans le problème proche-oriental ne sera pas réglé.


Au delà du fait que la question palestinienne est loin d'être la priorité de tout bon afro qui se respecte, je trouve assez troublant qu'un esprit aussi vif que le tien ne se demande pas si toutes ces choses dites sur Israel pendant la campagne ne l'étaient pas aussi un peu pour amadouer un certain electorat.

Citation:

Bon, je file enfiler mon gilet pare-balles parce que j'ai osé égratigner l'icone et je sais que je vais me faire , mais comme de coutume j'aimerais qu'on me réponde sur le fond par exemple comment la politique étrangère d'Obama ramènera la paix au Proche-Orient à l'aune de ce que je viens de dire... et aussi de nous indiquer comment les "boys" vont pouvoir quitter l'Irak en 16 mois sans qu'Al Qaïda ne prenne le pouvoir (SVP ne nous expliquez pas que l'armée irakienne va s'auto-former en 16 mois ou que les européens prendront gentiment le relais).

C'est lui qui y répondra. Laisse lui au moins le temps de prêter serment.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kainfri
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1594

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 19:44    Sujet du message: Répondre en citant

nometema,

je pense que tu n'as pas vu les images des gens dans le monde entier se réjouissant bruyamment de l'élection d'Obama. J'ai vu des gens pleurer en France.

Comme l'a dit quelqu'un, c'est aussi symbolique que la libération de Mandela, mais guère plus.

Quant au Proche-Orient, te souviens-tu seulement de la raison qui a fait capoter la conférence sur le racisme de Durban en 2001? Les états africains ont fait bloc avec les palestiniens et ont exigé qu'une critique d'Israël soit incluse dans la déclaration finale.
En un mot, peut-être que le proche-Orient ne te concerne pas, mais de là à dire que les africains s'en désintéressent il y a un pas...
Pour rappel une partie du terrorisme est lié à la situation au proche-Orient, et donc une grosse partie du terrorisme international.
Les bombes en Angleterre c'est une lointaine conséquence (entre autres) du conflit proche-oriental
=> ce n'est donc pas anodin.

J'ai cité le Proche-Orient, mais il y a d'autres aspects.
On a abondamment parlé du cas Troy Davis: que changera pour lui et les nombreux afro-américains des couloirs de la mort? Pas grand chose.
Comme l'a rappelé Confiant, 12% de la population représente 42% des détenus.
De nombreux noirs ne deviennent jamais vieux parce qu'il est relativement facile de s'acheter une arme, Obama y changera-t-il grand chose?

Le niveau d'instruction moyen des afro-américains (et en conséquence leur niveau de vie futur) évoluera-t-il parce qu'Obama est élu? Que nenni.

La victoire d'Obama c'est un symbole, comme la libération de Mandela, la victoire d'Hamilton, le prix Nobel de Soyinka ou la fin de la guerre du biafra.

Désolé si j'ai écorné le messie de certains...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kainfri
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1594

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 19:45    Sujet du message: Répondre en citant

Je préfère ton raisonnement qui est 200% rationnel.

Mais encore une fois, va lire les blogs et tes SMS: les gens semblent convaincus que leur vie va changer.


Black Shadow a écrit:
A tous les CONFIANT, KAINFRI, JOFRERE...

Franchement laisser nous savourer ce rare moment de réjouissance dans nos vies qui en manquent tant. Le personnel politique contemporain en Afrique ou issue de la diaspora est si médiocre que tous ceux qui jouent les blasés, cyniques, les sceptiques ...me hérissent.
Lorsque MANDELA est sorti de son île-prison, il ne s'est pas non plus rien passé en France ou ailleurs excepté en Afrique du sud peut-être, mais je dois avouer que ma vie s'en est senti améliorée car ses chaînes accompagnaient mes pas. Aujourd'hui un fils de l'Afrique entre à la maison blanche et nous devrions être indifférents car cet évènement n'aura aucun effet sur nous ??? peut-être pour certains.
Perso j'en ai assez de la honte et du scandale que constitue la classe politique africaine, les bongo, déby, kagame, museveni et autres... et je suis heureux de l'effet d'OBAMA sur ma personne et mon entourage. Si son action ne se réduisait qu'à celà pour moi se serait déja suffisant.
ASSEZ DES RABATS JOIE Exclamation Exclamation Exclamation
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fille d'Afrique
Grioonaute régulier


Inscrit le: 24 Avr 2006
Messages: 372
Localisation: IDF

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 20:32    Sujet du message: Répondre en citant

Kainfri a écrit:
Je préfère ton raisonnement qui est 200% rationnel.

Mais encore une fois, va lire les blogs et tes SMS: les gens semblent convaincus que leur vie va changer.

[/quote]

Ces gens ne sont pas la majorité. Il est bien évident que ce genre de personnes, ce sont les mêmes qui attendent tout des autres. Ce n'est pas ce qu'exprime la plupart d'entre nous. Le monde entier acclame l'élection de BO, aurait-il fallu que nous ne le fassions pas nous afro parce qu'il ne fera rien pour nous ? Etre heureux de ce qui vient de se passer aux USA, la première élection d'un Noir à la présidence, ce n'est pas rien, cela ne veut pas dire qu'OB est tout d'un coup devenu dieu le père, malgré les qualités qu'on lui connait. Les afros n'ont-ils pas le droit de pleurer de joie et d'acclamer Obama tout comme l'ont fait avec le même élan les blancs, les latinos, et d'autres de par le monde ? Les afros n'ont pas le droit d'exprimer leur contentement ? Ca aussi, c'est interdit par Massa ?

"les gens semblent convaincus que leur vie va changer", pourquoi pas ? La symbolique de l'élection d'Obama peut briser les chaînes de l'esclavage mental qui jusque là fait croire que nous ne pouvons rien faire pour changer nos vies. YES WE CAN, voilà le cadeau d'Obama pour nous, il ne va quand-même pas nous distribuer le RMI, non ?

J'ai plutôt l'impression que c'est vous qui secrètement attendez autre chose d'Obama, eh bien non, il ne pourra vous donner rien d'autre que la preuve que YES WE CAN. Lui l'a dit, il l'a fait, vous, nous le pouvons nous aussi au lieu d'attendre. Pas étonnant qu'un Obama en France ne soit pas pour demain.

Alors, please, laissez-nous dire BRAVO à Obama.
_________________
Freedom is not Free.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 20:37    Sujet du message: Répondre en citant

Tchoko a écrit:
Globalement, il est clair que l'élection de Barack Obama ne tire sa pertinence auprès des Noirs du monde entier que pour le symbole qu'elle représente. Symbole qui peut se voir comme un signal fort d'espoir et qui est d'ailleurs bien synthétisé par le slogan "Yes we can" appliqué aux minorités, à ceux qui souffrent dans le monde, aux pauvres, aux démunis et à tous ceux qui ont perdu espoir en la vie.

Maintenant, si on regarde de plus près, le fait que tant de gens s'excitent, et même les plus improbables des Noirs sur le fait que Barack Obama soit devenu Président des USA démontre aussi finalement une sorte de meurtrissure psychologique, encore bien enfouie chez nous, qui nous éloigne du concret en faisant perpétuer la symbolique des réussites ou des positionnements individuels comme indicateur de nos victoires collectives.

Finalement, je ne sais pas si ce n'est pas plutôt les Américains, Blancs, qu'on doit féliciter pour avoir voté un Noir à la tête de leur pays et avoir participé, ainsi, à briser une partie des barrières raciales qui divisent ce monde. Parce qu'au fond, c'est peut-être le signal le plus important...


... Très fort. Cool
_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 21:06    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
mais quelle violence. Il commet un crime de lèse-majesté le jour de l'intronisation du monarque. Mais dans le fond, je pense comme lui. Et je constate qu'il n'est pas attaqué sur ce fond, tout le monde semblant d'accord, mais plutôt en marge de son propos(OGOTEMMELI ) ou sur la créolité(Panafricain avec d'ailleurs des rapprochements plus que douteux universalistes et créolisants??).


Je ne pense pas comme Confiant. Je vais le répéter encore une fois, Obama est le fils d'un africain, qui a encore a l'heure où on parle pas loin de six ou sept frères et soeurs (les demi-freres n'existant en général pas dans la culture africaine) qui sont kenyans, et dont certains vivent au Kenya. Après on peut me dire que l'Afrique n'est pas concernée, mais pour moi elle l'est, il suffit de regarder les faits.


Citation:
Loi de moi l'idée de nier la portée historique de l'évènement. Le mec entre directement au panthéon de l'histoire de l'Amérique. Je comprends évidemment que ça puisse être perçu comme une forme d'aboutissement du long processus de lutte pour les droits civiques menés par les afro-américains au long des siècle. C'est un pas de géant, mais pour l'Amérique, pas le Kénya ou le Cameroun.


C'est un pas de géant pour l'Afrique et pour sa diaspora : un de ses fils est devenu président. Si tu en doutes regarde la photo ci-dessous (c'est un clin d'oeil Smile ) : Obama au début des années 80 à la recherche de ses racines africaines.



Au delà de la symbolique, Obama va détenir les codes de l'arme nucléaire (qu'on avait démantelé en Afsud lorsque les Noirs ont pris le pouvoir), il va nommer les dirigeants de la C.I.A, pouvoir impulser une politique étrangère nouvelle, donner éventuellement un coup de pouce au continent africain...A force de jouer les blasés, on finit par ignorer qu'un président des Etats-Unis, c'est quelqu'un qui peut tout de même faire beaucoup de choses, et encore plus quand il a une majorité au sénat et à la chambre des représentants. Donc cessons de nous la jouer blasés.

Concernant les réussites individuelles, je dirais qu'on a toujours besoin de célébrer nos héros. Et nous ne sommes pas les seuls. Cela n'empêche aucunement de penser aux projets collectifs. En tout état de cause, si on n'a pas (encore ?) de réussite collective à célébrer, il faut bien faire quelque chose, même si ça consiste à se contenter de réussites individuelles. Par ailleurs, tout peuple a besoin de leader(s) pour mener à bien les projets collectifs. Ce n'est pas pour rien que les dirigeants noirs ambitieux ou gênants ont en bon nombre été éliminés : il suffit de couper la tête pour rappeler tout le monde à l'ordre.

Dans la même lignée, si on suit ton raisonnement, un site comme grioo.com ne devrait pas exister puisqu'il célèbre en grande partie les réussites des Noirs de différents horizons; Mais quand on n'a pas le choix, on fait avec les moyens qu'on a. Et si pendant 100 ans il faut célébrer les réussites individuelles en attendant mieux, on célèbrera ces réussites individuelles.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ARDIN
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1863
Localisation: UK

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 21:30    Sujet du message: Répondre en citant

Tchoko a écrit:
Finalement, je ne sais pas si ce n'est pas plutôt les Américains, Blancs, qu'on doit féliciter pour avoir voté un Noir à la tête de leur pays et avoir participé, ainsi, à briser une partie des barrières raciales qui divisent ce monde. Parce qu'au fond, c'est peut-être le signal le plus important...

Finalement Tchoko, je me demande si cette élection ne va pas plutôt renforcer le côté HUMANISTE dont se vantent les Européens plus qu'il n'apportera quelque chose aux Africains et Afro-descendants, en dehors de la symbolique, dont l'effet, aussi important soit il, sur la psychologie ou l'imaginaire collectif s'estompera très vite. Bref! Ils restent les grands bénéficiaires de cette élection, à mon avis...
_________________
l'Hommage a Cheikh Anta Diop sur PER-ANKH
l'Hommage a Mongo Beti sur PER-ANKH
l'Hommage a Aime Cesaire sur PER-ANKH

LPC-U : CONSTRUIRE LE CONGO POUR L'UNITÉ DE L'AFRIQUE
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Afrik 100 Fik
Grioonaute 1


Inscrit le: 25 Mar 2006
Messages: 198
Localisation: Ongola

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 22:09    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis vraiment heureux d'appartenir à cette bande de malades du "noirisme". Confiant dans ce texte se livre à son exercice habituel, son combat contre la négritude. L’argument qui consiste à invoquer la fameuse élite qui refuse de rentrer bâtir le continent, est argument raciste par excellence, car penser qu’un continent comme l’Afrique ne peut constituer sur place une élite susceptible de le sortir de sa misère, est une injure envers notre intelligence. Sans remettre en cause les compétences de Mme Yade, je peux affirmer qu’on en trouve des compétences équivalentes voir supérieures sur place en Afrique…

Si pour vous les millions de noirs qui ce sont levés pour aller voter, n’ont rien compris alors je préfère vous considérer comme des comiques. Mais rappeler vous que beaucoup de noirs ce sont sacrifiés pour vivre ce moment.

Amis les blasés OBAMA restera dans l’histoire comme un homme qui a fait rêver des millions de noirs, certainement atteints de noirisme…


YES YOU DO IT
_________________
Je suis noir mais j'aime le manioc, bizarre non ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tchoko
Grioonaute 1


Inscrit le: 26 Fév 2004
Messages: 283
Localisation: Bafang

MessagePosté le: Jeu 06 Nov 2008 23:16    Sujet du message: Répondre en citant

ARDIN a écrit:
Tchoko a écrit:
Finalement, je ne sais pas si ce n'est pas plutôt les Américains, Blancs, qu'on doit féliciter pour avoir voté un Noir à la tête de leur pays et avoir participé, ainsi, à briser une partie des barrières raciales qui divisent ce monde. Parce qu'au fond, c'est peut-être le signal le plus important...

Finalement Tchoko, je me demande si cette élection ne va pas plutôt renforcer le côté HUMANISTE dont se vantent les Européens plus qu'il n'apportera quelque chose aux Africains et Afro-descendants, en dehors de la symbolique, dont l'effet, aussi important soit il, sur la psychologie ou l'imaginaire collectif s'estompera très vite. Bref! Ils restent les grands bénéficiaires de cette élection, à mon avis...


Justement, on va certainement réentendre la vieille rengaine selon laquelle s'il n'y a pas assez de Noirs visibles dans le paysage politique ou médiatique (pour parler de la France), ce n'est pas une question de discriminations ou de racisme, mais c'est tout simplement parce qu'il n'y en a pas de suffisamment compétents. Puisque s'ils étaient compétents, ils auraient été plébiscités, les occidentaux n'étant pas racistes (cf. Obama aux USA). CQFD.

Pour ce qui est du texte de Confiant, je crois qu'il faut le prendre au second degré, comme une invitation à se réjouir pour cette victoire ô combien importante, mais à rester lucides et connectés à nos réalités. C'est certainement déjà vrai pour la plupart des gens ici, mais ça ne fait pas de mal de le redire.

Par contre, une question : est ce que cela aurait changé quelque chose au niveau de l'enthousiasme général des gens (notamment pour les Africains) si le Président élu avait été plutôt un Jesse Jackson, donc un "afro américain descendant d'esclave" (comme on dit à la télé), en lieu et place d'un Barack Obama, américain d'origine Kenyane ?
_________________
« En me renversant, on n'a abattu à Saint-Domingue que le tronc de l'arbre de la liberté, mais il repoussera car ses racines sont profondes et nombreuses. » (Toussaint Louverture)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
nometema
Grioonaute


Inscrit le: 08 Jan 2006
Messages: 37

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 00:23    Sujet du message: Répondre en citant

Tchoko a écrit:
ARDIN a écrit:
Tchoko a écrit:
Finalement, je ne sais pas si ce n'est pas plutôt les Américains, Blancs, qu'on doit féliciter pour avoir voté un Noir à la tête de leur pays et avoir participé, ainsi, à briser une partie des barrières raciales qui divisent ce monde. Parce qu'au fond, c'est peut-être le signal le plus important...

Finalement Tchoko, je me demande si cette élection ne va pas plutôt renforcer le côté HUMANISTE dont se vantent les Européens plus qu'il n'apportera quelque chose aux Africains et Afro-descendants, en dehors de la symbolique, dont l'effet, aussi important soit il, sur la psychologie ou l'imaginaire collectif s'estompera très vite. Bref! Ils restent les grands bénéficiaires de cette élection, à mon avis...


Justement, on va certainement réentendre la vieille rengaine selon laquelle s'il n'y a pas assez de Noirs visibles dans le paysage politique ou médiatique (pour parler de la France), ce n'est pas une question de discriminations ou de racisme, mais c'est tout simplement parce qu'il n'y en a pas de suffisamment compétents. Puisque s'ils étaient compétents, ils auraient été plébiscités, les occidentaux n'étant pas racistes (cf. Obama aux USA). CQFD.

Pour ce qui est du texte de Confiant, je crois qu'il faut le prendre au second degré, comme une invitation à se réjouir pour cette victoire ô combien importante, mais à rester lucides et connectés à nos réalités. C'est certainement déjà vrai pour la plupart des gens ici, mais ça ne fait pas de mal de le redire.

Par contre, une question : est ce que cela aurait changé quelque chose au niveau de l'enthousiasme général des gens (notamment pour les Africains) si le Président élu avait été plutôt un Jesse Jackson, donc un "afro américain descendant d'esclave" (comme on dit à la télé), en lieu et place d'un Barack Obama, américain d'origine Kenyane ?

Les Africains ont plusieurs icones africaines-américaines auxquelles ils s'identifient et qu'ils placent au même niveau que des Sankara et des Mandela : Malcom X, King, etc...
Je pense donc que si l'enthousiasme n'avait pas été le même pour Jesse Jackson, ça n'aurait eu rien à voir avec son ascendance, mais plutot au fait qu'Obama est tellement charismatique (jeunesse, intelligence, calme) qu'il est difficile de rivaliser avec lui dans l'estime des gens.
Qu'il soit fils de Kenyan et non d'esclave est à mon avis secondaire dans l'enthousiasme qu'il génère en Afrique.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 00:44    Sujet du message: Répondre en citant

Contente de voir que cet article n'est posté et commenté qu'aujourd'hui, et que nous n'avons pas perdu de temps à déblatérer sur la dernière livraison du Chabin inconstant avant la date historique du 4 novembre 2008. J'avais déjà pris connaissance du texte, et ne l'avais pas posté exprès. L'essentiel est ailleurs...

N'en déplaise à Confiant, il n'y a pas eu d'explosion de joie dans à F-de-F... Juste un centre-ville blindé de gade-caca (flics) et beaucoup de militaires dans le coin aussi, ces derniers temps... Confused, Ti-Sonson était soit devant son écran TV soit en train de dormir... Je pense pas que Milo aie couru le vidé à Sarcelles non plus, en tous cas, je n'en ai pas eu d'échos... Juste quelques partisans à L'Haye-les-Roses, fortement médiatisés. La seule forte explosion de joie que j'aie vue à la TV (hors USA) c'était au Kenya, et c'est fort compréhensible. On ne va pas leur retirer la joie de voir un enfant du pays accéder à la magistrature suprême du pays qui est encore (pour combien de temps ? autre histoire... Confused) le plus puissant de la planète.

Ti Sonson de F-de-F, Milo de Sarcelles, et tous les autres sont visiblement bien moins bêtes que Confiant ne le supposait. Une chose est se réjouir, une autre est de perdre le sens des réalités. Pas besoin d'avoir fait Sciences Po (comme Confiant) pour garder les pieds sur terre. Si la joie de la majorité des Africains du globe, sur le continent et sur la diaspora, est réelle, il n'est pas étonnant qu'elle aie été pudique. Chacun sait combien de montagnes il reste à gravir. Et la vraie bataille commence aujourd'hui.

Confiant ne dit pas que des conneries, de fait, il rappelle généralement des vérités premières. Sur le fond, il connait souvent son sujet (sauf l'histoire de l'Afrique, hein...), et, en bon Science Po, est un maître de la rhétorique. Je me suis parfois ralliée à certaines de ses prises de position, mais je reste à distance. De toutes façons, il y a un monde entre la plume enflammée de cet excellent polémiste et romancier... et le rôle qu'il joue dans la vie réelle, certainement moins révolutionnaire qu'il ne voudrait en donner l'impression. Un "révolutionnaire", un vrai, n'a pas de chaire à L'UAG (Université Antilles Guyane, insttitution de la France coloniale...). Un intellectuel soi-disant "engagé" ne fait pas tout pour torpiller la concurrence, au service de je ne sais quels commanditaires de l'ombre... Il recherche plutôt l'union, au lieu de comploter en permanence avec sa clique de créolistes. Anti-colonialisme de façade, quand tu nous tiens... Rolling Eyes Il y aurait tant à dire, mais je vais m'arrêter là.

Je vous laisse lire cette réponse à Confiant à laquelle je souscris en tous points :
http://bworldconnection.com/polemique.html?idA=169&rub=Polémiques

Citation:
REPONSE DE KAMIT LION :
Confiant ou la misérable histoire circulaire du monde de la plantation …créole


A travers une fable- consultable sur le site caribcréole1.com- sur l’élection probable de Barack Obama lors des prochaines présidentielles américaines, Raphaël Confiant, l’écrivain martiniquais, témoigne une nouvelle fois de son obsession racialiste. Comme à son habitude, il ne veut voir et se concentrer que sur les excès générés par un phénomène sociétal plutôt que sur une problématique et les enjeux qui devraient, chez un intellectuel, susciter d’autres interrogations, d’autres questionnements. Mais dès qu’il s’agit de « nègre », nul besoin de réflexion, l’insulte, l’amalgame et la simplification s’imposent. N’est-ce pas ?

Le regard que Confiant jette sur les Africain-américains est méprisant. Il se veut original mais n'est qu'un avatar de l'antiaméricanisme primaire gaulois...c’est de l’antiafricanamericanism primaire ! Confiant le Caribéen, fier et hautain, ressemble en fait à n'importe quel Dupont-Durand de la doulce France (pour reprendre une de ses expressions favorites)... Comment peut-on croire que les gens ne sont que naïfs, cons et bêtement ethnocentrés ? C'est du mépris d'intello de petites et misérables colonies françaises incapables d'analyser le monde autrement qu'avec la matrice de la plantation et de son idéologie négrophobe...

J'ai parlé avec des amis noirs américains, j'ai vu pléthore de reportages et lu des commentaires sur l'élection américaine dans lesquels les Noirs américains parlent essentiellement des problématiques sociales voire sociétales US. Et non, de quelque fierté "black"...Et quand bien même ? Ici en Colonie Française, je dirai qu'il faut, peut-être, lorsqu'on se prétend intellectuel, séparer le bon grain de l'ivraie. Je ne crois pas que dans nos espaces d'aliénation et d'assimilation, on puisse s'arrêter à des témoignages (stigmates) simples pour en déduire que nous serions affectés de cette fameuse bêtise noiriste... Monsieur Confiant, je pense sincèrement que vous pouvez être plus utile à nos sociétés si vous consentez à soigner votre pathologie « négrophobe"...Quelque outillage que vous prendriez, psychologie sociale, histoire, sociologie, psychanalyse, sciences politiques…et que sais-je encore..., si cette persistance dans la croyance d'un peuple noir, d'une communauté noire transparait encore d’Afrique aux Amériques, d'Europe aux Caraïbes, c'est qu'elle mérite non pas des fins de non recevoir méprisantes et condescendantes (comme si les créolistes seraient les seuls à avoir tout compris…) mais plus certainement des analyses plus fines et plus pertinentes...

400 ans après l'arrivée forcée des Africains sur les terres des Amériques et des Caraïbes, malgré les mélanges, malgré les nouvelles identités sociopolitiques, en dépit de la haine de soi inculquée, cette revendication d'appartenance au monde noir persiste… Pourquoi ? Parce qu'on serait cons et aliénés ? Parce qu'on a rien compris ? Parce que nous sommes des pleurnichards enfermés dans le dolorisme domtomien ou ultrapériphérique ? Si ce sont ces types de réponses que nous fournissent nos intellectuels, il ne faut pas alors s'étonner que nos peuples soient dans de tels états mentaux et psychologiques... Vous n'êtes pas un Nègre ? Vous êtes un Kréyòl ? Soit !...En quoi cela constitue un obstacle à l'édification de sociétés martiniquaises et guadeloupéennes plus justes au niveau social et économique... En quoi la reconnaissance des combats menés par les Noirs américains est-elle une tare liée à un quelconque ralliement idiot à une américanophilie libérale... Vous donnez dans l'amalgame, Mr Confiant ! Il existe aux US des travailleurs sociaux (j’en ai rencontré), des intellectuels (j’en connais), des gens ordinaires qui n'adhèrent pas à la pensée ultra libérale et réactionnaire anglo-saxonne…

Sachez, de plus, qu’aujourd'hui entre 20 à 30 % des noirs habitants dans les grandes villes américaines (et qui soutiennent Obama !) ont une origine caribéenne et n'ont pas coupé les ponts avec leur pays de provenance...Sont-ils eux aussi des Afro saxons ? Comment un peuple, dont 30% de ses individus vivent en dessous du seuil de pauvreté peut-il être assimilé au système qui le domine ? En quoi une communauté qui affiche un taux de mortalité infantile 3 fois supérieur à celui des individus de race dite caucasienne constitue-elle le promoteur de l’idéologie libérale anglo-saxonne ? Comment 1 million de Noirs qui croupissent et/ou servent de main d’œuvre « délocalisée » au système économique US, dans les geôles américaines, peuvent-ils être compris autrement que comme des victimes du système suprématiste WASP ? Parce que des rappeurs, des stars hollywoodiennes ou des vedettes du sport bizness seraient noirs et afficheraient l’attitude ostentatoire yankee… ? Analyse minable, on peut en convenir… Comme si les intellectuels noirs américains prenaient Doc gynéco ou n’importe quel zouk lover pour caractériser ce que nous sommes…

Démontrez-nous que Malcom X, James Baldwin, Chester Himes, Alex Haley, Toni Morisson, Common, Stevie Wonder, et je pourrais en citer encore sont des Afro saxons… Ou que le negro spiritual, le Jazz, le blues, le hip hop, le steppin’, la tap dance appartiennent à la culture afro-saxonne ? A l’énoncé même de la question, on mesure toute l’inanité de la réflexion de Confiant…Qu'est-ce que ça veut dire ? Prouvez ces assertions idéologiques ! Alfred Marie-Jeanne participe à la réunion des RUP, est-il pour autant un martiniquais ultrapériphérique ? Votre passeport français, le prix Goncourt qu'a reçu votre compagnon élogiste font-ils de vous des Afro-latins…Euh pardon, c'est vrai, vous êtes Kréyol...Un Latinokryolo, peut-être alors .... Laughing
C'est vraiment n'importe quoi ! Obama n'est qu'un prétexte pour vous, encore, pour radoter vos mêmes et sempiternelles obsessions racialistes...

Je crois pour ma part en l'existence d'une âme nègre, d'un peuple noir cela ne m'empêche pas de placer le Che, Hugo Chavèz, Evo Moralès parmi mes modèles politiques et révolutionnaires... De même, je ne suis pas croyant et n’adhère pas aux discours « gospel » des plus grands leaders de la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis dont Malcolm X ; toutefois il reste à mes yeux ( et pour beaucoup) un modèle de combat, de résistance et d’intelligence pour la justice sociale et l’égalité des droits ...Et mon "panafricanisme" ne m'aveuglera jamais au point de croire que Paul Biya, Idris Deby, Omar Bongo , Boigny et Mobutu anciennement, ou chez nous, tous nos bwa bwa qui se réclament du PS ou de l'UMP ou qui se dénomment eux-mêmes, Ultramarins, valent plus que n'importe quel HOMME qui combat l'injustice, l'ultralibéralisme et l'idéologie impérialiste atlantiste...Non, Monsieur Confiant, on peut se sentir nègre et croire aux combats de tous les hommes qui se lèvent contre "l'EMPIRE" et les mensonges atlanto-onusiens et
OMCéoFMIéoBANQUéoMONDIALiens …


L'élection probable d'Obama offre certainement des possibilités de changement mais nul n'est dupe sur la réalité politique et sociologique des Etats unis d'Amérique...S’intéresser aux élections du pays qui imprime encore aujourd’hui (malheureusement) le tempo ultra libéral et conservateur au monde n’est certainement pas la marque d’une aliénation qui nous ferait oublier ce que nous vivons chez nous, aux Antilles encore et éternellement françaises. Mais peut-être que le bas peuple stupide et noiriste sent-il mieux que Confiant que le monde va connaître certainement de nouveaux bouleversements…Obama ne peut-il pas être le début de quelque chose ? Ou peut-être même la fin ? Mais sa position aujourd’hui signifie en tout cas que quelque chose d’autre peut émerger…Ce n’est ni de l’optimisme béat et comptemplatif ni de la bêtise noiriste. Peut-être simplement un sentiment humain de ceux qui croient encore, face à cette machine de destruction massive qu’est l’ultra libéralisme, qu’un Obama vaut mieux qu’un Bush et qu’un Mc Cain. Et pour le coup, il semble bien naïf de penser que Barack Obama qui vise la victoire finale aurait fait une campagne en revendiquant la libération de la Palestine ou l’arrêt du blocus indigne envers Cuba…Pfff….

Mais il est tout de même curieux que des hommes qui voient la créolisation et le métissage partout, qui sont toujours prompts à nous dire que le futur du monde, quelque part, ressemblera à nos belles sociétés créoles où il n’y a plus de noir, de blanc, de jaune, de gris…,bref….Bizarre qu’à l’occasion d’une probable élection d’un homme qui semble représenter cette créolisation, Confiant, l’ancien étudiant en sciences politiques, ne trouve qu’un sujet de dissertation : la bêtise noiriste… Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil


Le plus triste, c'est que Confiant est un intellectuel brillant. Je le pense vraiment, mais je pense aussi que, déçu du manque de perspectives qui s'ouvrait à lui dans le contexte colonial, il a choisi, il y a bien longtemps, de retourner sa veste, et de mettre sa verve au service de l'occupant. Dans le fond, ça m'attriste, parce que c'est probablement le plus brillant de nos intellectuels vivant au péyi. Mais il a chosi son camp Confused Le pire, c'est que ce n'est pas la 1ère fois que le lis évoquer "des intellectuels opportunistes aux Antilles" et ailleurs, qui mystifient le peuple... alors que souvent, on ne voit pas de quel intellectuel il parle...en dehors de lui-même !!! En vérité, ici, la seule voix que j'ai entendue sur la campagne de BO, c'est la sienne, et voilà ce que ça donne... Triste de voir un esprit aussi brillant, et dont je salue le travail sur le créole (comme langue, bien que je me rallie à la thèse, diamétralement opposée, d'Ama Mazama), travailler contre les intérêts de son propre peuple...

Pour le reste, concernant l'élection de BO, je décante encore... Trop de sommeil en retard à rattraper pour pondre un commentaire intelligent pour l'instant...
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 00:54    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Loi de moi l'idée de nier la portée historique de l'évènement. Le mec entre directement au panthéon de l'histoire de l'Amérique. Je comprends évidemment que ça puisse être perçu comme une forme d'aboutissement du long processus de lutte pour les droits civiques menés par les afro-américains au long des siècle. C'est un pas de géant, mais pour l'Amérique, pas le Kénya ou le Cameroun.


Je regrette énormément que Aimé Césaire ne soit plus là pour vivre cet évènement historique.
En outre, je voudrai aussi que par souci d'"objectivité" et d'"équité", par souci de "dépassionner les débats", Confiant et ses disciples, dont toi Jofrere, disiez quelques belles phrases à ceux-ci:
- http://www.leparisien.fr/elections-americaines-2008/obama/obama-descend-des-rois-de-france-06-11-2008-300901.php
- http://www.rmc.fr/edito/info/63812/obama-et-ses-ancetres-alsaciens/

PS: je ne pense pas que tu devrais seulement même évoquer le Cameroun, vu ton savoir (révélé ici) sur ce pays. Comme sur le cfa, qui est "discussion de bistrot"...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 06:30    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
mais quelle violence. Il commet un crime de lèse-majesté le jour de l'intronisation du monarque. Mais dans le fond, je pense comme lui. Et je constate qu'il n'est pas attaqué sur ce fond, tout le monde semblant d'accord, mais plutôt en marge de son propos(OGOTEMMELI ) ou sur la créolité(Panafricain avec d'ailleurs des rapprochements plus que douteux universalistes et créolisants??).

Jofrere, les réponses de Toni Morrisson ou de Kamit Lyon sur "le fond" sont tout à fait en phase avec ce que je n'aurais pas su dire aussi bien qu'ils l'ont fait. Ce qui me dispense donc de m'emmerder à te l'écrire autrement...

Sauf pour préciser succinctement ceci :

- la question de savoir ce que REPRESENTE COLLECTIVEMENT l'élection d'Obama pour quelque catégorie de population, en l'occurrence pour les Nègres, n'est pas exactement la même que celle de savoir ce qu'une telle élection APPORTE(RAIT) INDIVIDUELLEMENT aux membres de ladite catégorie. Poser la première question tout en répondant à la seconde revient à commettre un hors sujet, même et surtout dans une dissertation de type science po...

- je retrouve cet amalgame aussi bien chez Confiant que chez Kainfri, avec son affaire de conflit israélo-palestinien : sincèrement, devant ma télé branchée sur Canal+, dans la nuit du 04 au 05 novembre 2008, je n'ai pas pensé une fraction de seconde au programme de BO relativement à ce conflit. Je dois être sérieusement con, et indécrotablement "noiriste"...

- quant au topo sur l'émotion : je suis profondément convaincu qu'il n'y a pas d'humanité sans émotion, et que l'émotion est un phénomène humain au moins aussi digne d'intérêt que la raison, a fortiori que le rationalisme de circonstance. En tout cas, je suis persuadé que l'on peut accéder à une sorte de connaissance intime des choses humaines par le biais de l'émotion ; et que ce mode d'accès à l'humain possède sa propre "raison d'être" qui n'a rien à envier à aucune autre. En sorte que d'opposer sempiternellement "émotion" et "raison" est une attitude d'esprit en définitive castratrice, réductrice...

QUAND C'EST SEQUENCE EMOTION COLLECTIVE " MONDIALISEE", JE TROUVE STUPIDE DE SE LA JOUER RAISONNEUR DE SERVICE, surtout si c'est pour dire des conneries comme celles de Confiant ici visées. Les larmes de Jessie Jackson m'ont paru beaucoup plus éloquentes que quelque dbavardage ampoulé de tel commentateur...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 425

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 08:54    Sujet du message: Répondre en citant

Je reste sans voix devant de tant de niaiseries morbides et surtout de pretention. Alors que des confins de la Mongolie aux rives de la Benue, des chefs d'Etats les plus puissants du monde aux prix de Nobel de litterature ou de chimie, et jusqu'aux hommes les plus humbles, souvent sortis de leurs huttes pour celebrer l'evenement, tout le monde s'accorde a dire qu'il s'agit la de quelque chose d'exceptionnel, cet homme vient tranquillement declarer, avec un haussemnt d'epaule et le dedain a la bouche: ''Il ne s'est au fond rien passe''. Qu'il ne faut rien attendre de cette election et que tous ces millions d'hommes et de femmes parfaitement equilibres, femmes de menages ou enseignants d'universites, stars de Hollywood ou activistes noirs dans les rues de Chicago, paysans de l'Illinois ou traders de New York, tous se sont egalement trompes ou sont victimes de ''noirisme'' et en aucun cas conscients de leurs interets que Monsieur Confiant connait sans doute mieux qu'eux-memes. Circulez! Y a rien a voir!

Ce qui m'etonne encore plus, c'est que chaque fois que nous les Noirs nous osons nous prononcer sur une question intellectuelle, il faut qu'on aille fouiller dans notre subconscient pour nous sortir des histoires de ''meurtrissure psychologique'' comme si nous ne pouvions avoir des debats et des arguments normaux comme tout le monde, sans qu'on nous invite a nous allonger sur le tapis pour une seance de psychanalyse bidon. Si ca avait ete des Blancs quui avaient tenu les memes propos qu'Ogo ou Panafricain, aurait-on reagi de la meme maniere? Et pourtant il n'est pas difficile de trouver des millions de Blancs qui disent la meme chose qu'Ogo ou Panafricain. Que c'est un evenement d'une grande portee symbolique. Point. Barre. Il me semble la que c'est une des multiple strategies de disqualification de nos discours par lesquelles on veut nous intimider et nous obliger a nous taire par peur de paraitre ''irrationnel'', ''anormal''. Mais revenons a des choses plus serieuses.

Barack Obama a ete elu sur la base d'un programme presente de facon publique au peuple americain. Dans 4 ans il aura a rendre compte a ceux qui l'ont elu sur la base de ce programme. Il n'est donc pas question qu'il aille se croiser les mains a la Maison Blanche et se contenter d'etre un symbole. Pour cela, on peut compter sur les Americains, et plus specialement les Noirs qui ont quand meme fait la preuve, au cours dee leur histoire, qu'ils savent ce qu'ils veulent.

Enfin, dire qu'il ne se passera rien, que Barack Obama ne tentera rien, c'est vraiment faire preuve de fatalisme, ou mieux, de charlatanisme. On peut etre nihiliste commme Confiant mais on ne peut quand meme pas dire que cette election n'est pas le resultat d'une longue lutte entamee il y a longtemps, un droit legitime, une aspiration legitime des Noirs a voir l'un des leurs a la presidence des Etats-Unis et que c'est une victoire qui vient d'etre remportee meme si beaucoup, beaucoup d'autres droits restent a conquerir et qu'il reste encore infiniment plus de victoires a remporter. Barack Obama va-t-il reussir? Va-t-il echouer? Cela, c'est une autre histoire. Le temps nous le dira. Mais pour le moment nous avons deja cette victoire derriere nous, conquise de haute lutte car n'oublions qu'il a d'abord fallu gagner meme le droit de voter, a fortiori d'avoir des representants a tous les niveaux de l'appareil d'Etat, dans les universites, les grandes entreprises et les representations diplomatiques a l'etranger et enfin la presidence. Tout se tient. Rien n'est fortuit ou isole de tout le reste, de toute cette longue histoire faite de luttes et qui se continuera encore apres Obama.

Il reste que si nous partageons beaucoup de choses en commun avec Barack Obama, nous avons aussi des differences. C'est un Americain qui defendra d'abord les interets des Etats-Unis et il se peut meme que sur ce point nous ayons un jour a nous opposer a lui concernant tel ou tel aspect de sa politique. Nul n'est dupe. La vie est ainsi faite. Mais il reste aussi que quelque part nous avons, jusqu'a un certain point, une histoire commune et une communaute de destin avec les Noirs americains et que certaines de leurs victoires sont aussi les notres.

Devant les intellectuels qui nient cette la realite, il n'y a qu'une seule conclusion a tirer pour ceux qui ont encore un peu d'humilite et de lucidite: Let's move on!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kamiche
Grioonaute régulier


Inscrit le: 22 Mar 2004
Messages: 332

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 10:54    Sujet du message: Répondre en citant

Voici une petite histoire vraie qui se déroule en France en 2003 ou 2004. Un jeune africain est admis dans un INSA, et il est le seul noir de son établissement. Naturellement à cause de ça, il ressent un certain malaise, qui a des répercussions sur son travail.
Un jour il passe devant une salle et qu'est-ce qu'il voit? Un autre noir en train de donner des cours. Un vacataire venu quelque temps en remplacement d'un autre enseignant. Alors notre étudiant se dit, si celui-là peut donner des cours ici, alors moi je peux avoir mon diplôme. Et à partir de ce jour, il a été beaucoup plus confiant dans sa capacité à réussir son diplôme. Les deux n'ont pourtant jamais été en contact direct.

Voilà à peu près de quoi il est question avec l'élection d'Obama. De l'espoir pour tous ces noirs dans le monde mais surtout en Amérique, qui avaient baissé les bras, ou qui étaient prêts à le faire. Obama vient leur dire, vous pouvez y arriver (yes, 'you' can). Bien sûr Obama ne viendra jamais faire leur boulot à leur place, tout comme notre enseignant n'est jamais allé faire le moindre examen à la place de notre étudiant. Mais il y en a beaucoup qui vont se dire que si Obama peut être président, alors eux peuvent enfoncer toutes les portes qui les séparent de ces places qui leur semblaient inaccessibles. Et à partir de là, ils auront une plus grande confiance en leurs capacités à réussir dans leurs entreprises.
_________________
I long to accomplish great and noble tasks, but it is my chief duty to accomplish humble tasks as though they were great and noble.
The world is moved along, not only by the mighty shoves of its heroes, but also by the aggregate of the tiny pushes of each honest worker.


-- Helen Keller --
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Yahoo Messenger
MERIKARE
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Jan 2006
Messages: 204
Localisation: TA-NEFER

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 12:49    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
mais quelle violence. Il commet un crime de lèse-majesté le jour de l'intronisation du monarque. Mais dans le fond, je pense comme lui. Et je constate qu'il n'est pas attaqué sur ce fond, tout le monde semblant d'accord, mais plutôt en marge de son propos(OGOTEMMELI ) ou sur la créolité(Panafricain avec d'ailleurs des rapprochements plus que douteux universalistes et créolisants??).

je retiens:

Panafricain a écrit:
Le fait est qu'Obama est Noir, et que le symbole que représente sa victoire est immense, n'en déplaise aux aigris qui ne sont jamais contents.


OGOTEMMELI a écrit:
En ce qui me concerne, c'est le symbole que représente le fait même qu'un Nègre soit le président du plus puissant des pays occidentaux qui me comble de joie et me satisfait pleinement.

Quand je lis ça, et je suis sincère, je suis content qu'un événement aussi puissant que celui là arrive parcequ'il permet aux gens de tomber le masque.
Ce dont il est réellement question dans beaucoup de discussions sur ce forum et d'autres, c'est de blessure d'amour-propre et de satisfaction d'égo. Sous couvert de tout un tas d'idéologies, il ne s'agit malheureusement que de ça. Et ça Leonora Miano l'a bien souligné dans "Tels des astres eteints". Et quand on y reflechit, on se dit qua ça traduit quand même un sacré manque d'ambition.

Mon point de vue est le suivant:

Il faudrait s'astreindre à ne plus celebrer les réussites individuelles, aussi éclatantes fusent elles. Nous savons pertinemment que ça ne fait pas avancer nos pays d'un iota, la seule chose qui fait avancer nos pays c'est nos actions collectives. En ça il a raison Confiant et quel meilleur moment pour le rappeler.

Il faut impérativement se garder de ce penchant avéré pour les manifestations émotionnelles. Nous sommes tous sujet à ça, moi le premier. Mais il faut vraiment lutter contre soi même dans ce cas précis. Un ami vient de m'envoyer tout un tas de photos avec des "peoples" et des anonymes émus, en larme à l'annonce de la victoire de BO. Je refuse de me laisser aller à l'émotion évidente qui se dégage de ces photos.

Loi de moi l'idée de nier la portée historique de l'évènement. Le mec entre directement au panthéon de l'histoire de l'Amérique. Je comprends évidemment que ça puisse être perçu comme une forme d'aboutissement du long processus de lutte pour les droits civiques menés par les afro-américains au long des siècle. C'est un pas de géant, mais pour l'Amérique, pas le Kénya ou le Cameroun.


Pour une 1e fois, JE SUIS D´ACCORD avec TOI sans vouloir nier le Côté symbolique et puissant de cette election! Mais pendant que la Negraille entre dans l´exces, danse et s´extasie(comme d´habitude pendant la CAN, JO, Coupe du Monde, Formule1 avec Halmiton) la Falsification de l´Histoire continue, les DICTATEURS(heu Presidents...) et d´autres STRATÈGES renforcent leur Position. En faite, ce forum existe depuis 2003 mais quoi de concret ? Mais bon la Grande DAME que je connais me sortira la même MUSIQUE: "Les gens ne viendrons pas dire ce qu´ils font dans un Forum..."

A QUAND L´Afrique et une Diaspora VISIONNAIRE/PanAfricaine/Afrocentée et non les COMPLEXÉ(E)S qui ne rêvent au fond que de vivrent comme le BLANC tant vomi (avec raison...)?


ASE
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 15:21    Sujet du message: Répondre en citant

Obama, président noir, pas président des Noirs

http://www.liberation.fr/monde/0101183439-obama-president-noir-pas-president-des-noirs

Même s’il défend la discrimination positive, le futur président veut s’affranchir de la question raciale.



«Voilà une famille noire normale, une famille heureuse, avec de très jolies petites filles, entourée de parents qui les aiment et ils vont vivre à la Maison Blanche», expliquait, hier dans le New York Times, une amie de Michelle Obama et future first lady, qui parle «de fierté raciale».
L’Amérique avait déjà eu deux secrétaires d’Etat noirs, Colin Powell et Condoleeza Rice, des juges, des généraux noirs, des ambassadeurs. L’acteur le mieux payé d’Hollywood, Will Smith, est un Noir. Tout comme la personnalité la plus aimée de la télé, Oprah Winfrey. Mais avec Obama, la barrière suprême a été brisée. Interrogé sur le symbole que représente sa réussite, le sénateur dit à la fois parler au nom de tous les Noirs de son pays, mais insiste autant sur son parcours individuel hors du commun. Sur sa mère blanche qui le réveillait à 4 heures du matin pour réviser ses leçons. Sur l’amour de ses grands-parents - blancs - à Hawaii. Sur sa détermination à réussir à la prestigieuse université de Harvard. La position d’Obama sur la discrimination positive a évolué. S’il a toujours soutenu ce programme, il veut aussi l’adapter et faire en sorte que les critères économiques remplacent les critères raciaux. Régulièrement, il explique «ne pas pouvoir savoir si [il] a été admis à Harvard en raison de l’affirmative action, mais si cela a été le cas, je n’en ai pas honte et je dirais que l’affirmative action est justement importante, si celui qui en bénéficie tient ses promesses, une fois que la chance lui a été donnée». «En réalité, Barack Obama aspire à une société dans laquelle le facteur racial a moins d’importance. Où il n’apparaît pas comme un handicap ou comme un élément automatique de promotion sociale», explique Charles Ogletree, le conseiller du président élu sur les questions raciales. «Il veut faire cohabiter responsabilité individuelle et opportunités pour les Afros-Américains.»

Larmes. A 47 ans, Obama est aussi un enfant des luttes pour les droits civiques, qui ont mis fin à la ségrégation raciale aux Etats-Unis dans les années 60. Il ne s’est jamais associé aux militants historiques comme Jesse Jackson, que l’on a vu en larmes, submergé d’émotion, dans la foule qui acclamait Obama à Chicago. Mais il fait partie d’une nouvelle génération de leaders noirs apparus dans les années 90, qui ont su tout à la fois profiter de l’activisme de leurs prédécesseurs et s’affranchir de la dimension uniquement raciale de leur combat. Après avoir été le premier Noir nommé président de la Harvard Law Review, un poste qui ouvre aux Etats-Unis les portes de plus grands cabinets d’avocat, Obama a préféré retourner à Chicago sur le terrain. Pendant quelques années, il a été un travailleur social dans les HLM de la ville, aidant les Noirs à se battre contre les propriétaires et à sortir de la pauvreté. Autant d’histoires émouvantes qu’il décrit longuement dans son autobiographie mais en refusant toute victimisation.

Professeur à l’université de Chicago, puis sénateur local, Obama est entouré de Noirs qui, comme lui, ont réussi. Il représente cette classe moyenne ou supérieure noire qui est apparue depuis une trentaine d’années. Entre 1978 et 2003, le nombre de médecins, magistrats, professeurs noirs a doublé. D’autres ont choisi, comme Obama, la politique, notamment à Chicago qui a élu en 1982 un remarquable maire noir, Harold Washington. Témoin de cette évolution, Clinton restera comme le président qui a fait venir le plus de Noirs dans son administration, dont certains vont se retrouver dans l’équipe d’Obama. Comme Susan Rice, spécialiste de l’Afrique et de politique étrangère, qui pourrait devenir conseillère pour la Sécurité, ou Eric Holder qui pourrait prendre la Justice. Cependant, c’est le républicain Bush qui nommera des Noirs au plus haut poste de responsabilité, secrétaire d’Etat, l’équivalent de ministre des Affaires étrangères.

Transcender. Ces succès spectaculaires pour une brillante minorité de Noirs ne se traduisent pas par une évolution aussi positive pour l’ensemble de la communauté. Le chômage des Noirs est toujours le double de celui des Blancs ; leur revenu moyen stagne depuis trente ans à 60 % de celui des Blancs ; et il y a toujours quatre fois plus de familles noires sous le seuil de pauvreté. Pour Obama, la question sociale doit transcender la race. Récemment, il a souligné que ses deux filles, Malia et Sasha, «qui ont toutes leurs chances dans la vie», ne devraient pas profiter des programmes de discrimination positive. Il sera un président noir, mais pas un président des Noirs.
_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 15:56    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:

Dans la même lignée, si on suit ton raisonnement, un site comme grioo.com ne devrait pas exister puisqu'il célèbre en grande partie les réussites des Noirs de différents horizons; Mais quand on n'a pas le choix, on fait avec les moyens qu'on a. Et si pendant 100 ans il faut célébrer les réussites individuelles en attendant mieux, on célèbrera ces réussites individuelles.

Je ne peux malheureusement pas te répondre de façon sincère de peur de subir les foudres de qui tu sais. Wink
Plus sérieusement, je déteste le mélange du people et de la politique. je suis extrêment réticent à tout ce qui relève de la communication politique. J'aime bien Grioo, sinon je ne serais pas sur le site depuis plusieurs années, mais je le trouve trop orienté "people" à mon goût. Voilà.
Je connais parfaitement la thèse qui dit que fabriquer des exemples positifs est un bon moyen d'avancer, mais je ne la partage pas.

Kamiche a écrit:
Voici une petite histoire vraie qui se déroule en France en 2003 ou 2004. Un jeune africain est admis dans un INSA, et il est le seul noir de son établissement. Naturellement à cause de ça, il ressent un certain malaise, qui a des répercussions sur son travail.
Un jour il passe devant une salle et qu'est-ce qu'il voit? Un autre noir en train de donner des cours. Un vacataire venu quelque temps en remplacement d'un autre enseignant. Alors notre étudiant se dit, si celui-là peut donner des cours ici, alors moi je peux avoir mon diplôme. Et à partir de ce jour, il a été beaucoup plus confiant dans sa capacité à réussir son diplôme. Les deux n'ont pourtant jamais été en contact direct.

Tu vois Kamiche, le jeune dont tu parles a été admis à l'INSA, une école d'ingénieur qui si je me souviens recrute sur dossier à partir du bac. ça veut dire qu'il fait partie des meilleurs lycéens du pays et qu'en intégrant cette école d'ingénieur il s'ouvre un avenir professionnel quasi assuré puisque la "grande école" reste en France la voie royale. La rencontre que tu évoques ne me parait pas si décisive dans le destin de ce garçon.
quand on me sort cette théorie des exemples, je pense automatiquement à tous ces jeunes qui du fait des multiples handicaps liés à leur condition sociale ont quasiment déjà hypothéqué leur avenir dès les petites classes. Malheureusement l'icône Obama ne pourra rien pour eux. ce qu'il leur faut c'est de la politique et non du symbolique.

OGOTEMMELI a écrit:
quant au topo sur l'émotion : je suis profondément convaincu qu'il n'y a pas d'humanité sans émotion, et que l'émotion est un phénomène humain au moins aussi digne d'intérêt que la raison, a fortiori que le rationalisme de circonstance. En tout cas, je suis persuadé que l'on peut accéder à une sorte de connaissance intime des choses humaines par le biais de l'émotion ; et que ce mode d'accès à l'humain possède sa propre "raison d'être" qui n'a rien à envier à aucune autre. En sorte que d'opposer sempiternellement "émotion" et "raison" est une attitude d'esprit en définitive castratrice, réductrice...

Je n'oppose pas raison et émotion, je touve qu'émotion et politique ne font pas toujours bon ménage. La politique c'est de la communication de masse qui peut parfois se ramener à de la manipulation de masse. Les techniques telles que le "storytelling" s'appuient sur les émotions des gens.
ça veut dire que dès qu'il s'agit de politique il faut prendre du recul avec se émotions pour raison garder.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 15:59    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Interrogé sur le symbole que représente sa réussite, le sénateur dit à la fois parler au nom de tous les Noirs de son pays, mais insiste autant sur son parcours individuel hors du commun. Sur sa mère blanche qui le réveillait à 4 heures du matin pour réviser ses leçons. Sur l’amour de ses grands-parents - blancs - à Hawaii. Sur sa détermination à réussir à la prestigieuse université de Harvard. La position d’Obama sur la discrimination positive a évolué. S’il a toujours soutenu ce programme, il veut aussi l’adapter et faire en sorte que les critères économiques remplacent les critères raciaux.


Si Obama était un criminel, les journalistes se fatigueraient à nous expliquer qu'il est aussi blanc ???? Rolling Eyes Certains critiquent sur ce forum le fait que les Noirs se réjouissent de la victoire d'Obama. Pourtant comme quelqu'un l'a posté plus haut, certains journaux ici à paris ont réussi à trouver qu'Obama avait dans sa lignée généalogique "1% de sang français".

Citation:
Régulièrement, il explique «ne pas pouvoir savoir si [il] a été admis à Harvard en raison de l’affirmative action, mais si cela a été le cas, je n’en ai pas honte et je dirais que l’affirmative action est justement importante, si celui qui en bénéficie tient ses promesses, une fois que la chance lui a été donnée».


Obama était un excellent étudiant -je me rappelle avoir vu une émission où un de ses anciens profs disait que sur des milliers d'étudiants, il n'en avait pas vu beaucoup d'aussi bon après., ni avant. Cela dit, je pense qu'il a bénéficié de l'affirmative action car les universités américaines voulaient recruter des étudiants issus des minorités, et avaient une politique volontariste.


Citation:
Il sera un président noir, mais pas un président des Noirs.


Est ce que ce n'est pas une évidence ???
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Adina
Grioonaute régulier


Inscrit le: 22 Nov 2004
Messages: 341

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 17:29    Sujet du message: Répondre en citant

Euhhh, je rappelle que Barack Obama SENIOR a étudié à Harvard, ce qui ouvre automatiquement les portes de cette université à son fils, pour peu quil ait de bons résultats...so votre truc de affirmative action, pas dans son cas. Maintenant s'il veut faire comme si son père n'était pas à Harvard, il a sûrement ses raisons Arrow
_________________
Mu mpenda mu dangwanè kanga...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Ven 07 Nov 2008 20:48    Sujet du message: Répondre en citant

Kainfri a écrit:

Bon, je file enfiler mon gilet pare-balles parce que j'ai osé égratigner l'icone et je sais que je vais me faire , mais comme de coutume j'aimerais qu'on me réponde sur le fond par exemple comment la politique étrangère d'Obama ramènera la paix au Proche-Orient à l'aune de ce que je viens de dire... et aussi de nous indiquer comment les "boys" vont pouvoir quitter l'Irak en 16 mois sans qu'Al Qaïda ne prenne le pouvoir (SVP ne nous expliquez pas que l'armée irakienne va s'auto-former en 16 mois ou que les européens prendront gentiment le relais).


Te repondre sur le fonds ? tu veux dire te suivre dans ta speculation ?
Ca m'etonne quand meme. Toi qui a lance Grioo, un site vu par certains comme un symbole de l'irruption des afro-descendants francais dans le monde tres promotteur et lucratif des medias communautaires, et qui par ce simple fait a subit les envolees speculatives de certains des brothers et sisters: Ah on verra dans 3 ans s'il est encore la! Evil or Very Mad ah c'est un vendu aux RG, Evil or Very Mad ah un noir ne peut pas faire ca sans l'aide de l'argent des biblos Evil or Very Mad , et tuti quanti....
Et te voila qui verse dans le meme genre de speculation. Pourtant tu reconnais que Obama president c'est avant tout un symoble et pour l'instant oui ce n'est qu'un symbole! Et alors pourquoi cracher dans la soupe apres ?
je n'ai meme pas lu tout le texte de Confiant. J'ai compris depuis que c'est une etre tourmente. Et mes annees de militantisme m'ont appris que quand vous avez a faire a des gars comme ca, ne prenez de lui que ce qui sert la communaute. Oui, car ils sont capable de fournir des armes bien aiguisees pour notre combat. Et Confiant l'a fait a maintes reprises. Pour le reste, il ne faut meme pas l'evoquer et surtout pas commenter. Confiant c'est une sorte de "maverick" a ranger dans le rang de Seth, la divinite du desordre dans les cosmogonies de l'egypte ancienne, et dont Ra a souvent besoin pour retablir l'ordre. En dehors de ca, on le laisse tranquille. Je classerais volontiers Ribbe dans le meme sac.
Voila qui est clos pour Confiant Arrow

Kainfri a oublie Avril 1981 quand le peuple de gauche a descendu les champs les larmes aux yeux. Car la gauche au pouvoir, apres plus de 23 ans d'errance, etait un symbole tres fort d'espoir ! Certains ont-il considere Mitterand comme le "messie" du moment ? certainement!

la chute du mur de berlin, Nous avons tous vus des millions d'europeens les larmes aux yeux, s'embrasser, danser et chanter a tue-tete. Certains ont-ils vu Gorbatchev comme le messie ? certainement !

Alors pourquoi dans le cas d'Obama il faut "blamer" ceux qui voient en lui un messie ? ca tu n'y peux rien ! c'est humain !

Ce qui est important ici c'est de comprendre que c'est un symbole qui nous interpelle tous. Et surtout les elites de la diaspora doivent maintenant introduire la signification de ce symbole-la dans leur agenda de reconstruction du continent et se retrousser les manches pour couper les derniers boulets qui maintiennent notre alma-mater a la traine du reste de la planete.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Sam 08 Nov 2008 00:53    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
- quant au topo sur l'émotion : je suis profondément convaincu qu'il n'y a pas d'humanité sans émotion, et que l'émotion est un phénomène humain au moins aussi digne d'intérêt que la raison, a fortiori que le rationalisme de circonstance. En tout cas, je suis persuadé que l'on peut accéder à une sorte de connaissance intime des choses humaines par le biais de l'émotion ; et que ce mode d'accès à l'humain possède sa propre "raison d'être" qui n'a rien à envier à aucune autre. En sorte que d'opposer sempiternellement "émotion" et "raison" est une attitude d'esprit en définitive castratrice, réductrice...

Tout à fait d'accord!!! Il y a un Juif qui me disait mercredi que la victoire de Barack était celle de l'Etre humain. De quoi faire réfléchir...
OGOTEMMELI a écrit:
QUAND C'EST SEQUENCE EMOTION COLLECTIVE " MONDIALISEE", JE TROUVE STUPIDE DE SE LA JOUER RAISONNEUR DE SERVICE, surtout si c'est pour dire des conneries comme celles de Confiant ici visées. Les larmes de Jessie Jackson m'ont paru beaucoup plus éloquentes que quelque dbavardage ampoulé de tel commentateur...

Kudos, OGO!!! On ne peut pas dire mieux. Mais bon, tu sais, ces Afrofrancophones qui savent toujours "s'élever au-dessus des foules"...
Panafricain a écrit:
Si Obama était un criminel, les journalistes se fatigueraient à nous expliquer qu'il est aussi blanc ???? Rolling Eyes Certains critiquent sur ce forum le fait que les Noirs se réjouissent de la victoire d'Obama. Pourtant comme quelqu'un l'a posté plus haut, certains journaux ici à paris ont réussi à trouver qu'Obama avait dans sa lignée généalogique "1% de sang français".

Franchement à lire Confiant and co. ici, on est tenté de croire que la victime finit toujours par aimer son bourreau.
En plus qu'auriaient dit ces gens si Obama avait perdu???
Au fait même, who cares???!!!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ARDIN
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1863
Localisation: UK

MessagePosté le: Sam 08 Nov 2008 15:23    Sujet du message: A QUOI JOUE KAINFRI? Répondre en citant

Kainfri a écrit:
J'ai reçu 200 SMS (et n'en ai envoyé aucun) de gens beuglant des "Yes we can", et un peu comme Confiant je me suis demandé qui était dans le "we".

A titre perso je suis content qu'Obama ait gagné, je l'apprécie parce qu'il est noir tout comme j'avais de la sympathie pour Rice/Powell même s'ils sont républicains.

Ceci étant dit, je note deux extrêmes dans l'affaire, Confiant (qui ne dit pas que des conneries) et les nombreuses personnes voyant Obama comme le messie et qui seront atrocement déçues dans 4 ans.

Comme le dit Confiant, la capacité d'un président à changer le système est limité et de surcroît la crise économique et le plan à 700 milliards de dollars devrait singulièrement limiter la marge de manoeuvre de "Our Barack".

En politique étrangère, il a déjà dit que pour lui "Jerusalem demeurerait indivisible" ce qui veut dire en bon français que les palestiniens n'auront pas ce qu'ils demandent (un partage de la capitale), ce qui veut dire qu'ils pourront courir pendant 4 ans pour avoir le soutien politique d'Oncle Sam dans leurs revendications... et donc que dans 4 ans le problème proche-oriental ne sera pas réglé.

Bon, je file enfiler mon gilet pare-balles parce que j'ai osé égratigner l'icone et je sais que je vais me faire , mais comme de coutume j'aimerais qu'on me réponde sur le fond par exemple comment la politique étrangère d'Obama ramènera la paix au Proche-Orient à l'aune de ce que je viens de dire... et aussi de nous indiquer comment les "boys" vont pouvoir quitter l'Irak en 16 mois sans qu'Al Qaïda ne prenne le pouvoir (SVP ne nous expliquez pas que l'armée irakienne va s'auto-former en 16 mois ou que les européens prendront gentiment le relais).

Citation:
Désolé si j'ai écorné le messie de certains...

Ma question est: A quoi joue Kainfri?
Grioo est pourtant l'exemple même de l'enthousiasme suscité par l'élection d'Obama parmi "les Noirs" de France, et pour preuve, à l'heure actuelle 19 ARTICLES parmi 30 sont consacrés à OBAMA sur la page d'acceuil, en plus de la photo de la famille tout en haut de la page.
Tu incarnes pourtant cette "spécificité des Noirs de France" dont tu prétends te démarquer.

Je n'ai pas remarqué le même engouement en Grande-Bretagne de la part de "la communauté noire"; en exemple, regardez la page d'accueil d'un des sites phares de la communauté de ce côté: http://www.blackinbritain.co.uk/ 2 articles seulement, on a l'impression qu'il ne s'est rien passé...

L'article de Confiant, quelque soit sa nature, porte une part de vérité qui vient d'être occultée ici...
_________________
l'Hommage a Cheikh Anta Diop sur PER-ANKH
l'Hommage a Mongo Beti sur PER-ANKH
l'Hommage a Aime Cesaire sur PER-ANKH

LPC-U : CONSTRUIRE LE CONGO POUR L'UNITÉ DE L'AFRIQUE
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Sam 08 Nov 2008 15:28    Sujet du message: The real boss... Répondre en citant

Au dela de la satisfaction des égos de certains ou des railleries des autres ... who is the real boss?
Je ne suis pas un conspirationiste fanatique, mais il y a de droles d'accointances !

http://www.dailymotion.com/video/x5okot_obama-et-les-faiseurs-de-rois_news

Nous avons peut ètre assisté juste au changement de couleur du préposé aux oeuvres de ceux qui commandent vraiment sur cette planète! Confused


hormeb a dit:
Citation:
Ce qui est important ici c'est de comprendre que c'est un symbole qui nous interpelle tous. Et surtout les elites de la diaspora doivent maintenant introduire la signification de ce symbole-la dans leur agenda de reconstruction du continent et se retrousser les manches pour couper les derniers boulets qui maintiennent notre alma-mater a la traine du reste de la planete.



Les "boulets" sont encores très gros mon cher . Il faut ètre au Cameroun en ce moment pour assister dans les médias et ailleur, aux flagornneries des griots en tout genre qui célèbrent les 26 ans de règne de P Biya(les mème qui gonflent le torse pour l'election de B Obama Rolling Eyes )
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Sam 08 Nov 2008 22:10    Sujet du message: Re: The real boss... Répondre en citant

bamiléké a écrit:
Citation:
Au dela de la satisfaction des égos de certains ou des railleries des autres ... who is the real boss?
Je ne suis pas un conspirationiste fanatique, mais il y a de droles d'accointances !

http://www.dailymotion.com/video/x5okot_obama-et-les-faiseurs-de-rois_news

Nous avons peut ètre assisté juste au changement de couleur du préposé aux oeuvres de ceux qui commandent vraiment sur cette planète! Confused


Pourquoi manque t-on à ce point d'esprit critique ? Chacun peut poster n'importe quoi comme vidéo débile et il y aura toujours des Noirs pour le croire. Obama et Cheney sont "cousins" ils ont un ancêtre commun à la 8è génération du côté de la mere d'Obama. Pour moi ça n'en fait pas de "cousins". En gros un ancêtre sur 356 si je ne me trompe pas...

Quand au skull and bones il faut arrêter avec les théories conspirationnistes. C'est une organisation dont le principal fait d'armes est de regrouper des anciens de l'université de Yale et maintenir le mystere autour de ses activités. C'est ce qui fait sa force.

Quand aux photos de Clinton avec Bush, elles st totalement risibles. C'est normal que des anciens chefs d'Etat soient photographiés ensemble. Ce n'est pas parcequ'on rigole sur une photo qu'on s'aime forcement. Demandez à Bedié, ouattara et Gbagbo...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Sam 08 Nov 2008 22:16    Sujet du message: Re: A QUOI JOUE KAINFRI? Répondre en citant

ARDIN a écrit:

Grioo est pourtant l'exemple même de l'enthousiasme suscité par l'élection d'Obama parmi "les Noirs" de France, et pour preuve, à l'heure actuelle 19 ARTICLES parmi 30 sont consacrés à OBAMA sur la page d'acceuil, en plus de la photo de la famille tout en haut de la page.
Tu incarnes pourtant cette "spécificité des Noirs de France" dont tu prétends te démarquer.

Je n'ai pas remarqué le même engouement en Grande-Bretagne de la part de "la communauté noire"; en exemple, regardez la page d'accueil d'un des sites phares de la communauté de ce côté: http://www.blackinbritain.co.uk/ 2 articles seulement, on a l'impression qu'il ne s'est rien passé...

L'article de Confiant, quelque soit sa nature, porte une part de vérité qui vient d'être occultée ici...


On débat de l'article en question ici, je ne vois donc pas en quoi il est occulté...Quant au site dont tu parles, si on ne voit obama que deux fois, c'est parcequ'il n'est pas actualisé et que les articles en page d'accueil datent de plusieurs mois...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Actualités Diaspora Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Page 1 sur 6

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group