Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Film : Case départ !!

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Multimédia
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Suwedi
Grioonaute 1


Inscrit le: 03 Mai 2006
Messages: 212

MessagePosté le: Sam 07 Mai 2011 09:00    Sujet du message: Film : Case départ !! Répondre en citant

Bande-Annonce : Case départ


Case départ

Je sais pas pour vous mais moi il me tenterait bien ! enfin quelque chose qui ose en ce début de décennie de ce nouveau siècle de 2011 !! Shocked
_________________


Dernière édition par Suwedi le Ven 08 Juil 2011 11:45; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bahamadia
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 231

MessagePosté le: Sam 07 Mai 2011 21:54    Sujet du message: Re: Film : Case départ !! Répondre en citant

Suwedi a écrit:
Je sais pas pour vous mais moi il me tenterait bien ! enfin quelque chose qui ose en ce début de décennie de ce nouveau siècle de 2011 !! Shocked


C'est ironique ? Confused

Là je crois que ça va être la fin de leur carrière. Il ne faut pas rire de tout et surtout pas de l'esclavage. Je savais pas où poster cette vidéo quand je l'ai visionné hier soir. Atterrée je suis.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Suwedi
Grioonaute 1


Inscrit le: 03 Mai 2006
Messages: 212

MessagePosté le: Lun 09 Mai 2011 10:03    Sujet du message: Répondre en citant

Shocked

Question à 10 points, cites moi un seul film fait en France sur la question de "l'Esclavage" avec pour protagonistes principaux des noirs ? Il n'y en a aucun et on est en 2011 !! ainsi autant féliciter l’initiative quel qu'elle soit, puisque jusqu’à maintenant il faut bien combler ce retard ! Shocked
_________________


Dernière édition par Suwedi le Mar 17 Mai 2011 07:46; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bahamadia
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 231

MessagePosté le: Lun 09 Mai 2011 20:31    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vrai que l'esclavage était une partie de plaisir à en croire l'extrait Rolling Eyes. Il y a de quoi en rire Confused.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Lun 16 Mai 2011 10:59    Sujet du message: Répondre en citant


_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Suwedi
Grioonaute 1


Inscrit le: 03 Mai 2006
Messages: 212

MessagePosté le: Ven 08 Juil 2011 11:44    Sujet du message: Répondre en citant




C’est un film comique sur l'esclavage qui ne sert strictement à rien, un film sur l'esclavage soi-disant « sans complaisance » qui réussit à s'attirer l’appréciation avec toute « la fameuse objectivité relative » d’un Eric Zemmour est synonyme de « mierda ». A éviter d’Urgence et ça va se payer, la rétribution ne fait que commencer !!
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Ven 08 Juil 2011 14:43    Sujet du message: Répondre en citant

Suwedi a écrit:



C’est un film comique sur l'esclavage qui ne sert strictement à rien, un film sur l'esclavage soi-disant « sans complaisance » qui réussit à s'attirer l’appréciation avec toute « la fameuse objectivité relative » d’un Eric Zemmour est synonyme de « mierda ». A éviter d’Urgence et ça va se payer, la rétribution ne fait que commencer !!


Pour la rétribution j'en doute... La presse est quasi-unanime : "c'est très drôle et en même temps waouh ça nous rappelle que les esclaves ont souffert"... Quant au public n'en parlons même pas Rolling Eyes .
_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1122

MessagePosté le: Ven 08 Juil 2011 15:07    Sujet du message: Répondre en citant

Est ce qu'il y a quelqu'un ici qui a déjà vu ce film ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Olmeque
Bon posteur


Inscrit le: 06 Fév 2005
Messages: 668

MessagePosté le: Ven 08 Juil 2011 17:46    Sujet du message: Répondre en citant

Salut,

J'ai rit en voyant certaines parties de la bande annonce, ils m'ont eu les sa... Mais j'en suis vraiment pas fière. Je n'ai pas vu le film et je ne paierai pas pour aller le voir. Est ce qu'on doit rire de tout? Comme il a été dit, à mon avis aussi " Non" . C'est un crime contre l'humanité, ça n'a rien de drôle. Je n'ai pas vu le film donc je ne peut pas en dire plus. Par contre, de ce qu'on dit sur les subventions pour faire des fêtes... Franchement, c'est vraiment pas brillant de notre part, on ne peut pas passer non plus son temps à danser, à chanter et tirer du jovial finalement de tout. C'est rendre tout léger, pire c'est un film en priorité pour la France....donc distraire ceux qui insiste à dire que ce n'est pas bien grave cette histoire d'esclavage... Ça j'en ai eu l'expérience plusieurs fois avec des formateurs et cadres Européens. Et je ne peux en aucun cas leur en vouloir Exclamation Ces gens, décideurs de la population, sont, je pense conscient en partie du mal qu'ils ont faits, et ils essaient de le cacher "vite fait" sous le tapis comme de la poussière. C'est au noir de ne pas le suivre, et de chercher à voir son histoire à travers son regard et de ne pas attendre l'approbation de l'autre. J'avais un ami camerounais qui a étudié en Allemagne. Ma 1ère question a été de lui demander qu'est ce que les Allemands pensent de ce qu'il s'est passé en 39-45. Il m'a répondu, " Pour eux ils ont perdu la guerre, c'est tout...Hitler a appliqué ses politiques et les amener dans le mur..." Comme vous le savez, 1 seul homme n'a pas pu créer cette situation... Pareil aux É-U et aux Canada, on ne s'éternise pas sur les Amérindiens, "c'était il y a longtemps...les mentalités étaient différentes... on était en guerre...". Bref, on ne s'éternise pas sur les faux traités de paix, les couvertures contaminées données amicalement... Donc n'attendez pas n'ont plus que la France vienne pleurer à vos pieds, et s'en repentir. Qu'elle reconnaisse ou non quoi que ce soit elle passera toujours très très vite sur ses pan de SON histoire. Les 2 acteurs qui sous entendent vouloir parler de ÇA sous la comédie pour essayer de le faire accepter plus facilement, c'est énervant, c'est pourquoi je m'en veux d'avoir rit. Parce que dans un crime, la victime n'a pas a essayé d'adoucir les faits pour que l'accusé les acceptes!!! Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad . Je n'ai pas vu le film, je ne vais pas me permettre de le critiquer, mais "le pourquoi" du film, à mon avis, dégrade le noir.
_________________
images2.jpg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
timeout
Grioonaute


Inscrit le: 30 Sep 2008
Messages: 45

MessagePosté le: Lun 11 Juil 2011 17:18    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pas vu la bande annonce. Faire un film humoristique sur l'esclavage n'est pas un problème qu'elle gouvernement va s'en plaindre ? Le plus gênant c'est d'associer le titre "Case départ" et le thème du film "l'esclavage".

Est-ce que ce film veut montrer que l'histoire des africains a commencé à partir de l'esclavage ? Ou est-ce un mauvais jeu de mot ?

A+
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Suwedi
Grioonaute 1


Inscrit le: 03 Mai 2006
Messages: 212

MessagePosté le: Mar 12 Juil 2011 09:20    Sujet du message: Répondre en citant

De l’esclavage aux ASSEDIC, l’histoire façon Case départ


par Rafik Chekkat, membre du PIR



Pourquoi aller voir un tel film ? Déjà, parce qu’il est réalisé par un Noir, que les deux comédiens principaux sont Noirs et, surtout, pour écrire cet article. Car après avoir vu la bande-annonce, difficile de trouver des raisons de s’infliger ça.



Je me dis d’ailleurs que c’est bien parce que je suis Arabe que je peux me permettre d’y aller. Car comment expliquer que j’aille voir dès sa sortie un tel navet alors que me suis bien gardé de voir la plupart des films de la bougnoulerie intégrationniste comme Indigènes, L’italien, Il reste du jambon ou encore Aïcha (il faut dire que je suis allé voir Le nom des gens, qui surpasse de très loin les films qui viennent d’être cités). Mon pote Antillais qui m’accompagnait et à qui j’avais caché jusqu’au dernier moment le nom du film, n’a tenu que 15 minutes. Et encore, c’était pour me faire plaisir vu que c’est moi qui avais payé la place...
Comme je sais qu’en matière de clichés, j’aurais de quoi faire, je m’installe et en bon élève, je sors papier-stylo pour prendre consciencieusement mes notes, ce qui ne manque pas d’attirer l’attention de mon voisin de droite, qui m’avoue être journaliste à Respect Mag, mais de ça, il en sera question ultérieurement. « Si vous avez un problème avec la qualité, essayez la quantité » disait Staline. Le réalisateur de Case départ, Fabrice Eboué, l’a bien compris.

Le scénario

Même si la bande-annonce dit presque tout, le diable réside néanmoins dans tous les petits détails qui parsèment le film. L’histoire est très simple, c’est celle de deux frères, Joël (Thomas Ngijol) et Régis (Fabrice Eboué). Le premier est une caricature grossière de gars de cité : il sort de trois mois de prison pour avoir arraché un sac à une vieille. En plus d’être un lâche et un mauvais père, il est prétentieux, sexiste, homophobe et fainéant. Sa devise pourrait être Nique sa mère la réinsertion et il parle à tort et à travers du racisme car pour lui, tout est « de la faute des Blancs ». C’est ce qu’il répètera bêtement tout au long du film, un peu comme Bahia Benmahmoud (Sarah Forestier) répétait tout aussi bêtement dans Le nom des gens que « la gauche, c’est bien », c’est-à-dire jamais donner un début d’explication ni formuler un discours un peu construit sur la question. Pour couronner le tout, notre Joël s’est converti à l’islam en prison, un islam qui se résume d’ailleurs à « allahou akbar », dit ici ou là. Bref, même sa spiritualité fait de la peine. Son demi-frère, Régis, c’est le parfait intégré. En plus d’avoir fait les Scouts de France et monté sa boite de compta, il est conseiller municipal auprès d’un maire qui rentre constamment dans son bureau pour lui lâcher deux trois vannes racistes et lui pincer la joue, exactement comme on pinçait la joue à Amine, l’ « Auvergnat » à l’université d’été de l’UMP. Quand une femme camerounaise venue parler de son dossier logement demande à Régis un peu d’aide, au nom d’une « solidarité africaine », il lui rappelle sèchement qu’il n’est pas Africain mais originaire de Normandie. Evidemment, Régis est marié à une Blanche, qui campe le rôle de la Blanche antiraciste, qui tempère constamment les envolées xénophobes de son mari.
Les deux frères, qui s’étaient perdus de vu, vont se retrouver aux Antilles où ils sont appelés pour venir au chevet de leur père mourant. Celui-ci, en plus d’avoir totalement négligé l’éducation de ses fils, a été toute sa vie un séducteur invétéré, ce qu’atteste la présence à son chevet de ses très nombreuses filles. Son nom de famille le prédestinait tout naturellement à cela : Monsieur Grosdésir. Le film fait donc dans la finesse (je crois d’ailleurs que c’est à ce moment-là que mon pote s’est barré). En guise d’héritage, cette caricature raciste de père antillais lègue à ses fils un « trésor » : l’acte officiel qui a affranchi leurs ancêtres et qui se transmet, dans la famille, de génération en génération. Les fils vont se montrer plutôt ingrats et pas très réceptifs à la portée symbolique de ce document. Ils auraient nettement préféré de l’argent ou un titre de propriété. Mais une vieille tante, qui goûte fort peu cette ingratitude, va leur jeter un sort (normal pour une Antillaise) et les projeter en 1780. Et c’est là que les problèmes commencent pour nos deux frères.

Les Antilles, c’était pas mieux avant

On le comprend assez vite, tout le ressort comique du film repose sur le décalage entre les personnages et l’époque où ils évoluent, exactement comme dans Les Visiteurs. Les deux frères se font immédiatement capturer par des marchands d’esclaves, bien qu’ils ne comprennent pas tout de suite de quoi il retourne. Joël filme donc leur acheminement avec son portable et est persuadé qu’il s’agit de « flics en civils déguisés en clochards », tandis que Régis menace ses ravisseurs de « faire un rapport auprès d’Amnesty International ». Les deux frères sont vendus et rebaptisés Gédéon (Joël) et Gaspar (Régis). Ce dernier, métis, est tout de suite rangé parmi les Mulâtres, ce qui lui vaut d’être un esclave d’intérieur. Gédéon sera quant à lui envoyé couper de la canne avec les autres esclaves. Il faut ici souligner que l’on verra très rarement les esclaves travailler et qu’il y a une invisibilisation quasi-totale de l’exploitation proprement dite. Les esclaves sont montrés la plupart du temps dans leurs cases ou durant leurs « pauses ». Ils ne sont ainsi jamais malades ou épuisés et tout se passe presque comme si nous étions dans une usine dans laquelle les tâches sont bien réparties et la hiérarchie scrupuleusement respectée. L’esclavage en devient presque sympathique : on voit ainsi les esclaves faire la fête (entre eux, bien sur), danser et boire du rhum, pendant que les Blancs font eux aussi la fête au château. Bref, pour le film, l’esclavage est surtout synonyme de séparation, pas d’asservissement.

Les Blancs de l’époque sont horribles (sauf leurs enfants, bien sur)

Si les Noirs du film sont des caricatures, il en va tout autant des Blancs. Le propriétaire du domaine, M. Jourdain, ainsi que tous ceux qui l’entourent sont laids, gras, antipathiques et atrocement racistes. Ils débitent à longueur de journée des clichés sur les Noirs. Bref, ces Blancs sont irrécupérables et tout est fait pour nous montrer le contraste qui existe entre l’époque de l’esclavage et la notre, dans laquelle Blancs et Noirs vivent en harmonie et peuvent même se marier (c’est le cas de Régis). Malgré tout, ces Blancs ne sont jamais dépeints comme spécialement cruels ou méchants. Ils se limitent à occuper leurs rôles de Blancs et on ne les voit jamais maltraiter ou abuser d’un esclave. A chaque fois qu’un esclave sera fouetté, ce sera uniquement parce qu’il aura tenté de s’enfuir.

Mais si les personnages Blancs semblent irrécupérables, ils le sont néanmoins à titre individuel, car le fils de M. Jourdain - Victor - est là pour nous rappeler que les Blancs peuvent être bons et vont d’ailleurs le devenir (comment ? C’est un mystère). L’humanité des Blancs et leur rédemption future est donc incarnée par cet enfant, qui se propose, par exemple, d’aller donner les restes de son repas aux esclaves ou qui ne dit rien lorsqu’il voit Gédéon et Gaspar s’enfuir. Bref, l’enfant est bon et Gaspar lui dira même : « T’es l’avenir ! »

L’avenir du Noir n’est donc pas le Noir lui-même, mais le Blanc. Fanon aurait apprécié !
A côté de ces racistes indécrottables et de cet enfant tolérant, se trouve une troisième figure du Blanc, celle du contremaitre, incarnée dans le film par M. Henri. Lui, ce pourrait être l’équivalent aujourd’hui du maton ou du flic, c’est-à-dire celui qui est constamment au contact des Noirs et les gère au quotidien (les autres Blancs ne manquent jamais l’occasion de lui rappeler à quel point « il sent le Nègre »). Comme Pascal Sevran, M. Henri est obsédé par « la bite des Noirs », dont il parle constamment, rappelant même que « ce qui compte, ce n’est pas nécessairement la taille ». Un cliché grossier de plus dans un film, qui décidément les enfile comme des perles.

La mémoire, à consommer avec modération !

Fabrice Eboué a d’ailleurs du sentir venir le vent de la critique « bienpensante », qui n’aurait pas manqué de traiter le film et son réalisateur de « communautariste ». Pour bien montrer qu’il n’y en a pas que pour les Noirs et leurs « souffrances », on voit donc arriver à l’écran Isaac, marchand juif au nez très crochu, qui arrive à extorquer 50 Ecus à M. Jourdain, ce qui lui vaudra d’être traité par ce dernier (en aparté) de « sale Juif ». C’est d’ailleurs dans la charrette d’Isaac que Gaspar et Gédéon vont s’enfuir. Il leur offrira même le couvert, une fois arrivés chez lui. Isaac, aujourd’hui, c’est celui qui vient en aide aux sans-papiers. Quand Gaspar lui demande pourquoi il fait tout cela, Isaac lui répond tout simplement « Parce que je suis Juif ! ». Pour Isaac, Il est donc important de « se serrer les coudes » car il existe à travers l’histoire une correspondance évidente entre les souffrances endurées par les Juifs et celles endurées par les Noirs. S’amorce alors un pseudo débat sur la question de savoir qui des Juifs ou des Noirs a le plus souffert. Il s’agit encore ici d’une mise en scène classique (et très grossière) de la « concurrence mémorielle » où chaque représentant d’un groupe qui en a bavé essaie de montrer à quel point les souffrances subies par ce groupe sont sans commune mesure avec celles subies par les autres groupes. Bref, sur cette question, comme sur les autres, on est tombé si bas, que pour en parler faudrait qu’j’me fasse mal au dos. « Putain quel film de bâtard ! »

Les Nègres Marrons : des sauvages extrémistes


La première fois que nos deux aventuriers tentent de s’enfuir de nuit de la propriété de M. Jourdain, ils rencontrent un mystérieux personnage dans la forêt, le visage peint en blanc et l’expression menaçante. Les deux compères font rapidement demi-tour et retournent sagement à leur case. Mieux vaut couper de la canne que de voir la gueule enfarinée de ce type. On ne le sait pas encore à ce moment du film, mais le personnage ténébreux rencontré n’est autre que le chef des Marrons qui vivent non loin de la propriété. C’est donc un comble que ce soit un Nègre Marron qui dissuade, dans un premier temps, les deux frères de s’enfuir. Mais le paradoxe n’est qu’apparent et le film insiste sur ce point : toute tentative de trouver une solution collective est illusoire, seule la débrouille individuelle compte. Les Nègres Marrons apparaissent collectivement une seule fois dans le film. On les voit tous réunis devant leur chef charismatique, qui harangue ses troupes comme un syndicaliste de la CGT : « Est-ce que vous êtes prêts à libérer tous vos frères ? Est-ce que vous êtes prêts à massacrer tous les Blancs ? » Encore une fois, on ne fait pas dans la finesse : libération des Noirs et massacre des Blancs vont de pair. Le film réussit donc à faire à la fois l’éloge de l’individualisme -l’affranchissement des esclaves ne peut venir que des efforts personnels et individuels de quelques uns - ainsi que la critique du communautarisme - l’organisation autonome des esclaves est quoiqu’il arrive outrancière. L’unanimisme et l’extrémisme sont au cœur de la logique des Nègres Marrons et ils n’hésiteront pas à s’attaquer à leurs propres frères Gaspar et Gédéon, lorsque ces derniers exprimeront quelque réticence au fait de « massacrer les Blancs ». Pour aujourd’hui, le message du film est on ne peut plus clair : l’organisation autonome des Noirs, Arabes, Musulmans et Asiatiques est, au mieux, du communautarisme, au pire, de l’extrémisme. S’engager politiquement, c’est inutile. S’engager dans une organisation non-Blanche, c’est dangereux. Résultat : chacun pour sa gueule.

Liberté, Egalité, ASSEDIC


Il est bel et bien fini le temps lointain de l’esclavage et celui, plus proche, des colonies. C’est en substance le message qu’entend faire passer le film. L’esclavage, ce sont les Ténèbres, un temps préhistorique avant l’avènement des Lumières. Les deux compères le disent d’ailleurs explicitement dans un dialogue qui pourrait résumer à lui seul le film. Ainsi, à chaque évocation d’un aspect de l’histoire « glorieuse » de la France par Gaspar l’intégré, Gédéon la racaille répond par un épisode plus sombre de l’histoire hexagonale. La France est ainsi le berceau de la « Révolution », des « droits de l’homme » et du « suffrage universel » ce à quoi il est répondu qu’elle est aussi celui de la « guerre d’Algérie » et de la « colonisation ». Mais quand Gaspar dira que la France, c’est aussi les ASSEDIC, Gédéon ne pourra que s’avouer vaincu et s’incliner. A l’époque de l’esclavage, il y avait du racisme, certes, mais tout cela est fini puisqu’aujourd’hui les Noirs et les Arabes ne sont plus exploités et sont même payés à ne rien foutre grâce aux ASSEDIC et au RSA. Elle est belle la quenelle !

Eloge de l’intégration... et du racisme


On ne le répètera jamais assez : s’intégrer à une société raciste, signifie intégrer les valeurs dominantes de cette société et donc intégrer le racisme lui-même. On le voit d’ailleurs parfaitement dans le parcours de Régis (Gaspar) ainsi que dans l’éloge de l’intégration qu’il fait tout au long du film. C’est d’ailleurs ce que laisse échapper le film à son corps défendant : le plus intégré des deux, celui qui a constamment à la bouche la devise de la République, et bien ce type-là est raciste. On le voit s’en prendre au début du film à un « Roumain » qui nettoie les pare-brises, faire des remarques racistes à une Camerounaise ou encore se moquer de la « consanguinité des ch’tis ». Il incarne donc parfaitement la figure du Noir civilisé : alors que Joël (Gédéon) est homophobe, lui, ne l’est pas. Il a réussi socialement, a un bon niveau d’instruction, joue un peu du piano et adore le fromage. Au moment d’être vendu au marché aux esclaves, il s’écriera « Je suis un citoyen français, vivant dans une République française. J’ai épousé une Blanche ! » A la fin du film, il avouera tout de même avoir subi quelques moqueries à l’école primaire mais s’être néanmoins accroché pour s’intégrer. Emouvant.
C’est d’ailleurs au cours de cette même scène pathétique et lacrymale que Joël, qui campait jusque là la figure du gars de cité homophobe, sexiste et fraichement converti à l’islam, avoue à son frère qu’il aurait lui aussi aimé apprendre à jouer du piano, aller aux Scouts de France ou encore avoir un « job respectable ». Il ira même jusqu’à avouer avoir partagé quelques petits moments d’intimité avec son codétenu quand il était au placard ! C’est donc par défaut qu’il joue les têtes brulées car il aspire lui aussi à rentrer dans le rang. Niveau pédagogie, nous voilà bien servis. Le pire, c’est qu’une fois revenu à l’époque contemporaine, Joël s’empressera d’aller se faire exploiter en taffant dans le bâtiment (on peut imaginer que c’est chez Bouygues. On le voit signer son CDD (un CDI, c’était pas crédible) assorti d’une période d’essai de deux mois. Joël, Comme le dirait notre futur ministre de la culture, Abdel Malik, fera comme « le père de Majid, qui a travaillé toutes ces années avec ses mains dehors, qu’il neige, qu’il vente ou qu’il fasse soleil sans jamais se plaindre ». Ca, c’est du (très) lourd !

Du Jamel Comedy Club à Case départ : faire intégrer le racisme aux indigènes

Ce film arrive donc, on l’a dit, après de nombreux autres qui prennent pour thème central la « question identitaire », le racisme et l’intégration. il arrive surtout après le Jamel Comedy Club - dont nos deux comédiens sont d’ailleurs issus - et qui a bien travaillé le terrain pour faire intégrer le racisme aux indigènes, c’est-à-dire aux Noirs, Arabes et Asiatiques. Dans le Jamel Comedy Club, tous les comiques campent des caricatures de Noirs, d’Arabes et d’Asiatiques, qui passent leur temps à faire rire un public plus ou moins blanc sur les comportements de ces mêmes Noirs, Arabes ou Asiatiques. Le Jamel Comedy Club, c’est l’adaptation française du « minstrel show », ces spectacles racistes américains où les Noirs venaient se « moquer » d’eux-mêmes pour divertir un public blanc. Sauf qu’aujourd’hui, le public est malheureusement composé, en partie, de descendants d’immigrés coloniaux, qui viennent rire de la caricature d’eux-mêmes qu’on leur offre sur scène. La salle où était projeté Case départ était d’ailleurs remplie majoritairement de Noirs, assez jeunes pour la plupart, et l’accueil fait au film fut très bon. Des applaudissements sont même venus accompagner la fin de la projection.
C’est donc navré que je suis sorti de la salle, en voyant ces visages souriants de Noirs et d’Arabes venus célébrer leur propre humiliation. Je n’étais malheureusement pas encore au bout de mes peines, puisque le journaliste de Respect Mag assis à côté de moi m’a demandé les raisons pour lesquelles mon pote s’était barré et ce que j’avais pensé du film. Je lui ai donc dit tout le bien que je pensais de ce navet raciste, ce qu’il a résumé de façon grotesque par « Je voulais voir l’antiracisme français comme on le voit. Il y avait un film qui ressemblait à celui-ci qui s’appelait Le nom des gens, sorti il y a 6 mois. Et c’est quasiment la même mécanique. C’est un film qui parle de nous, qui parle d’esclavage, des Noirs, des Arabes, etc. Je me sens concerné parce que je suis Arabe et que j’ai envie de voir le discours qui est derrière. » (http://www.respectmag.com/2011/07/07/micro-trottoir-quavez-vous-pense-de-case-depart-5325 ). Sans commentaire.
Il y aurait encore beaucoup à dire sur Case départ. Disons simplement que c’est un film raciste, très mal filmé et interprété. N’allez pas le voir car il ne mérite tout simplement pas qu’on lâche 10 balles pour lui.
Rafik Chekkat, membre du PIR


Source
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SYLIANA
Grioonaute


Inscrit le: 09 Juin 2011
Messages: 13

MessagePosté le: Mar 12 Juil 2011 14:29    Sujet du message: Répondre en citant

C'est bien malheureux...

Que cherchaient -ils en faisant ce film? Un moyen d'amuser leurs petitesamies aux visages pâles? je me demande...
_________________
Because all black women are African Queens
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
manocry
Grioonaute 1


Inscrit le: 15 Juin 2005
Messages: 108

MessagePosté le: Mar 12 Juil 2011 18:56    Sujet du message: Répondre en citant

Salut,

Je me suis posé la question de savoir si je devais accepter ou non qu'on présente cette face douloureuse de notre histoire sur un ton humoristique?

De prime à bord, non. Mais dans la réalité, c'est-à-dire présenté comme Félix et Nguijol l'ont fait, je pense que la pilule passe plutôt bien, et ce, pour les raisons suivantes:

- Le message qui consiste à dire qu'on a servi de main d'œuvre gratuite pour bâtir la France d'aujourd'hui est assez clair.
- Le message d’atrocités vécues par nos ancêtres est aussi clair. Par exemple:
- on nous a montré comment ils étaient rémunérés à coup de bâton
- l’humiliation subite lorsqu’on leur demande de se soumettre en baissant les yeux
- le fait qu’on leur enlève leur humanité en les prenant pour des bêtes sauvages
- on a aussi fait passer les messages de viols sur nos sœurs
- on a également fait passer le message des mutilations subites lorsqu’on évoquait des pieds coupés
- les cales de bateaux aux conditions infernales, comportant des centaines d’africains déportés.
Etc.
- Le message des esclaves prêts à risquer leur vie pour échapper à ces conditions était aussi clair. Ceci a été illustré par des esclaves qui prenaient la fuite malgré le sort qui leur était réservé si on les attrapait
-Le message des esclaves prêts à se battre jusqu’au bout pour leur liberté, quitte à massacrer tous les blancs. Je pense qu’on peut comprendre de tels extrêmes compte tenu du contexte. Et je trouve politiquement correcte que nos deux héros ne se reconnaissent pas dans cette idée. On reste dans un film grand public.
-Le message des noirs solidaires est bien passé. Ceci a été illustré lorsque Félix a préféré échanger sa liberté nouvellement acquise contre celle d’un autre esclave.
- Le message du paradoxe français. Par exemple la France qui se veut être la France des droits de l’Homme est aussi la France du Code Noir, de la colonisation, de la guerre d’Algérie, etc. Il a fallu qu’on parle de la France des Assedic pour ne pas complètement assombrir le tableau. Je trouve que c’est bien joué.
- On y a aussi droit à la concurrence mémorielle. Même si je ne crois pas que les Juifs ont été esclave en Egypte, ce passage peut servir à apaiser les tensions entre les deux communautés et de montrer qu’au final il s’agit juste de respecter les souffrances de chacun. Il est à noter que pour ce passage, les deux frères défendaient naturellement la cause des noirs.
-On a également eu droit à une réaction de la part de nos héros esclaves dès qu’ils ont eu l’opportunité de prendre le dessus. Cela a permis de préserver leur dignité même si au final ça s’est mal passé.
- le message qui consiste à ne pas oublier d’où on vient est aussi clair car Félix qui jouait le rôle d’un Bounty, a bien fini par se retrouver.
-on également eu le message qui consiste à dire que le déracinement peut-être à l’origine de plusieurs comportements anormaux inexpliqués.


En gros, Félix et Nguijol montrent à la France qu’on sait. Qu’on sait très bien ce qui s’est passé. Le message passe sans brutaliser. Et pourtant il est le même que ceux racontés avec rage. Je pense qu’au-delà de l’humour, le message de conscientisation passe très bien.

Il faut être aveugle pour ne pas comprendre que la course au développement n’a pas été équitable. L’Afrique a forcément eu un retard causé par l’esclavage. Et cet esclavage qui a duré plusieurs siècles était l’œuvre des européens. On peut déjà dès lors évoquer le sujet des dédommagements.
Mais en même temps, je souhaite qu’on s’arrête là. Qu’on ne fasse plus de comédie sur ce sujet douleureux.
_________________
La vérité est comme une étincelle, quand elle jaillit au milieu des pailles, elle embrase tout.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kodjo
Grioonaute 1


Inscrit le: 12 Juin 2004
Messages: 113
Localisation: Guadeloupe, Togo, Paris

MessagePosté le: Mer 13 Juil 2011 00:11    Sujet du message: Répondre en citant

Vous imaginez Spike Lee, Denzel Washington, Oprah Winfrey, Sidney Poitier, Danny Glover, Angela Bassett ou encore Whoopi Goldberg et Queen Latifah pour nommer que ceux-la plaisanter avec leur Histoire ?

Nuff'said.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
manocry
Grioonaute 1


Inscrit le: 15 Juin 2005
Messages: 108

MessagePosté le: Mer 13 Juil 2011 10:06    Sujet du message: Répondre en citant

Si vous ne voyez pas le film, cela restera une plaisanterie. Allez voir le film pour vous faire votre propre idée. Je pense justement qu'ils n'ont pas plaisanté avec l'essentiel. Ils étaient même très sérieux malgré qu'ils nous fassent rire.
Par exemple lorsque Nguijol et Félix se retrouvent pour la première fois en brousse, et voient un noir courir sans comprendre pourquoi, Nguijol dit lorsque tu vois un noir courir, cours toi aussi sans réfléchir. C’est là qu’il y a une note d’humour. Mais le message de l’esclave qui s’échappe pour fuir ses conditions est bien là. Il est intact et il est pris au sérieux.
Et enfin, c’est bien parce que nos deux héros sont des plaisantins qu’on les a punit pour vivre eux même les réalités de ce crime contre l’humanité.
Lorsque je suis sorti de la salle l’idée était bien là dans ma tête. Nous avons terriblement souffert!
_________________
La vérité est comme une étincelle, quand elle jaillit au milieu des pailles, elle embrase tout.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Suwedi
Grioonaute 1


Inscrit le: 03 Mai 2006
Messages: 212

MessagePosté le: Ven 22 Juil 2011 12:59    Sujet du message: Répondre en citant


_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hopto
Grioonaute 1


Inscrit le: 07 Juil 2008
Messages: 290

MessagePosté le: Dim 06 Nov 2011 17:05    Sujet du message: Répondre en citant

On ne peux pas rire de la souffrance d'une personne ou d'un peuple.
Voir une personne souffrir ou qui a souffert ne me fait pas rire.

En revanche, je pense qu'on peux rire de la honte humaine pour démontrer comment les lâches, les traitres, haineux, négriers et ceux qui ont des idéologies négatives et leurs adeptes sont tombés au fond du gouffre de la bêtise humaine.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Hopto
Grioonaute 1


Inscrit le: 07 Juil 2008
Messages: 290

MessagePosté le: Sam 21 Jan 2012 10:52    Sujet du message: Répondre en citant

Suwedi a écrit:


Tout est bon pour ridiculiser le noir.

Exploité depuis plus de 500 ans, le noir continu à être humilié et utilisé dans tout les domaines.

Et certaines personnes incultes pensent que les noirs vont tout accepter avec un grand sourir...

Internet, outil d'information et de mobilisation, sera à l'avantage de ceux qui sont discriminés, humiliés, ridiculisés et privés des media classiques.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Multimédia Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group