Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'ERE KIMBANGUISTE

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Religions
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
kalembamanzo
Grioonaute


Inscrit le: 19 Sep 2011
Messages: 23
Localisation: Portugal

MessagePosté le: Sam 24 Sep 2011 16:51    Sujet du message: L'ERE KIMBANGUISTE Répondre en citant

L’ERE KIMBANGUISTE

A la question de savoir qui est Simon Kimbangu, le catéchisme kimbanguiste répond en se fondant sur la promesse faite par Christ au sujet de l’envoi du Saint-Esprit et situe l’existence de Kimbangu depuis l’éternité(1). D’où l’affirmation : Simon Kimbangu est le Saint-Esprit que soutient la doctrine kimbanguiste.

Cette affirmation qui sous-entend l’investissement de Dieu dans l’histoire (car il s’agit d’une des personnes de la trinité), nous amène à croire qu’une ère nouvelle a été inaugurée pour l’humanité depuis la venue de Simon Kimbangu que nous appelons « l’ère kimbanguiste ». Ceci suppose une discontinuité dans la continuité de la révélation de Dieu c’est-à-dire une rupture où le christianisme, étendard de la révélation de Dieu de l’époque, a passé le relais au Kimbanguisme pour la conduite de l’humanité dans la concrétisation du plan du salut de Dieu comme lui-même (le christianisme) en a fait l’expérience devant le judaïsme au début de l’ère chrétienne. L’arrogance qui nous caractérise aujourd’hui peut trouver ceci comme une aberration. Mais cette insinuation ne change rien au plan de Dieu. Car plusieurs considérations attestent en faveur de ce relais que le Christianisme a passé au Kimbanguisme. Entre autres, nous citons :

1º Le Contexte de la venue de Simon Kimbangu

Simon Kimbangu qui est né le 12 septembre 1887 est apparu dans un contexte où notre humanité s’était sérieusement éloignée de Dieu et partant, ternie son image vis-à-vis de son Créateur. Il suffit pour s’en rendre compte de suivre la pensée de l’époque orientée vers l’exaltation de l’Homme tandis que, comme si pour corroborer cette pensée dominante, par-ci par-là, la théologie soutient la thèse de la mort de Dieu. C’est sur ce fil conducteur pétri dans la sécularisation que va s’orienter la « mission civilisatrice de l’Occident » tout en se voulant porte- étendard du Christianisme. Partant, Comprenez, de quelle Evangile le reste du monde a reçu des mains de l’Occident de par son évangélisation missionnaire. Sans doute, nous sommes en présence d’un christianisme coupé du Christ. Jules Requin, un échantillon de cette vision des choses de l’époque, ne s’est pas voilé la face quand il s’est adressé aux missionnaires venant exercer au Congo-belge (2). D’où les contradictions : colonisation, déracinement des peuples, trafic des esclaves, apartheid, ségrégation raciale, etc.

Cette exaltation de l’homme peut-être vue aussi comme le couronnement d’un processus qui n’a eu comme finalité que de dénaturer l’Eglise. Car d’une communauté charismatique à l’époque primitive, elle est devenue terre de sécheresse spirituelle aujourd’hui. Pour cet état de choses plusieurs facteurs pourraient passer à l’interrogatoire y compris l’inculturation de l’Evangile dont l’Occident a fait preuve, Occident considéré ici comme porte-étendard du christianisme. Car la résurgence du paganisme dans laquelle verse l’Occident, traduit bien le degré de l’assimilation de l’Evangile. Pour bien cerner la question, il suffit, par exemple, de se demander ce que représentent les festivités de Noël aujourd’hui. Ne pourrions-nous pas conclure quelles ont repris leur première signification, celle d’une fête païenne dédiée à Mithra avec des réjouissances mondaines ? Alors, à quoi a servi l’inculturation (le transfert en faveur de Jésus-Christ) ?

Nous pourrions poser la même question en ce qui concerne aussi la fête de pâques et ainsi s’étonner devant la procédure conventionnelle dont l’Eglise a toujours eu recours et pourtant, celui pour qui elle applique toutes ces conventions (Jésus-Christ donc), elle le déclare vivant et éternel. A moins que cette déclaration vienne seulement des lèvres. Car, si elle est vraiment une confession de foi, nous trouvons que l’Eglise n’avait pas, tout comme n’a pas besoin de conventions pour fixer des données sur son Seigneur. Car il lui suffisait comme il lui suffit encore aujourd’hui, croyons-nous, de fléchir ses genoux et demander à son Seigneur et la réponse ne tarderait pas de venir. La liste des interrogatoires pourrait s’allonger et concerner aussi la perpétuité des dieux païens orchestrée par le calendrier gregorien dans notre quotidien (lundi : jour de la lune, mardi : jour de Mars, mercredi : jour de Mercure, Jeudi : Jour de Jupiter, Vendredi : jour de Venus, Samedi : jour de saturne, Sunday : jour du Soleil, janvier : mois dédié au dieu Janus, Avril : mois dédié au dieu Aphrodite, mai : mois dédié au dieu Maia, etc.) Quand Dieu signifie son aversion envers les idoles, serait-il que les dieux païens ne sont pas-ils concernés (Exode 20,1ss) ?

Ainsi pour confondre les forts, Dieu prend le parti des opprimés et se constitue un noyau parmi les écrasés de l’histoire pour manifester sa puissance et assurer la libération à tous selon la logique trouvant qu'en libérant l'opprimé, on libère aussi l'oppresseur.

2º La mission de papa Simon Kimbangu

La mission accomplie par papa Simon Kimbangu constitue une réactualisation de celle accomplie par Christ en Palestine. Et comme il ne pouvait en être autrement, de la même façon que Yavhé (Dieu le Père) n’a laissé un seul instant Jésus-Christ (Dieu le Fils) ; de la même façon aussi Jésus-Christ n’a laissé un seul instant papa Simon Kimbangu (Dieu, le Saint-Esprit) tout au long de son ministère. Pour preuve, Maman Marie Muilu, épouse de papa Kimbangu, l’avait surpris plus d’une fois entrain de s’entretenir avec une voix. Et cherchant à s’enquérir, Simon Kimbangu lui dira qu’il s’agissait de Christ(3). Maman Muilu n’a pas été la seule personne à avoir été témoin. L’histoire enregistre aussi le nom de Nsumbu, un ami de Papa Kimbangu, qui est passé par la même expérience. Pour tout ce que Christ a dit à Papa Kimbangu, nous pouvons retenir: «Mbuene vo bantu bame bena kaka muna tombe kia nkobo. Minsamuni mia nsamu wa mbote miatekila kabatwadisanga nsikudusu zame ye basadilanga mavangu ma baú kibeni. Bubu wutu, ngeye nsolele mpasi vo wasingika salu kiokio. Sikama wadiatisa zimpangi zaku mu kubasonga ntemo wa mpuluzu, mpasi vo bakatuka mu kiwayi ye bakota mu Kimpuanza” . Ce qui se traduit par : je vois que mon peuple continue à croupir dans les ténèbres les plus profondes. Les missionnaires qui ont précédés, se sont détournés de mes orientations et ont appliqués leurs propres volontés. Maintenant, je te choisis pour redresser la situation. Lève-toi pour conduire tes frères et les orienter vers la lumière du salut afin qu’ils soient délivrés de la servitude et ainsi vivre dans la liberté (4).
Partant, de par cette main conductrice du Christ, l’Evangile a été vécu en plénitude en Afrique. Car, les malades ont été guéris, les paralytiques ont marchés, les aveugles ont vu, les sourds ont entendu, les morts ont été ressuscités, etc. Il est à noter que tout au long de son ministère, Papa Simon Kimbangu ne s'est lassé de prêcher l'Evangile et s'est toujours déclaré être l'envoyé de Jésus-Christ.

S’il y a une chose qui a coûté cher à Papa Simon Kimbangu tout au long de son ministère, c’est l’énigme qu’il a utilisé signifiant que le noir deviendra blanc et le blanc deviendra noir ; une façon de dire NON à l’ordre existant à l’époque montrant par là que la triple réduction (ontologique, épistémologique et théologique) à laquelle les noirs étaient soumis n’avait rien de divin . A ses proches, Papa Kimbangu expliqua que cette énigme visait juste la justice entre tous les êtres humains. Car, dira t-il, viendra des jours où des Noirs édicteront des lois dans leurs pays respectifs auxquelles des blancs obéiront aussi.

Quant à la dimension de cette mission, c’est Maman Mikala Mandombe, une collaboratrice de papa Kimbangu qui nous rapporte ce que papa Kimbangu, leur a dit le 29 juillet 1952, soit environ 9 mois après la disparition physique de celui-ci. Papa Kimbangu dira : « Christ a remis entre mains les quatre coins du monde. Dans l’avenir, il n’y aura qu’
- une seule Eglise,
- une seule langue
- un seul chef, moi, Kimbangu.

Alors, qu’est –ce que l’humanité peut attendre du Kimbanguisme ?

Le Kimbanguisme propose un rapprochement entre Dieu et l’humanité par papa Simon Kimbangu, rapprochement considéré comme un privilège que l’humanité a encore eu où Dieu a, une fois de plus, accepté d’assumer la condition humaine. Par ce rapprochement, le Kimbanguisme propose la conduite de la destinée de l’humanité selon la formule « Amour-Commandements- œuvres», une trilogie qui synthétise et rappelle à l’humanité l’apport de la Trinité dans le plan du salut de Dieu. Ainsi comme pédagogue, dira Paul, nous avons les commandements de Dieu (la Loi) comme charte de la première alliance. Une fois la maturité acquise, l’humanité est sensé s’abandonner à Christ. Comme dira toujours Paul, ce ne serait plus nous qui vivons mais bien Christ qui vit en nous. D’où la communion, l’Amour comme charte de la seconde alliance. Une fois retournée à Dieu, l’humanité est sensé vivre dépouillée de son vieil Homme et revêtue du nouvel Homme. D’où les œuvres de foi comme charte de la troisième alliance.

Partant, nous n’hésitons pas d’inscrire dans le registre du Saint-Esprit tous les progrès accomplis dans les rapports entre humains au sein de l’humanité (fin de la colonisation, fin du trafic des esclaves, fin des ségrégations raciales (avec aujourd’hui un président noir aux Etats-Unis !), des progrès significatifs dans l’extirpation du déracinement des peuples avec l’élection des présidents indigènes en Amérique latine, fin de l’apartheid, naturalisation des immigrés en Europe, etc.) Nous inscrivons ces progrès comme signe de la manifestation du Saint-Esprit car ils visent une société juste. Or, la justice est un des attributs de Dieu.

Quant à la libération vis-à-vis de l’emprise païenne, le Kimbanguisme s’est démarqué de la convention sur la Nativité concernant Christ en proposant la date du 25 mai, date de la naissance de papa Dialungana Kiangani, Christ revenu dont certains secrets sont encore à dévoiler. Entretemps, des révélations importantes nous parviennent comme, par exemple, celle de Mr. Ngoma Saturnin qui a pu se rendre compte que (5) :
- le 27 Avril 1959 fut un « lundi » et qu’en ce jour maman Muilu nous a quitté physiquement;
- le 17 Mars 1992 fut un « mardi » et qu’en ce jour Papa Kisolokele nous a quitté physiquement ;
- le 08 Juillet 1992 fut un « mercredi » et qu’en ce jour Papa Diangienda nous a quitté physiquement ;
- le 16 Août 2001 fut « un jeudi » et qu’en ce jour papa Dialungana nous a quitté physiquement ;
- le 12 Octobre 1951 fut « un vendredi » et qu’en ce jour papa Simon Kimbangu nous a quitté physiquement.

Nous attirons ici l’attention parce que, comme nous l’avons signalé, notre quotidien, à travers le calendrier grégorien, perpétue une dévotion aux dieux païens et pourtant Dieu dans la Bible, précisément dans le livre d’Exode comme nous l’avons aussi signalé, nous signifie son aversion vis-à-vis de cette dévotion. Faut-il continuer à s’en tenir ou devons-nous revenir à Dieu ?

Notons, toutefois, L’histoire a déjà retenue des réactions sur la question telle celle enregistrée au Portugal où la référence aux dieux païens pour les jours de la semaine a été écartée. Ainsi, au Portugal :
- le sabbat (sábado) est retenu pour le 7ième jour de la semaine comme consigné dans la Bible, sans pour autant être le jour du repos, celui-ci transféré au dimanche(Domingo) pour faire la différence avec le judaïsme ;
- le dimanche est retenu comme le premier jour de la semaine et jour du Seigneur (donc jour du repos) parce que jour de la résurrection comme consigné dans la Bible.
Quant aux autres jours, au Portugal on fait juste référence aux « foires ». Ainsi, le dimanche étant le premier jour de la semaine :
- le lundi correspond à la seconde foire (segunda-feira) ;
- le mardi correspond à la troisième foire (terça-feira) ;
- le mercredi correspond à la quatrième foire (quarta-fiera) ;
- le Jeudi correspond à la cinquième foire (quinta-feira) ;
- le vendredi correspond à la sixième foire (sexta-feira) .

Or, hormis le sabbat et le dimanche qui sont fondés sur des références bibliques, la réaction portugaise ne nous éloigne pas autant de la mondanité pour ne pas dire du paganisme. Et voilà comme par coïncidence, les figures marquantes du Kimbanguisme s’occuper chacun des jours qui ne sont fondées sur des références bibliques :
- Muilu : lundi,
- Kisolokele : Mardi,
- Diangienda : Mercredi,
- Dialungana : Jeudi,
- Kimbangu : vendredi.

Ces occupations ne sont-elles pas suggestives ? Dans l’affirmative, il est plus que temps de nous appesantir sur le calendrier ; oui, sur cette organisation de notre temps. Car, notre vie en dépend. S’il ne serait pas nécessaire de mettre en cause tout le calendrier grégorien (le calendrier le plus utilisé dans le monde) dans sa façon de repartir le temps ; du moins, nous ne pouvons pas continuer à nous taire devant sa manière de perpétuer le paganisme. Il en va des noms de jours de la semaine, des noms des mois tout comme de la façon de débuter l’année au 1er janvier, jour de l’élection des Consuls de Rome (6).

Ainsi Kimbangu, constituant désormais le repère, sa date de naissance se présente comme le tournant de l’histoire. De là, contrairement à notre habituel 1er janvier pour débuter l’année, l’ère kimbanguiste est sensée débuter l’année le 12 septembre. Partant, nous en sommes au IIème siècle de l’ère kimbanguiste. Et, les jours que nous vivons se retrouvent dans l’an 23 de ce IIème siècle. Par exemple, nous sommes aujourd’hui le lundi 16 mai 2011. Suivant le calendrier de l’ère Kimbanguiste tel qu’il nous apparait, cette date correspond au jour Muilu, le 5è du 9èmois de l’an 123.

Pour être plus explicite, voici le calendrier de l’ère Kimbanguiste pour l’an 123.


1er mois de l’an 123(du 12 septembre 2010 au 11 octobre 2010)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30
1: Naissance de papa Simon Kimbangu
22: Condamnation à mort de papa Simon Kimbangu

2è mois de l’an 123 (du 12 octobre 2010 au 11 novembre 2010)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
1: Disparition physique de papa Simon Kimbangu




3è mois de l’an 123 (du 12 novembre 2010 au 11 décembre 2010

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30


4è mois de l’an 123 (du 12 décembre 2010 au 11 janvier 2010)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
13 : Reconnaissance officielle de l’Eglise Kimbanguiste par le gouvernement colonial
Belge.

5è mois de l’an 123 (du 12 janvier 2011 au 11 février 2011)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

6è mois de l’an 123 (du 12 février 2011 au 11 mars 2011)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28
1: Naissance de papa Kisolokele

7è mois de l’an 123 (du 12 mars au 11 avril 2011)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
6 : Disparition physique de papa Kisolokele
11 : Naissance de papa Diangienda Kuntima.
22 : Arrivée du corps de papa Simon Kimbangu à Matadi-Mayo.
23 : Arrivé du corps de papa Simon Kimbangu à N’kamba.Jerusalem
26 : Fondation de l’Eglise Kimbanguiste.

8è mois de l’an 123 (du 12 avril 2011 au 11 mai 2011)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
1: Remise des cartes aux premiers catéchistes par Maman Muilu.
16 : Disparition physique de maman Muilu.

9è mois de l’an 123 (du 12 mai 2011 au 11 juin 2011)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31
14: NOËL
26: Invasion de N’kamba par les autorités coloniales Belges.

10è mois de l’an 123 (du 12 juin 2011 au 11 juillet 2011)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30
27: Disparition physique de papa Diangienda Kuntima

11è mois de l’an 123 (du 12 juillet 2011m au 11 août 2011)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31
18: Accident de papa Diangienda à Lukulu
24 : Journée de la jeunesse.

12è mois de l’an 123 (du 12 août 2011 au 11 septembre 2011)

MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
5: Disparition physique de papa Dialungana

Nous croyons que personne ne s’est étonné de voir repris ici le Sabbat (jour du repos dans le calendrier juif) et le Dimanche (jour du Seigneur dans le Calendrier chrétien). Le Kimbanguisme étant la continuité et non le parallèle, voilà le pourquoi du maintien de tout ce qui s’inscrit dans la ligne de la révélation de Dieu. Bien que ce calendrier n’innove en rien en ce qui concerne la situation du début de l’année en Automne, il a l’avantage de rejoindre le premier calendrier utilisé dans les temps bibliques. Ne serons-nous pas en présence d’une résurgence ?

Lisbonne, le 16 Mai 2010.

Kalemba Manzo Constantino.
_____________________________
(1) Dialungana K., Biuvu ye nvutu, N'kamba,Ed. Impriki,1970, p.1
(2) Avenir colonial Belge, n° du 30 octobre 1921 Bruxelles. Jules requin a dit :"Révérends pères et chers compatriotes, Soyez les bienvenus dans notre seconde patrie, le Congo-Belge. La tâche que vous êtes conviés à y accomplir est très délicate et demande beaucoup de tact. Prêtres, vous venez certes pour évangéliser. Mais cette évangélisation doit s’inspirer de notre grand principe : tout avant tout pour les intérêts de la métropole (la Belgique). Le but essentiel de votre mission n’est donc point d’apprendre aux noirs à connaître Dieu. Ils le connaissent déjà. Ils parlent et se soumettent à un Nzambé ou un Nvindi-Mukulu et que sais-je encore. Ils savent que tuer, voler, calomnier, injurier est mauvais…
(3) Diangienda K., Histoire du kimbanguisme, Kinshasa, 1984, Ed. kimbanguistes, pp.23-24.
(4) Diangienda Kuntima, Ntuadusulu ye nsikudusu za dibundu, Nkamba, Ed. Impriki, p.1.
(5) Saturnin Ngoma, 16 Août 2001, mort de papa Dialungana Kiangani. La disparition d’un chef et le problème de sa succession in www.kimbanguisme.net.
(6) Cfr. Le calendrier Julien et grégorien dans Wikipedia.
(7) Cfr. TOB, la Bible,1988, pp.1835-1836.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
Victor Ambila
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Fév 2004
Messages: 205
Localisation: USA

MessagePosté le: Sam 15 Oct 2011 15:59    Sujet du message: Re: L'ERE KIMBANGUISTE Répondre en citant

kalembamanzo a écrit:
L’ERE KIMBANGUISTE

A la question de savoir qui est Simon Kimbangu, le catéchisme kimbanguiste répond en se fondant sur la promesse faite par Christ au sujet de l’envoi du Saint-Esprit et situe l’existence de Kimbangu depuis l’éternité(1). D’où l’affirmation : Simon Kimbangu est le Saint-Esprit que soutient la doctrine kimbanguiste. ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................MUILU KISOLOKELE DIANGIENDA DIALUNGANA KIMBANGU SABBAT DIMANCHE
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
5: Disparition physique de papa Dialungana

Nous croyons que personne ne s’est étonné de voir repris ici le Sabbat (jour du repos dans le calendrier juif) et le Dimanche (jour du Seigneur dans le Calendrier chrétien). Le Kimbanguisme étant la continuité et non le parallèle, voilà le pourquoi du maintien de tout ce qui s’inscrit dans la ligne de la révélation de Dieu. Bien que ce calendrier n’innove en rien en ce qui concerne la situation du début de l’année en Automne, il a l’avantage de rejoindre le premier calendrier utilisé dans les temps bibliques. Ne serons-nous pas en présence d’une résurgence ?

Lisbonne, le 16 Mai 2010.

Kalemba Manzo Constantino.
_____________________________
(1) Dialungana K., Biuvu ye nvutu, N'kamba,Ed. Impriki,1970, p.1
(2) Avenir colonial Belge, n° du 30 octobre 1921 Bruxelles. Jules requin a dit :"Révérends pères et chers compatriotes, Soyez les bienvenus dans notre seconde patrie, le Congo-Belge. La tâche que vous êtes conviés à y accomplir est très délicate et demande beaucoup de tact. Prêtres, vous venez certes pour évangéliser. Mais cette évangélisation doit s’inspirer de notre grand principe : tout avant tout pour les intérêts de la métropole (la Belgique). Le but essentiel de votre mission n’est donc point d’apprendre aux noirs à connaître Dieu. Ils le connaissent déjà. Ils parlent et se soumettent à un Nzambé ou un Nvindi-Mukulu et que sais-je encore. Ils savent que tuer, voler, calomnier, injurier est mauvais…
(3) Diangienda K., Histoire du kimbanguisme, Kinshasa, 1984, Ed. kimbanguistes, pp.23-24.
(4) Diangienda Kuntima, Ntuadusulu ye nsikudusu za dibundu, Nkamba, Ed. Impriki, p.1.
(5) Saturnin Ngoma, 16 Août 2001, mort de papa Dialungana Kiangani. La disparition d’un chef et le problème de sa succession in www.kimbanguisme.net.
(6) Cfr. Le calendrier Julien et grégorien dans Wikipedia.
(7) Cfr. TOB, la Bible,1988, pp.1835-1836.


LU POUR VOUS, For Votre information: le temoignage suivant semble credible:<<...

Souvenirs de Lubumbashi:

Ma rencontre avec Papa Joseph Diangienda Ku N'tima, feu Chef Spirituel de l'Église Kimbanguiste

par Salomon Valaka--------------------------------------------------------------

* Toile de fonds

Je garderai toujours un souvenir inoubliable de mon expérience avec l'église Kimbanguiste. Ayant perdu ma maman biologique très jeune, la sœur qui, désormais, deviendra "ma mère", cultiva un attachement indéfectible avec une le mouvement "Kintuadi" qui battait campagne aux années 60 pour recruter des adeptes à travers tous les villages (Buinga, Kumbi, Kinson-Kinsundi, Nsona, Ndembo, Vanga, Lukuakua, M'boto, Nsenga, N'dimba-Kinsaku, Lukamba, Sanga, N'kondo, Mazanza, Mbaza-Ngoyo, N'timansi, etc...) dans les Besi-Ngombe.

C'est ce mouvement "Kintuadi" qui sera connu, plus tard, comme "Kimbangu". Avec l'évolution du temps et surtout avec un semblant d'organisation structurelle, puisque les enfants de la génération de Kintuadi ou de Kimbangu commencent recevoir de l'instruction, le mouvement sera rebaptisé pour être connu, dorénavant comme l"Église du Christ sur la terre par le Prophète Simon Kimbangu."

Je passai mes premières années d'orphelin à Malanga, dans la compagnie Fina-Bois avec "Papy" Faustin Levesque, un sujet Belge et le mari de ma "mère." Celle-ci ne pouvait se retenir de passer trois mois sans aller à Lunga, notre village, visiter la tombe de celle qu'elle avait toujours appelée "Yaya". Elle pouvait passer ainsi une à deux heures durant, pleurant, roulant même sur la tombe de Yaya, moi à ses côtés, totalement troublé, ne sachant toujours pas ce qui se passait, jusqu'à ce qu'un homme ou une femme d'une certaine autorité vienne à notre rencontre, nous détacher de ce lieu insolite.

L'une de ces personnes dont je retiens encore les souvenirs vivant est "Tata Wayiza". Ayant atteint l'âge de la raison, j'apprendrai que le nom de "Wa Yiza" fut octroyé à toute personne qui avait accompagné Tata Simon Kimbangu dans ses tourments avec l'autorité belge de l'époque coloniale. Ce sont des "Nkole" ou des "Ntumua" qui furent arrêtés, ensemble avec le prophète et qui seront, plus tard, libérés (eux vivant) avec lui (mort), pour regagner leurs villages natales. Rentrés au bercail, ils seront tous connus sous l'acronyme de "Tata Wa Yiza" qui vont continuer l'œuvre du prophète.

"Tata Wa Yiza" deviendra ainsi le père "spirituel" de "ma mère" au point qu'il intima l'ordre à celle-ci d'aller directement et en tout premier lieu le voir chaque fois nous visitions Lunga. Ensemble, nous allions visiter le cimetière, dire une courte prière devant la tombe, avec interdiction formelle de pleurer à haute voix comme il en était devenu la coutume. Et puis, fin du pèlerinage. Pendant notre séjour, nous étions aussi des hôtes attirés de Tata Wa Yiza qui organisait des soirées de prières dans sa maison. Disons plutôt des soirées de louange car tout le temps se passait surtout à chanter des quantiques originaux que je n'avais jamais entendu chanter ailleurs. Cette originalité des chansons de Kintuadi fut, à mon avis, un élément puissant de recrutement des adeptes, surtout les jeunes, à travers toute la contrée Besi-Ngombe. La campagne de recrutement se transformait en une grande fête mais aussi des moments d'une lutte de conscience et de spiritualité intense pour les enfants fréquentant les écoles catholiques et protestantes à qui l'on interdisait formellement de joindre le groupe "des païens" lorsque la fanfare de Kintwadi passait ou repassait dans un village recruter les "Makesa" (soldats), futurs adeptes, avec des cantiques émouvant et très invitant qu'on ne chantaient jamais ailleurs.

C'est aussi Tata Wa Yiza qui, en 1961, nous emmena, ma "mère" et moi, en pèlerinage, pour la première fois, à N'Kamba pour aller visiter le cercueil de Tata Simon Kimbangu recemment arrivé et installé dans ce village qui deviendra, la nouvelle Jérusalem. Ma visite à N'Kamba est pour moi une expérience qui me marquera toute ma vie. De mes propres yeux, j'avais assisté à des séances de délivrance où j'ai vu des hommes et des femmes arrivés en N"kamba mourant mais qui repartaient complètement guéris après que "Mama Mikala" ait imposé les mains, "Mu Nkumbua Yesu" (au nom de Jésus), intimant ensuite l'ordre de "Telama" (mettez-vous debout) ou "Sikama" ( Reveillez-vous) aux malades pour les inviter, ensuite, d'aller se plonger dans une sorte d'étang, non loin de la place des "Mi M"Bikudi" (les prophètes), les guérisseurs spirituels, ceux emprisonnés avec Simon Kimbangu, mais rentrés "avec lui" à N'kamba maintenant que le pays devenait décolonisé. Ce sont les "Tata ou Mama Wa Yiza", des "Ntumua" comme Mama Mikala qui reçurent comme mission la continuité du message de la libération et du salut de l'homme noir mais aussi la continuité de la présence du Saint Esprit qui avait visité Kimbangu, alors, un simple catéchiste protestant, bien avant en plein essor colonial. Curieusement pour moi, je ne serai jamais devenu kimbanguiste, malgré mes contacts directs avec le mouvement Kintuadi ou les témoignages oculaires qui devaient convaincre tout incrédule. Il est vrai que, mon "papa", Faustin Levesque, un Belge, catholique invétéré, haut cadre de la Fina-Bois à l'époque coloniale ne me permit jamais de côtoyer les jeunes de mon âge déjà totalement versés dans ce mouvement "païen". Je quitterai ainsi Malanga (Fina-Bois) comme un enfant Catholique qui est né et a grandi dans la foi catholique. Depuis 1963, je n'ai plus visité N"kamba, mais j'ai toujours gardé un bon souvenir de Tata Wa Yiza, de l'église, de ce lieu, N"Kamba et surtout de Mama Mikala pour avaoit été témoin oculaire des miracles de guérison qu'elle performait. Durant ma vie d'adulte, je nouerai des relations très solides avec des jeunes kimbanguistes, sans oublier que j'ai été et je reste un avide auditeur des cantiques originaux kimbanguistes dont je garde encore une certaine collection. De temps en temps, je visite les sites kimbanguistes pour en savoir de ce qui est resté de cette église de "mes pères" et de mes "mères", les "Besi-Ngombe." Un souvenir inoubliable. Rien d'autre sinon qu'un souvenir.

*

* *

*

* Papa Joseph Diangienda Ku N"Tima et moi

Lors de mon passage à la Kasapa (Campus de Lubumbashi), je nouai des relations amicales et je garderai des contacts avec les jeunes kimbanguistes venu de Kinshasa et de ma région, le Baz-Zaïre. Je savourai avec nostalgie des cassettes audio dans lesquelles sont enregistrées différents cantiques originaux kimbanguistes qui, jusqu'aujourd'hui, suscitent des larmes dans mes yeux, rien qu'en les auditionnant. A Lubumbashi, mes amis n'avaient jamais compris comment, moi, qui n'ai jamais été un adepte Kimbanguiste, non seulement adorait leurs cantiques mais aussi et surtout commandait la maitrise de l'histoire de cette religion mieux que beaucoup d'entre eux.

Ces jeunes kimbanguistes développèrent l'habitude de se réunir dans des chambres pour des sessions de prière. A la fin, ils commencèrent à partager, avec les jeunes catholiques le rez-de-chaussée du Block III qui servait d'aumônerie du campus. Un pasteur kimbanguiste commençait à venir, une fois, le mois, dispenser des enseignements aux jeunes universitaires. Avec le temps, ces derniers prenaient aussi un temps de visiter l'église locale kimbanguiste installée dans la zone Kamalondo. L'accueil, lors de la première visite, fut tellement chaleureux que le pasteur manifesta le désir de recevoir ces jeunes qui se distinguaient avec leurs cantiques chantés en Français, mais surtout en Kikongo et parfois en Lingala, aux délices des fidèles de la congrégation habitués d'interpréter les mêmes cantiques, mais Swahili. Pour eux, ces jeunes furent de porteurs du message venant de la source et incarnèrent l'originalité même de l'église kimbanguiste. De là, leur réputation!

Avec leur insistance et bien que n'étant pas kimbanguiste, j'eu l'habitude d'accompagner Kampu Luzitu Maza Kaleki (Dalcus), Diangienda Ku NTima Tetate (Jeef), Vangu Mabueni, Jules Mbungu, et tant bien d'autres, dans leurs périples à Kamalondo.

Aussi, lorsque ces derniers m'informèrent, en 1976, que Son Emminence, Papa Diangienda était à Lubumbashi et qu'il manifestai le désir de rencontrer "la crème de la crème" (selon ses termes), des intellectuels Bakongo, futurs cadres de l'église dont il avait entendu parler, je sautai à l'occasion. Du reste, j'avais toujours manifesté le désir de rencontrer le Chef Spirituel. Ce fut donc pour moi une occasion que je ne pouvais pas rater pour n'importe quelle raison du monde.

"Papa" nous reçut tout de suite après le service dominical. Assis tout autour de lui, déchaussés, dans le modeste salon de la résidence du représentant régional de l'église Kimbanguiste au Shaba, à Lubumbashi, des verres de limonade Vital'O furent servis. Il faut dire que Papa Diangienda était fier de voir des enfants "Ba Kongo", loin de leurs terres ancestrales, ambassadeurs, propagateurs des valeurs spirituelles de l'église à travers les cantiques chantés en dialecte de "N"Kamba". Papa Diangienda simplement s'y retrouvait. Ce qui fit sa joie immense et ses délices.

Après des conseils pratiques basés sur le sacrifice et le goût du travail, l'importance capitale à accorder aux études, le maintient de la foi et la propagation des idéaux du Kimbanguisme, l'occasion fut donnée à tout un chacun de se prononcer, question d'établir des contacts directs et personnels avec "Son Emminence."

Mal à l'aise, mais décidé plutôt de saisir l'occasion présentée devant moi, je fus le dernier à prendre parole et je fus aussi celui qui "renversa la gourde à jus de citron". Non seulement Papa Joseph Diangienda Ku N"Tima était surpris de mon histoire, il était aussi ébahi de part mon courage et surtout de part mon indiscrétion, posant la question "tabou" que nulle autre personne au sein de l'église n'a jamais osé de poser; question tabou au tour de la quelle est bâti le mystère et le mythe de toute une institution. Je crois même que Papa est mort sans m'avoir pardonné de ma témérité.

Tout de suite après que j'ai pris la parole, je raconta toute mon histoire, mon rapprochement avec les "Ntumua" de la première heure telle que décrite sur la toile de fond. Papa Diangienda était formel: "Mon fils, tu es kimbanguiste sans le savoir. C'est dans tes veines. Tu dois, sans plus tarder, rejoindre l'église pour faire plaisir à 'Tata'. Tout de suite! Le contraire serai de la pure ingratitude..."

Je n'avais pas rejoint tout de suite l'église et je gardai mon sang froid. S'il y eut une chose qui m'attirait ardemment, c'était cet envi qui brulait dans mon for intérieur, me poussant de poser courageusement la question tabou à ce puissant homme qui était majestueusement assis devant moi.

Ma question: " ... Ainsi que vous pouvez le remarquer, Papa, j'ai suivi et je continue de suivre de très prêt toutes les méandres du kimbanguisme pour lequel je n'ai autre chose que respect et admiration. Cependant, j'ai appris aussi à l'école que toute chose a une fin..." A ce niveau, j'ai remarqué un Papa Diangienda se redresser sur son séant, un regard inquisiteur et bien en vue sur ses gardes. Tous les yeux interrogateurs de mes amis bien braqués sur moi, je n'avais plus d'autre choix sinon de continuer mon interrogation: "...L'histoire démontre que tous les grands hommes politiques de l'histoire, Napoléon, Hitler, Lumumba, Kasa-Vuvu et tant bien d'autres sont passés. Il est de même pour les philosophes et historiens de tous les temps. Jésus-Christ, le fils de Dieu, quand bien même Il vit, il avait connu aussi la mort, ce qui lui rend invisible de nos jours. Papa Kimbangu est mort. Sa casquette se trouve à N"Kamba. je l'avais touché de mon enfance..." A ce niveau, ce n'était plus un secret. "Papa" me prenait pour un téméraire, un petit diablotin qui détruisait "son monde". Mais il était trop tard pour moi de faire un recul. Le vin était tiré. Il fallait le boire, jusqu'à la lie. "...Papa, tout homme est mortel! Je mourrai un jour, tout comme...enfin...enfin...vous...enfin...vous mourrez aussi...enfin...vous mourrez un jour. Quel est l'avenir de l'église kimbanguiste après la mort de Papa Diangienda? Qui sera en charge, qui prendra la relève? Quelles sont les précautions que l'église a déjà prises?"

Mon martellement a pris le Chef spirituel de l'Église du Christ sur la terre par le Prophète Simon Kimbangu quelques minutes de se ressaisir. Après tout, il est l'homme qui avait déclaré, sans froid aux yeux, une fois que "si je vous disais que je suis plus âgé que le Moïse de la Bible, qui va me contredire?" ; je me trouvai devant l'homme qui avait aussi posé la question à son auditoire une fois que "la trinité est composée de combien des personnes? A la réponse tant attendue de -3-, il posera une autre sous-question: sommes-nous à combien? -3- répondit la congrégation. Et Papa de conclure, ce sont les mystères incontournables. rappellez-vous en toujours" -

Mvuela tatu za Tata Simon,
eti sala salu kia se,
Eh Yisu filama,
Katuna muntu a n'kaka ko...-
Oh Yisu...oh Yisu Nzambi do
Oh Yisu, filama,
katuena Muntu a n'kaka ko.

Kimbanguistes, rappelez-vous de ce cantique?
Or, voici maintenant un étudiant qui confirme sa mort, comme si lui, Daingienda Ku N'Tima était n'importe qui. Du coup, ce fut la colère qui l'emporta, m'accusant de manque de respect à son égard, d'être un mauvais garçon... Que c'était pour lui une disgrâce que de faire ma connaissance.

Du coup, la séance fut levée et nous sommes conviés de vider tout de suite les lieux. Vous pouvez vous imaginez la déception qui s'abattit au tour de mes amis qui, bien qu'universitaires, n'avaient certainement pas encore envisagé la question de l'église après la mort de "Papa."

Si l'ensemble des amis que j'avais accompagnés me prenait pour une brebis galeuse, Kampu Luzitu Maza ka leki (Dalcus) vint dans ma chambre le soir même, me confier que "ta question m'a grandement ouvert les yeux au point que le kimbanguisme, en tant que religion, demeure, selon moi et grâce à vous, Salomon, une bombe à retardement...A moins que Papa se souvient de toi pour le reste de sa vie...et résouds ce problème de succession."

Le reste est l'histoire. Nous connaissons tous ce qu'est devenue "cette grande religion authentiquement africaine" selon les termes même du Président Mobutu. C'est un monstre à deux têtes. Dalcus et Vangu sont morts. Je n'ai aucun contact avec Jeef Tetate, de Jules Mbungu et des autres amis Ba Kongo de la Kasapa. S'ils sont encore vivants, ils doivent me prendre pour un prophète. 35 ans après depuis 1976, je n'ai aucun regret d'avoir posé ma fameuse question au feu Chef Spirituel de l'Église du Christ sur la terre par le Prophète Simon Kimbangu, Son Éminence Joseph Diangienda Ku N'Tima.

Salomon Valaka
...>>
_________________
Salutations en Christ Jesus
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
kalembamanzo
Grioonaute


Inscrit le: 19 Sep 2011
Messages: 23
Localisation: Portugal

MessagePosté le: Jeu 20 Oct 2011 21:39    Sujet du message: Répondre en citant

On en finira pas de découvir des vagabonds intellectuels parmi les noirs. En voici un qui veut créer du flou pour plaire à je ne sais quel maitre sans savoir qu'il pouvait-être rejoint para la vérité. Ainsi, suivons tous ce message de papa Diangienda aux Matadiens à propos de la sucession au sein de l'Eglise Kimbanguiste. Question tabou ? Cliquons sur ce lien : http://youtu.be/jIqfHZ69aAc

Les Kimbanguistes ont toujours connu un dilemne : Pendant qu'ils misent sur l'hospitalité comme leur point fort, souvent c'est sur cette même hospitalité que les gens leur payent en monnaie de singe.




Kalemba
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Religions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group