Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Afrocentr { icité, isme, etc...} : Opium des Nègres ?
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Histoire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Ven 30 Juil 2004 19:25    Sujet du message: Afrocentr { icité, isme, etc...} : Opium des Nègres ? Répondre en citant

Un salut fraternel à tous

Très recemment, un concours de circonstances m'a fait repenser à cette citation de Karl Marx:
"La religion, c'est l'opium du peuple".
En bon athée communiste, je suppose qu'il voulait par là insister sur le fait que les politiques aiment voir les preoccupations concrètes des citoyens se noyer dans la ferveur religieuse.
En Afrique, malheureusement, beaucoup d'entre nous passent nuits et jours à fumer de cet opium-là, mais pour les africains et afro-descendants qui vivent hors du continent, j'ai l'impression -puissé-je me tromper...- que ces derniers temps, ils fument un autre type de pipe: l'Afrocentricité, ou l'Afrocentrisme, c'est au choix.
Comme pour l'opium (à la fois le vrai et celui du peuple), tout est affaire de dose: à dose raisonnable, les effets sont généralement très bénéfiques, mais au delà...


Alors, comme dirait un très fameux humoriste de chez moi (Kankan, pour ne pas le nommer), "Qui a organisé?"

Dans les années 30, Senghor, Damas et Césaire créèrent la notion de Négritude.
Aujourd'hui, nous pouvons les juger durement (surtout Senghor, qui fut un bounty notoire), mais au départ, leur idée était noble: valoriser l'Homme Noir, sa culture, son vécu, créer une litterature qui lui soit propre. A cette époque aussi, en dehors de la littérature, le Jazz (re)naît et s'internationalise, on observe l'emergence du concept "d'art nègre", Picasso s'en inspire et devient une icône, c'est l'apogée de la Négritude, au moins dans l'esprit du sens de ce mot.

Plus tard, Soyinka se montrera très critique avec ce concept: "Le tigre ne proclame pas sa tigritude. Il bondit sur sa proie et la dévore." Traduction libre: La "Négritude" ne doit pas se proclamer, mais plutot se vivre. Il s'en suivit un puissant courant littéraire, particulièrement prolifique en Afrique anglophone, mené par Chinua Achebe et Soyinka lui-même, une litterature "auto-centrée" qui refuse la reflexion et l'esthetique construites par rapport à l'occident. En Musique, cette époque coincide avec la naissance de l'afro-beat de Fela (lisez ses textes), le reggae de Bob Marley (idem), bref, la contestation se fait moins pépère, les critiques se font plus dures, autant pour fustiger le neo-colonialisme que pour denoncer l'inertie en Afrique.

Entre temps, Cheikh Anta Diop, de mon point de vue le savant et philosophe africain le plus illustre du 20e siècle, replace notre continent dans le courant de l'Histoire universelle, repense complètement les fondements culturels et paradigmatiques du monde Noir. Obenga et bien d'autres entreront dans son sillage, et avec lui donneront une base scientifique solide aux jeunes générations legitimement desireuses d'explorer le passé occulté de l'Afrique.

S'appuyant à la fois sur les théories diopiennes et sur le concept de tigritude, les idées d'Afrocentricité et d'Afrocentrisme virent donc le jour.
Aujourd'hui, en 2004, nous sommes en plein dedans.
Ce sont sans conteste les courants de pensée dominants dans les communautés Noires de la Diaspora, une sorte de relecture, de redefinition, de refocalisation de tous les concepts liés à l'Afrique, culture et Histoire, passé, present et avenir.
La force de ce courant est generée par un medium de communication plus puissant que la litterature, la musique et tous les autres arts réunis: internet.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais à un niveau personnel, en 2 ans, j'ai appris plus de choses sur l'Afrique et son Histoire qu'en 20 ans d'etudes "classiques" à l'école. Je crois qu'il en est de même pour presque tous les africains et afro-descendants qui ont un accès facile au net: plus ou moins, aucun d'entre nous n'est complètement étranger aux idées de l'Egypte nègre, des grands royaumes africains precoloniaux, de l'apport des civilisations Noires au Monde, etc...Des sites commes grioo, africamaat, ankhonline et bien d'autres, nous ont permis d'augmenter de manière exponentielle notre savoir sur l'Afrique et son passé.
Même si la fracture numérique empêche à l'africain lambda d'avoir accès à ces informations et connaissances pourtant extrêmement importantes pour lui, je pense que vous (qui me lisez) et moi pouvons nous montrer satisfaits d'avoir pu tirer un si bon profit du bien nommé "Interconnected Network".


Bien !!!
Mais vous aurez deviné que je n'ai pas créé ce topic pour booster notre ego et alimenter un sentiment d'auto-satisfaction.
Je l'ai plutôt fait pour que nous essayions de jetter un regard critique sur l'afrocentrisme, l'afrocentricité, l'afro-location (dernier terme en date proposé par un ami à moi), et tous les afro-trucs.

Je sais que beaucoup ne partageront pas mon point de vue (et c'est tant mieux, à quoi servirait un forum si tout le monde pensait pareil ?), mais j'ai l'impression qu'il y a aujourd'hui comme une certaine dérive dans ce courant, que nous retombons dans certains pièges de notre passé récent: culte de la personnalité, exaltation de la race, dogme des "falsificateurs" et des "traîtres", et j'en passe.

J'ai l'impression que l'Afrocentrisme et l'Afrocentricité sont devenus des methodes de proclamation de la "Négritude", non pas sous la forme littéraire et poétique comme le faisaient Senghor et Césaire, mais plutot sous une forme scientifique. Au cas oú je serais dans le vrai (ce que rien ne prouve), nous serions en complète contradiction avec la philosophie Soyinka.
Le seul dont je partage presque toutes les idées lorsque je le lis, c'est Cheikh Anta Diop.
Je veux dire, la precision de son discours, la pertinence de ses idées, la profondeur de sa vision, j'ai l'impression que ça se perd, je rencontre difficilement cela chez les neo-afrocentristes/afrocentriques. On s'inspire beaucoup de son oeuvre, mais dans le fond très peu de gens l'ont effectivement lu, et bien peu encore l'ont compris.
Je conçois aisément que tout le monde ne peut pas avoir le même degré d'analyse, que le plus grand nombre s'arrêtera aux grandes idées tandis que seule une minorité creusera en profondeur, mais même ainsi, je crois que parfois nous perdons en objectivité et nous tombons parfois trop facilement dans des schémas manichéens et simplistes.

Même si à jamais je resterai attaché au concept et aux idées qu'il y a derrière, je finis par douter de l'utilité de tous ces mots, Afrocentrisme, Afrocentricité, Afro-location, etc..., et des disputes qu'il y a autour. Finalement, toute cette phraseologie nous amène à regarder le doigt et non la lune. Par exemple, presque tous les Blancs -sinon tous- sont eurocentristes (et ils ont raison), mais je suis sûr que 99% des français blancs n'ont jamais entendu ce mot de leur vie, et ignorent ce que ça veut dire.
Pour moi, c'est cela, la vraie tigritude.


J'ai l'impression que pour beaucoup d'entre nous, "reconquerir notre histoire" s'arrête à "Les Noirs ont construit les pyramides" et "Les Noirs ont civilisé le monde". Je serai bien le dernier à contredire cela, mais je regrette que ça devienne pour autant la religion de beaucoup d'entre nous, ce qui les empêche de voir la dure et triste réalité de l'Afrique d'aujourd'hui, ses insuffisances, ses carences, ses faiblesses.
Notre objectif est ailleurs, il y a une difference entre but et moyen.
Qu'on soit fervent admirateur de Soyinka ou de Diop, il ne faut pas oublier que leur oeuvre ne s'est pas limitée à definir des concepts et devoiler des verités, mais ils sont allés plus loin, ils ont mis la main à la pâte en Afrique, ils ont apporté une pierre concrète pour la construction de l'édifice sur le continent. L'un comme l'autre ont vécu dans leurs pays d'origine, partagé les souffrances de leur peuple, fait des sacrifices importants pour que la flamme d'une Afrique eternelle et digne ne meurre jamais.

Je crois que leur message était aussi celui-là: ne pas se laisser fasciner par l'outil (reapropriation de nos paradigmes culturels et de notre Histoire) en oubliant qu'il y a un chantier, la (re)construction de l'Afrique.
Ne laissons pas l'Afrocentricité, l'Afrocentrisme, ou quoi que ce soit d'autre, devenir l'Opium des Nègres.

Merci d'avoir lu cette reflexion.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Ven 30 Juil 2004 23:08    Sujet du message: Répondre en citant

Salut, en général, je n'ame pas te faire l'affront de faire une réponse "légère" (non menée à son terme), mais je vais faire une exception.
En fait, c'est surtout parce que je pense qu'il serait plus insultant de prendre le tps (enfin 30 secondes) de répondre à des posts sans profondeur, et de laisser le tiens en suspens.
Aussi, voici une réponse préliminaire:

Ton propos général, l'éfrocentricité comme opium du peuple ne me parait pas en accord avec ce que j'ai l'occasion d'observer.
Par contre, je partage ta sensation de l'afrocentricité qui se "fige", du moins en apparence.
Il est simple de constater que dans la plupart des discussions, la pensée afrocentrique semble se catonner à une revendication scientifique et raffinée de ce qui lui est dû historiquement.
On remarque aussi, que nombre de discussions se font sur le sens de l'afrcentricité. Effectivement, les européens sont eurocentristes, et ils n'ont pas à le revendiquer, mais quel européen reprocherait à un de ses compatriotes cet état d'esprit?En regardant de plus près, le terme afrocentrique n'est pas tant employé dans les discussions avec les européocentristes, mais plus avec les africains anti-panafricanistes.
Aussi, la position de revendiquer son droit à l'existence ne me parait pas la bonne (négritude): l'afrocentrique ne proclame pas son afrocentricité, il est qualifié d'afrocentrique. Il ne se justifie pas devant le paradigme européocentriste (cas de la négritude), mais s'explique, se fait décourir de l'africain, sa préoccupation majeurre.

Je doute qu'un chercheur africain se mette en tête d'écrire, ou de mener une recherche avec comme préoccupation majeure l'européen, et son état d'esprit, ou ses conditions de vie. PAr contre, tout est tourné vers l'africain, aussi, s'il refuse le dialoggue avec ce dernier, comment e mouvement sera-t-il cohérent?

Par contre, il me semble que tu as raison sur un point, et je partage ton avis, il y a un temps où il faut cesser ces bavardages. Il est vrai que les afrocentriques n'initient pas des débats style "la situation africaine, la faute aux afrocentriques?".
Cela dit, s'il faut savoir s'exprimer, il faut savoir passer à autre chose.
Citation:
la notion de Négritude.
est différente de l'afrocentricité en ce sens qu'elle réclame son droit d'exister: le centre devient l'européen, l'élément secondaire l'africain.
Dans le mouvement dont il est question ici, il s'agit de lacer l'africain au centre, et la préoccupation européenne en dernière position.
Citation:
pas se proclamer, mais plutot se vivre
C'est ce que font les suivants de Diop aujourd'hui. L'éducation est la priorité n°1 de l'Afrique avec la Santé. Les Omotunde, etc..; se battent sur le terrain, comme Diop à l'époque, comme les Kasavubu, Lumumba, etc...
Le débat est figé à mon sens, surtout avec les antis. Tu l'auras toi-même remarqué: toujours la même contre_argumentation, pourtant déjà démontée.
C'est là que je te suivrais, et dirais qu'il n'est plus temps de répondre à tout cela. A force de se laisser freiner, on perd en efficacité.
Citation:
si la fracture numérique empêche à l'africain lambda d'avoir accès à ces informations et connaissances pourtant extrêmement importantes pour lui, je pense que vous (qui me lisez) et moi pouvons nous montrer satisfaits d'avoir pu tirer un si bon profit du bien nommé "Interconnected Network".
La mise à disposition de l'information de l'information est au coeur de la préoccupation afrocentrique, il est aussi important de constater que sous cet angle, le débat initié par les détracteurs est: "est-ce qu'informer les gens est important et en quoi". toute personne sensée se doit de répondre. Mais point trop n'en faut.
Aujourd'hui, réhabiliter l'homme noir est toujours d'actualité.
et le sera tant que le
Citation:
dogme des "falsificateurs" et des "traîtres",
sera une réalité.

Falsification: tjs d'actualité
traitres: tjs à l'oeuvre

L'heure est cependant plus à l'élaboration, ou la pmise en pratique d moyens efficaces de les rendre obsolètes une fois pour toutes.
Citation:
je finis par douter de l'utilité de tous ces mots, Afrocentrisme, Afrocentricité, Afro-location, etc..., et des disputes qu'il y a autour. Finalement, toute cette phraseologie nous amène à regarder le doigt et non la lune.
Là, tu as parfaitement raison. Qu'importe le mot qu'on colle derrière, c'est le concept et son efficacité qui importent, et à force de querelles sur ces noms, on perd l'essence du concept.
Citation:
"reconquerir notre histoire" s'arrête à "Les Noirs ont construit les pyramides" et "Les Noirs ont civilisé le monde".
Une vérité que je ne contredirai pas non plus. Pourtant, si tu recenses le nombre de détracteurs sur ce site, je suis sûr que la majorité d'entr eux est noire!!!

N'y at'il pas un énorme problème?

Citation:
la dure et triste réalité de l'Afrique d'aujourd'hui, ses insuffisances, ses carences, ses faiblesses.
justifient-elles totalement l'auto-dénigrement de certains (nombreux) noirs?
Tu as dû remarquer ausi que cela fait partie intégrante de la réalité africaine actuelle.
Pour moi, il ne fait aucun doute que la revalorisation de soi doive être un acquis, et un outil puissant dans le processus de reconstruction d'une combattivité africaine. Cela dit, aujourd'hui, il y a encore des africains pour dire "non, nos ancêtres n'ont jamais fait ça". "nous sommes nuls, et ne savons, et n'avons jamais rtien su faire".
Il y a encore des africains qui osent dire que s'endetter auprès du fmi, suivre la mondialisation meme pour en mourrir est un bien.

Facce à tout cela, mon interrogation est plutôt la suivante:

faut-il les laisser s'enfermer dans ces absurdités, jusque quand, et pour espérer quoi? ->Je n'imagine pas une personne qui ne peut soulever un caillou (accepter sa richesse culturelle, son potentiel intellectuel) aller lever une pierre (y puiser pour améliorer ce qui est à sa portée), ou encore moins déplacer une montagne (se coordonner avec d'autres pour peser réellement sur ses propres conditions sociales).

Pour exemple:

Tu sais comme moi que les personnes militant pour l'annulation de la dette africaine, ou ayant conscience de son lien avec le sous-développement de l'Afrique, est une infime proportion de la population africaine.
Or:

1->la dette est illégitime, infondée, et en plus de cela, devrait être perçue dans le sens opposé
2->Pour améliorer notablement les condition de l'Afrique, on chifre le besoin à 80 Mds $ par ans les sommes à investir en Afrique.
3->L'afrique dépense 4 fois cette somme en remboursements de sa "dette" chaque année!!!! et 3-4 fois cette somme sont investis chaque année par les familles africaines expatriées.

L'équation est simple, moi je vois deux problèmes:
--->information/éducation
---->absence de coordination, car absence presque totale de détermination dans ce sens.

Pr info: l'argent déversé par le fmi représente une part négligeable de ce qui est nécessaire à l'afrique, et occasionne des remboursements si importants que le bm avait déclaré en 2003 que les paiements africains étaient équivalents à des
prêts (qui biensûr ne seront pas remboursés.

tout çapour dire que sans une mentalité totalement au fait de cela, tournée vers le bien-être de l'afrique, consciente que notre triste réalité africaine pourrait changer efficacement du tout au tout, si ne serai-ce que 30% de la popultion africaine était déterminée à modifier les règles du jeu. Voilà l'enjeu de l'information/éducation, et surtout réhabilitation de la conscience combattive, autrement, rien ne bougera.

En conclusion provisoire, il me semble au vu de ces éléments, et de l'activité concrête (éducation, activités politiques, développement, etc..) en Afrique que les seules personnes qui investissent et s'investissent en afrique sont celles qui ont cette conscience historique, sociale, culturelle, politique et économique de ce qu'est potetiellemtn l'Afrique.

La passivité afrocentrique apparente n'est que le contre-coup de la polémique anti-afocentrique, qui la cantonne dans un débat pour justifier son existence.
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Sam 31 Juil 2004 12:58    Sujet du message: Répondre en citant

Muana, avec toi je savais déjà à quoi m'attendre, mais la profondeur de ton discours a quand même réussi à me laisser pantois.
Juste pour te dire que je l'ai lu, et que j'y reviendrai.
Toi même tu sais: "L'affront des réponses baclées..."
Encore merci d'avoir partagé ta vision des choses avec moi.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Sam 31 Juil 2004 13:42    Sujet du message: Répondre en citant

Audissoe Potemkim a écrit:
Afrocentricité, afrocentrisme, afrorevendication, afroespoir, afro-je-ne-sais-quoi, on pourrait appeler cela une Renaissance, non ?

Non.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kajeu
Grioonaute


Inscrit le: 15 Juin 2004
Messages: 42

MessagePosté le: Lun 02 Aoû 2004 17:10    Sujet du message: Répondre en citant

Je partage le fil conducteur de BMW . En effet, si la religion est l'opium du peuple, la citation de Marx en entier disait que "la religion est le coeur d'un monde sans coeur, ----, la religion est l'opium du peuple".

Dans ce sens, l'opium du peuple que serait la religion noyait le problème de la pauvrété des classes prolétariennes d'Europe du 19ième siècle dans un paradis post mortem.
L'afrocentricité place le salut de l'africain lambda par une première étape d'une refonte de notre identité aliénée selon elle.

Dans cette construction identitaire, les débats sont en fait posé en réaction aux préjugés du colonialisme et à la nécessité de faire avancer la science (Histoire)dans un sens objectif ce que Diop a fait. Ce qui est encore loin de la préoccupation de l'africain lambda qui lui subissait l'idéologie colonialiste à travers la négation de ses droits et le mépris de ses libertés. Ce qu'il est urgent de rétablir sachant que dans le passé également dans beaucoup de royaumes africains les droits et les libertés n'avaient pas partout la même saveur.

Exemple, dans le royaume du Kongo, les aristocrates pouvaient pratiquer le fer, la vannerie, pour faire court les activités artisanales tandis que dans les royaumes du Mali et Malinké, les activités artisanales étaient réservées aux castes et l'aristocratie ne s'occupait que de la guerre et du fonctionnement politique.

Maintenant, je ne suis pas d'accord avec l'idée que ceux qui ne partagent pas le crédo afrocentriste soit des objecteurs de conscience. Le combat afrocentriste par réalisme devrait accepter d'orienter ses thèmes vers le développement économique. Autrement dit, il faut rappeler que l'adoption des comportements modernes ne sont pas une assimilation mais une nécessité pour faire face au bouleversement en oeuvre à l'échelle mondial. Exemple qui oserait reprocher à un africain d'apprécier le manioc qui est bel et bien un effet de l'esclavage.

Ce qui est intéressant c'est de constater que même parmi ceux qui ont dilapidé les deniers publics, ils tiennent des réflexions afrocentrées dans les débats de couloir dans les instances internationales.

Ce qui a manqué en partie à l'afrocentrisme c'est de n'avoir pas analysé le bilan des savoir- faire de notre Histoire dans le sens d'une édification des comportements modernes incontournables pour une présence significative sur la scène internationale. La dénégation de l'Afrique est nourrie par sa faiblesse matérielle.

De plus, il ne faut pas être un devin pour savoir que l'acceptation du refus de rembourser la dette africaine par les créanciers répond plus à des considérations purement politique que de politique économique. Je m'explique, actuellement ce dont souffre le plus l'Afrique c'est le manque de crédit de ses cadres. Cette situation n'est pas le fait de l'Afrocentrisme mais il pose également un mauvais diagnostic sur l'Afrque ce qui va encore retarder la sortie de la crise de nos Etats.

En effet, ce qui manque de manière chronique depuis les indépendances, c'est le manque de savoir-faire économique, juridique, stratégique,etc. Ce savoir -faire pour se constituer nécessite l'adoption de règles d'organisation de la société autour de la liberté de la vérité et de la justice. Cette organisation va s'articuler autour d'institutions à définir par la discussion critique et ayant des objectifs d'améliorer la condition de vie des africains. Seul le développement économique répond à ce programme et non l'Histoire et ses contreverses comme nous y invitent les afrocentristes.
Comme une bonne partie de la réflexion était dominée par la question de la réhabilitation des africains, au moment de faire fonctionner les nouvelles administrations post indépendances, il y a eu un déficit de savoir-faire d'où la reconduction extraordinaire des politiques de mises en valeur élaborées par les planificateurs des métropoles. Cette situation est le lot des ex-colonies françaises et anglaises. Les afrocentristes devraient tenir compte de tous ces échecs pour amorcer de nouvelles réflexions basées sur les attentes des populations.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Lun 02 Aoû 2004 20:56    Sujet du message: Répondre en citant

BMW, j'attendrai avec impatience ta contribution, et en attendant que tu trouves le temps, je te laisse un petit lien, pour illustrer mon propos sur les enjeux de la conscientisation de l'Afrique.
http://www.cadtm.org/article.php3?id_article=523 (merci à Gisèle pour m'avoir fait découvrir ce site.)
N'hésite pas à visiter leur site, il est très intéressant, et très précis. Ce ne sont "que" (uniquement) des études économiques, et politiques des rapports occident/afrique depuis les 20 dernières années, leurs conséquences.

Après lecture, et après ton analyse là-dessus et le thème, je te donnerai plus en détails l'explication de ma proposition précédente, et on pourra entrer dans le vif du sujet après mon ébauche d'approche superficielle précédente.

En attendant, le thème concerne toute la communauté négro-africaine, et il me parait surtout important de cibler les rapports de l'afrocentricité à:

1->l'appartheid informationnel/éducatif dont souffre l'afrique
2->l'appartheid économique et le rackettage qu'elle subit en ce moment
3->la domination politico-idéologique que lui impose la mondialisation.

Cela nous permettra de comprendre que ce que l'on qualifie d'afrocentricité n'est rien d'autre que l'attitude normale que tout africain doit avoir: faire passer au premier plan le bien être de l'afrique.
Je pense que ce site à lui seul, plus un autre que je n'ai plus concernant les démarches de manipulation psychologique basées sur les acquis de la colonisation, sauront montrer pourquoi avoir conscience des intérêts en jeu en Afrique, sur les plans ci-dessus est vital, et illustreront le piège de la mondialisatin, ainsi que l'importance de la réhabilitation d'une conscience africaine forte.

A ce propos, sur le site ci-dessus se trouve un article illustrant relativement bien ma position sur le thème, bien que ciblant uniquement (ce qui est déjà colossal) l'aspect économique/stratégique de la mondialisation.
J'ai l'impression que le débat autour de l'afrocentricité, tourne non seulement autour du nom auquel on donne des allures mystérieuses et par-dessus tout de la définition qu'on veut lui donner, ainsi que du manque de certaines données sur son positionnement par rapport à bien des situations.

A bientôt, et merci beaucoup pour ton post.
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mar 03 Aoû 2004 12:16    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis dans l'oeil de la tourmente, muana, pas une seconde de libre (juste pour faire des petits sauts et lire 2-3 posts sur le forum). Donne moi juste 2 ou 3 jours.
Kajeu, merci de nous avoir rejoint.
Ce sera une très interessante discussion !!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Ven 06 Aoû 2004 19:08    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
la présentation des faits qui confortent plutôt l'idée d'un africain passif
effectivement, passif: pendant qu'il passe son temps à chercher quel mot employer pour qualifier la situation, le temps passe.
http://www.cadtm.org/article.php3?id_article=523
et on se joue de lui.
Citation:
apartheid informationnel
ce terme a un sens, valable pour tout le monde, et pas un sens pour kajeu et un pour le reste du monde.
Citation:
Les mesures pour valoriser l'éducation en Afrique n'ont pas été prises pour des raisons très connues et qui ne sont pas de l'ordre du complot contre l'Afrique.
cf ci-dessus.
Citation:
Actuellement si l'africain lambda souffre d'asymétrie d'information, il est le fait essentiellement de ses élites.
faux: les programmes scolaires ne sont pas aux mains des gouvernements africains. tu dis toi-même que dans des écoles, le programme français est de rigueur, ce n'est pas normal.
Citation:

On accuse le FMI ou autre mais des africains y travaillent
J'en ai rien à faire, que des africains ou des martiens y travaillent, ça reste le fmi. Ils n'ont d'ailleurs soit pas le pouvoir, soit pas la motivation d'y changer quoi que ce soit.
Citation:
il y a le rackettage de la bourgeoisie d'Etat (des africains)
compare une centaine de millioards de dollars déournés par les dirrigents avec 80 fois cette somme envoyée annuellement à l'occident. l'un rackette, l'autre prend sa commision.
Citation:
seule une indépendance effective de la justice française par rapport aux milieux politiques français pourrait accélérer la fin de ce système verreux.
Citation:
un africain passif par rapport au déroulement de son Histoire
Rolling Eyes
Citation:
Quelle stratégie devons nous employer pour contribuer à son démantèlement?
la loi du marché: nous avons un pouvoir d'achat, donc un pouvoir de décision, le boycot reste l'option non-armée la plus efficace.
Citation:
La mondialisation est une étape normale,
C'est une escroquerie pour les africains: elle repose sur le système d'exploitation actuel de l'Afrique. Mais je pense que tu le sais parfaitement.
Citation:
les pays n'avaient pas suffisamment de ressort intellectuel pour changer les données handicapantes de l'héritage colonial.
Ceci est faux. Ces intellectuels ont été combattus par leurs gouvernements repectifs, adeptes du discours de la mondialisation, et assimilés à la françafrique.
Citation:
Certes cela fait un peu révolution française
Pas besoin de s'identifier à quoi que ce soit, on mérite mieux que du mimétisme. Les données sont radicalement différentes.
Citation:
Le marché mondial avec une bonne stratégie économique nous permettra de ratrapper beaucoup de temps perdu.
dans la course à la failite, c'est sûr. Ce marché mondial pour l'Afrique est un piège, où tous les précédents imbéciles au pouvoir (sauf ceux des indépendances) se sont engouffrés.
Citation:
en ce moment nous pourrions négocier en des termes réalistes nos antécédants historiques.
Nous pourrions surtout être libres et travailler à notre avenir.
Négocier suppose d'avoir un poids identique dans les rapports. Ce n'est pas le cas. D'autre-part, la position du mendiant est celle adoptée depuis longtemps. elle n'a rien donné.

En conclusion, nous nous sommes largement éloignés du thème, fermons ici cette parenthèse, avant qu'elle ne dégénère comme dans l'autre thème.
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
GISELE
Grioonaute 1


Inscrit le: 25 Mar 2004
Messages: 158

MessagePosté le: Lun 09 Aoû 2004 01:57    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous/toutes!
Ce sujet m'intéresse et me dérange curieusement. En fait c'est aprés avoir lu les reflexions de Kajeu, que je me dis que c'est trop policé. Dommage je suis fatiguée (je suis en vacances!), mais j'écrirai bien dessus, ce mot trés court c'était juste pour encourager BMW.
_________________
A quand les tribunaux contre l'incitation aux viols?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Lun 09 Aoû 2004 20:53    Sujet du message: Répondre en citant

Un salut chaleureux à tous.

Je commencerai par vous presenter mes plus plates excuses pour mon retard.
Des contraintes de toute sorte ne nous laissent pas toujours le temps d'être ou de faire ce qu'on souhaite le plus.

Je vois que la discussion a avancé à grands pas entre temps, et je m'en réjouis.
Au delà des réponses apportés à mon post initial, l'opposition Kajeu-Muana (qui demeurre strictement sur le plan des idées, je le suppose et je l'espère) est vraiment digne d'intérêt, interessante à plus d'un titre.


Alors, je commence par muana, mon premier interlocuteur.
J'essayerai de resumer ta pensée par thèmes, car je crois que sur le net c'est plus facile de discuter sur les idées générales.


Arrow Tu ne partage pas mon point de vue selon lequel l'afrocentricité devient peu à peu l'opium du peuple.
muana kongo a écrit:
Ton propos général, l'éfrocentricité comme opium du peuple ne me parait pas en accord avec ce que j'ai l'occasion d'observer.
...
Aujourd'hui, réhabiliter l'homme noir est toujours d'actualité. et le sera tant que le "dogme des "falsificateurs" et des "traîtres" " sera une réalité.
J'ai essayé de presenter (selon ma vision propre) le cheminement de l'idée afrocentrique dans l'Histoire.
J'avais oublié de préciser que je ne me positionne pas par rapport à Molefi Asante qui semble-t-il a introduit le nom (et non le concept) d'afrocentricité. Je respecte ses travaux et ses idées, mais pour moi peu importe le nom qu'on lui donne, je parle ici du concept "diopisme+tigritude", que j'appelle afrocentricité par commodité.

Comme tu auras pu le noter dans mon post initial, j'y suis profondément attaché: je ne suis pas par conséquent contre l'afrocentricité. Ce que je déplore, c'est l'utilisation que certains d'entre nous en font, et l'entendement que certains d'entre nous en ont.
C'est pour cela que je souhaite qu'il ne dérive pas, sous peine de devenir improductif.
Je pense sincèrement que cela devient un opium pour beaucoup, et que certains vrais problèmes echappent à (une partie de) la jeunesse africaine parce qu'il restent accrochés aux pyramides d'Egypte et à l'empire du Mali.
Attention: en relisant attentivement mon post, tu te rendras compte que je parle principalement des africains qui vivent en occident (indépendemment de la raison de leur séjour), de ceux justement qui ont un accès facile au net, et qui ressentent inconsciemment le besoin de se valoriser face aux agressions culturelles (et autres) dont ils souffrent quotidiennement.
Malheureusement sur le continent, les gens n'ont pas un accès facile au net (vecteur eminement important de l'afrocentricité), ce qui fait que pour eux la question ne se pose pas: Toutes ces idées leurs sont etrangères (pas d'accès au net, programmes scolaires bidon, gouvernants eux-mêmes aliénés, corrompus et ignorants, etc...), c'est profondément regrettable, mais ce n'est pas ici le débat.

Les premiers, disais-je, font pour la majorité de l'afrocentricité un but et non un moyen.
Parcours ce forum, et aussi d'autres.
Nous ressentons le besoin d'aller dans les sites des occidentaux leur dire que les pharaons étaient Noirs.
Nous avons besoin que dans leurs télés ils montrent des pharaons noirs.
Nous avons besoin d'entendre dans leur bouche que les Noirs ont civilisé le monde.
Ces besoins sont sains tant qu'il n'ont pas d'autres motivations que la recherche de la vérité scientifique.
Mais pour beaucoup d'entre nous, c'est un retour à la case départ: nous chercher dans le regard de l'autre, souhaiter que les autres reconnaissent notre valeur.
N'as-tu pas cette sensation lorsque tu lis certains africains "afrocentriques" (surtout les jeunes)?


Arrow Tu penses par contre que que l'afrocentricité se fige a force de fire l'objet de "conversations de salon"
muana kongo a écrit:
Il est simple de constater que dans la plupart des discussions, la pensée afrocentrique semble se catonner à une revendication scientifique et raffinée de ce qui lui est dû historiquement.
On remarque aussi, que nombre de discussions se font sur le sens de l'afrcentricité.
...
il y a un temps où il faut cesser ces bavardages. Il est vrai que les afrocentriques n'initient pas des débats style "la situation africaine, la faute aux afrocentriques?".
Cela dit, s'il faut savoir s'exprimer, il faut savoir passer à autre chose.
...
Qu'importe le mot qu'on colle derrière, c'est le concept et son efficacité qui importent, et à force de querelles sur ces noms, on perd l'essence du concept.

Ici, nous sommes globalement d'accord. Pas besoin donc d'approfondir.


Arrow Tu as aussi dit un truc qui me plaît, et qui résume assez bien ma position
muana kongo a écrit:
Aussi, la position de revendiquer son droit à l'existence ne me parait pas la bonne (négritude): l'afrocentrique ne proclame pas son afrocentricité, il est qualifié d'afrocentrique. Il ne se justifie pas devant le paradigme européocentriste (cas de la négritude), mais s'explique, se fait décourir de l'africain, sa préoccupation majeurre.
...
la notion de Négritude est différente de l'afrocentricité en ce sens qu'elle réclame son droit d'exister: le centre devient l'européen, l'élément secondaire l'africain.
Dans le mouvement dont il est question ici, il s'agit de lacer l'africain au centre, et la préoccupation européenne en dernière position.

Je parfaitement d'accord avec cette definition qui recoupe la mienne.
Ici encore, pas besoin d'aller plus loin.


Arrow Tu penses aussi que les premiers ennemis de l'afrocentricité, ce sont les anti-panafricanistes et les anti-afrocentriques
muana kongo a écrit:
En regardant de plus près, le terme afrocentrique n'est pas tant employé dans les discussions avec les européocentristes, mais plus avec les africains anti-panafricanistes.
...
Pour moi, il ne fait aucun doute que la revalorisation de soi doive être un acquis, et un outil puissant dans le processus de reconstruction d'une combattivité africaine. Cela dit, aujourd'hui, il y a encore des africains pour dire "non, nos ancêtres n'ont jamais fait ça". "nous sommes nuls, et ne savons, et n'avons jamais rtien su faire".
...
La passivité afrocentrique apparente n'est que le contre-coup de la polémique anti-afocentrique, qui la cantonne dans un débat pour justifier son existence.

Huuuummmm...A moitié d'accord, à moitié pas d'accord.
Il y a une difference entre les gens
- qui sont contre l'idée afrocentrique parce qu'ils ne croient pas au concept (on est citoyens du monde, etc...) ou croient que la base est idéologique (c'est des conneries, les Noirs sont complexés, etc...)
- et ceux qui sont contre sa "dogmatisation", contre son utilisation à temps et à contre-temps.

Ce n'est pas pareil.
Autant je pense que les afrocentristes ne doivent pas perdre leur temps à essayer de convaincre ceux qui leurs sont ideologiquement ou visceralement hostiles, autant elle doit apprendre à accepter la saine (auto-)critique et la remise en question.
Elle doit revoir ses classiques, qui pour moi sont
La tigritude:
Le tigre ne proclame pas sa tigritude ,il bondit sur sa proie et la devore.
Moi je veux bien, mais encore faut-il être un tigre.
Nos ancêtres furent des tigres et ils l'ont prouvé. Cinq mille ans après, ont voit encore leur oeuvre.
Mais nous, "tigres" afrocentristes d'aujourd'hui, qu'avons-nous déjà fait ?
Je ne dirai pas "rien", car ce serait faux, mais force est de constater que nous ressemblons plus à des chats miteux et faméliques qu'à des tigres. L'intérêt d'une majorité aujourd'hui, c'est que "les minorités visibles" soient respectées en occident (parce qu'ils ont construit les pyramides il y a 3000 ans), et pas que l'Afrique se developpe. Chacun compte sur son voisin pour se mouiller.
Le diopisme:
Ça veut dire être (autant que faire se peut, faut pas non plus se griller la cervelle) des intellectuels pointus, engagés, productifs, et efficaces. Des gens profondément attachés à l'Afrique, prêts à y vivre malgré les difficultés.
Combien d' (intellos) africains repondent à ces critères aujourd'hui? De mon point de vue bien peu. Depuis Diop, les grands savants africains mondialement respectés se comptent sur le bout des doigts.
Ça c'est au niveau des pointures, mais au niveau de monsieur-tout-le-monde, la chose ne se presente pas sous un jour meilleur. Que chacun d'entre nous se pose humblement ces simples questions, et y reponde dans son coeur: "Combien de livres ecrits par des africains ai-je déjà acheté ? Combien en ai-je dans ma bibliothèque (si elle existe) ?"


Voilà la réaction que j'ai par rapport à ton post, muana.
Kajeu, je te reponds sous peu, faut que je me casse.
Gisèle, tes encouragements me vont droit au coeur.

Ciao, people.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Mer 11 Aoû 2004 14:29    Sujet du message: Répondre en citant

Je rappelle juste que les Africains (ou plus généralement les Noirs) n'ont pas inventé L'Afrocentrisme.

Donc, si il venait à un africain de fumer de cet "opium" là, ça serait dommage pour lui.

Accusé d'eurocentrisme et de menteurs par les scientifiques noirs, les européens n'ont trouvé rien de mieux que de les accuser d'afrocentriste (afrocentrisme). C'est de là que vient c emot...donc à ne plus écrire , ni proférer.

Ah oui, à propos des vecteurs de l'Afrocentricté, je pense qu'il y'a comme un problème.
Lors d'un meeting organisé par Africamaat (à l'époque, c'était africagora),j'avais personnellement fait état au Pr Mole Kefi Asante du fait que si son dernier livre "Afrocentricité" était vendu à 25€ en France, il était évident que les africains d'Afrique ne l'achèteraient jamais et par conséquent ne le liraient jamais.
Je lui avais donc demandé s'il acceptait qu'on mette son livre sous un format éléctronique et que ça soit gratuitement distribué sur Internet.
Sa réponse, à mon grand désespor a été très floue. ça a fait que je prenne mes distances par rapport à tout ça.
Vendre ses idées ne nous aidera hélas pas beaucoup.
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mer 11 Aoû 2004 17:15    Sujet du message: Répondre en citant

muana kongo a écrit:
En conclusion, nous nous sommes largement éloignés du thème, fermons ici cette parenthèse, avant qu'elle ne dégénère comme dans l'autre thème.

Muana, Kajeu, comme vous l'aurez remarqué, j'ai moi-même fermé la parenthèse en question.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Mer 11 Aoû 2004 17:45    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Je lui avais donc demandé s'il acceptait qu'on mette son livre sous un format éléctronique et que ça soit gratuitement distribué sur Internet.
Sa réponse, à mon grand désespor a été très floue. ça a fait que je prenne mes distances par rapport à tout ça.
Je comprends ton point de vue, mais je pense aussi qu'il est difficile de demander à un chercheur de ne rien tirer de ses recherches...
Cela dit, rendre accessibles ses thèses, ou les grandes lignes de ses travaux/réflexions peut être une excellente chose, et un bon compromis:
ceux qui en ont besoin y ont accès, et ça contribue aussi à intéreser ceux qui ne connaissent pas forcément le sujet. Le gros du travail peut être vendu, il est normal qu'on bénéficie du fruit de sa sueur..


BMW:
Citation:
Ce que je déplore, c'est l'utilisation que certains d'entre nous en font, et l'entendement que certains d'entre nous en ont.

Je vois mieux ce que tu veux dire, et suis d'accord avec cel. Cependant, à mon huhmble avis, la dérive par certaines personnes est inévitable.
Ce qui compte c'est donc le pôsitionnement de chacun face à l'afrocentricité, et donc ce que chcacun veut en faire.
En clair, cela a plus trait à ce que chaque personne découvrant ces thèses veut en faire. Nous avons eu l'exemple d'un texte posté par Chaka, à caractère plutôt anti-leucodermes.
Je ne pense pas que l'afrocentricité, ou Diop soit directement responsable de ce genre de dérives, plutôt ce n'est qu'un outil, que l'auteur a pris pour extérioriser sa haine.
Par contre
Citation:
certains vrais problèmes echappent à (une partie de) la jeunesse africaine parce qu'il restent accrochés aux pyramides d'Egypte et à l'empire du Mali.

probable en effet.
Il est vrai que chacun a son degré de compréhension propre, mais il faut aussi laisser aux gens le temps d'assimiler. La plupart de ceux qui se cantonnent d'eux mêmes dans ce genre de revendications le font par réaction, ils ne sont pas encore sortis du cercle de leur auto-dénigrement. dès lors que tel point est acquis, on s'en sert comme base pour analyser d'autres questions.

Mes aïeux disaient:
"De l'ancien provient le nouveau, du connu l'inconnu" (proverbe coupé).
En clair: on découvre et analyse selon ce que l'on a déjà acquis. Et on ne va à la découverte de l'inconnu que sur les bases de ce qui est connu.

Aussi, le problème tend plus à la nécessité de maitriser cette partie de l'histoire, u'elle soit un outil de découverte, et no npas une fin en soi.

Cela m'amène à envisager la chose sous un autre angle. On n'a pas défini clairement (à ma connaissance), par exemple sous la forme d'un livre ou de publications grand public (accessibles à tous, je précise), le but et les limites de l'afrocentricité.

Si bien que certains ne savent pas toujours quoi en faire, ou où aller à partir de là. Il est vrai que c'est un problème auquel je n'ai guère pensé: vulgariser les objectifs, et la nature de l'afrocentricité. En fait, il eut été moins facile d'arriver à ces dérives si l'on avait à l'origine déjà formulé de manière simple et acessible à tous une sorte de "manuel d'utilisation" de l'afrocentricité".
Citation:

Nous ressentons le besoin d'aller dans les sites des occidentaux leur dire que les pharaons étaient Noirs.
C'est possible, cela dit, que serait la position de laisser dire?
Citation:
s les sites des occidentaux leur dire que les pharaons étaient Noirs.
Nous avons besoin que dans leurs télés ils montrent des pharaons noirs.
Nous avons besoin d'entendre dans leur bouche que les Noirs ont civilisé le monde.
Ces besoins sont sains tant qu'il n'ont pas d'autres motivations que la recherche de la vérité scientifique.
cela n'engage que moi, mai sje trouve aussi dangereux pour la jeunesse qui n'a pas encore accès à cette vérité scientifique, de se laisser bercer dans le mensonge, parce que c'est lui qu iconditionnera en grande partie le raisonnement futur.
Citation:

- et ceux qui sont contre sa "dogmatisation", contre son utilisation à temps et à contre-temps.
Manque de précision, mon propos n'incluait que l'autre catégorie: celle qui est contre, pas ceux qui sont contre l'emploi à tord et à travers et pour justifier n'importe quoi.
Citation:
es afrocentristes ne doivent pas perdre leur temps à essayer de convaincre ceux qui leurs sont ideologiquement ou visceralement hostiles, a
c'est vrai, mais c'est humain: étant attaqué, on attaque aussi...
Citation:
accepter la saine (auto-)critique et la remise en question.
D'accord aussi. Mais il faut définir ce que l'on appelle auto-critique: pour certains auto-critique= balancer toute forme de remarques même si fausses, et hors sujet sans aucun but précis.
L'autocritique doit rester le bilan des objectifs, et des actions accomplies/échouées.
Citation:
Des gens profondément attachés à l'Afrique, prêts à y vivre malgré les difficultés.
disons surtout prêts à travailler pour s'y créer un cadre agréable, et améliorer les conditions à leur échelle. La difficulté n'est pas une chose à laquelle on doit se résigner, mais elle doit être combttue, sinon, ça ne sert à rien.
Citation:
Que chacun d'entre nous se pose humblement ces simples questions, et y reponde dans son coeur: "Combien de livres ecrits par des africains ai-je déjà acheté ? Combien en ai-je dans ma bibliothèque (si elle existe) ?"
à cela j'ajouterais: bilan de mes compétences, et qu'est-ce que je pourrai en faire pour mon peuple, et dans la vie courante, ai-je du respect envers les miens, envers moi-même, etc... ça se joue aussi à ce niveau là.
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mer 11 Aoû 2004 17:57    Sujet du message: Répondre en citant

nino a écrit:
Je rappelle juste que les Africains (ou plus généralement les Noirs) n'ont pas inventé L'Afrocentrisme.

Donc, si il venait à un africain de fumer de cet "opium" là, ça serait dommage pour lui.

Accusé d'eurocentrisme et de menteurs par les scientifiques noirs, les européens n'ont trouvé rien de mieux que de les accuser d'afrocentriste (afrocentrisme). C'est de là que vient c emot...donc à ne plus écrire , ni proférer.

Je ne sais pas trop.
Tu est en train de me dire que afrocentricité (ou afrocentrisme, je ne sais pas si c'est la même chose ou si c'est different) est une réaction par rapport à l'occident.
Personnelement, je ne suis pas de cet avis, je crois plutôt à la ligne directrice que j'ai ébauchée dans mon premier post.
Mais bien sûr, je peux me tromper.


nino a écrit:
Ah oui, à propos des vecteurs de l'Afrocentricté, je pense qu'il y'a comme un problème.
Lors d'un meeting organisé par Africamaat (à l'époque, c'était africagora),j'avais personnellement fait état au Pr Mole Kefi Asante du fait que si son dernier livre "Afrocentricité" était vendu à 25€ en France, il était évident que les africains d'Afrique ne l'achèteraient jamais et par conséquent ne le liraient jamais.
Je lui avais donc demandé s'il acceptait qu'on mette son livre sous un format éléctronique et que ça soit gratuitement distribué sur Internet.
Sa réponse, à mon grand désespor a été très floue. ça a fait que je prenne mes distances par rapport à tout ça.
Vendre ses idées ne nous aidera hélas pas beaucoup.

Tout à fait d'accord.
Moi aussi j'ai pris certaines distances non pas avec le concept (auquel je reste attaché), mais plutot avec certaines personnes qui alimentent ce que j'ai appelé "le culte de la personnalité".
Certains en font une histoire de vendre des livres et des trucs comme ça, et c'est vraiment dommage.
Perso, je crois que le net nous a beaucoup aidé par sa gratuité ou son bas prix (je parlent pour ceux qui sont principalement en occident), vu que en Afrique, l'impact numerique ne s'est pas encore fait sentir. C'est aussi l'une des raisons pour les quelles la vague afrocentriste a eu des effets particulièrements positifs dans la diaspora.

PS: Visiblement, on composait nos posts au même moment, muana. Je te reponds plus tard.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2679

MessagePosté le: Sam 14 Aoû 2004 11:35    Sujet du message: Répondre en citant

BMW a écrit:

Je ne sais pas trop.
Tu est en train de me dire que afrocentricité (ou afrocentrisme, je ne sais pas si c'est la même chose ou si c'est different) est une réaction par rapport à l'occident.


Ce que nino veut dire (du moins je crois) c'est que les europeens se sentant demasques (de falsification de notre histoire) par les intellectuels africains/noirs, on vite fait d'eloigner le debat de leurs mefaits, en accusant les africains d'afrocentrisme.

Une strategie vieille comme le monde.

C'est donc pas une strategie des noirs par rapport a l'occident, mais une etiquette que les europeens leurs colle afin de les discrediter.

On en arrive donc a une situation ou on ne discute plus des mefaits de ces europeens ou de la veracite des accusations portees par les africains, mais plutot de l'etat d'esprit de ces memes africains.
On a alors vite fait d'assimiler toute accusation peut etre justifiee qu'ils peuvent porter, a de la schizophrenie, de la paranoia.

On les accuse de ne rechercher que la vengeance, d'etre haineux, de chercher a se "construire" un passe glorieux.

Ce qui est marrant, c'est que les europeens trouveront leurs plus fervents adeptes et soldats dans les rangs de ces memes noirs/africains.
Ils sont les premiers a mettre en doute l'hypothese d'une egypte noire par exemple.

T'as qu'a lire ce que beaucoup de noirs sur ce forum ecrivent, des que l'on parle des implications des toubabs a notre asservissement.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Sam 14 Aoû 2004 22:00    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:
BMW a écrit:

Je ne sais pas trop.
Tu est en train de me dire que afrocentricité (ou afrocentrisme, je ne sais pas si c'est la même chose ou si c'est different) est une réaction par rapport à l'occident.


Ce que nino veut dire (du moins je crois) c'est que les europeens se sentant demasques (de falsification de notre histoire) par les intellectuels africains/noirs, on vite fait d'eloigner le debat de leurs mefaits, en accusant les africains d'afrocentrisme.

Une strategie vieille comme le monde.


C'est donc pas une strategie des noirs par rapport a l'occident, mais une etiquette que les europeens leurs colle afin de les discrediter.


C'est exactement ça.
A priori, il n'y a que les européens pour nous expliquer ce que veut dire "afrocentrisme" et il n'y a que les africains pour nous expliquer "afrocentricité".
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mer 18 Aoû 2004 16:14    Sujet du message: Répondre en citant

nino a écrit:
M.O.P. a écrit:
BMW a écrit:

Je ne sais pas trop.
Tu est en train de me dire que afrocentricité (ou afrocentrisme, je ne sais pas si c'est la même chose ou si c'est different) est une réaction par rapport à l'occident.


Ce que nino veut dire (du moins je crois) c'est que les europeens se sentant demasques (de falsification de notre histoire) par les intellectuels africains/noirs, on vite fait d'eloigner le debat de leurs mefaits, en accusant les africains d'afrocentrisme.

Une strategie vieille comme le monde.


C'est donc pas une strategie des noirs par rapport a l'occident, mais une etiquette que les europeens leurs colle afin de les discrediter.


C'est exactement ça.
A priori, il n'y a que les européens pour nous expliquer ce que veut dire "afrocentrisme" et il n'y a que les africains pour nous expliquer "afrocentricité".


OK, si je comprends bien, votre intervention tend à faire la distinction entre "afrocentrisme" (les européens qui accusent les africains de se mytifier) et "afrocentricité" (les africains qui analysent leur histoire et leur société avec leur propre paradigme).
OK, c'est entendu. Pour moi, c'est la même chose apprehendée de deux points de vue differents, mais je comprends ce que vous voulez dire.

Moi je parle donc d'afrocentricité.
Par rapport à la critique que nous menons donc par rapport à l'afrocentricité, je suis curieux de savoir quel est votre point de vue, votre perception de ce mouvement aujourd'hui.


muana kongo a écrit:
BMW a écrit:
certains vrais problèmes echappent à (une partie de) la jeunesse africaine parce qu'il restent accrochés aux pyramides d'Egypte et à l'empire du Mali.

Je vois mieux ce que tu veux dire, et suis d'accord avec cel. Cependant, à mon huhmble avis, la dérive par certaines personnes est inévitable.
Ce qui compte c'est donc le pôsitionnement de chacun face à l'afrocentricité, et donc ce que chcacun veut en faire.
En clair, cela a plus trait à ce que chaque personne découvrant ces thèses veut en faire. Nous avons eu l'exemple d'un texte posté par Chaka, à caractère plutôt anti-leucodermes.
Je ne pense pas que l'afrocentricité, ou Diop soit directement responsable de ce genre de dérives, plutôt ce n'est qu'un outil, que l'auteur a pris pour extérioriser sa haine.
Par contre
BMW a écrit:
certains vrais problèmes echappent à (une partie de) la jeunesse africaine parce qu'il restent accrochés aux pyramides d'Egypte et à l'empire du Mali.

probable en effet.

Il est vrai que chacun a son degré de compréhension propre, mais il faut aussi laisser aux gens le temps d'assimiler. La plupart de ceux qui se cantonnent d'eux mêmes dans ce genre de revendications le font par réaction, ils ne sont pas encore sortis du cercle de leur auto-dénigrement. dès lors que tel point est acquis, on s'en sert comme base pour analyser d'autres questions.


Je suis très d'accord avec ça, je crois que c'est très exactement ce que je pense.
Je comprends tout à fait qu'un jeune qui decouvre brusquement le courant afrocentriste puisse se devier, se perdre pendant quelque temps dans un sentiment de reaction (parfois violente) et d'auto-glorification: je dirai même presque que c'est sain.
Ce que je "pardonne" un peu moins, c'est que justement certains d'entre nous restent trop longtemps dans ce que tu as appelé l'étape d'assimilation.

Il nous faut être plus profonds et plus efficaces dans notre engagement afrocentriste.
Il me semble que la survie de ce courant de pensée en dépend.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ARDIN
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1863
Localisation: UK

MessagePosté le: Mer 25 Aoû 2004 16:05    Sujet du message: Répondre en citant

BMW a ecrit:

Citation:
Arrow Tu ne partage pas mon point de vue selon lequel l'afrocentricité devient peu à peu l'opium du peuple.
muana kongo a écrit:
Ton propos général, l'éfrocentricité comme opium du peuple ne me parait pas en accord avec ce que j'ai l'occasion d'observer.
...
Aujourd'hui, réhabiliter l'homme noir est toujours d'actualité. et le sera tant que le "dogme des "falsificateurs" et des "traîtres" " sera une réalité.


J'ai essayé de presenter (selon ma vision propre) le cheminement de l'idée afrocentrique dans l'Histoire.
J'avais oublié de préciser que je ne me positionne pas par rapport à Molefi Asante qui semble-t-il a introduit le nom (et non le concept) d'afrocentricité. Je respecte ses travaux et ses idées, mais pour moi peu importe le nom qu'on lui donne, je parle ici du concept "diopisme+tigritude", que j'appelle afrocentricité par commodité.

Je pense sincèrement que cela devient un opium pour beaucoup, et que certains vrais problèmes echappent à (une partie de) la jeunesse africaine parce qu'il restent accrochés aux pyramides d'Egypte et à l'empire du Mali.
Attention: en relisant attentivement mon post, tu te rendras compte que je parle principalement des africains qui vivent en occident (indépendemment de la raison de leur séjour), de ceux justement qui ont un accès facile au net, et qui ressentent inconsciemment le besoin de se valoriser face aux agressions culturelles (et autres) dont ils souffrent quotidiennement.
Malheureusement sur le continent, les gens n'ont pas un accès facile au net (vecteur eminement important de l'afrocentricité), ce qui fait que pour eux la question ne se pose pas: Toutes ces idées leurs sont etrangères (pas d'accès au net, programmes scolaires bidon, gouvernants eux-mêmes aliénés, corrompus et ignorants, etc...), c'est profondément regrettable, mais ce n'est pas ici le débat.



Salut

J'avais la meme reserve que Muana, mais comme tu as eclaire ton point, inutile de s'y attarder, par contre:


Citation:
Comme tu auras pu le noter dans mon post initial, j'y suis profondément attaché: je ne suis pas par conséquent contre l'afrocentricité. Ce que je déplore, c'est l'utilisation que certains d'entre nous en font, et l'entendement que certains d'entre nous en ont.
C'est pour cela que je souhaite qu'il ne dérive pas, sous peine de devenir improductif.



Muana Kongo a ecrit:

Citation:
Cela m'amene a envisage la chose sous un autre anle. On n'a pas defini clairement (a ma connaissance), par exemple sous la forme d'un livre ou de publications grand public (accessibles a tous, je precise), le but et les limites de l'afrocentricite.

si bien que certains ne savent toujours quoi en faire, ou aller a partir de la. Il est vrai que c'est un probleme auquel je n'ai guere pense. Vulgariser les objectifs, et la nature de l'afrocentricite. En fait, il eut ete moins facile d'arriver a ces derives si l'on avait a l'origine deja formuler de maniere simple et accessible a tous une sorte de "manuel d'utilisation de l'afrocentricite"


Je souscris a l’aspiration de Muana

je donne ici la perception sommaire que j’ai personnellement de l’afrocentricite.
Voyons ensuite si nous nous accorderons tous sur une definition, et peut etre debattre sur ses buts et limites.

l’afrocentricite donc, a mon avis, est d’abord un mode
d’affirmation d’un pluralisme racial, avec pour souci central d’avancer la position des
africains en affirmant leur identite et leurs contributions au monde, et en demasquant
les prejuges et les limites de la culture occidentale.
L’objectif des afrocentristes n’est pas de remplacer « l’histoire blanche par l’histoire noire », ni « les mathematiques blanches par les mathematiques noires » comme les eurocentristes s’evertuent a les presenter mais de favoriser plutot une vue plus plausible des arts, des sciences sociales, des sciences physiques comme produits non pas de la culture occidentale uniquement, mais de la culture humaine plus largement consideree et evaluee que ne l’auraient permis les elites intellectuelles traditionnelles blanches. Ainsi les afrocentristes epousent une vision d’ensemble d’une humanite diversifiee et rejetant les aspects sectaires, imperialistes et deshumanisants des pretentions eurocentristes d’un universalisme dans la vie scientifique, culturelle et intellectuelle.
L’afrocentricite pour moi c’est aussi ce monde ou les africains doivent etre vus comme etant des sujets proactives de l’Histoire, et non comme on les presente toujours comme etant des sujets passifs de l’histoire occidentale.
Les afrocentristes se sont donc donnes pour mission de reetablir l’afrique et les africains comme centre de valeurs sans pour autant occulter ou reduire les autres peuples et leur contribution historique a la civilisation mondiale, ils veulent tout simplement retablir la verite la ou il ya eu mensonge.

La pre-occupation premiere des afrocentristes est l’histoire et la culture noire, ceci ouvre une nouvelle perspective a l’humanite en general, et particulierement dans le milieu culturel ou le terme « humanite en general » a toujours eu l’unique tendance de porter « la marque blanche. »
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Jeu 26 Aoû 2004 20:35    Sujet du message: Répondre en citant

Falash'nikoff a écrit:
Jai évité dintervenir sur ce sujet car il concerne avant tout les Africains et que seuls eux sont capables de jeter ce quil y a de nocif dans ces idéologies

Néanmoins:

Citation:
C'est comme si je disais que la "nazitude" est le "nazisme" vu par les juifs. Ca n'a pas de sens. A quoi bon voir le nazisme à traves la lunette juive, cette vision sera forcément fausse; mieux vaut étudier le nazisme à partir de son centre propre. De même mieux vaut étudier l'afrocentricité à travers son centre propre


Cest peut être une provocation inutile de la part de fari mais je pense que si javais remplacé "nazitude"blabla... par l' "esclavitude" (vraiment nimporte quoi) est "l'esclavage" vu par les Noirs. Ca na pas de sens. A quoi bon voir lesclavage à travers des lunettes noires, cette vision sera forcément fausse; mieux vaut étudier l'esclavage du point de vue de Colbert ou de Louis XIV" je suppose que ça en aurait révolté plus dun et cest normal.

Pourtant ca ne semble choquer personne.

Citation:
mieux vaut étudier le nazisme à partir de son centre propre
donc dapres toi la shoah était justifié parce que Hitler considérait les Juifs comme de la vermine? Ok je commence a comprendre à qui jai affaire.

Hodép!
tu comprends surtout ce que tu veux comprendre et tu ne rates pas une occasion de te victimiser.
Je pense aussi que l'exemple n'est pas le bon, mais arrête d'y voir des attaques partout, personne ne s'intéresse à toi. Shocked
Et en plus tu ne t'es pas gardé d'intervenir, on t'en a gardé parce que tu déviais sans cesse. Et tu tentes encore de tout ramener vers les problèmes des hyksos...
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Jeu 26 Aoû 2004 20:51    Sujet du message: Répondre en citant

Falash'nikoff a écrit:
Je sais que tu es doué dans lart dinverser les roles, mais je pense que les grioonautes seront capable de faire la part des choses. Il est évident que cest bien fari qui a parlé des Juifs alors que ca na aucun rapport avec le sujet.

Hodèp!
fari a pris un exemple, point. Tu as agi à la manière d'un schyzophrène, en faisant de cet exemple le point central de ton discours, et comme un mythomane sioniste hypocrite en prêtant des idées qu'il n'avat pas à fari, ça suffit avec tes enfantillages.
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
ARDIN
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1863
Localisation: UK

MessagePosté le: Jeu 26 Aoû 2004 22:46    Sujet du message: Répondre en citant

Falash'nikoff a ecrit:


Citation:
Jai évité dintervenir sur ce sujet car il concerne avant tout les Africains et que seuls eux sont capables de jeter ce quil y a de nocif dans ces idéologies


Justement, laisses les africains debattrent d'un sujet qui n'a rien a voir avec les juifs. si tu ne peux pas controler ta paranoia, je me chargerai de le faire!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
ARDIN
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1863
Localisation: UK

MessagePosté le: Ven 27 Aoû 2004 14:36    Sujet du message: Répondre en citant

fari a ecrit:

Citation:
Pour ma part, il est clair, que je ne répondrai à aucun de ces posts qui n'ont rien à avoir avec le sujet traité.


Ceci dit fari, Falasha, merci de s'en tenir a la substance du sujet traite, faisons tous un effort de ne pas basculer facilement dans les debordements.


Bien a vous!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Ven 27 Aoû 2004 14:37    Sujet du message: Répondre en citant

La parenthèse sur Israël et les juifs est fermée, et je souhaite que personne ne songe à l'ouvrir de nouveau dans ce topic.
Fari, je te remercie d'avoir donné ton point de vue, il m'interesse au plus haut point.
J'y repondrai dès que je trouverai le temps necessaire.

Ardin, enfin !!!!!
Je devine ce qui te retenait (si, si, si), et je suis content que tu aies pu trouver le temps de te joindre à nous.
Idem, d'ici peu je te reponds.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mar 31 Aoû 2004 14:04    Sujet du message: Répondre en citant

Salut à tous,
Je reviens donc comme promis.

ARDIN a écrit:
je donne ici la perception sommaire que j’ai personnellement de l’afrocentricite.
Voyons ensuite si nous nous accorderons tous sur une definition, et peut etre debattre sur ses buts et limites.

l’afrocentricite donc, a mon avis, est d’abord un mode
d’affirmation d’un pluralisme racial, avec pour souci central d’avancer la position des
africains en affirmant leur identite et leurs contributions au monde, et en demasquant
les prejuges et les limites de la culture occidentale.
L’objectif des afrocentristes n’est pas de remplacer « l’histoire blanche par l’histoire noire », ni « les mathematiques blanches par les mathematiques noires » comme les eurocentristes s’evertuent a les presenter mais de favoriser plutot une vue plus plausible des arts, des sciences sociales, des sciences physiques comme produits non pas de la culture occidentale uniquement, mais de la culture humaine plus largement consideree et evaluee que ne l’auraient permis les elites intellectuelles traditionnelles blanches. Ainsi les afrocentristes epousent une vision d’ensemble d’une humanite diversifiee et rejetant les aspects sectaires, imperialistes et deshumanisants des pretentions eurocentristes d’un universalisme dans la vie scientifique, culturelle et intellectuelle.
L’afrocentricite pour moi c’est aussi ce monde ou les africains doivent etre vus comme etant des sujets proactives de l’Histoire, et non comme on les presente toujours comme etant des sujets passifs de l’histoire occidentale.
Les afrocentristes se sont donc donnes pour mission de reetablir l’afrique et les africains comme centre de valeurs sans pour autant occulter ou reduire les autres peuples et leur contribution historique a la civilisation mondiale, ils veulent tout simplement retablir la verite la ou il ya eu mensonge.

La pre-occupation premiere des afrocentristes est l’histoire et la culture noire, ceci ouvre une nouvelle perspective a l’humanite en general, et particulierement dans le milieu culturel ou le terme « humanite en general » a toujours eu l’unique tendance de porter « la marque blanche. »

Mon cher Ardin, je te suis reconnaissant d'avoir donné ta vision de l'afrocentricité.
Ça nous permet de savoir de quoi on parle et d'être sûr qu'on a la même idée en tête.
Tu comprendras que je partage dans les grandes lignes ta definition (cf mes posts precedents).
Mon post n'avait pas pour but de mettre en cause la necessité de l'afrocentricité.
Je me recite:
BMW a écrit:
Comme tu auras pu le noter dans mon post initial, j'y suis profondément attaché: je ne suis pas par conséquent contre l'afrocentricité. Ce que je déplore, c'est l'utilisation que certains d'entre nous en font, et l'entendement que certains d'entre nous en ont.
C'est pour cela que je souhaite qu'il ne dérive pas, sous peine de devenir improductif.

Ce que j'essaie de faire, c'est d'inviter les uns et les autres à faire une saine auto-critique de ce courant de pensée, selon une bien belle definition de muana kongo
muana kongo a écrit:
il faut définir ce que l'on appelle auto-critique: pour certains auto-critique= balancer toute forme de remarques même si fausses, et hors sujet sans aucun but précis. L'autocritique doit rester le bilan des objectifs, et des actions accomplies/échouées.


J'attend ton feedback.
Partage-tu (comme moi) ou pas (comme muana) ma vision selon laquelle l'afrocentricité devient l'opium de certains Noirs ?
Quel est selon toi le bilan partiel de ce mouvement de pensée ?
Quelles sont les aspects que nous pouvons ameliorer ?
Succès ? Echecs ? Perspectives ?
Voilà plus ou moins le sens dans lequel j'aimerais qu'on avance dans cette discussion.



fari a écrit:
Hotep^les frères, hotep les soeurs,

Tout d'abord je voudrais m'adresser au frère BMW; je pense que par souci de respect afrocentrique, il est important d'utiliser les termes adéquats. Et tu comprends fort aisément qu'assimiler l'afrocentrisme à l'afrocentricité est une abomination.

Parlant de ces deux notions diamétralement opposées, tu dis ceci "c'est la même chose apprehendée de deux points de vue differents". Mais entre nous, cette approche est non opératoire....C'est comme si je disais que la "nazitude" est le "nazisme" vu par les juifs. Ca n'a pas de sens. A quoi bon voir le nazisme à traves la lunette juive, cette vision sera forcément fausse; mieux vaut étudier le nazisme à partir de son centre propre.

De même mieux vaut étudier l'afrocentricité à travers son centre propre. Après que l'on émette des critiques sur cette vision je peux comprendre mais de prendre une idéologie inventé de toute pièce (afrocentrisme) et faire croire que telle est l'idée des tenants de l'afrocentricité est une escroquerie.

Je pense que quand tu veux étudier la philosophie péripatécienne, tu lis directement les oeuvres d'Aristote et de ses disciples, mais tu ne prendras pas les idées de monsieurX sur la question pour dire que se sont là les vraies idées d'Aristote. C'est ce qu'on fait les Occidentaux avec l'afrocentricité et le panafricanisme.

Ils se sontfait une vision forcément erronnée de la chose, et ils prêchent que telle est l'afrocentricité. On voit bien que c'est un leurre car ils n'ont même pas pris la peine de garder le nom originel de ce qu'ils critiquent. Ils ont même inventé un nouveau nom (afrocentrisme)!

C'est pour ça aussi que je pense que tu n'a pas le droit de dire que diopisme+tigritude=afrocentricité. Donne un autre nom à ton équation car l'afrocentricité existe déjà, et elle ne se réduit pas à ton équation. Cette formulation de ton équation ne fait que créé des confusions.

En réalité, il nous est inutile de parlé de l'afrocentrisme car cette idéologie est inopérante. contentons de parler de ce qui nous fait avancer.

Bien à toi.....Fari

Paix sur toi, Fari.

Je vais te raconter une anecdote.
Avec quelquies amis, nous avons decidé il y a un an de créer une revue scientifique oú nous publierons des articles de reflexion sur l'Afrique.
L'un d'entre nous proposa comme nom "Afrocentrika".
Adopté. Ce nom, je ne le sentais pas trop, sans savoir exactement pourquoi. Mais puisque tous les autres étaient d'accord (et enthousiastes), je me tus, histoire de ne pas jouer aux rabat-joie.
Il y a un mois (en pleine preparation du premier numero qui sortira bientôt), l'un d'entre nous dit "Ce nom, Afrocentrika, il faut le changer".
Et (tous) les autres de rencherir "Oui, c'est vrai, il nous en faut un autre"
Interessé, je leur demande la raison de ce volte-face.
A quelques variantes près, tous m'ont donné la même reponse: "D'abord, ce n'est pas un nom africain, et de plus ce mot est construit selon une logique occidentale. Ensuite, nous n'avons pas besoin de proclamer que nous sommes afrocentriques. Nous ecrirons des articles afrocentriques et nous inviterons des auteurs afrocentriques pour participer. C'est presque ridicule, d'utiliser ce nom. Ça doit être normal pour un africain de mettre l'Afrique au centre de ses preoccupations. Ça doit couler de source."
Il y a un an, c'est exactement ça qui me gênait dans ce nom, que nous ayons besoin de dire ce que nous sommes.
Et en un an de lectures et de maturation intellectuelle, chacun d'entre nous a independement compris le concept de tigritude de Soyinka.
Être, et non paraître.

Comme je l'ai dit dans mon premier post, je me preoccupe aujourd'hui assez peu de cette polémique de noms.
Il y a toujours une difference entre la realité et la perception de la réalité.
Dans mon post initial, j'ai utilisé les deux termes "Afrocentrisme" et "Afrocentricité" pour être général.
Puisque le terme "Afrocentrisme" ne vous agrée pas, eh bien je le zappe, puisque de toutes manières cela n'était pas le thème de mon topic.
Je n'en pense pas moins que
BMW a écrit:
Même si à jamais je resterai attaché au concept et aux idées qu'il y a derrière, je finis par douter de l'utilité de tous ces mots, Afrocentrisme, Afrocentricité, Afro-location, etc..., et des disputes qu'il y a autour. Finalement, toute cette phraseologie nous amène à regarder le doigt et non la lune. Par exemple, presque tous les Blancs -sinon tous- sont eurocentristes (et ils ont raison), mais je suis sûr que 99% des français blancs n'ont jamais entendu ce mot de leur vie, et ignorent ce que ça veut dire.
Pour moi, c'est cela, la vraie tigritude.

qui fait echo à
muana kongo a écrit:
Il est simple de constater que dans la plupart des discussions, la pensée afrocentrique semble se catonner à une revendication scientifique et raffinée de ce qui lui est dû historiquement.
On remarque aussi, que nombre de discussions se font sur le sens de l'afrcentricité.
...
il y a un temps où il faut cesser ces bavardages. Il est vrai que les afrocentriques n'initient pas des débats style "la situation africaine, la faute aux afrocentriques?".
Cela dit, s'il faut savoir s'exprimer, il faut savoir passer à autre chose.
...
Qu'importe le mot qu'on colle derrière, c'est le concept et son efficacité qui importent, et à force de querelles sur ces noms, on perd l'essence du concept.

Laissons donc tomber cette querelle de noms.
Si tu as un tigre devant toi, tu peux l'appeler "chat" pour le degrader, c'est ton problème.
Lui il s'en fout: Tigre, chat, minet, ça lui est parfaitement egal.
Mais mieux vaut pour toi que tu aies des jambes assez rapides pour detaler quand il t'aura flairé.
Donc, pour moi, les occidentaux peuvent nous appeler comme ils veulent.
Si on me dit que les chinois appellent l'afrocentricité "deng xiao fou", qu'est ce que ça peut me foutre ??? Un français peut l'appeler "afrocentrisme", ça le regarde, il n'est pas ma reference. Si cela nous affecte, c'est que nous sommes en train de faire un pas en arrière.
De toutes les manières, le français est leur langue. Ils en font ce qu'ils veulent et definissent les mots comme ils l'entendent. Dans le Larousse 2005, il peuvent introduire le mot "Afrocentricité" qui vous plait bien, et le definir selon l'entendement qu'ils en ont (afrocentrisme), que ferez vous ?

Les mots, qui plus est en langues occidentales, passons dessus.
Seul le concept compte.

Tu n'es pas d'accord avec mon equation "afrocentricité = diopisme+tigritude".
Je suis assez surpris, d'ailleurs vu que le "kemitisme" (qui a inspiré tant de pseudos dans ce forum, dont le tien si je ne m'abuse) est presque integralement une consequence des théories de Diop.
La notion de tigritude de Soyinka me semble aussi presque incontournable.

Enfin, je t'invite donc à faire comme muana et ardin, c'est à dire donner ta propre definition, à voir pourquoi nous ne sommes pas exactement sur la même longueur d'onde.
Et ensuite, bien sûr, ton point de vue m'interesse, je te pose les mêmes questions qu'à ardin:
"Partage-tu (comme moi) ou pas (comme muana) ma vision selon laquelle l'afrocentricité devient l'opium de certains Noirs ?
Quel est selon toi le bilan partiel de ce mouvement de pensée ?
Quelles sont les aspects que nous pouvons ameliorer ?
Succès ? Echecs ? Perspectives ?".

Très fraternellement
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ARDIN
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1863
Localisation: UK

MessagePosté le: Jeu 02 Sep 2004 15:41    Sujet du message: Répondre en citant

BMW a ecrit!


Citation:
Partages tu (comme moi) ou pas (comme muana) ma vision selon laquelle l’afrocentricite devient l’opium de certains Noirs ?



BMW, l’audience Noire est tres friande des themes afrocentristes, le ton qu’ils utilisent, la seduit encore plus, mais l’ampleur de l’encrage, et de son vecu, doit se mesurer sur toute l’etendue de la communaute noire, pas une partie. Ce que je constate, est que l’afrocentricite suscite un grand engouement a travers la communaute expatriee, mais il n’en est pas de meme pour ceux qui sont restes au bercail.

La religion, opium du peuple, n’est plus a demontrer ( as far as the black people are concerned), aujourdh’ui d’autres opiums comme, Mouyabi l’a tres bien illustre dans « les 7 mythes du Noir » ont aussi pris le pas ; je t’invite du moins a relire le topic en question pour mieux comprendre ce que je veux dire (www.grioo.com/forum/viewtopic.php?=277).
Cette donc pour cette raison que je ne partage pas ta vision, la parallele que tu tires avec l’afrocentricite n’est pas appropriee.

En ce qui concerne le bilan, je dirai que le net a contribuer de beaucoup a mieux faire connaître ce qu’est l’afrocentricite avec des sites comme africamaat a travers des publications d’auteurs comme : Cheikh Anta Diop,Theophile Obenga, Molefi, Mubabinge Bilolo, etc… et les echanges comme celle ci nous donnent une perception plus saine du concept. Avant le Internet, tout ce que je trouvais dans les journaux obscurcissaient ma vision de l’Afrique, et du mouvement afrocentriste.
Un grand merci a Africamaat de m’avoir eclaire !!!
Le bilan partiel est donc satisfaisant.


BMW a ecrit :

Citation:
Plus tard, Soyinka se montrera tres critique avec ce concept : « Le tigre ne proclame pas sa tigritude, il bondit sur sa proie et la devore »
Traduction libre : La Negritude ne doit pas se proclamer mais plutot se vivre.


Le probleme est que la Negritude dans son originalite est un concept biaise ! Le tigre ne peut vivre sa tigritude que s’il est un tigre authentique, il y a donc un prealable de taille qui est « la desalienation »

Sortir le Noir des mecanismes d’alienation dans lesquels, il reste enferme ( paradigme europeen, eurocentriste) et continue a s’enferme tout seul, J’en reviens encore aux 7 mythes du Noir (Un grand merci a Mouyabi en passant!), tel devrait etre la mission premiere.

La Negritude de Senghor reste a mes yeux tres influente sur les consciences politiques africaines, chercher a comprendre pourquoi l’unite africaine paraît impossible ; elle est le terreau de l’alienation ; elle fait de l’ombre au Diopisme et a la Tigritude.

L’afrocentricite devrait, a mon avis, cibler la politique comme champ d’action afin de desaliener la classe politique.
En effet, imaginer l’impact sur la population (pauvre de surcroit) d’avoir a la tete de son pays un individu possedant la nationalite francaise, ou la plupart des ministres et autres jouissent des prerogatives qu’offrent ce passport.

Leur action devrait aussi s’orienter vers un militantisme pour l’independance effective de l’afrique ; mettre en lumiere la faiblesse de l’intelligence sociale des populations qui se montrent incapables de peser sur leurs dirigeants polititques et de s’organiser pour se forger un destin commun en dehors des pesanteurs tribales.

L’afrocentricite devrait donc s’eriger en intelligence sociale du peuple, pour lui permettre d’identifier ses interets majeurs, de s’organiser pour les defendre et de mettre sur pied les strategies fecondes pour se construire un destin digne de ses reves.

Le Communautarisme !, BMW, j’en suis un adepte et j’aimerai que l’afrocentricite aide a le promouvoir sinon l’imposer en europe dans le seul but de freiner la chevauchee occidentaliste en Afrique ; le communautarisme combattrai donc l’occidentalisme a l’interieur de son fief pour alleger le travail que nous abbatrons au pays. Je pense qu’avec Grioo, Africamaat et autres, la tache est deja bien amorcee, du moins au niveau de la pensee.

Karl Marx en son temps avait identifie la religion comme l’opium du peuple, aujourdh’ui, la religion est devenue exclusivement l’opium des Noirs seuls,
Mais personne jusque la n’a propose , a ce que je sache, de la combattre pour liberer les Noirs de l’influence nefaste qu’elle exerce.

En gros, BMW, en quatres axes : l’afrocentricite devrait vulgariser son discours sur l’alienation/desalienation, se politiser, imposer le communautarisme en europe, et accorder une attention privilegiee a la religion.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Jeu 09 Sep 2004 16:49    Sujet du message: JE SUIS AFROCENTRISTE Répondre en citant

- afrocentricité est la qualité de ce qui est afrocentrique
- afrocentrisme est l'attitude d'esprit de celui qui est afrocentriste
- qu'est-ce donc qu'être afrocentriste? Voici une esquisse de réponse personnelle.



Ce texte m'a été inspiré par la lecture de :
- Molefi Kete ASANTE, l’Afrocentricité, éd. MENAIBUC, 2003
- Ama MAZAMA, « L’impératif afrocentrique », éd. MENAIBUC, 2003.

Dans un monde archi-dominé par l’occident depuis tant de siècles, il ne va pas de soi de se poser, de se penser autrement qu’en des termes occidentalistes. Outre les raisons intrinsèques que j’ai de me penser en tant qu’africain, les faillites calamiteuses de l’occidentalisation du monde exigent des Africains une refondation de l’Afrique en soi et pour soi. L’échec de l’occidentalisation du monde est sinon inéluctable, à tout le moins, souhaitable ; car son succès signifie littéralement l’éradication pure et simple de toute altérité : la fin ultime de toute concurrence consiste en l’éradication de tout concurrent. Des peuples entiers d’Amérindiens ne sont plus là pour en témoigner, ni tant de millions d’Africains emportés par l’occidentalisation de l’Afrique…

DEFINITION
J’entends par afrocentrisme, une attitude d’esprit et une manière d’être au monde consistant à investir l’africanité de mon être, à agir en toute circonstance avec la conscience aiguë de cette africanité, et à tirer toutes les conséquences philosophiques, spirituelles, culturelles, politiques, scientifiques, etc. de cette conscience de soi en tant qu’Africain.
Pour tout Africain, l’afrocentrisme est l’alternative naturelle à l’occidentalisme. Cependant, toute démarche afrocentrique individuelle n’épuise pas le principe de l’afrocentrisme.
Il existe au moins deux façons de critiquer une initiative se réclamant de l’afrocentrisme : soit intrinsèquement, c’est-à-dire au regard du principe de l’afrocentrisme tel qu’ici brièvement défini. Soit extrinsèquement, au regard de considérations notamment occidentalistes, prétendument universelles. Cette dernière voie est la plus fréquemment suivie, entre autres, par des personnes ne pouvant supporter que des Africains résistent à toutes les formes d’hétéronomie.

INVESTIR L'AFRICANITE DE MON ETRE
Il ne suffit pas d’être biologiquement africain, comme sont africains les plantes et animaux d’Afrique. Il faut encore comprendre les circonstances historiales de son être-africain. Ce qui revient à se confronter sérieusement aux questions telles que : qu’est-ce qu’être africain ? Pourquoi est-il si difficile d’être africain de nos jours ? Comment être plus et mieux africain ? Et bien entendu, ces questions peuvent se poser à différents points de vue, notamment spirituel, philosophique, scientifique, culturel, politique.

AGIR TOUJOURS AVEC LA CONSCIENCE AIGUE DE MON AFRICANITE
Rien ne justifie que l’Afrique abandonne indéfiniment aux autres le droit naturel de toute multitude historique à parler en son propre nom et à agir selon ses propres intérêts. L’Africain est trop souvent l’objet et/ou le destinataire du discours d’autrui, mais trop rarement l’auteur de discours à propos de soi-même, a fortiori à propos d’autrui. Or le lieu épistémologique d’où l’on parle détermine paradigmatiquement ce que l’on dit. Il n’existe pas d’objectivité pure et parfaite, telle que l’auteur d’un discours serait totalement indifférent aux contingences historiales de sa production...
Certains prétendent parler toujours d’un point de vue universel. Ce qui est une « fouthèse », je veux dire une escroquerie intellectuelle, ou une méprise idéologique. En fait ceux-là ne font rien moins que d’instituer d’emblée (voire par la force) leur point de vue nécessairement particulier, comme étant la figure par excellence de l’universel. Ils feignent ainsi d’ignorer que seul l’approfondissement d’une voie particulière permet d’accéder à un universel.
Au contraire, l’afrocentrisme vise à instituer et assumer expressément un point de vue africain sur les questions concernant le monde en général, mais tout particulièrement l’Afrique et les Africains. Une attitude d’esprit honnête avec elle-même et avec les autres, qui ne se dissimule pas derrière un subterfuge universaliste.

TIRER LES CONSEQUENCES HEURISTIQUES D'UNE CONSCIENCE DE SOI D'AFRICAIN
- Spirituel
Nombre d’afrocentristes sont musulmans ou chrétiens, alors que l’islam et le christianisme ne sont pas des religions africaines. Pourtant les institutions et pratiques spirituelles proprement africaines n’ont rien à envier à ces deux religions, qui au demeurant leur doivent beaucoup et ont aussi contribué à subjuguer le monde négro-africain. Le problème, ce n’est pas tant qu’un Africain soit musulman ou chrétien ; c’est plutôt d’atrophier (voire annihiler) la possibilité de choix spirituels proprement africains, ou en tout cas d’ignorer l’existence millénaire de tels choix et leurs prodigieuses richesses.

- Philosophie
Un Blanc arrive en Afrique avec un appareil analytique aristotélicien (disons qu’il connaît ses classiques et a bien appris son Aristote). Il observe des Ba Ntu et croit reconnaître dans leur manière de penser/parler l’emploi des catégories philosophiques dites aristotéliciennes. De ses observations, il élabore une soi-disant philosophie ba ntu. Qu’est-ce qui est philosophique dans une telle élaboration ? Qu’est-ce qui est ba ntu dans une telle aristotélogie ? Une perspective afrocentrique rechercherait dans le discours ba ntu lui-même les catégories de son analyse qu’elle confronterait à une tradition philosophique africaine millénaire.
cf. Théophile OBENGA : - Les Bantu, éd. Présence africaine,1985
- La philosophie africaine de la période pharaonique, éd. L’harmattan, 1990

- Science
Le discours des Africanistes sur l’Afrique nous renseigne davantage sur ce qu’il tait (ses auteurs, les Occidentaux, ce qu’ils pensent en général, et particulièrement de l’Afrique…), plus qu’il ne nous instruit de son objet. C’est donc bien un discours occidentaliste sur l’Afrique, mais qui refuse dogmatiquement d’être pris pour tel, d’assumer les conditions historiales de sa production ; préférant se faire passer pour du pur jus de science, universel.
Prenons l’exemple de l’animisme, une de ces brillantes élucubrations prétendument scientifiques sur l’Afrique : un Blanc (explorateur /missionnaire /marchand /militaire /administrateur colonial) arrive dans une région d’Afrique qui compte des dizaines de langues, dont il ne sait parler absolument aucune. Pourtant , il prétendra recueillir les occurrences de(s) mot(s) pour dire « âme» dans des langues dont il ignore tout. Or, il ne sait même pas définir le sens de ce mot dans sa propre langue, tellement « âme » est difficile à saisir, à appréhender. Il prétend observer que les Africains emploient « âme » en toutes circonstances : à propos des arbres, du fleuve, des animaux, des humains, etc. D’où il élabore une théorie dite de l’animisme qui va occuper des générations de chercheurs occidentaux à produire une pléthorique littérature. Il n’est pas indispensable d’être un grand spécialiste de cette littérature pour voir qu’elle manque de l’essentiel. D’où la nécessité, en tout cas la légitimité, d’une perspective afrocentrique pour l’investigation scientifique du monde africain

- Culture
Depuis des millénaires, les Africains savent que tous les êtres vivants ont une chose en commun qu’on appelle la vie. Qu’hommes, animaux, plantes, etc. sont tous faits de la même matière/énergie.
Par conséquent, ces êtres vivants peuvent communiquer entre eux. C’est ainsi que pendant des millénaires, les Africains ont développé des institutions et pratiques spirituelles leur permettant, notamment, de communiquer avec d’autres formes de vie. Et évidemment le verbe, étant le moyen de communication emblématique des hommes, a toujours tenu une place prépondérante dans ces échanges inter/intra-vie.
Il n’y a donc rien d’anormal à ce qu’un prêtre africain parle à un arbre ou à un fleuve, il lui suffit pour ce faire d’être maître dans l’art de parler aux autres formes de vie. Un art qui n’a rien de « magique » (autre fantasme occidentaliste qui estampille toute pratique qu’un Blanc ne comprend pas chez autrui), mais qui s’acquiert au bout de longues et patientes années d’apprentissage. La connaissance de cet art, de ses institutions et pratiques, est hermétique à la logorrhée de la perspective animistique qui ne comprend pas grand-chose de ce qu’elle croit entendre et voir.

- Politique
Un africaniste de renom a écrit ceci : « les entités que l’on décline sur le thème de l’africanité n’ont souvent d’unité que celle que leur confère notre ignorance […] l’idée d’une culture africaine qui présiderait à une organisation de la société et à une conception de pouvoir spécifiques s’en trouve aussitôt ruinée […] La contribution la plus distincte de l’Afrique à l’histoire de l’humanité a précisément été l’art civilisé de vivre de façon raisonnablement pacifique sans Etat ».
J. F. Bayard, L’Etat en Afrique, éd. FAYARD, 1996.
Si j’ai bien compris, selon ce célèbre africaniste les institutions et pratiques politiques attestées en Afrique n’ont rien de spécifiquement africain. Elles auraient donc une origine étrangère. D’ailleurs, l’Afrique a la particularité de n’avoir rien inventé en matière d’organisation politique ; sinon justement l’art de vivre sans Etat. C’est ainsi que l’Afrique se signale par l’ « absence d’une grande tradition historique du pouvoir ».
Cette dernière proposition , que j’ai soulignée, a certes le mérite d’être claire. Mais ô combien absconse et affligeante de la part d’un spécialiste occidental de la politique en Afrique. Elle me rappelle les sottises d’un Hegel prétendant que l’Afrique n’avait pas d’histoire…
Or, à ce jour, les plus anciennes sociétés politiques documentées par l’archéologie sont africaines. C’est le cas par exemple de KERMA, et bien entendu de KEMET...
Au IXème siècle, le GHANA qui est à son apogée est une société politique africaine grande comme toute l’Europe occidentale. A l’époque, c’est l’une des toutes premières puissances mondiales, des points de vue politique, économique et militaire. En comparaison, c’est à cette même époque que Charlemagne tente la première unification politique de l’Europe, alors caractérisée par une poussière de fiefs et royaumes mineurs.
En 1240, c’est un GBARA qui préside à la fondation du MALI, dont le premier chef politique est SOGOLON MARI DIATTA, plus connu sous le nom de SUNDJATA KEITA. A l’issue de guerres fratricides entre gens du Mandingue, qui connurent leur paroxysme dans la confrontation de SUNDJATA KEITA avec SUMANGOUROU KANTE, il sera décidé la constitution d’une grande société politique réunissant en son sein toutes les micro-entités dont le long déclin du GHANA avait favorisé la prolifération en pays mandingue. Cet acte par lequel une multitude historique se constitue en société politique, énonçant publiquement ses règles de fonctionnement, de même que les lois régissant les relations de ses membres entre eux, est un acte proprement démocratique. Cela montre qu’en matière de démocratie, l’Afrique dispose d’une tradition séculaire dont elle gagnerait beaucoup à s’imprégner plutôt qu’à singer l’expérience politique occidentale.
Dans ces conditions, postuler « l’absence d’une grande tradition historique du pouvoir en Afrique » est une idiotie dont seule l’érudition africaniste peut s’accommoder. Ce n’est là qu’un de ces innombrables poncifs auxquels doit résister une démarche politique afrocentriste visant à accéder directement (sans médiation eurocentrique) à l’expérience politique africaine millénaire, en vue de fonder aujourd'hui en Afrique des sociétés politiques souveraines.

C'est pourquoi lorsqu’on me demande si je suis hutu, baoulé, chrétien, musulman, animiste, marxiste, capitaliste, etc. , je réponds que JE SUIS AFROCENTRISTE. Cette réponse ne clôt pas le débat sur « qui suis-je ? » ; mais elle ouvre d’autres perspectives sur la densité et la radicalité de mon être-africain.
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Ven 17 Sep 2004 20:56    Sujet du message: Répondre en citant

Salut, le peuple.

Après un petit temps mort, je reviens sur ce toipic, en particulier pour répondre à Ardin, et à OGOTEMMELI, ce nouveau membre (Bienvenue !) qui me semble avoir pas mal de ressources.

Mon cher Ardin, je te remercie tout d'abord d'avoir accepté le fil de pemnsée que j'ai proposé, et qu'il me semble utile de rappeler:
BMW a écrit:
Partage-tu (comme moi) ou pas (comme muana) ma vision selon laquelle l'afrocentricité devient l'opium de certains Noirs ?
Quel est selon toi le bilan partiel de ce mouvement de pensée ?
Quelles sont les aspects que nous pouvons ameliorer ?
Succès ? Echecs ? Perspectives ?
Voilà plus ou moins le sens dans lequel j'aimerais qu'on avance dans cette discussion.


Tout comme muana, tu ne partages pas ma vision d'une afrocentricité opium des (jeunes) Noirs d'aujourd'hui. Tu penses qu'il n'a rien a voir avec l'opium dont Marx parlais.
OK, dans le fond, j'espère me tromper, muana et toi commencez à faire pencher la balance, et je m'en réjouis intérieurement.

Selon toi, le bilan partiel de ce courant de pensée est satisfaisant.
Moi, je crois aussi que le bilan en soi n'est pas mauvais en ce qui concerne les africains de la diaspora, mais qu'il est presque nul sur le continent.
Mais tu en es conscient, puisque tu l'as d'ailleurs fait remarqué (et moi aussi, dans mes premiers posts).

En ce qui concerne les perspectives, tu proposes:
ARDIN a écrit:
Quatres axes : l’afrocentricite devrait vulgariser son discours sur l’alienation/desalienation, se politiser, imposer le communautarisme en europe, et accorder une attention privilegiee a la religion.

- D'accord avec le premier point, mais avec une reserve: en occident, ce discours est déjà assez repandu sur le net, et ça commence un peu à saturer. Certains répètent ce qu'il lisent sur africamaat comme des perroquets (sans peneter la profondeur des concepts) et parfois ça saoule un peu. D'un autre côté les gens doivent passer à l'étape supérieure: lire les infos sur le net c'est bien, acheter des bouquins c'est mieux (on se comprend).
- D'accord aussi avec le second point, no problem. Sauf qu'on ne doit plus tomber dans le piège des beaux discours qui ne mènent à rien de concret. La "révolution", on a déjà donné.
- Le troisième, je tique un peu: "afrocentricité" et "Europe" me semblent un peu des objectifs contradictoires. Tu m'expliques ?
- Quatrième point: là, je sèche. Help !!!!!

Merci d'éclairer ma lanterne, mon cher, et prends ton temps (je sais ce qui t'occupe, c'est vachement plus interessant que de poster dans le forum Laughing Laughing Laughing)



Mon cher OGOTEMMELI, ton entrée en matière est interessante.
Je t'ai lue très attentivement.
Maintenant que tu nous a donné ta definition de l'afrocentricité (très important, si nous voulons au moins être d'accord sur le sujet de conversation...), je te propose le même fil de discussion que les autres:
BMW a écrit:
Partage-tu (comme moi) ou pas (comme muana) ma vision selon laquelle l'afrocentricité devient l'opium de certains Noirs ?
Quel est selon toi le bilan partiel de ce mouvement de pensée ?
Quelles sont les aspects que nous pouvons ameliorer ?
Succès ? Echecs ? Perspectives ?
Voilà plus ou moins le sens dans lequel j'aimerais qu'on avance dans cette discussion.


Voilà.
Ciao, people.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Lun 20 Sep 2004 08:10    Sujet du message: Re: Afrocentr { icité, isme, etc...} : Opium des Nègres ? Répondre en citant

AFROCENTRISME COMME OPIUM DES NEGRES

"Partage-tu (comme moi) ou pas (comme muana) ma vision selon laquelle l'afrocentricité devient l'opium de certains Noirs ?
Quel est selon toi le bilan partiel de ce mouvement de pensée ?
Quelles sont les aspects que nous pouvons ameliorer ?
Succès ? Echecs ? Perspectives ?
Voilà plus ou moins le sens dans lequel j'aimerais qu'on avance dans cette discussion
."

D’abord, je m’appuierai plutôt sur ton post initial pour élaborer mon avis sur ce topic, car il me semble que le fil conducteur diffère légèrement de ce post en offrant moins de prises à la critique (ce qui n’est pas le plus amusant). Bien entendu, je reviendrai ensuite sur les questions concises et précises que tu poses en guise de fil conducteur.

Citation:
j'ai l'impression qu'il y a aujourd'hui comme une certaine dérive dans ce courant, que nous retombons dans certains pièges de notre passé récent: culte de la personnalité, exaltation de la race, dogme des "falsificateurs" et des "traîtres", et j'en passe.


Il y a effectivement un tel risque, qui n’est pas spécifique au courant afrocentriste. Toutefois, une démarche se réclamant de l’afrocentrisme n’en épuise pas le concept. En sorte qu’on peut/doit distinguer le concept et les diverses occurrences particulières de sa mise en œuvre. Et je note que cette distinction est explicite dans ton post.
Dans ce cas, il me semble que la discussion aurait gagné davantage en clarté en portant sur des exemples précis de dévoiement, dérives, méprises, etc ; qu’on aurait considéré pour ce qu’ils sont, et seulement pour cela. D’ailleurs, sur un autre site internet le Parti Kémite, par exemple, subit une critique allant dans ce sens.


Citation:
J'ai l'impression que l'Afrocentrisme et l'Afrocentricité sont devenus des methodes de proclamation de la "Négritude", non pas sous la forme littéraire et poétique comme le faisaient Senghor et Césaire, mais plutot sous une forme scientifique.


L’Afrocentrisme consiste en la connaissance (scientifique, philosophique, spirituelle, etc.) de soi en tant qu’Africain, d’un point de vue épistémologiquement africain : un discours de soi, fondé en soi, sur soi et sur les autres. C’est donc d’abord, mais pas seulement, une innovation épistémologique majeure, dont le potentiel heuristique reste largement à explorer.
Beaucoup de ceux, notamment les jeunes de la diaspora nègre, qui rencontrent pour la première fois cette révolution paradigmatique sont comme pris de vertige. Et on ne le serait à moins : j’ai connu cela il y a maintenant quelques années...
D’aucuns parmi eux ont envie de crier, de hurler au monde ce qu’ils découvrent à peine, et dont la profondeur analytique a pu jouer des tours à leur entendement…
Je pense que ce moment est nécessaire, que l’Afrocentrisme ne pourra pas en faire l’économie ; mais doit beaucoup veiller à ne pas y perdre (à ne pas s’y perdre ?) plus qu’il n’y gagnerait. Pis, je pense que ce moment est plutôt cathartique qu’il n’est « opiomomaniaque ».
Qu’une anamnèse comme celle que vise l’afrocentrisme ( à l’échelle de millions de personnes, après tant de siècles d’asservissement) ne peut être aussi facilement réalisée, alors même qu’elle commence seulement maintenant à s’ébaucher : pour le moment, cela ne concerne principalement que quelques internautes, et n’a pas encore (ou pas suffisamment) été introduit dans les programmes d’enseignement dispensés en Afrique (Antilles, Brésil, Etas-Unis, etc.) ; alors même que l’afrocentrisme a vocation à devenir la matrice de ces programmes.



Citation:
Par exemple, presque tous les Blancs -sinon tous- sont eurocentristes (et ils ont raison), mais je suis sûr que 99% des français blancs n'ont jamais entendu ce mot de leur vie, et ignorent ce que ça veut dire.
Pour moi, c'est cela, la vraie tigritude.


Pas du tout d’accord avec toi : il y a d’un côté un projet d’assomption consciente de soi en tant qu’Africain, et de l’autre un inconscient eurocentriste. L’Afrocentrisme relève de la science, la philosophie, la politique, etc. ; tandis que l’eurocentrisme relèverait de la psychosociologie. L’eurocentrisme n’a aucune conscience de soi en tant qu’eurocentrisme, en raison même de sa prétention dogmatique à toujours parler d’un point de vue prétendument universaliste, malgré toutes les catastrophes qui en découlent. Cela peut être vu comme une illusion, une supercherie ou une inconséquence épistémologique ; mais non comme un quelconque exemple de tigritude.
Par conséquent, que les Européens soient des Eurocentristes qui s’ignorent, certains prétendant même de ne pas en être, est précisément ce qu’on peut leur reprocher ; comme un signe évident de manque de sagesse, de manque de probité intellectuelle, de manque de respect pour l’autre que l’on prend ainsi (inconsciemment ?) pour un imbécile.

Citation:
J'ai l'impression que pour beaucoup d'entre nous, "reconquerir notre histoire" s'arrête à "Les Noirs ont construit les pyramides" et "Les Noirs ont civilisé le monde".


Cela est non seulement vrai, mais aussi inéluctable, pour les raisons notamment de degré de compréhension que tu as évoquées. Toutefois, la bonne fortune d’une théorie ne dépend pas nécessairement du nombre de ses adeptes avertis, mais de leur qualité, appréciée à l’aune de leur capacité à élaborer et mettre en œuvre une stratégie perspicace et efficiente pour atteindre les buts qu’ils se sont fixés.
On peut résumer comme suit les principaux objectifs de l’Afrocentrisme :

1) Bâtir scientifiquement un point de vue africain, sur l’Afrique et plus généralement sur le monde, comme un lieu épistémologique, comme un paradigme.
2) Construire/produire des discours (histoire, politique, architecture, spiritualité, philosophie, etc.) à partir de ce lieu
3) Traduire ces discours dans des faits, au quotidien, afin de bâtir une Afrique autonome, souveraine et prospère.

« Partage-tu (comme moi) ou pas (comme muana) ma vision selon laquelle l'afrocentricité devient l'opium de certains Noirs ? »
Le propos de Marx visait à caractériser la religion elle-même comme agissant sur ses adeptes comme l’opium agit sur ses consommateurs. C’est donc bien, selon Marx, une qualité intrinsèque de la religion à être un opium. Or, il n’en est rien de l’Afrocentrisme (contrairement à ce que prétendent ses détracteurs) qui n’est guère destiné à agir comme un opium sur qui que ce soit. En revanche, d’aucuns peuvent s’en servir à tort suivant des raisons qui leur sont propres.
Par conséquent, je suis d’avis que certains Noirs usent de l’Afrocentricité comme de l’opium. Dans ce cas, c’est leur responsabilité qui est engagée. Et on peut craindre que si ça n’avait été l’afrocentrisme, ça aurait été tout autre chose qu’ils auraient trouvée pour se « shooter ». D'ailleurs, d'aucuns ne se privent pas de recourir, quand ils ne les fabriquent pas, à des sectes pour soigner leur "âme" meurtrie...

« Quel est selon toi le bilan partiel de ce mouvement de pensée ? »
Selon moi, il est vraiment trop tôt pour parler de bilan, même partiel, au regard de l’immensité du défi afrocentrique qui occupera certainement plusieurs générations de nègres. A chacune de ces générations à avoir une claire conscience du moment historique de ce défi où elle se trouve, afin d’agir en conséquence.
Je pense que le temps des topographes est révolu. Les Cheikh Anta Diop, Théophile Obenga, etc. ont déjà entièrement bâti le lieu épistémologique appélé « afrocentricité » d’où nous pouvons désormais parler. Avant eux, nous étions comme des zombis, à parler de toute part, c’est-à-dire de nulle part. Nous n’étions pas fondés en nous-mêmes, donc fondés en rien.
D’autres ( en premier lieu Obenga) continuent de consolider les fondations de l’édifice, tellement celui-ci est vaste et ne saurait être trop solide ; ne serait-ce qu’au regard des assauts incessants (quoique de moins en moins efficaces) de ses détracteurs.
Mais aujourd’hui, et plus encore demain, il s’agit :
- d’une part, au plan théorique, d’élaborer des métadiscours afrocentriques, un corpus de disciplines scientifiques : philosophie, spiritualité, histoire, linguistique, politique, architecture, esthétique, musicologie, onomastique, etc.
- d’autre part, au plan pratique, de faire en sorte que l’afrocentrisme soit étudié partout dans les programmes scolaires d’Afrique ; avant de devenir à terme le fondement épistémologique desdits programmes. D’engager en Afrique des innovations institutionnelles telles que préconisées par l’afrocentrisme (panafricanisme politique, économique et culturel).
D’ailleurs, c’est dans cette optique que j’ai proposé un projet politique dit « République d’Abidjan ».

Quels sont les aspects que nous pouvons améliorer ?
- Il est fort souhaitable qu’un colloque annuel rassemble en Afrique les Afrocentristes de tous azimuts, afin de resserrer les liens, d’échanger expériences et projets, d’en concevoir et réaliser collectivement.
- Commencer, prudemment, à introduire les préoccupations afrocentristes dans les débats politiques afro-africains. Existe-t-il aujourd’hui des institutions politiques africaines visant expressément à réaliser des desseins afrocentriques ?
Je pense en particulier à l’idée de créer (et non adopter) des langues sous-régionales africaines ayant vocation à remplacer à terme les langues occidentales comme langues officielles, diplomatiques, scientifiques de l’Afrique.
Je pense également à l'idée de remplacer la poussière d'états colonialistiques par des Fédérations panafricanistes.
J'évoquerai enfin l'idée d'utiliser l'énergie solaire comme principale énergie industrielle et domestique pour l'Afrique. Songeons seulement que dans ce cas, proprement vertigineux, les Africains devraient concevoir des Trains (notamment à grande vitesse), des Avions, des automobiles et autres engins fonctionnant uniquement avec l'énergie solaire : ce serait une mutation technologique majeure, une "révolution industrielle".
Seuls ceux qui n'y ont rien compris peuvent user de l'Afrocentrisme comme d'un opium. Et je repète que c'est leur problème, mais celui de l'afrocentrisme.
Peut-on vraiment dire de ceux-là qu'ils sont afrocentristes, au sens que j'ai exposé, tout comme d'autres intervenants, ci-avant?
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mar 21 Sep 2004 10:29    Sujet du message: Répondre en citant

Mon cher Ogotemmeli
J'aime bien la rigueur de ton raisonnement.
Je ne suis pas d'accord avec tout ce que tu dis (par exemple, pourquoi est-il indispensable qu'un africain soit afrocentrique, mais anormal qu'un européen soit eurocentrique ???), mais en gros, je suis le fil de ce que tu veux dire.
J'y reviendrai lorsque j'aurai un peu plus de temps.



Ger, je te remercie pour ta contribution.
Je te ferai juste remarquer que ce topic se veut un topic de reflexion, oú nous nous attendons à ce que tu argumentes un tant soit peu ton point de vue.

De plus, le sujet de discussion ici n'est pas la négritude des anciens égyptiens (ici, c'est considéré comme un fait acquis). Merci de respecter le thread.

Mais si tu as des arguments valables contre la négritude des égyptiens, tu peux les poster ici:
http://www.grioo.com/forum/viewtopic.php?t=544&start=0
Un autre a essayé avant toi, et a lâchement fini par filer comme un lapin.
On est déjà habitués... Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ARDIN
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1863
Localisation: UK

MessagePosté le: Jeu 23 Sep 2004 19:35    Sujet du message: Répondre en citant

BMW a ecrit:

Citation:
- D'accord avec le premier point, mais avec une reserve: en occident, ce discours est déjà assez repandu sur le net, et ça commence un peu à saturer. Certains répètent ce qu'il lisent sur africamaat comme des perroquets (sans peneter la profondeur des concepts) et parfois ça saoule un peu. D'un autre côté les gens doivent passer à l'étape supérieure: lire les infos sur le net c'est bien, acheter des bouquins c'est mieux (on se comprend).
- D'accord aussi avec le second point, no problem. Sauf qu'on ne doit plus tomber dans le piège des beaux discours qui ne mènent à rien de concret. La "révolution", on a déjà donné.
- Le troisième, je tique un peu: "afrocentricité" et "Europe" me semblent un peu des objectifs contradictoires. Tu m'expliques ?
- Quatrième point: là, je sèche. Help !!!!!



Salut!!!


Je ne te reponds aujourdh’ui que sur le troisieme point ; desole! mais j’ai pas trop de temps et il m’en faut pour preparer mon requisitoire contre la religion ou les religions

Sur le troisieme point donc : Le Communautarisme.
Je me refere encore a ton premier post sur ce sujet

BMW avait ecrit:

Citation:
Plus tard, Soyinka se montrera très critique avec ce concept: "Le tigre ne proclame pas sa tigritude. Il bondit sur sa proie et la dévore." Traduction libre: La "Négritude" ne doit pas se proclamer, mais plutot se vivre.


Auquel j’avais repondu : Le probleme est que la Negritude dans son originalite est un concept biaise ! Le tigre ne peut vivre sa tigritude que s’il est un tigre authentique, il y a donc un prealable de taille qui est « la desalienation »
(j’avais omis de preciser qu’il s’agissait de la Negritude de Senghor)

Il ne s’agit donc pas seulement de proceder a la desalienation de l’homme Noir, mais encore, faut il lui offrir un espace sain.
La civilisation blanche, la culture europeenne ont impose au Noir une deviation existentielle (Franz Fanon: Peau Noire, Masques Blancs. Page 11)

Tu avais aussi fais le constat sur un autre sujet en disant que 90% des Noirs qui vivent France sont des Kelman en puissance, et s'il ne le sont pas, leurs enfants le seront certainement.
Si la majorite des Noirs qui vivent en France sont des Kelman en puissance, ce n’est pas par leur propre volonte, mais c’est surtout parce que la France n’offre pas de cadre propice a leur epanouissement en tant que sujets africains.

L’espace integrationniste francais favorise ainsi cette metamorphose identitaire, et il est donc necessaire de créer un cadre qui lui permette de vivre sa Negritude ou sa Tigritude en conservant et en transmettant ses valeurs moralles et spirituelles. C’est ce cadre que je nomme COMMUNAUTARISME, (ce mot fait peur a beaucoup)

A l’inverse, les occidentaux, dans nos pays vivent tres bien en cercle ferme sans que cela ne menace l’equilibre social. Ils envoient leurs enfants dans leurs propres ecoles ; Pourquoi l’inverse ne serait il pas possible ?
Comment concevoir que les Noirs continuent a envoyer leurs enfants dans des ecoles ou une partie du programme sur l’histoire par exemple est tiree des ideologies qui pronent la superiorite de la race blanche.
Si nous sommes d’accord que notre histoire a ete falsifiee a des fins d’exploitation economique, il nous revient d’etablir et de maintenir une coherence avec le discours afrocentrique.

Avant que quelqu’un ne me retorque que les enfants d’africains nes en France sont francais, et de ce fait il n’est que normal qu’ils apprenent l’histoire de la France, je repondrai quel est l’interet de la France a permettre a un africain ou a sa progeniture de s’octroyer la nationalite francaise si ce n’est dans le seul but de s’assurer le benefice de ses atouts ?
Les africains doivent garder leur nationalite africaine ainsi que leurs enfants afin de preserver leur africanite et pouvoir faire beneficier a l’afrique de leurs competences.
Les europeens vivant en afrique ne font pas prendre a leurs enfants les nationalites maliennes, camerounaises ou congolaises, ils restent francais, italiens ou espagnols, l’inverse est donc possible.
Il convient donc de batir un cadre propice ou les africains vivront leur negritude dans toute sa plenitude.

En outre, mon souci de voir l’etablissement du communautarisme
est nourri par une aspiration majeure d’ordre sociologique qui a rapport avec le premier point(l’alienation) lie aux effets de l’occidentalisation en afrique.
J’espere voir dans le communautarisme, l’emergence d’une sorte de contre-poids a l’occidentalisation, Les Kelman ne se comptent pas seulement en France mais aussi en afrique. bien qu’ils ne revendiquent pas etre bourguignons mais aspirent a la vie de bourguignons.
Pour illustrer mon propos(un exemple parmi tant d’autres), je t’invite a faire un tour sur afrik.com et tu verras de quoi je parle
Voici le lien ( priere de lire aussi les commentaires qui s’en suivent) :

www.afrik.com/article7101.html

Au lieu d’entretenir le mythe de l’europe et favoriser ainsi l’alienation et l’acculturation, ce cadre, je l’espere en tout cas, aura des incidences sur la perception de l’occident en afrique.

Pour l’instant, l’ebauche du cadre se presente ainsi: un espace ou on reste des africains et non francais d’origine africaine, existentiel africain, une pedagogie africaine, des aspirations africaines
Je m’arrete par la pour aujourdh’ui et je reviendrai eventuellement sur le contenu exhaustif qu’on pourra mettre dans ce cadre.


A bientôt !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Sam 26 Fév 2005 07:32    Sujet du message: Répondre en citant

BMW a écrit:
pourquoi est-il indispensable qu'un africain soit afrocentrique, mais anormal qu'un européen soit eurocentrique ???

Voici exactement ce que j'ai dit, qui diffère légèrement de l'interprétation que tu en fais :
Ogotemmeli a écrit:
Dans un monde archi-dominé par l’occident depuis tant de siècles, il ne va pas de soi de se poser, de se penser autrement qu’en des termes occidentalistes. Outre les raisons intrinsèques que j’ai de me penser en tant qu’africain, les faillites calamiteuses de l’occidentalisation du monde exigent des Africains une refondation de l’Afrique en soi et pour soi. [...] Pour tout Africain, l’afrocentrisme est l’alternative naturelle à l’occidentalisme. Cependant, toute démarche afrocentrique individuelle n’épuise pas le principe de l’afrocentrisme.

Par ailleurs, j'ai souligné le fait que bien souvent les Européens sont des eurocentristes qui s'ignorent, parce qu'ils ont pris l'habitude de poser d'emblée leurs points de vue comme la figure par excellence de l'universel. Donc je ne leur reproche pas d'être eurocentristes, mais d'ignorer qu'ils le sont ( ou de l'être inconsciemment) ; voire de nier qu'ils le sont en se refugiant derrière des masques/poses d'universalisme.
Ce faisant, ils manquent ou de sagesse, ou de perspicacité, ou de probité, voire de tout cela simultanément...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Dim 27 Fév 2005 13:48    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
BMW a écrit:
pourquoi est-il indispensable qu'un africain soit afrocentrique, mais anormal qu'un européen soit eurocentrique ???

Voici exactement ce que j'ai dit, qui diffère légèrement de l'interprétation que tu en fais :
Ogotemmeli a écrit:
Dans un monde archi-dominé par l’occident depuis tant de siècles, il ne va pas de soi de se poser, de se penser autrement qu’en des termes occidentalistes. Outre les raisons intrinsèques que j’ai de me penser en tant qu’africain, les faillites calamiteuses de l’occidentalisation du monde exigent des Africains une refondation de l’Afrique en soi et pour soi. [...] Pour tout Africain, l’afrocentrisme est l’alternative naturelle à l’occidentalisme. Cependant, toute démarche afrocentrique individuelle n’épuise pas le principe de l’afrocentrisme.

Par ailleurs, j'ai souligné le fait que bien souvent] les Européens sont des eurocentristes qui s'ignorent, parce qu'ils ont pris l'habitude de poser d'emblée leurs points de vue comme la figure par excellence de l'universel. Donc je ne leur reproche pas d'être eurocentristes, mais d'ignorer qu'ils le sont ( ou de l'être inconsciemment) ; voire de nier qu'ils le sont en se refugiant derrière des masques/poses d'universalisme.
Ce faisant, ils manquent ou de sagesse, ou de perspicacité, ou de probité, voire de tout cela simultanément...


OK, je t'ai relu plus attentivement, et je comprends mieux ce que tu veux dire.
J'avais en effet mal résumé ta pensée.

Toutefois, comme toi je leur reprocherai de nier qu'ils sont eurocentristes (c'est le cas des intellos occidentaux), mais contrairement à toi je ne pourrai leur reprocher d'ignorer qu'il le sont (et ça c'est très souvent le cas de l'européen de la rue).
Donc, je ne comprends pas bien pourquoi tu pourrais reprocher à l'épicière du coin d'ignorer qu'elle est eurocentriste, bien que, très légitimement, je crois fermement qu'on doit s'attaquer à l'eurocentrisme des intellectuels occidentaux car il se veut scientifique et universel.

Dans la même lancée, je voudrais attirer ton attention sur un point qui me semble important. Lorsque tu dis
Ogo a écrit:
Pas du tout d’accord avec toi : il y a d’un côté un projet d’assomption consciente de soi en tant qu’Africain, et de l’autre un inconscient eurocentriste. L’Afrocentrisme relève de la science, la philosophie, la politique, etc. ; tandis que l’eurocentrisme relèverait de la psychosociologie. L’eurocentrisme n’a aucune conscience de soi en tant qu’eurocentrisme, en raison même de sa prétention dogmatique à toujours parler d’un point de vue prétendument universaliste, malgré toutes les catastrophes qui en découlent. Cela peut être vu comme une illusion, une supercherie ou une inconséquence épistémologique ; mais non comme un quelconque exemple de tigritude.
Par conséquent, que les Européens soient des Eurocentristes qui s’ignorent, certains prétendant même de ne pas en être, est précisément ce qu’on peut leur reprocher ; comme un signe évident de manque de sagesse, de manque de probité intellectuelle, de manque de respect pour l’autre que l’on prend ainsi (inconsciemment ?) pour un imbécile.


Je crois que tu as correctement ressorti la dichotomie, et même l'opposition entre l'Afrocentrisme-conscient et l'Eurocentrisme-inconscient. Sans vouloir te lancer des fleurs, je crois que tu l'as même très bien expliqué.
Mais ma question est alors: Le but de l'Afrocentrisme (ou de l'Afrocentricité) n'est t'il pas de devenir inconscient?
Lorsque tu analyses la citation de Soyinka sur la Tigritude, ne dit-il pas en fait que le tigre n'a pas à être "conscient" de sa force, tant pour lui elle est naturelle?
L'afrocentricité "intellectuelle", de Diop, Molefi, et même de Soyinka (malgré sa célèbre citation) ne se bornera-t-elle pas juste à des intellectuels comme nous, à des années-lumières de l'africain lambda?
Le but de l'Afrocentricité n'est-il pas que finalement, l'africain de la rue à Kinshasa, Yaoundé, Abidjan, Maputo ou Dakar soit inconsciemment afrocentriste (grâce à l'action "souterraine" de ceux qui sont consciemment afrocentristes, bien sûr)?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Dim 27 Fév 2005 22:39    Sujet du message: Répondre en citant

Salut BMW,
Je ne suis pas un grioonaute de la première heure. Si bien que parfois je me replonge dans certains anciens topics avec beaucoup d'intérêt, surtout lorsque je ne trouve pas tout mon compte dans les plus récents...
C'est ainsi que je suis revenu sur celui-ci, en le prenant par l'un des bouts qui dépassaient afin de le remonter. Je te remercie donc d'avoir rapporter du grain à moudre. Mais alors, quel grain! [sans vouloir te lancer des fleurs... Wink ]
En effet :
BMW a écrit:
Le but de l'Afrocentrisme (ou de l'Afrocentricité) n'est t'il pas de devenir inconscient?[...] Le but de l'Afrocentricité n'est-il pas que finalement, l'africain de la rue à Kinshasa, Yaoundé, Abidjan, Maputo ou Dakar soit inconsciemment afrocentriste (grâce à l'action "souterraine" de ceux qui sont consciemment afrocentristes, bien sûr)?

J'avoue ta question bien déroutante ; en tout cas je n'avais jamais envisagé cette affaire sous un tel angle. Pour moi, l'attitude d'esprit dite "afrocentrisme" est résolument scientifique, philosophique, bref consciente.
Toutefois, on pourrait distinguer une manière de penser (scientifiquement/philosophiquement) le monde, et une manière d'être (culturellement/politiquement) au monde. Des interactions entre l'une et l'autre, telles qu'au fil de générations des comportemnts suscités, réfléchis, apparaissent comme "naturels", "inconscients"...
Mais j'y reviendrai, car je ne suis pas sûr d'avoir bien débrouillé cette affaire.

A bientôt
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Lun 28 Fév 2005 14:07    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
...parfois je me replonge dans certains anciens topics avec beaucoup d'intérêt, surtout lorsque je ne trouve pas tout mon compte dans les plus récents...

C'est une bonne chose, je le fais aussi de temps à autres quand un sujet me pousse à me poser des questions.

OGOTEMMELI a écrit:
BMW a écrit:
Le but de l'Afrocentrisme (ou de l'Afrocentricité) n'est t'il pas de devenir inconscient?[...] Le but de l'Afrocentricité n'est-il pas que finalement, l'africain de la rue à Kinshasa, Yaoundé, Abidjan, Maputo ou Dakar soit inconsciemment afrocentriste (grâce à l'action "souterraine" de ceux qui sont consciemment afrocentristes, bien sûr)?

J'avoue ta question bien déroutante ; en tout cas je n'avais jamais envisagé cette affaire sous un tel angle. Pour moi, l'attitude d'esprit dite "afrocentrisme" est résolument scientifique, philosophique, bref consciente.
Toutefois, on pourrait distinguer une manière de penser (scientifiquement/philosophiquement) le monde, et une manière d'être (culturellement/politiquement) au monde. Des interactions entre l'une et l'autre, telles qu'au fil de générations des comportemnts suscités, réfléchis, apparaissent comme "naturels", "inconscients"...
Mais j'y reviendrai, car je ne suis pas sûr d'avoir bien débrouillé cette affaire.

OK, take your time, j'attends.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Yom
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Mai 2004
Messages: 347

MessagePosté le: Mer 02 Mar 2005 11:53    Sujet du message: Répondre en citant

BMW a écrit:
OGOTEMMELI a écrit:
BMW a écrit:
pourquoi est-il indispensable qu'un africain soit afrocentrique, mais anormal qu'un européen soit eurocentrique ???

Voici exactement ce que j'ai dit, qui diffère légèrement de l'interprétation que tu en fais :
Ogotemmeli a écrit:
Dans un monde archi-dominé par l’occident depuis tant de siècles, il ne va pas de soi de se poser, de se penser autrement qu’en des termes occidentalistes. Outre les raisons intrinsèques que j’ai de me penser en tant qu’africain, les faillites calamiteuses de l’occidentalisation du monde exigent des Africains une refondation de l’Afrique en soi et pour soi. [...] Pour tout Africain, l’afrocentrisme est l’alternative naturelle à l’occidentalisme. Cependant, toute démarche afrocentrique individuelle n’épuise pas le principe de l’afrocentrisme.

Par ailleurs, j'ai souligné le fait que bien souvent] les Européens sont des eurocentristes qui s'ignorent, parce qu'ils ont pris l'habitude de poser d'emblée leurs points de vue comme la figure par excellence de l'universel. Donc je ne leur reproche pas d'être eurocentristes, mais d'ignorer qu'ils le sont ( ou de l'être inconsciemment) ; voire de nier qu'ils le sont en se refugiant derrière des masques/poses d'universalisme.
Ce faisant, ils manquent ou de sagesse, ou de perspicacité, ou de probité, voire de tout cela simultanément...


L'idéal serait d'être le plus universel, le plus objectif possible (mais je fais peut-être preuve d'eurocentrisme en disant cela...). Mais sachant qu'une part d'ethnocentrisme est inévitable, mieux vaut en être conscient.

La spécificité occidentale c'est cette prétention à l'universalité en effet. Mais je crois que le jour où indiens, chinois, africains, etc. auront une influence politique et intellectuelle aussi grande que celle des occidentaux, cela diminuera assez naturellement.
Les africanistes français commencent à en prendre conscience, lisez cet article: http://h-net.msu.edu/cgi-bin/logbrowse.pl?trx=vx&list=h-africa&month=9811&week=c&msg=e6wp7RgOC5SW1KwIm0Gv0A
http://www.h-net.org/~africa/africaforum/

Pour ce qui est de l'Afrique, plutôt que de devenir inconscient, l'objectif de l'afrocentrisme devrait en toute logique chercher à devenir une évidence et donc devenir inutile en tant que courant intellectuel.
Evidemment je parle du long-terme, on n'y est pas encore! Et ça deviendra plus difficilement une évidence pour la diaspora, particulièrement aux USA où est né l'afrocentrisme.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tchoko
Grioonaute 1


Inscrit le: 26 Fév 2004
Messages: 283
Localisation: Bafang

MessagePosté le: Sam 26 Mar 2005 11:50    Sujet du message: Répondre en citant

Mais BMW, Ogo, Muana, Ardin et les autres, vous ne continuez plus ?

C'était un débat (fort) intéressant, how que vous l'avez laissé en route comme ça? C'est pas sérieux !

Tchoko Cool
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Sam 26 Mar 2005 12:14    Sujet du message: Répondre en citant

Rassures-toi Tchoko, ce genre de débats n'est pas de ceux que l'on déserte simplement, mais il demande simplement une réflexion consistante à cause de son importance pour tous ce qui touche à notre communauté.

Plutôt qu'un opium, je dirais que l'afrocentricité devrait devenir chez nous, l'équivalent intellectuel d'une séquence d'ADN.

Il devrait s'inscrire à la base de toutes nos réflexions, mais avant cela ne faut-il pas l'intégrer? C'est dans le moule de l'afrocentricité que nous tous devons chercher à nous assimiler.

Citation:
J'avoue ta question bien déroutante ; en tout cas je n'avais jamais envisagé cette affaire sous un tel angle. Pour moi, l'attitude d'esprit dite "afrocentrisme" est résolument scientifique, philosophique, bref consciente.

Cela parce que nous somme à un stade où cela est nécessaire: les bases pour permettre à tout africain un tel comportement ont totalement été sapées et demandent à être mises à jour et renforcées.

Cependant, il est délicat de pencher radicalement pour un afrocentrisme soit inconscient, soit conscient.

Mais ce type de pensée binariste n'est-il pas déjà emprunt d'eurocentrisme?

Pourquoi ne pas les penser en termes de complémentarité plutôt? Dans une telle optique, il nous faudrait remanier les définitions et pourquoi pas proposer deux variantes du même concept, l'une en tant que démarche consciente, l'autre inconsciente et évidente.

On pourrait donc penser l'afrocentricité comme la partie inconsciente et évidente, le moule conceptuel, et l'afrocentrisme comme la démarche scientifique correspondante?
En effet, autant il est nécessaire d'assimiler les bases comme des évidences qui modèleront notre réflexion, autant il est indispensable que cette réflexion s'applique à une/des démarche(s)(scientifiques, politiques, philosophiques etc...).

Une fois d'accord sur les définitions, pourquoi ne pas penser à circonscrire les champs d'application de chacune des facettes du paradigme africain (il faudra à terme penser un autre nom, plus approprié, comme "paradigme naturel" ou un truc comme ça...)

Voici donc les questions que j'aimerais soulever:
1-Quels champs d'application et quelles limites (s'il en est)
2-Quelle(s) méthode(s)/méthodologie(s)?
3-Quelle(s) applications concrètes?
4-Quels impacts?
mais avant tout:
0-quels objectifs?
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Lun 28 Mar 2005 14:50    Sujet du message: Répondre en citant

Tchoko a écrit:
Mais BMW, Ogo, Muana, Ardin et les autres, vous ne continuez plus ?

C'était un débat (fort) intéressant, how que vous l'avez laissé en route comme ça? C'est pas sérieux !

Tchoko Cool

Refre, comme a dit muana on ne peut pas laisser tomber l'affaire comma ça.
C'est juste que c'est un topic oú il faut trop "sciencer" avant de poster, ça prend du temps. Cool

Donc, avec Ogo, nous nous étions arrêter sur la question de savoir si le but ultime de l'Afrocentricité n'était pas d'être inconscient.
Yom et muana ont donné leur avis, je j'y reviendrai quand j'aurai plus de temps.
Mais j'anime tout le monde à donner son point de vue entre temps.

D'un autre côté, muana a posé d'autres questions sur lesquelles je prendrai aussi le temps de revenir.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Agnassa
Grioonaute 1


Inscrit le: 07 Nov 2004
Messages: 258
Localisation: kuala lumpur

MessagePosté le: Lun 28 Mar 2005 19:44    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
C'est juste que c'est un topic oú il faut trop "sciencer" avant de poster, ça prend du temps.

C'est pourquoi n'étant pas une scienceuse je me contente de lire. Shocked
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Lun 28 Mar 2005 19:56    Sujet du message: Répondre en citant

Agnassa a écrit:
Citation:
C'est juste que c'est un topic oú il faut trop "sciencer" avant de poster, ça prend du temps.

C'est pourquoi n'étant pas une scienceuse je me contente de lire. Shocked

Voyons, voyons, Agnassa.
Nous ne sommes pas non plus en train de raconter des trucs qui vont revolutionner le monde.
Je voulais juste dire que quand quelqu'un prend une heure de son temps pour proposer un raisonnement cohérent, il est assez malpoli de lui répondre avec des smileys, ou de lui faire "l'affront d'une reponse baclée" (ça ne fait pas avancer le débat).
Argumenter et contre-argumenter constructivement necessite un minimum de reflexion, ou du moins pour moi il en est tjrs ainsi.
Tu auras noté que j'ai repondu à mon compère Tchoko en "argot camerounais" (je ne suis pas encore fini Cool ): "il faut trop sciencer" dans ce contexte ne se prend pas au premier degré, et s'entend plutot "il prendre le temps de reflechir" (et non "il faut être un génie").

Bien à toi, je suis qd même curieux de savoir ce que tu pense de tout ce qu'on raconte ds ce topic.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group