Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LA BD AFRICAINE EXISTE, JE L'AI RENCONTREE!!
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Culture & Arts
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 17:13    Sujet du message: LA BD AFRICAINE EXISTE, JE L'AI RENCONTREE!! Répondre en citant

Salut à vous, Grioonautes & Grioonautes (Je n'oublie pas les gos...)

Ca fait un petit moment que l'idée de ce topic me trotte dans la tête. Elle s'est imposée insidieusement au fil de mes promenades virtuelles sur le net.

Bédéphile impénitent, votre serviteur avait fini par se lasser de tout voir en blanc dans les pages de ses chères bandes-dessinées. Décidé à mettre un peu de couleur dans sa vie, il sillona les rayons des librairies et bibliothèques de sa petite ville de province (Ok, le tour fut vite fait...), et en revint quasi-bredouille.

Sans se décourager, il se lança résolument sur le world wide web, déterminé à traquer les auteurs du continent où qu'ils se cachent. Quelle ne fut alors sa surprise de se voir confronté à une profusion d'images, de noms, de styles...

Lui vint alors l'idée de partager ses découvertes avec ses frères (et soeurs Wink ) Grioonautes.

Le résultat de ses pérégrinations virtuelles, c'est le sujet de ce topic...
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 17:17    Sujet du message: Phillip Ndunguru Répondre en citant

A tout Seigneur, tout honneur. Je commence par un doyen:

PHILLIP NDUNGURU, Pionnier de la BD Tanzanienne



En 24 ans d'une vie bien remplie ce jeune artiste trop vite disparu a eu le temps d'imprimer de son empreinte la BD en swahili qu'il a largement contribué à créer. Il a influencé des générations de bédéistes tanzaniens.

L'article qui suit (en anglais, désolé pour les anglophobes) est tiré du site Bongo Toons (http://www.vmcaa.nl/bongotoons/engels/pages/index.php)dédié aux caricaturistes tanzaniens.

PHILLIP NDUNGURU, PIONEERING COMIC ARTIST
http://www.vmcaa.nl/bongotoons/engels/pages/ndunguru.htm

Self-portrait

One of the greatest inspirations to the current generation of cartoonists in Tanzania has been the late Phillip Ndunguru. By the early eighties at a young age he had created a body of work which would set the trend for twenty years of comics publishing in Tanzania. In this biography, based on an article in Swahili originally published in Sani (1986), we look back at the life of Ndunguru.

Phillip Neri Ndunguru was born on 28 January 1962 in Mbinga province (Ruvuma region). He was the fourth child in a family with eight children. His parents were MZee Severin Ndunguru and Martha Haule. From the tender age of two he developed a liking for drawing. In the year of 1964, part of the family moved to Dar es Salaam as Phillip's father took up a job at university, but Phillip stayed behind. In 1967, at the age five, it was evident that Phillip was to become an exceptional artist.

When Phillip reached the schoolgoing age he was sent to Dar es Salaam where he started out at Forodhani primary school, which at the time was known as St. Joseph Convent School. In 1974 he joined the TTC Chang'ombe secondary school, and when he finished in 1978 he became fully involved in arts. A Dutch teacher who had been living in Tanzania for over 20 years, a friend of Phillip's father, further introduced him to the art of drawing. When his teacher died, Phillip was doubtful that he would be able to continue on with his art.

At the time, Sani magazine was the only Tanzanian comics publication. Phillip went to meet with the editor-in-chief and promptly was given the job of Chief Cartoonist for Sani. At Sani, Phillip got the chance to use better equipment and further training. Wamasa publishers introduced him to people at Kiuta (state printing house) and Printpak so that Phillip could learn more about printing techniques. He also took classes with Raza, a painter connected to the university of Dar es Salaam who taught him about use of colours, and with Msoke, a Ugandan arts teacher at university. Together with cartoonist S.M.M. Bawji he worked on the comic story Chaka la Mauti which to the readers proved his excellent skills. Another good example of his talent could be seen in 'Kipigo cha Dunia' with comic character Mzee Meko, and Sani itself in which he drew characters such as Pimbi, Kipepe, Lodi Lofa and Ndumilakuwili.

In 1981 after a shortage of paper, the release of Sani was halted. Phillip went to work with Continental Publishers, where he learnt more about book printing and binding. After a while he decided to become a self-employed illustrator. But because life as an artist wasn't easy in Tanzania those days, he was eager to go abroad and decided to travel abroad. Before his depart he held exhibitions of his work at the Goethe Institute and Forodhani Hotel where he sold every drawing on show. Then he went to Zimbabwe and Sweden and in 1983 he accepted a job at Kenya Times newspaper in Nairobi.

In Nairobi he started drawing the cartoon Kazibure, which in Tanzania is published in Sani under the name of Ndumilakuwili. The cartoon character of Kazibure got very popular in Kenya and Phillip started receiving a lot of fanmail. Their grief was immense when he unexpectedly died at the young age of 24 in March 1986. Kenya Times received many condoleances, and in Tanzania Sani magazine released a special edition in memory of Phillip.

The cartoon characters that Phillip launched to popularity continued to appear in Sani. A number of cartoons heavily inspired by Phillip's creations appeared in magazines such as Tabasamu and Bongo which started competing on the Tanzanian market in the 1990's. Today, Phillip is remembered by the current generation of cartoonists as a major inspiration. His younger brother Paul is working as a visual artist and his only son has also developed a liking for drawing cartoons.

His Works:
http://www.vmcaa.nl/bongotoons/engels/pages/stripfiguren.htm

MADENGE


Madenge is a small boy whose favourite occupation is to outsmart both his age mates and adults. His talk is full of slang words, as new Swahili words invented in the streets quickly become part of the general vocabulary.
Magazines like Sani have always been good sources for finding the latest new Swahili expressions, for example in the comic strip 'Mzee kifimbo cheza' where a group of kids talking among each other in Swahili slang are overheard by an old traditionally dressed man. He punishes them for polluting the language, and they have to explain the meaning of every slang word they used.

LODI LOFA


Lodi Lofa is an older man who is always in the vicinity of his car. In the endless arguments with policemen and street vendors, his stubborn character is the source of misunderstandings which are usually resolved in his favour.


Lodi Lofa: Waiter! Please wake up...
Bring me some tea.
- How would you like to drink your tea?
With my mouth!


KOMREDI KIPEPE


Komredi Kipepe is another classic Tanzanian comic character that has been adapted by modern publications such as Tabasamu, Bongo and Tunu. The stereotypical village dweller is shown in his village and in town where his broken Swahili (with a heavy Makonde accent) causes some misunderstandings. Komredi ('comrade') Kipepe is also the captain of a soccer team, Mabush Star, who play against the streetwise city dwellers of Born Town.


Kipepe: Your choice: should I hit you on the head or on the waist?
Tell me quickly before I loose my temper!
Hey! You...
Or should I just let you go?


DR. LOVE PIMBI

Dr. Love Pimbi is one of the original Tanzanian comic characters created by pioneer comic artist Philip Ndunguru, who sadly passed away in 1986 at the age of 26. Pimbi is a slick talker and women chaser whose tricks sometimes reflect the urban legends that abound in cities like Dar es Salaam.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 17:24    Sujet du message: Du Coté du Congo Répondre en citant

La Bande Dessinée Congolaise en Action
http://sallartiste.ifrance.com/

Eric M. Salla:



Born in Kimpese, Rep. Demo. of Congo . He graduated as a philosopher and critic of arts at the Catholic University ( Congo). Since 1989, he has participated in numerous comic salons and festivals. His work has appeared in several publications, such as Bleu Blanc, Lokole and 'A L'Ombre du Baobab', a collection of comics by African artists about education and health in Africa, for which he drew the story 'Le Mur du Silence'




Hallain Paluku:



C’est à l’âge de 20 ans que je naqui en 1997……… dans le monde de la BD bien sûr. kiek kiek kiek ! C’était lors d’une expo au centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa (ma première participation à une expo BD snif). Comme à Saul, une lumière éblouissante m’apparut et une voix venant de nul part me parla en ces termes : « Palukuuuuuuuuuuuu, pourquoi te persécutes-tuuuuuuu ? Lances-toi dans la BDDDDDDD ! » Depuis, je rêve au jour où je verrai mes oeuvres publiées par une grande maison d’édition : Glénât, Lombard, Dupuis, Soleil, Editions Bilili, Editions RDC Eloko ya makasi et, pourquoi pas, Editions N’importe quoi ou Moi-même Edition. Et lues dans la galaxie tout entière (Qui sait ? ‘Y a peut être du monde à l’autre bout). Il n’est pas interdit de rêver,après tout.




Pat Mombili:



Tombé dans la bd tout petit pour reprendre la formule consacrée. Mais très tôt je me suis dis houlala; il faut être fou pour faire de la bd. Autant des dessins sur une page, et ces pages-là il faut en faire des dizaines. Et fou je crois que je le suis car mes dessins traînent dans différentes publications; revues, journaux, albums...depuis quelques temps jusqu'à maintenant... The show must go on, quoi...
1996 : Auto production d'un magazine de bd Lisese
1999-2003: dessinateur pour la revue bleu-blanc
2001: Album, A l'ombre du baoabab
2003: 1er prix au concours africa e mediteraneo pour le meilleure de la bd africaine
2005: participation au collectif "Bd Africa" chez Albin Michel




Alain Mata:



Ouf ! le ciel sait faire les choses,suis venu du planète mars du verseau 28, code :Belier 19-70, ma mission était de faire la BD.
Déjà tout petit marsien je lisais beaucoup de bandes dessinées; Tintin, Asterix, Gaston la gaffe, Boule et Bill...
J'ai commencé à dessiner en m'insiprant de ces styles, mais ce que je faisais n'était pas vraiment convaicant. Et puis un jour je suis tombé sur TURK, dessinateur belge ( Auteur de Léonard le genie ) de passage à Kinshasa pour animer un stage de BD, et c'est là que j'ai eu la vraie révèlation du monde de la bande dessinée !
Depuis je marche dans mes pas ...alors,imaginez le choc,quand le journal l'Observateur m'a appelé en 91 pou faire partir de l'équipe redactionnelle et y' devenir son caricaturiste et directeur artistique...c'est chic ou c'est choc?...
Aujourd'hui j'ai reçu une deuxième mission , c'est de confirmer la BD africaine en Europe, l'affaire est donc A SUIVRE...




Barly Baruti:



Né à Kisangani en Rép. Démo. du Congo (RDC) dans une famille des peintres, Barly Baruti après ses études, il se décida de s’installer à Kinshasa, capitale de la RDC pour s’adonner à ses activités artistiques : la Bande Dessinée, la peinture et .. la musique. 1986, Bob De Moor l’accueille aux Studios Hergé et le guide vers la "grande famille de la BD franco-belge". La rencontre avec le scénariste Frank Giroud à Dakar, au Sénégal (! ), lui augure de nouveaux horizons. Depuis, Ils collaborent sur deux séries de BD : "Eva K." (3 titres chez Soleil Productions) ; "Mandrill" (4 titres chez Glénat dans la collection Bulle Noire). A côté de son aspect "artiste", Barly Baruti se révèle aussi être un partenaire culturel bien connu dans le paysage associatif en RDC et un formateur passionné des jeunes talents à travers les stages en BD. Barly Baruti est l’initiateur de l’asbl "Acria" (Atelier de Création et de l’Initiation à l’Art) qui anime à Kinshasa le "1er Salon Africain de la Bande Dessinée et de la Lecture pour la Jeunesse" (3 éditions à ce jour) et le "Festival L’Autre Musique". Auteur Compositeur Interprète, Barly Baruti a à son actif un CD personnel "Ndungu Yangu" (14 titres) et un CD collectif "Le monde est un village" n°1 produit par la RadioTélévision de la Communauté Française de Belgique.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 17:28    Sujet du message: L’Afrique Dessinée Répondre en citant

L'Afrique Dessinée
http://sallartiste.ifrance.com/



L’Afrique Dessinée est une association loi 1901 créée en 2001 en France par des dessinateurs et scénaristes sensibles aux réalités africaines. Elle regroupe aujourd’hui un noyau de 12 membres actifs qui prennent part à la mise en place du projet et qui s’investissent dans son développement.
L’association L’Afrique Dessinée s’est donnée trois axes principaux de travail :

- témoigner des réalités de l’Afrique contemporaine par le dessin et accroître la visibilité de la bande dessinée africaine,
- encourager l’expression singulière de ses membres et soutenir leur professionnalisation,
- créer une plateforme internationale d’échanges pour les artistes (dessinateurs, scénaristes…)

L’année 2005 marque l’implantation de l’association à Mains d’Œuvres, espace de production et d’accompagnement artistique. Cet accueil permet à L’Afrique Dessinée d’étoffer son champ d’action en proposant un atelier de travail à ses membres, en développant localement des projets pédagogiques, en accueillant certains auteurs et dessinateurs étrangers en résidence…
Les dernières parutions :

- Une éternité à Tanger, de Faustin Titi et Imboa, de Didier Randriamanantena, bandes dessinées éditées par la coopérative d’édition Lai Momo (Sasso Marconi, province de Bologne). Disponibles auprès de l’association.
- Rwanda 1994, descente aux enfers, de Pat Masioni vient de paraître chez Albin Michel.
- En cours de réalisation : Participation de l’association au projet Valeurs communes , qui associe des écrivains Belges et les dessinateurs (immigrés en Europe) de l’association autour des thèmes de l’immigration et des religions. Projet produit par l’éditeur Africa & Mediterraneo, à Sasso Marconi (Bologne)

Les membres de l’association :

Rafa ESPINEL Colombien; Simon-Pierre MBUMBO, Camerounais; CHRISANY Camerounais; Christophe NGALLE EDIMO Franco–Camerounais; Pat MASIONI Congolais Démocratique; Maman FIFI MUKUNA Congolaise Démocratique; Didier RANDRIAMANANTENA Malgache; Faustin TITI Ivoirien; Marian NURGONI Italo–Somalienne; Alain MATA Congolais Démocratique; Adjim DANNGAR Tchadien; Bertin AMANVI Ivoirien ;ZEKID Congolais Brazzavillois.

Contact Association L'Afrique dessinée :
lafriquedessinee@yahoo.fr
Christophe NGalle Edimo
06.61.26.41.29

_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 17:54    Sujet du message: Didier Mada Répondre en citant

27 Juin 2005 : DIDIER MADA BD, Bédéiste malgache auteur des Bd "IMBOA", "NAMPOINA" et président de l'association de dessinateurs de bande dessinée de Madagascar " MADA BD kolontsaina " répond aux question de Sobika.com.


"Nous sommes le premier pays africain à avoir été représenté au Salon international de la BD d'Angoulême."
http://www.sobika.com/v2/interview/2005/didier-mada-bd_2005.htm



Bonjour Didier et bienvenue sur Sobika.com. Question classique de début d'interview : Peux tu te présenter aux lecteurs ?

Bonjour à tous les lecteurs de la sobika. Je suis un dessinateur de bande dessinée, artiste peintre, illustrateur malgache et président de l'association de dessinateurs de bande dessinée de Madagascar " MADA BD kolontsaina ", je m'appelle Didier Hariniaina Ramamonjiarisoa RANDRIAMANANTENA et mon nom d'artiste est Didier Mada BD.

Depuis quand fais tu de la BD et comment es tu tombé dans ce monde bien particulier ?

Ma relation avec la BD a commençé depuis que je sais lire et écrire. Je suis très passionné de la BD depuis tout petit. Mon père aimait bien lire la BD et il achetait beaucoup d'albums, et çà a été une influence pour moi. Du coup , je lui posais des questions sur sa fabrication : les personnages, les paysages etc … Puis j'ai commençé à copier au début. L'influence venait aussi peut être de mon grand père RAMANAKAMONJY qui était un grand peintre malgache. Ses oeuvres m'impressionnait.
Après l'obtention du baccalauréat en 1988, je me suis inscris à l'université d'Antananarivo en Physique Chimie et parallèlement à mes études j'ai continué à étudier en autodidacte la bande dessinée. A ce moment, j'ai eu beaucoup de commandes de portraits, des illustrations, des peintures, et j'étais même caricaturiste consultant au journal MADA et à la Revue de l'océan indien. Je sentais alors que mon destin se dirigeait dans l'art plastique. En 1991, j'ai décidé d'approfondir mes connaissances sur la Bande dessinée au Cercle Germano malgache et à la fin de mes études j'ai eu un prix très excellent et un certificat. A partir de là j'ai fait des relations avec les bédéistes malgaches locaux en mars 1993 nous avons fondé l'association de dessinateurs de bande dessinée de Madagascar " Mada BD " que je préside actuellement. Notre but à l'époque était de relancer la Bande dessinée malgache qui était en déclin en 1990.
Depuis 1993, j'ai organisé des expositions chaque année à Madagascar et tous les bédéistes locales, plus connu participaient à toutes les expositions. Grâce à toutes les activités que nous avons fait, le Directeur du centre Culturel Albert Camus, Bernard BANOS ROBLESSE a vu les talents de dessinateurs malgaches et a fait venir des bédéistes étrangers. Après un bédéistes français Christian Cailleaux est venu pour nous former au CCAC et puis le directeur littéraire chez DARGAUD Guy VIDAL est arrivé. Nous avons monté ensemble des projets, j'ai alors proposé de réaliser un album collectif de dessinateurs de bande dessinée malgaches " SARY GASY " et aussi de nous faire représenteravec cet album à des festivals internationaux, et ils ont accepté. J'était représentant de Madagascar à la 2 ème journée africaine de la BD en 1999 à Libreville (Gabon), au 27 ème salon international de la BD d'ANGOULÊME en janvier 2000, au centre belge de la Bande dessinée à BRUXELLE en 2003 et au festival de BD DAMPARIS en Mai 2005. Le directeur du Musée de la BD d'Angoulême m'a demandé de déposer les deux albums collectifs malgaches " SARY GASY " et " MADA BEDE, ny lasa no miantoka ny ho avy " à son Musée. Ces deux albums sont la première BD Africaine déposée au Musée d'Angoulême. Depuis cette rencontre internationale, j'ai pu faire connaissance avec des bédéistes français, belges, Africains, j'ai rencontré les plus célèbres comme Jean GIRAUD alias Moebius, créateur de Blueberry ; Frank GIROUD, créateur de décalogue ; Barly BARUTI, créateur de MANDRIL ; DESORGHER ; André CHERET, créateur de RAHAN ; P'TIT Luc, JANO, François VELHMAN, PLANTU, WOLONSKI, etc…..Depuis cette rencontre ,je suis reconnu par les dessinateurs étrangers et quelques publics, lecteurs et journalistes étrangers. J'en ai profité pour améliorer les contacts et le perfectionnement de mes travaux.

Merci pour cette longue précision. Comment définis tu ton style ? De quels auteurs te sens tu proches ?

Avant je faisais tous les styles : caricature, semi réaliste, réaliste, mais après j'ai décidé de spécialiser sur le style REALISTE. J'ai choisi le genre historique pour le moment parce que je pense qu'il faut exploiter l'identité malgache à partir de la Bande dessinée. Au niveau du dessin, j'aime tous les styles réalistes franco-belges, Italien et pour le scénario, j'apprécie beaucoup CHARLIER ( Ndlr Blueberry ) VAN HAMME ( Ndlr XIII, Largo Winch) , HERGE (Ndlr, Tintin bien sûr ) et COTHIAS.



On reproche souvent a la Bédé gasy un manque dans l'écriture, les scénarios, parfois trop kung fu-guerre-commando comme dans les publications des années 80 . Es tu d'accord avec cela ? La bédé malgache évolue t elle dans ses inspirations ?

Je suis d'accord avec vous et il faut avouer, le principal problème de la BD Malgache est la rareté des scénaristes, et cela malgré la richesse des sujets qu'on peut explorer à Madagascar. Pour en citer un, l'Histoire de l'Ile par exemple, sur laquelle je travaille actuellement. Cette Histoire de l'Ile fait ressortir aussi les différentes communications et relations socio-culturelles avec le reste du monde.
Mais malgré le manque du scénariste à Madagascar, je trouve que dans l'histoire de la bande dessinée malgache, beaucoup des dessinateurs ont fait un effort pour sortir l'identité malgache. La preuve : la première bande dessinée malgache apparue en 1961 est une bd historique sur Madagascar intitulée " OMBALAHIMASO ", dessiné par RAMAMONJISOA Jean d'après le scénario de Père RAHAJARIZAFY, elle relate la vie du roi ANDRIANAMPOINIMERINA, mais présente des lacunes sur la documentation vestimentaire, les coiffures etc. Des années 1970, XHY ET MA ont publié aussi une BD purement malgache intitulée BESORONGOLA. Il y avait aussi le premier album cartonné malgache s'appelait " HERY " relatant succinctement l'histoire de l'île, dessiné et scénarisé par un bédéiste français Michel FAURE.
En 1980, on n'oublie pas aussi le magazine FARARANO gazety où l'on trouve notamment l'origine du peuplement malgache (RAKOTOMALALA) et bien d'autres avec des articles culturels.
Depuis 1980, c'est l'âge d'or de la BD malgache. Les dessinateurs sont libres de leurs inspirations, on voit tout de suite les influences de la BD européenne, et aussi l'influence de la BD Japonaise MANGA.

Tu n'es pas a Tana pour Gasy Bulles ( Festival de Bd Malagasy ) ? Quelle est ton actualité ?

Non, je ne suis pas à Tana pour le Gasy Bulles mais mes œuvres sont exposés là-bas. Je prépare actuellement la suite de mes bandes dessinées IMBOA, NAMPOINA et aussi je travaille sur un projet à long terme sur la BD avec l'association L'AFRIQUE DESSINEE et l'association MADA BD.

Tu as récemment gagné un prix international. Comment les vazahas, qui sont un peu les pères de la BD, jugent ils tes travaux ?

En 2003, j'ai reçu un prix spécial au concours international sur la bande dessinée africaine organisé par l'Association Africa e mediterraneo Italie et qui m'a permis de publier plusieurs albums de BD en Europe. Le premier tome de ces albums solo vient de publier officiellement en mois de mai pendant le festival de BD à DAMPARIS le 21-22 mai 2005. Cet album est intitulé IMBOA " Le roi et Ifara " édité en Italie par LAI MOMO et distribué et diffusé également en Italie, France et Afrique. Une Bande dessinée historique et conte fantastique sur Madagascar, en quadrichromie et sur 32 pages.
Normalement la suite de IMBOA est prévue en juin 2006. Les étrangers ont bien impressionné mes œuvres surtout ceux qui ont déjà passé à Madagascar.
Mais pour les bédéistes professionnels Européens, ils ont dit que ma BD est très dynamique surtout au niveau du découpage et des couleurs.

La bédé malgache trouve t elle son public ? Y a t il un marché pour les publications ?

C'est difficile à dire, mais le public malgache n'aime pas lire en général par rapport au public Européen surtout depuis 1990. Je pense que c'est à cause du pouvoir d'achat très bas. Mais il existe quand même un marché qu'on peut exploiter. La preuve, le journal NGAH qui arrive à vendre à peu près 20 000 exemplaires par semaine mais en malgache, d'après le dessinateur RA-LERY qui a travaillé dans ce journal. Et le journal FAKA qui publie la BD BENANDRO marche très bien. La bande dessinée historique aussi a un public, toutes les BD que mon association ont publié sont épuisées.



Comment travailles tu tes bd : tu écrits un scénario ? Tu travailles d'abord le dessin ?

Pour créer une Bande dessinée, il faut lire beaucoup de livres : Histoire, roman, conte, science fiction et être au courant de toutes les actualités nationales et internationales.

J'écris d'abord le scénario détaillé : la description, les textes, les dialogues et puis le synopsis, le résumé de l'histoire. Après je fais l'étude de personnages, le story board, la mise en page case par case, le découpage, l'esquisse, le croquis, le dessin crayonné et enfin l'encrage. C'est à la fin que je fais la couleur directe.


Si on veut publier une BD à Madagascar, comment doit on s'y prendre ? Il y a t il des éditeurs ?

Sortir une Bd à Madagascar est très difficile parce que le coût d'impression est très cher surtout si le dessinateur choisis de publier un produit de luxe. Alors il faut chercher des financements, et les bailleurs de fonds ne donnent pas en avance l'argent. Il faut que tu te débrouilles pour collaborer avec les imprimeurs. Les investisseurs ne versent pas l'argent avant que le produit soit fini mais il existe des éditeurs à Madagascar comme mon association qui a déjà édité 4 albums cartonnés. J'encourage l'édition TSIPIKA à publier des BD produit de luxe parce que cette édition est bien placée pour le faire.

Combien coûte une bédé a Madagascar ?

Ca dépend du format de la BD et la page et le choix du papier et le nombre d'exemplaires : pour le petit format (15x21cm) 35,40 pages noir et blanc, papier recyclé, il faut compter entre 4000-5000fmg en 1000 exemplaires ;
Pour le grand format cartonné (21x29, 7cm) 48-52pages noir et blanc, papier blanc, il faut compter entre 40 000-60 000 fmg en 1000 exemplaires.

Qui sont les auteurs malgaches les plus connus dans ce milieu et quelle est la bédé gasy la plus connue ou vendue ?

Les bandes dessinées les plus populaires sont BENANDRO, TSIMANIVA, IBONIA, dessin et scénario de RABESANDRATANA Richard. Et jusqu'à maintenant ses BD ont encore apprécié et demandé par le public. On aperçoit dans le scénario et le dessin de BENANDRO la vraie culture malgache. Les BD la plus appréciée par le public aussi sont L'AMBONDROMBE, ZAZAVAVINDRANO de RAKOTOSOLOFO Gilbert, sans oublié la BD historique RAZAFINDRAKOTO Christian intitulée AVOTRA. En conclusion, la bd malgache a son histoire et ses valeurs. En 1984, deux bédéistes malgaches ont représenté MAdagascarà Angoulême, il s'agit de RABESANDRATANA Richard, et NDREMATOA et nous sommes le premier pays africain à avoir été représenté au Salon international de la BD d'Angoulême.
Les auteurs les plus connus sont RAKOTOSOLOFO Gilbert, RAHAROLAHY Mamy, RABESANDRATANA Richard, RAZAFINDRAKOTO Christian, RA-LERY, RAKOTOSOLOFO Jean de Dieu,RAMIANDRISOA RATSIVALAKA Alban, RAJAOMAHEFARISON Jocelyn , RANAIVONJATO Alain Bruno , RODDY, NDREMATOA, ZIDA, RAKOTONIAINA Arthur (feu), RANAIVONJATO Alain Bruno, AIME RAZAFY, Elisé RANARIVELO, POV sont les auteurs le plus connu pendant l'âge d'or de la BD malgache et Thierry ANKOALA, RAMAFA, RICHARD, RUFFIN tranokala, RAFANOELA, Tojo Alain, RADO sont les nouvelles générations les plus connues actuellement.

La BD plus vendue dépend du format, pour le petit format je pense que c'est la BD BENANDRO et IBONIA de RABESANDRATANA et pour le grand format cartonné, c'est l'album " SARY GASY " et la bande dessinée historique sur Madagascar MADA BEDE " Ny lasa no miantoka ny ho avy " édités par notre association Mada BD

Un mot pour tous ceux qui suivent la bédé gasy ?

Malgré la difficulté de la bd malgache, nous ne perdons pas d'espoir, et il ne faut pas avoir honte de montrer l'identité culturelle malgache.
Je fais appel aux éditeurs étrangers pour venir à Madagascar où il existe plusieurs dessinateurs malgaches talentueux !

Merci Didier Mada BD pour cette interressante interview et bonne continuation dans ton activité.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 18:11    Sujet du message: Serge DIANTANTU Répondre en citant

Qui est Serge DIANTANTU ?
http://www.sergediantantu.com/index.html



Né à Mbanza-Ngungu, en République Démocratique du Congo, Serge Diantantu fréquente l’école primaire Saint-Pierre de Kinshasa. Pour sa formation secondaire, après un bref passage à l'internat de Kibemtele, il s’oriente vers la formation technique et professionnelle, à Ngombe-Matadi où il obtient un brevet d'aptitude professionnelle en menuiserie et ébénisterie. Il s’inscrit ensuite à l'Académie des Beaux-Arts de Kinshasa où il réussit son Diplôme d'Etat, ou « Bac », en arts plastiques.



Serge arrive en France en 1981 avec l’intention de continuer ses études universitaires. Mais, très vite, il se voit obligé d’abandonner sa filière d'hygiène et sécurité du travail, au Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris, pour embrasser une carrière de décorateur pour la télévision et le cinéma, à la Société Française de Production (SFP).



Bouleversé par les ravages du sida dans le monde, Serge Diantantu met alors son talent au service de la prévention contre ce fléau. Il crée ainsi son premier album de BD, « Attention Sida », pour sensibiliser l’opinion sur les risques de cette épidémie et l’utilité d’adopter un comportement préventif pour éviter de tomber dans ses pièges assassins.

Parallèlement, il se passionne pour la photo et la réalisation cinématographique et audiovisuelle. Il prépare actuellement le story-board de son dernier scénario afin de réaliser son premier long métrage.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 18:59    Sujet du message: T.T.Fons: Le père de Goorgoorlu Répondre en citant

T.T.Fons: Le père de Goorgoorlu
http://www.kandeer-manjaku.com/lemag/artc205.htm


Plébiscité par un large public constitué d'adultes et de jeunes, la série télévisée Goorgoorlu continu de remplir les familles sénégalaises et bien d'autres de joie et de rires transformant ainsi tristesse et solitude pour le bien de tous. Au début sous forme de BD, le succès qu'a eu Goorgoorlu fut à l'origine de son adaptation au petit écran. Si Goorgoorlu vous fascine aujourd'hui connaissez vous au moins le créateur de ce personnage? A travers cet entretien qu'il a bien voulu nous accorder, découvrez T.T.Fons, le père de Goorgoorlu.



Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs, qui êtes vous?

Je m'appelle Alphonse Mendy. Je suis âgé de 48 ans. Je suis un manjaku du village de Biapar mais né à Dakar de père et de mère manjaku. J'ai vu le jour à Grand Dakar mais j'ai grandi à Pikine, où je vis toujours et me plais bien.

Vous êtes un des premiers journalistes caricaturistes manjakus, quelle a été votre motivation et comment avez vous atterri dans cette profession?

En effet, j'ai embrassé la profession de journaliste caricaturiste depuis 1982. Au début j'avoue que je n'avais pas une motivation particulière sinon de gagner ma vie par la sueur de mon front. Mais une fois devenu professionnel j'ai compris que c'était ça ma voie. L'appel du destin comme je le dis souvent. Ce destin qui m'a fait participer en 1982 à ce concours de recrutement de caricaturiste et dont je suis sorti premier lauréat. Le travail de dessinateur de presse est un travail exaltant. Il est fait de création permanente. Il faut noter au passage que les journalistes caricaturistes ne sont pas très nombreux au Sénégal.

On vous connaît sous le pseudonyme de TT.FONS, pourquoi vous signez vos œuvres sous cette acronyme.

Les artistes en général ont leurs petits caprices. Signer ses œuvres sous un pseudonyme fait sûrement partie de ces caprices. Cependant signer sous un pseudonyme contribue à une meilleure identification et de l'artiste et de son style. C'est ainsi que dès le début j'ai adopté l'acronyme T.T.Fons pour signer mes œuvres.

Vous êtes auteur d'une dizaine de bandes dessinées et aujourd'hui Goorgoorlu est adapté au petit écran, pensez vous être investi d'une mission particulière ?

Moi investi d'une mission particulière ? et par qui ? Non je ne pense pas. Je fais mon travail de caricaturiste ou si vous voulez de dessinateur politique comme le tailleur ou l'enseignant chacun en ce qui le concerne fait son travail. Seulement chaque profession ayant ses spécificités et ses particularités, certaines réalisations sont beaucoup plus visibles que d'autres. Sinon chacun peut être prophète dans son domaine d'activité.

TT. FONS qu'est ce qui fait votre succès?

Je ne saurai trop parler de moi. Je laisse le public apprécier ce que je fais. Mais je peux dire que si Goorgoorlou a du succès surtout depuis son apparition à la télévision, c'est parce qu'en amont un travail immense a été abattu. Ce travail continue car je continue d'écrire de nouvelles histoires de Goorgoorlou pour la télévision.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez eu à faire face pour éditer et produire vos oeuvres?

La difficulté majeure pour éditer un album de Goorgoorlou c'est les moyens financiers. Ce n'était pas toujours évident de trouver au moins 3 millions pour faire face aux coûts d'impression. Mais par le travail et la persévérance nous y sommes arrivés chaque fois. Dieu merci. Nous avons édité une dizaine d'albums qui sont en vente permanente dans certaines librairies.



Quels sont vos thèmes de prédilection et les messages que vous véhiculez à travers vos productions?

Je n'ai pas de thème de prédilection sinon un thème général qui est le vécu quotidien des sénégalais. Dans ce thème on trouve tout. Je parle de la vie en général sans chercher à faire des commentaires ni de faire passer des messages. Ceci n'est point mon rôle. Comme caricaturiste j'observe ma société et je restitue sous forme de caricature le fruit de mes observations. J'agis plutôt comme un miroir déformant. C'est aux lecteurs d'en tirer les leçons. Goorgoorlou au fil des histoires est devenu, non plus le prototype du sénégalais moyen, mais du sénégalais tout court.

Pouvez-vous nous rappeler les titres de vos productions? Et laquelle d'entre elles vous donne le plus de satisfaction?

L'essentiel de la production Goorgoorlou se trouve dans 9 albums dont les titres sont :

• GOORGOORLOU pour la dépense quotidienne ( 1991)

• GOORGOORLOU et Serigne Maramokho Guissané ( 1992)

• 1993, l'année GOORGOORLOU ( 1994)

• GOORGOORLOU et la dévaluation ( 1995)

• GOORGOORLOU, la fin du PAS ( 1997)

• GOORGOORLOU survivant de la dévaluation ( 1999)

• GOORGOORLOU : Le cauchemar ( 1999)

• GOORGOORLOU : Les années hip ( 2001)

• GOORGOORLOU : Les années hop ( 2001)

Difficile de dire laquelle des productions m'a satisfait le plus. Chaque album est un recueil d'histoires. Quand même la sortie du premier album m'a beaucoup marqué. L'accueil que lui a réservé le public m'a donné le courage d'éditer les autres.

La ligne éditoriale de vos oeuvres porte une marque de satire sociale, à qui s'adressent ces critiques?

Goorgoorlou , c'est vrai est une satire sociale que j'ai créée à côté des dessins politiques que je faisais à l'époque dans « Le Cafard libéré » pour les lecteurs de ce journal satirique. Il est devenu des années plus tard (15 ans) une série télévisée très prisée au Sénégal et ailleurs.

les personnages imaginaires que vous avez créés font aujourd'hui l'actualité, quelle appréciation faites vous de leur prestation?

L'adaptation télévisée de la BD Goorgoorlou a permis à bon nombre de pères de famille d'assurer leur propre dépense quotidienne (DQ) pendant les semaines que dure le tournage de la série et même après. La série a rendu célèbres les artistes et comédiens qui incarnent les différents rôles dans les sketches. Je m'en félicite. Cela constitue une source de motivation supplémentaire pour l'auteur que je suis. Je déplore seulement que les droits d'auteur soient le plus souvent ignorés dans certaines prestations.

La bande dessinée compte parmi les moyens de communication les plus dynamiques, envisagez-vous d'initier la jeune génération à cet art?

Oui, je ne cesse d'encourager les jeunes à développer leur talent de dessinateur. Mais le moyen d'aider un dessinateur, c'est de lui donner la possibilité d'exercer son talent à travers un support. Voilà pourquoi en novembre 2002 j'ai lancé le journal « GOOR mag », un magazine de bd et de la culture. Malheureusement par défaut de soutien financier, j'ai arrêté sa parution au 9 ème numéro.

L'univers culturel africain et spécifiquement celui des manjaku est favorable à l'art, avez vous déjà exploré ce créneau?

J'avoue que dans mes différentes créations je n'ai pas encore beaucoup exploré la culture manjaku. Ce n'est sûrement pas l'envie qui me manque.



Connaissez-vous la culture manjaku? Quelles sont les pratiques qui vous ont le plus marqué?

Certes je suis un manjaku né à Dakar mais je connaîs bien ma culture qui est très riche. J'ai eu la chance d'avoir grandi dans une maison où j'ai beaucoup bénéficié de l'apport des parents qui arrivaient tout fraîchement des villages de la Casamance ou de la Guinée Bissau. Ces différents contacts m'ont beaucoup apporté.

Le manjaku est très solidaire. Il a un sens très élevé de la famille. Ce qui le traduit le mieux je pense est l'expression wolof « Xexu njaago du jeex ». Ce qui m'a le plus marqué dans les pratiques de la culture, est mon passage dans le bois sacré lors des cérémonies d'initiation de mon village Biapar en 1985. J'en suis ressorti ragaillardi.

Le manjaku est devenu au Sénégal une langue codifiée, pensez vous traduire "goorgoorlu" dans votre langue maternelle pour promouvoir l'environnement lettré manjaku?

Je suis fier de savoir que le manjaku est maintenant une langue codifiée. J'ai entrepris des démarches il y a de cela quelques années au niveau de la Direction chargée des langues nationales pour que Goorgoorlou soit traduit dans toutes les langues nationales du Sénégal. Bien avant la codification du manjaku. Alors pourquoi pas dans ma propre langue maternelle. Ceci ne devrait pas être l'affaire du seul auteur mais celle de tous. Une chose est de codifier une langue une autre est de mettre à la disposition des apprenants des outils pour la pratique régulière et permanente de cette langue. La BD s'y prête bien.

Menez vous des activités dans votre association villageoise? Et quel message lancez vous à la diaspora manjaku?

Très jeune j'ai commencé à fréquenté les différentes rencontres manjaku notamment les réunions de famille et de village.

Les manjakus doivent unir leurs efforts pour développer la culture manjaku. Les jeunes et plus particulièrement les intellectuels manjakus doivent aller à la découverte de leur culture voire de leurs origines. L'homme n'est rien sans sa culture. La mondialisation bouffera tous ceux qui n'auront pas comme bouclier leur culture.

Par Alex Jean Pierre Mendy


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 19:16    Sujet du message: Africa Comics Répondre en citant

Africa Comics
http://www.africacomics.net/fra_index.shtml

A travers ses concours, le projet AfricaComics fait la promotion des bédéistes africains. Ci dessous, quelques uns de leurs lauréats.

Faustin Titi dessins & Eyoum Ngangué scénario (Côte d'Ivoire - Cameroun)

Le Flic de Gnasville


Le policier Kankou poursuit sa carrière dans l'attente de la retraite. A cause de son salaire trop faible, il est obligé de rançonner les agents, et ceux qui refusent de payer se retrouvent en prison. Dans trois cellules prévues pour 8 personnes, les policiers arrivent à en caser 50. Le seau qui fait office de toilette est nettoyé une fois par semaine. Les plus récalcitrants ne reçoivent ni eau ni nourriture. Ceux qui ne se décident pas à confesser sont battus pendant des heures; en tout cas personne ne résiste longtemps; la plupart meurent noyés. S'il y a des filles parmi eux, elles sont victimes d'abus répétés. Tout cela ressemble à une violation des droits de l'homme. "Mais qui s'intéresse des droits des bourreaux?", se demande Kankou.




Adérito Wetela (Moçambique)

A tribo das Trevas


La tribu des ténèbres - L'histoire commence par une scène de destruction. Un village entier a été détruit, le sang coule à flot, seul Katane a survécu, guerrier vaillant; il se remémore maintenant ces jours si effrayants... La reine avait réuni ses meilleurs guerriers afin d'arrêter le massacre de la population de ce village. Elle avait donné l'ordre d'éliminer tous les guerriers ennemis. Quand l'armée arrive sur les lieux à la recherche des responsables, elle tombe sur d'atroces dépouilles humaines. Tout à coup, c'est l'embuscade; une multitude de figures effrayantes, esprits de la forêt assoiffés de sang, tue tous les guerriers qui s'enfuient vers le village, sauf deux, dont l'un est Katane. Mais la nuit, pendant que tout le monde dort, cette monstrueuse tribu envahit à présent le village même où elle se livre à un carnage. Personne ne survit, sauf Katane, qui vivra pour toujours dans le souvenir de ces horreurs et dans le remords.




Jean Claude Ngumire (Rwanda)

Sans titre - Rwanda


Rwanda. Une jeune fille hutu est fiancée à un jeune tutsi. Le soir elle confie à sa mère que son ami veut l'épouser. Quand son père, sévère et violent, apprend cette relation en rentrant le soir, il se met à battre sa fille qui, enceinte, meurt à l'hôpital. Le père sera jugé, pendant qu'une manifestation aura lieu pour protester contre les accrochages et la haine interethniques.




Jo Palmer Akligo(Togo)

On a fumé Malrobo!


Un avion laisse tomber dans la forêt un chargement de cigarettes en signe d'opposition à la guerre du tabac. Des singes le trouvent et commencent à fumer. Dans le proche village des Pygamou, le pygmée sentinelle dit avoir entendu le tam-tam des singes et avoir compris qu'ils ont l'intention d'attaquer le village ce soir même. Envoyé en éclaireur, il se fait immédiatement capturer par des singes enivrés par la fumée. Après l'avoir attaché à un arbre ils lui apprennent que grâce aux cigarettes ils ont trouvé le secret de la longévité et de la puissance et que les Pygamou, qui se sont comportés jusque là comme des vampires sanguinaires, vont devenir à leur tour esclaves des singes.




Laércio George Mabota (Moçambique)

La Prophétie


Wella est une jeune princesse qui court dans la forêt africaine. Tout à coup quatre hommes cruels et assoiffés de sang surgissent devant elle. Mais, avant qu'ils ne puissent la tuer, une force étrange, s'abat sur le chef de la bande et le tue. Pendant que les autres s'enfuient terrorisés, une figure émerge de la forêt. C'est un esprit puissant, qui donne à Wella un bâton magique et lui annonce une prophétie: la princesse a été choisie pour changer le cours des événements... Wella ne comprend pas. Mais quand elle entend crier au secours, elle accourt et se rend compte qu'un peuple entier va être bientôt exterminé par la volonté du chef de la tribu ennemie. La fille intervient et, grâce au bâton magique, elle se transforme en une femme adulte, courageuse et puissante, qui vaincra le puissant ennemi. Wella réunira les deux peuples sous un seul gouvernement, qu'elle guidera. C'est ainsi que la prophétie s'accomplit....


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 19:24    Sujet du message: La BD en Afrique subsaharienne Répondre en citant

La BD en Afrique subsaharienne

par Sébastien Langevin
Journaliste
http://www.colophon.be/pages/hemisphere/culture28.html

La bande dessinée est un média encore nouveau en Afrique. Si l’on est encore très loin de la taille des marchés européens ou japonais, de belles réussites permettent d’espérer que la bande dessinée peut avoir une viabilité économique sur le continent africain.

La bande dessinée connaît en Afrique subsaharienne francophone de vrais succès. Là où elle sait parler à son public des thèmes qui le touchent, là où les auteurs réussissent à se départir de l’héritage graphique et économique des puissances coloniales (France, Belgique, Grande-Bretagne…), là, surtout, où un travail d’édition approprié permet au plus grand nombre d’accéder aux productions. Car l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Si quelques bandes dessinées sont commercialisées, des dizaines d’autres restent dans les cartons à dessins des auteurs. L’édition n’est guère développée en Afrique sub-saharienne, et l’édition de bandes dessinées bien moins encore que les autres. C’est ce travail d’éditeur, en particulier dans sa dimension commerciale, qui fait cruellement défaut et qui limite aussi bien la production que le nombre de lecteurs sur le continent. L’étude des réalités commerciales des deux plus grandes réussites de la bande dessinée en Afrique permet de mettre en lumière les spécificités de ce média et de vérifier que des logiques d’industrie culturelle peuvent se mettre en place.


Gbich ! et Goorgoorlou

En Côte d’Ivoire, l’hebdomadaire Gbich ! a un tirage moyen de 30 000 exemplaires. Imprimé sur papier journal et distribué dans toute la Côte d’Ivoire, ce journal mélange depuis 1997 articles et bandes dessinées, avec une nette prédominance de ces dernières. On parle bien ici de bandes dessinées et non de caricatures de presse. Des héros récurrents vivent de petites histoires en une planche, inspirées par le quotidien des Ivoiriens. Les personnages les plus célèbres (Cauphy Gombo, Tommy Lapoasse, Sergent Deutogo,…) sont de véritables stars que tout Abidjanais connaît bien. En septembre 2002, le premier recueil des aventures de l’un de ces héros est sorti. Cet album de bandes dessinées de quarante pages reprend les meilleures histoires déjà publiées de Cauphy Gombo auxquelles s’ajoute une histoire inédite de dix pages. Vendu 2 000 francs CFA (3,05 €) et tiré à 10 000 exemplaires, ce recueil devrait bientôt être suivi d’autres ouvrages du même type.
Au Sénégal, le personnage de Goorgoorlou est apparu dans les pages de l’hebdomadaire satirique Le Cafard libéré en 1987, sous les crayons d’Alphonse Mendy, mieux connu sous son pseudonyme de TT Fons. Goorgoorlou est simplement un Sénégalais moyen. Chaque jour, il doit déployer des trésors d’ingéniosité pour ramener à sa femme la DQ (dépense quotidienne), les quelques centaines de francs CFA qui permettront à sa famille de se nourrir. Paresseux, astucieux et gouailleur, Goorgoorlou (“ le débrouillard ” en wolof) reflète avec dérision le quotidien de centaines de milliers de Sénégalais plongés dans la misère par une dévaluation du franc CFA assassine et un plan d’ajustement structurel avancé comme cause de tous les maux du pays. Le héros est rapidement devenu très populaire, si bien qu’en 1991, TT Fons fait paraître le premier recueil de ses aventures, Goorgoorlou pour la dépense quotidienne. Cet album de cinquante pages, dont huit d’histoires inédites, vendu 700 FCFA (1,07 €), a été tiré à 5 000 exemplaires qui se sont vendus en trois mois. Depuis, Alphonse Mendy a publié régulièrement de tels albums. En 2001, trois albums doubles ont paru, reprenant chacun l’actualité de deux années et tirés à 6 000 exemplaires.


Distribution et diffusion

Gbich ! est distribué par la société Edipresse, filiale des Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP) françaises. L’hebdomadaire a un taux moyen d’invendus de 18%, qui monte à 25% à Abidjan, capitale économique du pays. Ce taux d’invendus important dans la capitale s’explique par la très forte présence du journal partout dans la ville : les deux tiers des 30 000 exemplaires y sont vendus. Le distributeur fournit aux dirigeants de Gbich ! des statistiques de vente, en les détaillant selon deux modes principaux : la criée et le réseau des kiosques et des librairies.
Auparavant, les exemplaires invendus de Gbich ! vivaient une seconde vie sur le marché parallèle. Quelques semaines après la sortie originale, on trouvait des exemplaires de Gbich ! à un moindre prix. Mais la direction du journal s’est aperçue que les ventes globales ont baissé lorsque cette distribution parallèle s’est mise en place. “ Une mafia s’est installée, et il y avait un “ trafic ” d’anciens numéros de Gbich !. Désormais, nous pilonnons les invendus ”, explique Zohoré Lassane, membre fondateur et directeur de la publication de l’hebdomadaire. Concernant le recueil d’histoires, le mode de distribution est différent de celui du journal. La première semaine, la direction a donné des exemplaires de ce recueil aux jeunes vendeurs à la criée. Mais ces ouvrages reliés se détérioraient beaucoup plus rapidement entre les mains des vendeurs que les journaux. Désormais, ces recueils ne sont disponibles que dans les kiosques.
Les albums de Goorgoorlou sont également distribués au Sénégal par une filiale des NMPP, l’Agence de distribution de la presse (ADP). Pour cette distribution, ADP prélève 35% du résultat de la vente, soit 245 FCA (0,37 €) sur 700 FCFA. ADP reverse ensuite environ 20% de cette somme à chaque vendeur, soit 49 FCFA (0,07 €) par exemplaire vendu. La chaîne ne s’arrête pas là. Chaque vendeur qui possède un kiosque emploie des petits revendeurs qui viennent s’approvisionner à son kiosque. Ces petits revendeurs sont rémunérés à hauteur de 5% des 20% perçus par le vendeur, soit 2,45 FCFA (0,004 €). Ces revendeurs à la criée ont des “ abonnés ” dans les immeubles et les bureaux de Dakar, c’est-à-dire des personnes qui leur achètent régulièrement des publications. Près de 55 à 60% des ventes totales sont réalisées par ces revendeurs, qui démarchent également les clients dans la rue, piétons et automobilistes pris dans la circulation. 60% des exemplaires de Goorgoorlou sont vendus à Dakar, capitale du pays.



Publicité et promotion

La publicité est une importante source de revenus pour la presse. Pour Gbich !, la publicité couvre globalement les frais d’impression du journal, qui s’élèvent en moyenne à 1,7 millions de francs CFA (2 591,63 €). La publicité assure un gain minimum de 1,2 million FCFA (1 829,39 €), mais cet apport peut être beaucoup plus important en période de forte demande de la part des annonceurs. Ainsi, au moment de la rentrée scolaire, les demandes d’encarts publicitaires sont très nombreuses. Durant cette “ haute saison ” publicitaire, la publicité permet de faire rentrer jusqu’à 3 millions de FCFA (4 573,47 €). “ Les lecteurs se plaignent parfois du trop grand nombre de pages de publicité, explique Zohoré Lassane. Nous sommes en train de nous battre pour passer à vingt pages. Mais les rotatives sont calées sur 16 pages (notre pagination actuelle), et tirer ces quatre pages supplémentaires nous coûte presque aussi cher qu’un journal de seize pages… ”.

Les recueils de Goorgoorlou, s’ils ne sont pas un produit de presse, contiennent néanmoins des pages de publicité. Le personnage est parfois mis en scène dans des pages en couleurs (alors que le reste de l’album est en noir et blanc) pour promouvoir une marque de savon ou de boisson. Un double album de cent pages comme Les années Hop (1998-2000), vendu 2 400 FCFA (3,66 €) contient dix pleines pages de publicité en couleurs, dont les deuxième, troisième, et quatrième de couverture. Le dessinateur a réalisé des dessins originaux pour cinq de ces publicités. Selon Alphonse Mendy, ces publicités amortissent la moitié des coûts d’impression de chaque album.
Concernant la diffusion de Gbich !, Zohoré Lassane remarque : “ Dans les moments de crise, le tirage monte. Quand l’actualité est plus calme, tous les tirages de la presse baissent ”. On pourrait donc imaginer que les événements actuels en Côte d’Ivoire profitent aux ventes de l’hebdomadaire. Malheureusement, la moitié nord du pays, occupée, ne reçoit plus aucun titre de presse : Gbich ! a dû réduire de moitié son tirage depuis le début de la crise. Avant la tentative de coup d’Etat, Gbich ! avait en projet de lancer une radio sur Abidjan (Gbich ! FM) et d’acquérir une imprimerie qui lui permettrait de réduire considérablement ses coûts d’impression.

Le cas de Goorgoorlou est encore différent. Le personnage connaît un tel engouement qu’Alphonse Mendy n’organise pas d’opération de promotion. Il informe simplement les journalistes de la sortie d’un nouvel album. En général, les vendeurs eux-mêmes réclament la sortie d’un nouveau recueil qui leur assure de bonnes ventes. Et Alphonse Mendy note que “ les lecteurs font la promotion de Goorgoorlou eux-mêmes. Avant que je ne sorte mes recueils, certains lecteurs gardaient les pages de Goorgoorlou, et les envoyaient à des frères en dehors de Dakar ou à l’étranger ”.
De plus, Goorgoorlou est devenu le héros d’une série télévisée quotidienne : sa notoriété s’est encore accrue. Alors que les bandes dessinées sont en français, donc destinées à une élite, les personnages de la série télévisée s’expriment en wolof, langue la plus parlée au Sénégal, pour que le plus grand nombre puisse à son tour apprécier les aventures de Goorgoorlou. En Côte d’Ivoire, la télévision nationale s’est également saisie de l’un des personnages de Gbich !, Cauphy Gombo, pour une série de courts épisodes. Il est intéressant de noter que les bandes dessinées ne sont pas adaptées en dessin animé comme cela se pratique plus fréquemment dans les pays du Nord, mais donnent lieu à des séries “ live ”, jouées par des acteurs.
D’abord insérées dans des titres de presse, puis reprises en recueils indépendants et en séries télévisées, ces bandes dessinées amorcent bien le cercle vertueux d’une industrie culturelle. Ces réussites témoignent que l’Afrique est en train de se doter d’un nouveau média artistique qui répond aux exigences économiques du continent.

Sébastien Langevin
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
youngsoldier
Bon posteur


Inscrit le: 07 Juil 2005
Messages: 595

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 19:32    Sujet du message: Répondre en citant

C'était bien itnéressant tout ce que j'ai pu lire plus haut, j'ai été surpris d'apprendre que les dessins de Mandrill la bd sont faits par un congolais! j'étais loin de m'en douter alors que j'ai souvent vu dans les rayons bandes dessinées des bibliothèque cette bd.

La bande dessinée Africaine existe bel et bien et sans aucun doute on trouve en Afrique de vrais faiseurs de chefs-d'oeuvre à ce niveau là, mais que voulez-vous le travail des grands dessinateurs Africains ne touche pas beaucoup de monde à tel poinnt que pour en entendre parler il faut avoir beaucop de chance ou être un passioné...beaucoup se "gavent" des Tintin, des Tarzan qui parfois sont bien remplis de clichés alors qu'il ya de la qualité du côté des dessinateurs locaux.

Ah et puis l'humour de certaines bds, l'humour ah ça c'est magique, les auteurs Africains qui décrivent par exemple la vie locale, qui décrivent nos mauvaises habitudes avec humour mériteraient d'avoir beaucoup de succès!
_________________
youngsoldier's back
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 19:40    Sujet du message: Bande dessinée : l’Afrique doit construire son marché Répondre en citant

Bande dessinée : l’Afrique doit construire son marché
par Sébastien Langevin
publié le 24/02/2006
http://www.africultures.com/index.asp?menu=affiche_article&no=4327

Depuis peu, les bandes dessinées d’auteurs africains s’exportent et sont même primées dans des rencontres internationales prestigieuses. Dans un même temps, sur le continent, le nombre de lecteurs demeure restreint. Médium indéniablement populaire, la bande dessinée africaine ne peut se développer durablement sans une production locale solide.

Une équipe de onze Africains a participé à un événement international fin janvier dernier. Il ne s’agit pourtant pas de la Coupe d’Afrique des nations de football, mais du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême… Lauréats d’un concours organisé à l’échelle de toute l’Afrique subsaharienne, ces onze stars de la bulle venaient de tous les coins du continent : Didier Kassaï de Centrafrique, Ramon Esono Ebale de Guinée Équatoriale, Anani et Mensah Accoh du Togo, Brice Reignier d’Afrique du Sud, Sylvestre « Gringo » Kwene et Joël Salo du Burkina Faso, Samba Ndar Cisse du Sénégal, Adjim Danngar du Tchad, Didier Randriamanantena, dit « Didier MadaBD » de Madagascar, et Mendozza de Côte d’Ivoire. Ils ont retrouvé à Angoulême le Franco-Camerounais Christophe Ngalle Edimo, le Kinois Pat Masioni, la Malgache Armella Leung et Rafaël Espinel, le… Colombien, installés en Europe. Tous ont participé à des tables rondes autour de la bande dessinée africaine, en compagnie du Français Clément Oubrerie et de l’Ivoirienne Marguerite Abouët, auteur d’Aya de Yopougon (Gallimard, 2005), album récompensé par le prix du meilleur premier album dans la sélection officielle du Festival. La première consécration internationale pour une bédéiste africaine !

Une BD africaine éditée en Europe

La présence de ces auteurs était la preuve éclatante de la nouvelle importance de la bande dessinée du continent sur une scène de plus en plus mondialisée. Depuis 2003, les parutions en Europe d’albums signés par des auteurs africains se multiplient. L’association italienne Africa e Mediterraneo a lancé un grand concours à l’échelle du continent et fait paraître un somptueux catalogue regroupant les meilleures contributions (Africa Comics, 2002). Elle a également publié plusieurs œuvres de qualité comme Une éternité à Tanger de Titi Faustin, ou L’Île aux oiseaux de Hissa Nsoli et Patrick De Meersman. Ecrits en français, ces albums couleurs sont diffusés aussi bien en Europe que dans certains pays africains.

La démarche du bédéiste français Ptiluc est tout autre. Il sillonne depuis de nombreuses années le continent à moto et anime des ateliers de formation dans de nombreuses capitales. Parallèlement, il facilite la publication en France d’auteurs aguerris comme l’Ivoirien Gilbert Grout (Magie noire), le Kinois Pat Masioni (Rwanda 1994, Descente enfer), Hector Sonon, Kash et Pat Mombili dans l’album collectif BD Africa. Ces albums mis à la disposition du lectorat français permettent à quelques auteurs d’obtenir une réelle visibilité en dehors de leurs frontières.

Toujours dans cette même optique, les associations françaises et belges Afro-bulles et L’Afrique dessinée regroupent de nombreux auteurs, pour la plupart résidents en Europe. La première, fondée par Alix Fuilu, a fait paraître le troisième numéro de son magazine Afro-bulles pour le Festival d’Angoulême 2005, où elle a également organisé une exposition au succès mitigé. La même année, le ministère français des Affaires étrangères a invité cinq auteurs africains à participer au festival : les Kinois Barly Baruti et Mfumu’eto, le Gabonais Pahé, l’Ivoirien Kan Souffle et le Malgache Jari Dans un même temps, l’association L’Afrique dessinée, présidée Christophe Ngalle Edimo, installe son atelier à Saint-Ouen près de Paris et multiplie les projets, comme le prometteur ouvrage collectif Une journée d’un Africain d’Afrique.

Une longue histoire

Ces beaux arbres déracinés ne doivent pas cacher la forêt qui peine à germer. La bande dessinée du continent est loin de jouer dans la cour des grands au niveau mondial, tant d’un point de vue artistique qu’économique. Cela ne tient évidemment pas à la qualité intrinsèque des auteurs ou des œuvres, mais au trop petit nombre de lecteurs de BD sur le continent, qui conditionne le nombre d’auteurs et la qualité de leur production. Et cette absence de lecteurs n’est certainement pas due à un manque de demande : il n’y a pas, et dans bien des cas il n’y a jamais eu, d’offre ! Sans production, diffusion, commercialisation, et donc sans consommation par les lecteurs, la bande dessinée n’existe pas.

La BD est pourtant présente depuis longtemps sur le continent africain, avec divers bonheurs. Les premières bandes dessinées arrivent ainsi dans les bagages des colons au lendemain de la Deuxième guerre mondiale. Dans les années 60, l’Église utilise la BD pour toucher les différentes couches de la population. Les décennies 70 et 80 sont ensuite marquées par des productions pédagogiques de diverses qualités, pour la protection des tortues ou contre le sida, par exemple. Peu avant 2000, salons, festivals et colloques se développent. Sous l’impulsion du charismatique auteur Barly Baruti, Kinshasa ouvre le bal en 1991, avec son premier salon suivi de nombreuses éditions. En 1998 sont lancées à Libreville les premières Journées africaines de la bande dessinée (JABD), reconduites l’année suivante. En 2001, le festival Cocobulles voit le jour à Abidjan, le deuxième épisode suivra en 2003. Aujourd’hui, ces manifestations sont tombées en sommeil : sans véritable intérêt populaire, la greffe ne prend pas.

Trop longtemps donnée - et non vendue - aux populations, souvent mal utilisée à des fins pédagogiques, parfois entretenue par des subventions confortables mais perverses, fréquemment bridée par des schémas artistiques et économiques hérités des cultures coloniales, en particulier dans les ex-colonies françaises et belges, la bande dessinée rencontre de sérieux handicaps sur le continent africain. Elle n’a jamais été vraiment considérée comme un produit culturel à part entière, qui pourrait à la fois rapporter de l’argent à ses créateurs et distiller ses propres messages.

L’identité d’une culture importée

La bande dessinée n’a pas encore trouvé ses normes esthétiques, narratives et économiques sur le continent. Les auteurs africains souhaitent, légitimement, produire des albums cartonnés en couleurs comme leurs collègues occidentaux, en oubliant que ces produits de librairie ont été précédés par des titres de presse qui ont popularisé le médium. Pour ne citer que les deux plus éclatantes réussites, Astérix a été le titre phare du magazine Pilote, pendant que Tintin donnait son nom au Journal de Tintin. Au Japon, la bande dessinée demeure avant tout un phénomène de presse, décliné ensuite en livres reliés, à la télévision et en produits dérivés. Comme ailleurs et comme le montrent les exemples de réussites du continent, l’avenir de la BD en Afrique passe très probablement par la presse.

De même, de nombreux auteurs africains ne savent pas s’ils doivent faire de la caricature ou de la BD, alors que ces deux modes d’expression sont opposés : là où la caricature condense en un dessin une personnalité, un événement ou une situation, la bande dessinée raconte une histoire en plusieurs cases.

Autre question d’identité : quel style graphique adopter pour raconter quel type d’histoire ? En Europe, on distingue des dizaines de dessins différents, du réalisme photographique au style naïf le plus épuré, en passant par la ligne claire. Pour l’instant en Afrique, aucune norme n’est fixée : chaque type d’histoire appelle un dessin spécifique. Si un Hergé africain finit par émerger, peut-être donnera-t-il des pistes à suivre.

Les bédéistes isolés dans leurs pays ne parviennent pas à faire vivre un marché qui fixerait une culture spécifique dans l’esprit des lecteurs. Les tentatives se multiplient, souvent sans lendemain. Ainsi, côté anglophone, on note une grande activité en Afrique du Sud, comme la traduction / adaptation de quelques rares séries franco-belges à succès comme Lanfeust de Troy. Traduites en anglais et vendues une somme modique, ces bandes dessinées en couleurs peuvent séduire un public attiré par l’exotisme culturel. On y trouve aussi des revues de bande dessinée underground comme la très intéressante Bitter comix, mais elles ne visent pas à toucher le grand public.

Alors qu’en Europe, au Japon ou en Amérique du nord, la bande dessinée est devenue une industrie culturelle de première importance, comparable en terme d’audience et d’économie à la musique, au cinéma ou à la production télévisuelle, sa présence en Afrique reste anecdotique. Peu chère à produire et donc à commercialiser, rapide à réaliser, permettant de raconter en quelques cases les histoires les plus farfelues, la bande dessinée semble pourtant faite pour l’Afrique. Et vice versa.

Décoincer la bulle

L’argument économique ne semble pas être aussi décisif que d’aucuns le disent. On le voit très bien dans toutes les grandes villes africaines : lorsqu’un produit est indispensable, les populations trouvent les moyens pour se le procurer, comme le prouve l’incroyable succès des téléphones portables, alors que le prix des communications est bien plus élevé qu’en Occident.

La seule réelle exception du continent tient en une onomatopée reproduisant le bruit d’un poing sur la joue : Gbich !. Plus de 300 numéros parus, 20 000 exemplaires diffusés chaque semaine, quinze auteurs de bande dessinée à plein-temps : Gbich ! a un poids économique et culturel indéniable à Abidjan. Savant équilibre de bandes dessinées en une page, de dessin de presse et d’articles sur la société, le magazine séduit la population ivoirienne qui se rue dessus chaque vendredi. Tout le monde rit aux mésaventures de Tomi Lapoasse ou de Gazou la doubleuse, antihéros sympathiques tout droits sortis de Yopougon ou de Treichville. Au plus fort de la crise ivoirienne, le magazine a même lancé les accords de Marcory, commune d’Abidjan où la rédaction est installée, pour venir en aide à un État français en difficulté…

Le magazine a ainsi su créer un cercle vertueux : un hebdomadaire que les lecteurs s’arrachent, des personnages connus de tous, qui deviennent parfois héros de série télévisée comme Cauphy Gombo. Tant et si bien que Gbich ! a créé un marché concurrentiel sur son propre créneau : des publications comme Ya foï !, aujourd’hui disparue, ont tenté de lui voler la vedette. Preuve de son insolente réussite : Gbich ! se maintient malgré la crise aiguë que traverse le pays, et va bientôt lancer d’une part la radio Gbich ! FM, et une édition Gbich ! International, un condensé de l’hebdo à destination d’une diaspora malheureusement de plus en plus nombreuse. Autre exemple notable de magnifique réussite : le Sénégalais Goorgoorlou (« le débrouillard » en wolof), personnage créé par TT FONS dans les pages de l’hebdomadaire satyrique Le Cafard libéré. Ce héros a acquis une telle notoriété qu’après les albums reliés de ses aventures, deux saisons de séries télévisées de 240 épisodes chacune ont été diffusées à la télévision nationale…

À la suite de Gbich ! ou de Goorgoorlou, la voie semble toute tracée. La bande dessinée doit passer par un support de presse peu onéreux (chaque exemplaire de l’hebdomadaire coûte 300 FCFA) mais très régulier pour s’ancrer dans les habitudes de consommation. Elle doit puiser son inspiration dans la rue, pour porter sur le papier les mille et une histoires colportées de bouche à oreille, qu’elles soient drôles ou inquiétantes, empruntes d’humour ou de magie. Une fois le public familiarisé avec la bande dessinée et conquis par des héros bien identifiés, il est temps de bâtir un système de produits « dérivés » plus rentables comme les recueils d’histoire ou les séries télévisées avec des acteurs en chair et en os ou en dessin animé.

De telles structures, adaptées aux réalités locales, peuvent certainement voir le jour dans de nombreuses capitales africaines. Deux facteurs semblent essentiels à la réussite : l’argent et les hommes pour le faire fructifier. Les compétences artistiques dans le domaine ne manquent pas, mais il faut considérer l’activité comme un business à part entière : c’est le rôle du grand absent de l’histoire, l’éditeur. En s’inspirant des réussites avérées sur le continent et ailleurs, nul doute que la bande dessinée peut devenir en Afrique un médium de première importance, pour que les Africains rient du présent et gardent espoir en l’avenir.

Sébastien Langevin
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
youngsoldier
Bon posteur


Inscrit le: 07 Juil 2005
Messages: 595

MessagePosté le: Dim 07 Mai 2006 19:42    Sujet du message: Répondre en citant

Je me suis tordu les orbites à déchiffrer les écritures mais j'ai quand même bien ri en lisant la page de bd où il est marqué en haut "errere de gawa", deux "villageois" qui se font racketter par un abidjanais qui leur dit qu'il faut payer pour contempler les buildings.
_________________
youngsoldier's back
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 07:59    Sujet du message: Gbich! Répondre en citant

youngsoldier a écrit:
Je me suis tordu les orbites à déchiffrer les écritures mais j'ai quand même bien ri en lisant la page de bd où il est marqué en haut "errere de gawa", deux "villageois" qui se font racketter par un abidjanais qui leur dit qu'il faut payer pour contempler les buildings.


Ah là là je suis impardonnable...

Bon, pour me faire pardonner les dégats infligés à tes orbites, je t'offre le lien du site officiel du magazine Gbich!: http://www.gbichonline.com/

... d'où sont tirées les planches suivantes:









_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 08:35    Sujet du message: Afro-Bulles Répondre en citant

Afro-Bulles
http://www.blackmap.com/contenus/le_meilleur/le_meilleur_afro_bulles.htm

Bienvenue dans l'univers "Afro-Bulles", découvrez l'association et son Président.

Présentation de l'association

Afro-Bulles est une association régie par la loi 1901, créée en 2001. Elle rassemble une vingtaine d'auteurs de BD africains résidant en Afrique et en Europe.
Le principal objectif de l'association est de promouvoir la bande dessinée africaine sur le plan international, car nous avons constaté que bon nombre de gens connait l'Afrique par son cinéma, son art, sa littérature, mais ne connait pas sa Bande dessinée. C'est donc le but qu'Afro-Bulles s'est fixée : vous faire découvrir l'Afrique autrement, par sa BD car elle existe.



Alix Fuilu!
http://www.blackmap.com/contenus/le_meilleur/le_meilleur_afro_bulles_presentation.htm

Alix Fuilu, dessinateur et auteur de bande dessinée, est originaire du Congo (RDC). Il a étudié les Beaux Arts au Congo à Kinshasa.
Arrivé en Europe, il continue en France à l'Ecole des Beaux Arts de Tourcoing dans le nord puis à l'Ecole des Beaux Arts de Saint Gilles à Bruxelles où il s'est réellement orienté vers la bande dessinée.
Rencontre avec un enfant de la BD afro...




BlackMap : Afro-Bulles en quelques mots ?

Alix Fuilu : Afro-Bulles est en fait une association qui a été crée il y a deux ans déjà. C'est une structure que nous avons mise en place pour promouvoir la BD africaine. Ce type de BD n'est pas encore connu en Europe, et l'idée de cette structure est de pouvoir en parler à travers les auteurs africains qui la représentent.
Cela fait 15 ans que je suis en France, j'ai parcouru pas mal de festivals de BD et c'est justement au cours de ces festivals que les gens m'ont posé des questions légitimes : Est-ce qu'il y a de vrais auteurs qui font de la BD en Afrique ? Est-ce qu'il y a une BD africaine ? etc.
C'est ainsi que petit à petit l'idée a fait son chemin et que nous avons commencé à la concrétiser en 2000. Mais l'association est née depuis l'année dernière.

BlackMap : Et aujourd'hui, tu nous présentes le premier numéro intitulé "Afro-Bulles 01, Couleur café"...



Alix Fuilu : En fait, c'est le premier numéro mais il peut être considéré comme numéro zéro car il s'agit justement du tout début de l'aventure...
Je dis le "début" parce qu'il s'agit d'un projet de collectif différent de ce que je faisais il y a cinq ans, à savoir un projet qui tournait surtout autour de la prévention SIDA.
A Tourcoing, j'avais un atelier où je formais des jeunes à la BD. Avec ces jeunes, la DDASS du Nord-Pas de Calais m'avait demandé de travailler autour de la prévention du SIDA. Alors je me suis dit: "Pourquoi ne pas en profiter aussi pour parler des auteurs africains ?", car après tout le SIDA est un fléau qui fait des ravages en Afrique.
L'idée a plu et voila... il y a déjà six ans de cela, et j'ai pu prendre contact avec de nouveaux auteurs.

BlackMap : Comment fonctionne Afro-Bulles ?

Alix Fuilu : Dans Afro-Bulles, il ya trois pôles : le pôle édition pour éditer les albums des auteurs du collectif, le pôle exposition (nous faisons souvent des expositions dans les écoles, les bibliothèques, dans les mairies et différentes structures qui nous sollicitent), et enfin le pôle évènementiel qui consiste à mettre en place un festival de la bande dessinée.
Ce dernier pôle comprendra tout à la fois l'édition, l'exposition et le "Festival de la BD africaine". Mais le vrai nom de ce festival, c'est "Les rencontres de la BD africaine".

BlackMap : Quelle est l'actualité d'Afro-Bulles ?

Alix Fuilu : Nous préparons un répertoire de la BD africaine qui sortira au mois de juin 2003.
Un partenariat est prévu le même mois avec le "Salon Paris BD " où nous organiserons notre "2è rencontre de la BD africaine", c'est à dire le Festival de la BD africaine au sein même du salon.
L'organisation nous offrira un espace d'environ 300m², ce sera vraiment un "village de la BD africaine" !

BlackMap : Le mot de la fin ?

Alix Fuilu : Tous les amoureux de la BD africaine, toutes les personnes qui voudront se joindre à nous pour la promouvoir seront les bienvenus !
Je profite également de l'occasion pour remercier les autres partenaires qui nous aident à faire connaître la BD africaine depuis la sortie d'Afro-Bulles N°1. Citons entre autres Jeune Afrique, Le Monde... Merci à eux !


> Afro-Bulles "La BD africaine"
45/6, rue Hardouin Mansart
59200 Tourcoing
Tél: 06 84 93 75 10
E-mail : alixfuilu.abdt@wanadoo.fr


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 11:05    Sujet du message: Tuf Répondre en citant

Tuf
(Samuel Mulokwa)

(b. 28/2/1975, Kenya)
http://www.lambiek.net/artists/t/tuf.htm



Samuel Mulokwa, better known as Tuf, was born in Kimilili in western Kenya in 1975. In 1999 he began his studies in graphic arts at the Kenya Polytechnic University and later the Buru Buru Institute of Fine Art, both in Nairobi. At the age of nine, he was already learning how to draw cartoons and caricatures of people, and he created his first full-length comic book while he was in Secondary School. This work was 'Manywele', a Swahili comic book, which was published by Sasa Sema Publications in 1998. Tuf's second comic book, in English, was 'Komerera: The Runaway Bride', published by Sasa Sema in 2001. He has also worked on a science fiction comic book, among other things.



Tuf has been editorial cartoonist for the Daily People newspaper and also for Taifa Leo, Kenya's daily Swahili newspaper. He has done storyboards for commercial animations, illustrations for children's books and a number of other published works. In 2001, Tuf won the Cartoonist of the Year Award for Kenya from the Media Institute in Nairobi. His work has appeared in cartoon exhibitions in Nairobi. Tuf also has two other passions, writing music and stories. He draws his inspiration from music, but to perfect his art he learned from other artists, in particular, Frezzato, Uderzo, and Disney animations.

Says Tuf: "My interest in art is derived from the fact that it's the best tool I've ever come across that can be used to express one's ideas and emotions about life. It provides a door to escapism and allows you to create forms and beings, and even destroy them, making you (the artist) something like a demi-god." Tuf has had his work exhibited in Italy, in the exhibition "Matite Africane". Tuf designed the poster and the cover of the catalogue for the exhibition "Africa Comics", which was also held in Italy.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 11:11    Sujet du message: Kham Répondre en citant

Kham
(James Kamawira)

(b. 1967, Kenya)
http://www.lambiek.net/artists/k/kham.htm



James Kamawira, who uses the pseudonym Kham, began his career in cartoons in 1988, when he joined the Kenya Times newspaper as political commentator/illustrator. Before that, he worked in an advertising agency, Hill Ayton, where he honed his skills as a graphic designer. In 1992, Kham won a USAID Training for Development scholarship for an animation course in the United States of America. Before this course, Kham contributed cartoons for the Detroit Free Press and the San Francisco Chronicle on a working tour. He trained in animation for four months at the School of Electronic Art in San Francisco.

In 1994 Kham left the Kenya Times and joined a weekly newspaper, The East African Chronicle. In 1997 he left the Chronicle and joined the East African Standard, where he became Group Editorial cartoonist/illustrator. Kham created a comic book with a Swahili story written by Ruth Wairimu Karani, called 'Macho ya Mji' and published by Sasa Sema Publications. Kham has had a long time running comic strip, 'Bongoman', which first appeared in the Kenya Times and runs every Sunday in the Sunday Standard's Life Magazine. Kham produced two books of 'Bongoman' stories. He also runs the strip 'Babu and JJ' in the same newspaper. Kham has had his work exhibited in Italy, in the exhibition 'Matite Africane' organized by Lai Momo and NGO CEFA in 2002.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...


Dernière édition par Farao le Lun 08 Mai 2006 11:21; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 11:16    Sujet du message: Sonon Répondre en citant

Hector Sonon
(b. 1969, Benin)
http://www.lambiek.net/artists/s/sonon_h.htm



Hector Sonon, born in Cotonou in the West African country of Benin, is a passionate designer, photographer and cartoonist. Since 1988, he has drawn caricatures for the free press of Benin. He works in several comic studios, and created the story of 'Adéfèmi', written by Florent Couao-Zotti, for the magazine Inter Faces. He also contributed to 'A L'Ombre du Baobab', a collection of comics by African artists about African education and health, for which he wrote the story 'Alima'. Other titles by Sonon are 'Zinsou e Sagbo' (1988), 'Inceste, Sang e Larmes' (1991), 'Papa Ziboté' (1993) and 'Les Couleurs de la Mémoire' (between 1996 and 2000 in magazine Interfaces).


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 11:24    Sujet du message: Kan Souffle Répondre en citant

Kan Souffle
(Abel Kouamé N'Guessan)

(b. 1977, Ivory Coast)
http://www.lambiek.net/artists/s/souffle_kan.htm



Abel Kouamé N'Guessan, who uses the artist name Kan Souffle, was born in Tommodi, Ivory Coast in 1977. He studied at the Academy of Fine Arts and started collaborating with magazine Gbich! in 1999. Influenced by his love for American superheroes and Japanese manga, he created 'Gbassman', an esoteric superhero comic.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 12:29    Sujet du message: Notre Librairie Répondre en citant

La revue "Notre Librairie" a consacré son N° 145 (Juillet -Septembre 2001) à la bande Dessinée d'Afrique. Vous pouvez le consulter ou le télécharger au lien suivant: http://www.adpf.asso.fr/librairie/derniers/pdf/nl145.pdf

Bonne lecture Wink
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 16:11    Sujet du message: Nigerian comics Répondre en citant

Nigerian Comics

Découvrez les super-héros afros de la compagnie nigeriane ICS sur leur site: http://www.icstudios.org/homein.html

BOLTARA - the son of thunder

If you missed it on the pages of THISDAY Newspapers well its your fault, how could you have missed an event that mega?

Coming soon to ICS website we'll be giving you a page a week of the comic about a young undergrad who just found out his father is, well, not his father. his father was a legendary African king and worst still he is the sole heir to his kingdom and, you guessed it, his powers!

here's some pages of the comic that ICS will soon produce (in full colour). enjoy.









HARDMAN



And to pick off where the son of thunder left we present one of ICS comics earliest creations, created way back in 1991 (about a year after ICs was founded). Starting... well since about 3 weeks now! right now the man we call HARDMAN is appearing weekly on the arts and review segment of Thisday newspapers. Don't miss it.

If you haven't caught on yet, lets give you a peep at the last 3 weeks editions? enjoy!





TERMINAL SQUAD

This pages were drawn as part of a time test project and shows a part of a story which if we don't print soon will appear on THISDAY! check it out






_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...


Dernière édition par Farao le Ven 19 Mai 2006 16:20; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 16:27    Sujet du message: Nigeria again... Répondre en citant

Toujours ICS, mais encore en phase de projet:

REKIYAH - The Amazing Girl






Wreck Force:




Dark storm:




Justice Supreme:


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pakira
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1752

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 17:11    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour ce thread Farao,je suis fan de Bd aussi,et ça me fait plaisir de voir autant de Bd africaines,car comme tu le sait,c'est vraiment un milieu raçiste Rolling Eyes

Merci surtout pour ce site:

http://www.icstudios.org/homein.html


_________________
"tout nèg a nèg

ki nèg nwè ki nèg klè
ki nèg klè ki nèg nwè
tout nèg a nèg

nèg klè pè nèg nwè
nèg nwè pa lè wè nèg klè
nèg nwè ké wéy klè
senti i sa roune nèg klè
mè nèg klè ké wéy klè a toujou nèg

sa ki fèt pou nèg vin' blang?
blang té gen chivé pli long?
pou senblé yé nou trapé chivé plat kon fil mang!!!
mandé to fanm...!
mè pou kisa blang lé vin' nwè?
ha... savé ki avan vin' blan yé té ja nèg!

a nou mèm ké nou mèm dépi nânni nânnan...
chinwa soti, kouli soti, indyen soti, blang soti
mèm koté nèg soti

avan yé sotil koté y fika
AFRIKA!!!"

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pakira
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1752

MessagePosté le: Lun 08 Mai 2006 17:15    Sujet du message: Re: Nigerian comics Répondre en citant

Farao a écrit:
Nigerian Comics

Découvrez les super-héros afros de la compagnie nigeriane ICS sur leur site: http://www.icstudios.org/homein.html

BOLTARA - the son of thunder

If you missed it on the pages of THISDAY Newspapers well its your fault, how could you have missed an event that mega?

Coming soon to ICS website we'll be giving you a page a week of the comic about a young undergrad who just found out his father is, well, not his father. his father was a legendary African king and worst still he is the sole heir to his kingdom and, you guessed it, his powers!

here's some pages of the comic that ICS will soon produce (in full colour). enjoy.








HARDMAN



And to pick off where the son of thunder left we present one of ICS comics earliest creations, created way back in 1991 (about a year after ICs was founded). Starting... well since about 3 weeks now! right now the man we call HARDMAN is appearing weekly on the arts and review segment of Thisday newspapers. Don't miss it.

If you haven't caught on yet, lets give you a peep at the last 3 weeks editions? enjoy!





TERMINAL SQUAD

This pages were drawn as part of a time test project and shows a part of a story which if we don't print soon will appear on THISDAY! check it out









_________________
"tout nèg a nèg

ki nèg nwè ki nèg klè
ki nèg klè ki nèg nwè
tout nèg a nèg

nèg klè pè nèg nwè
nèg nwè pa lè wè nèg klè
nèg nwè ké wéy klè
senti i sa roune nèg klè
mè nèg klè ké wéy klè a toujou nèg

sa ki fèt pou nèg vin' blang?
blang té gen chivé pli long?
pou senblé yé nou trapé chivé plat kon fil mang!!!
mandé to fanm...!
mè pou kisa blang lé vin' nwè?
ha... savé ki avan vin' blan yé té ja nèg!

a nou mèm ké nou mèm dépi nânni nânnan...
chinwa soti, kouli soti, indyen soti, blang soti
mèm koté nèg soti

avan yé sotil koté y fika
AFRIKA!!!"

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Jeu 11 Mai 2006 21:54    Sujet du message: Les grands esprits se rencontrent Répondre en citant

Pakira a écrit:
Merci pour ce thread Farao,je suis fan de Bd aussi,et ça me fait plaisir de voir autant de Bd africaines


Pas de quoi. J'étais moi-même surpris d'en découvrir autant sur le net. Et je n'ai encore posté qu'une partie de mes trouvailles.

Si d'autres grioonautes ont des liens, ils seront les bienvenus.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Jeu 11 Mai 2006 22:06    Sujet du message: The Shikwekwes Répondre en citant

The Shikwekwe
by Litu
http://www.theshikwekwes.com/



Need a good laugh. Then hopefully this site will at least bring a smile to your face.

This comic strip takes a look at an African family as they struggle to cope with demands of life with a light touch. There is Stanlaus , the doting father and head of the Shikwekwe clan, Bernice the heart of the family, Zakayo the dot-com teenager, Phyllis the family comedian, Liengu, the youngest member of the family and finally, Simba their pet.

Join them as they come to grips with the 21st Century!










_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Jeu 11 Mai 2006 22:49    Sujet du message: Répondre en citant

FANTASTIQUISSIME, ce topic, Farao !!!

Je ne l'avais pas vu, je vais m'installer confortablement pour tout lire à fond, étant fan de BD aussi Very Happy

Chez nous, nous restons sur les souvenirs, de plus en plus rassis mais toujours vivaces, de la BD FOUYAYA des années 80. Les dessinateurs étaient Tijo, avec l'appoint ponctuel de Pancho, principalement. Je ne sais ce qu'est devenu le 1er, le 2nd est devenu le dessinateur attitré (et passablement aux ordres) du torchon quotidien local... Rolling Eyes



Y'a eu aussi les fameuses MAKRELS :


Une planche des MAKRELS :



Un lien sur cette BD :
http://www.volcreole.fr/forum/sujet-16508-0-asc-0.html

qui parle aussi de l'innérrable héros "mait' piès" Cool COUTCHA (Eusèbe Hyppolite Eugène de Barthélémy Coutcha de son vrai nom Laughing Laughing Laughing ), album d'anthologie dont je me rappele certains dialogues par coeur Mr. Green

C'est l'histoire d'un "major" de quartier populaire, qui exerce ses talents armé de son coutelas Alfredo (oui, parce que même le coutelas a un nom Mr. Green). Sorte de Robin des bois créole, il jouit d'une grande aura populaire, et doit affronter le tremblotant gade-caca... euh, pardon Mr. Green... brigadier de police Boisfer, au foie fragile (qui est dans la police "pour gagner son diri-pwa rouj, pas pour mourir bêtement" Laughing Laughing Laughing ), ainsi que le major concurrent Phil Elektrik ("Phil Elektrik sale tik ton cas est-il critique ?" lui lance-t-il avant l'affrontement final Laughing Laughing Laughing ). Toute la BD est l'histoire de sa quête du "Friyapin (fruit à pain) bleu de la vieille dame" (le fruit à pain a un écorce verte, le bleu, c'est pour le suspense et pour le caprice du major Mr. Green).



Dans un autre style, tragique et historique, vous avez aussi la BD "Le SANG DU FLAMBOYANT"


mais apparemment, les auteurs ne sont pas antillais

Tout ça commence à dater (années 80), actuellement, je ne connais qu'un seul dessinateur qui fait de la caricature satyrique, mais il ne publie pas de BD. A consommer sur le web, comme on dit chez moi sans "modernation" Mr. Green, c'est par ici :
http://www.gabourg.com/humour.htm
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Jeu 11 Mai 2006 23:00    Sujet du message: Bob & Queng Répondre en citant

Bob & Queng
by Mduduzi Ntuli
http://www.mducomics.com/comic_strips.html



This a general comic strip, which is very easy to understand.
It is simply crazy, lazy and stupid. The art style is groovy and
very flexible. The way of writing is about any ridiculous idea that
hits the cartoonist. It’s intended for everybody; deep comic
readers or not, young and old, this baby is smooth for all.
It was initially created for Wits University students in 2001, and
was later converted for national publication.t is simple really, if you get a chance to read one don’t hesitate.








_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Ven 12 Mai 2006 10:14    Sujet du message: Les Makrels me font regretter de ne pas parler créole... Répondre en citant

Chabine a écrit:
(...)


Hello Chabine

Ton intervention s'étant glissée entre deux de mes posts, elle m'avait échappée. Je la découvre à l'instant, et j'ai définitivement le coup de foudre pour les Makrels. Merci pour la contribution.

Chabine a écrit:
http://www.gabourg.com/humour.htm







_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Ven 12 Mai 2006 10:25    Sujet du message: Kamerun represents!! Répondre en citant

Trait Noir
http://www.ccfdouala.com/bd/traitnoir.htm



Brrr… J’en tremble d’effroi ! Est-ce le nom d’un organisme aux sombres desseins, qui visent l’asservissement et l’aliénation de toute l’humanité à travers des principes et des dogmes rigides ?
Oh que non ! C’est par une journée ensoleillée de Juin 2005 que sont jetés les bases de ce mouvement, plus précisément à l’occasion du mois de la BD initié par le Centre Culturel Français de Douala. De nombreux dessinateurs solitaires saisissent l’occasion qui leur est donnée de se rencontrer pour monter un projet commun qui serait la locomotive de toutes leurs actions et la matérialisation d’un besoin réel. L’association des Illustrateurs et Auteurs de bande dessinée : TRAIT NOIR naît. Elle voit le jour à une période ou la bande dessinée camerounaise est en pleine léthargie. En effet, il n’existe pas de périodiques locaux. On retrouve essentiellement les bandes dessinées à l’intérieur des journaux satiriques (à connotation politique) et dans les magazines à caractères éducatifs (sensibilisation…). En marge de quelques tentatives désespérées et isolées de publications d’ouvrages destinés au 9e art, on doit se rendre à l’évidence : TOUT EST A CONSTRUIRE DANS LE DOMAINE DE LA BANDE DESSINEE CAMEROUNAISE. Car il s’agit d’assurer à ceux qui veulent s’y adonner non seulement une formation adéquate, mais également des perspectives de développement ; ce qui ne peut se faire sans une solide organisation. Le potentiel en terme de talent artistique existe, les soutiens divers et la volonté de l’association TRAIT NOIR feront le reste, afin que la bande dessinée camerounaise acquière enfin des lettres de noblesse.

E-mail : noirtrait@yahoo.fr

Les Auteurs:
http://www.ccfdouala.com/bd/dessinateurs.htm#

ALMO



Almo The Best, mythe ou réalité ?
Almo, de son vrai nom inconnu est un artiste très modeste puisqu’il se définit comme le plus grand caricaturiste Africain de tous les temps, le Gotlib d’Afrique… bref, THE BEST. Il évolue dans le dessin de presse depuis une dizaine d’années et dans la bande dessinée depuis un nombre d’années inférieur à la moitié de celles passées en caricature. Possédant une base scientifique, il est également scénariste, encreur et lettreur numérique et… passionné ! Pas mal de prix glanés au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en Italie, quelques expos, quelques ateliers de création BD, quelques manif’ sur la caricature. Mais le meilleur reste à venir… On lui a imposé la présidence de l’association des "Illustrateurs et Auteurs de Bande dessinée" ou TRAIT NOIR du Cameroun.
Email : almothebest@yahoo.fr

Son site: http://www.artmajeur.com/almothebest



PIAZO

Email : tchaphane@yahoo.fr



MYSTIK



BIBI BENZENE



Bibi Benzene (Biba Jacques de son vrai nom) est étudiant en faculté de droit à l’université de Douala où il publie le journal satirique Caricaturas dont il est principal caricaturiste. Il donne également des cours d’initiation à la bande dessinée au Bonapriso Center for the Art. Bibi bénéficie d’autre part d’une petite expérience dans la presse où il a dessiné pendant quelques mois pour le Mami Wata de La Nouvelle Expression.
Email : bibibenzo@yahoo.fr




_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Ven 12 Mai 2006 10:41    Sujet du message: Para-Jaka! Répondre en citant

PARA-JAKA!
http://www.ccfdouala.com/bd/para_jaka.htm

PARA-JAKA!, le premier mag de BD de la sous région d ’Afrique francophone enligne.Ce magazine a pour but de promouvoir et valoriser,via internet,les multiples talents cachés des dessinateurs africains,souvent en manque de tribune d ’expression.
Sous l’initiative du Directeur de L’ICEF de Malabo, Pascal LEFRANCOIS,et grâce aux efforts conjoints des dessinateurs,vous pourrez déguster chaque mois, des pages de BD toutes authentiques,pour votre seul plaisir.

Voir et télécharger :

Para-Jaka! n°0: http://www.ccfdouala.com/bd/parajaka/parajaka0.pdf
Para-Jaka! n°1: http://www.ccfdouala.com/bd/parajaka/parajaka1.pdf
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Ven 12 Mai 2006 14:57    Sujet du message: Re: Les Makrels me font regretter de ne pas parler créole... Répondre en citant

Farao a écrit:
Chabine a écrit:
(...)


Hello Chabine

Ton intervention s'étant glissée entre deux de mes posts, elle m'avait échappée. Je la découvre à l'instant, et j'ai définitivement le coup de foudre pour les Makrels. Merci pour la contribution.

de rien, Farao, c'est peu, mais c'est la moindre des choses, en retour du régal que tu nous procures Very Happy

Petit florilège de mes dessins préférés de Gabourg Mr. Green Mr. Green Mr. Green

(ATTENTION : CERTAINS DESSINS SONT INTERDITS AUX MOINS DE 18 ANS !) Laughing










_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Sam 13 Mai 2006 22:51    Sujet du message: Pandora Comics Répondre en citant

Pandora Comics!
http://www.pandoracomics.com/home.asp



We are a new comic book publishing concern based in Lagos, Nigeria. We draw inspiration from our local surroundings but present our comics with broad international appeal.



Our comic titles cover different genres from action to comedy. More titles are coming soon. Below are our flagship titles in the Padora's box, watch out for more...









Aisha is the perfect human chameleon trained by the Crosse Corporation as a one-woman fighting army. Her job is to fight criminals that have become far too clever to be caught by the normal reach of the law. Aisha seeks justice, and with training in martial arts weaponry, guile that will make a man blush this female bombshell never fails!

Captain Goke Ademola
The Bureau of Military Intelligence has one spy they call when things get tough. You just met him.

Ismail Omar
Mr. Omar doesn’t want too much from life: a little bomb explosion here, a little blood spilled there, and his days work as one of the leaders of the terrorist Shadrach Network is done. But who will be able to stop him?







Bolanle Badmus
Life can be tough when you’re married. Add to that the burning desire to fight for the oppressed as part of your job as a Captain in the Nigerian Army and it becomes twice as difficult. Captain Badmus has the strength of character to win and the heart to know how devastating it feels to lose.

Lieutenant Bala ‘The Rock’ Danjuma
The good captains second in command, he is her self appointed guardian.

Tolu Badmus
The Captain's husband may never come to terms with his wife's career. At least his mistress will keep him feeling like a man.

Nkechi
Tolu Badmus has a lover, a mistress who will do anything to keep him.







S.I.E.G.E. is archetype body armour that turns it’s users into one man fighting machines, a self-upgrading nano computer with the added advantage of the ability to think and the State Intelligence Bureau and it’s current recipient Captain Emeka Ezigbo wouldn’t have it any other way.

Dr. Dokwa
The good doctor designed and built S.I.E.G.E but the government has taken over control of his project.

Commissioner Chidubem Okoro
If ever there was a man that believed in the S.I.E.G.E. project then it is Commissioner Okoro. This mans faith is unshakeable.

A.I.G. Nwafor
Beware the director. The State Intelligence Bureaus top man is use to getting what he wants. Exactly what he wants! You would do well not to get in his way.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pakira
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1752

MessagePosté le: Dim 14 Mai 2006 15:54    Sujet du message: Re: Pandora Comics Répondre en citant

Farao a écrit:
Pandora Comics!
http://www.pandoracomics.com/home.asp



We are a new comic book publishing concern based in Lagos, Nigeria. We draw inspiration from our local surroundings but present our comics with broad international appeal.



Our comic titles cover different genres from action to comedy. More titles are coming soon. Below are our flagship titles in the Padora's box, watch out for more...









Aisha is the perfect human chameleon trained by the Crosse Corporation as a one-woman fighting army. Her job is to fight criminals that have become far too clever to be caught by the normal reach of the law. Aisha seeks justice, and with training in martial arts weaponry, guile that will make a man blush this female bombshell never fails!

Captain Goke Ademola
The Bureau of Military Intelligence has one spy they call when things get tough. You just met him.

Ismail Omar
Mr. Omar doesn’t want too much from life: a little bomb explosion here, a little blood spilled there, and his days work as one of the leaders of the terrorist Shadrach Network is done. But who will be able to stop him?







Bolanle Badmus
Life can be tough when you’re married. Add to that the burning desire to fight for the oppressed as part of your job as a Captain in the Nigerian Army and it becomes twice as difficult. Captain Badmus has the strength of character to win and the heart to know how devastating it feels to lose.

Lieutenant Bala ‘The Rock’ Danjuma
The good captains second in command, he is her self appointed guardian.

Tolu Badmus
The Captain's husband may never come to terms with his wife's career. At least his mistress will keep him feeling like a man.

Nkechi
Tolu Badmus has a lover, a mistress who will do anything to keep him.







S.I.E.G.E. is archetype body armour that turns it’s users into one man fighting machines, a self-upgrading nano computer with the added advantage of the ability to think and the State Intelligence Bureau and it’s current recipient Captain Emeka Ezigbo wouldn’t have it any other way.

Dr. Dokwa
The good doctor designed and built S.I.E.G.E but the government has taken over control of his project.

Commissioner Chidubem Okoro
If ever there was a man that believed in the S.I.E.G.E. project then it is Commissioner Okoro. This mans faith is unshakeable.

A.I.G. Nwafor
Beware the director. The State Intelligence Bureaus top man is use to getting what he wants. Exactly what he wants! You would do well not to get in his way.


Il faudrait que je lise ces bd nigérianes un jour Twisted Evil
_________________
"tout nèg a nèg

ki nèg nwè ki nèg klè
ki nèg klè ki nèg nwè
tout nèg a nèg

nèg klè pè nèg nwè
nèg nwè pa lè wè nèg klè
nèg nwè ké wéy klè
senti i sa roune nèg klè
mè nèg klè ké wéy klè a toujou nèg

sa ki fèt pou nèg vin' blang?
blang té gen chivé pli long?
pou senblé yé nou trapé chivé plat kon fil mang!!!
mandé to fanm...!
mè pou kisa blang lé vin' nwè?
ha... savé ki avan vin' blan yé té ja nèg!

a nou mèm ké nou mèm dépi nânni nânnan...
chinwa soti, kouli soti, indyen soti, blang soti
mèm koté nèg soti

avan yé sotil koté y fika
AFRIKA!!!"

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Mar 16 Mai 2006 16:38    Sujet du message: An inventory of the comic strip in Africa Répondre en citant

An Inventory of the Comic Strip in Africa
by Hilaire Mbiye Lumbala
http://www.africultures.com/anglais/articles_anglais/lumbala.htm


One might be tempted to believe from comic strip reference books that Africa has no locally produced comic strips as no mention is made of them. This is the case, for example, in Histoire mondiale de la BD (World History of Comic Strips) and the Dictionnaire de la BD (Dictionary of Comic Strips). And yet, authentically African comic strips have existed in certain countries for thirty years.

There is no longer any doubt about it. African comic books are a reality today. They exists, are sold, are read. They have become the object of several organizations and events (associations, congresses, prizes, fairs, festivals, exhibitions, research work...). They, just as elsewhere else, have their heroes. Yrmoaga in Burkina Faso; Zoba Moke in Congo; Mata Mata and Pili Pili, Apolosa, Mohuta and Mapeka in DRC; Dago and Monsieur Zézé in Côte d'Ivoire; Bibeng and Tita Abessolo in Gabon; Tekoué in the Central African Republic; Boy Melakh and Goorgoolou in Senegal can all be cited as examples.

The world of the African comic strip will be briefly presented here by highlighting the apportioning of the work on the one hand (publishers, authors, and associations), and the production machine on the other (magazines, fairs, exhibitions, festivals).

The publishers

We are all aware of the role publishers play in institutionalizing comic books or literature in general. Publishing difficulties face everyone in Africa: financial difficulties and poor distribution make African comic books even more over-dependent on abroad. These are the main hurdles for publishing's development in Africa.

In spite of these difficulties, several publishing houses have launched into the adventure of publishing African comic books. In Europe: L'Harmattan, Segedo in France; Eur-Af Editions in Belgium. In Africa: Ed. CLE (Yaoundé), Nouvelles Editions Africaines (Dakar and Lomé), Nouvelles Editions Ivoiriennes (Abidjan), Medias Pau, ex- Ed. St. Paul (Kinshasa, Lubumbashi, Kisangani), Afrique Editions (Kinshasa), Achka (Libreville), Inter Afrique Presse (Abidjan), Horaka (Antananarivo), Sogedit (Dakar), Archevêché de Bangui et Mission de coopération française (Bangui), etc. This list is not exhaustive as, due to poor distribution, it is impossible for us to gather data on the comic book situation in all the French-speaking countries.

The authors

The term author is applied without distinction to artists and writers who have published or continue to publish works destined for Africa. We can distinguish between three categories of author who correspond to three types of comic book found in Africa: comic books produced by Europeans, mixed (hybrid) comic books co-produced by Europeans and Africans, and comic books produced by Africans.

European authors for an African public

These are generally European authors whose works do not feature in the European comic book catalogue, and which are distributed exclusively in Africa to an African public. Examples include writer and artist Serge Saint-Michel and B. Duffossé who ran the now defunct Calao and Kouakou magazines for a number of years.

The co-signatories

Co-produced works destined specifically for Africans, combining the work of a European and an African, give mixed comic books characterized by the fusion of "northern thought" and "southern artwork". Several examples include: in Côte d'Ivoire, Maïga (the Frenchman Labo) joint-wrote Les aventures de Dago with Apolos; the French Bréal and Karul (writers) published Quand les flamboyants fleurissent and Les Blancs dépérissent together with the Ivoirian artist Salia (L'Harmattan). In the Central African Republic, Ph. Garbal and B. Nambana co-signed La chaîne et l'anneau. The Congolese Barly Baruti published two series in France with the French writer Franck Giroud: Eva K. and Mandrill.

Co-production is not a bad thing in itself, because it allows African artists to express themselves and, as a result, to be recognized by certain authorities interested in comic strips. The danger is the risk of letting old cliches and stereotypes of Africa and the African slip by.

African talents

They are authors who work in an autonomous manner, and who publish highly original works: comic books by Africans, at times with African means, for Africans, and which can be catalogued as an African form of expression!

Several figures have emerged thanks to the quality of their work. Examples include: in Burkina Faso: Raya Sawadogo (Yirmoaga) and A. Kiba (Maître Kanon). In Congo-Brazzaville, associated with the newspaper Ngouvou (J. Bhain, Bob Salco, J. Bindika, G. Bamba, Y. Kandza, C. Mambou and Ken), and T. Lokok who publishes Zoba Moke in La Semaine africaine. In Côte d'Ivoire: Salia (Folbay), Lacombe (Monsieur Zézé), Mïgas and Apolos (Dago). In Gabon: Hans Kwaaitaal (Bibeng), Laurent Levigot, alias Richard Amvame-Memiaghes (Tita Abessolo). In the Central African Republic: O. Bakouta-Batakpa (Tatara, with his famous character Tekoué). In the Democratic Republic of the Congo: Boyau (Apolosa), Mongo Sissé (Mata Mata et Pili Pili), Barly Baruti (Mohuta and Mapeka), Tchibemaba Ngandou (Cap sur la capitale), Assimba Bathy, Lepa Mabila Saye, and all the upcoming young garde, namely Thembo, Makonga, Pat Masioni, Fifi Mukuna, Luva, Badika, etc. In Madagascar, R. Rabesondranata, Aimé Razafy, Anselme Ramiandrisoa Ratsavalka, Lawrence Ralimihanta, Christian Bazafindrakoto. In Senegal: Sambal Fall (L'ombre de Boy Melach et Sangomar), Salioune Sene (Keur Bougouma and Le Marabout de Bari Xam-Xam), T. T. Fons (Pour la dépense quotidienne, Goorgoorlou et Séringe Maramokho Guissane, and L'année Goorgoorlou), Ibrahim Mbengue (Maxureja Gey, chauffeur de taxi), S.-P. Kiba (Les aventures de Lieutenant Hann).

This list is far from being exhaustive as poor distribution clearly does not enable us to gain access to all the information on African comic books.

The associations

To promote comic books, certain comic strip artists, fans or experts have joined together in associations whose main objective is to promote the comic strip in all its forms in an effort to assure young people's cultural, social and intellectual fulfillment. They also aim to set up workshops in order to teach young people the techniques and language of the comic strip.

In Madagascar, the following associations have thus been set up: A MI or Artista Mioray (associated artists), run by R. Rabesandratana in collaboration with graphic narration specialists such as R. Max, Roddy, Barry; ABEDEMA (Association of Madagascan comic strip artists), set up in 1985 under the direction of Razafy and A. Ramiandrisoa after the Nairobi festival (it was ABEDEMA who published Sarigasy and Le Cri du margouillat); SOIMANGA (the little Madagascan passerine bird whose male has blue-tinted feathers), an association set up in 1987 by A. Ramiandrisoa and whose objective is to promote the comic strip and the image.

In DRC, the Création recherche initiation à l'art (CRIA), the only and recent association, which has actually become a comic strip school, was set up in Kinshasa in 1990 around Barly Baruti, and is now renamed the Atelier de la création, recherche et initiation à l'art (ACRIA).

The production machine

Comic books


In Europe, Segedo published Calao and Kouakou (Paris), in which certain African artists published several strips, usually on the back cover. In Africa, several magazines exist (or existed):

Gabon

Cocotier: a bimonthly magazine created in 1985 by Hans Kwaaaitaal, only five issues of which were published. Cocotier has now become a publishing house, Achka, which publishes the "Collection équateur". In 1977, BDBoom, Magazine explosif des bandes dessinés was born.

Côte d'Ivoire

It was newspapers such as Ivoire Dimanche and Fraternité Matin which started publishing comic strips. The magazines came later, for example Zazou, created in 1979, and which only lasted ten issues.

Central African Republic

Three magazines worth noting: Tatara, Balao, and Dounia. Tatara ('mirror' in Sango), Journal de la lutte contre les mauvaises moeurs de la société (Magazine for the fight against society's low morals), has been published by the Archbishop of Bangui since 1985. There have been twelve issues. Balao, created in 1985 with the backing of the French Cultural Centre in Bangui; and Dounia, Le journal des Jeunes, written by youngsters from the Notre Dame d'Afrique and published with the backing of the Archbishop of Bangui.

Madagascar

Fararano-Gazety, set up in 1981, is published by the Madagascan Book Bureau. BD Madagasikara, distributed by Editions Alpha since 1986. Sarigasy, renamed Sarigasmes, run by the artists Anselme Ramiandrisoa and Aimé Razafy. Also worth noting is the existence of a magazine born out of an international event, produced with the collaboration of a group of artists from the Indian Ocean whose headquarters are based in the Reunion Island: Cri du margouillat, created in 1986, which has just stopped being produced, but which is being replaced with a new formula.

DRC

You have to go back to 1959, the year the paper Antilope (Sambole) was set up by Editions St Paul, in which A. Mongita published "Mukwapamba", illustrated by Lorofi. In 1968, Jeunes pour jeunes was created, renamed Kake in 1971, published by Achille-Flor Ngoie and Freddy Mulongo. In 1985, Mongo Sissé launched Bédé Afrique, Magazine panafricaine de la BD, which folded after just a few issues. In 1990, under the direction of Baruti, ACRIA published Afro BD. Four issues were published, featuring artists such as Pat Masioni, Kash, Makonga, N. Baruti and R. Kasuku (a Belgian whose real name is R. Henrard). It has now been replaced by Africanissimo, produced by a new generation of authors such as Kaddy, Hallain Paluku, or Daddy. Bleu-Blanc also exists, featuring young artists such as E. Sala. Other magazines such as Yaya, Disco-magazine, Bilenge or Mfumu'eto also exist.

In addition to the comic strip magazines, Zaïre-Hebdo publishes episodes of Mongo Sissé's Les aventures de Mata Mata et Pili Pili in its "Notre feuilleton" column. From September 1972 to December 1975, three titles were published: Le Chèque, La Médaille d'or and La poudre de chasse.

Congo-Brazzaville

The ex-Zaïrian Kizito and Tshilommbo Muzee published Nyota du firmament and Les aventures de Mwifi et Odzaza in Ngouvou (cf. Africultures nº 22 for an article on the history of Ngouvou).

Mali

The children's general-interest monthly magazine, Gringrin, publishes comic strips.

(www.gringrin.malinet.ml)

Chad

Sahibi, idem.

Fairs and exhibitions

Here we are referring to both national and international events where African comic books' presence has been both real and noticeable. Without claiming to be exhaustive, here are some of them:

- 1983: the first comic book seminar organized by Fararano-Gazezy in Antananarivo (Madagascar).

- 1984: operation comic strip launched by the Albert Camus Cultural Centre in Antananarivo, followed by a comic strip competition on the theme of "Adventures in the Indian Ocean". Thirty-six works were entered, and the best were published by SEGEDO (Paris) in an album in 1985, which was exhibited at the Angoulême fair (France) in 1986.

- 1985: The African comic strip festival in Nairobi (Kenya). French-speaking artists (Madagascan) participated, one of whom won the first prize: the cartoonist Anselme Ramiandrisoa.

- 1986: a) African participation at the Angoulême international comic book fair. Presence of an "Africa and Indian Ocean" stand: three Madagascan cartoon artists exhibited their work, the album produced after the 1984 competition, and the work of other absent artists.

b) Comic strip exhibition at the Technical and Economic Information Centre, under the auspices of the French Cooperation and Cultural Action Mission in Antananarivo during the 2nd Visual Arts Festival.

c) Comic strip competition joint-organized in Kinshasa by the OZRT (Zaïrian radio and television company) and the French Cultural Centre on the theme of "Kinshasa my town".

- 1988: a) Barly Baruti, the Zaïrian cartoon artist participates in the Angoulême festival thanks to a prize awarded by Editions Casterman during a comic strip exhibition held in Kinshasa.

b) The newspaper Balao's big comic strip competition, and the Bangui French Cultural Centre's comic strip workshop on the theme of "How would you like to live in the year 2000?". This competition gave rise to a local publication.

- 1989: Comic strip exhibition in Antananarivo held by the Germano-Madagascan Centre.

- 1990: a) Mini caricature festival in Antananarivo.

b) Comic strip and illustrated tales exhibition at the Kinshasa French Cultural Centre and a comic strip competition held by Création, recherche et initiation à l'art (CRIA), in the same place, on the theme of "Transport".

c) Barly Baruti participates at the Grenoble comic strip fair in France.

- 1991: The 1st African Comic Strip and Children's Reading Fair held in Kinshasa, organized by the CRIA with the backing of the French Cultural Centre, the Wallonie-Bruxelles Centre, the Belgian French community, and the Zaïrian Ministry of Culture.

- 1992: a) "Cases africaines" exhibition held in Brussels, organized by the Centre belge de la bande dessiné (Belgian comic strip centre), with works exhibited from the 1st Kinshasa fair.

b) Zaïrian comic strip exhibition and activities on the "Africa" stand at the 6th Durbuy International Comic Strip Festival (Belgium). Participation in this festival each time it is held.

- 1996: a) The "a dinner in Kinshasa" competition is organized by ASBL Ti suka (Brussels) and the Belgian comic strip centre, with two juries, one in Kinshasa, the other in Brussels.

b) A competition for Congolese comic strip artists is held on the occasion of the tenth anniversary of the Wallonie-Bruxelles centre (Kinshasa) and the centenary of the comic strip (1896-1996).

- 1997: Comic strip exhibition at the Wallonie-Bruxelles centre in Kinshasa, organized by ACRIA in collaboration with the Wallonie-Bruxelles centre and with the backing of ABSL Ti suka (Brussels). 33 artists exhibit their strips, notably Thembo Kash, Pat Masioni, Mfumu'eto, Badika, Kozele, Fifi Mukuna, Poyimba Masolo, etc.

- 1998: a) The magazine BDBoom holds a competition open to all hitherto unpublished comic strip artists living in Gabon.

b) 1st African comic strip festival (JABD) held at the Saint-Exupéry French Cultural Centre in Libreville, from 20 to 24 October.

- 1999: a) ACRIA organizes the 2nd African Comic Strip and Children's Reading Fair in Kinshasa, from 19 to 26 August. On the fringe of this fair, ACRIA holds a competition open to amateur or semi-professional comic strip artists and writers, both Congolese nationals and foreigners living in the DRC, on the themes of "Objective 2000".

b) 2nd African Comic Strip Fair (JABD) at the Saint-Exupéry French Cultural Centre in Libreville, from 23 to 27 November.

- 2000: a) International symposium on the African comic strip, on the theme of "The African Comic Book, its discourse and its problems", from 20 to 23 September in Kinshasa. This symposium comes just before the 3rd African Comic Strip and Children's Reading Fair, from 23 to 8 October.

b) 3rd African Comic Strip Festival (JABD) in Libreville, from 6 to 9 December.

The African comic strip was born and has developed in a context marked by questions of African cultural identity and by the shock caused by the meeting of African and Western cultures. And, as V. Defourny testifies, "mid-way between oral and written, representative and symbolic forms of expression, the comic strip, with its own language, is situated at a crossroads". It of course comes in different formats: illustrations in daily papers, strips in magazines, complete albums or compilations, is published in French or in the local languages, covers different genres: tales and oral narratives, the biographical, didactic, funny, historic, religious (biblical, biographical and hagiograpical) comic strip, etc. But it exists!

Hilaire Mbiye Lumbala
BP 1534 Kinshasa/Limette (DRC)
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ici_ailleurs
Grioonaute


Inscrit le: 19 Aoû 2005
Messages: 46
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer 17 Mai 2006 20:30    Sujet du message: Répondre en citant

Tu t'es bien documenté, je suis fan de BD, je vais d'abord lire tout ce que tu as posté ici, c'est très interessant !!

Il ne faut pas oublier cette BD :

PRIX DU PREMIER ALBUM au dernier festival d'Angoulême de la BD
« Aya de Yopougon tome 1 », de Clément OUBRERIE et Marguerite ABOUET, chez Gallimard

La scénariste, Marguerite Abouet, connaît bien le sujet : née à Abidjan en 1971, elle s’est remémoré ses souvenirs de petite fille grandie en Côte d’Ivoire avant de venir vivre à Paris à l’âge de onze ans.
Après des études moins longues que prévu, elle se consacre à l'écriture, tout en devenant tour à tour punk, super-nounou pour triplés, pour mamies et papis, serveuse, opératrice de saisie..
Elle est maintenant assistante juridique dans un cabinet d'avocats, vit à Romainville et continue d'écrire des romans qu’elle ne fait lire à aucun éditeur.
"Aya de Yopougon" est la première histoire qu’elle destine à la bande dessinée. Avec une voix et un humour inédits, elle y raconte une Afrique bien vivante, loin des clichés, de la guerre et de la famine.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
toolazy
Grioonaute


Inscrit le: 02 Déc 2005
Messages: 81

MessagePosté le: Ven 19 Mai 2006 08:59    Sujet du message: Répondre en citant

Very Happy
ca fait un bail que je cherche des liens pour la bd africaine mais j'ai jamais eu beaucoup de success..merci pour les info ca va me changer de tous ces mangas que je me farci a longueur de journee

Embarassed j'avoue je suis accro au manga Razz Naruto rules Evil or Very Mad Sasuke sucks

ok desole pour la parenthese je me croyais sur un autre forum.

je trouve dommage que les cartoonist africains ne se servent pas plus de l'internet...qui compare au support papier leur permettrait de se faire une large audience assez rapidement car je crois que la creativite et le talent ne manque pas..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 21 Mai 2006 11:30    Sujet du message: Vers une vraie BD africaine? Répondre en citant

ici_ailleurs a écrit:
(...)Il ne faut pas oublier cette BD :

PRIX DU PREMIER ALBUM au dernier festival d'Angoulême de la BD
« Aya de Yopougon tome 1 », de Clément OUBRERIE et Marguerite ABOUET, chez Gallimard

(...)



Non non, je n'ai pas oublié. Tu m'as seulement pris de vitesse.
Mon stock de liens n'est pas encore épuisé.


toolazy a écrit:
(...)Embarassed j'avoue je suis accro au manga (...)


Bienvenue au club. (Et ne rougis pas comme ça, c'est pas une maladie honteuse...)

Le manga devrait inspirer les auteurs africains à plus d'un titre, car sa spécificité et sa force, il les tire de la culture nippone. Il n'est pas anodin qu'on parle de "manga" et non de "bande dessinée japonaise" (ou de "comics" au lieu de "bande dessinée étasunienne").

Chez nous la BD se cherche, et c'est normal puisqu'elle n'en est encore qu'à ses débuts. Il ne faut pas s'étonner d'y trouver encore des clones de comics US, des émules de la BD européenne ou des apprentis mangakas.

Espérons voir bientôt émerger une scène locale avec une identité propre et des réseaux de distribution en adéquation avec nos réalités socio-économiques, qui permettront aux auteurs de vivre de leur art.

Je suis assez optimiste.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 21 Mai 2006 12:05    Sujet du message: Joshua Okoromodeke: Starting Out Répondre en citant

Joshua Okoromodeke: Starting Out
http://www.silverbulletcomicbooks.com/smallpress/109334076183870.htm

Posted: Tuesday, August 24
By: Darren Schroeder
Print This Item

Small press comic creators are doing their thing all over the world - in your home town and places you night not have heard of. Here's what once such creator is doing in West Africa.



Darren Schroeder: What is your full name?

J.O.Joshua Okoromodeke

DS: Age?

J.O. 27 Years

DS: What picture has had the greatest impact on you?

J.O. Photo's of slumes and getto's by a Ghanaian artist called Kofi Stoker, it reminds me of the sufferings the black race goes through.



DS: Where do you live?

J.O. Lagos, in Nigeria.

DS: How many people live in Lagos?

J.O. Over 4 million.

DS: What sort of thing do you do for fun there?

J.O. Go places like fastfood joints, concerts, read comics and magazines, listen to music and so on.

DS: How are the Nigerian team doing in the Olympics?

J.O. Pretty tight though, but they're managing.

DS: Is there much of a local comic scene there?

J.O. The market remains relatively unexploited

DS: How did you get interested in comics?

J.O. I got interested in comics as a child at age 9 I was facinated by the art and comic characters and power displays, I discovered my hidden artistic talents at age 12 and I was inspired to creat my own comic books.



DS: What work have you been doing recently?

J.O. Designing comic books and hoping to publish them soon, hopefuly local and international.

DS: What comics have you read recently? Why did you like/dislike them?

J.O. I read a comic called Supa Strikas a comic on football, talking about a boy with an aim to achieve great hights in the field despite the up's and down's he faced along the way. I like it because the story inspired me on not giving up in what ever good thing I hope to achieve regardless of the obstacles that my come my way.

DS: Are there any local African comics?

J.O. There is but one presently, that comic Supa Strikas I told you about. Apart from it we have influx of foreign comics.

DS: Who publishes that?

J.O. A comic company from South Africa owned by one Mr OlIver Power.

DS: What sort of foreign comics interest you?

J.O. I've only seen American comics, eg X-men, Superman, Spiderman just to name a few.

DS: What sort of comics are you creating?

J.O. Nigerians have great interest in foreign comics but greater interest in seeing comic that has to do with their present enviroment and that is the kind of comics I am creating now, e.g the samples I scanned.

DS: Are those super hero stories?

J.O. Not all of them.some are based on real life experience and gospel stories.

DS: Describe the story of Accursed for us.

J.O. It's a story about a curse placed on a man by a forest spirit from childhood and this man had a twin sister whom he barely knows, for they seperated since childhood as they were attempting to escapes death at the hands of their wicked village king who killed twin children in ancient times.

It was as a result of the curse that he was changed into a warewolf like beast.In the story, he seeks to return to his normal self by searching for a way to appease the spirit and at thesame time seeks for his twin sister, and along the line he met a forerigner, who also tried to help him solve this mystery.



DS: Do you print many copies?

J.O. Well it depends on the demands.

DS: What materials do you use for the colouring of your comics?

J.O. I make use of coloured markers and pencil colours.

DS: Have you done any formal training in art/illustration?

J.O. I am naturally talented but I do hope to get to the university to study more on graphic art and computer graphics.

DS: How long does it take for you to draw one page?

J.O. Top's, less than thirty minutes (pencil).

DS: Do you work with any other comic creators?

J.O. None at the moment, I work alone.

DS: How any comics have you produced?

J.O. I have lost count.

DS: How hard was it to sell them?

J.O. Not so difficult if you have a good and experinced marketers and or distributors who underwstand the market.

DS: What sort of audience is there for comics in Nigeria?

J.O. We have comic crazy kid's above 18yrs and youths from 20 and above, and also some comic crazed adults.

DS: What are your contact details?

J.O. I can be contacted by e-mail: hero_2k@justice.com or joshdecartoonist@yahoo.com
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 21 Mai 2006 12:50    Sujet du message: Sasa Sema Répondre en citant

Sasa Sema Publications



Sasa Sema Publications est une maison d'éditions kényanne qui publie (entre autres) des BDs en swahili et en anglais.

Leur site: http://www.sasasema.com/



ABUNUWASI



by GADO (Godfrey Mwampembwa)

Three of the great Abunuwasi stories in cartoon format by one of East Africa's best known cartoonists. In Swahili. 32 pages. Published in 1996.


GITONGA



by STANO (Stanislaus Olonde)

Funny spoof on the life of a miraa trader from Meru; all dialogue in Swahili slang; 32 pages full colour throughout. Published in 1996.


SAFARI YA ANGA ZA JUU
(DEEP SPACE SAFARI)




by Anthony Mwangi

Three Kenyan scientists travel into space and discover a new planet in the Solar System. In Swahili, 36 pages full colour throughout. Published in 1997.


MACHO YA MJI (CITY EYES)



by Ruth Wairimu Karani
cartoons by Kham (James Kamawira)

A blind beggar and two street boys help the police solve some crimes in the mean back alleys of today's Nairobi. Written in standard Swahili with generous use of proverbs.
36 pages, full colour throughout. Published in 1998.


MANYWELE (HAIR)



by Tuf (Samuel Mulokwa)

A story about the evils of tribalism and religious hypocrisy in a village in rural Kenya.
36 pages, full colour throughout. Published 1998


KOMERERA The Runaway Bride



by TUF MULOKWA

Ngina runs away from her village to escape a forced marriage to an old man and finds herself in the midst of guerilla warfare. A story of love, tragedy and heroism set in the middle of the Mau Mau struggle for Kenya's independence.


THE ALIEN



by ANTHONY MWANGI

A scientifically-inclined boy from a Kenyan village creates rain, builds a robot bat, makes a few mistakes and finally harnesses electromagnetic waves to catch evil doers. Beautiful effects created in Adobe Photoshop.
36 pages, full colour throughout. Published in 2000.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 21 Mai 2006 22:53    Sujet du message: Hai Ti! Répondre en citant

SchoolNet Namibie et Hai Ti: Une Initiative Originale



http://www.schoolnet.na/resources/teacherlinks.html
http://www.schoolnet.na/haiti

SchoolNet Namibie s’est imposée comme un pionnier de la fourniture de support TIC pour les écoles publiques et privées, allant au delà du simple support de la connectivité en défendant l’utilisation des codes sources ouverts, en développant des compétences de remise à neuf d’ordinateurs et en poursuivant d’autres approches novatrices. Le site Internet de SchoolNet Namibie fournit des programmes d’enseignement pour les enseignants et du matériel de soutien pour les étudiants. L’une des dernières initiatives du projet est une bande dessinée en contenu libre en ligne appelée « Hai Ti ! », ce qui signifie « écoutez » en dialecte local namibien Oshiwambo. Le but de la bande dessinée est de promouvoir les façons dont les ordinateurs et Internet peuvent rendre les apprenants et les enseignants namibiens plus autonomes. La bande dessinée utilise un format dramatique avec des travailleurs de SchoolNet Namibie et des enseignants et apprenants dans une école rurale isolée, et est mise au point par le personnel de SchoolNet avec l'aide de deux sociétés privées (Strika et Direq International). Le premier numéro de 20 pages, publié à la fin du mois d’avril 2005, présentait un élève qui utilisait Internet pour préparer un débat ; un fan de football qui décidait qu’Internet pouvait être une meilleure source d’informations sportives que la taverne locale « cuca shop » ; et un jeune enseignant apprenant les bases de l’informatique avec l’aide des formateurs de SchoolNet. Chaque édition est publiée avec une licence Creative Commons libre contenu sur le site Internet de SchoolNet Namibie, permettant une adaptation et une utilisation sans restriction par les enseignants. La bande dessinée est également distribuée en copie papier sous la forme d’un encart dans The Namibian Youth Paper.








Pour lire la BD: http://www.schoolnet.na/haiti/
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Culture & Arts Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group