Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LA BD AFRICAINE EXISTE, JE L'AI RENCONTREE!!
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Culture & Arts
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 22 Mai 2006 08:20    Sujet du message: Comics in Nigeria Répondre en citant

Komikwerks Works It At Nigerian Comicbook Convention
By Abdulkareem Baba Aminu
http://www.thumperscorner.com/discus/messages/5049/1713.html?1096660815

When comicbooks are mentioned in Nigeria, forerunners are often the popular American fare, consisting of the generic Spider-Man, Batman and other superhero fare. Then in an isolated Nigerian context, the lewd-content-glorifying Ikebe Super and its more wholesome sister publication Super Story would surely pop up. However, comicbooks are currently witnessing a revolution of sorts in the West African nation of over 120 million people, via a growing crop of young, hip writers, artists and specific technology buffs. Add the Committee for Relevant Art (CORA) - which is a cultural rights activist organisation that spans the whole of Africa - into the mix and you’ll be pleasantly surprised at the results. CORA organised the Lagos Comicbook Carnival, making it the continent’s first ever such event. The organisation worked with the brightest minds the industry has to offer, and the result is the three-day festival showcasing the very best comicbooks and cartoon art available on Nigerian soil.

The comicbook scene in Nigeria, in the past, has always been typified by mass-market publications, which often harbour mostly adult-themed content. A few attempts, over the past two decades, have been made by some publishers to bring out more intellectually sound comicbooks, though such books dwindled in number, ultimately into oblivion. While all that happened over the span of years, a handful of young, talented creators are getting noticed, as well as their creations. Their genres of preference range from the traditional superhero premise to dark, gritty, themes which exude authentic street-savviness. Another quality present in the work, no matter how alien the genre is, is an innate, earthen vibe that is profoundly Nigerian.

Comicbooks are, generally, powerful tools of mass communication, given their potent mix of words and images, fused together to tell a story or project an idea. Considering the recent growth spurts witnessed by new Nigerian comicbook publishers, the Committee for Relevant Art (CORA), participants in the Lagos Comics Convention included fledgling publishers like Village Square Communications, who chose the event for the debut of their masthead title Pandora Comics. The format of Pandora is that of an anthology, and contains in it three tightly written and drawn offerings by hot new artists including Nsikak Ifet. Others include Imperial Creations Studios, publishers of the popular Dark Edge monthly comic. Also unveiled specially for the convention, was Dark Edge’s second issue. Imperial Creations Studios’ Marketing Directors, Elegba Ayodele, says while he is pleased with the rising sales figures of their products, he remains sad over the general impression a lot of people harbour towards comicbooks. “Most people tend to look at comicbooks as kiddies’ stuff, without realising their immense strength as tools of entertainment and education,” said Ayodele, whose booth also screened several well-received animated shorts featuring popular characters from their publications, mostly directed by artist Ibrahim Ganiyu.

Providing support to the artform with their presence at the convention, were several cartoonists from major newspapers around Nigeria, Veteran Cliff Ogiugo from the Daily Independent and Obe Ess from The Guardian were present, talking patiently with the crowds which thronged their respect booths. Among the attendees of the convention, were several celebrities from other areas of the arts. Jazz Legend, Tunde Kuboye was seen holding a handful of comicbooks, to which he confessed being an incurable fan and reader, right after the obligatory I am buying for the kids’ line.

There also was a fanboy stampede-causing appearance at the Komikwerks booth by red-hot underground rapper Mode 9, himself once a comicbook artist, providing strips for the journal Hip Hop World. Other highlights of the convention include a dazzling performance by Nigerian highlife icon, Fatai Rolling Dollar, who treated the crowd to his trademark sounds.

One of the key organisers of the comicbook convention, also of multimedia powerhouse Homemade Cookies, Lanre Lawal, said that while he was pleased with the turnout, he would not be satisfied until the whole world wakes up to the Nigerian comicbook industry. “We are here, and we are doing things that the rest of the world have no choice but to notice – and applaud,” said Lawal, who also said that at least five major international comicbook websites headlined news of the Lagos Carnival.

Several aspiring comicbook writers, artists, colorists and publishers met and networked, planning ahead for future projects. One of them, Adelaja Mark Ogidi, whose Methro Studios is working on a project called ‘Weirdo,’ said he had been inspired by the gathering at the convention to work harder on his upcoming book.

Lanre Lawal, speaking about subsequent editions of the Comicbook Convention, said plans are underway for an official convention website, as well as an even bigger outing come next year. He also said that he and his fellow organisers will see to increasing the number of participating international publishers, expressing gratitude to Komikwerks, for assigning their Special Features Editor, yours truly, to attend and represent them. The Komikwerks booth was abuzz with activity and was the venue for extensive talks on the future of comics in Nigeria, as well as that of Internet publishing.

Then, at the end of the three-day Lagos Comicbook Carnival, Lanre Lawal said: “I know these all sound like big dreams, but I can afford to dream big. Afterall, I am in the business of dreams.”
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 22 Mai 2006 08:31    Sujet du message: Dark Edge Répondre en citant

Dark Edge
http://www.icstudios.org/darkedge.html









_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Lun 22 Mai 2006 08:58    Sujet du message: Une éternité à Tanger Répondre en citant

Une éternité à Tanger
Une BD qui donne un visage à l’immigration clandestine

lundi 22 août 2005, par Olivia Marsaud
http://www.afrik.com/article8728.html



Une éternité à Tanger, bande-dessinée de Faustin Titi (Côte d’Ivoire) et Eyoum Nganguè (Cameroun), inaugure la prometteuse Collection Africa Comics lancée par l’association italienne Africa e Mediterraneo. Un album d’une très belle tenue graphique qui raconte le périple d’un jeune Africain vers l’Europe.


« Tanger ! A l’horizon, Tarifa, l’Espagne, l’Europe ! Ces trente-trois petits kilomètres qui bloquent Gawa. » Gawa est un jeune Africain originaire de Gnasville, une ville imaginaire du continent noir, sur sa côte atlantique. Il est à Tanger, dernière ville marocaine avant l’Europe. Face à la mer, surplombant la ville, il a le regard sombre et l’air soucieux. Pourra-t-il traverser le détroit de Gibraltar, ce bras de mer sans que celui-ci se referme sur son corps et le broie ? Gawa sait que ces 14 km de mer sont plus durs à traverser que les 3 000 km de désert qu’il a parcouru pour arriver jusqu’ici...

Comment fera-t-il pour rejoindre Mbengué (l’Occident) ? La bande-dessinée ne le dit pas, laissant ouverte la porte de tous les possibles. Passera-t-il « une éternité à Tanger » ? Finira-t-il dans la misère « en face de la forteresse européenne » ? Retournera-t-il au pays ? Pour le moment, Gawa ne pense même pas à cette éventualité, racontant au cours de la bande dessinée les difficultés qu’il a rencontré pour faire des études, les brutalités policières, la course au visa légal qui se termine toujours dans la poussière. Il se souvient comment Mopao, le chef de famille, a récolté les économies de tous pour lui permettre de quitter le pays. « Béni » par le guérisseur, il était parti après avoir payé son passeur et dit au revoir à sa fiancée.

Le périple du clandestin

L’histoire du jeune homme est celle que vivent tous les candidats à l’émigration clandestine. Son périple est celui qu’ils effectuent avec plus ou moins de peine. Traversée du fleuve, de la brousse, de la ville, des postes frontières et, enfin, du désert... Les passeurs véreux et cruels, la police des frontières, les arnaques, la faim, la peur... Mêmes espoirs, mêmes désillusions. L’histoire, si elle n’est pas originale, touche pourtant le lecteur par bien des aspects. Et d’abord parce-que Gawa est attachant, notamment grâce au dessin de Faustin Titi, diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts d’Abengourou, en Côte d’ivoire. Son trait réaliste colle parfaitement au thème de la BD. Cet auteur de BD de 34 ans a travaillé à Abidjan puis en Europe et a été nommé au Festival de BD d’Angoulême (France) en 2000. Il a choisi de dessiner les scènes de flash-back en noir et blanc. Elles contrastent avec les tons pastel utilisés pour évoquer Tanger et les ruelles de sa Casbah.

Bravo aussi à Eyoum Nganguè, son scénariste attitré. Ce journaliste camerounais de 37 ans a notamment écrit le scénario de la BD Le flic de Gnasville qui a remporté le Premier Prix du concours Africa e Mediteranneo, édition 2003-2004 dans la catégorie Droits de l’Homme. L’album Une éternité à Tanger inaugure d’ailleurs la Collection Africa Comics, publication des meilleures productions sélectionnées par le « Prix panafricain Africa e Mediterraneo pour la meilleure BD inédite d’auteur africain ». L’association italienne Africa e Mediterraneo explique dans la préface : « Cette histoire nous rappelle les liens qui unissent l’Europe au continent africain. Des liens qui nous sont racontés de l’intérieur, à partir d’une histoire particulière et concrète, emblématique du drame de tant de personnes qui frappent aux portes de l’Europe ».

Une éternité à Tanger de Faustin Titi et Eyoum Nganguè. Collection Africa Comics, édition Lai-Momo.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 28 Mai 2006 20:28    Sujet du message: Yannick Dombi, ou le choix de vivre Répondre en citant

Yannick Dombi, ou le choix de vivre


Présentation, tirée de la revue Notre Librairie n° 145:

Citation:
FARGAS (Gabon)
Yannick Dombi, ou le choix de vivre
Libreville (Gabon) : Multipress-Gabon / SIED, 1992
45 planches en couleur

Fargas a conçu une histoire moderne et habile pour parler du sida et de la prise de conscience qui s’opère dans un groupe de jeunes lorsque l’un d’entre eux est touché par la maladie. Le graphisme dynamique et les dialogues très actuels de cet album en font un outil d’information apte à toucher les adolescents.


Quelques planches:












_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 28 Mai 2006 20:37    Sujet du message: James Gayo Répondre en citant

James Gayo
(b. 1958, Tanzania)
http://www.lambiek.net/artists/g/gayo_james.htm



James Gayo is the artist and creator of the Tanzanian comic strip 'Kingo'. Gayo drew the series from the early 1990s for magazines like Uhuru and Majira, but also for his own Kingo humour magazine. Gayo went to school in Mwanza and when he dropped out of school, he worked with the painter RJ Kapera for a while.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 28 Mai 2006 20:46    Sujet du message: Titi Faustin Répondre en citant

Titi Faustin
(b. 1971, Ivory Coast)
http://www.lambiek.net/artists/f/faustin_titi.htm



Titi Faustin studied painting at the artistic centre of Abengourou from 1987 until 1990. From 1992, he followed courses at a press agency. He has contributed to several magazines and newspapers, such as 'Liberté, Teré, Ivoire-Foot, Kabako and La Gazette. He has created many promotional and educational comics for various companies.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 28 Mai 2006 20:54    Sujet du message: Adérito Wetela Répondre en citant

Adérito Wetela
(b. 1978, Mozambique)
http://www.lambiek.net/artists/w/wetela_aderito.htm



Adérito Jorge Benedito Martins Wetela was born in Maputo, Mozambique, in 1978. He studied architecture and became a self-taught comic artist, much inspired by his favorite comic artist Jim Lee. Adérito Wetela created many comics, among which 'Ualalapi', loosely based on a novel by Ungulani Ba Ka Khossa.


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Dim 28 Mai 2006 21:30    Sujet du message: Wassan' Gari Répondre en citant

Allez hop, un p'tit coup de pub pour 2 auteurs de ma ville.


Wassan' Gari
Razack Bio Mama & Fabrice Mongbo

Présenté dans la publicité (à la radio) comme une revue, Wassan' Gari est en fait (au moins dans son 1er numéro) le début d'une série BD. Il n'y a qu'une histoire, même si elle est composée de deux parties distinctes (assez mal équilibrées d'ailleurs). La première se déroule dans une ville béninoise contemporaine mais imaginaire; la seconde, introduite par l'artifice d'un récit raconté au héros, a lieu au 19 siècle et met en scène des personnages et des lieux historiques du Nord-Bénin.
Le but avoué est de vulgariser l'histoire du Borgou et des royaumes Baribas.

Wassan' Gari a le mérite d'être vendu à un prix vraiment à la portée des bourses béninoises (700 fcfa); j'espère que cet exemple va inspirer d'autres auteurs, et qu'on va voir se développer une scène de la BD digne de ce nom dans notre pays.


Cliquez sur les vignettes pour voir les planches:


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pakira
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1752

MessagePosté le: Ven 02 Juin 2006 21:12    Sujet du message: Répondre en citant

Menthu, "Ancient Egypt Meets The Modern World"









_________________
"tout nèg a nèg

ki nèg nwè ki nèg klè
ki nèg klè ki nèg nwè
tout nèg a nèg

nèg klè pè nèg nwè
nèg nwè pa lè wè nèg klè
nèg nwè ké wéy klè
senti i sa roune nèg klè
mè nèg klè ké wéy klè a toujou nèg

sa ki fèt pou nèg vin' blang?
blang té gen chivé pli long?
pou senblé yé nou trapé chivé plat kon fil mang!!!
mandé to fanm...!
mè pou kisa blang lé vin' nwè?
ha... savé ki avan vin' blan yé té ja nèg!

a nou mèm ké nou mèm dépi nânni nânnan...
chinwa soti, kouli soti, indyen soti, blang soti
mèm koté nèg soti

avan yé sotil koté y fika
AFRIKA!!!"

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pakira
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1752

MessagePosté le: Ven 02 Juin 2006 21:15    Sujet du message: Répondre en citant

















Les autres personnages ici:

http://www.hometownprods.com/temple.html
_________________
"tout nèg a nèg

ki nèg nwè ki nèg klè
ki nèg klè ki nèg nwè
tout nèg a nèg

nèg klè pè nèg nwè
nèg nwè pa lè wè nèg klè
nèg nwè ké wéy klè
senti i sa roune nèg klè
mè nèg klè ké wéy klè a toujou nèg

sa ki fèt pou nèg vin' blang?
blang té gen chivé pli long?
pou senblé yé nou trapé chivé plat kon fil mang!!!
mandé to fanm...!
mè pou kisa blang lé vin' nwè?
ha... savé ki avan vin' blan yé té ja nèg!

a nou mèm ké nou mèm dépi nânni nânnan...
chinwa soti, kouli soti, indyen soti, blang soti
mèm koté nèg soti

avan yé sotil koté y fika
AFRIKA!!!"

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pakira
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1752

MessagePosté le: Ven 02 Juin 2006 21:19    Sujet du message: Répondre en citant

http://hometownprods.com/gallery_genga/albums/menthu03/Menthu_3p01.jpg

http://hometownprods.com/gallery_genga/albums/menthu04/Menthu_4p02_03.jpg

http://www.comicscontinuum.com/stories/0409/03/m23.jpg

Le site:

http://www.hometownprods.com
_________________
"tout nèg a nèg

ki nèg nwè ki nèg klè
ki nèg klè ki nèg nwè
tout nèg a nèg

nèg klè pè nèg nwè
nèg nwè pa lè wè nèg klè
nèg nwè ké wéy klè
senti i sa roune nèg klè
mè nèg klè ké wéy klè a toujou nèg

sa ki fèt pou nèg vin' blang?
blang té gen chivé pli long?
pou senblé yé nou trapé chivé plat kon fil mang!!!
mandé to fanm...!
mè pou kisa blang lé vin' nwè?
ha... savé ki avan vin' blan yé té ja nèg!

a nou mèm ké nou mèm dépi nânni nânnan...
chinwa soti, kouli soti, indyen soti, blang soti
mèm koté nèg soti

avan yé sotil koté y fika
AFRIKA!!!"

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Pakira
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1752

MessagePosté le: Ven 02 Juin 2006 21:20    Sujet du message: Re: Wassan' Gari Répondre en citant

Farao a écrit:
Allez hop, un p'tit coup de pub pour 2 auteurs de ma ville.


Wassan' Gari
Razack Bio Mama & Fabrice Mongbo

Présenté dans la publicité (à la radio) comme une revue, Wassan' Gari est en fait (au moins dans son 1er numéro) le début d'une série BD. Il n'y a qu'une histoire, même si elle est composée de deux parties distinctes (assez mal équilibrées d'ailleurs). La première se déroule dans une ville béninoise contemporaine mais imaginaire; la seconde, introduite par l'artifice d'un récit raconté au héros, a lieu au 19 siècle et met en scène des personnages et des lieux historiques du Nord-Bénin.
Le but avoué est de vulgariser l'histoire du Borgou et des royaumes Baribas.

Wassan' Gari a le mérite d'être vendu à un prix vraiment à la portée des bourses béninoises (700 fcfa); j'espère que cet exemple va inspirer d'autres auteurs, et qu'on va voir se développer une scène de la BD digne de ce nom dans notre pays.


Cliquez sur les vignettes pour voir les planches:



Pas mal Cool
_________________
"tout nèg a nèg

ki nèg nwè ki nèg klè
ki nèg klè ki nèg nwè
tout nèg a nèg

nèg klè pè nèg nwè
nèg nwè pa lè wè nèg klè
nèg nwè ké wéy klè
senti i sa roune nèg klè
mè nèg klè ké wéy klè a toujou nèg

sa ki fèt pou nèg vin' blang?
blang té gen chivé pli long?
pou senblé yé nou trapé chivé plat kon fil mang!!!
mandé to fanm...!
mè pou kisa blang lé vin' nwè?
ha... savé ki avan vin' blan yé té ja nèg!

a nou mèm ké nou mèm dépi nânni nânnan...
chinwa soti, kouli soti, indyen soti, blang soti
mèm koté nèg soti

avan yé sotil koté y fika
AFRIKA!!!"

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BD
Grioonaute


Inscrit le: 04 Juin 2006
Messages: 1

MessagePosté le: Dim 04 Juin 2006 15:58    Sujet du message: LA BD AFRICAINE EXISTE, JE L'AI RENCONTREE!! Répondre en citant

Salut salut salut,

Vous pouvez visiter le site des bédéistes africains residants en europe, ils sont très dynamiques. 2 membres de l'association ont un prix à Angoulême cette année, il s'agit le celèbre dessinateurs malgache Didier Mada bd ( Didier Randriamanantena) et le jeune caricaturiste Tchadien Adjim Danngar. Ben voilà et bonne visite.

http://www.lafriquedessinee.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GUIDILOU
Bon posteur


Inscrit le: 11 Sep 2005
Messages: 730

MessagePosté le: Sam 15 Juil 2006 21:18    Sujet du message: Répondre en citant

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=64412

Citation:
13 juil. 2006

CÔTE-D'IVOIRE • Une BD qui ravit les amoureux de l'Afrique

Marguerite Abouet, scénariste d'Aya de Yopougon, est l'une des premières Africaines à réussir dans le monde de la bande dessinée. Elle impose un nouveau regard sur le continent noir.



Marguerite Abouet
DR


Originaire de Côte-d'Ivoire, Marguerite Abouet vit et travaille en France. Elle vient de publier avec le dessinateur Clément Oubrerie le tome un des aventures d'Aya, primé cette année au Festival de la BD d'Angoulême.

Courrier international : Comment avez-vous eu l'idée d'écrire Aya de Yopougon* ?

MARGUERITE ABOUET : Par nostalgie. Ayant quitté la Côte-d'Ivoire à 12 ans, j'ai toujours eu le besoin de raconter ma jeunesse là-bas, les bêtises que je faisais, les histoires incroyables du quartier, des familles, des voisins. Je ne voulais pas oublier cette partie de ma vie. Alors je m'accrochais à ces souvenirs, et l'envie de les raconter devenait de plus en plus pressante avec l'âge. Je me sentais un peu coupable d'être heureuse dans un autre pays (la France), loin de ma famille. D'autre part, j'étais agacée par la manière dont les médias reflétaient systématiquement les mauvais côtés de l'Afrique.
Je voulais donc simplement en décrire l'autre face : la vie quotidienne des gens, leurs joies, leurs chagrins. Aya est une histoire urbaine qui aurait pu se passer n'importe où dans le monde.

Comment expliquez-vous qu'Aya** ait rencontré un pareil succès ?

Nous avons proposé un traitement original des thèmes qu'on aborde différemment d'habitude (contes, guerre, famine, sida…). Je crois qu'énormément d'amoureux de l'Afrique sont en attente de livres comme le nôtre.
Lors de dédicaces, j'ai remarqué que l'on rencontrait souvent des Français ayant vécu en Afrique de l'Ouest – qu'ils y soient nés ou qu'ils y aient juste vécu quelque temps –, très nostalgiques et émus de retrouver l'ambiance qu'ils ont connue. C'est aussi l'occasion pour le grand public de porter un nouveau regard sur le continent africain. Ma plus grande joie, c'est lorsqu'un lecteur me demande si c'est réellement comme ça là-bas.

L'écrivain suédois Henning Mankell, qui vit une partie de l'année au Mozambique, a récemment déclaré : "On nous dit tout sur la façon dont les Africains meurent, mais rien sur la façon dont ils vivent." Que vous inspire cette réflexion ?

Cette phrase aurait pu sortir de ma bouche, aussi ajouterai-je seulement qu'on nous dit également trop que les Africains subissent la famine, la maladie, les guerres tribales, la pauvreté, avec une main tendue quémandant l'aide de l'Occident. Il est intéressant de constater que cette vision légère et insouciante de l'Afrique que l'on trouve dans Aya a pu déranger certains journalistes, qui nous ont reproché de faire l'autruche, comme s'il était interdit d'évoquer le continent sans égrener les poncifs de la misère. Il y a pourtant aussi une grande misère en France, et personne ne penserait à faire le procès d'auteurs qui omettraient de faire figurer des SDF dans leurs livres. C'est pour moi paradoxalement une forme de racisme bien-pensant. Il faut savoir que les Africains en ont d'ailleurs assez de ce côté misérabiliste que l'on s'obstine à montrer de leurs pays. Cela ne fait qu'une quarantaine d'années que les pays africains ont leur indépendance. Il faut juste laisser le temps aux Africains de se libérer des vieux crocodiles au pouvoir, et aux mentalités d'évoluer.

Comment travaillez-vous ?

Très simplement. J'ai un petit carnet à dessin (même si je ne sais pas dessiner) où j'écris le texte en faisant le premier découpage. Ensuite, on le retravaille avec Clément Oubrerie (le dessinateur) afin d'obtenir une première esquisse du livre.

Quel personnage ou artiste vous inspire ?

Je ne vais pas vous citer d'artistes connus, même si j'en apprécie certains, car ce ne sont pas eux qui m'inspirent, mais plutôt les gens que je rencontre. De parfaits inconnus, de fortes personnalités (comme M. Sissoko, qui m'a vraiment marquée), des personnes modestes, des jeunes femmes dotées de sacrés tempéraments, qui vivent des histoires incroyables, mais parviennent à s'en sortir. Je m'inspire de la rue, de la vie des gens. Lorsque je regarde ou croise un(e) inconnu(e), j'essaie de m'imaginer sa vie. Lorsque je vais en Côte-d'Ivoire, il suffit que je m'asseye sur un tabouret dans l'allée devant la maison pour voir mes futures histoires défiler sous mes yeux.

En tant que femme africaine n'est-il pas difficile de se faire une place au soleil dans le monde de la BD française ?

Il est vrai que peu d'Africains font de la BD en France, et encore moins de femmes. De plus, il y a énormément de bandes dessinées publiées chaque année, et il est difficile pour les livres d'exister. C'est dommage, car il y a beaucoup de femmes africaines très talentueuses qui ont des choses à dire et qui n'ont pas l'occasion de se faire connaître. J'en ai rencontré quelques-unes à Paris, des auteurs, des illustratrices… J'ai eu pour ma part la chance de connaître un illustrateur, Clément Oubrerie, grâce à qui nous avons pu rencontrer les bonnes personnes au bon moment. C'est aussi une question de chance.

* Yopougon est un quartier populaire d'Abidjan, la capitale économique de la Côte-d'Ivoire.
** Aya de Yopougon a notamment obtenu le prix du meilleur premier album au Festival d'Angoulême 2006.

Propos recueillis par Pierre Cherruau





_________________
"Le savoir non digéré par la pensée est vain et la pensée non étayée par le savoir est dangereuse. "(Confucius)

"L' Homme est le remède de l'Homme " (proverbe Wolof)

" Tout ce que je sais c' est que je ne sais rien." (Socrate)
__
http://sequiperenlogicielsgratuits.blogspot.com
http://passionebooks.blogspot.com/
http://passionlangues.blogspot.com/
http://passiondotnet.blogspot.com/
http://www.grioo.com/blogs/DJIBRILCHIMEREDIAW/
http://fr-fr.facebook.com/people/Djibril-Chimere-Diaw/100001784791601
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
ASSE
Grioonaute 1


Inscrit le: 13 Juil 2006
Messages: 123
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 16 Juil 2006 08:54    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vraiment super...ça donne envie de toutes les acheter quoi ?!?

Y aurait t'il une adresse sur la france d'une maison dédition ou d'une librairie où on pourrait s'en procurer certaines ?
A part Aya de Yopougon vendu à la FNAC je n'ai pas et l'occasn d'en voir beaucoup sur les lieux de distributions habituelles de BD.....

Merci ! Smile
_________________
Histoire et Culture Africaine du passé : Racine de l'arbre de la Conscience Noire qui font les fruits de Notre Renaissance et de Notre Avenir !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Mer 27 Déc 2006 13:56    Sujet du message: BD Afro, ze retour!! Répondre en citant

Allez, voici quelques planches histoire de réanimer un peu ce topic. Elles viennent du site du dessinateur Bob Kanza, que vous pouvez visiter à l'adresse suivante: http://bobdestin.site.voila.fr/index.html

C'est un des animateurs de "Gbich!" évoqué quelques posts plus haut. Il nous présente quelques traveaux de ses collègues de la revue:

Gbassman & Blatt Guru par Kan Souffle:



Cauphy Gombo par Zohoré:



Eliane Kouett par N'Ganza:


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Jeu 28 Déc 2006 21:44    Sujet du message: Mais où est passé mon savoir-vivre?? Répondre en citant

Ah là là mais où ai-je la tête? Dans le post précédent j'ai mentionné le site de Bob Kanza, présenté 2-3 traveaux de ses potes de Gbich!... et omis de poster la moindre planche du sieur Kanza lui-même!!

Impardonnable.

Heureusement il n'est jamais trop tard pour bien faire. Je m'en vais de ce pas vous poster quelques planches de "Sergent Deutogo" et "Le Syndicat des Présidents Africains", par Bob Kanza himself.

C'est juste en dessous.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Jeu 28 Déc 2006 21:49    Sujet du message: Sergent Deutogo Répondre en citant

Sergent Deutogo par Bob Kanza:

http://bobdestin.site.voila.fr/index.html









_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Jeu 28 Déc 2006 21:52    Sujet du message: Le Syndicat des Présidents Africains Répondre en citant

Le Syndicat des Présidents Africains par Bob Kanza:

http://bobdestin.site.voila.fr/index.html









_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Sam 30 Déc 2006 15:14    Sujet du message: Adjim Danngar Répondre en citant

Le blog du Tchadien Adjim Danngar:

http://adjimdanngar.over-blog.net/10-categorie-728595.html

où sont réunies quelques unes de ses planches, notemment:


_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jikeb
Grioonaute 1


Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 102

MessagePosté le: Lun 15 Jan 2007 13:36    Sujet du message: Répondre en citant

Ma pt'ite contribution dans le monde de la BD Africaine ! Very Happy
Une planche de ma BD amateur, baptisée SozaBoyz
En Bref, SozaBoyz est un comic-strip, qui à pour héros deux enfants soldants africains d'une dizaine d'années, Maki et Kala. Déserteur à la recherche du chamin qui les ramèera au village du quel il ont été arraché, Maki et kala passent leur journée à faire le guet près des routes; afin de « cueillir » leur pitance quotidienne. Comment ? hé bien, en dépouillant des groupes de pauvres réfugiés en fuite, ou encore mieux;des occidentaux « bienfaiteurs » travaillant pour des organismes humanitaires !
Sinon, le reste du temps, ils commentent l'Actualité, refont l'Afrique et rêve à un avenir plus que radieux ...

Bef; une pt'it planche :



et pour ceux qui veulent en savoir plus , le blog :
www.jikeb.skyblog.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Mar 16 Jan 2007 14:41    Sujet du message: Pas mal Répondre en citant

Sympa, ton blog. J’en reviens.
La principale critique que je ferai aux « SozaBoyz » , c’est qu’ils rappellent encore un peu trop les Boondocks . Je compte sur toi pour les laisser vivre leur propre vie et gagner en personnalité à l’avenir.
Ceci dit, j’aime bien.
Bon courage & bonne continuation.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jikeb
Grioonaute 1


Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 102

MessagePosté le: Mar 16 Jan 2007 17:37    Sujet du message: Répondre en citant

Farao ,
Effectivement, The Boondocks fait partie de l'une de mes influences, précisément au niveau des graphismes; quoi que je ne sois par particulièrement fan du coup de crayon d' Aaron Mc Gruder (!). En effet, personellement je trouve ses personnages trop "figée", pas assez expressif et comique; c'est surtout le côté corrosif des dialogues qui rehausse le tout; à mon avis.
Pour dire vrai, je suis plus "influencer" par Calvin & hobbes qui à mes yeux est le meilleur comic strip qui soit, tout autant au niveau de la subtilité des gags que de "l'expréssivité" des personnages!!
Cependant, comme tu l'as bien remarquer, mes persos font plus penser à du Mc Gruder qu'a du Wattherson, et ce malgré moi, c'est dire à tel point je suis "amateur" !! Very Happy
Bref, je ne pense vraiment pas pouvoir être en mesure d'empêcher les héros de Boondocks de vivre leurs propre vie (je vois vraiment pas comment je pourrais, sérieux, car ont parle quand même the Boondocks là !! ) mais par contre, pour ce qui est de gagner en personnalité, j'en suis conscient et je m'en occupe, du moins dès que je trouve le temps de griffoner un p'tite histoire pour Maki & Kala ! Enfin bref, ceci dit, merci pour tes encouragements!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Ven 19 Jan 2007 14:31    Sujet du message: Et aussi... Répondre en citant

Pas de quoi, Jikeb.

Bon je continue avec les images:


"Oulaï"
de Cisse Samba Ndar (Sénégal)
Prix «Africa e Mediterraneo pour la meilleure bande dessinée inédite d’auteur africain » édition 2005-06, Premier prix ex-aequo,section Réflexions sur les Droits de l ’Homme.











"Africavi"
de Anani Accoh & Mensah Accoh (Togo), Prix «Africa e Mediterraneo pour la meilleure bande dessinée inédite d’auteur africain » édition 2005-06, Premier prix ex-aequo, section Histoires et chroniques à sujet libre.





"Visa rejeté"
de Didier Viode (Bénin),
Prix «Africa e Mediterraneo pour la meilleure bande dessinée inédite d ’auteur africain » édition 2005-06, Premier prix ex-aequo,section Histoires de migration.





"Votez … encore et encore"
de Jamón y Queso (Ramón Esono Ebalé), (Guinée équatoriale), Prix «Africa e Mediterraneo pour la meilleure bande dessinée inédite d ’auteur africain » édition 2005-06, Premier prix ex-aequo, section Histoires et chroniques à sujet libre.








_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
niamey93
Grioonaute


Inscrit le: 01 Mar 2007
Messages: 13
Localisation: region parisienne

MessagePosté le: Sam 03 Mar 2007 09:32    Sujet du message: merci ! Répondre en citant

Je suis amatrice de BD a mes heures !

Tout d'abord merci infiniement à tous pour vos recherches et de nous les faire partager !!!!
J'ai survolé ce petit tresor, mais je vais y revenir histoire de voir quelles bd je vais avoir envie de m'offrir Laughing

Aussi je ne sais pas si ça a deja été fait, et si l'idée a été trouvée par un des bdéistes, mais le top du top serait de disposer de l'histoire kemite en BD depuis le temps des pharaons à nos jours, un truc du genre une saga, une histoire avec des personnages de generations en generations un peu a la kunta kinte, sur fond d'histoire kemite, en plein de volume, ça serait terrible (et un travail de titan....)
à moins que ça existe deja ? lol
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
ici_ailleurs
Grioonaute


Inscrit le: 19 Aoû 2005
Messages: 46
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam 16 Juin 2007 09:14    Sujet du message: Répondre en citant

jikeb a écrit:
Ma pt'ite contribution dans le monde de la BD Africaine ! Very Happy
Une planche de ma BD amateur, baptisée SozaBoyz
En Bref, SozaBoyz est un comic-strip, qui à pour héros deux enfants soldants africains d'une dizaine d'années, Maki et Kala. Déserteur à la recherche du chamin qui les ramèera au village du quel il ont été arraché, Maki et kala passent leur journée à faire le guet près des routes; afin de « cueillir » leur pitance quotidienne. Comment ? hé bien, en dépouillant des groupes de pauvres réfugiés en fuite, ou encore mieux;des occidentaux « bienfaiteurs » travaillant pour des organismes humanitaires !
Sinon, le reste du temps, ils commentent l'Actualité, refont l'Afrique et rêve à un avenir plus que radieux ...

Bef; une pt'it planche :



et pour ceux qui veulent en savoir plus , le blog :
www.jikeb.skyblog.com


Ouahou jikeb, j'adore tes petits personnage, ils sont attachants !!
A quand une prochaine planche ???
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Dim 17 Juin 2007 18:37    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour ce topic, riche et archi interessant...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Adina
Grioonaute régulier


Inscrit le: 22 Nov 2004
Messages: 341

MessagePosté le: Dim 05 Aoû 2007 19:21    Sujet du message: Répondre en citant

Le conte fantastique congolais.
Le conte fantastique congolais. Mamiwata, Santoge-Bia et autres créatures
samedi 21 juillet 2007 | par Praline

A la fin des années 70 et durant les années 80, les dessinateurs du Congo-Kinshasa se sont montrés particulièrement créatifs et productifs. Cette période coïncide avec l’âge d’or de la bande dessinée qui connaîtra une très large diffusion, notamment dans le domaine de l’éducation nationale.

Ce mouvement culturel sera traversé par deux courants : le religieux et le conte fantastique. Les dessinateurs du courant religieux s’inspireront d’une part de la Bible, pour illustrer la vie des grandes figures bibliques de la Genèse, comme Samson, Joseph, Moïse, Judith, Esther, Abraham ou encore le Roi David. D’autre part, des dessinateurs comme Sima L. et Mayo-Nke se consacreront aux martyrs chrétiens congolais de l’époque coloniale comme Sœur Anuarite, Bakanja ou Bakhita.

Le courant du conte fantastique, lui, s’appuiera sur la tradition orale et les légendes urbaines pour diffuser des paraboles et des fables morales. Le représentant le plus illustre de ce mouvement est le dessinateur Lepa-Mabila S. La caractéristique principale du conte fantastique est qu’il abolit toute frontière entre le monde des hommes et celui des esprits, obéissant ainsi aux croyances africaines sur l’inter-action entre ces deux entités. Les bandes dessinées mettent constamment en scène le monde des vivants confrontés à celui des morts, des démons et des créatures monstrueuses malfaisantes ou bienfaisantes. La magie et la sorcellerie font également partie des « forces du mal » utilisées pour éprouver la solidarité, l’amour, la fidélité et le respect des hommes envers leurs valeurs et leurs traditions. Ainsi la jalousie, la convoitise, la vanité, la cupidité, la désobéissance et l’égoïsme sont-ils toujours punis, tandis que la solidarité, l’hospitalité, la compassion, l’intelligence et la patience sont toujours récompensés, que ce soit par la communauté ou pour des esprits négatifs ou positifs.

Le caractère effrayant de Mamiwata, Santoge-Bia et autres créatures dont la difformité met en garde contre un monde dangereux, car extérieur à la culture africaine et à ses valeurs, se veut édifiant pour la jeunesse. En effet, malgré leur aspect fantastique, ces bandes dessinées sont très ancrées dans la réalité et évoquent sur le mode de la parabole, de véritables problèmes de société liés au mariage, à la famille, au respect filial, à la solidarité clanique et à l’émergence de la modernité. La finalité du conte fantastique est de développer chez les individus, tout particulièrement les enfants, des valeurs culturels et en même temps un sens critique envers tout ce qui s’en écarte.

Cette ambition peut paraître à certains manichéenne, dépassée, voir archaïque, ce qui peut se comprendre. Mais la première vertu du conte surtout lorsqu’il s’adresse à des enfants est de stimuler leur imaginaire tout en leur donnant des repères, qu’ils seront libres de garder ou non, de faire évoluer, mais qui leur seront définitivement acquis.

La plupart des BD publier dans les années 80 n’est plus réédité par les éditions Saint-paul, qui ont permis l’éclosion de ce mouvement, faute de moyens. Les quelques titres encore en circulation sont donc des collectors.

Mais pour les curieux voici une bibliographie et une info : certains des titres ci-dessous sont disponibles à la librairie Anibwe, mais très très petite quantité. Vous savez donc ce qui vous reste à faire


- Sha-Mazulu
- Mami Wata à Lodja
- Mikombe et le Démon
- Kipenda-Roho
- Un croco à Luozi
- Santonge-Bia
- Iyenkwin et le Géant,
- Les oreilles ne dépassent jamais la tête,
- Les Belles aux dents taillés
- Les orphelins d’Ombakaï,
- Nyota la fille du soleil
- Tanita
- Disasi

http://www.ananzie.net/Le-conte-fantastique-congolais
_________________
Mu mpenda mu dangwanè kanga...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Mar 04 Sep 2007 21:24    Sujet du message: Rebirth of a topic!! Répondre en citant

Merci, Adina, pour cette contribution.
Panafricain a écrit:
Merci pour ce topic, riche et archi interessant...

Mais de rien, c'est gratuit.
Il est hélas resté assoupi trop longtemps. Je vais me faire violence pour l'empêcher de mourir complêtement.

Let's go!
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Mar 04 Sep 2007 21:37    Sujet du message: Interview de Christophe Ngalle Edimo Répondre en citant

Une interview de Christophe Ngalle Edimo (de l’association L’Afrique dessinée, mentionnée plus haut) en date de juin 2007 et réalisée par le sîte Franc-Parler.:
http://www.francparler.org/articles/ngalle_edimo2007.htm
Entretien avec Christophe Ngalle Edimo, Président de l’association L’Afrique dessinée

F-P: Votre association regroupe douze membres actifs, des dessinateurs et scénaristes sensibles aux réalités africaines : quels sont les objectifs de votre association et comment travaille ce réseau sur les deux continents (Europe-Afrique) ?

C.Ng.E.: Notre objectif principal est de produire une bande dessinée africaine, c'est-à-dire qui présente des héros et des situations africaines. En effet, nous pensons que la BD est un art populaire, dans lequel les gens peuvent se reconnaître à travers les situations auxquelles sont confrontés les personnages ; c'est aussi un art populaire dans la mesure où il fait intervenir l'imaginaire local voire l'inconscient collectif. Nous pensons qu'il existe peu de possibilités pour les africains de se "voir agir", et que la BD peut combler en partie cette lacune, surtout s'il existe des éditions locales. C'est surtout là que le bât blesse.
Pour arriver à cet objectif nous tissons des liens avec des associations africaines de bandes dessinées, espérant "former" et informer les auteurs en herbe à l'occasion d'ateliers. Le plus intéressant pour nous est que ces ateliers débouchent sur une production visible par le public local : expositions, et si possible, édition d'une BD, ce que nous avons pu réaliser une fois avec l'album collectif Shegue, produit lors du Fescarhy de Yaoundé, en juillet 2003. Nous espérons obtenir le même résultat lors du prochain atelier de Bamako, que nous allons animer la première quinzaine de juin 2007. Il existe semble-t-il un éditeur local intéressé.

F-P: Comment se porte, d’après vous, la bande dessinée en Afrique ? Existe-t-il un engouement pour cette expression artistique ou souffre-t-elle d’un manque de visibilité ?

C.Ng.E.: La bande dessinée en Afrique se porte mal, à l'image de l'économie africaine. Les obstacles à cette expression sont d'une part qu'elle est proche de la caricature, d'où une confusion pour le public (car les auteurs de BD en Afrique sont souvent caricaturistes dans des journaux) et une méfiance des autorités politiques. Par ailleurs, peu de monde lit en Afrique : le livre est cher, les journaux sont chers, et surtout survivre au jour le jour est tellement important que lire devient superflu. Enfin, peu de lecteurs disposent des "codes" pour interpréter la bande dessinée européenne (italienne surtout, par les BD dites de gare des éditions Bonelli) ou japonaise.
Au niveau de la mobilisation et de l'information du public, il existe peu de festivals, et lorsqu'ils existent, ils ont une périodicité incertaine. De ce fait, difficile de fidéliser un public, d'autant plus que le nombre de librairies est réduit.
Autre point : les auteurs africains intéressants sont quasiment tous exilés en Europe, où ils ne percent pas, ce qui peut se comprendre car leur imaginaire est à la base différent de l'imaginaire européen, d'où des difficultés à interpréter ce que veut dire un scénariste européen. Et ceux qui veulent parler de l'Afrique ne trouvent pas en Europe des éditeurs intéressés, du fait du risque économique.
Quant à l'engouement des africains pour la BD, il est réel. En novembre 2003, M. Fournier, un des dessinateurs de la série Spirou me disait, à l'occasion du Cocobulles de Grand Bassam (Côte-d'Ivoire) qu'il n'avait jamais autant dédicacé d'albums qu'à cette occasion. Mais vu le prix des BD importées, le public touché reste marginal.
Quand à la production locale, pour survivre, elle est soutenue, en général, par un quotidien ou un hebdomadaire : il existe peu d'albums de BD ludiques, et un peu trop d'albums de BD à thème (le sida, le paludisme, l'onchocercose etc. : faut-il être malade ou menacé par une maladie pour lire une BD en Afrique ?)

F-P: L’Afrique dessinée participe-t-elle à des manifestations (en France et en Afrique) ?

C.Ng.E.: En France, le festival de Damparis, dans le Jura, nous invite tous les ans depuis 2003. Episodiquement nous allons à d'autres festivals, au gré de nos productions : Angoulême, Dijon, Illzach... Nous nous rendons aussi à des manifestations culturelles qui mettent l'Afrique à l'honneur : festival de Cozes, et bientôt le festival d'Africajarc, en juillet 2007. En Suisse, nous avons participé au festival de Sierre, aujourd'hui arrêté. En Hollande, nous étions au festival AfricaFest de Leeuwarden. En Allemagne, avec l'éditeur Lai Momo de Bologne (qui a édité trois ou quatre d'entre nous) nous avons été en 2005 au salon du livre de Francfort.
En Afrique, nous avons été essentiellement au Fescarhy de Yaoundé, Cameroun (2003, 2004) au Cocobulles de Grand-Bassam, Côte-d'Ivoire (2001, 2003 : depuis, du fait de la guerre civile, le Cocobulles a été délocalisé à Abidjan... mais n'a pas eu lieu). Nous irons en juin au festival de Bamako. Parmi nos objectifs : le festival du Cap, Afrique du Sud, et le festival de Tananarive... lorsqu'il aura lieu... Mais nous avons peur qu'il disparaisse, à l'image du Bédéboum de Libreville...

F-P: Proposez-vous des actions de formation, notamment pour les jeunes, en France et en Afrique ?

C.Ng.E.: Oui, mais en utilisant la bande dessinée comme thème de réflexion (sur la citoyenneté, le métissage, etc.). D'où des interventions à la demande de l'association Citoyenneté jeunesse 93 du Drancy (93). A ces occasions nous nous rendons dans les lycées et nous intervenons soit lors de cours d'histoire-géographie, soit lors de cours de français. Il nous est arrivé aussi d'être invité par un lycée viticole du Beaujolais pour "préparer" une classe de terminale à un voyage en Afrique, ils devaient rencontrer des lycéens d'un établissement agricole du Bénin : nous avons travaillé sur les représentations.
En Afrique nous intervenons pour former non pas des jeunes mais des dessinateurs ou scénaristes qui veulent produire de la bande dessinée. Il nous est arrivé aussi d'intervenir dans un lycée, à Yaoundé, ou de rencontrer des élèves lors de festivals, mais sans action de formation concrète.

F-P: Quelles sont les caractéristiques des BD réalisées par vos dessinateurs ? Sont-elles plutôt comiques, dramatiques, caricaturales ? Quels messages souhaitez-vous délivrer à travers vos dessins ?Gras

C.Ng.E.: Nous avons aussi bien des dessinateurs comiques que réalistes. Il nous est arrivé de délivrer des messages, à l'occasion de bandes dessinées didactiques dont le cadre était fixé par le commanditaire (le cas actuel est celui d'une bande dessinée qui parle de la prostitution africaine et son exportation en Europe via des filières criminelles - commande du Mouvement du Nid, sortie probable en juillet 2007). Mais en général il s'agit surtout de nous faire plaisir... en espérant qu'un lecteur y trouvera du plaisir aussi.

F-P: Quelles nouvelles actions souhaiteriez-vous mettre en place dans les mois, les années à venir ?

C.Ng.E.: Pour les prochains mois nous aimerions produire un fanzine dont l'objet serait les banlieues : de France et d’ailleurs. Ce thème serait traité à travers des histoires comiques ou réalistes. Nous n'avons pas encore les moyens de faire de l'animation, et il se peut que certains d'entre nous puissent migrer vers cet art si l'occasion se présente (nous avons déjà des sujets). Par ailleurs, aider à l'émergence d'une maison d'édition africaine en Afrique est un objectif essentiel pour nous, autrement nous ne voyons pas comment une bande dessinée africaine populaire à tarif intéressant pourrait voir le jour.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...


Dernière édition par Farao le Mar 04 Sep 2007 22:19; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Mar 04 Sep 2007 21:49    Sujet du message: Para-Jaka update Répondre en citant

Vous vous souvenez peut-être de Para-Jaka, le cyber-magazine de BD africaine évoqué en 1ère page de ce topic? À l'époque j'avais donné un lien vers les 2 premiers numéros.

Voici un autre lien qui vous donnera accès aux numéros 0 à 5:

http://kis90bd.free.fr/les_zamignoufs/pages/webzine_para_jaka_page_01.php

Les liens directs vers les pdfs:

http://leszamignoufs.free.fr/webzines/parajaka/para_jaka_00.pdf

http://leszamignoufs.free.fr/webzines/parajaka/para_jaka_01.pdf

http://leszamignoufs.free.fr/webzines/parajaka/para_jaka_02.pdf

http://leszamignoufs.free.fr/webzines/parajaka/para_jaka_03.pdf

http://leszamignoufs.free.fr/webzines/parajaka/para_jaka_04.pdf

http://leszamignoufs.free.fr/webzines/parajaka/para_jaka_05.pdf

C'est très court (5 à 7 pages par numéro!) et ils ne sont que 4 artistes mais c'est pas mal. La dernière livraison est datée de mars 2006, ce qui semble indiquer que l'expérience a tourné court. Ce serait dommage, car cette idée de cybermagazine me paraissait une bonne initiative. En attendant un vrai marché de la BD en Afrique, ç'aurait pu être un bon média de promotion des artistes au delà de leurs frontières respectives.
J'espère que leur tentative en inspirera d'autres.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Mar 04 Sep 2007 22:31    Sujet du message: Répondre en citant

Hey, Farao, on dit quoi ? Very Happy On lâche pas l'affaire, hein ! Very Happy Cool Wink

Retour sur une BD dont GUIDILOU a parlé déjà il y a plus d'un an et dont j'ai pu me procurer les 2 tomes ici, AYA de YOPOUGON :

GUIDILOU a écrit:
http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=64412

Citation:
13 juil. 2006

CÔTE-D'IVOIRE • Une BD qui ravit les amoureux de l'Afrique

Marguerite Abouet, scénariste d'Aya de Yopougon, est l'une des premières Africaines à réussir dans le monde de la bande dessinée. Elle impose un nouveau regard sur le continent noir.



Marguerite Abouet
(...)



Le plus qui tue dans cette BD : le lexique inséré à la fin, avec traduction des expressions typiquement Abidjanaises (toi là, avec ta bouche, on dirait cul de vache, dêh ! Very Happy Twisted Evil Laughing ), plus la petite recette locale sympa sympa Razz

Quelques planches :

http://www.lagruyere.ch/culture/bd/gallimard/ayadeyopougon.htm





Enjoy Wink
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Mer 05 Sep 2007 19:09    Sujet du message: Répondre en citant

Cette Aya de Yopougon semble faire tranquillement son petit bout de chemin. Jusqu’ici je n’en ai entendu dire que du bien, et apparemment les ventes suivent.
Ce qui me séduit ici c’est que la scénariste semble avoir évité le piège dans lequel tombent hélas trop de nos auteurs, qui échouent à apporter une « plus value » africaine à leur œuvre. Pour reprendre les termes de Christophe Ngalle Edimo dans l’interview plus haut, une BD africaine ce n’est pas seulement une BD «qui présente des héros et des situations africaines » c’est surtout une « dans (laquelle les Africains) peuvent se reconnaître à travers les situations auxquelles sont confrontés les personnages ; (un medium qui) fait intervenir l'imaginaire local voire l'inconscient collectif. ». Un certain regard, une certaine sensibilité.

Du coq à l’âne :

Adina! Se peut-il que la chose t’ait échappé?! J’ai suivi ton lien sur Ananzie.net et, arrivé sur la page d’origine de l’article que tu nous as présenté, mon regard a été attiré par un autre lien, en bas à droite. J’ai cliqué dessus et suis tombé sur cette perle :

Ananzie.net a écrit:
Kamuké Sukali VS Papa Mopao
Panique à Kinshasa ! Kamuké Sukali et Papa Mopao nous font un remake des feux de l’amour !
samedi 28 avril 2007 | par Webmaster Ananzie

http://www.ananzie.net/Kamuke-Sukali-VS-Papa-Mopao



Pour les néophytes en lingala, Kamuké sukali veut dire "la petite sucrée" et Mopao est une contraction de "mon patron". Tout un programme !

Les aventures de Kamuké sont nées de l’imagination d’un jeune dessinateur du Congo-Kinshasa nommé Kojélé Makani Alain. En fait, parler d’imagination est un bien grand mot, car l’auteur n’a fait que retranscrire avec humour des réalités sociales observables dans bien des pays africains. Diplômé de l’académie des beaux-arts de Kinshasa, illustrateur pour la publicité, caricaturiste pour un journal politique, kojelé a d’abord exerçé ses talents dans son pays avant de remporter le prix RFI des jeunes dessinateurs et venir s’intaller au France. Kojélé maîtrise aussi bien le registre humoristique et que l’illustration réaliste, n’hésitant pas à aborder des sujets graves, comme la guerre ou le sida. Ananzie, qui a choisi de soutenir les jeunes dessinateurs, illustrateurs et caricaturistes, en publiant leurs oeuvres en ligne, vous tiendra informé de ses diverses activités. kojelemakani@yahoo.fr

Mais, attaquons sans plus attendre le premier round des Feux de l’Amour

http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Cover.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round1.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round2.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round3.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round4.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round5.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round6.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round7.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round8.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round9.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round10.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round11.pdf
http://www.ananzie.net/IMG/pdf/Les_Feux_de_l_Amour_Round12.pdf


À télécharger d’urgence.
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Mar 11 Sep 2007 08:02    Sujet du message: "Madam & Eve" sur le net Répondre en citant

« Madam and Eve » sur le Net
Découvrez les héroïnes de l’Afrique du Sud post-Apartheid
vendredi 14 mai 2004, par Saïd Aït-Hatrit

http://www.afrik.com/article7296.html



Les héros de la bande dessinée « Madam and Eve » font rire l’Afrique du Sud post-apartheid depuis plus de dix ans. Ceux qui ne connaissent pas les tribulations de « Madam » Gwen Anderson, riche bourgeoise des quartiers cossus de Johannesburg et de sa domestique, Eve, peuvent se rattraper en les retrouvant sur le Net.

« Madam and Eve ». La première est une bourgeoise blanche des quartiers chics de Johannesburg, la seconde est sa maîtresse de maison, noire. C’est à travers ces deux personnages que les auteurs de la bande dessinée éponyme ont décidé en 1992 de croquer l’Afrique du Sud de l’après Apartheid. D’origine britannique, « Madam », qui répond au nom de Gwen Anderson, est pleine de bonne volonté devant l’épreuve qui attend les Sud-Africains. Mais elle ne parvient pas toujours à se départir de ses réflexes racistes. Eve Sisulu, la « coordinatrice de maintenance », lutte pour boucler ses fins de mois et observe avec flegme la transition démocratique engagée dans son pays. A ce tableau, réduit au minimum, il faut ajouter la mère de Gwen, arrivée d’Angleterre en 1994 et qui s’est finalement installée sous la pression des lecteurs. Septuagénaire accroc au Gin Tonic, la mère Anderson a du mal à se faire au nouveau mot d’ordre de la mixité. « Quoi de plus beau qu’une Afrique du Sud toute blanche ! », s’exclame-t-elle en regardant la neige tomber, sous le regard consterné d’Eve.

Les rapports Noirs/Blancs et l’indispensable réconciliation, mais également la violence urbaine, le Sida, la corruption, le football... Autant de questions de société qui se posent à la jeune Nation arc-en-ciel et à partir desquelles Stephen Francis (scénariste), Harry Dugmore (scénariste) et Rico Schacherl (dessinateur) font rires près de 4 millions de lecteurs quotidiens. Les aventures de « Madam and Eve » et de leurs amis sont actuellement reprises par 13 quotidiens sud-africains. Une série télévisée de 26 épisodes leur a même été consacrée. Pour notre plus grand bonheur, les héroïnes de la BD sud-africaine sont également présentes sur le Net.

Votez pour le Parti surprise

On retrouve sur le site de la bande dessinée toutes les planches parues précédemment dans la presse. Cette semaine, les auteurs se sont intéressés à l’organisation de la Coupe du monde 2010, pour laquelle l’Afrique du Sud concoure. Le pays hôte sera désigné le samedi 15 mai, le dessin est daté du 14. Mais une note de l’auteur précise : « Si vous lisez ceci, vous devez déjà savoir qui organisera la Coupe du monde 2010. Malheureusement, même si nous avons travaillé des jours avant cette publication, nous ne possédons aucun indice. Par conséquent, nous ne prendrons aucun risque. Si l’Afrique du Sud n’est pas choisit, lisez la colonne A, si elle l’est, lisez la B. Chaque colonne menant finalement à la mère Anderson, affalée sur le sofa avec des verre de Gin vides à ses côtés. A : Parce qu’elle témoigne sa commisération à son pays. B : parce qu’elle célèbre sa victoire.

Pour les novices ou, au contraire, pour les initiés qui souhaiteraient redécouvrir d’anciennes planches, le site propose un lien sur les aventures de Madam et Eve « cinq ans plus tôt ». Le 14 mai 1999, les auteurs s’en prenaient aux partis corrompus qui promettent sans rendre de comptes. Maman Anderson avait alors décidé de rejoindre un nouveau parti politique. « Qui en est le leader ? », demandent Eve et Madame. « C’est une surprise - Quelle est son programme ? - C’est une surprise - Quelle sorte de parti est-ce donc ? Le Parti surprise », se réjouit Maman. « Sommes nous corrompus et inefficaces... ou honnêtes et travailleurs... vote pour nous et tu sauras ». Finalement, finit par admettre Eve, « Tous les partis sont comme cela ». « Oui, mais nous avons le cran de l’admettre », fanfaronne Maman.

Si ces portes d’accès ne vous suffisent pas, le site dispose d’une section archives qui fonctionne par mots clés ou par dates. Autres surprises pour les internautes, vous pourrez découvrir des épisodes de « Madam and Eve » spécial fêtes de Noël, en couleurs. Si vous êtes convaincus, peut-être deviendrez-vous membre du « Cyberclub Madam and Eve » ? Dans tous les cas, n’hésitez pas à faire part de vos impressions aux auteurs, par mail, comme cela est prévu.

Visiter le site : http://www.madamandeve.co.za/

Six tomes de « Madam and Eve », sur la quinzaine que compte la collection, ont été traduits en français et sont disponibles chez « Vents d’ouest ».
_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Mer 19 Sep 2007 22:40    Sujet du message: Quelle place pour la BD africaine en Europe Répondre en citant

Quelle place pour la BD africaine en Europe ?

http://www.sudplanete.net/index.php?menu=arti&no=5962


Avec "Gasy Bulles" actuellement à Tananarive, le 2e Salon de bande dessinée de Bamako (du 13 au 17 juin), la 3ème édition de Coco Bulles - Festival international du dessin de presse et de la bande dessinée - qui redémarre à Abidjan (du 21 au 24 juin), la BD africaine est à l'honneur en ce mois de juin où paraît "Une journée dans la vie d'un Africain d'Afrique", réalisée par un collectif de neuf dessinateurs africains. L'occasion de dresser un panorama et un état des lieux d'un secteur en éveil, dynamisé par le succès de certains auteurs mais fragilisé par l'absence de réel marché en Afrique.


On a tendance à l'oublier, il y a une longue tradition de la bande dessinée dans certains pays d'Afrique. Au Congo belge, des Bd étaient diffusées à l'époque de l'indépendance dans des journaux locaux, à Madagascar, la première bande dessinée locale, Ny Ombalahibemaso de Jean Ramamonjisoa et du père Rahajarizafy, a été publiée dès 1961. En Centrafrique, dans les années 60, à l'aube de l'indépendance, ont paru les premières BD en noir et blanc ayant pour titre Les aventures de Tamako. Au Burkina Faso, en 1980, L'observateur , quotidien privé, publiait quelques illustrations et caricatures d'Anatole Kiba et Raya Sawadogo. Et dans d'autres pays, comme le Cameroun, des bandes dessinées étaient publiées dès les années 70.

Un envol difficile

Les bédéistes africains et leur production restent cependant encore inconnus en Europe. La seule exception est l'indéniable succès du Congolais Barly Baruti. Sa carrière démarra dans les années 80 au studio Hergé de Bruxelles, se poursuivit avec les éditions Segedo (1) et prit réellement son envol avec ses deux séries à succès Eva K. et Mandrill (2). Afin de partager son savoir faire, Barly Baruti créa le premier salon de la BD de Kinshasa en 1991, puis, dans la foulée, l'association ACRIA dans le but de former une génération de bédéistes congolais.

Pourtant, exceptés quelques dessinateurs algériens (3), Barly a longtemps été l'arbre qui cachait le désert africain. S'il ne fut pas le premier africain à publier en Europe (4), il fut le seul, jusqu'il y a quelques années, à s'imposer réellement.

Car, en réalité, peu d'Africains ont été publiés en Europe jusqu'il y a 5 ans. Le compatriote de Baruti, Mongo Sise avait publié 4 albums avec l'éditeur belge Eur-af au début des années 80 : Le boy, Bingo à Yama-Kara, Bingo en ville, Mata mata et Pili pili. Mais ces albums, financés par la coopération belge, étaient destinés à être diffusés au Zaïre.

L'Ivoirien Sallia, sur un scénario de Breal et Karul (5), dessinera les deux tomes de Quand les flamboyants fleurissent, les blancs dépérissent (1987), l'un des rares albums BD parus chez L'Harmattan avant 2003 (6).

Dans les Dom-Tom, quelques dessinateurs africains ont pu produire des œuvres. En Guyane, au milieu des années 80, les Béninois Jules Niago et Maurice Tiouka ont publié, à compte d'auteur, deux ouvrages : Candia, la petite oyapockoise (1978) et La mère poule et ses canetons (1993). À La Réunion, le malgache Anselme Razafindrainibe (7) a publié en 1999 Retour d'Afrique à Centre du monde éditions. Il imitait en cela ses compatriotes Xhi et Ma (Fol amour, Ed. Grand Océan en 1997). Ce fut le cas, plus tard, du Camerounais Augustin Nge Simety (8 ) (Ti Nikon, mais comment les grands y font les bébés ? chez Orphie en 2005) et le Seychellois Peter Lalande (9) (Humour naturel, vol. 1 : Poissons, couleuvres et tortues chez ARS terres créoles en 2006). Le bilan était faible jusqu'en 2002.

Depuis 2004, une prolifération de dessinateurs africains arrive sur les marchés francophones du nord. Cette accumulation, après des décennies de quasi-silence, peut paraître étonnante. Si elle est le résultat d'une longue évolution de la BD en Afrique, elle a aussi d'autres causes beaucoup plus liées au contexte des rapports nord - sud.

Une réussite africaine…

Certaines œuvres sorties depuis cinq ans s'expliquent par l'origine géographique des éditeurs, souvent africains et participent plus d'une prise de conscience associative communautaire que d'une percée particulière de ces BD.

La diaspora congolaise en est un bon exemple : Le Congolais Serge Diantantu (10) a publié ses 3 albums (11) dans une petite maison d'édition rouennaise, Mandala éditions. Cette maison est dirigée par un compatriote, Robert Wazi, et est, par ailleurs, liée à l'éditeur kimbanguiste, EKI - édition, installé dans la même ville.

Les éditions belge Mabiki (12), qui comptent dans leur catalogue un album, Zamadrogo, fils de Sorba et deux revues de BD, Idologie plus plus (13) et Banama ya Congo na Belgique ont également été créées par le congolais Bienvenue Sene Mongaba.

En Allemagne, le magazine lingalaphone Suka époque (14) (4 numéros) s'adresse bien évidemment à une clientèle congolaise (15).

Pour en terminer avec la piste congolaise, citons les quatre numéros du collectif Afro bulles, dirigé par Alix Fuilu, dessinateur congolais, déjà initiateur de deux Bd collectives à la fin des années 90 (16).

Les éditions Sary92 participent du même phénomène. Fondées par un malgache (Luc Razakarivony), les quatre albums publiés ont été dessinés par des Malgaches (17) et se déroulent tous sur l'île rouge. De la même façon, Didier Randriamanantena dessine une histoire à suivre chaque mois dans Madagascar magazine, un mensuel destiné à la diaspora malgache.

Le Camerounais Biyong Djehouty a publié chez Bes création et Menaibuc Editions, trois BD portant sur des personnages historiques, fondateurs d'immenses empires africains : le "napoléon sud-africain" Chaka et l'empereur du Mali Soundjata Keita (18 ). Ces deux maisons d'édition ont également été créées par des Africains. Ces exemples démontrent moins une montée de la bande dessinée africaine que d'une prise de conscience de l'histoire de l'Afrique et de la nécessité de valoriser ses principaux mythes.

La parution d'autres œuvres marquent aussi une nouvelle tendance : celle de l'implication de maisons d'édition dont la thématique n'est pas orientée vers la B.D. C'est le cas, par exemple, de L'Harmattan, éditeur très tourné vers l'Afrique qui, en 2003, a publié deux albums du Sénégalais Fayez Samb évoquant deux épisodes de l'histoire militaire coloniale : Tirailleurs sénégalais à Lyon, sur la débâcle de 40 et Le naufrage de l'Erika, qui touche à l'immédiat après-guerre de 14-18. L'Harmattan a publié également, en 2004, Les aventures de Leuk le lièvre : Les arbres magiques du Camerounais Mayval.

En Belgique, en 2006, Pie Tshibanda et Joseph Senga publiaient RD Congo, le bout du tunnel chez Coccinelle, une maison d'édition catholique, peu tournée vers la BD. Le Congolais Tchibemba, pour sa part, publie régulièrement des albums (19) et des caricatures en Grèce, où il vit depuis 1990, pays pourtant pas réputé pour son école de la Bande dessinée.

D'autres publications sont dues à des choix artistiques de la part d'éditeurs reconnus. Le premier fut l'Ivoirien Gilbert Groud qui, en 2003, éditait chez Albin Michel, l'inquiétant et superbe Magie noire. Par la suite, en 2005, Albin Michel sortait Rwanda 94 de Pat Masioni (20), suivi, quelques mois plus tard, par le Tome 1 de [/i]Aya de Yopougon[/i] dessiné par Clément Oubrerie et scénarisé par l'Ivoirienne Marguerite Abouet. En 2006, le Congolais Hallain Paluku publiait le superbe Missy, suivi du Gabonais Pahé avec La vie de Pahé chez Paquet et le tome 2 de Aya de Yopougon. Chez Glénat, le Mauricien Laval Ng sortait le troisième tome de sa reprise de La ballade au bout du monde , ex série phare des années 80. En 2007, enfin, le Camerounais Achille Nzoda sortait le tome 1 de Les animotards.

Au-delà de la curiosité nouvelle des éditeurs "classiques", le talent et la persévérance des bédéistes africains sont également une raison importante de leur succès.

Les ventes ont souvent répondu aux attentes des éditeurs et d'autres titres sont déjà prévus : le tome 2 de l'ouvrage de Pat Masioni, la suite de la trilogie de Pahé, un tome 4 attendu pour Laval NG, la réédition de BD Africa, la sortie annoncée d'une BD de Titi Faustin sur la prostitution, un album Le règne de Tarquin le terrible de Pat Mombili, sur un scénario d'Alain Brezault, une nouvelle série de Baruti… Tout cela augure d'une nouvelle ère qui commence.

D'autres talents arrivent, en particulier le Centrafricain Didier Kassaï, lauréat en 2006 aux concours Africa comics 2005 - 2006 et Vues d'Afrique du festival d'Angoulême.

Cet optimisme est conforté par une particularité qui a longtemps handicapé les bédéistes africains. En effet, à la différence des générations précédentes, ces auteurs sont souvent également scénaristes. Pahé, Chrisany, Randriamanantena, Amanvi, Samb, Djehouty dessinent sur leur propre scénario. Certains sont même exclusivement scénaristes : le Camerounais Christophe Ngalle Edimo ou l'Ivoirienne Marguerite Abouet, lauréate, en 2006, du prix du premier album au festival d'Angoulême.

Certains dessinateurs africains se sont regroupés en association au sein de l'Afrique dessinée, leur permettant de rester en contact, de se soutenir et de monter des projets communs. Ce sont eux qui sont à l'origine de la toute récente BD collective, intitulée "Une journée dans la vie d'un Africain d'Afrique" (21), et d'un journal dessiné centré sur les banlieues. Il s'agit incontestablement d'une nouvelle donne dans le paysage, car bien des dessinateurs africains ayant tenté leur chance antérieurement, se sont retrouvés très isolés et incapables de faire entendre leur spécificité.

De plus, une sortie du ghetto s'annonce progressivement pour la plupart de ces artistes. Pour beaucoup d'entre eux, leurs travaux ne concernent pas spécifiquement l'Afrique. C'est le cas, bien sûr, de Barly Baruti et de sa série Mandrill, mais aussi de Missy de Paluku, de Vanity de Kash, des albums de Laval NG…. En bref, nous n'avons plus affaire à des bédéistes africains mais à des bédéistes tout court… Et considérés comme tels par la profession !

Car, pratiquement tous ont d'abord dû s'imposer dans leur propre pays avant de tenter leur chance en Europe où ils ont également dû faire preuve d'abnégation.

Le cas du Congolais Pat Masioni est le plus édifiant. Dessinateur pilier de l'éditeur kinois Saint Paul durant des années, Masioni est l'auteur de 12 albums ainsi que d'un certain nombre de livres illustrés. En 2002, suite à la parution de l'album A l'ombre du baobab, Masioni débarque en Europe, obtient le statut d'exilé politique et recommence tout à zéro : quelques planches dans Africa comics 2002, Afrobulles N°1, quelques illustrations pour la revue Pro asile et une série Lycée samba Diallo dans la revue Planète jeunes. À partir de 2004, Masioni peut enfin sortir les deux albums déjà évoqués : L'appel et le très discuté Rwanda 1994, descente aux enfers.

Fifi Mukuna, avant de dessiner Si tu me suis autour du monde, s'était déjà fait remarquer dès le premier salon de la Bd de Kinshasa en 1991 (22) alors qu'elle entamait une carrière de caricaturistes et était mise en valeur dans le numéro spécial de Notre librairie.

Simon Pierre Mbumbo apparaît dès 1998 dans des revues camerounaises comme Mac BD. Par la suite, Mbumbo dessinera la série Les K libres pour Planètes jeunes. Alain Pahé a également un long passé de caricaturiste et surtout de bédéiste puisqu'il faisait parti de l'équipe du magazine gabonais BD boom, lancé en 1998 en même temps que le premier JABD et du premier cyber magazine de BD africaine : Para-jaka ! qui publia 5 numéros entre 2005 et 2006 (23).

Quant au Camerounais Chrisany, il était déjà, en 1998, le rédacteur en chef - Bande dessinée de la revue pour jeunes Mongo, tandis qu'Achille Nzoda - qui a obtenu à trois reprises le prix du meilleur caricaturiste au festival d'humour de Yaoundé - a une carrière de caricaturiste et de dessinateur de presse derrière lui.

Hallain Paluku, pour sa part, a également beaucoup travaillé en RDC (24). En Europe, il apparaît déjà dans A l'ombre du baobab, dans Notre librairie, dans Afrobulles 1 et 3 et au festival d'Angoulême 2005. Il avait en tête Missy depuis 1999 avant d'arriver à imposer son personnage (25), et à trouver - non sans mal - un scénariste et un éditeur (26).

Enfin, le Mauricien Laval NG avait déjà publié deux albums aux Etats Unis avant de travailler avec Makyo. Tshibanda (27) et Senga, pour leur part, avaient déjà publié deux bandes dessinées en RDC avant de travailler pour Coccinelle : Alerte à Kamoto (1989) et Les refoulés du Katanga (1997).

Il ne s'agit donc pas d'une génération spontanée mais d'une longue maturation d'un art déjà très populaire au niveau local avec le soutien actif des services culturels français ou belges et de certains de leurs collègues occidentaux.

… qui est aussi celle de l'Europe

Car cette réussite est également le résultat d'exemples de solidarité entre le nord et le sud.

Les liens en matière de Bd entre l'Afrique et l'Europe sont, en effet, ténus. Certains auteurs français ou belges sont nés en Afrique du Nord (28 ), en Afrique noire (29), au Congo (30) et ont un lien particulier avec ce continent. Quelques-uns y font carrière : Damien Glez au Burkina Faso, l'italien Jo Collura au Sénégal, le Belge René Hermann en RDC, Golo en Egypte. D'autres y ont débuté comme Michel Faure qui a publié son premier album (Hery en 1975) à Madagascar. D'autres encore font en sorte que l'Afrique ne soit pas juste un "continent décor" (31), on pense en particulier au travail de Jean Philippe Stassen sur le génocide rwandais (32), l'œuvre de Bernard Duffossé (33), les albums de Dany (34), ceux de Warnauts et Raives et bien sûr la série Jimmy tousseul (35) de Desberg et Desorgher, etc...

Bien des auteurs vont également régulièrement animer des stages, encadrer des ateliers et participer à des salons de BD. Des liens se sont noués et peuvent parfois donner des résultats bénéfiques pour les jeunes artistes du sud en terme de formation, de contacts et d'échange. Le cas le plus connu est celui de P'tit Luc, grand bourlingueur du continent, qui dirigea bénévolement les travaux de plusieurs bédéistes africains au sein d'une Bd collective intitulée BD Africa, sortie en 2005 chez Albin Michel. Autre exemple : c'est en croisant par hasard Makyo lors du salon de Saint Denis (La Réunion) que la carrière du Mauricien Laval NG Man Kwong prit une tournure internationale avec la reprise du 4e cycle de La ballade au bout du monde. D'autres dessinateurs "européens" sont d'origine africaine, même s'ils n'en ont pas la nationalité : le suisse Jean Philippe Kalondji (36) (RDC), auteur phare des éditions Paquet, le Toulousain N'Guessan (37) (Côte d'Ivoire), Yvan Alagbé, dessinateur et éditeur indépendant français (Togo), le dessinateur belge d'origine comorienne Mohamed Fahar, créateur de la série Dido….

Les coopérations étrangères contribuent régulièrement à l'éclosion de la BD dans les pays africains. La coopération française en est un parfait exemple et ce, depuis plusieurs années. La société Segedo, en dehors de l'édition des revues Kouakou, Calao et Caramboles, a beaucoup œuvré dans ce domaine. Elle a, durant dix ans, envoyé une vingtaine d'histoires inédites en bandes dessinées à des journaux africains qui pouvaient les diffuser gratuitement en épisodes dans leurs numéros. Ce fut le cas, par exemple, de Fraternité matin (Côte d'Ivoire), de Sahel hebdo et de N'gouvou (Congo Brazzaville). C'est de cette façon que deux légendes, Baruti (Le bolide en 1983) et Richard Rabesandratana (La mouné en 1985), commenceront leurs carrières. Ces histoires permettront à tout un public de découvrir la bande dessinée et fera des émules. Segedo publiera également deux albums collectifs : Au secours et Aventures dans l'Océan indien dans lesquels on trouve les premiers essais de nombreux bédéistes africains dont Christian Razafindrakota, Anselme Razafindrainibe, Thembo Kash (38 ).

À Madagascar, une dizaine d'albums furent financés par le Centre culturel Albert Camus, au Gabon, avec le collectif BD Boom. À titre d'exemple, pour l'année 2006, quatre productions africaines ont été soutenues : Senghor cent ans, la BD burkinabé célèbre le poète-président (Ambassade de France à Ouagadougou), Trait noir (Centre Culturel Français de Douala), Clin d'œil (Alliance française de Nouakchott) et Mbongui BD (Coopération française à Brazzaville).

La coopération belge mène également une action dans ce domaine. Ce fut le cas au Zaïre en 1996 avec les deux albums Le retour du crayon noir et Un dîner à Kinshasa où l'on retrouve, entre autres, les traces de Pat Masioni, Fifi Mukuna, Thembo Kash, Patrick Mombili, mais aussi au Bénin (aide à la réalisation d'un dessin animé en 2006). Des formations, des voyages et des salons de la Bd ont également été soutenus. Ce fut le cas des JABD de Libreville en 1998 et 1999, l'un des plus beaux salons organisés sur le Continent (39), mais également du salon de la Bd de Kinshasa (organisé par Baruti), Gazy bulles de Tananarive, Îles en bulles de Port Louis, Coco bulles de Grand Bassam, du salon de Bamako, de manifestations à Douala, à Cotonou, etc.…

Le ministère français des Affaires Etrangères a également initié et soutenu l'organisation d'une exposition d'artistes africains au Festival d'Angoulême en 2005 (La musique dans la tradition africaine) et d'un concours en 2006 (Vues d'Afrique) qui ont permis à certains artistes de montrer leur travail.

Ce soutien peut également être le fait d'ONG et d'associations utilisant la bande dessinée comme médias. Cela arrive souvent en Afrique où les BD produites sont rarement le fruit d'éditeurs privés. Depuis quelques années, ce phénomène s'est déplacé en Europe au grand bénéfice des artistes africains qui ont pu y lancer leur carrière.

La première réalisation du genre fut l'œuvre de Equilibres & populations qui, en 2001, édita A l'ombre du baobab, un album collectif de dessinateurs africains sud-saharien sur le thème de la santé et de l'éducation. Cet album fit l'objet d'une exposition itinérante dans toute l'Europe. Pour la première fois, le travail de dessinateurs africains était visible pour un autre public que celui de leur pays respectif. Son effet fut accentué par la parution d'un numéro spécial d'Africultures (40) l'année précédente et par celui de Notre librairie la même année (41).

L'action de l'association italienne Africa é méditerraneo entraîna également un effet levier pour la carrière de certains. Suite à trois concours annuels de bandes dessinées, plusieurs anthologies collectives furent éditées et diffusées en 2002, 2004 et 2006, accompagnées d'un catalogue général (42). Ce projet permit la constitution d'un réseau de dessinateurs africains, la création d'un prix Africa e mediterraneo et la présentation d'expositions itinérantes des planches originales dans le monde entier (de 2002 à 2007, 23 lieux ont été concernés).

De cette façon, sur cinq années, six anthologies et albums collectifs ont été publiés en Europe : les quatre albums de Africa comics : Africa comics 2002, Africa comics 2003-2004, Africa comics 2005-2006 et Matite africane, auxquels on peut ajouter le projet soutenu par P'tit Luc, BD Africa (2005) et celui de Equilibres & populations (2001).

Par ce biais, c'est un vaste panorama totalement inédit et bienvenu de la bande dessinée africaine qui était présenté au public européen. Cela ne sera pas sans influence sur la suite, puisque quasiment tous les auteurs d'albums individuels à venir apparaissaient déjà à plusieurs reprises dans ces cinq productions. La revue Africa e mediterraneo alla plus loin puisqu'elle édita, dans le cadre de son projet, six albums individuels d'auteurs africains : Article 5 et 9 de Chrisany (Cameroun, 2002), Blolo-Bian, l'amant de l'au-delà de Bertin Amanvi (Côte d'Ivoire, 2003), Une éternité à Tanger de Faustin Titi (Côte d'Ivoire, 2003), L'île aux oiseaux de Hissa Nsoli (RDC, 2003), Imboa le roi et Ifara de Didier Randriamanantena (Madagascar, 2003), On a fumé Malrobo ! de Jo Palmer (Togo, 2005).

Quasi simultanément, en 2004, démarrait le projet Valeurs communes (43) qui, financé par la Commission européenne, avait pour mission d'évoquer les valeurs communes entre les religions et la pensée laïque : tolérance, partage, respect de l'autre... Il se compose d'un guide didactique et de cinq albums de bande dessinée également édités, comme pour Africa e mediterraneo, par les éditions Lai-Momo. Ces albums furent tous le fruit d'adaptations de cinq nouvelles par le Franco-camerounais Christophe Ngalle Edimo, et dessinés par des bédéistes du sud : Chrisany (L'exposé) et Faustin titi (La réserve), les Congolais Fifi Mukuna (Si tu me suis autour du monde) et Pat Masioni (L'appel) et le Camerounais Simon Pierre Mbumbo (Hicham et Yseult).

Avec du talent, de l'expérience, des soutiens et de la solidarité, les auteurs africains, après des années de silence et d'anonymat, débarquent en Europe et commencent à se faire connaître. Malheureusement, si elle est le signe d'une certaine vitalité de la création, cette flambée n'est pas forcément le signe d'une bonne santé du marché de la bande dessinée en Afrique. Le désir de conquérir l'Europe, terre de référence du 9e art, n'est pas la seule motivation de tous ces artistes. Ils fuient également la misère, le manque de reconnaissance et une certaine dépendance aux projets de coopération, et autre action d'ONG internationales qui sont leurs seuls soutiens. L'Afrique, n'arrive pas à créer son propre marché (44) et les quelques contre exemples connus (45) ne suffisent pas à inverser ce constat général. Ceux-ci ne pouvant exister par eux même, en l'absence de marché réel, en sont réduits à émigrer en Europe au prix d'énormes sacrifices financiers et personnels (pratiquement tous sont passés par le statut de demandeur d'asile).

Leur réussite en Europe cache peut être une secrète défaite en Afrique, condamnée à voir émerger de réels talents… et à les voir partir !

Christophe Cassiau-Haurie



1. Avec en particulier Le bolide, une bande dessinée de 1983, scénarisée par Serge Saint Michel et proposée par Segedo à plusieurs journaux africains dont Fraternité matin (Abidjan)
2. Eva K. 3 tomes chez Soleil productions, série arrêtée, Mandrill, 7 tomes chez Glénat, série en cours.
3. Mohamed Aouamri, Kamel Khélif et, bien sur, Farid Boudjellal (né à Toulon, cependant).
4. Son compatriote Mongo Sise, avec Mata Mata et pili-pili publié dans le N° 2314 de Spirou le 19 août 1982 et le malgache Xhy (Guy Rajaofetra) dans Charlie Hebdo furent probablement les premiers.
5. En fait, l'écrivain Alain Brezault qui scénarisera, en 2003 et 2004, Les corruptibles dessiné par Pendanx.
6. A l'exception d'un album de l'algérien Slim L'Algérie, publié en 1999.
7. Qui a publié également plusieurs planches dans la revue réunionnaise de Bd : Le cri du margouillat.
8. Simety, comme Baruti, avait commencé sa carrière dans Kouakou.
9. Par ailleurs, directeur des Archives nationales de son pays.
10. Cf. son site : http://perso.wanadoo.fr/kimbangu.net
11. Simon Kimbangu T.1 et T.2, L'amour sous les palmiers et bien avant, Les aventures de Mara : attention, Sida. Diantantu a également publié une revue : La cloche.
12. www.mabiki.centerall.com
13. Dessiné par Kojelé Makani, et Pat Mombili, membres de l'ACRIA.
14. www.suka-epoque.de. Ce journal a été créé par deux légendes de la Bd congolaise : Mayo et Sima Lukombo, dessinateurs de la revue mythique Jeunes pour jeunes et des éditions Saint Paul dans les années 70.
15. Il est d'ailleurs diffusé en France par … Robert Wazi.
16. Boulevard Sida (1996) et Du shit au zen (1998) qui, comme Afrobulles, bénéficient d'aides publiques.
17. Malas de Alain Rabemanatsoa, Avotra de Christian Razafindrakota, Habiba de Tsilavo Rabemila, Vazimba, tous publiés en 2006 et 2007.
18. Successivement Soundjata, la bataille de Kirina (2004), Soundjata, le conquérant T.1 : l'ultime bataille (2005), L'épopée de Chaka T.1 : L'enfant interdit (2006).
19. Tchibemba a sorti 3 albums avec son personnage Dynamitis depuis 2004.
20. Blog de Pat Masioni : http://patmasioni.canalblog.com/
21.
22. Cf. Article sur Fifi Mukuna dans Calao N° 101 d'octobre 1991.
23. Para - jaka ! était soutenu par le centre culturel français de Malabo (Guinée équatoriale)
24. Pour une vision de son travail : http://www.africultures.com/vitrine/bd/bd.htm
25. Le personnage apparaît déjà sur une de ses pages personnelles : http://perso.dromadaire.com/zapirho/paluku.html
26. Lire son interview dans http://www.afriquechos.ch/spip.php?article1695
27. Site de Tshibanda, écrivain, conteur, psychologue, comédien et bédéiste : http://users.skynet.be/pie.tshibanda/home.htm
28. Wolinski (Tunisie), Pierre bailly, Paul Glaudel, Jacques Ferrandez, Roger Widenlocher, Gine, Reb's (Algérie)….
29. Gadioux (Côte d'Ivoire), Algésiras (Centrafrique), Rollin (Burkina), Ridel (Congo), Juszezak (Cameroun)…
30. Entre autres, Michel Vandam, Chantal De Spiegeleer, Daniel Desorgher, Batem, Janry, Duvivier, Hernu, Pévé…
31. L'Afrique dans la bande dessinée européenne, un continent décor !, Africulture N° 32, novembre 2000.
32. Deogratias (2000) et Les enfants (2004)
33. On reste étonné par l'absence de tout paternalisme, et de relents colonialistes constatés tout au long des 32 ans, 187 numéros et 8 albums de la série Kouakou, série qui a marqué plusieurs générations d'africains.
34. L'évolution de Dany dans sa perception des réalités africaines entre Le piège aux 10 000 dards (Bernard Prince, 1979), Caro (Equator T.1, 1994) et Katale (Equator T.2, 1997) (les deux derniers dessinés après la participation de Dany au salon de la Bd de Kinshasa) est remarquable.
35. Pour une analyse très fine de cette série, cf. Documents d'exploitation pédagogique de trois albums de la série Jimmy Tousseul, Didier Quellat-Guyot, CRDP de Poitou Charentes, 1997.
36. Auteur de la série Helvéthika et O' Malley, chez Paquet.
37. Auteur des séries Aberzem et Arthur et les minimoys chez Soleil Productions ainsi que Patrick Bruel (collectif)
38. Kash prépare actuellement un album avec André Paul Duchateau et vient de participer à un recueil de caricatures, publié en 2007 par les éditions belges Luc Pire, Congo, vingt ans de caricatures.
39. Leur site est encore visible sur XXXXXXXX
40. Africultures, BD d'Afrique. N°32, novembre 2000.
41. Notre librairie, La bande dessinée. N° 145, juillet - septembre 2001.
42. Africa comics 2002, Africa comics 2003-2004, Africa comics 2005-2006 et Matite africane, tous disponibles sur http://www.africacomics.net/fra_pub_matite.shtml
43. [/url]http://www.valeurscommunes.org/home.php[/url]
44. Cf. l'Afrique doit construire son marché in Africultures, http://www.africultures.com/index.asp?menu=affiche_article&no=4327&rech=1
45. Le journal gbich en Côte d'Ivoire ou le journal Ngah à Madagascar, tous les deux très populaires.


Christophe Cassiau-Haurie est commissaire de l'exposition Mythes, contes et légendes : l'Univers de Laval NG, présentée, du 12 au 16 juin 2007, au centre culturel français Albert Camus de Tananarive, dans le cadre de Gasy Bulles.

_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Farao
Grioonaute régulier


Inscrit le: 11 Fév 2005
Messages: 441
Localisation: Mêwigbédji

MessagePosté le: Ven 12 Oct 2007 00:22    Sujet du message: Bulles et cases congolaises De Mbumbulu à Mfumu’Eto Répondre en citant

Bulles et cases congolaises De Mbumbulu à Mfumu’Eto
Hilaire Mbiyé Lumbala
http://www.talatala.cd/spip.php?article55


0. Introduction

Dans un article publié en 1986, J.-P. Jacquemin écrivait exactement que la Bande Dessinée africaine : « n’est ni le désert ni la grande forêt. Une savane boisée, peut-être, c’est-à-dire des bosquets d’inégale importance et quelques arbres vigoureux encombrés parfois de lianes parasites ». Explicitement il confirmait l’existence effective de la BD africaine. Aujourd’hui, elle est devenue une réalité, elle se vend et elle se lit. Elle existe sous différents formats, à savoir : vignettes dans un quotidien, planches dans un magazine, album complet ou de compilation. Elle est publiée en français ou en langues locales, et elle couvre différents genres, à savoir les contes et récits oraux, la BD biographique, didactique, comique, historique, religieuse (biblique, biographique et hagiographique).
Comme partout ailleurs, la BD africaine possède aussi ses héros. A titre illustratif, il convient de mentionner Yirmoaga au Burkina Faso ; Zoba Moke au Congo, Mata Mata et Pili, Apolosa, Mohuta et Mapeka au Congo démocratique ; Dago et Monsieur Zézé en Côte d’Ivoire ; Bibeng et Tita Abessolo au Gabon ; Tékoué en République Centrafricaine ; Boy Melakh et Goorgoolou au Sénégal, etc.
C’est de cette savane boisée qu’il est question dans cet exposé qui se limite essentiellement à la République Démocratique du Congo. Il sera donc présenté schématiquement l’historique de la BD congolaise, la BD populaire, les auteurs et les problèmes de l’édition.

1. Brève histoire de la BD congolaise

L’histoire de la BD au Congo reste encore à faire. Il n’est pas facile de déterminer à quel moment a été publié la première BD congolaise et qui a été son auteur. Cependant, les quelques éléments à notre disposition nous permettent de poser les premiers jalons de cette histoire. Deux types de la BD congolaise, correspondant aux deux périodes de la BD congolaise peuvent être distinguées : la BD sans bulles et la BD classique.

1.1. BD sans bulles

D’après certaines sources à notre disposition, l’histoire de la BD congolaise remonte provisoirement à 1948, l’année de la publication, par le Fonds du Bien-être Indigène, de Les aventures de Mbumbulu. Ce sont des historiettes conçues pour les évolués afin de leur inculquer quelques vertus de l’ordre, de la propreté, de l’épargne, etc. Elles sont signées du pseudonyme de Masta et sont publiées dans Nos Images, un bulletin bilingue. A partir de 1954, le titre change et devient Les aventures de la famille Mbumbulu. En 1956, elles sont publiées en un volume commercialisable et intitulé : Les 100 aventures de la famille Mbumbulu.
En 1958, les Editions St Paul Afrique (Kinshasa) lancèrent le magazine Antilope où Albert Mongita, sur dessins de Lotuli, publia Mukwapamba. En 1971 ce magazine devient Sambole. En 1974, ce dernier cesse de paraître quand le Bureau Politique du Mouvement Populaire de la Révolution, ancien Parti unique de l’ex-Zaïre, frappe d’interdiction toute la presse confessionnelle.
Les aventures de Mbumbulu et Mukwapamba constituent ainsi la première période de l’histoire de la BD congolaise. Elle présente une caractéristique relative à l’articulation texte/image : il y a un seul texte sous l’image, découlant du morcellement du récit, dont chaque fragment ressemble à une légende ou à une illustration. A. Mongita écrit ses textes comme au théâtre où les dialogues sont précédés de nom du locuteur. Il s’agit, bien que quelques rares bulles apparaissent, d’une BD sans bulles, avec textes sous l’image.

1.2. BD classique

Cette période est caractérisée par l’utilisation et le respect du langage de la bande dessinée, c’est-à-dire que le découpage se fait en planche, strips et cases avec l’utilisation des textes en bulles, textes récitatifs et textes en liberté. Sans trop affirmer, la BD à bulles commence durant les années 60.
En 1965, s’inspirant de l’expérience commencée par Père J. De Laet, Alias “Père Buffalo”, Achille-Flor Ngoyi lance une publication stencilée, Gento Oye, sur illustration de César Sinda. Gento Oye deviendra Jeunes pour Jeunes, un magazine de BD sous la direction de Achile-Flor Ngoyi et Freddy Mulongo et Dénis Boyau comme dessinateur. Jeunes pour Jeunes, devenu Kake pour se conformer au courant du Recours à l’authenticité, prôné par le Président Mobutu à partir des années 70, peut être considérée comme la première revue de BD locale à connaître un succès énorme. Elle était diffusée sur toute l’étendue de la République et dans certains pays limitrophes. De tous les personnages lancés par cette revue, seul Apolosa est, à notre avis, resté célèbre, ce policier dont les aventures picaresques incarnent merveilleusement l’humour congolais.
A Lubumbashi, il y a eu Alama qui n’a connu qu’un seul et unique numéro (1984). Alama Revue zaïroise de Bandes dessinées, regorgeait d’artistes et scénaristes de qualité comme Nkomby Gokk, Mutonji wa Mutonji Keta, Mukiny Nkemba, Tshitadi Miji, Kanyimbo Kalend, Kainda Kalenga, Ingure Gingwe, Bisanga Moket, Mulanda Diangala, Kipili wa Kipili et Bongo Liz à titre de dessinateurs. Et comme scénaristes Kyungu Mwana Banza, Ilunga Nkulu, Musangu Mutambay, Luwale Mwashi, Kayembe Kibambe Lele et Katumbe Manyonga. Toujours à Lubumbashi même, il faut noter aussi la publication, dans Mwana Shaba, Journal de la Gécamines, d’un supplément Mwana Shaba Junior (Magazine des jeunes de la G.C.M.) d’une planche intitulée Mayele et Mafuta, sur textes et dessins de Mukiny Nkemba dont on avait apprécié les talents dans Alama. A signaler également Les gens de Zoba sur scénario et dessin de B.L. Mazaza. Il s’agit d’une planche publiée dans chaque numéro et dont l’objectif est d’apprendre aux lecteurs certaines vertus de la vie : une BD constructive de type éducatif.
En 1985, Mongo Sisé lance BédéAfrique, Magazine panafricain de la bande dessinée. Mongo Sisé et ses collaborateurs ouvrent ainsi une école de la BD se caractérisant par la variation des genres et des publics. On y découvre des dessinateurs comme Mongo Sisé, Ababa Mongangundu et Moma Banza. Mais comme d’autres magazines, BédéAfrique a rejoint ses aînés au monde des ancêtres.
Les années 90 verront naître Afro-BD et Evasions. Afro-BD est l’oeuvre de l’ACRIA, une publication mensuelle lancée en 1990. L’ACRIA est une association de dessinateurs, regroupés autour de Barly Baruti et installés à Kinshasa. L’ACRIA a organisé et continue à organiser des sessions d’initiation à l’art graphique, des concours de BD. Elle a organisé le premier Salon africain de la Bande dessinée et de la Lecture pour la Jeunesse, du 5 au 12 août 1995, qui a connu la participation des artistes tant occidentaux qu’Africains et du 19-26 août 1999 le deuxième. Avec Afro-BD, on voit s’éclore d’autres talents comme Masioni Pat, Thembo Kashauri et Makonga ; et d’autres personnages dont Tanuro, l’étudiant de l’Université d’Afrique de Makonga, Mashaka de Thémbo et Zenda de Masioni Pat.
Evasions est un mensuel de BD, publié en 1991 par le Groupe de presse « Le Manager ». Avec Evasions, nous découvrons les artistes comme R. Beley, Luba Ntontila et Fifi Mukuna. Cette dernière est la première femme congolaise dessinatrice de la BD et créatrice de deux personnages : Keny la gendarmette et Mounia. Deux autres magazines circulent actuellement à Kinshasa, à savoir Bleu Blanc et Lisese. Bleu Blanc, le mini magazine de l’Ecolier modèle, a pour public-cible les élèves de primaire et de secondaire auquel il propose une distraction saine et une bonne humeur. S’y expriment les talents comme Kizito Muanda, Al Mata, E. Salla, fifi Mukuna, etc. Outre les BD, Bleu Blanc offre à ses jeunes lecteurs des brefs articles sur l’hygiène, le savoir vivre, la science et les jeux, etc., ce qu’ils peuvent apprendre en jouant. Vient de voir jour Lisese, périodique de BD pour les jeunes de l’an 2000 où s’expriment des jeunes talents comme Mombili, Nagib, J.-B. Fao Kitisa, Ben Kuyena, etc. Outre la BD, le magazine fournit à ses lecteurs des informations scientifiques et des jeux.
La RDC a connu d’autres magazines et revues de la BD qui, selon nous, n’ont pas encore égalé le succès récolté par Kake : Yaya, Disco-magazine, Bilenge.
Outre les revues et magazines dont l’objet principal est la BD, il y a eu à Kinshasa la publication dans Zaïre Hebdo d’une rubrique « Notre Feuilleton ». C’est dans celle-ci que Mongo Sisé à publié Les aventures de Mata Mata et Pili Pili. Première tentative du lancement de la bande dessinée dans la presse locale, Mata Mata et Pili Pili sont des personnages qui incarnent, pour la BD, une production purement africaine. Ont été publiés : « Le chèque » (4 septembre 1972 - 29 janvier 1973), « La médaille d’or » (7 janvier - 23 septembre 1974) et « La poudre de chasse » (21 juillet - 8 décembre 1975). Chaque semaine, les abonnés et les lecteurs de l’hebdomadaire lisaient les deux planches des Aventures de Mata Mata et Pili Pili dont les traits n’étaient pas encore très raffinés par rapport aux titres qui ont paru après sous forme d’albums (« Le boy » par exemple).
Ces dessinateurs réalisent différents genres de BD : fictions réalistes ou humoristiques (comique), les contes et récits oraux, la biographie, la BD didactique, la BD historique, la BD religieuse (biblique, hagiographique et biographique).

2. La BD populaire

La décennie 90 a vu paraître, à côté de grands magazines de BD, une autre forme de la BD congolaise, communément appelée BD populaire. Il s’agit des petites revues très modestes publiées en lingala, diffusées au coin des rues, aux environs de marchés, étalées à même le sol, mais qui attirent les passants. Cette production ne se trouve pas dans les rayons de MédiaPaul ni d’Afrique Editions.
C’est dans cette catégorie que l’on classe : Mangenda, Matchatcha, Junior, SuperKabos, Mfumu’Eto, Chic Chic, etc. Avec des auteurs comme Mfumu’Eto, Jérémie Nsingi-Zimpesa, Abdon Bamune, Florent Aundu Kiala, etc.
D’après Sébastien Langevin, cette BD se caractérise par un dessin « rapidement jeté sur du papier de mauvaise qualité, des visions quasi mystiques qui mettent en scène des personnages familiers issus de la politique locale, du monde du spectacle ou de la rue kinoise… » . On peut dégager de ces considérations les caractéristiques de cette BD, nouveau modèle :

- Elle est produite en dehors du circuit officiel de la production : C’est un auteur unique qui dessine et écrit ses périodiques ; c’est lui seul qui s’occupe de la diffusion et de la vente ;

- Elle est à bon marché et réalisée sur du papier de qualité médiocre, de format A5 et distribuée dans l’informel.

- Elle se veut une BD de la proximité, c’est-à-dire celle qui reprend des scènes ou faits de la vie quotidienne et reflète ainsi la réalité vécue de la société kinoise.

- Elle se veut aussi une voix de la rue que l’on écoute dans les bus et taxis bus, dans les terrasses (nganda ou maquis), dans les lieux de travail ou dans les foyers, au marché, dans n’importe quel lieu où deux ou plusieurs personnes se rencontrent ;

- Elle est l’équivalent de la radio trottoir ;

- Elle utilise le rire pour critiquer, montrer, démasquer les comportements négatifs de la société, d’un côté et amuser et divertir de l’autre. Le rire est l’un des recours qui restent aux peuples pauvres pour montrer leur insatisfaction, pour contester l’état des choses et détruire le discours du pouvoir.

- Elle fait également usage de l’ironie à laquelle tous les peuples, exploités et dépendants, recourent pour éduquer, induire à la réflexion et à la prise de conscience ;

La BD populaire exploite globalement les thèmes bien de chez-nous, avec un humour bien kinois : les faits sociaux, les phénomènes de société, les musiciens et leurs rivalités, la situation politique du pays, les crises morales et politiques, la fuite et la chute du maréchal Mobutu, la religion et les croyances populaires. Pour Mobutu, Mfumu’Eto le voyait déjà en enfer en train de tourner d’autres aventures. D’où les tires comme : Satan aboyi Mobutu, Mobutu a ceinter mwasi na 2ème monde, Mobutu alingi asala Satan coup d’état, Ba Mama ya Typ-Ka batumbi Mobutu na 2ème monde, Ange na Satan baweli nzoto ya Mobutu...
Chaque auteur utilise le discours populaire soit en le transcrivant tel qu’il apparaît dans la réalité, soit en modifiant une partie de ses éléments pour produire un effet différent, soit en prenant ses modèles pour construire, par dessus ceux-ci, de nouveaux mots ou expressions. C’est à travers ce discours que la population de Kinshasa exprime ses problèmes, ses contradictions, ses joies et ses manières de vivre et d’être :
Par rapport à la peinture populaire dont on dit souvent qu’elle ne respecte pas les normes picturales académiques, la BD populaire, outre la qualité du papier et le circuit de la production, respecte le langage de la BD : planche, strips, cases (textes en bulles, récitatifs et en liberté). Mais, c’est au niveau de dispositifs narratifs et énonciatifs qu’apparaît la différence et cela dépend d’un auteur à un autre.

3. Les auteurs

Ces revues et magazines ont permis aux Congolais de découvrir des dessinateurs et scénaristes de talent, notamment : Boyau, Mongo Sissé, Barly Baruti, Tchibemba Ngandu, Assimba Bathy, Lepa Mabila Saye, Chéri Samba, Djimba Djeis, Sima Lukombo, Inampunde, Thembo, Makonga, Pat Masioni, Fifi Mukuna, Luya, Badika Nzila, Luba Ntontila,Mfumu’Eto, Banza Kibangu Waderi, Eric Salla, Fao Kitsa, Kojele Makani.
Certains de ces auteurs travaillent encore au Congo et d’autres, confrontés aux problèmes d’édition, de diffusion et de formation, ont préféré immigrer et continuent à travailler pour la promotion de la BD congolaise en participant aux différentes manifestations internationales . Pour mieux promouvoir la BD, certains bédéistes, bédéphiles ou bédélogues se sont regroupés dans des associations ayant comme objectif principal la promotion de la BD sous toutes ses formes, afin d’assurer l’épanouissement culturel, social et intellectuel des jeunes, et d’initier des ateliers pour leur apprendre les techniques et le langage de la BD. Il s’agit : de l’Atelier de la création, recherche et initiation à l’art (ACRIA), de Bulles et Plumes et de Fesbdap (Festival de BD et des arts populaires). Elles organisent et participent aux différentes tant nationales qu’internationales, notamment à Angoulême, à Grenoble, (Mfumueto y a participé cette année).

4. Maisons d’édition

En Afrique, le problème de l’édition se pose de la même façon pour tous. Les éditions spécialisées dans la B.D. n’existent pas. Quelques-unes, implantées en Europe ou en Afrique, se sont lancées dans l’aventure éditoriale, en publiant ponctuellement un ou plusieurs albums. Il s’agit de L’Harmattan (Paris), Segedo (Paris), Eur-af Editions (Ecaussines/Belgique), Editions Clé (Yaoundé), Nouvelles Editions Africaines (Dakar, Lomé) Nouvelles Editions Ivoiriennes (Abidjan), Médiaspaul (Kinshasa), Acrep Editions (Kinshasa), Achka (Libreville), Horaka (Antananarivo), Sogedit (Dakar), Archevêché de Bangui, etc.
Ces maisons, sans être spécialistes dans ce domaine, ont, mutatis mutandis, contribué à la diffusion de la B.D. africaine. Mais les difficultés financières et la mauvaise diffusion ont fait que de nombreux talents restent inconnus. Les structures économiques, politiques et culturelles n’apportent par leur soutien de manière permanente et efficace . Ainsi, les talents africains, confrontés aux problèmes d’édition, de diffusion et de formation cherchent à immigrer ou sombrent dans l’anonymat. A titre indicatif : Alix Fuilu, Serge Diantantu, Tshitshi Tshisuaka, Eric Salla, Fifi Mukuna, Pat Masioni, Makonga, etc.
C’est l’un des objectifs de cette journée de réflexions sur la BD populaire : sortir de l’anonymat nombreux des talents congolais en leur accordant un espace d’expression. BD classique ou populaire, tout le monde est confronté aux mêmes difficultés : édition, diffusion.

En guise de conclusion

Voici brièvement présentée l’histoire de la BD congolaise, ses auteurs et surtout son contexte d’émergence. Et comme nous l’avons souligné ci-dessus, personne ne peut plus douter de son existence. Elle existe, elle se vend et se lit. Mais elle est soumise à plusieurs contraintes dues au marché de la BD.
D’où, elle doit, si elle veut perdurer, prendre en compte des problèmes de l’édition, de la formation des artistes, du scénario et surtout de "l’amateurisme de ceux qui oeuvrent dans la création, la production, la commercialisation (diffusion et distribution (…)" de la bande dessinée. Pour assurer sa totale émergence et s’insérer dans le champ mondial, la BD congolaise doit sortir de sa logique de l’art pour l’art pour embrasser celle du marché, de l’industrie, c’est-à-dire qu’elle doit se vendre, s’exporter, être compétitive et devenir un média de masse.
Quant à la BD dite populaire, elle demeure une BD comme toutes les autres quant au respect de langage classique de BD. Elle a son public, son réseau de distribution et ses thèmes. Elle mérite d’être produite et distribuée. Quelques questions pour terminer : faut-il que la BD populaire congolaise garde son format actuel (A5), doit-elle améliorer la qualité du papier et changer de circuit de distribution ?



Pour en savoir plus :

a. Articles

- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « La bande dessinée africaine : historique, éditeurs et typologie », in Pistes Africaines (Gembloux), Vol. 1, n° 2, 1990, p. 193 – 206 ;
- MBIYE LUMBALA, Hilaire« L ‘espace interpersonnel dans la bande dessinée africaine », in Pistes Africaines (Gembloux), vol. 2, n° 1, 1991, p. 45 – 63 ;
- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « Premier Salon africain de la bande dessinée », in Coccinelle (Bruxelles), n° 33, 1991 ;
- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « La bande dessinée chrétienne africaine », in Eglise et Mission (Bruxelles) n° 264, déc. 1991 – fév. 1992, p. 11-19 ;
- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « Bande dessinée Chrétienne en Afrique. Chances ou risques pour l’évangélisation », in Revue Africaine de Théologie (Kinshasa) vol. 20, n° 39, 1996, p. 107 – 121 ;
- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « Zoba Moke. Une bande dessinée éducative et critique », in Médiaforum (Aachen), n° 2, 2000, p. 5-7 ;
- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « Etat des lieux de la bande dessinée africaine », in Africultures (Paris), n°32, 2000 ;
- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « Emergence de la bande dessinée africaine », in Notre Librairie (Paris), n° 145, 2001, p. 34 – 39 ;
- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « Linguaggio per tutti” », in Nigrizia (Verone), n° , 2002, p. 41 – 45 ;
- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « Les genres de la bande dessinée africaine. Essai de typologie thématique », in Bande dessinée africaine. Son discours et ses problèmes. Actes de colloque de Kinshasa (20 – 23 septembre 2000) (sous presse).
- MBIYE LUMBALA, Hilaire, « Les croyances religieuses dans la bande dessinée africaine. Conflits ou métissage ? », in Bande dessinée africaine. Son discours et ses problèmes. Actes de colloque de Kinshasa (20 – 23 septembre 2000) (sous presse)


b. Dossiers

- Vivant univers (Namur), n° 367, 1987 ;
- Défis Sud (Bruxelles), n°, 42, 2000 ;
- Africultures (Paris), n° 32, 2000 ;
- Notre Librairie (Paris), n° 145, 2001 ;
- Nigrizia (Verone), n° 2, 2002

_________________
Les Vrais savent. Préviens les autres...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hwenuzu
Grioonaute 1


Inscrit le: 12 Oct 2007
Messages: 246

MessagePosté le: Ven 09 Nov 2007 04:14    Sujet du message: Re: Kamerun represents!! Répondre en citant

Farao a écrit:


BIBI BENZENE



Bibi Benzene (Biba Jacques de son vrai nom) est étudiant en faculté de droit à l’université de Douala où il publie le journal satirique Caricaturas dont il est principal caricaturiste. Il donne également des cours d’initiation à la bande dessinée au Bonapriso Center for the Art. Bibi bénéficie d’autre part d’une petite expérience dans la presse où il a dessiné pendant quelques mois pour le Mami Wata de La Nouvelle Expression.
Email : bibibenzo@yahoo.fr




Interessant!!! Wink Wink Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
hwenuzu
Grioonaute 1


Inscrit le: 12 Oct 2007
Messages: 246

MessagePosté le: Ven 09 Nov 2007 04:18    Sujet du message: Répondre en citant

Un site à consommer sans modération!!!

http://www.africomics.com/

Sinon j'ai aussi découvert ce site sur des auteurs de science- fiction.

http://www.afrofuturism.net/text/archive.html
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
hwenuzu
Grioonaute 1


Inscrit le: 12 Oct 2007
Messages: 246

MessagePosté le: Ven 09 Nov 2007 05:22    Sujet du message: Re: Pandora Comics Répondre en citant

Farao a écrit:
Pandora Comics!
http://www.pandoracomics.com/home.asp



We are a new comic book publishing concern based in Lagos, Nigeria. We draw inspiration from our local surroundings but present our comics with broad international appeal.



Our comic titles cover different genres from action to comedy. More titles are coming soon. Below are our flagship titles in the Padora's box, watch out for more...









Aisha is the perfect human chameleon trained by the Crosse Corporation as a one-woman fighting army. Her job is to fight criminals that have become far too clever to be caught by the normal reach of the law. Aisha seeks justice, and with training in martial arts weaponry, guile that will make a man blush this female bombshell never fails!

Captain Goke Ademola
The Bureau of Military Intelligence has one spy they call when things get tough. You just met him.

Ismail Omar
Mr. Omar doesn’t want too much from life: a little bomb explosion here, a little blood spilled there, and his days work as one of the leaders of the terrorist Shadrach Network is done. But who will be able to stop him?







Bolanle Badmus
Life can be tough when you’re married. Add to that the burning desire to fight for the oppressed as part of your job as a Captain in the Nigerian Army and it becomes twice as difficult. Captain Badmus has the strength of character to win and the heart to know how devastating it feels to lose.

Lieutenant Bala ‘The Rock’ Danjuma
The good captains second in command, he is her self appointed guardian.

Tolu Badmus
The Captain's husband may never come to terms with his wife's career. At least his mistress will keep him feeling like a man.

Nkechi
Tolu Badmus has a lover, a mistress who will do anything to keep him.







S.I.E.G.E. is archetype body armour that turns it’s users into one man fighting machines, a self-upgrading nano computer with the added advantage of the ability to think and the State Intelligence Bureau and it’s current recipient Captain Emeka Ezigbo wouldn’t have it any other way.

Dr. Dokwa
The good doctor designed and built S.I.E.G.E but the government has taken over control of his project.

Commissioner Chidubem Okoro
If ever there was a man that believed in the S.I.E.G.E. project then it is Commissioner Okoro. This mans faith is unshakeable.

A.I.G. Nwafor
Beware the director. The State Intelligence Bureaus top man is use to getting what he wants. Exactly what he wants! You would do well not to get in his way.


HAAAAAAAAAAhhhh ça me plaît ça, ça va chauffer!!! Il faut absolument que je l'achète.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
hwenuzu
Grioonaute 1


Inscrit le: 12 Oct 2007
Messages: 246

MessagePosté le: Ven 09 Nov 2007 05:26    Sujet du message: Re: Vers une vraie BD africaine? Répondre en citant

Farao a écrit:
ici_ailleurs a écrit:
(...)Il ne faut pas oublier cette BD :

PRIX DU PREMIER ALBUM au dernier festival d'Angoulême de la BD
« Aya de Yopougon tome 1 », de Clément OUBRERIE et Marguerite ABOUET, chez Gallimard

(...)



Non non, je n'ai pas oublié. Tu m'as seulement pris de vitesse.
Mon stock de liens n'est pas encore épuisé.


toolazy a écrit:
(...)Embarassed j'avoue je suis accro au manga (...)


Bienvenue au club. (Et ne rougis pas comme ça, c'est pas une maladie honteuse...)

Le manga devrait inspirer les auteurs africains à plus d'un titre, car sa spécificité et sa force, il les tire de la culture nippone. Il n'est pas anodin qu'on parle de "manga" et non de "bande dessinée japonaise" (ou de "comics" au lieu de "bande dessinée étasunienne").

Chez nous la BD se cherche, et c'est normal puisqu'elle n'en est encore qu'à ses débuts. Il ne faut pas s'étonner d'y trouver encore des clones de comics US, des émules de la BD européenne ou des apprentis mangakas.

Espérons voir bientôt émerger une scène locale avec une identité propre et des réseaux de distribution en adéquation avec nos réalités socio-économiques, qui permettront aux auteurs de vivre de leur art.

Je suis assez optimiste.



Tout à fait d'accord!!! Un optimiste de d'acier!!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Culture & Arts Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Page 2 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group