Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 18 Septembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesMondeArticle
France : L’honneur perdu du 'French Doctor' Bernard Kouchner
23/08/2007
 

Un journal burkinabé estime que Kouchner s'est assis sur ses convictions
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
© cnn  

Jadis enfant préféré de la galaxie mitterandienne pour ses engagements et ses prises de position chevaleresques, Bernard Kouchner, surnommé le « French Doctor » est en passe de perdre l’aura qu’il avait au niveau des déshérités de la terre et ce depuis son acceptation du poste de ministre des Affaires étrangères du gouvernement Fillon. Son récent séjour en Irak est la preuve que le « médecin des pauvres » s’est assis sur ses belles convictions.

François Mitterand a dû se retourner dans sa tombe et esquisser un sourire narquois dont lui seul avait le secret, à l’annonce de la visite de Bernard Kouchner en Irak. Bien sûr, à l’heure où il est de plus en plus question de trouver une solution négociée à la crise irakienne, les analystes ne pouvaient que se féliciter de cette initiative qui visait à ajouter de la terre à la terre sur le difficile chemin de la paix en Irak.

Mais, le moment et surtout le « missi dominici » choisi pour ce faire incite à quelques réflexions sur l’immoralité de la politique, domaine où les intérêts priment sur tout, la phraséologie « révolutionnaire » étant utilisée de manière circonstancielle, juste pour émouvoir les bonnes âmes et les crédules. Sur le premier point, la visite de Kouchner en Irak apparaissait inopportune au moment où le chaos et la désolation avancée dans ce pays, incitaient plus à une concertation plus élargie (au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU par exemple) plutôt qu’à ce voyage dont on ne perçoit pas quels effets bénéfiques il pourrait avoir sur la crise irakienne.

 Publicité 
 
Bernard Kouchner en Irak  
Bernard Kouchner en Irak
© lefaso.net
 

C’est en effet un truisme d’affirmer que Moscou pas plus que Pékin ne partagent actuellement, la démarche américaine pour crever l’abcès irakien. Alors qu’il paraît évident que la solution militaire a montré ses limites objectives, George Bush a, au cours du trimestre écoulé et en vertu des pouvoirs exorbitants qui lui ont été conférés par le Congrès américain au début de la guerre, opté de renforcer les effectifs militaires américains en Irak. Au grand dam du contribuable américain qui commence à ressentir douloureusement la facture de la guerre et surtout des « boys » de l’US-Army qui se font trucider à qui mieux mieux dans les banlieues de Bagdad.

Avec l’étirement du front au Pakistan et en Afghanistan (les talibans s’y réorganisent progressivement) le tout-militaire traduit le désarroi des « néo-cons », théoriciens du remodelage du Moyen-Orient et qui se rendent à l’évidence qu’on ne refait pas l’histoire des peuples contre leur gré. Enlisement de la crise irakienne, oppositions des vues entre diplomaties des grandes puissances, cette démarche solitaire de la France vient compliquer un peu plus la donne irakienne. Une démarche d’autant plus inopportune et condamnable, qu’elle est menée par un homme, Bernard Kouchner qui nous avait habitués à des combats plus nobles.

L’image que l’on garde de ce « soldat » du socialisme militant est celle où sac de riz au dos, il débarquait sur les côtes somaliennes, ravagées par la guerre, pour apporter soutien et réconfort aux sinistrés. Plus loin, c’est tout de même Kouchner qui a porté sur les fonts baptismaux, « Médecins sans frontières », sorte d’organisation caritative dont la dénomination à elle seule est tout un symbole.


Pas d’intérêts, pas d’action
Bernard Kouchner déchargeant des sacs de riz en Somalie en 1992  
Bernard Kouchner déchargeant des sacs de riz en Somalie en 1992
 

A l’analyse de son engagement actuel, on perçoit que toutes ces belles actions du « French Doctor » s’inscrivaient dans une logique universelle : défendre ses intérêts d’abord et ceux de la France ensuite. En s’engageant en effet de façon si spectaculaire et on optant pour la rupture avec le politiquement correct, Bernard Kouchner a été payé au centuple de ses efforts. D’abord secrétaire d’Etat dans l’un des gouvernements de François Mitterand, il gravira tous les échelons pour devenir ministre « plein » et jouer avec Jack Lang, les aiguilleurs de conscience du mitterandisme.

C’était l’époque « bénie » des thèses libres sur la nouvelle coopération avec l’Afrique, des thèses qui resteront juste au niveau de l’intention, la vieille structure néo-coloniale étant en place jusqu’à nos jours. Kouchner a, en tous les cas, surfé sur cette vague populiste et, à l’avènement de Nicolas Sarkozy, autre théoricien de l’abstrait en matière de coopération « débarrassée de tout paternalisme » les deux « esprits » ne pouvaient que se rejoindre « pour mieux nous entuber » (dixit Alpha Blondy).

L’escapade de Kouchner prouve aussi qu’il est bien un produit de l’establishment français qui ne recule devant rien quand les intérêts du pays sont en jeu. La France a en effet beaucoup perdu avec la diplomatie anti-mondialiste développée par le couple Chirac-De Villepin et dont le point culminant aura été le refus de participer à la croisade contre l’Irak en février 2003. En retour, Bush a fermé le « robinet » irakien, en mettant à mal ses intérêts pétroliers dans ce pays.

 
 

Et, comme la vengeance est un plat qui se mange froid, il a complété la punition par des mesures de rétorsion économique (politique du dollar faible, contingentement des produits français) qui ont sinistré davantage une économie française déjà exsangue par son insertion mécanique dans la mondialisation qui s’est traduite par une concurrence féroce que les autres puissances lui livraient dans son pré-carré de jadis. Nicolas Sarkozy n’avait pas fait mystère de son désir de renouer les fils atlantistes, lui qui s’était déjà rendu aux USA en novembre 2006 pour faire allégeance au maître du monde.

En envoyant son « commis-voyageur » en Irak (après la Somalie) Sarkozy donne encore plus des gages de bonne foi à l’ogre américain pour l’amadouer et l’amener à lâcher une part du gâteau. C’est de bonne guerre somme toute, et, on n’en aurait pas fait tout un plat, si cette offensive de charme n’était pas menée par un homme qui tout le long de sa vie a défendu des principes contraires.

Bien sûr, il évoque la « solidarité » avec le peuple irakien, mais, le morceau est trop gros pour être avalé, la voie idoine pour exprimer cette solidarité, restant le Conseil de sécurité de l’ONU. Kouchner a brisé le rêve et, dans son for intérieur il doit se dire que même en dînant avec une longue cuillère avec le diable, on ne peut éviter les éclaboussures. Que c’est loin, mai 68.


Boubakar SY

Sidwaya


www.lefaso.net

       
Mots-clés
france   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 Côte d'Ivoire : hervé Renard désigné sélectionneur
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Senegal      Togo      Tyra Banks     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version