Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Samedi 21 Octobre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesAfriqueArticle
Hadja Rabiatou Diallo : la femme qui a fait plier Lansana Conté
23/11/2007
 

En arrêt depuis de longs mois, la Guinée se remet à espérer avec un nouveau Premier ministre. A la tête des manifestations sanglantes qui ont fait plier l’ombrageux Lansana Conté, une femme, Hadja Rabiatou Diallo.
 
Par Les Afriques
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

Les violentes manifestations qui ont embrasé la Guinée au début de l’année et la sanglante répression qui s’en est suivie ont laissé le nom d’une femme en lettres éclatantes sur cette page sombre de l’histoire politique et sociale de la Guinée : Hadja Rabiatou Diallo. A la tête de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (Cntg), elle a mené la contestation au prix du sang. Elle a également dirigé la délégation syndicale aux négociations avec le pouvoir. Avec une détermination que ne laisse pas paraître le sourire énigmatique qu’elle porte en permanence, elle a fait plier le général président Lansana Conté.

 Publicité 
 
Comme dans une salade
Hadja Rabiatou Diallo  
Hadja Rabiatou Diallo
 

Hadja Rabiatou Séra Diallo aura bientôt 58 ans. Elle a vu le jour le 31 décembre 1949 à Mamou, situé à près de 300 km de Conakry - où, selon l’égérie du mouvement syndical et social guinéen, « on trouve tout, comme dans une salade » : des Soussous, des Malinkés, des Forestiers et naturellement des Peuls. La vie de Rabiatou Diallo n’a été qu’une succession vertigineuse d’évènements tous aussi exceptionnels les uns que les autres. Une vie de combat, donc de profondes blessures.

Lors des manifestations des mois de janvier et de février contre la vie chère, la corruption et la mauvaise gestion du régime du président Lansana Conté – qui ont coûté la vie à plus de 120 personnes – elle est blessée par balle. L’annonce par erreur de sa mort plonge l’une de ses demi-sœurs dans le coma. Celle-ci ne s’en relèvera jamais. Hadja Rabiatou ne peut même pas assister aux obsèques parce qu’au même moment, elle doit participer aux négociations avec le pouvoir. Aujourd’hui, elle s’occupe des enfants de sa demi-sœur et des sept siens. Leur scolarité a été perturbée par les évènements, mais le soutien de ses enfants ne lui a jamais manqué. « Ils comprennent qu’il faut m’appuyer » dit-elle. De son défunt mari, elle loue sa « flexibilité, son aide et son amour »

La bravade de Sekou Touré

Issue d’une famille polygame mais soudée, la secrétaire générale de la Cntg, fille unique, avoue un attachement indéfectible à sa famille. Ses parents se sont séparés alors qu’elle n’a que 2 ans. Pourtant sous la garde de son père, elle rejoint sa mère à Conakry à l’âge de 7 ans pour les vacances. Elle ne la quittera plus. Jeune élève, elle assiste à bonne distance à l’échange épique entre le général de Gaulle et Ahmed Sékou Touré sur l’indépendance de la Guinée.

Malgré son jeune âge, elle se souvient avoir ressenti un vrai bonheur à l’idée de goûter à la liberté. Un brin taquine, elle agace ses camarades de classe françaises, moins enthousiastes de la bravade de Sékou Touré. D’ailleurs, elle sera l’une des secrétaires du premier président guinéen, « mais pas sa secrétaire particulière » s’empresse-t-elle d’ajouter. Elle lui reconnaît volontiers d’avoir été « un homme intègre qui aimait appuyer les femmes et les jeunes ».

Secrétaire de Diallo Telli

Elle sera également l’une des secrétaires du ministre Diallo Telli, l’ancien secrétaire général de l’Organisation de l’Unité africaine, qui mourra plus tard dans les geôles du sinistre camp Boiro. Un homme intègre et travailleur. « Quand je pense à lui, je pleure dans mon cœur ».

Au contact de ces deux hommes, Rabiatou Diallo avoue avoir beaucoup appris, mais elle s’excuse presque : « Quand j’étais secrétaire, j’étais très mal à l’aise ». Outre le fait que « le patron » ne souffrait pas la contradiction, Rabiatou s’accommodait mal du diktat des responsables et de l’exigence de soumission attachée à son poste. Pourtant, précise-t-elle : « je n’ai honnêtement pas eu de tracasseries pendant la 1ère République, en tout cas pas autant qu’avec le régime actuel ». C’est qu’à cette époque, la centrale qu’elle dirige aujourd’hui était intégrée dans le parti-Etat. Pour cette raison, la Cntg pesait véritablement de tout son poids dans les comités de gestion des entreprises publiques.

Un jour, toutefois, elle a une altercation avec un chef de cabinet d’un ministère. Mise à pied pour 15 jours, elle frappe à toutes les portes pour être réintégrée. Sitôt sa place reprise, elle entreprend des démarches pour être affectée à un autre corps de la fonction publique. Ce sera celui des secrétaires des greffes et parquets. Elle est rétrogradée de la classe C à la classe D. Qu’à cela ne tienne, pourvu qu’elle quitte le corps des secrétaires

Un exutoire

Puis de concours en nominations exceptionnelles, elle devient tour à tour greffière puis magistrate, notamment à Kankan. C’est là, sous l’impulsion de Djedoua Diabaté – qui sera plus tard ministre du général Lansana Conté après avoir connu les affres du Camp Boiro – qu’elle s’engage dans le syndicalisme. Plus qu’un engagement, un exutoire pour cette femme récalcitrante et avide de justice. Quand le général Lansana Conté se rend à la sûreté nationale pour libérer son « ami » homme d’affaires Mamadou Sylla, c’en est trop pour cette femme déjà excédée par les souffrances du peuple guinéen, les scandaleuses pénuries d’eau dans « le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest » et la cherté de la vie.

Déjà dans sa prime jeunesse, elle aimait assumer des responsabilités et imposer son caractère fort trempé. Elle confesse dans un rire malicieux : « J’étais très bouillante et j’aimais me battre ». Pas étonnant, alors, qu’elle soit régulièrement nommée chef de classe. Plus tard elle sera responsable des jeunes, responsable des femmes, secrétaire générale du comité d’arrondissement des travailleurs de Kankan. Puis la consécration en 2000. Elle est depuis cette date, la seule femme élue à la tête d’une centrale syndicale en Afrique.


Pour Rabiatou Diallo : « il faut que les femmes comprennent qu’elles doivent s’engager dans les syndicats car c’est là qu’elles pourront faire valoir leurs revendications. Et puis elles réfléchissent mieux et gèrent mieux que les hommes qui ont tendance, même si cela n’est pas méchant, à les reléguer au second plan ».
Très modeste, elle n’en assume pas moins son statut de modèle pour les femmes. « Pas seulement pour les femmes en Afrique, mais dans le monde entier » précise-elle. Pour preuve, elle rappelle sa nomination comme « femme du monde » en 2006 par une organisation néerlandaise de travailleurs, Snvi. En 1998, une organisation américaine la classait également parmi les 100 femmes héroïnes du monde pour la défense des femmes.


Souleymane Niang

www.lesafriques.com






       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Guinée : Lansana Kouyaté, le "messie" crucifié
  Le destin brillant et tragique de Diallo Telli (1925-1977)
 
Mots-clés
guinee conakry   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 2 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Niger      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version