Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 15 Décembre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesCultureArticle
Fréderic Chambon : ''Le budget du festival Gorée Diaspora se situe entre 70 et 90 mille euros''
05/12/2007
 

Exils et Mémoires. Une réflexion au cœur des rencontres cinématographiques du Festival Gorée diaspora organisé par l’Ambassade de France au Sénégal et Radio France International, ont eu lieu du 15 au 18 novembre 2007, sur l’île de Gorée. Durant quatre jours, cinéastes, comédiens et jeunes réalisateurs africains ont échangé autour d’une dizaine de films traitant de thèmes relatifs à l’immigration, l’identité et l’exil.
 
Par Bineta Diagne
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

Le festival Gorée diaspora a pour thème : « Exil et mémoire », pourquoi ce choix ?

"Exil et mémoire" pour deux raisons principales. La première, c’est qu’on s’inscrit dans le cadre du Gorée diaspora festival dont le thème général est : la diaspora. La deuxième raison c’est que tous ces thèmes, l’exil, la mémoire, la diaspora, l’émigration et l’identité sont d’actualité et font l’objet de débat. C’est le cas ici au Sénégal avec la question de l’émigration clandestine, qui est un thème très présent en Afrique, comme en France.

C’est donc un thème universel, c’est ce qu’on a voulu dire à travers ces films. Toutes ces thématiques existent en Afrique mais aussi partout dans le monde, avec la mondialisation. C’est pour cela qu’on a un film turc qui nous parle de la condition des turques en Allemagne (« De l’autre côté » de Fatih Akin), celui d’une exilée iranienne, Marjane Satrapi, qui nous raconte son parcours de jeune exilée iranienne. On a aussi un film brésilien...Et cela se voit à travers les débats que ces thèmes intéressent tout le monde.

 Publicité 
 
 
 

Sur quoi vous vous êtes basé pour faire le choix de ces films ?

L’idée de la programmation c’était d’avoir des films qui ont comme point commun de dire les choses sur l’exil, l’immigration, l’identité...et ce, quelque soit la manière, c’est-à-dire que ce soit de la comédie ou un film plus "sérieux". L’essentiel c’est que le film s’inscrit dans le cadre que je viens d’énoncer.

Ensuite, l’idée c’était d’avoir des films sénégalais comme on est au Sénégal, africains puisqu’on est en Afrique, et d’élargir aussi à d’autres horizons pour montrer l’universalité de ces thèmes. Le tout accompagné d’un panachage de films récents. On a présenté des films inédits. C’est le cas de "Persepolis", un film sorti en France cet été. Celui de "Retour à Gorée" avec Youssou Ndour qui n’a encore jamais été montré. A cela s’ajoutent des films qui ont marqué bien que n’étant pas récent : "Indigènes" pour la thématique des Tirailleurs sénégalais, ou encore "Little Sénégal", un film important par rapport à Gorée...

Peut-on savoir le coût global dégagé pour ce festival ?

De façon estimative, le budget dégagé pour ce festival se situe entre 70 et 90 mille Euros.


Et de manière générale, quel est le montant alloué cette année au Cinéma sénégalais ?

Il n’est pas possible de donner un montant global, parce qu’il y a plusieurs sources, directes ou indirectes. Notre démarche ne s’inscrit pas dans le schéma de l’aide financière massive. Tout d’abord, nous appuyons la formation. Il s’agit davantage d’une question d’expertise, d’une aide et d’un appui au bon endroit avec de bonnes personnes. Cette aide à la formation est surtout destinée aux jeunes pour qu’ils se perfectionnent, émergent et prennent le relais.

Nous les envoyons dans des écoles de formation en France pour des stages pratiques et professionnels. Nous avons un petit volet de bourse de stage qui est destiné à ça. Par ailleurs, nous proposons des formations sur place.

Et puis, depuis trois ans, nous avons mis en place un cycle de formation destiné à sept voire huit réalisateurs au maximum. Il s’agit de formations pratiques, élaborées sur-mesure et encadrées par des professionnels. Elle consistent souvent à tourner, à faire tourner et à produire des films.

 
 

C’est le cas des deux films présentés dans le cadre de rencontre jeunes talents à Gorée : "le revers de l’exil" Fabakary Coly et "entre mère et mer" de Moussa Seydy. Ces deux films sont financés par la coopération française. Ils ont été tournés par quatre jeunes réalisateurs sénégalais encadrés par Samba Felix Ndiaye. On est dans cet esprit-là pour la formation.

Ensuite il y a un volet aide aux festivals. L’Ambassade de France ou le ministère à Paris aide tous les festivals qui existent au Sénégal. Par exemple le festival Image et vie qui tient en juin. Celui du film de quartier en décembre.

Enfin, il y a l’aide à la diffusion et à la production qui concerne des projets de film africains ou sénégalais. Pour le Sénégal, ces quatre dernières années, une vingtaine de films ont été aidés à la production pour un montant global d’environ un million d’euros.


Cela fait beaucoup de projets. Nous sommes à la fin l’année, pouvez-vous dès à présent tirer un bilan des actions menées dans le cadre de la coopération française en matière d’appui cinématographique au Sénégal ?

Nous ne raisonnons pas de la sorte. Mais nous avons des satisfactions telles que ces rencontres de Gorée qui sont une première. Certaines séances ont fait le plein. Et puis, il y avait une belle rencontre avec Sotigui Kouyaté. A cela s’ajoute la présence d’une dizaine d’invités prestigieux, des acteurs, des réalisateurs importants du cinéma contemporain sénégalais. Il y avait une grosse affluence pour ces rendez-vous là. De même que l’ouverture au Palais du Gouverneur où 500 personnes ont fait face à l’écran. C’est rare au Sénégal. C’est pourquoi je considère que l’objectif est atteint. Pour la formation vous avez vu vous-même des films tournés dans le cadre de la formation, je pense que ça tenait la route.

Au sujet de l’appui aux jeunes réalisateurs, pouvez vous nous décliner les critères de sélection concernant la formation ? Qu’en est-il pour la production ?

Concernant la formation c’est simple. Nous sommes dans une logique d’aide aux jeunes générations émergentes ayant une facilité de tourner en numérique. En effet, l’arrivée du numérique a facilité l’accès au cinéma. Il est désormais possible faire un film avec une caméra Dv et un banc de montage numérique qui est un ordinateur et un logiciel. L’outil est accessible contrairement à l’époque où on utilisait uniquement le super 16 et le 35 millimètres. Mais en même temps c’est un danger car on perd en terme d’exigence de formation et de qualité.

 
 

Et çà c’est important de le dire. Je crois que les formations sont utiles et c’est dans ce sens qu’elles sont orientées. Les jeunes doivent s’inscrire dans cette démarche de qualité. Parce qu’il ne suffit pas simplement de s’armer de caméra Dv et d’aller prendre des images. Un film se construit, s’écrit, et se monte. Le montage, c’est aussi une écriture, une grammaire du cinéma qu’il faut maîtriser. Un film est une histoire qui se raconte. Il faut que les jeunes soient dans cette optique là, qu’ils aient déjà un pied dans le cinéma. On ne peut pas prendre des jeunes qui ne démarrent de rien. Il faut passer d’abord par une école. Nous sélectionnons des jeunes professionnels, des gens qui se sont déjà tracés une trajectoire. C’est les deux critères essentiels.

Vous pensez que la jeune génération est assez « osée » pour renouveler le répertoire de films sénégalais ?

Je les encourage à prendre des risques, à oser et à dire des choses intéressantes et nouvelles, et non à faire un film pour en faire. L’outil est accessible, avec le numérique il y a plein de sujets de société. Je parle du documentaire parce que la fiction est plus lourde, plus ambitieuse et plus complexe. Mais le documentaire est là pour traduire le réel, ce qui se passe autour de nous. Ils doivent nous dire des choses que nous n’avons pas encore vues et entendues. C’est cela aussi l’intérêt du cinéma : apporter quelque chose de nouveau sur la forme ou le fond. Et non faire un film pour dire ce qui a été déjà dit.

 
 

Concernant la fiction peut-on avoir votre point de vue sur la différence de la production entre les jeunes et les « anciennes » générations au Sénégal ?

Je n’ai pas de point de vue personnel. Mais je trouve qu’il y a des tendances qui émergent. Et pas forcément au Sénégal. Par exemple cette année au Fespaco, des films très intéressants ont été présentés. Ces films ont un véritable avenir commercial et sont susceptibles de trouver un public chez eux. C’est le cas de « Il va pleuvoir sur Conakry ».

Aujourd’hui, il n’existe presque plus de salle de cinéma au Sénégal. Qu’est-ce la coopération française a fait pour combler de vide ?

Il y a eu un projet assez lourd qui s’appelle « Africa cinéma » sur toute l’Afrique subsaharienne. Il était impulsé par le ministère des affaires étrangères, par la coopération française. Il consistait à encourager, aider financièrement la distribution des films et la projection en salle. Le projet vient d’être relancé, il a existé pendant trois à quatre ans. Nous avons fait un bilan et essayé de le réajuster. C’était très lourd et il n’y avait pas de dynamique réelle de diffusion et de distribution des films. C’est difficile de porter à bout des bras un système qui finalement n’existe pas. Malheureusement on ne peut pas le faire exister à nous tout seul. Nous avons rectifié un peu les choses sur un dispositif plus léger. "Africa Paradis" par exemple enchaîne une sortie commerciale au Sénégal qui est aidée par la coopération française.





















       
Mots-clés
afrique   diaspora africaine   gorée   guinee conakry   senegal   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 0 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Boxe      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version