Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mercredi 20 Août 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesAfriqueArticle
Togo : Comme le 15-Octobre au Burkina, un 13-Janvier à polémique
16/01/2008
 

Retour sur la commération du 13 janvier, une date anniversaire qui marque la prise de pouvoir d'Eyadema, mais aussi le 1er assassinat de chef d' Etat à la suite d'un coup d'Etat
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Sylvanus Olympio  
Sylvanus Olympio
 

Quatre ans après, jour pour jour, le 13 janvier 1967, il reprenait le pouvoir pour s’y installer pendant ... 38 longues années. L’histoire retiendra que le coup d’Etat du 13 janvier 1963 fut le 9e réussi en Afrique, mais le premier au cours duquel un chef d’Etat perdait la vie.

La mort du premier dirigeant togolais restera pendant longtemps sur le cœur du chef de l’Etat ivoirien Félix H.-Boigny (ami de Sylvanus), qui tiendra ainsi durant des années Eyadéma en aversion. Ironie de l’histoire, c’est pourtant le même Eyadéma qui sera l’un des derniers à s’entretenir avec Houphouët sur son lit de mort, en 1993.

Alors, que le timonier togolais ait célébré pendant des décennies l’anniversaire de sa prise du pouvoir par les armes, rien d’anormal, mais pourquoi viendrait-il à l’idée de son successeur de fils de perpétuer cette tradition ?

Une comparaison avec le Burkina ne serait pas superflue : le 15 octobre 2007, Blaise Compaoré fêtait "20 ans de renaissance démocratique". A l’opposé, les sankaristes commémoraient les 20 ans de la mort de Thomas Sankara. Une date, deux événements et une grande polémique.

 Publicité 
 
Gnassingbe Eyadema  
Gnassingbe Eyadema
© cnn.com
 

En effet, si pour les "Blaisistes" cet anniversaire se justifiait parce que cela faisait deux décennies que grâce à un homme, la démocratie a refait surface et s’est ancrée, pour les partisans du père de la Révolution burkinabè, il était indécent de célébrer de cette façon l’assassinat de leur idole.

Est-ce l’influence de son Pygmalion burkinabè qui a dicté cette conduite à Faure Gnassingbé, le jeune président togolais ? En tout cas ce 13 janvier 2008, c’est par une commémoration festive, au goût de certains, que le pouvoir en place à Lomé a marqué le 45e anniversaire de l’arrivée au pouvoir du chef de la fratrie Gnassingbé.

Défilé, fanfares, remise de 100 000 francs CFA à chaque militaire, discours pour magnifier ce que Eyadéma père a réalisé ont été au cœur de cet événement que le chef de l’Etat togolais a voulu justifier par une volonté d’unité entre tous les Togolais.

Il va sans dire que l’opposition, en particulier l’opposant n°1, Gilchrist Olympio, ne l’entend pas de cette oreille : ce 13 janvier 2008 marque les 45 ans de l’assassinat de son père Sylvanus, le dirigeant de la lutte pour la conquête de l’indépendance nationale, et premier président démocratiquement élu lors des élections du 9 avril 1961. Du reste, dans ce camp, ce sont des exposés, des conférences-débats, notamment sur "la vie et le combat de Sylvanus Olympio" qui ont été les principales activités de ce triste anniversaire.

Faure Gnassingbe  
Faure Gnassingbe
© togo-fohs.de
 

Mieux, comme chaque 13 décembre au Burkina depuis des années, l’UFC, le principal parti de l’opposition, a rassemblé ses militants autour de la tombe du premier président togolais à Agoué (Bénin) et le "Mia Dégnigba" a encore retenti pour signifier que la lutte continue.

Qui avait donc dit que Faure Gnassingbé n’a gardé des habitudes de son père que sa levée aux aurores ? Il faudra donc ajouter également le culte du 13-Janvier. Et pourtant l’attachement à cette date a intrigué à plus d’un titre.

On comprend difficilement que celui qui prône un autre discours, celui de la "rupture", pour employer un mot à la mode, qui essaie chaque jour d’exister en tant que Faure Gnassingbé, et non en tant que fils de... qui a fait, reconnaissons-le, de nombreuses concessions au point d’exaspérer les faucons qui l’entourent toujours, puisse poser un tel acte.

On le comprend d’autant moins que le Togo vient de vivre des législatives, qui mettent un terme à une transition et surtout à un long sevrage économique. Le scrutin du 14 octobre 2007, censé boucler la boucle, met aussi une fin à un éternel boycott de l’opposition, ce qui déjà était un grand pas vers cette unité. Certes, à l’Assemblée nationale et au gouvernement, le RPT règne en maître, mais force est de reconnaître que le jeune président a effectué un tournant positif de 180°.

Il lui faudra continuer à brûler les scories "éyadémiste" de ces 40 dernières années s’il veut réellement inscrire sa rupture dans la durée. Qu’il fête désormais le 26 avril de chaque année, nul ne lui tiendrait rigueur, car c’est le 26 avril 2005 qu’il a été élu, de façon controversée, mais élu tout de même.

Gilchrist Olympio  
Gilchrist Olympio
© lefaso.net
 

Car à force de vouloir perpétuer certains actes de son père, Faure adopte une posture bancale, de celui qui est écartelé entre un passé rejeté par de nombreux Togolais et un avenir qu’il veut unitaire. En l’espèce donc, l’équilibrisme ne saurait prévaloir surtout qu’il veut incarner un nouveau Togo.

Autant dire que courageusement, certaines dates devraient passer à la trappe, ce qui ne signifie nullement qu’on est frappé de cécité par rapport à l’histoire, mais la commémoration de tels événements s’apparente à remuer un couteau dans la plaie. La dénomination des rues et avenues ou boulevards (tel celui du 13-Janvier) peuvent demeurer, mais des manifs festives sur des dates polémiquées font mauvais ménage avec la volonté de rassembler tous les Togolais.

Et la "fête de ce 13 janvier 2008 est inopportune surtout qu’elle intervient l’année même de la commémoration des 50 ans de la victoire électorale de "l’Ablodé" (2) le 27 avril 1958. Cela aurait été politiquement correct si le pouvoir en place avait attendu avril prochain pour célébrer l’événement, ce qui aurait sans doute suscité moins de rejet.


Z. Dieudonné Zoungrana

L’Observateur


www.lefaso.net






       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Gilchrist Olympio contre la célébration festive du 13 janvier
 
Mots-clés
afrique   benin   burkina-faso   thomas sankara   togo   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 2 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 Côte d'Ivoire : hervé Renard désigné sélectionneur
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Guinée      Guinee Conakry      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version