Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mercredi 18 Octobre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

   

AccueilRubriquesArticleRéaction
 
Retour à l'article: Mohammed Ali (1942-2016) : un boxeur d'exception
  Mohammed Ali (1942-2016) : un boxeur d'exception
Boxeur emblématique et charismatique, triple champion du monde des lourds, défenseur de la cause noire dans l'Amérique des années 60, Mohammed Ali a marqué son époque et fut une personnalité emblématique du 20ème siècle
 
 Publicité 
 
Ecrire une réaction

Mohammed Ali (1942-2016) : un boxeur d'exception

Nombre de messages
:  6
Pages:  1  

  admiratif
tafari ( 17/10/2006 01:33 )
À Pagny-sur-meuse / France

Pour moi mohamed ali est un d'exception;il était plus qu'un boxeur un homme engagé qui pour n'est autre qu'une légende vivante.
Ecrire une réaction
 
Madras ( 18/10/2006 11:49 )
À / France

Respect à ce grand monsieur du sport ! Qui à prit le risque de mettre sa carrière en jeux pour le respect des noirs.
Ecrire une réaction
  Les Lampes de Ali / Foreman.
Jul Dinganga ( 25/10/2006 15:39 )
À Kinshasa / Congo, The Democratic Republic of the

« Muinda ya Ali/Foreman » ( Les lampes de Ali/Foreman), c’est le nom que les habitants de Kinshasa ont collé aux armatures HPL placées en 1974 sur les poteaux d’éclairage des artères principales de Kinshasa.

Quelle relation peut bien exister entre l’éclairage public de Kinshasa et les boxeurs américains Ali et Foremam ?

Comment des boxeurs américains peuvent-ils être impliqués dans une affaire d’éclairage des artères principales d’une Capitale africaine ?

Pour celui qui a habité Kinshasa durant les années 70, ou celui qui connaît l’histoire du noble art, la justification est simple. Le duel au sommet qui a eu lieu à Kinshasa entre les deux boxeurs américains en octobre 1974 a permis la réhabilitation de l’éclairage public de Kinshasa et le placement des armatures HPL sur les poteaux d’éclairage le long des artères principales de Kinshasa.

En effet, en octobre 1974, malgré les réticences exprimées ça et là, malgré les craintes exprimées ça et là, malgré les doutes exprimés ça et là, malgré les pressions de toutes sortes exercées sur les Organisateurs de ce duel les incitant à trouver une autre ville de l’hémisphère Nord, mieux équipée, et dotée de toutes les infrastructures nécessaires, Kinshasa a fini par abriter le duel Ali/Foreman.

Cet événement sportif polarisa l’attention et l’intérêt du monde entier, et souleva des convoitises et des jalousies. Si bien que la réussite de son organisation nécessita des préparatifs à la hauteur de l’événement. Il fallait faire échec à tous les prophètes de malheur, il fallait équiper Kinshasa, réhabiliter ses infrastructures sociales existantes, le nettoyer à l’eau et au savon, le maquiller, le vêtir de sa plus belle robe. Et illuminer ses artères principales avec du nouveau matériel d’éclairage.

Ce qui fut fait. Et, bien fait.

Et, Kinshasa devint – à cette époque - la plus belle, la plus coquette, la plus luxuriante et la mieux illuminée des Capitales d’Afrique Centrale. Et le combat du siècle eut lieu. Et tout se passa tellement bien, que même Dame la pluie attendit, et la fin de ce duel, et le départ du dernier des spectateurs, et l’évacuation complète du matériel, pour se déverser à l’aube naissante sur Kinshasa.

N’oublions pas

Que nous étions en pleine saison de pluies,
Que le stade Tata Raphaël n’était pas couvert (non couvert jusqu’ici d’ailleurs),
Et que le combat du siècle devait se dérouler à Kinshasa, entre minuit et 4 heures du matin, de façon à permettre aux Américains de suivre le match de leurs compatriotes en direct entre 18h et 22h Cote Est. Et, entre 14 h et 18 h Cote Ouest.

Qu’est-ce que Kinshasa a gagné à l’issue de ce duel ?

Beaucoup de choses, parmi lesquelles la réhabilitation de l’éclairage public. D’où le nom de « Muinda ya Ali/Foreman » que les Kinois ont collé au nouveau matériel d’éclairage public qu’ils ont découvert illuminant en cette occasion les artères principales de leur ville.

Ah, si tous les duels au sommet qui se déroulent à Kinshasa en particulier, et en Rdc en général, pouvaient fournir aux Dirigeants politiques qui se disputent la direction de ce pays, le prétexte en or de combler les déficits urbains de Kinshasa en particulier, et de la Rdc en général !

Ecrire une réaction
  Ali boma yé! (Ali, tue-le!)
Jul Dinganga ( 25/10/2006 17:38 )
À Kinshasa / Congo, The Democratic Republic of the

Ali boma yé ! (Ali, tue-le !)

Vrai ! Il est vrai que les supporters kinois de Ali disaient cela ! Mais, attention cela ne veut pas dire qu’ils souhaitaient la mort de Foreman, ou qu’ils fussent racistes. Pas du tout !

Cela faisait partie de l’ambiance de fête. Rien d'autre !

Il faut reconnaître que beaucoup et même la plupart de Kinois souhaitaient la victoire de Ali. Cela pour plusieurs raisons.

D’abord, parce que c’est lui qui a choisi Kinshasa comme lieu de son combat contre Foreman. En effet, durant le premier trimestre 74, il était en Egypte au moment même où s’y déroulait une CAN, Coupe d’Afrique des Nations, qui fut remportée par une certaine équipe des « Léopards » d’un certain pays d’Afrique Centrale, qu’on appelait « Zaïre ».Aux journalistes qui lui posaient des questions, il leur dit : « Poser des questions, et parler des affaires d’autrui, voilà tout ce que vous savez faire! Regardez ces jeunes gens, ils savent faire quelque chose, ils viennent de remporter une coupe d’Afrique! Pour mon prochain match, j’aimerais le disputer dans leur pays !» Voilà comment Ali avait choisi Kinshasa comme lieu du plus grand combat du 20e siècle.

Ensuite, parce que Ali était très bien connu des Kinois, et il était de loin plus populaire que Foreman. Les Kinois savaient par exemple qu’on lui a retiré son titre de champion de monde dans les bureaux, et non sur un ring de boxe. Tout simplement parce qu’il a refusé d’aller au Vietnam. Les Kinois connaissaient bien son engagement dans la lutte contre la discrimination raciale aux USA. Et bien que parlant Lingala et Français, les Kinois appréciaient son sens de la formule.

Enfin, parce qu’il était beau, il était fort, et il avait du style.

Toutes ces qualités, Foreman ne les avait pas. Foreman ne se contentait que d’être fort. Le reste ne l’intéressait pas.

De toutes façons, tous les deux étaient des Africains. Et, les Kinois appréciaient le fait qu’ils aient tous les deux accepté de venir se battre en Afrique.

D’ailleurs, après ce combat, Foreman est revenu pour d’autres affaires à Kinshasa. C’est la preuve qu’il n’était pas du tout fâché contre les Kinois.
Ecrire une réaction
  Le combat du siècle devait initialement avoir lieu en Septembre 74.
Jul Dinganga ( 26/10/2006 18:49 )
À Kinshasa / Congo, The Democratic Republic of the

Le combat du siècle prévu à Kinshasa devait initialement avoir lieu en Septembre 74.

Ali s’entraînait à Nsele, loin du Centre-Ville. Il faisait son jogging matinal sur la grande route reliant Kinshasa à Kikwit, suivi par une foule de jeunes gens des Quartiers des environs. Cette proximité avec les gens de la Cité, lui faisait gagner en popularité, et en admiration.

Foreman de son coté, s’entraînait au Centre-ville, dans le Quartier chic de la Gombé, loin de l’ambiance de la Cité. Plus précisément à l’Hôtel Intercontinental, devenu aujourd’hui Grand Hôtel de Kinshasa, GHK.

Initialement prévu en Septembre 74, ce combat eut lieu en octobre de la même année.

Parce que, pendant ses entraînements, Foreman se blessa légèrement au visage. Ce qui obligea les Organisateurs de renvoyer l’événement pour le mois d’octobre 74.

Il fallait que les deux boxeurs montent sur le ring avec les mêmes chances. C’est une exigence du noble art.

Ecrire une réaction
 
( 22/07/2009 23:01 )
À Marseille / France

Je suis le plus grand fan au monde de Mohamed Ali, Ton article est pas mal, mais comme le fait qu'il est né le 17 janvier 1942 y'a tout un tas de petites ereurs que je pourrai t'aider à rectifier si tu es d'accorfd
dethiesene@yahoo.fr
Ecrire une réaction

Nombre de messages
:  6
Pages:  1  
 
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version