Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 10 Mai 2021 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesSuccess StoriesArticle
Cheick Modibo Diarra, symbole de la réussite africaine 
26/07/2010
 

L’Afrique n’est pas toujours là où certains l’attendent. Et la réussite de Modibo Diarra est de celle qui font taire les mauvaises langues et les esprits étroits.
 
Par Hugo Breant
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
L’homme de sciences
 
© unesco.org  

Citoyen malien né en 1952 à Ségou, le jeune Cheick Modibo a été très tôt passionné par la science. Il écoutait ainsi les reportages de Pierre Pouillon pour la radio Voice of America, et notamment ceux qui parlaient des missions spatiales Apollo. Plus tard, Modibo Diarra a décidé de réaliser ses rêves d’enfant. Il a d’abord obtenu son baccalauréat technique à Bamako puis étudié les mathématiques, la physique et la mécanique analytique à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris. Par la suite, il a intégré la Howard University de Washington D.C. aux États-Unis où il a appris l’ingénierie aérospatiale et a obtenu son dotorat.

Après ses études, il est recruté comme professeur à la Howard University. Mais en mai 1988, il croise dans les couloirs de la faculté, deux hommes noirs, qui dirigeaient le département des ressources humaines de la Jet Propulsion Laboratory de la National Aeronautics and Space Administration (NASA). Les trois hommes sympathisent et très rapidement, Modibo Diarra est engagé. Au sein de cette agence, il participe à différents programmes de pointe qui visent notamment la fabrication de robots destinés à l’exploration spatiale : Magellan vers Vénus (1988-1992), Ulysses à destination des pôles solaires (1990-2009), Galileo vers Jupiter (1989-2003) et enfin Mars Observer (1992-1993) et Mars Pathfinder (1996-1997) vers Mars.

Modibo Diarra obtient ainsi le grade de « navigateur interplanétaire » (titre de son autobiographie parue en 2000). Il devient d’ailleurs rapidement le directeur du programme Mars Exploration Program Education and Public Outreach qui vise une meilleure intégration des milieux éducatifs dans les actions de la NASA. Si la présence d’un Malien à la NASA a pu en surprendre certains, pour Diarra, cela allait de soi : « Personne au monde ne détient une connaissance tacite plus développée que celle de l’Africain. Quand une agence spatiale comme la NASA veut faire plus avec moins, ce qui était sa philosophie à l’époque, elle ne peut trouver mieux qu’un Africain. Nous avons toujours su que la créativité et l’innovation peuvent se substituer aux ressources financières ! ».

 Publicité 
 
La priorité du développement de l’Afrique
 
© crtv.cm  

En 1999, la NASA l’autorise à travailler à mi-temps. Modibo Diarra décide alors de consacrer l’autre moitié de son temps à son nouveau cheval de bataille : le développement de son continent d’origine et notamment le chantier de l’éducation en Afrique. Il crée alors la Fondation Pathfinder pour l’éducation et le développement. En avril 2000, il est à l’instigation du Forum Mondial sur l’éducation à Dakar et en novembre 2001 du Forum sur l’Afrique organisé au siège de l’UNESCO, organisation dont il est d’ailleurs un « ambassadeur de bonne volonté ».

En 2002, il va plus loin en prenant un congé sabbatique et en retournant à plein temps au Mali pour y fonder un laboratoire de recherches sur l’énergie solaire. L’expérience est un échec et le Mali reste dépendant de son énergie thermique, coûteuse et polluante. Convaincu que la fracture numérique qui existe entre l’Afrique et les autres continents est un défi majeur à relever pour développer le continent et profitant de sa très bonne réputation dans les milieux scientifiques, il a décidé de créer le Sommet africain de la science et des nouvelles technologies (SASNET) qui s’est réuni au Gabon puis en Mauritanie et a permis de débloquer des fonds destinés à l’appui à certains étudiants africains.

Puis, il a été nommé vice-président de la Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) de l’ONU, membre d’un panel sur la biotechnologie du NEPAD et président-directeur général de l’Université virtuelle africaine instaurée par la Banque mondiale en 1997 pour promouvoir l’enseignement scientifique et technique à distance et dont le siège se situe au Kenya. Même si cette Université compte 34 centres d’apprentissage répartis sur tout le continent, Modibo Diarra est déçu par le peu d’envergure donné à l’expérience. Il quitte alors cette organisation pour participer à l’instauration en 2005 de l’Université numérique francophone mondiale. Cette organisation vise la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement en diminuant le prix de l’enseignement à 100 dollars par an et par étudiant.

Cheick Modibo Diarra  
Cheick Modibo Diarra
 

Mais finalement, Diarra abandonne rapidement ce projet. En effet, le 20 février 2006, la multinationale Microsoft annonce que Modibo Diarra est le nouveau directeur de la branche « Microsoft Afrique ». Microsoft s’offre ainsi une personnalité d’envergure mondiale, qui dispose de l’oreille attentive des organisations internationales, pour conforter ses vues sur un futur marché porteur. Dès 2003, Bill Gates avait investi près de trois milliards et demi de dollars dans le financement de projets humanitaires visant la santé et l’informatique en Afrique et avait vanté les mérites de son entreprise devant trente ministres chargés des Nouvelles Technologies et de l’Éducation Nationale.

Preuve de sa bonne volonté, Microsoft avait édité des logiciels en zoulou et en afrikaan en Afrique du Sud, avait distribué du matériel à bas prix dans plusieurs pays et s’était engagée à équiper les administrations d’État en matériel neuf. Quant à Modibo Diarra il peut alors renforcer le projet Pathfinder, testé dans un premier temps en Namibie puis étendu à neuf États africains, et qui consiste à remettre en état des ordinateurs pour les redistribuer gratuitement au sein d’un réseau d’utilisateurs agréés. Aujourd’hui, il travaille en Afrique du Sud pour le compte de Microsoft-Afrique du Sud et de Microsoft-WECA (Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Centre).

L’homme est donc devenu à la fois l’un des grands promoteurs de l’éducation et de la numérisation en Afrique mais est désormais l’un des représentants de luxe du leader mondial sur le marché informatique. Modibo Diarra justifie d’ailleurs cette double casquette : « Ces défis peuvent être relevés dans le temps grâce à la participation du secteur privé et de grandes entreprises telles que Microsoft, afin de définir une vision permettant de renforcer le continent par le biais de l’enseignement et de trouver des moyens de combler la fracture numérique ».

Les ambitions politiques
 
 

Sa carrière lui a donc valu de recevoir plusieurs titres honorifiques à la fin des années 1990 : l’African Lifetime Achievement Award, l’Award for Outstanding Contriubutions to Science et l’Africa America Institute Award for Excellence in Science and Science Education. Toutefois, Modibo Diarra ne compte pas s’arrêter là. Après ses activités scientifiques, techniques et associatives, il a décidé de s’approcher de la politique. Non pas parce qu’il est le gendre de l’ancien président malien Moussa Traoré, mais parce qu’il s’est très vite rendu compte que ses activités institutionnelles ou professionnelles se heurtaient bien souvent à des obstacles politiques. Désormais, il souhaite s’engager dans l’élection présidentielle de 2012 au Mali.

En août 2008, il affirme ainsi : « J’ai toujours fait de la politique. Au sens étymologique du mot, politique veut dire résoudre les problèmes de la Cité. Elle ne signifie pas aller faire des discours, courir de gauche à droite. Je pense que j’ai toujours participé à la résolution des problèmes de la Cité et continuerai à résoudre autant de problèmes que je peux. Rien ne m’interdit de briguer la magistrature de mon pays ». Il ajoute, sur le ton de l’humour, qu’ayant plus de 35 ans, la Constitution malienne l’autorise à concourir à toutes les élections !

Je ne comprends pas comment on peut passer d'une constitution qui permet plusieurs nationalités à un projet de constitution prévoyant que tout malien ayant plusieurs nationalités ne pourra pas être candidat à la présidence!
Cheick Modibo Diarra, Africa 24


Pour le moment, il préfère rester flou sur son implication concrète dans cette course au pouvoir, mais il semble clair qu’il brigue directement le poste suprême : « Au Mali, quand vous bavardez avec les gens, ils disent que les choses ne changent pas. Ils réclament de l’éthique et de la transparence. Mais dans quelques années, d’autres qualités seront requises. Si l’on aime son pays, si l’on aime son continent, si l’on est honnête avec soi, on sait si on a les qualités, on ne peut pas se dérober. En 2012, si j’ai ces qualités en tant qu’enfant de ce pays, nourri par ce pays, éduqué par ce pays, je mettrai mes qualités à son service. Si je ne les ai pas, je vais aider à identifier cette personne et l’aider. »


Modibo Diarra ne manque donc pas d’ambition pour l’Afrique qui pourrait d’après lui offrir un modèle prometteur en alliant bonne gouvernance et développement économique. Lui qui croit en un changement par l’union de la société civile africaine, estime que le seul obstacle aujourd’hui en Afrique, « c’est la mentalité des citoyens ». D’après lui, « il faut deux choses fondamentales pour que l’Afrique puisse se développer. Il faut d’une part des gouvernements capables de créer l’environnement qui permet aux citoyens et aux entreprises de se développer. Cela s’appelle la bonne gouvernance.

D’autre part, il faut que nous travaillions à changer nos relations interpersonnelles. Ce qui compte, c’est qui tu es, qui tu connais. On n’interroge pas la valeur ajoutée que les employés peuvent apporter à l’entreprise. Or, c’est cela qui permet de mettre les bonnes personnes à la bonne place. On dit que les ressources humaines manquent. En réalité, elles ne manquent pas. Elles sont mal gérées. Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas maintenir les relations de solidarité. Au contraire, il faut les renforcer, mais en les dissociant de la création de richesses. Si nous le faisons, nous créerons un modèle plus performant que le modèle asiatique, puisqu’eux sont allés à l’autre extrême où tout est basé sur la plus-value.

Nous, nous pouvons maintenir, dans le domaine social, tout ce qui est culturel, tout ce qui est traditionnel, qui permet de mettre en place un filet social qui fait que personne ne tombera au fond de l’abime. C’est un troisième modèle de développement qui me semble le plus souhaitable pour les sociétés. »

Citation :

« Je récuse ce terme de "fuite" des cerveaux. Un cerveau fuit pour aller où ? C’est une notion issue des salons ou des grandes institutions onusiennes. Qui est fou au point de rester dans un endroit où l’odeur de la terre mouillée par la pluie ne lui inspire rien ? Pour rien au monde, je ne serais parti ailleurs si j’avais trouvé dans ma ville de Ségou les moyens de travailler ! »

Vidéo : interview de Cheick Modibo Diarra sur Africa 24




Vidéo : Cheick Modibo Diarra dans l'émission BWorld Connection







       
Mots-clés
afrique   cheick modibo diarra   mali   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 12 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 1
  bien dans sa peau
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 2
  Saine alimentation
  Bang gia cac loai vai bat moi nhat của Hoa Phat Dat
  Billets - Comment perdre du ventre - DotClear 1.2-rc
  
  Conseils alimentaires
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version