Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 22 Juillet 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesMondeArticle
En septembre et début octobre, les menaces de mort contre Obama ont connu une forte hausse
12/11/2008
 

En cause, la réthorique utilisée par le parti républicain, en particulier Sarah Palin pendant la campagne, et à l'hostilité générée lors de certains meetings
 
Par Redaction Grioo.com
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Sarah Palin et John McCain le 4 novembre 2008  
Sarah Palin et John McCain le 4 novembre 2008
© daylife
 

Selon des documents rassemblés par l'hebdomadaire américain "Newsweek" pendant la campagne présidentielle américaine, mais publiés une fois les élections terminées, les services secrets ont constaté une forte augmentation du nombre de menaces de mort adressées au sénateur de l’Illinois Barack Obama courant septembre et début octobre.

Une augmentation qui a coïncidé avec une réthorique de plus en plus agressive dans le camp républicain, Sarah Palin, la colistière de John McCain, déclarant notamment d’Obama qu’il "avait fait copain copain avec les terroristes". Elle faisait allusion au fait que Barack Obama avait connu à Chicago un ex-activiste d’extrême gauche, Bill Ayers qui avait posé des bombes contre des immeubles officiels dans les années 70. Non seulement Obama n’était qu’un enfant quand Ayers menait ses activités, mais qui plus est, lui et Obama n'étaient pas amis. Sarah Palin avait également déclaré : "il [obama] ne voit pas l'Amérique comme nous la voyons". Ces propos ont suscité l'hostilité de la frange la plus conservatrice de ses supporters. Ainsi, lors de certains meetings, des personnes présentes dans la foule auraient crié "tuez le" (ce que les services secrets n'ont pas confirmé), "trahison", "amenez nous sa tête" ou "terroriste".

L’ambiance dans les meetings républicains était devenue particulièrement hostile et on se rappelle ainsi que John McCain avait été obligé de reprendre le micro à une femme qui qualifiait Obama "d’arabe" (un mot péjoratif dans la bouche de cette dernière) : "je ne peux pas faire confiance à Obama. J'ai lu des choses à son sujet. il n'est pas...euh c'est un arabe" disait-elle. Le candidat républicain avait expliqué qu’Obama était un bon citoyen américain qui aimait son pays.

 Publicité 
 
David Axelrod, Barack Obama et Valerie Jarrett  
David Axelrod, Barack Obama et Valerie Jarrett
 

Michelle Obama, extrêmement troublée, avait demandé à Valerie Jarrett, une confidente et amie de la famille, qui était aussi conseillère au sein de la campagne d'Obama, "pourquoi les républicains essayent-ils de faire en sorte que les gens nous détestent ?". L'atmosphère hostile avait même poussé John Lewis, vétéran de la lutte pour les droits civiques et membre de la chambre des représentants à dire que McCain jouait avec le feu en essayant d'utiliser les méthodes du gouverneur ségrégationniste George Wallace.

Une critique qui fit d'autant plus mal à John McCain qu'il avait consacré un chapitre dans un de ses livres, "Why courage matters", à John Lewis qu'il admirait. Il avait même emmené ses enfants le voir à une occasion. Selon les conseillers de John McCain, Sarah Palin avait remis l’association Barack Obama / Bill Ayers sur le tapis sans consulter le candidat républicain, et sans obtenir de feu vert de sa part ou de ses conseillers. La réthorique agressive de Sarah Palin fut finalement mise de côté.

John McCain donna des consignes claires à ses conseillers :
-ne pas ramener le sujet Jeremiah Wright (le pasteur d'obama aux déclarations incendiaires) sur la table.
-Pas d'attaques à l'égard de Michelle Obama

Certains sondages montraient que des électeurs à bas revenus d'Etats industriels n'avaient pas oublié l'affaire Jeremiah Wright, et certains conseillers de McCain auraient voulu la remettre au devant de la scène. Mais McCain ne voulait pas passer pour un raciste. Les conseillers de McCain ont alors espéré qu'un groupe de républicains soutenant financièrement le parti se chargerait de faire la sale besogne en diffusant des publicités négatives au sujet de Wright, mais les financiers conservateurs n'étaient pas très chauds n'ont plus de passer pour racistes.


Par la suite, une publicité suggérant qu'Obama n'était pas assez dur contre la criminalité reçut le véto de Steve Schmidt (conseiller de John McCain). Ce dernier s'opposa aussi à la diffusion d'une publicité négative montrant Barack Obama dansant avec l'animatrice de talk show Ellen Degeneres lors d'une des émissions à laquelle elle l'avait invité (Schmidt craignait les critiques qui surviendraient de l'utilisation de l'image d'un "homme noir dansant avec une lesbienne". Il considérait cette publicité négative, visant à montrer Obama comme une célébrité comme étant trop provocatrice).

       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  John Lewis : McCain sème les graines de la haine et de la division
 
Mots-clés
barack obama   john lewis   john mccain   obama   présidentielles américaines   sarah palin   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version