Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 3 Décembre 2020 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Helen Suzman icône de la lutte anti apartheid enterrée ce week-end en Afrique du Sud
05/01/2009
 

Celle qui fut pendant plus d’une décennie l’une des rares députés à s’opposer à l’apartheid est décédée le 1er janvier 2009 à l’âge de 91 ans
 
Par Redaction Grioo.com
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Helen Suzman rend visite à Nelson Mandela dans sa maison d'Orlando peu après sa libération en février 1990  
Helen Suzman rend visite à Nelson Mandela dans sa maison d'Orlando peu après sa libération en février 1990
© john Parkin / AP
 

Parmi les 100 personnes présentes à l’enterrement de Helen Suzman figuraient des dirigeants de l’ANC comme son secrétaire général Gwede Mantashe, le président de la république Kgalema Motlanthe, Helen Zille, leader de l’opposition sud-africaine ainsi que FW de Klerk, dernier président de l’époque de l’apartheid. Winnie Mandela et Mosiuoa Lekota étaient également au nombre des invités.

Fille d’immigrés juifs lituaniens qui avaient quitté l’Europe de l’Est pour fuir les persécutions imposées aux Juifs en Russie, Helen Suzman était née Helen Gavronsky le 7 novembre 1917. Mariée en 1937, elle reprendra ses études pour être diplômée en économie de l’université de Witswatersrand. Elue député le 14 mars 1953 de l’UP (United Party), elle ainsi que d’autres députés de gauche sont mécontents de l’ambiguïté de leur parti vis-à-vis de l’apartheid.

En 1959, elle et douze autres députés quittent l’UP et forment un nouveau parti, le parti progressiste. En 61 les progressistes sont battus et Helen Suzman est la seule à conserver son siège. Pendant 13 ans, de 1961 à 1974, elle sera la seule député à s’opposer sans équivoques aux lois et à la politique d’apartheid. A un ministre qui lui dira qu’elle embarrasse le pays à l’étranger avec ses questions, elle répondra que ce sont les réponses de ce dernier qui constituent un embarras pour l’Afrique du Sud !

 Publicité 
 
 
© hsf.org.za  

Elle rendra plusieurs fois visite à Nelson Mandela (avec lequel elle conservera des liens d’amitié) et aux autres détenus politiques condamnés à la prison à perpétuité à Robben Island permettant notamment une amélioration de leur condition. Nelson Mandela écrivit dans sa biographie en 1994 : "c’était une vue étrange et merveilleuse de voir cette femme courageuse entrer dans nos cellules et se promener dans notre arrière-cour. Elle fut la première et la seule femme à donner de la grâce à nos cellules".

Opposée à la peine de mort, à l’interdiction du parti communiste et aux autres restrictions de liberté, Suzman n’hésitait pas à aborder les sujets impopulaires même s'il lui fallait se fâcher avec ses amis. Son opposition aux sanctions contre l'Afrique du Sud provoqua ainsi le mécontentement de l'ANC qui les prônait comme moyen de pression pour faire tomber l'apartheid.

Selon le site internet de sa fondation, elle était irritée par la volonté de certains membres de l’ANC de minimiser le rôle joué par les blancs de gauche (à l’exception des communistes) dans la victoire contre l’apartheid. Elle avait fait part de ses réserves sur la façon dont le musée de l’apartheid à Johannesburg mettait en valeur essentiellement les blancs communistes qui avaient lutté contre l’apartheid, au détriment des blancs non communistes. Toujours d’après le site web de sa fondation, un des points qu’on avait soulevé contre elle était le fait qu’en tant que parlementaire dans un système d’apartheid, elle servait de facto à légitimer celui-ci.


Ce à quoi elle répondait que d’une part, elle avait utilisé son poste de parlementaire pour discréditer l’apartheid, et que sa présence en tant que député avait apporté bien plus à la lutte contre l’apartheid qu’à sa légitimation. D’autre part souligne le site web de sa fondation, l’ANC a accueilli à la fin de l’apartheid dans ses rangs des parlementaires de l’époque de l’apartheid, y compris plusieurs ministres de gouvernements nationalistes, ainsi que des fonctionnaires des bantoustans sans s’interroger, en tout cas publiquement, sur leur pédigré.

Helen Suzman avait reçu pas moins de 27 doctorats honorifiques et fut nominée deux fois pour le prix Nobel de la paix. A la fin de sa carrière de député en 1989, elle continua d'être active. Elle fut ainsi présidente de l'institut des relations raciales en Afrique du Sud de 91 à 93 et membre de la commission électorale indépendante lors des premières élections libres d'avril 1994 qui virent l'arrivée de Nelson Mandela et de l'ANC au pouvoir.

Ne manquant pas de sens de l’humour, elle se déclarait "particulièrement fière" d’avoir été déclarée en 2001 ennemi d’Etat par Robert Mugabe dont elle condamnait les dérives dictatoriales. Elle se montrait également critique envers les manquements de la jeune démocratie sud-africaine, fustigeant Thabo Mbeki pour son inaction contre le sida, la lenteur de la lutte contre la pauvreté, la corruption et la politique de black empowerment, qui "avait rendu riche une minorité de Noirs qui avait les bonnes connections politiques".


Voir Le site de la fondation Helen Suzman

La vie de Helen Suzman en photos (source suntimes)



Photos : l'enterrement de Helen Suzman ce week-end en Afrique du Sud (source suntimes)



       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Oliver Tambo (1917-1993), président de l'ANC et figure de proue de la lutte anti apartheid
  L'avènement de l'apartheid en Afrique du Sud, partie I: une longue et violente histoire coloniale
  Bram Fischer réhabilité 40 ans après
  Nelson Mandela (2è partie)
  Nelson Mandela (né en 1918)
 
Mots-clés
afrique du sud   anc   apartheid   helen suzman   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 5 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 1
  bien dans sa peau
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 2
  Saine alimentation
  Bang gia cac loai vai bat moi nhat của Hoa Phat Dat
  Billets - Comment perdre du ventre - DotClear 1.2-rc
  
  Conseils alimentaires
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version