Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Samedi 15 Juin 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
La CPI veut plus de preuves avant un éventuel procès contre Gbagbo
04/06/2013
 

Les juges ont demandé aux procureurs des preuves ou une enquête supplémentaire
 
Par Redaction Grioo.com
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
© reuters  

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont besoin d'informations ou d'éléments de preuve supplémentaires de la part du procureur avant de décider de mener un éventuel procès contre l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, a indiqué la Cour lundi. "Les juges ont ajourné la décision de confirmer ou non les charges de crimes contre l'humanité qui pèsent sur M. Gbagbo et demandent au procureur d'envisager de fournir des preuves supplémentaires ou de mener des enquêtes supplémentaires", a indiqué la CPI dans un communiqué.

La chambre a estimé que l'ensemble des preuves du procureur, bien qu'apparemment insuffisantes, ne semble pas manquer de pertinence et de valeur probante, les juges ne peuvent donc pas directement décider d'abandonner les poursuites contre M. Gbagbo, a précisé la même source. Dans un document de 25 pages justifiant leur décision, les trois juges affirment ne pas exclure que le procureur puisse présenter ou réunir des éléments de preuve supplémentaires et lui allouent en conséquence un temps additionnel pour ce faire.

Un nouveau calendrier a donc été établi : le procureur devra remettre un document de charges complété avant le 15 novembre 2013 tandis que la défense aura, elle, jusqu'au 16 décembre 2013 pour réagir et présenter, si elle le souhaite, des éléments de preuve à décharge supplémentaires.



 Publicité 
 
 
 

Laurent Gbagbo, 68 ans, est soupçonné d'avoir fomenté un plan impliquant notamment la commission de meurtres et de viols afin de rester au pouvoir après l'élection de son rival Alassane Ouattara en 2010, certifiée par l'ONU. Premier ex-chef d'État remis à la CPI, Laurent Gbagbo est soupçonné d'être co-auteur indirect de quatre chefs de crimes contre l'humanité commis pendant les violences post-électorales.

Ce refus de quitter son poste après dix ans au pouvoir avait plongé la Côte d'Ivoire dans une violente crise, longue de quatre mois qui a coûté la vie à près de 3.000 personnes. Le procureur voulait faire appel à 45 incidents pour prouver les attaques dirigées contre des civils mais les juges ont assuré que la majorité de ces incidents avaient été prouvés uniquement par des ouï-dire anonymes tirés de rapports d'ONG, de l'ONU et d'articles de presse.

Ces éléments de preuve n'ont pas une valeur probante forte, ont-ils ajouté, soulignant qu'ils préféraient examiner des éléments de preuves médico-légales. Les juges ont également pointé 6 points particuliers qui nécessitent selon eux des enquêtes supplémentaires, notamment la structure des "forces pro-Gbagbo", notamment comment les différents groupes interagissaient avec la structure générale. Les juges aimeraient également examiner des éléments supplémentaires sur comment, quand et par qui le plan présumé d'attaquer la "population civile pro-Ouattara" a été adopté, dont des informations spécifiques sur les rencontres auxquelles ce plan a été prétendument adopté.

 
© getty  

Selon l'accusation, les attaques commises par des forces pro-Gbagbo entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011 revêtaient un caractère généralisé et systématique et étaient dirigées contre des communautés ethniques ou religieuses spécifiques. La défense avait, elle, réfuté cette version des faits et assuré que la thèse de l'accusation ne reflète pas la réalité mais la vision des médias, de la communauté internationale et du gouvernement d'Alassane Ouattara.

Lors d'une courte allocution à la fin de l'audience de confirmation des charges, qui s'était clôturée le 28 février après huit jours d'audiences, Laurent Gbagbo s'était présenté comme un homme de paix et un démocrate. "Toute ma vie, j'ai lutté pour la démocratie", avait-il alors affirmé.

Si Laurent Gbagbo est actuellement à la CPI, et si sa femme, Simone, également sous le coup d'un mandat d'arrêt de la CPI, est détenue en Côte d'Ivoire, aucune personnalité pro-Ouattara n'a été inquiétée. Laurent Gbagbo avait été arrêté le 11 avril 2011 avec son épouse, après avoir tenu tête jusque dans son bunker au sous-sol de sa résidence d'Abidjan, sous le feu des forces armées françaises.








       
Mots-clés
afrique   alassane ouattara   côte d'ivoire   cour pénale internationale   crise ivorienne   laurent gbagbo   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 8 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Niger      Nigeria      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version