Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 20 Mai 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Zimbabwe : le dialogue entre Robert Mugabe et l'opposition au point mort.
19/08/2008
 

La proposition d’un gouvernement d’union nationale reste lettre morte, au moment même où le taux d’inflation au Zimbabwe, atteint le chiffre record de 11.270.000%, selon l'institut national de la statistique. (CSO)
 
Par Rachel Kesseng
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Robert Mugabe et son principal opposant Morgan Tsvangirai: le bras de fer  pour l'exécutif.  
Robert Mugabe et son principal opposant Morgan Tsvangirai: le bras de fer pour l'exécutif.
 

Le sommet de Johannesburg du 17 août dernier a accouché d’une souris. En ce qui concerne notamment, l’accord sur un gouvernement d'union nationale au zimbabwe. Les chefs d'Etat et de gouvernement d'Afrique australe réunis, ont conclu la rencontre sans parvenir à arracher au parti ZANU-PF du président Robert Mugabe et à l'opposition zimbabwéenne un compromis sur la l’épineuse question du contrôle de l’exécutif.
Les discussions ont échouées et ce, malgré la forte pression exercée sur les protagonistes, par Thabo Mbeki (dont le rôle de médiateur est contesté dans la gestion de cette crise), pour qu'un accord soit trouvé. Joao Miranda, le chef de la diplomatie angolaise, a d’ailleurs expliqué au sujet du nœud de la discorde : "Les parties sont toujours très éloignées sur un point, celui des pouvoirs exécutifs qui doivent revenir au président et au premier ministre".

Robert Mugabe n'entend pas céder le contrôle de l'exécutif, tandis que Morgan Tsvangirai, chef de l’opposition, refuse tout accord qui ne refléterait pas selon lui, la "volonté du peuple", autrement dit qui ne lui accorderait pas la gestion du gouvernement.
Joao Miranda, a toutefois assuré que: "L'écart entre les parties se réduit", et pour preuve, le chef de l’opposition avait déjà accepté quelques jours plutôt, de concéder la présidence et le commandement des armées à Mugabe, en échange d'un poste de premier ministre.

Selon nos confrères du "Monde", les protagonistes se sont engagés à poursuivre leurs tractations, engagées il y a une semaine afin de sortir de la paralysie née de la défaite historique de Robert Mugabe aux élections générales du 29 mars, puis de sa réélection contestée.
"Nous sommes entièrement et fermement engagés dans le processus de dialogue, a ainsi déclaré le secrétaire général du Mouvement pour le changement démocratique (MDC). Nous ne pouvons pas nous permettre un échec." Nul ne sait cependant quand s'achèveront les négociations.

Pour le moment, aucune date butoir n'est fixée. Le président sud-africain et médiateur de l'Afrique australe dans la crise zimbabwéenne, Thabo Mbeki a expliqué que : "Seule l'urgence d'un accord a été soulignée". "Pendant que les négociations se poursuivent, il sera peut-être nécessaire de convoquer le Parlement, afin de donner corps à la volonté du peuple exprimée lors des élections législatives du 29 mars", a suggéré M. Mbeki.

Une telle convocation entraînerait la formation immédiate d'un gouvernement qui, dans le cas où un accord n'aurait pas encore été conclu, réserverait les postes de premier ministre, vice-premier ministre et certains portefeuilles au MDC de M. Tsvangirai.


 Publicité 
 
Dialogue de sourd sous fond d’inflation flambante…
Crise au Zimbabwe: inflation à 400.000% et billets de 500 millions  
Crise au Zimbabwe: inflation à 400.000% et billets de 500 millions
 

Le Zimbabwe ploie sous le poids d’une inflation sans cesse croissante. Déjà de très loin la plus élevée au monde, elle a atteint 11.270.000% sur un an en juin, contre 2.200.000% le mois précédent, selon une annonce de l'institut national de la statistique (CSO),cité ce mardi 19 août par le quotidien le "monde".

Une véritable dynamite de la croissance, qui pourrait, en effet sonner l’effondrement économique du pays, confronté à des pénuries de carburants, de produits alimentaires, alors que les négociations piétinent entre le président et le chef de l’opposition partis sur un accord de partage du pouvoir, paralysant les institutions.

Le CSO précise dans un communiqué adressé aux banques, que l'inflation a été de 839,3% sur un mois en juin - soit une multiplication des prix par plus de neuf - contre 433,4% en mai. Des chiffres qui pour certains économistes, ne reflètent pas le taux réel d’inflation dans ce pays. Certains pensent que le principal problème du Zimbabwe est l'arrêt de la production industrielle et un recours excessif à la planche à billets.

Des adversaires du président Robert Mugabe l'accusent d'ailleurs d'avoir imprimé un grand nombre de billets de banque afin de financer sa campagne électorale, alimentant ainsi l'inflation.
certains économistes avancent donc, comme solution au problème de l’inflation : "des flux massifs de devises vers le pays, une politique cohérente et des réformes structurelles dans le secteur de l'énergie"

Selon certaines statistiques, rapportées par nos confrères du "Monde", au Zimbabwe, 80% de la population serait au chômage et de nombreux habitants ont désormais recours au troc pour survivre, mais la pénurie concerne déjà le maïs, le sucre et d'autres denrées de base.
La Banque centrale a effacé le 30 juillet dix zéros au dollar zimbabwéen, sans pour autant freiner la dépréciation de la monnaie. Avant cette décision, un dollar américain s'échangeait contre 140 milliards de dollars zimbabwéens, soit 14 dollars zimbabwéens au nouveau cours. Aujourd'hui, il faut 100 dollars zimbabwéens pour un billet vert, soit 1.000 milliards à l'ancien cours.


       
Mots-clés
afrique   afrique du sud   économie   morgan tsvangirai   politique   robert mugabe   thabo mbeki   zimbabwe   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 0 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nicolas Sarkozy      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version