Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 27 Novembre 2020 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

   

AccueilRubriquesArticleRéaction
 
Retour à l'article: Nicolas Sarkozy attendu en RD Congo en janvier 2009
  Nicolas Sarkozy attendu en RD Congo en janvier 2009
Il devrait s'y rendre en compagnie de Bernard Kouchner
 
 Publicité 
 
Ecrire une réaction

Nicolas Sarkozy attendu en RD Congo en janvier 2009

Nombre de messages
:  11
Pages:  1  

  escroquerie me,songe crime propande de l'occident
( 14/12/2008 15:40 )
À Nanterre / France

Je ne sais pas si vous rappelez des info que je vous avais fait lire ces derniers notamment sur la guerre au Congo (RDC) où un journal en ligne sénégalais faisait un rapprochement entre le déclenchement de la guerre dans l'Est de la RDC quelques mois seulement après la signature d'un contrat entre la Chine et le Congo (RDC). Beaucoup pensent que la guerre au Congo est dû essentiellement aux convoitises occidentales sur les matières premières de cet immense pays.

Dans la sphère francophone surtout en Afrique centrale, les enjeux seraient les mêmes, car comment comprendre l'acharnement des occidentaux sur Mugabe et leur réticence à voler au secours des populations du Kivu au Congo. Ces derniers ont refusé d'envoyer un contingent militaire, préférant laisser su le terrain un contingent militaire inefficace car formé par deux armées ennemies, issues des pays pauvres : L'Inde et le Pakistan qui menaceraient l'équilibre géostratégique mondial. Tous les médias occidentaux ont qualifié de dangereux l’accord entre l’Ouganda et l’Egypte (deux pays africains).

Un accord qui prévoit que l’Ouganda allait louer 850 000 hectares de terres soit 2,2% de la superficie totale du pays à l’Egypte pour qu’il cultive du blé dont il en a besoin. Cela a suffi pour que les capitales européennes parlent d’accaparation, et expriment des inquiétudes (bizarre) car d’autres pays de l’Orient comme l’Arabie, la Corée du Sud ou la Jordanie envisageaient de faire comme l’Egypte.

La Corée du Sud aurait conclu avec le gouvernement malgache la location de 1,3 millions de terres pour cultiver du maïs et des palmistes. La Jordanie quant à elle aurait annoncé cultiver du blé au Soudan.

Ce même Soudan qui semble avoir disparu de la scène, bien que le problème du Darfour continue avec sa cohorte de massacre. Comme l’Occident avait besoin des fonds Chinois pour faire face à sa crise financière, il avait préféré mettre en sourdine le Soudan soutenu par la Chine , et pendant ce temps les massacres continuent.

Pour l’instant, on se tourne vers la RDC, qui a toujours été en guerre depuis bientôt dix ans.Et je vous invite aussi à analyser sous ce même prisme les deux informations suivantes dont les coïncidences paraissent un peu curieuses.

Comment comprendre, à l'occasion de la célébration du soixantième anniversaire de la déclaration des droits de l'Homme à Paris, le double discours du président français Nicolas Sarkosy, lorsqu'il dit que Robert Mugabe doit partir, quand au même moment au Congo le pouvoir de Brazzaville de Denis Sassou Nguesso, emprisonne des opposants politiques (http://lepangolin.afrikblog.com/archives/2008/12/05/11634225.html ) après avoir truqué des élections en 2007 et 2008.

Nous Africains devons-nous le croire faut-il réellement?

En effet, s'agissant par exemple du Congo, il y a quelques jours le club de Paris a décidé d'alléger la dette du Congo, faisant fi des conditionnalités de bonne gouvernance démocratique.Est-ce à cause des intérêts économiques colossaux ou des profits à faire.

Sinon comment interpréter le fait de passer sous silence l'information de l'attribution de la gestion du port à conteneur de Pointe-Noire à la société Bolloré (grand ami du président français Sarkosy, rappelez-vous c'est Bolloré qui avait prêté son yacht à SarKosy quelques jours après son élection l'année dernière). Lire le lien : http://lepangolin.afrikblog.com/archives/p36-6.html.Ainsi Bolloré à cause de son lobby aurait la gestion de la plupart des ports maritimes d'Afrique centrale.

Quand en Afrique de l'Ouest, des gouvernements plus démocratiques (Ghana, Sénégal, par exemple) avaient préféré d'autres investisseurs.

Le Sénégal par exemple avait porté son choix sur les investissements des émirs du Moyen Orient. Des émirs qui n’ ont pas 'hésiter pas à moderniser ces ports, longtemps restés non performants et archaïques. Aujourd’hui, le port de Dakar est un exemple du bon choix.

Ce n'est donc pas un hasard, si le constat économique et politique fait ressortir l'Afrique centrale comme zone de non performance économique. malgré ses potentialités naturelles et humaines.

Sur onze pays (Angola, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, Congo Démocratique, Gabon, Guinée Equatoriale, Tchad, Sao-Tomé et Principe, Rwanda) que compte cette zone la quasi majorité de ce pays vont connaître une faible croissance économique (hors pétrole).

Beaucoup d'analystes pensent que cela est le fait de la mauvaise gouvernance, surtout de l'absence de régimes démocratiques. Dans la plupart de ces pays, les systèmes politiques sont totalement verrouillés et ressemblent plutôt à des patronarchies. La plupart de ces pays n'ont pas connu d'alternance politique et changement des gouvernants depuis plus de trente ans, ces pays sont tous presque dirigés par des dictateurs c'est le cas de l'Angola (Dos Santos est au pouvoir depuis la mort de Neto à la fin des années 70), du Cameroun (Biya est au pouvoir depuis 1982), du Congo (Sassou est au pouvoir depuis 1979), du Gabon (Bongo est au pouvoir depuis 1967), Tchad (Idriss Deby est au pouvoir depuis 1989) Rwanda (Kagamé est au pouvoir depuis 1994), Guinée Equatoriale (Obiang Nguéma est au pouvoir depuis plusieurs années) soit sept pays sur onze.

Quand aux autres pays, ils font l'objet d'une instabilité chronique, la RDC depuis la chute du dictateur Mobutu est théâtre de guerres récurrentes ayant fait au moins 6 millions de morts. La Centrafrique connaît aussi des rebellions et coups d'Etat. le Burundi est toujours en proie à des violences politiques.

Seul Sao Tomé et Principe semble connaître un semblant de démocratie et de bonne gouvernance, en effet ce petit pays présente au niveau humain des meilleurs indicateurs IDH que ses riches voisins.

Face donc aux percées Chinoise et des pays Arabes du golf en Afrique, le continent refait l'objet d'une guerre froide entre l'Occident et l'Orient cela à son détriment. L'Occident pour faire face à ces percées économiques est retombé à ses anciennes habitudes : soutenir les dictateurs et potentats locaux en bafouant toujours les droits de l’homme africain .

© Correspondance particulière : Mouélé Kibaya
.

,
Ecrire une réaction
  le sang africains doit coulez maintenant pour liberez l'afrique des men,teurs de la fmi et des nations unies nous devron nous oranisez avec ,les armes sans plus attendre meme leschinois je n pense pas qu'ils feront notre affaire l'afrique aux africains l'
( 14/12/2008 15:44 )
À Nanterre / France

l'afrique ce doit de se mettre dans la rue et occupez tout les point srtatgie nous avon besoins de mourrir pour nousliberez sinon ces diables ne ceseront jamain leurs mensonge
Ecrire une réaction
  le genocide monaitaire de la france
( 14/12/2008 19:34 )
À Nanterre / France

http://www.menaibuc.com/Monnaie-servitudles comptes d'opération rapporte chaque année à la france merci, voir la vihttp://www.africamaat.com/Realite-du-Franc-CFA-Le-nazimedeo http://www.africamaat.com/Vhttp://www.menaibuc.com/Monnaie-servitude-et-liberteideo-Le-Franc-CFA-et-les-coe-et-liberte
Ecrire une réaction
  Après Dakar ou il nous a traité d'attardé mentale on attend le discourt Kinois
( 15/12/2008 09:55 )
À Duttlenheim / France

Ces assassins de Patrice LUMUNBA, va nous sortir que le digne fils d'Afrique c'est tiré une balle dans le genoux histoire de se faire plaisir.

Et comme il avait une sainte horreur de tintin et milou, il c'est arrosé d'un bidon d'essence, et comme il avait envie de fumer une cigarette, il s'est cramé en voulant toucher aux intérêts des petits blancs.

Il faudrait qu'un de nos historiens arrive a définir la responsabilité de chacun de ces faux culs, et nous dire ou ce noble héros a été enterré.
Ecrire une réaction
  complicité honteuse/silence de la communauté internationale
debadjan ( 15/12/2008 11:22 )
À / Satellite Provider

Trafic des minerais de guerre : Coltan : les sociétés prédatrices mises à nu:http://www.digitalcongo.net/article/55368
Kinshasa, 13/12/2008 / Politique:

Les masques tombent. Ainsi, les multinationales qui ont prospéré dans le commerce du coltan et attisé les appétits des groupes armés au Kivu et en Ituri ont, enfin, un visage. Américaines, allemandes, belges, britanniques, chinoises, helvétiques, juives, kazakhstanes, rwandaises, … ; les sociétés prédatrices des ressources naturelles de la RDC sont de diverses nationalités. Restitution, dans cette édition, du rapport du Southern Africa Resource Watch (SARW).

Plus de doute désormais. Les rebelles et autres groupes armés des Kivu sont soutenus par le commerce illégal du coltan, un mélange de deux métaux - le tantale et le columbium - appelé aussi colombo-tantalite. Cette activité lucrative et en marge de la loi explique la course au coltan à laquelle se livrent, des décennies durant, les multinationales et les pays voisins, allant jusqu’à déstabiliser durablement la RDC dans sa partie orientale. Un rapport du Southern Africa Resource Watch (SARW), daté novembre 2008, le démontre, cartes et statistiques à l’appui.

Alors que les affrontements meurtriers opposant l’armée nationale congolaise aux rebelles de Nkunda ont contraint des centaines de milliers de villageois, depuis août dernier, de fuir leurs villages ou de s’exiler dans les pays limitrophes, le trafic du coltan se portait à merveille. Alors que plusieurs dizaines de milliers d’autres Congolais mourraient par balles, tués de sang froid par les belligérants, y compris les groupes armés Maï-Maï, les charognards du commerce des minerais congolais, nationaux et étrangers, civils et militaires, se frottaient les mains au vu de l’accroissement de leur compte en banque.

Malédiction

Neuf personnes sur dix en RDC étaient loin de s’imaginer que l’origine des malheurs du pays en général, et du Kivu en particulier, était justement la présence sous son sol des minerais qui font la fortune des pays industrialisés. A défaut de créer le bonheur, les diverses et nombreuses ressources naturelles dont regorge le pays ne lui apportent que malédiction.

Des témoignages probants sont fournis à ce sujet par des institutions et ONG internationaux. Les rapports de Global Witness (GW), de Human Rights Watch (HRW), de Rights and Accountability in Development (RAID) sont éloquents. Ajoutons à cette liste non exhaustive le Rapport du panel des experts de l’ONU qui avait, en son temps, fait grand bruit sous le règne de M’zee Laurent D. Kabila. La nouveauté qu’apporte le Southern Africa Resource Watch (SARW) est que, au lieu de mentionner, sans les citer, les multinationales et d’autres entreprises prédatrices ayant bâti leur fortune sur les ressources de la RDC, tous les criminels bien identifiés sont livrés à la clameur publique.

Cela fait un temps que des compagnies minières se manifestent dans les Kivu. D’autres y font des incursions pour ramasser la «manne» sans le moins du monde investir. Certains pays limitrophes, notamment le Rwanda au Kivu et l’Ouganda en province Orientale, n’ont pas hésité à s’approvisionner directement ou indirectement, comme dans un supermarket. Des acteurs locaux, civils et militaires, ont découvert leur Eldorado. Conséquence : la persistance de l’atmosphère de tension et la manipulation des groupes ethniques les uns contre les autres.

Question fondamentale

C’est donc sur une région à fort potentiel minier, caractérisée malheureusement par l’absence de l’autorité de l’Etat, que vient se greffer le trafic mafieux des minerais. Le SARW, pour dénoncer la pieuvre, ne fait pas dans la dentelle. Il est vrai que les maffieux, pour brouiller la traçabilité de leur «pêche», transitent, pour certains, par des sociétés écran. C’est un modus operandi très courant, mais qui n’échappe pas au scanner des enquêteurs têtus. Dans son souci d’informer largement le public, le Southern Africa Resource Watch (SARW) publie une liste de sociétés impliquées dans le commerce illicite du coltan au Kivu. Elles sont de diverses nationalités : américaine, allemande, belge, britannique, chinoise, helvétique, juive, kazakhstane, malaisienne, rwandaise. Au lendemain de la diffusion du rapport du SARW, les Congolais s’interrogent. Ils veulent savoir ce qui a changé après la publication du rapport de l’ONU daté 24 octobre 2002 et transmis au Conseil de sécurité.

Question fondamentale : New York a-t-il observé la conversion des 54 personnalités, dont plus de vingt responsables politiques et militaires du Rwanda, de l’Ouganda, du Zimbabwe et de la RDC, citées alors comme les dirigeants des réseaux exploitant les richesses de la RDC ?

(SL/TH/RW/PKF)

Le Potentiel
Ecrire une réaction
  UN DES RESPONSABLES DE CETTE GUERRE
LIZWI TSHAKU ( 15/12/2008 14:05 )
À Cergy / France

http://www.dailymotion.com/relevance/search/REGION%2BDE%2BGRANDS%2BLACS/video/x23s3b_1-la-chute-de-mobutu-rgion-des-gran_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/REGION%2BDE%2BGRANDS%2BLACS/video/x23vn0_2-la-chute-de-mobutu-rgion-des-gran_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/REGION%2BDE%2BGRANDS%2BLACS/video/x29vqu_3-la-chute-de-mobutu-rgion-des-gran_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/REGION%2BDE%2BGRANDS%2BLACS/video/x2a2a2_4-la-chute-de-mobutu-rgion-des-gran_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/REGION%2BDE%2BGRANDS%2BLACS/video/x2a6zq_5-la-chute-de-mobutu-rgion-des-gran_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/REGION%2BDE%2BGRANDS%2BLACS/video/x2a772_6-la-chute-de-mobutu-rgion-des-gran_news

Les atrocités commises sous la protection de l'ONU :

http://www.dailymotion.com/relevance/search/VIOLS%2BAU%2BKIVU/video/x3hv65_le-viol-une-arme-de-guerre-au-congo_politics

http://www.dailymotion.com/relevance/search/VIOLS%2BAU%2BKIVU/video/x3hw1g_le-viol-une-arme-de-guerre-au-congo

http://www.dailymotion.com/relevance/search/VIOLS%2BAU%2BKIVU/video/x3hwbj_le-viol-une-arme-de-guerre-au-congo_politics

Ce qui m'exaspère dans cette guerre, c'est l'implication du RWANDA. Ces frères et soeurs africains à qui nous avons toujours offert une hospitalité fraternelle et inconditionnelle à chaque fois qu'ils se sont entretués( 1959 et 1994 ). Aujourd'hui, ils nous massacrent, nous violent, pillent nos terres et veulent annexer la terre de nos ancêtres au Rwanda. Ca fait doublement mal.

LIZWI TSHAKU NDEKE KO SEKA TE.
Ecrire une réaction
 
( 15/12/2008 15:13 )
À Cahors / France

tout ça fait que les Européens nous exploitent et nous appeler des singes , nos leaders inclus . oui ça fait très très MAL mon frère.
Ecrire une réaction
  Well Said.....
( 15/12/2008 18:09 )
À Toronto / Canada

Le sang africain, haitien, le sang des Noirs... n'ont pas fini de couler .. Sarko va visiter RDC pour voir ce qui reste de ses investissements chez les pauvres imbeciles de negres.. qui n'ont rien compris à sa politique Racistes...
Ecrire une réaction
  desolation
( 15/12/2008 18:30 )
À Montpellier / France

pauvre CONGO victime de ses richesses ,
il attire la charogne de tous bords.
Ecrire une réaction
  Il faudrait qu'un de nos journalistes lui envoie ses sabots en pleine poire
( 17/12/2008 04:41 )
À Duttlenheim / France

ya na marre de tous ces pompiers pyromanes.

ces Assassins, après sa vient s'apitoyer, sur les victimes, et l'autre homo qui l'accompagne, veritable tête a claque.

Je paris qu'ils ne s'excuseront pas pour tous les crimes qu'ils ont commis aux pays de tintin au Congo.
Ecrire une réaction
  LES NEGRIERS ET EURFOR Africom et Eufor : sous couvert de grands principes et de sigles abscons, le quadrillage en douceur
( 17/12/2008 14:24 )
À Nanterre / France

Après la calotte prise par l’UMP , le parti au pouvoir en France, lors des élections municipales, le mini-remaniement ministériel qui s’en est suivi a vu le secrétaire d'Etat à la Coopération, Jean Marie Bockel perdre son poste. Vraisemblablement, il serait victime de ses positions prises sur la Françafrique. C’est justement de cette nébuleuse, souvent citée sans la connaître que nous nous proposons d’en parler. Pourquoi en parler quand on a quantités de textes écrits sur le sujet. Notre présente contribution fait suite aux déclarations d’intention faites par Nicolas Sarkozy et la vérité des faits.

La françafrique en question

Ce terme de françafrique est impropre dans la forme comme dans le fond. Il s’apparente à un effort d’accoler deux mots : la France et l’Afrique. Or il s’agit d’un pays et un continent très lointain que seule l’histoire peut réunir. Le terme connaît pourtant un succès grandissant. En réalité c’est l’ancien président de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouët Boigny qui inventa l’expression France-Afrique en 1955, pour définir les relations d’amitiés qu’il voulait établir avec la France. Il sera transformé par François-Xavier Verschave, pour devenir françafrique. Ce dernier le définit comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’Aide publique au développement. La logique de cette ponction est d’interdire l’initiative hors du cercle des initiés. Le système autodégradant se recycle dans la criminalisation. Il est naturellement hostile à la démocratie ». La Françafrique agit donc avec plusieurs acteurs (économiques, militaires et politiques) entre un seul pays, la France et un continent, l’Afrique, le tout dans des réseaux. Pour faire court, les réseaux politiques, mafieux et de filières occultes, se partagent sans coup férir le gâteau africain. Il s’agit d’aider quelques entreprises françaises, aidées par la diplomatie française en Afrique à exploiter les ressources naturelles des pays francophones. Ainsi, l’Afrique devient le pré carré de toutes les compromissions et de tous les coups tordus, un espace protégé où l'impunité est assurée aux puissants.

Historique de la françafrique

En 1958 , l'union française est remplacée par la «Communauté» dans la constitution de la Ve République. Celle-ci est conçue comme une association entre un Etat souverain, la France, et des Etats africains disposant de l'autonomie interne. Le général de Gaulle, quand il accède à la présidence de la République, doit affronter une situation internationale nouvelle, celle où les colonies de la France du sud du Sahara affirment leur volonté d’accéder à l’indépendance. De Gaulle fait mine d’accepter. Mais dans le même temps, il charge, dès 1958, son plus proche collaborateur, Jacques Foccart , de créer un système de réseaux qui emmaillotent les anciennes colonies dans un ensemble d’accords de coopérations politique, économique et militaire qui les placent entièrement sous tutelle. Bref, un système élaboré d’installation de forces parallèles. Et puis il y a eu l’ingénieuse idée de créer le franc CFA, et qui est en réalité un instrument magnifique de convertibilité en Suisse d’un certain nombre de richesses africaines.

La françafrique en action

Bolloré est l’un des acteurs économiques principaux de la Françafrique. On y découvre tout les liens politico-financiers de Bolloré qui est aussi directement bénéficiaire de l'aide économique au développement de le France aux pays africain, entretenant ainsi des relations étroites avec les dictatures d'Afrique. La dépendance de la France pour des produits dont le poids dans la balance commerciale est très lourd (pétrole, cuivre), mais aussi des produits stratégiques (manganèse), sillicium, platine, chrome, molybdène, éponge de titane, cobalt, ... le poussent à piller notre sous-sol avec l’aide de nos présidents traitres. Comme le rappelle Samir Amin, aujourd’hui comme hier largement motivé par le contrôle et l’exploitation des ressources minières du continent. C’est cette françafrique qui a chassé Lissouba au pouvoir parce qu’il a eu le malheur de demander 33 % de royalties sur le pétrole au lieu des 17 % de Sassou Nguesso. C’est aussi la françafrique qui a partagé le pétrole angolais : 45 % pour Elf-Totalfina et 45 % pour une compagnie anglo-saxonne et 10 % pour Falcon-Oïl. C’est bien l’entreprise pétrolière Elf, qui aurait « fait » la politique de l'État français au Gabon, au Cameroun, au Nigéria, au Congo-Brazzaville et en Angola, et aurait même été responsable de l’éclatement ou de la poursuite de guerres civiles dans ces trois derniers pays. Les services secrets (DGSE, DST) sont également désignés comme un élément important de ces réseaux, de par leur collaboration intense avec les services de plusieurs pays africains, pas nécessairement francophones (Angola ou Soudan par exemple). Elle a aussi aidé des présidents corrompus des Etats néocoloniaux, fondés sur une économie de rente, de pillage, de prélèvement de la richesse des matières premières ou de détournement de l’aide publique au développement. Cette même françafrique s’est transformée en mafiafrique, une sorte de mondialisation de relations criminelles. N’est ce pas elle qui a éliminé Ruben Um Nyobé du Cameroun, Sylavanus Olympio du Togo (le 13 janvier 1963), Barthelemy Boganda de la Centrafrique, Thomas Sankara du Burkina Faso, Patrice Lumumba de l’ex-Zaïre, Marien Ngouambi du Congo Brazzaville, Steve Biko de l’Afrique du Sud, Kragbé Gnagbé et Ernest Boka de Côte d’ivoire, etc. Que dire du Nigérien Hamani Diori qui voulait vendre son uranium ailleurs qu’en France, il a été déposé manu militari. L’Afrique est le seul continent qui soit encore à la mesure de la France, à la portée de ses moyens, le seul où elle peut encore, avec cinq cents hommes, changer le cours de l’histoire. Que d’opérations sur notre continent pour déstabiliser nos Etats : opération «Tacaud» dans la guerre du Katanga (Zaïre) en 1978, opération «Barracuda» contre Bokassa en 1979, opération «Epervier» en 1986 au Tchad, opération «Turquoise» au Rwanda en 1994, opération «Azalée» en 1995 au Comores,[..] opération « Licorne » en 2002 en Cote d’Ivoire . Enfin très bien organisée, la françafrique et les pantins de l’Afrique se retrouvent souvent pour festoyer comme les impies de Sodome et Gomorrhe lors des sommets franco-africains, dont le premier a été inauguré par le président Pompidou regroupant la France et 11 pays africains, en 1973.

Les promesses non tenues de Nicolas Sarkozy

Il a un discours contradictoire vis-à-vis de l’Afrique . On peut déceler ici et là des éléments de rupture et de continuité avec la politique africaine de la France. Les textes de référence sont : un discours de Nicolas Sarkozy au Bénin en mai 2006, une interview donné au magazine Jeune Afrique en novembre 2006, le discours du meeting UMP de Toulon et un discours sur la politique internationale en février 2007. Il veut « Se débarrasser des réseaux d’un autre temps, des émissaires officieux qui n’ont d’autre mandat que celui qu’ils s’inventent. Le fonctionnement normal des institutions politiques et diplomatiques doit prévaloir sur les circuits officieux qui ont fait tant de mal par le passé. » Il souhaite « cesser de traiter indistinctement avec des démocraties et des dictatures ». On le savait critique vis-à-vis de la politique africaine de jacques Chirac, mais on était loin de douter que l’homme débordant d’ambition manquerait de courage pour faiblir la françafrique. "Il nous faut construire une relation nouvelle, assainie, décomplexée, équilibrée, débarrassée des scories du passé et de ses obsolescences", pour "une relation plus transparente" entre la France et ses anciennes colonies pour "tourner la page des complaisances, des officines, des secrets et des ambiguïtés ». Aux lendemains de son élection, le président Sarkozy reçoit à l'Elysée, Omar Bongo et Sassou N'Nguesso. Le dessaisissement de Jean-Marie Bockel du portefeuille de Secrétaire d’Etat à la Coopération, dans le cadre du remaniement ministériel post-municipal, est une véritable sanction à l’encontre de celui qui avait annoncé en janvier dernier vouloir « signer l’acte de décès de la Françafrique ». Pour sa première visite en Afrique, le nouveau secrétaire d’État français à la Coopération Alain Joyandet était le 10 avril 2008 au Gabon, dont les autorités avaient salué l’éviction de son prédécesseur, Jean-Marie Bockel. "En allant au Gabon, a-t-il déclaré à l’AFP, il va rectifier la ligne politique adoptée par le secrétariat d’Etat à la Coopération depuis l’arrivée de Jean-Marie Bockel à sa tête". En plus l’amitié de Sarkozy avec Vincent Bolloré qui lui prête à volonté son yacht alors que les activités de son groupe, qui détient un pouvoir difficile à cerner, tant les contours sont tracés dans l’opacité . Dans la polémique du « yacht prêté », Sarkozy disait que le groupe Bolloré ne percevait pratiquement rien des contrats avec l’Etat français, pour qu’il soit influencé par d’éventuelles cessions de marché. Cela est vrai d’autant plus que, comme le dit son président, « ce qui fait la spécificité de notre groupe, c’est son implantation en Afrique ». Il y compte pas moins de 70 sociétés, implantées dans 35 pays (21 francophones et 14 anglophones) . La françafrique soutient ces entreprises qui ne s’entichent que de la violence politique pour s’emparer des marchés. Vous en conviendrez avec moi pour comprendre que la vie est un rendez-vous du donner et du recevoir : Bolloré a donné, il doit recevoir. Le groupe recevra donc de Sarkozy une aide appuyée de la diplomatie française, du soutien militaire pour intimider les présidents « libérateurs », et un maintien de la monnaie esclave, qu’est le franc CFA, pour bien exploiter les pays africains. L’ensemble se retrouvant dans le détail. Voici la véritable vérité N’en déplaise à ceux qui imaginent une Afrique libre et prospère, totalement épargnée par la fibre impérialiste, dont le monde occidental est plus ou moins atteint de cette fièvre ostentatoire, je ne suis pas prêt à accepter « l’Afrique aux africains » : tel est le message central que Sarkozy lance au sous continent noir. Quand il s’agit de parler de l’Afrique, le vernis de leur bonne éducation s’écaille, l’Afrique étant le seul continent où même un mécréant peut en dire du mal sans représailles. Pour l’homme qui pense que « l’homme africain » n’est que bélitre, et dans le contexte actuel de la renaissance africaine, son addiction au néocolonialisme fait désordre.

Jeunesse africaine, la trompète du Jubilé a sonné

Et bien nous avons compris qu’avec Sarkozy, désormais, la France officielle défend tout haut l’idée d’une nation « décomplexée » par rapport à son histoire coloniale et au mieux elle revisite les thèses racistes et impérialistes. Au nom de la conception commune d’une Afrique libre, au nom du MLAN, la jeunesse africaine par ma voix, rend un hommage mérité à François Verschave, qui a milité toute sa vie durant au sein de survie, pour une Afrique digne et débarrassée des réseaux mafieux. Le combat pour l’Afrique lui a valu un procès pour offense à chef d’Etat de la part de trois dictateurs africains : le Tchadien Déby, le Congolais Sassou Nguesso, et le Gabonais Bongo. Gloire et reconnaissance à Xavier Verschave. Aussi, saluons-nous la réincarnation de cette ferme volonté d’en finir avec ces « démons » en la personne de Jean Marie Bockel, c’est pourquoi, l’Afrique et ses enfants lui doivent respect et témoignage de notre amitié.

A vous jeunesse africaine, face à une droite aussi dure, qui s’accroche à la françafrique, il faudra une résistance héroïque, dont les actions feront date. Je sais et j’ai foi que Dieu est de notre côté car il est le Dieu des faibles. Sarkozy a trouvé son équilibre entre le culte permanent de la françafrique et le satyre des vivants, allant jusqu’à griller la politesse à ses prédécesseurs. La vérité a trébuché à la place publique. Aidons-le à guérir de cette vision manichéenne, car il y va de notre survie et celle des générations futures. N’ayons peur de rien car n’est ce pas déjà la mort que l’esclavage dans lequel nous sommes ? Nous réussirons certainement dans ce combat par la foi de nos actes. La manumission de notre continent, pillé depuis des siècles a sonné. Que cela soit écrit et qu’il s’accomplisse !


Dieu bénisse l’Afrique !

Vive l’Afrique libre et déliée !


Le Président du MLAN

Prao Yao Séraphin

www.mlan.fr








CO DEVELOPPEMENT IMMIGRE CHOISI

l'impérialisme français
Le maintien de la Francafrique, Nicolas Sarkozy persiste et signe
Ecrire une réaction

Nombre de messages
:  11
Pages:  1  
 
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version