Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

AMERICAN GANGSTER: LE FILM

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Culture & Arts
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
WILDCAT
Super Posteur


Inscrit le: 17 Sep 2006
Messages: 1191

MessagePosté le: Sam 08 Sep 2007 12:01    Sujet du message: AMERICAN GANGSTER: LE FILM Répondre en citant

Denzel IS BACK!!!!! Un nouveau film avec l'acteur que l'on ne présente plus. Histoire sur la vie d'un gangster de la pègre afro-américaine dans les années 70 aux USA. Réuni avec Denzel: Russel Crowe et tout cela commandé par Ridley Scott. Another instant classic!!!!

Voici la Bande Annonce!!!

http://movies.yahoo.com/feature/americangangster.html Cool
_________________
"La seule richesse naturelle d'un pays est son peuple"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Katana
Bon posteur


Inscrit le: 23 Déc 2005
Messages: 669

MessagePosté le: Sam 08 Sep 2007 14:26    Sujet du message: Répondre en citant

L'histoire, basée sur des faits réels, raconte l'ascension (puis la chute ?) d'un gangster noir (Denzel W) qui fut le premier à introduire en masse de l'héroïne aux USA dans les cercueils rapatriés de soldats tués au Vietnam.

Il est traqué par un agent fédéral interprété par Russel Crowe.

Or, la vérité AVERÉE, MAIS TUE est que c'est la CIA qui fût la première à introduire en masse cette drogue aux USA, par cette méthode des cercueils de soldats décédés au Vietnam...

J'espère que Ridley Scott, qui connaît forcément l'histoire puisqu'il s'en inspire, aura l'intelligence de le suggérer fortement dans son film.
_________________
"Nous avons accepté l'inacceptable"
JP Bemba
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Yedidia
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Juil 2004
Messages: 183

MessagePosté le: Jeu 13 Sep 2007 18:32    Sujet du message: Répondre en citant

Katana a écrit:

Or, la vérité AVERÉE, MAIS TUE est que c'est la CIA qui fût la première à introduire en masse cette drogue aux USA, par cette méthode des cercueils de soldats décédés au Vietnam...

Et on sait à quelles fins...

Parait que c'est un bon film... et on aura le plaisir de retrouver un "jeune acteur" très prometteur: Common Wink
_________________
" Vitam impendere vero "
... si possible!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hwenuzu
Grioonaute 1


Inscrit le: 12 Oct 2007
Messages: 246

MessagePosté le: Dim 11 Nov 2007 02:06    Sujet du message: Répondre en citant

Yedidia a écrit:
Katana a écrit:

Or, la vérité AVERÉE, MAIS TUE est que c'est la CIA qui fût la première à introduire en masse cette drogue aux USA, par cette méthode des cercueils de soldats décédés au Vietnam...

Et on sait à quelles fins...

Parait que c'est un bon film... et on aura le plaisir de retrouver un "jeune acteur" très prometteur: Common Wink


Alors qu'est que ça donne le film? Il est bon ou pas?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2952

MessagePosté le: Mer 14 Nov 2007 22:39    Sujet du message: Répondre en citant

hwenuzu a écrit:
Yedidia a écrit:
Katana a écrit:

Or, la vérité AVERÉE, MAIS TUE est que c'est la CIA qui fût la première à introduire en masse cette drogue aux USA, par cette méthode des cercueils de soldats décédés au Vietnam...

Et on sait à quelles fins...

Parait que c'est un bon film... et on aura le plaisir de retrouver un "jeune acteur" très prometteur: Common Wink


Alors qu'est que ça donne le film? Il est bon ou pas?


Je viens de le regarder sur divx, il n'est pas mal du tout.

Denzel joue tres bien son role, peut etre un peu trop bien par endroit surtout a la fin lors du dialogue avec russel crow.

Un film bien dans ce sens qu'il nous montre que nous sommes nous meme responsable de notre destin a un degre important.

Il n'est fait nulle part mention de la CIA et l'import de drogue par les cercueils.
Selon le film l'idee originale viendrait du personnage joue par Denzel, un noir qui fait travailler la mafia italienne pour lui, chose jamais arrivee depuis plus de 100 ans, selon l'officier principal qui refuse de l'accepter croyant qu'on voudrait se foutre de sa gueule.

Le sens pousse pour la famille m'a plu. Un fils qui a vu sa maman pour la derniere fois a 5 ans(je crois), mais se rappelle encore de ses dimensions.
Et transforme ce business en une affaire familiale.

Un mec bien organise, tres intelligents.

plus de 250 millions d'assets en quelques annees et a cette epoque, confisques par l'etat apres son arrestation.

Un film qui n'a rien a envier a scareface et autres goodfellas selon moi.
Il lui manque peut etre la grandeur du parrain dans la complexite de son organisation.

Bref je vous le recommande, tres bon film.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hwenuzu
Grioonaute 1


Inscrit le: 12 Oct 2007
Messages: 246

MessagePosté le: Mer 14 Nov 2007 23:32    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:
hwenuzu a écrit:
Yedidia a écrit:
Katana a écrit:

Or, la vérité AVERÉE, MAIS TUE est que c'est la CIA qui fût la première à introduire en masse cette drogue aux USA, par cette méthode des cercueils de soldats décédés au Vietnam...

Et on sait à quelles fins...

Parait que c'est un bon film... et on aura le plaisir de retrouver un "jeune acteur" très prometteur: Common Wink


Alors qu'est que ça donne le film? Il est bon ou pas?


Je viens de le regarder sur divx, il n'est pas mal du tout.

Denzel joue tres bien son role, peut etre un peu trop bien par endroit surtout a la fin lors du dialogue avec russel crow.

Un film bien dans ce sens qu'il nous montre que nous sommes nous meme responsable de notre destin a un degre important.

Il n'est fait nulle part mention de la CIA et l'import de drogue par les cercueils.
Selon le film l'idee originale viendrait du personnage joue par Denzel, un noir qui fait travailler la mafia italienne pour lui, chose jamais arrivee depuis plus de 100 ans, selon l'officier principal qui refuse de l'accepter croyant qu'on voudrait se foutre de sa gueule.

Le sens pousse pour la famille m'a plu. Un fils qui a vu sa maman pour la derniere fois a 5 ans(je crois), mais se rappelle encore de ses dimensions.
Et transforme ce business en une affaire familiale.

Un mec bien organise, tres intelligents.

plus de 250 millions d'assets en quelques annees et a cette epoque, confisques par l'etat apres son arrestation.

Un film qui n'a rien a envier a scareface et autres goodfellas selon moi.
Il lui manque peut etre la grandeur du parrain dans la complexite de son organisation.

Bref je vous le recommande, tres bon film.


ok merci, je vais aller le voir.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
kiwi1
Grioonaute 1


Inscrit le: 02 Fév 2005
Messages: 134

MessagePosté le: Jeu 15 Nov 2007 09:22    Sujet du message: Répondre en citant

le
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Lun 26 Nov 2007 23:52    Sujet du message: Répondre en citant

" Quoi !!! Comment un nègre pourrait réussir là où la Mafia a échoué depuis plus de 100 ans ? " la réplique culte d'AMERICAN GANGSTER un film qui deviendra CULTISSIME à n'en pas douter Laughing . AMERICAN GANGSTER fait parti de ces films qui marqueront des générations entières sur plusieurs décennies comme ce fut le cas pour SCARFACE , LE PARRAIN , LES INCORRUPTIBLES . AMERICAN GANGSTER est tout simplement le meilleur film de gangster qu'il m'ait été donner de voir à ce jour . Il est mieux que n'importe quel film de gangster qui a été réalisé jusqu'à cette année 2007 car FRANK LUCAS était un gangster unique . J'ai toujours éprouvé une fascination pour les gangsters ( pas les voyous de cités qui tueraient leurs mères pour 25 cent Laughing ) mais alors là en ce qui concerne FRANK LUCAS c'est du JAMAIS VU pour ma part Shocked .

DENZEL WASHINGTON en rentrant dans la peau de FRANK LUCAS est devenu LE maestro du 7e art : THE BEST ACTOR ON THIS EARTH THE GREATEST DENZEL . Son talent insondable , sa prestation hallucinante dans ce film , sa belle gueule , sa sobriété , sa classe hors du commun ( FRANK LUCAS était un grand GENTLEMAN tout comme DENZEL et donc il s'habillait trop trop bien pour son époque rien à voir avec des clowns pseudo-gangsters de la WEST COAST comme 50 CENT , DPG avec leurs fourrures de merde le genre " M'AS TU VU " ) , son charisme électrifiant mais surtout sa puissance spirituelle et intellectuelle dans son jeu font de DENZEL WASHINGTON un acteur unique dans l'Histoire du cinéma car vraiment dans AMERICAN GANGSTER , DENZEL a atteint la perfection en tant qu'acteur Shocked ( je croyais que c'était impossible dans le 7e art ) .

Encore une fois , DENZEL WASHINGTON est surprenant , captivant , saisissant , il y a comme un magnétisme entre le spectateur et le personnage de FRANK LUCAS qu'il interprète magistralement à l'écran . DENZEL fait le film à lui seul , le film c'est lui , FRANK LUCAS c'est lui , DENZEL se met dans la peau d'une légende du crime organisé nord-américain des années 70 et apporte une grande humanité à FRANK LUCAS . DENZEL dans AMERICAN GANGSTER est effrayant , il est sobre , ne parle pas beaucoup mais il est comme un volcan pret à exploser n'importe quand , imprévisible , qui lorsqu'il ne maitrise pas sa rage , sa colère , tue de sang froid , détruit ses ennemis sans pitié , tabasse ses proches quand ces derniers font ne serait-ce qu'UNE ERREUR ( " je te tuerai meme si tu es mon cousin Laughing " ) . On a connu DENZEL WASHINGTON militant de la cause noire dans MALCOLM X , brillant avocat dans PHILADELPHIA , boxeur émérite dans HURRICANE CARTER , garde du corps déroutant dans MAN ON FIRE , dans AMERICAN GANGSTER DENZEL WASHINGTON se métamorphose en redoutable et habile gangster . Découvrez-le comme vous ne l’avez jamais vu , accourez au cinéma , vous ne serez déçu à aucun moment dans cette œuvre grandiose du 7e art .

AMERICAN GANGSTER c'est la rencontre magique entre 3 TITANS d'HOLLYWOOD au sommet de leur art : THE GREATEST DENZEL WASHINGTON , RUSSELL CROWE et THE MASTER RIDLEY SCOTT . RIDLEY SCOTT arbitre le match DENZEL VS CROWE et DENZEL l'emporte de très très loin . CROWE joue à la perfection son role de flic coriace et incorruptible mais dur , très très dur de se mesurer à une LEGENDE VIVANTE du 7e art comme DENZEL WASHINGTON car là on a à faire à du TRES TRES LOURD ( sacré DENZEL va Laughing ) .


AMERICAN GANGSTER est un chef-d'oeuvre du genre , un film d'une puissance incroyable réalisé d'une main de maitre par RIDLEY SCOTT qui entre au panthéon très fermé des cinéastes de génie de l'Histoire du 7e art . RIDLEY SCOTT est celui à qui nous devons ALIEN le chef-d'oeuvre du fantastique , BLADE RUNNER le chef-d'oeuvre de la science-fiction , THELMA ET LOUISE le chef-d'oeuvre de la comédie dramatique , GLADIATOR le chef-d'oeuvre du péplum , LA CHUTE DU FAUCON NOIR le chef-d'oeuvre du film de guerre , KINGDOM OF HEAVEN le chef-d'oeuvre du film de cape et d'épée et en cette fin d'année 2007 , RIDLEY SCOTT nous pond LE chef-d'oeuvre du film de gangster . Décidemment ce RIDLEY SCOTT est un virtuose de la caméra car SON film de gangster surpasse ceux de SCORSESE ( GANGS OF NEW YORK , THE DEPARTED , CASINO et LES AFFRANCHIS ) et ceux de DE PALMA ( SCARFACE , LES INCORRUPTIBLES et CARLITO'S WAY ) . Enfin RIDLEY SCOTT a SON film de gangster .

FRANK LUCAS n'a rien à voir avec TONY MONTANA ou quelconque gangster italo-américain ou juif : FRANK LUCAS n'a pas les yeux plus gros que le ventre / il n’est pas ambitieux ( j’adore son échange avec le parrain sicilien DON CATTANO où FRANK LUCAS lui dit " Moi Harlem ça me va " et le parrain de répondre " voyons dans ce business il faut etre ambitueux travaillez pour moi et comme ça nous vendrons à l’échelle nationale voire internationale " ) , il aime cultiver la discrétion ( il ne porte pas plein de bijoux brillants comme ces rappeurs pseudo-gangstas , ne porte pas de dents en or , il ne roule pas dans des voitures avec des jantes qui brillent ) , il est extremement prudent , redoutablement intelligent / rusé ( contrairement à un certain TONY MONTANA Laughing ) , c'est un génie du business et surtout il a un sens de la " FAMILIA " unique . Il n'est pas psychopathe névrotique comme TONY MONTANA , c'est un gangster qui se lève à 5h du matin pour travailler , c'est un gangster qui accompagne sa mère chaque dimanche à l'église , c'est un gangster qui le plus souvent reste en famille le soir bref il ne mène absolument pas la vie d'un parrain sicilien , juif ou irlandais etc...

RIDLEY SCOTT à travers ce chef-d'oeuvre nous montre son immense talent de metteur en scène . Les décors de HARLEM dans les années 70 sont sublimes et surtout très réalistes . On sent que RIDLEY SCOTT est un perfectionniste qui s'accroche au moindre petit détail ainsi le spectateur est plongé dans l'atmosphère de HARLEM des années 70 qui est alors l'endroit le plus dangereux de l'Amérique .

Et puis la musique du film signé MARC STREITENFELD est magistrale , rien qu’en écoutant la BO on a l'impression de faire un voyage dans HARLEM plus de 30 ans en arrière ( et puis quelle voix sublime qu’a ANTHONY HAMILTON Embarassed ) .

AMERICAN GANGSTER est " LE PARRAIN " à la sauce AFRO-AMERICAINE mais en mieux . La différence c'est qu'au lieu d'avoir de la musique italienne ou du FRANK SINATRA on a des standards de l'excellente musique noire , du funk des seventies .
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Lun 26 Nov 2007 23:53    Sujet du message: Répondre en citant

RIDLEY SCOTT en acceptant d'adapter au cinéma la vie de FRANK LUCAS a dû relever un immense défi . En effet , il y a eu pléthore films de gangsters estampillés HOLLYWOOD et tous des chefs-d'oeuvres donc le risque avec AMERICAN GANGSTER était de s'attendre à un SCARFACE version NOIR ( cf. l'affiche du film ) . Or il n'en est rien car RIDLEY SCOTT est un génie :

Arrow SCARFACE c'est l'Histoire d'un caid de la coke se déroulant à MIAMI dans les années 80 or SCARFACE est réalisé dans les années 80 / AMERICAN GANGSTER c'est l'Histoire d'un baron de la drogue se déroulant à NEW YORK dans les années 70 or AMERICAN GANGSTER est réalisé 30 ans plus tard soit dans les années 2000 . Et c'est là toute la magie du cinéaste RIDLEY SCOTT qui arrive à nous reconstituer parfaitement le HARLEM des seventies alors qu'il n'est pas américain à la base . En regardant AMERICAN GANGSTER , nous sommes vraiment à HARLEM à la fin des années 60 / début des années 70 .

Arrow TONY MONTANA est un personnage fictif qui n'a jamais existé et surtout SCARFACE de DE PALMA est un remake de celui de HOWARD HAWKS / FRANK LUCAS est un personnage réel et jamais sa vie n'a été porté à l'écran jusqu'à cette année . Le challenge pour DENZEL c'était de rester le plus fidèle possible à la réalité => PARI réussi . DENZEL WASHINGTON de par son immense talent est devenu FRANK LUCAS durant 2h37 à tel point qu'on a l'impression que DENZEL a vraiment été gangster dans la real life et c'est exactement ça l'excellence dans le jeu d'acteur . Et croyez-moi DENZEL WASHINGTON est très crédible en tant que gangster des seventies .

Arrow TONY MONTANA c'est avant tout un homme cupide , dépourvu de valeurs morales , arrogant , prétentieux , jaloux , psychopathe névrosé bref totalement l'opposé de FRANK LUCAS qui est plutot un homme très attaché aux valeurs morales , très sobre ( par exemple qui n'a pas épousé la plus belle femme du coin mais une femme banale mais classe ) , intègre , froid , respectueux , discipliné ( qui aura toujours du respect pour son mentor BUMPY JOHNSON jusqu'après la mort de ce dernier contrairement à TONY MONTANA qui abattra son mentor FRANK LOPEZ ) . FRANK LUCAS c'est celui qui aiderait une vieille femme à traverser un passage piéton , c'est celui qui viendrait en aide aux faibles , aux nécessiteux / pauvres , c'est celui qui assiste aux messes du dimanche bref rien à voir avec un voyou sans foi ni loi . FRANK LUCAS était un homme d'honneur c'est peut etre pour toutes ces raisons que DENZEL WASHINGTON a accepté d'incarner FRANK LUCAS au cinéma .

Arrow TONY MONTANA c'est le gangster moche , impuissant , petit qui ne sait pas s'habiller alors que FRANK LUCAS c'est le contraire élégant , gentleman , beau gosse , la classe parfaite . DENZEL WASHINGTON aka FRANK LUCAS avec sa carrure imposante ( plutot grand et athlétique tout le contraire d'AL PACINO ) nous montre qu'il peut etre aussi effrayant qu'AL PACINO aka TONY MONTANA dans SCARFACE si ce n'est plus sans etre un névrosé agité ( perso j'ai trouvé DENZEL aka FRANK LUCAS dans AMERICAN GANGSTER beaucoup plus effrayant qu’AL PACINO aka TONY MONTANA dans SCARFACE )

Arrow enfin TONY MONTANA et FRANK LUCAS n'auront pas la meme fin . TONY MONTANA n'ayant aucun code de l'honneur finira abattu comme un lapin comme il avait abattu son mentor qui plus est en sniffant sa propre coke alors qu'au contraire FRANK LUCAS s'en tire seulement avec 15 ans de prison sans etre abattu . Meme dans ce milieu ( surtout ce milieu Laughing ) , il faut etre droit , intègre jusqu'au bout . Pour toutes ces raisons , AMERICAN GANGSTER surpasse SCARFACE , ce n'est pas du tout une copie de SCARFACE , c'est un chef-d'oeuvre unique du film de gangster , AMERICAN GANGSTER l'emporte par KO .

Pour les détracteurs de DENZEL WASHINGTON :

Certains seront déçus par le fait que DENZEL WASHINGTON est accepté d'incarner FRANK LUCAS parce que ce film serait soit-disant une apologie des gangsters / hors-la-loi . Mais quid de SCARFACE , LES INCORRUPTIBLES , CARLITO's WAY , GANGS OF NEW YORK , THE DEPARTED , DONNIE BRASCO , LE PARRAIN , CASINO etc... ? HOLLYWOOD a sorti plus de films de gangsters sur les italo-américains , juifs et irlandais sans que cela entraine un bain de sang ou une vocation pour ce métier chez les jeunes italo-américains , juifs et irlandais qui sont meme les plus instruits aux USA . DENZEL WASHINGTON a grandi à HARLEM , il connait HARLEM , il a entendu parler de FRANK LUCAS , c'est son époque . A côté de ça , ses idoles dans le cinéma étaient et le sont toujours AL PACINO et ROBERT DE NIRO ( Dieu sait le nombre de films de gangsters dans lequel ces 2 là ont joué ) et quel meilleur hommage à AL PACINO qui incarne TONY MONTANA dans SCARFACE que d'ajouter à sa brillante filmographie , un chef-d'oeuvre de film de gangster comme AMERICAN GANGSTER ( et puis l'élève DENZEL a dépassé le maître AL PACINO ) .

Après tout DENZEL WASHNGTON n'est pas coutumier des films de gangsters donc pour une fois il peut déroger à la règle Laughing . DENZEL WASHINGTON a toujours dit qu'il n'avait pas l'âme militante ( ce n'est pas un militant de la cause noire ou je ne sais trop quoi !!!! c'est un passionné du 7e art comme moi Laughing ) et voilà ce qu'il dit à ce sujet : " En acceptant certains roles comme MALCOLM X , j'endosse une certaine responsabilité . Mais c'est aux PARENTS et aux ENSEIGNANTS de donner l'exemple aux jeunes " . Je suis totalement d'accord avec ses propos , ce n'est pas aux musiciens , acteurs de cinéma comme DENZEL ou sportifs de donner l'exemple aux jeunes noirs des ghettos d'Amérique ou des cités de FRANCE et encore moins aux gangsters comme FRANK LUCAS de les éduquer NON cette tâche revient aux PARENTS , c’est à ces derniers de donner l'exemple point barre !!!! Et puis comme c'est un faux débat , les militants de la cause noire pouront se réjouir de retrouver THE GREATEST DENZEL l'an prochain dans THE GREAT DEBATERS où il incarnera un professeur afro-américain des années 30 en plus un film qu'il réalise lui-meme . En meme temps c'est le meme DENZEL qui a joué dans HURRICANE CARTER , ANTWONE FISHER ( qu'il réalise lui-meme ) et GLORY des films qui mettent largement en valeur des illustres personnages noirs donc stop les faux procès à l'endroit d'une LEGENDE VIVANTE du cinéma comme DENZEL WASHINGTON .
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Lun 26 Nov 2007 23:55    Sujet du message: Répondre en citant

Dans AMERICAN GANGSTER , on a la meilleure introduction du cinéma US : dès la 1ère minute du film qui sera une scène CULTE , on en prend plein la gueule : un latino se fait bruler vif , FRANK LUCAS / DENZEL lui tire dessus de sang froid à plusieurs reprises ( AIE AIE les oreilles Laughing ) du jamais VU pour une intro dans l'Histoire du 7 art . Ensuite c'est parti pour 2h30 qu'on ne voit pas du tout passer impossible de s'ennuyer je vous le garantis .


Des scènes cultes dans ce film :

Arrow Lorsque FRANK LUCAS / DENZEL explose la tete d'un type avec le piano ( AIE AIE les yeux Laughing non la scène est censurée Twisted Evil ) un tel déchainement de violence en l'espace d'une minute du jamais vu ensuite crise de colère sur ses frères , cousins etc... il demande à tout le monde de sortir non vraiment MAGISTRAL ce DENZEL surtout avec sa carrure tu as encore plus peur et tu restes scotché sur ton siège ( tu sens quelque chose au coeur ) et pourtant au début de la scène il a le regard froid , glaçant tu ne t'attends pas du tout à ce genre de réactions c'est là toute la différence avec TONY MONTANA dans SCARFACE qui est prévisible . Cette scène du piano est tellement réaliste que t'as l'impression que DENZEL a vraiment fracassé la tete du type en tout cas j'aimerai pas etre à sa place Shocked

Arrow une autre scène culte d'AMERICAN GANGSTER où le petit frère de FRANK LUCAS à savoir HUEY LUCAS interprété magistralement par l'acteur africain CHIWETEL EJIOFOR ( 2e collaboration avec DENZEL pour le brother Very Happy ) . Ce con a oublié dans le coffre de la voiture la came alors qu'au meme moment ils se font arreter par des flics tous des ripoux dont l'inspecteur TRUPO interprété magistralement par JOSH BROLIN ( alors lui dans le film comment je le hais c'est pas possible d'etre corrompu à ce point là surtout que dedans il a la sale tronche du rital mafieux cheveux gominés moustachu bref tout ce que je déteste beurk pour ma vue Laughing ) . Et devinez quoi les ripoux se barrent avec la came devant FRANK LUCAS . Une fois dans la voiture avec son petit frère ( là tu te dis My God Pauvre Huey qu'est-ce que t'as fais comme connerie Laughing ) , FRANK LUCAS lui défonce la tete contre la vitre de sa voiture . Pareil l'une des scènes les plus violentes de l'Histoire du cinéma et la scène se déroule en quelques secondes à peine .

Arrow la scène culte où FRANK LUCAS rencontre le représentant de la Mafia Américaine interprété magistralement par ARMAND ASSANTE aka DOMINIC CATTANO dans le film bref une scène de dialogue cultissime :
DOMINIC CATTANO : " Gloucester "
FRANK LUCAS : " What " ( il est illetré Laughing )
DOMINIC CATTANO : " Great Britain "
FRANK LUCAS : " Hein ( Approbation ) " ( des Barres de barres de rires dans la salle Laughing Laughing ) l'anecdote c'est que FRANK LUCAS comme tout américain moyen est archi nul en géographie Rolling Eyes Laughing sans oublier le couplet de DOMINIC CATTANO sur les règles du business en Amérique soit-disant « le monopole c’est anti-américain vous risquez de vous faire plein d‘ennemis « , en revanche la libre concurrence c’est américain c'est ça ouais Rolling Eyes et FRANK LUCAS / DENZEL de lui dire « Mieux vaut avoir du succès en se faisant plein d’ennemis plutôt que d’etre un raté et avoir plein d’amis « réplique CULTISSIME

Arrow la scène culte où FRANCK LUCAS / DENZEL va remettre les choses au point chez NICKY BARNES interprété magistralement par CUBA GOODING JR . Lui aussi a pris FRANK LUCAS pour une petite frappe qu’on peut arnaquer comme on veut , c’est mal connaître FRANK LUCAS . NICKY BARNES a l'audace d'appeller aussi son héroine BLUE MAGIC or pour FRANK LUCAS c'est de la contrefaçon car c'est lui le dépositaire de la marque BLUE MAGIC Laughing ( cultissime la scène des barres de rire dans la salle Laughing ) " BLUE MAGIC c'est comme du PEPSI Laughing " vraiment intimidant ce FRANK LUCAS

Arrow une autre scène culte ( bon il y en a pleins dans ce film mais pas trop le temps il faudrait des heures pour raconter Laughing ) : lorsque FRANK LUCAS / DENZEL abat TANGO interprété magistralement par un autre acteur africain IDRIS ELBA d'une balle en pleine tete de sang froid devant tout le monde en plein centre-ville d'HARLEM là tu en prends plein la vue . Le type TANGO croyait avoir à faire à une petite frappe " tu ne vas quand même pas me flinguer devant tout le monde et BOUM le coup de feu part en un temps record " hélàs pour lui FRANK LUCAS n'était pas du genre à se faire intimider par qui que ce soit encore moins par un clown comme TANGO

Arrow RICHIE ROBERTS VS un officier de l'Armée US
l'Officier veut empecher RICHIE ROBERTS de fouiller les cercueils pour trouver l'héroine de FRANK LUCAS ( un peu près 2 tonnes ) car cela entrainerait un scandale sans précédent dans l'Histoire de l'Armée Américaine . Le peuple Américain pensera que son armée en plus de s'etre fait battre par les Vietcongs faisait du trafic de drogue et ça il est hors de question , ça ternira à jamais l'image de l'Armée US
RICHIE ROBERTS : " Dans ces cerceuils , il y a de l'héroine en provenance d'Asie du sud-est . Un certain dénommé FRANK LUCAS importe cette héroine pour la revendre sur le territoire US "
L'OFFICIER : " FRANK LUCAS c'est qui celui-là un italien ? "
RICHIE ROBERTS : " Non un noir à la tete d'une organisation ... " ( il se fait couper direct par l'officier )
L'OFFICIER : " Pfff !!! Quoi un noir !!!! Mais comment un nègre pourrait réussir là où la Mafia a échoué depuis plus de 100 ans "
RICHIE ROBERTS :" Il n'empeche , il le fait , FRANK LUCAS est l'homme le plus dangereux de l'Amérique , il importe de l'héroine d'Asie du sud-est par le biais des cerceuils par vos avions et nous avons la preuve qu'il le fait depuis 1969 jusqu'en 1975 et tout ça illégalement "
L'OFFICIER : " Quoi vous etes à çà de la radiation et vous faites de l'humour allez virez-moi ce youpin " ( ensuite baston on les sépare Laughing ) CULTISSIME la scène Laughing Laughing

Arrow enfin une autre scène d'anthologie la mise à l'amende de FRANK LUCAS / DENZEL par sa mère MAMA LUCAS / RUBY DEE vers la fin du film :
MAMA LUCAS " tu es mon fils ainé ici chez nous ça ne se fait pas de tuer un flic tout le monde le sait ça tes petits frères le savent moi meme je sais ça mais apparemment il n'y a que toi ici qui ne sait pas ça ( Laughing des barres de rires dans la salle ) si tu le fais ta femme EVA t’abandonnera ET je t'abandonnerai et BANG c'est à ce moment qu'elle lui colle une de ces gifles Shocked " CULTISSIME Laughing
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Lun 26 Nov 2007 23:56    Sujet du message: Répondre en citant

AMERICAN GANGSTER c'est surtout des excellents seconds roles :

la légendaire RUBY DEE aka MAMA LUCAS
CARLA GUGINO aka LAURIE ROBERTS
CHIWETEL EJIOFOR aka HUEY LUCAS
JOSH BROLIN aka Inspecteur TRUPO le plus gros ripoux que la Terre n'ait jamais porté Evil or Very Mad
LYMARI NADAL aka EVA la femme de FRANK LUCAS
KADEE STRICKLAND aka l'avocate de RICHIE ROBERTS très mignonne Laughing
CUBA GOODING JR aka NICKY BARNES
RZA aka MOSES JONES
COMMON aka TURNER LUCAS
TIP HARRIS aka STEVIE LUCAS
IDRIS ELBA aka TANGO


FRANK LUCAS est un homme fascinant qui va monter en puissance dans le crime organisé comme aucun homme ne l'a fait avant lui et comme aucun ne le fera après lui . Dans la pègre américaine , il y avait un AVANT-FRANK LUCAS et un APRES-FRANK LUCAS . En 5 ans , ce gangster est à la tete d'une fortune colossale ( 250 millions de dollars US de l'époque soit 1 milliard de dollars US aujourd'hui ) alors qu'il est inconnu et de la police et des hautes instances de la Mafia Américaine . FRANK LUCAS fut le bras droit de BUMPY JOHNSON de qui il a appris les ficelles du métier . Notamment , il a eu l'occasion de bosser avec les Siciliens et de ces derniers , il aura appris quelques codes de conduite pour prospérer dans un mileu impitoyable comme le grand banditisme à savoir HONNETETE-INTEGRITE-TRAVAIL-FAMILLE .

En effet , ce qui a fait le succès de FRANK LUCAS dans ce milieu , c'est que c'était un homme droit , intégre , loyal , honnête , discipliné ( puisque durant une dizaine d'années , il a bossé avec son mentor BUMPY JOHNSON sans vouloir attenter à sa vie rien à voir avec un certain TONY MONTANA dans SCARFACE qui va liquider son mentor par cupidité ) et surtout qui adore sa famille par dessus tout .

On est impressioné dans ce film par l'amour que FRANK LUCAS porte à sa mère ( interprétée magistralement par la légendaire RUBY DEE ) , à ses frères ( avec qui il va monter son organisation ) et à son neveu ( interprété magistralement par le rappeur T.I ) . Pour FRANK LUCAS , la famille passe avant tout comme il l'a appris chez les Siciliens . D'ailleurs , c'est rare de voir toute une famille afro-américaine travailler et prospérer dans le grand bandistisme car en général , ça marche par quartier , par gang , par ville peu importe les liens familiaux etc... mais chez les LUCAS , le business c'est avant tout une affaire de famille comme chez les Siciliens .

FRANK LUCAS a flairé le bon coup avec la guerre du Vietnam : il a un cousin NATE ( interprété magistralement par ROGER GUENVEUR SMITH ) en Asie du Sud-est grace à lequel il va faire transiter de l'héroine pure à 100 % vers les USA . Cette héroine est la plus pure sur le marché US ( il l'a surnommera BLUE MAGIC ) et en plus FRANK LUCAS aura le génie de la vendre à moitié prix de ce qui se faisait à son époque ce qui fera de lui l'Homme le plus puissant du cartel de la drogue dure des années 70 et ce en un laps de temps très court .

Le problème c'est qu'à cette époque , c'est la FRENCH CONNECTION qui controle le marché international de l'héroine et qui surtout l'écoule aux USA par l'intermédiaire des 2 pontes de la COSA NOSTRA que sont LUCKY LUCIANO et MEYER LANSKY . La FRENCH CONNECTION est representé par les Corses de Marseille et ceux-ci voient d'un très mauvail oeil le fait qu'un businessman NOIR ait le monopole de la vente d'héroine aux USA car tous les junkies à cette époque préfèraient la BLUE MAGIC surtout les junkies blancs des classes moyennes et ceux d'HOLLYWOOD ( une drogue que les blancs peuvent sniffer pas besoin de piquouse Laughing ) .

Les Corses tenteront meme d'assassiner la femme de FRANK LUCAS en vain , ils l'ont loupée . L'autre problème c'est que la BLUE MAGIC est une drogue tellement puissante qu'elle va causé une épidémie jamais vue dans l'Histoire de l'Amérique surtout auprès des blancs des classes moyennes . Tant que cette épidémie touchait les ghettos noirs , le gouvernement ne faisait rien mais dès qu'elle a touché les gosses des blancs de la classe moyenne , le gouvernement NIXON a décidé de déclarer la guerre aux barons de la drogue dure qu'ils soient aux USA ou à l'étranger .

C'est alors que va commencer la plus grande traque des dealers de drogue que le monde occidental n'ait jamais connu dont l'objectif est de faire tomber seulement les caids des puissants cartels de la drogue et notamment ceux de la FRENCH CONNECTION . Tous les moyens vont etre mis en oeuvre notamment la création de BRIGADES DE STUPS dans les grandes métropoles US dont une où règne FRANK LUCAS à savoir NEW YORK CITY .
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Lun 26 Nov 2007 23:58    Sujet du message: Répondre en citant

C'est alors que va entrer en jeu RICHIE ROBERTS interprété magistralement par RUSSELL CROWE . RUSSELL CROWE est l'autre protagoniste du film qui joue un flic intègre , honnete , bosseur déterminé à traquer et à renverser le règne de FRANK LUCAS . A ce moment là , personne ne se doute que FRANK LUCAS est un noir pas meme RICHIE ROBERTS qui croit avoir à faire à un gangster italien , un blanc quoi !!!!

Pour les flics surtout à cette époque , il est impensable qu'un noir fasse ce que la Mafia n'a jamais réussi à faire et encore moins que la Mafia travaille pour le compte d'un supposé noir dénommé FRANK LUCAS .

RICHIE ROBERTS est un flic torturé devant surmonter ses problèmes conjugaux ( il doit des pensions alimentaires à sa femme qui a la garde de son enfant ) mais c'est certainement le flic le plus honnete que l'Amérique n'ait jamais connu : alors qu'il trouve 1 million de dollars US dans le coffre d'une voiture , il va les restituer à la police sachant qu'il a des pensions à payer le gros bougre je me suis dit Rolling Eyes ( alors que beaucoup les aurait gardé perso je n'aurai pas rendu la totalité des 1 millions de dollars j'aurai surement gardé la moitié après avoir bien fait attention que personne ne m'ait vu Laughing ) .

RICHIE ROBERTS et FRANK LUCAS ont des points en commun : ils sont honnetes , intègres et sont passionnés par leurs métiers . RICHIE ROBERTS n'est pas naif , il sait très bien que le trafic de drogue implique énormément de personnes et surtout des hauts responsables américains d'où sa réplique CULTE " Juges , avocats , politiciens .... Si le trafic de drogue s'arrete dans ce pays , c'est 100 000 personnes qui se retrouvent au chômage . " CULTISSIME Laughing

Mais lui est intègre , il ne se fera jamais corrompre . FRANK LUCAS essaye de corrompre RICHIE ROBERTS une 1ère fois par le biais du parrain de son fils en l'offrant un sublime chalet à ASPEN mais rien à faire RICHIE ROBERTS ne tombe pas dans le piège , il refuse car c'est un flic , un représentant de la loi , il doit donner l'exemple quand bien meme la tentation est grande ( n'oublions pas qu'il doit des pensions à son ex-femme qui le traine en justice à cause de ça ) .

Dans les annales de la criminalité US , c'est la 1ère fois qu'un noir arrose des flics , qu'un noir corrompt des flics , ça ne s'était jamais vu , jusque là seuls les mobsters italiens et juifs le faisaient .

FRANK LUCAS devient alors WANTED , on ne veut pas le tuer au contraire on le veut vivant . C'est alors que commence la chute du parrain de HARLEM aka FRANK LUCAS . Toutes les polices de NYC mettent leurs efforts en commun pour démanteler le réseau de trafic de drogue le plus inédit de l'Histoire de l'Amérique ( puisqu'il s'agit de toute une famille afro-américaine ) mais surtout pour stopper net l'ascension fulgurante d'un businessman noir qui est alors l'homme le plus dangereux des Etats-Unis .

Ca tombe bien , RICHIE ROBERTS réussi à arreter un cousin de FRANK LUCAS et lui fait du chantage : " où tu coopères OU on te colle un meurtre sur le dos à toi de voir " . Il lui fera installer un micro sous ses vetements et c'est de cette façon que RICHIE ROBERTS va réussir à mettre la main sur FRANK LUCAS après plusieurs années de traque . Enfin il a bien la preuve matérielle de l'existence d'héroine dans les cercueils de soldats US en provenance du Vietnam lors d'une écoute secrète d'une conversation entre FRANK LUCAS et son cousin en Asie du sud-est au sujet de 2 tonnes d'héroine qui arriveront par avions militaires .
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Mar 27 Nov 2007 00:00    Sujet du message: Répondre en citant

Les 30 dernières minutes d'AMERICAN GANGSTER sont les plus intenses de l'Histoire du cinéma . On sent bien que FRANK LUCAS avait mis dans l'embarras bien des responsables américains et surtout des ripoux parmi la brigade des stups de NYC .

L'arrestation de FRANK LUCAS / DENZEL est une scène culte : comme chaque dimanche , il va à l'église . En sortant de l'église , il y a toute une armée de flics qui l'attend . La caméra fait alors un gros plan sur lui bref une scène d'anthologie Laughing . C'est la fin d'un règne , en tant que spectateur , on a presque pas envie qu'il soit arreté car ce qu'on va découvrir après dépasse l'entendement .

En effet , au moment de son interrogatoire ( 1er face à face DENZEL WASHINGTON / RUSSEL CROWE après presque 2h20 ) , FRANK LUCAS / DENZEL va essayer de corrompre une 2de fois RICHIE ROBERTS / CROWE et là attention c'est aussi une scène d'anthologie .

DENZEL WASHINGTON comme d'habitude brille par son plein de charisme , il occupe l'écran à lui tout seul , on le sent bien jusqu'au bout : il propose de l'argent , un deal pour sortir libre . RICHIE refuse .

FRANK LUCAS re-tente un deal " que voulez-vous ? vous croyez m'impressionner " lance t-il à RICHIE .
RICHIE : " continuez j'ai avec moi plus de 100 familles qui vont vous trainer en justice à cause de la BLUE MAGIC + une tentative de corruption sur un officier de police + un meurtre de sang froid devant témoins etc... vous en aurez pour 70 ans Laughing " .

FRANK LUCAS : " moi j'ai HARLEM avec moi vous croyez que je suis qui ? un truand , je ne suis pas un truand , je ne suis pas un de ces italiens , irlandais ou juifs ..."

RICHIE " mais les italiens ne sont pas les votres , ils s'en foutent de vous ils seront bien contents lorsque vous serez derrière les barreaux un businessman noir riche de surcroit puissant vous croyez que ça leur fait plaisir . Pour eux vous symbolisez le progrès et ça ils n'en veulent pas " ( au fait , il n'y avait pas que les flics qui voulait la peau de FRANK LUCAS , son succès fulgurant a causé énormément d'ennemis surtout auprès des gangsters italiens , juifs et irlandais qui n'acceptent pas qu'un nègre leur fasse de l’ombre et les domine donc pour eux son arrestation ce n'est que du bénéf' comme le dit si bien RICHIE ROBERTS )

FRANK LUCAS " Et alors vous croyez qu'en m'arretant que le trafic de drogue va cesser , avant que vous étiez là les ritals , les juifs , les irlandais ont saigné Harlem .... voyez-vous ce qui est normal pour moi ne l'est pas pour vous je vais vous dire ce qui est normal pour moi c'est lorsque des flics débarquent chez vous à 6 ans , trainent votre frère jusqu'à dehors lui enfonce le canon dans la bouche et le flingue pour moi ça c'est normal Laughing " ( bon là on comprend à la fin comment FRANK LUCAS en est arrivé là , il ne connait pas la peur quand on a vécu ce qu'il a vécu à l'age de 6 ans , on est immunisé contre la peur il faut savoir qu'il a vécu son enfance en Caroline du Nord l'Etat le plus raciste de l'Amérique durant la ségrégation raciale , le KKK y faisait alors la loi ) . Bref les 10 dernières minutes du film sont anthologiques .

Et c'est à ce moment qu'on en prend plein la gueule , FRANK LUCAS conclut un marché avec RICHIE ROBERTS ( s'il balance tous les ripoux de la police new-yorkaise RICHIE lui promet de réduire sa peine de 70 ans à 15 ans ) et c'est ce qu'il fait ( c'est ce que j'aurai fait aussi à la place de FRANK LUCAS sans pitié avec les porcs de flics alors quand c’est des ripoux je me serias pas gêner Laughing ) : il balance un par un les ripoux de la brigade des stups de NYC , tous ceux qu'il a corrompu durant des années c'est un peu sa façon à lui de se venger d'eux trop trop trop fort la fin d'AMERICAN GANGSTER la meilleure fin d'un film de gangster qui plus est d'un film Hollywoodien .

RICHIE ROBERTS procède alors à l'arrestation de tous les ripoux de la Brigade des Stups de NYC et ce qu'on apprend à la fin du film dépasse l'entendement : FRANK LUCAS sera condamné à 15 ans de prison pour avoir coopérer avec la police et donner tous les noms des corrompus au sein de la police new-yorkaise . Les 3/4 d'entre eux étaient corrompus par FRANK LUCAS Shocked ( on se croirait dans THE SHIELD avec le BALD HEAD aka MICHAEL CHIKLIS plus ripoux que ce flic tu meures Laughing ) .

Et la question qu'on se pose à la fin d'AMERICAN GANGSTER est alors la suivante : QUI SONT LES VRAIS VOYOUX / MALHONNETES ? Ceux qui sont censés représenter la loi et mettre de l'ordre dans les villes en luttant contre le trafic de drogue et touchent des pots-de-vins de la part des dealers en l'occurence les flics OU BIEN les barons de la drogue , les dealers comme les FRANK LUCAS , MEYER LANSKY , NICKY BARNES , LUCKY LUCIANO etc... ?

Par contre la seule déception dans AMERICAN GANGSTER c'est lorsque l'Inspecteur TRUPO se suicide à la fin ( là tu es dégouté c'est trop facile ça il choisit la mort plutot que d'affronter son destin à savoir la justice quel scélérat en plus il a trop une sale tronche Laughing ) .

Ce que je retiens , c'est que beaucoup de flics à cette époque à NYC étaient des ripoux , des malhonnetes heureusement que RICHIE ROBERTS était là pour redoser un peu le blason de cette profession sinon il fallait pas trop compter sur eux pour stopper les barons de la drogue aux USA . FRANK LUCAS pouvait se considérer gagnant dans l'histoire vu qu'il n'a écopé que 15 années de prison eu égard de tous les crimes qu'il a perpétrés .

Je retiendrai aussi la réplique culte d'AMERICAN GANGSTER lorsque FRANK LUCAS dit au représentant de la Mafia New-Yorkaise : " Mieux vaut avoir du succès en se faisant plein d'ennemis que d'etre un raté et d'avoir plein d'amis " .

Quelques anecdotes : bien avant ROBERT JOHNSON , FRANK LUCAS fut le 1er afro-américain à être milliardaire mais son argent a été saisi puisque mal acquis . C'est quand meme troublant que ça soit dans le trafic de stup' , beaucoup de portes notamment celles du business légal étaient fermées à cette époque aux afro-américains , ils n'avaient guère trop le choix ceux qui vivaient dans le ghetto .

NICKY BARNES aka MR UNTOUCHABLE un contemporain de FRANK LUCAS fut le 1er afro-américain propriétaire de l'APOLLO THEATER à HARLEM c'est quand meme troublant encore une fois que ça soit un gangster noir . Après , on ne compte pas plus de 3 ou 4 milliardaires afro-américains depuis cette époque .

DENZEL WASHINGTON touchera au minimum un beau pactole de 50 millions de dollars US pour AMERICAN GANGSTER ( le film devait se faire il y a 3 ans et dans le contrat il était stipulé qu'il toucherait 25 millions de dollars US dans tous les cas sacré négociateur ce DENZEL Laughing )

Aujoud’hui RICHIE ROBERTS et FRANK LUCAS sont amis . RICHIE est même le parrain de son fils .

Mes pronostics pour les oscars 2008 . A mon avis , AMERICAN GANGSTER repartira avec 5 statuettes dont :

Arrow l'Oscar du meilleur acteur pour DENZEL WASHINGTON

Arrow l'Oscar du meilleur 2nd role masculin pour RUSSELL CROWE

Arrow l'Oscar du meilleur scénario pour STEVE ZAILLIAN ( le meme qu’il a obtenu pour la liste de schindler )

Arrow l'Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur pour RIDLEY SCOTT

Pour ma part , je m’impatiente de voir l’impérial DENZEL WASHINGTON dans le remake des PIRATES DU METRO le film culte des années 70 réalisé par JOSEPH SARGENT . En plus dirigé par TONY SCOTT le MASTER du thriller d’action avec JOHN TRAVOLTA miam miam tous les ingrédients sont seront réunis pour nous concocter un remake largement à la hauteur tout ça promet lol En attendant la version longue d'AMERICAN GANGSTER RIDLEY SCOTT oblige Wink
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Mar 27 Nov 2007 12:19    Sujet du message: Répondre en citant

kareem, R Scott t'a payé combien pour avoir ce monumental "griootage" de ta part ...? Laughing
J'ai évité de tout lire car il me semble que tu racontes pratiquement tout le film, ce qui risque d'empécher toute surprise et plaisir à celui qui veut le voir.

Ce qui m'interressse dans ce film, c'est l'illustration qu'un Noir est capable de créer et d'organiser un système économique viable et sophistiqué.
Car dans le subconscient de beaucoups, les Noirs sont certes abonnés à la délinquance et à la violence mais à un niveau primaire et désordonné.
Tous ces jeunes des ghettos ou des banlieues que l'on dit inaptes à comprendre à l'école et peu intelligents, démontrent souvent qu'ils sont assez malins pour monter des systèmes economiques, certes tournés vers l'illegalité (drogue, traffic d'armes , faux papiers etc,etc...), mais dignes des meilleurs théoriciens des grandes universités d'economie.

Le cinema nous à habitué à ne nous montrer que des Noirs petits traffiquants de drogues, tueurs à gages minables ou hommes de mains de caids blancs. Au mieux ce sont des indics (Huggy les bons Tuyaux dans Starsky et Hutch Laughing ).

Je me souvient de Miami Vice ou tous les caids de la drogue étaient des blanc ou des latinos , la seule fois ou il ont mis en avant un groupe de Noirs, c'etaient de vulgaires petits traffiquant de drogue de bas niveau(sous entendu: ils sont incapables de créer une organisation complexe et efficace).
On à beau dire, Le Parrain, Donnie Brasco, Casino etc...sont des hymmes à l'intelligence (blanche).

Cela à du surprendre beaucoups de monde que le fameux roi de la drogue colombien Pablo Escobar n'était un "vulgaire" latino métissé aux cheveux presque crépus et non pas un descendant direct d'espagnol ou autre européen !
Bien sur, un film s'inspirant de lui, l'a representé en homme blanc chatain aux yeux clairs. (Toujours cette idée que seul un homme d'ascendance européenne peu atteindre une telle puissance!).
Avant Ben Laden à Hollywood les grands terroristes ne pouvaient ètres que russes ou allemands de l'est, les grands maffieux italos americains, italiens ou latinos blancs.
Il y à peu de temps aux USA encore, les funerailles d'un caids afro americain de je ne sais plus quel ville, avait donné lieus à une telle débauche de luxe (plus d'une cinquantaines de Rolls Phantom blanches dans le cortège !) que beauscoups d'observateurs avaient été surpris qu'il puisse exister des délinquants d'une telle dimension dans les ghettos.

Que de craindre à je ne sais quelle recrudescence du gangstérime parmis les jeunes afros, ce film doit plutot leur faire comprendre qu'ils ont les mèmes capacités intellectuelles que n'importe qui pour montrer de projets economiques ou autres de très haut niveau ; l'essentiel est de ne pas mettre cette intelligence au service du mal!
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Mar 27 Nov 2007 12:38    Sujet du message: Répondre en citant

bamiléké a écrit:
kareem, R Scott t'a payé combien pour avoir ce monumental "griootage" de ta part ...? Laughing
J'ai évité de tout lire car il me semble que tu racontes pratiquement tout le film, ce qui risque d'empécher toute surprise et plaisir à celui qui veut le voir.


OUI OUI, PAREIL Shocked Shocked !!! d'autant plus que j'y vais pas avant jeudi soir donc je remonterai pas dans ce topic avant d'être sortie de salle, soit une fois rentrée à la Base !

Kareem, FAUT PAS FAIRE !!! TI É FOU OU KOI ?!!!

Dépose lentement ce clavier par terre on peut discuter !!!!!

_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Bahia
Grioonaute 1


Inscrit le: 09 Fév 2005
Messages: 122
Localisation: Somewhere over the rainbow

MessagePosté le: Mer 28 Nov 2007 18:04    Sujet du message: Répondre en citant

Excellent, excellent, ce Kareem Saïd !
Je n'ai jamais vu ça, c'est dire comme American gangster l'a plus qu'inspiré et je le comprends parfaitement.

Un conseil : Lisez-le une fois que vous aurez vu le film sinon vous n'aurez plus aucune surprise.
Je l'ai lu en diagonale mais je crois bien qu'il dit tout sur le film, il n'a pas pu se retenir tant il était emporté dans son élan.

Perso, comme lui, j'ai beaucoup aimé le film, on ne voit pas les 2H30 (je crois) passer contrairement au dernier Coppola où je me suis ennuyée à mourir, c'était long à n'en plus finir. Je n'ai pas compris tout ce tam-tam autour de ce film.

Tu as parfaitement raison, Kareem Saïd, les gangsters ou voyous fascinent beaucoup et pas que les hommes. Sonia Roland, Monica Bellucci (je ne sais pas si Vincent Cassel est un voyou mais il fait voyou), Whitney Houston pour ne citer qu'elles en sont des illustrations vivantes.

J'en profite pour vous conseiller mon dernier coup de coeur, un énorme coup de coeur : De l'autre côté du réalisateur allemand d'origine turc, Fatih Akin. Je comprends qu'il ait obtenu le prix du scénario au dernier festival de Cannes. Un film tout en subtilité, tout en nuance comme La vie des autres, un autre de mes coups de coeur, et curieusement deux films allemands...
_________________
Andu, saa andi, andinn !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Jeu 29 Nov 2007 02:38    Sujet du message: Répondre en citant

bamiléké a écrit:
kareem, R Scott t'a payé combien pour avoir ce monumental "griootage" de ta part ...? Laughing
J'ai évité de tout lire car il me semble que tu racontes pratiquement tout le film, ce qui risque d'empécher toute surprise et plaisir à celui qui veut le voir.

Ce qui m'interressse dans ce film, c'est l'illustration qu'un Noir est capable de créer et d'organiser un système économique viable et sophistiqué.
Car dans le subconscient de beaucoups, les Noirs sont certes abonnés à la délinquance et à la violence mais à un niveau primaire et désordonné.
Tous ces jeunes des ghettos ou des banlieues que l'on dit inaptes à comprendre à l'école et peu intelligents, démontrent souvent qu'ils sont assez malins pour monter des systèmes economiques, certes tournés vers l'illegalité (drogue, traffic d'armes , faux papiers etc,etc...), mais dignes des meilleurs théoriciens des grandes universités d'economie.

Le cinema nous à habitué à ne nous montrer que des Noirs petits traffiquants de drogues, tueurs à gages minables ou hommes de mains de caids blancs. Au mieux ce sont des indics (Huggy les bons Tuyaux dans Starsky et Hutch Laughing ).

Je me souvient de Miami Vice ou tous les caids de la drogue étaient des blanc ou des latinos , la seule fois ou il ont mis en avant un groupe de Noirs, c'etaient de vulgaires petits traffiquant de drogue de bas niveau(sous entendu: ils sont incapables de créer une organisation complexe et efficace).
On à beau dire, Le Parrain, Donnie Brasco, Casino etc...sont des hymmes à l'intelligence (blanche).

Cela à du surprendre beaucoups de monde que le fameux roi de la drogue colombien Pablo Escobar n'était un "vulgaire" latino métissé aux cheveux presque crépus et non pas un descendant direct d'espagnol ou autre européen !
Bien sur, un film s'inspirant de lui, l'a representé en homme blanc chatain aux yeux clairs. (Toujours cette idée que seul un homme d'ascendance européenne peu atteindre une telle puissance!).
Avant Ben Laden à Hollywood les grands terroristes ne pouvaient ètres que russes ou allemands de l'est, les grands maffieux italos americains, italiens ou latinos blancs.
Il y à peu de temps aux USA encore, les funerailles d'un caids afro americain de je ne sais plus quel ville, avait donné lieus à une telle débauche de luxe (plus d'une cinquantaines de Rolls Phantom blanches dans le cortège !) que beauscoups d'observateurs avaient été surpris qu'il puisse exister des délinquants d'une telle dimension dans les ghettos.

Que de craindre à je ne sais quelle recrudescence du gangstérime parmis les jeunes afros, ce film doit plutot leur faire comprendre qu'ils ont les mèmes capacités intellectuelles que n'importe qui pour montrer de projets economiques ou autres de très haut niveau ; l'essentiel est de ne pas mettre cette intelligence au service du mal!


Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

Je viens juste de m'apercevoir que j'ai raconté tout le film . C'est l'effet DENZEL WASHINGTON surtout quand tu l'as vu en vrai . DENZEL c'est comme de l'eau tu ne pourras jamais etre fatigué de boire de l'eau pareil pour les prestations de DENZEL c'est un régal à chaque fois . Je ne sais pas comment dire cet homme là DENZEL a une telle force spirituelle qui se dégage en lui je sais pas comment décrire ce sentiment c'est comme s'il t'hypnotisait , il faut le voir pour le croire . C'est comme des hommes comme MALCOLM X ou MUHAMMAD ALI il suffit de les voir en photo , au ciné , dans un documentaire , il se passe quelque chose d'électrique ça ne s'explique pas . Ce qui me frappe chez DENZEL hormis son talent insondable , c'est sa capacité à jouer tous les roles à la perfection . MALCOLM X c'était il y a 15 ans aujourd'hui il récidive avec FRANK LUCAS c'est phénoménal Shocked .

C'est surtout l'intelligence , la façon de calculer du personnage qu'il interprète qui m'a mis hors de moi . Je le redis FRANK LUCAS je n'aurai jamais voulu etre son rival , il est trop trop effrayant Shocked ( chez nous on dit méfie-toi de l'eau qui dort ) . Mais bon ce chef-d'oeuvre qui va devenir CULTE ne serait rien sans la magie de RIDLEY SCOTT et surtout sans sa rigueur historique Wink .

Sinon tout à fait d'accord avec toi BAMILEKE sur tout ton raisonnement . Je pense que FRANK LUCAS aurait pu créer la 1ère Mafia afro-américaine ( de toute façon j'en dirai pas plus regardez le film car il gérait vraiment une véritable entreprise familiale le seul bémol c'est qu'elle a tué des centaines de personnes ) .

Il est vrai que dans le milieu du grand banditisme un noir n'est vu que comme un exécutant ( on fait d'ailleurs souvent appel à ses services pour tuer je me rappelle d'un certain parrain manouche du crime organisé dont les redoutables éxécuteurs étaient tous des noirs lui il était le cerveau parce que blanc ) jamais comme un cerveau d'ailleurs ce milieu est considéré comme de la haute intelligence criminelle et dans la tete de l'occidental moyen l'intelligence renvoie forcément aux blancs notamment dans ce milieu du crime organisé , les cerveaux sont forcément italiens , juifs , irlandais ou russes par contre les noirs c'est inimaginable .

Ce que tu dis aussi sur PABLO ESCOBAR est vrai , il a une tete d'arabe très racée il a une tete de métis ( ça devait etre un quarteron ) , le pire c'est qu'il ressemble comme 2 gouttes d'eau à pas mal de mes compatriotes dont l'ascendance négro-africaine ne fait aucun doute . Regardez DANIEL PICOULY ( un quarteron ) et pourtant il a une gueule d'arabe . Idem pour ROGER GUENVEUR SMITH qui joue un cousin de FRANK LUCAS dans AMERICAN GANGSTER , il a aussi une tete d'arabe alors que ses 2 parents sont des mulatres et j'ai plein d'exemples autour de moi ne serait-ce que dans ma famille de métis , quarterons avec des tetes de méditerranéens ou d'arabes alors que nous sommes d'ascendance noire africaine . En meme temps , il me semble que la COLOMBIE a la 3e minorité noire d'Amérique latine ( 25 % sans compter les morenos ceux qui se disent bruns alors qu'en vérité ils sont métis de noir et de blanc ) . Tiens le livre de MARK BOWDEN ( entre autre l'auteur du chef-d'oeuvre BLACK HAWK DOWN brillamment adapté au ciné par le virtuose RIDLEY SCOTT ) sur le parrain PABLO ESCOBAR à savoir KILLING PABLO THE HUNT FOR THE WORLD'S GREATEST OUTLAW va etre adapté au ciné et devrait sortir aux alentours de 2009 / 2010 . Il sera réalisé par JOE CARNAHAN ( qui a réalisé NARC et MISE A PRIX 2 chef-d'oeuvres du polar NOIR ) et devinez qui incarnera EL PATRON un espagnol , un européen bien blanc et non un latino métissé Laughing Rolling Eyes . Mais bon heureusement que c 'est JOE CARNAHAN qui le réalisera c'est déjà ça Very Happy

Non il n'y a pas de raison de craindre à une recrudescence du crime chez les jeunes noirs nous ne sommes pas des moutons en tout cas moi c'est surtout l'oeuvre , le film en lui-meme qui m'a mis hors de moi Shocked . Le cinéphile que je suis a rarement savourer un film culte comme AMERICAN GANGSTER dans sa vie Wink
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "


Dernière édition par Kareem Said le Jeu 29 Nov 2007 14:09; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Jeu 29 Nov 2007 02:41    Sujet du message: Répondre en citant

Maryjane a écrit:
bamiléké a écrit:
kareem, R Scott t'a payé combien pour avoir ce monumental "griootage" de ta part ...? Laughing
J'ai évité de tout lire car il me semble que tu racontes pratiquement tout le film, ce qui risque d'empécher toute surprise et plaisir à celui qui veut le voir.


OUI OUI, PAREIL Shocked Shocked !!! d'autant plus que j'y vais pas avant jeudi soir donc je remonterai pas dans ce topic avant d'être sortie de salle, soit une fois rentrée à la Base !

Kareem, FAUT PAS FAIRE !!! TI É FOU OU KOI ?!!!

Dépose lentement ce clavier par terre on peut discuter !!!!!


Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Désolé ma soeur mais c'était plus fort que moi la faute à RIDLEY et DENZEL tout ça une fois que j'ai tapé la 1ère lettre c'était parti plus moyen de m'arreter Laughing Laughing
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Jeu 29 Nov 2007 02:51    Sujet du message: Répondre en citant

Bahia a écrit:
Excellent, excellent, ce Kareem Saïd !
Je n'ai jamais vu ça, c'est dire comme American gangster l'a plus qu'inspiré et je le comprends parfaitement.

Un conseil : Lisez-le une fois que vous aurez vu le film sinon vous n'aurez plus aucune surprise.
Je l'ai lu en diagonale mais je crois bien qu'il dit tout sur le film, il n'a pas pu se retenir tant il était emporté dans son élan.

Perso, comme lui, j'ai beaucoup aimé le film, on ne voit pas les 2H30 (je crois) passer contrairement au dernier Coppola où je me suis ennuyée à mourir, c'était long à n'en plus finir. Je n'ai pas compris tout ce tam-tam autour de ce film.

Tu as parfaitement raison, Kareem Saïd, les gangsters ou voyous fascinent beaucoup et pas que les hommes. Sonia Roland, Monica Bellucci (je ne sais pas si Vincent Cassel est un voyou mais il fait voyou), Whitney Houston pour ne citer qu'elles en sont des illustrations vivantes.

J'en profite pour vous conseiller mon dernier coup de coeur, un énorme coup de coeur : De l'autre côté du réalisateur allemand d'origine turc, Fatih Akin. Je comprends qu'il ait obtenu le prix du scénario au dernier festival de Cannes. Un film tout en subtilité, tout en nuance comme La vie des autres, un autre de mes coups de coeur, et curieusement deux films allemands...


Comme tu l'as dit , AMERICAN GANGSTER m'a retourné le cerveau ( déjà vu 2 fois je m'en lasse pas Laughing ) , c'est un chef-d'oeuvre qui m'a pris par les tripes comme aucun autre auparavant peut-etre parce que le personnage principal du film est un noir je sais pas trop mais aussi avec RIDLEY SCOTT ( dont j'ai adoré quasiment tous les films ) derrière la caméra c'est la cerise sur la gateau le meilleur moment de cinéma pour ma part quel régal trop trop fort ces américains Laughing

Ca fait plaisir que tu cites FATIH AKIN je ne suis donc pas le seul hé hé Laughing DE L'AUTRE COTE pareil pour moi mais surtout c'est son 1er film HEAD-ON qui m'a mis une claque Shocked ( j'en dirai pas plus ) . Je vous conseille aussi LA NUIT NOUS APPARTIENT un polar noir et sombre dans la lignée de NARC et MISE A PRIX avec ROBERT DUVALL un monstre du cinéma , MARK WALHBERG ( décidemment lui finit de plus en plus par m'épater quel acteur Shocked ) , JOAQUIN PHOENIX ( lui aussi épatant Shocked ) et cerise sur le gateau la sublissime EVA MENDES aie aie elle fait trop mal aux yeux celle-là Laughing
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Jeu 29 Nov 2007 14:00    Sujet du message: Répondre en citant

Une autre réplique culte du film :

" J'ai HARLEM avec moi , j'ai protégé HARLEM , HARLEM me protègera " FRANK LUCAS dans AMERICAN GANGSTER

Je fais un tour sur un célèbre forum ciné du web voilà que je tombe sur une critique qui nous dit " qu'un parrain noir ce n'est pas crédible " Evil or Very Mad voilà c'est ce que je disais ci-dessus un parrain c'est intelligent , c'est un fin calculateur donc forcément ça ne peut etre qu'un blanc quid de FRANK LUCAS Rolling Eyes
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Jeu 29 Nov 2007 14:18    Sujet du message: Répondre en citant

Kareem Said a écrit:
Une autre réplique culte du film :

" J'ai HARLEM avec moi , j'ai protégé HARLEM , HARLEM me protègera " FRANK LUCAS dans AMERICAN GANGSTER

Je fais un tour sur un célèbre forum ciné du web voilà que je tombe sur une critique qui nous dit " qu'un parrain noir ce n'est pas crédible " Evil or Very Mad voilà c'est ce que je disais ci-dessus un parrain c'est intelligent , c'est un fin calculateur donc forcément ça ne peut etre qu'un blanc quid de FRANK LUCAS Rolling Eyes


Citation:
Je fais un tour sur un célèbre forum ciné du web voilà que je tombe sur une critique qui nous dit " qu'un parrain noir ce n'est pas crédible " Evil or Very Mad voilà c'est ce que je disais ci-dessus un parrain c'est intelligent , c'est un fin calculateur donc forcément ça ne peut etre qu'un blanc quid de FRANK LUCAS Rolling Eyes


C'est bien ce qu'il y a dans la tète de pas mal de gens! Sad
Homme Noir= incapable d'ètre l'auteur de quoi que se soit de compliqué ou de génial. Malheureusement pour eux, cette histoire est basée sur un personnage ayant existé et étant encore en vie!! Laughing
Ce film est une giffle pour les racistes de tout poil...
Si F Lucas avait été un personnage fictif, je t'assure qu'un bon nombre de critiques aurait descendu en flamme le film pour: "non crédibilité", "exagération", "utopie", "délire" ou "fantaisie abracadanbresque"... Confused
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Yedidia
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Juil 2004
Messages: 183

MessagePosté le: Ven 30 Nov 2007 00:24    Sujet du message: Répondre en citant

Vous trouve vraiment très légers dans vos analyses...

Avez raison sur un point cependant ; c'est que le noeud de toute cette histoire c'est cette question: "Comment un nègre a pu réussir là où la Mafia a échoué depuis plus de 100 ans! "
Contrairement à ce que vous semblez penser, la réponse n'est pas dans ce film. Devriez essayer de la trouver, vous découvririez des choses...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Ven 30 Nov 2007 01:16    Sujet du message: Répondre en citant

A chaud, sortie de salle avec un Homeboy et après un gros débat au Mc Do (Laughing), je rentre donc de projection.

… Et plutôt mitigée en fait Confused.

Sans dire qu’American Gangster est un mauvais film car restant quand même correct (ça veut pas dire que j'y retournerai non plus Rolling Eyes), il ne casse pas de briques pour autant – du moins pas autant que je l’aurais espéré, compte tenu du grand renfort de pub et d’encensement massif des médias dès sa sortie. On parlait de "classique" en vue, j’ai surtout vu un remix de clins d’oeils à d’autres classiques du genre, sans que le film en lui-même n'en devienne l’un d’eux un jour. Sans parvenir à l’expliquer, il manque quelque chose à ce film.

A en juger par la façon explicite dont commence le film, on se dit "WAOUH ; PRESSION !!!" et on se frotte les mains à l’idée d’une rétrospective Scorsesienne de la carrière d’une légende (ou d'une petite frappe c'est au choix), mais ce film s’articule surtout autour d’une dénonciation contre les systèmes de corruption chez les flics, tout aussi Bad Guyz et corrompus que ceux qu’ils traquent – d’où le titre du film "American Gangster", qui selon moi englobe tout un panel de criminels Américains, le genre « parti de rien » faisant ou ayant fait l’histoire et la légende des Etats-Unis, quels que soient leurs rangs dans la société, ou la branche dans laquelle ils officient (flic, gangster, l’un ou l’autre voire les deux à la fois).

Tout reproche contre Ridley Scott exclu, mais j’ai du mal avec les réalisateurs "touche-à-tout", qui passent du coq à l’âne avec une violence telle qu’ils m’empêchent d’identifier leur touche à chaque nouvelle œuvre. Avec Scott on passe de Blade Runner à Thelma et Louise, puis d’Alien à Gladiator en passant par Hannibal Lecter et 1492 C Colomb. On se sent comme le gars de western forcé à danser pour éviter les balles qu’on lui tire dans les pieds. J’aurais préféré un John Singleton, un De Palma voire un Van Peebles derrière le porte-voix pour faire ce film. Spike Lee j’en suis sûre et avant de me coincer le doigt dans la porte fraîchement claquée, m’aurait tout simplement répondu "Hell no !!!" Laughing.

On peut noter un casting particulièrement savoureux, et qui nous a valu quelques bonds d’hystérie réduits aux chuchotements mal contenus de salles obscures (tu sais quand tu peux pas hurler bien fort en cognant ton pote du coude et pointant nerveusement ton doigt vers l’écran : "EEEEEH C’EST UNTEL IL A JOUE DANS TEL FILM !!!!", et que tu dois tout bloquer dans tes côtes pour pas déranger le spectateur d’à côté qui crève d’envie de te dire de la fermer).

Il y a aussi eu ce bonheur et cette très sincère émotion en revoyant, aux côtés de DW, Roger Guenveur Smith (ici dans le rôle de Nate, cousin de Lucas), très souvent vu dans les films du Brother Spike, dont le mémorable bégayant Smiley vendeur de photos de Malcolm X et Luther King dans Do The Right Thing, ainsi que Summer of Sam, He Got Game et plus particulièrement dans Malcolm X, la scène dans laquelle DW jouait à la roulette russe sur son nez "mi-Nègre, mi-Rital" pour lui rappeler "who’s in charge" Wink. De les revoir ensemble plus de 10 ans après en se remémorant cette scène nous a carrément émus Embarassed !

Arrivent ensuite Joe Morton (et son look indescriptible), TI, Common (dont je regrette la casquette éternellement vissée sur son crâne comme s’il était dans un de ses clips), RZA du Wu Tang en flic amorphe, Anthony Hamilton (petite apparition sur scène en soirée, sapé en Curtis Mayfield), Armand Cassante, qu’on a surtout vu dans des petits téléfilms des 80-90’s… tout un panel de personnalités poids lourds dont les rôles méritaient peut-être un peu plus de profondeur, tels que Chiwetel Ejiofor (visage impérial, ce mec est d’une beauté Africaine incontournable) dont le talent, s’il n’est plus à prouver, mérite d’être mieux exploité dans un futur proche. … Chiwetel, qui – par ailleurs, dans Four Brothers, m’avait déjà interpellée par ses traits et plus particulièrement son regard, là m’a complètement dissoute avec le reste. Si quelqu’un a son phone ce serait cool de faire tourner (pour Common et T.I. c’est bon j’ai trouvé) Twisted Evil.

Bien que n’ayant pas vu passer les 2 h 30 du film, j’en regrette toutefois les nombreuses longueurs dont on aurait pu faire l’économie, ce qui nous aurait évité un sursaut de dernière minute et profiter d’une petite frénésie aussi vite repartie qu’arrivée (la descente dans le Taj Mahal local).

Une mention définitivement spéciale à Russel Crowe (voix divinement masculine), que j’ai littéralement adoré dans ce film et dans ce rôle taillé sur mesure, soit à la hauteur de son talent, son charisme et sa personnalité (ours mal léché).

Concernant DW, l’avis sera tout en paradoxe, car bien que – comme d’habitude – toujours aussi excellent tous rôles confondus tout au long de sa carrière, il reste néanmoins "Denzel-Washington-quoi-qu’il-joue". 90% du temps c’est tout le sel de chacune de ses prestations, mais j’aurais voulu une fois comme ça, qu’il dépasse sa légende, qu’il fasse qu’un jour on ne le reconnaisse pas dans un rôle de composition, bref qu’il casse le mythe, tout comme De Niro qui, dans un (pourtant) petit film, a su renverser la vapeur en se glissant dans la peau d’un psychopathe aux colères démesurées (Les Nerfs à Vif), ou encore d’un patient atteint d’encéphalite (l’Eveil – de loin son plus beau rôle).

Dans chacun des films que j’ai vu avec DW, j’ai toujours adoré ses colères (le coup de bouteille au bar dans Malcolm X, ses rapports de force avec son lieutenant dans Soldier’s Story, sa rage à peine contenue dans Mo Better Blues après le tabassage de Spike et Hurricane Carter). Et concernant American Gangster, si je ne dois choisir qu’une scène du film, je ne retiendrai donc que son coup de sang près du piano (MANMAN Shocked).

A la manière du genre de confrontation de « Monstres Sacrés » après laquelle on court durant tout un film pour finalement la voir tourner en jus de pompe en 2-2 à trois secondes du générique de fin (façon De Niro / Pacino dans Heat, Hanks / Newman dans Les Sentiers de la Perdition), on a donc espéré et attendu celle de Washington et Crowe, pour finalement nous la faire super courte, incisive à moitié avec un cycle d’évolution plutôt gravement bâclée sur la relation qui prend forme entre les deux protagonistes. Relation qui n’est d’ailleurs pas sans sauvagement me rappeler le Catch Me If You Can de Spielberg, dans lequel Franck Abagnale devient pote avec le FBI man Carl Hanratty après une traque planétaire (et véridique là aussi) pour fraude et escroquerie.

Pour finir, j’ai particulièrement aimé l’image finale du film qui, avec la baisse du rideau (et sans entrer dans les détails), traduit pour moi la fin d’une époque (l'endroit d'où il sort et le contexte d'alors) et le début d’une autre, dans laquelle Lucas va devoir se muer, qu’il le veuille ou non, et ce sans forcément la maîtriser, car le monde n’aura pas attendu qu’il revienne pour évoluer.

Donc voilà. Je m’attendais à une dynamite, j’ai plutôt eu la bougie d’anniversaire à mèche courte.

Un p’tit 12/20 ça devrait le faire.

Voilà sans plus.
_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Ven 30 Nov 2007 10:13    Sujet du message: Répondre en citant

Kareem,

Mon avis posté hier soir, j'ai donc pris le temps de te relire ce matin Laughing !

So :

Kareem Said a écrit:
SCARFACE c'est l'Histoire d'un caid de la coke se déroulant à MIAMI dans les années 80 or SCARFACE est réalisé dans les années 80 / AMERICAN GANGSTER c'est l'Histoire d'un baron de la drogue se déroulant à NEW YORK dans les années 70 or AMERICAN GANGSTER est réalisé 30 ans plus tard soit dans les années 2000 . Et c'est là toute la magie du cinéaste RIDLEY SCOTT qui arrive à nous reconstituer parfaitement le HARLEM des seventies alors qu'il n'est pas américain à la base .


… Euh ouais Kareem, Milos Forman non plus n’est pas américain pourtant lui aussi sait reconstituer les époques dans ses films (voir le sublime "The People vs Larry Flynt") je comprends pas trop la comparaison là… Laughing

Kareem Said a écrit:
enfin TONY MONTANA et FRANK LUCAS n'auront pas la meme fin . TONY MONTANA n'ayant aucun code de l'honneur finira abattu comme un lapin comme il avait abattu son mentor qui plus est en sniffant sa propre coke alors qu'au contraire FRANK LUCAS s'en tire seulement avec 15 ans de prison sans etre abattu .


Sorry mais alors là pas d’accord.

Le principal code d’honneur pour lequel est tombé Tony Montana était "No Woman, No Kids" dans ses contrats, or c’est en refusant d’exécuter la femme et les enfants d’un homme politique qu’il a signé son arrêt de mort. Entre supprimer le gars de Sosa qui allait faire sauter la voiture du gars et sa famille à deux doigts de se faire exploser, il a choisi.

D’autant plus que Montana, au mariage bancal et dont la femme, Elvira, était stérile, a carrément pété les plombs et préféré buter l’homme de main de Sosa plutôt que les enfants qu'il aurait aimé avoir et qu'il n'aura pas avec la femme qu'il aime (même s'il lui montre mal ses sentiments), qu'il soit considéré "homme mort" ou pas ensuite par son patron.

Pour ce qui est de son mentor Franck Lopez, l’exécution n’était pas gratuite. En affaires, moins il y a de femmes dans le périmètre, mieux ça vaut. Et là il y avait Elvira Hancock. Lopez n’a pas digéré, après les négociations avec Sosa, que Montana – dès le départ littéralement croc de sa femme, lui fasse du rentre dedans. Pas suffisamment soumis à sa cause et le voyant comme une menace pour son "couple", il décide donc de l’éliminer. Mais Tony s’en sort. Logique oblige, celui qui échappe à une exécution pour sauver sa peau se débarrassera de celui qui aura cherché à le tuer.

Quant à Lucas, Kareem, sorry mais son seul mérite pour ne pas avoir fini dans une mare de sang revient tout simplement à la rapidité fulgurante de son retournement de veste en devenant une "donneuse". Et à part sa famille (au passage il prévoyait de tuer son frère mais s'est ravisé en fonction de sa mère qui pleurait déjà la mort d'un autre fils), je vois pas où est le code d'honneur de Lucas, qui lui utilisait les femmes pour traiter sa dope, en les faisant bosser à poils pour éviter les vols Shocked.

Si tu dois faire la comparaison avec Montana, lui pour rester intègre dans son business, n’a jamais marché avec la Popo pour maintenir son biz debout, et a préféré faire d’une pierre deux coups : éliminer Lopez et Mel Burstein, flic ripoux (tiens tiens on y revient Laughing) et pote du précédent.

La seule erreur de parcours de Montana aura été de mélanger "amitié" et "business".

Et bien que fictif, le personnage de Montana s’inspire définitivement d’un ensemble bien consistant (et existant) de gangsters Latinos expulsés de Cuba, débarqués aux US dans les 80’s et ayant pignon sur rue à Miami depuis maintenant plus de 30 ans.

La comparaison n’a donc pour moi pas du tout, mais alors pas du tout lieu d’être entre ces deux films, Homeboy. Films dont l’un suscite encore des émotions vives près de 25 ans après sa sortie, et rassemble toujours autant de monde quand il est projeté en été dans les cinémas de quartier, avec tout ce que ça comporte de récitations de répliques et imitations de mimiques inoubliables. Je doute qu’il soit réservé le même avenir à American Gangster, qui - contrairement à un film comme New Jack City - n’a pour moi définitivement rien de culte. J’ai presque envie de me refaire Training Day pour rattraper le coup (question « méchant » là il en tenait une real couche) Wink .

Ah ouais et puis au fait : l'est pas moche Al Pacino t'entends. C'est juste un "Beau-Laid" Laughing Laughing Laughing.


... "Ok ?" Wink
_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Ven 30 Nov 2007 23:34    Sujet du message: Répondre en citant

Maryjane a écrit:
A chaud, sortie de salle avec un Homeboy et après un gros débat au Mc Do (Laughing), je rentre donc de projection.

… Et plutôt mitigée en fait Confused.

Sans dire qu’American Gangster est un mauvais film car restant quand même correct (ça veut pas dire que j'y retournerai non plus Rolling Eyes), il ne casse pas de briques pour autant – du moins pas autant que je l’aurais espéré, compte tenu du grand renfort de pub et d’encensement massif des médias dès sa sortie. On parlait de "classique" en vue, j’ai surtout vu un remix de clins d’oeils à d’autres classiques du genre, sans que le film en lui-même n'en devienne l’un d’eux un jour. Sans parvenir à l’expliquer, il manque quelque chose à ce film.

A en juger par la façon explicite dont commence le film, on se dit "WAOUH ; PRESSION !!!" et on se frotte les mains à l’idée d’une rétrospective Scorsesienne de la carrière d’une légende (ou d'une petite frappe c'est au choix), mais ce film s’articule surtout autour d’une dénonciation contre les systèmes de corruption chez les flics, tout aussi Bad Guyz et corrompus que ceux qu’ils traquent – d’où le titre du film "American Gangster", qui selon moi englobe tout un panel de criminels Américains, le genre « parti de rien » faisant ou ayant fait l’histoire et la légende des Etats-Unis, quels que soient leurs rangs dans la société, ou la branche dans laquelle ils officient (flic, gangster, l’un ou l’autre voire les deux à la fois).

Tout reproche contre Ridley Scott exclu, mais j’ai du mal avec les réalisateurs "touche-à-tout", qui passent du coq à l’âne avec une violence telle qu’ils m’empêchent d’identifier leur touche à chaque nouvelle œuvre. Avec Scott on passe de Blade Runner à Thelma et Louise, puis d’Alien à Gladiator en passant par Hannibal Lecter et 1492 C Colomb. On se sent comme le gars de western forcé à danser pour éviter les balles qu’on lui tire dans les pieds. J’aurais préféré un John Singleton, un De Palma voire un Van Peebles derrière le porte-voix pour faire ce film. Spike Lee j’en suis sûre et avant de me coincer le doigt dans la porte fraîchement claquée, m’aurait tout simplement répondu "Hell no !!!" Laughing.

On peut noter un casting particulièrement savoureux, et qui nous a valu quelques bonds d’hystérie réduits aux chuchotements mal contenus de salles obscures (tu sais quand tu peux pas hurler bien fort en cognant ton pote du coude et pointant nerveusement ton doigt vers l’écran : "EEEEEH C’EST UNTEL IL A JOUE DANS TEL FILM !!!!", et que tu dois tout bloquer dans tes côtes pour pas déranger le spectateur d’à côté qui crève d’envie de te dire de la fermer).

Il y a aussi eu ce bonheur et cette très sincère émotion en revoyant, aux côtés de DW, Roger Guenveur Smith (ici dans le rôle de Nate, cousin de Lucas), très souvent vu dans les films du Brother Spike, dont le mémorable bégayant Smiley vendeur de photos de Malcolm X et Luther King dans Do The Right Thing, ainsi que Summer of Sam, He Got Game et plus particulièrement dans Malcolm X, la scène dans laquelle DW jouait à la roulette russe sur son nez "mi-Nègre, mi-Rital" pour lui rappeler "who’s in charge" Wink. De les revoir ensemble plus de 10 ans après en se remémorant cette scène nous a carrément émus Embarassed !

Arrivent ensuite Joe Morton (et son look indescriptible), TI, Common (dont je regrette la casquette éternellement vissée sur son crâne comme s’il était dans un de ses clips), RZA du Wu Tang en flic amorphe, Anthony Hamilton (petite apparition sur scène en soirée, sapé en Curtis Mayfield), Armand Cassante, qu’on a surtout vu dans des petits téléfilms des 80-90’s… tout un panel de personnalités poids lourds dont les rôles méritaient peut-être un peu plus de profondeur, tels que Chiwetel Ejiofor (visage impérial, ce mec est d’une beauté Africaine incontournable) dont le talent, s’il n’est plus à prouver, mérite d’être mieux exploité dans un futur proche. … Chiwetel, qui – par ailleurs, dans Four Brothers, m’avait déjà interpellée par ses traits et plus particulièrement son regard, là m’a complètement dissoute avec le reste. Si quelqu’un a son phone ce serait cool de faire tourner (pour Common et T.I. c’est bon j’ai trouvé) Twisted Evil.

Bien que n’ayant pas vu passer les 2 h 30 du film, j’en regrette toutefois les nombreuses longueurs dont on aurait pu faire l’économie, ce qui nous aurait évité un sursaut de dernière minute et profiter d’une petite frénésie aussi vite repartie qu’arrivée (la descente dans le Taj Mahal local).

Une mention définitivement spéciale à Russel Crowe (voix divinement masculine), que j’ai littéralement adoré dans ce film et dans ce rôle taillé sur mesure, soit à la hauteur de son talent, son charisme et sa personnalité (ours mal léché).

Concernant DW, l’avis sera tout en paradoxe, car bien que – comme d’habitude – toujours aussi excellent tous rôles confondus tout au long de sa carrière, il reste néanmoins "Denzel-Washington-quoi-qu’il-joue". 90% du temps c’est tout le sel de chacune de ses prestations, mais j’aurais voulu une fois comme ça, qu’il dépasse sa légende, qu’il fasse qu’un jour on ne le reconnaisse pas dans un rôle de composition, bref qu’il casse le mythe, tout comme De Niro qui, dans un (pourtant) petit film, a su renverser la vapeur en se glissant dans la peau d’un psychopathe aux colères démesurées (Les Nerfs à Vif), ou encore d’un patient atteint d’encéphalite (l’Eveil – de loin son plus beau rôle).

Dans chacun des films que j’ai vu avec DW, j’ai toujours adoré ses colères (le coup de bouteille au bar dans Malcolm X, ses rapports de force avec son lieutenant dans Soldier’s Story, sa rage à peine contenue dans Mo Better Blues après le tabassage de Spike et Hurricane Carter). Et concernant American Gangster, si je ne dois choisir qu’une scène du film, je ne retiendrai donc que son coup de sang près du piano (MANMAN Shocked).

A la manière du genre de confrontation de « Monstres Sacrés » après laquelle on court durant tout un film pour finalement la voir tourner en jus de pompe en 2-2 à trois secondes du générique de fin (façon De Niro / Pacino dans Heat, Hanks / Newman dans Les Sentiers de la Perdition), on a donc espéré et attendu celle de Washington et Crowe, pour finalement nous la faire super courte, incisive à moitié avec un cycle d’évolution plutôt gravement bâclée sur la relation qui prend forme entre les deux protagonistes. Relation qui n’est d’ailleurs pas sans sauvagement me rappeler le Catch Me If You Can de Spielberg, dans lequel Franck Abagnale devient pote avec le FBI man Carl Hanratty après une traque planétaire (et véridique là aussi) pour fraude et escroquerie.

Pour finir, j’ai particulièrement aimé l’image finale du film qui, avec la baisse du rideau (et sans entrer dans les détails), traduit pour moi la fin d’une époque (l'endroit d'où il sort et le contexte d'alors) et le début d’une autre, dans laquelle Lucas va devoir se muer, qu’il le veuille ou non, et ce sans forcément la maîtriser, car le monde n’aura pas attendu qu’il revienne pour évoluer.

Donc voilà. Je m’attendais à une dynamite, j’ai plutôt eu la bougie d’anniversaire à mèche courte.

Un p’tit 12/20 ça devrait le faire.

Voilà sans plus.



Juste un p'tit 12/20 Laughing ça va sur un autre forum ciné où il m'arrive dès fois de trainer t'en as un qui a osé mettre 0/20 à AMERICAN GANGSTER le considérant comme la plus grosse daube cinématographique de tous les temps ( selon lui un parrain noir n'est pas crédible Rolling Eyes ) . Inutile de te dire que le bougre s'est fait pulvériser , du dynamitage comme j'ai jamais vu bien fait pour ce naze Twisted Evil ( le type connait très peu de film de DENZEL WASHINGTON ) .

Je reste campé sur ma position Laughing AMERICAN GANGSTER est un classique qui deviendra culte !!! C'est le meilleur film de gangster que j'ai vu , il m'a retourné le cerveau et je tiens surtout à saluer l'execellente performance de 2 monstres du cinéma anglo-saxon qui sont au top de leur carrière : RIDLEY SCOTT ( je ne sais pas ce qui peut nous faire après ça surtout que ce n'est pas à la base un réalisateur de films de gangsters contrairement à SCORSESE Shocked ) et The Man DENZEL WASHINGTON qui réalise sa meilleure performance en tant qu'acteur , pour nous autres ses fans nous n'en revenons pas c'est du jamais vu Shocked .

Pour moi sa composition dans AMERICAN GANGSTER n'a strictement rien à voir avec tout ce qu'il a fait auparavant . Je me suis re-tapé CRY FREEDOM ( 20 ans déjà Laughing ) , MALCOLM X , PHILADELPHIA , TRAINING DAY , MAN ON FIRE et surtout USS ALABAMA je n'en reviens pas . DENZEL WASHINGTON est STEVE BIKO le Bantou dans CRY FREEDOM , il est MALIK AL SHABBAZ dans MALCOLM X et il est FRANK LUCAS l'afro-américain dans AMERICAN GANGSTER .

Et en regardant à nouveau CRY FREEDOM , je ne reconnais pas DENZEL il est africain dans ce film dans toutes ses mimiques , ses gestuelles , sa façon de penser etc... Dans AMERICAN GANGSTER rien à voir un homme froid à l‘intelligence diabolique , et surtout extremement effrayant / dangereux , un afro-américain d'une métropole US des seventies . Il fait des gestuelles que je n'avais jamais vu auparavant surtout ses expressions avec son regard , ses yeux ( la scène chez le parrain sicilien Shocked et sa réplique " They want to kill my wife !!!! " ) . Il va meme jusqu'à emprunter l'accent de la Caroline du Nord alors que c'est un New-Yorkais à la base , on y voit que du feu comme si t'avais l'impression que DENZEL vient en réalité de la Caroline du Nord bref une excellente performance ( une anecdote un ami à moi pas du tout familier de l'accent de Caroline du Nord a dû se retaper le film dans sa langue maternelle bien qu'il soit anglophone il m'a dit je comprends pas certains mots qu'il emploie FRANK LUCAS c'est normal il n'est pas New-Yorkais à la base Laughing ) .

Dans TRAINING DAY c'est tout le contraire d'AMERICAN GANGSTER et en plus DENZEL ne joue pas du tout de la meme façon : aucune sobriété , n'est pas froid , extériorise tout ( bon je ne dis pas non plus que c'est un acteur caméléon comme JOHNNY DEPP , DI CAPRIO ou BRAD PITT d'ailleurs j'ai du mal avec ce genre d'acteurs Rolling Eyes ) .

DENZEL WASHINGTON c'est surtout sa classe LE beau gosse de sa génération ( dans AMERICAN GANGSTER à un moment on le voit en 3/4 marron avec ses gants noirs en cuir , chapeau sur la tete et le parapluie regard de killer trop mortelle la scène j'ai cru que c'était mon père Shocked , dans USS ALABAMA n'en parlons meme pas super classe , TRAINING DAY où il est ALANZO HARRIS pareil toujours stylé , REMEMBER THE TITANS avec ses lunettes noires , sa dégaine dans COUVRE-FEU , MALCOLM X et son look trop classe , dans GLORY quelle gueule etc... ) et le fait qu'il soit toujours consistant au niveau de son jeu peu importe le réalisateur ( que ce soit un auteur , un réalisateur peu connu , un réalisateur blockbuster etc... au fait il n'a pas joué pour les plus grands de son temps la plupart du temps ) et le scénario , il est tellement IMMENSE qu'il peut faire de n'importe lequel de ces films un chef-d'oeuvre comme on peut le voir pour JOHN Q , LE PLUS BEAU DES COMBATS ( COACH HERMAN BOONE ) , HE GOT GAME , OUT OF TIME , MO' BETTER BLUES , ANTWONE FISHER , INSIDE MAN etc... . Dans un CRIME DANS LA TETE pareil sa façon de jouer n'a rien à voir avec AMERICAN GANGSTER .

Je comprends maintenant que 2 monstres du cinéma anglo-saxon comme ROBERT DE NIRO ( par exemple sa dernière plus grande performance pour moi date de CASINO avec un grand réalisateur depuis beaucoup de déceptions Sad ) et DUSTIN HOFFMAN regrettent de n'avoir jamais joué aux cotés de DENZEL , que GENE HACKMAN ait passé le meilleur moment de sa très longue et exceptionnelle carrière d'acteur sur le tournage d'USS ALABAMA ( et puis laisse tomber la confrontation entre les 2 scène CULTISSIME Shocked ) , que MARTIN SCORSESE ait dit que DENZEL WASHINGTON est le meilleur acteur US encore vivant ou encore que pour RUSSELL CROWE , THE MAN DENZEL est le plus pro dans son métier ( cf. le petit incident lors du tournage de PROGRAMME POUR TUER ) . Bref pour moi DENZEL WASHINGTON is SIMPLY THE BEST ACTOR OF ALL TIME je l’adore c’est un génie , une LEGENDE VIVANTE , GOD BLESS DENZEL WASHINGTON Very Happy .
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kareem Said
Grioonaute 1


Inscrit le: 20 Oct 2007
Messages: 132
Localisation: Emerald City in OZ

MessagePosté le: Ven 30 Nov 2007 23:36    Sujet du message: Répondre en citant

Maryjane a écrit:
Kareem,

Mon avis posté hier soir, j'ai donc pris le temps de te relire ce matin Laughing !

So :

Kareem Said a écrit:
SCARFACE c'est l'Histoire d'un caid de la coke se déroulant à MIAMI dans les années 80 or SCARFACE est réalisé dans les années 80 / AMERICAN GANGSTER c'est l'Histoire d'un baron de la drogue se déroulant à NEW YORK dans les années 70 or AMERICAN GANGSTER est réalisé 30 ans plus tard soit dans les années 2000 . Et c'est là toute la magie du cinéaste RIDLEY SCOTT qui arrive à nous reconstituer parfaitement le HARLEM des seventies alors qu'il n'est pas américain à la base .


… Euh ouais Kareem, Milos Forman non plus n’est pas américain pourtant lui aussi sait reconstituer les époques dans ses films (voir le sublime "The People vs Larry Flynt") je comprends pas trop la comparaison là… Laughing

Kareem Said a écrit:
enfin TONY MONTANA et FRANK LUCAS n'auront pas la meme fin . TONY MONTANA n'ayant aucun code de l'honneur finira abattu comme un lapin comme il avait abattu son mentor qui plus est en sniffant sa propre coke alors qu'au contraire FRANK LUCAS s'en tire seulement avec 15 ans de prison sans etre abattu .


Sorry mais alors là pas d’accord.

Le principal code d’honneur pour lequel est tombé Tony Montana était "No Woman, No Kids" dans ses contrats, or c’est en refusant d’exécuter la femme et les enfants d’un homme politique qu’il a signé son arrêt de mort. Entre supprimer le gars de Sosa qui allait faire sauter la voiture du gars et sa famille à deux doigts de se faire exploser, il a choisi.

D’autant plus que Montana, au mariage bancal et dont la femme, Elvira, était stérile, a carrément pété les plombs et préféré buter l’homme de main de Sosa plutôt que les enfants qu'il aurait aimé avoir et qu'il n'aura pas avec la femme qu'il aime (même s'il lui montre mal ses sentiments), qu'il soit considéré "homme mort" ou pas ensuite par son patron.

Pour ce qui est de son mentor Franck Lopez, l’exécution n’était pas gratuite. En affaires, moins il y a de femmes dans le périmètre, mieux ça vaut. Et là il y avait Elvira Hancock. Lopez n’a pas digéré, après les négociations avec Sosa, que Montana – dès le départ littéralement croc de sa femme, lui fasse du rentre dedans. Pas suffisamment soumis à sa cause et le voyant comme une menace pour son "couple", il décide donc de l’éliminer. Mais Tony s’en sort. Logique oblige, celui qui échappe à une exécution pour sauver sa peau se débarrassera de celui qui aura cherché à le tuer.

Quant à Lucas, Kareem, sorry mais son seul mérite pour ne pas avoir fini dans une mare de sang revient tout simplement à la rapidité fulgurante de son retournement de veste en devenant une "donneuse". Et à part sa famille (au passage il prévoyait de tuer son frère mais s'est ravisé en fonction de sa mère qui pleurait déjà la mort d'un autre fils), je vois pas où est le code d'honneur de Lucas, qui lui utilisait les femmes pour traiter sa dope, en les faisant bosser à poils pour éviter les vols Shocked.

Si tu dois faire la comparaison avec Montana, lui pour rester intègre dans son business, n’a jamais marché avec la Popo pour maintenir son biz debout, et a préféré faire d’une pierre deux coups : éliminer Lopez et Mel Burstein, flic ripoux (tiens tiens on y revient Laughing) et pote du précédent.

La seule erreur de parcours de Montana aura été de mélanger "amitié" et "business".

Et bien que fictif, le personnage de Montana s’inspire définitivement d’un ensemble bien consistant (et existant) de gangsters Latinos expulsés de Cuba, débarqués aux US dans les 80’s et ayant pignon sur rue à Miami depuis maintenant plus de 30 ans.

La comparaison n’a donc pour moi pas du tout, mais alors pas du tout lieu d’être entre ces deux films, Homeboy. Films dont l’un suscite encore des émotions vives près de 25 ans après sa sortie, et rassemble toujours autant de monde quand il est projeté en été dans les cinémas de quartier, avec tout ce que ça comporte de récitations de répliques et imitations de mimiques inoubliables. Je doute qu’il soit réservé le même avenir à American Gangster, qui - contrairement à un film comme New Jack City - n’a pour moi définitivement rien de culte. J’ai presque envie de me refaire Training Day pour rattraper le coup (question « méchant » là il en tenait une real couche) Wink .

Ah ouais et puis au fait : l'est pas moche Al Pacino t'entends. C'est juste un "Beau-Laid" Laughing Laughing Laughing.


... "Ok ?" Wink



Hey wa je vais finir par avoir des crampes aux doigts Laughing en ce début de week-end . Euh ouais pour le HARLEM des 70's ben je connais personnellement HARLEM , j'ai des images de cette époque surtout avec le son dans AMERICAN GANGSTER , de la soul nerveuse et du funk des séventies , j'ai trouvé que tout cela était parfaitement reconstitué . AMERICAN GANGSTER c'est surtout une plongée dans les ghettos de HARLEM des 70's

Premio en ce qui concerne SCARFACE ( surtout qu'avec l'age je perds de la mémoire donc disons que j'ai peché par manque de mémoire ) , c'est un film que j'ai dû regarder pour la dernière fois en 1989 ( à l'époque des VHS donc pour moi ça fait une eternité Laughing ) . Disons que c'est surtout la patte de BRIAN DE PALMA qui m'intéressait plus que tout dans ce film ( la partie technique ) . Pour moi ce n'est pas son meilleur film et meme pour etre méchant si je listais ses meilleurs films , SCARFACE ne figurerait pas en 1er mais alors de très loin .

Ses meilleurs films tous cultes sont DRESSED TO KILL , BLOW OUT , BODY DOUBLE , SISTERS , OBSESSION , OUTRAGES , L'ESPRIT DE CAIN , LES INCORRUPTIBLES , CARLITO'S WAY , FEMME FATALE , PHANTOM OF THE PARADISE et LE DAHLIA NOIR pour finir .

J'ai surtout remarqué que dans mon entourage ceux qui ne jurent que par SCARFACE sont la génération HIP HOP surtout ceux qui véhiculent une certaine image du hip hop ( pas besoin de développer ) . A ce titre , je me souviens d'une interview de PUFF DADDY qui disait avoir vu SCARFACE 44 fois Rolling Eyes . Bizarrement et bien souvent ( d'après mon constat ) les memes qui vouent UNE adoration sans borne à SCARFACE ( d'ailleurs la plupart n'ont pas compris LE message qu'il fallait retenir de film ) , dès que je leur demande ce qu'ils pensent des oeuvres les plus intimistes et de ses autres films du Master du suspense , ils n'en sauront rien ben ouais DRESSED TO KILL ou BODY DOUBLE c'est trop compliqué ou trop pas grand public Laughing .

En revanche dès que je discute avec les fans les plus ardus de DE PALMA en tant que réalisateur , je constate que pour eux aussi SCARFACE n'est pas son meilleur film ( de toute façon DE PALMA lui-meme est d'accord ) . NéanMOINSE , néanMOINSE attention SCARFACE reste un chef-d'oeuvre mais pour moi ce n'est pas le meilleur film de gangster .

Par exemple en ce qui concerne DE PALMA , je trouve que CARLITO's WAY est son meilleur film de gangster et d'un point de vue général , je placerai AMERICAN GANGSTER de loin en tete suivi de la trilogie THE GODFATHERS , CARLITO's WAY , LES INCORRUPTIBLES , LES AFFRANCHIS et CASINO pour terminer .

Deuxio concernant AL PACINO je trouve que SCARFACE n'est pas du tout son meilleur film et encore moins son meilleur film de gangster . Je l'ai trouvé mieux dans LE PARRAIN III et dans CARLITO's WAY il est IMPERIAL Shocked ( c'est selon moi ET son meilleur film ET son meilleur film de gangster ) . Après juste mon acteur préféré THE GREATEST DENZEL arrive AL PACINO ensuite DE NIRO etc...

Tertio concernant FRANK LUCAS si c'est bien de lui qu'on parle ça m'étonnerait énormément qu'à la place de TONY MONTANA il aurait fait éxécuter des femmes et des enfants sur ordre d'un certain SOSA connaissant globalement sa personnalité ( puisqu'il dit en se présentant à un baron de la drogue Vietnamien " JE SUIS FRANK LUCAS ET JE N'APPARTIENS A PERSONNE JE TRAVAILLE POUR MON PROPRE COMPTE JE N'AI PAS D'EMPLOYEUR " on ne peut etre plus clair ) . C'est excatement le genre de gangster fascinant qui liquiderait de sang froid tous ceux qui lui donnerait des ordres ou oserait se mesurer à lui .

FRANK LUCAS je le décrirai à l'époque comme un capitaliste républicain ultra-libéral pour qui dans la vie il y a LA famille et LE business ( ça ne se mélange pas ) . Pour lui , dans le business la fin justifie les moyens voilà ce que j'ai compris c'est tout le contraire de la personnalité de RICHIE ROBERTS le social-démocrate qui a des problèmes de famille mais qui par contre est intègre / incorruptible .

FRANK LUCAS me fait penser à un certain ponte industriel qui n'hésiterait pas à faire travailler des enfants ( à condition que ça ne soit pas les siens ) pour se batir une fortune colossale ( business is business ) .

Justement ce qui m'a particulièrement marqué dans AMERICAN GANGSTER c'est le coté humain de FRANK LUCAS par moment ( actes de charité lors du THANKSGIVING , générosité envers sa mère etc... ) . Il menait pas vraiment la vie d'un parrain mais plutot celle d'un chef d'entreprise ultra-libéral dont seul le profit compte . Hélàs c'est ce qui a causé sa chute ( il aurait pu s'arreter de trafiquer au moment où l'Armée US se retirait du Vietnam mais par cupidité il s'est rendu lui-meme au Vietnam et c'est là qu'il se fera griller sur écoute ) .

C'est encore son coté humain ( meme les gangsters ont des faiblesses , sont des humains ) qui fait qu'à la fin , il essaye d'avoir son salut . Et désolé le fait qu'il balance la tete des corrompus à savoir l'inspecteur TRUPO à RICHIE m'a au contraire énormément réjoui : ce TRUPO avec sa sale tronche de flic corrompu Evil or Very Mad t'inquiètes pas que j'aurai fait exactement la meme chose sans pitié pour ce lascar Laughing ( de toute façon tellement lache qu'il met fin à ses jours mutherfucker son of bitch Rolling Eyes ) . Et je ne serai pas pour autant une " donneuse " ( pour reprendre ton terme Laughing ) .

Après TONY MONTANA ça reste de la fiction ( quand bien meme tu me parles de ces fameux barons de la drogue Cubains qui auraient toujours pignon sur rue aujourd'hui à MIAMI d'ailleurs j'aimerais bien savoir lesquels Laughing le seul véritable baron de la drogue hispanique dans les années 80 qui a vraiment existé était PABLO ESCOBAR lui par contre sa légende est réelle ) alors que FRANK LUCAS c'est la réalité , c'est souvent beaucoup plus complexe qu'on ne le croit .

De toute manière SCARFACE tel que je connais DE PALMA était surtout une critique du reve américain et surtout de l'Amérique Reaganienne , AMERICAN GANGSTER je le vois plus comme un docu-film mais le parrallèle entre TONY et FRANK est frappant : montée en puisance d'un caid / descente aux enfers et c'est ce qui est arrivé aussi à PABLO ESCOBAR .

Au fait c'est quoi un beau-laid Laughing chez nous on est pas trop cartésien soit tu es beau soit tu es laid soit tu es grand soit tu es petit etc... il n'y a pas de petit-grand ou l'inverse Laughing . Bon après ce que j'ai voulu dire au-dessus c'est que DENZEL WASHINGTON / AL PACINO il n'y a pas photo c'est DENZEL le beau gosse de ces dames toujours super classe rajouté à cela son charisme atypique bref c'est incomparable surtout dans AMERICAN GANGSTER ( à un moment on le voit en costard sombre et avec un long cigare un gangster class Laughing ) et USS ALABAMA . Pour ne pas etre méchant heureusement qu'AL PACINO a son talent pour le sauver c'est déjà ça Laughing
_________________
" Les anciennes victimes reproduisent souvent ce qu'elles ont vécu . Elles peuvent devenir des bourreaux et , en peuples émancipés , opprimer leurs minorités . "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Sam 01 Déc 2007 02:03    Sujet du message: Répondre en citant

Kareem Said a écrit:
Au fait c'est quoi un beau-laid Laughing chez nous on est pas trop cartésien soit tu es beau soit tu es laid soit tu es grand soit tu es petit etc... il n'y a pas de petit-grand ou l'inverse Laughing.


!!!

"Beau-Laid" c'est le genre de mec aux traits pas spécialement "Prince-charmentesques" occidentaux par défaut façon mannequins de podium, mais qui a ce qu'on appelle une "gueule", qui dégage un feeling, une présence qu'on n'explique pas, mais qui rend tout un ensemble captivant, sans pour autant être estampillé "catalogue". Pacino, De Niro voire Crowe en font partie. Sont pas des bombes mais y'en a des posse de soutifs qui ont pris feu pour ces bouilles tu m'suis !

Ma mère frôlait la syncope pour des gars comme Charles Bronson (avant son lifting), Colin Powell, James Coburn ou Lee Marvin (j'ai jamais compris d'ailleurs) Laughing !!!

Kareem Said a écrit:
Bon après ce que j'ai voulu dire au-dessus c'est que DENZEL WASHINGTON / AL PACINO il n'y a pas photo c'est DENZEL le beau gosse de ces dames toujours super classe rajouté à cela son charisme atypique bref c'est incomparable surtout dans AMERICAN GANGSTER ( à un moment on le voit en costard sombre et avec un long cigare un gangster class Laughing )


C'est pas comparable mais tu fais que ça ; "comparer" Laughing !

LE CLAVIER !!!!

Kareem, j'étais pas "dans l'esthétique" pour ce film. Qu'il soit "beau gosse" et tous les superlatifs démesurés de circonstance qui vont avec je m'en cogne royalement concernant ce film. J'étais là pour le jeu. Et en rien - à ce titre - je ne l'ai trouvé différent du reste de ses rôles passés, c'est-à-dire toujours aussi bon, MAIS en rien innovant et se démarquant de ses autres rôles. Donc, pas surprenant.

... Voilà c'est le terme : "pas surprenant".

D'ailleurs personne ne remet son talent en cause ici, ou cherche à le comparer, l'égaler, le surélever ou le rabaisser par rapport à qui que ce soit, (quel est l'intérêt d'ailleurs, pour lui ou un autre de la profession) façon "il est plus beau que l'autre" ou "il porte mieux la chemise" ou quoi ; non seulement c'est pas la question, mais c'est également pas du tout mon rayon de conversation (mais carrément pas, quoi Laughing).

... Ca me fait subitement penser à un cousin qui, sitôt sorti de projection avec moi à l'époque pour "Né un 4 juillet" n'avait rien trouvé d'autre à me dire que "j'ai pas aimé Tom Cruise il était trop moche dans ce film" Shocked. Il n'était pas venu voir un acteur à l'ouvrage, mais une image. J'ai préféré opter pour l'amnésie passagère pour ne pas avoir à lui répondre Confused .

Pour revenir à DW, sa filmographie ne m'importe qu'à moitié ici dans ce fil et encore moins l'avis de ses collègues et autres cinéastes mondialement renommés pour me rappeler ce que je sais déjà, soit que c'est et ce sera toujours un excellent acteur.

Maintenant si je dois faire un choix parmi tous ses rôles (mais le genre "nan nan ; un SEUL" avec un canon tatoué sur ma tempe), alors je j'opterai DIRECT pour "Mo Better Blues". Là, Kareem - et si, en plus du talent, on doit parler "esthétisme", je te dirai alors qu'on a jamais pu faire plus... MASCULIN que Denzel AKA Bleek Gilliam mais alors... ABSOLUTELY NEVER E...VER (God Damn JE VEUX MA MAMAN !!!!!!!!) !!!!!!

Kareem Said a écrit:
Pour ne pas etre méchant heureusement qu'AL PACINO a son talent pour le sauver c'est déjà ça Laughing


Han !!!! Shocked Shocked Shocked !!! Mais COMMENT que t'es MECHANT krr krrr krrrr !!!!
_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
WILDCAT
Super Posteur


Inscrit le: 17 Sep 2006
Messages: 1191

MessagePosté le: Mar 11 Déc 2007 17:32    Sujet du message: Répondre en citant

Voici le vrai Franck Lucas et son avis sur la performance de Denzel Washington:


http://www.bet.com/Assets/BET/Published/image/jpeg/2faf2e87-61af-
7e4a-9e4a-8301a386f022-


Posted Nov. 8, 2007 - With a movie based on his life, "American Gangster," as the number one film in country and with Oscar-winner Denzel Washington playing him, former drug kingpin Frank Lucas is enjoying a brief renaissance. For a man who has lived in the shadows for so long to finally be recognized for such infamous achievements has been both a blessing and a curse.




His rags to riches story began to takeoff when he met legendary Harlem crime boss Ellsworth “Bumpy” Johnson in the mid-1950s. For Lucas, that experience was life-changing. "You couldn't find a better person in Harlem than Bumpy. He was the boss and everybody knew it. You couldn't get any money in Harlem except through him."

During this period, Johnson took the aspiring hustler under his wing schooling him to New York's mean streets. "Bumpy taught me that it was just a business," said Lucas. "He was not just a drug dealer or a hustler but a businessman and that's how I ran my business."

Lucas learned his lessons well and when his mentor died in 1968, he assumed control of his territory. Being anonymous had its benefits because Lucas was able to operate a thriving heroin business without federal intervention. Unfortunately for him, he committed one fatal flaw that would largely contribute to his ultimate downfall.

While attending the Muhammad Ali-Joe Frazier “Fight of the Century” in 1971, Lucas and an associate bet $500,000 and also received additional unwanted attention by not only sitting ringside in front of fellow mob associates, but wearing a garishly loud, chinchilla coat. "Once they were on me, I was never able to shake them off," Lucas said in a defeated voice.

Once they identified the strength and scope of Lucas' organization, his anonymity was gone forever. "I was out there 14 years before they knew my name. I wasn't rah-hah riding or all that kind of stuff," said Lucas.

In the early 1970s, competition in the drug game was fierce and profitable. Some accounts pegged that Lucas made as much as a million dollars a day. "The life is glamorous, but temporary," said Lucas. During this period, Lucas enjoyed all of the trappings of success, buying expensive cars and traveling around the world.

"Of course I had the cars and all that stuff, but I didn't show them. When I got ready to do that, I took the ‘hotwire’ to South East Asia or someplace over there. I went to the South Pacific a lot, Pango Pango, Fiji and down in South America a lot; that's where I did my thing, not in Europe."


His chief rival during that period was the flashy, charismatic, Leroy "Nicky" Barnes also known as “Mr. Untouchable." "We were out there at the same time doing our thing," said Lucas. While much has been made about the nature of their relationship, one thing that is clear is that both men then and now respect one another's accomplishments and achievements. (Read the meeting between the two) "Nicky and I was cool, we never had no problems." When told that Oscar-winning actor Forest Whitaker has plans to make a film based on Barnes' story, Lucas could hardly contain his excitement.

Soon the increased scrutiny from the Feds wore Lucas down. He was arrested in 1976 and sent to jail for 70 years. He was released in 1991 after serving 15 years. Just like "The Usual Suspects'," Kaiser Soeze, Lucas seemed to disappear into thin air. He resurfaced in an interview in 2000 with New York Magazine and his story attracted the interest of film producers and a certain Oscar-winning star from nearby Mount Vernon - Denzel Washington.

Citation:
While saying that the film is "85 percent accurate," Lucas has nothing but praise for Washington's performance. "Could you get any better than Denzel Washington? I think he has an excellent chance of winning Oscar for playing me. Besides, look what he had to work with!"

These days, Lucas gets around in a wheelchair, courtesy of two broken bones in his legs and minus the multi-millions taken from him by the government. When asked if he still has money, Lucas refuses to go into that saying that "ears are always listening." He continues to refute the exact amount taken from him, but acknowledges that when released from prison, he was “broke.”

If Dr. Martin Luther King, Jr. had a dream, Lucas has an equally passionate message for the youth who romanticize his and the names of other drug kingpins in the life. "There are only three things that can happen in that life: go to jail, end up dead or end up broke."

He also works with his daughter with an organization called The Yellow Brick Road, which hopes to steer young people away from the life he lived. "I'm going from Alaska to Florida, from California to New York to spread a message to the kids to do anything but get in this life."

Lucas wants his life to serve as a cautionary tale for those who dream of fast money with hard consequences. "Please stay out of the drug game, do anything, chop wood, sweep floors, clean up the bathroom but stay out of the drug game so you don't wind up like me.”
_________________
"La seule richesse naturelle d'un pays est son peuple"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Culture & Arts Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group