Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

BONGO du Gabon et sa gestion des Hommes et des Biens
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Alex
Grioonaute régulier


Inscrit le: 05 Aoû 2005
Messages: 466

MessagePosté le: Mer 10 Juin 2009 01:35    Sujet du message: Répondre en citant

IB a écrit:
Bonjour,

En guise de questions : Combien de dirigeants africains, qui voulaient une certaine dignité pour leur peuple, qui aimaient l'Afrique et son rayonnement dans le monde, avons-nous envoyé à l'abattoir, comme des "animaux" ? Combien de présidents africains, qui ne voulaient absolument pas brader les richesses de leur pays et qui n'étaient pas corrompus, ont été victimes de coups d'Etat fomenté par la France ? Que peut faire un président, quel qu'il soit, sans son peuple ?


Cher frère avec un peu de recul,tu saurais que ces grands leaders dont tu parles ne sont pas mort seul bien au contraire des milliers d'Africains ont payé de leur vie pour la liberté de ce continent.Ce serait une insulte de croire que les peuples africains se sont toujours coulé là douce pendant que leurs leaders mourraient pour eux.

Lumumba n'est pas devenu Premier ministre en RDC par sa seule volonté des milliers de Congolais l'ont soutenu et ont payé de leur vie autant que Lumumba au cours des purges qui ont suivis sa mort.C'est aussi le cas Um Nyobé ou encore Sankara.


Si Bagbo est où il est,c'est parce que de nombreux jeunes ivoiriens ont sacrifié leur vie dans les rues d'Abidjan face aux Militaires français de la Force Licorne.Alors frangin respecte au moins la mémoire de tous ces héros anonymes qui ont sacrifié leur vie autant que ces leaders qui ont eu eux la chance de le faire face au regard du monde. On saura peu ou jamais le sacrifice de ces Africains mais très souvent ce sont des frères,des sœurs ou tout autre familier.Les héros ne sont pas seulement ce qu'on voit à la télé ou dans les livres d'histoire.Des millions d' Africains sont morts pour que ce continent aille mieux mais très peu sont connus ou reconnus.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
IB
Grioonaute régulier


Inscrit le: 08 Juin 2004
Messages: 317

MessagePosté le: Mer 10 Juin 2009 11:24    Sujet du message: Répondre en citant

Alex a écrit:
Si Bagbo est où il est,c'est parce que de nombreux jeunes ivoiriens ont sacrifié leur vie dans les rues d'Abidjan face aux Militaires français de la Force Licorne...

Une première en Afrique ! Laurent Gbagbo, qui est un GRAND, a été sauvé et protégé par les Jeunes Patriotes. C'est du jamais vu en Afrique, au Sud du Sahara. Si ces Jeunes Patriotes n'avaient pas protégé le président ivoirien, Jacques Chirac et ses chiens de guerre le tueraient. Pourquoi Chirac voulait tuer Gbagbo ? Qui a donné ce titre à Chirac ou à un président français ? Pour quelles raisons accepterions-nous que les Français ou autres prédateurs tuent nos chefs d'Etat ? Depuis Toussaint Louverture, en passant par Samory Touré, jusqu'à Thomas Sankara, nous envoyons nos grands leaders à l'abattoir, pourquoi ? Mais, pourquoi Chirac voulait tuer Gbagbo ? Qui lui a donné cette autorité de tuer un chef d'Etat africain ?
_________________
-Toute action ensemble pour nous Africains est un produit de la liberté!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GrandKrao
Bon posteur


Inscrit le: 17 Fév 2005
Messages: 889

MessagePosté le: Mer 10 Juin 2009 19:25    Sujet du message: Répondre en citant

IB a écrit:
Alex a écrit:
Si Bagbo est où il est,c'est parce que de nombreux jeunes ivoiriens ont sacrifié leur vie dans les rues d'Abidjan face aux Militaires français de la Force Licorne...

Une première en Afrique ! Laurent Gbagbo, qui est un GRAND, a été sauvé et protégé par les Jeunes Patriotes. C'est du jamais vu en Afrique, au Sud du Sahara. Si ces Jeunes Patriotes n'avaient pas protégé le président ivoirien, Jacques Chirac et ses chiens de guerre le tueraient. Pourquoi Chirac voulait tuer Gbagbo ? Qui a donné ce titre à Chirac ou à un président français ? Pour quelles raisons accepterions-nous que les Français ou autres prédateurs tuent nos chefs d'Etat ? Depuis Toussaint Louverture, en passant par Samory Touré, jusqu'à Thomas Sankara, nous envoyons nos grands leaders à l'abattoir, pourquoi ? Mais, pourquoi Chirac voulait tuer Gbagbo ? Qui lui a donné cette autorité de tuer un chef d'Etat africain ?


Si Gbagbo a été protégé par des Ivoiriens , c'est parce qu'ils ont perçu en lui un homme qui voulait rompre avec les relations paternalistes imposés par la France avec la complicité de certains de ses prédécesseurs et j'insiste sur DES(pas LES) Ivoiriens!
Mais est ce le cas de Bongo ou de Mobutou ou encore Sassou?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GrandKrao
Bon posteur


Inscrit le: 17 Fév 2005
Messages: 889

MessagePosté le: Mer 10 Juin 2009 19:26    Sujet du message: Répondre en citant

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/06/10/a-bongo-la-france-reconnaissante_1205062_3212.html
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
IB
Grioonaute régulier


Inscrit le: 08 Juin 2004
Messages: 317

MessagePosté le: Jeu 11 Juin 2009 10:19    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,

Si tous les Ivoiriens protégeaient Laurent Gbagbo, n' y aurait-il pas eu un embouteillage ? Ces Jeunes Patriotes, qui ont protégé Laurent Gbagbo, sont des précurseurs. J'espère, de tout mon coeur, avec ces Jeunes Patriotes, naîtra en Côte d'Ivoire une véritable société civile. Sans une société civile instruite, organisée, éveillée...tout ce qu'un peuple fera se bâtira sur du sable. C'est cette société civile qui défend le peuple, qui protège le président, qui rend possible la démocratie, qui fait respecter la justice indépendante et les libertés fondamentales. Sans elle, rien ne marche dans un pays. Une société civile ne veut pas dire tout le monde, tous les Ivoiriens, tous les Guinéens, tous les sénégalais...juste 2 ou 3% des habitants d'un pays, d'une nation...

La faute à qui si Sassou est au pouvoir aujourd'hui ? Aux Congolais, eux-mêmes ! Elf a dégagé un Président Lissouba démocratiquement élu pour mettre son pitbull. Et le peuple congolais a applaudi...ce peuple a accepté et respecté le choix d'Elf, non ? Quant à Mobutu(qui est plus patriote que les deux autres), durant les dix dernières années de son règne, le Zaïre a fonctionné sans être gouverné. Et cela n'a pas du tout gêné les Zaïrois.
Là où la France met ses fesses, le pays est foutu, complètement foutu. Donc le problème, ce ne sont pas ces dictateurs, mais la France et l'irresponsabilité des Africains.
_________________
-Toute action ensemble pour nous Africains est un produit de la liberté!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
afrobeat
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 312

MessagePosté le: Jeu 11 Juin 2009 20:38    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Quand un chien crève, tout au plus on pisse sur sa dépouille mais on n'en fait pas une affaire publique encore moins une affaire d'Etat.


+1000!!
_________________
www.afromantara.com
Produits de beauté Afro!

Fela Anikulapo Kuti - Sorrow tears and blood
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
IB
Grioonaute régulier


Inscrit le: 08 Juin 2004
Messages: 317

MessagePosté le: Ven 12 Juin 2009 12:53    Sujet du message: Re: mother fucker Répondre en citant

Mouyabi a écrit:
Quand un chien crève, tout au plus on pisse sur sa dépouille mais on n'en fait pas une affaire publique encore moins une affaire d'Etat. Mouyabi


Bonjour Mouyabi,

Ah, ces chiens qui nous gouvernent ! N'est-ce pas triste de voir des Chiens, bien vaccinés par la France, "gouverner" nos pays? Si nos gouvernants sont des Chiens, qui sommes-nous ? Les citoyens d'un Etat ou d'une nation ne doivent-ils pas se reconnaître symboliquement dans les gouvernants ou présidents qu'ils ont élus ?

Dans toute cette saloperie, les Etats Africains ont un dénominateur commun : la France. Ce pays n'a-t-il pas génocidé les Tutsis du Rwanda ? La France a-t-elle participé au génocide des Ibos du Nigéria, lors de la guerre du Biafra ? La France est-elle impliquée dans le génocide des Bamilékés du Cameroun ? Faut-il aller loin pour chercher les réponses à ces trois questions ? La France est un Etat génocidaire !

Un peuple intelligent a-t-il le droit de coopérer avec un Etat génocidaire ? Je crois en l'Afrique et en ses potentialités. Si les Africains arrivent à s'UNIR pour être plus forts, si ils se libèrent des génocidaires(de tout bord), de la logique des coups d'Etat et des pronunciamiento, ils sortiront des conflits, combattront la misère et pourront rivaliser avec les autres parties du monde en se consacrant à leur développement. C'est cela le sens profond de la Renaissance africaine, c'est cela notre défi commun pour ce XXIème siècle, l'Unité de nos peuples et la restauration de la paix doivent être l'affaire de tous les Africains.

Bien à toi, frangin !
_________________
-Toute action ensemble pour nous Africains est un produit de la liberté!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Soundjata Kéita
Super Posteur


Inscrit le: 06 Mai 2005
Messages: 1655
Localisation: Au sein de mon Empire

MessagePosté le: Mar 16 Juin 2009 15:04    Sujet du message: Re: mother fucker Répondre en citant

IB a écrit:
Si nos gouvernants sont des Chiens, qui sommes-nous ? !
Des tiques et des puces.

Htp, Sunjata
_________________
La vérité rougit l'oeil, mais ne saurait le transpercer


Pour la Renaissance du Gondwana
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2009 00:46    Sujet du message: Répondre en citant

A se pencher sur le Gabon, Cameroun, Togo, Tchad, Centrafrique, Sénégal, etc., il est clair que: Afrofrancophonie = NEANT
Aller savoir pourquoi ce résultat....
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bolzogola
Grioonaute 1


Inscrit le: 06 Avr 2009
Messages: 127

MessagePosté le: Jeu 13 Aoû 2009 20:50    Sujet du message: Répondre en citant

message supprimé
_________________
Quand on est jeune il ne faut pas remettre a philosopher et quand on est vieux il ne ne faut pas se lasser de philosopher. Car jamais il n'est trop tôt ou trop tard pour travailler à la santé de l'âme [...] Le jeune homme et le vieillard doivent donc philosopher l'un l'autre celui-ci pour rajeunir au contact du bien, en se remémorant les jours agréables du passé celui-là afin d'être quoique jeune, tranquille comme un ancien en face de l'avenir. ..
Epicure
Ceci est conforme à Mâat


Dernière édition par bolzogola le Jeu 13 Aoû 2009 22:46; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jess
Grioonaute


Inscrit le: 23 Oct 2008
Messages: 49

MessagePosté le: Jeu 13 Aoû 2009 21:50    Sujet du message: Répondre en citant

zingh2006 a écrit:


Laughing


très belle vidéo Razz Razz
tu remonte dans mon estime Wink Wink
il est vrai que qand tu ne parles pas de juifs et sionnistes , tu es meilleur
non rassurs toi je ne suis pas sionnistes Cool Cool
_________________
moljc
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fille d'Afrique
Grioonaute régulier


Inscrit le: 24 Avr 2006
Messages: 372
Localisation: IDF

MessagePosté le: Mar 25 Aoû 2009 21:27    Sujet du message: VOILA L'HOMME DE LA SITUATION ? Répondre en citant

J - 4 jours pour la présidentielle gabonaise.

http://www.dailymotion.com/related/xa9hqv/video/xa9hqq_interview-pierre-mamboundou-1-gabon_news

Je trouve le silence des médias sur la future élection gabonaise assourdissant.
_________________
Freedom is not Free.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fille d'Afrique
Grioonaute régulier


Inscrit le: 24 Avr 2006
Messages: 372
Localisation: IDF

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 12:26    Sujet du message: Elections présidentielles gabonaises : fin et suite. Répondre en citant

Ali bongo vient d'être "nommé" nouveau président du Gabon.

C'est vraiment fort, ça ! Embarassed
_________________
Freedom is not Free.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sidesma
Grioonaute 1


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 211
Localisation: rennes

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 12:53    Sujet du message: Re: Elections présidentielles gabonaises : fin et suite. Répondre en citant

Fille d'Afrique a écrit:
Ali bongo vient d'être "nommé" nouveau président du Gabon.

C'est vraiment fort, ça ! Embarassed



C'est la françafrique qui vient de frapper à nouveau!

Les résultats sont tout simplement trafiqués, en aucun cas une telle crapule peut les avoir gagnés!


Et lorsque l'on sait que la france est derrière tout ça, alors que ça nous parle de rupture dans des beaux discours , ces responsables politiques français nous font croire que la france n'a pas besoin de l'afrique, on se pose alors comme question: de qui se moque t-on?

Pour moi, la france est et restera un pays voyou!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fille d'Afrique
Grioonaute régulier


Inscrit le: 24 Avr 2006
Messages: 372
Localisation: IDF

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 18:24    Sujet du message: Re: Elections présidentielles gabonaises : fin et suite. Répondre en citant

sidesma a écrit:
Fille d'Afrique a écrit:
Ali bongo vient d'être "nommé" nouveau président du Gabon.

C'est vraiment fort, ça ! Embarassed



C'est la françafrique qui vient de frapper à nouveau!

Les résultats sont tout simplement trafiqués, en aucun cas une telle crapule peut les avoir gagnés!


Et lorsque l'on sait que la france est derrière tout ça, alors que ça nous parle de rupture dans des beaux discours , ces responsables politiques français nous font croire que la france n'a pas besoin de l'afrique, on se pose alors comme question: de qui se moque t-on?

Pour moi, la france est et restera un pays voyou!


Mais voyons, la rupture, la démocratie, ce n'est pas pour nous. Et les voilà partis à parler de gouvernement d'union nationale après le coup qu'ils viennent de faire aux gabonais, histoire de faire passer la pillule et de ne pas faire trop de bruit.


Faire un coup d'état électoral, prendre le vote du peuple en otage et bien gentiment, mais alors très gentiment condescendant proposer un gouvernement d'union nationale, c'est la meilleure venant d'un pays qui passe son temps à donner des leçons de démocratie à l'Iran. Vraiment pathétique. Il ne vous est pas venu à l'idée que les gabonais eux-mêmes pouvaient penser à mettre en place un tel gouvernement. Quand allez-vous nous foutre la paix une bonne fois pour toute ? Qui vous a désigné Dieu le père sur Terre pour imposer, piller, torturer, exterminer ?
Que ferez-vous des milliers de gabonais qui vont risquer leur vie pour venir en france fuir la guerre et la misère ? Oh, j'allais oublier, ce sera une bonne occasion pour redorer votre lithanie sur l'immigration. Génial, il fallait juste y penser ! La situation actuelle au Gabon était prévisible depuis le début, vous le saviez tous même si vos médias n'abordaient pas le sujet. Il est donc évident que ce coup a été préparé longtemps à l'avance. Sauf que pour les pauvres nègres d'Afrique, il fallait leur faire croire que la démocratie était possible. Nous y avons cru, j'ai même pensé qu'on la tenait, la démocratie, j'ai cru que la france profiterait du Gabon pour concrétiser la rupture tant pronée par Sarkozy et son entourage. Mais non, vous savez, les africains, ils gobent tout n'est-ce pas ? Eh bien, même si vous n'avez aucune morale en Afrique, ce qui va se passer au Gabon est entièrement de votre responsabilité. Avant de donner des leçons à quique ce soit à l'avenir, y compris aux africains qui gobent tout, regardez-vous dans une glace.
Avec mon pseudo, on peut retrouver mon adresse e-mail, alors si un gros connard a à répondre à ce que je viens d'écrire en tant que gabonaise, eh bien CHICHE !
_________________
Freedom is not Free.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sidesma
Grioonaute 1


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 211
Localisation: rennes

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 19:30    Sujet du message: Re: Elections présidentielles gabonaises : fin et suite. Répondre en citant

Fille d'Afrique a écrit:

Faire un coup d'état électoral, prendre le vote du peuple en otage et bien gentiment, mais alors très gentiment condescendant proposer un gouvernement d'union nationale, c'est la meilleure venant d'un pays qui passe son temps à donner des leçons de démocratie à l'Iran.


La france est un pays minable dont l'économie dépend largement des pays africains , de leur richesse et du franc cfa!
Que serait-elle sans le gabon ,la cote d'ivoire, le mali, le sénégal, le togo, rdc, le congo brazaville, etc?


quant à ce cul-chner, il me fait pitié, il veut donner des leçons d'humanité , de démocratie et de bonne conduite à l'iran, alors que lui-même est un être crapuleux, anti-démocratique , un démagogue et falsificateur, qui a participé dans la destruction de la vie des gabonais!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
WILDCAT
Super Posteur


Inscrit le: 17 Sep 2006
Messages: 1191

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 20:13    Sujet du message: Répondre en citant

Le Royaume démocratique du Gabon vous salue!

Citation:
Ali Bongo : "Il faut respecter le verdict des urnes"
LEMONDE.FR |

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/09/03/ali-bongo-il-faut-respecter-le-verdict-des-urnes_1235627_3212.html

Dans un entretien accordé à une dizaine de journalistes, dont l'envoyé spécial du Monde, le nouveau président du Gabon estime que le processus électoral est terminé, malgré les plaintes de ses rivaux. Il refuse de commenter les accusations de fraude, tout comme les manifestations de l'opposition qui ont eu lieu jeudi. "Le Gabon est un pays de droit et de démocratie. Le peuple s'est exprimé. Il faut accepter le verdict", affirme-t-il.


Votre élection, selon vos adversaires, s'apparente à un "hold up". Que leur répondez-vous ?

Ali Bongo : Je n'ai rien à répondre à cela. Je suis fidèle à l'engagement de tendre la main que j'ai maintenu tout au long de ma campagne. Le Gabon est un pays organisé. Il existe des institutions devant lesquelles on peut porter des réclamations et des recours. Ils doivent s'adresser à ces institutions-là, comme cela s'est toujours fait par le passé.

Redoutez-vous des violences dans le pays ?

Ali Bongo : Je pense que chacun doit être mis devant ses responsabilités. En homme d'Etat, chacun doit mesurer toutes les paroles et tous les actes posés. La compétition est maintenant terminée. Il existe des instances pour les recours. C'est devant ces instances-là que doivent se tourner ceux qui ont des réclamations à faire. Le peuple gabonais ne peut pas être pris en otage. Le peuple gabonais ne doit pas être exposé. Personne n'a le monopole, ni du peuple, ni de la rue.

Allez-vous proposer à l'opposition de participer au pouvoir ?

Ali Bongo : Il est clair que, dans une élection, celui sur lequel les populations ont porté leurs suffrages doit appliquer son programme. Quiconque veut se joindre à nous le fera pour appliquer ce programme, approuvé par une majorité de Gabonais.

Ce matin, les forces de l'ordre ont évacué les manifestants qui se trouvaient devant la Cité de la démocratie. Les ferez-vous intervenir de nouveau ?

Ali Bongo : Je viens de prendre connaissance des résultats d'une élection. Je ne souhaiterais pas que les questions que vous me soumettez tournent autour des agissements de l'opposition. Vous les rencontrez suffisamment pour leur poser des questions sur ce qu'ils font. Et sur les responsabilités qui sont les leurs. Je n'ai aucun commentaire à faire sur les actes qu'ils posent. Je dis tout simplement que le Gabon est un pays de droit, de démocratie et de liberté. Le peuple s'est exprimé. Il faut accepter le verdict. Moi, je m'y étais engagé, malgré toutes les intentions qu'on a bien voulu me prêter. Tout ce qu'on a dit sur ce que j'allais faire ou sur ce que j'étais supposé faire n'est jamais arrivé. Le bon démocrate que je suis souhaite que chacun, s'étant prêté au jeu en connaissant à l'avance les règles, accepte le verdict des urnes. Le peuple a parlé et le peuple est souverain.

Vous êtes l'héritier d'Omar Bongo, qui avait dirigé ce pays depuis 1967 et vous affirmez incarner le changement. N'est-ce pas paradoxal ?

Ali Bongo : Pourquoi ? Quelqu'un a dit en un autre temps : "Lui c'est lui et moi c'est moi." Je ne vois pas où est le paradoxe. Autre période, autre temps. Nous nous inscrivons à la suite de l'héritage. La rupture, Omar Bongo Ondimba l'avait commencée. Avec son discours de décembre 2007 [dans lequel il dénonçait la corruption et la mauvaise gouvernance], nous étions déjà entrés dans un processus de changement. Et de rupture. Ce devoir d'inventaire, il l'a exercé. Nous sommes aujourd'hui totalement libres de mener l'action que les Gabonais attendent de nous.

Est-ce facile de gouverner avec 41 % des voix ?

Ali Bongo : Nous avons obtenu un score américain. Cela n'a jamais posé de problèmes aux Etats-Unis d'Amérique. Pourquoi cela en poserait-il ici ? La majorité a parlé en faveur d'un candidat. A partir d'aujourd'hui, il devient le président de tous les Gabonais. Twisted Evil Laughing Twisted Evil

Propos recueillis par Philippe Bernard

_________________
"La seule richesse naturelle d'un pays est son peuple"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jos
Grioonaute


Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 92

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 21:48    Sujet du message: Re: Elections présidentielles gabonaises : fin et suite. Répondre en citant

sidesma a écrit:


La france est un pays minable dont l'économie dépend largement des pays africains , de leur richesse et du franc cfa!
Que serait-elle sans le gabon ,la cote d'ivoire, le mali, le sénégal, le togo, rdc, le congo brazaville, etc?



et tu restes encore dans ce pays minable ??? ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
afrobeat
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 312

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 21:53    Sujet du message: Re: Elections présidentielles gabonaises : fin et suite. Répondre en citant

Jos a écrit:
sidesma a écrit:


La france est un pays minable dont l'économie dépend largement des pays africains , de leur richesse et du franc cfa!
Que serait-elle sans le gabon ,la cote d'ivoire, le mali, le sénégal, le togo, rdc, le congo brazaville, etc?



et tu restes encore dans ce pays minable ??? ...


Oui il reste encore dans ce pays minable puisque elle(la france) est encore dans le sien et n'y est pas encore résolu de s'en aller!!
_________________
www.afromantara.com
Produits de beauté Afro!

Fela Anikulapo Kuti - Sorrow tears and blood
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sidesma
Grioonaute 1


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 211
Localisation: rennes

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 21:56    Sujet du message: Re: Elections présidentielles gabonaises : fin et suite. Répondre en citant

Jos a écrit:
sidesma a écrit:


La france est un pays minable dont l'économie dépend largement des pays africains , de leur richesse et du franc cfa!
Que serait-elle sans le gabon ,la cote d'ivoire, le mali, le sénégal, le togo, rdc, le congo brazaville, etc?



et tu restes encore dans ce pays minable ??? ...


Tu es françafricain?
Qui te dit que j'y suis encore?
Tu trouves normal l'attitude de la france, toi, jos?
Si tu es africain, même pas tu poses une telle question, je comprends, de ta question, comme si tu trouves normale l'attitude des dirigeants de ce pays!
Et de toute façon, étant donné que ce pays minable sème la terreur, la misère et la pauvreté dans le continent où je viens, il est normal de trouver des africains ici.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sidesma
Grioonaute 1


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 211
Localisation: rennes

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 22:33    Sujet du message: Répondre en citant

Ayant vécu au gabon , je connais bien qui est ce nouveau président!
Il a été beaucoup plus dur et moins discret que son père, durant et avant la campagne électorale:
il a détruit une antenne de tv d'un de ses amis, andré mba obame, ancien ministre de l'interieur!
Il a fermé les frontières, et mis les militaires partout, à tous les coins des rues, il a coupé l'accès aux communications: pas d'internet, rien! à la tv1, il a imposé des émissions ne montrant que les anciens discours de son père!
Il a alimenté et favorisé la fraude électorale, via les fausses cartes d'électeurs,et a failli prendre le pouvoir juste après la mort de son père, mais des proches à lui, et surtout, les caciques du pdg, parti du père, l'en ont dissuadé!
Il a empeché l'acces aux bureaux de vote à des journalistes internationaux!



Et c'est un type comme ça que la france impose aux gabonais?

Il est tout à fait normal, vu les circonstances, de critiquer la france, pour son attitude diabolique vis à vis du peuple ganonais!

vous verrez que le règne du fils va être beaucoup plus dur que celui de son père, car ali est un homme qui n'accepte pas la critique!

Les journalistes et politiciens qui le critiqueront finiront tous en prison, !




Le père était plus discret, par exemple, il ne se proclamait jamais vainqueur avant les résultats, bien qu'il les falsifiait, lui aussi!
Il ne bloquait ni ne perturbait l'accès aux médias gabonais, pour les opposants, comme l'a fait le fils, alors, comment peut on accepter une telle mascarade?
comment ne peut on pas traiter de minables ces gens là qui ont comploté pour mettre quelqu'un qui va semer la terreur, à tous les niveaux dans le pays?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Jeu 03 Sep 2009 23:20    Sujet du message: Répondre en citant

WILDCAT a écrit:
Le Royaume démocratique du Gabon vous salue!

Citation:
Ali Bongo : "Il faut respecter le verdict des urnes"
LEMONDE.FR |

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2009/09/03/ali-bongo-il-faut-respecter-le-verdict-des-urnes_1235627_3212.html

(...)

Est-ce facile de gouverner avec 41 % des voix ?

Ali Bongo : Nous avons obtenu un score américain. Cela n'a jamais posé de problèmes aux Etats-Unis d'Amérique. Pourquoi cela en poserait-il ici ? La majorité a parlé en faveur d'un candidat. A partir d'aujourd'hui, il devient le président de tous les Gabonais. Twisted Evil Laughing Twisted Evil

Propos recueillis par Philippe Bernard


C'est quoi un "score à l'américaine" ??? Rolling Eyes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jos
Grioonaute


Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 92

MessagePosté le: Dim 06 Sep 2009 19:48    Sujet du message: Re: Elections présidentielles gabonaises : fin et suite. Répondre en citant

sidesma a écrit:

Qui te dit que j'y suis encore?

c'est indiqué que tu es à Rennes ...
mais tu as pu démanagé depuis que tu s écrit ton post ......

mais dis-moi ; la renaissance africaine , elle passe par qui ? par les africains non ? eux et eux seuls ?non ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
WILDCAT
Super Posteur


Inscrit le: 17 Sep 2006
Messages: 1191

MessagePosté le: Lun 12 Oct 2009 22:55    Sujet du message: Répondre en citant

EH BIEN ENCORE UNE VICTIME OU VICTIME COMBATIVE SINCERE Question

Gabon: André Mba Obame en grève de la faim
Oct 12 2009

L'ex-ministre de l'Intérieur gabonais, André Mba Obame, arrivé 2e à l'élection présidentielle du 30 août dont il ne reconnaît pas le résultat et dont il se dit victorieux, a annoncé lundi qu'il entamait une grève de la faim, selon un communiqué diffusé par son entourage.

"Je ne peux me résoudre à continuer à voir ce pays être transformé en dictature sécuritaire. Jai entamé depuis ce matin, 12 octobre 2009, une grève de la faim qui durera tant et aussi longtemps que lintimidation, la force et la violence seront utilisées comme les seules voies pouvant permettre de régler la grave crise socio-politique que traverse actuellement le Gabon", a affirmé M. Mba Obame dans son communiqué.

"Je suis prêt à sacrifier ma vie pour que le Gabon ne sombre pas dans la dictature, la guerre civile et le génocide", a-t-il poursuivi.

Dans le communiqué, M. Mba Obame estime que le Gabon est victime "d'un coup dÉtat électoral" et il dénonce "une dérive dictatoriale que connaît insidieusement notre pays".

M. Mba Obame ne s'est pas rendu lundi aux audiences publiques de la Cour Constitutionnelle dans le cadre de l'examen des recours en annulation de la présidentielle, officiellement remportée par Ali Bongo, fils du président Omar Bongo décédé en juin après 41 ans au pouvoir.

La Cour constitutionnelle gabonaise a mis sa décision en délibéré jusqu'à lundi 20h00 locales (19h00 GMT) sur le contentieux de l'élection présidentielle, visée par 11 requêtes en annulation.

Dans son communiqué, M. Mba Obame affirme notamment que sa ville natale de Medouneu (nord) a été "prise d'assaut" dimanche par trois camions remplis de militaires qui ont pris "en otage les populations de cette petite ville sans antécédents de violence qui compte moins de 2.000 habitants".

Un porte-parole du ministre de la défense a contredit ces affirmations auprès de l'AFP: "Il n'y a pas de +prise d'assaut+, pas d'arrestations. Nous avons renforcé nos effectifs dans certaines localités pour éviter les débordements qui ont eu lieu à Port-Gentil (ouest) après l'annonce des résultats (de la présidentielle). Il s'agit simplement d'une opération de sécurisation qui se déroule sur l'ensemble du territoire".

Dans son communiqué M. Mba Obame cite un certain nombre d'événements qui montre selon lui que "la violence est le seul mode dexpression et daction de lÉtat".

Il évoque notamment la dispersion "avec une violence extrême" de la foule qui faisait un sit-in pacifique devant la Commission électorale le 3 septembre ou l'interdiction d'un meeting de l'opposition dimanche à Libreville.
Des émeutes post-électorales avaient éclaté entre le 3 et le 6 septembre à Port-gentil, la capitale économique, ont fait trois morts selon le gouvernement, au moins cinq selon l'opposition, évoquant jusqu'à 15 décès. - AFP
_________________
"La seule richesse naturelle d'un pays est son peuple"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
WILDCAT
Super Posteur


Inscrit le: 17 Sep 2006
Messages: 1191

MessagePosté le: Ven 16 Oct 2009 12:56    Sujet du message: Répondre en citant

Ah Afrique STP aide moi à mieux te comprendre! Confused Embarassed Crying or Very sad Shocked

A Conakry mes sœurs sont violées dans la rue et à Libreville mes soeurs manifestent nues dans la ville! AH Afrique on veut tout simplement te mettre à nue par tous les moyens! Crying or Very sad Mad Shocked

http://www.africalog.com/alognews.php?nsno=5&newsid=2083

Gabon: des femmes se dénudent pour protester contre l’élection d’Ali Bongo Ondimba
Oct 15 2009

La coalition des principaux candidats de l’opposition gabonaise rejette la validation, par la Cour Constitutionnelle, de l’élection d’Ali Bongo Ondimba. Mercredi, des femmes ont manifeste nues dans les rues de Libreville pour marquer leur désaccord.

« Nous ne voulons pas du candidat que la Cour constitutionnelle vient de nous imposer », a déclaré Anita Lea Méyé de l’association « Cri de femme. » La partialité de la plus haute instance judiciaire gabonaise ne fait aucun doute dans son esprit. « Depuis dix neuf ans, la Cour constitutionnelle est au service du régime en place. Nous allons donc manifester tous les jours s’il le faut pour dire ‘non’ à ce deuxième coup d’Etat électorale », a dit Mme Méyé avant d’expliquer: « En Afrique, lorsqu’une maman maudit son enfant, elle se dénude. »

Troisième selon les résultats proclamés par la Cour constitutionnelle, l’ancien ministre de l’Intérieur, Andre Mba Obame, poursuit une grève de la faim entamée lundi. L’évêque Mike Joktane, un des ses porte-paroles et membre de son directoire de campagne, dénonce l’usage de la force par le pouvoir et qualifie de « mascarade » le processus électoral au Gabon.
« Au travers de cette grève de la faim, a-t-il expliqué, nous voulons attirer l’attention du monde sur la grave crise qui commence au Gabon et sensibiliser les Gabonais sur le sens du sacrifice qui doit être le leur afin qu’ils réclament la vérité sur le vote du 30 août dernier. » - VOA
_________________
"La seule richesse naturelle d'un pays est son peuple"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
WILDCAT
Super Posteur


Inscrit le: 17 Sep 2006
Messages: 1191

MessagePosté le: Lun 19 Oct 2009 06:11    Sujet du message: Répondre en citant

France-Afrique : Paris renoue avec ses vieilles habitudes
Oct 19 2009

http://www.africalog.com/alognews.php?nsno=3&newsid=2109

Le "sacre", vendredi 16 septembre à Libreville, du fils du plus ancien et du plus trouble des alliés de la France en Afrique, Omar Bongo, est tout un symbole. L'investiture d'Ali Bongo coïncide avec la discrète réorientation de la politique de Paris vis-à-vis du continent africain. Cette fois-ci, aucun discours de Nicolas Sarkozy n'aura annoncé le vent nouveau.

Ni celui de la rupture avec la Françafrique chiraquienne, comme à Cotonou en mai 2006, ni celui de la sincérité provocante, comme à Dakar en juillet 2007. Une inflexion de la politique africaine de la France vient de se négocier dans le silence feutré de l'Elysée, sans envolée lyrique ni médiatisation. Longtemps brandie par le président, la volonté de rénovation du tête-à-tête usé entre Paris et ses anciennes colonies a fait long feu.

L'heure est au retour aux mauvaises vieilles habitudes : poids des émissaires officieux, priorité absolue aux intérêts économiques et stratégiques de la France sur les exigences démocratiques et les revendications des sociétés africaines. Loin des velléités de banalisation, l'Afrique redevient un domaine ultra-réservé au plus haut sommet de l'exécutif.

Discret, le tournant n'a pas été pris en un jour. Il coïncide pourtant avec un événement hautement symbolique : l'élection, bénie par la France, d'Ali Bongo, le 30 août.

Pur hasard ? La veille du scrutin gabonais, une autre nouvelle significative avait filtré : le départ pour l'ambassade de France au Maroc de Bruno Joubert, conseiller de Nicolas Sarkozy, chargé de l'Afrique et figure de proue des "rénovateurs" de la présidence. Ceux précisément qui avaient manoeuvré en mai 2007 pour griller la politesse à Omar Bongo alors qu'il exigeait d'être le premier chef d'Etat africain à être reçu par le nouveau président français. A sa grande surprise, la première femme élue démocratiquement à la tête d'un Etat africain, la Libérienne Helen Johnson Sirleaf, de passage à Paris, avait alors eu les honneurs de l'Elysée avec vingt-quatre heures d'avance sur le vieil autocrate gabonais. Un symbole prometteur.

"Bruno Joubert n'a pas été débarqué, assure aujourd'hui un haut diplomate, mais son remplacement aura des conséquences importantes. Jusque-là, Sarkozy marchait sur deux pieds en Afrique (la diplomatie traditionnelle personnifiée par Bruno Joubert, équilibrant le poids des émissaires officieux qui rendent compte à Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée). Désormais, il risque de boiter."

Notoirement agacé par les interventions de l'avocat Robert Bourgi, l'un de ces missi dominici officieux de la présidence, Bruno Joubert affirme que ce dernier "n'a pas cessé de jouer à contre-pied de ce qu'est la politique française" en Afrique. "Ses interventions ne m'ont pas fait diverger et j'ai toujours agi avec l'accord du président de la République", assure-t-il cependant.

Le départ du diplomate ne peut que réjouir M. Bourgi, qui doit savourer l'événement, mais en silence : l'Elysée lui a demandé de se faire discret après ses tonitruantes prises de position en faveur d'Ali Bongo.

Sur le dossier gabonais, M. Bourgi a gagné : en dépit d'un scrutin suspect et de pratiques financières désastreuses pour la population, il n'est plus question pour la France de prendre ses distances avec le régime gabonais. Tout en répétant que "la France n'a pas de candidat", l'exécutif français a tout fait pour favoriser l'élection d'Ali Bongo.

L'équipée secrète d'Alain Joyandet, secrétaire d'Etat à la coopération, récemment révélée par l'hebdomadaire Jeune Afrique, en témoigne. Une semaine avant le vote du 30 août, M. Joyandet, qui a succédé en mars 2008 à Jean-Marie Bockel limogé sous la pression d'Omar Bongo, s'était discrètement rendu en Guinée équatoriale. Dans ce pays pétrolier limitrophe du Gabon, le secrétaire d'Etat, dépêché par l'Elysée, a plaidé la cause d'Ali Bongo, qu'un conflit frontalier oppose au président équato-guinéen Teodoro Obiang. A ce dernier, M. Joyandet a demandé - en vain - de cesser son soutien financier à la campagne d'André Mba Obame, l'un des principaux opposants de Bongo junior. M. Mba Obame, qui estime que la victoire lui a été volée, observe aujourd'hui une grève de la faim pour protester contre ce qu'il appelle un "putsch électoral".

Alain Joyandet, avant de s'envoler pour Libreville où il représentait la France, vendredi, à la cérémonie d'investiture, a poussé loin le service après vente en faveur d'Ali Bongo. Il convient de lui "laisser le temps de démontrer qu'il peut être un président de rupture", a-t-il déclaré, déchaînant la colère des opposants.

La succession d'Omar Bongo n'a fait que mettre en lumière le maintien en odeur de sainteté de tous les potentats "amis de la France" et la fin de la prétention de M. Sarkozy à leur "parler franchement". Elle a aussi révélé le rôle non négligeable joué par Robert Bourgi. La porte de Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, n'est jamais fermée à cet héritier des réseaux gaullistes, lobbyiste actif en faveur de son client Ali Bongo.

A l'évidence, l'axe Joyandet-Bourgi, sous la houlette de Claude Guéant, a pris la main sur la cellule diplomatique, affaiblie par le départ de Bruno Joubert. M. Guéant, ancien préfet de Franche-Comté, est d'ailleurs une vieille connaissance d'Alain Joyandet, élu de Haute-Saône et candidat à la présidence de la région.

Le profil d'André Parant, successeur de Bruno Joubert à la tête de la cellule africaine de l'Elysée (forte de deux autres diplomates), renforce cette analyse. Propulsé dans ce saint des saints sans grande expérience africaine (un passage à la coopération à Bangui puis Paris et deux années d'ambassade à Dakar), le nouveau "M. Afrique" de l'Elysée se présente comme un homme "de synthèse, non dogmatique", conscient du "principe de réalité ", là où M. Joubert prétendait avoir toujours pour feuille de route le discours rénovateur de Cotonou. "Quelqu'un de solide, qui ne fera pas de vagues", résume un proche.
La prééminence de Claude Guéant est désormais totale, au moins pour les dossiers concernant l'ancien "pré carré" français, les plus sensibles politiquement. "Nicolas Sarkozy n'a pas de politique africaine, analyse un diplomate. Il considère qu'il n'y a que des coups à prendre et a délégué la question à Claude Guéant que le continent amuse." Un autre haut fonctionnaire constate : "Le secrétaire général de la présidence a désormais la haute main à la fois sur les questions africaines et sur celles de renseignement. Comme du temps de Jacques Foccart (secrétaire général de l'Elysée sous De Gaulle)." – Le Monde
_________________
"La seule richesse naturelle d'un pays est son peuple"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group