Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Côte-d'Ivoire, Élections présidentielles
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 11, 12, 13 ... 28, 29, 30  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2999

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 00:55    Sujet du message: Répondre en citant

Personne n'a soutenu quoi que ce soit, je t'ai pose une question que t'as esquive.
Si jamais il faut construire une afrique au service des africains, il faudra etre en mesure de barrer la voie a des barbouzes de la trempe de soro et de ses financiers ado, france et multinationales aux interets en afrique.

marvel02 a écrit:
O.K Voilà qui a le mérite d'être clair! J'espère que ma réponse le sera tout autant.
Si l'afrocentricité consiste à soutenir l'organisation de crimes de civils (africains de surcroit), en plus pour le compte d'un type qui ne s'est jamais dit afrocentrique ni n'a jamais rien fait dans ce sens juste pour le maintenir au pouvoir, alors je comprends que nous ne soyons pas sur la même longueur d'onde du tout, et ne le serons jamais.


_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 01:06    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne voudrai pas poursuivre dans ces déviations inutiles de débat alors finissons-en. Soundjata, va jouer ailleurs stp. Nous parlons de la Côte d'Ivoire qui traverse un moment difficile. Chacun peut défendre ses opinions, ou les uns ne pas aimer les opinions des autres, mais ce n'est ni toi ni moi qui sommes l'objet de ce fil de discussion mais la situation en Côte d'Ivoire qui évolue de jour en jour. Puis si tu veux un forum ou seuls "les ouest-africains qui ont de la famille en CI" réagissent ou ne peuvent être contredits, vas y, crée-le je ne forcerai pas la porte. Mais ce n'est pas le cas ici que je sache. C'est d'ailleurs une philosophie qui sent le formatage par l'école pseudonationaliste de Gbagbo qui est en plein échec en ce moment. A cause de cette propagande à deux balles qui fait croire aux gens qu'ils deviennent savant parce qu'ils soutiennent Gbagbo, les mots "souveraineté, nationalisme, communauté internationale ou ingérence" sont galvaudés, et on entend chaque jour des niaiseries encore plus profondes. Faut donc aller aller dire au coréen Ban Ki Moon ne pas avoir à dire aux ivoiriens qui ont ils voter, peut-être qu'il t'entendre.
Je me serai serai bien amusé sur toute ta logorrhée qui n'est que la conséquence de L'harmattan sur les petites têtes, mais je n'ai pas pour l'heure le temps de jouer. Je suis là pour la CIV, tu n'as rien à y dire, évite moi ton clown stp.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 01:20    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:
Personne n'a soutenu quoi que ce soit, je t'ai pose une question que t'as esquive.
Si jamais il faut construire une afrique au service des africains, il faudra etre en mesure de barrer la voie a des barbouzes de la trempe de soro et de ses financiers ado, france et multinationales aux interets en afrique.


Le seul qui esquive ici c'est toi. Des crimes sont entrains d'être perpétré en ce moment même en Côte d'ivoire. Les escadrons de la mort on refait surface et sévissent parmi les ressortissants du nord de la Côte d'ivoire et autres "dioula" à Abidjan. Tu soutiens, ou tu en appelles à une justice impartiale pour élucider ces crimes et en punir les coupables? c'est tout, c'est pas compliqué. Ne me ramène pas au crime d'Abel et Caien.
Par ailleurs, si Soro a commis des crimes, ou Ouattara en a planifié ou ordonné, moi je suis pour que la justice (que Gbagbo n'a jamais mise en place à cet effet) puis les poursuivre et les condamner. J'ai cru entendre que c'est aussi le souhait de Ouattara. Parfait, qu'il prenne le pouvoir que le peuple lui a donné, et je l'attends agir de la sorte. Si non, dans 5 ans, vous auriez peut-être tous oublié ces morts et cette promesse, mais moi je serai là, toujours seul contre tous, ma balance de justice accrochée à la main, pour réclamer lumière, vérité et punition pour ces malheurs.
Alors oui ou non on condamne les crimes et on en appelle à la justice, ou tu estimes qu'un génocide est un coup de pouce afrocentrique et tant pis, puisqu'à la fin on accusera la France.

LA QUESTION EST CLAIRE
et devrait soutenir toute notre attention. C'est grave ce qui se passe et risque de se passer.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2999

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 01:36    Sujet du message: Répondre en citant

marvel02 de tes ecrits, il ressort que t'es au congo pas en cote d'ivoire, d'ou tiens tu tes affirmations ?
Si Gbagbo etait vraiment interesse a un conflit arme, pourquoi s'en prendre a la population civile et laisser watara vivre en paix a l'hotel ?
Gbagbo aurait deja pu lui coupe facilement l'eau et l'electricite.
Cette propagande est fatiguante et ne convainc personne, j'ai poste ailleurs le lien de la RTI, pourquoi n'y vas tu pas t'informer directement.

Le fait d'attaquer militairement un etat souverain dirige par un president democratiquement elu, comme l'on fait watara et soro avec le financement et l'aide de la france et du burkina, est considere sous d'autres cieux comme un crime de guerre et cela a donne en d'autres temps par exemple le droit aux USA de laisser exploser 2 bombes atomiques dans des villes principales du japon.

marvel02 a écrit:
M.O.P. a écrit:
Personne n'a soutenu quoi que ce soit, je t'ai pose une question que t'as esquive.
Si jamais il faut construire une afrique au service des africains, il faudra etre en mesure de barrer la voie a des barbouzes de la trempe de soro et de ses financiers ado, france et multinationales aux interets en afrique.

marvel02 a écrit:
O.K Voilà qui a le mérite d'être clair! J'espère que ma réponse le sera tout autant.
Si l'afrocentricité consiste à soutenir l'organisation de crimes de civils (africains de surcroit), en plus pour le compte d'un type qui ne s'est jamais dit afrocentrique ni n'a jamais rien fait dans ce sens juste pour le maintenir au pouvoir, alors je comprends que nous ne soyons pas sur la même longueur d'onde du tout, et ne le serons jamais.



Le seul qui esquive ici c'est toi. Des crimes sont entrains d'être perpétré en ce moment même en Côte d'ivoire. Les escadrons de la mort on refait surface et sévissent parmi les ressortissants du nord de la Côte d'ivoire et autres "dioula" à Abidjan. Tu soutiens, ou tu en appelles à une justice impartiale pour élucider ces crimes et en punir les coupables? c'est tout, c'est pas compliqué. Ne me ramène pas au crime d'Abel et Caien.
Par ailleurs, si Soro a commis des crimes, ou Ouattara en a planifié ou ordonné, moi je suis pour que la justice (que Gbagbo n'a jamais mise en place à cet effet) puis les poursuivre et les condamner. J'ai cru entendre que c'est aussi le souhait de Ouattara. Parfait, qu'il prenne le pouvoir que le peuple lui a donné, et je l'attends agir de la sorte. Si non, dans 5 ans, vous auriez peut-être tous oublié ces morts et cette promesse, mais moi je serai là, toujours seul contre tous, ma balance de justice accrochée à la main, pour réclamer lumière, vérité et punition pour ces malheurs.
Alors oui ou non on condamne les crimes et on en appelle à la justice, ou tu estimes qu'un génocide est un coup de pouce afrocentrique et tant pis, puisqu'à la fin on accusera la France.

LA QUESTION EST CLAIRE

_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 10:33    Sujet du message: Répondre en citant

Je constate depuis le début de cette affaire de grandes passions ici et là, mais alimentées seulement par une profonde méconnaissance des éléments techniques qui entoure ces sujets.
Je viens de lire le sujet de Samuel et la réponse du pseudonommé "Sang froid" qui s'inquiètent sur une possible conséquence sur les étrangers issus de la CEDEAO en CIV si jamais cette dernière intervenait militairement. Mais, ça s'appelle un crime de guerre! Ce ne sont pas des représailles naturelles. ce que vient de déclarer le porte parole de Gbagbo que j'ai retransmis ici, est un appel au crime de guerre. C'est imprescriptible et punissable par les tribunaux internationaux! Que l'on représente un régime légitime ou pas. Mais comme les gens ne connaissent pas ça, ils parleront de chasse aux sorcières quand celui-ci sera arrêté, et lourdement condamné.
J'en veux donc à ceux qui utilisent cette méconnaissance du public pour ameuter les foules. C'est de la manipulation. Ils se moquent de l'ignorance des gens car ces derniers croient qu'il faut se positionner entre les déclarations d'untel ou d'untel. Non. N'est ce pas rigolo d'entendre répéter chaque jour, "pourquoi l'ONU n'a pas fait ça ici, ou en telle année ou avec tel président"? Eh, c'est grave. Il y'a des normes, des accords particuliers, des principes de fonctionnement pour chaque cas. Dans le cas ivoiriens c'était le choix libre du président ivoirien (et des signataires de l'accord de Pretoria) que d'arriver à ce que l'ONU emploi tous les moyens, même la violence, pour imposer les résultats qu'il aurait certifié.

M.O.P. a écrit:
marvel02 de tes ecrits, il ressort que t'es au congo pas en cote d'ivoire, d'ou tiens tu tes affirmations ?

Du commissariat onusien des droits de l'homme qui est l'organe le mieux indiqué au monde et de loin le plus crédible. Evalué et réévalué après conflit, ils donnent toujours la lecture la plus proche de la réalité.

M.O.P. a écrit:
Si Gbagbo etait vraiment interesse a un conflit arme, pourquoi s'en prendre a la population civile et laisser watara vivre en paix a l'hotel ?

Parce que les casques bleus n'ont le droit de riposter que s'ils sont directement attaqués!!! S'ils ouvrent le feu sur l'hôtel protégé par eux, les casques bleus, mieux armées, riposteront.
Mince, il faudrait ouvrir un cour de relations internationales ici. Ca ne va pas.

Citation:
Cette propagande est fatiguante et ne convainc personne, j'ai poste ailleurs le lien de la RTI, pourquoi n'y vas tu pas t'informer directement.

L'organe en charge des droits de l'homme aux N;U. ne fait pas de propagance. Mais la RTI (que je capte très bien à Brazzaville de mon salon)... Si Ouattara ou Soro avaient accusé l'autre camp de préparer un génocide, je n'y aurai pas accordé du crédit. Mais les rapports des organismes habilités et dont la crédibilité s'est avérée... excuse moi, mais la RTI n'en fait pas parti. Ce n'est qu'un des camps.

M.O.P. a écrit:
Le fait d'attaquer militairement un etat souverain dirige par un president democratiquement elu, comme l'on fait watara et soro avec le financement et l'aide de la france et du burkina, est considere sous d'autres cieux comme un crime de guerre et cela a donne en d'autres temps par exemple le droit aux USA de laisser exploser 2 bombes atomiques dans des villes principales du japon.

Dieu de Baola!
1. Les FN se sont soulevé à l'intérieur de leur Etat et non sur un Etat étranger. Ca s'appelle en droit, un "conflit armée non international", ce que les médias ont coutume d'appeler "guerre civile".

2. Un crime de guerre est une violation des lois et coutumes de la guerre, définit par la convention de Genève et précisé par le statut de Rome. Ce n'est pas le fait d'ouvrir le feu. En outre, sa définition relève d'un tribunal régi par les accords internationaux, et non dans les déclarations enflammés de l'une des parties. Gbagbo y aurait traduit rapidement ses adversaires s'il pensait détenir des éléments solides à cet effet. D'ailleurs, selon le statut de Rome la CPI (adopté par la CIV, ratifié et promulgué par Gbagbo himself) peut s'autosaisir en cas de crime de Guerre. Ca aurait été tellement plus simple pour lui que de s'obliger à des accords qui le diminuent.

3. Le Japon était pour les Etats-Unis un pays étranger. A moins que tu considères le nord de la côte d'ivoire et ses ressortissants comme des étrangers. ce qui d'ailleurs logique pour ton raisonnement. Par ailleurs, l'usage de l'armement nucléaire est prohibé depuis par des textes et accords internationaux, qui n'ont jusque là jamais été violés.

Le monde change, et s'écrit en droit mon vieux. Il faut peser sur le droit le plus juste, et non ignorer le droit pour le remplacer par la propagande politique. C'est un combat perdu d'avance.

Mais je vois que tu es déterminé au génocide. Je t'ai laissé l'occasion de te rattraper, mais rien n'y fait: que l'on tue ces Dioula, ils le méritent pour avoir contesté Gbagbo. La radio Mille collines qui a accompagné les adeptes du Hutu-power n'aurait pas mieux pris comme exemple que la bombe atomique. Comme toi.
Alors mes chers gbagboïstes, regardez le jusqu'auboutisme réels de votre camp, et venez soutenir ouvertement. Au moins vous aurez le courage par la complicité de soutenir vos idées jusqu'au bout et de montrer fidélité.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 429

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 11:48    Sujet du message: Répondre en citant

Marvel a crit:

Citation:
M.O.P. ...Mais je vois que tu es déterminé au génocide.


Salut Marvel. Tes methodes sont celles d'un agent povocateur. Cela ne fait aucun doute. M.O.P est maintenant un ''genocidaire'' et Grioo est compare a la Radio des Mille Collines. Je crois que depuis le debut c'est la que tu voulais en venir et tu as reussi a progressivement empoisonner l'atmosphere de nos discussions en pretan a chacun des intentions qu'il n'a pas, en changeant le sens es propos, ne procedant par des insinuatons nausabondes et des accusations totalement gratuites. Ce nest pas tres honnete.

Je propose a tout le monde d'arreter de discuter avec toi.


Dernière édition par samuel le Dim 26 Déc 2010 12:57; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2999

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 12:22    Sujet du message: Répondre en citant

marvel02 a écrit:
Dieu de Baola!


Une attaque sans declaration de guerre comme dans ce cas de la cote d'ivoire, de la part de la france et du burkina en utilisant les barbouzes soro et watara, est un crime comme l'avaient bien precise les tribunaux des crimes de guerre apres l'attaque japonaise de pearl harbor.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 429

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 12:54    Sujet du message: Répondre en citant

Iintox et la desinformation? Le Gouvernement angolais reagit:
L'Angola dément envoyer des mercenaires en Côte d'Ivoire
(Romandie.com 26/12/2010)

Citation:

LUANDA - L'Angola a démenti dimanche envoyer des mercenaires en Côte d'Ivoire soutenir Laurent Gbagbo et accuse la communauté internationale de pousser le pays à la guerre en voulant chasser le président sortant du pouvoir.

"Le gouvernement angolais dénonce vigoureusement la campagne de dénigrement selon laquelle des mercenaires ou soldats angolais ont été vus en Côte d'Ivoire", déclare un communiqué sur la crise dans ce pays d'Afrique occidentale, cité par l'agence officielle Angop.

"Le gouvernement angolais constate avec beaucoup d'appréhension le fait que toutes les mesures prises jusqu'à présent par la communauté internationale conduisent la Côte d'Ivoire inévitablement à la guerre", ajoute le texte critiquant les mesures d'isolement prises pour que M. Gbagbo cède la présidence à son rival Alassane Ouattara à l'issue des élections du 28 novembre.

Alain Le Roy, chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, avait déclaré la semaine dernière que l'Onuci, la force des Nations unies en Côte d'Ivoire, "a pu vérifier que parmi les éléments qui travaillent avec le camp Gbagbo il y a quelques mercenaires, quelques dizaines".

Des diplomates ont ajouté que les mercenaires semblaient venir du Liberia et d'Angola.

"A ce propos, l'Exécutif angolais considère que ces fausses informations s'inscrivent dans l'habituelle stratégie d'ingérence extérieure dans les affaires du continent, visant à dénigrer leurs dirigeants et institutions, et manipuler davantage l'opinion publique pour justifier l'inévitabilité de la guerre", ajoute le communiqué gouvernemental.

L'Angola est un des rares pays à faire preuve d'un certain soutien à Laurent Gbagbo après que l'ONU et l'Union africaine notamment eurent déclaré l'ancien Premier ministre Ouatarra vainqueur du second tour de la présidentielle du 28 novembre.

Lors de la prestation de serment de M. Gbagbo le 4 décembre, l'ambassadeur d'Angola était un des rares à ne pas boycotter la cérémonie. Deux jours plus tard, le président angolais Jose Eduardo dos Santos avait rencontré le représentant de M. Gbagbo à Luanda.

Angop ajoute que le gouvernement angolais souhaite "un règlement pacifique et négocié" à la crise ivoirienne.

L'organisation des pays d'Afrique de l'Ouest envoie mardi une délégation de la dernière chance à Abidjan. Elle a menacé la semaine dernière le dirigeant sortant de recourir à la force s'il ne cèdait pas le pouvoir à son rival.

(©AFP / 26 décembre 2010 11h35)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Alex
Grioonaute régulier


Inscrit le: 05 Aoû 2005
Messages: 466

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 16:50    Sujet du message: Répondre en citant

Arrêtez ces conneries de prouver qui de Ouattara ou de Gbagbo,a raison Twisted Evil .Les deux sont mouillés jusqu'au cou avec les avénements avenir cela risque de l'être encore plus.Gbagbo n'a jamais été un saint,il s'est accroché au pouvoir comme il a pu et cela l'a encore plus incriminé .

Il n'y a jamais eu de democratie en Cote d'Ivoire encore moin dans le reste de l'Afrique Francophone .Aujourd'hui le scénario est idéal pour l'Occident pour asseoir son emprise sur une innimitié politique criarde entre le nord et le sud.Autant de chose qui font en sorte que la France se frotte les mains et attend le moment idéal pour appuyer le doigt sur le bouton rouge.

Le tête à tête avant le second tour m'avait couvert d'espoir car je croyais la capacité des deux(Ouattara-Gbagbo) à surmonter certains rancunes du passé,aujord'hui je me rends compte que cela n'a fait qu'empirer.Je ne fais que redire ce que beaucoup on dit avant moi dans ce forum , ce problème est avant tout un problème ivoirien nord-sud.

L'echec de l'Afrique Francophone a toujours été de sous-estimer les forces tribales en jeu dans l'equilibre de la paix,l'arrivée de la démocratie a encore plus compliqué les choses.En cela la France ne nous a jamais aidé bien au contraire.Un duel Bédié-Gbagbo ou réellement vécu Gbagbo-Guei ,n'aura été aussi sanglant que l'idéal du massacre Ouattara-Gbagbo.

Les frustrations du peuple ivoirien sont légitime quel soi lancé du nord ou du sud mais une ethnie où mieux une région ne peut se targuer à travers la démocratie d'imposer son point de vue à une autre pire à d'autres.La Cote d'ivoire n'est pas victime de Gbagbo ou Ouattara mais d'elle même, de l' incapacité de sa classe politique à faire des concessions.

Pourtant Ouattara l'avait si bien exprimé en prenant son cas de l'économie à la RTI: 'l'économie est comme un gateau que l'on se partage mais le problème,c'est que certains sont plus groumands que les autres' .Le pouvoir l'est plus.Le gateau ivoirien attire donc trop de gens et ce qui frustre toute l'Afrique ,ce qu'elle attire aussi des non-Ivoiriens,la France de manière carrement ouverte.Pour ma part je pense pas qu'il serait un crime de refuser un morceau à la France bien au contraire faudrait qu'il en ait suffisament pour les proprietaires du Gateau ,les Ivoiriens eux meme.

Entre temps,aux Ivoiriens de résoudre les vrais problèmes, la cohabitation du peuple ivoirien et non des peuples ivoiriens dans le cadre de sa politique mais non de sortir des machettes et autres arcs et flèches pour s'intimider.

Je ne voudrais donc pas entendre des paroles du genre Gbagbo est moin gentlemen ou raffiné et je ne sais pas quoi d'autres par rapport à X OU Y,ce serait insulter l'intelligence des Ivoiriens qui ont le droit d'etre ce qu'ils veulent leurs politiciens encore plus.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Soundjata Kéita
Super Posteur


Inscrit le: 06 Mai 2005
Messages: 1655
Localisation: Au sein de mon Empire

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 17:46    Sujet du message: Répondre en citant

samuel a écrit:
Iintox et la desinformation? Le Gouvernement angolais reagit:
L'Angola dément envoyer des mercenaires en Côte d'Ivoire
(Romandie.com 26/12/2010)

Citation:

LUANDA - L'Angola a démenti dimanche envoyer des mercenaires en Côte d'Ivoire soutenir Laurent Gbagbo et accuse la communauté internationale de pousser le pays à la guerre en voulant chasser le président sortant du pouvoir.

"Le gouvernement angolais dénonce vigoureusement la campagne de dénigrement selon laquelle des mercenaires ou soldats angolais ont été vus en Côte d'Ivoire", déclare un communiqué sur la crise dans ce pays d'Afrique occidentale, cité par l'agence officielle Angop.

"Le gouvernement angolais constate avec beaucoup d'appréhension le fait que toutes les mesures prises jusqu'à présent par la communauté internationale conduisent la Côte d'Ivoire inévitablement à la guerre", ajoute le texte critiquant les mesures d'isolement prises pour que M. Gbagbo cède la présidence à son rival Alassane Ouattara à l'issue des élections du 28 novembre.

Alain Le Roy, chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, avait déclaré la semaine dernière que l'Onuci, la force des Nations unies en Côte d'Ivoire, "a pu vérifier que parmi les éléments qui travaillent avec le camp Gbagbo il y a quelques mercenaires, quelques dizaines".

Des diplomates ont ajouté que les mercenaires semblaient venir du Liberia et d'Angola.

"A ce propos, l'Exécutif angolais considère que ces fausses informations s'inscrivent dans l'habituelle stratégie d'ingérence extérieure dans les affaires du continent, visant à dénigrer leurs dirigeants et institutions, et manipuler davantage l'opinion publique pour justifier l'inévitabilité de la guerre", ajoute le communiqué gouvernemental.

L'Angola est un des rares pays à faire preuve d'un certain soutien à Laurent Gbagbo après que l'ONU et l'Union africaine notamment eurent déclaré l'ancien Premier ministre Ouatarra vainqueur du second tour de la présidentielle du 28 novembre.

Lors de la prestation de serment de M. Gbagbo le 4 décembre, l'ambassadeur d'Angola était un des rares à ne pas boycotter la cérémonie. Deux jours plus tard, le président angolais Jose Eduardo dos Santos avait rencontré le représentant de M. Gbagbo à Luanda.

Angop ajoute que le gouvernement angolais souhaite "un règlement pacifique et négocié" à la crise ivoirienne.

L'organisation des pays d'Afrique de l'Ouest envoie mardi une délégation de la dernière chance à Abidjan. Elle a menacé la semaine dernière le dirigeant sortant de recourir à la force s'il ne cèdait pas le pouvoir à son rival.

(©AFP / 26 décembre 2010 11h35)
L'Angola, seul pays à défendre Gbagbo, est sous pression.
Il faut savoir que c'est l'Angola qui a entrainé et équipé l'armée ivoirien, sans cela, Gbagbo aurait giclé depuis plusieurs années, puisqu'il n'aurait jamais pu contenu les attaques rebelles.
L'Angola doit sa propre marge de manoeuvre au fait qu'il n'est pas totalement dépendant du couple américano-français, il peut jouer la carte chinoise et brésilienne pour l'exploitation de son pétrole.

Mugabe n'a pas les moyens de soutenir Gbagbo, s'il le fait, c'est lui qui saute le premier.

Il reste encore à savoir ce que le Ghana et l'Afrique du Sud va décidé, s'ils ont encore une quelconque marge de manoeuvre.
_________________
La vérité rougit l'oeil, mais ne saurait le transpercer


Pour la Renaissance du Gondwana
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Soundjata Kéita
Super Posteur


Inscrit le: 06 Mai 2005
Messages: 1655
Localisation: Au sein de mon Empire

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 18:22    Sujet du message: Répondre en citant

samuel a écrit:
Salut Marvel. Tes methodes sont celles d'un agent povocateur. Cela ne fait aucun doute.
Je confirme.
Ce type croit nous duper en espérant miser sur notre ignorance du Congo et de son histoire politique particulièrement violente et sanglante.

Dans son message posté le sam 25/12/2010 à 12:44:32, il nous affirmait, sans broncher, la chose suivante :
Marvel a écrit:
Je vous confirme que les angolais présents à Brazzaville ont commencé à prendre l'avion pour Abidjan. je vos confirme aussi que c'est pour le camp de Laurent Gbagbo qu'ils partent, avec la bénédiction de sassou Nguesso et de Paul Biya, tous pro-Gbagbo mais mis en minorité dans les instances panafricaines, et sommés par leurs maitres la France de ne pas intervenir officiellement.
Après vérification, l'information comme quoi Sassou et Biya aurait aporté leur soutien à Gbagbo est entièrement fausse, évidemment.
Rappelez-vous la semaine dernière : les manifestations pro-gbagbo tenu à Douala furent interdites et réprimées avec violence.

L'information où il prétend avoir vu les troupes angolaises transiter par la Congo est tout aussi fausse.
L'Angola n'a absolument pas besoin de transiter par le Congo pour envoyer troupes et matériels en Côte d'Ivoire.


Samuel a écrit:
Je propose a tout le monde d'arreter de discuter avec toi.
Entièrement d'accords avec toi.


Htp, Sunjata
_________________
La vérité rougit l'oeil, mais ne saurait le transpercer


Pour la Renaissance du Gondwana
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Soundjata Kéita
Super Posteur


Inscrit le: 06 Mai 2005
Messages: 1655
Localisation: Au sein de mon Empire

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 19:08    Sujet du message: Répondre en citant

L'ONUCI sollicite les croc-morts ivoiriens :

Voici ci-dessus reproduit l'appel d'offre concernant la commande de services mortuaires datant du 1er octobre 2010.


-------------------------
APPEL D’OFFRE : Sociétés spécialisées dans la provision de prestation des services mortuaires. (Vendredi 1 Octobre 2010)

La Mission des Nations Unies en Côte D’Ivoire cherche à identifier d’éventuelles sociétés spécialisées dans la provision de prestation des services mortuaires.

Les compagnies devront disposer d’une expertise a un niveau international dans le domaine.

L’ONUCI invite par la présente, chaque société intéressé par cette offre, à visiter son site web et à soumettre le formulaire de déclaration d’intérêt ainsi que la fiche de renseignement dûment rempli, à l’adresse suivante : ONUCI, Ancien Hôtel Sebroko, Bureau des Achats Bd de la Paix, Attécoubé 19, Abidjan Att. Mme Emelyne Ndikumasabo, Section des Achats Tel. 2023 5429 Fax : 2023 3280 Email : ndikumasabo@un.org Le formulaire de déclaration d’intérêt est disponible sur le site de l’ONUCI.

Site web : http://www.onuci.org

1. cliquer sur Publication, ensuite cliquer sur Achats 2. cliquer sur prestation des services mortuaires 3 .ouvrir, imprimer et remplir le formulaire de Déclaration d’Intérêt et la fiche de renseignement.

NB : prière noté que ceci n’est pas une demande de cotation, ce n’est qu’un moyen pour nous d’identifier les sociétés qui sont intéressées à participer à notre futur appel d’offre au moment opportun.

Votre déclaration d’intérêt devra être soumise à l’adresse sus-indiquée au plus tard Vendredi 1 Octobre 2010 à 15 h00.

---------------------------

Source : http://www.onuci.org/spip.php?article4745
PDF de l'appel d'offre :http://www.onuci.org/IMG/pdf/doc-11.pdf




Htp, Sunjata
_________________
La vérité rougit l'oeil, mais ne saurait le transpercer


Pour la Renaissance du Gondwana
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Dim 26 Déc 2010 21:40    Sujet du message: Répondre en citant

marvel02 a écrit:

On reparle des escadrons de la mort à Abidjan.
Venez soutenir, pourquoi vous vous cachez? Le conseil constitutionnel a autorisé ça aussi. Peu importe que ce soit dans ses attributions, mais la Côte d'Ivoire est souveraine n'est-ce pas? Son président constitutionnel a le droit de tuer ses propres compatriotes et les étrangers qui y vivent après avoir nié leur vote, que cela peut-il bien faire à cette méchante communauté internationale? Sortez de vos trous et venez soutenir Gbagbo ouvertement dans ces entreprises salvatrices pour l'Afrique. Venez nous expliquer que c'est la France qui arme et pilote ces escadrons de la mort. Qu'il faut dire à Sarkozy d'arrêter. Vous attendez le mot d'ordre de Blé Goudé?
Lisez la menace de son porte parole:

Suite à l'injonction de la CEDEAO, le porte parole de Gbagbo a écrit:
«La Côte d'Ivoire est une terre d'immigration», a souligné Ahoua Don Mello. «Tous les pays (d'Afrique de l'Ouest) ont des ressortissants en Côte d'Ivoire, ils savent que s'ils attaquent la Côte d'Ivoire de l'extérieur, ça va se transformer en guerre civile à l'intérieur», a-t-il insisté.


En sommes, s'ils attaquent, on tue leurs ressortissants. C'est un chantage de preneur d'otage!!! Et je suis panafricain et je soutiens ça?

Par ailleurs, il a commencé à mettre en oeuvre son plan. Nous avons appris que les maisons de nordistes sont désormais signalées, première étape avant le génocide. Vous dites quoi? Rien, personne d'entre les gbagboïstes n'en parle ici. Il suffit de fantasmer sur la France là aussi et le tour est joué? C'est le silence totale et l'embrouilelment du débat sur la prestance et l'élégance. Pourquoi? Silence on tue?

Je suis un supporter d'ADO et je ne m'en cache pas. Mais le jour où il tuera une seule personne par son ordre, ou n'ordonnera pas d'enquête indépendante sur cette vie gâchée Rolling Eyes, je le vomirai avec vous ici sans la moindre hésitation. Ou sont donc vos valeurs maâtiques?


marvel02 a écrit:
(...)Par ailleurs, si Rolling Eyes Soro a commis des crimes, ou Ouattara en a planifié ou ordonné Rolling Eyes, moi je suis pour que la justice (que Gbagbo n'a jamais mise en place à cet effet Rolling Eyes ) puis les poursuivre et les condamner. J'ai cru entendre que c'est aussi le souhait de Ouattara Rolling Eyes . Parfait, qu'il prenne le pouvoir que le peuple lui a donné, et je l'attends agir de la sorte. Si non, dans 5 ans, vous auriez peut-être tous oublié ces morts et cette promesse, mais moi je serai là, toujours seul contre tous, ma balance de justice accrochée à la main, pour réclamer lumière, vérité et punition pour ces malheurs. Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
(...)


Ouattara va prendre le pouvoir pour enquêter sur ses propres crimes, mais c'est bien sûr... Rolling Eyes Et nous, qui lisons ces idioties, nous sommes des abrutis... Confused

Je ne sais pas à qui ce pauvre type a l'habitude de vendre sa soupe indigeste, faite de mensonges (genre "Ouattara n'a aucun lien avec la rebellion, c'est de la propagande pro-Gbagbo"), d'omissions ("la Côte d'Ivoire n'a rien, à part du cacao"), d' indignations à géométrie variable ("la CPI pour Gbagbo seulement") et surtout d' à-plat-ventrisme éhonté face à "la communauté internationale" ("Vive l'ONU/le FMI/la Banque Mondiale/la CPI"), si distinguée, avec ses si bonnes manières... Vraiment indigeste, en effet... Infect, infect, infect...

Pour ceux qui ont toujours un cerveau en état de marche (la majorité, sur ce forum), un petit rappel :
http://kouamouo.ivoire-blog.com/archive/2010/12/23/qui-connait-vraiment-guillaume-soro.html

Citation:
23.12.2010
Qui connaît vraiment Guillaume Soro ?

Au cours de mes pérégrinations sur Twitter, j'ai été un peu étonné de me rendre compte que certaines critiques relatives à Guillaume Soro, Premier ministre du "président reconnu par la communauté internationale", Alassan Ouattara, passent mal auprès de personnes que je considère comme respectables. Qui sont tellement prises dans l'illusion de la "révolution orange" à l'africaine qu'ils veulent transformer tous ceux qui l'incarnent en figures quasi-christiques.

Pourtant, Guillaume Soro est loin d'être un saint. Et l'identité de ses parrains devait suffire à calmer un certain nombre de "groupies". S'il a été ministre et Premier ministre, c'est avant tout parce qu'il a pris officiellement la tête d'une rébellion, dénommée à l'époque Mouvement patriotique de Côte d'Ivoire. Selon des rapports d'organisations bien sous tous rapports, les parrains internationaux de cette rébellion sont :

- Blaise Compaoré, l'assassin de Thomas Sankara, qui par la suite a soutenu quasiment tous les mouvements rebelles en Afrique de l'Ouest, souvent au nom de la guerre d'influence (aujourd'hui révolue) entre Paris et Washington, consécutive à la chute du mur de Berlin.

- Charles Taylor, le parrain du RUF de Sierra Leone, qui a aidé à armer les mouvements des Forces nouvelles MPIGO et MJP à l'ouest de la Côte d'Ivoire. Voire les preuves ici et ici. Et qui a prêté à Soro pendant un temps le sanguinaire Sam Bockarie. Les réseaux de Taylor remontent jusqu'à Victor Bout, le plus célèbre trafiquant d'armes de la planète.

Au point de vue national, les hommes de Guillaume Soro ont toujours affirmé qu'Alassane Ouattara était leur financier, sans être inquiétés.

Moralité : Soro est et demeure Soro, et pas Aung San Suu Kyi.


L'article inclut aussi la fameuse vidéo sur le père de la rébellion ivoirienne (ADO, selon le chef rebelle Kone Zakaria, qui y apparait), mais j'ai 2 soucis avec cette vidéo :
- je ne parle pas le malinké, donc je ne peux certifier l'honnêteté de la traduction
- cela me gêne d'autant plus qu'il y a de larges passages non traduits dans cette vidéo

Cela dit, les preuves de la connexion entre ADO et la rebellion, niée à plusieurs reprises par notre Goebbels en boubou, est parfaitement avérée (sinon, qu'on m'explique pourquoi les Forces Nouvelles gardent la République autonome de l'Hôtel du Golf, à Abidjan).

Chacun a le droit d'avoir son avis, et de prendre position. Mais le mensonge, la désinformation, la malhonnêteté ne devraient pas avoir leur place dans un débat honnête et respectueux. Voilà pourquoi je suis du même avis que samuel et Soundjata Keita. Par contre, en tant que Modo, je suis contre le bannissement de ce type (sauf manquement grave à la Charte), car il est intéressant de voir comment les menteurs argumentent. C'est instructif, du moins pour ceux qui ont envie de perdre du temps.

Pour ceux qu'une information honnête intéresse, quelques sources intéressantes (et pas vraiment favorables à Gbagbo, il faut le dire... Confused ) :

Survie France : http://survie.org/mot/cote-d-ivoire

Human Rights Watch : http://www.hrw.org/fr/africa/cote-divoire
(voir notamment le rapport du 3 mai 2005, "Un payx au bord du gouffre", toutes les parties en présence en prennent pour leur grade)

Amnesty International : http://www.amnesty.org/en/region/cote-divoire

Global Witness : http://www.globalwitness.org/search/luceneapi_node/cote%20d%27ivoire

Bon, par contre, RSF (Reporters Sans Frontières), ce sera sans moi, faut pas déconner, quand même... Confused

Si quelqu'un peut m'indiquer les ONG Africaines fiables, je suis preneuse. La réalité est toujours plus complexe que ce que les média (surtout français) veulent bien nous dépeindre Confused

Que la Paix revienne en Côte d'Ivoire.

_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 02:38    Sujet du message: Lanny Davis sur CNN Répondre en citant

http://www.wat.tv/video/ivory-coast-counsel-pdt-clinton-39eij_2hpbt_.html
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2999

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 06:24    Sujet du message: Répondre en citant

Laurent Gbagbo: "Il y a un complot contre moi"
Abidjan, 26 Dec. 2010
© Tanguy Berthemet (Le Figaro)
INTERVIEW EXCLUSIVE - Le président ivoirien rejette les menaces d'intervention militaire brandies par ses voisins.


La menace d'une intervention militaire en Côte d'Ivoire se précise. Vendredi, à l'issue d'un sommet exceptionnel de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), les présidents de la région ont à nouveau enjoint Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir. La Cédéao s'est dite prête à utiliser la «force légitime» et a évoqué des poursuites internationales contre les responsables des violences à Abidjan. Une mission diplomatique est attendue mardi dans la capitale économique ivoirienne, composée des présidents béninois, sierra-léonais et cap-verdien, pour tenter de convaincre le président sortant de quitter le pouvoir.


LE FIGARO. - La Cédéao a menacé d'utiliser la force si vous ne renonciez pas au pouvoir. Prenez-vous cette annonce au sérieux?

Laurent GBAGBO. - Toutes les menaces doivent êtres prises au sérieux. Mais, en Afrique, ce serait bien la première fois que des pays africains seraient prêts à aller en guerre contre un autre pays parce qu'une élection s'est mal passée! Regardez un peu la carte de l'Afrique, regardez où ça se passe plus ou moins bien, ou plus ou moins mal, et regardez là où il n'y a pas d'élection du tout. Si on devait aller en guerre dans tous ces cas-là, je crois que l'Afrique serait perpétuellement en guerre. Donc je prends au sérieux les menaces mais je reste tranquille. J'attends de voir.


Vous ne croyez donc pas à la possibilité d'une intervention militaire?

Les gens peuvent déraper. Mais ils ont aussi décidé de m'envoyer une délégation. On aurait dû commencer par là. On aurait économisé beaucoup de malentendus. Il faut venir voir ce qui se passe en Côte d'Ivoire. Quand on a vu, alors on prend une décision. Ici, nous avons des lois, nous avons une Constitution, des règles. C'est ça qui fait une élection, comme dans tous les pays modernes. Et selon cette Constitution, c'est moi qui suis élu président de la République de Côte d'Ivoire. C'est tout, et c'est simple.


Est-ce pour vous la condition préalable à une solution pacifique?

Je ne pose jamais de préalable à une discussion. Il faut aller au fond des choses. Moi je constate que les règles en vigueur dans ce pays, qui n'ont jamais été discutées par qui que ce soit, font que je suis président de la République. Je mettrai ça sur la table. Avant, personne ne se plaignait du Conseil constitutionnel.


Outre la Cédéao, l'organe financier régional, l'Umoa, a décidé de transférer une partie des pouvoirs à Alassane Ouattara…

C'est gênant, mais il y a toujours une solution. Dans ce domaine qui est très délicat, il faut mieux ne pas parler. Mais ce n'est pas la Banque centrale africaine qui paye les salaires des fonctionnaires. C'est l'argent de la Côte d'Ivoire. La décision de l'Umao n'a aucun sens.


Vous mettez aussi en cause l'objectivité de l'ONU, dont vous demandez le départ. Comment comptez-vous forcer l'Onuci à partir?

Je l'ai dit. J'ai demandé ce départ par voie diplomatique et nous l'obtiendrons par voie diplomatique. On va discuter. Ce n'est pas par la guerre que l'on va obtenir cela. Ici, l'ONU et son chef se sont montrés partisans. Or l'ONU devait être une force impartiale. Ces forces sont maintenant partisanes, on se demande ce qu'elles font là.


Vous vous sentez victime d'un complot?

Avant qu'on aille aux élections, j'avais demandé que l'accord de Ouagadougou soit appliqué. Si j'ai fait ma part, je demande que les autres fassent leur part en désarmant. Cela n'a pas été fait. Puis tout le monde s'entête pour que l'on vote quand même. Là, on peut parler du début du complot. On me dit : le désarmement, ce n'est pas très grave et moi-même je n'avais pas de raison de douter des rebelles avec lesquels je gérai la sortie de crise et qui se comportaient de façon loyale. Je ne pensais pas qu'ils utiliseraient les armes pour pervertir les élections à venir. Ensuite les institutions sont en place. Elles proclament le résultat et là tout le monde dit que c'est Alassane Ouattara qui est reconnu…


Qui sont les acteurs de ce complot?

C'est surtout l'ambassadeur de France et l'ambassadeur des États-Unis. (…). Ils sont allés chercher Youssouf Bakayako, le président de la Commission électorale indépendante, pour le conduire à l'hôtel du Golf qui est le quartier général de mon adversaire. Là-bas, alors qu'il se trouve hors délais et tout seul, ce qui est grave, on apprend qu'il a dit à une télévision que mon adversaire est élu. Pendant ce temps-là, le Conseil constitutionnel travaille et dit que Laurent Gbagbo est élu. À partir de là, Français et Américains disent que c'est Alassane Ouattara. C'est tout ça que l'on appelle un complot.


C'est le discours que vous tiendrez mardi à la délégation de chefs d'État envoyée en Côte d'Ivoire par la Cédéao?

Ce sont les faits! Et je dirai les faits en toutes circonstances ! Je ne cherche pas à convaincre. Je leur dis de vérifier la matérialité des faits. Quand les gens se détachent des faits, c'est qu'ils ne veulent pas la vérité. Je ne comprends pas pourquoi ils cherchent à créer un conflit, (…) pourquoi ils poussent à un affrontement interne.


Le porte-parole du gouvernement évoque un risque de guerre civile si la Cédéao intervient, un risque pour les communautés étrangères, africaines et européennes, vivant en Côte d'Ivoire…

S'il y a un désordre intérieur, une guerre civile, il y aura des risques, car nous n'allons pas laisser piétiner notre droit, notre Constitution, ça il faut que cela sorte de la tête des gens. Nous n'avons pas peur. C'est nous qui sommes agressés. C'est nous qui avons le droit pour nous. Jusqu'où ceux qui nous agressent sont-ils prêts à aller ? Quand j'ai été attaqué en 2002, nous n'avons vu ni la France, ni les États-Unis, ni la Cédéao prendre la moindre sanction. Les agresseurs de l'époque étaient connus. Tout le monde était sourd et muet, comme les singes de la parabole. Ce qui se passe aujourd'hui est la continuation de l'agression de 2002. Aujourd'hui ils retrouvent tous la parole et ils disent «haro sur Gbagbo». Mais Gbagbo, il a le droit avec lui !


L'ONU parle tout de même de 173 morts dans des affrontements, de cas d'enlèvements, d'exécutions extrajudicaires…

En 2000, quand j'ai pris le pouvoir, les mêmes gens avaient sorti des histoires de charnier à Yopougon, des assassinats. On avait demandé à l'ONU de faire une enquête. Il y avait eu un rapport. Le fond du débat aujourd'hui, c'est : qui est élu ? Et comme on ne veut pas de ce débat, on glisse vers les entraves aux droits de l'homme, les assassinats. Il faut constater la similitude entre 2000 et 2010. Je vais demander au ministre de la Justice d'ordonner des enquêtes. On n'a pas peur de ce débat.


La CPI pourrait-elle se joindre à cette enquête?

Lors des discussions de paix de Marcoussis en janvier 2003, un chef d'État voisin, qui vient d'être réélu à 80 %, avait déjà dit que je devais être livré à la CPI. C'était succulent venant de lui. Peut-être aurais-je dû me faire élire à 80 %, j'aurais été moins suspect. Aujourd'hui, en 2010, c'est le même scénario. Je ne suis pas surpris. Il y a un complot qui vise à installer Ouattara au pouvoir.


Des pays africains aussi, comme le Nigeria, demandent votre départ…

Je ne veux pas parler de cela. Dans les réunions des pays africains, les représentants des pays occidentaux sont plus nombreux dans les couloirs que les Africains. Les pressions sont énormes. On n'en peut plus. Et quand on subit ce que je subis, on se dit que Mugabe (toujours président du Zimbabwe, malgré sa défaite aux élections, NDLR) n'avait pas totalement tort.

source: lefigaro.fr
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 08:32    Sujet du message: Répondre en citant

Chabine a écrit:
(...) Cela dit, les preuves de la connexion entre ADO et la rebellion, niée à plusieurs reprises par notre Goebbels en boubou, est parfaitement avérée (sinon, qu'on m'explique pourquoi les Forces Nouvelles gardent la République autonome de l'Hôtel du Golf, à Abidjan).
Goebbels en boubou Laughing , j'entrevoyais un Jaga de l'ancien Empire du Kongo ou un Lancados moderne émule de Jenken ou de Tippu Tip, mais "Goebels en boubou" lui va bien Laughing ...
Citation:
Pour ceux qu'une information honnête intéresse, quelques sources intéressantes (et pas vraiment favorables à Gbagbo, il faut le dire... Confused ) :...
Si quelqu'un peut m'indiquer les ONG Africaines fiables, je suis preneuse. La réalité est toujours plus complexe que ce que les média (surtout français) veulent bien nous dépeindre Confused

Les organismes non-gouvernementaux Africains qui ont vu et écrit "autre chose" dans ces élections ont disparu de la circulation ou se dédisent complètement aujourd'hui, c'est dommage, concernant les ONG africaines fiables ? well, ça doit exister (je suis optimiste) mais faudrait qu'elles se fassent voir ce qui ne semble pas être le cas... parlant des organes affiliés à L'ONU ou consœurs de l'ONU, leurs rapports nous saoulent depuis 10 ans.

Les soupcons partisans sur l'ONU ne datent pas de maintenant, tout ça c'est depuis 2000, depuis 10 ans, c'est juste que cette fois-ci ces délinquants avec l'armement et le convoyage de rebelles dans la rép. du Golf ont poussé le bouchon trop loin !.

La méfiance face à l'ONU vient du fameux charnier de Yopugon (le premier pseudo-charnier, parce qu'ils nous ressortent la même chanson encore) en son temps, les enquêteurs de l'ONU dépêchés sur l'histoire n'ont jamais daigné quitter leurs hôtels et ont heureusement de manière expéditive produit un document rempli d'anachronismes, d'erreurs sur les lieux du crime, sur les noms , ect... autant de manquements d'une grossièreté indigne de gens qui sont payés aussi chers que cela a éveillé les soupcons sur cet organisme, je me souviens qu'on riait à lire ce torchon complètement hors-propos.

Sur protestation de l'ambassadeur de CIV à l'ONU surtout devant les erreurs ridicules du rapports, Kofi Anan (cet autre vendu) avait ramené une autre armée d'enquêteurs qui ont déterminé du bout des lèvres qu'il était improbable que les personnes réunies là aient été tués à cet endroit et qu'il était peut-être plus juste de croire qu'elles avaient été convoyées (amenées) là pour "mimer" un charnier, bref, prendre des corps à la morgue pour les mettre à une même place et prétendre à un charnier n'est pas nouveau puisque les mêmes faiseurs-de-scène-de-pseudo-charniers vont probablement le refaire ...

Bref, nous avons lu et entendu les résumés de nombreux autres rapports émanant d'organismes aussi inconnus que divers avec toujours la même menace sur les mêmes personnes depuis 8 ans, les rebelles d'Allassane ont même des ONG qui elles-aussi font des rapports pour incriminer comme elles peuvent les mêmes personnes.

Tout ça pour dire qu'"on connaît ça", de 20 morts officiellement annoncé par les autorités (dont les noms sont connus) pour l'insurrection du 16 décembre dernier, le compte est passé pour la presse étrangère en moins de 2 jours à 173 pour le plus conservateur et à plus d 500 pour le plus fantaisiste.

Est-ce qu'on se méfie de ces ONG qui se disent non-gouvernementales ? oui et c'est de l'énergie gaspillée que de démentir à l'année longue leurs ratiocinations, nous, nous savons qui fait quoi et qui est capable de faire certaines choses et crier au loup après en CIV...

Citation:
Que la Paix revienne en Côte d'Ivoire.
Le temps de la guerre est passée et c'était le 16 décembre, c'est maintenant le temps du dialogue, quoique les appels guerriers de l'Occident disent pour que nous nous tuions, et plus tard d'ici quelques mois ce sera celui de la paix... entre-temps Allassane et ses rebelles pourrirons dans leur hôtel, ce sera une leçon pour tous les vendus et Goebbels en boubou en Afrique !
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou


Dernière édition par Gnata le Lun 27 Déc 2010 10:48; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 09:00    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:

Question: Des pays africains aussi, comme le Nigeria, demandent votre départ…

Réponse : Je ne veux pas parler de cela. Dans les réunions des pays africains, les représentants des pays occidentaux sont plus nombreux dans les couloirs que les Africains. Les pressions sont énormes. On n'en peut plus. Et quand on subit ce que je subis, on se dit que Mugabe (toujours président du Zimbabwe, malgré sa défaite aux élections, NDLR) n'avait pas totalement tort.

source: lefigaro.fr


Juste un Nota bene, la dernière question et la réponse que donne Gbagbo mérite attention parce que manifestement ce journal a essayé subrepticement de lui faire dire ce qu'il n'a jamais dit, m'importe quel distrait se prendrait au jeu, lorsqu'il dit : "les représentants des pays occidentaux sont plus nombreux dans les couloirs que les Africains. Les pressions sont énormes. On n'en peut plus. Et quand on subit ce que je subis, on se dit que Mugabe (toujours président du Zimbabwe, malgré sa défaite aux élections, NDLR) n'avait pas totalement tort."

Le NDLR veut dire : Note De La Rédaction, si on n'y prête pas attention on pourrait penser que cette partie entre parenthèse fait partie de la réponse qu'a donné Gbagbo alors qu'il s'agit d'un ajout volontaire de la rédaction.

L'interviewer aurait pu lui demander une précision sur cette partie mais bon, j'imagine que c'était trop tentant de faire un clin d'oeil au passage au très infréquentable Mugabé juste pour dire qu'ils sont les mêmes.
Même dans une interview aussi simple à faire, où il a sûrement été notifié de rapporter textuellement et les questions et les réponses comme elles ont été posées et répondues, ils sont encore capable de nous distraire de la vérité...
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 14:52    Sujet du message: Répondre en citant

samuel a écrit:
Marvel a crit:
Je propose a tout le monde d'arreter de discuter avec toi.

si tu arrêtes de discuter avec Marvel qui est ton seul contradicteur, avec qui vas tu discuter? Laughing
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nkossi
Bon posteur


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 722

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 16:56    Sujet du message: Répondre en citant

Gnata a écrit:
M.O.P. a écrit:

Question: Des pays africains aussi, comme le Nigeria, demandent votre départ…

Réponse : Je ne veux pas parler de cela. Dans les réunions des pays africains, les représentants des pays occidentaux sont plus nombreux dans les couloirs que les Africains. Les pressions sont énormes. On n'en peut plus. Et quand on subit ce que je subis, on se dit que Mugabe (toujours président du Zimbabwe, malgré sa défaite aux élections, NDLR) n'avait pas totalement tort.

source: lefigaro.fr


Juste un Nota bene, la dernière question et la réponse que donne Gbagbo mérite attention parce que manifestement ce journal a essayé subrepticement de lui faire dire ce qu'il n'a jamais dit, m'importe quel distrait se prendrait au jeu, lorsqu'il dit : "les représentants des pays occidentaux sont plus nombreux dans les couloirs que les Africains. Les pressions sont énormes. On n'en peut plus. Et quand on subit ce que je subis, on se dit que Mugabe (toujours président du Zimbabwe, malgré sa défaite aux élections, NDLR) n'avait pas totalement tort."

Le NDLR veut dire : Note De La Rédaction, si on n'y prête pas attention on pourrait penser que cette partie entre parenthèse fait partie de la réponse qu'a donné Gbagbo alors qu'il s'agit d'un ajout volontaire de la rédaction.

L'interviewer aurait pu lui demander une précision sur cette partie mais bon, j'imagine que c'était trop tentant de faire un clin d'oeil au passage au très infréquentable Mugabé juste pour dire qu'ils sont les mêmes.
Même dans une interview aussi simple à faire, où il a sûrement été notifié de rapporter textuellement et les questions et les réponses comme elles ont été posées et répondues, ils sont encore capable de nous distraire de la vérité...


La même partie retranscrite par 1 interviewer du "Monde" source lemonde.fr. Comme quoi !!!

Et les pays africains qui soutiennent la décision de l'ONU ? Ils sont manipulés ?

Je ne veux pas parler de ça. Sinon, ou bien on est trop méchant, ou on ne dit rien. Sachez seulement que nous faisons les réunions de l'Union africaine et de la Cédéao, les représentants des pays européens sont toujours plus nombreux dans les couloirs que ceux des pays africains. Ils sont toujours dans les couloirs, très nombreux, pour vous donner un exemple, au sommet de Charm el-Cheikh, il y avait à l'ordre du jour le problème du Zimbabwe, il y avait tellement d'Européens dans les couloirs qu'un chef d'Etat africain a pris la parole pour dire : "Ecoutez, les Européens font une pression tellement grotesque que nous décidons de soutenir Mugabe, même si on ne l'aime pas." Et c'est cette position qui a été passée. Il y a des fois où ça suscite un ras-le-bol. Les pressions sont énormes. Sur tous les chefs d'Etat que moi j'ai eus au téléphone, les Africains, ils disent la même chose : on n'en peut plus ! Il y en a même un qui m'a dit qu'il reçoit trois coups de téléphone par jour au moins de l'Elysée.

Vous vous sentez dans une situation comparable à celle de Robert Mugabe ?

On ne se connaît pas bien, je l'ai aperçu comme ça quelques fois, mais quand on subit ce que j'ai subi, on se dit que l'autre n'avait pas totalement tort. Ici vous pouvez chercher on n'a rien à cacher à personne… Ni au niveau de l'argent, ni au niveau de la gouvernance, ni au niveau des droits de l'homme, alors quand vous voyez les gens s'acharner sur nous, tous les gens qui viennent pour discuter affaires, je ne leur ai jamais demandé un franc, donc vraiment je suis très à l'aise. Quand vous voyez ces gens s'acharner, vous vous dites, peut-être que celui-ci [Mugabe], il n'avait pas tort.
_________________
La véritable désaliénation du Noir implique une prise de conscience abrupte des réalités économiques et sociales. F. Fanon
L'ignorance est un danger que tout homme doit éviter. S. NKOUA

Visitez le blog de Théo http://kouamouo.ivoire-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Soundjata Kéita
Super Posteur


Inscrit le: 06 Mai 2005
Messages: 1655
Localisation: Au sein de mon Empire

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 18:10    Sujet du message: Répondre en citant

Vous avez remarqué ces fameux "(...)", ils signifient que lefigaro.fr a escamoté les réponses de Gbagbo.
Le Monde lui, semble les avoir retranscrit plus fidèlement.

Ci après, la reproduction intégrale de l'interview tel que paru dans Le Monde.
--------------

Laurent Gbagbo dénonce un "complot" franco-américain

Dans un entretien au "Monde", Laurent Gbagbo, président sortant de Côte d'Ivoire, revient sur le déroulement de l'élection présidentielle du 28 novembre. Il accuse la France et les Etats-Unis d'avoir incité l'Union africaine, les Nations unies et la Cédéao à soutenir son rival Alassane Ouattara.

La Cédéao, l'organisation économique des pays d'Afrique de l'Ouest, menace de recourir à la "violence légitime", en d'autres termes d'intervenir militairement en Côte d'Ivoire. Prenez-vous ces menaces au sérieux ?

Laurent Gbagbo : Les menaces, il faut les prendre au sérieux mais après, il faut garder la tête froide et se rendre compte que ce serait bien la première fois que des pays africains partiraient en guerre contre un autre pays parce qu'une élection s'est mal passée. Regardez la carte de l'Afrique, regardez la carte des élections qui se passent plus ou moins bien, plus ou moins mal, et puis la carte de là où il n'y a pas d'élections du tout. Si on devait aller en guerre avec cette carte-là, je crois que l'Afrique serait perpétuellement en guerre. Donc je prends cela au sérieux parce que ce sont des menaces, mais je reste tranquille, j'attends de voir.

Vous croyez à la possibilité d'une intervention militaire ?

Les choses peuvent déraper à tout moment, donc il faut prendre tout au sérieux, mais ils ont décidé de m'envoyer une délégation [de chefs d'Etat mardi]. On aurait dû commencer par là. On aurait économisé beaucoup de choses, beaucoup de salive, beaucoup d'adrénaline. Il faut venir voir ce qui se passe en Côte d'Ivoire, et quand on a vu ce qui se passe, alors on prend les décisions.

Y a-t-il des conditions qui vous permettraient de négocier avec M. Ouattara ?

Je ne pose jamais de préalables quand je discute. Moi, je constate que les règles en vigueur en Côte d'Ivoire, qui n'ont jamais été dénoncées par qui que ce soit, font que je suis le président de la République, donc naturellement, quand on discutera je vais mettre ça sur la table, il faut dire que ces règles-là n'ont été dénoncées par personne.

Vous avez parlé de complot de la France et des Etats-Unis contre la Côte d'Ivoire. De quoi s'agit-il ?

Avant les élections, j'ai fait ma part. J'ai demandé que les autres [les ex-rebelles] fassent leur part en désarmant. Toutes les pressions sont faites pour qu'on aille aux élections sans désarmement. Là, on peut parler du début du complot. Toutes les pressions, de toutes parts. Moi-même je n'avais pas de raison de douter des rebelles avec qui j'étais en accord avec l'accord de Ouagadougou, et avec lesquels je gérais la sortie de crise. Je les voyais bien, intégrés, se comportant de façon loyale, je n'avais pas de raison de douter qu'ils allaient utiliser après les armes qu'ils n'avaient pas déposées pour pervertir les élections. Ensuite, les institutions en place, reconnues par tous [en réalité, le Conseil constitutionnel], elles proclament le président élu , tout le monde dit : " non, c'est Ouattara que nous tenons pour président ".

Qui est ce "nous" ?

Ce nous c'est d'abord la France, mais c'est surtout l'ambassadeur de France et l'ambassadeur des Etats-Unis. Nous voilà au terme du premier tour. Les résultats sont un peu contestables mais je ne les ai pas contestés. On va au deuxième tour, la CEI [Commission électorale indépendante] a trois jours pour donner des résultats, elle ne les donne pas. A minuit moins le quart, le président de la CEI, M. Bakayoko, intervient à la télévision, on lui dit que TV5 aurait donné des résultats, il fait une mise au point nette pour dire : nous n'avons donné aucun résultat. Minuit arrive. Candidat, je suis devant mon poste de télévision, parce que c'est le moment que tous les candidats guettent pour voir comment les votes se sont portés sur eux. Minuit passe. La CEI est "off". Le lendemain, l'ambassadeur de France et l'ambassadeur des Etats-Unis vont chercher Youssouf Bakayoko, président de la CEI, et l'amènent à l'hôtel du Golf, qui est le quartier général de mon adversaire. On apprend qu'il y a une télévision étrangère, sur laquelle aurait été donné le résultat qui donne Ouattara vainqueur. Le président du Conseil constitutionnel intervient pour dire que ce ne sont pas des résultats. Il décide que Gbagbo Laurent est élu président de la République. A partir de ce moment-là, Français et Américains disent : non, nous c'est Ouattara que nous reconnaissons. C'est tout ça qu'on appelle le complot.

Quel est le problème avec la France et les Etats-Unis ?

Je ne vois pas le problème, c'est eux. En quoi nos élections sont leur problème ?

La France et les Etats-Unis sont suffisamment puissants pour entraîner l'Union africaine, les Nations unies, la Cédéao [Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest] ?

Je me rends compte qu'ils sont suffisamment puissants pour ça.

C'est le discours que vous tiendrez mardi à la délégation de chefs d'Etat de la Cédéao ?

Ce sont les faits que j'expose. Je dirai les faits.

Vous pensez les convaincre ?

Je vais leur dire d'aller vérifier la matérialité de ces faits-là partout où c'est possible. Quand les gens se détachent des faits, c'est qu'ils ne veulent pas la vérité, pas la justice. Or, ces conflits sont créés par des gens qui sont étrangers à nous. Je ne comprends pas pourquoi ces gens-là choisissent un candidat qu'ils reconnaissent. Ce n'est pas leur rôle.

Eux ? La France et les Etats-Unis ?

En premier lieu. Avec les positions incroyables, inexplicables et injustifiables qu'ils prennent, ces pays-là poussent à un affrontement interne. Aujourd'hui, moi je m'appuie sur les institutions ivoiriennes, sur les lois. Alors que vous avez maintenant d'autres qui s'appuient sur les puissances étrangères. Il y aura peut-être un désordre intérieur, une guerre civile en Côte d'Ivoire, parce que nous n'allons pas nous laisser piétiner notre droit et nos institutions.

Vous êtes prêt à aller jusqu'où ?

Il n'y a pas à être prêt à aller quelque part, c'est nous qui sommes agressés. C'est nous qui avons le droit pour nous. Jusqu'où ceux qui nous agressent sont prêts à aller ? Je vais vous signaler quelque chose. Je suis élu président en 2000. En 2002, je suis attaqué, agressé. On n'a jamais vu ni la France, ni l'Union européenne, ni les Etats-Unis, ni l'ONU, ni la Cédéao, prendre des sanctions contre ceux qui ont agressé un régime conformément à la loi. On ne les a jamais vus.

Qui fallait-il sanctionner ?

Mais ceux qui nous avaient agressés !

Et de qui s'agissait-il ?

Ils sont connus ! Vous ne les connaissez pas ? Cette position qu'ils prennent est la continuation de l'agression que nous avons subie en 2002. De 2002 à aujourd'hui, ceux qui ont pris les armes contre un Etat souverain, un régime démocratiquement élu, ceux-là n'ont jamais été sanctionnés par personne.

Leurs noms ?

C'est un détail. A ce moment-là, tout le monde a fait l'aveugle, tout le monde a fait le sourd, tout le monde a fait le muet, comme les singes de la parabole. Aujourd'hui, ils retrouvent tous la parole, l'usage des yeux, l'usage des oreilles, et ils crient : "haro sur Gbagbo !" Mais Gbagbo a la loi avec lui.

Les enlèvements, les tortures d'opposants, 173 morts selon l'ONU…

Quand j'ai pris le pouvoir en 2000, ils avaient sorti des charniers, il y avait des charniers à Yopougon, des assassinats. Aujourd'hui, le débat principal c'est quoi ? C'est Gbagbo et Ouattara sont candidats au deuxième tour de l'élection présidentielle. Qui est élu ? C'est ça le débat. Alors quand ce débat gêne, comme en 2000, on glisse de ce débat vers les droits de l'homme. Ah oui, il y a eu des morts, il y a eu des charniers… Je constate la similitude du comportement entre 2000 et 2010. Je vois la même chose, exactement. Parce qu'en 2000, il y en a qui ont contesté mon élection, qui ont essayé de faire endosser [cette position] par l'Afrique. Le Nigeria d'Obasanjo et l'Afrique du Sud avaient même demandé l'annulation des élections. Je leur ai envoyé des gens pour dire que c'était irréaliste. Donc après ça, on est passé à "oui, il y a des charniers, il y a des gens qui sont morts et tout"… Moi dès demain lundi je vais demander au ministre de la justice de mettre tous les procureurs [à l'œuvre] pour faire des enquêtes. [Il s'empare d'un dossier jaune] Nous avons ici des enquêtes sanitaires du ministère de la santé sur les gens qui sont blessés, qui sont morts. Il n'y en a pas plus que ça... Il y a beaucoup de blessés, des blessés par armes blanches. Des forces de l'ordre qui sont blessées par balles, armes blanches. Nous avons nos documents, on n'a pas peur de ce débat.

Alassane Ouattara a lancé l'idée de faire venir une délégation de la CPI...

Au moment des discussions de Marcoussis, en janvier 2003, je connais un chef d'Etat voisin qui a été élu à 80 %... – j'aurais peut-être dû m'arranger pour gagner avec 80 %, j'aurais été moins suspect – qui avait dit "Oui, Gbagbo doit aller à la CPI". Lui ! Et c'était tout à fait succulent. Donc ce sont les mêmes glissements. 2000, 2010, c'est le même scénario. Donc on n'est plus surpris. Les Ivoriens ont voté le 28 novembre, ils ont élu qui ? Et les institutions ont proclamé qui ? C'est ça qui est le fond de la question. Il ne faut pas glisser dessus pour aller sur des problèmes qu'on sait déjà.

Il y a un complot, donc ?

Qui vise à installer Ouattara au pouvoir. Et il y a des puissances extérieures à l'Afrique dont, je ne sais pas pourquoi, le rêve est de mettre Ouattara au pouvoir.

Et les pays africains qui soutiennent la décision de l'ONU ? Ils sont manipulés ?

Je ne veux pas parler de ça. Sinon, ou bien on est trop méchant, ou on ne dit rien. Sachez seulement que nous faisons les réunions de l'Union africaine et de la Cédéao, les représentants des pays européens sont toujours plus nombreux dans les couloirs que ceux des pays africains. Ils sont toujours dans les couloirs, très nombreux, pour vous donner un exemple, au sommet de Charm el-Cheikh, il y avait à l'ordre du jour le problème du Zimbabwe, il y avait tellement d'Européens dans les couloirs qu'un chef d'Etat africain a pris la parole pour dire : "Ecoutez, les Européens font une pression tellement grotesque que nous décidons de soutenir Mugabe, même si on ne l'aime pas." Et c'est cette position qui a été passée. Il y a des fois où ça suscite un ras-le-bol. Les pressions sont énormes. Sur tous les chefs d'Etat que moi j'ai eus au téléphone, les Africains, ils disent la même chose : on n'en peut plus ! Il y en a même un qui m'a dit qu'il reçoit trois coups de téléphone par jour au moins de l'Elysée.

Vous vous sentez dans une situation comparable à celle de Robert Mugabe ?

On ne se connaît pas bien, je l'ai aperçu comme ça quelques fois, mais quand on subit ce que j'ai subi, on se dit que l'autre n'avait pas totalement tort. Ici vous pouvez chercher on n'a rien à cacher à personne… Ni au niveau de l'argent, ni au niveau de la gouvernance, ni au niveau des droits de l'homme, alors quand vous voyez les gens s'acharner sur nous, tous les gens qui viennent pour discuter affaires, je ne leur ai jamais demandé un franc, donc vraiment je suis très à l'aise. Quand vous voyez ces gens s'acharner, vous vous dites, peut-être que celui-ci [Mugabe], il n'avait pas tort.

La présence de l'hôtel du Golf, c'est durable ?

Je ne sais même pas pourquoi ils sont là-bas.

Pour l'instant, ils ne peuvent ni sortir ni entrer…

Non ! Celui qui veut aller chez lui peut aller chez lui.

Il y a des barrages qui interdisent d'en sortir…

Les barrages ont été mis à partir du moment où les gens ont été dedans. Quand ils ont utilisé des armes. Or, de l'hôtel du Golf, on est peut-être à cinq ou dix minutes de pirogue de la résidence du chef de l'Etat, c'est tout près. Nous sommes obligés de prendre des mesures de sécurité aussi bien pour eux que pour nous. Je ne sais pas pourquoi ils sont allés s'agglutiner dans un coin du territoire.

Propos recueillis par Jean-Philippe Rémy

Source : Le Monde




Htp, Sunjata
_________________
La vérité rougit l'oeil, mais ne saurait le transpercer


Pour la Renaissance du Gondwana
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lolo01
Bon posteur


Inscrit le: 02 Oct 2005
Messages: 565

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 19:12    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Et les pays africains qui soutiennent la décision de l'ONU ? Ils sont manipulés ?

Je ne veux pas parler de ça. Sinon, ou bien on est trop méchant, ou on ne dit rien. Sachez seulement que nous faisons les réunions de l'Union africaine et de la Cédéao, les représentants des pays européens sont toujours plus nombreux dans les couloirs que ceux des pays africains. Ils sont toujours dans les couloirs, très nombreux, pour vous donner un exemple, au sommet de Charm el-Cheikh, il y avait à l'ordre du jour le problème du Zimbabwe, il y avait tellement d'Européens dans les couloirs qu'un chef d'Etat africain a pris la parole pour dire : "Ecoutez, les Européens font une pression tellement grotesque que nous décidons de soutenir Mugabe, même si on ne l'aime pas." Et c'est cette position qui a été passée. Il y a des fois où ça suscite un ras-le-bol. Les pressions sont énormes. Sur tous les chefs d'Etat que moi j'ai eus au téléphone, les Africains, ils disent la même chose : on n'en peut plus ! Il y en a même un qui m'a dit qu'il reçoit trois coups de téléphone par jour au moins de l'Elysée.


La phrase qui dit tout. Peut-on imaginer au sommet de l'Union européenne une cohorte de représentants africains dans les couloirs ?
_________________
Le vrai ennemi de l'homme noir est l'homme noir lui même.

Découvrir ce blog :
http://identitenegre.blogspot.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lolo01
Bon posteur


Inscrit le: 02 Oct 2005
Messages: 565

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 19:18    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Et les pays africains qui soutiennent la décision de l'ONU ? Ils sont manipulés ?

Je ne veux pas parler de ça. Sinon, ou bien on est trop méchant, ou on ne dit rien. Sachez seulement que nous faisons les réunions de l'Union africaine et de la Cédéao, les représentants des pays européens sont toujours plus nombreux dans les couloirs que ceux des pays africains. Ils sont toujours dans les couloirs, très nombreux, pour vous donner un exemple, au sommet de Charm el-Cheikh, il y avait à l'ordre du jour le problème du Zimbabwe, il y avait tellement d'Européens dans les couloirs qu'un chef d'Etat africain a pris la parole pour dire : "Ecoutez, les Européens font une pression tellement grotesque que nous décidons de soutenir Mugabe, même si on ne l'aime pas." Et c'est cette position qui a été passée. Il y a des fois où ça suscite un ras-le-bol. Les pressions sont énormes. Sur tous les chefs d'Etat que moi j'ai eus au téléphone, les Africains, ils disent la même chose : on n'en peut plus ! Il y en a même un qui m'a dit qu'il reçoit trois coups de téléphone par jour au moins de l'Elysée.


La phrase qui en dit long. Peut on imaginer une cohorte de représentants africains lors d'un sommet sur la Roumanie de l'UE dans les couloirs ?
_________________
Le vrai ennemi de l'homme noir est l'homme noir lui même.

Découvrir ce blog :
http://identitenegre.blogspot.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Lun 27 Déc 2010 21:27    Sujet du message: Répondre en citant

Un petit flash back est parfois intéressant : une dépêche afp de novembre 2000 au sujet de l'élection de Laurent Gbagbo :

--------------------------------------------------------------

Laurent Gbagbo en passe de gagner le pari de la légitimité internationale (5 Novembre 2000/ AFP/ Abidjan)

Dix jours après son investiture à l'issue d'une élection controversée, le nouveau président ivoirien Laurent Gbagbo est en passe de gagner le pari d'une reconnaissance internationale de sa légitimité, au nom de de la "realpolitik" et de la préservation de la stabilité du pays.

Son accession au pouvoir le 26 octobre avait suscité des réactions mitigées à l'étranger, la France - du moins le gouvernement dirigé par les socialistes - étant la seule à reconnaître immédiatement au nouveau chef d'Etat une légitimité pleine.

Mais fort de son appel victorieux au soulèvement populaire contre un chef de junte militaire qui tentait de s'accrocher au pouvoir contre le résultat des urnes, Laurent Gbagbo a su en 10 jours à peine imposer son élection à l'extérieur, tout en sachant que son exercice du pouvoir restera sous observation vigilante.

Face à cette légitimité du "civil contre le putschiste", les critiques sur une élection dont ont été écartés l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara (à la tête du troisième parti politique du pays) et l'ex-parti au pouvoir, ont été mises en sourdine. La crainte de voir ce "havre de stabilité", qui abrite plus de trois millions de ressortissants des pays limitrophes, sombrer dans la violence après les récents affrontements politiques et ethno-religieux (qui ont fait 171 morts, selon un bilan officiel) y a été pour beaucoup.
D'autant que les promesses du nouveau pouvoir de mener une enquête impartiale et "sans impunité" sur ces violences ont joué en sa faveur, même si tous les partenaires étrangers ont souligné que ses engagements seraient jugés sur pièces.

Le temps fort de cette reconnaissance aura été la visite samedi à Korhogo (nord de la Côte d'Ivoire) du président malien Alpha Oumar Konaré, également, et en la circonstance surtout, président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).
M. Konaré a officiellement félicité le nouveau président ivoirien et souhaité que "le changement intervenu le 26 octobre (date de l'investiture de M. Gbagbo) soit le signe d'une Côte d'Ivoire démocratique et plurielle".
Cette légitimation, venant d'un chef d'Etat qui n'a pas ménagé ses critiques envers le processus de transition depuis le coup d'Etat du 24 décembre 1999, représente pour M. Gbagbo sinon un véritable adoubement, du moins un encouragement, sous surveillance attentive, à instaurer une vraie démocratie.

Après une réticence initiale, les signes de "réalisme" n'ont d'ailleurs pas manqué depuis l'arrivée au pouvoir du leader socialiste. Le Nigeria et l'Afrique du Sud, initialement en pointe dans la contestation du scrutin présidentiel du 22 octobre, ont cessé leurs déclarations publiques.
Le "Conseil de l'entente", qui regroupe la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Togo, le Burkina Faso -réputé soutenir M. Ouattara- et le Mali, a félicité le nouveau président.

Et le chef de l'Etat togolais, Gnassingbé Eyadéma, président en exercice de l'Organisation de l'unité africaine, après avoir appelé à un nouveau scrutin, s'est ravisé en estimant que si le pouvoir de M. Gbagbo "convient aux Ivoiriens", il fallait "les accompagner".

Même les Etats-Unis, pourtant suspectés à Abidjan "d'alassanisme" invétéré, se sont dits prêts, après avoir tout d'abord qualifié l'élection "d'illégitime", à "travailler avec les autorités qui ont été investies", tout en renouvelant leur souhait d'un nouveau scrutin. Mais Laurent Gbagbo a totalement exclu cette hypothèse, et tous les regards se tournent maintenant vers les législatives du 10 décembre, qui font figure de test.

Les partisans de M. Ouattara ont dores et déjà commencé à mettre la pression, et leurs journaux accusaient samedi le nouveau pouvoir de se préparer un découpage électoral sur mesure à l'occasion de l'augmentation du nombre de députés de 175 à 225.
(AFP, Abidjan, 5 novembre 2000 - 12h48)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sidesma
Grioonaute 1


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 211
Localisation: rennes

MessagePosté le: Mar 28 Déc 2010 13:52    Sujet du message: Répondre en citant

Les états unis veulent ,à la tête des pays du tiers monde, des dirigeants qui leur sont le plus proche possible!

La france, craint de perdre la C.I au profit de la chine, et autres puissances montantes.


Américains et français ont donc besoin de Ouattara pour jouer un rôle bien précis.


Guillaume soro,après la réunion de Ouagadougou,avait promis de désarmer en échange de la primature.
Qu'a ton vu? Rien!

dire que la C.I n'a aucune richesse a apart le cacao est une ignorance, et dans ce cas on n'a rien compris de ce qui est en train de se passer.


Les usa on peur de la montée de la chine, et veulent placer Ouattara,pour s'accaparer les richesses des ivoiriens.

La france est un pays en perte de vitesse,ces dettes sont colossales ,
partout le chômage monte, le gouvernement de sarkozy commet erreur sur erreur,au niveau international et national,l'économie française roule lentement,les délocalisations d'entreprises font légion et la france a besoin d'assurance,des gens sûrs en afrique.Elle a réussi à placer eyadéma fils au togo pour voler les minéraux togolais, elle a réussi à placer un des leurs à la tête du gabon,au cameroun biya est une marionnette, il en est de même de compaoré au burkina.
Il ne manque plus que la C.I!


Pour la france, il faut une marionnette en côte d'ivoire,car la côte d'ivoire occupe une position géo stratégique très importante.

A part le cacao,il y a beaucoup à contrôler là bàs:
le port d'abidjan,principal centre des exportations et importations ivoiriennes!

la fôret,la biotechnologie et les groupes pharmaceutiques ont besoin de beaucoup de végétaux pour fabriquer des produits dans ces domaines.
La forêt ivoirienne est très convoitée par beaucoup.

En outre, destabiliser la C.I est une idée de beaucoup d'occidentaux,car
elle engendrerait une destabilisation et de la famine au burkina voisin:
de nombreux burkinabés travaillent en C.I et en cas de conflit, le retour au pays va être dur.

En bref,la sous région sera inévitablement touchée!

Le burkina est il prêt à accueillir les milliers de burkinabés qui vivent en C.I? je ne pense pas.

Le choix de la C.I n'est pas anodin: c'est un pays quand même "avancé"par rapport aux autres voisins,mali,burkina-faso.

Une guerre civile en C.I degraderait les infrastructures du pays et donc l'économie de la C.I.



Des résultats des élections proclamés par l'embassadeur de france,celui des usa et bakayoko à l'hotel des rebelles n'a aucun sens!

On ne peut pas prendre cela au serieux.

Les élections françaises n'ont pas été proclamées dans un hotel,qui de surcroit est le refuge de la rébellion.




A un moment donné,il faut éviter de nous prendre ,nous africains pour des pov'cons!parceque franchement,ça commence à bien faire!
L'inacceptable en occident doit être acceptable chez nous!
Ce qui est dénoncé et dénonçable en occident doit être accepté chez nous!
Un homme qui est une marionnette de l'occident doit être président chez nous!
En plus par la force!
Un rebelle,qui mérite la prison pour la misère qu'il a provoqué,doit diriger chez nous!

mais que se passe t-il dans la tête des gens?

Une rebellion en france,ou dans un autre pays de l'union serait massacrée depuis bien longtemps!

En afrique,non,elle doit accéder au pouvoir, elle a le droit d'exister,on doit lui apporter de la considération et du respect!

Où va t-on? C'est quoi ça?Pour qui nous prend t-on?

Vous imaginez sarkozy,ou merkel,en train de partager son pouvoir avec rebelles?


ce qui tue, c'est leur paroles, ces occidentaux,qui tantôt tournent dans le sens des aiguilles d'une montre,parfois dans le sens inverse!
La rébéllion,faut l'accepter et lui permettre d'accéder au pouvoir à condition qu'elle ne menace pas les intérêts français!

En 1988, au Congo, Pierre Anga, un rebelle ,a été assassiné, car sassou le françafricain était ménacé!


en 1992, au même congo brazza,sassou le rebbelle avait été aidé par les soldats français pour accéder au pouvoir!

Donc la morale française,la rébéllion peut être soutenue ou combatu,selon qu'elle menace ou non les intérêts français!
Dans un cas,il faut l'enrayer,la rébéllion comme au congo en 1988, et dans un autre il faut la protéger,lui donner un lieu sûr,comme en côte d'ivoire, où les rebelles sont avec l'ONU!


Je pensais que les livres de xavier verschave dénonçant la françafrique étaient sus de tous!

Je me rends compte de mon erreur,certains n'ont même pas d'analyse pour comprendre pourquoi les usa et la france sont derrière tout cela.

Certains s'entêtent à croire que Ouattara est soutenu pour ses qualités!

Là,je dis stop!!!
Si on ne comprend ,rien, au lieu d'écrire n'importe quoi,
Il faut prendre des cours de françafrique!
Le bémol, c'est que le spécialiste en la matière, mr xavier verschave est mort en 2005.
Il faut aller alors rendre visite à la l'association survie.

Ou alors, il faut un Michel Collon ou un Thierry Meyssan pour nous éclairer
sur le fait que les occidentaux ne soutiennent jamais des gens bons pour leur peuple,mais seulement des gens qui assurent les intérêts de l'occident!
C'est ça qui est la vérité!

C'est le minimum à savoir pour comprendre ce qui s'est passé au gabon en 2009, au togo en 2005 et en C.I maintenant!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sidesma
Grioonaute 1


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 211
Localisation: rennes

MessagePosté le: Mar 28 Déc 2010 14:04    Sujet du message: Répondre en citant

En outre; la position française fait peur ,dans ce conflit :

Elle a bloqué l'avion présidentiel ivoirien,

Elle a refusé de payer les salaires des fonctionnaires ivoiriens,

Elle est le seul pays ,pour le moment qui a accepté un soit disant embassadeur de Ouattara!


Je pense que là; ce sont des éléments très important qui montrent bien que la france cherche des ennuis en Côte d'ivoire,
il n'y a aucun doute possible à cela.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Mar 28 Déc 2010 14:29    Sujet du message: Répondre en citant

@ Sidesma

Ce n'est pas parceque tu écris en gros et en gras que tes arguments seront plus convaincants. Merci d'écrire normalement
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kainfri
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1594

MessagePosté le: Mar 28 Déc 2010 17:21    Sujet du message: Répondre en citant

Soundjata Kéita a écrit:
Il faut savoir que c'est l'Angola qui a entrainé et équipé l'armée ivoirien, sans cela, Gbagbo aurait giclé depuis plusieurs années, puisqu'il n'aurait jamais pu contenu les attaques rebelles.

Euh, les forces d'interposition françaises ont pas un peu aidé aussi? Wink

Soundjata Kéita a écrit:
Il reste encore à savoir ce que le Ghana et l'Afrique du Sud va décidé, s'ils ont encore une quelconque marge de manoeuvre.

S'ils voient les mêmes tricheries que les autres tu en "déduiras" qu'ils sont inféodés aux intérêts français?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kainfri
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1594

MessagePosté le: Mar 28 Déc 2010 17:25    Sujet du message: Répondre en citant

sidesma a écrit:
Les états unis veulent ,à la tête des pays du tiers monde, des dirigeants qui leur sont le plus proche possible!

La france, craint de perdre la C.I au profit de la chine, et autres puissances montantes.

Apparamment Gbago a signé quelques semaines un contrat avec Total pour la prospection de pétrole.
Comme sa campagne a été pilotée par Euro-RSCG, que les sondages qui l'ont trompé ont été commandés à la TNS-Sofres, que Bougyues construit toujours le 3è pont d'Abidjan, que Bolloré exploite toujours le port d'Abidjan, on peut se dire que LG défend bien les intérêts français quand même, non?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sidesma
Grioonaute 1


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 211
Localisation: rennes

MessagePosté le: Mar 28 Déc 2010 22:18    Sujet du message: Répondre en citant

Kainfri a écrit:
sidesma a écrit:
Les états unis veulent ,à la tête des pays du tiers monde, des dirigeants qui leur sont le plus proche possible!

La france, craint de perdre la C.I au profit de la chine, et autres puissances montantes.

Apparamment Gbago a signé quelques semaines un contrat avec Total pour la prospection de pétrole.
Comme sa campagne a été pilotée par Euro-RSCG, que les sondages qui l'ont trompé ont été commandés à la TNS-Sofres, que Bougyues construit toujours le 3è pont d'Abidjan, que Bolloré exploite toujours le port d'Abidjan, on peut se dire que LG défend bien les intérêts français quand même, non?



kainfri, réfléchissons à l'envers :

Si gbagbo assure réellement les intérêts français ,peux tu juste m'expliquer pourquoi tous veulent son départ?

Autrement dit: si la fameuse communauté internationale veut faire partir gbagbo, c'est qu'il y a bien une raison, je pense que tu es bien d'accord avec, ça?
Alors c'est laquelle?


Moi je pense que la communauté internationale n'a pas confiance en gbagbo, c'est que je suis en train d'expliquer.
Même si il a signé des contrats avec bolloré ou autre,
Il a tenu des propos qui montrent réellement qu'il veut réduire les intérêts pétroliers de cette communauté internationale , voilà la preuve :

http://www.youtube.com/watch?v=oy5iTuO14_E



Je dis ce ci : les vrais panafricains sont dans la jeunesse africaine actuelle,mais je reste persuadé que Gbagbo n'est plus quelqu'un de sûr,pour l'occident.


Comme saddam hussein n'était plus quelqu'un de sûr,il a été diabolisé et éliminé.
Les occidentaux continuaient à exploiter le pétrole sous saddam,
mais l'occident veut des gens 100% dociles!

L'occident n'a plus besoin des africains instables:
des gens comme andré mba obame ont été écartés au détriment de bongo,
pourquoi?
Parce que alain bourgui,conseiller officieux de sarkozy a défendu bongo :

Il a dit qu'il prefère bongo car les opposants gabonais, bien que pas contre les intérêts français, ne sont pas des gens sûres,sait on jamais, d'après lui,il pensait qu'ils sont capables de changer à un moment ou à un autre!

C'est la même situaution en C.I.
Malgré les lobbies américains de Gbagbo, les usa sont bloqués sur leur position: le départ de gbagbo.Pourquoi?
Parcequ'ils pensent eux aussi que Gbagbo n'est pas sûr,
il faut un homme sûr en C.I, pour controler ce pays.

Le moindre doute,aussi petit qu'il soit suffit à l'exclusion d'un candidat.
Lissouba l'a vécu,bien que le congo sous sa tutelle était encore controlé par la france.

C'est le nouvel ordre mondial, Bush a commencé avec cela, dans sa campagne de 2001,lors du fameux 11 septembre:
Soit tu es avec nous, sois tu es contre nous !
Si tu es avec nous, tu dois l'être à 100%!
tu dois accepter toutes nos idées!
si tu n'acceptes pas toutes nos idées, alors tu es contre nous!
ça marche comme ça.


Donc, selon eux,si gbagbo prétend être avec eux,la france et les usa veulent qu'il fasse beaucoup plus que de donner quelques contrats par ci et par là.

Les occidentaux n'aiment pas sa façon de parler:
En disant mener une guerre pour libérer l'Afrique,c'est comme si il associe dans sa lutte tout africain,c'est comme si il invitait les africains à l'aider dans ce combat.
Les occidentaux craignent une contamination de toute l'Afrique.
pour preuve :au cameroun,a douala,des gens ont manifesté pour gbagbo et la france a demandé à biya de calmer les populations en envoyant la police et interdisant toute manif pro-Gbagbo!
Imagines un peu si à partir de la crise ivoirienne, les africains suivaient le chemin qui consiste à demander le départ de l'occupant?

On voit bien que l'occident a peur que l'afrique toute entière, à partir de l'affaire gbagbo,ouvre les yeux et demandent le départ de tout pilleur occidental.

Regarde les vidéos sur youtube: tu verras que la plus part des ivoiriens brandissent des affiches dénonçant :
soit les réseaux foccart
soit la françafrique
soit les usa
soit l'onu et son impartialité
soit sarkozy et sa meconnaissance de l'afrique!


Depuis quelques temps,je croise beaucoup d'africains qui parlent de fraçafrique,de foccart,sarkozy de l'impérialime occidental,ce que je ne voyais pas avant.je veux dire qu'avant,c'était moins.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Soundjata Kéita
Super Posteur


Inscrit le: 06 Mai 2005
Messages: 1655
Localisation: Au sein de mon Empire

MessagePosté le: Mar 28 Déc 2010 22:48    Sujet du message: Répondre en citant

Soundjata Kéita a écrit:
samuel a écrit:
Iintox et la desinformation? Le Gouvernement angolais reagit:
L'Angola dément envoyer des mercenaires en Côte d'Ivoire
(Romandie.com 26/12/2010)

Citation:

LUANDA - L'Angola a démenti dimanche envoyer des mercenaires en Côte d'Ivoire soutenir Laurent Gbagbo et accuse la communauté internationale de pousser le pays à la guerre en voulant chasser le président sortant du pouvoir.

"Le gouvernement angolais dénonce vigoureusement la campagne de dénigrement selon laquelle des mercenaires ou soldats angolais ont été vus en Côte d'Ivoire", déclare un communiqué sur la crise dans ce pays d'Afrique occidentale, cité par l'agence officielle Angop.

"Le gouvernement angolais constate avec beaucoup d'appréhension le fait que toutes les mesures prises jusqu'à présent par la communauté internationale conduisent la Côte d'Ivoire inévitablement à la guerre", ajoute le texte critiquant les mesures d'isolement prises pour que M. Gbagbo cède la présidence à son rival Alassane Ouattara à l'issue des élections du 28 novembre.

Alain Le Roy, chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, avait déclaré la semaine dernière que l'Onuci, la force des Nations unies en Côte d'Ivoire, "a pu vérifier que parmi les éléments qui travaillent avec le camp Gbagbo il y a quelques mercenaires, quelques dizaines".

Des diplomates ont ajouté que les mercenaires semblaient venir du Liberia et d'Angola.

"A ce propos, l'Exécutif angolais considère que ces fausses informations s'inscrivent dans l'habituelle stratégie d'ingérence extérieure dans les affaires du continent, visant à dénigrer leurs dirigeants et institutions, et manipuler davantage l'opinion publique pour justifier l'inévitabilité de la guerre", ajoute le communiqué gouvernemental.

L'Angola est un des rares pays à faire preuve d'un certain soutien à Laurent Gbagbo après que l'ONU et l'Union africaine notamment eurent déclaré l'ancien Premier ministre Ouatarra vainqueur du second tour de la présidentielle du 28 novembre.

Lors de la prestation de serment de M. Gbagbo le 4 décembre, l'ambassadeur d'Angola était un des rares à ne pas boycotter la cérémonie. Deux jours plus tard, le président angolais Jose Eduardo dos Santos avait rencontré le représentant de M. Gbagbo à Luanda.

Angop ajoute que le gouvernement angolais souhaite "un règlement pacifique et négocié" à la crise ivoirienne.

L'organisation des pays d'Afrique de l'Ouest envoie mardi une délégation de la dernière chance à Abidjan. Elle a menacé la semaine dernière le dirigeant sortant de recourir à la force s'il ne cèdait pas le pouvoir à son rival.

(©AFP / 26 décembre 2010 11h35)
L'Angola, seul pays à défendre Gbagbo, est sous pression.
Il faut savoir que c'est l'Angola qui a entrainé et équipé l'armée ivoirien, sans cela, Gbagbo aurait giclé depuis plusieurs années, puisqu'il n'aurait jamais pu contenu les attaques rebelles.
L'Angola doit sa propre marge de manoeuvre au fait qu'il n'est pas totalement dépendant du couple américano-français, il peut jouer la carte chinoise et brésilienne pour l'exploitation de son pétrole.

Mugabe n'a pas les moyens de soutenir Gbagbo, s'il le fait, c'est lui qui saute le premier.

Il reste encore à savoir ce que le Ghana et l'Afrique du Sud va décidé, s'ils ont encore une quelconque marge de manoeuvre.
Voici pour le Ghana :


Côte d'Ivoire: Rawlings prône la plus grande modération


Ghana-Côte d'Ivoire - L'ancien président ghanéen Jerry Rawlings prône 'la plus grande modération' sur la crise ivoirienne - L'ancien président du Ghana, Jerry John Rawlings, a appelé à 'la plus grande modération' dans la gestion de la crise politique en Côte d'Ivoire suscitée par une élection controversée dont deux candidats se sont déclarés vainqueurs. Dans son deuxième communiqué en trois jours à Accra vendredi, il a averti que la situation en Côte d'Ivoire n'était pas 'une simple querelle électorale'.

Selon lui, c'est un 'ensemble de complexités politiques et ethniques' qui devraient être traitées avec 'tact et diplomatie plutôt qu'avec des évocations ouvertes d'une intervention énergique'.

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, qui a vécu une guerre civile sanglante en 2002 risque de s'enfoncer encore une fois dans le chaos après que son président sortant, Laurent Gbagbo et le vétéran de l'opposition Alassane Ouattara ont revendiqué tous deux la victoire au deuxième tour de l'élection du 28 novembre.

La Commission électorale indépendante a déclaré M. Ouattara vainqueur, mais ces résultats ont promptement été annulés par le Conseil constitutionnel qui a donné la victoire à M. Gbagbo après avoir invalidé des centaines de milliers de voix obtenues par M. Ouattara dans son fief du nord.

Cette décision a suscité un tollé international et les Nations Unies ont donné le ton aux organisations régionales et sous-régionales en reconnaissant M. Ouattara et en imposant des sanctions à ce pays d'Afrique de l'ouest.

Les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (CEDEAO) ont annoncé l'envoi d'une autre délégation pour convaincre M. Gbagbo de quitter le pouvoir de son plein gré sous peine d'être contraint de le faire.

M. Rawlings a cependant averti que les résultats controversés indiquent clairement que 'la Côte d'Ivoire est profondément divisée sur le plan ethnique et que c'est une question qui doit retenir l'attention des principaux acteurs comme la CEDEAO, l'Union africaine (UA) et les Nations Unies lorsqu'ils envisagent des options pour résoudre cette crise'.

'Les deux hommes au centre de cette querelle ont indiqué être disposés à ce qu'il soit procédé à un nouveau comptage des voix ou à une vérification plus approfondie des résultats par des observateurs neutres. Y-a-t-il une motivation cachée à refuser d'envisager ces options proposées par les deux parties', s'est-il demandé.

'Il est également important de ne pas nous précipiter vers n'importe quelle forme d'intervention énergique. Ce qui ne va pas garantir une résolution définitive de la crise et pourrait même exacerber une situation déjà explosive qui pourrait dégénérer en une guerre civile à grande échelle avec des conséquences horribles.

'Les tentatives d'obtenir du soutien pour une intervention militaire ne se justifient nullement et exposent plutôt l'ONU, la CEDEAO et l'UA à passer pour des hypocrites', a-t-il estimé.

M. Rawlings a déclaré que des résultats électoraux plus scandaleux étaient passés sans qu'une intervention soit réclamée. 'Comment pourrons nous justifier une intervention dans ce cas précis, alors que les résultats sont si proches et qu'ils reflètent des divisions ethniques profondes?', s'est-il interrogé.

Il a préconisé d'examiner toutes les options pacifiques disponibles, plutôt qu'une intervention militaire ne pouvant instaurer une transition politique pacifique dans ce pays.

M. Rawlings a déclaré que la situation était tout à fait embarrassante pour l'Afrique et qu'il était également préoccupant que plusieurs faits aient été passés sous silence par la presse internationale.

Les rapports de certains observateurs électoraux majeurs condamnant le déroulement des élections dans plusieurs endroits du pays ont été totalement ignorés par la presse internationale, selon lui.

M. Rawlings a estimé qu'il y avait plusieurs questions cruciales sans réponses, en ajoutant que les détails du rapport de l'émissaire de l'UA, l'ex-président sud-africain Thabo Mbeki, devaient être rendus publics pour aider à démêler la situation.

Il a demandé à la CEDEAO de convoquer une réunion d'urgence pour inviter les deux parties antagonistes ainsi que les représentants de toutes les missions d'observation ayant couvert les élections à présenter leurs arguments.

'Nous devons avancer avec prudence dans l'intérêt du peuple de la Côte d'Ivoire, qui est la véritable victime de cette tragédie', a estimé M. Rawlings.

Pana 25 décembre 2010

Source : www.Afriquejet.com


Htp, Sunjata
_________________
La vérité rougit l'oeil, mais ne saurait le transpercer


Pour la Renaissance du Gondwana
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tchiélik
Grioonaute


Inscrit le: 04 Nov 2008
Messages: 16

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 01:03    Sujet du message: Répondre en citant

Les grand enseignement du problème ivoirien est que tant que l'occident t'aime tu peux faire autant de mascarade électorale que tu veux. Nous pouvons prendre l'exemple gabonais où Bongo père procédait à des faux scrutins pour rester au pouvoir avec un semblant de légitimité démocratique et Bongo fils qui a volé la victoire à M.Obame.
Tant que l'occident t'aime tu peux tuer , voler piller ton peuple comme bon te chante, le cas de Mobutu Sese Seko est frappant . personne en occident n' a voulu déloger ce bienfaiteur de l'humanité qui a tué et humilé pour les Occidentaux (USA surtout) de vrais militants africains , des nationalistes comme Lumumba. Soit prenons aussi l'exemple du "noble" Dos santos qui a tué Savimbi , qui tue les Cabindais mais qui a du pétrole donc est tranquille.
2e enseignements, l'Occident t'aime pas tu peux t'appuyer sur tes alliés sur le contient pour rester en place même si tu commets des forfaits abjectes comme Mugabe au Zimbabwe ou pire El-Bechir au Soudan.
Je remarque une choses Gbagbo n'est ni aimé par l'occident ni soutenu par les pays africains. Je pense que l'ONU va tout faire alors pour faire quitter Gbagbo pour ne pas perdre la face et les pays africains surtout le Nigeria, Sénégal et Burkina vont tout faire pour que LKG partent car si ce dernier reste les relations internationales au sein du continent vont être plus que tendue.

De surcroit, on voit encore le cynisme de l'occident qui est pret à créer un conflit généraliser en Afrique de l'Ouest pour affirmer son influence. Comme je l'ai dit plus haut je ne supporte aucun des 2 camps est il est impérieux que les triste héros de cette tragédie qui se profile mettent un terme à se conflit avant que l'on tombe dans un bain de sang dont l'Afrique subira les conséquences.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kainfri
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1594

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 01:50    Sujet du message: Répondre en citant

sidesma a écrit:
kainfri, réfléchissons à l'envers :

Si gbagbo assure réellement les intérêts français ,peux tu juste m'expliquer pourquoi tous veulent son départ?


Plusieurs raisons possibles. La première: il a triché en niant ses propres engagements (l'ONUCI et la CEI ne sont pas entrés dans le jeu comme par magie) ainsi que la loi ivoirienne (selon l'article 64 les élections auraient dû être reprises).

Une autre raison possible est qu'il est proche des socialistes et que les français préféreraient bosser avec Ouatarra.

Mais certains panafricanistes naïfs confondent "les français préfèrent ADO" et "les français ne font pas d'affaires avec LG".

Je l'ai répété: Total, TNS-Sofres, Euro-RSCG, Bouygues, Bolloré ont signé de juteux contrats sous LG.

sidesma a écrit:
Autrement dit: si la fameuse communauté internationale veut faire partir gbagbo, c'est qu'il y a bien une raison, je pense que tu es bien d'accord avec, ça?
Alors c'est laquelle?

La seule qui puisse unir tout le monde c'est sa grossière tricherie.

Parce que je doute que sud-coréens, américains, français, ONUCI, etc..., oeuvrent tous pour les seuls intérêts français.

sidesma a écrit:
Moi je pense que la communauté internationale n'a pas confiance en gbagbo, c'est que je suis en train d'expliquer.
Même si il a signé des contrats avec bolloré ou autre,
Il a tenu des propos qui montrent réellement qu'il veut réduire les intérêts pétroliers de cette communauté internationale , voilà la preuve :

http://www.youtube.com/watch?v=oy5iTuO14_E

Comment avoir confiance en quelqu'un qui ne tient pas ses engagements?

Pour le pétrole, les russes de Loukoi voulaient fortement la concession, il aurait été symboliquement intéressant qu'elle n'échoue pas dans un groupe français une fois encore...

sidesma a écrit:
Je dis ce ci : les vrais panafricains sont dans la jeunesse africaine actuelle,mais je reste persuadé que Gbagbo n'est plus quelqu'un de sûr,pour l'occident.

Possible, mais quand tu triches de façon grossière tu donnes des armes à tes ennemis.

Mais je n'aime pas discuter des aspects diplomatiques parce que beaucoup ici les traitent avec un simplisme quasi-manichéen.
Gbagbo déteste les français mais fait affaire avec eux. Les français le détestent mais dealent avec lui en espérant que son rival le battra, etc..., rien n'est ou tout blanc ou tout noir.


sidesma a écrit:
L'occident n'a plus besoin des africains instables:
des gens comme andré mba obame ont été écartés au détriment de bongo,
pourquoi?
Parce que alain bourgui,conseiller officieux de sarkozy a défendu bongo :

Il a dit qu'il prefère bongo car les opposants gabonais, bien que pas contre les intérêts français, ne sont pas des gens sûres,sait on jamais, d'après lui,il pensait qu'ils sont capables de changer à un moment ou à un autre!

C'est la même situaution en C.I.
Malgré les lobbies américains de Gbagbo, les usa sont bloqués sur leur position: le départ de gbagbo.Pourquoi?
Parcequ'ils pensent eux aussi que Gbagbo n'est pas sûr,
il faut un homme sûr en C.I, pour controler ce pays.

Et si Obama avait été tout simplement choqué par un mec ne tenant pas parole?

sidesma a écrit:
Donc, selon eux,si gbagbo prétend être avec eux,la france et les usa veulent qu'il fasse beaucoup plus que de donner quelques contrats par ci et par là.

Quels contrats restent à attribuer?

sidesma a écrit:
Depuis quelques temps,je croise beaucoup d'africains qui parlent de fraçafrique,de foccart,sarkozy de l'impérialime occidental,ce que je ne voyais pas avant.je veux dire qu'avant,c'était moins.

Foccart ça fait quand même longtemps qu'on en parle.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 07:19    Sujet du message: Répondre en citant

Soundjata a écrit:

L'Angola, seul pays à défendre Gbagbo, est sous pression.
Il faut savoir que c'est l'Angola qui a entrainé et équipé l'armée ivoirien, sans cela, Gbagbo aurait giclé depuis plusieurs années, puisqu'il n'aurait jamais pu contenu les attaques rebelles.
L'Angola doit sa propre marge de manoeuvre au fait qu'il n'est pas totalement dépendant du couple américano-français, il peut jouer la carte chinoise et brésilienne pour l'exploitation de son pétrole.

Mugabe n'a pas les moyens de soutenir Gbagbo, s'il le fait, c'est lui qui saute le premier.

Il reste encore à savoir ce que le Ghana et l'Afrique du Sud va décidé, s'ils ont encore une quelconque marge de manoeuvre.


M.O.P
Je te le disais, c’était préécrit. Pour les fanatiques, le diable lui-même soutiendrait Gbagbo qu’on aura de beaux textes philosophiques remettant en cause l’axe du bien! Aujourd’hui Obama est insulté dans les sites pro LG, et c’est l’Angola, bras armée de Paris pour renverser Pascal Lissouba en 1997, pays dirigé depuis 30 ans par le même autocrate multicorrompu, qui est vendu comme le nouveau visionnaire du continent et qui lui donnera sa liberté. Au fond, pour ceux qui lisent un peu ces questions là (et surtout qui les pratiquent...), il est connu que Dos Santos a une dette envers Gbagbo pour avoir gêné l’activité de l’UNITA. Il représente depuis, pour le MPLA, un allié stratégique. C’est tout. Mais l’Angola est bien tenue par les couilles par Paris et Washington à qui il doit son pouvoir. TOTAL y est roi, Sassou Nguesso est actionnaire de la SONANGOL dont il a utilisé les dividendes pour s’acheter les armes qui l’ont remis au pouvoir.

Chabine a écrit:

Ouattara va prendre le pouvoir pour enquêter sur ses propres crimes, mais c'est bien sûr... Et nous, qui lisons ces idioties, nous sommes des abrutis...


Chabine chère Chabine, les cours de droit internationale vont t’être dispensés en priorité si tu continues comme ça. C’est grave!
Quand il s’agit de crimes issus d’un conflit interne, la justice nationale peut se prononcer. Mais en cas de doute sur l’impartialité de la dite justice, la CPI s’en saisit. Donc, c'est toujours un des protagonistes qui soit va ouvrirle procès, soit va saisir les structures de la communauté internationale dédiées à cet effet. Pour quelle justice tu es toi, puisque tu renie celle des protagonistes et la communautés internationales, dont je (doute que tu saisisses le sens et la portée en fait)? Tu ne réalises pas que tu bois, tu respires et tu vis communauté internationale.

Chabine a écrit:

Je ne sais pas à qui ce pauvre type a l'habitude de vendre sa soupe indigeste, faite de mensonges (genre "Ouattara n'a aucun lien avec la rebellion, c'est de la propagande pro-Gbagbo"), d'omissions ("la Côte d'Ivoire n'a rien, à part du cacao"), d' indignations à géométrie variable ("la CPI pour Gbagbo seulement") et surtout d' à-plat-ventrisme éhonté face à "la communauté internationale" ("Vive l'ONU/le FMI/la Banque Mondiale/la CPI"), si distinguée, avec ses si bonnes manières... Vraiment indigeste, en effet... Infect, infect, infect...



Ah l’injure, c’est si facile quand on a rien à vendre. Et surtout quand on est modo !
Je ne considère pas la rébellion contre le régime tribaliste de Gbagbo comme un mal, je l'ai dit. j'aurrai été ivoirien, j'y aurai participé. Donc en dédouaner Ouattara ou en faire passer Soro pour le monstre orchestrateur, ce sont vos délires gbagboïstes. Mais il s’avère que jusqu’en ce jour, Ouattara n’y est impliqué que par la propagande de Gbagbo, qui n’a jamais fait de procès pour le certifier (j’aime bien ce mot finalement), malgré les déclarations de preuves qu’il s’est dit détenir. Ces propres supporters ici même ont regretté qu’il n’ait pas profité de la campagne voire du face à face pour sortir ces fameuses preuves. Tu en détiens toi ?

Je peux comprendre certaines choses. Vous touchez là à des matières qui sont ma formation (du meilleur niveau rassure toi), mon métier (j'ai atteint les sommets) et ma passion. Donc je ne m’attends pas sur le premier site venu à trouver la répartie équivalente. Je t’excuse d’office tes manquements. Mais quand je lis ça :

Chabine a écrit:

Cela dit, les preuves de la connexion entre ADO et la rebellion, niée à plusieurs reprises par notre Goebbels en boubou, est parfaitement avérée (sinon, qu'on m'explique pourquoi les Forces Nouvelles gardent la République autonome de l'Hôtel du Golf, à Abidjan).


Non Chabine, tu n’es pas obligée de passer pour la dernière parce que tu es modo afin de nous laisser briller. vraiment!
Quant à la place du cacao dans l’économie ivoirienne, si je dois t’enseigner ça, tu n’as pas ta place dans ce débat.

Chabine a écrit:

Chacun a le droit d'avoir son avis, et de prendre position. Mais le mensonge, la désinformation, la malhonnêteté ne devraient pas avoir leur place dans un débat honnête et respectueux. Voilà pourquoi je suis du même avis que samuel et Soundjata Keita. Par contre, en tant que Modo, je suis contre le bannissement de ce type (sauf manquement grave à la Charte), car il est intéressant de voir comment les menteurs argumentent. C'est instructif, du moins pour ceux qui ont envie de perdre du temps.


Chabine, si ce genre de digression te donne l’impression d’être importante, en vérité tu te ridiculises.

Sidesma a écrit:

Les états unis veulent ,à la tête des pays du tiers monde, des dirigeants qui leur sont le plus proche possible!


Oui, et l’Afrique sans doute, préfèrerait avoir des dirigeant qui lui sont très éloignés n’est ce pas. Chabine te donnera la médaille du génie sûrement.


lolo01 a écrit:


La phrase qui dit tout. Peut-on imaginer au sommet de l'Union européenne une cohorte de représentants africains dans les couloirs ?

C'est la seule intervention qui méritait que j'écrive aujourd'hui.

Les africains ne connaissent rien en lobbying. Et comme ils dorment encore avec des idéologie du XXè siècle comme souveraineté ou indépendance qui ne sont plus que des thèmes extrémistes ailleurs, ces idéologies de l'enfermement (j'y reviendrai) Avec des idéologies de l’enfermement tels que pronées par les néo-souverainistes cramponneurs au pouvoir, ce n’est pas près de s’arranger. Hormis les ambassades, les corporations professionnelles diverses des 4 coins du monde ont des représentants à Bruxelles. Des américains, chinois, japonais, brésilien, qui défendent les intérêts commerciaux et industriels de leurs commanditaires. Essentiellement des entreprises toutes catégories. Il ne s’agit pas de société de lobbying, mais de syndicats qui défendent des intérêts associés, payés par des groupes, pour éclairer les décideurs européens, faire comprendre les opportunités ou éviter les pièges que certaines dispositions pourraient faire peser aux intérêts commerciaux mutuels entre eux et l’Union. L’Afrique devrait en avoir. Partout.

Mais seulement voilà. En 2010, on a lu partout ici et là que l'Afrique n'est pas indépendante, il faut casser du blanc, au nom de la souveraineté et blablabla. Ce qui n'est pas faut en soit, mais il faut beaucoup de subtilité de traduire cela dans les faits et ne pas se retrouver piéger.
La souveraineté n'existe plus au XXIè siècle. C'est un terme juridique qui n'a plus de sens, à cause de la multitude d'accords internationaux qui nous rendent interdépendants. On parle plutôt de compétences des structures (Etats, organisations sous-régionales, continentales ou mondiales). Mais la souveraineté tel que défendu par Gbagbo et le front national sont des formes de gouvernement qui appartiennent au XIXè siècle. Autant pour l'indépendance. Il s'agit du degré de pouvoir et d'action que l'on a, en comparaison aux autres. Pas l'indépendance tel que nous le concevions au XXè siècle qui lui est totalement dépassé. Aujourd'hui, il faut les pays se dote des moyens qui leur permettent leur action interne, tout en dotant les structures communautaires d'autres moyens là aussi appropriés. Mais chacun a son rôle et ses limites.
Envisager des monnaies locales qui appartiennent à une économie de 10 millions d'habitants? pure infantilisme ou rêverie universitaire. La monnaie doit servir un espace économique conséquent. mais n'est ce pas là une perte de souveraineté? Si, mais tant mieux! Laa CPi est une perte de souveraineté. Car aujourd'hui, la CIV qui en est signataire par exemple, peut voir cette organisation venir arrêter son président d ela république en exercice et démocratiquement élu. N'est ce pas un perte d'indépendance? Oui, mais elle est voulu pour faciliter les arbitrage et empêcher que les peuples ne soient otages de leurs dirigeants au nom de la souveraineté qui a longtemps été un droit de massacrer à sa guise.

Evidemment, mon texte est trop rapide pour brosser toutes les subtilités de cette question. Mais l'essentiel est de comprendre quee la souveraineté totale, ou l'indépendance, ne sont plus aujourd'hui cequ'ils étaient au XIXè et XXè siècle. Les lois supranationales ont trop largement pris le pas.
La Russie se plaignait ce matin des ingérences de la communauté internationales sur son procès contre Khodorkovski. La Russie doit maintenant lutter pour son indépendance réelle? La donne multilatérale a réduit ces champs. Ce qui me révoltent, ce sont ces revendications sur la souveraineté et la guerre d'indépendance que j'entends ici et là depuis le début de cette crise ivoirienne. Du matin au soir, on vous parle de recolonisation. On se trompe d'époque. le Nepal et le Timor oriental qui ont expérimenté les premiers le certificateur onusien (à leur demande, je reprécise) ne sont pas des colonies nègres. la Russie dont les milliers de voix s'élève pour s'inquiéter du sort de l'ex homme d'affaire non plus.

Et que dire de la France, dont un arrêt de la cour européenne des droit de l'homme vient d'épingler la justice, en estimant qu'elle n'est pas indépendante parce que le procureur dans ce système a beaucoup de pouvoir et reste sous la solde de l'exécutif.
Cette cour somme la France de revoir son système.
C'est 200 ans de droit français, qui n'a pourtant pas fonctionné si mal que ça, qui sont remis en cause. Et le droit international supplantant le national, la France va devoir engager cette refonte de son système juridiquee, pour se conformer à ses engagements internationaux. La France n'est donc plus souveraine? Oui, elle ne l'est plus d'une certaine manière, et c'est normal. Et cela va s'accroitre. Pour son bien. Elle participera elle même à cette ponction de souveraineté au profit de l'organisation continentale, ou des organisations mondiales.
reenseignez vous, combien de protocoles d'accords ratifions nous chaque année et combien de nouvelles lois internes nos parlements votent. Vous comprendrez le sens ou va le monde. Ce n'est certainement pas, le sens des supporters de Gbagbo qui disent vraiment des bêtises.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2999

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 10:16    Sujet du message: Répondre en citant

Angola : Déclaration du Gouvernement d’Angola sur la Crise en Côte d’Ivoire
ArrowDocument en format pdf

REPUBLIQUE D’ANGOLA
MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES
GOUVERNEMENT D’ANGOLA


Déclaration du Gouvernement d’Angola sur la Crise en Côte d’Ivoire

L’Exécutif Angolais continue à suivre avec grande préoccupation le développement
de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire qui risque de finir dans un conflit aux
conséquences imprévisibles, susceptibles de mettre en cause la paix et la stabilité de
l’Afrique Occidentale, une région fragile où des processus de stabilisation sont en
cours dans plusieurs pays ayant des processus démocratiques récents, suite aux
longues guerres qui ont marqué tragiquement la sous-région, notamment : le Libéria,
la Sierra Léone, la Guinée Conakry, la Guinée-Bissau et le Niger.
Cette préoccupation devient encore plus grande à l’approche de nouveaux processus
électoraux qui peuvent être affectés par la situation en Côte d’Ivoire engendrant
ainsi de nouvelles tragédies sur le continent.
L’Exécutif Angolais constate avec beaucoup d’appréhension le fait que toutes les
mesures prises jusque là par la Communauté internationale sont en train de pousser
la Côte d’Ivoire irrémédiablement vers la guerre.
La célérité avec laquelle ce processus dégénératif se développe n’est que l’indice des
graves anomalies et des facteurs qui avant, pendant et après les élections ont
contribué et continuent d’affecter négativement la situation critique qui prévaut en
Côte d’Ivoire.
En effet, il est étrange que dans un délai de cinq jours, les mesures radicales et
extrêmes que nous connaissons tous aient été prises au niveau international, sans
que, premièrement, toutes les plaintes du processus électoral soient reçues et
dûment vérifiées, de façon à non seulement désigner le vainqueur de forme non
équivoque, mais aussi de dissuader toute contestation ; deuxièmement, sans qu’au
moins soient utilisées les voies de résolution pacifique du différend, par le dialogue
et la négociation, conformément aux normes universellement acceptées en pareil
cas.

L’Exécutif angolais a reçu des contacts de plusieurs entités et pays dans le sens de
son implication dans une éventuelle médiation afin de trouver une solution à la crise.
L’Exécutif angolais est favorable à une solution du conflit ivoirien par la voie
pacifique et négociée. Par conséquent, il dénonce avec véhémence la campagne
diffamatoire qui a été orchestrée selon laquelle on aurait prétendument identifié des
mercenaires ou soldats angolais en Côte d’Ivoire ; il considère que ces fausses
nouvelles s’inscrivent dans l’habituelle stratégie d’ingérence extérieure dans les
affaires du continent, visant à dénigrer ses leaders et ses institutions et une fois de
plus manipuler l’opinion publique pour justifier l’inévitabilité de la guerre.
Il est regrettable qu’à ce moment des puissances extérieures au continent
demandent à d’autres pays africains de la sous-région de précipiter la guerre comme
une forme de solution à un problème qui, de l’avis de l’Exécutif angolais, peut et doit
être résolu pacifiquement.
L’Exécutif angolais croit que la crise en Côte d’Ivoire est une affaire Africaine et que,
de ce fait, il incombe aux Africains de prendre le leadership des actions concernant
sa résolution. Ainsi, l’Union africaine doit assumer la responsabilité de ce leadership
afin d’éviter que l’actuel conflit devienne irréversiblement une catastrophe humaine,
en utilisant tous les instruments qui sont à sa disposition.
Gouvernement de la République d’Angola, Luanda, le 24 décembre 2010.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
afrobeat
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 312

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 10:52    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Les africains ne connaissent rien en lobbying. Et comme ils dorment encore avec des idéologie du XXè siècle comme souveraineté ou indépendance qui ne sont plus que des thèmes extrémistes ailleurs, ces idéologies de l'enfermement (j'y reviendrai) Avec des idéologies de l’enfermement tels que pronées par les néo-souverainistes cramponneurs au pouvoir, ce n’est pas près de s’arranger. Hormis les ambassades, les corporations professionnelles diverses des 4 coins du monde ont des représentants à Bruxelles. Des américains, chinois, japonais, brésilien, qui défendent les intérêts commerciaux et industriels de leurs commanditaires. Essentiellement des entreprises toutes catégories. Il ne s’agit pas de société de lobbying, mais de syndicats qui défendent des intérêts associés, payés par des groupes, pour éclairer les décideurs européens, faire comprendre les opportunités ou éviter les pièges que certaines dispositions pourraient faire peser aux intérêts commerciaux mutuels entre eux et l’Union. L’Afrique devrait en avoir. Partout.

Mais seulement voilà. En 2010, on a lu partout ici et là que l'Afrique n'est pas indépendante, il faut casser du blanc, au nom de la souveraineté et blablabla. Ce qui n'est pas faut en soit, mais il faut beaucoup de subtilité de traduire cela dans les faits et ne pas se retrouver piéger.
La souveraineté n'existe plus au XXIè siècle. C'est un terme juridique qui n'a plus de sens, à cause de la multitude d'accords internationaux qui nous rendent interdépendants. On parle plutôt de compétences des structures (Etats, organisations sous-régionales, continentales ou mondiales). Mais la souveraineté tel que défendu par Gbagbo et le front national sont des formes de gouvernement qui appartiennent au XIXè siècle. Autant pour l'indépendance. Il s'agit du degré de pouvoir et d'action que l'on a, en comparaison aux autres. Pas l'indépendance tel que nous le concevions au XXè siècle qui lui est totalement dépassé. Aujourd'hui, il faut les pays se dote des moyens qui leur permettent leur action interne, tout en dotant les structures communautaires d'autres moyens là aussi appropriés. Mais chacun a son rôle et ses limites.
Envisager des monnaies locales qui appartiennent à une économie de 10 millions d'habitants? pure infantilisme ou rêverie universitaire. La monnaie doit servir un espace économique conséquent. mais n'est ce pas là une perte de souveraineté? Si, mais tant mieux! Laa CPi est une perte de souveraineté. Car aujourd'hui, la CIV qui en est signataire par exemple, peut voir cette organisation venir arrêter son président d ela république en exercice et démocratiquement élu. N'est ce pas un perte d'indépendance? Oui, mais elle est voulu pour faciliter les arbitrage et empêcher que les peuples ne soient otages de leurs dirigeants au nom de la souveraineté qui a longtemps été un droit de massacrer à sa guise.

Evidemment, mon texte est trop rapide pour brosser toutes les subtilités de cette question. Mais l'essentiel est de comprendre quee la souveraineté totale, ou l'indépendance, ne sont plus aujourd'hui cequ'ils étaient au XIXè et XXè siècle. Les lois supranationales ont trop largement pris le pas.
La Russie se plaignait ce matin des ingérences de la communauté internationales sur son procès contre Khodorkovski. La Russie doit maintenant lutter pour son indépendance réelle? La donne multilatérale a réduit ces champs. Ce qui me révoltent, ce sont ces revendications sur la souveraineté et la guerre d'indépendance que j'entends ici et là depuis le début de cette crise ivoirienne. Du matin au soir, on vous parle de recolonisation. On se trompe d'époque. le Nepal et le Timor oriental qui ont expérimenté les premiers le certificateur onusien (à leur demande, je reprécise) ne sont pas des colonies nègres. la Russie dont les milliers de voix s'élève pour s'inquiéter du sort de l'ex homme d'affaire non plus.

Et que dire de la France, dont un arrêt de la cour européenne des droit de l'homme vient d'épingler la justice, en estimant qu'elle n'est pas indépendante parce que le procureur dans ce système a beaucoup de pouvoir et reste sous la solde de l'exécutif.
Cette cour somme la France de revoir son système.
C'est 200 ans de droit français, qui n'a pourtant pas fonctionné si mal que ça, qui sont remis en cause. Et le droit international supplantant le national, la France va devoir engager cette refonte de son système juridiquee, pour se conformer à ses engagements internationaux. La France n'est donc plus souveraine? Oui, elle ne l'est plus d'une certaine manière, et c'est normal. Et cela va s'accroitre. Pour son bien. Elle participera elle même à cette ponction de souveraineté au profit de l'organisation continentale, ou des organisations mondiales.
reenseignez vous, combien de protocoles d'accords ratifions nous chaque année et combien de nouvelles lois internes nos parlements votent. Vous comprendrez le sens ou va le monde. Ce n'est certainement pas, le sens des supporters de Gbagbo qui disent vraiment des bêtises.


Il existe une caractéristique propre aux esprits confus : c'est leur incapacité à d'imprégner de la dialectique Ce manipulateur de cour de récréation confond instruction et intelligence, instruction et connaissance, souveraineté et vassalité etc(la liste est longue, que de confusions dans ce post...)
Il se targue d'avoir une formation de "haut" niveau et tombe dans le piège de tous ceux de son espèce qui mettent leur confiance dans divers parchemins : ils se croient dispensés du bon sens, d'instrospection, de recul, condamnés à obeir à des modèles et des cobncepts dont il faut espérer un miracle pour qu'ils parviennent un jour à les remettre en question.
Condamné donc à cet hermétisme de la pensée et de l'intelligene, ils n'ont plus d'autre choix que de s'adonner à leur sport favori : LA CONFUSION ET L'AMALGAME...
_________________
www.afromantara.com
Produits de beauté Afro!

Fela Anikulapo Kuti - Sorrow tears and blood
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 12:35    Sujet du message: Répondre en citant

Monsieur Afrobeat, c'est Chabine qui vous a donné l'autorisation de m'insulter? C'est ça vos arguments? Panafricain, Kainfri et autres modo vraiment modérés, j'en appelle à une motion d'ordre svp.


afrobeat a écrit:

Il existe une caractéristique propre aux esprits confus : c'est leur incapacité à d'imprégner de la dialectique Ce manipulateur de cour de récréation confond instruction et intelligence, instruction et connaissance, souveraineté et vassalité etc (la liste est longue, que de confusions dans ce post...)
Il se targue d'avoir une formation de "haut" niveau et tombe dans le piège de tous ceux de son espèce qui mettent leur confiance dans divers parchemins : ils se croient dispensés du bon sens, d'instrospection, de recul, condamnés à obeir à des modèles et des cobncepts dont il faut espérer un miracle pour qu'ils parviennent un jour à les remettre en question.
Condamné donc à cet hermétisme de la pensée et de l'intelligene, ils n'ont plus d'autre choix que de s'adonner à leur sport favori : LA CONFUSION ET L'AMALGAME...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Hannibal
Grioonaute 1


Inscrit le: 03 Aoû 2004
Messages: 242

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 12:51    Sujet du message: Répondre en citant

Un peu d’histoire pour les jeunes Panafricains :

Les jeunes panafricains qui nous lisent doivent comprendre les filiations historiques entre le Panafricanisme et les évènements en cours. Sinon, ils ne comprendront pas pourquoi l’Angola (le MPLA, précisément) et l’ANC avec Mbeki en 2004 ont soutenu Gbagbo. Je vais m'y essayer à grandes touches, pour vous éclairer.

D’où vient le MPLA ? Pourquoi le MPLA était devenu marxiste-léniniste ? Quelles étaient les relations entre le MPLA et le RDA d’Houphouët Boigny ? Pourquoi, le MPLA au côté du Rwanda a soutenu Kabila père contre Mobutu en 1997 ? Pourquoi le MPLA a soutenu Kabila père contre le Rwanda quelques mois plus tard ? Pourquoi le MPLA est intervenu au Congo-Brazzaville en 1997 ?


D’où vient le MPLA : Relation entre MPLA et le Panafricanisme
En 1945, à l’issue du 5ème Congrès Panafricain de Manchester, 2 Afro-descendants, leaders mondiaux panafricains, W. E. Burghardt du Bois d’origine haïtienne et George Padmore de Trinidad, accompagné du jeune Dr Kwame Nkrumah dans la perspective de la lutte anti-coloniale et de la formation d’un Etat fédéral africain débarrassé du joug colonial, parviendront à mettre en relation les leaders africains nationalistes de langue anglaise basés en Angleterre, ceux de l’Afrique française basés à Paris et ceux de l’Afrique lusophone basés à Lisbonne.

Ils vont créer une organisation nommée : Liga Africana, afin de réunir les leaders nationalistes des colonies portugaises. Cette organisation deviendra plus tard le CONCP (Comité des Organisations Nationalistes des Colonies Portugaises). C’est au sein du CONCP que se retrouvèrent les leaders du PAIGC de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert mouvement de A. Cabral, le MPLA d’Angola dirigé par A. Neto et le FRELIMO du Mozambique.

Donc, le MPLA historique, parti actuel au pouvoir en Angola, est bien un mouvement d’inspiration panafricaine.

Après 1960 la plupart des pays anglophones et francophones sont « indépendants », mais les pays lusophones (Mozambique, Angola, Guinée-Bissau et le Cap-Vert) sont toujours sous le joug portugais sans oublier l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, la Namibie, la Zambie… sous le joug du régime d’Apartheid et de Ian Smith.

On note que Du Bois et Padmore deviendront les conseillers politiques de Nkrumah et auront la nationalité ghanéenne. Ils vont peser de tout leur poids auprès de Nkrumah afin de convaincre les autres leaders de créer un Etat fédéral, seul moyen d’aider militairement les pays encore sous la colonisation.


Pourquoi le MPLA était devenu marxiste-léniniste ?
Entre 1960 et 1963, deux camps s’affrontent, le groupe de Casablanca avec comme leader Nkrumah, partisan de la création d’un Etat fédéral, avec une monnaie commune, une défense unique, une diplomatie unique avec comme objectif principal, instruit par l’affaire Lumumba, de soutenir massivement les mouvements de Libération nationale dont le MPLA, l’ANC, le FRELIMO. Ce groupe avait ouvertement rompu les relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud…

L’autre camp, dit groupe de Moronvia, avec comme leader Houphouët Boigny, était contre un Etat fédéral. Ce groupe torpillera toutes les tentatives de regroupement politique sous-régional (fédération du Mali en Afrique de l’ouest ou la république Centrafricaine projet de Barthelémy Boganda en Afrique centrale) et continental (l’OUA). Ce groupe traitera ouvertement avec le régime raciste d’Afrique du sud et les Colons portugais régnant en Angola, en Guinée-Bissau et au Cap-Vert. Ce groupe sera tourné naturellement vers l’Europe occidentale.

Lors de la création de l’OUA, en 1963, la thèse des séparatistes dont le leader Houphouët Boigny, triomphera. Pas d’Etat fédéral, pas de diplomatie unique, pas de défense unique… les mouvements de Libération nationale étaient déçus alors qu’ils attendaient beaucoup de cet évènement. Nkrumah aurait même pleuré à la tribune face à cette capitulation historique des africains. Donc, l’OUA fut bien la victoire des séparatistes et non des Panafricanistes.

Le MPLA, comme le FRELIMO, l’ANC et le PAIGC n’auront d’autre choix que de se tourner vers Cuba, la Chine et l’URSS. Car, privés du soutien naturel de toute l’Afrique au sein d’un Etat fédéral, sinon par la volonté de chaque Etat africain individuellement. Mais c’est surtout Cuba qui va s’investir en hommes et en matériels militaires pour aider le MPLA, l’ANC, le FRELIMO et le PAIGC afin de venir à bout des colons.


Quelles étaient les relations entre le MPLA et le RDA d’Houphouët Boigny ?
Comme cela était dit plus haut, durant les luttes de libération nationale menées par le MPLA, l’ANC et d’autres, Houphouët et les leaders africains tournés vers l’Occident, traitaient ouvertement sur le plan commercial, même militaire avec les régimes racistes d’Afrique du sud ou de Ian Smith.

Le MPLA a gagné la guerre en 1974. A peine arrivé au pouvoir, une autre guerre éclate entre le MPLA et l’UNITA dirigée par Jonas Sawimbi, pantin occidental, soutenu par l’Afrique du sud raciste, les Etats-Unis, Mobutu, Houphouët Boigny… Mobutu constituera d’ailleurs la base arrière de Savimbi. Du coup, le MPLA fera de tout soutien à Savimbi des ennemis potentiels.

Et par réciprocité, les opposants des régimes soutiens à Savimbi étaient des alliés naturels du MPLA. Donc, c’est depuis les années 1980 que Laurent Gbagbo en tant qu’opposant à Houphouët a toujours des relations excellentes avec le régime angolais. Sa première campagne électorale fut financée entre autres par des amis de l’Angola.


Pourquoi, le MPLA au côté du Rwanda a soutenu Kabila père contre Mobutu en 1997 ? Pourquoi le MPLA a soutenu Kabila père contre le Rwanda quelques mois plus tard ?

Le MPLA au pouvoir, n’a qu’un seul objectif isolé l'UNITA de Savimbi de ses principaux soutiens militaires et politiques.

C’est ainsi que quand Kabila père appuyé par le Rwanda (qui veut se débarrasser des interahamwe « Hutu-Power ») et soutenu par les Etats-Unis, attaque le régime Mobutu, le MPLA va soutenir ce mouvement dans le seul objectif de couper Savimbi de sa base arrière la plus importante militairement et politiquement.

L’Angola n’intervient ici, ni pour faire plaisir aux Américains ni aux Rwanda, mais pour isoler l’UNITA de Savimba. Il y a conjonction d’intérêts et non complicité de cause à effet.

Quelques mois plus tard, quand Kabila père entre en conflit avec le Rwanda, pourtant soutenu par les Etats-Unis, l’Angola va s’allier au Zimbabwe en soutien à Kabila pour éviter que l’UNITA ne profite de la situation et se reconstitue une nouvelle base arrière.


Pourquoi le MPLA est intervenu au Congo-Brazzaville en 1997 ?
Ah l’histoire !
Le Congo-Brazzaville avec la Tanzanie furent les rares pays africains à avoir soutenu militairement et politiquement l’Angola dans la guerre de libération contre les racistes portugais. A Neto, premier leader angolais du MPLA habitait la Tanzanie avec une partie de son état major militaire et politique. Depuis le MNR (mouvement national de la révolution) sous le Président Massamba-Débat, le Congo-Brazzaville fut un soutien sans faille du MPLA. Marien Ngouabi avait respecté cet héritage de son prédécesseur. L’actuel président, Dos Santos a séjourné à Brazzaville. La plupart des cadres historiques du MPLA furent des étudiants congolais et tanzaniens avec passeports et bourses d’études. A Brazzaville, tout un quartier résidentiel à Bacongo fut donné aux officiels du MPLA.

Le MPLA, arrivé au pouvoir a toujours été reconnaissant vis-à-vis du Congo et de la Tanzanie du Mwalimu, le Président Nyerere. A l’arrivée du Président Lissouba au pouvoir, ce dernier avait créé des milices privées ethniques pour combattre ses adversaires Sassou Nguesso et Bernard Kolelas, eux aussi dotés de milices ethniques.

Pascal Lissouba va recourir à l’aide du rebelle Savimbi pour former ses milices alors que le Congo officiel n’avait jamais traité Savimbi comme un allié. Pire, lors d’un défilé national en 1996, Savimbi est invité à la tribune officielle. Le MPLA ne réagit pas.

Lors de la guerre de 1997, opposant les partisans de Pascal Lissouba et de Sassou Nguesso, alors que jusqu’ici le MPLA était resté en dehors du conflit, il va décider d’intervenir au profit de Denis Sassou Nguesso qui était soutenu par Paris. C’est une simple conjonction d’intérêts comme ce fut le cas du soutien apporté à Kabila.

L’Angola est l’un des rares pays africains qui agit toujours en fonction de ses intérêts propres. Le MPLA coopère tant avec les Etats-Unis, la France, la Chine, le Portugal que le Brésil. Il y a aucune exclusivité avec telle ou telle puissance. L’Angola est capable d’entrer en conflit armé avec un Etat satellite des Américains ou des Français tant que ses intérêts sont menacés ou pour défendre un régime ami.

C’est ainsi lors de la CAN de 2010 et de l’attaque des rebelles cabindais contre l’équipe du TOGO, l’Angola n’a pas hésité à soupçonner officiellement le Congo de Sassou dont il avait contribué à installer en 1997, de complicité avec les rebelles en leur accordant une base arrière dans le Kouilou. Les autorités du Congo ont du mobiliser beaucoup d’énergie de reprendre la confiance de l’Angola.

Leur soutien à Laurent Gbagbo s’explique par l’histoire car le RDR et le PDCI-RDA, héritages d’Houphouët ne seront des alliés de l’Angola.

Dire que le MPLA est la girouette de Paris ou de Washington, c’est pas conforme avec la tradition diplomatique de ce pays.

Evidemment, le MPLA est devenu un parti bourgeois, du marxisme, ils sont passés au libéralisme le plus cynique. La justice sociale n’est pas le fort du régime. Et le Panafricanisme qui a été à la base de sa création, je me demande même si certains militants s’en souviennent. Toutefois, on ne peut comprendre la politique diplomatique de ce pays, en ignorant son parcours historique.

L’Angola fait partie des pays africains dotés d’une vraie capacité militaire et particulièrement pragmatique pour défendre ses intérêts. Il l’a montré par exemple avec l’affaire Falcone.

Jeunes Panafricains, apprenez votre histoire et ne vous faites pas abusé par le premier venu. Les relations internationales ne sont pas une science exacte. La connaissance est une arme, disait Malcolm X et armez-vous de sciences jusqu’aux dents comme disait le Narmer C. A. Diop, ainsi vous comprendrez les contours des évènements qui se déroulent sous vos yeux.

J’ai pensé à Lumumba quand l’ONUCI a refusé de quitter la Côte d’Ivoire sous injonction de GBAGBO alors que c’est avec son accord qu’ils sont là. Lumumba aussi avait perdu le contrôle des troupes de l’ONU alors que c’est lui qui avait demandé leur intervention.

Vous connaissez mes réserves sur Laurent GBAGBO, mais l’histoire à cette facheuse tendance à se répéter pour les Peuples étourdis.

Panafricainement,

Hannibal
_________________
« C’est la Voix des sans-voix pour dénoncer ceux qui se croient au-dessus de la Loi. Et qui se prennent pour le Roi des Rois. Les Martyrs sont morts pour la Résistance. Ils ont payé très cher pour notre Indépendance. Ce Chant pour leur exprimer notre reconnaissance. Oui, ce cri d’alarme pour nous révolter. » : Méway
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
afrobeat
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 312

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 13:36    Sujet du message: Répondre en citant

Hannibal a écrit:
Un peu d’histoire pour les jeunes Panafricains :

Les jeunes panafricains qui nous lisent doivent comprendre les filiations historiques entre le Panafricanisme et les évènements en cours. Sinon, ils ne comprendront pas pourquoi l’Angola (le MPLA, précisément) et l’ANC avec Mbeki en 2004 ont soutenu Gbagbo. Je vais m'y essayer à grandes touches, pour vous éclairer.

D’où vient le MPLA ? Pourquoi le MPLA était devenu marxiste-léniniste ? Quelles étaient les relations entre le MPLA et le RDA d’Houphouët Boigny ? Pourquoi, le MPLA au côté du Rwanda a soutenu Kabila père contre Mobutu en 1997 ? Pourquoi le MPLA a soutenu Kabila père contre le Rwanda quelques mois plus tard ? Pourquoi le MPLA est intervenu au Congo-Brazzaville en 1997 ?


D’où vient le MPLA : Relation entre MPLA et le Panafricanisme
En 1945, à l’issue du 5ème Congrès Panafricain de Manchester, 2 Afro-descendants, leaders mondiaux panafricains, W. E. Burghardt du Bois d’origine haïtienne et George Padmore de Trinidad, accompagné du jeune Dr Kwame Nkrumah dans la perspective de la lutte anti-coloniale et de la formation d’un Etat fédéral africain débarrassé du joug colonial, parviendront à mettre en relation les leaders africains nationalistes de langue anglaise basés en Angleterre, ceux de l’Afrique française basés à Paris et ceux de l’Afrique lusophone basés à Lisbonne.

Ils vont créer une organisation nommée : Liga Africana, afin de réunir les leaders nationalistes des colonies portugaises. Cette organisation deviendra plus tard le CONCP (Comité des Organisations Nationalistes des Colonies Portugaises). C’est au sein du CONCP que se retrouvèrent les leaders du PAIGC de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert mouvement de A. Cabral, le MPLA d’Angola dirigé par A. Neto et le FRELIMO du Mozambique.

Donc, le MPLA historique, parti actuel au pouvoir en Angola, est bien un mouvement d’inspiration panafricaine.

Après 1960 la plupart des pays anglophones et francophones sont « indépendants », mais les pays lusophones (Mozambique, Angola, Guinée-Bissau et le Cap-Vert) sont toujours sous le joug portugais sans oublier l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, la Namibie, la Zambie… sous le joug du régime d’Apartheid et de Ian Smith.

On note que Du Bois et Padmore deviendront les conseillers politiques de Nkrumah et auront la nationalité ghanéenne. Ils vont peser de tout leur poids auprès de Nkrumah afin de convaincre les autres leaders de créer un Etat fédéral, seul moyen d’aider militairement les pays encore sous la colonisation.


Pourquoi le MPLA était devenu marxiste-léniniste ?
Entre 1960 et 1963, deux camps s’affrontent, le groupe de Casablanca avec comme leader Nkrumah, partisan de la création d’un Etat fédéral, avec une monnaie commune, une défense unique, une diplomatie unique avec comme objectif principal, instruit par l’affaire Lumumba, de soutenir massivement les mouvements de Libération nationale dont le MPLA, l’ANC, le FRELIMO. Ce groupe avait ouvertement rompu les relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud…

L’autre camp, dit groupe de Moronvia, avec comme leader Houphouët Boigny, était contre un Etat fédéral. Ce groupe torpillera toutes les tentatives de regroupement politique sous-régional (fédération du Mali en Afrique de l’ouest ou la république Centrafricaine projet de Barthelémy Boganda en Afrique centrale) et continental (l’OUA). Ce groupe traitera ouvertement avec le régime raciste d’Afrique du sud et les Colons portugais régnant en Angola, en Guinée-Bissau et au Cap-Vert. Ce groupe sera tourné naturellement vers l’Europe occidentale.

Lors de la création de l’OUA, en 1963, la thèse des séparatistes dont le leader Houphouët Boigny, triomphera. Pas d’Etat fédéral, pas de diplomatie unique, pas de défense unique… les mouvements de Libération nationale étaient déçus alors qu’ils attendaient beaucoup de cet évènement. Nkrumah aurait même pleuré à la tribune face à cette capitulation historique des africains. Donc, l’OUA fut bien la victoire des séparatistes et non des Panafricanistes.

Le MPLA, comme le FRELIMO, l’ANC et le PAIGC n’auront d’autre choix que de se tourner vers Cuba, la Chine et l’URSS. Car, privés du soutien naturel de toute l’Afrique au sein d’un Etat fédéral, sinon par la volonté de chaque Etat africain individuellement. Mais c’est surtout Cuba qui va s’investir en hommes et en matériels militaires pour aider le MPLA, l’ANC, le FRELIMO et le PAIGC afin de venir à bout des colons.


Quelles étaient les relations entre le MPLA et le RDA d’Houphouët Boigny ?
Comme cela était dit plus haut, durant les luttes de libération nationale menées par le MPLA, l’ANC et d’autres, Houphouët et les leaders africains tournés vers l’Occident, traitaient ouvertement sur le plan commercial, même militaire avec les régimes racistes d’Afrique du sud ou de Ian Smith.

Le MPLA a gagné la guerre en 1974. A peine arrivé au pouvoir, une autre guerre éclate entre le MPLA et l’UNITA dirigée par Jonas Sawimbi, pantin occidental, soutenu par l’Afrique du sud raciste, les Etats-Unis, Mobutu, Houphouët Boigny… Mobutu constituera d’ailleurs la base arrière de Savimbi. Du coup, le MPLA fera de tout soutien à Savimbi des ennemis potentiels.

Et par réciprocité, les opposants des régimes soutiens à Savimbi étaient des alliés naturels du MPLA. Donc, c’est depuis les années 1980 que Laurent Gbagbo en tant qu’opposant à Houphouët a toujours des relations excellentes avec le régime angolais. Sa première campagne électorale fut financée entre autres par des amis de l’Angola.


Pourquoi, le MPLA au côté du Rwanda a soutenu Kabila père contre Mobutu en 1997 ? Pourquoi le MPLA a soutenu Kabila père contre le Rwanda quelques mois plus tard ?

Le MPLA au pouvoir, n’a qu’un seul objectif isolé l'UNITA de Savimbi de ses principaux soutiens militaires et politiques.

C’est ainsi que quand Kabila père appuyé par le Rwanda (qui veut se débarrasser des interahamwe « Hutu-Power ») et soutenu par les Etats-Unis, attaque le régime Mobutu, le MPLA va soutenir ce mouvement dans le seul objectif de couper Savimbi de sa base arrière la plus importante militairement et politiquement.

L’Angola n’intervient ici, ni pour faire plaisir aux Américains ni aux Rwanda, mais pour isoler l’UNITA de Savimba. Il y a conjonction d’intérêts et non complicité de cause à effet.

Quelques mois plus tard, quand Kabila père entre en conflit avec le Rwanda, pourtant soutenu par les Etats-Unis, l’Angola va s’allier au Zimbabwe en soutien à Kabila pour éviter que l’UNITA ne profite de la situation et se reconstitue une nouvelle base arrière.


Pourquoi le MPLA est intervenu au Congo-Brazzaville en 1997 ?
Ah l’histoire !
Le Congo-Brazzaville avec la Tanzanie furent les rares pays africains à avoir soutenu militairement et politiquement l’Angola dans la guerre de libération contre les racistes portugais. A Neto, premier leader angolais du MPLA habitait la Tanzanie avec une partie de son état major militaire et politique. Depuis le MNR (mouvement national de la révolution) sous le Président Massamba-Débat, le Congo-Brazzaville fut un soutien sans faille du MPLA. Marien Ngouabi avait respecté cet héritage de son prédécesseur. L’actuel président, Dos Santos a séjourné à Brazzaville. La plupart des cadres historiques du MPLA furent des étudiants congolais et tanzaniens avec passeports et bourses d’études. A Brazzaville, tout un quartier résidentiel à Bacongo fut donné aux officiels du MPLA.

Le MPLA, arrivé au pouvoir a toujours été reconnaissant vis-à-vis du Congo et de la Tanzanie du Mwalimu, le Président Nyerere. A l’arrivée du Président Lissouba au pouvoir, ce dernier avait créé des milices privées ethniques pour combattre ses adversaires Sassou Nguesso et Bernard Kolelas, eux aussi dotés de milices ethniques.

Pascal Lissouba va recourir à l’aide du rebelle Savimbi pour former ses milices alors que le Congo officiel n’avait jamais traité Savimbi comme un allié. Pire, lors d’un défilé national en 1996, Savimbi est invité à la tribune officielle. Le MPLA ne réagit pas.

Lors de la guerre de 1997, opposant les partisans de Pascal Lissouba et de Sassou Nguesso, alors que jusqu’ici le MPLA était resté en dehors du conflit, il va décider d’intervenir au profit de Denis Sassou Nguesso qui était soutenu par Paris. C’est une simple conjonction d’intérêts comme ce fut le cas du soutien apporté à Kabila.

L’Angola est l’un des rares pays africains qui agit toujours en fonction de ses intérêts propres. Le MPLA coopère tant avec les Etats-Unis, la France, la Chine, le Portugal que le Brésil. Il y a aucune exclusivité avec telle ou telle puissance. L’Angola est capable d’entrer en conflit armé avec un Etat satellite des Américains ou des Français tant que ses intérêts sont menacés ou pour défendre un régime ami.

C’est ainsi lors de la CAN de 2010 et de l’attaque des rebelles cabindais contre l’équipe du TOGO, l’Angola n’a pas hésité à soupçonner officiellement le Congo de Sassou dont il avait contribué à installer en 1997, de complicité avec les rebelles en leur accordant une base arrière dans le Kouilou. Les autorités du Congo ont du mobiliser beaucoup d’énergie de reprendre la confiance de l’Angola.

Leur soutien à Laurent Gbagbo s’explique par l’histoire car le RDR et le PDCI-RDA, héritages d’Houphouët ne seront des alliés de l’Angola.

Dire que le MPLA est la girouette de Paris ou de Washington, c’est pas conforme avec la tradition diplomatique de ce pays.

Evidemment, le MPLA est devenu un parti bourgeois, du marxisme, ils sont passés au libéralisme le plus cynique. La justice sociale n’est pas le fort du régime. Et le Panafricanisme qui a été à la base de sa création, je me demande même si certains militants s’en souviennent. Toutefois, on ne peut comprendre la politique diplomatique de ce pays, en ignorant son parcours historique.

L’Angola fait partie des pays africains dotés d’une vraie capacité militaire et particulièrement pragmatique pour défendre ses intérêts. Il l’a montré par exemple avec l’affaire Falcone.

Jeunes Panafricains, apprenez votre histoire et ne vous faites pas abusé par le premier venu. Les relations internationales ne sont pas une science exacte. La connaissance est une arme, disait Malcolm X et armez-vous de sciences jusqu’aux dents comme disait le Narmer C. A. Diop, ainsi vous comprendrez les contours des évènements qui se déroulent sous vos yeux.

J’ai pensé à Lumumba quand l’ONUCI a refusé de quitter la Côte d’Ivoire sous injonction de GBAGBO alors que c’est avec son accord qu’ils sont là. Lumumba aussi avait perdu le contrôle des troupes de l’ONU alors que c’est lui qui avait demandé leur intervention.

Vous connaissez mes réserves sur Laurent GBAGBO, mais l’histoire à cette facheuse tendance à se répéter pour les Peuples étourdis.

Panafricainement,

Hannibal


merci beaucoup hannibal pour ce bref rappel historique, mais ô combien necessaire...
_________________
www.afromantara.com
Produits de beauté Afro!

Fela Anikulapo Kuti - Sorrow tears and blood
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 13:44    Sujet du message: Répondre en citant

Hannibal a écrit:
Un peu d’histoire pour les jeunes Panafricains :

Les jeunes panafricains qui nous lisent doivent comprendre les filiations historiques entre le Panafricanisme et les évènements en cours. Sinon, ils ne comprendront pas pourquoi l’Angola (le MPLA, précisément) et l’ANC avec Mbeki en 2004 ont soutenu Gbagbo. Je vais m'y essayer à grandes touches, pour vous éclairer.

D’où vient le MPLA ? Pourquoi le MPLA était devenu marxiste-léniniste ? Quelles étaient les relations entre le MPLA et le RDA d’Houphouët Boigny ? Pourquoi, le MPLA au côté du Rwanda a soutenu Kabila père contre Mobutu en 1997 ? Pourquoi le MPLA a soutenu Kabila père contre le Rwanda quelques mois plus tard ? Pourquoi le MPLA est intervenu au Congo-Brazzaville en 1997 ?


D’où vient le MPLA : Relation entre MPLA et le Panafricanisme
En 1945, à l’issue du 5ème Congrès Panafricain de Manchester, 2 Afro-descendants, leaders mondiaux panafricains, W. E. Burghardt du Bois d’origine haïtienne et George Padmore de Trinidad, accompagné du jeune Dr Kwame Nkrumah dans la perspective de la lutte anti-coloniale et de la formation d’un Etat fédéral africain débarrassé du joug colonial, parviendront à mettre en relation les leaders africains nationalistes de langue anglaise basés en Angleterre, ceux de l’Afrique française basés à Paris et ceux de l’Afrique lusophone basés à Lisbonne.

Ils vont créer une organisation nommée : Liga Africana, afin de réunir les leaders nationalistes des colonies portugaises. Cette organisation deviendra plus tard le CONCP (Comité des Organisations Nationalistes des Colonies Portugaises). C’est au sein du CONCP que se retrouvèrent les leaders du PAIGC de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert mouvement de A. Cabral, le MPLA d’Angola dirigé par A. Neto et le FRELIMO du Mozambique.

Donc, le MPLA historique, parti actuel au pouvoir en Angola, est bien un mouvement d’inspiration panafricaine.

Après 1960 la plupart des pays anglophones et francophones sont « indépendants », mais les pays lusophones (Mozambique, Angola, Guinée-Bissau et le Cap-Vert) sont toujours sous le joug portugais sans oublier l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, la Namibie, la Zambie… sous le joug du régime d’Apartheid et de Ian Smith.

On note que Du Bois et Padmore deviendront les conseillers politiques de Nkrumah et auront la nationalité ghanéenne. Ils vont peser de tout leur poids auprès de Nkrumah afin de convaincre les autres leaders de créer un Etat fédéral, seul moyen d’aider militairement les pays encore sous la colonisation.


Pourquoi le MPLA était devenu marxiste-léniniste ?
Entre 1960 et 1963, deux camps s’affrontent, le groupe de Casablanca avec comme leader Nkrumah, partisan de la création d’un Etat fédéral, avec une monnaie commune, une défense unique, une diplomatie unique avec comme objectif principal, instruit par l’affaire Lumumba, de soutenir massivement les mouvements de Libération nationale dont le MPLA, l’ANC, le FRELIMO. Ce groupe avait ouvertement rompu les relations diplomatiques avec l’Afrique du Sud…

L’autre camp, dit groupe de Moronvia, avec comme leader Houphouët Boigny, était contre un Etat fédéral. Ce groupe torpillera toutes les tentatives de regroupement politique sous-régional (fédération du Mali en Afrique de l’ouest ou la république Centrafricaine projet de Barthelémy Boganda en Afrique centrale) et continental (l’OUA). Ce groupe traitera ouvertement avec le régime raciste d’Afrique du sud et les Colons portugais régnant en Angola, en Guinée-Bissau et au Cap-Vert. Ce groupe sera tourné naturellement vers l’Europe occidentale.

Lors de la création de l’OUA, en 1963, la thèse des séparatistes dont le leader Houphouët Boigny, triomphera. Pas d’Etat fédéral, pas de diplomatie unique, pas de défense unique… les mouvements de Libération nationale étaient déçus alors qu’ils attendaient beaucoup de cet évènement. Nkrumah aurait même pleuré à la tribune face à cette capitulation historique des africains. Donc, l’OUA fut bien la victoire des séparatistes et non des Panafricanistes.

Le MPLA, comme le FRELIMO, l’ANC et le PAIGC n’auront d’autre choix que de se tourner vers Cuba, la Chine et l’URSS. Car, privés du soutien naturel de toute l’Afrique au sein d’un Etat fédéral, sinon par la volonté de chaque Etat africain individuellement. Mais c’est surtout Cuba qui va s’investir en hommes et en matériels militaires pour aider le MPLA, l’ANC, le FRELIMO et le PAIGC afin de venir à bout des colons.


Quelles étaient les relations entre le MPLA et le RDA d’Houphouët Boigny ?
Comme cela était dit plus haut, durant les luttes de libération nationale menées par le MPLA, l’ANC et d’autres, Houphouët et les leaders africains tournés vers l’Occident, traitaient ouvertement sur le plan commercial, même militaire avec les régimes racistes d’Afrique du sud ou de Ian Smith.

Le MPLA a gagné la guerre en 1974. A peine arrivé au pouvoir, une autre guerre éclate entre le MPLA et l’UNITA dirigée par Jonas Sawimbi, pantin occidental, soutenu par l’Afrique du sud raciste, les Etats-Unis, Mobutu, Houphouët Boigny… Mobutu constituera d’ailleurs la base arrière de Savimbi. Du coup, le MPLA fera de tout soutien à Savimbi des ennemis potentiels.

Et par réciprocité, les opposants des régimes soutiens à Savimbi étaient des alliés naturels du MPLA. Donc, c’est depuis les années 1980 que Laurent Gbagbo en tant qu’opposant à Houphouët a toujours des relations excellentes avec le régime angolais. Sa première campagne électorale fut financée entre autres par des amis de l’Angola.


Pourquoi, le MPLA au côté du Rwanda a soutenu Kabila père contre Mobutu en 1997 ? Pourquoi le MPLA a soutenu Kabila père contre le Rwanda quelques mois plus tard ?

Le MPLA au pouvoir, n’a qu’un seul objectif isolé l'UNITA de Savimbi de ses principaux soutiens militaires et politiques.

C’est ainsi que quand Kabila père appuyé par le Rwanda (qui veut se débarrasser des interahamwe « Hutu-Power ») et soutenu par les Etats-Unis, attaque le régime Mobutu, le MPLA va soutenir ce mouvement dans le seul objectif de couper Savimbi de sa base arrière la plus importante militairement et politiquement.

L’Angola n’intervient ici, ni pour faire plaisir aux Américains ni aux Rwanda, mais pour isoler l’UNITA de Savimba. Il y a conjonction d’intérêts et non complicité de cause à effet.

Quelques mois plus tard, quand Kabila père entre en conflit avec le Rwanda, pourtant soutenu par les Etats-Unis, l’Angola va s’allier au Zimbabwe en soutien à Kabila pour éviter que l’UNITA ne profite de la situation et se reconstitue une nouvelle base arrière.


Pourquoi le MPLA est intervenu au Congo-Brazzaville en 1997 ?
Ah l’histoire !
Le Congo-Brazzaville avec la Tanzanie furent les rares pays africains à avoir soutenu militairement et politiquement l’Angola dans la guerre de libération contre les racistes portugais. A Neto, premier leader angolais du MPLA habitait la Tanzanie avec une partie de son état major militaire et politique. Depuis le MNR (mouvement national de la révolution) sous le Président Massamba-Débat, le Congo-Brazzaville fut un soutien sans faille du MPLA. Marien Ngouabi avait respecté cet héritage de son prédécesseur. L’actuel président, Dos Santos a séjourné à Brazzaville. La plupart des cadres historiques du MPLA furent des étudiants congolais et tanzaniens avec passeports et bourses d’études. A Brazzaville, tout un quartier résidentiel à Bacongo fut donné aux officiels du MPLA.

Le MPLA, arrivé au pouvoir a toujours été reconnaissant vis-à-vis du Congo et de la Tanzanie du Mwalimu, le Président Nyerere. A l’arrivée du Président Lissouba au pouvoir, ce dernier avait créé des milices privées ethniques pour combattre ses adversaires Sassou Nguesso et Bernard Kolelas, eux aussi dotés de milices ethniques.

Pascal Lissouba va recourir à l’aide du rebelle Savimbi pour former ses milices alors que le Congo officiel n’avait jamais traité Savimbi comme un allié. Pire, lors d’un défilé national en 1996, Savimbi est invité à la tribune officielle. Le MPLA ne réagit pas.

Lors de la guerre de 1997, opposant les partisans de Pascal Lissouba et de Sassou Nguesso, alors que jusqu’ici le MPLA était resté en dehors du conflit, il va décider d’intervenir au profit de Denis Sassou Nguesso qui était soutenu par Paris. C’est une simple conjonction d’intérêts comme ce fut le cas du soutien apporté à Kabila.

L’Angola est l’un des rares pays africains qui agit toujours en fonction de ses intérêts propres. Le MPLA coopère tant avec les Etats-Unis, la France, la Chine, le Portugal que le Brésil. Il y a aucune exclusivité avec telle ou telle puissance. L’Angola est capable d’entrer en conflit armé avec un Etat satellite des Américains ou des Français tant que ses intérêts sont menacés ou pour défendre un régime ami.

C’est ainsi lors de la CAN de 2010 et de l’attaque des rebelles cabindais contre l’équipe du TOGO, l’Angola n’a pas hésité à soupçonner officiellement le Congo de Sassou dont il avait contribué à installer en 1997, de complicité avec les rebelles en leur accordant une base arrière dans le Kouilou. Les autorités du Congo ont du mobiliser beaucoup d’énergie de reprendre la confiance de l’Angola.

Leur soutien à Laurent Gbagbo s’explique par l’histoire car le RDR et le PDCI-RDA, héritages d’Houphouët ne seront des alliés de l’Angola.

Dire que le MPLA est la girouette de Paris ou de Washington, c’est pas conforme avec la tradition diplomatique de ce pays.

Evidemment, le MPLA est devenu un parti bourgeois, du marxisme, ils sont passés au libéralisme le plus cynique. La justice sociale n’est pas le fort du régime. Et le Panafricanisme qui a été à la base de sa création, je me demande même si certains militants s’en souviennent. Toutefois, on ne peut comprendre la politique diplomatique de ce pays, en ignorant son parcours historique.

L’Angola fait partie des pays africains dotés d’une vraie capacité militaire et particulièrement pragmatique pour défendre ses intérêts. Il l’a montré par exemple avec l’affaire Falcone.

Jeunes Panafricains, apprenez votre histoire et ne vous faites pas abusé par le premier venu. Les relations internationales ne sont pas une science exacte. La connaissance est une arme, disait Malcolm X et armez-vous de sciences jusqu’aux dents comme disait le Narmer C. A. Diop, ainsi vous comprendrez les contours des évènements qui se déroulent sous vos yeux.

J’ai pensé à Lumumba quand l’ONUCI a refusé de quitter la Côte d’Ivoire sous injonction de GBAGBO alors que c’est avec son accord qu’ils sont là. Lumumba aussi avait perdu le contrôle des troupes de l’ONU alors que c’est lui qui avait demandé leur intervention.

Vous connaissez mes réserves sur Laurent GBAGBO, mais l’histoire à cette facheuse tendance à se répéter pour les Peuples étourdis.

Panafricainement,

Hannibal

Hannibal, bravo. c'est ce qu'il faut faire de temps en temps pour reveiller les consciences, sutout parce que l'histoire se repete toujours.
Ce que tu nous fait partager ici me renforce dans ma conviction d'erreurs strategiques que LG a commis apres 2004.
Je n'ai toujours pas compris pquoi il n'a pas implique l'Angola militairement dans ce conflit en echanges de business juteux en CI. Meme si c'est vrai que ca pouvait etre interprete comme contraire aux accords signes avec l'ONU. Plus de rebellions, plus besoin d'ONU !
Certainement lie au fait que LG n'est pas lui-meme un panafricain ?
C'est quoi ta lecture des evenements dans ce rate (J'entends ici impliquer l'angola sur le plan militaire) de l'apres 2004 ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Mer 29 Déc 2010 13:58    Sujet du message: Répondre en citant

Hannibal a écrit:
L’Angola est l’un des rares pays africains qui agit toujours en fonction de ses intérêts propres. Le MPLA coopère tant avec les Etats-Unis, la France, la Chine, le Portugal que le Brésil. Il y a aucune exclusivité avec telle ou telle puissance. L’Angola est capable d’entrer en conflit armé avec un Etat satellite des Américains ou des Français tant que ses intérêts sont menacés ou pour défendre un régime ami.


Vraiment, sans polémique, Hannibal.
Aucun pays n'agit diplomatiquement contre ses intérêts ou juste pour faire plaisir à un autre, alors qu'il n'y gagne rien. Ca n'existe pas. Ni le Rwanda en 1996 comme tu le soulignes, ni Houphouët qui a gagné gros de sa diplomatie. Pas même Omar Bongo qui n'a rien fait profiter à son pays comme Houphouët, il répondait lui aussi à un intérêt propre qu'il a bien obtenu. C'est le principe même de la diplomatie. ceux qui pensent que certains seraient des béni oui oui de la France, qui obéiraient sans contrepartie, c'est pas moi.
En Angola, depuis la fin de la première trève et les élections perdues (et contestées) par Savimbi, Paris et Washington principaux soutiens de Dos Santos, ont dans le rapport avec l'Angola été les principaux bénéficiaires. En vente d'arme et en exploitation minière. L'Angola reste très pauvre malheureusement. Et le poids diplomatique s'aquièrent avec la puissance économique, pas par la simple volonté de vouloir ou de ne pas vouloir. La marge de manoeuvre de l'Angola est celle d'un pays qui a le même revenu que lui. Comme hier, il a servi de théâtre involontaire de la guerre froide, aujourd'hui il est dans le camp de pauvres dont la survit dépend à une denrée qu'il ne consomme pas (ou à peine). Comme le cacao ivoirien ou autre. Hélas.

Par ailleurs, l'épisode qui a rapproché l'Angola de Gbagbo date des années de présidence de Gbagbo. Je te le retrouve, je le mets en ligne. Bongo a financé le MPLA aussi.

Enfin, les R.I. ne sont pas une science exacte, mais ils ont leur règles.
Pour éviter la polémique je ne saisi pas au vol des phrase du genre "ne laisser pas "n'importe qui"... enfin!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 11, 12, 13 ... 28, 29, 30  Suivante
Page 12 sur 30

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group