Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Côte-d'Ivoire, Élections présidentielles
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 16, 17, 18 ... 28, 29, 30  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Abiola
Grioonaute régulier


Inscrit le: 13 Avr 2006
Messages: 340

MessagePosté le: Mer 12 Jan 2011 17:13    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
hier j'ai vu Me Vergès et Roland Dumas dans l'émission de Taddei: "ce soir ou jamais".
Quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi me Vergès dès qu'il arrive sur un plateau de télévision, la 1ere chose qu'il dit systématiquement à pour démarrer sa plaidoirie à propos de Gbagbo, c'est qu'il a donné: « Le port à Bolloré, le Pétrole à Total, l'Eau à Bouygues ». C'est un véritable leimotiv. Il l'avait déjà fait à l'antenne de France Info.
Etrange comme stratégie de défense quand même.


Je n'ai pas vu l'émission en question, mais une des stratégies possible peut-être d'ancrer dans l'opinion publique française que Gbagbo n'est en rien un anti-français, ce qui est la vérité. Et donc de montrer par là un acharnement irrationnel, supposé ou réel, du gouvernement français.
_________________
Les Africains sont aujourd'hui à la croisée des chemins : c'est l'union ou la mort !
Africaines Africains, l'édification de la véritable union africaine est notre devoir et notre seule chance de salut sur cette terre.
Un vrai guerrier ne recule pas devant son devoir sous prétexte que la tâche est surhumaine, impossible...il se bat !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Black Shadow
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Nov 2005
Messages: 201

MessagePosté le: Mer 12 Jan 2011 17:16    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
hier j'ai vu Me Vergès et Roland Dumas dans l'émission de Taddei: "ce soir ou jamais".
Quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi me Vergès dès qu'il arrive sur un plateau de télévision, la 1ere chose qu'il dit systématiquement à pour démarrer sa plaidoirie à propos de Gbagbo, c'est qu'il a donné: « Le port à Bolloré, le Pétrole à Total, l'Eau à Bouygues ». C'est un véritable leimotiv. Il l'avait déjà fait à l'antenne de France Info.
Etrange comme stratégie de défense quand même.


JOFRERE
C'est très cohérent pourtant, les français ont reçus leurs bonbons, seul le locataire de l'Elysée n'a pas reçu sa cassette pour 2012 alors il cherche les poux sur la tête de l'autre.
_________________
Il dit
le griot à la langue pendante
" vous irez plus loin encore
dans la forêt blanche
des bétons entassés
et vous pleurerez
dans les quartiers boueux
d'une ville sans refuge "
Il dit aussi
le griot nouveau
" regardez !
il est des hommes
que les révoltes étreignent ".

Véronique Tadjo, Laterite, Paris, Hatier, coll. "monde noir", 1984.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 429

MessagePosté le: Mer 12 Jan 2011 17:40    Sujet du message: Répondre en citant

De mieux en mieux:

Citation:
Gbagbo en vedette sur CANAL+
Le président ivoirien sortant face à Michel Denisot
mercredi 12 janvier 2011 / par Ali Attar

Coup de tonnerre dans le concert médiatique international : le président sortant de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, se retrouve mercredi 12 janvier à 19h10 (heure française) l’invité vedette de l’émission phare de CANAL+ en clair, Le Grand Journal.
Laurent Gbagbo aurait donné très cher pour l’exposition exceptionnelle que les chaînes françaises CANAL+ et i>télé (chaîne d’information en continu) lui offrent gratuitement le mercredi 12 janvier 2011 : quelle meilleure tribune française que l’émission phare de la chaîne, "Le Grand Journal", pour redorer son blason et défendre sa position de Président légitime, appuyé sur la constitution de son pays et le libre exercice de ses pouvoirs et contre-pouvoirs.

L’intervention de Laurent Gbagbo sur CANAL+ casse le consensus médiatique qui prévalait jusque là en Occident et montre un président calme et déterminé, face aux questions sans concession d’un Michel Denisot au mieux de sa forme -et qu’on ne savait pas jusque là aussi passionné par la Côte d’Ivoire.

Dans la guerre de communication que se livrent désormais les deux présidents, la pièce CANAL+ est un coup inattendu qui prend un peu par surprise le camp Ouattara : est-ce aussi un signal, pour un Groupe fortement investi en Côte d’Ivoire, qu’il est temps de discuter et de sortir du blocage, pour construire une solution ivoirienne équilibrée à une querelle née en Côte d’Ivoire ? S’inspirant du récent éditorial de Béchir Ben Yahmed dans l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, serait-il temps d’abandonner les anathèmes réciproques pour accepter que "celui avec lequel je ne suis pas d’accord n’ait pas forcément tort, a fortiori tous les torts" ?

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 429

MessagePosté le: Mer 12 Jan 2011 17:49    Sujet du message: Répondre en citant

Quand on y ajoute ce qui suit, on est bien oblige d'admettre que les pretendus ''experts en relations internationales'' qui officient sur ce site ont manifestement tout faux.

Citation:
Afrique : ONU : Le Conseil de Sécurité pour une solution pacifique à la crise politique en Côte d'Ivoire

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit favorable à une résolution pacifique de la crise politique qui persiste en Côte d'Ivoire depuis fin novembre dernier, a indiqué, mardi, le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, M. Martin Nesirky.


"Les membres du Conseil de sécurité condamnent les attaques perpétrées contre les Casques bleus (de la mission des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI)) et les civils", a-t-il précisé, citant une déclaration publiée, lundi par la présidence de l'Organe sécuritaire de l'ONU.

Dans cette déclaration, les membres du Conseil ont exprimé leur profonde inquiétude au regard de "la violence continue et des violations des droits de l'homme en Côte d'Ivoire, notamment contre les Casques bleus".

Mettant en garde contre toute tentative "délibérée" d'empêcher l'ONUCI d'exercer son mandat, Nesirky a rappelé la ferme condamnation du Conseil de sécurité des informations diffusées par la télévision ivoirienne, dont "l'incitation à la violence notamment contre les Nations Unies".

Les membres du Conseil de sécurité, a-t-il dit, ont aussi salué les efforts de médiation de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats

d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), appelant les Ivoiriens à faire preuve de "retenue" et à "travailler ensemble pour instaurer une paix durable".

La Côte d'Ivoire connait une profonde crise politique en raison du refus du président sortant Laurent Gbagbo de céder le pouvoir en faveur de l'ancien premier ministre Alassane Ouattara, qui a remporté l'élection présidentielle du 28 novembre, et ce, en dépit des appels de la communauté internationale.

Cette situation a donné lieu à une série d'actes de violence ayant pour conséquence l'affluence de dizaines de milliers de réfugiés vers le Liberia voisin ou vers d'autres régions de Côte d'Ivoire.



Casafree.com le 12/1/2011 12:49:25
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bolzogola
Grioonaute 1


Inscrit le: 06 Avr 2009
Messages: 127

MessagePosté le: Mer 12 Jan 2011 19:49    Sujet du message: Répondre en citant

voici un article de France Soir sur les violences qui ont eu lieu durant le second tour au Nord et qui ont poussé les observateurs de l'union européennes à déguerpir!
Citation:
« C'était très chaud pour leur sécurité »

Les observateurs qui auraient craint pour leur sécurité « ont demandé de quitter au plus vite le pays vers le Ghana. Mais je ne sais pas si ils sont passés par nous ou par les vols réguliers. Je ne me souviens pas ». Frédéric Lafont raconte que deux observateurs se sont confiés à lui à l'arrivée de l'avion à Abidjan lors de leur retour de Khorogo : « Ils expliquaient que c'était très chaud pour leur sécurité et qu'ils ont constaté des fraudes au Nord ». « Je les ai vachement aidé. Je sais des choses. Est-ce que c'est pour ça que je me fais allumer ? », s'interroge l'entrepreneur.

Quand à savoir si France Soir est pro-Gbagbo c'est un débat sur lequel je ne peux me prononcer.

Il aurait même reçu des menaces de mort d'après Christian Preda lors du second tour.
Christian Preda a confirmé les menaces de mort sur Jeune Afrique

Citation:
Jeuneafrique.com : Y a-t-il eu une différence fondamentale entre la préparation du premier tour et celle du second ?

Christian Preda : Bien sûr. Il y a d’abord une différence étonnante dans la campagne. Le ton s’est durci, du moins jusqu’au débat télévisé entre les deux candidats. Il y a eu des confrontations dans les rues qu’on n’avait pas vues lors du premier tour. En ce qui concerne notre observation, il y a aussi un changement. Nos observateurs se sont vu refuser l’accès aux stages de formation des membres des bureaux de vote. Nous n’avons pas eu de garantie quant à la publication de procès-verbaux de dépouillement dans chaque bureau de vote. Il n’y a pas une procédure bien établie qui est mise en place et cela nous préoccupe. Par ailleurs, nous avons malheureusement enregistré un incident très regrettable dans la région très stratégique de Yamoussoukro. Nos observateurs ont reçu des menaces de mort, ce qui nous a poussés à les extraire de là-bas.

Question à deux sous : Pourquoi l'union européenne et l'Onuci affirmeront après que les élections furent justes et transparentes ?
_________________
Quand on est jeune il ne faut pas remettre a philosopher et quand on est vieux il ne ne faut pas se lasser de philosopher. Car jamais il n'est trop tôt ou trop tard pour travailler à la santé de l'âme [...] Le jeune homme et le vieillard doivent donc philosopher l'un l'autre celui-ci pour rajeunir au contact du bien, en se remémorant les jours agréables du passé celui-là afin d'être quoique jeune, tranquille comme un ancien en face de l'avenir. ..
Epicure
Ceci est conforme à Mâat


Dernière édition par bolzogola le Mer 12 Jan 2011 22:45; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sang froid
Grioonaute 1


Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 203

MessagePosté le: Mer 12 Jan 2011 20:10    Sujet du message: Répondre en citant

Didier_Daan a écrit:
Que doit-on faire d'un texte pareil????

L'université française et ses tyrans

En Côte d'Ivoire, nul ne sait comment il va falloir s'y prendre pour sortir de la crise. Le camp du président sortant reste sourd à tous les appels à la raison. Dans le cas présent, la mauvaise foi et l'entêtement de Laurent Gbagbo et de ses partisans vont au-delà de l'une et de l'autre, au point que ce pays est dans une situation qu'aucun adjectif ne suffit à qualifier simplement.

Tout semble avoir été tenté : sur le plan intérieur, un appel aux fonctionnaires civils et militaires pour qu'ils se rangent dans la légalité du président légitime, puis un autre plus particulièrement destiné aux chefs des forces armées pour qu'ils redeviennent loyalistes, puis une tentative de mobilisation populaire pour occuper pacifiquement le siège de la radio-télévision. On sait ce qu'il en est advenu : des dizaines de morts.

Rien n'y fait. Mais il existe peut-être une fenêtre de tir qui pourrait du moins ébranler la détermination de l'ancien chef de l'Etat et de son entourage : le recours à ceux que, dans un étonnant rapport de dominé à dominant, ils continuent à appeler "chers maîtres". Il s'agit de tous les collègues universitaires, chercheurs, intellectuels français auprès desquels M. Gbagbo lui-même et nombre de ses partisans ont vécu et travaillé, du temps où ils étaient étudiants, doctorants, voire enseignants à leurs côtés ou coauteurs de leurs ouvrages.

En effet, et quel que soit le niveau de rejet de la France exprimé par le camp de l'ex-chef de l'Etat, c'est bien par nos écoles et nos établissements supérieurs que sont passés la plupart des protagonistes de la crise. Au point qu'on se demande parfois comment l'université française en est arrivée à former des tyrans.

La liste est longue, mais on peut faire court. Laurent Gbagbo a soutenu une thèse de doctorat d'histoire à la Sorbonne avec une grande – et progressiste – historienne française, qu'il a d'ailleurs décorée il y a quelques semaines en souvenir de cette collaboration. Son premier ministre, Aké Gilbert Marie N'Gbo, par ailleurs président de l'université d'Abidjan-Cocody, a obtenu son doctorat de sciences économiques à l'université de Toulouse.

Son ministre des affaires étrangères, Alcide Djédjé, ancien ambassadeur de la Côte d'Ivoire auprès de l'ONU, est diplômé de l'Institut d'études politiques de Lyon. Le ministre des mines et de l'énergie, Augustin Kouadio Comoë, est sorti de l'Ecole nationale de la santé publique de Rennes et a obtenu un DESS à l'université Paris-XI. La ministre de l'éducation nationale, Jacqueline Lohoués Oblé, par ailleurs enseignante à l'Université privée de l'Atlantique à Abidjan, a obtenu son agrégation de droit à Lyon. La ministre de l'enseignement technique, Angèle Gnonsoa, a fait des études d'histoire à Paris. Quant au ministre de la culture, Alphonse Voho Sahi, ancien conseiller spécial de Laurent Gbagbo, il a bénéficié pour son dernier ouvrage (2009) d'une préface signée par un ancien chargé de cours, qui a enseigné à Sciences Po Paris.

Parmi ceux qui ne sont pas ministres, mais qui sont néanmoins très influents du mauvais côté du bras de fer actuel, il y a naturellement celui qui non seulement a été formé en France mais a également enseigné dans nos établissements supérieurs, chantre du libéralisme économique tout en étant membre du Parti socialiste (FPI) de Laurent Gbagbo et président de l'Assemblée nationale : Mamadou Koulibaly, agrégé d'économie à l'université d'Aix-Marseille, et familier de l'université de Versailles-Saint-Quentin.

A côté, il y a le président du FPI, Pascal Affi Nguessan, frappé par les sanctions, qui affiche un diplôme d'ingénieur des télécommunications de l'INT d'Evry. Enfin, le désormais célèbre président du Conseil constitutionnel Paul Yao N'Dré a également appris dans nos universités – à Nice – le droit qu'il met en pratique aujourd'hui au service de Laurent Gbagbo. A ce sujet, ses anciens maîtres sont-ils fiers de la manière dont il a interprété l'article 64 du code électoral ?

L'UNIVERSITÉ FRANÇAISE A FAILLI

L'idée de demander à chacun de nos collègues français d'intervenir individuellement et personnellement auprès des anciens élèves concernés, en leur rappelant les valeurs qu'ils partageaient autrefois, et souvent avec ferveur, c'est-à-dire l'humanisme, la tolérance, la bonne foi, le respect de la démocratie et des droits de l'homme, la liberté d'expression (notamment de la presse), pourrait être pertinente. Surtout lorsque la Côte d'Ivoire se singularise à ce point en bafouant, parfois gravement, tous ces beaux principes : la radio-télévision nationale bascule dans Radio Mille-Collines, les Escadrons de la mort ont été réactivés et tuent chaque nuit, un charnier a été découvert (et camouflé) au lendemain de la dernière manifestation pro-Ouattara…

Il est vrai que cette initiative a des relents de colonialisme et de paternalisme sur lesquels il est facile à un esprit mal intentionné de surfer. Mais lorsque l'historien Laurent Gbagbo ne cesse d'affirmer qu'il a reçu son pouvoir de Dieu et que Dieu seul le lui reprendra, inventant par là même le nouveau concept de République de droit divin, on doit se rendre à l'évidence : l'université française a failli.

Christian Bouquet, professeur de géographie politique à l'université Bordeaux-III
Article paru dans l'édition du 28.12.10
http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/12/27/l-universite-francaise-et-ses-tyrans_1458088_3232.html


J'ai lu ce texte dès sa parution. J'ai pensé à l'institutrice de la maternelle de Gbagbo. Elle devrait être plus efficace s'il s'agit de le convaincre d'abandonner le pouvoir Laughing Laughing Laughing

Sinon un autre universitaire a répondu à ce texte

http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/12/29/nous-africains-formes-en-france-n-avons-pas-besoin-des-lecons-de-nos-anciens-maitres_1458881_3232.html

Citation:
"Nous, Africains formés en France, n'avons pas besoin des leçons de nos anciens maîtres"
LEMONDE.FR | 29.12.10 | 16h27 • Mis à jour le 29.12.10 | 17h13 Faustin Aïssi, premier vice-président de l'université du littoral Côte d'Opale (ULCO), et conseiller délégué de Lille Métropole répond à la tribune "L'université française et ses tyrans" signée par Christain Bouquet, professeur de géographie politique, publiée dans Le Monde daté 28 décembre.



J'ai été pour le moins beaucoup plus choqué par la tonalité d'ensemble de l'article que par la position pro-Ouattara défendue par mon collègue car, formé comme il le souligne lui-même à l'école française de la connaissance, je comprends que le citoyen qu'est M. le professeur Bouquet puisse avoir une conscience politique qui l'amène à soutenir un candidat plutôt qu'un autre lors d'une élection.

Néanmoins, je ne pense pas que cela puisse l'autoriser à faire le raccourci dans son interrogation pour écrire : "…comment l'université française en est arrivée à former des tyrans".

Parce que je suis d'origine africaine – plus précisément originaire du Bénin et ayant par ailleurs eu en France toute une vie militante, syndicale et politique ces dernières décennies tout en développant des partenariats universitaires dans le monde en particulier au Maghreb et en Afrique de l'Ouest dont la Côte d'Ivoire –, je peux m'autoriser à m'inscrire en faux par rapport au fait que l'université française puisse former des tyrans parce qu'un de ses édiles, en l'occurrence le président Laurent Gbagbo, aurait été installé à la présidence de la République de la Côte d'Ivoire par l'organe qui en a la charge, le Conseil constitutionnel en présence de tous les corps constitués, civils, politiques et militaires de ce pays suite à leurs dernières élections présidentielles.

Je ne souhaiterais pas entretenir une polémique par rapport à l'article de mon collègue mais qu'il me soit permis de revenir sur quelques points :

M. Bouquet a décelé une bonne dizaine d'universitaires formés en France autour du président Gbagbo qui auraient basculé dans la "tyrannie" pour avoir accepté de conduire leur pays avec lui y compris le président du Conseil constitutionnel Paul Yao N'Dré. C'est vrai que vous ne trouverez pas autant de compétences dans le gouvernement du Gabon, où une émission de France 2 passée récemment à la télévision révélait comment à Libreville en 2009, sur instruction de l'Elysée, les résultats des élections présidentielles ont été inversés au profit de Ali Bongo, candidat de la communauté internationale.

Parce que l'Afrique veut tourner le dos au temps où la dite communauté internationale imposait à la tête de ces pays le candidat désigné le plus incompétent de façon à lui dicter la politique à mener au profit des grandes multinationales, le président Gbagbo et quelques rares autres préfèrent dorénavant appeler à la gouvernance des cadres qui savent de quoi ils parlent quand ils interviennent.

Parce que ce sont des cadres qui sont compétents dans leur domaine d'exercice, on a pu avoir un président du Conseil constitutionnel qui a mis en œuvre la loi malgré toutes les pressions étrangères. Enfin, de quoi parle-t-on ? Viendra-t-il un seul instant à un citoyen encore moins à un homme ou femme politique en France de mettre en cause un arrêt du Conseil constitutionnel ? Et pourtant, les juges constitutionnels n'ont-ils pas tous été nommés par les présidents de la République, de l'Assemblée nationale et du Sénat, tous cartés à droite et peut-être amis de Sarkozy ? Au nom de quoi le président Jean-Louis Debré serait-il insoupçonnable et le président Paul Yao N'Dré serait douteux ? Imagine-t-on un seul instant que cela soit un "comité Théodule" qui proclame les résultats d'une élection présidentielle en France ? Ce qui est étrange, c'est que la presse française soit devenue tellement docile et soumise au pouvoir politique que rares sont les journalistes qui osent soulever ces énormités. Ne parlons même pas des journaux audiovisuels qui sont devenus des répétiteurs de l'Agence France presse (AFP). On peut alors toujours critiquer la RTI (Radiodiffusion Télévision ivoirienne) !

LE CANDIDAT DÉSIGNÉ PAR L'ÉTRANGER ÉTAIT OUATTARA

Si les journalistes français qui alimentent également la presse étrangère se remémoraient un tout petit peu leur déontologie, ils se seraient rendus compte que la quasi-totalité des observateurs occidentaux étaient restés dans les hôtels des villes du sud de la Côte d'Ivoire – dont l'hôtel du Golfe – et que des observateurs de l'Union africaine ont fait l'ensemble du pays dont le Nord et ont rapporté toutes les anomalies constatées dans les résultats donnés de manière, ont-ils déclaré, que cela peut changer les résultats. Effectivement, les résultats proclamés par la Commission électorale indépendante de Côte d'Ivoire (CEI) sont partiaux, partiels et faux.

Enfin, ce quatrième point sera ma dernière observation. Il apparaît aux yeux de l'Afrique profonde des peuples, pas celle des chefs d'Etats des pays francophones uniquement de l'Afrique de l'Ouest – qui ont tous été choisis par l'ancienne puissance coloniale et ont été imposés à la présidence des Etats –, que le candidat désigné par l'étranger était Ouattara. C'est donc normal que la communauté dite internationale fasse tout pour l'introniser. Cela avait échoué en septembre 2002 avec l'invasion d'une rébellion armée par le Nord qui a conduit à la partition du pays. Marcoussis n'a pas réussi en 2006 à imposer un autre coup d'Etat institutionnel en laissant le chef des rebelles devenir ministre de la défense pour mieux contrôler l'armée nationale. Aujourd'hui, la communauté dite internationale sous l'égide des grandes multinationales tentent le tout pour le tout au risque de déclencher une guerre civile. La Cedeao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) a été appelé à la rescousse pour apporter une adhésion africaine parce que tous ses membres sont sous influence monétaire du FMI. Appartient-il à un groupement économique de prendre ce type de décision politique qui relève de l'Union africaine ? Bien sûr que non et tout le monde le sait. Seulement, l'Union africaine avec la Lybie, l'Ouganda, le Rwanda, le Kenya, l'Ethiopie, la Mozambique, etc., est beaucoup moins manipulable et beaucoup de ces chefs d'Etat ont téléphoné au président Gbagbo pour lui apporter leur soutien.

Je finirai en disant que nous, Africains formés en France, sommes très bien formés et n'avons plus nullement besoin que nos anciens maîtres reviennent nous donner des leçons. C'est peut-être à notre tour de leur en donner – certes modestement – surtout sur l'Afrique et son évolution. Je peux rassurer mon collègue Christian Bouquet que la politique de l'immigration française de cette dernière décennie ayant conduit les cadres africains à envoyer de plus en plus leurs enfants au Canada, en Europe du Nord et de l'Est, aux Etats-Unis et en Asie, plus particulièrement en Chine, il y aura peu de risque à l'avenir de trouver des "tyrans" parmi eux. Le souhait pour ne pas dire désir ardent des africains est de les laisser développer leurs pays et que chacun s'occupe des problèmes de ses populations. Il faut espérer que Gbagbo ne soit pas assassiné comme le fut en son temps Thomas Sankara.
Faustin Aïssi, premier vice-président de l'université du Littoral Côte d'Opale (ULCO), et conseiller délégué de Lille Métropole
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Abiola
Grioonaute régulier


Inscrit le: 13 Avr 2006
Messages: 340

MessagePosté le: Mer 12 Jan 2011 20:53    Sujet du message: Répondre en citant

Propos de Bernard Lugan, africaniste notoire :

http://www.surlering.com/video/video.php/video/ca-te-da-ivoire-bernard-lugan-chez-robert-ma-nard

La perle du jour : "l'Afrique est simple !". Smile
Autrement, propos fort intéressants.
_________________
Les Africains sont aujourd'hui à la croisée des chemins : c'est l'union ou la mort !
Africaines Africains, l'édification de la véritable union africaine est notre devoir et notre seule chance de salut sur cette terre.
Un vrai guerrier ne recule pas devant son devoir sous prétexte que la tâche est surhumaine, impossible...il se bat !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Mer 12 Jan 2011 22:27    Sujet du message: Répondre en citant

Abiola a écrit:
Propos de Bernard Lugan, africaniste notoire :

http://www.surlering.com/video/video.php/video/ca-te-da-ivoire-bernard-lugan-chez-robert-ma-nard

La perle du jour : "l'Afrique est simple !". Smile
Autrement, propos fort intéressants.

Lugan: rien a ajouter. Le quidam est connu depuis des lustres sur ces idees et theses nauseabondes sur l'Afrique..
Comme dit plus haut, a chaque crise grave (j'entends une crise qui implique plusieurs pays africains et menacent les interets de l'occident - rappellez-vous de la guerre du Congo de Kabila pere ) sur le continent, les masques tombent cote journalistes.
R. Menard est vraiment faux-qu. Il fait question et reponse et sutout il connait tres bien le passe sulfureux de Lugan et ses theses racialistes. Alors pourquoi l'inviter (et sans lui apporter la contradiction) si ce n'est parce qu'on partage les memes theses.
Et c'est le meme Menard qui mettra dans son Cv qu'il a passe plus de la moitie de sa vie a sauver les journalistes africains en danger !!!

Franchement est-ce que les citoyens francais se rendent vraiment compte a quel point une bonne partie de leur elite n'est plus credible ? les journalistes en France me rappelent ceux qu'on avait en afrique dite francophone au temps du partie unique!
A quand une association de journalistes africains pour sauver leurs confreres francais qui essayent de ne pas suivre la pensee unique !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Jeu 13 Jan 2011 01:33    Sujet du message: Répondre en citant

Abiola a écrit:

Je veux bien croire que j'ai mal interprété ton propos. Dans ce cas, j'aimerais bien savoir quel est ton avis alors sur le texte en lui-même ? Parce-que nous dire que c'est un "débat classique"...ne fait pas avancer le débat ! Le texte de notre "ami" bordelais n'est qu'un ramassis d'anneries et n'enrichit en rien le débat dont tu parles. Des gens comme Joseph Ki-Zerbo dans "Eduquer ou Périr" ont très bien expliqué la situation, et c'est d'un autre niveau intellectuel que ce délire loufoque Smile


(1) Tous les débats n'ont pas vocations à être conclu. (2) Et toutes les conclusions ne sont pas définitives. (3) L'usage que l'on fait d'un sujet d'analyse (sociologique notamment) n'est pas prédéfini à l'avance, ni unique.

Je ne te répondrai donc pas pour te dire qu'il a raison ou tort, que je suis pour ou contre pour épouser ce manichéisme déconcertant de ce milieu. Je pense effectivement que le problème numéro un de l'Afrique est dans sa ressource humaine. Trop insuffisamment formée, en qualité et en nombre, en technicité et en vision. D'ou je rejoins la nécessité de la prise de conscience prônée par les panafricains révolutionnaires. Mais en partie seulement parce que les armes d'une conscience distillée à des esprits peu ou mal construits, sans structure et sans pouvoir, ne peuvent conduire qu'à l'obscurantisme, à l'intégrisme, à l'utopie phalangiste, religieuse et donc au chaos que je dénonce ici. On part d'une idée noble, mais sans outils on la plonge à toutes les sauces, on vous sort les citations et les saints sans discernements, sans ordre, sans méthode. On défend n'importe quoi, en désordre. On ne sait pas à quel moment utiliser le passé, qu'est ce qu'il faut en prendre, interpréter le présent et construire l'avenir. Un vrai n'importe quoi qui ne peut rien produire de bon.

On parle souvent de l'élite africaine, mais qu'entend on par là?
Ces intellectuels qui n'ont pour seule légitimité que les prix et grades décernés par le colonisateur? Ces arrivistes au pouvoir qui se targuent d'être devenus des sages pour l'avoir conservé au prix de tricheries et de tribalisme durant les plus longues années possibles sans s'enorgueillir d'un résultat positif de leur action? Ou tous ces diplômés qui parce qu'ils ont trouvé un travail, s'estiment de droit supérieurs aux autres?

Je pense que Kagame a compris la question. Une élite ne se décrète, ni ne s'autoproclame, ni n'est désignée par d'autres, ni ne se justifie parce qu'on est le premier diplômé ou le plus haut, ni (et surtout) n'est la somme mathématique des meilleurs. Elle se fabrique, s'impose et contrôle tout ou partie de la société à laquelle est s'identifie. Réellement. Une élite n'est pas une classe, ni un parti politique, ni une école de pensée.
En clair, il faut prendre le pouvoir en Afrique, fabriquer cette élite et la mettre en action. Celle-ci, désormais organisée, férue de conscience et de science, munie d'une feuille de route ( un plus petit dénominateur commun) fera des miracles, j'en suis persuadé.
L'élite est une notion collective de fait.
Mais dire que moi, parce que j'ai lu, parce que je suis diplômé de ci ou de ça, parce qu'on m'applaudit, parce que j'ai eu le prix Goncourt, etc... je fais partie de l'élite, comme l'autre là bas, avec qui je ne collabore en rien mais qui a un bon profil, c'est un non sens. L'élite s'identifie d'abord de manière certaine, puis se place au dessus d'un groupe lui même clairement identifié, et non parsemé puis mathématiquement rassemblée. Par exemple: Wole Soyinka est noir, il est un des plus importants intellectuel de son temps et de ceux de sa race, donc il fait partie de l'élite africaine. Non. Il n'est la composante d'aucun système, et règne sur un notion tout à fait abstraite (à l'heure actuelle).

Ce qu'on appelle aujourd'hui élite, ne sont à mes yeux que des chacals disséminés qui n'arriveront à rien. Le camp Gbagbo ne forme pas une élite même s'il y'a des esprits brillants là dedans. Le camp Ouattara non plus. La somme des diplomés ou des hommes de pouvoir ivoirien non plus. L'élite doit transcender les clivages et avoir un point commun, un plus petit dénominateur commun sur lequel se retrouve la majorité des tenants d'un système social, politique, économique. Mais aussi elle doit avoir un mode de recrutement et de renouvellement.
Les modèles de formations disséminées et sans objets, n'ont produit aucune cohérence on le sait désormais. Le modèle houphouétiste de rassemblement des grands esprits autour de lui pour produire ce qu'on a appelé le miracle ivoirien, n'est pas viable à long terme, faute de cohérence, de projet à long terme et de renouvellement. C'est une horde de cadres-mercenaires. Et là je rejoins ce que m'impute Moninga, l'Afrique a besoin d'organisation et de concret.

C'est mon point de vue.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Jeu 13 Jan 2011 05:35    Sujet du message: Répondre en citant

samuel a écrit:
Quand on y ajoute ce qui suit, on est bien oblige d'admettre que les pretendus ''experts en relations internationales'' qui officient sur ce site ont manifestement tout faux.

Citation:
Afrique : ONU : Le Conseil de Sécurité pour une solution pacifique à la crise politique en Côte d'Ivoire

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit favorable à une résolution pacifique de la crise politique qui persiste en Côte d'Ivoire depuis fin novembre dernier, a indiqué, mardi, le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, M. Martin Nesirky.


"Les membres du Conseil de sécurité condamnent les attaques perpétrées contre les Casques bleus (de la mission des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI)) et les civils", a-t-il précisé, citant une déclaration publiée, lundi par la présidence de l'Organe sécuritaire de l'ONU.

Dans cette déclaration, les membres du Conseil ont exprimé leur profonde inquiétude au regard de "la violence continue et des violations des droits de l'homme en Côte d'Ivoire, notamment contre les Casques bleus".

Mettant en garde contre toute tentative "délibérée" d'empêcher l'ONUCI d'exercer son mandat, Nesirky a rappelé la ferme condamnation du Conseil de sécurité des informations diffusées par la télévision ivoirienne, dont "l'incitation à la violence notamment contre les Nations Unies".

Les membres du Conseil de sécurité, a-t-il dit, ont aussi salué les efforts de médiation de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats

d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), appelant les Ivoiriens à faire preuve de "retenue" et à "travailler ensemble pour instaurer une paix durable".

La Côte d'Ivoire connait une profonde crise politique en raison du refus du président sortant Laurent Gbagbo de céder le pouvoir en faveur de l'ancien premier ministre Alassane Ouattara, qui a remporté l'élection présidentielle du 28 novembre, et ce, en dépit des appels de la communauté internationale.

Cette situation a donné lieu à une série d'actes de violence ayant pour conséquence l'affluence de dizaines de milliers de réfugiés vers le Liberia voisin ou vers d'autres régions de Côte d'Ivoire.

Casafree.com le 12/1/2011 12:49:25


Ce qui m'amuse maintenant c'est de voir comment le camp Gbagbo s'accroche désormais à des bouts de phrases (Samuel) ou geste (celui qui s'extasie de passer à la télé des blancs) de la... communauté internationale, sic! pour fonder l'espoir. Laughing

Le Jeune Afrique de cette semaine dont l'autre extrait le passage dans deux pages totalement anti Gbagbo, je l'ai lu aussi, et je partage entièrement l'avis de BBY. En effet, comme lui, après un mois de bras de fer, j'ai pris du recul, et j'ai lu, beaucoup lu les avis de mes adversaires la semaine dernière. Je n'ai pas réagi sur grioo à cause de cette introspection. Je suis resté scotché sur la RTI au moins une heure par jour. J'ai suivi toutes les "preuves" d'irrégularité du scrutin, lu les lois électorales ivoiriennes, relu les accords depuis les accords de défenses ivoiro-française...
Au final, je dis en toute honnêteté comme BBY que je cite "rien ne m'a fait changer d'un iota de ma conviction que Alassane Ouattara a été élu au second tour président de la Côte d'ivoire. Et en refusant de s'incliner devant ce verdict, LG est devenu un usurpateur".
Je n'ai pas trouvé un seul argument contraire. Pas un qui tienne: ni les accusation d'ingérence de Monenembo qui se demande pourquoi l'ONU n'a pas ça au Gabon (méconnaissance patent des contextes juridiques et des textes), ni d'une Calixte Beyala qui prétend que les reserves mondiales sont à cour (méconnaissance totale des questions pétrolières qui n'appellent même pas à commentaire ou à débat). Pas plus que les arguments d'ici qui font semblant de "s'estomaquer" quand le président battu et non reconnu n'est pas obéi quand il demande le départ de l'ONUCI. J'ai aussi lu l'article du bordelais à sa sortie, ainsi que la réponse du fameux Faustin Aïssi, qui pète haut les arguments droit en fin connaisseur. Je me suis renseigné, parce que si l'opinion en droit existe, la bêtise de son propos m'a secoué, eh ben notre savant chargé des réponses juridiques pour le camp Gbagbo est... prof de Chimie Laughing
Quand je fais le bilan de ces avocats tout à fait ignares et largement étranger aux domaines, je me demande à quoi mène cette stratégie du "raisonnement par des absurdes".

Mais le plus intéressant dans le Jeune Afrique de cette semaine, sans doute le plus riche en information depuis le début de la crise, c'est le déroulé des choses depuis la visite des trois président le 3 janvier, la préparation sérieuse de l'option militaire, prête au mieux, début février avec de gros moyens, soutenu de l'intérieur par des militaires officiels ivoiriens, qui attendent le lancement pour prendre leurs responsabilités. Ou encore l'option de l'asphyxie financière qui écroulera le régime en 4 mois maximum. La fermeté de Raïla Odinga envoyé parce qu'il est le mieux placé pour dire à Gbagbo qu'une solution à la Kényane n'est ici pas possible, le réalisme de Boni Yayi ou encore la farouche détermination de Koroma, président sierraléonais. Il y'a aussi la stratégie de Gbagbo bien sûr, qui repose essentiellement sur les exactions en cas d'attaque: massacre des ressortissants de la CEDEAO dont les troupes occuperont le pays (quel homme sympathique ce mec! il sait qu'il perdra mais il faut qu'il tue), menées par les 4000 hommes de sa garde prétorienne et tribaliste. Et la préférence de Ouattara pour une action à la Noriega ou à la Taylor: piocher l'usurpateur au palais en opération commando. Car au jour d'aujourd'hui faut-il le rappeler, le rebelle, c'est Gbagbo.

A lire absolument!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Abiola
Grioonaute régulier


Inscrit le: 13 Avr 2006
Messages: 340

MessagePosté le: Jeu 13 Jan 2011 10:27    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Mais le plus intéressant dans le Jeune Afrique de cette semaine, sans doute le plus riche en information depuis le début de la crise, c'est le déroulé des choses depuis la visite des trois président le 3 janvier, la préparation sérieuse de l'option militaire, prête au mieux, début février avec de gros moyens, soutenu de l'intérieur par des militaires officiels ivoiriens, qui attendent le lancement pour prendre leurs responsabilités. Ou encore l'option de l'asphyxie financière qui écroulera le régime en 4 mois maximum. La fermeté de Raïla Odinga envoyé parce qu'il est le mieux placé pour dire à Gbagbo qu'une solution à la Kényane n'est ici pas possible, le réalisme de Boni Yayi ou encore la farouche détermination de Koroma, président sierraléonais. Il y'a aussi la stratégie de Gbagbo bien sûr, qui repose essentiellement sur les exactions en cas d'attaque: massacre des ressortissants de la CEDEAO dont les troupes occuperont le pays (quel homme sympathique ce mec! il sait qu'il perdra mais il faut qu'il tue), menées par les 4000 hommes de sa garde prétorienne et tribaliste. Et la préférence de Ouattara pour une action à la Noriega ou à la Taylor: piocher l'usurpateur au palais en opération commando. Car au jour d'aujourd'hui faut-il le rappeler, le rebelle, c'est Gbagbo.
A lire absolument!


Ah, les doux rêves de Marvel ! Smile

A part ça, je ne t'en veux pas d'esquiver la question sur le texte de notre "ami" bordelais.
C'est pourtant pas compliqué : soit il est crédible, totalement ou partiellement. Soit il ne l'est point. Mais bon, tout le monde a le droit de botter en touche ! Very Happy
_________________
Les Africains sont aujourd'hui à la croisée des chemins : c'est l'union ou la mort !
Africaines Africains, l'édification de la véritable union africaine est notre devoir et notre seule chance de salut sur cette terre.
Un vrai guerrier ne recule pas devant son devoir sous prétexte que la tâche est surhumaine, impossible...il se bat !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 429

MessagePosté le: Jeu 13 Jan 2011 10:32    Sujet du message: Répondre en citant

Marvel a ecrit:

Citation:
Mais le plus intéressant dans le Jeune Afrique de cette semaine, sans doute le plus riche en information depuis le début de la crise, c'est le déroulé des choses depuis la visite des trois président le 3 janvier, la préparation sérieuse de l'option militaire, prête au mieux, début février avec de gros moyens, soutenu de l'intérieur par des militaires officiels ivoiriens, qui attendent le lancement pour prendre leurs responsabilités. Ou encore l'option de l'asphyxie financière qui écroulera le régime en 4 mois maximum. La fermeté de Raïla Odinga envoyé parce qu'il est le mieux placé pour dire à Gbagbo qu'une solution à la Kényane n'est ici pas possible, le réalisme de Boni Yayi ou encore la farouche détermination de Koroma, président sierraléonais. Il y'a aussi la stratégie de Gbagbo bien sûr, qui repose essentiellement sur les exactions en cas d'attaque: massacre des ressortissants de la CEDEAO dont les troupes occuperont le pays (quel homme sympathique ce mec! il sait qu'il perdra mais il faut qu'il tue), menées par les 4000 hommes de sa garde prétorienne et tribaliste. Et la préférence de Ouattara pour une action à la Noriega ou à la Taylor: piocher l'usurpateur au palais en opération commando. Car au jour d'aujourd'hui faut-il le rappeler, le rebelle, c'est Gbagbo.


Salut Marvel. J'avais dit que je ne menerai plus de debat avec toi, du moins sur ce sujet-ci, pour eviter d'etre entraine sur un terrain piege. Je m'en tiens a ce que j'ai dit. Je note seulement que ceci est la enieme sortie du prophete de l'apocalypse qui officie sur Grioo. On peut donc parier que ce ne sera pas la derniere. Mais pour le moment, (loue soit Toutatis!), le ciel ne nous est toujours pas tombe sur la tete.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Jeu 13 Jan 2011 16:10    Sujet du message: Répondre en citant

marvel02 a écrit:
samuel a écrit:
Quand on y ajoute ce qui suit, on est bien oblige d'admettre que les pretendus ''experts en relations internationales'' qui officient sur ce site ont manifestement tout faux.

Citation:
Afrique : ONU : Le Conseil de Sécurité pour une solution pacifique à la crise politique en Côte d'Ivoire

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit favorable à une résolution pacifique de la crise politique qui persiste en Côte d'Ivoire depuis fin novembre dernier, a indiqué, mardi, le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, M. Martin Nesirky.


"Les membres du Conseil de sécurité condamnent les attaques perpétrées contre les Casques bleus (de la mission des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI)) et les civils", a-t-il précisé, citant une déclaration publiée, lundi par la présidence de l'Organe sécuritaire de l'ONU.

Dans cette déclaration, les membres du Conseil ont exprimé leur profonde inquiétude au regard de "la violence continue et des violations des droits de l'homme en Côte d'Ivoire, notamment contre les Casques bleus".

Mettant en garde contre toute tentative "délibérée" d'empêcher l'ONUCI d'exercer son mandat, Nesirky a rappelé la ferme condamnation du Conseil de sécurité des informations diffusées par la télévision ivoirienne, dont "l'incitation à la violence notamment contre les Nations Unies".

Les membres du Conseil de sécurité, a-t-il dit, ont aussi salué les efforts de médiation de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats

d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), appelant les Ivoiriens à faire preuve de "retenue" et à "travailler ensemble pour instaurer une paix durable".

La Côte d'Ivoire connait une profonde crise politique en raison du refus du président sortant Laurent Gbagbo de céder le pouvoir en faveur de l'ancien premier ministre Alassane Ouattara, qui a remporté l'élection présidentielle du 28 novembre, et ce, en dépit des appels de la communauté internationale.

Cette situation a donné lieu à une série d'actes de violence ayant pour conséquence l'affluence de dizaines de milliers de réfugiés vers le Liberia voisin ou vers d'autres régions de Côte d'Ivoire.

Casafree.com le 12/1/2011 12:49:25


Ce qui m'amuse maintenant c'est de voir comment le camp Gbagbo s'accroche désormais à des bouts de phrases (Samuel) ou geste (celui qui s'extasie de passer à la télé des blancs) de la... communauté internationale, sic! pour fonder l'espoir. Laughing

Le Jeune Afrique de cette semaine dont l'autre extrait le passage dans deux pages totalement anti Gbagbo, je l'ai lu aussi, et je partage entièrement l'avis de BBY. En effet, comme lui, après un mois de bras de fer, j'ai pris du recul, et j'ai lu, beaucoup lu les avis de mes adversaires la semaine dernière. Je n'ai pas réagi sur grioo à cause de cette introspection. Je suis resté scotché sur la RTI au moins une heure par jour. J'ai suivi toutes les "preuves" d'irrégularité du scrutin, lu les lois électorales ivoiriennes, relu les accords depuis les accords de défenses ivoiro-française...
Au final, je dis en toute honnêteté comme BBY que je cite "rien ne m'a fait changer d'un iota de ma conviction que Alassane Ouattara a été élu au second tour président de la Côte d'ivoire. Et en refusant de s'incliner devant ce verdict, LG est devenu un usurpateur".
Je n'ai pas trouvé un seul argument contraire. Pas un qui tienne: ni les accusation d'ingérence de Monenembo qui se demande pourquoi l'ONU n'a pas ça au Gabon (méconnaissance patent des contextes juridiques et des textes), ni d'une Calixte Beyala qui prétend que les reserves mondiales sont à cour (méconnaissance totale des questions pétrolières qui n'appellent même pas à commentaire ou à débat). Pas plus que les arguments d'ici qui font semblant de "s'estomaquer" quand le président battu et non reconnu n'est pas obéi quand il demande le départ de l'ONUCI. J'ai aussi lu l'article du bordelais à sa sortie, ainsi que la réponse du fameux Faustin Aïssi, qui pète haut les arguments droit en fin connaisseur. Je me suis renseigné, parce que si l'opinion en droit existe, la bêtise de son propos m'a secoué, eh ben notre savant chargé des réponses juridiques pour le camp Gbagbo est... prof de Chimie Laughing
Quand je fais le bilan de ces avocats tout à fait ignares et largement étranger aux domaines, je me demande à quoi mène cette stratégie du "raisonnement par des absurdes".

Mais le plus intéressant dans le Jeune Afrique de cette semaine, sans doute le plus riche en information depuis le début de la crise, c'est le déroulé des choses depuis la visite des trois président le 3 janvier, la préparation sérieuse de l'option militaire, prête au mieux, début février avec de gros moyens, soutenu de l'intérieur par des militaires officiels ivoiriens, qui attendent le lancement pour prendre leurs responsabilités. Ou encore l'option de l'asphyxie financière qui écroulera le régime en 4 mois maximum. La fermeté de Raïla Odinga envoyé parce qu'il est le mieux placé pour dire à Gbagbo qu'une solution à la Kényane n'est ici pas possible, le réalisme de Boni Yayi ou encore la farouche détermination de Koroma, président sierraléonais. Il y'a aussi la stratégie de Gbagbo bien sûr, qui repose essentiellement sur les exactions en cas d'attaque: massacre des ressortissants de la CEDEAO dont les troupes occuperont le pays (quel homme sympathique ce mec! il sait qu'il perdra mais il faut qu'il tue), menées par les 4000 hommes de sa garde prétorienne et tribaliste. Et la préférence de Ouattara pour une action à la Noriega ou à la Taylor: piocher l'usurpateur au palais en opération commando. Car au jour d'aujourd'hui faut-il le rappeler, le rebelle, c'est Gbagbo.

A lire absolument!


Allez Marvel02,
Vas-y, sois courageux dis nous combien tu recois ?
JA et BBY, eux moins recoivent plein de sous au travers de plubli-reportage . Le business model de JA est bien connu de tous (sauf toi visiblement): chanter les louanges du plus offrant...

Si toi tu fais tout ca, et passe toutes ces heures, pour rien du tout.. alors plus gaou que toi, ca n'existe pas...
Et comme j'ai dit plus haut. je ne t'en voudrais pas si tu es remunere car tu fais ton travail et tu le fais tres bien. Ton seul pbm est que tu as mal choisi ton audience aupres duquel tu es aujourd'hui "grille".

Au fait combien ici partage tes opinions et te defendent ? Tu vis ce que tu souhaites a LG.
Well, demande a tes amis de la communaute internationale de venir t'aider ici a te sortir de l'enclos d'idees dans lequel tu t'es volontairement enferme et ce malgre nos appels repetes a un peu de bon sens. Tu ressembles sur ce thread finalement a ton champion qui s'est auto-enferme a l'hotel du Golf et appelle a la guerre..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Jeu 13 Jan 2011 17:02    Sujet du message: Répondre en citant

hormheb a écrit:

Allez Marvel02,
Vas-y, sois courageux dis nous combien tu recois ?
JA et BBY, eux moins recoivent plein de sous au travers de plubli-reportage . Le business model de JA est bien connu de tous (sauf toi visiblement): chanter les louanges du plus offrant...


Ce que je comprends de ton raisonnement, c'est de croire que toute personne qui a un avis différent du tien est forcément achetée. Marvel exprime généralement des opinons solidement argumentées. Tu peux le critiquer en produisant des textes aussi solidement argumentés que les siens. Ce n'est pas en ressortant les insultes classique des discussions panafricaines (vendu, traître à la cause, marionnette etc) que tu vas convaincre.


Citation:
Au fait combien ici partage tes opinions et te defendent ? Tu vis ce que tu souhaites a LG.


A titre perso je partage ses arguments et je trouve qu'il souligne des maux biens réels comme la sanctification du panafricanisme ou des martyrs africains, le décalage entre le discours panafricaniste et la connaissance des réalités concrètes sur le terrain. Ce n'est pas parcequ'on est un martyr qu'on avait forcément raison sur toute la ligne. Ce n'est pas parcequ'on est un opposant qu'on fera mieux que ceux qu'on critique une fois au pouvoir.

Malgré les reproches fondés qu'on peut lui adresser, Houphouët a fait un choix stratégique : s'allier avec la France. A la suite de ce choix, il a fait de son pays le plus riche de l'Afrique de l'Ouest. A contrario, Sékou Touré qui a dit non à de Gaulle s'est allié avec Moscou, a mis sur pied un régime bien plus dictatorial que celui d'Houphouët Boigny et surtout a laissé la Guinée exsangue après près de 24 ans de règne. Au lendemain des indépendances, il fallait tout bâtir de zéro. C'est Houphouët qui l'a fait en Côte d'Ivoire. Au final, la Côte d'Ivoire que Gbagbo et Ouattara veulent diriger est bien celle laissée par Houphouët.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SOUVERAIN_CIV
Grioonaute


Inscrit le: 30 Déc 2010
Messages: 17

MessagePosté le: Jeu 13 Jan 2011 17:12    Sujet du message: Répondre en citant

hormheb a écrit:
marvel02 a écrit:
samuel a écrit:
Quand on y ajoute ce qui suit, on est bien oblige d'admettre que les pretendus ''experts en relations internationales'' qui officient sur ce site ont manifestement tout faux.

Citation:
Afrique : ONU : Le Conseil de Sécurité pour une solution pacifique à la crise politique en Côte d'Ivoire

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit favorable à une résolution pacifique de la crise politique qui persiste en Côte d'Ivoire depuis fin novembre dernier, a indiqué, mardi, le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, M. Martin Nesirky.


"Les membres du Conseil de sécurité condamnent les attaques perpétrées contre les Casques bleus (de la mission des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI)) et les civils", a-t-il précisé, citant une déclaration publiée, lundi par la présidence de l'Organe sécuritaire de l'ONU.

Dans cette déclaration, les membres du Conseil ont exprimé leur profonde inquiétude au regard de "la violence continue et des violations des droits de l'homme en Côte d'Ivoire, notamment contre les Casques bleus".

Mettant en garde contre toute tentative "délibérée" d'empêcher l'ONUCI d'exercer son mandat, Nesirky a rappelé la ferme condamnation du Conseil de sécurité des informations diffusées par la télévision ivoirienne, dont "l'incitation à la violence notamment contre les Nations Unies".

Les membres du Conseil de sécurité, a-t-il dit, ont aussi salué les efforts de médiation de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats

d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), appelant les Ivoiriens à faire preuve de "retenue" et à "travailler ensemble pour instaurer une paix durable".

La Côte d'Ivoire connait une profonde crise politique en raison du refus du président sortant Laurent Gbagbo de céder le pouvoir en faveur de l'ancien premier ministre Alassane Ouattara, qui a remporté l'élection présidentielle du 28 novembre, et ce, en dépit des appels de la communauté internationale.

Cette situation a donné lieu à une série d'actes de violence ayant pour conséquence l'affluence de dizaines de milliers de réfugiés vers le Liberia voisin ou vers d'autres régions de Côte d'Ivoire.

Casafree.com le 12/1/2011 12:49:25


Ce qui m'amuse maintenant c'est de voir comment le camp Gbagbo s'accroche désormais à des bouts de phrases (Samuel) ou geste (celui qui s'extasie de passer à la télé des blancs) de la... communauté internationale, sic! pour fonder l'espoir. Laughing

Le Jeune Afrique de cette semaine dont l'autre extrait le passage dans deux pages totalement anti Gbagbo, je l'ai lu aussi, et je partage entièrement l'avis de BBY. En effet, comme lui, après un mois de bras de fer, j'ai pris du recul, et j'ai lu, beaucoup lu les avis de mes adversaires la semaine dernière. Je n'ai pas réagi sur grioo à cause de cette introspection. Je suis resté scotché sur la RTI au moins une heure par jour. J'ai suivi toutes les "preuves" d'irrégularité du scrutin, lu les lois électorales ivoiriennes, relu les accords depuis les accords de défenses ivoiro-française...
Au final, je dis en toute honnêteté comme BBY que je cite "rien ne m'a fait changer d'un iota de ma conviction que Alassane Ouattara a été élu au second tour président de la Côte d'ivoire. Et en refusant de s'incliner devant ce verdict, LG est devenu un usurpateur".
Je n'ai pas trouvé un seul argument contraire. Pas un qui tienne: ni les accusation d'ingérence de Monenembo qui se demande pourquoi l'ONU n'a pas ça au Gabon (méconnaissance patent des contextes juridiques et des textes), ni d'une Calixte Beyala qui prétend que les reserves mondiales sont à cour (méconnaissance totale des questions pétrolières qui n'appellent même pas à commentaire ou à débat). Pas plus que les arguments d'ici qui font semblant de "s'estomaquer" quand le président battu et non reconnu n'est pas obéi quand il demande le départ de l'ONUCI. J'ai aussi lu l'article du bordelais à sa sortie, ainsi que la réponse du fameux Faustin Aïssi, qui pète haut les arguments droit en fin connaisseur. Je me suis renseigné, parce que si l'opinion en droit existe, la bêtise de son propos m'a secoué, eh ben notre savant chargé des réponses juridiques pour le camp Gbagbo est... prof de Chimie Laughing
Quand je fais le bilan de ces avocats tout à fait ignares et largement étranger aux domaines, je me demande à quoi mène cette stratégie du "raisonnement par des absurdes".

Mais le plus intéressant dans le Jeune Afrique de cette semaine, sans doute le plus riche en information depuis le début de la crise, c'est le déroulé des choses depuis la visite des trois président le 3 janvier, la préparation sérieuse de l'option militaire, prête au mieux, début février avec de gros moyens, soutenu de l'intérieur par des militaires officiels ivoiriens, qui attendent le lancement pour prendre leurs responsabilités. Ou encore l'option de l'asphyxie financière qui écroulera le régime en 4 mois maximum. La fermeté de Raïla Odinga envoyé parce qu'il est le mieux placé pour dire à Gbagbo qu'une solution à la Kényane n'est ici pas possible, le réalisme de Boni Yayi ou encore la farouche détermination de Koroma, président sierraléonais. Il y'a aussi la stratégie de Gbagbo bien sûr, qui repose essentiellement sur les exactions en cas d'attaque: massacre des ressortissants de la CEDEAO dont les troupes occuperont le pays (quel homme sympathique ce mec! il sait qu'il perdra mais il faut qu'il tue), menées par les 4000 hommes de sa garde prétorienne et tribaliste. Et la préférence de Ouattara pour une action à la Noriega ou à la Taylor: piocher l'usurpateur au palais en opération commando. Car au jour d'aujourd'hui faut-il le rappeler, le rebelle, c'est Gbagbo.

A lire absolument!


Allez Marvel02,
Vas-y, sois courageux dis nous combien tu recois ?
JA et BBY, eux moins recoivent plein de sous au travers de plubli-reportage . Le business model de JA est bien connu de tous (sauf toi visiblement): chanter les louanges du plus offrant...

Si toi tu fais tout ca, et passe toutes ces heures, pour rien du tout.. alors plus gaou que toi, ca n'existe pas...
Et comme j'ai dit plus haut. je ne t'en voudrais pas si tu es remunere car tu fais ton travail et tu le fais tres bien. Ton seul pbm est que tu as mal choisi ton audience aupres duquel tu es aujourd'hui "grille".

Au fait combien ici partage tes opinions et te defendent ? Tu vis ce que tu souhaites a LG.
Well, demande a tes amis de la communaute internationale de venir t'aider ici a te sortir de l'enclos d'idees dans lequel tu t'es volontairement enferme et ce malgre nos appels repetes a un peu de bon sens. Tu ressembles sur ce thread finalement a ton champion qui s'est auto-enferme a l'hotel du Golf et appelle a la guerre..

Marvel02
juste te dire bravo pour tes réflexions. Je suis nouveau sur ce forum mais après avoir lu quelques post je me suis dit que si la majorité des panafricanistes réfléchit comme ce que j'ai pu constater sur ce site alors l'avanir de l'avenir est plus sombre que je le pense. Le point frappant de leur argumentaire est : être systématiquement opposé à l'occident. regarde le conflit ivoirien: Ils ont tous entrain de crier que la communauté internationale bafoue la souverainété de la Cote d'ivoire en ne respectant pas son conseil constitutionnel...mais personne ne se pose la question de savoir si le conseil constitutionnel lui même a bafoué la souverainété individuelle des ivoiriens, si le conseil constitutionnel a respecté le droit ivoirien. Alors on suit Gbagbo parce qu'il a osé dire non (dans la bouche à l'occident) or le même gbagbo a donné toutes les grandes sociétés ivoiriennes à la france.
Bref dans ce projet panafricanistes en tout cas sur ce site je pense que les ignares ont pris le pouvoir car majoritaires et leur ignorance nous fera tourner en rond car toujours prêt à débiter des discours de circonstance. ce qu'il faut comme Marvel02 le suggère c'est une stratégie pour un but, c'est des alliances si l'on veut renverser le cours des choses mais vu comment ça se passe sur ce site on va droit à l'échec
_________________
La vérité rien que la vérité
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 429

MessagePosté le: Jeu 13 Jan 2011 18:38    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a ecrit:

Citation:
Malgré les reproches fondés qu'on peut lui adresser, Houphouët a fait un choix stratégique : s'allier avec la France. A la suite de ce choix, il a fait de son pays le plus riche de l'Afrique de l'Ouest. A contrario, Sékou Touré qui a dit non à de Gaulle s'est allié avec Moscou, a mis sur pied un régime bien plus dictatorial que celui d'Houphouët Boigny et surtout a laissé la Guinée exsangue après près de 24 ans de règne. Au lendemain des indépendances, il fallait tout bâtir de zéro. C'est Houphouët qui l'a fait en Côte d'Ivoire. Au final, la Côte d'Ivoire que Gbagbo et Ouattara veulent diriger est bien celle laissée par Houphouët.


Salut panafricain. Je pense que cet argumentaire qu’on nous ressort invariablement (depuis que Bechir Ben Yamed l’a avance dans un article que tout le monde s’est ensuite contente de repeter sans verification) dans ce genre de discussion est tout a fait douteux, pour ne pas dire faux. Il est bien vrai que la Cote d’Ivoire a connu un relatif succes en comparaison de la Guinee. Mais la ou tu te trompes, c’est de faire reposer ce ‘’succes’’ sur le choix qu’a fait Houphouet de collaborer avec la France. En d’autres termes, sekou Toure aurait echoue parce qu’il a refuse la domination francaise et Houphouet aurait reussi pour les memes raisons. Ta conclusion repose, a mon avis, sur une erreur de raisonnement courante car les vraies questions qu’il faut se poser sont les suivantes :
Un autre dirigeant qu’Houphouet qui aurait choisi de s’allier avec la France dans les memes conditions aurait-il reussi comme lui et un autre qui aurait refuse la collaboration avec la France comme l’a fait Sekou Toure aurait-il echoue ? La reponse a cette question, comme chacun le voit, n’est pas evidente. Nous connaissonns beaucoup de chefs d’Etats Africains qui, comme Houphouet, ont choisi de collaborer mais ont lamentablement echoue car leurs pays (y compris d’ailleurs la Cote d’Ivoire), sont encore au plus bas de l’echelle de developpement humain alors qu’ils se sont montres les plus zeles des collaborateurs. Citons quelques-uns : Amadou Ahidjo du Cameroun, Diori Hamani du Niger, Francois (ou N’garta) Tombalbaye du Tchad, Hubert Maga du Benin, etc. D’autre part, nous connaissons aussi quelques leaders africains qui n’etaient certes pas dans la sphere d’influence de la France, qui etaient panafricanistes et anti-imperialistes et qui ont relativement reussi, meme compares a la Cote d’Ivoire. Citons par exemple le Ghana de N’kruhma qui en 1971, au moment ou il a été déposé, n’avait rien a envier a la Cote d’Ivoire, bien au contraire !
Je pense donc que de la collaboration avec la France ne resulte pas ipso facto une reussite economique. Beaucoup d’autres facteurs, tels que le merite personnel des presidents respectifs concourent aussi a la reussite ou a l’echec.
Il ne faut pas non plus oublier que la Cote d’Ivoire était, sous Hous Houphouet comme il l’est aujourd’hui sous Gbagbo un pays sous-developpe et est classe au 149eme rang mondial en 2010 devant un pays comme le Mali par exemple (160eme rang) ou meme le Tchad (163eme) ou le Niger (167eme, 18 points de difference seulement). Pour nous limiter juste a des exemples africains, le Botswana par exemple est classe au 98eme rang mondial (soit 51 points de difference avec la Cote d’Ivoire). Ce qui veut dire qu’il y a infiniment plus de differences entre le Botswana et la Cote d’Ivoire en termes de developpement humain qu’il n’y en a entre la Cote d’Ivoire et le Niger, situe presqu’au dernier rang mondial. La Cote d’Ivoire est meme situee derriere des pays comme le Lesotho (141eme) et d’autres encore alors qu’il n’y a que deux(2) points d’ecart avec un pays comme la Gambie (151eme) et juste 4 points avec le Rwanda (153eme). Donc rappelons-le : la Cote d’Ivoire est un pays ‘’pauvre’’ et sous-developpe. Il l’eatit au moment de la mort d’Houphouet comme il l’est aujourd’hui. Que Houphouet ait collabore avec la France n’y a apparemment pas change grand-chose sinon dans l’esprit de certains d’entre nous qui croient aux legendes.
D’autre part, si tu prends le classement de tous les pays du monde en termes de developpement humain, il est incontestable que les pays sous domination francaise sont sur-representes au bas de l’echelle : Tchad, Burkina Faso, Mali, Niger, Benin, Republique Centrafricaine, soit 5 pays ‘’francophones’’ figurent tous parmi les 11 derniers . Nous sommes quand meme bien obliges de nous interroger sur les raisons de cette sur-representation alors que ces pays sont extremement riches en ressources de toutes sortes.
Je pense donc que le relatif ‘’succes’’ de Houphouet était du a Houphouet. Quelqu’un d’autre n’aurait peut-etre pas aussi bien reussi que lui en depit de la collaboration avec la France et quelqu’un d’autre aurait peut-etre fait beaucoup mieux, avec ou sans collaboration avec la France tout comme quelqu’un aurait pu reussir a la place de Sekou tout en rompant les liens avec la France.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merikama
Grioonaute 1


Inscrit le: 07 Sep 2008
Messages: 254

MessagePosté le: Jeu 13 Jan 2011 22:59    Sujet du message: Répondre en citant

Agression électorale contre la Côte d’Ivoire / Un agent secret français révèle : Sarkozy, valet des chocolatiers américains


Bon nombre d’Ivoiriens, qui admettent que la crise ivoirienne est fomentée par la France, continuent de s’interroger sur l’intérêt « subit » éprouvé par les Etats-Unis d’Amérique de s’associer à la France pour accomplir le coup d’Etat en Côte d’Ivoire.

Un ancien agent de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) affirme que les Ivoiriens se trompent. L’homme au fait des micmacs des services secrets américains ne supporte plus de voir son pays, la France, et ses dirigeants jouer aux « boys » des Américains en Côte d’Ivoire. Par des canaux complexes, il nous a permis de prendre son témoignage.

«Plus que les Français, les Américains, à travers la CIA, ont décidé de s’emparer de la Côte d’Ivoire à partir d’un plan machiavélique conçu avant les années 1988. C’est, de nos jours, ce plan qui a été réactivé. La construction de la grande ambassade des Etats- Unis en Côte d’Ivoire fait partie de ce plan tout comme l’installation d’un ivoiro-burkinabé, en la personne d’Alassane Ouattara, à la tête du pays. L’objectif est la naturalisation des quatre millions de Burkinabé vivant en Côte d’Ivoire afin de garantir la production du cacao et du café dans ce pays.

C’est une affaire de survie pour les puissants chocolatiers américains. L’ambassade a été construite pour coordonner ces opérations en Côte d’Ivoire et pour d’autres objectifs en Afrique. Pour tout cela, il faut une mainmise sur le pouvoir ivoirien pour le compte du lobi des chocolatiers Américains.

Donc, les Américains veulent garantir la production du cacao. Le seul moyen, c’est de pouvoir compter sur la communauté burkinabé en Côte d’ivoire dont dépend, selon eux, une grande partie de la production du pays. Les Américains entendent fidéliser cette communauté par la naturalisation des quatre millions de burkinabé dont la plupart travaillent dans les plantations, croient les Américains, «dans une situation de précarité qui n’est pas à leur convenance».

Il faut donc réussir à faire prendre le pouvoir par Alassane Ouattara. Et, depuis octobre 2000, la CIA utilise une arme fatale : la fragilisation du régime Gbagbo pour arriver à le faire vomir par tout le peuple ivoirien afin de l’écarter facilement du pouvoir. Souvenez vous, plusieurs opérations ont été menées par la CIA en Côte d’Ivoire ou exploitées à cet effet, mais avec des succès mitigés : le charnier de Yopougon, l’assassinat de Jean Hélène, l’enlèvement de Guy André Kieffer, le déversement de déchets toxiques à Abidjan, l’empêchement du Président du FPI de se rendre aux USA ; la CIA a aussi fabriqué des mensonges graves tels que : «la Côte d’Ivoire exploite les enfants dans les plantations de cacao». Elle a manipulé l’information avec son sous-agent, l’Alassaniste Hamed Bakayoko, à Abidjan : «Les refondateurs offrent des voitures Rav 4 aux jeunes filles ; Madame Gbagbo engage des frais de séjour inconsidérés aux USA», etc.

Toutes ces actions qui font partie d’un vaste complot ont un seul but, discréditer le régime de Laurent Gbagbo et favoriser l’élection d’Alassane Ouattara. Ces actions néfastes contre Gbagbo ont pris des allures de crimes commis par la CIA, mais dont personne ne veut en parler : c’est le cas de la mort jusque-là non élucidée, dans une clinique française, de Madame Sarata Ottro Zirignon, ancien directeur adjoint de cabinet du président Gbagbo, qui gênait les chocolatiers américains par sa diplomatie agressive à travers des réseaux qu’elle maitrisait parfaitement aux Etats-Unis. Ces actions néfastes sont passées inaperçues aux yeux des Ivoiriens pour la simple raison que les Américains ont toujours agi en se cachant derrière les Français, eux-mêmes manipulés à souhait et croyant régler leur propre problème avec ce Laurent Gbagbo qui ne veut pas se faire domestiquer.

Nicolas Sarkozy, un président manipulé

Oui, je vous le dis : Nicolas Sarkozy, agent français de la CIA, participe volontairement de cette manipulation des Américains. Ce sont ces derniers qui l’ont fait président de la France. Souvenez-vous de l’affaire Clearstream montée par les Américains pour lui permettre de devancer son adversaire du même camp : Dominique De Villepin. Devenu président, Sarkozy applique à la lettre les consignes de la CIA, y compris laver un vieil affront que le Général De Gaulle leur a infligé : Sarkozy a fait adhérer à nouveau la France à l’OTAN.

Pour la Côte d’Ivoire, «le coup de pousse» à Alassane Ouattara est un plan conçu par la CIA américaine et inspiré par le lobby des chocolatiers américains avec son réseau mondial. La raison : les Ivoiriens se détournent du cacao pour l’hévéa. Il leur faut une population acquise pour produire essentiellement le cacao. Pour mieux vous le faire comprendre, revisitons l’histoire et ses faits.

Nous sommes en 1988. Face à la baisse des prix sur le marché mondial, le Président Houphouët-Boigny refuse de vendre le cacao. Il fait brûler la production pour montrer son ras-le-bol. Le stock de sécurité américain prend un coup. Le lobby des chocolatiers américains prend cela comme une trahison de la Côte d’Ivoire et un grand risque à ne plus revivre. "Après avoir aidé ce pays à devenir premier producteur de cacao, voilà qu’il nous paie en monnaie de singe !". Mais ces puissants chocolatiers américains ont éprouvé de la pudeur à attaquer Houphouët-Boigny qui, en son temps, avait proposé la double nationalité sur recommandation des chocolatiers américains. Cependant, les Américains ont conçu un plan pour précipiter sa mort comme ils l’ont fait plus tard avec Eyadéma, Bongo, etc.

En 1989, la CIA organise l’asphyxie de la Côte d’Ivoire à travers le FMI et présente Alassane Ouattara comme le sauveur. Houphouët se voit obligé de l’accepter. Ouattara est bombardé Premier ministre d’Houphouët. Ce poste n’avait jamais existé en Côte d’Ivoire. La présidence n’est plus loin pour l’Ivoiro-burkinabé. Dans la foulée, la CIA organise le mariage de ses deux agents désormais réunis en Côte d’Ivoire : Monsieur Ouattara épouse Dominique Nouvian à Neuilly chez le maire Nicolas Sarkozy, un autre agent de la CIA en France. Houphouët-Boigny «peut» désormais mourir. Les Américains se débarrassent de lui en 1993.

En ce moment-là, ils pensent avoir réussi leur coup quand surgit Henri Konan Bédié, avec l’appui des Français, grâce à l’article 11 de la Constitution. Sur ce point, Houphouët les a doublés, Ouattara et ses maîtres chocolatiers, au chapitre de la succession. Ouattara s’agite pour rien. Il n’aura pas le pouvoir. Pendant la petite guerre de succession ouverte par Ouattara à la mort d’Houphouët, Gbagbo déclare qu’il n’aime pas la transmission monarchique du pouvoir, mais il démontre qu’il est légaliste et opte pour l’installation de Bédié au pouvoir.

Bédié vaincu, place à l’opération «Tout sauf Gbagbo»

Les Américains échouent, mais ne renoncent pas. Ils reprennent leur agent au FMI pour avoir le temps d’organiser son retour. Bédié est poussé à la faute dans la gestion des affaires publiques avec les innombrables détournements et affaires sales notamment les DENOS (Dépenses engagées non ordonnancées). Il prononce un mot dont les Américains ont horreur, l’Ivoirité. Parce qu’il faut savoir que, pour les Américains, la garantie de la production du cacao va avec la naturalisation massive des Burkinabé. Une main-d’œuvre moins chère et formée pour la production du cacao. Parler d’ivoirité, c’est empêcher cette main-d’œuvre bon marché de se déverser en toute sécurité en Côte d’Ivoire. L’occasion était bonne pour faire un coup d’état.

Car, il faut savoir que nos autorités (françaises) n’ont jamais envisagé un coup d’Etat contre Bédié qui est considéré comme leur homme, en tant que digne successeur d’Houphouët-Boigny. Là encore, le plan des Américains d’installer leur homme échoue avec le général Robert Guéi qui organise une élection qui donne le pouvoir à Laurent Gbagbo, un socialiste de surcroît. Cela met les chocolatiers américains en colère.

C’est pourquoi, une fois encore, sans même attendre de voir agir le nouveau président pour le juger sur pièces, la CIA met en marche, par une succession de coups d’Etat qui échouent les uns à la suite des autres, durant toute l’année 2001, un autre plan. De guerre lasse, elle monte une rébellion financée par le lobby américain et d’autres entreprises financières à raison de plus de 25 millions par mois pendant plus de deux années. La mission des militaires français ayant montré ses limites en Côte d’Ivoire, les Américains réussissent à «suggérer» l’envoi des Casques bleus de l’ONU. Le décor est planté pour le départ de Laurent Gbagbo…

Gbagbo comme Houphouët en 1993 !

La résolution de la crise ivoirienne passe par des accords qui stipulent la nécessité d’organiser des élections «ouvertes à tous». Alassane Ouattara est autorisé par exception à poser sa candidature. Laurent Gbagbo croit pouvoir obtenir, en retour, le désarmement prescrit dans tous les accords. Votre président s’est leurré. Au contraire, c’est lui qui a été plutôt acculé à faire les élections. Tout le monde s’est gardé de désarmer les rebelles. Le désarmement a été malicieusement élevé au rang de tabou. Laurent Gbagbo a été ainsi piégé, soucieux de ne plus s’entendre dire qu’il refuse d’organiser des élections parce qu’il est sûr de les perdre. Enfin il a donné l’impression qu’il s’est laissé piéger !

Oui, Laurent Gbagbo a été piégé mais il n’était pas fini. Il a même quelque chose d’Houphouët-Boigny qu’il a pourtant combattu tout le temps. Très futé et sachant la supercherie, le président ivoirien a piégé à son tour, et là pour de vrai, les chocolatiers américains et leur poulain, Alassane Ouattara. Il l’a fait avec l’arme fatale que la Constitution ivoirienne lui offre, à savoir le Conseil constitutionnel. Suite aux tricheries inélégantes au nord, dans son fief, Alassane Ouattara a été sanctionné en dernier ressor et sans appel par l’institution judiciaire suprême. Les chocolatiers américains n’avaient pas bien prévu ce scénario.

Ils se débattent à présent et veulent absolument réussir leur coup à travers deux de leurs agents en Afrique : Blaise Compaoré qui a été utilisé pour supprimer Thomas Sankara, et Abdoulaye Wade qu’ils ont aidé à gagner au Sénégal. Cela explique les agitations de ces deux présidents au sein de la CEDEAO.

Ce que je souhaite que le peuple ivoirien retienne est simple : c’est son unité et sa détermination qui feront sa force. Il faut dénoncer haut et fort les actes criminels des Américains sur le sol Ivoirien. Les Américains sont prêts à tout pour assurer leur approvisionnement en cacao. Ils voient la Côte d’Ivoire comme un champ de cacao entretenu par des esclaves. Ils se moquent de la volonté du peuple de Côte d’Ivoire. L’achat d’une usine de chocolat aux Etat-Unis était un crime de lèse-majesté pour le régime Gbagbo. Ce sont eux qui ont suscité tous les scandales fondés ou non contre les gestionnaires de la filière café-cacao. Il fallait les punir pour leur audace de vouloir organiser la filière qui pourrait échapper à ces chocolatiers étatsuniens.

Entre autres scandales, le journaliste franco-canadien Guy André Kieffer s’apprêtait à révéler le complot des chocolatiers, voilà pourquoi la CIA l’a fait disparaître. Pour des raisons diverses, certains hommes d’affaires français et des agents de la DGSE à leur solde veulent la tête de Gbagbo. Mais il faut savoir, avant tout, que la Côte d’Ivoire doit ses malheurs à la CIA américaine et au lobby des chocolatiers américains. Nicolas Sarkozy n’est qu’un valet de service dans cette affaire. Il est temps de le savoir».


Propos recueillis par César Etou (cesaretou2002@yahoo.fr )
_________________


"L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir". THOMAS SANKARA

[Sankara = S ˁnḫ Rˁ]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 00:37    Sujet du message: Répondre en citant

AFP - Jeudi 13 Janvier 2011- WASHINGTON - Les Etats-Unis ont condamné jeudi “l’incitation à la violence“ du camp de Laurent Gbagbo contre les soldats de l’ONU (....) “Nous sommes de plus en plus préoccupés par l’incitation à la violence du régime Gbagbo contre les forces de maintien de la paix de l’ONU“, a déclaré devant la presse le porte-parole du département d’Etat, Philip Crowley...

AFP - 13/1/2011 - PARIS - La France "condamne les appels à la haine contre l`Onuci (force de l`ONU) relayés par certains médias ivoiriens, en particulier la radio-télévision ivoirienne", a déclaré jeudi le ministère...

AFP - 13/1/2011 - NEW YORK (Nations Unies) - Le secrétaire général de l`ONU, Ban Ki-moon, a adressé mercredi un nouvel avertissement au camp du président sortant ivoirien Laurent Gbagbo après des affrontements...

Jeudi 13 janvier 2011| Reuters - Génève - Un troisième charnier a été découvert en Côte d`Ivoire, a déclaré jeudi Navi Pillay, Haut commissaire aux droits de l`homme de l`Onu, en dénonçant le meurtre de civils et une embuscade tendue à des casques bleus.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le lien entre les 4 déclarations plus haut : Depuis le Lundi 11 Janvier en tout 11 policiers ont été tués dans des ambuscades dans un quartier populaire d'Abidjan nommé Abobo, si bien qu'hier un couvre-feu avait été imposé uniquement à ce quartier qui compte près 1 million d'hbts et à un autre quartier Anyama, ce jusqu'à Vendredi prochain.

Après certains "renseignements", la police a décidé de perquisitionner le lundi passé des demeures et des hôtels du quartier d'Abobo, les policiers qui s'y sont aventurés ont essuyé des tirs à la roquette et à l'arme lourde, tout ça s'est soldé par 4 policiers morts, la nuit tombée le mardi, malgré la riposte de la police pour déloger ces curieux habitants (comme les appelle AFP) , il y a eu encore 7 policiers tués...

Pendant les échanges de tirs de mardi nuit entre les militaires et ces habitants dits paisibles, les morts du côté de ces habitants comptaient quelques européens lourdement armés, les "habitants armés" saisis qui ont été faits prisonniers étaient selon leurs "explications" d'aussi paisibles habitants que Gnata est Japonais de Kyoto... Quelques chefs de guerre de la rebellion et beaucoup de leurs délinquants ont été rappellés près de leur créateur (Satan/Seth ?)

Hier mercredi 12, pendant le couvre-feu c'est l'armée qui a fait le ratissage (en partie) du quartier, et elle a découvert bien des choses, des immenses caches d'armes, et des plans qui prévoyaient tout simplement ce que Wattra 1er du GolfDougou empereur du Wattranistan et son second Soro Guillaume meuglent à tout vent sur tous les toits, c'est à dire la chute de la démocratie en Côte-d'Ivoire.

Le 15 Janvier la présidence du conseil de sécurité va échoir à la Russie, certains démons veulent realiser leurs desseins avant cette date, sinon tous les plans risquent de tomber à l'eau... Ca me fait rappeller que c'est cette fameuse date, le 15 Janvier, qu'avait donné Wattra comme ultimtum des ultimatums...

Le fait que Les USA, la France , le fonctionnaire Ban Ki-Moon et son bras séculier le département droitdelhommien des droits de l'Homme, qui sait depuis Genève, d'où il est le nombre de charniers en Côte-d'Ivoire condamnent, menacent et se désolent en tir groupé, en dit long sur un probable échec de leurs tentatives.La CEDEAO comprenant trop de pays recalcitrants, la licorne , l'ONUci et les rebelles ont décidé de se charger de faire le sale boulot, avec la fortune qui va avec ...

Là où les tracts d'AFP parleront "d'habitants paisibles" lisez rebelles/ONUci/force Licorne, là où le Haut-Commissariat des droit de l'Hommes parlera de charnier, lisez le nombre de leurs rebelles tombés sous les balles, là où les vociférations du Coréen Ban Ki-Moon se feront entendre, lisez que Les Africains sont entrain de gagner le bras de fer..The revolution (as well as the war) will not be televised...
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 00:46    Sujet du message: Répondre en citant

hormheb a écrit:

Allez Marvel02,
Vas-y, sois courageux dis nous combien tu recois ?
JA et BBY, eux moins recoivent plein de sous au travers de plubli-reportage . Le business model de JA est bien connu de tous (sauf toi visiblement): chanter les louanges du plus offrant...

Si toi tu fais tout ca, et passe toutes ces heures, pour rien du tout.. alors plus gaou que toi, ca n'existe pas...
Et comme j'ai dit plus haut. je ne t'en voudrais pas si tu es remunere car tu fais ton travail et tu le fais tres bien. Ton seul pbm est que tu as mal choisi ton audience aupres duquel tu es aujourd'hui "grille".

Au fait combien ici partage tes opinions et te defendent ? Tu vis ce que tu souhaites a LG.
Well, demande a tes amis de la communaute internationale de venir t'aider ici a te sortir de l'enclos d'idees dans lequel tu t'es volontairement enferme et ce malgre nos appels repetes a un peu de bon sens. Tu ressembles sur ce thread finalement a ton champion qui s'est auto-enferme a l'hotel du Golf et appelle a la guerre..


Ainsi, la communauté internationale serait moins nombreuse que les suppots de Gbagbo? Laughing
Je vous savais faché contre les maths, mais quand même. Combien ont donc été payé les 54 et quelques % d'ivoiriens, qui, nourris à la haine antiouattara, au tribalisme antinordiste et à l'islamophie ont choisi quand même Ouattara plutot que Gbagbo?

J'ai suivi le président élu et légitime de la Cote d'ivoire sur Canal+ ce jeudi à 19h50. Vous n'avez pas eu l'impression qu'il lit grioo? C'est vrai, ses arguments sont exactement les miens, disposés de la même manière. Gbagbo maitriser le temps, passé deux mois, c'est le temps qui jouera contre lui. Suivons.

Abiola si vraiment tu n'as pas compris que j'ai trop de neurones pour sortir des solutions manichéennes c'est qu'effectivement nous n'avons rien à nous dire. Bonsoir.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 01:07    Sujet du message: Répondre en citant

Un ancien Gbagboïste se repent: DJESSA Lobognon Innocent
Commandant Supérieur du GPP Sud-Bandama (Divo, Lakota,
Guitry, Fresco)

Citation:
A la date du 28 Novembre 2010, les Ivoiriennes et Ivoiriens, dans leur grande majorité, ont porté leur choix sur le président Alassane Ouattara, le candidat du Rhdp, à plus de 54 % des suffrages exprimés suite au deuxième tour de l'élection présidentielle. Le peuple de Côte d'ivoire vient, à travers cette élection, de désigner par les urnes, son président, en la personne d'Alassane Ouattara, le candidat du Rhdp.

Le peuple de Côte d'ivoire vient de trancher sans surprise en faveur de la vérité que le camp Laurent Gbagbo a injustement cachée aux Ivoiriens depuis une décennie.

Je voudrais dire aux Ivoiriennes et aux Ivoiriens, à l'opinion nationale et internationale qu'Alassane Ouattara est bel et bien le président élu de la République de Côte d'ivoire. La présidence de la République étant une institution, nous avons le devoir de nous aligner derrière le président Alassane Ouattara qui incarne aujourd'hui les institutions de la République.

Pour mémoire, je voudrais rappeler que le Groupement des patriotes pour la paix, Gpp, est une branche armée mise en place par le camp Laurent Gbagbo pour défendre les Institutions de la République contre les rebelles, au lendemain de la rébellion du 19 septembre 2002. Cette milice gouvernementale, dont je suis le commandant supérieur du Sud-Bandama, a été déployée sur l'ensemble du territoire. Nous avons cru en la grandeur de Laurent Gbagbo et en sa détermination en faveur de la démocratie en Côte d'Ivoire. Nous l'avons défendu corps et âme parce que nous croyions le faire pour notre pays. Malheureusement, après la proclamation des résultats du deuxième tour de l'élection présidentielle par la Commission électorale indépendante (Cei) et certifié par le Représentant spécial de l'Onu en Côte d'Ivoire, le camp Laurent Gbagbo n'a cessé de ruer dans les brancards en annulant injustement les résultats d'une bonne partie de la Côte d'Ivoire( 7 départements) par son instrument, le Conseil constitutionnel, étalant ainsi son mépris flagrant pour les Institutions de la République et les Ivoiriens du Centre et du Nord de la Côte d'Ivoire.

Sous prétexte qu'il y a eu fraudes massives dans ces départements, Laurent Gbagbo, après son coup d'Etat électoral, s'accroche illégalement au pouvoir au détriment du président élu, Alassane Ouattara, en qui les Ivoiriennes et Ivoiriens ont mis leur confiance. Je voudrais saluer la maturité politique et la détermination du Premier ministre, Guillaume Kigbafory Soro, maître d'ouvrage du processus de sortie de crise qui, malgré la fraude massive orchestrée en zone dite gouvernementale par le camp Laurent Gbagbo, a tout mis en œuvre pour réussir l'organisation des élections présidentielles qui ont été libres et transparentes.

J'ai cru me battre pour la République de Côte d'Ivoire quand on nous mobilisait au front depuis 2002. Malheureusement, nous constatons que nous étions tout simplement instrumentalisés pour défendre les intérêts égoïstes d'un régime de dictateurs.

Je voudrais en appeler à la lucidité des jeunes qui sont manipulés chaque jour par Blé Goudé que je connais personnellement pour avoir exécuté tous ses mots d'ordre. Votre avenir n'est pas dans la rue, mais dans l'entreprenariat. Vous avez été trop longtemps dupés et manipulés. Soyez réalistes. Laurent Gbagbo a perdu les élections. Celui qui a gagné n'est autre qu'Alassane Ouattara que nous avons injustement combattu depuis 2002. Ivoiriennes, Ivoiriens, mobilisons-nous pour défendre la légalité et les institutions de la République incarnées désormais par le président Alassane Ouattara qui n'attend que nous pour mettre la Côte d'ivoire au travail.

Que Dieu bénisse la Côte d'ivoire.

DJESSA Lobognon Innocent
Fait à Lakota, le 06 Janvier 2011 (publié le 13 janvier 2011)

Je ne connais rien de cette personne, ni de ses qualités, ni du poids de ses dires. Quelqu'un peut il commenter pour nous?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 01:13    Sujet du message: Répondre en citant

hormheb a écrit:
Allez Marvel02,
Vas-y, sois courageux dis nous combien tu recois ?
JA et BBY, eux moins recoivent plein de sous au travers de plubli-reportage . Le business model de JA est bien connu de tous (sauf toi visiblement): chanter les louanges du plus offrant...

hormheb, chacun fait ce qu'il doit faire au bout du compte, pas forcément besoin d'être payé pour être d'une certaine facon lorsque son essence est d'être de cette sorte même.
Oui j'essentialise, je sais, mais souvent il n'y a pas d'autres explications parce que même l'argent ou les esprits corrompus par cet objet n'expliquent pas certaines prises de positions !
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 429

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 10:28    Sujet du message: Répondre en citant

Les rangs des chefs d'Etats qui s'opposent a la guerre en Cote d'Ivoire s'etoffent de plus en plus:

Citation:
La CEDEAO et l'Union Africaine doivent tout faire pour trouver une solution pacifique à la crise en Côte d'Ivoire (président Sanha)
(Xinhuanet 14/01/2011)


BISSAU - « La CEDEAO et l'Union Africaine doivent tout faire pour trouver une solution pacifique à la crise en Côte d'Ivoire » a déclaré mercredi à Bissau le président bissau-guinéen Malam Bacai Sanha.

« La force ne saurait constituer une solution en Côte d'Ivoire, car elle ne résout que les problèmes ponctuels et non durables », a ajouté le chef de l'Etat qui s'adressait à la presse à son retour jeudi d'une visite de 24 heures en Guinée-Conakry.

Le président Sanha a indiqué par ailleurs que « Bissau et Conakry ont signé des accords de coopération dans les domaines de la construction de routes et de l'exploitation minière ». « D' ailleurs, une commission mixte des deux pays va se réunir en février prochain à Bissau », a-t-il déclaré.

« Concernant le trafic de drogue, nous nous sommes entendus avec mon homologue Alpha Condé en vue de mener une croisade conjointe contre le narcotrafic », a-t-il conclu.

© Copyright Xinhuanet
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sidesma
Grioonaute 1


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 211
Localisation: rennes

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 12:32    Sujet du message: Répondre en citant

Merikama a écrit:
Agression électorale contre la Côte d’Ivoire / Un agent secret français révèle : Sarkozy, valet des chocolatiers américains<br><br><br>Bon nombre d’Ivoiriens, qui admettent que la crise ivoirienne est fomentée par la France, continuent de s’interroger sur l’intérêt « subit » éprouvé par les Etats-Unis d’Amérique de s’associer à la France pour accomplir le coup d’Etat en Côte d’Ivoire. <br><br>Un ancien agent de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) affirme que les Ivoiriens se trompent. L’homme au fait des micmacs des services secrets américains ne supporte plus de voir son pays, la France, et ses dirigeants jouer aux « boys » des Américains en Côte d’Ivoire. Par des canaux complexes, il nous a permis de prendre son témoignage. <br><br>«Plus que les Français, les Américains, à travers la CIA, ont décidé de s’emparer de la Côte d’Ivoire à partir d’un plan machiavélique conçu avant les années 1988. C’est, de nos jours, ce plan qui a été réactivé. La construction de la grande ambassade des Etats- Unis en Côte d’Ivoire fait partie de ce plan tout comme l’installation d’un ivoiro-burkinabé, en la personne d’Alassane Ouattara, à la tête du pays. L’objectif est la naturalisation des quatre millions de Burkinabé vivant en Côte d’Ivoire afin de garantir la production du cacao et du café dans ce pays. <br><br>C’est une affaire de survie pour les puissants chocolatiers américains. L’ambassade a été construite pour coordonner ces opérations en Côte d’Ivoire et pour d’autres objectifs en Afrique. Pour tout cela, il faut une mainmise sur le pouvoir ivoirien pour le compte du lobi des chocolatiers Américains.<br><br>Donc, les Américains veulent garantir la production du cacao. Le seul moyen, c’est de pouvoir compter sur la communauté burkinabé en Côte d’ivoire dont dépend, selon eux, une grande partie de la production du pays. Les Américains entendent fidéliser cette communauté par la naturalisation des quatre millions de burkinabé dont la plupart travaillent dans les plantations, croient les Américains, «dans une situation de précarité qui n’est pas à leur convenance». <br><br>Il faut donc réussir à faire prendre le pouvoir par Alassane Ouattara. Et, depuis octobre 2000, la CIA utilise une arme fatale : la fragilisation du régime Gbagbo pour arriver à le faire vomir par tout le peuple ivoirien afin de l’écarter facilement du pouvoir. Souvenez vous, plusieurs opérations ont été menées par la CIA en Côte d’Ivoire ou exploitées à cet effet, mais avec des succès mitigés : le charnier de Yopougon, l’assassinat de Jean Hélène, l’enlèvement de Guy André Kieffer, le déversement de déchets toxiques à Abidjan, l’empêchement du Président du FPI de se rendre aux USA ; la CIA a aussi fabriqué des mensonges graves tels que : «la Côte d’Ivoire exploite les enfants dans les plantations de cacao». Elle a manipulé l’information avec son sous-agent, l’Alassaniste Hamed Bakayoko, à Abidjan : «Les refondateurs offrent des voitures Rav 4 aux jeunes filles ; Madame Gbagbo engage des frais de séjour inconsidérés aux USA», etc.<br> <br>Toutes ces actions qui font partie d’un vaste complot ont un seul but, discréditer le régime de Laurent Gbagbo et favoriser l’élection d’Alassane Ouattara. Ces actions néfastes contre Gbagbo ont pris des allures de crimes commis par la CIA, mais dont personne ne veut en parler : c’est le cas de la mort jusque-là non élucidée, dans une clinique française, de Madame Sarata Ottro Zirignon, ancien directeur adjoint de cabinet du président Gbagbo, qui gênait les chocolatiers américains par sa diplomatie agressive à travers des réseaux qu’elle maitrisait parfaitement aux Etats-Unis. Ces actions néfastes sont passées inaperçues aux yeux des Ivoiriens pour la simple raison que les Américains ont toujours agi en se cachant derrière les Français, eux-mêmes manipulés à souhait et croyant régler leur propre problème avec ce Laurent Gbagbo qui ne veut pas se faire domestiquer. <br><br>Nicolas Sarkozy, un président manipulé<br><br>Oui, je vous le dis : Nicolas Sarkozy, agent français de la CIA, participe volontairement de cette manipulation des Américains. Ce sont ces derniers qui l’ont fait président de la France. Souvenez-vous de l’affaire Clearstream montée par les Américains pour lui permettre de devancer son adversaire du même camp : Dominique De Villepin. Devenu président, Sarkozy applique à la lettre les consignes de la CIA, y compris laver un vieil affront que le Général De Gaulle leur a infligé : Sarkozy a fait adhérer à nouveau la France à l’OTAN. <br><br>Pour la Côte d’Ivoire, «le coup de pousse» à Alassane Ouattara est un plan conçu par la CIA américaine et inspiré par le lobby des chocolatiers américains avec son réseau mondial. La raison : les Ivoiriens se détournent du cacao pour l’hévéa. Il leur faut une population acquise pour produire essentiellement le cacao. Pour mieux vous le faire comprendre, revisitons l’histoire et ses faits.<br><br>Nous sommes en 1988. Face à la baisse des prix sur le marché mondial, le Président Houphouët-Boigny refuse de vendre le cacao. Il fait brûler la production pour montrer son ras-le-bol. Le stock de sécurité américain prend un coup. Le lobby des chocolatiers américains prend cela comme une trahison de la Côte d’Ivoire et un grand risque à ne plus revivre. "Après avoir aidé ce pays à devenir premier producteur de cacao, voilà qu’il nous paie en monnaie de singe !". Mais ces puissants chocolatiers américains ont éprouvé de la pudeur à attaquer Houphouët-Boigny qui, en son temps, avait proposé la double nationalité sur recommandation des chocolatiers américains. Cependant, les Américains ont conçu un plan pour précipiter sa mort comme ils l’ont fait plus tard avec Eyadéma, Bongo, etc. <br><br>En 1989, la CIA organise l’asphyxie de la Côte d’Ivoire à travers le FMI et présente Alassane Ouattara comme le sauveur. Houphouët se voit obligé de l’accepter. Ouattara est bombardé Premier ministre d’Houphouët. Ce poste n’avait jamais existé en Côte d’Ivoire. La présidence n’est plus loin pour l’Ivoiro-burkinabé. Dans la foulée, la CIA organise le mariage de ses deux agents désormais réunis en Côte d’Ivoire : Monsieur Ouattara épouse Dominique Nouvian à Neuilly chez le maire Nicolas Sarkozy, un autre agent de la CIA en France. Houphouët-Boigny «peut» désormais mourir. Les Américains se débarrassent de lui en 1993. <br><br>En ce moment-là, ils pensent avoir réussi leur coup quand surgit Henri Konan Bédié, avec l’appui des Français, grâce à l’article 11 de la Constitution. Sur ce point, Houphouët les a doublés, Ouattara et ses maîtres chocolatiers, au chapitre de la succession. Ouattara s’agite pour rien. Il n’aura pas le pouvoir. Pendant la petite guerre de succession ouverte par Ouattara à la mort d’Houphouët, Gbagbo déclare qu’il n’aime pas la transmission monarchique du pouvoir, mais il démontre qu’il est légaliste et opte pour l’installation de Bédié au pouvoir.<br><br>Bédié vaincu, place à l’opération «Tout sauf Gbagbo»<br><br>Les Américains échouent, mais ne renoncent pas. Ils reprennent leur agent au FMI pour avoir le temps d’organiser son retour. Bédié est poussé à la faute dans la gestion des affaires publiques avec les innombrables détournements et affaires sales notamment les DENOS (Dépenses engagées non ordonnancées). Il prononce un mot dont les Américains ont horreur, l’Ivoirité. Parce qu’il faut savoir que, pour les Américains, la garantie de la production du cacao va avec la naturalisation massive des Burkinabé. Une main-d’œuvre moins chère et formée pour la production du cacao. Parler d’ivoirité, c’est empêcher cette main-d’œuvre bon marché de se déverser en toute sécurité en Côte d’Ivoire. L’occasion était bonne pour faire un coup d’état. <br><br>Car, il faut savoir que nos autorités (françaises) n’ont jamais envisagé un coup d’Etat contre Bédié qui est considéré comme leur homme, en tant que digne successeur d’Houphouët-Boigny. Là encore, le plan des Américains d’installer leur homme échoue avec le général Robert Guéi qui organise une élection qui donne le pouvoir à Laurent Gbagbo, un socialiste de surcroît. Cela met les chocolatiers américains en colère. <br><br>C’est pourquoi, une fois encore, sans même attendre de voir agir le nouveau président pour le juger sur pièces, la CIA met en marche, par une succession de coups d’Etat qui échouent les uns à la suite des autres, durant toute l’année 2001, un autre plan. De guerre lasse, elle monte une rébellion financée par le lobby américain et d’autres entreprises financières à raison de plus de 25 millions par mois pendant plus de deux années. La mission des militaires français ayant montré ses limites en Côte d’Ivoire, les Américains réussissent à «suggérer» l’envoi des Casques bleus de l’ONU. Le décor est planté pour le départ de Laurent Gbagbo…<br><br>Gbagbo comme Houphouët en 1993 !<br><br>La résolution de la crise ivoirienne passe par des accords qui stipulent la nécessité d’organiser des élections «ouvertes à tous». Alassane Ouattara est autorisé par exception à poser sa candidature. Laurent Gbagbo croit pouvoir obtenir, en retour, le désarmement prescrit dans tous les accords. Votre président s’est leurré. Au contraire, c’est lui qui a été plutôt acculé à faire les élections. Tout le monde s’est gardé de désarmer les rebelles. Le désarmement a été malicieusement élevé au rang de tabou. Laurent Gbagbo a été ainsi piégé, soucieux de ne plus s’entendre dire qu’il refuse d’organiser des élections parce qu’il est sûr de les perdre. Enfin il a donné l’impression qu’il s’est laissé piéger !<br> <br>Oui, Laurent Gbagbo a été piégé mais il n’était pas fini. Il a même quelque chose d’Houphouët-Boigny qu’il a pourtant combattu tout le temps. Très futé et sachant la supercherie, le président ivoirien a piégé à son tour, et là pour de vrai, les chocolatiers américains et leur poulain, Alassane Ouattara. Il l’a fait avec l’arme fatale que la Constitution ivoirienne lui offre, à savoir le Conseil constitutionnel. Suite aux tricheries inélégantes au nord, dans son fief, Alassane Ouattara a été sanctionné en dernier ressor et sans appel par l’institution judiciaire suprême. Les chocolatiers américains n’avaient pas bien prévu ce scénario. <br><br>Ils se débattent à présent et veulent absolument réussir leur coup à travers deux de leurs agents en Afrique : Blaise Compaoré qui a été utilisé pour supprimer Thomas Sankara, et Abdoulaye Wade qu’ils ont aidé à gagner au Sénégal. Cela explique les agitations de ces deux présidents au sein de la CEDEAO.<br><br>Ce que je souhaite que le peuple ivoirien retienne est simple : c’est son unité et sa détermination qui feront sa force. Il faut dénoncer haut et fort les actes criminels des Américains sur le sol Ivoirien. Les Américains sont prêts à tout pour assurer leur approvisionnement en cacao. Ils voient la Côte d’Ivoire comme un champ de cacao entretenu par des esclaves. Ils se moquent de la volonté du peuple de Côte d’Ivoire. L’achat d’une usine de chocolat aux Etat-Unis était un crime de lèse-majesté pour le régime Gbagbo. Ce sont eux qui ont suscité tous les scandales fondés ou non contre les gestionnaires de la filière café-cacao. Il fallait les punir pour leur audace de vouloir organiser la filière qui pourrait échapper à ces chocolatiers étatsuniens. <br><br>Entre autres scandales, le journaliste franco-canadien Guy André Kieffer s’apprêtait à révéler le complot des chocolatiers, voilà pourquoi la CIA l’a fait disparaître. Pour des raisons diverses, certains hommes d’affaires français et des agents de la DGSE à leur solde veulent la tête de Gbagbo. Mais il faut savoir, avant tout, que la Côte d’Ivoire doit ses malheurs à la CIA américaine et au lobby des chocolatiers américains. Nicolas Sarkozy n’est qu’un valet de service dans cette affaire. Il est temps de le savoir».<br><br><br>Propos recueillis par César Etou (cesaretou2002@yahoo.fr )





Il y en a qui croit que la france et les USA veulent Ouattara parcqu'il aurait certaines qualités, quelle naiveté!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sidesma
Grioonaute 1


Inscrit le: 21 Avr 2005
Messages: 211
Localisation: rennes

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 13:27    Sujet du message: Répondre en citant

Regarder cette vidéo terrifiante sur Ouattara,le rebelle qui veut diriger la côte d'ivoire!

http://www.youtube.com/watch?v=6aCSF1MQRQc&feature=related
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 17:00    Sujet du message: Agence Angolaise de presse - position de DOS SANTOS Répondre en citant

http://www.portalangop.co.ao/motix/fr_fr/noticias/politica/2011/0/2/Gouvernement-angolais-pour-reglement-pacifique-crise-Cote-Ivoire,129c2773-ca3b-40e6-9e77-b5240ff7d3b3.html


14/01/11 11:00

Luanda
Gouvernement angolais pour le règlement pacifique de la crise en Côte d'Ivoire
Luanda - Le gouvernement angolais soutient et encourage le dialogue et les négociations pour mettre fin à la crise en Côte d'Ivoire, estimant qu'en faisant preuve de volonté politique, du réalisme et de sagesse, il est possible de trouver une solution qui privilégie les intérêts légitimes du peuple de ce pays frère, a déclaré le président José Eduardo dos Santos.

Le chef de l'Etat a tenu ces propos à la cérémonie de présentation des voeux de Nouvel An du corps diplomatique accrédité en Angola, qui a eu lieu au salon noble du Palais présidentiel à Luanda.

"Nous sommes donc d'avis que toute intervention militaire dans le cas particulier de la Côte d'Ivoire aurait un effet néfaste, avec de graves conséquences au-delà de ses frontières", a déclaré le président Dos Santos.

Le président angolais s'est dit également inquiet quand on propose des solutions militaires pour résoudre les crises comme celle de la Côte d'Ivoire, en ignorant les règles du droit national et international, et parfois, la propre évidence de faits".

Selon José Eduardo dos Santos, les faits prouvent concrètement que le président de la Commission électorale avait publié les résultats du second tour de l'élection présidentielle, quand il n'avait plus compétence pour le faire, puisque le délai fixé par la loi était déjà dépassé et tout revenait à la compétence du Conseil Constitutionnel.

Cela étant, le représentant de l'ONU en Côte d'Ivoire, a-t-il dit, dans une attitude de précipitation, a certifié et annoncé les résultats, alors que la résolution de l'ONU souligne que la certification doit se baser sur les résultats des élections validés par le Conseil Constitutionnel, qui ne s'était pas encore prononcé.

José Eduardo dos Santos a ajouté que "cette déclaration du représentant des Nations Unies a induit en erreur la communauté internationale tout entière, parce que le Conseil constitutionnel n'a pas validé les résultats provisoires publiés par le président de la Commission électorale, pour accepter les réclammations et les plaintes de graves irrégularités et fraudes qui ont mis en cause ces résultats".

Pour le chef de l'Etat, le Conseil constitutionnel est, en fait, le seul organe compétant pour valider et publier les résultats définitifs des élections et, en vertu de la loi, devrait recommander la tenue de nouvelles élections dans un délai de 45 jours, mais ne l'a pas fait et a publié les résultats qui ont donné la victoire à un autre candidat, expliquant qu'après ces faits, il est difficile pour l'Angola d'accepter l'existence d'un président élu en Côte d'Ivoire.

"Nous considérons cependant, qu'il y a un président constitutionnel, qui est l'actuel président de la République, Laurent Gbabo, qui doit être maintenu jusqu'à la réalisation de nouvelles élections, comme l'établit la loi électorale de ce pays", a-t-il affirmé.

Le président dos Santos a indiqué que la grande difficulté maintenant est que les 45 jours ne sont pas suffisants pour créer un climat propice, et l'actuelle situation de crise complique aussi plus ce cadre.

Selon lui, l'Afrique, à travers les institutions compétentes de l'Union Africaine, doit faire preuve de maturité, d'expérience et d' habileté pour résoudre les problèmes du continent, même les plus complexes et délicats, n'attendant pas de solutions adéquates imposées de l'extérieur.

http://www.portalangop.co.ao/motix/fr_fr/noticias/politica/2011/0/2/Gouvernement-angolais-pour-reglement-pacifique-crise-Cote-Ivoire,129c2773-ca3b-40e6-9e77-b5240ff7d3b3.html
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 17:06    Sujet du message: Répondre en citant

http://www.portalangop.co.ao/motix/fr_fr/noticias/politica/2011/0/2/Diplomate-russe-salue-discours-President-Angolais,14a3d90d-9b84-4a5f-9fab-c9a8836dc8a5.html


14/01/11 11:34

Luanda
Diplomate russe salue le discours du Président Angolais

Luanda - Le chargé d'affaires de l'ambassade de la Russie en Angola, Vitoli Egorov a qualifié de sage et révélateur le discours du Président angolais prononcé jeudi, à la cérémonie de présentation des voeux de Nouvel an aux membres du corps diplomatique accrédité en Angola.

"Je pense que c'était un discours très sage et très révélateur sur tous les aspects de la crise que traverse la Côte d'Ivoire, et je pense qu'il a montré à tous que la position de l'Angola a toujours été pour la stabilisation et le dialogue pour le règlement pacifique de ce conflit" a-t-il ajouté.

"Je salue le contenu du discours du président José Eduardo dos Santos" a précisé le diplomate russe en declaration à l'Angop, à marge de la cérémonie qui s'est déroulée dans le Grand Hall du Palais présidentiel à Luanda.

Selon lui, l'Angola a toujours excellé par la stabilité de la region d'Afrique australe et du continent en général, à travers des solutions pacifiques pour surmonter les conflits régionaux, la recherche du dialogue et la compréhension mutuelle entre les peuples et les pays différents.

Dans son discours, le Président Jose Eduardo dos Santos a déclaré que le gouvernement angolais soutient et encourage le dialogue et les négociations pour mettre fin à la crise en Côte d'Ivoire et estime que, en faisant preuve de la volonté politique, de la sagesse et du réalisme, c'est possible de trouver une solution qui consiste à placer au-dessus de tous les intérêts légitimes de ce pays en Afrique de l'Ouest.

http://www.portalangop.co.ao/motix/fr_fr/noticias/politica/2011/0/2/Diplomate-russe-salue-discours-President-Angolais,14a3d90d-9b84-4a5f-9fab-c9a8836dc8a5.html
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 19:21    Sujet du message: Répondre en citant

BEN ALI EST TOMBÉ, IL A FUI LE PAYS !!!

http://www.lepoint.fr/monde/emeutes-le-president-ben-ali-cede-a-la-rue-et-quitte-la-tunisie-14-01-2011-129754_24.php

Un grand merci à la "comédie internationale" qui n'a joué aucun rôle dans cette lutte. Honneur et respect au peuple tunisien et à ses martyrs.
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 19:56    Sujet du message: Répondre en citant

Evidemment, Dos santos c'est l'exemple type du parfait démocrate pour qui l'alternance est une notion depuis longtemps intégrée. Quant à la paix, une seconde nature. C'est coule de source. Laughing Laughing Laughing
Who's the next? Laissez moi deviner... Ben Ali ou Paul Biya? Laughing

Non y'a vraiment pas de quoi rire en réalité. Heureusement que vous n'êtes pas majoritaire. Je n'ai pas fait le tour d'Afrique, mais dans mon pays, Ouattara est soutenu par l'homme de la rue comme le cadre à presque 100%. Dans mon boulot, il n'y a qu'un seul gbagboïste (sur 1300 agents!). Devenu si célèbre qu'on le surnomme désormais "Yopougon". Jeune Afrique par la plume de François Soudan soutien que l'Afrique centrale serait plus pro Gbagbo, et l'Ouest (surtout sahélien) pro Ouattara. Il l'explique pour des raisons religieuse. Je me demande s'il parle des africains de France. Si le Congo-Brazzaville n'est pas représentative de l'Afrique centrale, le Congo Kinshasa (RDC) l'est plus surement, avec ses 65 millions d'habitants. Quand les 5 autres pays de la sous-région ne dont que 35 millions, dont 5 à 10 millions d'ex-zaïrois! nos burki à nous, comparé à la CI). Je peux affirmer que les RDCongolais sont persuadé que Kabila-fils a été imposé par la communauté internationale. J'ai déjà vu une vidéo montrant des casques bleus entrain de balancer en pleine brousse, des urnes qu'ils acheminaient au soir de l'élection. Ils sont vraiment anti-communauté internationale.

Pourtant Gbagbo leur rappelle étrangement Mobutu. C'est le comparatif qui revient le plus. Sur les 56 chaines de télé de Kinshasa (record africain, et 3ème cas dans le monde, presque chaque parti qui pèse 5% a sa chaine), c'est la comparaison qui domine. Ils sont convaincus que Ouattara est porté par cette communauté, mais aussi que Gbagbo seul n'emmènera que le pays à la catastrophe, aux slogans nationalistes qui cachent les brimades, les privation de liberté, des bilans économiques négatifs et surtout des poches de guerre latente. J'ai été interpellé par l'article de Braeckman sur la comparaison avec la RDc et j'ai voulu savoir ce qu'il en pense. On capte bien les 56 chaines de la RDC à Brazzaville. Nous sommes les deux capitales les plus rapprochées au monde quand même. Il y'a même un quotidien qui parait sur les deux rives du fleuve Congo et donne les nouvelles des deux pays (les Dépêches de Brazzaville. Proche du pouvoir, mais c'est encore un témoignage de panafricanisme concret).

Ainsi, si on n'oublie pas ici que la même communauté internationale a imposé Mobutu, elle les a libéré de lui aussi. Pour mettre en place un autre troublion qui s'est montré incapable de tenir l'unité du pays. Et c'est encore la même communauté qui a placé Kabila fils, qui finalement est un compromis. C'est mieux que le père dans les efforts de paix (le père mettait plutôt le feu), c'est mieux que Mobutu dans les libertés, mais il fait moins bien que le père dans la gestion, légèrement égal à Mobutu dans la corruption, mais moins bien que le maréchal dans l'unité de ce pays-continent qu'il a su tenir 32 ans sans heurt majeur.
Et c'est là que s'arrête la comparaison entre le grand Léopard et le boulanger de la lagune.
En somme, Gbagbo a tout de ce qui est mal chez Mobutu, rien de qui faisait sa force. C'est pire. Mobutu, nationaliste, avait crée changé le nom de son pays, créé sa monnaie (qui valait 1 zaire pour 2 dollars à sa création), débaptisé la capital et toutes les villes du pays pour leur donner des noms locaux, avait donné une identité zaïroise différente de toutes autres et bien encrée dans son substrat nègre, avait institué l'enseignement en langues locales, a donné des sièges acquis d'office à l'assemblée aux chefs coutumiers, dotés aussi de salaires et d'un rang protocolaire etc... et ceci avant d'avoir fait 10 ans au pouvoir. S'il avait organisé des élections libres en 1975, il aurait été élu à 90% dès le premier tour. A n'en point douter. C'est après ça qu'il devient un autocrate en échec, ayant perdu ses buts, embourgeoisé et assassin.
Alors pour un pays qui a une telle histoire, le nationalisme de Gbagbo fait rire tous les commentateurs. Cultivés ou hommes de la rue.

Par ailleurs, la parallèle entre la RDC et Lumumba je ne l'entends pas. Car, il faut le savoir, Lumumba n'est pas si héros que ça en RDC. Nul n'est prophète en son pays, c'est connu. Ce matin encore, Francis Kalombo, influent conseiller (et ami intime) de Kabila, s'exprimant sur le 51è anniversaire de Lumumba (c'est lundi) rappelait que le Congo-démocratique a deux problèmes: 1° maintenir sa cohésion parce que le pays est beaucoup trop grand, et entièrement peuplé de trop d'ethnies (450), parce qu'aussi il a 9 frontières, un cas extrêmement rare dans le monde, propice à la désunion. 2° son développement harmonieux. Lumumba pour lui, n'avait pas fini de consolider le premier point, qu'il s'emballait les pinceaux avec les questions internationales. Ce sont les sécessionnistes qui ont fini par le fragiliser. "Quiconque à sa place, aurait autant échoué" a t-il conclu. Mobutu avait compris que ce pays n'est pas naturel. Qu'il est à inventer.

Ouattara est décrit par la presse de la RDC locale, comme compétent pour la tâche. Plus que tous les autres, comme l'a souligné Monénembo. Mais si ce sont des étrangers qui le mettent au pouvoir, il ne s'en émancipera jamais, pensent les ex-zaïrois.
je n'y vois pas d'alliance religieuse à priori.

Bon, Ben Ali est tombé.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 20:52    Sujet du message: Répondre en citant

Dos Santos n'appelle pas à un règlement pacifique de la crise, il soutient Gbagbo vu qu'il répète son argumentaire. Bref rien de neuf sous le soleil.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 20:55    Sujet du message: Répondre en citant

Chabine a écrit:
BEN ALI EST TOMBÉ, IL A FUI LE PAYS !!!

http://www.lepoint.fr/monde/emeutes-le-president-ben-ali-cede-a-la-rue-et-quitte-la-tunisie-14-01-2011-129754_24.php

Un grand merci à la "comédie internationale" qui n'a joué aucun rôle dans cette lutte. Honneur et respect au peuple tunisien et à ses martyrs.


Tu parles! Si Ben Ali avait parlé de manipulation occidentale des foules vous seriez tombés tous dans le panneau. On nous aurait expliqué par des visionnaires hors pairs que c'était prévisible, que le succès économique de ce pays rendait les vilains occidentaux jaloux etc... Que ben Ali n'est autre le successeur de Bourguiba chez qui Diop passait manger de temps en temps Paris, d'ou il n'a rien dit sur la Côte d'ivoire. Des parallèles seraient tirés avec tout et n'importe quoi par les experts maisons. Surtout que le bilan de ben Ali est un des meilleurs au monde en terme d'émergence d'un pays, les arguments bateaux auraient fait mouche.

Je dis un grand bravo au peuple Tunisien (que je n'aime pas beaucoup dans le fond, parce qu'ils sont très racistes!), mais aussi à Ben Ali de s'être retiré dans la dignité ET LA CLASSE.
Sous des marches certes, mais très contrôlable finalement. Il est "légalement" au pouvoir (si on s'en tient à sa cour constitutionnelle, bien sûr) jusqu'en 2014, a une armée qui ne peut souffrir de rivalité avec aucune autre faction sur le pays, a les moyens, les soutiens mondiaux de poids. Il pouvait se maintenir. Mais il a été élégant. Ce qu'il pouvait faire, il a eu en 23 ans pour le faire. le résultat n'est absolument pas mauvais, mais les tunisiens ont besoin d'alternance,. Ils veulent aussi quelqu'un qui va réussir là où Ben Ali a échoué.

Ce que je crains, c'est que je sais bien que dans les 22 pays arabes, s'il y'avait une élection démocratique, les islamistes prendrait le pouvoir. Il ne s'agit pas que d'un simple syndrome algérien et un banale hypothèse d'école. C'est le résultat de toutes les études sociopolitiques dans ces pays, qui ne connaissent aucune démocratie.
Alors, le pari pour moi, c'est qu'une transition tunisienne réussisse à mettre des institutions qui permettront à ce que quiconque occupera le pouvoir, soit obligé de respecter des équilibres démocratique qui imposent la laïcité et la liberté au sens social.
C'est un défi.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 21:52    Sujet du message: Répondre en citant

@ Marvel

L'Occident ne tire donc pas les ficelles de tout ce qui se passe sur la planète ? Laughing Laughing Laughing Les fameux "intérêts français" en Tunisie n'ont pas été assez forts pour empêcher la chute de Ben Ali ???
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 22:25    Sujet du message: Répondre en citant

marvel02 a écrit:
Chabine a écrit:
BEN ALI EST TOMBÉ, IL A FUI LE PAYS !!!

http://www.lepoint.fr/monde/emeutes-le-president-ben-ali-cede-a-la-rue-et-quitte-la-tunisie-14-01-2011-129754_24.php

Un grand merci à la "comédie internationale" qui n'a joué aucun rôle dans cette lutte. Honneur et respect au peuple tunisien et à ses martyrs.


Tu parles! Si Ben Ali avait parlé de manipulation occidentale des foules vous seriez tombés tous dans le panneau. On nous aurait expliqué par des visionnaires hors pairs que c'était prévisible, que le succès économique de ce pays rendait les vilains occidentaux jaloux etc... Que ben Ali n'est autre le successeur de Bourguiba chez qui Diop passait manger de temps en temps Paris, d'ou il n'a rien dit sur la Côte d'ivoire. Des parallèles seraient tirés avec tout et n'importe quoi par les experts maisons. Surtout que le bilan de ben Ali est un des meilleurs au monde en terme d'émergence d'un pays, les arguments bateaux auraient fait mouche.


A un moment, ce serait bien que ceux qui parlent de "bilan" précisent de quoi ils parlent... La Tunisie a un bon bilan, dixit le FMI. Oui... Un bon bilan, c'est quoi ?

Une croissance économique qui ne bénéficie pas au peuple ?
Ça me fait marrer de voir Panaf' vanter le bilan de FHB ici... Si le FMI a imposé Ouattara comme PM en 1990, c'était justement à cause d'un bilan calamiteux.
Même à un niveau micro-économique, les Antilles, dans les années 2000, ont eu un niveau de croissance notablement supérieur au niveau national. Croissance accompagnée d'une aggravation des inégalités qui a conduit à la grande grève de 2009 (consécutive au début de la récession au 2nd semestre 2008).

A qui profite la croissance économique ? A qui profite l'accumulation de richesse ? C'est un débat qui dépasse très largement le continent africain. Un débat mondial, au coeur de la crise économique actuelle.

marvel02 a écrit:
Je dis un grand bravo au peuple Tunisien (que je n'aime pas beaucoup dans le fond, parce qu'ils sont très racistes!), mais aussi à Ben Ali de s'être retiré dans la dignité ET LA CLASSE.
Sous des marches certes, mais très contrôlable finalement. Il est "légalement" au pouvoir (si on s'en tient à sa cour constitutionnelle, bien sûr) jusqu'en 2014, a une armée qui ne peut souffrir de rivalité avec aucune autre faction sur le pays, a les moyens, les soutiens mondiaux de poids. Il pouvait se maintenir. Mais il a été élégant.

On y revient... L'élégance/le manque d'élégance... Très élégant de fuir son pays comme un malpropre en déroute, après avoir fait sa police massacrer son propre peuple, pendant un mois entier, en effet. LA GRANDE CLASSE !!!


Tunisie - no comment
Uploaded by nocommenttv. - Watch the latest news videos.

Lumumba n'a pas été "élégant"... et son élimination l'a vraiment été, par contre... Fusillé, découpé en morceaux, dissous dans l'acide... QUELLE ÉLÉGANCE !!!

Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme conneries, des fois... Rolling Eyes

marvel02 a écrit:
Ce qu'il pouvait faire, il a eu en 23 ans pour le faire. le résultat n'est absolument pas mauvais, mais les tunisiens ont besoin d'alternance,. Ils veulent aussi quelqu'un qui va réussir là où Ben Ali a échoué.


Faudrait savoir : il a réussi ("Surtout que le bilan de ben Ali est un des meilleurs au monde en terme d'émergence d'un pays"), ou bien il a échoué ?

marvel02 a écrit:
Ce que je crains, c'est que je sais bien que dans les 22 pays arabes, s'il y'avait une élection démocratique, les islamistes prendrait le pouvoir. Il ne s'agit pas que d'un simple syndrome algérien et un banale hypothèse d'école. C'est le résultat de toutes les études sociopolitiques dans ces pays, qui ne connaissent aucune démocratie.
Alors, le pari pour moi, c'est qu'une transition tunisienne réussisse à mettre des institutions qui permettront à ce que quiconque occupera le pouvoir, soit obligé de respecter des équilibres démocratique qui imposent la laïcité et la liberté au sens social.
C'est un défi.

Le péril islamique... La grosse tarte à la crème que Ben Ali himself a servi pendant 23 ans, pour se maintenir au pouvoir, et qui est aujourd'hui démentie en long, en large et en travers par la meilleurs connaisseurs du contexte politique tunisien.
Bref... Rolling Eyes

En tous cas, sacrée journée, bravo au peuple tunisien. Le plus dur reste à venir Confused

Panafricain a écrit:
@ Marvel

L'Occident ne tire donc pas les ficelles de tout ce qui se passe sur la planète ? Laughing Laughing Laughing Les fameux "intérêts français" en Tunisie n'ont pas été assez forts pour empêcher la chute de Ben Ali ???


Ben, comme ces satanés Tunisiens refusaient de quitter les rues, depuis un mois, apparemment, c'était pas facile de trouver un argumentaire média crédible pour expliquer à l'opinion publique qu'il a fallu massacrer 10 millions de Tunisiens pour éviter une résurgence de l'épidémie de grippe H1N1... surtout qu'au rythme de 100 tunisiens massacrés par mois, ça risquait de prendre du temps... Tout ça pour défendre la démocratie, bien sûr... Rolling Eyes
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon


Dernière édition par Chabine le Sam 15 Jan 2011 01:20; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 22:30    Sujet du message: Répondre en citant

AFP a écrit:
PARIS - Guillaume Soro, Premier ministre d`Alassane Ouattara, a averti que sans intervention militaire "bien ciblée" de l`Afrique de l`Ouest en Côte d`Ivoire pour faire partir Laurent Gbagbo, "ce sera la guerre", dans une interview à l`hebdomadaire Jeune Afrique daté du 16 janvier.
http://news.abidjan.net/h/387398.html?n=387398

Ce que l'armée Francaise a fait en novembre 2002 ne peut plus se refaire actuellement, sinon il y a longtemps qu'elle l'aurait rééditée... De toute les manières elle l'a tenté il y a 3 jours, et ça a échoué... avec des pertes !
Les soldats, policiers, Gendarmes et douaniers Ivoiriens forment un seul et même corps maintenant, les FDS (force de Defense et de Sécurité), leur nombre s'est multiplié par presque 6 depuis 2002, de 10.000 il est passé à près de 57.000 en 8 ans.
Et loin des soldats faire-valoir de 2000 de l'ère Houphouet, il s'agit de corps d'armés d'élites entrainés et au fait de ses affaires, la Licorne le sait, c'est elle qui ne retrouve plus les quelques uns de ses élements envoyés à l'abattoir à Abobo...

La seule armée dans la sous-région ayant autant sinon plus que cet effectif est le Nigéria avec près de 82.000 soldats, le nerveux Blaise Compaoré du Burkina a à peine 6.000 militaires, le Sénégal de Wade avec pas loin de 10.000 soldats n'est pas mieux, surtout flanqué de sa famélique rebellion Casamancaise.

Supposons que le Nigéria décidait de convoyer la quasi-totalité de ses 82.000 soldats en Côte-d'Ivoire, on se retrouverait avec un ratio de 1 soldat Ivoirien pour 1 soldat Nigérian et demi, et ce sur un terrain propice aux Ivoiriens avec en prime d'être en légitime défense, bien-sûr les choses sont différentes du fait qu'on soit l'envahisseur donc qu'on s'expose plus ou qu'on ne fait que se défendre...

Je ne suis pas stratège militaire mais il me semble qu'en partant la future mission de la CEDEAO a beaucoup trop d'inconvénients pour réussir (si tel était son but):
-Mathématiquement ce ratio 1 soldat Ivoirien vs 1 et 1/2 soldat Nigérian n'est pas à l'avantage des envahisseurs.
- Sur le terrain, les Ivoiriens connaissent mieux leur pays et ne feront que se défendre pendant que l'autre devra attaquer donc s'exposer.
-Économiquement déplacer 82.000 soldats coûte une sacrée somme ne serait-ce qu'en gages.
-En logistique et organisation ce genre d'évènement prend quelques mois et de la dextérité pour être planifié, chose qui n'est pas le fort de l'armée Nigérianne...
-En matière d'expérience, le fait d'avoir fait 8 ans de guerre larvée et urbaine donne un avantage psychologique à l'armée Ivoirienne.
-Sur le plan armement, malgré la destruction par l'armée francaise d'une partie de notre petite flotte aérienne il reste (officellement) une petite dizaine d'engins d'attaque publiquement répertoriés (8 hélicoptère Mi-24/35, 4 puma, 2 bombardiers, 2 Sukhois, 4 des drones) le reste du matériel aérien n'est plus répertorié depuis un certain temps, à cause de l'embargo militaire imposé par l'ONU mais surtout pour cause de sécurité....

L'armée de terre est beaucoup plus aguerrie et a du matériel capable de repousser les 10.000 soldat Onusiens (licorne compris), donc a ce qu'il faut pour juguler les contingeants Nigérians qui se présenteront.

En tant que non expert militaire, un bref survol des forces en présence ne fait que confirmer ce qu'on sopuconne, que Wattra et Soro sont des plaisantins, et leurs ultimatums n'emeuvent que les distraits, les vociférations quotidiennes de SORO Guillaume sont ce qu'elles sont, c'est à dire juste des vociférations, ce que ces rebelles n'ont pas eu par la force en 2002 , ils ne l'auront pas en 2011.

La ministre francaise de la Défense Alliot-Marie depuis le début parle d'étranglement économique pour faire partir Gbagbo, elle sait mieux que quiconque ce qu'il en est militairement, en tout cas mieux que SORO Guillaume et son père spirituel Wattra.
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 22:57    Sujet du message: Répondre en citant

Gnata a écrit:
La ministre francaise de la Défense Alliot-Marie depuis le début parle d'étranglement économique pour faire partir Gbagbo, elle sait mieux que quiconque ce qu'il en est militairement, en tout cas mieux que SORO Guillaume et son père spirituel Wattra.


Cette (autocensuré) de MAM qui restera dans l'histoire pour avoir proposé de donner un petit coup de main à Ben Ali pour continuer à massacrer son propre peuple, 2 jours avant sa fuite "élégante" :

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/01/13/tunisie-les-propos-effrayants-d-alliot-marie-suscitent-la-polemique_1465278_3212.html

Citation:
Michèle Alliot-Marie est-elle allée trop loin, mardi 12 janvier, en proposant, à l'Assemblée nationale, le savoir-faire français à la police tunisienne pour "régler les situations sécuritaires" ? Critiquée devant l'Assemblée nationale par l'opposition sur l'extrême retenue de la réaction française face à la répression en Tunisie, la ministre des affaires étrangères a répondu : "Plutôt que de lancer des anathèmes, je crois que notre devoir est de faire une analyse sereine et objective de la situation."

"On ne doit pas s'ériger en donneurs de leçons" face à une situation "complexe", a-t-elle expliqué. Tout en invitant les dirigeants à "mieux prendre en compte les attentes" des populations, elle a suggéré que "le savoir-faire, reconnu dans le monde entier, de nos forces de sécurité, permette de régler des situations sécuritaires de ce type". "C'est la raison pour laquelle nous proposons effectivement aux deux pays [l'Algérie et la Tunisie] de permettre dans le cadre de nos coopérations d'agir pour que le droit de manifester puisse se faire en même temps que l'assurance de la sécurité."

Depuis le début de la révolte tunisienne, la position de Paris sur la Tunisie est plus que prudente. Après avoir observé un silence embarrassé (voir l'éditorial : Le silence de Paris sur la tragédie tunisienne) la France a condamné du bout des lèvres la répression, tout en maintenant son soutien au président Ben Ali. Plusieurs personnalités politiques, dont le ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire, et celui de la culture, Frédéric Mitterrand, se sont montrées plus que prudentes dans leur condamnation du régime.

LA FRANCE, "PAILLASSON DE BEN ALI" POUR COHN-BENDIT

La vidéo de Michèle Alliot-Marie proposant d'aider les forces de police tunisienne circule depuis sur le Net et les réseaux sociaux, suscitant des réactions outrées des opposants au régime de Ben Ali. Sur Facebook, des dizaines d'internautes partagent le lien vers la vidéo en écrivant ironiquement "Merci la France !".


Mais certains "intelligents" vont certainement m'expliquer que c'est plus subtil que ça, que je n'ai aucun sens de la nuance (face à la saloperie : NON, en effet !), que j'ai le cerveau d'une gamine de 15 ans, etc...

Quant à la paire Soro/Wawa, pour des gens qui ont remporté les élections avec une telle formidable avance en % (8% des votants, ça doit faire dans les 300 à 400 000 personnes, non ?), ils devraient en prendre de la graine : comment se fait-il que le peuple ivoirien ne soit pas dans les rues, depuis un mois et demi que ça dure ? Comment se fait-il que le président tellement bien élu ne parvienne pas à appeler ne serait-ce qu'une grève générale ? Ah ben oui, mais les bulletins de votes frauduleux dans les urnes bourrées, ça peut pas faire grève, aussi... Rolling Eyes
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon


Dernière édition par Chabine le Sam 15 Jan 2011 01:44; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 23:42    Sujet du message: Répondre en citant

samuel a écrit:
Panafricain a ecrit:

Citation:
Malgré les reproches fondés qu'on peut lui adresser, Houphouët a fait un choix stratégique : s'allier avec la France. A la suite de ce choix, il a fait de son pays le plus riche de l'Afrique de l'Ouest. A contrario, Sékou Touré qui a dit non à de Gaulle s'est allié avec Moscou, a mis sur pied un régime bien plus dictatorial que celui d'Houphouët Boigny et surtout a laissé la Guinée exsangue après près de 24 ans de règne. Au lendemain des indépendances, il fallait tout bâtir de zéro. C'est Houphouët qui l'a fait en Côte d'Ivoire. Au final, la Côte d'Ivoire que Gbagbo et Ouattara veulent diriger est bien celle laissée par Houphouët.


Salut panafricain. Je pense que cet argumentaire qu’on nous ressort invariablement (depuis que Bechir Ben Yamed l’a avance dans un article que tout le monde s’est ensuite contente de repeter sans verification) dans ce genre de discussion est tout a fait douteux, pour ne pas dire faux. Il est bien vrai que la Cote d’Ivoire a connu un relatif succes en comparaison de la Guinee. Mais la ou tu te trompes, c’est de faire reposer ce ‘’succes’’ sur le choix qu’a fait Houphouet de collaborer avec la France.


Nous sommes d'accord. Le fait de s'allier avec la France n'est pas une garantie de succès, mais Houphouët a su mieux profiter de ce partenariat que beaucoup de ses homologues chefs d'Etat africains dont Sékou Touré. Je voulais surtout souligner que s'allier à la France n'est pas en soi une mauvaise chose et que si on compare bilan à bilan le "vendu" a fait beaucoup mieux que le "héros".

Citation:
En d’autres termes, sekou Toure aurait echoue parce qu’il a refuse la domination francaise et Houphouet aurait reussi pour les memes raisons.


Je crois que j'ai mal formulé mon argument. J'ai seulement fait la comparaison parceque les deux me paraissaient être des extrêmes : Houphouët le "vendu" et Sékou Touré le résistant. S'il faut regarder le bilan, celui de Houphouët est meilleur que celui de Sékou Touré.


Citation:
Ta conclusion repose, a mon avis, sur une erreur de raisonnement courante car les vraies questions qu’il faut se poser sont les suivantes :
Un autre dirigeant qu’Houphouet qui aurait choisi de s’allier avec la France dans les memes conditions aurait-il reussi comme lui et un autre qui aurait refuse la collaboration avec la France comme l’a fait Sekou Toure aurait-il echoue ? La reponse a cette question, comme chacun le voit, n’est pas evidente. Nous connaissonns beaucoup de chefs d’Etats Africains qui, comme Houphouet, ont choisi de collaborer mais ont lamentablement echoue car leurs pays (y compris d’ailleurs la Cote d’Ivoire), sont encore au plus bas de l’echelle de developpement humain alors qu’ils se sont montres les plus zeles des collaborateurs. Citons quelques-uns : Amadou Ahidjo du Cameroun, Diori Hamani du Niger, Francois (ou N’garta) Tombalbaye du Tchad, Hubert Maga du Benin, etc. D’autre part, nous connaissons aussi quelques leaders africains qui n’etaient certes pas dans la sphere d’influence de la France, qui etaient panafricanistes et anti-imperialistes et qui ont relativement reussi, meme compares a la Cote d’Ivoire. Citons par exemple le Ghana de N’kruhma qui en 1971, au moment ou il a été déposé, n’avait rien a envier a la Cote d’Ivoire, bien au contraire !
Je pense donc que de la collaboration avec la France ne resulte pas ipso facto une reussite economique. Beaucoup d’autres facteurs, tels que le merite personnel des presidents respectifs concourent aussi a la reussite ou a l’echec.
Il ne faut pas non plus oublier que la Cote d’Ivoire était, sous Hous Houphouet comme il l’est aujourd’hui sous Gbagbo un pays sous-developpe et est classe au 149eme rang mondial en 2010 devant un pays comme le Mali par exemple (160eme rang) ou meme le Tchad (163eme) ou le Niger (167eme, 18 points de difference seulement). Pour nous limiter juste a des exemples africains, le Botswana par exemple est classe au 98eme rang mondial (soit 51 points de difference avec la Cote d’Ivoire). Ce qui veut dire qu’il y a infiniment plus de differences entre le Botswana et la Cote d’Ivoire en termes de developpement humain qu’il n’y en a entre la Cote d’Ivoire et le Niger, situe presqu’au dernier rang mondial. La Cote d’Ivoire est meme situee derriere des pays comme le Lesotho (141eme) et d’autres encore alors qu’il n’y a que deux(2) points d’ecart avec un pays comme la Gambie (151eme) et juste 4 points avec le Rwanda (153eme). Donc rappelons-le : la Cote d’Ivoire est un pays ‘’pauvre’’ et sous-developpe. Il l’eatit au moment de la mort d’Houphouet comme il l’est aujourd’hui. Que Houphouet ait collabore avec la France n’y a apparemment pas change grand-chose sinon dans l’esprit de certains d’entre nous qui croient aux legendes.


Le Botswana a moins de 2 millions d'habitants aujourd'hui contre 20 pour la Côte d'Ivoire. Je ne sais pas combien il en avait à l'indépendance, mais il est clair que les défis n'étaient pas et ne sont pas les mêmes dans les deux pays. Le Botswana est clairement un pays mieux géré que la Côte d'Ivoire, mais à mon avis, tu devrais plutôt comparer le Botswana avec le Gabon...Le PIB de la Côte d'Ivoire est le double de celui du Botswana.

Malgré toutes les stats que tu sors, la Côte d'Ivoire a été et reste un pôle d'attraction pour toute l'Afrique de l'Ouest. Si on estime à 25% le nombre d'étrangers dans le pays, (même s'ils sont en majorité du Burkina), c'est bien pour une bonne raison.


Citation:
D’autre part, si tu prends le classement de tous les pays du monde en termes de developpement humain, il est incontestable que les pays sous domination francaise sont sur-representes au bas de l’echelle : Tchad, Burkina Faso, Mali, Niger, Benin, Republique Centrafricaine, soit 5 pays ‘’francophones’’ figurent tous parmi les 11 derniers . Nous sommes quand meme bien obliges de nous interroger sur les raisons de cette sur-representation alors que ces pays sont extremement riches en ressources de toutes sortes.


A part le Tchad qui produit du pétrole depuis quelques années, les autres pays ne me semblent pas particulièrement riches. Le Niger produit certes de l'uranium, mais c'est tout...

En ce qui concerne l'indice de développement humain, http://hdr.undp.org/fr/statistiques/. Je vois surtout des pays africains, (pas spécifiquement des pays francophones), dans les pays à développement humain faible.


Citation:
Je pense donc que le relatif ‘’succes’’ de Houphouet était du a Houphouet.
On est d'accord. Un Mobutu avec un pays potentiellement plus riche n'a pas fait mieux que Houphouët...


Citation:
Quelqu’un d’autre n’aurait peut-etre pas aussi bien reussi que lui en depit de la collaboration avec la France et quelqu’un d’autre aurait peut-etre fait beaucoup mieux, avec ou sans collaboration avec la France tout comme quelqu’un aurait pu reussir a la place de Sekou tout en rompant les liens avec la France.


On est également d'accord, mais c'est surtout la comparaison avec Sékou Touré qui m'intéressait. On qualifie trop facilement Houphouët de "vendu" et on souligne ses failles, en comparaison d'un Sékou Touré qui bénéficie de beaucoup de mansuétude uniquement parcequ'il a dit non à de Gaulle. Alors qu'il a un pays potentiellement plus riche en ressources naturelles là où Houphouët a tout bâti sur le cacao.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Ven 14 Jan 2011 23:54    Sujet du message: Répondre en citant

Chabine a écrit:
marvel02 a écrit:
Ce que je crains, c'est que je sais bien que dans les 22 pays arabes, s'il y'avait une élection démocratique, les islamistes prendrait le pouvoir. Il ne s'agit pas que d'un simple syndrome algérien et un banale hypothèse d'école. C'est le résultat de toutes les études sociopolitiques dans ces pays, qui ne connaissent aucune démocratie.
Alors, le pari pour moi, c'est qu'une transition tunisienne réussisse à mettre des institutions qui permettront à ce que quiconque occupera le pouvoir, soit obligé de respecter des équilibres démocratique qui imposent la laïcité et la liberté au sens social.
C'est un défi.

Le péril islamique... La grosse tarte à la crème que Ben Ali himself a servi pendant 23 ans, pour se maintenir au pouvoir, et qui est aujourd'hui démentie en long, en large et en travers par la meilleurs connaisseurs du contexte politique tunisien.
Bref... Rolling Eyes


GRAND MOMENT : Jean-Michel Apathie (oui, oui, le réac' ) au Grand Journal de Canal Plus, vole dans les plumes de Christophe Barbier, qui défend l'autoritarisme d'un Ben Ali contre le soi-disant péril musulman. Apathie est même allé jusqu'à déplorer le sort fait aux Frères Musulmans en Egypte, où "ils pourrissent en prison, au nom de la démocratie. Faut arrêter !" (je cite).
Exceptionnel.

Sinon, j'espère que ces événements sont de nature à ouvrir les yeux de ceux qui vivent encore dans le grand rêve d'une "communauté internationale" soucieuse du respect de la démocratie.

http://www.contrepoints.org/2011/01/14/11185-tunisie-le-silence-de-la-france

Citation:
En effet, interrogée mardi 11 janvier dans l’hémicycle par le député Jean-Paul Lecoq sur « cette incohérence de notre pays : d’un côté la France appelle au respect de la démocratie en Côte d’Ivoire alors que de l’autre elle soutient de manière indéfectible la dictature de M. Ben Ali » Michèle Alliot-Marie, Ministre des Affaires étrangères a pu déclarer dans sa réponse, qui inclut l’Algérie, : « Nous proposons que le savoir-faire qui est reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type… C’est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays dans le cadre de nos coopérations, d’agir en ce sens pour que le droit de manifester puisse se faire en même temps que l’assurance de la sécurité. » En bref, allons aider Ben Ali en Tunisie et les généraux en Algérie à rester au pouvoir, mais en faisant un peu moins de morts ?

_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Black Shadow
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Nov 2005
Messages: 201

MessagePosté le: Sam 15 Jan 2011 02:19    Sujet du message: Répondre en citant

marvel02 a écrit:
Chabine a écrit:
BEN ALI EST TOMBÉ, IL A FUI LE PAYS !!!

http://www.lepoint.fr/monde/emeutes-le-president-ben-ali-cede-a-la-rue-et-quitte-la-tunisie-14-01-2011-129754_24.php

Un grand merci à la "comédie internationale" qui n'a joué aucun rôle dans cette lutte. Honneur et respect au peuple tunisien et à ses martyrs.


Tu parles! Si Ben Ali avait parlé de manipulation occidentale des foules vous seriez tombés tous dans le panneau. On nous aurait expliqué par des visionnaires hors pairs que c'était prévisible, que le succès économique de ce pays rendait les vilains occidentaux jaloux etc... Que ben Ali n'est autre le successeur de Bourguiba chez qui Diop passait manger de temps en temps Paris, d'ou il n'a rien dit sur la Côte d'ivoire. Des parallèles seraient tirés avec tout et n'importe quoi par les experts maisons. Surtout que le bilan de ben Ali est un des meilleurs au monde en terme d'émergence d'un pays, les arguments bateaux auraient fait mouche.

Je dis un grand bravo au peuple Tunisien (que je n'aime pas beaucoup dans le fond, parce qu'ils sont très racistes!), mais aussi à Ben Ali de s'être retiré dans la dignité ET LA CLASSE.
Sous des marches certes, mais très contrôlable finalement. Il est "légalement" au pouvoir (si on s'en tient à sa cour constitutionnelle, bien sûr) jusqu'en 2014, a une armée qui ne peut souffrir de rivalité avec aucune autre faction sur le pays, a les moyens, les soutiens mondiaux de poids. Il pouvait se maintenir. Mais il a été élégant. Ce qu'il pouvait faire, il a eu en 23 ans pour le faire. le résultat n'est absolument pas mauvais, mais les tunisiens ont besoin d'alternance,. Ils veulent aussi quelqu'un qui va réussir là où Ben Ali a échoué.

Ce que je crains, c'est que je sais bien que dans les 22 pays arabes, s'il y'avait une élection démocratique, les islamistes prendrait le pouvoir. Il ne s'agit pas que d'un simple syndrome algérien et un banale hypothèse d'école. C'est le résultat de toutes les études sociopolitiques dans ces pays, qui ne connaissent aucune démocratie.
Alors, le pari pour moi, c'est qu'une transition tunisienne réussisse à mettre des institutions qui permettront à ce que quiconque occupera le pouvoir, soit obligé de respecter des équilibres démocratique qui imposent la laïcité et la liberté au sens social.
C'est un défi.


Marvel02,
A vous lire on a envie de reprendre les mots de Cicéron à votre adresse et ceux que vous soutenez à la république du Golf :

«– Mais enfin jusqu'où, Catilina, prétends-tu abuser de notre patience ?
– Jusques à quand auras-tu l'insolence de nous narguer ?
– Jusqu'à quelle extrémité l'audace effrénée dont tu fais preuve va-t-elle t'entraîner?»

Comme c'est amusant de voir le peuple tunisien imposer à ceux qui prenaient grand soin à éviter les mots "Constitution et constitutionnelle", la redécouverte du sens plein de ces mots.

Dans un communiqué de trois paragraphes diffusé vendredi soir, l'Elysée assure que «la France prend acte de la transition constitutionnelle annoncée par le Premier ministre Ghannouchi» et «souhaite l'apaisement et la fin des violences. Seul le dialogue peut apporter une solution démocratique et durable à la crise actuelle», affirme la présidence française.
certains boiront le calice jusqu'à la lie !
_________________
Il dit
le griot à la langue pendante
" vous irez plus loin encore
dans la forêt blanche
des bétons entassés
et vous pleurerez
dans les quartiers boueux
d'une ville sans refuge "
Il dit aussi
le griot nouveau
" regardez !
il est des hommes
que les révoltes étreignent ".

Véronique Tadjo, Laterite, Paris, Hatier, coll. "monde noir", 1984.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Sam 15 Jan 2011 09:38    Sujet du message: Répondre en citant

Chabine a écrit:
GRAND MOMENT : Jean-Michel Apathie (oui, oui, le réac' ) au Grand Journal de Canal Plus, vole dans les plumes de Christophe Barbier, qui défend l'autoritarisme d'un Ben Ali contre le soi-disant péril musulman. Apathie est même allé jusqu'à déplorer le sort fait aux Frères Musulmans en Egypte, où "ils pourrissent en prison, au nom de la démocratie. Faut arrêter !" (je cite).
Exceptionnel.

Sinon, j'espère que ces événements sont de nature à ouvrir les yeux de ceux qui vivent encore dans le grand rêve d'une "communauté internationale" soucieuse du respect de la démocratie.

En effet, cet échange est un GRAND MOMENT, surtout un GRAND MOMENT d'aveu à mon avis. Le mot le plus prononcé par ces 2 faiseurs d'opinion, ou bien propagateurs de l'ignorance en france, c'est: INTÉRÊT! Les intérêts de la france!!! Et les intérêts des autres pays alors?
Par contre, je ne peux plus supporter d'écouter ces gens trouver des "solutions" aux problèmes des autres pays. Même si en l'espace d'un mois, les "valeurs" et le niveau diplomatique de la france ont été exposés au monde entier. Le PMU en CI avec le cheval sur lequel mise la france; 2 otages français qui meurent dans le flou total dans le Sahel; la révolution en Tunisie et le silence "intéressé" de la france.

Quant à espérer que ces évènements pourront ouvrir les yeux des rêveurs NOIRS Africains, moi particulièrement je ne me fais pas d'illusions. Surtout lorsqu'il s'agit des Afrofrancophones, et pire s'ils sont bantous. Chabine, le modelage ou terrorisme culturel occidental que les Afroafricains subissent depuis leur tendre enfance ne peut que les pousser à avoir comme vocation: être un autre. La marque de "réussite" dans un pays comme le Cameroun, c'est d'avoir un autre passeport. Ainsi je comprends "l'objectivité", les "nuances" et autres jongleries littéraires de certains frikains et frères ici. Ou bien ces Afros qui aiment bien commencer leurs topos par "vous les Africains...."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Sam 15 Jan 2011 10:25    Sujet du message: Répondre en citant

Didier_Daan a écrit:
Chabine a écrit:
GRAND MOMENT : Jean-Michel Apathie (oui, oui, le réac' ) au Grand Journal de Canal Plus, vole dans les plumes de Christophe Barbier, qui défend l'autoritarisme d'un Ben Ali contre le soi-disant péril musulman. Apathie est même allé jusqu'à déplorer le sort fait aux Frères Musulmans en Egypte, où "ils pourrissent en prison, au nom de la démocratie. Faut arrêter !" (je cite).
Exceptionnel.

Sinon, j'espère que ces événements sont de nature à ouvrir les yeux de ceux qui vivent encore dans le grand rêve d'une "communauté internationale" soucieuse du respect de la démocratie.

En effet, cet échange est un GRAND MOMENT, surtout un GRAND MOMENT d'aveu à mon avis. Le mot le plus prononcé par ces 2 faiseurs d'opinion, ou bien propagateurs de l'ignorance en france, c'est: INTÉRÊT! Les intérêts de la france!!! Et les intérêts des autres pays alors?
Par contre, je ne peux plus supporter d'écouter ces gens trouver des "solutions" aux problèmes des autres pays. Même si en l'espace d'un mois, les "valeurs" et le niveau diplomatique de la france ont été exposés au monde entier. Le PMU en CI avec le cheval sur lequel mise la france; 2 otages français qui meurent dans le flou total dans le Sahel; la révolution en Tunisie et le silence "intéressé" de la france.

Quant à espérer que ces évènements pourront ouvrir les yeux des rêveurs NOIRS Africains, moi particulièrement je ne me fais pas d'illusions. Surtout lorsqu'il s'agit des Afrofrancophones, et pire s'ils sont bantous. Chabine, le modelage ou terrorisme culturel occidental que les Afroafricains subissent depuis leur tendre enfance ne peut que les pousser à avoir comme vocation: être un autre. La marque de "réussite" dans un pays comme le Cameroun, c'est d'avoir un autre passeport. Ainsi je comprends "l'objectivité", les "nuances" et autres jongleries littéraires de certains frikains et frères ici. Ou bien ces Afros qui aiment bien commencer leurs topos par "vous les Africains...."


Ce qui se passe en Tunisie montre justement que contrairement à ce que la diaspora africaine raconte, tout n'est pas toujours piloté de l'extérieur dans le monde depuis Paris ou Washington. Si c'était le cas, Sankara n'aurait jamais accédé à la tête du Burkina Faso en 1983. 27 ans plus tard, la diaspora africaine est toujours sur le schéma d'une France omnipotente alors que le monde a totalement changé. La guerre froide est finie, de nouvelles puissances ont émergé et les diplomates français eux mêmes reconnaissent que certains aspects des relations entre la France et l'Afrique sont totalement anachroniques.

La France, voire la Françafrique servent aujourd'hui trop souvent d'exutoire aux intellectuels africains qui ferment ainsi les yeux sur leurs propres lâchetés. C'est facile de critiquer Sarkozy parceque la France est une démocratie. Mais quand il faut faire des lettres ouvertes publiques pour fustiger nos dictateurs, il n'y a plus personne.

Le jour où Beyala fera une lettre ouverte pour critiquer Biya et où Mabanckou fera la même pour fustiger Sassou ou Kabila, j'applaudirai. Pour le reste, permettez moi d'être sceptique.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Sam 15 Jan 2011 10:43    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:
Ce qui se passe en Tunisie montre justement que contrairement à ce que la diaspora africaine raconte, tout n'est pas piloté de l'extérieur dans le monde depuis Paris ou Washington. Si c'était le cas, Sankara n'aurait jamais accédé à la tête du Burkina Faso en 83. 27 ans plus tard, la diaspora africaine est toujours sur le schéma d'une France omnipotente alors que le monde a totalement changé. La guerre froide est finie, de nouvelles puissances ont émergé et les diplomates français eux mêmes que certains aspects des relations entre la France et l'Afrique sont totalement anachroniques.

Je suis un peu d'accord avec toi, panaf. Nous avons une croyance bizarre, que j'assimile à la "sorcellerie" ou la paranoïa, qui masque une certaine incapacité à se prendre en mains soi-même. Vas-y suggérer que l'Afrofrancophonie sorte du CFA, il y en aura qui sursauteront et te diront que si on le faisait, on mettrait "en marge" du monde!!!
Mais panaf, pourquoi parler même de diaspora Africaine? Est-ce la diaspora tunisienne qui a chassé ben ali?
Panafricain a écrit:
La France, voire la Françafrique servent aujourd'hui trop souvent d'exutoire aux intellectuels africains qui ferment ainsi les yeux sur leurs propres lâchetés. C'est facile de critiquer Sarkozy parceque la France est une démocratie. Mais quand il faut faire des lettres ouvertes publiques pour fustiger nos dictateurs, il n'y a plus personne.

Et les VRAIS intellectuels Africains, comme Mongo Beti au Cameroun ou encore Cheikh Anta Diop du Sénégal, tu les mets où?
Panafricain a écrit:
Le jour où Beyala fera une lettre ouverte pour critiquer Biya et où Mabanckou fera la même pour fustiger Sassou ou Kabila, j'applaudirai. Pour le reste, permettez moi d'être sceptique.

Faut faire une différence entre INTELLECTUELS comme ceux cités avant, et des individus qui se cherchent.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 16, 17, 18 ... 28, 29, 30  Suivante
Page 17 sur 30

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group