Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Vient de paraître. Analyse situation de l'Afrique.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Dilo
Grioonaute régulier


Inscrit le: 01 Jan 2005
Messages: 322

MessagePosté le: Dim 05 Oct 2008 10:49    Sujet du message: Vient de paraître. Analyse situation de l'Afrique. Répondre en citant

Nous comptons sur ceux qui vivent en France et auront plus vite accès à ce livre, s'ils ne l'ont déjà, et nous en parler. Le texte du quatrième de page parait édifiant.
(A la modération: j'espère avoir placé ce topic dans la rubrique convenable.)

En librairie : " La France en Afrique - Cinq siècles de présence : vérités et mensonges"
samedi 4 octobre 2008

La France en Afrique - Cinq siècles de présence : vérités et mensonges

Jean-Paul GOUREVITCH


Paru le 04/09/2008
Editeur : Acropole
ISBN : 978-2-7357-0309-8

De calamités naturelles en faillites industrielles, le continent africain vit en marge du développement.

Les taches brunes des génocides se multiplient sur les cartes : Congo, Rwanda, Liberia, Sierra Leone, Somalie, Darfour. Depuis les indépendances, aucun pays africain n’a connu une paix civile totale, alors que l’Afrique ne manque ni de richesses ni d’atouts.

L’image manichéenne de l’Afrique d’aujourd’hui rejaillit sur l’histoire de son passé. Quel est le bilan de cinq siècles de présence de la France en Afrique ? Le rôle des Occidentaux dans la traite des Noirs ? La colonisation fut-elle un esclavage ? Qu’avons-nous fait pour l’Afrique depuis les indépendances ? Laide des bailleurs de fonds ne vise-t-elle qu’à freiner l’immigration ou à éviter une explosion sociale qui mettrait en difficulté nos civilisations ?

Jean-Paul Gourévitch s’efforce de rétablir une histoire largement travestie, soit par excès de complaisance vis-à-vis de la mission civilisatrice de la France, soit par la condamnation sans nuances d’une France hier impérialiste ou arrogante, aujourd’hui néocolonialiste ou afro-pessimiste.

Il fait le tri entre ce sur quoi les spécialistes s’accordent, les zones d’ombre qui restent à explorer et les points de vue contradictoires des chercheurs occidentaux et africains. La synthèse lucide et documentée qu’il nous livre nous incite à bousculer les tabous et à changer notre regard sur l’Afrique, la France, notre passé et notre avenir communs, au moment où le dialogue Nord-Sud et la coopération Sud-Sud connaissent des mutations décisives.

Expert international en ressources humaines, Jean-Paul Gourévitch est spécialiste des migrations et de l’Afrique où il travaille depuis vingt ans dans le cadre de l’aide au développement. Il publie dans ce domaine ’La France en Afrique’ en 2006 et ’Les Migrations en Europe’ en 2007, et livre ainsi un état des lieux extrêmement bien documenté de la réalité actuelle des migrations. Egalement professeur à l’université, il enseigne l’image politique et l’histoire de la littérature de jeunesse et écrit lui-même des ouvrages pour les enfants.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 442

MessagePosté le: Ven 10 Oct 2008 11:33    Sujet du message: Répondre en citant

Salut Dilo! Je n'ai rien trouve d'interessant ou de nouveau dans ce livre. Pour tout dire, il ne faut pas perdre ton temps a le lire. Encore une fois un Francais entreprend une parodie de proces de la France (car il vaut mieux pour eux que ce soit eux qui le fassent a notre place-une des multiples manieres d'anticiper la critique et de nous deposseder de la parole) plutot que ce soit les Africains qui prennent l'initiative de denoncer la France. Cela permet de baliser le terrain, d'orienter les debats et de les contenir a priori dans un cadre limite. D'ailleurs, comme d'habitude l'auteur se contente de tancer la France du bout des levres, d'une facon qui ne porte pas a consequence et renvoie dos a dos dominants et domines, exploiteurs et exploites en distribuant de facon presque egale les bons points et les blames (la colonisation n'est pas responsable de tout, n'est-ce pas?).

Une vraie denonciation de la France par des Francais, il yen a mais vraiment tres peu...et cela, meme a gauche de la gauche! Par exemple la revue creee par Pierre Bourdieu, ''Actes de la Recherche en Sciences Sociales'', a consacre l'un de ses derniers numeros au colonialisme; mais il n'y a pas un seul mot sur le colonialisme francais en Afrique. Rien. C'est un domaine tabou en France ou tu trouveras tres peu de livres et tres peu de recherches. C'est le silence absolu et il ne fait pas de doute que celui qui entreprendra de rompre ce silence verra sa carriere definitivement ruinee. Et d'ailleurs tu ne trouveras pas dans toute l'oeuvre du meme Pierre Bourdieu (qui est presente en France comme l'exemple-type de l'intellectuel radical, de l'intellectuel anti-liberal, le Sartre de notre temps) un seul mot sur le racisme anti-noir ou sur le colonialisme francais en Afrique noire. Rien. Et cela dans une oeuvre constituee de dizaines d'ouvrages et de centaines d'articles, tous consacres a la critique de ''l'ordre dominant''.

En France, il ya des sujets sur lesquels la recherche scientifique est muette et ne t'attends pas a ce que les mauvais essais publies par-ci, par-la (ecrits souvent, comme c'est le cas ici, par des gens tres peu qualifies pour parler des sujets qu'ils abordent sinon qu'ils ont sejourne en Afrique) y changent quelque chose.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ngahou
Grioonaute


Inscrit le: 09 Juil 2007
Messages: 25

MessagePosté le: Ven 10 Oct 2008 12:41    Sujet du message: Vous avez dit spécialistes !!!! Répondre en citant

Moi je me méfie totalement, que dis-je , je n'ai aucune confiance en ces caucasiens qui se déclarent "spécialiste de l'Afrique".
Comment peut on être spécialiste d'un continent qui compte 53 pays aussi différents les uns des autres?
Existe t-il des spécialistes en médecine ou alors des spécialistes dans des différentes branches de la médecine?
Parfois, quand ils ont la chance d'y aller , ils restent dans des hôtels des centre-villes et pensent connaître les habitants et leur mode de vie.
J'ai arrêté de lire les bouquins de ce genre de personnage, parce qu'en général, dans ce genre de livre, soit ils tombent dans du compassionnel, soit c'est pour nous dire que la colonisation a été positive, voire même l'esclavage quand ils n'en font même pas tout simplement allusion.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
afrobeat
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 312

MessagePosté le: Ven 10 Oct 2008 18:39    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Laide des bailleurs de fonds ne vise-t-elle qu’à freiner l’immigration ou à éviter une explosion sociale qui mettrait en difficulté nos civilisations ?

Quand je lis ça, je me dis si ce monsieur n'a rien à faire de son temps qu'il rentre en France au lieu de jouer les connaiseurs de l'afrique jusqu'à intituler son livres "vérités et mensonges". J'ai été définitivement convaincu du vide de ce livre même sans l'avoir lu!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dilo
Grioonaute régulier


Inscrit le: 01 Jan 2005
Messages: 322

MessagePosté le: Ven 10 Oct 2008 23:48    Sujet du message: Répondre en citant

samuel a écrit:
Salut Dilo! Je n'ai rien trouve d'interessant ou de nouveau dans ce livre. Pour tout dire, il ne faut pas perdre ton temps a le lire. Encore une fois un Francais entreprend une parodie de proces de la France (car il vaut mieux pour eux que ce soit eux qui le fassent a notre place-une des multiples manieres d'anticiper la critique et de nous deposseder de la parole) plutot que ce soit les Africains qui prennent l'initiative de denoncer la France. Cela permet de baliser le terrain, d'orienter les debats et de les contenir a priori dans un cadre limite. D'ailleurs, comme d'habitude l'auteur se contente de tancer la France du bout des levres, d'une facon qui ne porte pas a consequence et renvoie dos a dos dominants et domines, exploiteurs et exploites en distribuant de facon presque egale les bons points et les blames (la colonisation n'est pas responsable de tout, n'est-ce pas?).

Une vraie denonciation de la France par des Francais, il yen a mais vraiment tres peu...et cela, meme a gauche de la gauche! Par exemple la revue creee par Pierre Bourdieu, ''Actes de la Recherche en Sciences Sociales'', a consacre l'un de ses derniers numeros au colonialisme; mais il n'y a pas un seul mot sur le colonialisme francais en Afrique. Rien. C'est un domaine tabou en France ou tu trouveras tres peu de livres et tres peu de recherches. C'est le silence absolu et il ne fait pas de doute que celui qui entreprendra de rompre ce silence verra sa carriere definitivement ruinee. Et d'ailleurs tu ne trouveras pas dans toute l'oeuvre du meme Pierre Bourdieu (qui est presente en France comme l'exemple-type de l'intellectuel radical, de l'intellectuel anti-liberal, le Sartre de notre temps) un seul mot sur le racisme anti-noir ou sur le colonialisme francais en Afrique noire. Rien. Et cela dans une oeuvre constituee de dizaines d'ouvrages et de centaines d'articles, tous consacres a la critique de ''l'ordre dominant''.

En France, il ya des sujets sur lesquels la recherche scientifique est muette et ne t'attends pas a ce que les mauvais essais publies par-ci, par-la (ecrits souvent, comme c'est le cas ici, par des gens tres peu qualifies pour parler des sujets qu'ils abordent sinon qu'ils ont sejourne en Afrique) y changent quelque chose.


Samuel, merci de cet avertissement combien édifiant et qui confirme ma propre suspiscion, à quelques exceptions près, dès que j'entends ou lis des écrits de ces spécialistes européens de l'Afrique.
En effet, qui scierait la haute branche sur laquelle il est assis??

La lourde tâche qui attend les Africains n'est pas seulement la lutte effective pour l'indépendance économique et surtout mentale, mais aussi le démantèlement de cette manipulation raffinée contenue dans tant d'écrits superficiels de ces prétendus "amis" de l'afrique, à quelques exceptions rares (tels le suisse Jean Ziegler, feu F.X. Verschave,...).

Les Africains de la trempe de feu Mongo Béti, existent certes. Mais par crainte, le courage manque pour continuer efficacement la dénonciation et surtout la mise en pratique des idées libératrices de l'Afrique.
Le dernier exemple de mise en pratique des idées salvatrices fut la tentative de Thomas Sankara. Depuis ces meurtres politique et littéraire (malgré la continuation des oeuvres de Mongo Béti par sa veuve), plus rien de profond dans ce domaine (que je sache).

Sur ce forum de grioo.com je lisais l'an passé que OGOTEMMELI recherchait des collaborateurs pour entre-autres sur Wikipedia lancer des textes. Qu'en est-il???

Bref, la léthargie africaine est la meilleure guarantie que ces "Africanistes" ont de beaux jours pour manipuler et prolonger notre comma duquel nous ne pouvons que marmoter nos pleurnichements. Nous sommes fautifs par manque de courage et refus des remèdes déjà bien connus depuis l'époque des Kwamé N'Krumah.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Sam 11 Oct 2008 08:13    Sujet du message: Répondre en citant

Jean Paul Gourévitch est le prototype de l'africaniste français pur jus : plus ces gens là parlent de l'Afrique, moins les Africains y comprennent quelque chose.

Cela n'a pas tellement à voir avec leur incompétence (qui est réelle) ou leur compétence (supposée), car c'est leur "logiciel" pour penser l'Afrique qui est "culturellement" vicié, et donc inadéquat. Mais allez donc dire à quelqu'un qui se prend pour un "expert" que son expertise est nulle et non avenue...

C'est carrément leur programme d'Education Nationale, dès les classes primaires, qui devrait être reformé de fond en comble pour mieux outiller les élèves à la compréhension maatique des relations séculaires Afrique-Europe. Autant parier que bientôt les poules auront des dents (sans manipulations génétiques humaines). En conséquence, ce ne sera jamais collectivement que les Blancs produiront une connaissance probe de l'Autre, avec cet inconscient collectif si indifférent (souvent méprisant) d'Autrui. En revanche, de très excellentes exceptions, il y en aura toujours ; et il faut bien admettre que mêmes ceux-là nous ne les aidons pas assez à faire des émules : combien sommes nous à les lire? Par exemple, je n'ai toujours pas lu aucun ouvrage de Jean Zigler, que je connais seulement de réputation, et à travers quelques rares apparitions télévisées. Tiens, pourrions-nous consacrer un topic aux oeuvres de ce type d'auteurs occidentaux qu'en d'autres circonstances on pourrait qualifier de "Justes"???

Viviane Forrester
Sophie Bessis
Eva Joly
François Xavier-Verchave
Jean Zigler
Noam Chomsky

Etc.
On note (bizarrement?) qu'il n'y a aucun universitaire africaniste parmi cette esquisse...

Bref, en tout cas, personnellement, je ne calcule plus ces zozos depuis une vingtaine d'années déjà. Déjà Exclamation Question
Notons qu'au moins 75% des Africains d'aujourd'hui n'étaient pas encore nés que les Gourévitch et consorts en étaient "déjà" les experts...
Dilo a écrit:
Sur ce forum de grioo.com je lisais l'an passé que OGOTEMMELI recherchait des collaborateurs pour entre-autres sur Wikipedia lancer des textes. Qu'en est-il???

Ce projet, d'un wiki consacré à la mise à disposition de connaissances documentées (scientifiques, académiques) sur l'Afrique et la Diaspora africaine par les Africains et Afrodescendants eux-mêmes, selon leur propre entendement, a trop rapidement capoté.

Il semble que ce serait dû à des insuffisances techniques, car la plate-forme proposée par NINO n'offrait pas les mêmes fonctionnalités que WIKIPEDIA ; ou plus exactement, il aurait fallu initialiser ladite plate-forme afin qu'elle en comportât. Par exemple, quand on veut référencer une citation, il n'y a pas de balises intégrées qui permettent d'automatiser l'appel et la numérotation des références dans un article. de nombreuses autres applications pour la mise en page et la mise en forme manquaient.

Il serait peut-être mieux que NINO lui-même vienne expliquer exactement a nature de ce que j'ai appelé "insuffisances techniques". En outre, il était le seul informaticien ayant accepté d'embarquer sur ce projet, tandis qu'il en avait quelques autres tout aussi importants dans ses propres tuyeaux. Ce qui a probablement accru ses contraintes de disponibilité...

Pour autant, je reste persuadé que l'idée de départ est tout à fait pertinente ; même qu'à terme elle pourrait devenir économiquement rentable pour une équipe d'initiateurs vraiment résolus, disposant de moyens techniques optimums, et qui s'en ménage la paternité juridique des futures retombées commerciales...

En tout cas, s'il existe des informaticiens AFROCENTRISTES intéressés à reprendre les affaires là où nous les avons quittées, je suis toujours partant à 200% pour mettre un peu d'argent (quelques dizaines d'euros par personnes, voire plus si nécessaire) et faire des contributions écrites...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sang froid
Grioonaute 1


Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 203

MessagePosté le: Ven 16 Avr 2010 20:36    Sujet du message: Répondre en citant

Je réveille ce sujet pour signaler la parution d'un livre sur l'Afrique qui ne serait plus mal partie, paraît-il. En tout cas c'est le directeur de l'Agence Française de Développement qui le dit.

http://www.letempsdelafrique.com/index.php/lelivre.html

Les auteurs ont plublié l'article ci-dessous dans le jounal "Le Monde"

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/04/16/europe-afrique-la-derive-des-continents-ou-le-paradoxe-du-rendez-vous-manque-par-jean-michel-severino-et-olivier-ray_1334590_3232.html

Citation:
L'Afrique célèbre le cinquantenaire de ses indépendances.

Arrêtons-nous un instant sur la période qui s'achève – afin de comprendre celle qui s'amorce.

Les années coloniales furent celles des relations unilatérales, possessives, évidentes. Tout changea aux indépendances – pour que tout reste comme avant. Car les années des émancipations africaines furent aussi celles de la guerre froide. A peine libérées de la tutelle coloniale, les nations africaines furent contraintes d'accepter la "protection" occidentale, russe ou chinoise, basculant en quelque sorte d'un empire à l'autre. Puis vint la chute du mur de Berlin. L'Afrique perdit du jour au lendemain tout intérêt stratégique aux yeux de ses anciens alliés. Trop occupés à renflouer les Etats d'Europe de l'Est, ils laissèrent leur aide au développement fondre de moitié. A l'image de leurs gouvernements, les entreprises européennes se désengagèrent d'un continent en faillite : place aux casques bleus et aux ONG ! L'Afrique des années 1990, marginalisée, devint un objet de sollicitude, un continent à soigner de toute urgence. A surveiller de près, aussi : un rôle assumé par les sœurs jumelles de Washington et le Club de Paris.

Avec les années 2000, l'Afrique a entamé une nouvelle ère, qui clôt le trop long chapitre de la décolonisation. Largement désendettées, les nations africaines ont connu, depuis le tournant du siècle, une croissance annuelle quatre fois supérieure à celle de l'Europe. Progressivement débarrassées de la tutelle du Fonds monétaire et de la Banque mondiale, elles reprennent les commandes de leurs politiques économiques. Ce nouvel épisode n'efface ni la misère qui continue à sévir au sud du Sahara, ni la vulnérabilité persistante des économies africaines. Mais, passée la proximité incestueuse de la tutelle coloniale, du patronage militaire, puis de la curatelle financière, la relation de l'Afrique au reste du monde se normalise. Le dialogue unilatéral, car asymétrique et contraint, se mue davantage en un échange de convictions, en une négociation qui ne peut reposer que sur la parité.

Certains acteurs de la scène internationale n'ont rien perdu de ce changement de cap – celui des "secondes indépendances". La place du continent réévaluée dans leurs politiques étrangères et commerciales, ils se hâtent de construire des liens avec l'Afrique. Malgré les maladresses des premiers amours, ils la séduisent en lui parlant de son futur, d'intérêts mutuels, du chemin à parcourir ensemble. La multiplication des "partenariats stratégiques" témoigne de l'attrait nouveau qu'elle exerce.

Les ressources naturelles africaines ont été l'objet de toutes les convoitises en ce début de siècle. Au moment où l'homme découvre les limites de la nature, ce phénomène ne peut que s'amplifier. Stratégique pour ses exportations, l'Afrique le sera également de par le marché qu'elle constitue – un vaste espace de près de deux milliards de consommateurs à l'horizon 2050. Il comptera d'ici deux ans 500 millions d'abonnés au téléphone portable ! Courtisé comme partenaire économique, le continent le sera aussi comme interlocuteur diplomatique. Peut-on un instant penser gérer les affaires du monde sans l'Afrique, dont la population attendue d'ici quarante ans représentera le double de celles des Etats-Unis et de l'Europe réunies ?

Alors que les grands ensembles du monde multipolaire ont perçu le vent du changement souffler sur le sous-continent, l'Europe, à bien des égards plus proche de l'Afrique, peine à croire aux bouleversements à l'œuvre à ses portes. Alourdies par leurs bagages historiques, nos sociétés semblent tiraillées entre la compassion à l'égard de sociétés perçues comme misérables, la cupidité à l'encontre d'un trésor un temps possédé, et l'indifférence pour ce voisin que l'on ignore car on pense trop bien le connaître. A l'absence de vision stratégique des décideurs, notamment financiers et industriels, répond le désintérêt de l'opinion publique, fatiguée d'Afrique. Nous avons raté le tournant d'un continent qui ne nous attend plus.

Il importe pourtant pour l'Europe d'être en phase avec ce moment de l'histoire auquel nous nous situons. L'Afrique vit en ce début de XXIe siècle le processus de peuplement le plus fulgurant de l'histoire de l'humanité. Cette métamorphose verra le territoire au sud du Sahara passer de 800 millions d'habitants aujourd'hui à 1,8 milliard en 2050. A l'opposé de nos sociétés européennes engourdies, le dynamisme démographique africain impose une cadence effrénée aux mutations – économiques, sociales, politiques – du continent. Cette Afrique milliardaire s'imposera rapidement dans la mondialisation. Faute de s'engager dans des politiques cohérentes et adaptées, l'Europe risque de la voir s'inviter brusquement dans ses politiques intérieures. La réémergence stratégique de l'Afrique, dans les risques comme dans les opportunités qui y sont liés, implique des choix radicaux de politique publique.

La décennie 1990 a précipité la dérive de nos deux continents. La dissociation des intérêts intriqués des anciennes métropoles et de leurs anciennes colonies était saine, pour l'Europe comme pour l'Afrique. La rupture, nécessaire. Mais le désinvestissement européen en Afrique représenterait une erreur historique, que les sociétés africaines sombrent dans les périls de leur métamorphose ou saisissent les opportunités qu'elle recèle. Il constituerait le terrible paradoxe d'un rendez-vous manqué : après plusieurs décennies de proximité avec un continent souffrant, l'Europe pourrait délaisser son Sud à l'heure de sa réémergence.

Jean-Michel Severino est directeur général de l'Agence française de développement et Olivier Ray est chargé de mission à l'AFD. Ils sont les auteurs du Temps de l'Afrique, paru aux éditions Odile Jacob le 18 mars

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Jeu 29 Avr 2010 09:35    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Il n'existe aucun témoignage ÉCRIT entre les hiéroglyphes égyptiennes et le 19ème siècle de l'ére chrétienne.

Heu!?
Pourtant cela fait un moment que tu parcoures ce forum, tu n'as pas encore pu y trouver les innombrables références sur les systèmes d'écriture endogènes africains : dommage, ça t'aurait évité une telle ineptie aussi grossière...

Les archives de Tombouctou : tu vois ce que c'est ?
Les archives méroïtiques : tu connais?
Celles en guez, amharique, etc.

A conê pa, A démadé...

Citation:
Samuel, Ngahou, Afrobeat, Dilo, Ogotemelli se soumettent, sans bien entendu le reconnaître, aux écrits des Blancs.

Beh, non : en tout cas, je ne me soumets à rien du tout !
J'étudie avec un minimum de vigilance critique, depuis au moins 20 ans, diverses sources historiographiques sur l'Afrique. Et comme le disait Césaire, en substances : en histoire, les faits ne sont pas tout, à supposer qu'ils soient documentés, leur interprétation est encore plus cruciale...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sang froid
Grioonaute 1


Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 203

MessagePosté le: Ven 30 Avr 2010 22:11    Sujet du message: Re: Les Oncle Tom de l'Afrocentrisme Répondre en citant

Webhad a écrit:

Mais, sang froid, cela s'appelle sortir par la porte et rentrer par la fenêtre, comme disent les Français.


En fait, les investisseurs ne sont jamais partis. En montants absolus, les investissements français sur le continent ont même augmenté au cours de la dernière décennie. Le groupe Bolloré exploite un grand nombre de ports et de chemins de fer sur le continent et y gagne beaucoup d’argent. On le retrouve même à des endroits inattendus comme la Somalie (il n’y a pas que des pirates là-bas …)

http://www.lesafriques.com/somalie/somalie-bollore-va-investir-500-millions-deuros-dans-le-port-de-be.html?Itemid=320

France Télécom fait de juteuses affaires sur le continent

http://www.lesafriques.com/technologies-et-monetique/france-telecom-se-frotte-les-mains-ses-filiales-ivoiriennes-ont-bonne.html?Itemid=197?articleid=6358

On peut continuer la liste avec le pétrole, les mines, …
Ce que j’observe avec amusement, c’est que tous les arguments développés par les afro-pessimistes il y a pas si longtemps (natalité, exode rural, …) sont subitement devenus des éléments positifs de développement économique.

http://africa.blogs.liberation.fr/diplomatie/2010/04/lurbanisation-galopante-une-chance-pour-lafrique.html

C’est qu’il y a plus que du frémissement sur le contient.

http://www.lesafriques.com/technologies-et-monetique/un-nigerian-sur-trois-a-acces-au-telep.html?Itemid=197?articleid=11672

http://www.lesafriques.com/actualite/automates-bancaires-diebold-a-l-assaut-de-l-afrique.html?Itemid=89?article=23969

Sur le plan des infrastructures, l’interconnexion des réseaux électriques avance (Nigeria – Benin- Togo- Ghana – Côte d’Ivoire, Côte d’Ivoire – Mali, …) même si la production d’énergie est encore insuffisante. De grands axes routiers sont en construction ou en projet.
Alors, retour par la petite porte ou par la fenêtre ? Non, c’est plutôt une sorte de « coming out ».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sang froid
Grioonaute 1


Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 203

MessagePosté le: Dim 02 Mai 2010 23:09    Sujet du message: Re: Les Oncle Tom de l'Afrocentrisme Répondre en citant

sang froid a écrit:

C’est qu’il y a plus que du frémissement sur le contient.


Une contribution de Lionel Zinsou sur le sujet.

http://www.dailymotion.com/video/xd417h_lionel-zinsou-une-vision-optimiste_news
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dilo
Grioonaute régulier


Inscrit le: 01 Jan 2005
Messages: 322

MessagePosté le: Lun 03 Mai 2010 20:14    Sujet du message: Re: Les Oncle Tom de l'Afrocentrisme Répondre en citant

Webhad a écrit:
Dilo a écrit :
Citation:
l'Afrique ne manque ni de richesses ni d'atouts.

Certes, mais comment les utilise-t-elle ?

Dilo a écrit :
Citation:
L'image manichéenne de l'Afrique d'aujourd'hui rejaillit sur l'histoire de son passé.

Quel est le REEL passé de l'Afrique, continent de l'oubli : la tradition orale et les griots ne remplaceront jamais l'écrit.
Il n'existe aucun témoignage ÉCRIT entre les hiéroglyphes égyptiennes et le 19ème siècle de l'ére chrétienne.

Samuel, Ngahou, Afrobeat, Dilo, Ogotemelli se soumettent, sans bien entendu le reconnaître, aux écrits des Blancs.

Pourquoi ?

Parce que pour tuer le Père encore faut-il avoir un Père ! Et ce Père, faute de mieux, est Blanc !

Le VRAI afrocentriste doit, non seulement nier, mais OUBLIER les acquis de TOUT ce qui ne vient pas du continent africain, notamment TOUTES les langues extra-africaines, y compris celle dans laquelle je m'exprime (je n'en connais pas d'autres).

Et voilà sang froid qui nous gratifie d'un article néo-colonialiste signé par deux bons européens, Jean-Michel Severino et Olivier Ray.

Ils concluent leur article ainsi :

Mais le désinvestissement européen en Afrique représenterait une erreur historique, que les sociétés africaines sombrent dans les périls de leur métamorphose ou saisissent les opportunités qu'elle recèle. Il constituerait le terrible paradoxe d'un rendez-vous manqué : après plusieurs décennies de proximité avec un continent souffrant, l'Europe pourrait délaisser son Sud à l'heure de sa réémergence.

Mais, sang froid, cela s'appelle sortir par la porte et rentrer par la fenêtre, comme disent les Français.


Sans vouloir m'engager dans un débat stérile avec WEBHAD, (sans ironie, le Francais noir, comme il se qualifie) je ne percois dans son post, en substance, qu'une intention de nous dénier toute critique de ses Maïtres, je me permets quelques brèves remarques: il y a lieu, ici, de se rapeller de l'analyse profonde de FRANTZ FANON in "Peau noire, masques blancs".
Il est connu que les Assimilés sont plus royalistes que le Roi. Leur état d'esprit est trop bien analysé par lui.

Puisque selon Webhad, étant donné que nous nous exprimons dans une langue extra-africaine et dans laquelle notre Histoire a été écrite (...), alors nous ne devrions que montrer reconaissance (??) et rester des beni-oui-oui?, et ne rien dénoncer de l'hypocrisie qui ligote fortement l'Afrique dans tous les domaines, plus que jamais au paravent?

Comme par exemple, dans toutes formes de littérature, il y a des écrits de très haute volée, et aussi des vrais "torchons", ces Griots d'Afrique comme l'a décrit AMADOU HAMPATÉ BAH sont à classer dans le même genre que la littérature en général. Donc griots honnêtes à mémoire phénoménale, et les autres qui ne sont que des lamentables mendiants chantant des louanges plaisants aux offrants.

Si la culture africaine meurtrie depuis des siècles, à l'instar de tous les domaines humains de notre continent n'a pu évoluer ou a été carrément massacrée pour ne tenir compte que des intérêts de nos bourreaux, je plainds Webhad, s'il est d'origine récente africaine, quand il escamotte ces réalités de l'Afrique berceau de l'Humanité.

C'est essentiellement de part la culture grecque (elle même inspirée par l'Egypte ancienne) que les cultures européennes ont évolué pour dépasser le stade de l'oral.

Si l'Afrique pharaonique n'a été violée et déstabilisée par tous ces envahisseurs que nous connaissons tous, eh bien l'expansion de la culture égyptienne aurait eu lieu sur tout le continent à l'instar de la grècque antique sur l'Europe.

Mais Webhad, l'Afrique de nos jours ne manquera plus de dénoncer l'hypocrisie de "nos amis de l'Afrque" qui égratignent leurs propres systèmes, en voulant nous re-endormir. Tant pis pour les assimilés déracinés.


Dernière édition par Dilo le Lun 03 Mai 2010 23:44; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Moussa l'Africain
Grioonaute


Inscrit le: 14 Mai 2004
Messages: 82

MessagePosté le: Lun 03 Mai 2010 21:17    Sujet du message: Répondre en citant

C'est flippant de voir à quel point sur Grioo les contradicteurs sont en permanence renvoyés à Fanon (par exemple), comme s'il s'agissait d'un prophète à la parole infaillible et comme si rien de signifiant n'avait été publié depuis. J'ai l'impression de voir des évangélistes parlant de la bible, ou des prédicateurs musulmans avec le Coran, bref, des types qui n'envisagent le monde qu'à travers un unique outil de compréhension.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Lun 03 Mai 2010 22:22    Sujet du message: Re: L'Afrique de l'oubli Répondre en citant

Soyons sérieux!!!
Tu as prétendu, de façon péremptoire, qu'il n'existait aucune archive autre que les hiéroglyphes jusqu'au XIXè siècle ; ce à quoi j'ai évidemment rétorqué en citant diverses sources archivistiques africaines. Si tu en ignorais l'existence, je suis heureux de t'avoir appris quelque chose ; mais assez déçu de voir comment tu t'échines à cacher en plein jour que tu l'ignorais...Cela dit, est-ce si étonnant, de la part d'un bunty tellement fier de parler depuis sa méconnaissance abyssale de soi???
Webhad a écrit:
L’Egypte de Pharaon, grande puissance de l’époque, impérialiste et hégémonique, a indubitablement influencé les sociétés, royaumes, ou tribus désignés par ses stratèges comme territoires à asservir car leur domination était nécessaire à la tranquillité des chefs militaires du Dieu Souverain : le Soudan et l’Ethiopie. Les territoires de l’Ouest, la Lybie et le Tchad actuels, leur semblaient probablement inoffensifs car dénués de présence humaine importante.

On frise la bouffonnerie!
Sais-tu que plus de 200 ans avant T3 Km.t il existait un Etat nubien dit T3 Sti ; et que c'est très précisément le Soudan qui a civilisé l'Egypte ; que les plus anciens documents archéologiques des hiéroglyphes sont d'origine nubienne???
Cf. Babacar Sall, Racines éthiopiennes de l'Egypte ancienne, ainsi que les travaux de Günter Dreyer...

Citation:
Je suis vraiment désolé, Ogotemelli, mais l’influence des Pharaons ne s’est limitée qu’à une petite région du nord-est de l’Afrique (ce qui est déjà considérable étant donnés les moyens de l’époque et l’étendue de cet immense continent) et Tombouctou n’a rayonné dans le Monde connu que sous influence arabe.

Je suppose que tu n'as jamais vu les signes graphiques bambara : tu serais ahuri de constater leur profonde similitude avec les hiéroglyphes...
Pourquoi tu ne te donnes pas la peine de te cultiver plus sérieusement, au lieu de venir raconter autant d'ineptie ; en faisant semblant d'être "désolé"?!? Crois-moi, la fréquentation de plein de VIEUX topics sur ce forum (mine de rien) suffirait à te déniaiser...
Citation:
JE REAFFIRME DONC, OGOTEMELLI, QUE L'AFRIQUE EST LE CONTINENT DE L'OUBLI : LA TRADITION ORALE ET LES GRIOTS NE REMPLACERONT JAMAIS L'ECRIT.

Ouais, c'est ça : le continent oublié des incultes heureux de l'être... Mais qu'est-ce qu'il s'en tappe de tel oubli!!!
Pour ta gouverne, les archives de Tombouctou (Gao, Dienné, etc.) ne sont pas toutes écrites en arabe ; quoiqu'essentiellement. Et surtout, (presque) TOUTES les archives européennes sont écrites dans un alphabet non-européen : ni un alphabet celte, ni visigoth, ni a fortiori gaulois...devines en quoi consiste la filiation négro-africaine de l'alphabet actuellement en usage chez les Bwana...

Bref, j'entends dire par là que les archives tombouctiennes fussent-elles écrites en arabe par des Nègres n'en demeurent pas moins TOTALEMENT des archives négro-africaines, quant évidemment à leur contenu. Ton argument est tellement faible que je me demande comment as-tu pu le tenir pour autre chose qu'arguties...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dilo
Grioonaute régulier


Inscrit le: 01 Jan 2005
Messages: 322

MessagePosté le: Lun 03 Mai 2010 23:49    Sujet du message: Répondre en citant

Moussa l'Africain a écrit:
C'est flippant de voir à quel point sur Grioo les contradicteurs sont en permanence renvoyés à Fanon (par exemple), comme s'il s'agissait d'un prophète à la parole infaillible et comme si rien de signifiant n'avait été publié depuis. J'ai l'impression de voir des évangélistes parlant de la bible, ou des prédicateurs musulmans avec le Coran, bref, des types qui n'envisagent le monde qu'à travers un unique outil de compréhension.


Mais MOUSSA L'AFRICAIN; parle nous donc de ces ouvrages qui ont succédé à ceux de FANON que tu sembles être exaspéré qu'on en cite.
Il serait édifiant si tu nous informais.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group