Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

1er satellite panafricain sur orbite !!
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Sciences & Technologies
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Ven 21 Déc 2007 21:38    Sujet du message: 1er satellite panafricain sur orbite !! Répondre en citant

Un petit pas dans l'histoire de l'aerospatiale, un grand pas pour l'Afrique !

Citation:
Télécommunications : l’Afrique désormais sur orbite


YAOUNDE - 21 DECEMBRE 2007
© Serges Olivier OKOLE, Cameroon Tribune


Le tout premier satellite africain a été lancé hier à partir de la base de Kourou en Guyane française.

Bonne nouvelle ! Les communications entre pays africains n’auront plus besoin de transiter par la France, l’Angleterre, le Canada ou par tout autre pays occidental. Le satellite panafricain Rascom-Qaf 1, le tout premier dévolu aux télécommunications du Continent noir, a effectivement été lancé hier à partir de la base de Kourou, en Guyane française. Par cette acquisition, les pays africains pourront ainsi rattraper quelque peu la fracture numérique qui les sépare des pays occidentaux et même d’Asie. Le satellite qui a été mis en orbite par la fusée Ariane 5 fournira en effet, sur l’ensemble du continent, des services fixes de très grande qualité à de faibles coûts pour la voix, les données, les télécommunications, l’accès Internet à grand débit, ainsi que la vidéo, la télévision et la radiodiffusion sonore. Ceci, aussi bien dans les zones urbaines que rurales.

L’intérêt de cette nouvelle acquisition, selon les spécialistes, va au-delà des équipements. Le plus grand bénéfice tenant certainement dans la marge d’économie que les pays africains vont désormais réaliser sur les frais de télécommunication. Les rapports affirment que l’investissement de 200 milliards de francs CFA va permettre au continent d’économiser 250 milliards, auparavant payés annuellement aux opérateurs étrangers. Cet argent comptait pour les frais occasionnés par le passage du trafic interafricain par des centres de transit européens et américains. Pour le Cameroun qui abrite à Douala une des quatre stations de contrôle et de télémesure – la Libye, la Côte d’Ivoire et la Gambie abritent les trois autres – cette nouvelle donne va certainement renforcer sa position stratégique, au centre du développement de la sous-région Afrique centrale.

La base de Douala est combinée à la station de communication du système à satellite d’Intelsat, au point d’atterrissement du câble sous-marin SAT3, et au point de terminaison des câbles à fibre optique nationale, sous-régionale et transnationale. Une position qui aura certainement un effet dopant pour le développement des activités économiques, des infrastructures et, sur le plan social, la création des emplois directs et indirects, de même que sur l’urbanisation de la ville de Douala et toutes les régions du pays. Une délégation camerounaise conduite par le ministre d’Etat, ministre des Postes et Télécommunications, Bello Bouba Maïgari, était présente au lancement du satellite Rascom-Qaf 1 à Kourou.


Citation:
Ariane décolle en direct
sur lefigaro.fr

L.S. (lefigaro.fr)
21/12/2007
Vendredi soir, la fusée mettra sur orbite le premier satellite panafricain. Suivez ce lancement en direct et en vidéo sur lefigaro.fr.
Vendredi soir, pour la 36ème fois de l'histoire du port spatial européen et la sixième fois de l'année, la fusée Ariane 5 échappera à la gravité terrestre depuis le pas de tir de Kourou, en Guyane. A son bord, le satellite de télécommunications Horizons-2 qui va couvrir une zone allant du Canada aux Caraïbes.

Mais surtout, elle mettra en orbite RASCOM-QAF1, le tout premier satellite de télécoms panafricain. Construit par Thales Alenia Space pour le compte de la société RascomStar, cet appareil de 3.160 kg couvrira tous les pays du continent noir, grâce à deux équipes humaines postées en Libye et au Cameroun

A l'heure actuelle, pour communiquer entre eux, ces Etats doivent transiter par l'Europe ou l'Amérique du Nord, une étape très couteuse. Avec le système Rascom (Regional African Satellite Communication), l'Afrique, et notamment ses zones rurales, pourra accéder aux services de téléphonie, d'accès Internet, et de télévision. Le premier satellite du système devrait remplir son office durant 15 ans.

Suivez ce lancement en direct et en images sur lefigaro.fr à partir de 22 heures, heure de Paris, en partenariat avec Arianespace.


Plus rapide que le team editorial de Grioo Wink
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Ven 21 Déc 2007 21:53    Sujet du message: Répondre en citant

LOL, c'est normal; ce n'est pas encore lancé.
Cameroon Tribune annonce le 21 que le satellite a ét élancé "hier", c'est à dire le 20.

Le Figaro annonce le 21 que le satellite est lancé le soir, donc le 21....
ça fait 1 jour de différence quand même, l'aérospatiale est plus précis que ça Wink

Eh bien, le satellite est lancé ce vendredi 21, et dans exactement 03 minutes.

Vous pouvez voir le lancement en direct ici
http://www.videocorner.tv/videocorner/live/frameset.php?flight=184&flight_vod=182&langue=fr&rub=live

Bon visionnage!!!
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Ven 21 Déc 2007 22:08    Sujet du message: Répondre en citant

A -6mins59secs (remis à -7mins00secs) avant le décollage, il y'a un rouge !
Donc, interruption de la séquence synchronisée, interruption du lancement. Des capteurs renvoient apparemment des valeurs non conformes à celles attendues.

Le décompte devrait reprendre (a priori) dans quelques temps...
Faut pas qu'Ariane rigole avec notre cadeau de noël
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Ven 21 Déc 2007 22:13    Sujet du message: Répondre en citant

ça y est, ça repart Wink
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Ven 21 Déc 2007 22:20    Sujet du message: Répondre en citant

A -2mins21secs, arrêt rouge - sauvegarde.
On repasse à -7mins pour décompter une fois de plus. La fenêtre de lancement de rétrécit, elle n'est plus que de 44 mins. Si après 44 mins, z'ont pas lancé, on reporte à probablement 2008 ce lancement.

Pas facile cet accouchement !!
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Ven 21 Déc 2007 23:03    Sujet du message: Répondre en citant

ça y est
L'afrique est désormais sur orbite, réellement.
Les ministres des télécoms ivoirien, camerounais et lybien étaient présents pour ce moment critique.
La durée de vie est de 15 ans, et le satellite permettra la TV sur IP, la téléphonie mobile et rurale.
Désormais, c'est l'ère des services qui commence.

Le satellite sera néanmoins livré vers fin Janvier 2008, car Thalès devra d'abord stabiliser l'orbite, puis faire des tests en conditions opérationnelles avant de livrer le produit.
Le satellite sera exploitée depuis une base située en Lybie.

More to come...
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Ven 21 Déc 2007 23:42    Sujet du message: Répondre en citant

Nino a dit
Citation:
LOL, c'est normal; ce n'est pas encore lancé.


Ils auraient pu l'annoncer avant non, afin qu'un maximum de grioonautes puissent assister à cet évènement ? Wink


Pétard, mon ordi à déconné a 1 minute du décollage !!! Sad
J'ai quand mème entendu l'audio du vrombissement des moteurs au moment crucial...
Je crois que la Lybie est le moteurs principaux de se grand projet panafricain, elle aurait mème payé la quote part de certains pays africains désargentés...
Avouons que Khadafi à des défauts mais aussi certaines qualités appréciables pour le continent.
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Dim 23 Déc 2007 08:37    Sujet du message: Répondre en citant

Mais, dites-moi, chers amis : les Nigérians ne devaient-ils pas faire lander un satelitte par la Chine, depuis déjà quelques années?
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Abiola
Grioonaute régulier


Inscrit le: 13 Avr 2006
Messages: 340

MessagePosté le: Dim 23 Déc 2007 14:26    Sujet du message: Répondre en citant

D'un autre côté il n'y a rien d'extraordinaire : on ne fait que payer pour pouvoir utiliser cette technologie qu'on ne maitrise pas. Vraiment, la nouvelle n'arrive pas à m'emballer même si quelque chose de plutôt positif. Ca me rappelle l'époque où on achetait des usines clés en main.
_________________
Les Africains sont aujourd'hui à la croisée des chemins : c'est l'union ou la mort !
Africaines Africains, l'édification de la véritable union africaine est notre devoir et notre seule chance de salut sur cette terre.
Un vrai guerrier ne recule pas devant son devoir sous prétexte que la tâche est surhumaine, impossible...il se bat !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sang froid
Grioonaute 1


Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 203

MessagePosté le: Mar 25 Déc 2007 23:26    Sujet du message: Répondre en citant

Abiola a écrit:
D'un autre côté il n'y a rien d'extraordinaire : on ne fait que payer pour pouvoir utiliser cette technologie qu'on ne maitrise pas. Vraiment, la nouvelle n'arrive pas à m'emballer même si quelque chose de plutôt positif. Ca me rappelle l'époque où on achetait des usines clés en main.


Je ne suis pas d'accord avec cet avis pour deux raisons. La première est que l'Afrique n'est pas obligée de tout re-inventer, elle peut bien utiliser des biens d'équipements conçus par d'autres pour transformer ses matières premières. La deuxième raison est liée à la nature actuelle de l'économie dans laquelle la production des biens et des services compte autant sinon plus que la production manufacturière. Le développement des communications sur le continent devient de fait vital.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imab19
Grioonaute régulier


Inscrit le: 18 Avr 2005
Messages: 332

MessagePosté le: Mer 26 Déc 2007 00:20    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
Mais, dites-moi, chers amis : les Nigérians ne devaient-ils pas faire lander un satelitte par la Chine, depuis déjà quelques années?


il a été expédié l'année dernière je crois. Les médias l'ont passé sous silence. Mais tu peux retrouver les articles qui en parlent sur le net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 3071

MessagePosté le: Mer 26 Déc 2007 05:57    Sujet du message: Répondre en citant

Casimir Leke Betechuoh: Vice-président chargé des Relations Internationales du projet Rascom I, nous parle du projet rascom

En décembre prochain, si tout est respecté, l’Afrique lancera son système satellite Rascom I grâce à la fusée ArianeSpace. Une vraie révolution pour l’univers des télécommunications sur le continent... “... Le Cameroun est l’un de trois premiers investisseurs dans le capital de Rascom... ”

Haut responsable dans le projet Rascom (Regional african satellite communication organization), le Camerounais Casimir Leke Betechuoh fait le point sur l’état d’avancement de ce projet et ses enjeux pour le continent.

Pouvez-vous résumer en quoi consiste le projet Rascom I ?

L’Organisation régionale africaine de communications par satellite (Rascom), créée en Mai 1992 et ayant son siège à Abidjan, est l’expression de la ferme volonté soutenue de tous les Etats africains d’œuvrer ensemble pour créer et exploiter en commun des infrastructures de télécommunications propres à l’Afrique. Rascom est en fait la solution africaine formulée par les pays africains pour répondre à leurs besoins spécifiques tels qu’identifiés par eux-mêmes au cours d’une étude de faisabilité. Cette étude qui est la plus complète jamais menée dans ce domaine en Afrique, a couvert 50 pays africains et impliqué 600 experts nationaux.

L’objectif visé par les Etats africains en créant Rascom est de fédérer les besoins nationaux de manière à rendre le marché africain des télécommunications solvable et plus viable. A travers ce vaste marché, l’on obtiendra des économies d’échelles telles que les coûts des services de télécommunications accessibles à toutes les populations africaines, notamment celles des zones rurales. Il y a 45 pays Africains qui sont membres de Rascom aujourd’hui. Les autres pays qui ne sont pas encore membres vont adhérer incessamment, car il y a déjà quelques-uns qui frappent à la porte de Rascom.

Y a-t-il une nécessité pour l’Afrique d’avoir son propre système satellite ?
La nécessité pour l’Afrique d’avoir son système à satellite n’est plus à démontrer. Elle est même pressante. Surtout que nous sommes en plein dans la société de l’information et de la communication. Il y a désormais, en matière d’information des “ pays pauvres ” et des “ pays riches ”. L’Afrique doit avoir son système à satellite comme toutes les autres régions du monde.

Tenez : actuellement, une grande partie du trafic interafricain à faible débit et voire même à grand débit passe par des centres de transit situés hors du continent occasionnant des frais de transit excédant 500 millions de dollars Us (environ 250 milliards Fcfa) par an payés aux opérateurs étrangers comme frais de transit.

Le système à satellite Rascom va combler ce vide et il est le seul qui palliera au manque d’infrastructures connu sous les différents noms comme l’accès universel, fossé d’infrastructure, maillon manquant ou fossé numérique. La technique de la conception de ce système s’assure que le problème relatif au manque criard d’infrastructures sera résolu à un moindre coût sur une base solvable.

La transmission de données (Internet etc.) suit le même parcours en frais de transit comme pour la voix. Pour la transmission de données, la somme payée pour les frais de transit est estimée à près de 400 millions de dollars (environ 200 milliards de Fcfa) par an. Si vous additionnez les deux montants vous voyez déjà ce que l’Afrique, sans moyens, jette par la fenêtre chaque année en devises par manque de cette infrastructure de base de communications par satellite.

Il s’agit en fait de garantir aussi l’accès universel aux services de télécommunications en Afrique, surtout en zone rurale, tout en projettant le continent sur l’autoroute de l’information. Presque 70% de la population africaine vivent dans les zones rurales produisant plus de 40% des Produits bruts du continent. Donc, il faut nécessairement une infrastructure de télécommunications qui peut couvrir non seulement le continent mais aussi l’intérieur de chaque pays africain. D’où la nécessité d‘un satellite africain !


Combien va coûter ce projet pour l’Afrique ?

Le coût total du projet est dans l’ordre de 400 millions de dollars américains (200 milliards de Fcfa). Il couvre les coûts pour le satellite, la campagne de lancement, le système de contrôle du satellite, le lancement, l’Assurance, la conception du segment terrestre inclus le développement du segment terrestre etc.

Comment va concrètement fonctionner ce satellite pour couvrir tout le continent ?
Le système à satellite de Rascom est composé du segment spatial et du segment terrestre. Le segment spatial est constitué d’un satellite qui couvre toute l’étendue du continent africain incluant toutes ses îles en bande C et en bande Ku et qui sera situé à 2.85°E sur orbite à 36000KM.


Quel est l’état des contributions par les Etats africains pour la réussite du projet ?

L’état de contribution des Etats africains ne peut pas se chiffrer seulement en termes d’argent. Il est d’abord politique. Le fait de vouloir conjuguer les efforts ensemble pour un destin commun. Mais il faut aussi de l’argent pour soutenir la volonté politique car le satellite coûte cher, très cher même ! En ce qui concerne les contributions des pays africains dans le capital de Rascom cela se fait à travers les opérateurs nationaux de télécommunications en Afrique qui versent les parts d’investissement dans le capital de Rascom. Ce qui est payé à Rascom, ce ne sont pas des contributions comme dans les autres organisations intergouvernementales, ce sont les capitaux qui vont générer les dividendes lorsque le satellite sera opérationnel. Ces parts d’investissement sont allouées aux signataires de Rascom chaque fois que Rascom fait appel de fonds auprès de ses signataires. Mais comme vous le savez, il y a ceux qui croient souvent aux initiatives africaines et d’autres qui attendent que les miracles se fassent pour que ces objectifs assignés soient matérialisés.

Je voudrais par là dire que ce n’est pas tous les signataires qui sont investisseurs dans le capital de Rascom et ce n’est pas tous ceux à qui ont été allouées les parts d’investissement qui paient régulièrement et en temps voulu pour que Rascom puisse remplir sa mission. Mais je dois également vous rassurer que le Cameroun à travers Camtel est l’un des trois premiers investisseurs dans le capital de Rascom et siège au Conseil d’administration de Rascom.

Vous semblez très reconnaissant à l’endroit du Colonel Kadhafi. Quelle est la contribution spécifique de ce pays à la réussite du Satellite Rascom ?

La grande Jamahiriya Arabe Libyenne a beaucoup fait pour que ce projet puisse s’envoler. Je vais vous dire pourquoi. Pour le premier bouclage financier l’opérateur national des télécommunications de la Libye (General Posts and Telecommunications Company- GPTC) a investi 42 millions US (environ 21 milliards de Fcfa) dans le capital de la société, RascomStar-QAF. Une banque libyenne appelée “ Libyan Arab Foreign Bank ” (LAFB) a accordé un crédit de 84 millions US ( 42 milliards de Fcfa) à la société, RascomStar-QAF, sur instructions de Son Excellence Muhamar Kadhafi. En plus GPTC, un opérateur national des télécommunications en Libye a donné un crédit de 10 millions US (environ 5 milliards de Fcfa) à Rascom pour distribuer aux pays africains qui devraient payer leurs parts d’investissement dans Rascom, mais connaissaient des difficultés liées aux problèmes socio-politiques internes de leurs pays respectifs (crises ou guerres civiles etc.). Ces pays ne pourront rembourser les crédits à GPTC que lorsque le satellite Rascom-1 sera opérationnel et ces remboursements seront faits sur les dividendes et sans intérêts, s’il vous plait !
En plus, pour que le satellite soit lancé comme prévu en 2007, une autre institution financière Libyenne, la “ Libyan African Investment Portfolio ” (LAIP) vient de prendre les parts d’investissements additionnels dans la société RascomStar-QAF pour un montant total de 54 millions US (environ 27 milliards de Fcfa). Et pas plus tard que le 12 juillet 2007, une autre institution financière Libyenne a accordé un crédit de 48 millions US (24 milliards de Fcfa) à RascomStar-QAF pour lui permettre de respecter les délais de lancement du satellite en décembre 2007. LAIP a aussi pris des participations additionnelles pour un montant de 6,2 millions US (un peu plus de 3 milliards de Fcfa) en même temps que la GPTC de la Libye qui a aussi fait un investissement additionnel de 8 millions US (un peu plus de 4 milliards de Fcfa) dans le capital de RascomStar-QAF pendant la période allant du 15 juin au 20 juillet 2007.

Le centre du contrôle du satellite est en construction actuellement aux frais de la Libye. Ce que je dois dire et préciser est que toutes ces institutions financières libyennes qui ont investi énormément dans ce projet de Rascom ont eu d’autres projets plus juteux où elles pouvaient tirer plus de profits mais ont décidé d’investir dans le projet Rascom par respect de ce projet continental. La Banque Ouest Africaine de Développement (Boad) vient d’être le 46e membre de Rascom depuis le 23 juillet 2007.


Pourquoi avoir choisi ArianeSpace pour le lancement de ce satellite en décembre prochain ?

Ce n’est pas par plaisir ou même parce qu’on aime telle ou telle société. Le choix a été fait selon les normes internationales et standard d’appel d’offres. Et comme vous le savez, Ariane Space est l’un des meilleurs en matière de qualité de lancement des satellites dans le monde. C’est d’ailleurs Ariane qui lance beaucoup de satellites pour d’autres structures comme la nôtre. Avec un taux de réussite irréprochable et très respecté dans l’industrie on ne pourra pas faire mieux.


Quelle assurance pouvez-vous donner quant à l’effectivité du lancement du satellite Rascom I en décembre prochain ? Est-on sûr que cette échéance sera respectée ?

Pour répondre à la première partie de la question, le taux de réussite du lancement par Ariane Space est très élevé à presque 99.99%. Mais dans tous les cas, il faut se confier aussi en Dieu et prier pour que ça se passe très bien. Pour ce qui est de la certitude au niveau de la date de lancement, je peux vous dire qu’on est sûr du lancement à l’échéance fixée. Sauf cas de force majeure ou catastrophe comme les intempéries dues au mauvais temps du climat à l’endroit du lancement au jour J-0.

Beaucoup pensent que la plupart des pays africains sont pauvres et ne comprennent pas comment on peut, dans ces conditions, se focaliser sur un projet comme celui du satellite. Que peut apporter le satellite Rascom dans le développement du continent ?

C’est l’éternel débat : qui vient en premier, l’oeuf ou la poule ? Je me borne à citer le représentant de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique centrale quand il a dit en mai 2007 lors de la cérémonie d’un atelier sur les Tics à Douala que : “ Aujourd’hui, les Technologies de l'Information et de la Communication peuvent non seulement contribuer à la croissance économique générale (dont les effets devraient être perçus par une augmentation du revenu des pauvres) mais aussi à la croissance relative en faveur des plus démunis. L’utilisation des Tic permet un meilleur accès à l'information pour le développement et constitue un vecteur puissant d'amélioration des conditions de vie des plus démunis notamment les personnes à la recherche d’un emploi”. Je dois ajouter que pour que cela se fasse et que les outils de l’information et de la communication contribuent à réduire non seulement le fossé numérique mais également la pauvreté, il faudrait que les pays africains soient dotés des infrastructures de base de télécommunication surtout dans le monde rural qui constitue plus de 70% de la population africaine vivant dans ces zones isolées et produisant plus de 40% de Pib africain annuellement.

http://www.cameroon-info.net/cmi_show_news.php?id=20074&cid=22
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Abiola
Grioonaute régulier


Inscrit le: 13 Avr 2006
Messages: 340

MessagePosté le: Mer 26 Déc 2007 12:39    Sujet du message: Répondre en citant

sang froid a écrit:
Abiola a écrit:
D'un autre côté il n'y a rien d'extraordinaire : on ne fait que payer pour pouvoir utiliser cette technologie qu'on ne maitrise pas. Vraiment, la nouvelle n'arrive pas à m'emballer même si quelque chose de plutôt positif. Ca me rappelle l'époque où on achetait des usines clés en main.


Je ne suis pas d'accord avec cet avis pour deux raisons. La première est que l'Afrique n'est pas obligée de tout re-inventer, elle peut bien utiliser des biens d'équipements conçus par d'autres pour transformer ses matières premières.

Il y a des secteurs cruciaux dans lesquels il faut absolument être indépendant. Actuellement les Chinois font des tests de missiles sol-air capables de frapper les satellites en orbite et de les détruire. Nous on est toujours dans une démarche de consommation non de production. C'est comme lorsqu'on a besoin d'infrastructures (barrages, routes, ponts etc.) les gouvernements sont heureux de nous annoncer qu'ils ont payé des entreprises étrangères pour les réaliser.

Citation:

La deuxième raison est liée à la nature actuelle de l'économie dans laquelle la production des biens et des services compte autant sinon plus que la production manufacturière. Le développement des communications sur le continent devient de fait vital.

L'industrie est le pilier de la puissance. Construire de façon autonome :
- Une industrie métallurgique
- Une industrie de biens production (machine-outils)
- Une industrie chimique
- Une industrie de l'énergie : pétrole, gaz, charbon, nucléaire, solaire, éolien, hydrogène, géothermie etc.
- Une industrie agro-alimentaire
- Une industrie pharmaceutique
- Une industrie automobile
- Une industrie navale
- Une industrie aéronautique et spatiale
- Une industrie textile
- Une industrie des télécoms
etc.
C'est cela la priorité. Sans ce tissu industriel, l'impact du secteur des services sur la situation économique du continent sera marginal. C'est comme mettre un gros boubou pour cacher son corps de squelette.

J'en ai marre d'entendre "développement" partout, d'entendre "lutte contre la pauvreté" partout. Mais jamais on entend parler d'un gigantesque plan d'industrialisation ! C'est rageant. Si on continue comme ça, dans 100 ans, quand les étrangers auront épuisé nos ressources naturelles qui sont notre principale source de devises, avec quoi on va acheter les nouvelles technologies que les autres auront produit ?

Prenez le Japon de Meïji, prenez la Russie de Staline, prenez encore le Japon d'après-guerre, Singapour, Taiwan, Hong-Kong, la Corée du Sud, la Chine de Deng Xiaoping : l'industrie d'abord, le reste après. Quand je pense que de nombreux pays africains étaient plus avancés que la Corée du Sud en 1960, c'est grave. Pendant que les coréens batissaient leur industrie, nous on vendait du cacao et de temps en temps, on achetait des usines clés en main. Aujourd'hui, nous sommes à des années-lumières de ce pays. Les coréens aussi auraient pu se dire : à quoi ça sert de tout réinventer ? Contentons-nous d'acheter. Ne planifions pas l'avenir industriel. Ce que nous, africains, sommes en train de réediter aujourd'hui, c'est que nous avons déjà fait par le passé.

Rageant. Evil or Very Mad
_________________
Les Africains sont aujourd'hui à la croisée des chemins : c'est l'union ou la mort !
Africaines Africains, l'édification de la véritable union africaine est notre devoir et notre seule chance de salut sur cette terre.
Un vrai guerrier ne recule pas devant son devoir sous prétexte que la tâche est surhumaine, impossible...il se bat !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Steve Biko
Grioonaute 1


Inscrit le: 25 Déc 2005
Messages: 185
Localisation: IDF

MessagePosté le: Mer 26 Déc 2007 13:17    Sujet du message: Répondre en citant

Donc si j'ai bien compris, cest la Lybie qui a financé le sattelite. Mais alors, qu'est-ce qu'il y a d'africain dans cette histoire, la Lybie étant un pays du Maghreb ?
Chaque fois qu'on construit une route, un pont, la maison de l'assemblée nationale, la maison de la radio, un hôpital..., ce sont toujours des entreprises étrangères et des ingénieurs étrangers qui sont à l'oeuvre.
Sommes-nous incapables à ce point ?
Où sont les ingénieurs africains formés parfois dans les mêmes écoles que les européens, chinois ou américains ?
Abiola, je ne sais pas si tu as lu l'article qui parle de l'ingénieur camerounais installé en Allemagne. Cet ingénieur dit une chose magnifique : "si le solaire ne peut pas marcher en Afrique, il ne marchera nulle part ailleurs". Même ça, nous n'avons pas compris et pourtant c'est une évidence qui saute aux yeux.
_________________
"Soit tu es vivant, soit tu es mort et quand tu es mort, tu ne peux plus t'en soucier. Et ta façon de mourir peut elle même être une chose politique (...) car si je n'arrive pas dans la vie à soulever la montagne de l'apartheid, sûrement, l'horreur de la mort y parviendra"
Steve Bantu Biko
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Steve Biko
Grioonaute 1


Inscrit le: 25 Déc 2005
Messages: 185
Localisation: IDF

MessagePosté le: Mer 26 Déc 2007 13:57    Sujet du message: Répondre en citant

Après le discours de Dakar, M. Sarkozy s'est rendu au Gabon. Le nabot du Gabon n'a pas trouvé mieux à faire que d'aller lui montrer des forêts.
Vous avez compris pourquoi Sarkozy lui a caressé la joue comme un enfant au sommet de UA-UE de Lisbonne.
_________________
"Soit tu es vivant, soit tu es mort et quand tu es mort, tu ne peux plus t'en soucier. Et ta façon de mourir peut elle même être une chose politique (...) car si je n'arrive pas dans la vie à soulever la montagne de l'apartheid, sûrement, l'horreur de la mort y parviendra"
Steve Bantu Biko
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sang froid
Grioonaute 1


Inscrit le: 18 Juin 2006
Messages: 203

MessagePosté le: Mer 26 Déc 2007 15:14    Sujet du message: Répondre en citant

Abiola a écrit:

Il y a des secteurs cruciaux dans lesquels il faut absolument être indépendant. Actuellement les Chinois font des tests de missiles sol-air capables de frapper les satellites en orbite et de les détruire. Nous on est toujours dans une démarche de consommation non de production. C'est comme lorsqu'on a besoin d'infrastructures (barrages, routes, ponts etc.) les gouvernements sont heureux de nous annoncer qu'ils ont payé des entreprises étrangères pour les réaliser.
L'industrie est le pilier de la puissance. Construire de façon autonome :
- Une industrie métallurgique
- Une industrie de biens production (machine-outils)
- Une industrie chimique
- Une industrie de l'énergie : pétrole, gaz, charbon, nucléaire, solaire, éolien, hydrogène, géothermie etc.
- Une industrie agro-alimentaire
- Une industrie pharmaceutique
- Une industrie automobile
- Une industrie navale
- Une industrie aéronautique et spatiale
- Une industrie textile
- Une industrie des télécoms
etc.
C'est cela la priorité. Sans ce tissu industriel, l'impact du secteur des services sur la situation économique du continent sera marginal. C'est comme mettre un gros boubou pour cacher son corps de squelette.

Rageant. Evil or Very Mad


Sur le fond, je suis d'accord avec toi, Abiola. Mais c'est sur la façon de procéder que nos avis divergent je crois. Tout en recherchant à maîtriser les bases des "secteurs cruciaux" que tu as cités à travers la formation des hommes, je pense qu'il ne faudrait pas hésiter à acheter des équipements pour transformer les matières premières locales et fournir des services pour les marchés locaux et régionaux. Dans un deuxième temps, il faudrait fabriquer son outil de production à soi, en copiant par exemple celui acheté, pour ne plus en racheter d'autres.
Je maintiens ce que j'ai dit sur les nouvelles technologies de la communication. Entre parenthèses, c'est honteux de voir que c'est la Lybie qui a payé cet outil pour les africains. C'est un secteur dans lequel certains de nos frères excellent et j'en suis très heureux. Voir par exemple cette entreprise
http://www.groupechaka.com/
que Nino m'a fait découvrir et qui a des marchés dans toute l'Afrique de l'Ouest et même en Europe de l'Est. Améliorer les infrastructures des NTIC devraient permettre à des entreprises de ce genre de se développer. L'environnement économique que l'on impose au continent oblige à prendre des initiatives dans tous les secteurs tout en travaillant à maîtriser les fondamentaux. C'est mon point de vue.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Abiola
Grioonaute régulier


Inscrit le: 13 Avr 2006
Messages: 340

MessagePosté le: Mer 26 Déc 2007 16:53    Sujet du message: Répondre en citant

Sang froid, samba94, je pense que nous sommes d'accord sur le fond. Je ne dis pas qu'il ne faut pas acheter de biens d'équipement à l'étranger. Je dis que cela doit s'inscrire dans un plan. Observer, comprendre, reproduire, améliorer. Voici la séquence gagnante.
Chez nous, l'ambition d'industrialisation n'est tout simplement pas là. Prenons l'exemple du satellite. Bien sûr que c'est un geste positif puisqu'on aura plus à passer par des relais en occident. Seulement, où est le plan ? Comment fabriquer nous-même ces satellites et les lancer nous-même ? Ce sont des programmes à long terme qui nécessitent qu'on commence maintenant.

En commençant maintenant, on pourrait créer une agence spatiale panafricaine. Le Nigeria et l'Afrique du Sud peuvent déjà fournir des bataillons entiers de scientifiques, d'ingénieurs et de techniciens. En ratissant dans tous les pays et dans la diaspora, les ressources humaines nécessaires au projet seront réunies sans problème. En commençant maintenant, nous pourrions petit à petit, arriver au but dans une quinzaine d'années.

Mais voyez vous-même, nous sommes bien dans une logique de consommation et non d'établir un plan pour produire de façon autonome dans un avenir même lointain.
_________________
Les Africains sont aujourd'hui à la croisée des chemins : c'est l'union ou la mort !
Africaines Africains, l'édification de la véritable union africaine est notre devoir et notre seule chance de salut sur cette terre.
Un vrai guerrier ne recule pas devant son devoir sous prétexte que la tâche est surhumaine, impossible...il se bat !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Ven 28 Déc 2007 00:38    Sujet du message: Répondre en citant

Moi, je pense que 2 "tu l'auras", c'est très bien, mais 1 "tiens", je préfère.

Et puis, d'après la valeur intermédiaire, impossible de faire 100m, sans être passé par 0,0001m (le challenge, c'est d'y passer très vite je sais; mais on y passe quand même).
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Mer 09 Jan 2008 23:39    Sujet du message: Répondre en citant

Rascom-Qaf1 a des difficultés les amis.

Une fuite dans un sous-système d'Héluim empêche la mise sur orbite. Bien-sûr, sans mise sur orbite, pas de satellite panafricain, et pas de NTIC à faibles coûts en Afrique.

Sur les dizaines de satellites que gère Thales chaque année, fallait que ça soit le nôtre qui tombe en rade!!!!

Je dois avouer que je commence à devenir parano avec ces histoires.
Comme on apprend seulement 40 ans après comment sont morts Lumumba ou Moumié, je me demande si on apprendra pas un jour que des entreprises qui gagnent des millions de dollars dans les Telcos en Afrique et leurs gouvernements se sont mis d'accord pour mettre à mort Rascom-Qaf1.
Un tel truc ne me surprendrait pas le moins du monde.


L'idée d'un tel satellite est née en 1992; le satellite n'est parti de la Terre qu'en 2007. 15 ans d'afforts (Dieu sait Ô combien il est difficile de faire travailler les gouvernements africains ensemble) seraient réduits à néant.
Toute vélléïté de recommencer serait vaine pendant les 30 prochaines années si Rascom-Qaf1 n'est pas sur orbite et livré à temps.

Cette histoire ne n'inspire guère. La logique veut qu'il y ait une probabilité que ça ne soit qu'un accident; mais par les temps qui courent, point de logique chez moi.
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 10:28    Sujet du message: Répondre en citant

Espace
Rascom-1 fuit

par RFI

Article publié le 03/01/2008 Dernière mise à jour le 03/01/2008 à 13:11 TU
RASCOM-1, le premier satellite panafricain.( Photo : AFP )

RASCOM-1, le premier satellite panafricain.
( Photo : AFP )
Une petite lueur d’espoir pour le satellite panafricain de télécommunication Rascom-1, lancé le 22 décembre dernier par une fusée Ariane-5 depuis le centre spatial de Kourou. Ce satellite sur lequel on a constaté une fuite dans le système de pressurisation des réservoirs de carburant, pourrait bien être mis à poste malgré le problème.

Imprimer l'article

Envoyer l'article

Réagir à l'article

Le problème de ce satellite panafricain de télécommunications – le tout premier du genre – c’est qu’il est parfaitement fonctionnel, pour peu qu’il soit placé sur sa position finale – une position géostationnaire, face à l’Afrique, dans le plan de l’Equateur, à 36.000 km d’altitude. Car si l’on fait exception de la fuite constatée, l’engin est parfaitement apte à réaliser sa mission de relais spatial africain pour la télévision directe et les services d’internet.

Mais voilà, placé dans un premier temps sur une orbite provisoire qui va de 200 km à 36.000 km d’altitude, il doit remonter son périgée, son orbite basse, à l’aide d’un moteur brûlant un carburant liquide mis sous pression par de l’hélium liquide, un gaz inerte.

Or, une fuite d’hélium a été détectée après les premières opérations de relevage d’orbite. On a donc immédiatement stoppé toutes les procédures de mise à poste pour comprendre ce qui se passait.

Pour l’heure, les spécialistes estiment qu’il est encore possible d’effectuer la mise à poste définitive non pas avec le moteur principal de Rascom-1, mais avec un autre système de propulsion secondaire ne générant qu’une fuite d’hélium mineure.

Si cette option est retenue d’ici la fin de la semaine, Rascom pourrait donc être sauvé et mis à poste dans les toutes prochaines semaines.

Ce qui serait alors pour l’Afrique un beau cadeau de Nouvel An.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 10:30    Sujet du message: Répondre en citant

Accueil > Nouvelles
Rascom 1 enregistre ses premiers ennuis mécaniques
Informations sur la fuite dans le système de pressurisation des réservoirs de carburant de RASCOM, premier satellite panafricain de télécommunication.

La société privée Rascomstar qaf Toulouse (France), chargée de l’exploitation et du système du premier satellite panafricain de télécommunication RASCOM (Organisation régionale africaine de communication par satellite) lancé le 22 décembre dernier, a confié à APA qu’elle attend d’être fixée sur les conséquences de la fuite dans le système de pressurisation des réservoirs de carburant du satellite annoncé le 29 décembre par le constructeur Thales Alenia Space.

Jointe au téléphone, Mme Miriame Calmet, assistante à Rascomstar qaf Toulouse, a confirmé la panne et indiqué à APA que sa société « s’en remet au communiqué » et « est dans l’attente » depuis « l’annonce de la panne par le constructeur du satellite le 29 décembre dernier ».

A cette date, Thales Alenia Space avait rendu public un communiqué, indiquant que l’engin lancé le 22 décembre dernier par une fusée Ariane-5 depuis le centre spatial de Kourou enregistre une fuite de l’hélium liquide (un gaz inerte).

La panne, selon le communiqué, a été « détectée après les premières opérations de relevage d’orbite dans le système de pressurisation des réservoirs de carburant », Thales Alenia Space a dû « immédiatement stopper » toutes les procédures pour s’enquérir de l’importance de la panne.

Une radio étrangère rapporte jeudi, que le « problème de ce satellite panafricain de télécommunications – le tout premier du genre – c’est qu’il est parfaitement fonctionnel, pour peu qu’il soit placé sur sa position finale – une position géostationnaire, face à l’Afrique, dans le plan de l’Equateur, à 36.000 km d’altitude ».

« Si l’on fait exception de la fuite constatée, l’engin est parfaitement apte à réaliser sa mission de relais spatial africain pour la télévision directe et les services d’internet », indique la station.

Les spécialistes estiment qu’il est encore possible d’effectuer la mise à poste définitive non pas avec le moteur principal de Rascom-1, mais avec un autre système de propulsion secondaire ne générant qu’une fuite d’hélium mineure ».
Une petite lueur d’espoir » pour l’engin.

« Si cette option est retenue d’ici la fin de la semaine, Rascom pourrait donc être sauvé et mis à poste dans les toutes prochaines semaines. »

Mme Lydie Garba basée au siège RASCOM, à Abidjan en Côte d’Ivoire, confirmant la panne de l’engin, a indiqué Rascomstar qaf Toulouse, le partenaire de l’organisation depuis 10 ans pour toute « réponse technique ».

Quarante-cinq pays africains, sur un total de 53 pays, ont signé en mars 2005 la convention de RASCOM perçu au plan africain comme un « moyen puissant », un « outil indispensable » d’intégration politique, économique, commerciale et culturelle.

Selon la convention, RASCOM permettra, « l’émergence d’une industrie locale des télécommunication », une « occasion réelle de positionnement et de participation dans l’infrastructure mondiale de l’information » avec la possibilité de « produire des émissions et de faire des retransmissions radiophoniques et télévisuelles à l’échelle du continent ».

Elle poursuit également l’objectif de réduire la fracture numérique.

Sur le plan économique, RASCOM ambitionne de créer de nouveaux métiers dans le domaine des télécommunications et de favoriser les investissements.

Le taux de rentabilité interne du capital investi est d’environ 35%, selon l’organisation.

Source : APA

Date de publication : 3 janvier 2008

Ve
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 10:30    Sujet du message: Répondre en citant

Nouvelle étape dans les opérations de mise à poste du satellite RASCOM-QAF1
Entre périgée de l’orbite et orbite géostationnaire.

Après investigations techniques et en accord avec le client RASCOMSTAR-QAF, Thales Alenia Space annonce une nouvelle étape dans les opérations de mise à poste du satellite RASCOM-QAF1.

Tout en optimisant la consommation d’hélium pressurisé, Thales Alenia Space tente d’augmenter le périgée de l’orbite du satellite afin de le placer sur une orbite à l’abri des radiations et lui permettre d’analyser la possibilité d’atteindre l’orbite géostationnaire.

La durée de vie du satellite ne pourra être estimée qu’une fois l’orbite visée atteinte et sous réserve que les opérations se déroulent avec succès. Dans ce cas elle devrait être considérablement réduite.

Source : Thales Alenia Space Web Site

Date de publication : 8 janvier 2008

Ve
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 10:31    Sujet du message: Répondre en citant

et j'en ai meme découvert par hasard ce site :

http://www.cipaco.org/index.php

Le Centre sur les politiques internationales des TIC pour l’Afrique Centrale et de l’Ouest (CIPACO)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 10:33    Sujet du message: Répondre en citant

Et pour conclure,

Je pense qu'on en lance pas un satellite sans avoir souscrit à une police d'assurance digne de ce nom non ? Ou alors, ca me semble bien inconscient de la part de ce projet.

Tout ceci pour dire que si ca se plante, devrait y avoir moyen d'en refaire un.

Mais pour l'heure, il n'est pas encore planté. alors on croise tous les doigts ! SmileSmile Nous qui sommes en Afrique et qui galérons avec nos connexions internet pourries !! SadSad
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 3071

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 10:48    Sujet du message: Répondre en citant

Benny Da B' a écrit:
Et pour conclure,

Je pense qu'on en lance pas un satellite sans avoir souscrit à une police d'assurance digne de ce nom non ? Ou alors, ca me semble bien inconscient de la part de ce projet.

Tout ceci pour dire que si ca se plante, devrait y avoir moyen d'en refaire un.

Mais pour l'heure, il n'est pas encore planté. alors on croise tous les doigts ! SmileSmile Nous qui sommes en Afrique et qui galérons avec nos connexions internet pourries !! SadSad


Les francais de thales ne sont pas betes!
Le satellite n'a pas eu accident ou malfonctionnement, donc je suis pas certain que l'assurance joue un quelconque role ici.

En faisant perdre du carburant (s'il y en a jamais eu assez, ils peuvent raconter du n'importe quoi aux africains, qui ne pourront surement pas le verifier) a l'engin, on reduit considerablement sa duree de vie, de 15 a 5 ans peut-etre ou meme moindre !

Et voila les africains revenu a la case depart pour quelques 100aines de millions d'euro.

Moi je conseillerai aux africains, d'essayer de mettre en place un programme personnel avec l'aide de pays comme l'inde la chine, l'afrique du sud etc.

Il faut etre franchement suicidaire en tant qu'africain pour confier un truc comme celui la aux europeens surtout aux francais.

Mais bon les africains semblent avoir la tete tres tres dure !
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 11:50    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:

Les francais de thales ne sont pas betes!
Le satellite n'a pas eu accident ou malfonctionnement, donc je suis pas certain que l'assurance joue un quelconque role ici.

En faisant perdre du carburant (s'il y en a jamais eu assez, ils peuvent raconter du n'importe quoi aux africains, qui ne pourront surement pas le verifier) a l'engin, on reduit considerablement sa duree de vie, de 15 a 5 ans peut-etre ou meme moindre !


Bah je sais pas, on parle de fuite, or s'il y a fuite c'est qu'il y a eu malfaçon et dans ce cas la responsabilité du constructeur est engagé non ?

Et dans ce cas, je pense que le constructeur lui a souscrit une assurance pour palier à ce genre de problème.

Enfin, je dis çà...je suppute...je suis pas dans le secret des Dieux...mais j'aimerais que ca soit le cas pour que tout ceci ne soit pas un énorme gâchis.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gaston
Grioonaute


Inscrit le: 10 Jan 2008
Messages: 19
Localisation: Là Où il fait froid.

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 17:54    Sujet du message: Répondre en citant

Benny Da B' a écrit:


Et dans ce cas, je pense que le constructeur lui a souscrit une assurance pour palier à ce genre de problème.

.


Bonjour,

Non, en faite, ils se sont contentés de toucher du bois et d'invoquer les ancêtres pour conjurer le mauvais sort, et puis seulement ils se sont lancé, tête baissée, dans cette hasardeuse aventure de quelques 100aines de millions. La baraka quoi !!

Non sérieusement.

Quant à L'hypothèse du complot, aussi faible soit elle dans le cas de cette panne technique, le devoir de vigilance reste de mise si l'on ne veut pas voir ce grand pas pour l'Afrique croc-en-jambé par les concurrents.
Bref, si cette vigilance pouvait conduire les africains à concevoir, mettre en orbite et exploiter leur propre satellite de AàZ cela serait bien et on pourrait alors être (vraiment) fier de le baptiser " Satellite 100% Panafricain" appellation contrôlée.

L'Afrique est obligée d'avoir sa base de lancement sinon tout cela n'est qu'une forme de substitution de gloire.

A propos, n'y a-t-il pas un satellite Nigerian nommé NigeriaSat-1 en orbit ?
La station de controle se trouve a Abhuja et est gérée par 15 ingénieurs Nigerians formés en G-Bretagne. les operations sont supervisées par la NASDRA (National Space Research and Development Agency).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 3071

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 18:33    Sujet du message: Répondre en citant

Gaston a écrit:

A propos, n'y a-t-il pas un satellite Nigerian nommé NigeriaSat-1 en orbit ?
La station de controle se trouve a Abhuja et est gérée par 15 ingénieurs Nigerians formés en G-Bretagne. les operations sont supervisées par la NASDRA (National Space Research and Development Agency).


Ils en ont meme un second si mes souvenirs sont bons, construit et lance par la chine, celui-la de telecom: Nigcomsat-1!
Cout total: 230 Millions d'Euro.

Parceque NigeriaSat-1 est plutot dans le domaine de l'imagerie, la reconnaissance, bref a classer dans l'espionnage selon moi.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/6653067.stm
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gaston
Grioonaute


Inscrit le: 10 Jan 2008
Messages: 19
Localisation: Là Où il fait froid.

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2008 18:50    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:
Gaston a écrit:

A propos, n'y a-t-il pas un satellite Nigerian nommé NigeriaSat-1 en orbit ?
La station de controle se trouve a Abhuja et est gérée par 15 ingénieurs Nigerians formés en G-Bretagne. les operations sont supervisées par la NASDRA (National Space Research and Development Agency).


Ils en ont meme un second si mes souvenirs sont bons, construit et lance par la chine, celui-la de telecom: Nigcomsat-1!
Cout total: 230 Millions d'Euro.

Parceque NigeriaSat-1 est plutot dans le domaine de l'imagerie, la reconnaissance, bref a classer dans l'espionnage selon moi.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/6653067.stm


C'est exact, il est aussi sensiblement plus léger (+-300 Kg) contre +- 3 tonnes pour Rascom-Qaf, se nomme NigeriaSat-2, son lancement est prévu pour 2009 et son objectif, comme tu le precise, est l'espionnage et, entre-autres, l'exploration géographique, détection de nappes Nappes phréatique pour l'eau, prospection pétrolifère etc. Mais NigeriaSat-1, par contre, comme son grand cousin Rascom-Qaf, est capable de faire dans les multimédia aussi mais a plus faible échelle.[color=red] Erreur de ma part ; N SAt1 n'est ni destiné, ni équipé pour le Multimedia.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Abiola
Grioonaute régulier


Inscrit le: 13 Avr 2006
Messages: 340

MessagePosté le: Ven 11 Jan 2008 09:51    Sujet du message: Répondre en citant

Nino a écrit:
Moi, je pense que 2 "tu l'auras", c'est très bien, mais 1 "tiens", je préfère.

Et puis, d'après la valeur intermédiaire, impossible de faire 100m, sans être passé par 0,0001m (le challenge, c'est d'y passer très vite je sais; mais on y passe quand même).



Impossible de faire 100 mètres si on n'en a pas l'intention !
Les gars n'ont aucune intention de construire un jour leurs propres satellites sinon ils nous auraient présenté leurs plans. Je viens de lire qu'il y un avion gros porteur qui a disparu en Chine. Boeing ou Airbus je ne sais plus mais le fait est qu'il a été acheté et qu'il ne fait partie d'aucune compagnie chinoise. Kézaco ? Il se passe que les chinois n'avaient pas l'intention de le faire voler mais de le clouer au sol et de le démonter pièce par pièce ! Bientôt ils feront leurs propres avions. Ils appelé les allemands pour installer un train Maglev sur plusieurs lignes. La principale étant Shangai-Pékin, 1400 km. Devinez-quoi, une université chinoise vient d'annoncer qu'elle vient de concevoir une technologie Maglev de façon autonome (mon oeil !). Du coup, les allemands peuvent oublier la ligne Sangai-Pékin : les Chinois le feront eux-même.

Le Brésil est devenu leader sur le marché des petits avions. En Inde Tata vient de pésenter la voiture la moins chère du monde, rustique mais 100% indienne. Est-ce que nos gars font des plans pour y arriver ? J'en doute fort, voilà pourquoi ce projet ne me réjouit que moyennement. Enfin quoi ! On ne fait qu'acheter un produit étranger. Quand il sera démodé on achètera le nouveau (qui coûtera plus cher) et ainsi de suite.
_________________
Les Africains sont aujourd'hui à la croisée des chemins : c'est l'union ou la mort !
Africaines Africains, l'édification de la véritable union africaine est notre devoir et notre seule chance de salut sur cette terre.
Un vrai guerrier ne recule pas devant son devoir sous prétexte que la tâche est surhumaine, impossible...il se bat !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gaston
Grioonaute


Inscrit le: 10 Jan 2008
Messages: 19
Localisation: Là Où il fait froid.

MessagePosté le: Ven 11 Jan 2008 13:17    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Avant de fabriquer des satellites ce que peu de pays occidentaux arrivent à faire, maitrisons d'abord l'industrie plus classique.



Je ne pense pas qu'ils l'ont juste expédiés a 36.000 km d’altitude pour faire du blin bling.


On ne peut pas demander a une compagnies comme NTM (p.ex) d'investir dans la construction d'automobiles ou dans l'agro-alimentaire ? !!
Chaque secteurs d'activités investi et se développe dans sa branche respective. Une usine d'automobile ne peut pas fonctionner sans moyens de communication (Internet et autres) et vis-et-versa. Complémentarité oblige.

Par ex sur le plan économique, ce type d'investissement, a des retombes incontestables.

Je prends exemple sur les satellites topographiques Nig sat 1 (déjà opérationnel) et Nig sat 2 (en projet) qui sont destinés a faire de la prospection en tout genres et pétrolière en particulier pour ce 1er producteur de d'énergie fossile d'Afrique qu'est le Nigeria. Avertit est celui qui a comprit l'importance de cette technologie.

Avant la mise sur orbite de Nigsat1, le Nigeria ne disposait que d'archives topographiques caduques hérités des colons Britanniques. Il devait se contenter d'acheter des relevés topographiques chez qui vous savez.
Mais, ces futés de Nigerians ont comprit qu'il y a beaucoup de jus dans ce marché. Ils ont lance le projets Nigsats et aujourd'hui le Nigeria est capable produire et de mettre a jour ses propres topos et ainsi les compagnies comme Mobil, Cheveron et Shell n'auront plus de raisons de signer des contrats de prospections topographiques avec des compagnies étrangères. (ceci n'est qu'unexemple)Wink
Un autre exemple :
Prennont NTM telecom. Sans données geographique par satellite, elle ne pourrait agrandir et exploiter les territoires vierges de maniéré optimale afin d'y installer ses antennes relais, -c-a-d en tenant compte des obstacle naturels etc.- sans topos.
Actuellement, NTM fait appel aux satellites sud-africains qui leurs coute certainement les yeux de la tête. Demain la vapeur sera inversée.


Et puis, N\\\'est-on jamais mieux servi que par soi même?

Encore faut-il savoir si le peuple Nigerian en verra les dividendes.
Mais ca c'est une autre sujet epineux.
[/quote]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nomade
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Nov 2005
Messages: 415

MessagePosté le: Sam 12 Jan 2008 09:55    Sujet du message: Répondre en citant

Eh bien finalement le satellite a casser malgre qu'il a ete construit par des europeeen (compagnie francaise thales). Ce qui m'avait le plus percuter par le construction-lancement de ce projet etait le manque de presence d'ingenieur et techniciens Africains dans ce projet. Le transfert le technologie etait pratiquement nul. Contrairement au contrat que les Nigerians avaient eu avec les Britanniques d'abord et les Chinoix ensuite. Sans la participation partielle, ou encore mieux totale, dans ce projet on peut meme pas dire qu'on peut apprendre par nos erreurs (comme toutes les projets scientifique mondiales). A part la question des assurences, nous avons perdu de l'argent a developper les autres au lieu du developpement locale.



Abiola a écrit:


La deuxième raison est liée à la nature actuelle de l'économie dans laquelle la production des biens et des services compte autant sinon plus que la production manufacturière. Le développement des communications sur le continent devient de fait vital.

L'industrie est le pilier de la puissance. Construire de façon autonome :
- Une industrie métallurgique
- Une industrie de biens production (machine-outils)
- Une industrie chimique
- Une industrie de l'énergie : pétrole, gaz, charbon, nucléaire, solaire, éolien, hydrogène, géothermie etc.
- Une industrie agro-alimentaire
- Une industrie pharmaceutique
- Une industrie automobile
- Une industrie navale
- Une industrie aéronautique et spatiale
- Une industrie textile
- Une industrie des télécoms
etc.
C'est cela la priorité. Sans ce tissu industriel, l'impact du secteur des services sur la situation économique du continent sera marginal. C'est comme mettre un gros boubou pour cacher son corps de squelette.

J'en ai marre d'entendre "développement" partout, d'entendre "lutte contre la pauvreté" partout. Mais jamais on entend parler d'un gigantesque plan d'industrialisation !


Finalement c'est Abiola qui avait raison sur toute la ligne. Imaginer si ca aurait ete un satellite Africains lances dans l'espace, mais qui aurait eu ces difficultes. Certain parleraient d'incompetance et d'elephant blanc. Meme s'il est normal de travailler en essai et erreur dans ce type domaine. Je suis sur que plusieurs satellite Chinoix se sont retrouver dans le pacifique avant de bien maintriser leur technologie de l'espace.

Moi aussi j'en ai marre d'entendre parler de lutte contre la pauvrete quand en realite ce n'est pas des poches de mais subventionner venant de l'europe mais du developpement locale dans les secteur de base et avances que l'Afrique a besoin (financement locale, propriete locale)

Citation:

Cannes, January 8, 2008 - Thales Alenia Space announced today a new step in the RASCOM-QAF1's Launch Early Operation Procedures further to technical investigations and in agreement with the customer RASCOMSTAR-QAF.

Making the best possible use of the remaining helium pressurant, Thales Alenia Space is raising the perigee of the orbit in order to bring the satellite to a safe orbit regarding radiations and to allow further analysis of the possibility to reach the GEO orbit.

Should the satellite be able to reach its final orbital position, then its lifetime would be significantly reduced.


D'apres ce que je lit, peut importe ce qui ce passe maintenant avec ce satellite, ca me semble bien foutu. La derniere ligne de ce communique de presse obtenu sur le site de thales nous dit que: "Au cas ou le satellite reussit a atteindre sa position orbital finale, alors sa duree de vie sera reduite significativement". Evidemment je connait pas le niveau de responsabilite de thales dans cette affaire. Je sais seulement que thales est une compagnie proche du gouvernement francais specialises entre autre dans l'armement militaire.

Bref, tant qu'a voir les projets des autres foirer avec notre argent vaut mieux entreprendre cela soit meme (possiblement avec des partenaires) et d'encourage le reelle developpement locale. Dans le pire des cas vaut mieux apprendre par nos erreurs en se foirant soit meme que de ce faire foirer par les autres.

Pendant ce temps, le vrai premier satellite de communication Nigerian lancer par la Chine avec la participation d'ingenieurs et techniciens Nigerians fonctionne tres bien. De meme que le nigsat1, qui a connu une certaine renommee mondiale apres avoir ete le premier satellite a obtenir des images de la renommes ouragan Katrina.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Nomade
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Nov 2005
Messages: 415

MessagePosté le: Dim 13 Jan 2008 10:51    Sujet du message: Répondre en citant

samba94 a écrit:
Ariane-espace et Thalès ont un niveau de réussite très élevé, peut-être 99 %. Or c'est justement un satellite pour les africains qui foire. C'est plus que bizare..."On" voudrait que les africains ne disposent pas de leur autonomie au niveau des communications qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

Les communications des africains par les résaux des autres rapportent une fortune aux opérateurs, Thalès peut être motivé pour écouter ses principaux clients qui ne veulent pas perdre cette manne.
Thalès est un gros fournisseur peu indépendant du gouvernement français qui ne souhaite évidement pas voir ses néocolonies avoir un peu d'autonomie, et les nègres avoir accès à l'information internationale par internet.

Ce qui expliquerai l'absence totale de techniciens et d'ingénieurs africains dans le projet, pas de temoin ainsi de ce qui s'est réellement passé.

Deux bonnes raisons d'avoir de gros doutes et les leucos sont capable de tout et surtout du pire.


Comme tu dit c'est difficile de determiner le niveau de responsabilite de thales. A chaque annee, il y des satellite qui sont lance dans l'espace (je parle en generale, je ne connait pas le taux de faille de thales) qui ne fonctionne pas ou mal. Je presume qu'il y a des assurance pour ca.

C'est sur que thales est proche du gouvernement francais comme nous le dit wiki. Ceci est l'actuariat de thales (bien sur apres la privatisation):

Depuis le 18 avril 2007, la répartition de l'actionnariat du groupe Thales est le suivant :

* État français : 27,3%
* Alcatel-Lucent : 21%
* Dassault : 5%
* salariés : 3,9%
* autocontrôle : 1,8%
* public : 42.9%

Tu parles de leuco, mais ca ne fais pas de sens, j'aime mieux pointer du doigt les vrais responsables. Pendant que le satellite de thales flanche. Les Nigerians sont en train de conceptualiser leur propre satellite avec des Britanniques (et travaillent avec les Chinoix sur un autre satellite de communication et parfois avec l'Afrique du Sud). Leur but est clair, acquerir la capacite locale de conceptualiser et de lancer leur propre satellite. Ils travaillent la dessus en ce moment.

Moi, ce que je n'aime pas avec le projet de rascom est le type de contrat qui semble avoir ete signe (c'est rien d'autre que cela qui explique le manque d'ingenieur et technicien sur le projet). On aurait pu faire mieux avec cette enorme somme d'argent (encore un fois je ne sais pas qu'elle sont les clauses assurances dans ce projet). Je doit aussi ajouter que je ne sait pas a quel point les gouvernement Africains sont impliques financierement dans le projet. Bien sur, s'ils ne sont pas impliques, si c'est un projet prives, les repercussions financiere sont moins importante (tout dependant de qui a payer).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Mar 05 Fév 2008 17:40    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
YAOUNDE - 5 FEVRIER 2008
© Alliance NYOBIA, Cameroon Tribune


La société Rascom annonce que l’engin a été placé en orbite géostationnaire le 29 janvier.

L’information est contenue dans un communiqué et fait office de bonne nouvelle. Rascom-QAF 1, le tout premier satellite panafricain de télécommunications, évolue désormais loin au-dessus de nos têtes, en orbite géostationnaire, selon l’expression consacrée. D’après l’organisation commerciale intergouvernementale de communications par satellite Rascom, l’équipe technique travaille actuellement aux essais en orbite. Après cette phase, Rascom-QAF 1 sera utilisé pour exploitation commerciale pour la durée de vie restante après la réussite de l’essai en orbite. Quelques questions surgissent forcément ici, relatives notamment au temps que passera cet engin dans l’espace, et aux conséquences des problèmes techniques enregistrés lors du lancement de décembre dernier.

Selon un responsable du ministère des Postes et Télécommunications du Cameroun, une expertise du fabricant de l’appareil (Thalès) indique que sa durée de vie restante est d’environ deux ans et demi.Moins de trois ans donc, barre en dessous de laquelle l’assurance s’était engagée à construire et lancer un nouveau satellite. En attendant, Rascom-QAF 1 va arroser tout le continent africain et ses îles, ainsi qu’une partie de l’Europe australe et du Moyen-Orient. Le satellite fournira des services de télécommunications et comprendra des services de liaison interurbains et internationaux, des services de radiodiffusion par satellite et des services Internet, ainsi que des services d’accès au monde rural, entre autres choses.

Le Cameroun, membre de l’organisation Rascom, est intéressé à plus d’un titre par la tournure des événements. Il fait partie des quatre pays africains retenus pour abriter des centres d’exploitation des réseaux du système à satellite (avec la Côte d’Ivoire, la Gambie et la Libye). Le contrat de bail pour sa construction a été signé en janvier dernier à Yaoundé


Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked ..et le journaleux africain qui nous balance l'info avec indifference comme si de rien n'etait!!! Shocked Evil or Very Mad

Bref cette histoire de satellite panafricain semble n'ètre qu'un grossier échec!! Sad
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Fév 2008 17:47    Sujet du message: Répondre en citant

bamiléké a écrit:

Selon un responsable du ministère des Postes et Télécommunications du Cameroun, une expertise du fabricant de l’appareil (Thalès) indique que sa durée de vie restante est d’environ deux ans et demi.Moins de trois ans donc, barre en dessous de laquelle l’assurance s’était engagée à construire et lancer un nouveau satellite.



Euuuh...tu me troubles...moi ce que je comprends c'est que l'assureur va payer un nouveau satellite vu que celui ci aura une durée de vie inférieure à 3 ans après ses péripéties au lancement.

En tout cas...c'est ce que je crois comprendre...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Mar 05 Fév 2008 20:31    Sujet du message: Répondre en citant

Benny Da B' a écrit:
bamiléké a écrit:

Selon un responsable du ministère des Postes et Télécommunications du Cameroun, une expertise du fabricant de l’appareil (Thalès) indique que sa durée de vie restante est d’environ deux ans et demi.Moins de trois ans donc, barre en dessous de laquelle l’assurance s’était engagée à construire et lancer un nouveau satellite.



Euuuh...tu me troubles...moi ce que je comprends c'est que l'assureur va payer un nouveau satellite vu que celui ci aura une durée de vie inférieure à 3 ans après ses péripéties au lancement.

En tout cas...c'est ce que je crois comprendre...


Alors on doit crier victoire parceque les assureurs vont nous rembourser le satellite !
Et si il fonctionne 3 ans et 1 jours on fait quoi?
Après tout ce ne sont que les prévisions des "experts" du constructeur, il peuvent toujours dire ce qu'ils veulent pour calmer leurs clients. (pourquoi pas 2 ans et 330 jours tant qu'à faire? Confused )
Cela fera toujours un voyage de plus à nos ministrons en Guyanne aux frais de la princesse dans "2 ans et demi "... Cool
Combien de temps faudra t-il après la mort du satellite afin qu'un autre soit sur orbite ?
Je parie que ce satellite va fonctionner comme par miracle plus de 3 ans, car ne crois pas que les assureurs sont enchantés de devoir rembourser les milliards de cette affaire.
De toutes les façons les africains ne controllent strictement rien ici.
Tout cela ressemble à du n'importe quoi réservé aux africains!!!
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Mar 05 Fév 2008 20:36    Sujet du message: Répondre en citant

C'est peu ètre un satellite "tropicalisé"...Cool
Il est inconcevable pour les français de vendre aux africains un materiel aussi performant que ce qu'ils utilisent eux mèmes. Confused
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Fév 2008 20:37    Sujet du message: Répondre en citant

Hey du calme camarade...j'ai pas dit que j'étais content de cet état de fait.

Mais c'est déjà çà si ca nous donne les moyens de s'en payer un autre en remplacement...en attendant d'avoir les moyens de le lancer nous mêmes.

Ce qui, tu en conviendras avec moi, me semble difficilement possible dans les 3 ans qui viennent.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nomade
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Nov 2005
Messages: 415

MessagePosté le: Ven 08 Fév 2008 03:44    Sujet du message: Répondre en citant

Benny Da B' a écrit:
Hey du calme camarade...j'ai pas dit que j'étais content de cet état de fait.

Mais c'est déjà çà si ca nous donne les moyens de s'en payer un autre en remplacement...en attendant d'avoir les moyens de le lancer nous mêmes.

Ce qui, tu en conviendras avec moi, me semble difficilement possible dans les 3 ans qui viennent.


Je me suis un peu calme face a l'incompetance de thales. Les assurances vont payes le manque a gagner et vont faire construire un autre satellite semble-t-il.

Quoiqu'a le lancer nous meme, c'est presque possible en voyant le travail qu'a fait thales. C'est en forgeant qu'on devient forgeront dit-on.

Le lancer nous-meme, est une entreprise de 10-15 ans (incluant certains satellite qui se retrouve dans l'ocean Wink). Plus court si on utilise l'expertise Nigerian. Cependant, je croit qu'il est possible d'avoir une plus grande participation d'ingenieurs et technicien Africain dans ce type de projet (que nous payons). L'exemple Nigerian prouve qu'il est possible de faire un genre de joint venture (pour les phases conception, construction), pour mieux suivre et controler le projet et favoriser un reele transfert technologique. C'est une question de faire le meilleur deal possible.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Abiola
Grioonaute régulier


Inscrit le: 13 Avr 2006
Messages: 340

MessagePosté le: Ven 08 Fév 2008 21:44    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Le lancer nous-meme, est une entreprise de 10-15 ans (incluant certains satellite qui se retrouve dans l'ocean Wink). Plus court si on utilise l'expertise Nigerian. Cependant, je croit qu'il est possible d'avoir une plus grande participation d'ingenieurs et technicien Africain dans ce type de projet (que nous payons). L'exemple Nigerian prouve qu'il est possible de faire un genre de joint venture (pour les phases conception, construction), pour mieux suivre et controler le projet et favoriser un reele transfert technologique.

Ma soeur, je viens d'apprendre que Israël, un petit pays de sept millions conçoit, fabrique et lance ses satellites depuis la fin des années 1980. Depuis près de vingt ans Exclamation
Si on le veut et on le fait collectivement, dans 10-15 ans effectivement, l'affaire est bouclée. Mais je ne me fais aucune illusion sur le panafricanisme de nos dirigeants actuels.
_________________
Les Africains sont aujourd'hui à la croisée des chemins : c'est l'union ou la mort !
Africaines Africains, l'édification de la véritable union africaine est notre devoir et notre seule chance de salut sur cette terre.
Un vrai guerrier ne recule pas devant son devoir sous prétexte que la tâche est surhumaine, impossible...il se bat !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Sciences & Technologies Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group