Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Faso Pas Net désinforme sur la crise en Côte d'Ivoire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 13:39    Sujet du message: Le Faso Pas Net désinforme sur la crise en Côte d'Ivoire Répondre en citant

PENDANT QUE LE FASO PAS NET ESSAIE D'ENDORMIR SES OUAILLES, LES AUTORITES IVOIRIENNES POURSUIVENT INLASSABLEMENT LA DEFRANCAFRICANISATION DE LEUR PAYS...

http://www.grioo.com/ar,elections_en_cote_d_ivoire_le_scepticisme_demeure,16888.html

La dépêche ci-dessous de la presse ivoirienne vient balayer les bavardages abscons du Faso.net complaisamment relayés par la rédaction de Grioo.com sur la situation politique prévalant en Côte d'Ivoire. Au fait, pourquoi à propos de la crise ivoirienne Grioo.com n'en réfère-t-il pas à la presse ivoirienne? Ou, plutôt, pourquoi en réfère-t-il quasi exlusivement à ce torchon du Faso Pas Net ???



Sauf changement de dernière minute, c'est en principe aujourd'hui, que les premiers soldats des FDS vont rejoindre le Nord dans le cadre du Centre de commandement intégré (CCI). Le chef d'état-major, le Général Philipe Mangou, l'a confié hier, à la presse.


Fini le débat contradictoire sur le redéploiement des Forces de défense et de sécurité dans le Nord du pays. Hier, en fin de matinée, à la salle de conférence de l'état-major des Armées, le Général de Division, Philippe Mangou, a réuni toute la hiérarchie militaire des Forces de défense et de sécurité afin de procéder aux derniers réglages de l'opération de redéploiement de ses éléments dans la partie Nord du pays.

Au sortir du conclave, le Chef d'état-major qui répondait aux questions des journalistes a affirmé toute sa détermination à appliquer les décisions du Président de la République. Sur ce qu’il est convenu de qualifier de résistance des Forces nouvelles, Mangou dira qu'"il n'y a plus de débat à faire sur la possibilité ou non de l'application de la décision relative au redéploiement des FDS. Il n'y a pas, et il n'y aura pas de résistance. Le 5 mai, les Com-zones s'en vont. C'est une décision du chef suprême des Armées et il n'y a pas de raison que cette décision ne soit pas appliquée" a, ainsi déclaré le Général avant de préciser le jour, le lieu et l'heure de départ des éléments des FDS qui vont être redéployés.

Ce sont, selon Mangou, deux mille éléments de la police nationale et deux mille éléments de la gendarmerie nationale, dont les tout premiers éléments iront au Nord ce mardi, à partir de l'état-major des Armées.

A la question de savoir ce que l'Armée régulière ferait si les Forces nouvelles refusaient d'obéir à la décision du chef de l'Etat, Mangou répond qu'il ne faut pas envisager un tel schéma d'autant plus que l'accord 4, complémentaire de l'accord politique de Ouaga est clair. Et le patron de l'Armée régulière de préciser que ledit accord stipule que les deux parties signataires de l'Accord politique de Ouaga conviennent de procéder au redéploiement des Forces de défense et de sécurité sur l'ensemble du territoire national.

D'ailleurs, révèle le Général Mangou, "j'ai eu un entretien téléphonique avec le Général Bakayoko. Il ne m'a pas fait part des difficultés que vous évoquez maintenant. C'est pour dire que nous sommes en phase".

Par Simplice Zahui


Lors d'une intervention télévisée du 01 mai 2009, Laurent Gbagbo a rappelé les conditions préalables à l'organisation d'élections présidentielles en Côte d'Ivoire, ainsi que lesdites conditions figurent aux divers Accords de Paix de Ouagadougou :
- Désarmement de toutes les factions armées
- Réunification territoriale, administrative et politique de la Côte d'Ivoire
- Finalisation complète de la procédure de dénombrement des électeurs ivoiriens

Ces conditions visent à garantir un retour définitif à la paix dans le pays, en épuisant tout prétexte de remise en cause de la sortie de crise.

1/ On imagine que des Ivoiriens qui, par millions, n'auraient pas reçu leur carte d'électeur pourraient contester (légitimement) les résultats de la future présidentielle ; si bien qu'il est fantaisiste de faire droit aux péroraisons de ceux qui veulent maintenant faire suspendre une procédure de réactualisation du fichier électoral qu'ils ont exigée et obtenue à coup de dizaines de milliards à la charge du contribuable ivoirien.

2/ De toute évidence, les conditions optimales d'une élection démocratique et transparente ne peuvent être acquises dans un pays géographiquement divisié, administrativement bipolarisé : il n'est donc pas raisonnable d'envisager ces élections sans exiger et obtenir la Réunification de la Côte d'Ivoire. Aussi, ceux qui feignent de vouloir aller aux élections sans cette condition praélable de Réunification hypothèquent-ils l'avenir de la paix en Côte d'Ivoire...

3/ Quant au désarmement, il est ahurissant que des gens qui prétendent aiemer leur pays acceptent qu'il soit à moitié occupé par des voyous en armes, une ribambelle de coupeurs de routes et de chefs de guerre. Ces bandes militarisées pourraient à tout moment occasionner des sitituations belliqueuses afin de conserver le contrôle géographique de zones de raquette fiscale et de prédation économique. Ce serait comme laisser des poches de rallumage permanent de conflits factionnels armés sur la moitié du territoire national.

A moins que le non-désarmement soit une garantie recherchée par des candidats certains de perdre les élections, en vue de revenir dans le jeu politique par les armes en cas de débâcle électorale inéluctable : ceux-là sont les véritables fossoyeurs de la Côte d'Ivoire qu'ils feignent de défendre, soutenus en cela par des parrains étrangers dont toutes les initiatives dans cette crise ont visé à remettre le pays entre les mains de traîtres à ses intérêts stratégiques supérieurs.

Aussi le Faso Pas Net semble-t-il être un torchon à la solde de cette conspiration de la traîtise...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 14:20    Sujet du message: Re: Le Faso Pas Net désinforme sur la crise en Côte d'Ivoire Répondre en citant

Ogo,

Comme - pour un fois - on est dans un débat relativement concrêt, je vais me permettre de donner un point de vue basé sur ce que je vois / entend / pressens vu de Man (en zone FAFN)

OGOTEMMELI a écrit:

Lors d'une intervention télévisée du 01 mai 2009, Laurent Gbagbo a rappelé les conditions préalables à l'organisation d'élections présidentielles en Côte d'Ivoire, ainsi que lesdites conditions figurent aux divers Accords de Paix de Ouagadougou :
- Désarmement de toutes les factions armées


Oui, en effet c'est un préalable. Le Désarmement...ou....la mutation...des FN en Forces Régaliennes ...

Vois-tu l'embrouille venir ?

Car c'est bien à cela qu'on nous prépare. Les Com'Zones ont déjà préparé leur nouveaux titres "Gouverneur Militaire" (tel que c'est le cas dans la zone d'exception de l'Ouest de CI depuis la crise ou les préfets de région ont été supplantés par des Préfets Militaires.)

A ce titre, ils ne seront pas vraiment désarmés, ils DEVIENDRONT l'Armée de Côte d'Ivoire => FANCI.

Et à ce titre, le débat sur les grades va ressurgir et ce que j'attends de voir ici sur le terrain. SI les FANCI arrivent effectivement tel qu'on nous le dit. A QUI VONT ILS OBÉIR ? C'est çà la question...

Car les FN disent que l'Accord de Ouaga reconnait de facto leur légitimité - aussi grande que les FANCI traditionnelles - pour assurer la sécurité des populations.

En outre, au dernier accord de Ouaga 4 complémentaire (Sic! ) On a promis 500 000 par ex combattant. Et là encore, on a fait des promesses dans la poche des autres comme on dit ici...vu qu'on a des finances faibles.

Les FAFN ont déclaré 34 000 combattants (chiffres sur-"facturé")

Du coup, les miliciens de l'Ouest ont été déclaré à 20 000 (chiffre sur-"facturé" aussi en réponse)

Et on nous apprend qu'ils faut encore recenser tous les "ex-combattants" d'Abidjan ! Imagine tu ce que peux représenter 500 000 F CFA pour tous les jeunes d'Abidjan qui traine ? Un pactole !

En gros, avec cette prime aussi on s'est tiré une balle dans le pied, car on a pas les moyens de la payer ! Or, je peux te dire que désormais, tous les jeunes attendent leur 500 000 ! ! ! Et ils sont prêt à faire le "show" pour les avoir.

C'est encore une affaire de plusieurs milliards, qu'on ne sait pas ou on va trouver...et ou là encore (vu que les chiffres du nombre de combattants sont exagérés des deux côtés) les bailleurs sont sceptiques à filer leur thunes...

OGOTEMMELI a écrit:

- Réunification territoriale, administrative et politique de la Côte d'Ivoire


D'un on te dira que c'est déjà le cas puisque les Préfets sont là. (Même s'ils ne font pas grand chose).

De deux, on te dira que les FN depuis les accords de Ouaga, sont aussi légitimes que les FANCI...etc...blah blah blah..ce que je viens d'expliquer plus haut. Et ainsi, on nous expliquera que le territoire est réunifié et sous contrôle ivoirien "gouvernemental".

En gros, on nous prépare à un simple "jeu d'écriture"...Com Zone va devenir "gouverneur militaire" et "petit rebelle" va devenir "policier, gendarmes, douaniers etc" ...

D'ailleurs...pour être très concret.....on s'y prépare ici...puisque que pour la première fois depuis le début de la crise...un lakrou déguisé en policier (FN) m'a emmerdé pour avoir mon permis à un barrage (du jamais vu depuis le début de la crise) se présentant comme un policier de la préfecture ! Après force discussion et palabre, il n'en a pas vu la couleur !! Hors de question que lui fasse cet honneur de le considérer comme un "vrai" policier "racketeur". (On en a déjà bien assez comme çà !)

J'ai pris çà comme un signe concret de ce à quoi on nous prépare.

OGOTEMMELI a écrit:

- Finalisation complète de la procédure de dénombrement des électeurs ivoiriens


La Côte d'Ivoire s'est mise dans un étau avec ce processus d'identification. En effet, une grosse magouille de surfacturation a été montée avec la SAGEM. (Pour info, j'ai appris que la SAGEM a proposé à la Guinée de faire le même travail qu'en Côte d'Ivoire - Pour une population et un pays sensiblement équivalent pour environ 20 / 25 Milliards de FCFA => Or en Côte d'Ivoire ca nous coutera 70 Milliars)

Le Surplus est tout bonnement une caisse noire conjointe entre les deux parties (Primature / Présidence...il faut qu'on se le dise).

Le Hic, c'est que la Côte d'Ivoire comptait sur les bailleurs internationaux pour l'aider à payer ce couteux processus. Or, la ficelle étant un peu grosse...et les montants trop importants...Nombreux sont ceux des bailleurs qui se sont retirés de tout le processus.

D'ou les difficultés actuelle du consortium SAGEM / INS / ONI etc... Agents pas payés, retard de partout, logistique pas au point.

Et vous devez le savoir vous Ivoiriens de l'Etranger, car même en France, ou il y a beaucoup d'Ivoiriens, le processus a foiré pour l'instant. Les Agents se sont déplacés pour rien et personne n'est "enrôlé" me semble t'il.

L'Etau s'est donc resserré comme je disais...70 Milliards..Mine de rien c'est une somme...SURTOUT quand dans le même temps tu es en train de plaider ta bonne foi pour "être PPTE". Ça faisait pas beau dans le décor. Mais aujourd'hui ça Y EST ! ...Nous sommes un Pays Pauvre Très Endetté...et donc...l'étau devrait se déserrer un peu..Puisque l'accession à ce programme permet un peu plus de souplesse sur les finances publiques. Pour autant...il m'est d'avis que ça va capoter pendant encore un bail.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 14:32    Sujet du message: Répondre en citant

"Preuve" s'il en fallait de ce que je pré-suppose ici :

http://news.abidjan.net/h/329741.html

On nous parle de forces Mixtes pour sécuriser les élections

"Il s'agit de la première vague de 8.000 hommes issus paritairement des forces loyalistes et des FN, mis à la disposition du Centre de commandement intégré (CCI), état-major composé des deux entités et chargé de sécuriser les prochaines élections."

Et PAS de récupération par les FANCI du Nord. En gros, on nous prépare à une dissolution de tout ce petit monde dans l'armée Ivoirienne...qui va devenir de facto une "armée Mexicaine" ... ou il y aura plus de chefs que de soldats !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nometema
Grioonaute


Inscrit le: 08 Jan 2006
Messages: 37

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 15:24    Sujet du message: Re: Le Faso Pas Net désinforme sur la crise en Côte d'Ivoire Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:

Aussi le Faso Pas Net semble-t-il être un torchon à la solde de cette conspiration de la traîtise...


Content de ne pas être le seul ici à m'etrangler que Grioo puisse relayer les détrituts de ce média. M'enfin, depuis que j'ai lu sur la page d'accueil une analyse provenant de l'American Enterprise Institute, plus rien ne me choque.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 15:54    Sujet du message: Répondre en citant

Ogo excuse moi, mais ça fait quand même quelques années qu'on parle de présidentielles en Côte d'Ivoire, et qu'on ne voit pas grand chose venir. Permet donc à certains d'être plus que sceptiques concernant le camarade Laurent.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 16:34    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:
Permet donc à certains d'être plus que sceptiques concernant le camarade Laurent.


=> Dans le cas d'espèce, je pense que c'est sur les deux parties qu'il faut être sceptique...qu'on l'admette ou pas...la situation actuelle de mise en coupe réglée de la côte d'ivoire "arrange" pas mal de monde...

Ni la pléthore de conseillers présidentiels, ni la toute aussi pléthorique primature de Soro, ni nos fameux chefs rebelles,...ne sont réellement pressé de prendre le risque de créer les conditions que tout ceci s'arrête.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dilo
Grioonaute régulier


Inscrit le: 01 Jan 2005
Messages: 322

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 17:25    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Aussi le Faso Pas Net semble-t-il être un torchon à la solde de cette conspiration de la traîtise...

Pas seulement dans cette situation ivoirienne.
Force est de constater, comme d'ailleurs déjà dénoncé, que Le Faso pas Net qui est partenaire affiché de Grioo.com, ventile de temps à autres des artcles émanant de divers journaux burkinabè sur les pays voisins. Mais, ici, jamais, rien sur la situation interne du Burkina!!!

Et vérifiez dans les archives ici, qu'à chaque fois un de leurs articles est reproduit ici dès que l'Empereur Compaoré a essuyé un rejet dans sa tentation d'être incontournable pour ses voisins.

Juste avant celui-ci sur la CI, ce fut sur la Guinée, quand Dadis lui a "posé un lapin" et n'est pas venu chez lui comme attendu, et lui s'en est de suite déplacé pour le voir en Guinée. Là resurgit le Faso pas Net pour dénigrer la situation en Guinée.
Avant cela, c'est le Niger qui en fesait les frais car l'Empereur n'a jamais digéré que ses démarches de reconciliateur en 2007 au Niger soient catégoriquement rejetées. Alors, dès lors tous les articles publiés ici de la source du Faso pas Net, furent ou pour attiser le feu au Niger en proie à une rébellion insensée, en soutenant les insurgés, ou désinformer sur le Niger. Toujours pour faire plaisir à l'Empereur.

Au Faso Net: parlez-nous un peu des problèmes internes de votre pays !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 18:04    Sujet du message: Répondre en citant

Pour information, le Faso.Net n'est pas un journal, mais un site qui agrège les sites des journaux "papiers" Burkinabé. (Un peu comme Abidjan.net pour la Côte d'Ivoire).

A ce titre, ils ne produisent pas de contenu, ils ne font que recenser les articles écrit par les autres.

L'article original vient du journal "Le Pays"

http://www.lefaso.net/spip.php?article31561&rubrique7

http://www.lepays.bf/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 18:36    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:
Ogo excuse moi, mais ça fait quand même quelques années qu'on parle de présidentielles en Côte d'Ivoire, et qu'on ne voit pas grand chose venir. Permet donc à certains d'être plus que sceptiques concernant le camarade Laurent.

Panaf, la question des élections est devenue un véritable piège à cons en Afrique depuis exactement deux décennies (1989-2009), avec la Glasnost, l'effondrement du bloc soviétique, qui s'est accompagné d'une injonction à la démocratie, tant en Europe de l'Est qu'en Afrique Précarréenne : depuis lors, des officines françafricaines ont monnayé très chèrement leur savoir-faire en matière de truquage des élections pour recycler des dictateurs (généralement arrivés par Coup d'Etat) en champion du monde du suffrage spolié aux citoyens africains. Bref, toutes ces élections n'ont rigoureusement, rien changé à la vie quotidienne des Africains qui s'est empirée au contraire, parce que les vraies décisions (de politique économique budgétaire ou monétaire, par exemple) étaient prises ailleurs : par "La Communauté Internationale" & le "Syndicat de Bretton Woods" qui infligé à chacun des gouvernements élus ou fatôches rigoureusement les mêmes remèdes agravant "le Drame de l'Afrique"...

ça c'est pour la toile de fond au sujet des élections en général sur le Continent-Mère ; mais s'agissant de la Côte d'Ivoire, il faut bien comprendre que (de mon point de vue) l'urgence pour les Ivoiriens ce ne sont pas les élections, mais le règlement de la "crise" qui a interrompu le rythme constitutionnel normal du calendrier électoral : l'élection n'est donc pas une condition préalable à la sortie de crise, c'est plutôt une de ses conséquences insttitutionnelles logiques, nécessaires. Personne ne peut prétendre qu'il a pris les armes en Côte d'Ivoire, afin de favoriser la tenue d'élections présidentielles dûment prévues et dont rien n'indiquaient qu'elles n'auraient pas eu lieu tel que prévu.

Pour sortir de la crise ivoirienne, il faut obtenir que ceux qui ont pris les armes les déposent, et que l'intégrité du territoire national revienne sous l'autorité administrative et politique des SEULES institutions étatiques. L'obtention de ces conditions ayant fait l'objet d'un accord, il reste donc aux signataires de cet accord à respecter leur signature ; ce que le président de la République peinait à obtenir de ses co-signataires, tandis que l'Etat ivoirien faisait sa part du boulot en mobilisant les moyens pour l'identification et le déploiement de l'administration...

Ainsi la vraie question n'était pas celle de la date des élections, mais plutôt celle de la date finale de l'enrôlement et du désarmement : ceux qui ont agité le chiffon rouge des élections sans JAMAIS exiger quoique ce soit en ce qui concerne le désarmement sont des imposteurs, des fossoyeurs ou des traîtres à la nation. Quand la maison familiale brûle, en dépit de retrouver et de châtier les pyromanes, la priorité absolue consiste à éteindre l'incendie, plutôt qu'à se querreler pour savoir qui sera le futur chef de famille. Sauf si certains pyromanes ont provoqué l'incendie pour essayer d'usurper la place du chef dans des conditions criminelles de succession...

Oui, je suis de ceux qui voudraient tant que les élections se tiennent le plus rapidement pôssible ; mais à la condition impérative que le désarmement se fasse d'abord, afin qu'aucun citoyen n'aille aux urnes avec un pistolet de coupeur de routes sur la tempe...

Revenons maintenant à la situation générale des élections en Afrique : je constate plusieurs scenarii toujours hétérodoxes, en tant qu'ils sont décidés ou imposés par des puissances étrangères.
1/ on truque les élections pour maintenir au pouvoir un potentat façon Bongo, Biya, Compaoré, afin de préserver les intérêts stratégiques d'un parrain colonialiste

2/ on fomente une "crise", du style rebellion en CIV ou opposition téléguidée au Kenya ou au Zimbabwe, afin d'introduire au gouvernement (dit de "coalition nationale") des vendus ayant pour seul rôle d'empêcher la prise de certaines décisions jugées défavorables aux intérêts colonialistes

3/ on adoube un petit ambitieux sans envergure (Kabyla fils, Eyadema fils, DJ TGV), auquel rapidement on concocte des élections bidon pour le visser au pouvoir, en échange de sa fidélité aux intérêts des parrains "traditionnels"...

Malheureusement pour certains, dans le cas de la Côte d'Ivoire tous ces scenarii ont quasiment échoué : le gouvernement "d'union nationale" entre des voyous putschistes et un président élu démocratiquement ne semble pas vouloir déboucher sur la prise de pouvoir d'un larbin piloté en coulisses ; au contraire le dangereux contestataire pourrait sorti encore plus fort électoralement de cette interminable épreuve, où le petit ambitieux semble avoir été retourné par le vieux briscard au détriment des affidés locaux.

La crise ivoirienne dure si longtemps ARTIFICIELLEMENT, parce que son issue selon le scenario en cours est défavorable dans tous les cas à ceux qui l'ont fomentée, financée, soutenue. Ceux-là risquent même de finir un jour en cellule ; en tout cas ils rejoindront les poubelles de l'histoire africaine jonchées de traîtres à l'Afrique, depuis les complices locaux des négriers jusqu'aux affidés actuels du capitalisme colonialiste...

L'importance de cet enjeu, qui consiste dans l'échec INELUCTABLE de la Françafrique en Côte d'Ivoire, vaut largement tous les attermoiements et autres initiatives velléitaires de Laurent Gbagbo ; pourvu qu'il réussisse à rendre un pays souverain aux générations futures comme il l'a solennellement promis : seul lui en est tant soit peu capable parmi les actuels candidats à la magistrature suprême. Surtout, seul lui en a la volonté expressément exprimée, contrairement à la bande de larbins qui font les concurrents démocratiques, sans autre programme de gouvernement que de brader les bijoux de famille à leurs parrains extérieurs...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 19:33    Sujet du message: Re: Le Faso Pas Net désinforme sur la crise en Côte d'Ivoire Répondre en citant

Benny Da B' a écrit:
Ogo,
Comme - pour un fois - on est dans un débat relativement concrêt, je vais me permettre de donner un point de vue basé sur ce que je vois / entend / pressens vu de Man (en zone FAFN)

Parent, je prends acte de ton ressenti au coeur d'une ComZone qui relate la pagaille que c'est de laisser des pans entiers d'un pays à des nervis en armes ; de véritables LAKROU qui se prennent pour Rambo. Mais, justement, le déploiement des Forces de Défense et de Sécurité dans le cadre d'un Centre de Commandement Intégré vise précisément à palier ce que tu déplores : éliminer les voyous indécrotables, et intégrer ceux qui seraient récuprables. En effet, la faiblesse des effectifs militaires de la Côte d'Ivoire au regard de son potentiel économique et de sa population, commande que des jeunes ivoiriens ayant manié des armes pendant tant d'années soient récupérés au sein de l'armée, en vue d'être instruits et éduqués à utiliser leurs armes pour la seule DEFENSE de leur pays...

Citation:
Oui, en effet c'est un préalable. Le Désarmement...ou....la mutation...des FN en Forces Régaliennes ...
Vois-tu l'embrouille venir ?

Je vois le risque en effet, mais n'ai d'autre choix que de faire confiance aux autorités militaires de mon pays ; le CEMA Mangou et son staff m'ayant donné à plusieurs reprises l'occasion d'apprécier leur véritable amour pour la défense de notre souveraineté.
Je vois aussi l'opportunité qui consiste à faire rentrer dans les rangs de l'armée nationale des énergumènes qui seraient encore plus dangereux s'ils erraient à l'extérieur des camps, à la recherche de citoyens à racketter : ce serait une main d'oeuvre gratuitement disponible pour un énième putsch téléguidé, non seulement contre la Côte d'Ivoire, mais y compris dans les pays limitrophes...

Citation:
Car c'est bien à cela qu'on nous prépare. Les Com'Zones ont déjà préparé leur nouveaux titres "Gouverneur Militaire" (tel que c'est le cas dans la zone d'exception de l'Ouest de CI depuis la crise ou les préfets de région ont été supplantés par des Préfets Militaires.) A ce titre, ils ne seront pas vraiment désarmés, ils DEVIENDRONT l'Armée de Côte d'Ivoire => FANCI.

Tu n'exagères pas un peu là ? Les procédures d'intégration ont été pilotées par le CEMA lui-même, qui a choisi NOMMEMENT qui pouvait intégrer les effectifs sous son autorité, écartant par là même ceux qui n'en n'étaient pas dignes. Les APO (n°4) prévoient d'autres voies de recyclage pour ceux là. au demeurant, les effectifs réellement concernés par tout le DDR sont déjà connus ; en sorte que les chiffres fantaisistes agités ici et là n'ont aucune consistance. a ma connaissance, ils n'apparaissent dans aucun document officiel. Tu te rappelles certainement qu'on a eu droit aux mêmes fantasmes avant les opérations d'identification qui ont dénombré beaucoup moins d'Ivoiriens sans papier que ce que racontaient certains vendus dans les chancelleries occidentales...
Citation:
Et à ce titre, le débat sur les grades va ressurgir et ce que j'attends de voir ici sur le terrain. SI les FANCI arrivent effectivement tel qu'on nous le dit. A QUI VONT ILS OBÉIR ? C'est çà la question... Car les FN disent que l'Accord de Ouaga reconnait de facto leur légitimité - aussi grande que les FANCI traditionnelles - pour assurer la sécurité des populations.

Je ne sais pas dans quel document officiel les FN ont dit ce que tu leur prête ; mais LG a dit le 01/05/2009 que les grades que certains arborent ont un caractère provisoire, aux termes des APO complémentaires qu'eux mêmes ont signés, et que ces grades n'ont pas vocation à perdurer lorsque les FDS se seront déployés : j'ai tendance à penser que c'est Koudou qui a la main, et que les FAFN n'ont plus de réelle substance ; ayant été noyeautées et enfarinées par le staff du "Boulanger de Mama"...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dilo
Grioonaute régulier


Inscrit le: 01 Jan 2005
Messages: 322

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 19:43    Sujet du message: Répondre en citant

Beny da B', je me demande si tu lis vraiment ce qu'écrivent les autres avant de nous donner encore des lecons.
J'avais bien écrit dans mon message ceci:

Citation:
Pas seulement dans cette situation ivoirienne.
Force est de constater, comme d'ailleurs déjà dénoncé, que Le Faso pas Net qui est partenaire affiché de Grioo.com, ventile de temps à autres des articles émanant de divers journaux burkinabè sur les pays voisins. Mais, ici, jamais, rien sur la situation interne du Burkina!!!

Donc ce fut inutile de nous renseigner de ce qu'est le Faso Net que je parcours d'ailleurs tous les jours.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 19:55    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:

ça c'est pour la toile de fond au sujet des élections en général sur le Continent-Mère ; mais s'agissant de la Côte d'Ivoire, il faut bien comprendre que (de mon point de vue) [color=darkblue][b]l'urgence pour les Ivoiriens ce ne sont pas les élections, mais le règlement de la "crise"


=> D'accord avec çà. Les élections ne sont que la conséquence logique de la sortie de la crise. Elle ne sont pas une fin en soi.


OGOTEMMELI a écrit:

Pour sortir de la crise ivoirienne, il faut obtenir que ceux qui ont pris les armes les déposent, et que l'intégrité du territoire national revienne sous l'autorité administrative et politique des SEULES institutions étatiques. L'obtention de ces conditions ayant fait l'objet d'un accord, il reste donc aux signataires de cet accord à respecter leur signature ; ce que le président de la République peinait à obtenir de ses co-signataires, tandis que l'Etat ivoirien faisait sa part du boulot en mobilisant les moyens pour l'identification et le déploiement de l'administration...


=> Comme je le disais plus haut, je crois qu'il y a eu un glissement conceptuel sur ce point. Aujourdh'ui, tout le monde semble avoir acté le fait qu'il n'y aura pas réellement de désarmement, mais plutot une sorte de transition.

D'ailleurs, le communiqué sur le site des Forces Nouvelles est explicite...des FANCI iront à Bouaké tout comme des FN vont aller à Abidjan. (Ils partent demain ! Smile J'attends d'ailleurs avec impatience de voir la réaction des Abidjanais à cela...

http://www.fninfo.ci/

Citation:

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 050509

Conformément aux dispositions pertinentes de l’Accord Politique de Ouagadougou relatives à la sécurisation du processus de sortie de crise, le Centre de Commandement Intégré (CCI) chargé par l’Accord Politique de Ouagadougou, de la sécurisation du processus de sortie de crise, a affecté en plusieurs endroits du territoire national, des forces mixtes composées d’éléments de la Police Nationale et de la Gendarmerie nationale, d’éléments des Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN).

A cet effet, les ex zones CNO accueilleront des unités mixtes composées FAFN/FDS-CI, toutes placées sous l’autorité du CCI dont le siège est à Yamoussoukro, premier point de ralliement et de brassage des éléments des FAFN/FDS-CI.

Les Forces Nouvelles quitteront donc Bouaké, le mercredi 06 mai 2009 sur le coup de 10 heures pour Abidjan, après l’escale technique et administrative de Yamoussoukro.

Après Abidjan, d’autres éléments des FAFN seront progressivement redéployés dans d’autres localités du pays aux côtés des agents de la Police Nationale et de la Gendarmerie Nationale, dans le cadre du fonctionnement du CCI.

Les Forces Nouvelles saluent l’esprit de collaboration qui règne au sein du CCI entre les éléments de la Police Nationale et de la Gendarmerie Nationale, et ceux issus des Forces Armées des Forces Nouvelles.

Les Forces Nouvelles entendent ici réaffirmer leur encrage définitif dans le processus de sortie de crise.

Fait à Abidjan, le 08 mai 2009

Alain LOBOGNON
Directeur de la Communication
Chef de la Délégation des FN au CEA


OGOTEMMELI a écrit:

Ainsi la vraie question n'était pas celle de la date des élections, mais plutôt celle de la date finale de l'enrôlement et du désarmement


=> Sauf que comme je le crois de plus en plus, de véritable désarmement il n'y aura point.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 20:17    Sujet du message: Re: Le Faso Pas Net désinforme sur la crise en Côte d'Ivoire Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
éliminer les voyous indécrotables, et intégrer ceux qui seraient récuprables. En effet, la faiblesse des effectifs militaires de la Côte d'Ivoire au regard de son potentiel économique et de sa population, commande que des jeunes ivoiriens ayant manié des armes pendant tant d'années soient récupérés au sein de l'armée, en vue d'être instruits et éduqués à utiliser leurs armes pour la seule DEFENSE de leur pays...



=> D'accord avec çà. Tout le monde est d'accord sur le risque qu'il y a à laisser des gens sans trop d'encadrements avec des armes à la main. Mais soyons conscients et honnetes aussi sur le fait que ca s'applique à tout le monde / tout le pays.

Aujourd'hui, dans la zone ou je vis, la zone la plus merdique...celle ou ca craint le plus au niveau braquage et insécurité c'est en ex zone de confiance, entre Duékoué et Man...dans cette zone on été déversé un grand nombres d'armes à des civils pour stopper l'avancée des FN, et c'est dans ce coin que tous les jours des braquages, des viols et des meurtres sanglants ont lieu => Avec la conséquence presque irréel que quand on traverse ce coin à la tombée de la nuit on est "presque" soulagé d'arriver à Man (chez les FN) comble du comble... SadSad

OGOTEMMELI a écrit:

Citation:
Oui, en effet c'est un préalable. Le Désarmement...ou....la mutation...des FN en Forces Régaliennes ...
Vois-tu l'embrouille venir ?

Je vois le risque en effet, mais n'ai d'autre choix que de faire confiance aux autorités militaires de mon pays ; le CEMA Mangou et son staff m'ayant donné à plusieurs reprises l'occasion d'apprécier leur véritable amour pour la défense de notre souveraineté.


Je ne nie pas son amour pour la patrie.

Ses compétences à gérer des hommes, des crises et des conflits internes en revanche, j'ai beaucoup plus de doutes. Nous l'avons quand même vu se faire régulièrement humilié par ses propres soldats ces dernières années pour des histoires de primes de guerre, de per diems etc....Tant et si bien que ca a obligé LG lui même à descendre dans l'arène pour calmer les troupes. Ce qui n'a d'ailleurs pas plus du tout au Président, qui lui en garde une forme de "rancune".

A Duékoué en 2007 on a eu trois jours de "mutineries" pour des Histoires de primes, Mangou n'a pas pas pu venir...pire...il a été obligé de faire se dédire la hiérarchie de l'armée ivoirienne...puisque c'est le gouverneur militaire de Duékoué (avec qui les soldats étaient en conflit) qui a été rappelé à Abidjan...les troufions fauteurs de troubles n'ont rien eu.

Si on le place maintenant face au FN, j'ai des doutes aussi...car comme le disait Chérif Ousmane (à tort ou à raison). "Mangou ne m'a pas vaincu sur le champ de bataille. Donc, il ne peut pas être mon supérieur. Au minimum nous devons être équivalent".

Je crains vraiment que Mangou soit un peu "léger".

OGOTEMMELI a écrit:

Je vois aussi l'opportunité qui consiste à faire rentrer dans les rangs de l'armée nationale des énergumènes qui seraient encore plus dangereux s'ils erraient à l'extérieur des camps, à la recherche de citoyens à racketter :


=> Clair !

OGOTEMMELI a écrit:

ce serait une main d'oeuvre gratuitement disponible pour un énième putsch téléguidé, non seulement contre la Côte d'Ivoire, mais y compris dans les pays limitrophes...


En effet, et notre voisin et désormais nouvel ami, le facilitateur le sait mieux de quiconque ! !

Il est désormais de plus en plus évident que ce qui a provoqué la tenue RAPIDE et le débouché des Accords de Ouaga N'EST PAS TANT les parties Ivoiriennes que l'alerte sérieuse qu'a subie Compaoré.

En effet, en décembre 2006 - soit quelques semaines avant les accords de Ouaga - Il y a eu une mutinerie à Ouaga durant 2 ou 3 jours qui est vraiment passé tout prêt de faire basculer Blaise. Et comme par hasard, pas mal de Forces Nouvelles ivoiriens en manque d'actions se sont retrouvés dans ce coup là. Blaise semble avoir compris ce jour là qu'il ne fallait plus trop laisser pourrir le truc au risque de se retrouver dans la situation de l'arroseur arrosé.

OGOTEMMELI a écrit:

Citation:
Car c'est bien à cela qu'on nous prépare. Les Com'Zones ont déjà préparé leur nouveaux titres "Gouverneur Militaire" (tel que c'est le cas dans la zone d'exception de l'Ouest de CI depuis la crise ou les préfets de région ont été supplantés par des Préfets Militaires.) A ce titre, ils ne seront pas vraiment désarmés, ils DEVIENDRONT l'Armée de Côte d'Ivoire => FANCI.

Tu n'exagères pas un peu là ? Les procédures d'intégration ont été pilotées par le CEMA lui-même, qui a choisi NOMMEMENT qui pouvait intégrer les effectifs sous son autorité, écartant par là même ceux qui n'en n'étaient pas dignes. Les APO (n°4) prévoient d'autres voies de recyclage pour ceux là. au demeurant, les effectifs réellement concernés par tout le DDR sont déjà connus ; en sorte que les chiffres fantaisistes agités ici et là n'ont aucune consistance. a ma connaissance, ils n'apparaissent dans aucun document officiel.


Je ne sais pas si j'exagère, mais c'est ce que j'entends en tout cas ici...

Et ce que je sais aussi, c'est que je ne me fie plus depuis longtemps aux effets d'annonces Abidjanais pour valider une "situation". Comme je te l'ai dit ailleurs, "nous on est là....on les attends les FANCI" mais ca me suffit pas qu'on me dise "ils sont en route"...On finit par apprendre à être "méfiant" après 7 ans de tango !

Après, les effectifs réellement concernés...il faut bien voir aussi ce que sont les "machines à bouffer" que ces grands programmes nationaux. Chacun a intéret à faire rentrer le plus de ses "petits" là dedans...et aussi à gonfler les chiffres pour "manger"

OGOTEMMELI a écrit:

Citation:
Et à ce titre, le débat sur les grades va ressurgir et ce que j'attends de voir ici sur le terrain. SI les FANCI arrivent effectivement tel qu'on nous le dit. A QUI VONT ILS OBÉIR ? C'est çà la question... Car les FN disent que l'Accord de Ouaga reconnait de facto leur légitimité - aussi grande que les FANCI traditionnelles - pour assurer la sécurité des populations.

Je ne sais pas dans quel document officiel les FN ont dit ce que tu leur prête ; mais LG a dit le 01/05/2009 que les grades que certains arborent ont un caractère provisoire, aux termes des APO complémentaires qu'eux mêmes ont signés, et que ces grades n'ont pas vocation à perdurer lorsque les FDS se seront déployés : j'ai tendance à penser que c'est Koudou qui a la main, et que les FAFN n'ont plus de réelle substance ; ayant été noyeautées et enfarinées par le staff du "Boulanger de Mama"...


Ah ouais ? Wattao est très officiellement Attaché Militaire de la République de Côte d'Ivoire auprès de l'Ambassade de Côte d'Ivoire du Brésil. T'inquiète...son grade est acquis je pense Wink

On court tout droit à l'armée Mexicaine ! !

Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure Ogo, je pense que tu dois te préparer à quelques "renoncements" (de plus ?) dans cette sortie de crise, ce désarmement et les conditions de cette future élection ....
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 20:34    Sujet du message: Répondre en citant

Dilo a écrit:
Beny da B', je me demande si tu lis vraiment ce qu'écrivent les autres avant de nous donner encore des lecons.
J'avais bien écrit dans mon message ceci:

Citation:
Pas seulement dans cette situation ivoirienne.
Force est de constater, comme d'ailleurs déjà dénoncé, que Le Faso pas Net qui est partenaire affiché de Grioo.com, ventile de temps à autres des articles émanant de divers journaux burkinabè sur les pays voisins. Mais, ici, jamais, rien sur la situation interne du Burkina!!!

Donc ce fut inutile de nous renseigner de ce qu'est le Faso Net que je parcours d'ailleurs tous les jours.


Dilo,

Tu as bien raison de me remettre si vertement à ma place, moi qui, dans un accès d'outrecuidance déplacé avait osé poster un "pour information" réellement outrageant à ton encontre.

Je me rends bien compte de la violence de mon message en le relisant et de la clarté de ton message originel.

Je ne peux que m'aplatir à répétition devant tant de brio, de magnificence et de magnanimité de ta part à mon endroit.

MEA MAXIMA CULPA !

Dilo, je suis désormais ton obligé.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dilo
Grioonaute régulier


Inscrit le: 01 Jan 2005
Messages: 322

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 20:48    Sujet du message: Répondre en citant

Benny Da B', non pas tant que ca. J'ai toujours adoré la modestie. Pour une simple inattention, je ne mérite pas que tu "t'applatisses" mon frère. Malentendu clos. Nos échanges constructifs continueront.

PS: excuses aux grioonautes, car j'aurais dû envoyer ce mot en MP, pour ne pas trop dévier le sujet du topic.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 05 Mai 2009 21:11    Sujet du message: Répondre en citant

http://news.abidjan.net/h/329786.html

On croit rêver quand même !

Alors que les gars se goinfrent en MILLIARDS ! Nous il va falloir qu'on paye EN PLUS pour que les gars viennent nous racketer ??? !!! Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked

Citation:


N.V. : Oui mais que faire pour que des entraves ne viennent pas perturber cette opération ?

B.K. : Ecoutez, la volonté d’aller à la paix étant acquise, aujourd’hui, ce que nous devons faire, c’est de réfléchir pour donner corps au message du chef de l’Etat. Et ça, c’est de la responsabilité de l’ensemble des Ivoiriens, mais aussi de tous ceux qui vivent sur cette terre d’accueil qu’est la Côte d’Ivoire, et non uniquement du chef de l’Etat et du gouvernement.
De la même façon que nous nous mobilisons chaque fois derrière les Eléphants footballeurs, nous devons nous mobiliser derrière les 8000 hommes qui vont être déployés sur tout le territoire national, mais notamment dans les zones CNO. De la même façon que des comités de soutien se forment pour aider au financement de notre équipe nationale de football lors des grandes compétitions engageant l’honneur de la Côte d’Ivoire, les Ivoiriens, les opérateurs économi-ques et toutes les composantes de la Nation doivent s’unir pour donner corps au message du président de la République.


N.V. : Que coûte exactement le redéploiement de 8.000 forces de sécurité ?

B.K. : Le redéploiement de 8.000 hommes recouvre des variables concrets qui sont l’achat de véhicules pour le transport des agents, l’acquisition de carburant et de matériels de communication, l’équipement en armement et en munitions, l’habillement des agents, leur nourriture, etc. Toutes ces choses nécessitent de gros moyens financiers…


N.V. : Quelle forme doit-elle prendre, la mobilisation à laquelle vous appelez les Ivoiriens ?

B.K. : Je viens de vous le dire, le déploiement de 8000 hommes nécessite d’énormes moyens financiers et matériels. Il est vrai que l’Etat fera son devoir, mais il est souhaitable que chacun à son niveau fasse un geste de solidarité à l’endroit des 8000 hommes en apportant ce qu’il peut.
Pour ce qui concerne le cas particulier des zones CNO, vous savez que ce sont des zones qui, pour la plupart, sont sinistrées et ces forces vont y aller pour le bien de nous tous.

Dans tous les cas, la mobilisation peut être de l’argent en espèces, ça peut être de la nourriture, ça peut être du matériel roulant, etc. Ce n’est pas la première fois que les Ivoiriens manifestent leur solidarité pour leur pays. Dès le déclenchement de la crise en 2002, les Ivoiriens et nombre d’opérateurs économiques se sont mobilisés pour soutenir les Forces républicaines. Dès le lancement des opérations d’enrôlement, cette solidarité s’est manifestée à travers des dons de timbres au plus démunis pour la confection des pièces administratives. Aujourd’hui, le président de la République a lancé l’opération pour la sécurisation totale du territoire national. Le même élan de solidarité doit être réédité pour permettre aux FDS et à leurs frères des FAFN de réunifier définitivement notre beau pays et d’ouvrir la porte à des élections justes et transparentes, comme l’exigent tous les acteurs politiques. C’est donc un appel à la solidarité nationale autour des 8000 hommes que je voudrais lancer à travers votre journal.



Shocked Shocked Shocked
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mer 06 Mai 2009 02:27    Sujet du message: Répondre en citant

Benny Da B' a écrit:
Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure Ogo, je pense que tu dois te préparer à quelques "renoncements" (de plus ?) dans cette sortie de crise, ce désarmement et les conditions de cette future élection ....

Je note que tu partages le scepticisme du Faso.Net, mais pas pour les mêmes raisons. Tandis que tu trouves les circonstances de la sortie de crise (DDR, Réunification, etc.) mal maîtrisées par les autorités ivoiriennes, notamment à cause de certains protagonistes qui auraient intérêt à maintenir le statu quo ; l'article sélectionné par Grioo.com sur Le Faso Pas Net fonde son scepticisme sur des allégations ouvertement mensongères que je vais citer, afin que l'on comprenne bien sur quoi portent mes recriminations :
Citation:
Il s’agit, pour les autorités ivoiriennes, de montrer qu’elles ont entendu les appels incessants des pays développés et de l’ONU pour la tenue effective de la présidentielle cette année. C’est donc pratiquement sous la contrainte que cette échéance, qui demeure pour le moment un créneau en raison de son imprécision, a été fixée.

Mensonges : l'ONUCI ne sert rigoureusement à rien dans la sortie de crise en Côte d'Ivoire ; au contraire, quand la situation s'envenime son personnel étranger qui passe son temps à baiser les prostituées abidjanaises et à claquer son magot dans les boîtes de nuit, voit ses émoluments augmenter avec leur indice bidon d'insécurité.

Quant à la France, c'est indéniablement une tierce partie au conflit ivoirien, celle-là même qui a poussé par tous les moyens à pérenniser la crise. Déjà à Marcoussis, Chirac et Mazeaud voulaient confier la Défense et la Sécurité des Ivoiriens aux petits voyous qui harcèlent Benny Da B' à Danané, et qui ont littéralement dévasté la moitié nord de la Côte d'Ivoire ! Ces mêmes Français ont tenté de violer la constitution ivoirienne par le biais d'une résolution de l'ONU, qui heureusement n'a pas été retenue : c'est vraiment se foutre de ses lecteurs que de présenter ces fossoyeurs séculaires de l'Afrique comme des philanthropes préoccupés par le retour de la paix en Côte d'Ivoire. De telles sottises n'ont plus rien à voir avec du journalisme ; c'est plutôt de la propagande, et surtout une conspiration de la traîtrise aux intérêts stratégiques des Ivoiriens/Africains...

Bref, il est proprement stupide de prétendre que ce sont les injonctions des "pays développés et de l'ONU" qui auraient enfin obligé les autorités ivoiriennes à proposer une échéance électorale. Cette calomnie vise à insinuer que ce serait ces autorités qui auraient confisqué la possibilité de la tenue d'élections, comme si c'étaient elles qui avaient pris les armes pour couper le pays en deux : foutaises !

Au plus fort de cette crise ivoirienne, Jacques Chirac, Alliot-Marie et Dominique de Villepin ont tenté en vain de présenter Laurent Gbagbo comme étant le véritable problème de la Côte d'Ivoire : ça a échoué fini ! Ce n'est donc pas Le Fasho Pas Net qui va y parvenir...

Citation:
Dans son message à la nation tant attendu du 30 avril, il s’est contenté de dire que "les élections auront bien lieu cette année" et qu’il signera, en mai ou juin, un décret fixant la date du scrutin. Comme pour en rajouter au scepticisme, il a conditionné la tenue du scrutin au désarmement des Forces nouvelles.

N'importe quel crétin peut comprendre qu'un pays divisé doit d'abord réaliser sa Réunification avant d'envisager de restaurer son calendrier électoral.
Or, ici cet article insinue que l'exigence de DDR serait un subterfuge trouvé par Laurent Gbagbo pour ne pas aller rapidement aux élections : c'est honteux que Grioo.com prête la main à une telle désinformation !
Pourtant la condition de DDR figure expressément dans les APO que cette même ONU et ces mêmes PD (pays soit disant développés) ont feint d'approuver et d'encourager : que n'exigent-ils pas le simple respect scrupuleux des Accords de Paix de Ouagadougou ? Où sont les milliards promis à l'Etat ivoirien pour la mise en oeuvre effective desdits Accords ? Laurent Gbagbo a précisé que pour l'heure la Côte d'Ivoire a reçu seulement 5 milliards de francs CFA (environ 7.5 Meuros) pour financer sa sortie de crise ; tandis que 571 milliards de francs ont été ponctionnés dans le budget 2008 de la CIV pour rembourser ces mêmes PD : bande de fossoyeurs !
Citation:
Combien de fois en effet des engagements de ce type ont-ils été pris par le pouvoir ivoirien sans être concrétisés ? La volonté politique qui a toujours fait défaut est-elle enfin de mise ?

Vraiment minable cet article : la tenue des élections dépend-elle exclusivement de la "volonté politique" de l'Etat ivoirien ; ou bien du respect par chaque partie des termes exacts de l'APO : que fait la rebellion pour ce qui la concerne, afin que les conditions de la tenue des élections soient réunies. Qu'a jamais dit la so called "Communauté Internationale" sur l'effectivité du DDR, ou sur la poursuite du racket fiscal au Nord par des bandits en guenilles ???

Citation:
Car les tergiversations du régime sont aussi constitutives des facteurs de blocage du processus électoral. Si cet obstacle est levé et que les partisans du président Gbagbo reviennent à de meilleurs sentiments, les derniers éléments techniques de l’organisation du scrutin peuvent être facilement réglés.

Quel sale torchon cet article : j'ai honte pour ses auteurs. Qu'ils crèvent !

P.S. Benny Da B', j'espère avoir montré qu'on ne parle pas exactement de la même chose toi et moi, car si tu sembles trouver évident qu'il faut d'abord désarmer, les imbéciles qui ont chié cet articles prétendent qu'on peut aller béatement aux élections si "les partisans du président Gbagbo reviennent à de meilleurs sentiments". Ce serait donc parce que Gbagbo serait de mauvaise humeur que depuis 2002 il fait des concessions sur compromis (voire compromissions) pour sortir notre pays de la crise où l'ont jeté des traîtres tapis dans l'ombre de leurs parrains étrangers...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
IB
Grioonaute régulier


Inscrit le: 08 Juin 2004
Messages: 317

MessagePosté le: Mer 06 Mai 2009 15:26    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
Panaf, la question des élections est devenue un véritable piège à cons en Afrique depuis exactement deux décennies (1989-2009), avec la Glasnost, l'effondrement du bloc soviétique, qui s'est accompagné d'une injonction à la démocratie, tant en Europe de l'Est qu'en Afrique Précarréenne : depuis lors, des officines françafricaines ont monnayé très chèrement leur savoir-faire en matière de truquage des élections pour recycler des dictateurs (généralement arrivés par Coup d'Etat)...


En effet, c'est un véritable piège à cons, comme tu le dis. Il faudrait qu'à même arrêter ce multipartisme, qui a fait des milliers et des milliers de morts en Afrique. Les élections en Côte d'Ivoire, sans le désarmement des rebelles, ce serait mettre la charrue avant les boeufs. Pourquoi la France veut coûte que coûte que des élections aient lieu en Côte d'Ivoire ? Quelles sont les raisons ? Pourquoi pas au Gabon, chez Omar ?
_________________
-Toute action ensemble pour nous Africains est un produit de la liberté!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Mer 06 Mai 2009 15:48    Sujet du message: Répondre en citant

IB a écrit:

En effet, c'est un véritable piège à cons, comme tu le dis. Il faudrait qu'à même arrêter ce multipartisme, qui a fait des milliers et des milliers de morts en Afrique.


C'est sur que le parti unique c'était mieux puisque le passé est toujours mieux. Rolling Eyes Sous le parti unique, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes sur le continent, comme chacun sait.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
IB
Grioonaute régulier


Inscrit le: 08 Juin 2004
Messages: 317

MessagePosté le: Mer 06 Mai 2009 16:04    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:
C'est sur que le parti unique c'était mieux puisque le passé est toujours mieux. Rolling Eyes Sous le parti unique, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes sur le continent, comme chacun sait.

Multipartisme ne veut pas dire démocratie. Quand un pays est sous domination coloniale ou néo-coloniale, ce pays n'a pas besoin d'oppossants, mais de résistants. Donc, un gouvernement d'UNION nationale doit s'imposer afin de faire face aux colonisateurs.

Le Gabon a toujours été un parti unique. Pourquoi, diable, chez Gbagbo ? Pourquoi pas chez Omar Bongo ?
_________________
-Toute action ensemble pour nous Africains est un produit de la liberté!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mer 06 Mai 2009 21:27    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
Benny Da B' a écrit:
Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure Ogo, je pense que tu dois te préparer à quelques "renoncements" (de plus ?) dans cette sortie de crise, ce désarmement et les conditions de cette future élection ....


Je note que tu partages le scepticisme du Faso.Net, mais pas pour les mêmes raisons.


C'est en effet cela. Je suis sceptique par "expérience" dirons nous...habitué à voir et vivre un très grand décalage entre les annonces dans la presse et sur les sites webs et ce qu'on vit sur le terrain.

Pour une action d'une valeur annoncée de 100, on ne voit rarement sur le terrain que des choses qui valent à peine 10 ou 20 quand on a de la chance !

La zone de confiance a soit disant été démantelé dès les accords de Ouaga..mais nous dans l'Ouest elle est toujours là...(et toujours aussi merdique).

On nous dit que les Préfets sont à leur poste, mais mon "pauvre" préfet à moi..il a à peine un bureau....et surtout aucune réelles prérogatives sur ce qui se passe dans la ville.

On nous a parlé de l'effectivité de l'unicité des caisses...mais bon...la "centrale" (nom du "ministère des finances rebelles) gère toujours les taxations sur les corridors ! Pire, ils viennent de faire un atelier à Bouaké pour se coordonner sur l'application de nouveaux tarifs !

=> Concertation des FN sur la fluidité routière et sur la taxation
http://www.fninfo.ci/

Quand tu lis çà, tu n'as pas vraiment l'impression que ce sont des gens qui préparent leur départ...

L'Administration a soit disant été redéployée..mais je ne conseille à personne de tomber vraiment malade et de devoir se rendre à l'Hôpital de Man.....

Etc...etc...etc....C'est cela qui me fait douter des calendriers qu'on nous annoncer (quoi qu'à ce niveau là, ce n'est plus du doute, c'est la RÈGLE) et aussi de la manière dont ca va se passer.

Lobognon a donné une interview aujourd'hui...et on comprenait bien..en lisant entre les lignes...Que nos rebelles sont là et bien là...et qu'il va falloir s'y faire car l'élection..va se faire AVEC EUX.

En ce sens l'Article de "Le pays" est mauvais en effet...car il donne l'impression que seul la partie présidentielle a intérêt à faire trainer les élections...ce qui bien sur est HAUTEMENT RISIBLE !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Jeu 07 Mai 2009 19:23    Sujet du message: Répondre en citant

Ogo,

Pour donner suite à notre discussion entamée.

http://news.abidjan.net/h/330070.html

Citation:


Crise-paix-armée-administration: Les commandants ex-rebelles ivoiriens garderont un rôle militaire (porte-parole)

BOUAKE - Les "commandants de zones" ex-rebelles, qui contrôlent le nord de la Côte d'Ivoire et sont censés transférer leur pouvoir aux préfets, vont continuer à "s'occcuper des questions militaires", a affirmé mercredi le porte-parole de l'ex-rébellion.

"Hier, compte tenu du fait qu'il n'y avait pas de préfet et qu'il n'y avait pas un accord (de paix) clair, le +com-zone+ était (aussi) préfet", a déclaré Sidiki Konaté, porte-parole de l'ancienne rébellion des Forces nouvelles (FN).

Il s'exprimait à Bouaké (centre, fief des FN) lors d'une cérémonie marquant le départ d'un détachement de 100 éléments ex-rebelles pour Abidjan, chargés de participer à la sécurisation du processus électoral.
Avec la "clarification" apportée par le dernier accord de paix, signé fin 2008, "le +com-zone+ va s'occuper des questions militaires" à travers "de nouvelles fonctions", tandis que le préfet exercera les "charges" qui lui reviennent, a ajouté M. Konaté. "C'est ce qu'on appelle +passation de
charges+".


Le dernier accord de paix interivoirien, signé en décembre 2008 et baptisé "Ouaga IV", prévoit une "passation de charges" entre "com-zones" et préfets dans le cadre de la réunification du pays, coupé en deux depuis le coup d'Etat manqué de septembre 2002.

Ce transfert de pouvoir, qui était prévu avant le 15 janvier, avait été reporté sine die début mars, alors que le sort des "com-zones" a été l'objet de polémiques entre le camp présidentiel et l'ex-rébellion.
Le départ de 100 éléments FN pour Abidjan participe du déploiement annoncé de 8.000 hommes, issus à parité des forces loyalistes et FN, chargés de sécuriser les prochaines élections, reportées depuis 2005 et attendues en 2009.

Une centaine d'éléments des forces loyalistes avaient quitté lundi Abidjan pour Bouaké.

Le président Laurent Gbagbo avait annoncé le 30 avril ce déploiement de 8.000 hommes. "Les préfets auront l'entièreté de leur pouvoir", avait-il assuré.



Un préfet qui ne s'occupe plus QUE des aspects militaires, c'est un gouverneur militaire....Ca sent l'embrouille...

Pour ton info : Les FANCI ne sont pas encore arrivée ni à MAN ni à BOUAKE.

Et bien sur, les FAFN ne sont même pas encore PARTI ni de MAN ni de BOUAKE.

A suivre...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group