Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Obama et l'Afrique subsaharienne
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 17:25    Sujet du message: Obama et l'Afrique subsaharienne Répondre en citant

En attendant une traduction de grioo, voici le script en anglais (sorry pour les purs Francophones!!) du discours de Barack Obama au Parlement du Ghana. Un discours franc, clair, avisé, duquel transparait un message aux Afros: Yes You can! et la future ligne politique US envers l'Afrique subsaharienne. Résolument différent des bruits de Dakar...


Good morning. It is an honor for me to be in Accra, and to speak to the representatives of the people of Ghana. I am deeply grateful for the welcome that I've received, as are Michelle, Malia, and Sasha Obama. Ghana's history is rich, the ties between our two countries are strong, and I am proud that this is my first visit to sub-Saharan Africa as President of the United States.

I am speaking to you at the end of a long trip. I began in Russia, for a Summit between two great powers. I traveled to Italy, for a meeting of the world's leading economies. And I have come here, to Ghana, for a simple reason: the 21st century will be shaped by what happens not just in Rome or Moscow or Washington, but by what happens in Accra as well.

This is the simple truth of a time when the boundaries between people are overwhelmed by our connections. Your prosperity can expand America's. Your health and security can contribute to the world's. And the strength of your democracy can help advance human rights for people everywhere.

So I do not see the countries and peoples of Africa as a world apart; I see Africa as a fundamental part of our interconnected world - as partners with America on behalf of the future that we want for all our children. That partnership must be grounded in mutual responsibility, and that is what I want to speak with you about today.

We must start from the simple premise that Africa's future is up to Africans.

I say this knowing full well the tragic past that has sometimes haunted this part of the world. I have the blood of Africa within me, and my family's own story encompasses both the tragedies and triumphs of the larger African story.

My grandfather was a cook for the British in Kenya, and though he was a respected elder in his village, his employers called him "boy" for much of his life. He was on the periphery of Kenya's liberation struggles, but he was still imprisoned briefly during repressive times. In his life, colonialism wasn't simply the creation of unnatural borders or unfair terms of trade - it was something experienced personally, day after day, year after year.

My father grew up herding goats in a tiny village, an impossible distance away from the American universities where he would come to get an education. He came of age at an extraordinary moment of promise for Africa. The struggles of his own father's generation were giving birth to new nations, beginning right here in Ghana. Africans were educating and asserting themselves in new ways. History was on the move.

But despite the progress that has been made - and there has been considerable progress in parts of Africa - we also know that much of that promise has yet to be fulfilled. Countries like Kenya, which had a per capita economy larger than South Korea's when I was born, have been badly outpaced. Disease and conflict have ravaged parts of the African continent. In many places, the hope of my father's generation gave way to cynicism, even despair.

It is easy to point fingers, and to pin the blame for these problems on others. Yes, a colonial map that made little sense bred conflict, and the West has often approached Africa as a patron, rather than a partner. But the West is not responsible for the destruction of the Zimbabwean economy over the last decade, or wars in which children are enlisted as combatants. In my father's life, it was partly tribalism and patronage in an independent Kenya that for a long stretch derailed his career, and we know that this kind of corruption is a daily fact of life for far too many.

Of course, we also know that is not the whole story. Here in Ghana, you show us a face of Africa that is too often overlooked by a world that sees only tragedy or the need for charity. The people of Ghana have worked hard to put democracy on a firmer footing, with peaceful transfers of power even in the wake of closely contested elections. And with improved governance and an emerging civil society, Ghana's economy has shown impressive rates of growth.

This progress may lack the drama of the 20th century's liberation struggles, but make no mistake: it will ultimately be more significant. For just as it is important to emerge from the control of another nation, it is even more important to build one's own.

So I believe that this moment is just as promising for Ghana - and for Africa - as the moment when my father came of age and new nations were being born. This is a new moment of promise. Only this time, we have learned that it will not be giants like Nkrumah and Kenyatta who will determine Africa's future. Instead, it will be you - the men and women in Ghana's Parliament, and the people you represent. Above all, it will be the young people - brimming with talent and energy and hope - who can claim the future that so many in my father's generation never found.

To realize that promise, we must first recognize a fundamental truth that you have given life to in Ghana: development depends upon good governance. That is the ingredient which has been missing in far too many places, for far too long. That is the change that can unlock Africa's potential. And that is a responsibility that can only be met by Africans.

As for America and the West, our commitment must be measured by more than just the dollars we spend. I have pledged substantial increases in our foreign assistance, which is in Africa's interest and America's. But the true sign of success is not whether we are a source of aid that helps people scrape by - it is whether we are partners in building the capacity for transformational change.

This mutual responsibility must be the foundation of our partnership. And today, I will focus on four areas that are critical to the future of Africa and the entire developing world: democracy; opportunity; health; and the peaceful resolution of conflict.

First, we must support strong and sustainable democratic governments.

As I said in Cairo, each nation gives life to democracy in its own way, and in line with its own traditions. But history offers a clear verdict: governments that respect the will of their own people are more prosperous, more stable, and more successful than governments that do not.

This is about more than holding elections - it's also about what happens between them. Repression takes many forms, and too many nations are plagued by problems that condemn their people to poverty. No country is going to create wealth if its leaders exploit the economy to enrich themselves, or police can be bought off by drug traffickers. No business wants to invest in a place where the government skims 20 percent off the top, or the head of the Port Authority is corrupt. No person wants to live in a society where the rule of law gives way to the rule of brutality and bribery. That is not democracy, that is tyranny, and now is the time for it to end.

In the 21st century, capable, reliable and transparent institutions are the key to success - strong parliaments and honest police forces; independent judges and journalists; a vibrant private sector and civil society. Those are the things that give life to democracy, because that is what matters in peoples' lives.

Time and again, Ghanaians have chosen Constitutional rule over autocracy, and shown a democratic spirit that allows the energy of your people to break through. We see that in leaders who accept defeat graciously, and victors who resist calls to wield power against the opposition. We see that spirit in courageous journalists like Anas Aremeyaw Anas, who risked his life to report the truth. We see it in police like Patience Quaye, who helped prosecute the first human trafficker in Ghana. We see it in the young people who are speaking up against patronage, and participating in the political process.

Across Africa, we have seen countless examples of people taking control of their destiny, and making change from the bottom up. We saw it in Kenya, where civil society and business came together to help stop post-election violence. We saw it in South Africa, where over three quarters of the country voted in the recent election - the fourth since the end of Apartheid. We saw it in Zimbabwe, where the Election Support Network braved brutal repression to stand up for the principle that a person's vote is their sacred right.

Make no mistake: history is on the side of these brave Africans, and not with those who use coups or change Constitutions to stay in power. Africa doesn't need strongmen, it needs strong institutions.

America will not seek to impose any system of government on any other nation - the essential truth of democracy is that each nation determines its own destiny. What we will do is increase assistance for responsible individuals and institutions, with a focus on supporting good governance - on parliaments, which check abuses of power and ensure that opposition voices are heard; on the rule of law, which ensures the equal administration of justice; on civic participation, so that young people get involved; and on concrete solutions to corruption like forensic accounting, automating services, strengthening hotlines, and protecting whistle-blowers to advance transparency and accountability.

As we provide this support, I have directed my Administration to give greater attention to corruption in our Human Rights report. People everywhere should have the right to start a business or get an education without paying a bribe. We have a responsibility to support those who act responsibly and to isolate those who don't, and that is exactly what America will do.

This leads directly to our second area of partnership - supporting development that provides opportunity for more people.

With better governance, I have no doubt that Africa holds the promise of a broader base for prosperity. The continent is rich in natural resources. And from cell phone entrepreneurs to small farmers, Africans have shown the capacity and commitment to create their own opportunities. But old habits must also be broken. Dependence on commodities - or on a single export - concentrates wealth in the hands of the few, and leaves people too vulnerable to downturns.

In Ghana, for instance, oil brings great opportunities, and you have been responsible in preparing for new revenue. But as so many Ghanaians know, oil cannot simply become the new cocoa. From South Korea to Singapore, history shows that countries thrive when they invest in their people and infrastructure; when they promote multiple export industries, develop a skilled workforce, and create space for small and medium-sized businesses that create jobs.

As Africans reach for this promise, America will be more responsible in extending our hand. By cutting costs that go to Western consultants and administration, we will put more resources in the hands of those who need it, while training people to do more for themselves. That is why our $3.5 billion food security initiative is focused on new methods and technologies for farmers - not simply sending American producers or goods to Africa. Aid is not an end in itself. The purpose of foreign assistance must be creating the conditions where it is no longer needed.

America can also do more to promote trade and investment. Wealthy nations must open our doors to goods and services from Africa in a meaningful way. And where there is good governance, we can broaden prosperity through public-private partnerships that invest in better roads and electricity; capacity-building that trains people to grow a business; and financial services that reach poor and rural areas. This is also in our own interest - for if people are lifted out of poverty and wealth is created in Africa, new markets will open for our own goods.

One area that holds out both undeniable peril and extraordinary promise is energy. Africa gives off less greenhouse gas than any other part of the world, but it is the most threatened by climate change. A warming planet will spread disease, shrink water resources, and deplete crops, creating conditions that produce more famine and conflict. All of us - particularly the developed world - have a responsibility to slow these trends - through mitigation, and by changing the way that we use energy. But we can also work with Africans to turn this crisis into opportunity.

Together, we can partner on behalf of our planet and prosperity, and help countries increase access to power while skipping the dirtier phase of development. Across Africa, there is bountiful wind and solar power; geothermal energy and bio-fuels. From the Rift Valley to the North African deserts; from the Western coast to South Africa's crops -Africa's boundless natural gifts can generate its own power, while exporting profitable, clean energy abroad.

These steps are about more than growth numbers on a balance sheet. They're about whether a young person with an education can get a job that supports a family; a farmer can transfer their goods to the market; or an entrepreneur with a good idea can start a business. It's about the dignity of work. It's about the opportunity that must exist for Africans in the 21st century.

Just as governance is vital to opportunity, it is also critical to the third area that I will talk about - strengthening public health.

In recent years, enormous progress has been made in parts of Africa. Far more people are living productively with HIV/AIDS, and getting the drugs they need. But too many still die from diseases that shouldn't kill them. When children are being killed because of a mosquito bite, and mothers are dying in childbirth, then we know that more progress must be made.

Yet because of incentives - often provided by donor nations - many African doctors and nurses understandably go overseas, or work for programs that focus on a single disease. This creates gaps in primary care and basic prevention. Meanwhile, individual Africans also have to make responsible choices that prevent the spread of disease, while promoting public health in their communities and countries.

Across Africa, we see examples of people tackling these problems. In Nigeria, an Interfaith effort of Christians and Muslims has set an example of cooperation to confront malaria. Here in Ghana and across Africa, we see innovative ideas for filling gaps in care - for instance, through E-Health initiatives that allow doctors in big cities to support those in small towns.

America will support these efforts through a comprehensive, global health strategy. Because in the 21st century, we are called to act by our conscience and our common interest. When a child dies of a preventable illness in Accra, that diminishes us everywhere. And when disease goes unchecked in any corner of the world, we know that it can spread across oceans and continents.

That is why my Administration has committed $63 billion to meet these challenges. Building on the strong efforts of President Bush, we will carry forward the fight against HIV/AIDS. We will pursue the goal of ending deaths from malaria and tuberculosis, and eradicating polio. We will fight neglected tropical disease. And we won't confront illnesses in isolation - we will invest in public health systems that promote wellness, and focus on the health of mothers and children.

As we partner on behalf of a healthier future, we must also stop the destruction that comes not from illness, but from human beings - and so the final area that I will address is conflict.

Now let me be clear: Africa is not the crude caricature of a continent at war. But for far too many Africans, conflict is a part of life, as constant as the sun. There are wars over land and wars over resources. And it is still far too easy for those without conscience to manipulate whole communities into fighting among faiths and tribes.

These conflicts are a millstone around Africa's neck. We all have many identities - of tribe and ethnicity; of religion and nationality. But defining oneself in opposition to someone who belongs to a different tribe, or who worships a different prophet, has no place in the 21st century. Africa's diversity should be a source of strength, not a cause for division. We are all God's children. We all share common aspirations - to live in peace and security; to access education and opportunity; to love our families, our communities, and our faith. That is our common humanity.

That is why we must stand up to inhumanity in our midst. It is never justifiable to target innocents in the name of ideology. It is the death sentence of a society to force children to kill in wars. It is the ultimate mark of criminality and cowardice to condemn women to relentless and systematic rape. We must bear witness to the value of every child in Darfur and the dignity of every woman in Congo. No faith or culture should condone the outrages against them. All of us must strive for the peace and security necessary for progress.

Africans are standing up for this future. Here, too, Ghana is helping to point the way forward. Ghanaians should take pride in your contributions to peacekeeping from Congo to Liberia to Lebanon, and in your efforts to resist the scourge of the drug trade. We welcome the steps that are being taken by organizations like the African Union and ECOWAS to better resolve conflicts, keep the peace, and support those in need. And we encourage the vision of a strong, regional security architecture that can bring effective, transnational force to bear when needed.

America has a responsibility to advance this vision, not just with words, but with support that strengthens African capacity. When there is genocide in Darfur or terrorists in Somalia, these are not simply African problems - they are global security challenges, and they demand a global response. That is why we stand ready to partner through diplomacy, technical assistance, and logistical support, and will stand behind efforts to hold war criminals accountable. And let me be clear: our Africa Command is focused not on establishing a foothold in the continent, but on confronting these common challenges to advance the security of America, Africa and the world.

In Moscow, I spoke of the need for an international system where the universal rights of human beings are respected, and violations of those rights are opposed. That must include a commitment to support those who resolve conflicts peacefully, to sanction and stop those who don't, and to help those who have suffered. But ultimately, it will be vibrant democracies like Botswana and Ghana which roll back the causes of conflict, and advance the frontiers of peace and prosperity.

As I said earlier, Africa's future is up to Africans.

The people of Africa are ready to claim that future. In my country, African-Americans - including so many recent immigrants - have thrived in every sector of society. We have done so despite a difficult past, and we have drawn strength from our African heritage. With strong institutions and a strong will, I know that Africans can live their dreams in Nairobi and Lagos; in Kigali and Kinshasa; in Harare and right here in Accra.

Fifty-two years ago, the eyes of the world were on Ghana. And a young preacher named Martin Luther King traveled here, to Accra, to watch the Union Jack come down and the Ghanaian flag go up. This was before the march on Washington or the success of the civil rights movement in my country. Dr. King was asked how he felt while watching the birth of a nation. And he said: "It renews my conviction in the ultimate triumph of justice."

Now, that triumph must be won once more, and it must be won by you. And I am particularly speaking to the young people. In places like Ghana, you make up over half of the population. Here is what you must know: the world will be what you make of it.

You have the power to hold your leaders accountable, and to build institutions that serve the people. You can serve in your communities, and harness your energy and education to create new wealth and build new connections to the world. You can conquer disease, end conflicts, and make change from the bottom up. You can do that. Yes you can. Because in this moment, history is on the move.

But these things can only be done if you take responsibility for your future. It won't be easy. It will take time and effort. There will be suffering and setbacks. But I can promise you this: America will be with you. As a partner. As a friend. Opportunity won't come from any other place, though - it must come from the decisions that you make, the things that you do, and the hope that you hold in your hearts.

Freedom is your inheritance. Now, it is your responsibility to build upon freedom's foundation. And if you do, we will look back years from now to places like Accra and say that this was the time when the promise was realized - this was the moment when prosperity was forged; pain was overcome; and a new era of progress began. This can be the time when we witness the triumph of justice once more. Thank you.

La vidéo de ce discours Arrow http://www.msnbc.msn.com/id/21134540/?vp=31856235&#31864653
PS: je ne sais pas si la coloration des images est voulue ou non, cependant je trouve cela assez retro mais original.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 19:25    Sujet du message: Translate in english Répondre en citant

Citation:
Bonjour. It is an honor for me to be in Accra, and to speak to the representatives of the people of Ghana. C'est un honneur pour moi d'être à Accra, et de parler aux représentants de la population du Ghana. I am deeply grateful for the welcome that I've received, as are Michelle, Malia, and Sasha Obama. Je suis profondément reconnaissant pour l'accueil que j'ai reçu, comme Michelle, Malia et Sasha Obama. Ghana's history is rich, the ties between our two countries are strong, and I am proud that this is my first visit to sub-Saharan Africa as President of the United States. Ghana, l'histoire est riche, les liens entre nos deux pays sont solides, et je suis fier de ce que c'est ma première visite en Afrique sub-saharienne en tant que président des États-Unis.

I am speaking to you at the end of a long trip. Je m'adresse à vous à la fin d'un long voyage. I began in Russia, for a Summit between two great powers. J'ai commencé en Russie, pour un sommet entre deux grandes puissances. I traveled to Italy, for a meeting of the world's leading economies. Je me suis rendue à l'Italie, pour une réunion des principales économies mondiales. And I have come here, to Ghana, for a simple reason: the 21st century will be shaped by what happens not just in Rome or Moscow or Washington, but by what happens in Accra as well. Et je suis venu ici, au Ghana, pour une raison simple: le 21ème siècle sera marqué par ce qui se passe pas seulement à Rome ou à Moscou ou à Washington, mais par ce qui se passe à Accra ainsi.

This is the simple truth of a time when the boundaries between people are overwhelmed by our connections. C'est la simple vérité d'une époque où les frontières entre gens sont submergés par nos liens. Your prosperity can expand America's. Votre accroître la prospérité de l'Amérique. Your health and security can contribute to the world's. Votre santé et de sécurité peut contribuer au monde. And the strength of your democracy can help advance human rights for people everywhere. Et la force de votre démocratie peut aider à promouvoir les droits de l'homme pour les peuples du monde.

So I do not see the countries and peoples of Africa as a world apart; I see Africa as a fundamental part of our interconnected world - as partners with America on behalf of the future that we want for all our children. Donc, je ne vois pas le pays et les peuples de l'Afrique comme un monde à part, je vois l'Afrique comme un élément fondamental de notre monde interconnecté - en tant que partenaires de l'Amérique, au nom de l'avenir que nous souhaitons pour nos enfants. That partnership must be grounded in mutual responsibility, and that is what I want to speak with you about today. Ce partenariat doit être fondé sur la responsabilité mutuelle, et c'est ce que je veux vous parler aujourd'hui.

We must start from the simple premise that Africa's future is up to Africans. Nous devons commencer par le simple principe que l'avenir de l'Afrique appartient aux Africains.

I say this knowing full well the tragic past that has sometimes haunted this part of the world. Je dis cela en sachant très bien le passé tragique qui a hanté parfois cette partie du monde. I have the blood of Africa within me, and my family's own story encompasses both the tragedies and triumphs of the larger African story. J'ai le sang de l'Afrique en moi, ma famille et sa propre histoire à la fois les tragédies et les triomphes de la grande histoire de l'Afrique.

My grandfather was a cook for the British in Kenya, and though he was a respected elder in his village, his employers called him "boy" for much of his life. Mon grand-père était un cuisinier pour les Britanniques au Kenya, et même si il était un aîné dans son village, son employeur lui a demandé "garçon" pour la plus grande partie de sa vie. He was on the periphery of Kenya's liberation struggles, but he was still imprisoned briefly during repressive times. Il a été à la périphérie des luttes de libération du Kenya, mais il était toujours emprisonné brièvement au cours de la répression fois. In his life, colonialism wasn't simply the creation of unnatural borders or unfair terms of trade - it was something experienced personally, day after day, year after year. Dans sa vie, le colonialisme n'est pas simplement la création artificielle des frontières ou des clauses abusives des échanges - c'est quelque chose de connu personnellement, jour après jour, année après année.

My father grew up herding goats in a tiny village, an impossible distance away from the American universities where he would come to get an education. Mon père a grandi élevage des chèvres dans un petit village, impossible de la distance des universités américaines, où il venait de recevoir une éducation. He came of age at an extraordinary moment of promise for Africa. Il est venu de l'âge à un moment extraordinaire de promesses pour l'Afrique. The struggles of his own father's generation were giving birth to new nations, beginning right here in Ghana. Les luttes de son propre père de la génération ont donné naissance à de nouvelles nations, en commençant ici, au Ghana. Africans were educating and asserting themselves in new ways. Les Africains ont été l'éducation et l'affirmation de soi dans de nouveaux moyens. History was on the move. L'histoire est en mouvement.

But despite the progress that has been made - and there has been considerable progress in parts of Africa - we also know that much of that promise has yet to be fulfilled. Mais malgré les progrès qui ont été faites - et il ya eu des progrès considérables dans les parties de l'Afrique - nous savons aussi que beaucoup de cette promesse n'a pas encore été atteint. Countries like Kenya, which had a per capita economy larger than South Korea's when I was born, have been badly outpaced. Des pays comme le Kenya, qui a eu un par habitant plus importante que l'économie de la Corée du Sud où je suis né, ont été gravement dépassé. Disease and conflict have ravaged parts of the African continent. Les maladies et les conflits ont ravagé certaines parties du continent africain. In many places, the hope of my father's generation gave way to cynicism, even despair. Dans de nombreux endroits, l'espoir de la génération de mon père a cédé la place au cynisme, même de désespoir.

It is easy to point fingers, and to pin the blame for these problems on others. Il est facile de pointer du doigt, et à cerner la responsabilité de ces problèmes sur les autres. Yes, a colonial map that made little sense bred conflict, and the West has often approached Africa as a patron, rather than a partner. Oui, une carte coloniale qui a fait peu de sens élevé de conflit, et l'Occident a souvent abordé l'Afrique en tant que patron, plutôt que comme un partenaire. But the West is not responsible for the destruction of the Zimbabwean economy over the last decade, or wars in which children are enlisted as combatants. Mais l'Occident n'est pas responsable de la destruction de l'économie zimbabwéenne au cours de la dernière décennie, ou les guerres dans lesquelles les enfants sont enrôlés comme combattants. In my father's life, it was partly tribalism and patronage in an independent Kenya that for a long stretch derailed his career, and we know that this kind of corruption is a daily fact of life for far too many. Dans la vie de mon père, il a été en partie le tribalisme et le clientélisme dans l'indépendance du Kenya, qui pour une longue période de sa carrière a déraillé, et nous savons que ce type de corruption est une réalité quotidienne pour de trop nombreux.

Of course, we also know that is not the whole story. Bien sûr, nous savons aussi que ce n'est pas le tout. Here in Ghana, you show us a face of Africa that is too often overlooked by a world that sees only tragedy or the need for charity. Ici, au Ghana, vous nous montrer un visage de l'Afrique, qui est trop souvent négligé par un monde qui ne voit que la tragédie ou de la nécessité de la charité. The people of Ghana have worked hard to put democracy on a firmer footing, with peaceful transfers of power even in the wake of closely contested elections. Le peuple du Ghana ont travaillé dur pour mettre sur une démocratie solide, avec des transferts de pouvoir pacifique, même dans le sillage des élections contestées de près. And with improved governance and an emerging civil society, Ghana's economy has shown impressive rates of growth. Et avec l'amélioration de la gouvernance et une société civile naissante, l'économie du Ghana a démontré des taux de croissance impressionnant.

This progress may lack the drama of the 20th century's liberation struggles, but make no mistake: it will ultimately be more significant. Cette absence de progrès mai le drame du 20e siècle de luttes de libération, mais ne vous y trompez pas: il sera finalement plus importante. For just as it is important to emerge from the control of another nation, it is even more important to build one's own. Car, comme il est important de sortir de la maîtrise d'une autre nation, il est encore plus important pour construire la sienne.

So I believe that this moment is just as promising for Ghana - and for Africa - as the moment when my father came of age and new nations were being born. Donc, je crois que ce moment est tout aussi prometteur pour le Ghana - et pour l'Afrique - comme le moment où mon père est venu de l'âge et de nouvelles nations sont en train de naître. This is a new moment of promise. Il s'agit d'un nouveau moment de la promesse. Only this time, we have learned that it will not be giants like Nkrumah and Kenyatta who will determine Africa's future. Seulement, cette fois, nous avons appris que ce ne sera pas de géants comme Nkrumah et Kenyatta qui va déterminer l'avenir de l'Afrique. Instead, it will be you - the men and women in Ghana's Parliament, and the people you represent. Au lieu de cela, ce sera vous - les hommes et les femmes dans le Parlement du Ghana, et le peuple que vous représentez. Above all, it will be the young people - brimming with talent and energy and hope - who can claim the future that so many in my father's generation never found. Par-dessus tout, ce seront les jeunes - regorge de talents et d'énergie et d'espoir - qui peuvent prétendre à l'avenir que beaucoup dans la génération de mon père n'a jamais trouvé.

To realize that promise, we must first recognize a fundamental truth that you have given life to in Ghana: development depends upon good governance. Pour réaliser cette promesse, nous devons d'abord reconnaître une vérité fondamentale que vous avez donné la vie à au Ghana: le développement dépend de la bonne gouvernance. That is the ingredient which has been missing in far too many places, for far too long. C'est l'ingrédient qui a fait défaut dans beaucoup trop d'endroits, pour beaucoup trop longtemps. That is the change that can unlock Africa's potential. C'est le changement qui peuvent débloquer le potentiel de l'Afrique. And that is a responsibility that can only be met by Africans. Et c'est une responsabilité qui ne peut être satisfaite que par les Africains.

As for America and the West, our commitment must be measured by more than just the dollars we spend. Quant à l'Amérique et l'Occident, notre engagement doit être mesurée par plus que les dollars que nous dépensons. I have pledged substantial increases in our foreign assistance, which is in Africa's interest and America's. Je me suis engagé dans une augmentation substantielle de notre aide étrangère, qui est dans l'intérêt de l'Afrique et l'Amérique. But the true sign of success is not whether we are a source of aid that helps people scrape by - it is whether we are partners in building the capacity for transformational change. Mais le véritable signe de la réussite n'est pas de savoir si nous sommes une source d'aide qui aide les gens à gratter par - elle est de savoir si nous sommes des partenaires dans la construction de la capacité de changement transformationnel.

This mutual responsibility must be the foundation of our partnership. Cette responsabilité mutuelle doit être le fondement de notre partenariat. And today, I will focus on four areas that are critical to the future of Africa and the entire developing world: democracy; opportunity; health; and the peaceful resolution of conflict. Et aujourd'hui, je vais me concentrer sur quatre domaines qui sont essentiels pour l'avenir de l'Afrique et l'ensemble du monde en développement: la démocratie, la possibilité, la santé et la résolution pacifique des conflits.

First, we must support strong and sustainable democratic governments. Premièrement, nous devons soutenir les gouvernements démocratiques et durables.

As I said in Cairo, each nation gives life to democracy in its own way, and in line with its own traditions. Comme je l'ai dit au Caire, chaque nation, donne la vie à la démocratie à sa manière, et en conformité avec ses propres traditions. But history offers a clear verdict: governments that respect the will of their own people are more prosperous, more stable, and more successful than governments that do not. Mais l'histoire offre un verdict clair: les gouvernements qui respectent la volonté de leur peuple sont plus prospère, plus stable, et plus de succès que les gouvernements qui ne le font pas.

This is about more than holding elections - it's also about what happens between them. C'est plus que la tenue d'élections - c'est aussi ce qui se passe entre eux. Repression takes many forms, and too many nations are plagued by problems that condemn their people to poverty. La répression prend de nombreuses formes, et trop de pays sont en proie à des problèmes qui condamnent à la pauvreté de leur population. No country is going to create wealth if its leaders exploit the economy to enrich themselves, or police can be bought off by drug traffickers. Aucun pays ne va créer de la richesse de ses dirigeants si l'exploitation de l'économie d'enrichir eux-mêmes, ou de la police peuvent être achetés par les trafiquants de drogue. No business wants to invest in a place where the government skims 20 percent off the top, or the head of the Port Authority is corrupt. Aucune entreprise ne veut investir dans un lieu où le gouvernement fend de 20 pour cent de la page, ou le chef de l'autorité portuaire est corrompu. No person wants to live in a society where the rule of law gives way to the rule of brutality and bribery. Personne ne veut vivre dans une société où la primauté du droit cède le pas à la règle de la brutalité et de corruption. That is not democracy, that is tyranny, and now is the time for it to end. Ce n'est pas la démocratie, c'est la tyrannie, et il est maintenant temps pour lui à la fin.

In the 21st century, capable, reliable and transparent institutions are the key to success - strong parliaments and honest police forces; independent judges and journalists; a vibrant private sector and civil society. Au 21e siècle, capable, fiable et transparent des institutions sont la clé du succès - les parlements forte et honnête des forces de police, des juges indépendants et des journalistes; un secteur privé dynamique et la société civile. Those are the things that give life to democracy, because that is what matters in peoples' lives. Ce sont les choses qui donnent vie à la démocratie, parce que c'est ce qui importe dans la vie des gens.

Time and again, Ghanaians have chosen Constitutional rule over autocracy, and shown a democratic spirit that allows the energy of your people to break through. Encore et encore, les Ghanéens ont choisi l'article constitutionnel sur l'autocratie, et montré un esprit démocratique qui permet à l'énergie de votre peuple à briser. We see that in leaders who accept defeat graciously, and victors who resist calls to wield power against the opposition. Nous constatons que les dirigeants qui acceptent de bonne grâce la défaite, et les vainqueurs qui résistent à des appels d'exercer un pouvoir contre l'opposition. We see that spirit in courageous journalists like Anas Aremeyaw Anas, who risked his life to report the truth. Nous voyons que dans l'esprit des journalistes courageux, comme Aremeyaw Anas Anas, qui a risqué sa vie pour le rapport de la vérité. We see it in police like Patience Quaye, who helped prosecute the first human trafficker in Ghana. Nous le voyons dans la police comme Patience Quaye, qui a aidé à poursuivre le premier homme trafiquant au Ghana. We see it in the young people who are speaking up against patronage, and participating in the political process. Nous le voyons dans les jeunes gens qui parlent contre le patronage, et de participer au processus politique.

Across Africa, we have seen countless examples of people taking control of their destiny, and making change from the bottom up. Dans toute l'Afrique, nous avons vu d'innombrables exemples de personnes prenant le contrôle de leur destin, et de faire le changement par le bas. We saw it in Kenya, where civil society and business came together to help stop post-election violence. On l'a vu au Kenya, où la société civile et les entreprises se sont regroupés pour aider à arrêter les violences post-électorales. We saw it in South Africa, where over three quarters of the country voted in the recent election - the fourth since the end of Apartheid. Nous l'avons vu en Afrique du Sud, où plus des trois quarts des pays ont voté dans la récente élection - la quatrième depuis la fin de l'apartheid. We saw it in Zimbabwe, where the Election Support Network braved brutal repression to stand up for the principle that a person's vote is their sacred right. On l'a vu au Zimbabwe, où l'Election Support Network, bravant la répression brutale de se battre pour le principe que le vote d'une personne, c'est leur droit sacré.

Make no mistake: history is on the side of these brave Africans, and not with those who use coups or change Constitutions to stay in power. Qu'on ne s'y trompe pas: l'histoire est du côté de ces braves Africains, et non pas avec ceux qui ont recours à des coups ou de modifier les Constitutions pour rester au pouvoir. Africa doesn't need strongmen, it needs strong institutions. L'Afrique n'a pas besoin d'hommes forts, il a besoin d'institutions fortes.

America will not seek to impose any system of government on any other nation - the essential truth of democracy is that each nation determines its own destiny. Amérique ne cherchera pas à imposer un système de gouvernement sur toute autre nation - la vérité essentielle de la démocratie est que chaque pays détermine son propre destin. What we will do is increase assistance for responsible individuals and institutions, with a focus on supporting good governance - on parliaments, which check abuses of power and ensure that opposition voices are heard; on the rule of law, which ensures the equal administration of justice; on civic participation, so that young people get involved; and on concrete solutions to corruption like forensic accounting, automating services, strengthening hotlines, and protecting whistle-blowers to advance transparency and accountability. Ce que nous allons faire, c'est accroître l'aide à assumer les responsabilités des individus et des institutions, avec un accent sur le soutien à la bonne gouvernance - sur les parlements, qui contrôlent les abus de pouvoir et de faire en sorte que l'opposition se font entendre, sur l'état de droit, qui garantit l'égalité de l'administration de la justice , sur la participation civique, de sorte que les jeunes à s'impliquer, et sur des solutions concrètes à la corruption, comme la comptabilité judiciaire, l'automatisation des services, le renforcement des permanences téléphoniques, et la protection des dénonciateurs d'abus à faire progresser la transparence et la reddition de comptes.

As we provide this support, I have directed my Administration to give greater attention to corruption in our Human Rights report. Comme nous fournir ce soutien, j'ai réalisé mon gouvernement à accorder une plus grande attention à la corruption, les droits de l'homme dans notre rapport. People everywhere should have the right to start a business or get an education without paying a bribe. Les gens partout dans le monde devrait avoir le droit de démarrer une entreprise ou d'obtenir une éducation, sans payer un pot-de-vin. We have a responsibility to support those who act responsibly and to isolate those who don't, and that is exactly what America will do. Nous avons la responsabilité d'aider ceux qui agissent de façon responsable et à isoler ceux qui ne le font pas, et c'est exactement ce que l'Amérique va faire.

This leads directly to our second area of partnership - supporting development that provides opportunity for more people. Cela conduit directement à notre deuxième domaine du partenariat - de soutenir le développement qui prévoit la possibilité pour plusieurs personnes.

With better governance, I have no doubt that Africa holds the promise of a broader base for prosperity. Avec l'amélioration de la gouvernance, je ne doute pas que l'Afrique détient la promesse d'une base plus large pour la prospérité. The continent is rich in natural resources. Le continent est riche en ressources naturelles. And from cell phone entrepreneurs to small farmers, Africans have shown the capacity and commitment to create their own opportunities. Et à partir de téléphone cellulaire des entrepreneurs aux petits agriculteurs, les Africains ont montré la capacité et la volonté de créer leurs propres opportunités. But old habits must also be broken. Mais les vieilles habitudes doivent aussi être rompu. Dependence on commodities - or on a single export - concentrates wealth in the hands of the few, and leaves people too vulnerable to downturns. La dépendance sur les produits de base - ou l'exportation d'un seul - se concentre la richesse dans les mains de quelques-uns, et laisse trop de personnes vulnérables à la récession.

In Ghana, for instance, oil brings great opportunities, and you have been responsible in preparing for new revenue. Au Ghana, par exemple, le pétrole apporte beaucoup de possibilités, et vous avez été chargé de préparer de nouvelles recettes. But as so many Ghanaians know, oil cannot simply become the new cocoa. Mais comme beaucoup de Ghanéens savoir, l'huile ne peut pas simplement devenir le nouveau cacao. From South Korea to Singapore, history shows that countries thrive when they invest in their people and infrastructure; when they promote multiple export industries, develop a skilled workforce, and create space for small and medium-sized businesses that create jobs. De la Corée du Sud à Singapour, l'histoire montre que les pays se développent quand ils investissent dans leur population et de l'infrastructure, quand ils favorisent de multiples secteurs d'exportation, de développer une main-d'œuvre qualifiée, et de créer un espace pour les petites et moyennes entreprises qui créent des emplois.

As Africans reach for this promise, America will be more responsible in extending our hand. Comme les Africains pour parvenir à cette promesse, l'Amérique sera plus responsable dans l'extension de notre part. By cutting costs that go to Western consultants and administration, we will put more resources in the hands of those who need it, while training people to do more for themselves. En réduisant les coûts qui vont à l'Ouest de consultants et d'administration, nous allons mettre plus de ressources dans les mains de ceux qui en ont besoin, tout en formant les gens à faire plus pour eux-mêmes. That is why our $3.5 billion food security initiative is focused on new methods and technologies for farmers - not simply sending American producers or goods to Africa. C'est pourquoi nos 3,5 milliards $ à la sécurité alimentaire est axée sur l'initiative de nouvelles méthodes et technologies pour les agriculteurs - et pas simplement l'envoi de marchandises ou les producteurs américains à l'Afrique. Aid is not an end in itself. L'aide n'est pas une fin en soi. The purpose of foreign assistance must be creating the conditions where it is no longer needed. Le but de l'aide extérieure doit être de créer les conditions où il n'est plus nécessaire.

America can also do more to promote trade and investment. L'Amérique peut également faire davantage pour promouvoir le commerce et l'investissement. Wealthy nations must open our doors to goods and services from Africa in a meaningful way. Les nations riches doivent ouvrir nos portes aux biens et aux services de l'Afrique d'une manière significative. And where there is good governance, we can broaden prosperity through public-private partnerships that invest in better roads and electricity; capacity-building that trains people to grow a business; and financial services that reach poor and rural areas. Et là où il ya la bonne gouvernance, nous pouvons élargir la prospérité par le biais de partenariats public-privé qui investissent dans l'amélioration des routes et l'électricité, le renforcement des capacités que les trains des personnes à faire grandir une entreprise et les services financiers qui atteignent les pauvres et les zones rurales. This is also in our own interest - for if people are lifted out of poverty and wealth is created in Africa, new markets will open for our own goods. Ceci est également dans notre propre intérêt - si les gens sont sortis de la pauvreté et la création de richesses en Afrique, ouvrir de nouveaux marchés pour nos propres produits.

One area that holds out both undeniable peril and extraordinary promise is energy. Un domaine qui tient à la fois indéniable et périls et extraordinaire promesse, c'est l'énergie. Africa gives off less greenhouse gas than any other part of the world, but it is the most threatened by climate change. Afrique émet moins de gaz à effet de serre que toute autre partie du monde, mais il est le plus menacé par les changements climatiques. A warming planet will spread disease, shrink water resources, and deplete crops, creating conditions that produce more famine and conflict. Un réchauffement de la planète se propage la maladie, de réduire les ressources en eau, et appauvrissent les cultures, créant les conditions qui produisent plus de famine et de conflits. All of us - particularly the developed world - have a responsibility to slow these trends - through mitigation, and by changing the way that we use energy. Nous tous - en particulier les pays développés - ont la responsabilité de freiner ces tendances - par le biais d'atténuation des effets, et en changeant la façon dont nous utilisons l'énergie. But we can also work with Africans to turn this crisis into opportunity. Mais nous pouvons aussi travailler avec les Africains de faire de cette crise en une opportunité.

Together, we can partner on behalf of our planet and prosperity, and help countries increase access to power while skipping the dirtier phase of development. Ensemble, nous pouvons partenaire, au nom de notre planète et la prospérité, et d'aider les pays à accroître l'accès au pouvoir, tandis que le saut de la sale phase de développement. Across Africa, there is bountiful wind and solar power; geothermal energy and bio-fuels. Dans toute l'Afrique, il y est abondante et l'énergie solaire, éolienne, énergie géothermique et de la bio-carburants. From the Rift Valley to the North African deserts; from the Western coast to South Africa's crops -Africa's boundless natural gifts can generate its own power, while exporting profitable, clean energy abroad. De la vallée du Rift au déserts d'Afrique du Nord, de la côte occidentale de l'Afrique du Sud-Afrique, les cultures de l 'illimité dons naturels peuvent générer sa propre énergie, tout en exportant la rentabilité, de l'énergie propre à l'étranger.

These steps are about more than growth numbers on a balance sheet. Ces mesures sont plus que des numéros de croissance sur un bilan. They're about whether a young person with an education can get a job that supports a family; a farmer can transfer their goods to the market; or an entrepreneur with a good idea can start a business. Ils sont de savoir si une jeune personne de l'éducation peuvent obtenir un emploi qui prend en charge une famille, un agriculteur peut transférer leurs produits sur le marché ou un entrepreneur avec une bonne idée peut démarrer une entreprise. It's about the dignity of work. Il s'agit de la dignité du travail. It's about the opportunity that must exist for Africans in the 21st century. Il s'agit de la possibilité qui doit exister pour les Africains dans le 21ème siècle.

Just as governance is vital to opportunity, it is also critical to the third area that I will talk about - strengthening public health. De même que la gouvernance est essentielle à l'occasion, il est également crucial pour le troisième domaine que je vais en parler - le renforcement de la santé publique.

In recent years, enormous progress has been made in parts of Africa. Au cours des dernières années, d'énormes progrès ont été accomplis dans certaines régions d'Afrique. Far more people are living productively with HIV/AIDS, and getting the drugs they need. Beaucoup plus de personnes vivent productive avec le VIH / sida, et d'obtenir les médicaments dont ils ont besoin. But too many still die from diseases that shouldn't kill them. Mais un trop grand nombre meurent encore de maladies qui ne devraient pas les tuer. When children are being killed because of a mosquito bite, and mothers are dying in childbirth, then we know that more progress must be made. Lorsque les enfants sont tués à cause d'une piqûre de moustique, et de mères meurent en accouchant, alors nous savons que des progrès doivent être faits.

Yet because of incentives - often provided by donor nations - many African doctors and nurses understandably go overseas, or work for programs that focus on a single disease. Pourtant, en raison des mesures incitatives - souvent fournies par les pays donateurs - dont beaucoup de médecins et d'infirmières d'Afrique naturellement aller à l'étranger, ou de travail pour les programmes qui se concentrent sur une seule maladie. This creates gaps in primary care and basic prevention. Cela crée des lacunes dans les soins primaires et de prévention de base. Meanwhile, individual Africans also have to make responsible choices that prevent the spread of disease, while promoting public health in their communities and countries. Pendant ce temps, les Africains ont aussi à faire des choix responsables que de prévenir la propagation de la maladie, tout en faisant la promotion de la santé publique dans leurs communautés et pays.

Across Africa, we see examples of people tackling these problems. Dans toute l'Afrique, nous voyons des exemples de personnes faire face à ces problèmes. In Nigeria, an Interfaith effort of Christians and Muslims has set an example of cooperation to confront malaria. Au Nigéria, un effort d'inter-chrétiens et les musulmans est un exemple de la coopération pour faire face à la malaria. Here in Ghana and across Africa, we see innovative ideas for filling gaps in care - for instance, through E-Health initiatives that allow doctors in big cities to support those in small towns. Ici, au Ghana et en Afrique, nous voyons des idées novatrices pour combler les lacunes dans les soins - par exemple, par l'intermédiaire de E-santé des initiatives qui permettent aux médecins dans les grandes villes à l'appui dans les petites villes.

America will support these efforts through a comprehensive, global health strategy. Amérique soutenir ces efforts par une approche globale, stratégie globale de santé. Because in the 21st century, we are called to act by our conscience and our common interest. Parce que, dans le 21ème siècle, nous sommes appelés à agir par notre conscience et notre intérêt commun. When a child dies of a preventable illness in Accra, that diminishes us everywhere. Quand un enfant meurt d'une maladie évitable, à Accra, que nous diminue partout. And when disease goes unchecked in any corner of the world, we know that it can spread across oceans and continents. Et quand la maladie est décochée dans n'importe quel coin du monde, nous savons que cela peut se propager à travers les océans et les continents.

That is why my Administration has committed $63 billion to meet these challenges. C'est pourquoi mon gouvernement a engagé 63 milliards $ pour répondre à ces défis. Building on the strong efforts of President Bush, we will carry forward the fight against HIV/AIDS. En s'appuyant sur les importants efforts du président Bush, nous allons faire avancer la lutte contre le VIH / sida. We will pursue the goal of ending deaths from malaria and tuberculosis, and eradicating polio. Nous allons poursuivre l'objectif de mettre fin à des décès du paludisme et la tuberculose, et l'éradication de la poliomyélite. We will fight neglected tropical disease. Nous lutterons contre les maladies tropicales négligées. And we won't confront illnesses in isolation - we will invest in public health systems that promote wellness, and focus on the health of mothers and children. Et nous ne sommes pas face à des maladies dans l'isolement -, nous investirons dans des systèmes de santé publique qui favorisent le bien-être, et de se concentrer sur la santé des mères et des enfants.

As we partner on behalf of a healthier future, we must also stop the destruction that comes not from illness, but from human beings - and so the final area that I will address is conflict. Comme nous le partenaire pour le compte d'un avenir plus sain, nous devons aussi mettre fin à la destruction qui ne vient pas de la maladie, mais d'êtres humains - et donc le dernier domaine que je vais aborder un conflit.

Now let me be clear: Africa is not the crude caricature of a continent at war. Maintenant, permettez-moi d'être clair: l'Afrique n'est pas la caricature grossière d'un continent en guerre. But for far too many Africans, conflict is a part of life, as constant as the sun. Mais pour beaucoup trop d'Africains, un conflit est une partie de la vie, aussi constant que le soleil. There are wars over land and wars over resources. Il ya des guerres sur la terre et des guerres sur les ressources. And it is still far too easy for those without conscience to manipulate whole communities into fighting among faiths and tribes. Et il est encore beaucoup trop facile pour ceux qui n'ont pas de conscience pour manipuler des communautés entières dans des combats entre les religions et les tribus.

These conflicts are a millstone around Africa's neck. Ces conflits sont une meule autour de l'Afrique du cou. We all have many identities - of tribe and ethnicity; of religion and nationality. Nous avons tous plusieurs identités - de la tribu et l'ethnie, de religion et la nationalité. But defining oneself in opposition to someone who belongs to a different tribe, or who worships a different prophet, has no place in the 21st century. Mais la définition de soi-même dans l'opposition à une personne qui appartient à une autre tribu, ou qui adore un autre prophète, n'a pas sa place dans le 21e siècle. Africa's diversity should be a source of strength, not a cause for division. La diversité de l'Afrique devrait être une source de force, pas une cause de division. We are all God's children. Nous sommes tous des enfants de Dieu. We all share common aspirations - to live in peace and security; to access education and opportunity; to love our families, our communities, and our faith. Nous partageons tous des aspirations communes - de vivre dans la paix et la sécurité, l'accès à l'éducation et la possibilité, pour l'amour de nos familles, nos communautés, et de notre foi. That is our common humanity. C'est notre humanité commune.

That is why we must stand up to inhumanity in our midst. C'est pourquoi nous devons résister à la barbarie au milieu de nous. It is never justifiable to target innocents in the name of ideology. Il n'est jamais justifiable de cibler des innocents au nom de l'idéologie. It is the death sentence of a society to force children to kill in wars. Il s'agit de la peine de mort prononcée contre une société à la force de tuer des enfants dans les guerres. It is the ultimate mark of criminality and cowardice to condemn women to relentless and systematic rape. Elle est la marque de la criminalité et de la lâcheté à condamner des femmes à l'implacable et systématique du viol. We must bear witness to the value of every child in Darfur and the dignity of every woman in Congo. Nous devons témoigner de la valeur de chaque enfant dans le Darfour et de la dignité de chaque femme au Congo. No faith or culture should condone the outrages against them. Pas de foi ou de culture doit tolérer les atteintes à leur encontre. All of us must strive for the peace and security necessary for progress. Chacun de nous doit oeuvrer pour la paix et la sécurité nécessaires au progrès.

Africans are standing up for this future. Les Africains sont debout pour cet avenir. Here, too, Ghana is helping to point the way forward. Ici aussi, le Ghana est à la point de la voie à suivre. Ghanaians should take pride in your contributions to peacekeeping from Congo to Liberia to Lebanon, and in your efforts to resist the scourge of the drug trade. Ghanéens doivent être fiers de votre contribution au maintien de la paix au Libéria, du Congo vers le Liban, et dans vos efforts pour résister au fléau de la drogue. We welcome the steps that are being taken by organizations like the African Union and ECOWAS to better resolve conflicts, keep the peace, and support those in need. Nous nous félicitons des mesures qui sont prises par des organisations comme l'Union africaine et la CEDEAO afin de mieux résoudre les conflits, maintenir la paix, et de soutenir ceux qui en ont besoin. And we encourage the vision of a strong, regional security architecture that can bring effective, transnational force to bear when needed. Et nous encourageons la vision d'une ferme, architecture de sécurité régionale qui peuvent apporter efficace, transnationale force de supporter en cas de besoin.

America has a responsibility to advance this vision, not just with words, but with support that strengthens African capacity. L'Amérique a la responsabilité de promouvoir cette vision, et pas seulement avec des mots, mais avec le soutien qui renforce la capacité africaine. When there is genocide in Darfur or terrorists in Somalia, these are not simply African problems - they are global security challenges, and they demand a global response. Quand il ya un génocide au Darfour ou de terroristes en Somalie, ce ne sont pas simplement les problèmes de l'Afrique - elles sont des problèmes de sécurité, et ils exigent une réponse mondiale. That is why we stand ready to partner through diplomacy, technical assistance, and logistical support, and will stand behind efforts to hold war criminals accountable. C'est pourquoi nous sommes prêts à collaborer par le biais de la diplomatie, l'assistance technique et un soutien logistique, et derrière les efforts visant à tenir compte des criminels de guerre. And let me be clear: our Africa Command is focused not on establishing a foothold in the continent, but on confronting these common challenges to advance the security of America, Africa and the world. Et permettez-moi d'être clair: notre commandement en Afrique est axée non pas sur la création d'un pied sur le continent, mais à faire face à ces défis communs pour faire avancer la sécurité de l'Amérique, l'Afrique et du monde.

In Moscow, I spoke of the need for an international system where the universal rights of human beings are respected, and violations of those rights are opposed. À Moscou, j'ai parlé de la nécessité d'un système international où les droits universels de l'être humain sont respectés, et les violations de ces droits sont opposés. That must include a commitment to support those who resolve conflicts peacefully, to sanction and stop those who don't, and to help those who have suffered. Cela doit inclure un engagement à soutenir ceux qui ont à résoudre pacifiquement les conflits, de sanction et d'arrêter ceux qui ne le font pas, et pour aider ceux qui en ont souffert. But ultimately, it will be vibrant democracies like Botswana and Ghana which roll back the causes of conflict, and advance the frontiers of peace and prosperity. Mais en fin de compte, il sera animé démocraties comme le Botswana et le Ghana qui reculer les causes des conflits, et de faire avancer les frontières de la paix et de prospérité.

As I said earlier, Africa's future is up to Africans. Comme je l'ai dit plus tôt, l'avenir de l'Afrique appartient aux Africains.

The people of Africa are ready to claim that future. Le peuple de l'Afrique sont prêts à affirmer que l'avenir. In my country, African-Americans - including so many recent immigrants - have thrived in every sector of society. Dans mon pays, les Africains-Américains - dont de nombreux immigrants récents - ont prospéré dans tous les secteurs de la société. We have done so despite a difficult past, and we have drawn strength from our African heritage. Nous l'avons fait en dépit d'un passé difficile, et nous avons tiré la force de notre patrimoine africain. With strong institutions and a strong will, I know that Africans can live their dreams in Nairobi and Lagos; in Kigali and Kinshasa; in Harare and right here in Accra. Avec des institutions fortes et une volonté forte, je sais que les Africains peuvent vivre leurs rêves, à Nairobi et à Lagos, à Kigali et à Kinshasa, à Harare, et ici, à Accra.

Fifty-two years ago, the eyes of the world were on Ghana. Cinquante-deux ans, les yeux du monde sont sur le Ghana. And a young preacher named Martin Luther King traveled here, to Accra, to watch the Union Jack come down and the Ghanaian flag go up. Et un jeune prédicateur nommé Martin Luther King s'est rendu ici, à Accra, à la veille de l'Union Jack et à venir du Ghana drapeau monter. This was before the march on Washington or the success of the civil rights movement in my country. C'était avant le mars à Washington ou encore le succès du mouvement des droits civiques dans mon pays. Dr. King was asked how he felt while watching the birth of a nation. M. King a demandé comment il a ressenti en regardant la naissance d'une nation. And he said: "It renews my conviction in the ultimate triumph of justice." Et il dit: "Il renouvelle ma conviction dans le triomphe ultime de la justice."

Now, that triumph must be won once more, and it must be won by you. Maintenant, que le triomphe doit être gagnée une fois de plus, et il doit être remporté par vous. And I am particularly speaking to the young people. Et je suis particulièrement parlant aux jeunes. In places like Ghana, you make up over half of the population. Dans des endroits comme le Ghana, vous faites plus de la moitié de la population. Here is what you must know: the world will be what you make of it. Voici ce que vous devez savoir: le monde sera ce que vous en faites.

You have the power to hold your leaders accountable, and to build institutions that serve the people. Vous avez le pouvoir de tenir vos dirigeants, et à créer des institutions qui servent le peuple. You can serve in your communities, and harness your energy and education to create new wealth and build new connections to the world. Vous pouvez servir dans vos communautés, et de mobiliser votre énergie et de l'éducation afin de créer de nouvelles richesses et de construire de nouvelles connexions avec le monde. You can conquer disease, end conflicts, and make change from the bottom up. Vous pouvez vaincre la maladie, à la fin des conflits, et rendre la monnaie à partir de la base. You can do that. Vous pouvez le faire. Yes you can. Oui vous pouvez. Because in this moment, history is on the move. Parce que en ce moment, l'histoire est en marche.

But these things can only be done if you take responsibility for your future. Mais ces choses ne peut se faire que si vous prenez la responsabilité de votre avenir. It won't be easy. Il ne sera pas facile. It will take time and effort. Il faudra du temps et d'efforts. There will be suffering and setbacks. Il y aura des souffrances et des échecs. But I can promise you this: America will be with you. Mais je peux vous promettre ceci: l'Amérique sera avec vous. As a partner. En tant que partenaire. As a friend. Comme un ami. Opportunity won't come from any other place, though - it must come from the decisions that you make, the things that you do, and the hope that you hold in your hearts. Opportunity ne sera pas de tout autre lieu, même si - il doit provenir de la décision que vous faites, les choses que vous faites, et l'espoir que vous tenez dans vos coeurs.

Freedom is your inheritance. La liberté est votre héritage. Now, it is your responsibility to build upon freedom's foundation. Maintenant, il est de votre responsabilité de construire sur la liberté de la fondation. And if you do, we will look back years from now to places like Accra and say that this was the time when the promise was realized - this was the moment when prosperity was forged; pain was overcome; and a new era of progress began. Et si vous le faites, nous allons regarder en arrière année à partir de maintenant dans des endroits comme Accra et de dire que c'était le temps lorsque la promesse a été réalisé - c'est le moment où la prospérité a été forgée, la douleur a été surmontée, et une nouvelle ère de progrès ont commencé. This can be the time when we witness the triumph of justice once more. Cela peut être le moment où nous assistons au triomphe de la justice une fois de plus. Thank you. Merci.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 19:37    Sujet du message: Dépoussiérage historique Répondre en citant

Citation:
L'Afrique n'a pas besoin d'hommes forts, il a besoin d'institutions fortes.

Une très mauvaise habitude s'était vraiment installée dans le langage courant et savamment entretenue par les médias. On ne disait plus chef d'Etat de telle nation, mais le nouvel homme fort de tel pays.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 19:46    Sujet du message: Re: Obama et l'Afrique subsaharienne Répondre en citant

Didier_Daan a écrit:
[...] But the West is not responsible for the destruction of the Zimbabwean economy over the last decade [...]

Bah oui, c'est Mugabé qui s'est infligé un embargo lui-même pour affamer ses propres gens, il a tenté p+n fois de se faire un coup d'état sponsorisé par lui-même pour destabiliser son pays, oui en effet, brillante stratégie pour mieux saboter son économie et il a fallu attendre Saint-Obama ( ou disons le Soufi-Obama) pour nous apprendre enfin cette vérité immaculée !? Twisted Evil

Chaque officiel Occidental ressent presque toujours comme un besoin, un appel du très-haut bien occidental de nous faire la morale, je peux presque le comprendre, c'est le fardeau de l'homme cette fois-ci à moitié-blanc, mais dans ce cas-ci, en vouloir à mon sous-sol et avoir le foutu culot de venir me délivrer in My damn house des leçons de bonne gouvernance, il faut le faire quand même, quoique c'est effectivement moins contraignant de puiser du pétrol à moindre coûts au Ghana qu'au puissant voisin Nigérian.
Pauvres députés Ghanéens, être obligé d'écouter pareille logorrhée !

J'ai préconisé qu'on emène ce bougre visiter Elmina, et qu'on lui explique les raisons pour lesquelles ce monument-témoignage a existé, à quoi il a exactement servit avant qu'il nous foute une armée de barbouzes déguisés en conseillers dans les parages.
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 20:01    Sujet du message: Re: Obama et l'Afrique subsaharienne Répondre en citant

Didier_Daan a écrit:
...discours de Barack Obama au Parlement du Ghana. Un discours franc, clair, avisé, duquel transparait un message aux Afros: Yes You can! et la future ligne politique US envers l'Afrique subsaharienne. Résolument différent des bruits de Dakar...


Le discours de Dakar de l'autre nabot est certes un alliage de trucs crasses, ignares et dégoulant d'imbéciltés mais celui-ci ne le surpasse qu'en subtilités. Messire Barack est là pour affaire, peut-il se limiter à faire affaire au lieu de se prendre pour un donneur de leçons à la noix ? On l'a connu dans de bien meilleures dispositions que ça !

Yes we can arrêtrer de foutre son nez et la merde dans les pays des autres, Yes we can commencer à régler les milliers de problème qu'à l'économie américaine, Yes we can arrêter de prendre les enfants de dieu pour des oies. Yes we can a lot more than talking, talking and petting around !
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 20:19    Sujet du message: Re: Obama et l'Afrique subsaharienne Répondre en citant

Gnata a écrit:
Didier_Daan a écrit:
...discours de Barack Obama au Parlement du Ghana. Un discours franc, clair, avisé, duquel transparait un message aux Afros: Yes You can! et la future ligne politique US envers l'Afrique subsaharienne. Résolument différent des bruits de Dakar...


Le discours de Dakar de l'autre nabot est certes un alliage de trucs crasses, ignares et dégoulant d'imbéciltés mais celui-ci ne le surpasse qu'en subtilités. Messire Barack est là pour affaire, peut-il se limiter à faire affaire au lieu de se prendre pour un donneur de leçons à la noix ? On l'a connu dans de bien meilleures dispositions que ça !

Yes we can arrêtrer de foutre son nez et la merde dans les pays des autres, Yes we can commencer à régler les milliers de problème qu'à l'économie américaine, Yes we can arrêter de prendre les enfants de dieu pour des oies. Yes we can a lot more than talking, talking and petting around !


On ne peut pas dire que tu vas de mains mortes, ni que ton intervention n'embarasse personne.

C'est comme ton pseudo qui veut dire en langues fang buffle et donc un robuste, mais chez ces mêmes fang, nyate est également ce que l'âne la tête de mule est en langue française.

En d'autres termes chacun son appréciation et son appétit venant en mangeant...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 21:06    Sujet du message: Re: Obama et l'Afrique subsaharienne Répondre en citant

Joseleñ a écrit:
On ne peut pas dire que tu vas de mains mortes, ni que ton intervention n'embarasse personne.

Chez moi, un mythe veut que ceux qui soient nés avant la honte, donc qui ne la connaisse ni de visu, ni de vécu, soient des gens méprisables inccapables qu'ils sont de se respecter et de respecter autrui, être quelquefois embarrassé, prouve qu'on sache la honte (du moins qu'on soit née après elle et donc qu'on l'ai connue) c'est lorsqu'on a un peu de dignité à défendre qu'on s'embarrasse de quelques situations...

Bref, "bienvenue dans le monde des adultes"dit-on a celui qui commence à avoir honte ou à être embarassé.

Citation:
En d'autres termes chacun son appréciation et son appétit

Oui c'est ça, chacun son appréciation, embarrassés ou non, m'empêche que ce discours est ce qu'il est, càd le simpiternel cours Bonne Gouvernance 101 cette fois-ci made by USA_Obama & Co, et c'est pas parce qu'il ( le discours) émane de lui qu'il est moins insultant !
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Merikama
Grioonaute 1


Inscrit le: 07 Sep 2008
Messages: 254

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 21:32    Sujet du message: Re: Obama et l'Afrique subsaharienne Répondre en citant

Gnata a écrit:
Didier_Daan a écrit:
[...] But the West is not responsible for the destruction of the Zimbabwean economy over the last decade [...]

Bah oui, c'est Mugabé qui s'est infligé un embargo lui-même pour affamer ses propres gens, il a tenté p+n fois de se faire un coup d'état sponsorisé par lui-même pour destabiliser son pays, oui en effet, brillante stratégie pour mieux saboter son économie et il a fallu attendre Saint-Obama ( ou disons le Soufi-Obama) pour nous apprendre enfin cette vérité immaculée !? Twisted Evil

Chaque officiel Occidental ressent presque toujours comme un besoin, un appel du très-haut bien occidental de nous faire la morale, je peux presque le comprendre, c'est le fardeau de l'homme cette fois-ci à moitié-blanc, mais dans ce cas-ci, en vouloir à mon sous-sol et avoir le foutu culot de venir me délivrer in My damn house des leçons de bonne gouvernance, il faut le faire quand même, quoique c'est effectivement moins contraignant de puiser du pétrol à moindre coûts au Ghana qu'au puissant voisin Nigérian.
Pauvres députés Ghanéens, être obligé d'écouter pareille logorrhée !

J'ai préconisé qu'on emène ce bougre visiter Elmina, et qu'on lui explique les raisons pour lesquelles ce monument-témoignage a existé, à quoi il a exactement servit avant qu'il nous foute une armée de barbouzes déguisés en conseillers dans les parages.

Je te soutiens à 100% frère !

Joseleñ a écrit:
C'est comme ton pseudo qui veut dire en langues fang buffle et donc un robuste, mais chez ces mêmes fang, nyate est également ce que l'âne la tête de mule est en langue française.

Ceux qui ont fabriqué Obama, ont encore vu juste. Pendant que nous passons notre temps à le vénérer comme un "Dieu Nègre", au point de nous "entretuer" pour lui, ils pourront allègrement nous pomper du pétrole à moindre coup ! Lol, ils son trop puissants ces gens ...
_________________


"L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir". THOMAS SANKARA

[Sankara = S ˁnḫ Rˁ]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 21:41    Sujet du message: Re: Obama et l'Afrique subsaharienne Répondre en citant

Gnata
Chez moi on ne connaît point de mythe, parce que ce qui est mythique n'est pas classé parmi les choses sensées. Le sage, d'ailleurs, ne s'exprimera jamais en terme de mythe, l'assemblée n'y comprendrait pas qu'on puisse réduire l'expression d'une pensée à une quelconque mythologie fut-elle de telle contrée...Le sage n'est pas au-dessus de la sagesse, c'est faux, en fait le sage devient sage en écoutant les doléances des plaignants et c'est en s'élevant en respectabilité qui lui est due par toute l'assistance que le sage prenant parole adule l'assemblée...

Je me révolte donc nous sommes...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 21:55    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
ils pourront allègrement nous pomper du pétrole à moindre coup

Et pourtant il commence à exister des pétroles alternatifs, mais étant ce que tu es, tu t'accroches à ton vieux pétrole que toute la planète te pompe, tout en étant complice ou que tu sois, chez toi comme en occident...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 22:12    Sujet du message: Répondre en citant

Merikama
Moi je pense comme Barack Obama que l'Afrique trouvera ses propres ressources elle-même et voici comment...

Un exemple ?
Nous voyons tous que ce continent a un sérieux problème avec ses ressources sous-terraines, c'est la raison par excellence des guerres. D'ailleurs il se dit que c'est la principale richesse or il existe une autre richesse que j'appellerai alternative celle qui sommeille en chacun de l'être africain. C'est cette richesse qu'interpelle le président Obama dans son discours...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 22:30    Sujet du message: Répondre en citant

Pour parachever mon intervention, je dirai qu'il faut savoir de quel côté de l'histoire on veut se ranger, creuser les puits de pétrole pour alimenter les guerres et affamer les vôtres ou vous creuser les cerveaux pour éloigner la guerre et nourrir les vôtres ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
afrobeat
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 312

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 23:05    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Un discours franc, clair, avisé, duquel transparait un message aux Afros: Yes You can! et la future ligne politique US envers l'Afrique subsaharienne. Résolument différent des bruits de Dakar...
Question Question

ça, ça se discute!!!
Comme tous les gens fortement imprégné de la culture et du modèle de pensée occidentale, Obama ne comprends pas l'Afrique, ou alors fait semblant de pas la comprendre.
Je me rends compte que pour ceux qui sont dans ce paradygme, la seule chose efficace pour les sortir de cette grille de lecture de l'Afrique,c'est de changer complètement leur "logiciel" de pensée.Ce qui est impossible, parce-que ça implique la mort de l'occident.Donc cette initiative ne viendra jamais d'eux.
Et ce qui est encore étonnant de la part d'Obama c'est de sortir des comparaisons fallacieuse qu'ont l'habitude de sortir les occidentaux pour nier leur activisme dans la destruction de lAfrique : il compare biensure le kenya et la korée du Sud, c'est une foutaise, il fait sembmlant d'ignorer tous les paramètres qui sont entrés en jeu pendant la guerre froide et qui de facto ont placé l'afrique dans une situation "particulière", mais qui de toute façon l'handicapait doublement dans sa marche.
Ce qui n'est pas du tout le cas de la Korée du sud qui était non seulement un outil primordial de la guerre idéologique que l'ouest menait à l'est, mais aussi l'éventail qu'il fallait présenter comme preuve du succès et des bienfaits du capitalismes marchands.On sait tous que c'est les pays occidentaux, les USA en tête qui ont fabriqué cette korée du sud. Les desseins que le bloc de l'Ouest avait pour la korée n'était pas les même que ceux qu'ils avaient pour les africains.Pour eux l'afrique c'était beaucoup plus une zone qu'il fallait tenir en respect quelque soit le prix à payer(assassinats de nationalistes africains, pillage du sous sol en rdc qui a notamment servi à construire la bombe atomique, feu vert total à la france de la part des Usa POUR qu'elle "s'ocuppe" de l'Afrique francophone ...), juste pour lui éviter de rallier le bloc de l'est, point final,les questions de développement : rien à foutre!
Quand on écoute ces gens parler de l'AFRIQUE, on remarque une constante :Pour eux, oui il ya eu la colonisation et le drame de l'esclavage, mais elle n'est pas responsable de ci ou de ça, elle n'est pas responsable des guerres,elle n'est pas responsables des élections truquées.Mais quand on entend ce genre de choses, on se dit donc si elle n'est pas responsable de tous ça elle est donc responsable de quoi? aah bah si c'est peut-être donc le néocolonialisme qui en est responsable!

Obama, pour asseoir cette affirmation n'a que le mot zimbabwé dans la bouche, le zimbabwé est subitement devenu le mauvais exemple du bon élève de la politique occidentale, le zimbAbwe a fait ceci le zimbabwe a fait cela, sait-il le nombre de dictateurs que les usa ont intronisé dans le monde et même en afrique? sait-il le nombre de fausses élections soutenu et validées par les uSa dans le monde?non il fait semblant de pas savoir.
Il est quand même étonnant de constater que le chef du pays le plus gourmand en ressources de la planète, destructeur de l'environnement,responsable en grande partie de la crise mondiale, massacreur de population pour l'économie, fille légitime de l'occident soit entrain de dire ceci :

"So I do not see the countries and peoples of Africa as a world apart"
ouais obama quand c'était dans votre intérêt, il fallait tout faire qu'il en soit ainsi

obama ne nous prenD pas pour des enfants, on peut comprendre qu'aujourd'hui les usa en recherche de nouveaux débouchés veulent adopter une autre stratégie en terme de géostratégie et qu'ils pensent qu'il est dans leur intérêt que le sud se mettent à niveau(contrairement à leur logique paSsée ou il était beaucoup plus question de le tenir à carreau de tout ce cirque qu'on appelle communauté internationale...)PEUT-ËTRE pensent-ils que l'afrique doit quitter son statut de fourvoyeuse en ressources et de vache à lait de la société du profit de l'excès et de la surconsommation.

pOUR FINIR, je pense comme gnata que ce discours n'est pas très différent de celui du président français mis à part l'ignorance, le racisme la bêtise.
Mais il faut bien comprendre que c'est pas une question d'homme, c'est plutôt un modèle de pensée, ce discours et celui de sarkozy sont identiques en ce sens qu'il découle tous d'un même paradygme.La pensée occidentale n'a pas ou refuse d'avoir les outils culturelles philosophique lui permettant de sortir de la vision circonscrite qu'elle s'est ell-même construite lorsqu'elle analyse l'afrique.
Mais, je ne me fais pas d'illusions, il ne peuvent se permettre de changer ce "logiciel", parce-qu'il y va de la survie de toute une civilisation.
Parce-que changer ce logiciel de pensée, c'est sortir de sa cosmogonie, c'est sorTir de sa matrice nourricière.
Ce qui nous permet de comprendre tout le drame de l'afrique aujourd'hui qui est d'avoir perdu sa cosmogonie, élément indispensable pour la construction et l'avancée d'un peuple, parce-que sans cosmogonie il n'ya pas de matrice nourricière dans la quelle l'homme tire sa substance et peut penser sa société et la construire en fonction de ses aspirations, sans la cosmogonie la société devient vulnérable.Ceci explique un peu l'attitude de "sauve qui peut" qui est partagée aujourd'hui à la fois par les élites africaines et le simple citoyen lambda.
Bref l'occident est à bout de souffle et n'a plus rien à proposer ni à l'afrique ni au monde, d'où toute l'urgence qu'il ya pour l'afrique de développer un autre paradygme et de sortir de manière totale de celui de l'occident.
_________________
www.afromantara.com
Produits de beauté Afro!

Fela Anikulapo Kuti - Sorrow tears and blood
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2009 23:54    Sujet du message: Re: Obama et l'Afrique subsaharienne Répondre en citant

Gnata a écrit:
Chaque officiel Occidental ressent presque toujours comme un besoin, un appel du très-haut bien occidental de nous faire la morale, je peux presque le comprendre, c'est le fardeau de l'homme cette fois-ci à moitié-blanc, mais dans ce cas-ci, en vouloir à mon sous-sol et avoir le foutu culot de venir me délivrer in My damn house des leçons de bonne gouvernance, il faut le faire quand même, quoique c'est effectivement moins contraignant de puiser du pétrol à moindre coûts au Ghana qu'au puissant voisin Nigérian.
Pauvres députés Ghanéens, être obligé d'écouter pareille logorrhée !

On voit que tu as ce que les "jeunes" aux pieds des tours dans le pays des Lumières appellent la "rage".
Mais je préfère, si choix obligatoire, un Occidental qui vient faire du business avec moi qu'un autre à qui je cède mes ressources mais qui m'insulte après et me disant que je ne suis pas rentré dans l'histoire. Çà peut paraître naif mais....
Gnata a écrit:
J'ai préconisé qu'on emène ce bougre visiter Elmina, et qu'on lui explique les raisons pour lesquelles ce monument-témoignage a existé, à quoi il a exactement servit avant qu'il nous foute une armée de barbouzes déguisés en conseillers dans les parages.

Je pense que le bougre ici c'est toi. La famille Obama a bel et bien visité le fort de Cape Coast, qui est un monument historique au même titre que Elmina.
Plus intéressant:
Citation:
CAPE COAST, Ghana President Barack Obama says a slave site reminds him of humanity's potential for "great evil" but also gives him a reason for hope, given the progress African-Americans have made since leaving the castle as slaves.

Obama toured a seaside fortress that the British used as slave dungeons during the 17th century. Obama said the site reminded him of a recent trip to a Nazi concentration camp in Germany.

Obama visited the Cape Coast site with his wife, Michelle and their daughters. Obama says it's important for his girls to learn an obligation to fight oppression and learn about history's cruelty.

He says that no matter how vicious that history might be, it is possible to overcome it.

http://www.huffingtonpost.com/2009/07/11/obama-visits-slave-site-s_n_230041.html

En faisant un rapide tour de quelques mainstream media français, je me suis rendu compte qu'un passage du speech de BO sur la Cape Coast ont été simplement omis. On suppose afin d'empêcher toute autre velléité de concurrence mémorielle?? Au risque de désinformer??
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Linguere
Bon posteur


Inscrit le: 29 Déc 2005
Messages: 994
Localisation: Dans Les Bras de Youssou Ndour

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 03:23    Sujet du message: Répondre en citant

Ce discours m'a trop decue car il est d'un autre age!! Obama s'inscrit dans la meme logique que ses predecesseurs a propos de la politique americaine en Afrique. En plus, pourquoi choisir Accra pour regler ses problemes avec le Zimbabwe??????? Et quand certains font legitimement le rapprochement avec le discours de sarko, il y a de quoi s'inquieter. J'ai rien appris de nouveau dans ce discours!
Quel peuple sommes-nous pour que n'importe quel badola qui debarque sur notre sol s'erige en donneur de lecons???

With all due respect, en plus d'etre simpliste, son discours etait vraiment hypocrite!!

Obama a écrit:
In Moscow, I spoke of the need for an international system where the universal rights of human beings are respected, and violations of those rights are opposed.


Et pourquoi durant son sejour en Europe n'a-t-il pas demande a la France d'arreter de supporter Deby dont le peuple Tchadien ne veut plus?????????? Soudan? Congo?

Tandia joue avec la constitution de son pays, le peuple proteste, la France appuie le tyran(Areva, anybody?). Le peuple Tchadien fait tout pour se debarassser de Deby, mais il est toujours la! Qui a repondu aux cris de terreur du peuple togolais apres la mort d'Eyadema? Pourquoi tout ces hold-ups sont pas mediatises comme on le fait avec les elections iraniennes???? Durant son sejour en Europe, a-t-on entendu Obama faire un discours demandant a la France d'arreter de supporter nos dirigeants corrompus?????

Oui, l'Afrique est dos au mur, et nous africains y avons une enorme part de responsabilite mais balayer d'un revers de main les forces exterieures qui y ont contribue, faut vraiment etre de mauvaise foi pour le faire.
Je croyais le Monsieur plus intelligent que ca!
_________________
The Humanitarian
My Love



Wade, une erreur dans l'histoire du Senegal!
Carpe Diem
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 06:29    Sujet du message: Répondre en citant

Linguère a écrit:
Oui, l'Afrique est dos au mur, et nous africains y avons une enorme part de responsabilite mais balayer d'un revers de main les forces exterieures qui y ont contribue, faut vraiment etre de mauvaise foi pour le faire.
+1 Empress.

Didier_Daan a écrit:
On voit que tu as ce que les "jeunes" aux pieds des tours dans le pays des Lumières appellent la "rage".
Hein ???
Citation:
Mais je préfère, si choix obligatoire, un Occidental qui vient faire du business avec moi qu'un autre à qui je cède mes ressources mais qui m'insulte après et me disant que je ne suis pas rentré dans l'histoire. Çà peut paraître naif mais....
Tant mieux pour toi si tu arrives à te comprendre !
Citation:
Je pense que le bougre ici c'est toi. La famille Obama a bel et bien visité le fort de Cape Coast, qui est un monument historique au même titre que Elmina.

Je vois, toi et l'autre philosophe contemporain êtes en mode improductifs des attaques ad hominen, je vais donc dégager du topic pour ne surtout pas faire de même, quoique je trouve qu'on manque l'opportunité d'en finir radicalement avec ce genre de discours-là qu'il soit crû comme celui de Dakar ou pleins de subtilités comme celui-ci !
Visiter Elmina ou ici Cape-Coast n'était et (n'est) gage de rien du tout, le souhait qu'il ( Obama) comprenne ce que ces monstres ont réprésenté tout au long de notre histoire n'était qu'un voeu pieux certes mais légitime surtout venant de lui.
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 06:38    Sujet du message: Répondre en citant

Gnata et Merikama, qu'attendiez vous exactement qu'Obama dise ? ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 3171

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 08:01    Sujet du message: Répondre en citant

Obama a écrit:
we must first recognize a fundamental truth that you have given life to in Ghana: development depends upon good governance.

- That is the ingredient which has been missing in far too many places, for far too long.
- That is the change that can unlock Africa's potential.
- And that is a responsibility that can only be met by Africans
.



Obama a écrit:

- In the 21st century,
capable,
reliable
and transparent institutions

are the key to success

- strong parliaments and honest police forces;
- independent judges and journalists;
- a vibrant private sector and civil society.

Those are the things that give life to democracy,

- because that is what matters in peoples' lives.




Obama a écrit:
Time and again,
- Ghanaians have chosen Constitutional rule over autocracy, and shown a democratic spirit that allows the energy of your people to break through.

- We see that in leaders who accept defeat graciously, and victors who resist calls to wield power against the opposition.
- We see that spirit in courageous journalists like Anas Aremeyaw Anas, who risked his life to report the truth.
- We see it in police like Patience Quaye, who helped prosecute the first human trafficker in Ghana.
- We see it in the young people who are speaking up against patronage, and participating in the political process.



Obama a écrit:
Each nation gives life to democracy in its own way, and in line with its own traditions.

But history offers a clear verdict:
- governments that respect the will of their own people are more prosperous, more stable, and more successful than governments that do not.

- This is about more than holding elections - it's also about what happens between them.
- Repression takes many forms, and too many nations are plagued by problems that condemn their people to poverty.
- No country is going to create wealth if its leaders exploit the economy to enrich themselves, or police can be bought off by drug traffickers.
- No business wants to invest in a place where the government skims 20 percent off the top, or the head of the Port Authority is corrupt.
- No person wants to live in a society where the rule of law gives way to the rule of brutality and bribery.

That is not democracy, that is tyranny, and now is the time for it to end.

_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ramses
Grioonaute


Inscrit le: 30 Aoû 2004
Messages: 34

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 09:00    Sujet du message: Répondre en citant

Obama n'est pas africain mais américain. Son discours est plein de stéréotypes mais comment pourrait-il en être autrement?
Il a dit des choses justes aussi, des lieux communs sur la gouvernance, la démocratie, la justice mais personne ne l'a attendu pour le savoir!!! Sankara le disait de façon plus élaborée il y a plus de vingt ans sur la place de la femme, la corruption, la dette! Cheikh Anta Diop et d'autres l'ont dit et en sont morts. Combien de mouvements d'étudiants et autres se battent quotidiennement dans le continent pour construire leur destin, contre des régimes soutenus par... ont-ils attendus qu'il vienne leur dire que c'est à eux de faire l'Afrique de demain? Non.
Crime de lèse majesté : A-t-il eu la décence de citer Nkrumah, lorsqu'il parle du voyage de M.L.King au Ghana? C'est quoi ces occidentaux qui ne respectent pas nos modèles, qui ne les citent jamais (Lumumba, il oserait?) lorsqu'ils foulent nos terres! Dans le discours de Dakar, c'est le symbole: avoir prononcé ce discours à l'université Cheikh Anta Diop qui m'avait révolté. Un PR africain est-il allé à New York faire la morale sur la politique irakienne ou orientale des USA?

Oui, l'avenir de l'Afrique appartient aux africains, mais cela on le sait depuis! Et cela, on y arrivera, avec ou sans eux! Obama a pu réaliser son rêve, et avec celui des afro américains. Nous réaliserons le notre.
_________________
"Donnez-moi la foi sauvage du sorcier, donnez à mes mains puissance de modeler, donnez à mon âme la trempe de l'épée [...] Faîtes-moi rebelle à toute vanité mais docile à son génie, comme le poing à l'allongée du bras!" Césaire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jos
Grioonaute


Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 92

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 10:54    Sujet du message: Répondre en citant

mais il est où le Obama que vous avez adulé ? que vous avez fait comme messie, sauveur de la terre parce que noir ?
tiens ! ça chnage maintenant !! avant il était afro-américain ! maintenant il n'est plus que américain !
pourquoi ? parce qu'il a dit des vérités qui vous dérangent passablement !
et il y a pas lieu de faire de comparaison avec le discours de Sarko
mais le discours d'Obama met par terre toutes les idées reçues de la diaspora qui revait
l'Afrique doit commencer par se débarrasser de tous ces despotes ! tiens vous avez vu Sassou c'est tout bon pour lui !! dans quelques heures on le verra triomphant
et l'afrique a les capacités de s'autogouverner, de construire sa propre économie
mais il faut arreter avec la haine, la rancoeur ! avec ça on avance jamais
et pourtant quelle fierté si l'afrique oubliait ses haines (pas toujours justifiées surtout celles des idéologues) et montrait au monde que elle ausi "yes we can" !!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 11:48    Sujet du message: Répondre en citant

Un beau discours, sans aucune fausse note.
Nous avons changé d'ère.
la mondialisation c'est 2 choses:
Arrow Un échange de marchandise, de devise et d'information qui fait qu'il n'est plus possible pour une nation quelle qu'elle soit d'entretenir un pré carré en Afrique.
Arrow l'émergence de nouvelles forces telles que la Chine, l'Inde ou le Brésil(Turquie, etc ...) qui font que les règles du jeu changent.

Tout ceci a un impact réel sur nos pays que chacun peut voir.
Si on revient sur l'histoire, nous savons très bien que nous n'avons pas pu défendre nos intérêts comme nous aurions souhaité le faire à l'occasion des indépendances. C'est pour cela qu'on a parlé de néocolonialisme pendant 30 ans après les indépendances.
Mais ce schéma n'est plus le bon aujourd'hui pour expliquer ce qui se passe aujourd'hui en Afrique. Les liens issus de la colonisation sont en train de disparaitre, nous le voyons bien.
Nous ne pouvons plus aujourd'hui mettre tous nos maux sur le dos de la colonisation, de plus en plus de gens en Afrique réalisent cela aujourd'hui. Continuer sur ce chemin comme le font certains relève d'une forme de conservatisme idéologique.
Nous avons une responsabilité énorme dans ce qui nous arrive, il faut le marteler sans cesse. C'est ça qui nous permet réellement de sortir du statut de victime dans lequel certains aiment décidément se complaire et prendre nos destins en main.
Quand je lis l'histoire de cette chinoise qui arrive au gabon à 23 ans sans rien et qui 10 ans plus tard est millionnaire en euros et a fait venir 10 membres de sa famille pour travailler, je me dis "quand allons nous comprendre?" "Combien de leçons nous faudra-t-il pour comprendre?"

Le discours d'Obama est un beau discours mais qui ne devrait rien nous apprendre que nous ne sachions déjà. Il faut que nous soyons capables de rivaliser économiquement, mais c'est un combat très dur. Le monde entier est assis aujourd'hui à notre table en train de manger du pétrole, du cobalt, de l'uranium. Mais pour se débarrasser de ces gens ou pour le moins leur faire payer les ressources à juste prix, ce n'est pas en ressassant les mêmes débats à l'infini en agitant les mêmes figures réthoriques qu'on y arrivera.

Il faut basiquement s'inspirer de ce qui marche ailleurs. Il faut cesser avec vos histoires de progrès adapté ou non, c'est bullshit. Vous pensez réellement que ce qu se passe aujourd'hui dans les campagnes chinoises est adapté à leur culture?
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dilo
Grioonaute régulier


Inscrit le: 01 Jan 2005
Messages: 322

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 12:04    Sujet du message: Répondre en citant

Aucun Africain honnête et fair play ne saurait espérer que Barak Obama, président américain élu par eux, fasse en six mois des miracles pour l'Afrique ou que par un 1er discours décortique ou résolve tous les problèmes africains.
GNATA a engagé un ton qui se veut critique et même virulent contre OBAMA ou plutôt son discours à Accra.
Je suis surpris que LINGUERE aussi lui emboîte le pas. Bien sûr nous ne saurons donner blanc-seing à tout homme politique qui a ses intérêts particuliers à défendre, mais le cas Obama est exceptionnel pour l'Afrique.
Je ne vois aucune hypocrisie dans ses propos, tel que le souligne Linguere.
Mais bien sûr n'étant ni spécialiste de la langue Shakespeare, encore moins politologue, je ne vois l'hypocrisie au discours d'un homme qui aime sincèrement l'Afrique et qui dit son point de vue aux générations politiques futures africaines. Cette Afrique dont il sait que l'éveil réel durant son mandat ferait de lui un président américain inscrit dans l'Histoire américaine.
Ne pas citer, Cheick Anta Diop, Kwame Nkrumah, Thomas Sankara, cela ne fait pas de Obama un donneur de leçons.
Cette ruée subite sur le discours de Obama, ici, me parait tellement uniforme qu'on peut se demander si le ton enclenché par Gnata n'est approuvé que pour juste chercher la puce là où elle n'y est pas.
Comme le disais un président, "donnons le temps au temps" pour voir ce que vaut la politique d'Obama pour l'Afrique, avant de nous ruer sur un 1er discours.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PIPO .PCX
Grioonaute


Inscrit le: 09 Aoû 2004
Messages: 94
Localisation: FRANCE

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 12:19    Sujet du message: Répondre en citant

[quote="ramses"]Obama n'est pas africain mais américain. Son discours est plein de stéréotypes mais comment pourrait-il en être autrement?
Il a dit des choses justes aussi, des lieux communs sur la gouvernance, la démocratie, la justice mais personne ne l'a attendu pour le savoir!!! Sankara le disait de façon plus élaborée il y a plus de vingt ans sur la place de la femme, la corruption, la dette! Cheikh Anta Diop et d'autres l'ont dit et en sont morts. Combien de mouvements d'étudiants et autres se battent quotidiennement dans le continent pour construire leur destin, contre des régimes soutenus par... ont-ils attendus qu'il vienne leur dire que c'est à eux de faire l'Afrique de demain? Non.
Crime de lèse majesté : A-t-il eu la décence de citer Nkrumah, lorsqu'il parle du voyage de M.L.King au Ghana? C'est quoi ces occidentaux qui ne respectent pas nos modèles, qui ne les citent jamais (Lumumba, il oserait?) lorsqu'ils foulent nos terres! Dans le discours de Dakar, c'est le symbole: avoir prononcé ce discours à l'université Cheikh Anta Diop qui m'avait révolté. Un PR africain est-il allé à New York faire la morale sur la politique irakienne ou orientale des USA?
quote]

Les Sankara et CAD l'ont certes dit, mais hélas ils n'avaient aucune force; et à l'époque où ils le disaient, aucun dirigeant des USA ne leur avaient emboîté le pas. Toute la différence aujourd'hui, c'est qu'un Président USA le dit.
Et quand tu dis qu'il n'a pas cité Nkrumah&autres, relis son discours; et tu verras qu'il a bien expliqué que si à l'époque on avait besoin des géants comme les Nkrumah, qui au demeurant ont bien rempli leur tâche, aujourd'hui on n'a plutôt besoin d'institutions fortes.

Et on peut bien comprendre qu'avec des institutions fortes, les sous préfets français en afrique ne se permettront plus de changer les constitutions pour rester au pouvoir;
avec des institutions fortes, les sociétés françaises ne viendront plus faire n'importe quoi en afrique, tout comme il leur est difficile de faire n'importe quoi en france;
avec des institutions fortes, les leaders seront comptables devant le peuple.

Par ailleurs, cette fausse fierté africaine, qui voudrait qu'on se sente méprisé parce qu'un responsable occidental a dit ce qu'il pensait sur nous, n'est-il pas que les relents de cette autocratie/refus de démocratie qui sommeille en chacun de nous? On a vu les Castro faire des diatribes sur les responables US sur le territoire américain dans les années 60; on a vu plus dernièrement les Chavez, Amadinedjad traiter l'exécutif US de diable en personne sur le territoire américain; au nom de quoi Obama ne pourrait donc pas nous dire ce qu'il pense de nous sur nos territoire?

Enfin, il faut savoir qu'Obama a deux statures:
- Celle de Président US, qui ne lui permet pas de dire n'importe quoi en public, n'en déplaise à certains.
- et Celle de l'homme Obama, qu'on peut découvrir en lisant son projet politique "L'audace d'espérer"; il y reconnait explicitement le rôle néfaste qu'a eu les USA sur le développement de l'afrique, en citant des cas bien précis. Et expose sa vision des choses telles qu'elles devraient être faites dorénavant.

Au lieu de chercher donc la petite bête , il faut considérer Obama comme une opportunité et la saisir.

ps: Ceux qui sont déçus peuvent-ils nous dire ce qu'Obama aurait dû dire?
_________________
Less is more
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 12:59    Sujet du message: Répondre en citant

afrobeat a écrit:
Et ce qui est encore étonnant de la part d'Obama c'est de sortir des comparaisons fallacieuse qu'ont l'habitude de sortir les occidentaux pour nier leur activisme dans la destruction de lAfrique : il compare biensure le kenya et la korée du Sud, c'est une foutaise, il fait sembmlant d'ignorer tous les paramètres qui sont entrés en jeu pendant la guerre froide et qui de facto ont placé l'afrique dans une situation "particulière", mais qui de toute façon l'handicapait doublement dans sa marche.

J'aimerais comprendre en quoi la guerre froide a affecté la Corée différemment du Kenya.

afrobeat a écrit:

On sait tous que c'est les pays occidentaux, les USA en tête qui ont fabriqué cette korée du sud.

voilà mon ami ce qu'il faut changer dans ta réflexion. Et plutôt regarder ce qui dans les structures de la société, dans la politique coréenne a fait que ce pays a pu émerger et concurrencer les économies européennes et américaines.
S'il ont pu les fabriquer, pourquoi ne pas les avoir détruit lorsqu'ils devenaient gênants?
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
afrobeat
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 312

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 15:29    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
S'il ont pu les fabriquer, pourquoi ne pas les avoir détruit lorsqu'ils devenaient gênants?

quand sont-ils devenus gênants? au contraire leur "prospérité sert les intérêts de l'occident, c'est d'ailleurs pour ça qu'ils ont tout fait pour relever ces économies.
Mais l'Afrique du point de vue des occidentaux n'a jamais été considéré comme un marché, mais juste une réserve de main d'oeuvre(au temps de l'esclavage elle était humaine, au temps de la colonisation elle était en ressource et jusqu'aujourd'hui, c'est le cas...).Avec la crise mondiale et la rareté des ressources qui s'annoncent l'occident est peut-être entrain de penser qu'elle devrait changer sa vision et intégrer l'afrique dans le marché, sinon je ne vois plus à qui ils vendront leurs produits manufacturiers.
Le secteur de l'automobile est un cas palpable de l'impasse dans lequel l'occident se trouve aujourd'hui. L'automobile qui jusqu'à il ya pas très longtemps était un secteur ou se réunissait à table pour se partager le gateau les constructeurs occidentaux seuls.le système fonctionnait de tels sorte que les matières premières on les prend en Afrique OU au tiers monde en général, et les automobiles construites on les revends en Europe principalement, en chine dans les pays comme le brésil, l'Inde etc.
aujourd'hui beaucoup de grands constructeurs occidentaux se sont cassé la gueule, pourkoi : marché européen saturé(crise mondiale...), les chinois et les indiens n'ont plus besoin d'acheter leurs voitures parce-que non seulement ils fabriquent déjà les leurs,mais aussi ils essaient d'intégrer les marchés mondiaux. Alors à qui va-t-on vendre tout cela? on essaye donc de voir du coté de l'afrique avec déjà un pays comme le nigéra qui compte plus de 100 millions de consommateurs potentiels.Cette analyse faite sur le secteur automobile, peut être étendu à d'autres secteurs de l'industrie Européenne.
L'occident a peur, et il se positionne pour reconquérir l'afrique tout en essayant de se déculpabiliser.En fait ils voient déjà le combat à venir et ils anticipent en dégainant les premiers.Tous les discours qui tourne autour de la colonisation n'est pas responsbale de ci ou de ça, participe donc à cette logique de reconquête de l'Afrique.Mais pour ça ils préfèrent se mentir à eux-mêmes, donc en disant c'est pas la colonisation qui a fait ça, ils espèrent que les africains se culpabiliserons et ainsi ils auront la possibilité de "recoloniser" à nouveau en paix.

jofrère il est vraiment illusoire de penser que la corée du sud a fait un exploit, tout ce qui s'est produit en korée au lendmain de la guerre froide a été pensé, planifié et organisé pour qu'il en soit ainsi.
Les investissements en orée était essentiellement américain japonais et Européens, les usa ont mis le paquet, la corée a été construite pour soutenir une idéologie sous le regards protecteur des bases américaines surveillant le mechant voisin chinois.
la korée n'a pas développé de technologie propres,tu n'as qu'à voir les dépenses de R&D EN cOrée et tu verras qu'il ya que dale.
La corée c'est une fabrication de l'occident juste pour soutenir une idéeologie et ils ont mis les moyens en jeu pour ça, sinon si çe n'était pas le cas il ne l'aurait pas fait.Les investissements américains et les transferts directs de technologie venant du japon(premier pays du monde R&D) ont permis cela
La marque automobile sangyons par exemple est censé être coréene, mais c'est les allemand qui ont fabriqué le moteur, et on sait que le moteur c'est 90% d'un véhicule!

Les koréens n'ont rien fait de special, nous sommes dans un monde où l'hégémonie américaine fait la loi, même si elle tend à disparaître lentement mais surement, et rien ne se fait si les usa ne veulent pas.
Même la françafric dont on parle a pris naissance et s'est consolidé seulement parce-que les américains l'ont voulu, la fameuse influence française en afrique francophone a été possible parce-que les américains l'ont voulu et l'ont soutenu au lendemain de la guerre froide!c'est les américains qui ont donné aux françaia la mission de tenir cette région en respect comme ils était censé la "connaître" juste pour éviter que les peuples de ces contrées ne virent dans le bloc de l'est.A partir de ce moment toutes les exhactions étaient permises pour justifier le combat contre le communisme. Rappelle toi qu'à l'époque pour jeter du discrédit sur les patriotes camerounais comme les um nyobe, ont les traitait de communistes, et c'est sur après c'est le cimétière qui t'attends, rappelle toi du macarthisme, de la chasse aux sorcières.Mon ami dans les années 50 période de lutte nationaliste en afrique, être considéré comme communiste était un crime, et les colons n'hésitait pas à utiliser cette arme redoutable dans leur combat contre les patriotes.
La plupart des nationalistes africains en passant par lumumba um nyobe ont été traité de communiste, et à partir de ce moment la sentence tombe, c'est le cimétière!

Joe frère, la seule manière de sortir du joug de l'occident pour une nation, c'est de le battre à la guerre, ou alors d'en être capable. Ce n'est que ce langage que l'occident comprends, et ça beaucoup de nations l'ont compris très tôt c'est pour ça que l'Inde et le pakistan avant même de s'assurer une autosuffisance alimentaire ont d'abord préféré acquérir leur bombe atomique, la chine aussi en a fait de même, et l'Iran l'a aussi compris aujourd'hui et profile sa stratégie, d'où la levée de boucliers unanimes contre ce pays, parce-qu'ils savent que si l'Iran l'acquiert c'est la fin de leur dictats sur ce pays.
Jofrère, l'occident fille légitime de l'empire romain a gardé toute sa philosophie et toute sa barbarie-j'en reviens encore à la question de cosmogonie-la logique du vaincre ou périr est encore intacte dans la conscience de l'occcident et constitue non seulement sa matrice nourricière et donc sa cosmogonie, mais aussi sa survie et son avenir.

jofrère, la corée n'a jamais été gênante pour les l'occident au contraire elle a deux effets positifs sur ces pays : un grand marché pour les investissements et un support pour l'idéologie, et cette question de l'idéologie est encore plus d'actualité maintenant avec la korée du nord.Pour l'occident,la situation alarmante de la corée du nord et la situation de "prospérité" de la corée du sud est la preuve palpable que la culture occidentale, l'idéologie du capitalisme marchand est le seul système qui peut amener la prospérité et le développement à une nation contrairement au communisme.jofrère rien n'est le fait du hasard dans ce monde, ne soit pas naif!

Citation:
voilà mon ami ce qu'il faut changer dans ta réflexion. Et plutôt regarder ce qui dans les structures de la société, dans la politique coréenne a fait que ce pays a pu émerger et concurrencer les économies européennes et américaines


Joe frère,L’intensité technologique de l'industrie koréenne est surtout le fait D'entreprises étrangères installées depuis 50 ans qui sont les acteurs majeurs des activités à haute intensité technologique.Et au fil du temps à cause des externalités, cela à pu s'étendre à des entreprises koréennes, mais cela ne reflète pas la capacité interne d’innovation du pays.Documente toi pour voir quelle est la part de l'Etat coréens dans les dépenses de r&d et quel est le classement mondial de la orée en terme de dépenses de r&d et brevets

La korée du sud et (singapour aussi) c'est comme une province américaine destiné à porter l'image de l'amérique et de l'occident avec tout ce qui va avec(business, consommation, gratte-ciel, réussite , développement) dans cette zone.
Contrairement à nos républiques bananières qui sont censé d'abord représenter ce qu'est l'africain : un être inférieur, mais après tout il faudra que les ressources soit en tout temps et en tout lieu disponible pour faire tourner la machine, quel que soit le pris à payer!

Jofrere tu me demandes de changer ma reflexion,je te vois déjà indexer les africains en disant les africains sont comme ci les africains sont comme ça, la société africaine est com ci elle est com sa, la culture africaine et blabla.
Moi je veux juste te faire comprendre que l'afrique contemporaine c'est pas les africains qui l'ont construit, parce-qu'ils ne l'ont jamais pensé, soyons sérieux, ,on ne construit pas une nation sans l'avoir pensé, l'Afrique tel qu'on la vit aujour'dhui est une fabrication des occidentaux du début à la fin et au gré de leurs intérêts.L'afrique d'aujourd'hui c'est les occidentaux qui l'ont pensé pour eux-mêmes et en rapport à leur vision du monde et de leur avenir.
ne soit pas surpris quand je te dis que la corée est une fabrication de l'occident, je veux juste te faire comprendre que ce qu'il a fait pour la corée il pouvait aussi le faire pour un pays comme le cameroun si il le trouvait nécessaire et en accord avec ses intérêts, mais non ses intérêts ne se situait pas à ce niveau, mais plutôt dans la décrépitude de l'Afrique jusqu'au moment où il se rend compte que cette décrépitude ne pourait plus lui profiter.
jofrere quand un président africain comme paul biya dit qu'il est le meilleur élève de la france, il n'est pas fou, il sait très bien de quoi il parle!
ne t'étonne donc pas que je te dise que l'afrique contemporaine est une fabrication de l'occident.
_________________
www.afromantara.com
Produits de beauté Afro!

Fela Anikulapo Kuti - Sorrow tears and blood
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fille d'Afrique
Grioonaute régulier


Inscrit le: 24 Avr 2006
Messages: 372
Localisation: IDF

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 16:48    Sujet du message: Répondre en citant

[quote]
Enfin, il faut savoir qu'Obama a deux statures:
- Celle de Président US, qui ne lui permet pas de dire n'importe quoi en public, n'en déplaise à certains.
- et Celle de l'homme Obama, qu'on peut découvrir en lisant son projet politique "L'audace d'espérer"; il y reconnait explicitement le rôle néfaste qu'a eu les USA sur le développement de l'afrique, en citant des cas bien précis. Et expose sa vision des choses telles qu'elles devraient être faites dorénavant.

/quote]

On ne peut être plus clair. Merci. A moins que certains pensent qu'il faille sortir de Saint-cyr et aligner mille arguments pour saisir l'essentiel du discours d'Obama à Accra.
_________________
Freedom is not Free.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
innsa
Grioonaute


Inscrit le: 15 Déc 2005
Messages: 99

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 18:01    Sujet du message: Répondre en citant

Obama a propos de la mort d’Omar Bongo :

"Le président Bongo a joué un rôle important dans le développement et le façonnage des fortes relations bilatérales existant aujourd'hui entre le Gabon et les Etats-Unis".

"Le président a systématiquement mis l'accent sur l'importance de la recherche du compromis et des efforts pour la paix, et fait une priorité de la protection des trésors naturels du Gabon". "Son travail en faveur de la protection (de l'environnement) dans son pays et son engagement à résoudre les conflits à travers le continent constituent une part importante de son héritage » "Au nom du gouvernement des Etats-Unis, je présente mes condoléances à sa famille et au peuple du Gabon »

Bref, rien que pour ce discours, je ne lui fais plus du tout confiance.

Pour moi Bongo est la seule et unique cause de la pauvreté de on pays.

cdt
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PIPO .PCX
Grioonaute


Inscrit le: 09 Aoû 2004
Messages: 94
Localisation: FRANCE

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 19:13    Sujet du message: Répondre en citant

innsa a écrit:
Obama a propos de la mort d’Omar Bongo :

"Le président Bongo a joué un rôle important dans le développement et le façonnage des fortes relations bilatérales existant aujourd'hui entre le Gabon et les Etats-Unis".

"Le président a systématiquement mis l'accent sur l'importance de la recherche du compromis et des efforts pour la paix, et fait une priorité de la protection des trésors naturels du Gabon". "Son travail en faveur de la protection (de l'environnement) dans son pays et son engagement à résoudre les conflits à travers le continent constituent une part importante de son héritage » "Au nom du gouvernement des Etats-Unis, je présente mes condoléances à sa famille et au peuple du Gabon »




Tout ce qu'il a dit là est vrai (à moins que tu ne veuilles pas au moins reconnaitre celà au défunt: null n'est complétement négatif);

Maintenant je suis d'accord que ce n'est pas tout ce qu'on peut retenir de bongo, et c'est même pas l'essentiel: Obama connait bien cette facette négative essentielle de bongo (il l'a dit dès le premier jour de son mandat à tous ceux qui ressemblent à bongo, les qualifiant d'être du mauvais côté de l'histoire ) Il est africain de sang, il est président US, en plus bien éduqué: il sait donc qu'on respecte les morts.

Si tu observes bien la marche du monde, Bongo serait mort il y a un an que Ali Bongo aurait été au pouvoir quelques semaines plus tard, exactement comme au Togo; et d'ailleurs tu sais bien que Ali Bongo a essayé: il a tout de suite ordonné la fermeture des frontières, lui, ministre de la défense, pas Premier Ministre, dc pas l'autorité la plus élevée au gabon après la disparition du vieux; on a tous vu que sans raison apparente il a ré-ouvert ces frontières un jour plus tard. Tu as peut-être une autre explication à ce retour aux meilleurs sentiments d'ali bongo; mais ceux qui savent voir....

On peut se demander si ce ne sont pas les africains eux même qui rendront difficile la matérialisation de la vision d'Obama en Afrique
_________________
Less is more
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2009 19:41    Sujet du message: Répondre en citant

Qu'un Africain-Américain ne sache pas grand chose de l'Afrique contemporaine ne me semble pas être une grande découverte. Tout Obama qu'il est, le Président des EUA ne peut penser l'Afrique qu'à partir de ce qu'il en sait ou croit en savoir. En tout cas, je n'attendais pas de lui qu'il dénonce l'aide occidentale à l'installation de dictateurs en Afrique, afin de piller/contrôler ses ressources naturelles.

C'est aux Africains eux-mêmes de faire ce job ; et on attend encore que nos leaders prennent la parole dans les instances internationales pour dénoncer l'immixion française au Tchad, Madagascar, Côte d'Ivoire, Niger, Cameroun, Centrafrique, Gabon, etc. Problème, c'est pour l'heure ces leaders sont précisément (pour l'essentiel) ceux qui ont été désignés par les parrains étrangers. Il reste donc aux intellectuels africains à faire ce job ; sauf que la carrière de ceux-ci dépend souvent de leur allégeance aux institutions littéraires (Prix Renaudot...) ou académiques occidentales...

Bref, j'approuve l'idée que le Discours d'Accra procède de la même matrice occidentalocentrique que le Discours de Dakar : comment aurait-il pu en être autrement???

Mais tous les deux discours n'ont assurément pas les mêmes visées, ni ne proposent les mêmes moyens aux fins qu'ils se donnent : là où Obama énonce les "billion" que son administration va mettre à la réalisation de ses priorités en Afrique sur les maladies tropicales, le soutien à la "bonne gouvernance", la lutte contre le VIH/SIDA, etc. Sarkozy n'avait que son vilain bagout à faire valoir, en toute arrogance imbécile...

Je comparerais plutôt ce Discours d'Accra à celui de la Baule qu'avait proncé François Mitterrand le 20 juin 1990 : aide au développement contre démocratisation. Sauf que BWANA hypocrite (on se rappelle qu'il a été Ministre des Colonies...) avait dû faire marche arrière, et laisser proliférer des officines françaises spécialisées dans le truquage d'élections présidentielles en Afrique au profit des fidèles Gouverneurs nègres armés, soutenus et protégés par la France, pour la France...


Il y a de très fortes chances que l'administration Obama ne finance jamais le truquage d'élections en Afrique au profit d'un poulain de la Maison Blanche, et qu'elle deale business exclusivement avec les autorités que les Africains se seront choisies : non que cette administration soit extraordinairement vertueuse (je ne le crois pas) mais parce que son théâtre traditionnel de ce type d'opérations se trouve en Amérique Latine. Ayala en sait quelque chose...

La doctrine Obama est donc une opportunité, certes tenue mais réelle, à saisir pour promouvoir les leaders souverainistes africains, à condition que ces leaders aient le courage de dénoncer ouvertement les manoeuvres occidentales du passé qui ont éliminé leurs malheureux prédécesseurs : pensez-vous que la Côte d'Ivoire, par exemple, célébrera en grande pompe l'anniversaire de l'assassinat de Patrice Emery Lumumba en se fondant sur la reconnaissance officielle de la responsabilité (morale) belge pour demander à Obama de faire la lumière sur la participation de son pays à cet acte criminel???

Si en face d'Obama, il n'y a que des chèvres en Afrique : No we won't be able...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Black Shadow
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Nov 2005
Messages: 201

MessagePosté le: Sam 18 Juil 2009 14:08    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pas aimé cette visite pour la simple raison que je n' y trouve pas de rupture avec le passé.
La différence avec Sarko ? C'est le messager... Obama est un frère qui s'adresse à nous. Nous pouvons lui passer certaines choses que d'autres ne peuvent se permettre à notre égard. Il est toujours important d'identifier d'où l'on parle. Sarkozy s'exprime du sommet d'un Etat néocolonial qui entend poursuivre ses crimes économiques et politiques mais aussi psychologiques en avilissant subtilement l'homme africain.
Avec Obama nous avons certes un frère, mais surtout un de ces occidentaux qui refusent de compromettre leur avenir en montrant publiquement qu'il maîtrise la problématique du renouveau africain qui passe par le sabordage non seulement des intérêts économiques et politiques de l'Occident, mais aussi un renoncement aux montages séculaires sur lesquels repose en grande partie l'identité de l'homme occidental. Celui-ci s'est en effet convaincu qu'il était le meilleur et avait créer les meilleurs institutions.
Voici une analyse intéressante sur cette visite : http://www.ngex.com/news/public/article.php?ArticleID=1367
_________________
Il dit
le griot à la langue pendante
" vous irez plus loin encore
dans la forêt blanche
des bétons entassés
et vous pleurerez
dans les quartiers boueux
d'une ville sans refuge "
Il dit aussi
le griot nouveau
" regardez !
il est des hommes
que les révoltes étreignent ".

Véronique Tadjo, Laterite, Paris, Hatier, coll. "monde noir", 1984.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Black Shadow
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Nov 2005
Messages: 201

MessagePosté le: Sam 18 Juil 2009 15:26    Sujet du message: Répondre en citant

Voici un autre article très intéressant.

http://www.lexpressiondz.com/article/8/2009-07-16/65586.html

OBAMA, SARKOZY ET L’AFRIQUE
Un constat et deux approches différentes
16 Juillet 2009 - Page : 14

«Le développement de l’Afrique dépend d’une bonne gouvernance...L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts mais d’institutions solides.»
Barack Hussein Obama, le 11 juillet 2009 à Accra

Deux ans presque jour pour jour, deux présidents se sont adressés à l’Afrique avec des approches diamétralement opposées sur la forme mais non sur le fond. L’une se référant à la doxa occidentale depuis près de deux siècles et qui a commencé avec Hegel en 1830 (l’année de l’envahissement de l’Algérie) et s’est poursuivie avec pourrait-on dire les idéologues, du calibre de Renan, Cecil Rhodes voire de Victor Hugo dont les écrits font froid dans le dos. L’autre le président Obama qui, d’une façon ou d’une autre a un patrimoine génétique affectif avec la patrie de ses ancêtres, a su trouver les mots qui admonestent sans blesser.
La position la plus radicale à cet égard est celle qui consiste à dire que l’Histoire de l’Afrique (Noire) n’existe pas. Dans son Cours sur la philosophie de l’histoire en 1830, Hegel déclarait: «L’Afrique n’est pas une partie historique du monde. Elle n’a pas de mouvements, de développements à montrer. De mouvements historiques en elle. C’est-à-dire que sa partie septentrionale appartient au monde européen ou asiatique; ce que nous entendons précisément par l’Afrique est l’esprit ahistorique, l’esprit non développé, encore enveloppé dans des conditions de naturel et qui doit être présenté ici seulement comme au seuil de l’Histoire du monde.» Coupland, dans son manuel sur l’Histoire de l’Afrique orientale, écrivait (en 1928, il est vrai): «Jusqu’à D. Livingstone, on peut dire que l’Afrique proprement dite n’avait pas eu d’histoire. La majorité de ses habitants étaient restés, durant des temps immémoriaux, plongés dans la barbarie. Tel avait été, semble-t-il, le décret de la nature. Ils demeuraient stagnants, sans avancer ni reculer.»

La Francafrique
«Donc, deux races humaines habitant l’Afrique ont seules joué un rôle efficient dans l’histoire universelle: en premier lieu et d’une façon considérable, les Egyptiens, puis les peuples du Nord de l’Afrique». En 1957, c’est P. Gaxotte qui écrit sans broncher dans la Revue de Paris: «Ces peuples (vous voyez de qui il s’agit..) n’ont rien donné à l’humanité; et il faut bien que quelque chose en eux les en ait empêchés. Ils n’ont rien produit, ni Euclide, ni Aristote, ni Galilée, ni Lavoisier, ni Pasteur. Leurs épopées n’ont été chantées par aucun Homère.»
(...)Un grand historien comme Charles-André Julien, va jusqu’à intituler un paragraphe de son ouvrage sur l’Histoire de l’Afrique «L’Afrique, pays sans Histoire», dans lequel il écrit: «L’Afrique Noire, la véritable Afrique, se dérobe à l’Histoire.»(2)
Voilà pour les fondements du discours prononcé le 22 juillet 2007, à l’université de Dakar par le président français Nicolas Sarkozy. Morceaux choisis: «Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain qui, depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès. (...) Dans cet univers où la nature commande tout, l’homme échappe à l’angoisse de l’histoire qui tenaille l’homme moderne mais l’homme reste immobile au milieu d’un ordre immuable où tout semble être écrit d’avance. Jamais l’homme ne s’élance vers l’avenir. Jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin.» Pendant qu’à Accra, Obama exhortait les parlementaires ghanéens a persévérer sur le chemin des réformes démocratiques, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance, à Brazzaville, au Congo, une élection contestée d’avance par l’opposition la plus représentative était sur le point d’accoucher d’un mal élu. Sarkozy se murait dans un silence coupable sur une telle parodie de la présidentielle que M.Sassou Nguesso s’apprêtait à organiser et remporter au Congo. Pourtant, les populations du Congo auraient voulu avoir le soutien du président français qui avait lui-même promis pendant la campagne électorale française une rupture de la politique française en Afrique.
Pour Emmanuel Semanou, responsable de Survie 13, la Francafrique est toujours présente malgré les promesses du candidat Sarkozy d’y mettre fin. Ecoutons-le répondre à la question de savoir si la Francafrique est un mythe dépassé, il répond: «Pas du tout. C’est encore une réalité aujourd’hui dans toute l’Afrique de l’Ouest. J’en veux pour preuve la très importante présence militaire française dans de nombreux pays d’Afrique. Mais au-delà, songez que la monnaie de 15 pays d’Afrique s’appelle le ´´franc CFA´´, qui voulait dire ´´franc des Colonies françaises d’Afrique´´. Il faut savoir que c’est la Banque de France qui détermine la parité de ces monnaies avec l’euro. Toutes les banques privées de l’Afrique francophone sont des filiales des banques françaises, les banques nationales sont étroitement liées à la Banque de France, qui prélève une part importante, entre 50% et 65% des revenus générés par les placements d’État. (...) Il y a toute une génération de dirigeants africains liés à Paris, qui ont fait du mal à leurs peuples et qui ont empêché la création d’une vraie Unité africaine, contraire aux intérêts de la France.(...) Je dirai que les entreprises chinoises prennent ce que la France a accepté de leur laisser, notamment dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. La France s’est concentrée sur ses intérêts stratégiques, le pétrole, l’uranium...Au Niger, Areva n’a laissé que des miettes aux Chinois qui exploitent l’uranium.»(3)
Un plaidoyer lumineux de Achille Mbembe permet de comprendre la mécanique coloniale et l’assujetissement des élites françaises de tout bord à la nostalgie de l’empire. Ecoutons-le:
«Dans sa ´´franchise´´ et sa ´´sincérité´´, Nicolas Sarkozy révèle au grand jour ce qui, jusqu’à présent, relevait du non-dit..(...) Ainsi, pour s’adresser à ´´l’élite de la jeunesse africaine´´, Henri Guaino se contente de reprendre, presque mot à mot, des passages du chapitre consacré par Hegel à l’Afrique dans son ouvrage La Raison dans l’histoire - et dont j’ai fait, récemment encore et après bien d’autres, une longue critique dans mon livre De la postcolonie (pp. 221-230). Selon Hegel, en effet, l’Afrique est le pays de la substance immobile et du désordre éblouissant, joyeux et tragique de la création. Les nègres, tels nous les voyons aujourd’hui, tels ils ont toujours été. Dans l’immense énergie de l’arbitraire naturel qui les domine, ni le moment moral, ni les idées de liberté, de justice et de progrès n’ont aucune place ni statut particulier.»(4)
«À côté de Hegel existe un deuxième fonds que recyclent sans complexe les ´´nouvelles élites françaises´´. Cet amas de préjugés, Lévy Brühl tenta d’en faire un système dans ses considérations sur ´´la mentalité primitive´´ ou encore ´´prélogique´´. Dans un ensemble d’essais concernant les ´´sociétés inférieures´´ (Les Fonctions mentales en 1910; puis La Mentalité primitive en 1921), il s’acharnera à donner une caution pseudo-scientifique à la distinction entre ´´l’homme occidental´´ doué de raison et les peuples et races non-occidentaux enfermés dans le cycle de la répétition et du temps mythico-cyclique. (...)Il y a aussi le legs des expositions coloniales, la tradition des zoos humains analysée par Pascal Blanchard et ses collègues, et celle des récits de voyage les uns toujours plus fantastiques que les autres. C’est tout cela qui nourrit à son tour un habitus raciste, souvent inconscient, qui est ensuite repris par la culture de masse à travers les films, la publicité, les bandes dessinées, la peinture, la photographie, et, conséquence logique, la politique ´´Y’a bon banania´´ et ´´Mon z’ami toi quoi y’en a´´.»(4)
(...) Comment peut-on se présenter à l’université Cheikh Anta-Diop de Dakar au début du XXIe siècle et s’adresser à l’élite intellectuelle comme si l’Afrique n’avait pas de tradition critique propre et comme si Senghor et Camara Laye, chantres respectifs de l’émotion nègre et du royaume de l’enfance, n’avaient pas fait l’objet de vigoureuses réfutations internes?
(...) Quant à l’antienne sur la colonisation et le refus de la ´´repentance´´, voilà qui sort tout droit des spéculations de Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut et autres Daniel Lefeuvre. Mais à qui fera-t-on croire qu’il n’existe pas de responsabilité morale pour des actes perpétrés par un État au long de son histoire? À qui fera-t-on croire que pour créer un monde humain, il faut évacuer la morale et l’éthique par la fenêtre puisque dans ce monde, il n’existe ni justice des plaintes, ni justice des causes? Afin de dédouaner un système inique, la tentation est aujourd’hui de réécrire l’histoire de la France et de son empire en en faisant une histoire de la ´´pacification´´, de ´´la mise en valeur de territoires vacants et sans maîtres´´, de la ´´diffusion de l’enseignement´´, de la ´´fondation d’une médecine moderne´´, de la mise en place d’infrastructures routières et ferroviaires. (..) Si donc la France veut jouer un rôle positif dans l’avènement de ce monde commun, il faut qu’elle renonce à ses préjugés. Il faut que ses nouvelles élites opèrent le difficile travail intellectuel sans lequel les proclamations politiciennes d’amitié n’auront aucun sens. On ne peut pas, comme à Dakar, parler à l’ami sans s’adresser à lui. Etre capable d’amitié, c’est, comme le soulignait Jacques Derrida, savoir honorer en son ami l’ennemi qu’il peut être Pour l’heure, et s’agissant de l’Afrique, il manque tout simplement à la France le crédit moral qui lui permettrait de parler avec certitude et autorité.(4)
Dans son discours d’Accra, Obama fustige les dictateurs africains qui modifient notamment leurs Constitutions, pour se maintenir au pouvoir. Pendant ce temps, le président français, lui, les reçoit en grande pompe ou, leur rend visite sans vergogne. Obama a appelé l’Afrique à prendre en main son propre destin en combattant les pratiques antidémocratiques, les conflits et la maladie et en l’assurant du soutien américain dans cette vaste entreprise. Barack Obama a ravivé le slogan de sa campagne électorale: ´´Yes, you can´´. M.Obama a expliqué qu’il y a cinquante ans, quand son père a quitté Nairobi pour étudier aux Etats-Unis, le Kenya avait un PNB par habitant supérieur à celui de la Corée du Sud. ´´On a parlé d’héritage du colonialisme et d’autres politiques mises en place par les pays riches. Sans vouloir minimiser ce facteur, mon propos est de dire que la Corée du Sud, en travaillant avec le secteur privé et la société civile, a réussi à mettre en place des institutions qui ont garanti la transparence et la responsabilité.´´ Alors que dans beaucoup de pays d’Afrique, ´´si vous voulez avoir un job ou créer une entreprise, vous devez payer des pots-de-vin´´. ´´Une partie de ce qui a empêché l’Afrique d’avancer est que, pendant des années, on a dit que c’était la conséquence du néocolonialisme, ou de l’oppression occidentale, ou du racisme... Je ne crois pas beaucoup aux excuses, a-t-il dit dans son entretien à Allafrica.com. Les cartes coloniales qui ont été tracées ont favorisé les conflits, mais nous sommes en 2009. L’Occident et les Etats-Unis ne sont pas responsables de la situation de l’économie du Zimbabwe depuis quinze ou vingt ans.´´

Le soutien américain
Theophile Kouamou s’interroge si les deux interventions sont-elles radicalement opposées? Non, pas vraiment, dit-il. Les thématiques se rejoignent à plusieurs reprises. Sarkozy affirme: «L’Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur.» Obama dit: «Dans de nombreux endroits, l’espoir de la génération de mon père a cédé le pas au cynisme, souvent au désespoir. Il est facile de pointer du doigt les autres et de les blâmer pour ces problèmes.» Barack et Sarko s’adressent tous les deux à la jeunesse africaine, à qui il revient de relever les défis de demain. Et pourtant, ses propos ont été perçus de manière très positive sur le continent, alors que ceux du président français ont suscité une polémique. (...) Obama, président d’une Amérique qui sait faire rêver comme aucune grande puissance, est «un enfant du pays». Son histoire et l’histoire de sa famille font qu’il est difficile de faire peser sur lui le passé impérialiste que partagent la France et les Etats-Unis...«Obama est, lui aussi, dépositaire des souffrances de l’Afrique, ce qui n’est pas le cas d’un Nicolas Sarkozy, qui a longtemps été vu comme l’ex-ministre préposé à l’expulsion des étrangers.»
«De plus, alors que Sarkozy à Dakar n’a pas su rompre avec la rhétorique du clivage et de l’affrontement, qu’il affectionne tant, et s’est posé en grand professeur qui sait tout -disant à plusieurs reprises "le problème de l’Afrique, c’est que..."-, Obama a su utiliser l’art de la nuance, dénonçant l’Afrique de la honte pour mieux mettre en valeur, à travers de nombreux exemples, l’autre Afrique. Chez Sarkozy, il s’agit du "paysan africain, qui, depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature", et qui ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.» Obama, lui, évoque les «braves Africains» qui sont du bon côté de l’histoire: le pouvoir et l’opposition ghanéens qui cohabitent harmonieusement, des policiers incorruptibles, des membres de la société civile engagés dans la fin des violences électorales au Kenya, etc. En bon «storyteller», Obama raconte, dans une sorte de roman d’anticipation, l’histoire d’une renaissance dont les Africains sont les héros.(5)
En définitive, seul le ton est différent, l’Afrique attend les sauveurs qui lui permettront de tordre le coup à une doxa qui dure pratiquement le temps du Code Noir...Ce que nous avons pointé du doigt dans notre ouvrage: L’Occident à la conquête du monde.(6)

(*) Ecole nationale polytechnique

1.Hegel Leçons sur la philosophie de l’histoire, 1830
2.Joseph Ki-Zerbo http://www.refer.sn/ethiopiques/article.php3?id_article=507 &artsuite=1
3.Emmanuel Semanou, Le néocolonialisme mène au rejet de la France 5 juillet: Mlle babords
4.Achille Mbembe http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=6784
5.Théophile Kouamou: De Sarkozy ou Obama, à l’Afrique? Rue 89 13/07/2009
6.Chems Eddine Chitour: L’Occident à la conquête du monde.Editions. Enag 2009

Pr Chems Eddine CHITOUR (*)

Envoyer cet article à un ami
_________________
Il dit
le griot à la langue pendante
" vous irez plus loin encore
dans la forêt blanche
des bétons entassés
et vous pleurerez
dans les quartiers boueux
d'une ville sans refuge "
Il dit aussi
le griot nouveau
" regardez !
il est des hommes
que les révoltes étreignent ".

Véronique Tadjo, Laterite, Paris, Hatier, coll. "monde noir", 1984.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam 18 Juil 2009 22:33    Sujet du message: Répondre en citant

Afrobeat,
je ne doute pas un instant de ta sincérité.
Néanmoins, en tant qu'africain, que tu penses que nous africains sommes des pantins de l'histoire est une chose. Mais que tu projettes cette impuissance sur d'autres, là ça devient grave.
Parlons de la Corée, l'histoire de ce pays n'est pas secrète, il n'est pas difficile de savoir par où ils sont passés, l'occupation japonaise, la seconde guerre mondiale, la guerre guerre dite "de Corée", la guerre froide et l'occupation américaine. Nous nous comportons parfois comme si nous étions les seuls au monde, mais il y a 30000 soldats américains stationnés dans ce pays.
Donc oui, ce pays a largement bénéficié des circonstances historiques post seconde guerre, oui ce pays a bénéficié l'aide massive à la fois des USA et du japon. Mais ce ne sont pas les seuls. Tu sais que l'Egypte reçoit chaque année 1,7milliards de $ d'aide américaine? pour quel résultat?
Qu'est ce qui te permet de dire que les coréens ne sont pour rien dans la réussite de leur pays? dans le réussite de leurs entreprises? Tu sembles penser que la science du management de la chose publique et privée est exclusivement reservé aux occidentaux. Le monde entier est train de te prouver le contraire

Et c'est cette dynamique qui doit êtres la notre maintenant. Tu cites le Nigéria. Si ce pays peut bénéficier dans les circonstances du jeu entre l'Amerique et la Chine, qu'il en profitent. l'émergence de la Chine, de l'Inde et autres créent les condition d'un big game autour de l'Afrique et de ses ressources. Il faut en profiter. Mais il est indispensable de bien savoir ce qu'on fait. l'argent coule à flot en Angola en ce moment, mais ce qui copte c'est comment sera ce pays dans 30 ans et ça ce ne sont pas les chinois qui vont s'en préoccuper à la place des angolais.

Juste pour finir sur la vacuité de ces grands discours. Bill Clinton au Ghana en 98. un très beau discours aussi. mais so what?

http://www.ugandaruralcommunitysupport.org/1998/03/24/clinton-charts-new-us-africa-course-in-ghana-speech-24-march-1998/

c'ét
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2009 00:28    Sujet du message: Répondre en citant

Salut Jofrere. Je suis d'accord avec ton propos. La tendance que nous avons à minimiser les accomplissements des autres est assez hallucinante. Dire que les coréens n'ont réussi que parcequ'ils ont été "aidés" par les USA est tout simplement désolant...Et le Japon donc ? Nous ne sommes jamais acteurs de notre histoire, mais toujours spectateurs, passifs de préférence, subissant le diktat des autres.

Quand Obama dit que l'Afrique doit prendre en main son destin, il a raison, et ce qu'il dit n'est d'ailleurs pas une nouveauté puisque des intellectuels africains l'ont déjà dit...

Un article tres intéressant sur le discours d'Obama

------------------------
par Venance Konan, écrivain, journaliste

Source : l'inter

« Je ne suis pas venu, jeunes d’Afrique, pour pleurer avec vous sur les malheurs de l’Afrique. » « Je ne suis pas venu, jeunes d’Afrique, pour m’apitoyer sur votre sort parce que votre sort est d’abord entre vos mains. » « La colonisation n’est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l’Afrique » « L’Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur. » C’est ce que Sarkozy nous avait dit à Dakar. Il a eu droit à nos injures. C’est à peu près ce qu’Obama nous a dit à Accra. Nous le portons aux nues. Cherchez l’erreur.

Eh bien, la différence est que le pays de Sarkozy nous a colonisés et donne aujourd’hui gîte et couvert à nos intellectuels, alors que celui d’Obama n’a fait que vider notre continent de ses bras valides et peu de nos intellectuels y vivent. Et puis, Obama est le fils de l’un des nôtres et il a réussi dans ce grand pays qu’est les Etats-Unis. Nous sommes convaincus que c’est nous qui l’avons élu président et quand il nous parle, c’est comme si c’est notre président qui nous parle. Quand Sarkozy nous parle, nous y voyons forcément de la condescendance. Un ancien colon est toujours condescendant. Il est temps que les Français le sachent une bonne fois pour toutes, afin d’éviter tout futur malentendu inutilement fâcheux : lorsque l’on prend sur soi d’aller coloniser des gens qui ne vous ont rien demandé, des gens qui étaient tranquillement couchés sous leurs cocotiers, à regarder le soleil se lever et se coucher en attendant que la noix de coco tombe toute seule, il faut s’attendre à devoir désormais cueillir pour eux cette noix de coco. Et en s’excusant s’il vous plaît. C’est comme ça chez nous. Et nous ne passerons pas par pertes et profits tous les coups de pieds au cul reçus par nos parents, leur sang versé dans un pays où ils se les gelaient pour une cause à laquelle ils ne comprenaient rien, les cacahuètes qu’on leur a donné comme pension. Non, nous n’oublierons pas.

Et tant que Sarkozy ne se sera pas excusé ou ne nous aura pas donné de cadeaux, nous le bouderons toujours et continuerons de dire que la colonisation est la source de tous nos malheurs, des constitutions que nous modifions, de nos guerres pour le pouvoir, de nos budgets de souveraineté faramineux, des escadrons de la mort, des fils pas forcément compétents ou plus démocrates qui remplacent les pères au pouvoir, de notre corruption endémique. Ségolène Royal, qui n’est pas née au Sénégal pour rien, sait que chez nous les excuses et les petits cadeaux font les grandes amitiés. Elle nous a donc apporté un camion frigorifique et nous a présenté ses excuses. Pour ce que ses ancêtres nous ont fait, et même pour ce que Sarkozy a dit. Et en échange nous lui avons offert un joli boubou brodé. Honte à tous ceux qui se sont moqué de Ségolène qui est désormais notre parente.

Nous sommes toujours prêts à offrir des boubous, des tam-tams, des cornes de gazelle, tous nos minerais, nos bois, nos ports, notre électricité, nos sociétés d’Etat, nos femmes, à qui peut, tout en nous présentant ses excuses pour l’esclavage et la colonisation, nous donner en échange un camion frigorifique, une broyeuse de manioc, des paires de lunettes, une Mercedes (climatisée avec GPS s’il vous plaît !), une grosse maison, meublée avec du « chinetoc » ( les trucs brillants que les Chinois nous vendent et qui ne sont ni beaux ni solides,) et un peu de fric pour que nos maîtresses aillent faire leurs courses de fin d’année à Paris, et pourquoi pas, un ou deux hôtels particuliers dans le 16ème à Paris (pour un terminal à conteneurs par exemple.) C’est comme cela, nos relations avec la France.

Tant qu’elle nous donnera des cadeaux sous forme de coopération (pour nous les deux mots sont synonymes) d’appuis budgétaires, de prêts, nous dira les mots que nous aimons entendre, à savoir, « vous êtes beaux », « vous avez le rythme dans la peau et vous dansez vachement bien », « nous avons vraiment été salauds avec vous, mais nous sommes désormais des frères », « nous verrons comment alléger votre dette et accroître notre aide », nous serons totalement en phase avec elle. C’est pour cela que nous n’avions pas beaucoup aimé Jospin qui ne nous donnait aucun cadeau et avait dit en gros qu’il allait nous laisser nous débrouiller comme des grands. Qui lui avait dit que nous étions devenus grands ?

Obama, lui, nous dit qu’il nous aidera, mais à condition que nous nous comportions comme des gens sérieux. Ça va être dur, avec nos dirigeants actuels, mais on peut toujours rêver. On peut rêver que Mamadou Tandja renonce à vouloir se maintenir au pouvoir au Niger, que notre président bien-aimé ne soutienne plus les assassins de la FESCI qui ont détruit notre système éducatif, qu’il arrête de rigoler et se penche enfin sur les problèmes qui sont en train de tuer son pays, qu’Abdoulaye Wade renonce à imposer son fils aux Sénégalais, que Blaise Compaoré n’enquiquine plus ses voisins en soutenant leurs rebellions, que Dadis Camara se retire du pouvoir pour le laisser à plus compétent que lui, ce qui n’est pas difficile à trouver vu son niveau à lui, que Biya se retire enfin du pouvoir au Cameroun qu’il ne dirige même pas... on peut rêver. Mais je crois que le rêve le plus réaliste serait que nous, peuples africains, prenions nos responsabilités pour nous débarrasser des dirigeants actuels qui nous conduisent droit dans le mur. Notre destin est entre nos mains, a dit notre président Obama.

Assumons-le. Nous avons dans tous nos pays des jeunes générations d’hommes brillants, intelligents et compétents qui veulent réellement faire avancer notre continent. Il y en a en Côte d’Ivoire. C’est à nous de les mettre au pouvoir. Mais si nous nous obstinons à vouloir confier encore notre pays à l’un des trois qui l’ont conduit au chaos, nous ne pourrons que nous en prendre à nous-mêmes. Et Obama et Sarkozy auront raison de nous dire que l’Occident n’a rien à voir avec la destruction de notre économie ni dans les guerres où des enfants sont enrôlés. Et ce ne sera pas en insultant Sarkozy ou n’importe quel président français que nous y changerions quelque chose.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2009 18:13    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
Tu sais que l'Egypte reçoit chaque année 1,7milliards de $ d'aide américaine? pour quel résultat?

Aide pour QUOI? En guise de remerciements à Mubarak pour sa lutte contre le "terrorisme" islamique. Pas pour autre chose, frère!!!
Jofrere a écrit:
Et c'est cette dynamique qui doit êtres la notre maintenant. Tu cites le Nigéria. Si ce pays peut bénéficier dans les circonstances du jeu entre l'Amerique et la Chine, qu'il en profitent. l'émergence de la Chine, de l'Inde et autres créent les condition d'un big game autour de l'Afrique et de ses ressources. Il faut en profiter. Mais il est indispensable de bien savoir ce qu'on fait. l'argent coule à flot en Angola en ce moment, mais ce qui copte c'est comment sera ce pays dans 30 ans et ça ce ne sont pas les chinois qui vont s'en préoccuper à la place des angolais.

Si tu veux, je fais un rapprochement avec le topic sur le cauchemar camerounais et on revoit tes positions. Tu vois donc que les causes du mal sont AUSSI endogènes. Non? Very Happy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2009 08:58    Sujet du message: Répondre en citant

Black Shadow a écrit:
http://www.ngex.com/news/public/article.php?ArticleID=1367

Un proverbe chez moi dit : «C'est celui que tu ne connais pas que tu appelles par l'onomatopée : hé !» Au lieu de me farcir un Venance Konan qui ne peut qu'être mauvais (qu'apparement Panafricain connaît juste maintenant) je suis passé par ton lien, et je me suis amusé de lire un esprit aussi éclairé sur le très hypocrite "cours" gratuit sur la bonne gouvernance qu'Obama est venu nous delivrer.

Quelques perles :

Nigeria News a écrit:
Some Africans already predicted that Obama would lecture Africans, and expectedly, he did to his heart content. He LECTURED democracy, human rights, corruption etc. Mr. Obama’s is that of appeasement and placation of all others, but, he just has made Africa the exception to his appeasement rule?

Obama did not scold or chastise Russia for her war in Chechnya and Georgia... and Russia for corruption and frequent murders of its journalists... and Russia for organized crime and Mafia way of business deal and Russia for preferring business deals with Iran over election matters and nuclear matters which Obama "so care about"

Obama did not scold or chastise Italy, where Obama was for several days... Italy with Prime Minister Berlusconi whose media empire is synonymous his other tools of corruption... in fact, Mr. Berlusconi has faced repeated charges of corruption and there is the Italian Mafia in there... but Obama went to Italy and he did not lecture Italians

Obama did not scold or chastise Israel, despite all that America does for Israel, Israel's current Prime Minister adamantly refuses to listen to Obama "gentle prodding and request" that Israel vacate occupied territories of Palestine and desist from expanding Israeli's land-grabs! Despite United Nations resolutions to this effect and despite the so-called "International Community" urging of Israel to comply

Obama says he will negotiate with Iran and North Korea UNCONDITIONALLY, and these are "supposed" to be the Axis of Evil ... American enemies per Mr. Bush...


Qui aime bien châtie bien, dit-on, peut-être qu'Obama aime bien l'Afrique voilà pourquoi il veut bien nous châtier avec ses "vérités", cependant tous les peuples de cette bonne vielle terre qu'il a visité ou planifie de rencontrer : Israel, les Musulmans , les arabes du 09/11, les Russes, Berlusconi, et même l'axe du mal L'Iran et la Corée ont eu droit aux égards, à de mielleux et élégants discours tantôt pour des reprises inconditionnelles de leurs relations diplomatiques avec eux tantôt sur la volonté américaine de travailler main dans la main avec eux ...

D'ou sorte-il donc avec ce discours lorsqu'il débarque au Ghana ? S'il y avait logique ou continuité dans la critique de tous les regimes qu'il a visité encore ça passerait , mais il semble clairement que débarqué à Accra il ai sorti sa peau de mouton pour nous fouetter un peu, ah l'amour !

Pour certaines réactions, John Henrik clarke appellait ça "la tragique naïvété des africains", et c'est une tragédie parce que dans notre for intérieur nous savons que tout le discours d'Obama est un poncif éculé, on connaît ça, mais on fait semblant qu'il dit quelquechose de nouveau, se mentir aussi honteusement si c'est pas tragique, qu'est-ce ?

Nigeria news a écrit:
Obama, during his inauguration speech used the Bill Cosby code-word of “take-responsibility” “taking responsibility” is the same he used while addressing Ghanaians, and even by Obama’s own admissions, he was in effect, exponentially addressing all 900 million Africans, as he ordered American diplomatic outposts to broadcast live and facilitate the spread of his inanities while in Ghana.


Il existe des messages qui sont vides de sens parce qu'ils le sont vraiment, des mots et expressions passe-partout spécialement fait pour les habitants de la faune africaine, Sarkozy l'a dit certes dans sa langue ( l'imbécilité ) et on lui a repondu avec un livre et Obama qui va lui repondre ?.
Comme le dit l'article Obama sait quand il ne faut pas offenser ses hotes et quand mais surtout qui il peut insulter copieusement sans risque de backlash, il est intelligent, on ne fait pas Harvard U par accident donc il a pésé les implications de son discours !

Panaf a écrit:
Gnata et Merikama, qu'attendiez vous exactement qu'Obama dise ? ?
Heu...si les compagnies américaines qui veulent exploiter le pétrole Ghanéen l'ont expédié là-bas pour faire leur promotion pourquoi ne pas se limiter à parler affaire, you know, just buisness !?
Venir en réalité quémander des contrats mais se faire gaillardement passer pour donneur de lecons sans aucune vergogne en honnissant ses hôtes dans leur propre assemblée nationale c'est bête et méchant, c'est pas le premier, ni même le dernier, à procéder de la sorte, mais ça n'arrêtera pas tant que dans notre tragédie nous n'arrêterons pas de jouer les naïfs.
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
afrobeat
Grioonaute régulier


Inscrit le: 14 Aoû 2007
Messages: 312

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2009 10:04    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
c'est une tragédie parce que dans notre for intérieur nous savons que tout le discours d'Obama est un poncif éculé, on connaît ça, mais on fait semblant qu'il dit quelquechose de nouveau, se mentir aussi honteusement si c'est pas tragique, qu'est-ce ?


EXCELLENT!!
Et ça c'est un réel problème, et ça devient même une impasse pour beaucoup. Ayant pendant un bon moment porté obama au sommet, le montrant comme exemple, un espoir et même un modèle de vertue, ils sont aujourd'hui obligés de constater désesperemment que obama c'est d'abord un homme d'état occidental avec tout ce qui va avec.Beaucoup plus préoccupé pour le fric et prêt à écraser les plus faibles pour y parvenir(les in,térêts et rien que les intérêts...) ET POUR L'instant, l'Afrique reste le meilleur perdant dans ce "monde moderne" que l'occident a tranformé en jungle.

Vous avez le droit de vous tromper mes amis, n'ayez pas honte de changer d'avis de manière radicale au sujet d'obama.Arrêtons de rêver, vous voyez un président des usa arriver en afrique et dénoncer les crimes des multinationales? ou encore même les soutiens des dictatures dans les pays du Sud? les usa ont développé toute une expertise là-dessus en amerique latine, donc c'est pas eux qui le feront.
obama et sarkozy sont des êtres totalement opposées en plusieurs points,mais il ya un seul plan sur lequel ils sont identiques :le regard et la vision que peut avoir un occidental sur l'afrique.Si obama et sarkozy sont bel et bien de couleurs différentes, par contre ils sont tous issus de la même école de pensée occidentalo-occidentale qui les empêche de s'écarter des poncifs éculés et s'ériger en donneur de leçons.Comment pourraient-ils vu l'etat actuel de l'afrique?
Mais le drame dans tous ça,c'est qu'ils font semblant d'ignorer l'origine réelle et les mécanismes mis en place pour l'entretenir.

On peut continuer à tourner en rond, à se contenter des phrases toute faite bien faite, vite faite(qui au fond ne veulent rien dire) prête à l'emploi telle : "prenez votre destin en main", "la colonisation n'est pas responsable de ci ou de ça","installez la démocratie" "ne faites plus les guerres", ça n'apportera rien.

on pourrait déjà se demander pourquoi lorsqu'il s'agit de parler de l'afrique, les solutions proposées réside toujours dans des phrases simples(sujet verbe complément) mais pouquoi un tel simplisme?, pourquoi ce refus d'analyse profonde pour se contenter du borné,du figé(ce qu'on sait ou croit savoir). Pourquoi quand il s'agit De l'afrique on constate un refus total d'étudier les questions de fond et on nous balance à la figure les faites-ci faites-ça et ça ira?En gros ça veut dire que l'afrique n'a même pas le droit d'être pensée, n'importe qui sait pourquoi ça ne va pas : parce-que les africains ne se prennent pas en main, parce-qu'il n'ya pas la démocratie, parce-qu'ils aiment les guerres, parce-qu'il ya pas la bonne gouvernance, voilà donc tout est déjà figé! foutaise!

Tant qu'on ne sortira pas de manière radicale du paradygme européen on pourra toujours rêver, mais on contnuera à se faire écraser comme des fourmis, et cela devient de plus en plus urgent sinon on disparaîtra de cette planète(beaucoup de peuples ont disparu pourquoi pas nous?)d'ailleurs quelqu'un n'a-t-il pas dit que l'afrique et les africains sont le sacrifice "du monde moderne"?
_________________
www.afromantara.com
Produits de beauté Afro!

Fela Anikulapo Kuti - Sorrow tears and blood
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bolzogola
Grioonaute 1


Inscrit le: 06 Avr 2009
Messages: 127

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2009 14:43    Sujet du message: Répondre en citant

afrobeat a écrit:

Vous avez le droit de vous tromper mes amis, n'ayez pas honte de changer d'avis de manière radicale au sujet d'obama.Arrêtons de rêver, vous voyez un président des usa arriver en afrique et dénoncer les crimes des multinationales? ou encore même les soutiens des dictatures dans les pays du Sud? les usa ont développé toute une expertise là-dessus en amerique latine, donc c'est pas eux qui le feront.


Certaines interventions sont tellement justes ici que je demande si je ne dois pas me contenter de lire ! ça fait quelques temps déjà que je suis sur Grioo et j'apprécie beaucoup vos commentaires. Ils sont d'une sagesse simplement mâatique ...

J'ai suivi la campagne présidentielle de très près du plus grand au plus petit scandale en lisant la plupart des blogs francophones qui relayaient le sujet. J'étais à fond pour le frère Obama en suivant par exemple les sondages presqu'en temps réel sur RealClearpolitics en comptant les superdelegates qui basculaient du Camp Clinton sur Obama, je me suis même inscrit sur son site de campagne pour me tenir informer.
Et quand le plus difficile ( investiture démocrate à mon avis puisque je pensais que Mcain serait beaucoup plus facile à battre) est passé je fut tout de suite très très déçu et je ne m'en suis jamais remis de cette déception bien que d'autres inconditionnels ont essayé de me convaincre que c'était juste des paroles de campagnes et non les vraies convictions du candidat et qu'il fallait wait and see !

La cause de cette déception s'est déroulée le lendemain de l'investiture lors du congrès de l'AIPAC où tous les politiciens américains petit et grands ( comme au diner du CRIF) ont afflué pour confirmer leur soutien "indéfectible" à Israël. Obama y fut un discours qui m'a tout simplement réfroidi. D'après certains analystes même Georges Bush junior ( le président usaméricain le plus apprécié en Israël et le plus honni dans le reste du monde ! Il ordonna pendant les élections à Mme Rice de voter contre une résolution qu'elle avait elle-même préparé contre Israël ) ne serait pas allé aussi loin. En gros il défendit tout simplement la position d'Israël dans le conflit israëlo-palestinien ( d'ailleurs je me demande pour quoi je suis plus sensible à ce conflit qu'aux millions de Kongolais qui crèvent dans l'indifférence générale, je pense que la médiatisation et mon éducation musulmane y sont pour beaucoup ! ).

Et puis Obama vient au Kongo ... euh au Ghana nous dire que les conflits d'intérêt (de leurs alliés ) qui font tant de victimes en Afrique et au Kongo en particulier sont le fait des africains parce qu'il ne n'aiment pas ou plutôt n'appliquent pas le bonne gouvernance, la démocratie, et les droits de l'homme lol. Mais de qui se moque-t-on ? Et puis nous on applaudit parce qu'on "attend si peut de nous-même" (c'est une expréssion d'Obama lors du congrès de la NAACP la semaine dernière ) que cela nous envoient dans les nuages que le fils prodige du continent président des EUA vienne nous dire "la vérité" ! D'ailleurs c'est quoi "la vérité" pour dans un discours politique ( telle que appliquée aujourd'hui par EUA leur alliés et leurs vasseaux ). Au fait si je comprends bien les discours politiques se préparent par des spécialistes ( dans ce domaine) très à l'avance pour être lu après par "l'auteur" à l'aide d'un téléprompteur devant un pubic déjà conquis minutieusement trié. En gros une opération marketing ou plutôt de séduction. Croyez-vous vraiment que lorsqu'on veut draguer on étale "sa vérité "? En tout cas si nous nous faisons croire que Obama nous dit "la vérité" dans son discours j'ai bien peur qu'il faille se préparer à se faire demander les papiers en plein centre de Bamako ( vous avez bien compris je veux dire comme à Paris ) ! Tout le monde connait les injustes que les gazaouis subissent en temps réel dans leur prison à ciel ouvert dans le mépris total de la démocratie, des droits de l'homme et de l'humanisme. En plus ils sont en cela
aidé ( fourniture d'aide militaire et financière et politique à travers le blocage des résolutions -plus de 150 en passant - de l'ONU condamnant Israël; certains disent que l'aide totale des USA à Israël s'élève depuis 1973 à près de 1200 milliards de dollars) par la superpuissance qu'Obama "dirige" et ses alliés.

La mentalité humano-democrato-droidlommistes où tout le monde est beau et gentil n'a cours que dans les rues des très belles capitales occidentales ! Si j'ai un conseil à vous donner les frères et sœurs c'est :
" Si vous voulez la paix préparer la guerre" ce n'est pas très joli et ni gentil mais malheureusement c'est ce qui a cours dans le monde réel très très loin de la " matrice". Ouvrez les yeux maintenant sinon plus on attend plus le réveil sera brutal !
_________________
Quand on est jeune il ne faut pas remettre a philosopher et quand on est vieux il ne ne faut pas se lasser de philosopher. Car jamais il n'est trop tôt ou trop tard pour travailler à la santé de l'âme [...] Le jeune homme et le vieillard doivent donc philosopher l'un l'autre celui-ci pour rajeunir au contact du bien, en se remémorant les jours agréables du passé celui-là afin d'être quoique jeune, tranquille comme un ancien en face de l'avenir. ..
Epicure
Ceci est conforme à Mâat
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Joseleñ
Bon posteur


Inscrit le: 09 Sep 2005
Messages: 763

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2009 17:34    Sujet du message: Nègres évolués contre africains de base ? Répondre en citant

Citation:
c'est une tragédie parce que dans notre for intérieur nous savons que tout le discours d'Obama est un poncif éculé, on connaît ça, mais on fait semblant qu'il dit quelquechose de nouveau, se mentir aussi honteusement si c'est pas tragique, qu'est-ce ?


Tout dépendra du niveau où se situe la tragédie : à hauteur des nègres évolués ou à hauteur de l'Africain de base ?

Citation:
mais on fait semblant qu'il dit quelquechose de nouveau,

Ce qui est nouveau c'est qu'enfin l'Africain de base a trouvé quelqu'un qui parle sa langue, depuis le temps que les nègres évolués lui bourraient le crâne avec leurs théories qui n'ont ni apporté la révolution, ni impulsé, j'adore le mot un zeste d'innovation.

Citation:
se mentir aussi honteusement si c'est pas tragique, qu'est-ce ?

La tragédie c'est quand les nègres évolués essaient d'élaborer une théorie avec des paradigmes bien étranges...Si ce n'est une obnibulation de quelque chose, alors qu'est-ce que s'est ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
youngsoldier
Bon posteur


Inscrit le: 07 Juil 2005
Messages: 595

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2009 21:13    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
je fut tout de suite très très déçu et je ne m'en suis jamais remis de cette déception bien que d'autres inconditionnels ont essayé de me convaincre que c'était juste des paroles de campagnes et non les vraies convictions du candidat et qu'il fallait wait and see !

La cause de cette déception s'est déroulée le lendemain de l'investiture lors du congrès de l'AIPAC où tous les politiciens américains petit et grands ( comme au diner du CRIF) ont afflué pour confirmer leur soutien "indéfectible" à Israël. Obama y fut un discours qui m'a tout simplement réfroidi.



C'est ce genre de comportements qui me fait desespérer de certains Africains... Vous vous attendiez à quoi ? Dans un pays come les USA vous croyez vraiment qu'on a élu Obama pour ses beaux yeux ? En un sens les gens qui l'ont élu, qui lui ont permis d'être élu c'est à dire tous les hommes de pouvoir (grands financiers, journalistes et lobbies de toutes sortes) savent pertinemment que le personnage n'est pas un trublion !! Ce n'est pas lui qui va de manière radicale changer les mauvaises habitudes centenaires du pays !! Obama ne peut se permettre de froisser certaines personnes, certains groupes, il n'y a que les gros naïfs pour voir en lui le super héros arrivé à la tête des USA, indépendant et pour le bien de tous...

Par ailleurs Cessons donc de s'extasier sur des affaires qui concernent d'autres pays ! Le seul point positif que j'ai personnellement observé de l'élection de Mr Obama c'est juste la couleur sombre venant d'Afrique du leader de la première puissance mondiale, pour le reste je pense que l'Afrique se sauvera seule, le discours du Ghana de Obama n'est pas le premier, depuis cinquante ans on a des discours de la même nature, sur les forums de discussion tous les jours on lit des discours sensés qui condamnent les bêtises de nos dirigeants. Alors je pense que plus que le discours de Obama qui est convenu et de circonstance, l'Afrique DOIT d'abord avoir des Africains qui regardent avec dégoût leur continent blessé, et qui rêvent d'un continent guéri, fort, respectable au lieu de s'extasier à longueur de journée de la beauté des pays étrangers ou des Noirs qui prennent le pouvoir ailleurs qu'en Afrique. Collectivement et individuellement (au moins) nous devons travailler à ça.
_________________
youngsoldier's back
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bolzogola
Grioonaute 1


Inscrit le: 06 Avr 2009
Messages: 127

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2009 22:38    Sujet du message: Répondre en citant

youngsoldier a écrit:

C'est ce genre de comportements qui me fait desespérer de certains Africains... Vous vous attendiez à quoi ? Dans un pays come les USA vous croyez vraiment qu'on a élu Obama pour ses beaux yeux ? En un sens les gens qui l'ont élu, qui lui ont permis d'être élu c'est à dire tous les hommes de pouvoir (grands financiers, journalistes et lobbies de toutes sortes) savent pertinemment que le personnage n'est pas un trublion !! Ce n'est pas lui qui va de manière radicale changer les mauvaises habitudes centenaires du pays !! Obama ne peut se permettre de froisser certaines personnes, certains groupes, il n'y a que les gros naïfs pour voir en lui le super héros arrivé à la tête des USA, indépendant et pour le bien de tous...


Au faite si ce n'est ces derniers temps je n'y connaissais absolument rien en politique. Enfin juste assez pour m'en méfier. D'ailleurs j'ai toujours pensé que les sciences humaines ne servaient pas à grand-chose. Mais j'ai constaté que je ne pouvais pas me passer de la politique si je veux comprendre certaines choses. En voulant comprendre comment tourne mon pays j'ai très vite constaté que ce dernier n'était pas "isolé " - au sens thermodynamique du terme - alors j'ai généralisé à grande échelle me disant que si je sais comme le monde tourne et alors pour mon pays ce ne serait pas difficile ! C'est pour quoi je me suis intéressé à l'élection l'an passé aux USA ( qui est quand même le plus grand de "décisions globales" au monde). Et puis tout cela n'est pas si étonnant si j'imagine que tu ne t'es pas intéressé à la politique à 16 ans.
Et puis je n'ai sûrement pas été le seul à mordre à l'hameçon ( plusieurs centaines de millions de dollars sont mis en jeu dans cette opération de séduction publique) des médias pour le regretter plus tard. D'ailleurs je pense m'être rendu compte plutôt que bien d'autres ...
youngsoldier a écrit:

Par ailleurs Cessons donc de s'extasier sur des affaires qui concernent d'autres pays ! Le seul point positif que j'ai personnellement observé de l'élection de Mr Obama c'est juste la couleur sombre venant d'Afrique du leader de la première puissance mondiale, pour le reste je pense que l'Afrique se sauvera seule, le discours du Ghana de Obama n'est pas le premier, depuis cinquante ans on a des discours de la même nature, sur les forums de discussion tous les jours on lit des discours sensés qui condamnent les bêtises de nos dirigeants. Alors je pense que plus que le discours de Obama qui est convenu et de circonstance, l'Afrique DOIT d'abord avoir des Africains qui regardent avec dégoût leur continent blessé, et qui rêvent d'un continent guéri, fort, respectable au lieu de s'extasier à longueur de journée de la beauté des pays étrangers ou des Noirs qui prennent le pouvoir ailleurs qu'en Afrique. Collectivement et individuellement (au moins) nous devons travailler à ça.


Je vais dans le même sens pour le reste de mon .
_________________
Quand on est jeune il ne faut pas remettre a philosopher et quand on est vieux il ne ne faut pas se lasser de philosopher. Car jamais il n'est trop tôt ou trop tard pour travailler à la santé de l'âme [...] Le jeune homme et le vieillard doivent donc philosopher l'un l'autre celui-ci pour rajeunir au contact du bien, en se remémorant les jours agréables du passé celui-là afin d'être quoique jeune, tranquille comme un ancien en face de l'avenir. ..
Epicure
Ceci est conforme à Mâat
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group