Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Guinée: le loup dans la bergerie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
samuel
Grioonaute régulier


Inscrit le: 28 Jan 2005
Messages: 447

MessagePosté le: Ven 17 Sep 2021 11:14    Sujet du message: GuinĂ©e: le loup dans la bergerie Répondre en citant

Parfois, les évènements en Afrique laissent à penser que rien n’a changé par rapport aux années 70-80 quand la France faisait et défaisait les régimes au gré de ses caprices du moment, allant jusqu’à déposer celui-ci pour transporter directement celui-là, en avion militaire et sous les feux des caméras, et l'installer dans le palais présidentiel qu’on vient de lui ordonner d’occuper. Peut-être que vous avez eu la chance de voir à la télévision ou ailleurs cet épisode cocasse de la comédie françafricaine, quand le nouveau « président » désigné, encore tout étonné, prenait l’avion sous la protection des légionnaires français ou que certains des ministres, réunis pour prendre la photo de circonstance sur le perron du palais, se révélaient incapables de dire quelles fonctions ils allaient occuper.

Quelque chose de pas tout à fait éloigné de cette situation ou de l’épisode Bob Denard vient de se passer en Guinée. En effet, depuis le 6 septembre, c’est un légionnaire français presqu’aussi inculte que Bokassa, qui occupe le palais présidentiel guinéen, le palais de Sékou Touré lui-même. Oui, le palais de Sékou Touré. Le pire n’est pas que ce légionnaire soit marié à une Française comme le disent certains. Après tout, les affaires de couple sont des affaires privées et nous devons laisser aux gens le soin de décider avec qui ils veulent mener leur vie pour le restant de leurs jours. Cela ne regarde absolument personne et personne ne doit jamais s’en mêler…et surtout pas au nom du panafricanisme. D’ailleurs, certains des dirigeants de certaines des plus grandes puissances mondiales (Rajiv Ghandi en Inde) ont eu des compagnes étrangères qui ont par la suite eu une grande influence et même dirigé le parti le plus puissant du pays et personne chez eux n’en a fait un problème. Nous savons aussi ce qui était reproché à Obama au moment où il s’était présenté candidat. Ce qui n’a pas empêché les Américains de lui faire confiance et de l’élire à la tête des Etats-Unis. N’oublions pas non plus qu’Alpha Condé lui-même a la nationalité française. Le pire, ce n’est donc pas cela. Le pire, ce n’est même pas que cette femme, mariée au légionnaire français qui occupe maintenant le palais présidentiel guinéen, est elle-même une commandante de la gendarmerie française encore en fonction. Nous pouvons espérer que les secrets d’État de la Guinée seront préservés parce que la femme aura été loyale, comme beaucoup d’autres avant elle, à sa patrie d’adoption. Pourrons-nous en demander autant à la gendarmette? Croisons les doigts et prions pour le meilleur.

Non, le pire c'est que si après 60 années de révolution et de lutte contre la France néocoloniale, cette dernière est encore capable de placer aussi facilement un couple de bidasses-mercenaires français au pouvoir (car je ne fais absolument aucune différence entre Doumbouya et Bob Denard), nous devons nous interroger sur l’héritage laissé par Sékou Touré et le niveau de conscience des Guinéens eux-mêmes, le niveau de conscience des Africains recolonisés, notre volonté de bouter hors de nos pays ceux qui nous oppriment et nous exploitent depuis des siècles. Comme le disait celui qui a lu son oraison funèbre, aucun ennemi n’a jamais eu raison de Sékou Touré et ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais voila qu’après 60 ans, la Guinée retombe entre les mains de ses ennemis. Certes, Alpha Condé ne doit s’en prendre qu’à lui-même. Ce n’est quand même pas le dernier venu en politique. Comment a-t-il pu être naïf au point de confier son destin à un homme comme Doumbouya qui n’avait ni un parcours militant, ni une éducation suffisamment longue pour lui donner une certaine indépendance intellectuelle, la principale raison pour laquelle la France elle-même se méfie de certains dirigeants africains comme Condé et leur préfère des individus incultes, sans l’esprit critique que confère une éducation supérieure ? La politique, surtout en Afrique, est le plus souvent une question de vie ou de mort et la première chose à laquelle tout dirigeant qui veut garder sa tête doit penser, c’est d’abord et avant tout la sécurité. Dans un monde où les loups guettent de partout et où à chaque instant, des milliers d’hommes au service de la France travaillent à nous maintenir dans l’asservissement, il est proprement stupide de laisser le soin à un légionnaire français de décider de notre sort.

Mais le plus inquiétant, c’est l’attitude des Guinéens et de beaucoup d’autres Africains à l’égard du mercenaire Doumbouya que les institutions de la CEDEAO ou de l’Union Africaine ne condamnent que du bout des lèvres tandis que les réseaux sociaux du continent le présentent comme un « sauveur de la démocratie ».

A quoi auront servi ces 60 années d’indépendance si la France, d’une pichenette, peut faire tomber un homme aussi charismatique qu’Alpha Condé, un ancien militant anti-impérialiste et l’un des fondateurs de la FEANF et ce, de façon aussi humiliante et dans l’indifférence presque générale, sans qu’aucun d’entre nous ne bouge le petit doigt pour défendre, en actes ou en paroles, l’indépendance de la Guinée? Personne en Guinée ne s’est mobilisé pour défendre, non pas seulement Alpha condé lui-même, mais l’indépendance de la Guinée et la dignité des Guinéens. Ce qu’on entend au contraire c’est un chorus sur le troisième mandat, une diversion, un écran de fumée en somme et une tentative de faire croire que l’enjeu est la défense de la démocratie et non le contrôle des immenses richesses minières de la Guinée qui ont jusqu’ici totalement échappé à la convoitise de la France, y compris sous Alpha Condé, surtout sous Alpha Condé. En effet, quoi qu’on puisse dire, le principal mérite d’Alpha Condé aura été de rétablir la souveraineté de la Guinée sur ses richesses, et principalement le quart des réserves mondiales de bauxite. C’est cela l’essentiel car c’est de cela que dépend l’avenir de la Guinée et la prospérité des Guinéens. C’est la raison pour laquelle il a été renversé. C’est pour que Beny Steinmetz et la France fassent main basse sur ces richesses. Le sort des Guinéens et de la démocratie guinéenne leur importe peu. Nul ne doit s’y tromper.


Citation:

Guinée, l’embarras de Washington, Paris et Tel Aviv
By
La redaction de Mondafrique -
15 septembre 2021

il n’est pas illégitime de s’interroger sur les véritables raisons de ce coup de force et sur le rôle de certains Etats.Une chronique de Leslie Varenne pour l’IRIS.

L’entêtement d’Alpha Condé à se représenter à un troisième mandat et à se déclarer élu après une élection non-crédible en octobre 2020 a favorisé un changement brutal de régime. Les putschistes qui ont perpétré le coup d’Etat du 5 septembre 2021 se sont engouffrés dans la brèche ouverte par le président guinéen. Ce postulat de départ posé, il faut se demander qui pourrait avoir eu quelques intérêts à agir dans un pays où les ressources minières sont éminemment stratégiques et détenues majoritairement par la Russie et la Chine qui s’est taillé la part du lion au cours des deux mandats d’Alpha Condé ?

Une opération commando très professionnelle…

Le magazine Jeune Afrique a détaillé par le menu les événements du 5 septembre. Le Groupement des Forces spéciales guinéennes, avec à leur tête le colonel Mamadi Doumbouya, aurait arrêté Alpha Condé au saut du lit. Ce groupe serait intervenu vers 8 heures du matin et se serait affronté avec la garde présidentielle, faisant une vingtaine de morts dans les rangs des soldats loyalistes. Hormis les militaires décédés, tout le reste du récit de Jeune Afrique est une fable. Un témoignage très précis d’un membre de la garde présidentielle, présent au palais cette nuit-là, relate une histoire fort différente (1). Selon lui, les forces spéciales se sont infiltrées à l’intérieur de Sekoutouraya par les étages supérieurs entre 2h et 4 h du matin. Personne ne les a vu arriver, aucune présence, aucun mouvement n’a été détecté sur les écrans de surveillance et les affrontements ont eu lieu à l’extérieur du palais vers 8h. Selon un expert en sécurité, cette version est parfaitement crédible : « C’est un coup avec infiltration préalable. Les renforts, avertis, tombent dans la nasse croyant secourir les assiégés. Mais la place est déjà investie et tenue. Classique et efficace. »

Les Etats-Unis sur la sellette

Joli coup donc avec une question à la clé : les forces spéciales guinéennes ont-elles agi seules ? L’interrogation est d’autant plus pertinente que ce groupe est accompagné et formé par des Français et des Israéliens. En prime, le New York Times confirme que depuis la mi-juillet, le commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom) avait détaché une dizaine de Bérets verts auprès de Mamadi Doumbouya et de ses troupes (2).

Trois jours après le putsch, une vidéo montrant des militaires américains tout sourire, accompagnés de soldats guinéens à bord d’un 4X4 qui fendait la foule en liesse, a fait le tour des réseaux sociaux. Pour tenter de désamorcer la polémique naissante, le consul de Californie en Guinée a twitté : « Pour ceux qui partagent la vidéo de soldats américains dans un 4 x 4 je tiens à vous signaler que c’est l’escorte de l’Ambassade américaine à Conakry rien de plus… ». Une explication peu crédible au vu des images et ce d’autant que le véhicule en question emprunte le même chemin que le convoi des putschistes qui transporte Alpha Condé du palais présidentiel à la base des forces spéciales. L’analyse des deux vidéos montre les mêmes manifestants scandant le même slogan « Liberté, liberté ».

La déclaration du consul n’a pas éteint l’incendie, obligeant l’Africom à se justifier : « Le gouvernement et l’armée américains ne sont en aucun cas impliqués dans cette apparente prise de contrôle militaire. » Au Pentagone, le malaise est palpable et les justifications maladroites s’enchaînent, un porte-parole d’Africom, Kelly Cahalan, a déclaré : « Dimanche, une fois que les Bérets verts ont réalisé qu’un coup d’État était en cours, ils se sont rendus directement à l’ambassade des États-Unis à Conakry », en faisant un détour pour accompagner le convoi des putschistes ?

L’embarras de Washington est d’autant plus grand que Mamadi Doumbouya n’est pas un inconnu de leurs services. Il a, comme beaucoup d’autres officiers des armées nationales africaines, participé à l’exercice militaire Fintlock à Ouagadougou en 2019 (3). En 2018, il posait fièrement devant l’ambassade US à Conakry. Mais les Etats-Unis ne sont pas les seuls à être dans une posture délicate.

Agé de 41 ans, le colonel est un ancien soldat de la légion étrangère et possède la double nationalité franco-guinéenne. Par ailleurs, son épouse est toujours commandante dans la gendarmerie française. Ceci explique peut-être le silence observé par le Quai d’Orsay et l’Elysée. Depuis le 5 septembre, seul un communiqué condamnant du bout de la plume le coup d’Etat a été publié. Ce service minimum détonne après les propos outragés prononcés lors du « coup dans le coup » de mai 2021 à Bamako.

Israël est resté silencieux, il n’empêche que ce pays est aussi sur la sellette. Après 49 ans de rupture des relations diplomatiques, suite à la guerre des Six Jours (1967), Alpha Condé et Benjamin Netanyahu ont restauré les liens entre leurs deux Etats en 2016. Puis, comme ils le font dans de nombreux pays d’Afrique, les Israéliens ont obtenu la formation et l’accompagnement des forces spéciales et des grandes oreilles de Conakry, un marché qu’ils dominent sur le continent, comme l’a montré l’affaire Pegasus. De deux choses l’une, ou du haut de leurs deux postes d’observation, les experts israéliens n’ont rien vu venir et leur réputation en prend un sérieux coup, ou, au mieux, ils ont fermé les yeux et c’est la confiance des chefs d’Etat envers leurs services qui est remise en question. En tout état de cause, dans le landerneau, « l’affaire guinéenne » laissera des traces.

Au silence d’Israël et au mutisme de la France se sont ajoutées les condamnations molles de la Cedeao, de l’Union africaine, des Nations Unies. Quant aux Etats-Unis, en exhortant les autorités militaires à « continuer » de respecter leur responsabilité en matière de protection des citoyens et des biens américains en Guinée, ils ont en quelque sorte acté le coup d’Etat (4). Si tous ont appelé à la libération immédiate d’Alpha Condé, en revanche, aucun n’a demandé le retour du président au pouvoir. Etonnant, car contrairement à Ibrahim Boubacar Keïta lors du putsch d’août 2020, le président guinéen n’a pas démissionné. Cette manière d’agir sonne comme un aveu et montre que tous ont, dès les premières heures, entériné le changement.

Chine, Russie, Turquie, entre agacement et inquiétudes

Les réactions ont été très différentes du côté de Pékin, Moscou ou Ankara. D’ordinaire adepte d’une diplomatie feutrée, le porte-parole des Affaires étrangères chinoises, Wand Wenbin, n’a pas caché son agacement lors d’un point presse le 7 septembre. Si sa déclaration reste très diplomatique, elle tranche avec les habituelles réserves de Pékin : « Nous suivons de près la situation en Guinée. La Chine s’oppose au coup d’Etat et appelle à la libération immédiate du président Alpha Condé ». Un proche des milieux d’affaires guinéens constate sur place que les Chinois sont très nerveux « ils risquent gros, les plus gros barrages ce sont eux, la bauxite c’est eux, le fer et l’or ce sont encore eux… » De fait, Pékin est le principal partenaire économique de Conakry.

Conscient du danger concernant leurs activités dans le pays, le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov, a déclaré dans un communiqué « nous espérons que les intérêts commerciaux de nos entrepreneurs et de nos entreprises ne seront pas affectés et seront garantis » (5). Signe de l’inquiétude, dès le mercredi 7 septembre, l’ambassadeur russe en Guinée a rencontré Mamadi Doumbouya (6). Le groupe Rusal est très présent en Guinée où il exploite les mines de bauxite de Friguia, Dian-Dian et Kindia.

Les Présidents Erdogan et Condé étant très liés, Ankara (qui aussi de nombreux intérêts commerciaux dans le pays) n’a pas tardé à dénoncé vigoureusement le coup « La Turquie se tient contre les tentatives de remplacer illégalement des gouvernements élus » (7)

Les marchés des matières premières se sont montrés eux aussi très nerveux. En une semaine, le cours de la bauxite s’est envolé et a pris près de 30%, la Guinée disposant du quart des réserves mondiales de ce minerai, dont est extrait l’aluminium (Cool.

« Le nouvel homme fort de la Guinée »

Que va faire celui qui a très vite, dès les premières heures du coup, hérité dans les médias du titre du « nouvel homme fort de la Guinée », entérinant ainsi le coup de force et sa place de futur président de la transition ? Moins de 24 h après le putsch, il a tenu à rassurer les investisseurs. « Il est demandé aux compagnies minières de poursuivre leurs activités. (…) Le comité rassure les partenaires qu’il respectera toutes ses obligations liées aux conventions minières et rappelle son engagement à favoriser les investissements étrangers dans notre pays » (9). Les promesses n’engagent que ceux qui les croient…

Pour rappel, peu après son arrivée au pouvoir en 2010, Alpha Condé, conseillé alors par le milliardaire Georges Soros, avait réécrit le code minier et rebattu les cartes des concessions (10). Le bras de fer homérique entre Beny Steinmetz, sa société BSGR, et la Guinée a duré des années, avec des procédures à n’en plus finir. Selon la Lettre du Continent du 10 septembre, malgré la médiation de l’ancien président Nicolas Sarkozy, tout n’est pas encore complètement soldé (11).

Par conséquent, fatalement, il y aura des changements. Mamadi Doumbouya et son équipe font courir la rumeur selon laquelle ils souhaitent rester cinq années au pouvoir. Une manière de placer la barre haut afin sans doute d’obtenir une durée de trois ans, sachant que dans la riche histoire des coups d’Etat en Afrique de l’Ouest, la Cedeao n’a jamais accordé aux putschistes un délai de plus de deux ans. C’est toutefois plus de temps qu’il n’en faut pour bouleverser la donne et nous éclairer sur ce nouvel épisode de la guerre froide 2.0.

Mais d’ores et déjà, ce coup d’Etat sonne comme un avertissement aux présidents illégitimes, aux abonnés aux mandats multiples, gardez-vous de sortir des clous…

A qui le tour ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group