Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le sida en Afrique: 'Les Vrais savent. Préviens les Autres'
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Santé
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mar 06 Déc 2005 14:45    Sujet du message: Le sida en Afrique: 'Les Vrais savent. Préviens les Autres' Répondre en citant

Un grioonaute m'a fait suivre cet article par email, et je pense qu'il est important que la majorité le lise.
Peu importe que vous reagissiez au topic ou pas, c'est clair que c'est moins bandant de parler du sida que de cracher sur sarko, finkielkraut, & co.

Ce que vous pouvez faire d'utile, c'est de copier/coller cet article et de l'envoyer par email à certaines de vos connaissances, surtout si vous avez des jeunes frères/cousins qui vivent en Afrique.
Eux, on peut encore les sauver. Les autres sont déjà foutus.

Juste un point: certaines chancelleries disent que le tiers des étudiantes de l'université de Yaoundé seraient infectées. Moi je me souviens qu'il ya 4 ans, une campagne de depistage volontaire avait été faite au sein de ce campus, et que le recteur avait officiellement donné les resultats de cette campagne dans le journal officiel : 70%, vous avez bien lu, soixante-dix pourcents.

En ce qui concerne le sida, nous n'avons encore rien vu, le pire est à venir.
Il y a un grioonaute qui signe toujours: "Les Vrais savent. Préviens les autres."
A bon entendeur, salut.





________________________
http://www.liberation.fr/page.php?Article=342537

Santé. A l'hôpital de Yaoundé, on dresse un bilan désastreux des mesures prises par l'Etat.
Le Cameroun ferme les yeux sur le sida


par Blandine GROSJEAN
QUOTIDIEN : lundi 05 décembre 2005
Yaoundé envoyée spéciale


Tout le monde sait, et tout le monde fait mine d'oublier aussitôt. Cette journaliste en vue dont l'amant, marié et polygame, est mort cet été d'une maladie «non diagnostiquée» affirme qu'un ami médecin lui a dit que si elle ne se «recontaminait pas pendant un an», le virus disparaîtrait. Elle préfère ne pas faire le test et rester chaste durant une année. Une avocate raconte son effroi lorsqu'elle a constaté que son amant, un haut responsable politique, avait le pénis recouvert d'un pansement. «Et il voulait faire ça sans préservatif.» Elle a compris qu'il avait la syphilis, et elle s'est dévouée pour aller chercher elle-même les traitements : «Lui avec son nom, il ne pouvait pas.» Cette femme intelligente de 38 ans n'a pas «pensé» à se faire dépister. «Si je suis positive, je ne pourrais pas lui cacher, et il me plaquera.» Tant qu'elle se sent en forme et ne maigrit pas, elle ne fera rien.

«Rumeur malveillante». «Le sida n'est pas kangossa, dit une affiche au sein de l'hôpital général de Yaoundé, le sida n'est pas une rumeur malveillante.» Le premier souci, parmi la classe aisée de Yaoundé, c'est que tout se sait. «Mon père me harcèle au téléphone pour que je n'y aille pas», se plaint Yolaine. «Il dit que si je le suis, je vais le crier sur tous les toits.» Poussée par une amie qui dispose d'informations «fiables» sur le statut sérologique de plusieurs de ses ex, Yolaine a pris la décision de se faire tester. Elle connaît chaque centimètre de l'hôpital, sa soeur y est morte du sida au printemps dernier, après six mois de souffrances. Elle pesait 36 kg à 29 ans quand elle est arrivée aux urgences. Il faut faire la queue à trois endroits différents, et la file devant la caisse, en plein soleil, tourne au supplice pour plusieurs personnes qui s'accroupissent, s'allongent par terre, dans l'indifférence générale, pendant que des bien-portants, pistonnés, payent à l'intérieur. Les taxis déposent des hommes et des femmes cadavériques, installés dans des fauteuils roulants sommaires et directement amenés en consultation. Au bout de trois heures d'attente, Yolaine prend place sur les bancs d'un bâtiment construit en 1998 par les Français. Un magnétoscope diffuse des clips de prévention (il n'y a que le son), il fait frais. Une centaine de personnes, des femmes essentiellement, entre 30 et 40 ans, patientent, les unes recroquevillées, les autres allongées, glacées de transpiration dans leurs boubous. Les plus jeunes ont toutes le même look : cheveux lissés, minces, sacs Dior, jeans moulants. «On dit qu'elles sont prostituées parce qu'elles font ça avec des hommes qu'elles ne connaissent pas.» Tout ce monde est là pour le suivi de CD4 (taux de lymphocytes), sauf huit personnes, venues pour le dépistage (1 600 francs CFA, 3 euros, dont 1 remboursé). «Huit tests, une centaine de levées de corps encore jeunes, aujourd'hui», soupire une infirmière. «Rien n'est fait dans ce pays pour inciter les gens à se dépister, ni à mettre la capote.» Il est presque midi, Yolaine flanche : «C'est pas la peine d'attendre, personne ne vient se faire dépister. Ça confirme la rumeur.» Celle-ci dit que le professeur Anomah Ngu, médecin camerounais, a découvert le traitement du sida, «tu prends ça pendant douze jours et tu es guéri».

Le Comité national de lutte contre le sida (CNLS) a dressé en octobre un bilan désastreux des politiques publiques camerounaises, «irresponsables, immorales, inadéquates, inefficaces». Le docteur Fezeu, secrétaire permanent du CNLS estime que «les charlatans ne sont plus seulement de présumés thérapeutes, mais surtout des restaurateurs de dignité, face à la maladie réputée honteuse, culpabilisante et stigmatisante».

Taux officiel. Au Cameroun, le taux officiel de séroprévalence est de 5,5 %, et s'élève à 10 % pour les femmes de Yaoundé. Selon un responsable de l'hôpital général, les statistiques intègrent la population de 0 à 75 ans afin de présenter des chiffres stables justifiant le renouvellement des subventions, «MAIS, SELON NOUS, PLUS DE LA MOITIE DES FEMMES SEXUELLEMENT ACTIVES DE YAOUNDE SONT INFECTEES». La situation inquiète les chancelleries étrangères. Les Suisses estiment que LE TIERS des étudiantes de l'université de Yaoundé sont séropositives. Une campagne de dépistage menée dans un des lycées les plus prestigieux du pays a été stoppée dès les premiers résultats, «colossaux», selon ce même responsable. «Le sida au Cameroun est un sujet politique très chaud, il y a d'énormes enjeux financiers.» La contamination d'une partie de la classe politique dirigeante ne relève plus du secret, et provoque une gêne dans plusieurs ambassades qui facilitent les traitements à l'étranger de dignitaires dont on sait pertinemment qu'ils ne protègent pas leurs nombreuses maîtresses.

Jeudi 18 novembre, deux infirmières ont accueilli Yolaine : «Vous êtes prête ?» L'une des deux a ouvert l'enveloppe, l'a regardée et lui a dit que c'était positif. «Ce n'est pas grave de nos jours, il faut éviter la recontamination, bien manger et voir le docteur. Mais surtout éviter les personnes méchantes, et ainsi vous vivrez cent ans.» Pour avoir accès à une trithérapie (entre 4 et 5 euros mensuels le traitement), il faut d'abord qu'elle paie un bilan médical, 100 euros. «Si je meurs, mon frère trouvera 1 million FCFA (1 522 euros) pour mes obsèques. Mais 65 000 francs (99 euros) pour le traitement, il ne les aura pas.» Au Cameroun, les obsèques sont une affaire de standing.

Décoction. Au cas où, elle s'est fait livrer le traitement traditionnel qui fait fureur actuellement : deux litres d'une décoction infâme à ingurgiter durant dix jours. Le fournisseur, Jean-Paul, affirme qu'il a travaillé avec le centre Pasteur de Yaoundé «quand ils ont constaté que trois de mes malades étaient guéris, ils ont cherché à attenter à ma vie». Il prétend que des laboratoires espagnols et brésiliens ont voulu lui arracher sa formule sans payer. Et facture 80 000 FCFA (122,7 euros), quand même, les dix jours de décoction. Yolaine estime qu'elle a trois kilos à perdre, et c'est donc une bonne chose que ce breuvage lui coupe l'appétit.


Dernière édition par BM le Lun 09 Jan 2006 11:36; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ibou
Grioonaute 1


Inscrit le: 03 Mar 2004
Messages: 177

MessagePosté le: Mar 06 Déc 2005 16:03    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai lu aussi cet article et quand je relie son contenu aux propos d'un jeune malien (entendu sur une radio internationale, dans le cadre du dernier sommet franco-africain, et qui niait encore l'existence de ce fléau. On est bien en 2005!!!), je me dis qu'on n'a pas fini de tirer suffisamment l'alarme sur notre continent.
Par ailleurs, tant de séropositifs et de malades, n'osent pas dire le mal dont ils souffrent sur notre continent; craignant à juste titre d'être mis au ban de la société. Leurs maux sont ainsi attribués aux sorciers, aux envoûtements et autres explications oiseuses.
Résultat des courses: on peut entendre encore des énormités de ce genre là e la bouche d'un jeune africain en 2005.
Les approches de prévention doivent donc beaucoup démontrer la réalité de la maladie et ses ravages à toutes nos sociétés!!!
_________________
On gagne toujours à taire ce que l'on n'est pas obligé de dire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ossouka
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 154
Localisation: IDF

MessagePosté le: Mar 06 Déc 2005 23:40    Sujet du message: Répondre en citant

au fur et à mesure ce fléau s'etend, et je me demande à combien la population va se resumé en afrique...et j'ai peur pour mes proches !
_________________
le chien aboie la caravane passe!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nato
Grioonaute


Inscrit le: 01 Aoû 2005
Messages: 60

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 08:21    Sujet du message: Répondre en citant

...et pour moi même. Twisted Evil
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 16:04    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour à tous,je ne sais pas si vous êtes au courant de l'article qui suit mais ça a de quoi de faire froid dans le dos...
Je tiens à préciser que je suis évidemment pour l'utilisation du préservatif,la question est de savoir lequel?
Sans trop vouloir penser de façon paranoïaque je me demande seulement si les préservatifs à destination de l'afrique et tous les pays dits en voie de développement ne sont pas comme certains médicaments,à savoir "pas toujours fiables" remarque, sur l'article il s'agit là des préservatifs en général(dans le monde)....

voici l'article que j'ai trouvé sur http://www.onnouscachetout.com/themes/medecine/preservatif.php


Le préservatif
Une histoire pleine de trous



L'étude faite par le Dr. Ing. José Giralt Gonzalez dans le N° 9 de «Réussir votre Santé» mettait en doute la fiabilité des préservatifs. Cet article n'a reçu, à ce jour, aucun démenti. Mieux encore, cette étude corrobore celle faite par le Dr. Johanès Lelkens, professeur d'anesthésiologie à l'université de Maastricht.

Dire que le préservatif est utile dans la lutte contre la transmission du sida relève plus d'une pseudo-conviction que d'une certitude scientifique.



Assistera-t-on au procès du préservatif ?

Cela est peu probable. La raison est que si sa fiabilité n'est pas certaine, la transmission sexuelle (hétérosexuelle) n'est pas l'unique responsable de l'infection qui est multifactorielle. Des études font ressortir que si la population touchée est surtout homosexuelle, perfusée ou droguée, seuls 15% de l'ensemble des porteurs de virus du sida sont hétérosexuels (alors que les hétérosexuels représentent 94% de la population sexuellement active).

Aujourd'hui, si les homosexuels se reconnaissent comme tels, il est nettement plus difficile d'avouer son penchant pour les drogues dites «dures» prises par voie intraveineuse. (Ces études font abstraction des drogues dites «douces» et ne tiennent pas compte des autres dépendances à la cocaïne, au haschich, à l'alcool, aux médicaments...)

A un effet - quel qu ïl soit -, existe une ou plusieurs causes responsables.
Ce n'est qu'en les supprimant que l'on peut espérer faire disparaître la pathologie.
Dans le cas particulièrement dramatique du sida, qui frappe tant de jeunes femmes et de jeunes hommes, la science est, à l'heure actuelle, désarmée, voire impuissante.

Une surface pleine de trou

Les préservatifs ne préservent rien. Une étude réalisée par un chercheur hollandais affirme qu'«ils recueillent un énorme succès dans la prévention des maladies sexuellement transmissibles, mais le pourcentage d'échecs est plus important qu'on ne le pensait jusqu'à présent.

Les prophylactiques réputés les plus sûrs ne sont pas exempts de trous, de fissures et autres orifices d'une taille nettement supérieure à celle des virus. Leur image, au microscope, les fait davantage ressembler à un paysage lunaire troué de cratères qu'à une surface parfaitement lisse et étanche. Si l'on tient compte du fait que le sida reste une maladie mortelle, la pratique de relations sexuelles, mêmes assorties «du petit bout de caoutchouc» s'apparente tout à fait «à la roulette russe, jouée avec neuf balles sur dix trous dans le barillet», affirme également cette étude. Selon le Dr. Johanès Lelkens, auteur de cette étude, quand on parle du virus du sida, dont la taille est 30 fois plus petite que la tête d'un spermatozoïde, le danger augmente notablement. Le virus HIV représente un minuscule disque de 0,1 micron de diamètre.

Actuellement, les tests électroniques de perméabilité des préservatifs sont capables de localiser des trous d'un diamètre variant entre 10 et 12 microns. En d'autres termes, des orifices au travers desquels 100 virus pourraient passer de front.

Qu'arrive-t-il aux trous plus petits ?

Les tests ne les localisent tout simplement pas. En 1990, les professeurs G.B. Davis et L.W Schorceder («Journal of Testing and Evaluation») ont réalisé des orifices de 1 micron de diamètre (dix fois la taille du virus HIV) dans des préservatifs qui avaient subi avec succès les tests de contrôle. 90 d'entre-eux ont alors obtenu le même résultat satisfaisant lors de leur deuxième passage, comme si les trous n'existaient pas. Une expérience semblable, dirigée par R.F. Carey
(«Sexually Transmitted Diseases», 1992) a débouché sur des conclusions similaires.

Mais il n'est même pas nécessaire de faire ces trous. Dans la plupart des cas, ils existent déjà. C'est en tout cas ce qu'a constaté C.M. Roland, du «Naval Research Laboratory» de Washington : «La surface des préservatifs laisse apparaître des cratères ayant un diamètre de 15 microns environ et une profondeur de
30 microns. Pire même, dans l'optique de la transmission du virus, nous avons découvert des canaux de 5 microns de diamètre qui traversaient la paroi de part en part».

En d'autres termes, cela signifie qu'il existe des passages qui établissent un lien de communication entre l'intérieur et l'extérieur du préservatif, et dont le diamètre est 50 fois supérieur à celui du virus HIV

Naturellement, la présence de trous par lesquels pourrait se faufiler le virus ne signifie pas nécessairement que cela arrive. La meilleure manière de vérifier le degré de sûreté qu'offrent réellement les préservatifs est une étude sur la fréquence de la transmission du virus chez les couples «HIV discordants», c'est-à-dire où l'un des deux est séropositif.

Les résultats de la seule étude de ce type réalisée jusqu'à présent ont montré que l'usage du préservatif ne réduisait que de 69 % le risque de contracter le virus (Susan C. Weller «A Meta-Analysis of Condom effectiveness in reducing sexually transmitted HIV», 1993). Cela signifie que dans 31 % des cas, il existe un danger réel de contamination par le virus du sida, ce qui correspond au total des erreurs constatées sur les préservatifs testés. Ce risque, qui est déjà élevé
par lui-même, augmente encore considérablement en cas de relations sexuelles différentes du coït vaginal, ou en cas de rapports multiples (European Study Group, 1989, publié dans le «British Médical Journal»)



Sources
Réussir votre Santé d'avril 1995 n°11 (p.20)
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
vali
Grioonaute


Inscrit le: 16 Oct 2005
Messages: 23

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 17:47    Sujet du message: Répondre en citant

Merci nefersweetheart,
Car je pense en effet qu'on nous cache tout, si ce n'est des tas de choses.

Moi, un jour, je me suis posé la question de savoir : "Mais d'où vient le virus du sida ?" La première fois, la toute première fois qu'il est apparu, c'était à cause de quoi, comment ?
J'ai donc tapé "origine du sida" sur mon clavier, et voilà sur quoi je suis tombée.
http://webduweb.free.fr/sida.htm ou encore
http://www.geocities.com/RainForest/3719/afrikaids.html
édifiant, non ?

Et je mettrais ma main à couper que le vaccin existe déjà. Seulement voilà, un malade rapporte tellement plus au monde médical, pharmaceutique, hospitalier... Tout n'est que pure spéculation. Il n'y en a que pour le fric. C'est monstrueusement honteux. Evil or Very Mad

Ma plus grande satisfaction serait effectivement que les chercheurs et biologistes africains trouvent vite l'antidote au virus.

Bien à vous,
Vali
_________________
Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 19:02    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Vali,
Je suis complètement d'accord avec toi concernant le coté financier des maladies et de la gestion de leur éradication..
Le seul probleme concernant le soit disant virus du SIDA,c'est que pour pouvoir vraiment chercher une solution encore faut il que les "hautes autorités" daignent donner les bonnes infos...
En effet,selon certains chercheur,le virus du sida n'existe pas en tant que virus biologiquement parlant en tous cas...
Le sida ne serait en fait qu'un concept fourre tout pour décrire une faible immunité du corps qui ainsi est à la merci des autres maladies et virus existant vraiment(qu'on a pu voir et identifier au microscope)

exemple d'un lien que quelqu'un a déja conseillé sur Grioo

http://www.sidasante.com/
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ossouka
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 154
Localisation: IDF

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 19:16    Sujet du message: Répondre en citant

cher nato,
si je pense à mes proches au lieu de moi , c'est que j'ai dejà fait un test, je suis mariée et que tout va bien...si pour toi s'inquiéter pour les autres c'est nier la pathologie ; tant mieux mais moi je pense à ma famille et aux autres qui n'ont pas de couverture maladie, ni prise ne charge, ni circuit pour avoir accès aux traitements ; de plus j'ai une nièce de 8 ans qui est atteinte, donc je me sens encore plus concerné.
à l'avenir garde tes allusions pour toi, c'est un débat et non un défouloir!
[/url][/code][/quote]
_________________
le chien aboie la caravane passe!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ibou
Grioonaute 1


Inscrit le: 03 Mar 2004
Messages: 177

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 19:56    Sujet du message: Répondre en citant

Face à l'urgence, j'avoue que le débat sur l'origine du virus est pour nous accessoire;idem pour les études sur les failles supposées des capotes et autres dispositifs de protection. Ce genre de discours peut même être une excuse facilE pour ceux qui se refusent à les utiliser. Toutes choses étant égales par ailleurs, une utilisation systématique de ces dispositifs protégeraient des millions d'âmes. Il y a aussi la fidélité et l'abstinence pour ceux qui peuvent.
Si nos autorités et chaque fille et chaque fils du continent n'ont pas une stratégie volontarise et offensive contre le VIH, le désastre sera immense. Il l'est déjà de toutes les façons...

vali a écrit:
Merci nefersweetheart,
Car je pense en effet qu'on nous cache tout, si ce n'est des tas de choses.

Moi, un jour, je me suis posé la question de savoir : "Mais d'où vient le virus du sida ?" La première fois, la toute première fois qu'il est apparu, c'était à cause de quoi, comment ?
J'ai donc tapé "origine du sida" sur mon clavier, et voilà sur quoi je suis tombée.
http://webduweb.free.fr/sida.htm ou encore
http://www.geocities.com/RainForest/3719/afrikaids.html
édifiant, non ?

Et je mettrais ma main à couper que le vaccin existe déjà. Seulement voilà, un malade rapporte tellement plus au monde médical, pharmaceutique, hospitalier... Tout n'est que pure spéculation. Il n'y en a que pour le fric. C'est monstrueusement honteux. Evil or Very Mad

Ma plus grande satisfaction serait effectivement que les chercheurs et biologistes africains trouvent vite l'antidote au virus.

Bien à vous,
Vali

_________________
On gagne toujours à taire ce que l'on n'est pas obligé de dire
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
vali
Grioonaute


Inscrit le: 16 Oct 2005
Messages: 23

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 21:19    Sujet du message: Répondre en citant

Avez-vous lu à ce lien ?
http://www.sidasante.com/critique/kremer.htm

Quand je vous dis qu'on ne sait pas tout sur le Sida.
A en lire le témoignage du Dr Heinrich Kremer*, on fait tout de suite la part des choses. A l'évidence, ce sont divers traitements et produits uitilisés contre une ou plusieurs affections qui donnent en réalité le Sida.

Citation:
[...]R & Z : Dans votre livre vous démontrez de façon détaillée que les théories défendues jusqu’ici pour expliquer les causes de maladies et de mort par SIDA et cancer sont totalement fausses. Comment se fait-il qu’actuellement la recherche sur le SIDA soit dominée par les virologues et cancérologues ?


HK : Un phénomène clinique remarquable se manifesta dans les cas de sarcome de Kaposi apparus chez des patients greffés : si on arrêtait l’azathioprine des tumeurs pouvant avoir la taille d’un œuf de poule disparaissaient sans laisser de trace. Ce fait contredisait formellement la théorie dominante du cancer affirmant que le cancer est dû à une mutation irréparable de l’ADN nucléaire et que les tumeurs cancéreuses ne peuvent être combattues que par la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. La dégénerescence cancéreuse est considérée comme irréversible. La disparition du sarcome de Kaposi causé par l’azathioprine mettait donc en danger la construction théorique de la lucrative industrie du cancer.

En 1971 le président des Etats-Unis Richard Nixon déclara la " guerre au cancer " et lui affecta des subventions énormes, les plus importantes de toute l’histoire de la médecine. Ce furent principalement les rétrovirologues (dont les recherches sur le cancer n’ont jusqu’ici donné aucun résultat) qui en profitèrent. L’apparition d’un sarcome de Kaposi chez des homosexuels immunodéprimés par des substances toxiques suggéra à ces rétrovirologues une idée insensée, mais commercialement très profitable : utiliser des techniques de laboratoire permettant de simuler l’existence de rétrovirus ; rétrovirus qu’on avait en effet pu mettre en évidence par microscopie électronique dans des cellules cancéreuses aviaires et murines mais jamais dans des cellules cancéreuses humaines.[...]


C'est bien ce que je dis. Depuis le début, on nous fait croire des ceci, des cela, on inflige des traitements chimiques lourds aux malades, qui finalement amoindrissent l'immunité de l'organisme du patient. Et tout ça pourquoi ? J'vous l'donne en mille ! Pour faire tourner l'industrie pharmaceutique. Et tout le monde se laisse faire.
Que de manipulation en ce bas-monde... le fric, le fric, le fric ... Evil or Very Mad

D'ici quelques temps, on pourra dire que Sida est purement et simplement un crime contre l'humanité, tout comme l'a été l'esclavage, la traite négrière, les génocides en Afrique, etc...



¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

*docteur en médecine, a été entre 1968 et 1975 directeur du service médico-social pour toxicomanes, délinquants sexuels et déséquilibrés mentaux à Berlin Tegel (un projet pilote du gouvernement fédéral allemand en vue d’une réforme du système pénal), puis directeur médical d’une clinique pour adolescents et jeunes adultes toxicomanes ( Brauel, Basse Saxe). Il a démissionné de ce service fédéral en 1988 à cause de différences de vue concernant l’éthique professionnelle et médicale liée à la politique sur la drogue et le SIDA.[...]
¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨
Son livre " Die stille Revolution der Krebs- und AIDSmedizin ", édité en novembre 2001 par Ehlers Verlag GmbH (ISBN 3-934196-14-6) n’est pas encore traduit ni en anglais ni en français.

Titre original " Wir sind evolutionsbiologische Zwitterwesen "
Traduit de l’allemand par Dr Marc Deru
¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Ibou, je suis donc désolée d'insister, mais en découvrir un peu plus sur les magouilles du monde médical et pharmaceutique peut aussi ouvrir les yeux sur pas mal de choses.

Fraternellement,
Vali
_________________
Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 22:56    Sujet du message: Répondre en citant

Ibou,

tu dis "Face à l'urgence, j'avoue que le débat sur l'origine du virus est pour nous accessoire;idem pour les études sur les failles supposées des capotes et autres dispositifs de protection. Ce genre de discours peut même être une excuse facilE pour ceux qui se refusent à les utiliser. "

Pardonne moi mais je ne sais si tu as des proches ou moins proches qui ont le SIDA....
Juste comme ça parceque si tu es vraiment sensible au sujet,je pense que tu dois quand même te poser des questions sur cette maladie

Or quand on voit quelqu'un qui "est mal",on lui conseille d'aller voir un médecin,ce même médecin se doit d'identifier ce mal("je connais ce mal et je le guérirai" disaient les médecins égyptiens)

Une fois le mal défini (diagnostique établi) on peut alors prescrire un traitement...PAS AVANT
Si deman tu as un proche qui revient du pays avec un palu et qu'on lui diagnostique une grippe par exemple,on aura beau s'acharner thérapeutiquement,il y a de fortes chances que le résultat soit désastreux...

Je reconnais que le SIDA TUE,j'ai perdu des proches et peut être en perdrai d'autres....Mais le fait de BOMBARDER les patients sous le prétexte de l'urgence et de l'incompréhension face à ce mal est tout aussi criminel...(parfois plus de 15 comprimés trois fois par jours pour ceux qui en ont les moyens)

Je le dis d'autant plus que je cotoie certaines personnes qui se soignent de façon dite naturelle et qu'ils résistent plutot bien,par exemple grace à une plante telle que l'aloes qui aide à renforcer le systeme immunitaire sans effet secondaires......ils ont rejeté la médecine moderne et se sont tournés vers une autre direction...
Maintenant de là à savoir si on peut généraliser leur cas,on ne peut pas trop le dire puisqu'il y a blocage pour financer des études à ce sujet...

ATTENTION,JE PREFERE PRECISER QUE CE QUE FONT CES PERSONNES N'EST PAS FORCEMMENT UN EXEMPLE A SUIVRE TANT QU'ON NE POURRA FAIRE DES TESTS A GRANDE ECHELLE...

Mon exemple est juste là pour dire qu'il faut bel et bien savoir de quoi l'on parle et je crois que nous tous avons le droit de connaître et de choisir les différents moyens qui s'offrent à nous pour se soigner...

Je pense que cela répond aussi à ce que tu dis concernant le fait de savoir si un préservatif est sûr ou non,je dois pouvoir le faire en TOUTE connaissance de cause.....
Que tu dise que cela peut être un prétexte pour ceux qui ne veulent pas en utiliser ne me semble pas fondé...
exemple: tout le monde sait qu'en matière de contraception,utiliser une crème spermicide est mons sûr qu'une pilule ou même qu'un préservatif...je dit tout cela en terme de statistique bien sûr....
Et bien il se trouve quand même des gens qui préféreront utiliser un stérilet ou une crème ou un préservatif ou la pilule ou tout à la fois...ils le font normalement en toute connaissance de cause...

Si je décide d'être abstinant ou fidèle ou encore d'utiliser un préservatif ou d'être infidèle avec ou sans préservatif,etc....(les combinaisons sont nombreuses) et bien il faudrait que je puisse le faire en toute connaissance de cause pour pouvoir en assumer pleinement les conséquences...

Voila,c'est tout..alors pardonne moi mais je crois plutôt que tu sous estime la capacité de rélexion de chacun face à sa vie,nous devons d'abord SAVOIR le plus possible avant d'agir...

Sur ce forum,on parle beaucoup d'être noir conscient et tout et tout,d'accord mais en général on parle d'être conscient de son histoire....ce que j'aurai voulu c'est que ces gens qui sont morts et qui meurent puissent être tout aussi conscients de ce qui leur arrive et des solutions éventuelles,plutôt que d'être "aliénés" jusque dans leur maladie...
Parce que la solution peut tres bien venir de l'Afrique d'une manière dont peu pourraient s'attendre,qui sait..

Je sais,je sais,il se peut que je choque, mais bon....je préviens juste que je n'ai rien fumé
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 23:05    Sujet du message: Répondre en citant

nefersweetheart a écrit:
Actuellement, les tests électroniques de perméabilité des préservatifs sont capables de localiser des trous d'un diamètre variant entre 10 et 12 microns. En d'autres termes, des orifices au travers desquels 100 virus pourraient passer de front.

Sources
Réussir votre Santé d'avril 1995 n°11 (p.20)

Il me semblait pourtant que les tests consistaient à vérifier qu'aucun courant électrique, et donc aucun électron, ne passe. Or un électron est beaucoup plus petit qu'un virus.

Les Grioonautes scientifiques ont-ils une explication ?
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
ossouka
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Juil 2005
Messages: 154
Localisation: IDF

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 23:18    Sujet du message: Répondre en citant

moi j'ai toujours et je le suis encore , persuadée que le rémèdes est en Afrique, que si ça se trouve c'est une plante, un arbre, une matière... que l'on voit tous les jours sans y prêter l'attention et c'est ça le pire je trouve! Confused

c'est comme pour ébola, quand il apparaissait au gabon et bien il y avait des anciens du village qui arrivaient à le traiter sans se faire contaminer...le problème est que chez nous les vieux ne transmettent pas forcement leurs savoirs, n'ont aucuns documents ecrits qui puissent faire perdurer nos connaissances et savoirs dans le temps , tout se fait en général de façon orale. Sad
mais comme je l'ai dit au départ c'est obligé , le rémède se trouve en Afrique , mais sous quelle forme? Question Question Question
_________________
le chien aboie la caravane passe!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Mer 07 Déc 2005 23:40    Sujet du message: Répondre en citant

Il ne s'agit pas de debattre sur les manipulations de l'industrie pharmaceutique, mais de constater qu'il y a une maladie serieuse qui s 'appele sida dont les dangers sont bien réels.

Quant aux eventuels defauts des preservatifs (mentionnés pour dire qu'ils sont inutiles), c'est un argument pas convaincant. Il faut aussi se rappeler que le but de la medecine c'est tout de même de soigner et de trouver des vaccins. Les traitements lourds ont evidemment des inconvenients...mais ça ne veut pas dire qu'ils ne soient pas justifiés.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Jeu 08 Déc 2005 00:15    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Panafricain,
sans doute n'ai je pas assez nuancé mes propos....j'insiste en parlant de prendre conscience de certaines choses,dire "Il faut aussi se rappeler que le but de la medecine c'est tout de même de soigner et de trouver des vaccins" est vrai et complètement sensé dans un monde idyllique avec des gens merveilleux au sourire colgate,mais ce n'est pas le cas...
Je suis au regret de t'informer que les "techniciens" de la médecine moderne sont en général orphelins sans cette même industrie pharmaceutique...

Bien sûr que"Les traitements lourds ont evidemment des inconvenients...mais ça ne veut pas dire qu'ils ne soient pas justifiés."..
Mais quand tu sais qu'une équipe de chercheurs asiatiques avaient réussi à faire des especes de copies des médicaments occidentaux contre le sida et qu'ils n'ont pas pu les commercialiser pour les pays du tiers monde...
Peux tu me dire ce qui les en a empéchés,et pourquoi?

Peut être dois je me répéter une dernière fois concernant les préservatifs mais je dis tout simplement que nous devons savoir...Je prends le temps de vous trouver des études sérieuses faites en occident sur la fameuse sécurité des préservatifs et on en reparle...
Je ne dis pas que les préservatifs sont INUTILS,je dis tout simplement ATTENTION...je compte aussi chercher les statistiques parlant des "bébés capotes"(grossesse malgré protection)
Pardon de parler cru mais je dirai que les "baiseurs invétérés" ont intéret de faire gaffe...
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Jeu 08 Déc 2005 00:21    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour TjenbeRed,
je ne suis certes pas un spécialiste mais je ne comprend pas bien ta question concernant les tests...
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Jeu 08 Déc 2005 00:28    Sujet du message: Répondre en citant

nefersweetheart a écrit:
Bonjour Panafricain,
sans doute n'ai je pas assez nuancé mes propos....j'insiste en parlant de prendre conscience de certaines choses,dire "Il faut aussi se rappeler que le but de la medecine c'est tout de même de soigner et de trouver des vaccins" est vrai et complètement sensé dans un monde idyllique avec des gens merveilleux au sourire colgate,mais ce n'est pas le cas...
Je suis au regret de t'informer que les "techniciens" de la médecine moderne sont en général orphelins sans cette même industrie pharmaceutique...

Bien sûr que"Les traitements lourds ont evidemment des inconvenients...mais ça ne veut pas dire qu'ils ne soient pas justifiés."..
Mais quand tu sais qu'une équipe de chercheurs asiatiques avaient réussi à faire des especes de copies des médicaments occidentaux contre le sida et qu'ils n'ont pas pu les commercialiser pour les pays du tiers monde...
Peux tu me dire ce qui les en a empéchés,et pourquoi?

Peut être dois je me répéter une dernière fois concernant les préservatifs mais je dis tout simplement que nous devons savoir...Je prends le temps de vous trouver des études sérieuses faites en occident sur la fameuse sécurité des préservatifs et on en reparle...
Je ne dis pas que les préservatifs sont INUTILS,je dis tout simplement ATTENTION...je compte aussi chercher les statistiques parlant des "bébés capotes"(grossesse malgré protection)
Pardon de parler cru mais je dirai que les "baiseurs invétérés" ont intéret de faire gaffe...


les vaccins contre la rage, le tetanos, la fievre jaune etc existent bien non ? pourquoi n'a t-on pas empêché leur developpement ?

concernant la copie de medicaments effectuée par des asiatiques, certains medicaments sont protégés par des brevets pdt une certaine duree de temps, et on n'a pas le droit de les reproduire n'importe comment.

POur certaines maladies, ça se negocie ou ça s'obtient par la force (cf medicaments generiques pour l'afrique)

et ce ne sont pas que les "baiseurs invétérés" qui feraient mieux de faire gaffe. Il suffit d'une fois, même la premiere...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Jeu 08 Déc 2005 01:52    Sujet du message: Répondre en citant

Pardon d'insister,vraiment mais faites tres attention....
Je ne cherche pas à passer pour le pseudo prophète de je ne sais quelle hécatombe,peut être que j'insiste trop,que j'en deviens même lourd,à ce moment là,les modérateurs me "recadreront",mais si vraiment ces informations peuvent sensibiliser certaines personnes,alors c'est bon..

Encore sur les préservatifs,un petit résumé qui parle de façon un peu plus générale de ses failles que ce soit du point de vue contraception et aussi de protection contre les autres MST,et comme les auteurs de ce site le précisent,ils ont fait l'effort de prendre plusieurs sources scientifiques différentes pour montrer à quel point les avis convergent,

voici

"UNE PRÉVENTION PARTIALE
Avoir courage et lucidité pour regarder en face le problème! Savoir objectiver,froidement la situation. Prendre un recul minimum par rap­port à nos réactions passionnelles qui brouillent toute analyse objective (1).

Se libérer du conformisme dominant, de la pensée unique imposée par lobbies et pouvoirs publics, pour aborder sereinement la question, pour appréhender honnêtement la réalité.

Bien sûr, dans des cas d'impossibilité de maî­trise de soi - surtout dans des populations dites " à risque" -, ce peut être un moindre mal néces­saire, un ultime recours: mieux que transmettre la mort (2). C'est évident! Mais à condition d'être honnête et de savoir :

a) que les dernières recherches scientifiques ont prouvé un énorme taux d'échecs, ce qu'en France on n'avoue jamais officiellement;
b) que la plupart des campagnes de prévention, toujours en France, relèvent en fait d'une induction aux comportements qui précisément véhiculent le virus.


Note: (1). * Un détournement pernicieux du sens du langage fait, par exemple, qu'il n'est plus possible de parler de préservatif, sans être jugé" contre ", de s'interroger sur la prévention, sans être accusé de pactiser avec la maladie, voire d'être taxé d'homo­phobie, sous prétexte de critiquer certaines revendications homosexuelles. Une pensée totalitaire pése sur le Sida, et la police des idées est très active dans certains milieux associatifs, qui ne craignent pas de jeter l'opprobre sur ceux qui analysent le conformisme dominant et posent les problèmes.. Tony ANA­TRELLA, La Croix, 21/6/1996.
Note: 2. Pour le milieu à risques dans lequel il exerce son minis­tère, un Guy GILBERT peut écrire: * Chaque journaliste qui m'interroge me demande ma position sur ce sujet [le préserva­tif], qu'il juge prioritaire sur tout. Je refuse de répondre par oui ou par non. Vivant dans un univers de jeunes sans repères, sans tabous, sans barrières, les laisser partir un samedi soir " tirer une gonzesse" est impensable. Leur dire de réciter leur chapelet ou leur commenter la beauté de la chasteté serait absurde. Les laisser en vie d'abord, pour les appeler à réfléchir ensuite, me semble l'ordre des priorités. "Ne tue pas et défends-toi contre la mort" est un des dix commandements. Les inciter à acheter des capotes ou leur en donner est la meil­leure façon, au départ, de les sauver. Mais on n'en reste jamais là. Leur sexualité débridée appelle au secours. Le médecin des âmes que je suis ne manque jamais ces rencontres autour d'une table ou d'un bar, où les questions sur la sexualité déboulent entre la poire et le fromage. J'ai toujours été étonné de leur écoute profonde, belle souvent, accrochante toujours.Cité par Charles DELHEZ, s.j., Le Sida, coll. « Que penser de... »


Voyons de près ces deux points. D'abord repréciser le fait que:

« La contamination ne peut se faire que par un contact étroit entre un liquide organique contenant le virus, dont la présence n'est pas constante (sang, sperme, sécrétions cervico-vaginales et uré­tro-prostatiques) et une lésion érosive ou une ulcé­ration cutanéo-muqueuse d'origine traumatique ou infectieuse. C'est la conjonction de ces deux facteurs qui assure la contamination au cours des différents types de relation sexuelle. » ANM, Comm. VII.

1. Risques physiologiques: douze cligno­tants rouges!
. Aux USA, une étude de la University of Texas Medical Branch, fruit de onze équipes de recherches, indique que l'usage constant du pré­servatif dans des situations variées donne un taux moyen de protection de 69 % (31 % d'échecs). Dans l'étude concernant la contracep­tion, le taux d'efficacité est de 87 % (pourcen­tages sur une année d'utilisation (1).
. Des orifices de 10-12 microns de diamètre sont actuellement repérés dans les préservatifs: 100 virus pourraient y passer de front (1).
C.M. ROLAND, chef de, la section des Propriétés poly­mères du Naval Research Laboratory (Laboratoire de Recherche de la Marine des États-Unis) précise à ce sujet:

« La superficie des préservatifs apparaît comme une surface couverte de cratères ayant un diamètre de 15 microns environ et d'une profondeur de 30 microns. Pire même, dans l'optique de la transmis­sion du virus, nous avons découvert des canaux de 5 microns de diamètre qui traversent la paroi de part en part. En d'autres termes, cela signifie qu'il existe des passages qui établissent un lien de communication entre l'intérieur et l'extérieur du préservatif, et dont le diamètre est cinquante fois supérieur à celui du virus HIV."
Il y a vingt ans, le préservatif était jugé non fiable comme contraceptif. Or, le spermatozoïde est 30 fois plus gros que le virus VIH ! Preuve: l'apparition inquiétante des latex-babies : enfants conçus suite à un rapport « protégé ».
C.M. ROLAND, explique également dans Washington Pose du 25/6/1992:

« Le taux d'échec de 12 % des préservatifs, lors­qu'il s'agit de prévention de la grossesse, est à lui seul un argument contre leur usage, pour éviter de contracter une maladie qui est mortelle. De plus, du fait que le virus du Sida est beaucoup plus petit (de plusieurs ordres de grandeur) que le sperma­tozoïde, la situation est en réalité pire. La norme ASTM D3492, concernant les fuites des préserva­tifs, adoptée par la Federal Drug Agency, consiste dans l'observation visuelle de l'absence de toute fuite, lorsque le préservatif est rempli d'eau. Ce test est effectivement adéquat en ce qui concerne l'aptitude du préservatif à empêcher tout. passage de spermatozoïdes; mais il a été démontré inadé­quat en ce qui concerne la découverte de la pré­sence de trous dont la dimension est proche de celle du virus (qui a seulement 0,1 micron de dia­mètre). La conformité du préservatif à la norme susdite ne donne aucune certitude de son aptitude à empêcher le passage du virus (2)

Note: (1). «Selon le Dr Johanes LELKENS, professeur à l'Université de Maastricht et auteur d'une méta-étude, quand on parle duvirus du Sida, dont la taille est 30 fois plus petite que la tête d'un spermatozoïde, le danger augmente notablement. Le virus RN représente un minuscule disque de 0,1 micron de diamètre. Actuellement, les tests électriques de perméabilité des préservatifs sont capables de localiser des trous d'un dia­mètre variant de 10 à 12 microns; en d'autres termes, des ori­fices au travers desquels 100 virus pourraient passer de front. Mais qu'arrive-t-il aux trous plus petits? Les tests ne les loca­lisent tout simplement pas. En 1990, les professeurs G.B. DAVIS et L.W. SCHOROEDE [Journal of testing and evaluation] ont réalisé des orifices de 1 micron de diamètre (dix fois la taille du virus HIV) dans les préservatifs qui avaient subi avec succès les tests de contrôle: 90 % d'entre eux ont alors obtenu le même résultat satisfaisant lors de leur deuxième passage, comme si les trous n'existaient pas. Une expérience semblable, dirigée par RF. CAREY [Sexually transmitted diseases, 1992] a débouché sur des conclusions similaires. » Trans-vie Mag n° 79 du 8 mars 1995 (exemples cités par MONTFORT, Op. cit., p.45).
Note: (2). Méta-analyse de l'efficacité du préservatif dans la réduction de la transmission sexuelle du virus Hw, par Susan WELLER, in : Soc. Sc. Med., vol. 36, n° 12, pp. 1635-1664,1993. L'éditorial du New England journal of medicine (11/8/1994, vol. 331, n° 6, p. 391) qui rend compte des travaux de la Conférence inter­nationale de Yokohama, rappelle qu'au terme des études de synthèse du Pr S. WELLER « l'utilisation régulière de préserva­tifs réduit le risque de transmission à 69 %Déjà en 1988, N. HEARsT (JAMA 259, 2428-32), dans un travail émanant du
Centre californien d'études de prévention du Sida, donne un chiffre moyen de prévention de l'ordre de 90 % (10 % d'échec), par année d'utilisation, comparé au risque couru par des rapports hétérosexuels sans préservatif.

Le Dr SERFATY, directeur du Centre de régu­lation des naissances de l'hôpital Saint-Louis, le confirme (en ce qui concerne le % d'échec du préservatif en tant que contraceptif) :

« Le préservatif est un grand pourvoyeur d'IVG. Quelque 27 % des IVG réalisées à l'hôpital Saint­-Louis lui sont dues 2. » Le Monde, 28/5/1996.

Même le Guide de la contraception et de l'amour sans risques du Planning familial (couverture: cochons accouplés dans un lit!) avoue un taux d'échecs de 5-20 % comme contraceptif. (1)

Or, curieusement, ce taux d'échec - et celui avancé par l'OMS dans une fourchette approxi­mativement identique: 11 à 20 %, pour justifier l'emploi de la pilule - est évacué comme par enchantement, dès qu'il s'agit d'utiliser le pré­servatif dans la lutte contre le Sida! Pire: cer­tains dépliants continuent de le présenter comme un contraceptif (2).

En contraception, le taux d'échec varie entre 5à 12 % par couple et par année d'utilisation.
On voit mal comment le VIH, cinq cents fois moins volumineux qu'un spermatozoïde, bénéfi­cierait d'un taux d'échec inférieur (3). Il y a toute fois une énorme différence entre ces deux situations. En effet, lorsque - comme moyen de contracep­tion -le préservatif n'est pas parfaitement efficace, l'échec a pour conséquence le développement d'une nouvelle vie, alors qu'avec le VIH, l'échec c'est la mort à tout coup.(LESTRADET, Le Sida, propagation et prévention, p. 42.)

Note (1). Le Dr Patrick DIXoN, de son côté, signale que sur 100 jeunes patientes l'ayant utilisé comme contraceptif, environ 14 deviennent enceintes. Et contrairement à la fécondation pos­sible, on peut être contaminé par le Sida n'importe quel jour du mois. Pour les hommes comme pour les femmes, une seule fois suffit. Concluant cyniquement: «On peut avorter d'un bébé, mais on ne peut avorter du Sida », Op. cit., pp. 45-49.
Note (2). «Ce matin encore, une jeune fille est venue me dire qu'elle avait pris la pilule du lendemain, car le préservatif avait craqué. C'est continuellement que les jeunes me disent la même chose, sans parler de l'avortement », Catherine, infirmière dans un lycée professionnel (lettre personnelle).
Note (3). «En France, les taux de grossesses rencontrés chez les jeunes filles de 15 à 19 ans tournent autour de 43 %0. D'où le slogan" les deux, c'est top! " d'une campagne d'information pour que les jeunes associent pilule et capote: la pilule pour la contraception (que le préservatif empêche mal) et la capote contre le Sida et les maladies sexuellement transmissibles. Cette campagne a été lancée en juin 1996 dans une dizaine de grandes villes par le Comité français pour l'adolescence, FunRadio, les Laboratoires Searle, la MNEF, Aides, la Fédération des parents PEEP, Prime rime media medical, et a été vive­ment soutenue par le sénateur Lucien Neuwirth. De la part de ses organisateurs, cette campagne fait preuve d'une étonnante naïveté. En effet, comment expliquer à des jeunes gens intelli­gents, qu'un obstacle incapable d'arrêter un éléphant puisse s'opposer au passage d'un renard? . ANM, Comm. VII."

source: http://vocare.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=20



Je n'ai pas mis la suite qui concerne l'urilisation des lubrifiants et autres facteurs à risque...
une dernière citation du même site ". Par ailleurs, le préservatif laisse passer d'autres virus de MST. Ce sont, outre les mala­dies vénériennes (transmises uniquement par les rapports sexuels) ou le Sida, les candidoses, les affections à chlamydia et à trichomonas, la mononucléose infectieuse, l'hépatite virale B (1).
Préciser encore que, dans tous les cas, c'est uniquement le partenaire « protégé» qui l'est. Après seulement sept relations dans la vie d'unmême individu avec un ou des partenaires por­teurs, les probabilités d'infection sont de 52,2 %. Cela veut dire que sur 100 individus ayant eu 7 relations avec des partenaires porteurs en utili­sant un préservatif, environ 52 d'entre eux seront infectés"


Par contre,Panafricain,quand tu dis à juste titre d'ailleurs que "concernant la copie de medicaments effectuée par des asiatiques, certains medicaments sont protégés par des brevets pdt une certaine duree de temps, et on n'a pas le droit de les reproduire n'importe comment. ", tu ne penses pas justement que c'est quand même contradictoir avec le fait de dire "Il ne s'agit pas de debattre sur les manipulations de l'industrie pharmaceutique"?
Surtout quand apres tu dis qu'il nous faut plutôt "constater qu'il y a une maladie serieuse qui s 'appele sida dont les dangers sont bien réels",tu penses toujours que "POur certaines maladies, ça se negocie ou ça s'obtient par la force"?
Tu parles des génériques,d'accord mais je crois aussi qu'il y a quelque temps déjà il y a eut un petit scandal concernant des médicaments périmés qui arrivent et sont même souvent VENDUS aux pays du tiers monde....

Tu parles de vaccins,mais justement,là encore on nous impose parfois certains vaccins,j'insiste j'ai dit certains vaccins dont l'utilité,l'éfficacité et la vaccination en masse restent à prouver,je pense notamment au vaccin contre l'hépatite et ses risques non dévoilés (à temps en tous cas)de scléroses en plaques.....

Juste un lien que je trouve totalement édifiant concernant les vaccins
http://biogassendi.ifrance.com/biogassendi/vaccinations2.htm
Je me suis un peu renseigné sur l'équipe de ce site qui s'est plusieurs fois trainer devant les tribunaux pour diffamatione et autre et qui en sorti tres souvent pour ne pas dire toujours blanchie grâce à leur grande rigueure scientifique
Pour les curieux je mets ici un extrait concernant les rapports sida-vaccins

"LES VACCINS AGGRAVENT L'EVOLUTION DU SIDA
.
Il y a plus de 30 ans, dans "Tendance de la médecine contemporaine", le Pr. Deloge prévenait :

" Si nous continuons à généraliser et à multiplier l'emploi des vaccins, on peut concevoir que d'ici quelques décennies, une pathologie nouvelle, celle des sociétés vaccinées, verra le jour ".

Il n'est pas exclu que cette pathologie nouvelle puisse très bien être le Sida, inconnu lorsqu'il rédigea son ouvrage. Le Quotidien du médecin du 9 mai 1996 fait état d'une étude américaine qui

".. montre qu'une stimulation antigénique, en l'occurrence un rappel de vaccin antitétanique, augmente transitoirement l'expression du VIH chez les personnes infectées et rend plus susceptibles au virus les personnes non-infectées. Il a été montré que la réplication du VIH est augmentée après l'administration prophylactique du vaccin grippal ou du vaccin contre l'hépatite B à des patients infectés par le virus VIH.. ".

Une équipe dirigée par le Dr Stanley et comprenant le Dr Anthony Fauci, a démontré que la vaccination semble également augmenter la susceptibilité à l'infection in vitro des lymphocytes périphériques des personnes non infectées.

"Après vaccination, la virémie plasmatique a été multipliée par un facteur de 2 à 36 (chez les 13 patients), puis est retombée à ses valeurs initiales en 6 semaines, et la charge provirale (le nombre de cellules infectées) s'est modérément élevée dans le sang (11/13 des patients) ou les ganglions (2/2). De plus, le virus était plus facilement isolé des lymphocytes après vaccination que avant."

Ces publications éclairent sur le rôle aggravant des vaccinations dans l'évolution du sida et leur rôle déclenchant dans l'infection à VIH chez les personnes saines. Elles confirment les études qui avaient déjà été menées à Vienne et qui démontraient que le vaccin antitétanique engendrait une situation de pré-Sida, comme le signale le New England Journal of Medicine n°3 de 1981 (vol.3 10). L'équipe de recherche autrichienne a pu constater qu'entre le 3e et le 14e jour après la vaccination, il se produisait une baisse significative des proportions de lymphocytes OKT 4 et OKT 8, autrement dit un affaiblissement conséquent des défenses immunitaires des sujets vaccinés. L'acte vaccinal avait mis l'organisme en état de moindre résistance.
Or avant 1981, personne n'a jamais entendu parler du sida. Mais rappelons que pendant des années on a introduit dans l'organisme le virus vivant de la vaccine, comprenant l'intégralité du capital génétique de ce virus et les populations africaines furent justement les plus vaccinées contre la variole sans que l'on n'ait jamais séquencé le génome du virus de la vaccine. Cette observation mena le Dr Louis de Brouwer à avancer une hypothèse en rapport avec cette politique :

" ...et si, par le principe vaccinal, en introduisant le capital génétique du virus vaccinia (virus vivant non atténué) dans un organisme, on permettait au virus VIH-2, présent chez les Africains, de reconstituer tout ou partie de son capital génétique devenu déficient et, par conséquent, de le faire redevenir virulent ou de créer un nouveau virus inconnu à ce jour, tel le virus du SIDA ? [..] On nomme cela une recombinaison génétique et des expérimentations ont été réalisées qui prouvent que c'est possible." (cf. Sida: Le vertige, 1997).

Afin de vérifier son hypothèse, le Dr Louis de Brouwer demanda à l'OMS de lui communiquer la liste de toutes les vaccinations effectuées en Afrique depuis 20 ans. Il put alors constater qu'on pouvait très exactement superposer la carte des vaccinations antivarioliques à celle des cas de sida.

"La relation entre le programme de vaccination de l'OMS dans son effort pour éradiquer la variole des pays du Tiers-monde et l'épidémie du Sida est une intéressante hypothèse. Je ne dis pas que cela se soit réellement passé, mais durant des années, j'ai toujours dit que l'usage de vaccins issus de virus vivants, comme l'on pratique en Afrique, peut activer un virus endormi comme celui du Sida." Pr. Robert Gallo (Times, 11/5/87).

"Maintenant, je suis convaincu que la théorie mettant en cause la vaccination antivariolique est bien l'explication de l'explosion du sida. [..] La théorie reliant sida et vaccination antivariolique explique le cas de chacun des 7 pays d’Afrique centrale qui ont le taux le plus élevé de sida. [..] Les plus forts taux de sida coïncident avec les plus intenses campagnes de vaccination ». (un conseiller auprès de l'OMS, Times, 11/5/87)

voir Sida: faut-il rester positif ?
voir Mafia Pharmaceutique (Dr L. de Brouwer)
voir Vaccinations-Intoxications"

Je le répète encore,je ne cherche pas à faire en sorte que les gens se méfient et deviennent complètement paranos,mon seul but est de faire le plus possible circuler ces infos car je pense qu'elles sont utiles et nous aident tout autant à être un peu plus CONSCIENTS de ce qui se passe...
Ces infos peuvent être discutables et discutées mais elles ont surtout le mérite d'ouvrir le débat..
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ARDIN
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1863
Localisation: UK

MessagePosté le: Jeu 08 Déc 2005 02:02    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a ecrit
Citation:
et ce ne sont pas que les "baiseurs invétérés" qui feraient mieux de faire gaffe. Il suffit d'une fois, même la premiere...

En Afrique, les baiseurs inveteres sont les hommes politiques, les intellectuels, hommes d’affaires, etc….Bref! LA BOURGEOISIE LOCALE. Ces criminels profitent et abusent de leur position sociale et de la misere qui frappent particulierement les femmes pour satisfaire leurs desirs sexuels. Ils ne se soucient guere des risques qu’ils font courir a leurs partenaires, parce que pour la plupart, ils beneficient aujourd’hui des traitements antiviraux que les plus demunis n’ont pas. C’est ce que nous devrions aussi et surtout denoncer. Axer les campagnes de preventions sur les aspects interieurs de nos mœurs.

Sinon, nefersweetheart, ce serait bien si nous pouvons centrer ce debat sur l’Afrique(c’est bien ce que dit le titre du topic). Par exemple, parler des moyens de prevention en rapport avec les mœurs locales.
Pourrait-on parler des traitements endogenes?
_________________
l'Hommage a Cheikh Anta Diop sur PER-ANKH
l'Hommage a Mongo Beti sur PER-ANKH
l'Hommage a Aime Cesaire sur PER-ANKH

LPC-U : CONSTRUIRE LE CONGO POUR L'UNITÉ DE L'AFRIQUE
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Jeu 08 Déc 2005 03:43    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Ardin pour le "recadrage",
je vais peut être choquant mais en ce qui concerne la prévention,on sait tous que plus on réduit le nombre de partenaires,voir même plus on arrive à être fidèl,plus on réduit les chances d'attraper quelque MST que ce soit,le sida en particulier...
Ceux qui voulaient se cacher derriere l'utilisation du préservatif pour y aller à tout va sont avertis qu'ils ne sont pas totalement à l'abris(c'est là ou je voulais en venir au départ)
Parceque comme tu l'as si bien fait remarquer,en Afrique,c'est la bourgeoisie et l'élite qui peut non seulement disposer des derniers traitements,mais aussi des préservatifs le plus facilement
Donc un peu de peur ne fait pas de mal...parceque même si on fait la campagne de l'utilisation du préservatif,on a souvent tendance à le faire passer pour le produit miracle qui arrete tout et ne laisse RIEN passer..

De plus,toujours pour la prévention,je pense que le problème est bien plus vaste c'est l'état d'esprit vis à vis de la consommation en général qu'il faudrait changer,notamment la consommation du sexe,pour cela je préconiserai un grand "retour" ou plutot une plus grande écoute des anciens et de leur mode vie(approche spirituelle,sacralisation des actes de la vie surtout de la sexualité sacrée) si possible avec de vrai gardiens et gardiennes de ces cultures qui existent encore mais que la jeunesse africaine ne veut pas forcémment entendre dans son ensemble...
Parce qu'en fait je n'ai toujours pas vu d'études statistiques détaillant bien la répartition de ce virus entre zone rurale et zone urbaine mais je crois avoir ma petite idée là dessus

Toujours sur l'aspect du recentrage sur nos richesse ancestrales,je pense que ces même anciens peuvent beaucoup servir pour la recherche de traitements grâce à leurs connaissance en pharmacopée,en effet cela deja un bon moment que l'industrie pharmacologique lorgne et pille les richesses de notre faune et de notre flore...
Je sais qu'il existe au Sénégal un institut qui éssaie de regrouper toutes les connaissances des marabouts et autres ngangas dans le but de faire une nouvelle médecine hybride...
Pour exemple cet article évoquant le fait que certaines plantes en Afrique augmentent l'action des trithérapies...

"Sida en Afrique
Colloque européen

Le 9 décembre 2003, le groupe des Verts au Parlement européen organisait un colloque original sur le sida en Afrique. Pour la première fois, les tenants des médecines non conventionnelles ont pu confronter leurs thèses avec celles des représentants des organismes officiels (Onusida et Commission européenne) et des médecins classiques, notamment le Pr Luc Montagnier, qui a découvert le virus du sida. De sérieux doutes ont été émis sur les chiffres officiels concernant l'épidémie en Afrique, qui serait largement surestimée, de nombreux cas de tuberculose ou d'autres maladies infectieuses étant indûment étiquetés sida. Mais au-delà des polémiques sur les chiffres, l'ensemble des participants s'est accordé sur le fait que la lutte contre le sida ne relevait pas uniquement de soins médicaux, mais prioritairement d'un ensemble de mesures de santé publique, de lutte contre la malnutrition et d'accès à l'eau potable, au logement, à l'éducation. Le Dr Marc Deru a montré qu'en Tanzanie où l'on s'attendait à une explosion de la maladie, la mortalité est à la baisse et la natalité à la hausse quand on agit sur ces causes. D'autres intervenants ont souligné que malgré le développement de programmes d'accès aux traitements classiques (trithérapies), ceux-ci resteraient toujours inacessibles pour la majorité des personnes concernées. Tout en insistant sur cet accès, le Pr Montagnier a confirmé l'intérêt d'y associer des médecines non conventionnelles et des médicaments antioxydants. Les recherches qu'il mène actuellement à Abidjan sur les antioxydants extraits de la papaye et d'autres fruits et plantes, montrent qu'ils augmentent l'efficacité des trithérapies. Mais il déplore l'absence de crédits pour poursuivre ces recherches. Le député Paul Lannoye, connu pour ses actions dans le domaine de l'environnement et du pluralisme thérapeutique, a conclu en annonçant qu'il interviendrait pour que les programmes européens de lutte contre le sida tiennent compte de toutes ces suggestions. Le compte-rendu de ces passionnants débats sera publié dans quelques mois."
source: http://www.medecines-douces.com/impatient/309mars04/sida_afrique.htm

Enfin,je pense qu'il faudrait aussi bien faire comprendre aux gens qu'aujourd'hui on peut "gérer" sa maladie à défaut d'en guérir,mais que pour cela il faut la diagnostiquer au plus vite.
Pour cela rien ne fonctionne mieux que l'exemple,que les gens osent témoigner

Enfin,et c'est tellement évident et redondant que ça en devient navrant,il faut augmenter l'acces à une bonne hygiène de vie...car rappelons le,le sida c'est d'abord une forte déficience du systeme immunitaire.....

J'ai aussi entendu parler des hôpitaux mobiles,exellente idée car ils peuvent permettre non seulement à tous de bénéficier des premiers diagnostiques,depistages et autres aux populations reculées,mais je pense que ces unités mobiles peuvent aussi aider à la discrétion.Même en ville(distributions des médicaments dans un espace clos,....)

Donner aussi l'espoir en expliquant que maintenant les risques de transmission de la mère à l'enfant ont considérablement diminués et que grâce aux accords de Doha,des pays comme l'Inde,la Jordanie et le Brésil pourront fabriquer des génériques de certains traitements antirétroviraux aux mères d'Afrique de prendre les choses en main et de surtout bien suivre les traitements...car l'un des gros problèmes est aussi le suivi du traitement
voici un rapport de l'UNICEF sur le sida et les enfant en Afrique
http://www.unicef.fr/images/unicef/rapport_enfant_sida.pdf
J'ai aussi entendu parler d'une ethnie dans laquelle les femmes sont tres peu contaminables,alors je ne sais si c'est vrai mais peut être les chercheurs pourraient ils étudier de plus pres leur génétique...

Je compte chercher plus de nouvelles traitant de la spécificité de certaines plantes que l'on peut trouver en Afrique et qui aident le corps dans son combat immunitaire...

De plus,c'est malheureux mais cette situation serait beaucoup plus facilement gérable si on avait plus d'Hommes et Femmes d'Etat que de personnages politiques........
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Jeu 08 Déc 2005 04:52    Sujet du message: Répondre en citant

La face cachée du sida
Un enfant meurt chaque minute du sida dans le monde. Chaque jour, 1400 jeunes de moins de 15 ans meurent du sida et 6000 jeunes entre 15 et 24 ans sont infectés par la maladie. L'UNICEF lance donc un vaste programme de prévention mais elle va se heurter à différents problèmes...

quatre axes de prévention pour éviter le pire

'Le premier endroit où il faut protéger un enfant du sida, c'est dans le ventre de sa mère'... Voilà l'une des campagnes de l'UNICEF.
© C.Q. / RF
Un milliard de dollars en cinq ans. Jacques Hintzy, le président de l'UNICEF France revient tout juste du Lésotho. Il a été choqué par ce qu'il a vu et évoque même "une guerre pour l'Afrique". "Quand on voit un pays où plus de la moitié des femmes de 15 à 24 ans sont séropostivives, on se dit que l'Afrique est en train d'être décimée, on ne peut pas laisser une telle situation", s'insurge-t-il. L'UNICEF a décidé de récolter un milliard de dollars en cinq ans. Des dons de particuliers, d'entreprises ou de gouvernements destinés à financer quatre axes de prévention : empêcher la transmission de la maladie, informer les jeunes, protéger les enfants vulnérables et surtout soigner ceux qui sont malades. Empêcher la transmission du sida suppose de traiter les mères séropositives. Un acte fondamental quand on sait que 35% des futures mères séropositives transmettront la maladie à leur bébé si elles ne sont pas soignées. C'est la majorité des cas en Afrique, alors que dans les pays du nord, une écrasante majorité de femmes enceintes atteintes par le VIH sont traitées.

Des médicaments chers et inadaptés. L'autre difficulté concerne les traitements administrés aux enfants malades. Et à ce niveau, tout est à faire puisque seulement 1% des enfants qui ont besoin d'antirétroviraux en reçoivent. Il faut dire que ces médicaments sont six à sept fois plus chers que les médicaments pour adultes et qu'ils sont particulièrement mal adaptés. Virginie Raisson vient de rédiger un rapport sur le sida pour l'UNICEF. Elle dresse un constat sévère : "Pour les tout petits, il y a un sirop très amer, difficile à doser et à conserver, ce n'est pas adapté et pour les plus grands, il n'y a rien, alors on broie des pilules pour adultes, ce qui est imprécis, alors que ces médicaments peuvent être nocifs". Autrement dit, la molécule existe mais les laboratoires pharmaceutiques doivent faire des efforts de recherche et développement. L'UNICEF compte bien faire pression sur eux. D'ailleurs, le chanteur d'orginine rwandaise Corneille, qui a tenu à être le parrain de cette campagne pour la France, confirme qu'un traitement de "200 dollars, c'est des années de salaire pour une famille africaine !"

Des objectifs ambitieux. L'Unicef s'est pourtant fixé un "objectif global" ambitieux dans 32 pays à l'horizon 2010 : réduire de 25% le nombre de jeunes vivant avec le VIH, proposer à 80% des femmes séropositives des traitements pour prévenir la transmission du virus de la mère à l'enfant, fournir des traitements pédiatriques à 80% des enfants qui ont besoin d'un traitement curatif ou prophylactique, protéger 80% des orphelins du Sida. "Les statistiques sont effarantes et le temps presse", a ajouté la déléguée générale adjointe, Rima Salah, de passage à Paris pour le lancement de cette campagne mondiale également présentée à New York lundi. Et de lancer "un appel à l'action universelle"...

source: ttp://www.radiofrance.fr/reportage/laune/?rid=235000182&arch=1#anc1

Sur ce site,vous aurez aussi la possibilité d'écouter le président d'UNICEF France,ainsi que Virginie Raisson qui vient de rédiger un rappoert sur le sida des enfants pour UNICEF
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Jeu 08 Déc 2005 05:29    Sujet du message: Répondre en citant

comment ne pas garder espoir quand nos anciens peuvent s'en mêler?
Document provenant de l'association PROMETRA (association pour la PROmotion de la MEdecine TRAditionnelle)

présentation des auteurs et résumé de leur travail ci apres:

"SIDA en Afrique : Scénarios du Futur
Le rôle de la médecine traditionnelle dans le combat de l'Afrique contre le VIH/SIDA
Erick V. A. Gbodossou, MD
Virginia Davis Floyd, MD, M/H
Charles Ibnou Katy, MA
Auteurs :
• Erick V.A. Gbodossou, MD est le président de PROMETRA international (Dakar,
Sénégal), il est médecin et est en même temps un initié à la médecine traditionnelle
(Bénin)
• Virginia Davis Floyd, MD, MPH est une spécialiste des Savoirs Traditionnels à
Spelman College (Etats-Unis) et Directrice Exécutive de PROMETRA Etats-Unis
• Charles Ibnou Katy, MA est coordonnateur des services de recherche et des malades
au Centre Expérimental des Médecines Traditionnelles (Fatick, Sénégal)



Résumé : Les différentes voies par lesquelles les tradipraticiens doivent s’impliquer de
manière stratégique dans la lutte contre le SIDA en Afrique sont exposées. Mettant l’accent
sur le rôle prépondérant des guérisseurs traditionnels dans la prise en charge médicale et leur
influence dans la vie quotidienne des communautés africaines, les auteurs expliquent de façon
concrète les rôles que peuvent jouer les tradipraticiens et les organisations dans la recherche
scientifique, l'éducation et la prévention, le traitement, et l'élaboration des politiques pour le
SIDA. Actuellement sous utilisés et marginalisés, les auteurs interpellent la science et les
gouvernements internationaux pour qu’ils comprennent que sans une réelle implication des
tradipraticiens, la lutte contre le SIDA en Afrique est incomplète ou inefficace. Des
recommandations sont faites pour la légalisation et la reconnaissance de la médecine
traditionnelle, soutenir la recherche scientifique en médecine traditionnelle de qualité, assurer
la protection des droits de propriété intellectuelle, utiliser des thérapies traditionnelles
prouvées efficaces pour le SIDA, et accroître la collaboration entre la médecine traditionnelle
et la médecine moderne.
Mots clés : Médecine traditionnelle, médecine alternative complémentaire, accès à la santé,
intégration des médecines moderne et traditionnelle, la politique et le plaidoyer
Pendant que le monde continue d’observer les ravages faits par la pandémie du SIDA dans
tout le continent africain, nous nous rendons compte qu'une ressource de valeur à savoir la
médecine traditionnelle et ses tradipraticiens est sous utilisée. On dit souvent pour qu’un
message d'éducation soit compris de tous et pour que le comportement vis-à-vis de la santé
puisse être positivement modifié, il faut deux choses: le bon message et le bon messager. Pour
les millions de citoyens des pays en développement de par le monde, le bon messager reste le
tradipraticien. Si nous voulons avoir un impact significatif sur la trajectoire de la pandémie du
SIDA en Afrique, nous ne pourrons y arriver sans une participation significative des
tradipraticiens et des organisations de médecine traditionnelle.

Pour ceux à qui ça donne envie http://www.prometra.org/FrenchWebsite/Fr_Documents/AIDSinAfricascenariosforthefuture_enfr1.pdf

Ce ne sont que des pistes certaines plus concrètes que d'autres mais nous ne sommes pas si démunis que ça en réalité......
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Jeu 08 Déc 2005 11:34    Sujet du message: Répondre en citant

Deux choses pour moi:

Sur le recours à la médecine traditionnelle, OUI avec un énorme principe de précaution tout de même sur le nombre hallucinant de charlots qui existent dans ce secteur.

Tous les jours on voit dans des journaux qui ont pignons sur rue ici des annonces de mecs qui affirment guérir le SIDA !

Ca me fait vraiment flipper de voir que l'on ne fait rien pour séparer le bon grain de l'ivraie comme on dit et de penser à tous ces malades qui se font simplement arnaquer !

Enfin sur l'origine de l'épidémie, la réalité des moyens de protection...OK on peut se poser des questions...mais tout de même...on a aujourd'hui dans les services de médecine et dans les services de tuberculeux 70 % des patients qui sont là en fait pour un VIH. C'est tout de même assez balèze les dégats que cela fait et je crois que pour l'heure l'urgence est au moins de stopper la montée en puissance de l'épidémie!

Il faut trouver un discours adapté aux populations vulnérables face à cette maladie, c'est çà l'urgence selon moi.

Il faut arriver à faire admettre à tout le monde que :

1) la maladie existe ! (ca parait bete mais y a encore des gens qui en doutent!)
2) que tout le monde peut l'attraper !

Faut pas "élitiser" le problème ou le débat tout de suite...on est encore sur un problème de santé publique et le public cible ca devient de plus en plus les pauvres, les démunis qui n'ont ni accès au traitement mais aussi à la connaissance sur cette maladie, à la prévention, etc...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Diarra
Grioonaute


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 33

MessagePosté le: Dim 11 Déc 2005 02:46    Sujet du message: Répondre en citant

L'Afrique est en retard sur le SIDA, puisqu'il faut alphabétiser les populations pour combattre l'obscurantisme qui est le principal terreau du virus - le HIV. Or l'Afrique tarde à eradiquer l'obscurantisme absolu. Quelle fin pour nous, ses fils?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Dim 11 Déc 2005 23:28    Sujet du message: Répondre en citant

panafricain a écrit:
Il ne s'agit pas de debattre sur les manipulations de l'industrie pharmaceutique, mais de constater qu'il y a une maladie serieuse qui s 'appele sida dont les dangers sont bien réels.

Quant aux eventuels defauts des preservatifs (mentionnés pour dire qu'ils sont inutiles), c'est un argument pas convaincant. Il faut aussi se rappeler que le but de la medecine c'est tout de même de soigner et de trouver des vaccins. Les traitements lourds ont evidemment des inconvenients...mais ça ne veut pas dire qu'ils ne soient pas justifiés.
Pour ma part, le préservatif est un moindre mal, qui cache un autre problème plus grave:
la dépravation sexuelle.
qu'y a-t-il de plus dangereux:
- Une personne qui a des partenaires multiples et se protège même régulièrement?
- Une personne fidèle à son "partenaire" (à croire qu'on est dans une sorte de business) même non protégée?

je pars du principe que ce qu'il faut absolument et en priorité c'est ramener une certaine rigueur morale. dire aux gens "il y a des préservatifs", c'est il me semble leur dire "voilà, avec ça, débauchez-vous comme vous voulez, vous ne risquez plus rien". Et ça me parait aussi dévastateur que raconter que le sida n'existe pas.

Vu que près de la moitié de la population africaine est en-dessous de 25 ans, et une grande partie en-dessous de 15 ans, la précaution la plus logique me semblerait la prévention/sensibilisation et le recul de la majorité sexuelle à un âge où on est en mesure de mesurer les risques tels qu'ils sont en l'état actuel des choses.

Sinon, je ne pense pas que dire que "les préservatifs ne sont pas fiables à 100%" soit dire "n'en mettez pas". C'est plus comme de dire: "en hiver couvres-toi mais ça ne garantit pas que tu n'attrapes pas de maladie, mieux vaut limiter les sorties inutiles et l'exposition prolongée au froid".

Maintenant, en laissant de côté les plus jeunes, qui ne devraient pas être actifs sexuellement à mon avis jusqu'à ce qu'ils puissent en assumer toutes les conséquences éventuelles et/ou s'en protéger, le reste doit réapprendre la fidélité.

C'est un principe simple qui devrait être un minimum: c'est juste une question d'honnêteté avec soi-même et sa compagne/son compagnon.
Donc pour faire bref le vrai pb est dans les moeurs, mais ce n'est pas pour autant qu'il faille penser qu'on doit abandonner la contraception.

On m'a dit plusieurs fois à ce propos que ces propos étaient dépassés mais je pense que ce sont ceux qui tiennent le raisonnement inverse qui le sont par la réalité.
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Lun 12 Déc 2005 17:24    Sujet du message: Répondre en citant

Salut à tous.

Je crois que plusieurs points importants ont été soulevés par les uns et les autres.

La première chose que je voudrais dire, c'est que la priorité aujourd'hui n'est pas de savoir d'ou vient le sida. Manipulations de certains "Dr No", milieux homosexuels californiens, transmission du singe à l'Homme en Afrique, mutation dans les anciens vaccins de la polio, il y a des milliers de thèses, chacune ayant d'ardents défenseurs.
Mais je le répète, aujourd'huoi, cela n'est pas la priorité. En Afrique, ce ne sont pas les homosexuels américains ou les singes de la forêt qui aujourd'hui contaminent les gens, c'est bel et bien ce qu'on appelle la malbaise. Centrons nous donc là dessus.


Ardin l'a dit, en Afrique, les "baiseurs invertérés" se retrouvent dans la bourgeoisie locale.
Rappel:
Citation:
http://www.bonaberi.com/article.php?aid=1237

Le SIDA frappe plus les riches et les intellectuels (23/08/2005)
Par Angola Press

Les résultats de la 3è Enquête nationale de démographie et de santé (EDS-III) publiés mercredi à Yaoundé, indiquent que le taux de prévalence du VIH/SIDA en 2004 est de 4,3 pour cent et 8,2 pour cent respectivement chez les hommes et les femmes ayant un niveau d`instruction plus élevé au Cameroun.

Sur un échantillon de 10.000 personnes soumises à un test de dépistage, le taux de prévalence du VIH/SIDA chez les hommes et les femmes qui ont un niveau d`études modeste ou nul est de 2,7 pour cent et 3,4 pour cent.

C'est clair: les intellos, ceux qui ont du pognon, qui lisent les journaux, qui ont fait des études, sont DEUX FOIS PLUS INFECTES que les "pauvres bougres"
Peut-on être surpris?
Relisez l'article du premier post.
Mais c'est pathétique, un HOMME POLITIQUE rongé par la syphilis, avec le sexe bandé, qui fricotte avec une JOURNALISTE, c'est à dire une personne qui devrait INFORMER les gens. Et que dit la journaliste, la specialiste de l'information, en 2005? "Avec un an de chasteté, le virus déclare forfait".
Que c'est brillant !!!!

Je répète aussi ce que j'ai dit dans mon post de départ: un test (non representatif, il faut le preciser) a clairement fait ressortir que 70% des depistés à l'Université de Yaoundé étaient seroposoitifs. Ce sont des étudiants, des gens qui ont tous le bac, qui ont étudié la biologie, les microbes, les cellules, les maladies, le principe de contagion.
On peut sans doute affirmer qu'au moins un tiers de tous les étudiants de cette universités sont infectés.

Comment cela est-il possible?
Voilà la question selon moi.
Comment? On ne peut pas dire qu'ils ne savent pas.
Ils savent, ils comprennent.
Mais alors qu'est-ce qui ne va pas?

Et là encore, pour en finir avec le mythe de la pauvreté et de l'illetrisme qui favorise le sida, il faudrait peut être signaler qu'au-delà de ce que je viens d'écrire qui demontre qu'au moins au Camer ce sont les riches qui sont les plus atteints, même au niveau des pays c'est la même chose. le sénégal est plus pauvre que le Camer. SOn taux d'alphabetisation est de 40% contre 80% au camer. Mais si ma mémoire est bonne, le taux de séroprevalence y est au moins 5 fois inférieur. Pourquoi? Le sénegal est plus rural, je veux dire "authentiquement" rural, ils ont encore pour la majorité une notion de ce qu'on appelle la pudeur et la moralité.
Et dans toutes les zones "authentiquement" rurales en Afrique, c'est plus ou moins la même chose: les gens n'ont pas 10 partenaires sexuels differents par an, chacun s'envoie en l'air avec sa femme/son mari et en gros ça s'arrête là.


Je rebondis aussi sur ce que dit Pana, à quoi ça sert de faire le procès du préservatif? En occident, les gens l'utilisent, et en consequence le taux de seroprevalence est très bas. Que les presos ne soient pas à 100% efficaces, on le sait tous, mais pour ceux qui veulent rester sexuiellement actifs avec des partenaires multiples, ont-ils un autre choix?


Je termine sur le propos de Muana qui rejoint très exactement le mien. Je sais que ce n'est pas un discours populaire: L'Afrique est devenue un vaste bordel à ciel ouvert, aucune rigueur morale, aucune pudeur.

C'est incroyable comment en une génération notre société a changé pour le pire. Le must, chez un jeune africain aujourd'hui, c'est de prouver qu'il est un "tireur d'élite", qu'il a 5 petites. Le must chez une fille c'est d'avoir 10 mecs à ses pieds, des jeunes, des vieux, des beaux, des moches, peu importe. C'est même devenu normal qu'un père de famille ait une maitresse en Afrique, ça ne scandalise plus, c'est devenu une norme.
Chez les mecs en particulier, je me souviens que celui qui n'avait qu'une seule amie ou qui pendant 3 mois ne s'affichait pas ostensiblement avec une demoiselle est traité de "casque bleu" (vous avez deviné: un soldat armé qui ne tire pas).
Vous avez dit pitoyable?

Et c'est vrai, Muana a raison de le souligner, le preservatif est un moindre mal, mais c'est encore un mal.
J'écoutais il y a 3 ans un programme sur le sida à la radio (au Camer), et un homme d'âge mur a appelé pour dire: Les jeunes me font bien rire avec leurs preservatifs. Si on dit à l'un d'eux: "cette fille est malade, enfile ton preservatif et vas y", ira-t-il? Choisissez un partenaire, faites le test et restez-en là
J'écoutais avec un pote, ça nous a bien fait rigoler, mais le vieux avait raison.
Quand on me dit: "Le tiers de toutes les filles de la fac et la moitié de toutes les filles dela ville sont malades", ça fait réfléchir, et avec ou sans preservatif l'opération est risquée, c'est comme cogner un mur à 200 à l'heure en se disant "Il ya les air-bags, je ne crains rien".

Et pour conclure, je dirai ceci: les leucos sont parfois drôlement tordus, avec la zoophilie, le sado-masochisme, le gang-bang, l'échangisme, les partouzes et j'en passe, ils s'embrassent à bouche que veux-tu en public, à la TV, devant leurs enfants.
Ils font vraiment n'importe quoi mais leur taux de séroprevalence est inferieur à 0.5%.

Et nous, nous jouons les faussement pudiques, ne nous embrassant jamais en public, baisant dans le noir et en silence, mais à 50% les hypocrites que nous sommes sont vérolés.

Soyons au moins assez intelligents et assez humbles pour faire notre autocritique et reconnaitre que quelque part, nous avon bel et bien merdé, et pour moi notre plus beau paquet de merde, c'est la deliquescence des valeurs morales qui ont structuré notre civilisation depuis plusieurs millénaires.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
vali
Grioonaute


Inscrit le: 16 Oct 2005
Messages: 23

MessagePosté le: Lun 12 Déc 2005 23:16    Sujet du message: Répondre en citant

BMW,
Je voudrais bien être d'accord pour dire que la priorité n'est pas de savoir d'où vient le Sida, mais le fait est que c'est l'Afrique qui est la plus touchée, comme par hasard !!!
Dis-moi une chose BM : Si en Afrique il y a des "baiseurs invétérés" ou un gout très développé pour la bonne chair et le sexe, ce n'est pas nouveau que je sache ! On peut dire alors que ça a toujours existé.
Par contre le Sida lui, n'a pas toujours existé. On peut dire qu'il est récent.

Comment expliquer cela si ce n'est en montrant du doigt les fameuses campagnes de vaccination gratuite qui auraient pour but, monstrueusement criminel, de décimer certaines populations ?
Excuse-moi de penser comme ça, mais quand on fait le bilan de tout ce que l'Afrique et les Africains ont déjà subi avec la colonisation, la traite négrière, la pseudo-indépendance et des accords de coopération avec différents pays colonisateurs, quand on voit que ces mêmes pays vendent des armes à l'Afrique et soutiennent officieusement la dictature, qu'ils s'octroient les richesses naturelles de ce magnifique continent, comment ne pas imaginer que le virus du sida n'ait pas été sciemment inoculé par le biais de campagnes de vaccination gratuite sur des populations malnutries ou immuno-déficientes ?

D'autre part, tu dis :
Citation:
les leucos sont parfois drôlement tordus, avec la zoophilie, le sado-masochisme, le gang-bang, l'échangisme, les partouzes et j'en passe, ils s'embrassent à bouche que veux-tu en public, à la TV, devant leurs enfants.
Ils font vraiment n'importe quoi mais leur taux de séroprevalence est inferieur à 0.5%.

Bizarre, non ? C'est là que je ne peux pas comprendre une telle différence.
Premièrement : Beurk... Non merci !
Deuxièmement, je pense que ceci concerne une minorité complètement déglinguée de la cervelle, mais qui, certes, a une place confortable dans l'échelle sociale, et qui, par voie de conséquence, a plus de moyens.

Mais revenons-en à l'Afrique.
Il est certain que maintenant la priorité est d'éradiquer cette maladie.
Pour ma part, je crois, comme l'avait dit quelqu'un sur un autre fil, que la solution est en Afrique même. Ce sont les chercheurs Africains, biologistes du continent, qui trouveront le remède. A condition toutefois qu'ils ne se le fassent pas voler aussi.

Bien à vous,
Vali
_________________
Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 00:01    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Dis-moi une chose BM : Si en Afrique il y a des "baiseurs invétérés" ou un gout très développé pour la bonne chair et le sexe, ce n'est pas nouveau que je sache ! On peut dire alors que ça a toujours existé.
quand et où les conditions sociales d'émergence de tels comportements ont-elles déjà prévalu en Afrique?
Citation:

Par contre le Sida lui, n'a pas toujours existé. On peut dire qu'il est récent.
Là-dessus je suis d'accord et je vois où voulait en venir la première proposition mais je pense qu'en prenant le problème de cette manière tu passes à côté de pas mal d'autres choses.

Pour ce qui est du pb de son apparition, je ne crois pas à l'origine endogène parce qu'elle ne tient pas debout d'abord et parce qu'elle ne permet pas d'expliquer de graves problèmes comme les étranges coïncidences entre les cartes des vaccinations "préventives", dr wouter basson en tête, en pleine période d'émancipation nègre (mi-années 1950- fin années 1970).

Le tableau est simplement trop incohérent: des puissances coloniales en train de perdre leurs fiefs, mènent d'un côté des campagnes de répression armées tant qu'elles le peuvent pour maintenir leur domination tout en préparant ce qui vient après (terrain législatif et politique grâce auquel les populations sont piégées); ces puissances occupées à préserver leur pré-carré n'auraient rien trouvé de mieux à faire pour cela qu'investir dans des campagnes préventives contre des maladies à l'époque relativement marginales...

De plus quand on voit les chiffres du palu, la malaria etc qui étaient l'objet entre autre de ces campagnes dites préventives... on peut être sceptique...

mais bref, je suis de l'avis de BMW sur ce point: Le point central c'est la prise de conscience que ces comportements dépravés ne sont pas acceptables et nous mènent droit au mur. La destructuration sociale et l'abandon de ce qui a été le ciment de nos sociétés des millénaires durant (les principes maritaux de nos ancêtres donc entre autres) et la course folle à l'illusion du modernisme sont un facteur principal de l'évolution de ce virus de nos jours chez nous.

Le fait que ces symptomes soient plus caractéristiques d'une "élite sociale" ou une "bourgeoisie" actuelle ne me surprend pas et colle parfaitement avec le discours du modernisme abstrait. Resterait à faire une étude sur les référents idéologiques de cette classe concernée et je suis sûr qu'elle ressemblerait curieusement à une caricature de "bongo+kelman" (idéologiquement et culturellement parlant biensûr).

Le principe simple: "un couple, le test et fidélité" devrait être le slogan de base avec une campagne d'information adaptée plutôt que "utilisez le préservatif vous ne risquez rien", ou "vous avez droit de vous faire plaisir, le préservatif est fait pour ça".

Autre point:

La chosification de la femme (et de la personne humaine en général) et sa réduction à un objet sexuel (encore une trahison par rapport à nos principes fondamentaux pourtant) n'est sûrement pas étrangère à ce problème de dépravation sexuelle. Maintenant c'est clair que ce pb ne se suffit pas à lui-même, il a surement dautres causes dans les conditions socio-culturelles actuelles.
Citation:

Il est certain que maintenant la priorité est d'éradiquer cette maladie.
Pour ma part, je crois, comme l'avait dit quelqu'un sur un autre fil, que la solution est en Afrique même. Ce sont les chercheurs Africains, biologistes du continent, qui trouveront le remède. A condition toutefois qu'ils ne se le fassent pas voler aussi.
On est d'accord, je ne crois pas à la bonne volonté des grands groupes, trop d'intérêts sont en jeu et il est inimaginable de les voir sacrifiés pour la cause noire, ce serait une première dans l'histoire occidentale.

Mais une action importante en ce sens passe par la limitation de la propagation de la maladie à partir des deux classes les plus à risque:

1- les bourgeois modernisants et pseudo-intellectuels universalisants accros au libertinage
2- les désespérés en abandon social (les personnes qui sombrent pour telle ou telle raison dans l'engrenage de la prostitution etc...)

Donc là-dedans je vois le pb de la chosification de la personne, le pb des manques de perspectives, la destructuration de nos sociétés mais surtout le pb d'une élite intellectuellement et idéologiquement corrompue et corruptrice que je ne compte pas comme interne mais comme exogène (culturellement, politiquement et idéologiquement).

donc oui, les causes d'apparition comptent mais le problème s'est déplacé et en a causé de plus urgents. A mon sens il devrait nous servir de leçon afin que nous ne fassions plus confiance à n'importe-qui à l'avenir quoi qu'en penseront les agneaux de sacrifice de service prêts à nous chanter les vertus de la colonisation et de la couleur blanche mais c'est un autre débat.

donc prévention et culture.
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
vali
Grioonaute


Inscrit le: 16 Oct 2005
Messages: 23

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 00:12    Sujet du message: Répondre en citant

Muana Kongo, tu as dit :
Citation:
Le principe simple: "un couple, le test et fidélité" devrait être le slogan de base avec une campagne d'information adaptée plutôt que "utilisez le préservatif vous ne risquez rien", ou "vous avez droit de vous faire plaisir, le préservatif est fait pour ça".


D'accord à 100%.
Et j'adhère complètement à ce que tu as écrit.

Fraternellement,
Vali
_________________
Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Marvel
Bon posteur


Inscrit le: 12 Juil 2005
Messages: 581

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 01:14    Sujet du message: Répondre en citant

vali a écrit:
Muana Kongo, tu as dit :
Citation:
Le principe simple: "un couple, le test et fidélité" devrait être le slogan de base avec une campagne d'information adaptée plutôt que "utilisez le préservatif vous ne risquez rien", ou "vous avez droit de vous faire plaisir, le préservatif est fait pour ça".


D'accord à 100%.
Et j'adhère complètement à ce que tu as écrit.

Fraternellement,
Vali


Je vois que Jean Paul II a fait des émules.
Mais enfin, on ne va pas demander à une population dont la majorité a autour de 16 ans et est au chômage d'attendre un hypothétqiue mariage avant de s'envoyer en l'air. Ca serait l'idéal dans un monde absolu et beau, mais nous n'en sommes pas. En somme ce que vous demander c'est "fermons les yeux, et le mal va disparaitre". Ne jouons pas les hypocrites parce que maintenant nous sommes adultes. Nous savons tous comment en Afrique nous avions bravé des clotures hautes de 3 mètres, risquer des chiens méchants, des parents cogneurs etc... juste pour forniquer. Et quand c'était vraiment impossible on calculait la cousine en transit. Nous savons bien qu'aucun prêche, aucune morale, aucun discours ne pourra empêcher cela. C'est hypocrite comme position.
Le préservatif doit être gratuit en Afrique. Je suis même pour la fabrication d'un préservatif féminin collant, qui ne peut être retiré que par le médecin une fois par mois et pour en reposer un nouveau.
_________________
Révélons de l'Afrique et des Noirs ce qu'ils ont de positif. Pour le reste, les impérialistes occidentaux et leurs valets aliénés ou consentants s'en chargent déjà.
L'Afrique, j'y crois!
Marvel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Muana Kongo
Super Posteur


Inscrit le: 09 Mar 2004
Messages: 1776

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 01:34    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Je vois que Jean Paul II a fait des émules.
Si tu veux être pris au sérieux évite de commencer par des tentatives si pitoyables de décrédibilisation. On jurerait que tu veux masquer des propos inconsistants... sinon trouve au moins quelque chose de drole ou d'intéressant... bref...
Citation:
demander à une population dont la majorité a autour de 16 ans et est au chômage d'attendre un hypothétqiue mariage avant de s'envoyer en l'air.
Je ne saisis pas à quoi tu fais référence au juste, tu n'as pas l'air d'avoir tout lu ou tout compris. toujours est-il que ton propos est obscur, on voit que qqchose te pose problème mais on ne sait ni quoi, ni pourquoi, éclaircis donc ce point pour qu'on puisse en discuter.
Citation:
Ne jouons pas les hypocrites parce que maintenant nous sommes adultes. Nous savons tous comment en Afrique nous avions bravé des clotures hautes de 3 mètres, risquer des chiens méchants, des parents cogneurs etc... juste pour forniquer.
... Confused je ne saisis toujours pas où tu veux en venir ou le rapport avec les propos que j'ai pu lire ici jusque là...
Citation:
Et quand c'était vraiment impossible on calculait la cousine en transit. Nous savons bien qu'aucun prêche, aucune morale, aucun discours ne pourra empêcher cela.
... moralité,
Citation:

Le préservatif doit être gratuit en Afrique. Je suis même pour la fabrication d'un préservatif féminin collant, qui ne peut être retiré que par le médecin une fois par mois et pour en reposer un nouveau.
Confused
encourageons les jeunes à forniquer plus, parce-que marvel est passé par là! ça les guérira du sida!
pour conclure:
Citation:
En somme ce que vous demander c'est "fermons les yeux, et le mal va disparaitre".
... une accusation en miroir... : "marvel pense qu'il faut que les jeunes puissent s'envoyer en l'air sans penser aux conséquences parce-que les informer ne les en empêchera pas" mais "marvel accuse les ceux qui pensent qu'il faut réinstaurer un minimum de rigueur et responsabiliser les jeunes de vouloir faire l'autruche...

Je suis désolé mais dans ces conditions, je ne vois pas bien de quoi nous pouvons bavarder sur ce thème. Tes assertions sont fausses (depuis quand inculquer la morale à ses enfants ne sert à rien? ), contradictoires ("ne leur parlez pas des risques, ça ne sert à rien; mais ne faites pas les autruches"!) et incompréhensibles: ne vois-tu pas la différence élémentaire entre une pulsion naturelle -qui doit de toute façon être équilibrée par une inhibition sinon on fabrique des animaux et encore- et un désordre en train de se généraliser, de plus avec des conséquences catastrophiques?
Bref, avec tout ça, la question que je me pose en te lisant est: où exactement veux-tu en venir?
_________________
----«Le Jeune Africain Moderne sera armé de savoirs, pas de fusils importés.»
Si vous partagez ce rêve, aidez-nous à en faire une réalité. Soutenez l'initiative Vitu, sur :
http://igg.me/at/vitu
A ne manquer pour rien au monde:
-------->http://www.youtube.com/watch?v=24ZO1HlvmpQ
---> http://www.youtube.com/watch?v=CjDua-fqSUg
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Nefersweetheart
Grioonaute 1


Inscrit le: 28 Nov 2005
Messages: 133
Localisation: ICI

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 01:40    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne sais pas si c'est du premier,du second,du troisieme degré ou une blague qui vient de carrément de l'hyper-espace mais franchement Marvel,je vais finir par te trouver comique à défaut d'autre chose...

Les bravades dont tu parles te concernent...
On n'a pas TOUS fait ça,et même si on avait "les hormones qui nous travaillaient",on n'est pas forcémment allé dans la déperdition...
Tu sais l'adolescence est aussi un âge où l'on découvre des auteurs,ou l'on commence aussi à éprouver des sentiments d'émulation entre nous(pas forcémment sexuelle),un âge où l'on découvre des héros et qu'on devient assez bêtes parfois pour vouloir leur ressembler,etc...
Je dois t'avouer qu'en ce qui me concerne,les romans d'aventure,les sports,les biographies et la "découverte" de l'autre sexe ont été mes passe-temps favoris.....
Même s'il faut avouer que "madame cinq doigts " me rendait visite,elle n'en est pas pour autant devenue ma meilleur amie...

Le tout pour cet âge est encore d'avoir de quoi "occuper" son esprit...

Pour finir tes propos m'étonnent beaucoup venant d'un "chantre" de Mâat...
(je crois que les guillemets ne sont pas de trop....)

cf http://www.grioo.com/forum/viewtopic.php?t=4418

Pardonne moi,mais mais ton "humour" m'en donne des crampes abdoMINANBLES.....
_________________
"Ce que l'on n'apprend pas par la sagesse il faut l'apprendre par les malheurs"
"Les sages cherchent la vérité,les imbéciles l'ont déjà trouvée"
"On apprend autant d'un roi,d'un sage que d'un clochard,il suffit de savoir écouter"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Marvel
Bon posteur


Inscrit le: 12 Juil 2005
Messages: 581

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 02:14    Sujet du message: Répondre en citant

Message supprimé pour ne pas nourir des polémiques stériles sur un sujet qui mérite le sérieux. N'oubliez pas: sortez couverts!

Dernière édition par Marvel le Mar 13 Déc 2005 03:51; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 03:05    Sujet du message: Répondre en citant

Une réponse que m'a envoyée quelqu'un qui traite un peu du sida sur le terrain...

-------------------------------------------

Cet article illustre bel et bien ce qui se passe autour du SIDA ; beaucoup de charlatans y ont trouvé une source de revenue au détriment des malades qui abandonnent les anti-rétroviraux pour aller chez ceux là qui leur promettent guérison. En plus il y a un phénomène de déni : refus de la réalité. Un oncle, un frère, une tante etc. sont accusés de tuer par sorcellerie, poison de nuit et autres je ne sais quoi. Certains refusent le dépistage car ils ont peur de s'entendre annoncer qu'ils sont séropositifs or c'est le début de la prise en charge : l'hygiène de vie, le changement de mode de vie peuvent faire éviter
d'entrer dans la phase SIDA proprement dite. il faut aussi dire que c'est à cause de la stigmatisation qui d'ailleurs est en nette diminution avec la connaissance et les informations que les gens ont du Sida.

Ce que tu dois savoir et que vous devez tous savoir , le Cameroun est un vrai nid où nul n'est épargné en commencant par les étudiantes, étudiants, élèves , travailleurs cadres et autres, grands hommes politiques et admiistratifs ETC. C'est inquiétant et je le sais d'autant plus qu'étant à la Sous-Direction du Conseil Médical, nous sommes le point focal de la lutte contre le VIH§SIDA en entreprise et de surcroit j'ai été formé comme pair-éducateur. Tata S... est dans l'observance des traitements par antirétroviraux à l'hôpital laquinitinie et est stupéfiée par le nombre d'étudiantes et de jeunes malades. C'est l'hécatombe. Lorsque tu vas dans les morgues pour les levées de corps, les 3/4 sont des jeunes sont âgés de 22 à 40 ans.. Devant une telle situation une mère ne peut que penser sa progéniture et à tous ses alliés.

Certaines personnes se sachant malades prennent du plaisir à en distribuer soit disant qu'ils n'ont rien fait pour mériter cet état mais tout en oubliant qu'ils se réinfectent par la même occasion car il peut contracter des souches différentes chez d'autres malades, ce qui complique toute prise en charge thérapeutique car son virus peut muter et devenir résistant au traiterment en cours s'il est sous ARV.

La meilleure manière est de mettre l'accent sur la prévention : abstinence, fidélité ou alors condom. En tout cas en tant que mère je pense toujours à vous et à tous nos enfants car la situation est alarmante !!!!. La polygamie à mon avis contribue à répandre le virus et certaines coutumes tel que le levirat, sororat, les autopsies traditionnelles très prisées chez les Dschang par exemple. On peut mettre des jours et des jours à parler du Sida.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 14:35    Sujet du message: Répondre en citant

vali a écrit:
BMW,
Je voudrais bien être d'accord pour dire que la priorité n'est pas de savoir d'où vient le Sida, mais le fait est que c'est l'Afrique qui est la plus touchée, comme par hasard !!!

C'est là que nous divergeons, Vali.
L'Afrique n'est pas la plus touchée "comme par hasard". Le sida ne vient pas trouver les gens tranquillement couchés dans leur lit.
Nous avons developpé des comportements à risque, nos pays ont tardé à prendre le mal au sérieux, notre propre élite politique est inconsciente de l'étendue du danger.

Imagine un jour qu'un test revèle que 70% des depistés lors d'un test de depistage à l'ENA ou à la sorbonne sont seropositifs.
Ça ferait la une des journaux et des JTs, Chirac, Galouzeau, Sarko, tous monterait au creneau, on voterait de nouvelles lois, dans un tintamarre du diable. On botterait le cul au ministre de la santé, aucun doute là dessus.
Mais en Afrique? Bof.
Même dans le forum, ça ne pète pas plus fort que ça: les gens lisent et se disent "Ah ouais, quand même...", et puis ils vont voir ailleurs.

Voilà, notre problème, on ne COMPREND PAS l'étendue de ce qui se passe. Ça NOUS ECHAPPE.

Et contrairement à toi encore une vois, je ne pense pas que la solution soit en tant que tel au niveau de la recherche. La guerison du sida (de seropositif à seronégatif) ce n'est pas pour demain, et les ARV ne soignent pas, et même si on les partage gratis, ceux qui les prennent seront bien portants mais toujours malades, et encore plus en forme pour propager la maladie s'ils ne se conscientisent pas.

La solution se retrouve donc non au niveau thérapeutique, mais au niveau du CHANGEMENT DE CONPORTEMENT et surtout d'une REELLE PRISE DE CONSCIENCE.

Vali a écrit:
Dis-moi une chose BM : Si en Afrique il y a des "baiseurs invétérés" ou un gout très développé pour la bonne chair et le sexe, ce n'est pas nouveau que je sache ! On peut dire alors que ça a toujours existé.

Et pour reparler des "baiseurs inverteres", oui, c'est nouveau, ce 10% de bourgeois et nouveaux-riches qui abusent des 90% des autres qui crèvent de faim.
Il y a 100 ans la propagation d'une MST comme le sida n'aurait pas pu être celle que nous connaissons aujourd'hui en Afrique.
Et pour preuve, les senegalais sont aussi africains que les camerounais, mais ils sont entre 5 et 10 fois moins atteints.


Vali a écrit:
Muana Kongo a écrit:

Le principe simple: "un couple, le test et fidélité" devrait être le slogan de base avec une campagne d'information adaptée plutôt que "utilisez le préservatif vous ne risquez rien", ou "vous avez droit de vous faire plaisir, le préservatif est fait pour ça".

D'accord à 100%.
Et j'adhère complètement à ce que tu as écrit.

+1


Et pour revenir à Marvel, un couple ce n'est pas forcément deux personnes mariées.
Deux jeunes qui ont vingt ans et qui sortent ensemble forment un couple.
Ils sont adultes, et ils doivent apprendre à agir de manière responsable.
J'adhère à 1000% au slogan que Muana propose, il faut mettre la pédale douce avec les slogans débiles du style "pincez, deroulez !"
Ils faut dire aux gens: "La situation est très grave. Un tiers de la population est potentiellement malade. Au pire des cas, mettez un preservatif, mais ce qui doit être la norme, c'est avoir un seul partenaire, de faire le test (qui ne coute que 2 ou 3 euros), et de maintenir des relations stables."


Marvel, quand tu dis "Les preservatifs doivent être gratuits", là encore tu te trompes très gravement en reprenant ce mythe selon lequel la maladie se propage principalement à cause de la pauvreté.
Relis les stats, les riches sont bel et bien plus infectés que les pauvres, en Afrique. Ce politicien à la bite bandée peut bel et bien s'offrir un camion de preservatifs. Je le répète, c'est donc un problème de comportement et pas un problème de pognon.

Il faut s'en tenir au "reality check".
Un préservatif coute 25 Fcfa au Camer (Contre 1 euro= 650 FCFA en europe), c'est à dire qu'en Afrique le preservatif coute trois fois rien. Personne ne peut te dire en toute honnêteté qu'il n'a pas les moyens de se payer un paquet de preservatifs, c'est du bluff.

Donc en ressortant le message perimé du preservatif gratuit et en refusant de voir dans la depravation la source du problème, tu re-proposes une solution politiquement correcte qui a déjà montré ses limites, et qui n'a fait qu'aggraver la situation.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ARDIN
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1863
Localisation: UK

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 15:01    Sujet du message: Répondre en citant

Salut,
Je verse cet article de Congopage pour donner une vue de ce qui se passe au Congo.

http://www.congopage.com/article.php3?id_article=3113

Citation:
Le Congo, le SIDA et l’hypocrisie

Les politiciens et les douairières du monde entier se sont donnés, comme tous les ans à date fixe, bonne conscience en ornant d’un ruban rouge leur boutonnière, comme si ce geste de mouton de Panurge était suffisant pour éradiquer l’abominable pandémie.
PAR YA SANZA|LUNDI12 DECEMBRE 2005


C’est vrai qu’au Congo, on communique de plus en plus sur la lutte contre le VIH. C’est vrai aussi que le message trilogique absurde d’hier : « Fidélité, Abstinence, Protection » ne fait plus recette, personne n’ignore que le(la) congolais(e) n’est ni abstinent(e) ni fidèle. Le message aujourd’hui insiste, fort heureusement, sur la protection. Des psychologues et des pédagogues sillonnent les lycées en y donnant des conférences plutôt crues afin de sensibiliser les jeunes aux risques de l’inconséquence sexuelle. Des couples séropositifs s’affichent dans les médias et parlent de leur expérience ainsi que des possibilités de vivre presque normalement avec le virus dans le corps.

Pourtant, l’essentiel est oublié : comment la jeunesse peut-elle avoir peur de cette saloperie si personne n’en meurt ? Car au Congo, personne ne meurt du SIDA, on meurt de longue et pénible maladie, de pneumopathie, de sorcellerie, jamais du VIH. Les familles taisent les raisons de la disparition de leurs proches comme si l’opprobre devait tomber sur elles les si la cause du décès était rendue publique.

Imaginez l’impact si dans les rubriques nécrologiques des télévisions de proximité, la plupart des décès dus au mortel virus étaient annoncés, si on mettait enfin des visages et des noms sur les victimes.
C’est sans doute aux malades que revient la responsabilité de faire le pas, de déclarer publiquement l’affection dont ils sont atteints, car on ne peut pas compter sur les familles pour franchir le Rubicon.


Allez voir le Centre de Traitement Ambulatoire de Pointe-Noire, ce centre de la Croix Rouge Française distribue les trithérapies, voyez comme la plupart qui s’y rendent, nombreux, chercher les quelques cachets du salut, viennent en se dissimulant. Il est malheureux que ceux-là même qui sont victimes ne fassent rien pour aider à la lutte, quand il suffirait qu’ils s’affichent en tant que malades. S’ils se taisent, ne serait-ce pas aussi par crainte de ne plus trouver de partenaire ? Ce sont les séropositifs et les malades qui sont les vecteurs de la contagion alors qu’ils pourraient mener une vie sexuelle normale et sans risque pour les autres s’ils usaient de préservatifs.

L’amour est meurtrier. Dans un couple, chacun sait s’il est sujet à risque ou pas, il ne peut jamais avoir de certitude en ce qui concerne les relations extra conjugales de son partenaire, quelle que soit la confiance qu’il lui fait. C’est particulièrement vrai dans le cas des couples adultérins, si l’un des partenaires est adultère pourquoi serait il fidèle à son amant/maîtresse ?

On meurt tous les jours du Sida, à Brazzaville, Pointe-Noire, Ouesso, Sibiti, comme à Paris, New-York ou Pékin. Qu’on nous montre les victimes, qu’on fasse réellement peur à la jeunesse pour laquelle le VIH ne semble être qu’un épouvantail puritain pour l’empêcher de s’envoyer en l’air. Ne disent ils pas :
Syndrôme Inventé pour Décourrager les Amoureux.

_________________
l'Hommage a Cheikh Anta Diop sur PER-ANKH
l'Hommage a Mongo Beti sur PER-ANKH
l'Hommage a Aime Cesaire sur PER-ANKH

LPC-U : CONSTRUIRE LE CONGO POUR L'UNITÉ DE L'AFRIQUE
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 15:15    Sujet du message: Répondre en citant

+ 1 pour la côte d'ivoire et quelques autres pays africains que je connais ou en effet on ne "meurt pas du SIDA"...c'est très vrai cet article.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Marvel
Bon posteur


Inscrit le: 12 Juil 2005
Messages: 581

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 16:22    Sujet du message: Répondre en citant

Mon cher BMW,

Le sida, en tout cas sa propagation, a été maîtrisée en occident par la communication sur le préservatif. Essentiellement. Il n'y a pas eu de liste de morts célèbres (Ardin) pour terroriser la population, et tous les appels de retour à la morale moyenageuse ont été combattu avec vigueur. Vous savez que la grande tâche qui a accompagné le pape dans sa tombe c'est bien cette histoire d'abstinence et de fidélité pour lutter contre le SIDA. La société africaine n'est pas plus libidineuse que les autres. Connaissant bien les deux, je dirai même que c'est le contraire. En France, la naissance du SIDA coïncide avec la dépénalisation de l'homosexualité qui est le mode de contamination le plus radical. Durant les années 80, 90 et surtout 2000 le nombre de lieu de rencontre sexuels n'a cessé de croitre. Les clubs échangistes se sont multipliés comme les petits pains de Jésus. Et surtout, ils ce sont démocratisés : 45 euros pour un homme seul avec à la clé la possibilité de coucher avec 10 filles le même jour; gratuit pour les filles seules; 60 euros por les couples. Ce sont les minimum et y'en a partout. J'ai lu le livre de Patrick Sébastien sur les clubs libertins qu'il fréquente depuis 25 ans. On en a fait la pub sur toutes les chaînes et il était invité partout à faire sa promo. Il n'existe plus une seule (grande) boite de nuit de Paris qui n'a pas son sous-sol de libertinage. Des centaines voir des milliers de clubs privés n'ont que cela comme objet. Jamais l'art de la séduction n'a été menée si haut dans ces société occidentale. Un acteur a du succès quand il a changé de partenaire. Qui ne se souvient pas de Nicole Kidman et son mari qui ont du divorcé sans aucun problème, juste parce que leur conseiller financier constaient qu'ils ne suscitaien plus l'engouement du public parce que leur durée de couple otait l'image "glamour" de chacun dans sa carrière. C'est un vrai culte du sexe que nous connaissons en Europe. Ajouté à cela l'internet où 2/3 des sites les plus fréquentés sont des sites pornos, accessible à tous.

A qui vous voulez faire croire qu'en Afrique c'est pire? En RDC, pays le plus atteint en nombre de porteurs (pas en proportion par rapport à la population), le sida est plus présent en zones rurales que dans les villes. Je l'ai entendu de la bouche d'un coordonnateur anti-sida locale passant à la radio il y'a 15 jours.On sait depuis l'antiquité que le but ultime du pouvoir c'est de posséder toutes les femmes. Si en ville le coupable ce n'est l'élite fortunée, elle ne contaminerait pas à elle seule toute la population quand même. Les femmes de puissants et les puissants ça reste un milieu fermé, élitiste, et ceux qui y entrent n'en ressortent pas. Si ce n'était que ça, le sida serait circonscrit.

Alors je dis, vanter l'abstinence et/ou la fidélité est une hypocrisie ou bien ça relève d'une méconnaissance totale de la nature humaine. Ceux qui ont pu maitriser cette pandémie n'y sont pas parvenus par ce biais là. Multipliez les "+1" et les "co-signe" ça ne m'impressionne pas. Je sais scientifiquement que ce n'est pas la bonne méthode. A moins que vous ne désexualisiez toute la société comme a réussi à le faire l'Islam en imposant la burka et autres djellabas. Lançons nous dans l'excision aussi pour refreiner tout apetit sexuel des femmes. Créons des écoles pour femmes et d'autres pour hommes qui ne se rencontre quassiment jamais sauf en famille.
Saviez-vous qu'un homme sur 11 n'a pas pour père celui que sa mère a désigné? Etude genétique très sérieuse menée en 1998 que j'ai pu lire dans le Point. Cette proportion monte à 1 sur 7 dans les sociétés ou le divorce est interdit. Et dans les pays musulmans, la consiguinité est deux fois plus élevé qu'ailleurs parce qu'il est plus fréquent que les cousins/cousines, frères/soeurs et beaux-frères/belles soeurs couchent ensembles (en cachette) puisqu'ils ne voient pas d'autres femmes ni d'autres hommes.

Donc si vous voulez résorber la question du SIDA par une privation des libertés, il faut y aller net par l'institution d'une vraie police de la morale qui comme en Arabie saoudite demandera les papiers de mariage si on voit un homme et une femme ensemble. Je ne dis pas que je suis contre, mais assumez jusqu'au bout de votre pensée. Mais en laissant l'homme libre de ses actes, les appels à l'abstinence et à la fidélité en négligeant le préservatif que vous présentez comme une incitation au sexe, c'est criminel comme discours. Et je pèse mes mots.

Je constate que nous les noirs avons une prévalence beaucoup plus élevée au VIH que les autres races. En faisant moins dans notre comportement (et j'insiste que nous en faisant moins!) nous sommes tout de même moins résistant à ce virus. Je suis pour le préservatif permanent (Un laboratoire américain travaille dessus depuis qlq années). En attendant, sortez couverts. On a pas trouvé mieux et ça marche.
_________________
Révélons de l'Afrique et des Noirs ce qu'ils ont de positif. Pour le reste, les impérialistes occidentaux et leurs valets aliénés ou consentants s'en chargent déjà.
L'Afrique, j'y crois!
Marvel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Marvel
Bon posteur


Inscrit le: 12 Juil 2005
Messages: 581

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 16:59    Sujet du message: Répondre en citant

J'ajouterai: lorsqu'on désigne les personnes porteuses du VIH comme gens de petite vertu, quand on les stigmatise de cette manière abominable qui fait d'eux les représentants ambulants d'une "dépravation des moeurs", comment voulez-vous qu'ils se risquent à se faire dépister? Qu'ils n'aient pas la tentatition de contaminer d'autres encore afin de ne plus être une exception mais la normalité? Comment voulez-vous qu'après leur décès leur famille se fasse l'écho des réalités? C'est vous par ce discours inqualifiable qui faites du SIDA une maladie honteuse qu'il faut cacher, et finalement qui prolifère dans le silence.
_________________
Révélons de l'Afrique et des Noirs ce qu'ils ont de positif. Pour le reste, les impérialistes occidentaux et leurs valets aliénés ou consentants s'en chargent déjà.
L'Afrique, j'y crois!
Marvel
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
BM
Grioonaute régulier


Inscrit le: 02 Mar 2004
Messages: 323

MessagePosté le: Mar 13 Déc 2005 17:45    Sujet du message: Répondre en citant

Mon cher Marvel,

Déjà, et cela me semble évident, les forumistes ne participent pas au sujet pour "t'impressioner". Je pense te l'avoir dit sur un autre topic (sur la notion de "conscience", je crois), qu'il faut eviter ce genre d'allusions, de mêmes que traiter les gens d'émules de Jean-Paul II, etc.... Ça fait que les débats partent en couilles sans raison.
Les uns et les autres essayent de rester corrects, non parce qu'il ne peuvent être sarcastiques ou ironiques, mais parce qu'ils ont à coeur de faire avancer le débat.


Je ne doute point de la sexualité pour le moins bizarre des leucos
BMW a écrit:
Et pour conclure, je dirai ceci: les leucos sont parfois drôlement tordus, avec la zoophilie, le sado-masochisme, le gang-bang, l'échangisme, les partouzes et j'en passe, ils s'embrassent à bouche que veux-tu en public, à la TV, devant leurs enfants.
Ils font vraiment n'importe quoi mais leur taux de séroprevalence est inferieur à 0.5%.

Personne ici n'est contre le preservatif. Je me recite:
BMW a écrit:
Je rebondis aussi sur ce que dit Pana, à quoi ça sert de faire le procès du préservatif? En occident, les gens l'utilisent, et en consequence le taux de seroprevalence est très bas. Que les presos ne soient pas à 100% efficaces, on le sait tous, mais pour ceux qui veulent rester sexuiellement actifs avec des partenaires multiples, ont-ils un autre choix?


Les points que tu as soulevés ne sont donc pas ceux dont on discute.
Là n'est donc pas le débat

Pris parmi d'autres, voici deux points qui ont été soulevés dans le débat:
1. Pourquoi alors que nous aimons à croire que nous sommes "pudiques" sommes-nous plus atteints que le reste du monde?
2. Le message axé principalement sur le preservatif est-il le bon?

A la première question, tu répond que tu constates (quelles études? quelles stats?) que les africains sont plus receptifs à la maladie.
J'estime que ce constat ne repose sur rien de concret. A toi d'étayer ce point de vue de manière plus claire.
A la seconde, tu reponds oui.


Marvel, on estime que la moitié de la population sexuellement active des 2 millions d'hbts de Yaoundé est seropositive.
Dans cette situation d'exception (car 50% de seropositifs c'est ENORME, exceptionnel), sans utiliser le preservatif on se condamne pratiquement à coup sûr. Et même en utilisant le preservatif on prend un risque non négligeable, puisque une fois sur deux on joue REELEMENT avec le feu.
Par contre, dans n'importe quelle ville occidentale, le taux de seroprevalence est inferieur à 0.5%. Même sans preservatif, je prends peu de risques, juste 1 chance sur 200 d'être infecté. Avec preservatif, j'en prends encore moins, je suis pratiquement protégé à 100%.

Donc, donner le même conseil à un jeune parisien et à un jeune yaoundéen serait une grosse erreur, une très grosse erreur.
Le taux de seroprevalence dans certaines regions de l'Afrique est tel que les campagners de preventions doivent s'axer sur les moyens de prevention les plus radicaux.
Il faut un remède de cheval.

Mon point de vue est donc: le preservatif c'est (très) bien. Avoir des relations stables et faire le test, c'est encore mieux.

Et enfin, tu as semblé interpreter mon point de vue et celui de muana comme celui d'une privation de liberté sexuelle.
Personnellement, je pense que la liberté est indissociable de la responsabilité.
On est libre quand on accepte d'être tenu pour responsable de ce qu'on fait de cette liberté.
On est responsable de ce qu'on fait lorsqu'on a été libre de le faire ou pas.
De mon point de vue, on ne peut jouir de manière satisfaisante de sa liberté sexuelle que lorsqu'on est pleinement responsable de ses actes (en termes de procréation, de respect des moeurs et de santé publique) et qu'on est prêt à en payer les conséquences.
Et il est temps qu'en Afrique les gens se responsabilisent à ce propos, pour moi là se trouve le noeud du problème, la liberté sans responsabilité.


Par rapport à ton dernier post, c'est vrai que la vie d'un séropositif ne doit pas être facile tous les jours. Qu'a partir de là tu veuilles justifier qu'ils puissent contaminer les autres "pour ne plus être l'exception" me parait très déplacé.

L'article de Congopage est très bon et en effet le seul bémol est qu'il preconise la "sortie" du placard pour les malades, ce que personnellement je reprouve.
Le secret medical existe, les gens n'ont aucun droit de savoir si X, Y ou Z souffre d'un cancer, de tuberculose ou du sida. Il ne faut pas stigmatiser les malades, leur faire porter la croix du juif pour qu'ils soient reconnassables dans la rue.
Mais d'un autre côté, en face d'un problème de santé publique, l'Etat a la responsabilité de preserver la santé de ceux qui sont sains (la quarantaine, par exemple, pour la peste). Le faire en respectant le droit à l'intimité des malades est parfois problématique, en effet.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Santé Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 1 sur 5

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group