Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Koulibaly évoque une future monnaie ivoirienne
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Nkossi
Bon posteur


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 722

MessagePosté le: Mar 20 Fév 2007 17:33    Sujet du message: Koulibaly évoque une future monnaie ivoirienne Répondre en citant

Koulibaly évoque une future "monnaie ivoirienne" - Le Patronat sénégalais panique

Que font les patrons sénégalais, réunis au sein de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes), quand ils rencontrent Me Doudou Ndoye, petit candidat à l’élection président du 25 février 2007 ? Ils échangent des propos angoissés sur… la Côte d’Ivoire !
«Pour être libres, nous allons créer notre monnaie», avait lancé, selon l’agence PANA, le président le président de l'Assemblée nationale ivoirienne Mamadou Koulibaly, notamment pour se plaindre du fonctionnement du «compte d’opérations» déposé au Trésor français et où se trouve la majorité des avoirs extérieurs des pays de la zone franc. Cela a suffi pour provoquer l’hystérie de certains milieux au Sénégal.
Une telle volonté, si elle arrivait à être concrétisée, serait une grande perte pour tous les pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et même de l'Afrique, a ainsi affirmé le candidat de l'Upr à l'élection présidentielle du 25 février 2007, Me Doudou Ndoye, qui faisait face aux chefs d'entreprise membres de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes). Pire, a-t-il dit, «ce serait une catastrophe pour la zone Uemoa et toute l'Afrique. Car la Côte d'Ivoire représente, à elle seule, la locomotive de l'Union. Et le Sénégal qui l'épaule, ne pourra pas seul tenir debout. Ce sera alors l'éclatement de l'union, sauf si les pays font une fédération. Ainsi, chaque pays sera fragilisé avec sa monnaie unique. C'est un retour en arrière».
Les grands patrons sénégalais en ont profité pour exprimer leur inquiétude face à l’éventualité d’une monnaie ivoirienne. «Nous n'en pensons que du mal. La Cnes en tout cas reste très collée à l'idée que l'intégration africaine est notre chance, dira son président Mansour Kama. L'intégration régionale est la démarche la plus appropriée pour faire face à la mondialisation du fait de la nécessité non seulement d'élargir nos marchés, mais d'être dans le cadre d'une solidarité agissante entre les pays africains, notamment de la sous-région où nous pouvons bâtir des chaînes de valeurs sur un certain nombre de produits. L'intervention du président de l'Assemblée nationale ivoirienne, avec tout le respect que j'ai pour cette institution, apparaît comme un cheveu dans la soupe. Ce n'est pas approprié de faire une dispersion des forces ouest-africaines, que chacun aille avec sa monnaie», a-t-il souligné, si l’on en croit le quotidien Walf Fadjri d’hier.
Il est évident que les cris d’orfraie du patronat sénégalais entraîneront des réflexions du côté d’Abidjan. Déjà, dans certains milieux, on s’interroge sur le militantisme de certains en faveur de «l’intégration régionale» et de la «solidarité agissante», qui s’accommode très bien du soutien d’Abdoulaye Wade, le président sénégalais, à la déstabilisation de la Côte d’Ivoire, notamment à travers l’octroi de passeports diplomatiques à Guillaume Soro ainsi qu’à ses hommes et à travers le blanchiment à Dakar de l’argent issu des «casses» de la BCEAO.
Par ailleurs, à Abidjan, on fait remarquer que si l’on considère que la Côte d’Ivoire est «la locomotive de l’Union» et que la monnaie commune ne survivrait pas sans elle, on doit dénoncer les manœuvres de chefs d’Etat comme Abdoulaye Wade, qui veulent profiter de la crise ivoirienne pour remettre en cause un accord tacite qui fonde les relations entre pays de l’UEMOA depuis des décennies : le siège de la BCEAO se trouve à Dakar, mais le Gouverneur est toujours un Ivoirien.

A Abidjan, dans certains milieux, on sourit également en se demandant pourquoi le patronat sénégalais pense que l’intégration régionale ouest-africaine doit se manifester par un compte d’opérations basé à… Paris !

Sylvie Kouamé
SOURCE
_________________
La véritable désaliénation du Noir implique une prise de conscience abrupte des réalités économiques et sociales. F. Fanon
L'ignorance est un danger que tout homme doit éviter. S. NKOUA

Visitez le blog de Théo http://kouamouo.ivoire-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nkossi
Bon posteur


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 722

MessagePosté le: Mar 20 Fév 2007 17:38    Sujet du message: Répondre en citant

Avec la prochaine ineluctable devaluation du CFA, la configuration actuelle de toutes faÇons ne tiendra pas !
Si une imtegration est necessaire, pour paraphraser S Kouame :

Citation:
A Abidjan, dans certains milieux, on sourit également en se demandant pourquoi le patronat sénégalais pense que l’intégration régionale ouest-africaine doit se manifester par un compte d’opérations basé à… Paris !
Rolling Eyes Rolling Eyes
_________________
La véritable désaliénation du Noir implique une prise de conscience abrupte des réalités économiques et sociales. F. Fanon
L'ignorance est un danger que tout homme doit éviter. S. NKOUA

Visitez le blog de Théo http://kouamouo.ivoire-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Teo Van
Grioonaute régulier


Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 495
Localisation: Afrique Sub Saharienne.

MessagePosté le: Mar 20 Fév 2007 23:28    Sujet du message: Répondre en citant

Ce type d'annonce est économiquement contre productif.

Il ne fait qu'affaiblir davantage le Franc CFA, parceque les opérateurs économiques vont s en débarasser au profit d'autres monnaies. Le marché obéissant à la loi de l'offre et la demande , le cours de CFA devrait théoriquement baisser. Mais La BCEAO va intervenir pour stabiliser son cours..suivant la parité fixe en fonction de l'Euro.
Elle ne le peut indéfiniment. D'ou comme disait NKOSSI 'une dévaluation devient inéluctable' Mais la décision de dévaluation est politique...soit très très imprévisible.

C'est ce type de propos non murement refléchi et venant d'un Président d'Assemblée Nationale , qui pose problème.
Il n'en est pas à sa première ce Monsieur Koulibaly.

Ce n'est pas avec ce type d'individus que la Côte d'ivoire divisée , pourra tenir une monnaie. Ce sera l'achèvement du déclin.

Nombreux sont ceux qui sont encore enfermés dans cette vielle reférence qui veut que la Côte d'ivoire pèse 60 % de la BCEAO; et de celà ils en tirent toutes sortent de conclusions.... Je veux leur dire que cette reférence à vécu.

L'économie ivoirienne est tellement infime (proche du 0) dans l'économie monde... qu'elle ne peut , de façon prospère , être sous jacente d'une monnaie.

Qu'ils éssaient s'ils veulent.
_________________
Nicolas Sarkozy « La France, économiquement, n’a pas besoin de l’Afrique. Les flux entre la France et l’Afrique représentent 2% de notre économie ».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 3171

MessagePosté le: Mar 20 Fév 2007 23:34    Sujet du message: Répondre en citant

Teo Van a écrit:

L'économie ivoirienne est tellement infime (proche du 0) dans l'économie monde... qu'elle ne peut , de façon prospère , être sous jacente d'une monnaie.

Qu'ils éssaient s'ils veulent.


Et le Ghana alors ?
Et le Nigeria alors ?

A ma connaissance la cote d'ivoire c'est 40% (ou 20% ? je me rappelle plus tres bien) de l'economie de l'afrique de l'ouest le nigeria inclus.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
WILDCAT
Super Posteur


Inscrit le: 17 Sep 2006
Messages: 1191

MessagePosté le: Mar 20 Fév 2007 23:58    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
[quote="M.O.P A ma connaissance la cote d'ivoire c'est 40% (ou 20% ? je me rappelle plus tres bien) de l'economie de l'afrique de l'ouest le nigeria inclus.



CO SIGN !! Mais pour revenir à la provocation ou la conviction de Mamadou Koulibaly. Je dirais même pour lui c'est de la "PROVICTION": Veuillez excusez la contraction des 2 termes. Cela ne m'étonne pas de lui, c'est à mon avis le politicien de plus nationnaliste de la Côte d'Ivoire!!!

Situation ubuesque et chaotique dans le pays voisin (Guinée Conakry) qui avait à l'époque le Silly (monnaie de revendication nationale), ensuite (Franc guinéen) on se rapproche du colon à qui le peuple a dit NON; après un projet en souffrance ou à l'eau (vu la situation actuelle du pays) d'une monnaie commune avec la Gambie, Le Nigeria, Ghana et Siera Leonne (l'ECO) et maintenant qu'est-ce qu'on apprend dans les instances financières de la Guinée: une éventuelle entrée dans la ZONE FRANC!!!! Shocked

Je ne sais plus quoi penser de nos pays!!! Shocked Que voulons-nous à la fin? Confused
_________________
"La seule richesse naturelle d'un pays est son peuple"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Teo Van
Grioonaute régulier


Inscrit le: 24 Sep 2005
Messages: 495
Localisation: Afrique Sub Saharienne.

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 00:12    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:

Et le Ghana alors ?
Et le Nigeria alors ?

A ma connaissance la cote d'ivoire c'est 40% (ou 20% ? je me rappelle plus tres bien) de l'economie de l'afrique de l'ouest le nigeria inclus.


J'ai dit prospère.

Et ni le Ghana, ni le Nigéria ne sont prospères.
La preuve ils sont tous deux Pays Pauvres endettés
_________________
Nicolas Sarkozy « La France, économiquement, n’a pas besoin de l’Afrique. Les flux entre la France et l’Afrique représentent 2% de notre économie ».
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 3171

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 00:23    Sujet du message: Répondre en citant

Teo Van a écrit:
M.O.P. a écrit:

Et le Ghana alors ?
Et le Nigeria alors ?

A ma connaissance la cote d'ivoire c'est 40% (ou 20% ? je me rappelle plus tres bien) de l'economie de l'afrique de l'ouest le nigeria inclus.


J'ai dit prospère.

Et ni le Ghana, ni le Nigéria ne sont prospères.
La preuve ils sont tous deux Pays Pauvres endettés


Parce que la cote d'ivoire, le mali, le senegal, le cameroun, le gabon, etc. avec le franc CFA sont plus prosperes que ces pays peut etre ?

Le ghana et le nigeria sont de loin plus prospere que tous ces pays.

Le nigeria a regle sa dette l'annee derniere, ses reserves en dollar depasse aujourd'hui les 50 Milliards.

Ce qu'on ne peut dire des pays francs qui n'ont generalement pas de reserve ou tres peu, le senegal a peine 1 milliard, ainsi que le cameroun et d'autres.

Arrow Je rappelle qu'il s'agit d'evaluer s'ils sont mieux avec ou sans le CFA.

Le ghana et le nigeria sans le cfa sont plus prosperes et de loin que ceux avec le cfa.

Ghana selon la cia
Citation:
GDP (purchasing power parity):
$59.15 billion (2006 est.)

GDP (official exchange rate):
$10.18 billion (2006 est.)

GDP - real growth rate:
5.7% (2006 est.)


GDP - per capita (PPP):
$2,600 (2006 est.)


Budget revenues: $3.616 billion

Exports: $3.286 billion f.o.b. (2006 est.)

Reserves of foreign exchange and gold: $2.098 billion (2006 est.)

Debt - external: $3.546 billion (2006 est.)

Current account balance: $-219 million (2006 est.)


Le Senegal selon la Cia
Citation:

GDP (purchasing power parity):
$22.01 billion (2006 est.)

GDP (official exchange rate):
$8.562 billion (2006 est.)

GDP - real growth rate:
4.9% (2006 est.)


GDP - per capita (PPP):
$1,800 (2006 est.)


Budget: revenues: $2.023 billion

Exports: $1.478 billion f.o.b. (2006 est.)

Debt - external: $1.628 billion (2006 est.)

Current account balance: $-895.2 million (2006 est.)

_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie


Dernière édition par M.O.P. le Mer 21 Fév 2007 00:36; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imab19
Grioonaute régulier


Inscrit le: 18 Avr 2005
Messages: 332

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 00:32    Sujet du message: Répondre en citant

WILDCAT a écrit:
Citation:
[quote="M.O.P A ma connaissance la cote d'ivoire c'est 40% (ou 20% ? je me rappelle plus tres bien) de l'economie de l'afrique de l'ouest le nigeria inclus.



CO SIGN !! Mais pour revenir à la provocation ou la conviction de Mamadou Koulibaly. Je dirais même pour lui c'est de la "PROVICTION": Veuillez excusez la contraction des 2 termes. Cela ne m'étonne pas de lui, c'est à mon avis le politicien de plus nationnaliste de la Côte d'Ivoire!!!

Situation ubuesque et chaotique dans le pays voisin (Guinée Conakry) qui avait à l'époque le Silly (monnaie de revendication nationale), ensuite (Franc guinéen) on se rapproche du colon à qui le peuple a dit NON; après un projet en souffrance ou à l'eau (vu la situation actuelle du pays) d'une monnaie commune avec la Gambie, Le Nigeria, Ghana et Siera Leonne (l'ECO) et maintenant qu'est-ce qu'on apprend dans les instances financières de la Guinée: une éventuelle entrée dans la ZONE FRANC!!!! Shocked

Je ne sais plus quoi penser de nos pays!!! Shocked Que voulons-nous à la fin? Confused

La motivation de Koulibaly n'est pas le fait que la CI pèse lourd dans la BECEAO mais le fait qu'il faut verser des avoirs au trésor français. Expliquez moi comment des Etats indépendants peuvent accepter une telle situation? En outre, il n'a dit pas fermé la porte aux autres états de la CEDEAO. Il dit juste que la CI ne veut plus dépendre du trésor français. Si les sénégalais s'y plaisent bein qu'ils assument alors leur choix.
Et surtout je ne crois pas que ce serait réculer que de créer une monnaie entièrement gérés par nos états. Pourquoi vouloir garder le CFA alors que c'est une monnaie gérées par un état ne faisant meme pas parti de la CEDEAO?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 00:53    Sujet du message: Répondre en citant

Il faut éviter les déclarations intempestives et hâtives comme de dire que la Côte d'Ivoire veut créer sa monnaie.

Je pense que créer une monnaie ne se fait pas légère, d'autant plus qu'on parle d'un pays en guerre. La crédibilité actuelle d'une monnaie ivoirienne est proche de zéro.

Koulibaly fait vibrer la fibre anti française. Je suis sur qu'on ne verra jamais la couleur de cette soi disant "monnaie ivoirienne" avant des lustres. Je partage les conclusions de Teo Van : si demain il y a une monnaie ivoirienne qui est créée, elle ne vaudra pas grand chose car les opérateurs économiques et les investisseurs n'auront pas confiance en elle, contrairement au CFA qui est garanti.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas songer à creer sa monnaie, je dis qu'entre sortir de la zone CFA et flatter le sentiment nationaliste des populations, il y a un fossé que la Côte d'Ivoire n'a pas encore franchi.

Le pire c est que ces mêmes dirigeants qui critiquent la france sont les premiers à y acheter des appartements ou demander des visas pour leurs enfants quand ils doivent poursuivre leurs études supérieures.

Halte à la démagogie!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 3171

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 01:03    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:

Ce sont des jugements de valeur sur la personne de koulibaly de ta part qui valent ce qu'ils valent.
Etant certain que tu ne le comptes pas dans tes connaissances et que tu ne l'as jamais rencontre.
Je doute meme que tu saches grand chose sur la personne.

Pour ce qui est de la monnaie et il est certain que le gouvernement ivoirien y reflechit, d'ou ces declarations qui ont peut etre pour but de preparer l'opinion et apprecier.

Une cote d'ivoire qui sort de guerre, je vois pas ce qui l'empecherai d'avoir sa monnaie. Beaucoup de pays sont passe par la, je ne veux pas parler des pays europeens comme l'allemage ou la france.

Mais des pays des balkans par exemple ont leur propre monnaie sans pour autant avoir besoin de confier la gerance a la france et ils existent bien aujourd'hui.

Meme des micro-etats comme la bosnie ont leur monnaie, que dire des pays latino-americains ou asiatiques, tous ont leur monnaie et beaucoup n'ont meme pas le poids economique de la cote d'ivoire.

Tout depend comment ils mettront tout cela en oeuvre.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imab19
Grioonaute régulier


Inscrit le: 18 Avr 2005
Messages: 332

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 01:05    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:
Il faut éviter les déclarations intempestives et hâtives comme de dire que la Côte d'Ivoire veut créer sa monnaie.

Je pense que créer une monnaie ne se fait pas légère, d'autant plus qu'on parle d'un pays en guerre. La crédibilité actuelle d'une monnaie ivoirienne est proche de zéro.

Koulibaly fait vibrer la fibre anti française. Je suis sur qu'on ne verra jamais la couleur de cette soi disant "monnaie ivoirienne" avant des lustres. Je partage les conclusions de Teo Van : si demain il y a une monnaie ivoirienne qui est créée, elle ne vaudra pas grand chose car les opérateurs économiques et les investisseurs n'auront pas confiance en elle, contrairement au CFA qui est garanti.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas songer à creer sa monnaie, je dis qu'entre sortir de la zone CFA et flatter le sentiment nationaliste des populations, il y a un fossé que la Côte d'Ivoire n'a pas encore franchi.

Le pire c est que ces mêmes dirigeants qui critiquent la france sont les premiers à y acheter des appartements ou demander des visas pour leurs enfants quand ils doivent poursuivre leurs études supérieures.

Halte à la démagogie!

justement l'idée forte dans ces propos, c'est une monnaie autre que le CFA. En outre, il n'est pas fou quand il le dit il sait que c'est pas avant la stabilisation du pays. Il a le mérite de soulever le problème et de le mettre sur la place publique pour que les autres etats membres y songent eux-aussi.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 02:12    Sujet du message: Répondre en citant

Teo Van a écrit:
Ce type d'annonce est économiquement contre productif.

Teo Van , tu dis pleins de choses ...

Citation:
Il ne fait qu'affaiblir davantage le Franc CFA, parceque les opérateurs économiques vont s en débarasser au profit d'autres monnaies. Le marché obéissant à la loi de l'offre et la demande , le cours de CFA devrait théoriquement baisser. Mais La BCEAO va intervenir pour stabiliser son cours..suivant la parité fixe en fonction de l'Euro


Tu dis effectivement pleins de choses ... aux dernières nouvelle cette monnaie le Franc cfa ne fluctuait pas , alors d'ou sort-il qu'il que son cours puisse baisser ? par rapport à quoi ?

Citation:
C'est ce type de propos non murement refléchi et venant d'un Président d'Assemblée Nationale , qui pose problème.
Il n'en est pas à sa première ce Monsieur Koulibaly.

Tu dis encore pleins d'autres choses ... Tu te crois p-e plus averti que Mamadou Koulibaly dans ce domaine ? lui est docteur en Économie ... Et de quelle sortie parles-tu au juste , celle pour denoncer l"armée francaise ou la Francafrique ?

Citation:
Ce n'est pas avec ce type d'individus que la Côte d'ivoire divisée , pourra tenir une monnaie. Ce sera l'achèvement du déclin.

Quel déclin ? Mais là ou tes yeux admirent un déclin , nous nous voyons un État qui se reconstruit , n'en déplaises !

Citation:
Nombreux sont ceux qui sont encore enfermés dans cette vielle reférence qui veut que la Côte d'ivoire pèse 60 % de la BCEAO; et de celà ils en tirent toutes sortent de conclusions.... Je veux leur dire que cette reférence à vécu.

Je suppose que tu parles en tant qu'économiste de la BCEAO ? et il s'agit de 40 % et non 60% comme tu essaies cyniquement d'extrapoler .

Citation:
L'économie ivoirienne est tellement infime (proche du 0) dans l'économie monde... qu'elle ne peut , de façon prospère , être sous jacente d'une monnaie.
J'ai envie de te demander et celle du Benin , mais c'est pas le sujet ...

Citation:
Qu'ils éssaient s'ils veulent
C'est quoi ca , une menace ? La france a essayé avec ses armes et il ne s'est rien passé encore , alors les petites menaces de Téo de Grioo on peut faire avec ...
Certains ont un sérieux contentieux avec leurs voisins et ils veulent les descendre par tous les moyens , c'est plus fort qu'eux .

En fait cette boutade de Mamadou Koulibaly ( parceque ce n'etait rien de serieux pris dans son contexte initial ) s'est passée lors d'une de ses conférences , c'etait juste une sortie comme il en fait souvent sans plus , la rumeur s'est emplifiée tellement qu'elle a atterit dans les oreilles des dirigeants Sénégalais , ceux-là mêmes qui s'encombraient de nos rebelles , qu'ils engraissent depuis mathusalem ...
Ces paroles de Mamadou etaient juste pour que ces dirigeants-vauriens de quelques pays du coin pour qu'ils se décident à comprendre que l'on ne peut pas pretendre vouloir une sous-region stable , d'une monnaie forte en aidant à la destruction de son propre voisin , de deux choses l'une ...

La sortie de K. Mamadou etait un discours disons de "menace" , il est eminent économiste , il n'a pas attendu Téo Van pour savoir qu'etant en guerre on ne eut pas objetcivement se créer une monnaie .
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 10:20    Sujet du message: Répondre en citant

Gnata a écrit:
La sortie de K. Mamadou etait un discours disons de "menace" , il est eminent économiste , il n'a pas attendu Téo Van pour savoir qu'etant en guerre on ne eut pas objetcivement se créer une monnaie .

Poser le principe selon lequel la Côte d'Ivoire (ou tout autre pays) a le droit de battre sa propre monnaie, ce n'est pas dire que demain matin elle va le faire. C'est bien rappeler qu'elle en a le droit, et qu'actuellement ce droit lui est confisqué par le Trésor Public Français, au profit du développement des intérêts de la France en Afrique CFA. Mamadou Koulibaly est fondé à réfléchir dès à présent aux moyens de recouvrer ce droit ; y compris par la création d'une monnaie ivoirienne.

On invoque abusivement le cas de la Guinée comme un contre-exemple. C'est méconnaître ce cas précis, car la France a tout fait pour que la Guinée échoue à créer sa propre monnaie : elle a confisqué les réserves de dévises de la Guinée après le "NON" de Sékou Touré, elle a inondé l'économie guinéenne de billets contrefaits, afin de saboter le cour du Sily, s'est déménée diplomatiquement pour empêcher des relations commerciales fructueuses entre la Guinée et de nombreux pays occidentaux, dont la solidarité est souvent sans faille lorsqu'il s'agit de mettre à terre un pays non-occidental, etc.

Notons, par ailleurs, que bien souvent d'importantes décisions monétaires ont été prises en temps de crise : en 1929 (la grande dépression), en 1947 (Plan Marshall, de mémoire), en 1979 (les chocs pétrioliers, suite à la guerre du Kipur), etc. Donc il est possible, voire souhaitable, pour un pays en mal de souveraineté nationale de poser le problème de son autonomie monétaire.

Ce qui est regrettable, c'est que nous ayions si peu d'hommes politiques en zone UEMOA capables de poser fermement ce problème de souveraineté monétaire : pourtant, "l'argent est le nerf de la guerre"...
Bien entendu, idéalement, il aurait fallu que l'Afrique occidentale (ou centrale) eût une monnaie unique. Mais à condition que cette monnaie ne soit pas le CFA, c'est-à-dire qu'elle soit entièrement autonome. Or, compte tenu du personnel politique actuel, et des désaccords profonds entre dirigeants ivoiriens, burkinabé, sénégalais, etc., la solution par défaut pour tout pays réellement désireux de souveraineté monétaire consiste à créer sa propre monnaie. Cela ne demande aucune autre quelconque condition, contrairement à ce que pensent trop de gens : créer sa monnaie, c'est comme créer son armée, prendre ses propres lois par des institions dédiées, etc. C'est seulement exercer les différents attributs de sa souveraineté politique, d'Etat effectivement indépendant (comme le tout petit Sri Lanka, par exemple ; ou le Lichtenstein, la Moldavie, etc...).
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Steve Biko
Grioonaute 1


Inscrit le: 25 Déc 2005
Messages: 185
Localisation: IDF

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 11:39    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis mort de rire. Quand j'ai passé ma licence d'économie dans une université africaine, j'ai appris dans mon cours d'économie monétaire que toutes les devises de la zone CFA sont gérées sur un compte d'opération ouvert au trésor français. Et depuis je pense que cette situation doit changer. Les pays de la zone CFA doivent recouvrer leur souveraineté monétaire. Mais je remarque aussi que depuis les indépendances, nous n'avons pas mis le sérieux nécessaire pour déjà gérer nos économies. Comment allons nous gérér une monnaie ? Vous souvenez-vous du Zaire monnaie ?
A mon avis, il faut viabiliser d'abord le cadre économique et surtout réduire la corruption avant de se lancer dans une aventure monnétaire, sinon c'est l'échec assuré.
Quant aux déclarations de M. Coulybaly Mamadou, je les range dans la même catégorie que les coups de gueule de M. Pascal Affin Nguessan qui préconisait de s'en prendre aux ressortissants ouest-africains dont les pays sont défavorables au régime ivoirien actuel.
_________________
"Soit tu es vivant, soit tu es mort et quand tu es mort, tu ne peux plus t'en soucier. Et ta façon de mourir peut elle même être une chose politique (...) car si je n'arrive pas dans la vie à soulever la montagne de l'apartheid, sûrement, l'horreur de la mort y parviendra"
Steve Bantu Biko
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 11:59    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P. a écrit:


La monnaie des pays que tu cites te paraît très crédible ? tu te baladerais avec la monnaie bosniaque ou tu preferes l'euro, le dollar ou même le cfa ? A u Zimbabwé, il faut aujourd'hui des tonnes de billets pour acheter des produits de première necessité parceque Mugabe fait n'importe quoi sur le plan économique. Le dollar zimbabwéen ne vaut rien en ce moment.

Analyse objectivement les facteurs. Il ne s'agit de supporter Koulibaly pour le supporter, mais de se demander quelles sont les chances de reussite actuelement d'une monnaie propre en CI.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 12:56    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:
M.O.P. a écrit:


La monnaie des pays que tu cites te paraît très crédible ? tu te baladerais avec la monnaie bosniaque ou tu preferes l'euro, le dollar ou même le cfa ? A u Zimbabwé, il faut aujourd'hui des tonnes de billets pour acheter des produits de première necessité parceque Mugabe fait n'importe quoi sur le plan économique. Le dollar zimbabwéen ne vaut rien en ce moment.
.

Salut Panafricain,

Si tu as peut-être raison de douter de la création d'une monnaie ivoirienne, tu ne fournis pas les bons arguments pour autant.
Dire qu'une monnaie ne vaut rien parce qu'on ne se baladerait pas avec n'est pas tout à fait vrai.
Te balladerais-tu avec le Riyal (monnaie du Qatar) ou le Ringgit de Malaisie ou le Won de Corée du Sud ?
Ces monnaies ne vallent-elles rien? J'en doute vu la richesse de ces pays là.
Ce n'est donc pas un problème de "célébrité" de la monnaie...


Ce n'est pas non plus un problème de change. Je me souviens encore du billet de 5.000.000 (MILLION) de dollars Turc (tjrs dans mon portefeuille au demeurant)...La turque qui me l'avait donné m'a dit que ça achète à peu près un Mac Do (soit 7 ou 8 euros).
5 MILLIONS de dollars turques...Un seul billet !

Le taux de change a un sens précis, que gère la banque centrale. Le fait qu'il faille des tonnes de billets peut être résorbé en changeant la valeur faciale des billets (le Japon l'a fait en son temps; même en étant très riche).
C'est comme si le Cameroun décidait de créer un billet de 5 centimes de CFA...Pour acheter une baguette de pain de 100 CFA, tu devrais sortir 2000 billets !
ça voudrait surtout que les valeurs faciales des billets sont indadaptés aux échanges.
Typiquement, les billets de 100 Francs français ont laissé place aux billets de 20 euros , et non aux billets de 100 euros (en nombre plus restreints).

Le problème du Zimbabwé est autre.


Quant à la garantie de CFA par la France, c'est un leurre. Voilà à peu près la chose :
Tu as 1000 CFA. Je t'oblige à me donner 600 CFA, et il te reste 400 CFA que tu peux dépenser.
Ensuite, je dis que je garantis des éventuels déficits (je les paierais à ta place), mais en t'obligeant par exemple à ne jamais dépenser plus de 500 CFA (de toutes façons, tu as aussi le FMI et la BM sur le dos qui t'astreignent à l'équilibre budgétaire).
Allez, quand tu dépenses trop, tu dépenses 600 CFA (ce qui te fait de si mauvais déficits que toi-même tu as peur de ce que ton pays dira); comme tu n'en as que 400, je complète les autres 200 CFA...avec les 600 que tu m'as donné bien-sûr !!

Tu appelles ça une "garantie"? On garantit le CFA avec l'argent que tu as au préalable déposé. C'est un joli tour de passe-passe.
Le CFA n'est pas une monnaie à part entière, c'est une sous-unité de l'Euro. Le CFA fluctue par rapport à toutes monnaies différentes de l'Euro (puisque parité fixe statutaire avec l'Euro).
Les pays africains encaissent de pleins fouets les politiques monétaires de la Banque européenne sans pouvoir rien faire. La BEAC ou la BECEAO sont des gestionnaires, pas des décideurs.
Tu te rappelles le problème de pénurie de pièces au Cameroun? Il a fallu l'accord du ministre Thierry Breton pour que la fabrication de pièces pour 1 milliard de CFA environ soit lancé..

Voilà où on en est très précisément !


Dire que la CI avec sa monnaie n'attirera pas les investisseurs n'est pas vrai. Le Rwanda avait sa monnaie avec la guerre, pendant la guerre et après la guerre. Les investisseurs vont au Rwanda.
Pour moi, la garantie de la monnaie, c'est le potentiel reconnu des habitants du pays. Rien d'autre.
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
innsa
Grioonaute


Inscrit le: 15 Déc 2005
Messages: 99

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 12:59    Sujet du message: Répondre en citant

Pensez vous vraiment qu'un pays qui est en guerre depuis le depart de son dictateur soit en mesure de creer sa propre monaie ?
Un pays divisé en deux depuis des années qui veut créer une monaie... ca fait presque rire.

Quelques condition pour la Cote d'Ivoire pour créer sa monaie:
1. Faire la paix avec le nord ..
2. réunifier le pays...
3. Relancer l'economie
4. mettre fin a la corruption.

Un pays non crédible sur le plan international aura une monaie non crédible.
Aujourd'hui, mis a part les Cow-boy qui profitent de l'instabilité pour se faire de l'argent en Cote d'Ivoire, aucun operateur économique sérieux ne veut s'y installer... De peur de se faire chasser du jour au lendemain!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
innsa
Grioonaute


Inscrit le: 15 Déc 2005
Messages: 99

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 13:06    Sujet du message: Répondre en citant

Nino Les investisseurs qui sont allé au Rwanda pendant la guerre etaient les pires salopard: les vendeurs d'armes etc. qui ont profité de la detresse du pays pour se faire l'argent.

je ne pense pas qu'on puisse les prendre en exemple.

Ce qui est certain, c'est que dans les pays en Guerre, Il y a des gens qui se font beaucoup d'argent, vraiment beaucoup d'argent.
Mais ces gens sont là pour piller. Pas pour faire avancer le pays. plus la guerre dure longtemps, et plus ils se font des sous.

La Cote d'Ivoire n'a pas besoin de ce genre d'investisseurs !

Si la future monnaie de la cote d'Ivroire se stabilise grace a ce genre d'operateurs econimiques, J'ai vraiment peur pour la CI
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imab19
Grioonaute régulier


Inscrit le: 18 Avr 2005
Messages: 332

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 14:36    Sujet du message: Répondre en citant

innsa a écrit:
Pensez vous vraiment qu'un pays qui est en guerre depuis le depart de son dictateur soit en mesure de creer sa propre monaie ?
Un pays divisé en deux depuis des années qui veut créer une monaie... ca fait presque rire.

Quelques condition pour la Cote d'Ivoire pour créer sa monaie:
1. Faire la paix avec le nord ..
2. réunifier le pays...
3. Relancer l'economie
4. mettre fin a la corruption.

Un pays non crédible sur le plan international aura une monaie non crédible.
Aujourd'hui, mis a part les Cow-boy qui profitent de l'instabilité pour se faire de l'argent en Cote d'Ivoire, aucun operateur économique sérieux ne veut s'y installer... De peur de se faire chasser du jour au lendemain!

Comme d'habitude, on laisse l'essentiel pour discuter sans fin. La question est faut-il une monnaie autre que le CFA et dont la gestion incombe directement à nos Etats?
La question n'est pas de savoir si la CI a le droit ou non de faire sa propre monnaie et quelle crédibilité aura cette monnaie.
Si certains se complaisent dans cette monnaie qu'ils assument leur choix et laissent ceux qui veulent autre chose le faire.
Je préfère un échec à l'immobilisme.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 16:33    Sujet du message: Répondre en citant

Je pense que personne sur ce site ne doute à terme de l'utilité de la création d'une monnaie propre. Mais le topic porte sur la Côte d'Ivoire et sur la creation d'une monnaie la bas ds les conditions actuelles.



Imab19 a écrit:
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 3171

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 16:46    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:
Je pense que personne sur ce site ne doute à terme de l'utilité de la création d'une monnaie propre. Mais le topic porte sur la Côte d'Ivoire et sur la creation d'une monnaie la bas ds les conditions actuelles.



Imab19 a écrit:


Arrow Je reprend le titre et met en exergue les points pertinents puisque certain semblent avoir des problemes a se concentrer.

Citation:
Koulibaly évoque une future "monnaie ivoirienne"


On peut discuter sur l'echeance d'un futur, mais c'est quand meme assez aventureux, de le traduire par "ds les conditions actuelles", un futur n'est pas actuel si mes connaissances en francais sont encore bonnes.
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Imab19
Grioonaute régulier


Inscrit le: 18 Avr 2005
Messages: 332

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 16:50    Sujet du message: Répondre en citant

Panafricain a écrit:
Je pense que personne sur ce site ne doute à terme de l'utilité de la création d'une monnaie propre. Mais le topic porte sur la Côte d'Ivoire et sur la creation d'une monnaie la bas ds les conditions actuelles.



Imab19 a écrit:

Au final, on se comprend tous. Personne n'est dupe ici, on sait tous qu'à l'heure actuelle, la CI n'est pas prète. Néanmoins l'idée est plus que judicieuse. Je crois que le plus interessante maintenant est de voir comment peut se faire le projet. Faudra-t-il inclure la BEAC? Et pourquoi pas à la longue inclure toute l'afrique sub-saharienne?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 3171

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 19:48    Sujet du message: Répondre en citant

Cameroun Souveraineté : Pour une monnaie nationale
Quitter la zone franc pour créer une monnaie nationale suscite l'angoisse des groupes sociaux qui en tirent profit au Cameroun.

Par Robert Nyom *

Pourtant, il est impératif pour les pays africains de créer chacun leur propre monnaie nationale. A son stade actuel de sous- développement, il est suicidaire pour le Cameroun de continuer de jour à cache-cache sous le label fallacieux de l’intégration monétaire La politique monétaire et la politique fiscale constituent les deux outils les plus puissants de toute politique économique. Or, le Cameroun n'utilise aucun d'entre eux. Son économie est fragile et extravertie car basée sur les produits de rente.
La surévaluation du franc Cfa ne permet pas de développer les industries locales. Cette monnaie n'est qu'un "instrument de pouvoir au service des élites urbaines". Le mythe de la convertibilité totale et illimitée qui a longtemps justifie son maintien est maintenant dépassé. Le franc Cfa n'est plus convertible au sens où le prévoit l'article 9 de l’accord de novembre 1972. Depuis août 993, sa transférabilité est également très limitée.
En fonction de son volume de réserve de change, chaque pays peut créer te monnaie qui soit convertible à un taux et dans les conditions fixées en fonction du volume des réserves, de la cohérence des politiques macro-économiques mises en œuvres et de la crédibilité des dirigeants.

On ne peut pas dire que les marchés africains soient trop étroits et peu viables pour de nouvelles monnaies, car il existe désormais un seul marché mondial de plus de 5 milliards de consommateurs auquel s’adressent tous les producteurs de chaque pays. Les anciennes républiques soviétiques ont chacune leur monnaie, mais elles n'ont rien de plus que le Cameroun, le Gabon, le Bénin, etc. Ces pays (la Lituanie, la Lettonie etc.) ont pourtant bénéficié du soutien financier et technique de la communauté internationale et des bailleurs de fonds pour la création de leur monnaie. Les pays africains qui se portent mieux aujourd'hui (Iles Maurice, le Botswana) sont des marchés réduits. La monnaie nationale leur permet justement de s’attaquer au marché mondial.

Abandonner le franc Cfa n’est pas un renoncement au processus d’intégration économique de l'Afrique. Le franc Cfa n’a pas été créé pour renforcer l’intégration en Afrique. Bien au contraire, la principale fonction de cette monnaie, c'est de diviser les peuples africains. L’Umoa a été créée en 1994 entre un petit groupe de pays francophones pour combattre et affaiblir la Cedeao créée en 1975 et réunissant les pays anglophones, francophones, lusophones. De même, la CEMAC qui a été créée la même année entre les pays francophones d'Afrique centrale nourrit les objectifs déJà assignés à l'Udeac et à la Ceeac et exclut le Zaïre et l’Angola.

La création d’une monnaie nationale constitue une affirmation de la souveraineté d'un état. Le Cameroun ne devrait, sous aucun prétexte, abandonner une partie de sa souveraineté à une puissance étrangère. Le Cameroun a payé tr cher le prix de son indépendance en sacrifiant beaucoup de ses meilleurs fils.
Economiquement, l'appartenance du Cameroun à la zone franc ne lui a rien apporté de positif à notre connaissance. Bien au contraire, cette appartenance l'a beaucoup plus fragilisé son économie au moment où la crise économique internationale a éclaté. Une monnaie nationale pour le Cameroun est donc une nécessité impérieuse.
Réagir à l'article

http://www.quotidienmutations.info/mutations/52.php?subaction=showfull&id=1172082416&archive=&start_from=&ucat=52&
_________________
La vie est un privilege, elle ne vous doit rien!
Vous lui devez tout, en l'occurence votre vie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nkossi
Bon posteur


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 722

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 20:39    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
(...)Situation ubuesque et chaotique dans le pays voisin (Guinée Conakry) qui avait à l'époque le Silly (monnaie de revendication nationale), ensuite (Franc guinéen) on se rapproche du colon à qui le peuple a dit NON; après un projet en souffrance ou à l'eau (vu la situation actuelle du pays) d'une monnaie commune avec la Gambie, Le Nigeria, Ghana et Siera Leonne (l'ECO) et maintenant qu'est-ce qu'on apprend dans les instances financières de la Guinée: une éventuelle entrée dans la ZONE FRANC

Pourquoi quand on parle de la monnaie en Afrique, ne cherche t-on pas a s'inspirer de l'exemple par excellence qui marche ? Celui du Botswana, avec le pula, la monnaie la mieux gérée du continent, qui supplante même le rand de son puissant voisin ? A la base c'était portant un pays comparable aux autres.
Imab19 a écrit:
(...)
La motivation de Koulibaly n'est pas le fait que la CI pèse lourd dans la BECEAO mais le fait qu'il faut verser des avoirs au trésor français. Expliquez moi comment des Etats indépendants peuvent accepter une telle situation? En outre, il n'a dit pas fermé la porte aux autres états de la CEDEAO. Il dit juste que la CI ne veut plus dépendre du trésor français. Si les sénégalais s'y plaisent bein qu'ils assument alors leur choix.
Et surtout je ne crois pas que ce serait réculer que de créer une monnaie entièrement gérés par nos états. Pourquoi vouloir garder le CFA alors que c'est une monnaie gérées par un état ne faisant meme pas parti de la CEDEAO ?


Je te suis Imab19 ! En plus le pb, c'est que ce débat risque bientôt d'être dépassé par l'enchaînement des évènements : Le boum des achats vers la Chine s’ils ne sont pas compensés par un niveau d’exportations soutenu pourra entraîner l'implosion du système CFA tel qu'il existe aujoud'hui. Et la chose va plus vite arriver qu'on ne le croit !

En continuant d'acheter plus à la Chine qu'on ne lui vend, le déficit commercial de la zone CFA vis à vis de l'Empire du Milieu risque de sérieusement entamer les réserves de changes sur le fameux Compte d'Opérations auprès du Trésor français [l’Hexagone ne prendra pas le relais de la garantie, vu ses énormes déficits publics 1000 millirads d’€ ( ?)], pour relancer la compétitivité de la zone, une dévaluation CFA s’impose, c'est ce qui s'est passé en 1994, les conditions d'un remake sont remplies. Or je ne pense pas que le système continuera à tenir tel quel, même nos bénis oui-oui de pdts finiront par comprendre qu'il est de notre intérêt de découpler le CFA de l'Euro vu sa surévaluation.
Il s'agit aujourd'hui de devancer ce qui est inéluctable.
_________________
La véritable désaliénation du Noir implique une prise de conscience abrupte des réalités économiques et sociales. F. Fanon
L'ignorance est un danger que tout homme doit éviter. S. NKOUA

Visitez le blog de Théo http://kouamouo.ivoire-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Mer 21 Fév 2007 23:28    Sujet du message: Répondre en citant

innsa a écrit:
Nino Les investisseurs qui sont allé au Rwanda pendant la guerre etaient les pires salopard: les vendeurs d'armes etc. qui ont profité de la detresse du pays pour se faire l'argent.

je ne pense pas qu'on puisse les prendre en exemple.


Salut Innsa,
Je comprends ta réaction, mais la monnaie ne gère pas la morale.
Si un pays veut interdire les investisseurs tout court, sa banque centrale rachète toute sa monnaie en payant de ses réserves.

La monnaie ne gère pas la morale, ça c'est du ressort de la politique ou de la justice.
_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bundu
Grioonaute


Inscrit le: 10 Juil 2006
Messages: 76

MessagePosté le: Jeu 22 Fév 2007 10:38    Sujet du message: Répondre en citant

Pour ma part, je pense qu'il est grand temps que les pays d'afrique cherchent à s'affranchir du franc cfa qui n'est là qu'à ruiner nos économies. Je veux bien admettre qu'un pays en guerre ne peut avoir sa propre monnaie. Pour ce qui concerne la cote d'ivoire je pense que cette idée est lancée pour préparer l'opinion de la population et des pays de la zone cfa etsurtout le vautour (france).
Oui, il faut aussi admettre une chose que nos pays n'ont aucune marge de manoeuvre en ce qui concerne la politique monétaire qui dans certains pays sert aussi comme un levier à la croissance économique alors qe chez nous c'est la banque de france et le trésor français qui gèrent et décident de notre politique monétaite. Pouvez vous accepter que nos pays manquent tant de reverses parce qu'elles se trouvent bloquer dans un compte dit d'opération ? vous trouvez ça normal ? moi pas ! En plus sur le plan de la souveraineté ça n'est pas normal qu'un pays n'ai pas sa propre monnaie c'est aussi ça être souverain. je comprend vos peur de voir nos monnaies être dévaluées mais je sais aussi qu'un pays qui se gère bien et qui a des ressouces propres est capable de soutenir sa monnaie.
De toute façon c'est en se lançant dans l'eau que l'on apprend à nager. Arrêter de pleurnicher.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
innsa
Grioonaute


Inscrit le: 15 Déc 2005
Messages: 99

MessagePosté le: Jeu 22 Fév 2007 13:02    Sujet du message: Répondre en citant

Il n'est pas normal qu'une institution Française gere la monnaie d'un pays afrcains (ancienne colonie en plus)
Si on avait a faire a une institution internationale.. ça serait encore supportable.

On est tous d'accord pour dire que ce n'est pas a la France de gerer notre monaie.

Je pense qu'il faut revenir au début: pourquoi les "peres des independances" on accepté que l'ancien colonisateur, malgré les independances ait toujours un aussi grand pouvoir nos pays?

Seul Sékou Touré a eu le courage de dire non !

Maintenant quoi faire?

Moi je vois mal chaque pays CFA creer sa propre monnaie alors qu'en Europe ils font le contraire.

Ce qu'il faudrait faire, c'est une union pour décrocher le CFA de la France, et rendre notre monnaie independante... Mais bon j'ai utilisé un gros mot "union"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gnata
Super Posteur


Inscrit le: 14 Juil 2005
Messages: 1127

MessagePosté le: Jeu 22 Fév 2007 15:14    Sujet du message: Répondre en citant

OGOTEMMELI a écrit:
Poser le principe selon lequel la Côte d'Ivoire (ou tout autre pays) a le droit de battre sa propre monnaie, ce n'est pas dire que demain matin elle va le faire. C'est bien rappeler qu'elle en a le droit, et qu'actuellement ce droit lui est confisqué par le Trésor Public Français, au profit du développement des intérêts de la France en Afrique CFA. Mamadou Koulibaly est fondé à réfléchir dès à présent aux moyens de recouvrer ce droit ; y compris par la création d'une monnaie ivoirienne.


Salut OGO ,

Je n'ai absolument rien contre le fait de créer sa propre monnaie , je suis fervent supporteur de cette idée.
Mais c'etait juste pour repondre aux insultes qu'un Grioonaute se permettait à l'encontre de K . Mamadou ( il n'etait pas à sa première tentative ...). Juste pour lui rappeller que le discours de Mamadou n'était pas une étourderie et si on devait le ficher quelque part on dira que c'était une tentative politicienne ( en direction de ceux qui passent leur temps à destabiliser leur voisin ...) dans laquelle cependant il y avait quelquechose d'apodictique , aucun Africain sensé voudrait avoir une monnaie arrimée à l'Euro .

J'ai lu ce discours il y a quelques temps déjà , et il l'a fait dans le but de soulever la question , sans plus , mais nous savons tous que si nous faisons l'étiologie de notre ss-developpement , cette cause est l'une des premières , c'est jsute que le contexte dans lequel il l'a prononcé , n'était pas celui dans lequel l'on prit les dirigeants Sénégalais , et puis ce n'est pas la première fois que Mamadou a dit vouloir se débarasser de cette monnaie-esclave , alors je ne comprends pas pkoi c'est maintenant que les insultes fusent ?
_________________
"Always be intolerant to ignorance but understanding of illiteracy (..)in those homely sayings (mother wit) was couched the collective wisdom of generations" I know why the caged bird sings, p99, Maya Angelou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nkossi
Bon posteur


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 722

MessagePosté le: Jeu 22 Fév 2007 16:00    Sujet du message: Répondre en citant

innsa a écrit:

Je pense qu'il faut revenir au début: pourquoi les "peres des independances" on accepté que l'ancien colonisateur, malgré les independances ait toujours un aussi grand pouvoir nos pays?

Seul Sékou Touré a eu le courage de dire non !

Maintenant quoi faire? (...)


Les soi disant pères des indépendances ne l'étaient pas ! En dehors de Sekou Touré qui avait dit Non, tous avaient accepté la proposition de De Gaulle de L'Union Française...

Rrappelez vous la passe d’armes entre Houpouët-Boigny et Kwame Kruma.

Au IIIème Congrès interterritorial du RDA (Rassemblement Démocratique Africain) à Bamako en septembre 1957
Houphouët déclare : (*)

« Pour la première fois dans l'Histoire, des peuples anciennement colonisés ont choisi de renoncer volontairement à l'indépendance totale et d'opter pour la Communauté franco-africaine. Édifier la Communauté franco-africaine, ce sera gagner le pari du siècle. »

En fait, l'élu de Côte d'Ivoire a engagé ce pari dès le 6 avril 1957. Ce jour-là, dans les salons flambant neufs de l'Assemblée territoriale à Abidjan, il avait donné une fastueuse réception pour Kwame Nkrumah, la fierté incarnée de l'Afrique, le père du panafricanisme, l'homme qui venait d'arracher, un mois plus tôt, l'indépendance du Ghana voisin. « Votre expérience, nous le reconnaissons volontiers, est fort séduisante, lui avait dit Houphouët-Boigny. Mais à la volonté et au comportement humain de la France, nous avons estimé devoir répondre par un geste identique, persuadés, comme vous l'êtes de la vôtre, que notre expérience sera fructueuse, non seulement pour l'Afiique, mais aussi pour le monde. Hier soir, au cours de la longue et si intéressante conversation que nous avons eue chez moi, je ne vous ai pas dissimulé les difficultés qui nous attendent sur notre chemin. Mais, Français et Africains, nous sommes décidés à les vaincre par un effort incessant de sincérité et de franchise de part et d'autre. C'est pour nous non seulement un acte de foi, mais aussi un acte de solidarité humaine. Les dés sont jetés. Laissons maintenant Dieu, la Providence et le travail des hommes déterminer l'avenir de chacune de nos expériences. »

Réponse de Kwame Nkrumah, : « Mon ami, vous choisissez l'illusion. La liberté et l'indépendance viennent d'abord, l'équité et la fraternité après », provoquant un tonnerre d'applaudissements parmi les invités. L'un d'eux, le Guinéen Ahmed Sékou Touré, fut subjugué au point d'être littéralement incapable de détacher ses yeux du leader ghanéen drapé dans un pagne achanti haut en couleur.

Et Houphouët de reprendre la parole (ce n'était pas prévu !) et de lancer ce défit :
« Vous êtes témoins aujourd'hui du commencement de deux expériences, avait-il dit à ses hôtes. Un pari vient d'être lancé entre deux territoires, l'un ayant choisi l'indépendance, l'autre préférant le chemin difficile de la construction, avec la métropole, d'une communauté d'hommes égaux en droits et en devoirs. [...] Que chacun de nous fasse son expérience, dans le respect absolu de l'expérience de son voisin et, dans dix ans, nous comparerons les résultats. »

Aujourd’hui, entre les 2 pays, qui a un dégré de liberté plus grand ?

(*) Frédéric Grah Mel Félix Houphouët-Boigny, Le fulgurant destin d’une jeune proie
_________________
La véritable désaliénation du Noir implique une prise de conscience abrupte des réalités économiques et sociales. F. Fanon
L'ignorance est un danger que tout homme doit éviter. S. NKOUA

Visitez le blog de Théo http://kouamouo.ivoire-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
owambo
Grioonaute 1


Inscrit le: 10 Oct 2005
Messages: 208

MessagePosté le: Mer 14 Mar 2007 11:21    Sujet du message: Répondre en citant

Teo Van a écrit:


L'économie ivoirienne est tellement infime (proche du 0) dans l'économie monde... qu'elle ne peut , de façon prospère , être sous jacente d'une monnaie.
Qu'ils éssaient s'ils veulent.


Alors pourquoi ces cris de panique venant de Dakar???
La CI est le pilier économique de la sous-région et si elle quittait le CFA alors celui-ci s'écroulerait.

D'autre part, il est souhaitable dee demander à qui profite vraimen le CFA et quand on regarde la situation économique des pays de lazone CFA force est de constater qu'il est catastrophique.

De toutefaçon, aucun pays ne peut se dire souverain et capable de poursuivre une politique economique dignede ce nom sans dispsoser de l'outil monétaire. Il est grand temps pou la CI de se libérer de cet outil d'asservissement néo-colonial.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tii
Grioonaute


Inscrit le: 21 Mar 2007
Messages: 55

MessagePosté le: Mar 10 Avr 2007 10:47    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:

Le point de vue de SERGE MICHAILOF

L’afrique francophone étranglée par la parité fixe euro-CFA

Pour la quatrième année consécutive, l’Afrique subsaharienne affiche des performances économiques satisfaisantes. Alors que les médias ont les yeux fixés sur la Somalie et le Darfour, il est réconfortant de constater que la croissance du continent, supérieure à 5,5% en 2006, devrait se maintenir à un niveau comparable en 2007. Après tant d’années perdues, l’Afrique est-elle enfin en train de réussir son décollage ? Rien n’est moins sûr. Certes la plupart des pays sont mieux gérés qu’il y a quinze ans. Les finances publiques sont tenues et l’inflation est presque partout sous contrôle. Contrairement à une légende tenace, l’ajustement structurel a, au moins sur ce plan, réussi et le FMI est pratiquement au chômage.

Pourtant la croissance reste insuffisante pour résorber la pauvreté, compte tenu de la croissance démographique. Tirée par la flambée des matières premières, elle ne permet qu’une diffusion limitée de ses bénéfices. Le secteur prétrolier est plus connu pour les détournements de rentes que pour ses créations d’emploi.

La principale déception vient d’une diversification insuffisante et de la stagnation de l’investissement privé dans les secteurs créateurs d’emploi, industriels et agro-exportateurs. Certes ces secteurs sont confrontés à des handicaps : étroite des marchés locaux, coût des facteurs, terrorisme fiscal, médiocrité des chaînes de transport et corruption des systèmes juridiques. Il faut maintenant y ajouter le handicap spécifique dont souffrent les pays de la zone franc.

Les pays du Sud-Est montre que les pays qui ont réussi leur décollage économique ont su combiner stabilité macroéconomique et gestion intelligente de leur monnaie au service de leur compétitivité. En comparaison, la gestion du taux de change dans la zone franc constitue un défi au bon sens. La parité du CFA est, in fine, définie par le seul objectif de la BCE de lutte contre l’inflation dans la zone euro ! En cinq ans, le dollar, monnaie dans laquelle sont cotés la plupart des produits d’exportation africains, et le yuan, monnaie qui détermine les prix des principaux biens de consommation importés en Afrique, se sont dépréciés d’au moins 40% par rapport à l’euro. Dans un tel contexte, le maintien d’une parité fixe euro-CFA étrangle lentement, les pays de la zone franc. On marche sur la tête.

Il n’y a pas d’avenir possible pour ces pays si le garrot d’une parité définie à Francfort en focntion de considérations qui n’ont rien à voir avec les préoccupations africaines n’est pas brisé. Un cas exemplaire nous est offert par la situation dramatique du coton africain. On en a beaucoup parlé dans les conférences internationales, à l’OMC, plus récemmenet au sommet France-Afrique de Cannes, et aussi avec le livre d’Erik Orsenna (« Voyage au pays du coton », Fayard). Après quarante ans d’efforts, la zone franc est devenue le deuxième exportateur mondial de coton… mais les filières qui font vivre près de 30 millions d’Africains sont toutes en faillite.

Le problème ne vient pas des cours. La filière coton africaine était en meilleure santé en 2001, quand la livre valait 42 cents, qu’aujourd’hui, malgré un prix à 57 cents. Le problème vient poru l’essentiel des évolutions monétaires. Cessons de se passer le mistigri comme à Cannes. Nous pouvons dénoncer la politique commerciale du gouvernement Bush, mais non dicter. En revanche, il y a deux mesures concrètes que la France devrait prendre en concertation avec les pays concernés pour sauver ces secteurs vitaux pour des régions qui sont, rappelons-le, parmi les principales zones d’émigration vers la France.

Vu l’urgence, il faut d’abord subventionner ces filières coton africaine pour couvrir leurs pertes, ce qui coûte environ 200 millions d’euro par an. C’est à peine plus de 2% de cette APD, malheureusement largement virtuelle, que nous affichons glorieusement… Et la France pourrait entraîner dans cette tâche une aide européenne. Ensuite, il faut sortir de cette mécanique absurde de la parité fixe entre le CFA et l’euro, ce qui exige un consensus et par conséquent des délais. Seules une correction de la parité et la mise en place d’un mécanisme d’ajustement souple, liant par exemple le CFA à un panier de monnaies incluant l’euro, le dollar et le yuan, permettront à ce secteur de retrouver sa compétitivité. Ce qui est vrai du coton l’est d’autres secteurs productifs exportateurs (caoutchouc, huile de palme, banane, ananas…) ou soumis à la concurrence internationale (industrie, production locale de riz…). Ces secteurs sont étranglés par une parité inadaptée qui facilite la pénétration des produits de consommation chinois et des produits agroalimentaires subventionnés européens. Qui souhaite investir en zone franc dans un tel contexte ?

Certains milieux se font une spécialité de dénoncer les méfaits d’une France néocoloniale en Afrique. Près de cinquante ans après les indépendances, la plupart de ces dénonciations sont surréalistes. Mais il est un domaine où la responsabilité de la France est rarement citée : le refus d’ajuster le taux de change du CFA tout au long de la seconde moitié des années 1980 et le début des années 1990 a fait perdre au moins une décennie à la zone franc. Cette situation a contribué à l’effrondrement de la Côte-d’Ivoire. Maintenant que nous en connaissons les conséquences dramatiques, ne recommençons pas cette erreur.

Source: « Le Monde » du 05/03/2007


Bonjour,
Voilà un article qui montre une fois de plus la nécessité des pays de la zone franc de songer à abandonner le franc CFA comme monnaie. Il est néanmoins nécessaire de rappeler que le préalable à la création d'une monnaie est la stabilité politique.

La Côte-d'Ivoire doit d'abord se reconstruire poliquement et économiquement, et cela prendra du temps. Aussi à mon avis, la déclaration de Koulibaly, relève plus de la propagande que du réalisme; propagande qui trouve un écho favorable en ces temps de rejet de la France.

Cdlt.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GONDWANA
Grioonaute 1


Inscrit le: 17 Juin 2005
Messages: 161

MessagePosté le: Mar 10 Avr 2007 12:01    Sujet du message: Répondre en citant

La déclaration de Koulibaly est teintée de bon sens.Il n'y a aucun exemple de pays développé avec une monnaie arrimée à celle d'un autre pays dans le monde.
Dans le même temps,la Tunisie,le Maroc,la Namibie,l'Angola le Nigéria pour ne citer que ceux-là ne sont pas en zone Franc et leur économie se porte mieux que celle des pays à Franc Colonie Française d'Afrique(la dénomination originelle du CFA).
Quand on sait que 60-65 %,si mes souvenirs sont exacts, des devises issues du commerce exterieur des pays de la zone CFA restaient dans les caisses du Trésor Public français, on se demande pourquoi cette déclaration n'est pas venue plus tôt.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GONDWANA
Grioonaute 1


Inscrit le: 17 Juin 2005
Messages: 161

MessagePosté le: Mar 10 Avr 2007 12:21    Sujet du message: Répondre en citant

Teo Van a écrit:
M.O.P. a écrit:

Et le Ghana alors ?
Et le Nigeria alors ?

A ma connaissance la cote d'ivoire c'est 40% (ou 20% ? je me rappelle plus tres bien) de l'economie de l'afrique de l'ouest le nigeria inclus.


J'ai dit prospère.

Et ni le Ghana, ni le Nigéria ne sont prospères.
La preuve ils sont tous deux Pays Pauvres endettés



Et la majorité des pays zone FCFA ne sont pas des pays pauvres endettés mais la classe juste en-dessous (si,si ça existe ):Pays pauvres très endettés PPTE en langage FMI-Banque Mondiale.(Niger,Burkina,Tchad,Mali et Cameroun,ect........)
A noter que le Nigéria a effacé sa dette il y a un ou deux ans grâce à l'action d'une femme Ministre des Finances,dont j'oublie le nom à ma grande honte.
Une performance telle qu'Obasanjo l'a mise au placard juste après cet exploit.Il ne fait jamais bon de trop bien travailler sous nos latitudes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tii
Grioonaute


Inscrit le: 21 Mar 2007
Messages: 55

MessagePosté le: Mar 10 Avr 2007 13:05    Sujet du message: Répondre en citant

GONDWANA a écrit:
La déclaration de Koulibaly est teintée de bon sens.Il n'y a aucun exemple de pays développé avec une monnaie arrimée à celle d'un autre pays dans le monde.

Salut,
Je suis d'accord pour la création des pays de la zone franc de leur monnaie, et c'est dans ce sens que j'ai posté l'article ci-dessus. En revanche, je trouve qu'aborder ce sujet actuellement en Côte-d'Ivoire n'est pas opportun si ce n'est pour remonter un peu plus le peuple ivoirien contre la France (ce qui est de bonne guerre...). Actuellement la Côte-d'Ivoire n'a pas les moyens d'avoir sa propre monnaie, il faut d'abord reconstruire politiquement et économiquement (ça prendra du temps) le pays et ensuite parler de créer une monnaie. Bien évidemment rien n'empêche de travailler à un tel projet en coulisses, c'est encore mieux que des déclarations fracassantes. Wait and see...

Cdlt.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GONDWANA
Grioonaute 1


Inscrit le: 17 Juin 2005
Messages: 161

MessagePosté le: Ven 13 Avr 2007 12:59    Sujet du message: Répondre en citant

Tii a écrit:
GONDWANA a écrit:
La déclaration de Koulibaly est teintée de bon sens.Il n'y a aucun exemple de pays développé avec une monnaie arrimée à celle d'un autre pays dans le monde.

Salut,
Je suis d'accord pour la création des pays de la zone franc de leur monnaie, et c'est dans ce sens que j'ai posté l'article ci-dessus. En revanche, je trouve qu'aborder ce sujet actuellement en Côte-d'Ivoire n'est pas opportun si ce n'est pour remonter un peu plus le peuple ivoirien contre la France (ce qui est de bonne guerre...). Actuellement la Côte-d'Ivoire n'a pas les moyens d'avoir sa propre monnaie, il faut d'abord reconstruire politiquement et économiquement (ça prendra du temps) le pays et ensuite parler de créer une monnaie. Bien évidemment rien n'empêche de travailler à un tel projet en coulisses, c'est encore mieux que des déclarations fracassantes. Wait and see...

Cdlt.



Alors poussons ton raisonnement jusqu'au bout,pourquoi quand l'économie des pays de la zone Franc marchait du feu de dieu dans les années 70(Cameroun,Gabon,Côte d'Ivoire et même Centrafrique),pourquoi avoir conservé le FCFA?
Parce qu'il y avait tout, endettement non redhibitoire,stabilié politique et les matières premières avec leurs cours le plus avantageux (café,cacao,hévéa ect). Quand est ce que le moment sera opportun pour le Cameroun et le Gabon? Quand on sera en guerre ? Quand on ne sera plus endetté? Quand ?
La vraie réponse n'est-elle pas que si on écoute les déclinologues ce temps ne viendra jamais?Pourquoi seules les économies des anciennes colonies françaises sub-sahariennes sont obligées de se traïner ce boulet?
Il n'y a pas de FCFA algérien, pas de Livre kenyane ou nigériane,ou soudanaise,mais il y a un Franc CFA.
Sortons de cet état d'éternel colonisé assisté(d'ailleurs sur le coup plutôt colonisé exploité) !! Ca ressemble à la dialectique de l'esclave libéré qui ne sachant où aller,par peur de sa nouvelle liberté, revient sur les terres de son maître,peut-on se développer si on a peur du développement?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jikeb
Grioonaute 1


Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 102

MessagePosté le: Ven 13 Avr 2007 14:50    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis EN TOUT points d'accord avec Gondwana. En même temps, vu mon avatar, ça n'a rien de surprenant, me diront certains... Laughing
_________________
kirina.kemiludi.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
OGOTEMMELI
Super Posteur


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1498

MessagePosté le: Sam 14 Avr 2007 22:51    Sujet du message: Répondre en citant

jikeb a écrit:
Je suis EN TOUT points d'accord avec Gondwana. En même temps, vu mon avatar, ça n'a rien de surprenant, me diront certains... Laughing

Je voudrais revenir sur l'article du monde : il n'y est pas question d'abandonner le CFA, mais d'en corriger la parité. Cela fait 2 ou 3 ans que l'on essaie de préparer l'opinion à une autre dévaluation du CFA. Quelqu'un pense-t-il à évaluer les conséquences exactes de la précédente dévaluation : aggravation de la misère en Afrique CFA, à travers l'érosion du maigre pouvoir d'achat des consommateurs...

Encore une fois, cette monnaie n'a aucunement vocation à améliorer les conditions de circulation des biens et services. Elle sert surtout à contrôler toute initiative de politique économique qui serait défavorable au développement des intérêts économiques de la France en Afrique. Notez qu'aucune monnaie au monde n'a un taux de couverture de 60% de ses réserves en devises. C'est bien une chaîne monétaire qui a été attachée à nos pieds par Bwana...

Comment s'en défaire?
D'abord, il faut bien dire que les questions d'appréciation ou de dépréciation d'une monnaie relèvent d'inconséquence théorique. En effet, la monnaie n'est pas une richesse en soit, c'est ce qui mesure la valeur des choses échangées. En tant qu'étalon (de la valeur), la monnaie est comme le mètre : les distances peuvent varier, mais pas ce qui sert à les mesurer...

On pourrait donc choisir un panier des (10? 21? 7?) principales monnaies du commerce mondial, à partir desquelles serait calculée la parité d'une nouvelle monnaie, dont la dénommination serait en langue négro-africaine...

Par exemple, si une unité de monnaie ivoirienne valait une unité d'€uro, cela voudrait dire que l'économie ivoirienne serait en mesure d'acquérir à très bon marché les biens d'équipement fabriqués en Europe ; a fortiori des marchandises fabriquées en Asie du sud-est. Or, le problème des économies africaines, ce n'est pas tant qu'elles ne vendent pas suffisamment à l'étranger ; c'est surtout qu'elles manquent de moyens financiers pour acheter, notamment des biens d'équipement, à l'étranger : modernisation de l'agriculture, amélioration des moyens de transport, télécommunications, et autres investissements capitalistiques...

Donc, une politique de monnaie forte, afin d'investir massivement dans l'achat de biens d'équipement. On se souvient que pour continuer de s'approvisionner en matières premières bon marché, la France a multiplié par 100 la valeur faciale du FF au lendemain des indépendances. Tandis que la Chine a dévalué sa monnaie, afin d'innonder le marché mondial avec ses biens de consommation pas chers. Où l'on voit que des choix de politique monétaire sont déterminés par les objectifs économiques et industriels visés...
_________________
http://www.afrocentricite.com/
Umoja Ni Nguvu !!!

Les Panafricanistes doivent s'unir, ou périr...
comme Um Nyobè,
comme Patrice Lumumba,
comme Walter Rodney,
comme Amilcar Cabral,
comme Thomas Sankara,
Et tant de leurs valeureux Ancêtres, souvent trop seuls au front...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tii
Grioonaute


Inscrit le: 21 Mar 2007
Messages: 55

MessagePosté le: Mar 17 Avr 2007 10:51    Sujet du message: Répondre en citant

Salut GONDWANA,

Nous sommes d'accord sur un point: il faut abandonner le franc CFA. Toute la question est quand ? Les pays de la zone franc qui connaissent une croissance pérenne et soutenue doivent la quitter. Comme exemple je peux citer la Guinnée Equatoriale ou le Cameroun. En revanche les pays à économie de guerre comme le Tchad, la Centrafrique n'ont aucun intérêt à sortir de la zone franc qui sert de garantie. Pour le cas de la Côte-d'Ivoire, je redis qu'actuellement la priorité doit être la reconstruction socio-politico-économique, pour ensuite aborder le virage de la création d'une nouvelle monnaie.

Tu me cites les pays qui ont toujours eu leur monnaie, or dans notre cas on parle de changer une monnaie en laquelle tous les opérateurs ont une confiance au profit d'une nouvelle qui doit en quelque sorte faire ses preuves. Il faut donc que cela se passe dans un climat de sérénité et surtout de confiance.

Cdlt.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tii
Grioonaute


Inscrit le: 21 Mar 2007
Messages: 55

MessagePosté le: Mar 17 Avr 2007 11:15    Sujet du message: Répondre en citant

Salut,

OGOTEMMELI a écrit:
En effet, la monnaie n'est pas une richesse en soit,

La monnaie est aussi un bien comme un autre, dans ce cas elle peut être demandée pour elle même et donc faire l'objet de spéculation. Actuellement le dollar US vaut 1,35 euros alors je peux acheter des dollars en espérant que le cours du dollar face à l'euro remontera (donc en spéculant à la hausse) d'ici quelques mois pour les revendre et empocher une plus-value.

OGOTEMMELI a écrit:
Or, le problème des économies africaines, ce n'est pas tant qu'elles ne vendent pas suffisamment à l'étranger ; c'est surtout qu'elles manquent de moyens financiers pour acheter, notamment des biens d'équipement, à l'étranger : modernisation de l'agriculture, amélioration des moyens de transport, télécommunications, et autres investissements capitalistiques...

Je dirais plutôt que le problème est que les pays africains vendent les produits à faible valeur ajoutée et achètent ceux à forte valeur ajoutée qui sont plus chers que les premiers.

Cdlt.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nino
Bon posteur


Inscrit le: 05 Mar 2004
Messages: 603

MessagePosté le: Mar 17 Avr 2007 13:11    Sujet du message: Répondre en citant

Comment expliques-tu que des produits à "forte valeur ajoutée" fabriqués en Chine coûtent bien moins chers que des produits à plus faible valeur ajoutée fabriqués en France ou en Allemagne ?
La valeur ajoutée est un coût interne à une entreprise (ou à un pays), ensuite, le taux de change fait le reste.

Typiquement, je prends un morceau de bois, je le transforme en table au Japon et je paie le menuisier 10.000 €, eh bien, la valeur ajoutée sera peu ou prou de 10.000€
Je fais pareil au Cameroun, et je paie 100€, ça devient ça la valeur ajoutée.
Quand on finit tout ça, on calcule alors le PIB du Japon, on dit qu'il est 100 fois supérieur à celui du Cameroun....

Bon, c'est plus compliqué que ça je sais, mais l'explication seule sur les valeurs ajoutées en me satisfait pas complètement.

Tii a écrit:
OGOTEMMELI a écrit:
Or, le problème des économies africaines, ce n'est pas tant qu'elles ne vendent pas suffisamment à l'étranger ; c'est surtout qu'elles manquent de moyens financiers pour acheter, notamment des biens d'équipement, à l'étranger : modernisation de l'agriculture, amélioration des moyens de transport, télécommunications, et autres investissements capitalistiques...

Je dirais plutôt que le problème est que les pays africains vendent les produits à faible valeur ajoutée et achètent ceux à forte valeur ajoutée qui sont plus chers que les premiers.
Cdlt.

_________________
Mon blog: http://nino.akopo.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group