Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Françafrique selon SARKOZY : quelle rupture ?
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 09:21    Sujet du message: La Françafrique selon SARKOZY : quelle rupture ? Répondre en citant

J'ai entendu ce matin à la radio (France-Info) [de courts extraits du] discours prononcé par SARKOZY hier à Dakar.

Je suis resté ébahi.

De son côté, i-télé préfère retransmettre l'extrait de la conférence de presse portant sur le Tour de France, dans lequel SARKOZY apporte son soutien à la direction du Tour. Où est passée la rédaction d'i-télé qui montrait les tirs de l'armée française en Côte d'Ivoire ?

Je vais essayer de transcrire l'extrait pertinent (sur la traite, l'esclavage, la colonisation, l'amertume des Français qui ont tout donné à l'Afrique Exclamation Evil or Very Mad , etc...).

Rolling Eyes
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]


Dernière édition par TjenbeRed le Ven 27 Juil 2007 15:55; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 09:33    Sujet du message: Répondre en citant

metis68, citant Le Monde, ici : http://www.grioo.com/forum/viewtopic.php?t=9563 , a écrit:
Le président français Nicolas Sarkozy a exposé, jeudi 26 juillet à Dakar, sa vision d'un nouveau "partenariat" entre la France et l'Afrique, appelant celle-ci à s'engager vers la bonne gouvernance et à ne pas "ressasser le passé", tout en reconnaissant que la colonisation avait été une "grande faute".

[...] [coupé par TjenbéRèd, par respect du droit d'auteur ; voir l'intégralité sur le site du Monde http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-939586,0.html?xtor=RSS-3208 ]

"REGARDER ENSEMBLE (...) AU-DELÀ DE CETTE DÉCHIRURE"

Lors de cette visite au Sénégal – la première depuis son élection en mai – le chef de l'Etat a reconnu que la colonisation avait été une "grande faute", tout en estimant que l'Afrique avait "sa part de responsabilité dans son propre malheur". "Je ne suis pas venu nier les fautes ni les crimes, car il y a eu des fautes et il y a eu des crimes", a-t-il déclaré, qualifiant la traite négrière et l'esclavage de"crime[s] contre l'homme, contre l'humanité toute entière".

"Le colonisateur est venu, il a pris, il s'est servi, il a exploité, il a pillé des ressources, des richesses qui ne lui appartenaient pas." Mais "la colonisation n'est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique, a estimé Nicolas Sarkozy. Elle n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux", ni des "génocides", des "dictateurs", du "fanatisme", "de la corruption et de la prévarication (...), des gaspillages, de la pollution."

Il a de nouveau déclaré que nul ne pouvait demander aux générations d'aujourd'hui d'"expier ce crime perpétré par les générations passées", tout en affirmant qu'il n'était pas venu à Dakar parler de "repentance" mais proposer aux Africains de "regarder ensemble (...) au-delà de cette déchirure et de cette souffrance".

[...] [coupé par TjenbéRèd, par respect du droit d'auteur ; voir l'intégralité sur le site du Monde]

Source:
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-939586,0.html?xtor=RSS-3208


Ce n'est pas vraiment ce que j'ai entendu sortir de la bouche de SARKOZY. Il y a comme un filtrage, les passages les plus absurdes n'étant pas cités. Mais nous savons tous que Le Monde n'est plus le journal de référence qu'il fut (s'il le fut un jour du point de vue de l'Afrique !).
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 10:09    Sujet du message: Re: La Françafrique selon SARKOZY : quelle rupture ? Répondre en citant

TjenbeRed a écrit:
De son côté, i-télé préfère retransmettre l'extrait de la conférence de presse portant sur le Tour de France, dans lequel SARKOZY apporte son soutien à la direction du Tour. Où est passée la rédaction d'i-télé qui montrait les tirs de l'armée française en Côte d'Ivoire ?

i-télé a corrigé le tir dans son édition de 11h, mais se cale en gros sur la ligne du Monde et fait la promo de la prétendue rupture sarkozienne.

Rolling Eyes
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Maryjane
Super Posteur


Inscrit le: 25 Mai 2005
Messages: 3244
Localisation: Derrière toi

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 10:14    Sujet du message: Répondre en citant

http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=49675&2238

Le président Nicolas Sarkozy a lancé jeudi de Dakar un appel à la jeunesse africaine, qu'il a exhortée à dépasser les séquelles de la colonisation afin de bâtir "l'Eurafrique" avec la France et l'Europe.

"Ce que veut faire la France avec l'Afrique, c'est préparer l'avènement de l'Eurafrique, ce grand destin commun qui attend l'Europe et l'Afrique", a-t-il lancé dans un discours prononcé à l'université sénégalaise de Cheikh Anta Diop, à Dakar.Arrow Rolling Eyes

"Ce que la France veut faire avec l'Afrique, c'est une alliance, c'est l'alliance de la jeunesse française et de la jeunesse africaine pour que le monde de demain soit un monde meilleur", a ajouté le chef de l'Etat français.
Arrow Rolling Eyes Rolling Eyes

Cette intervention, après un premier entretien avec le président du Sénégal Abdoulaye Wade, avait initialement été annoncée par l'Elysée comme un discours sur le développement.

Dans la capitale de cette ancienne colonie française, Nicolas Sarkozy a en fait en grande partie consacré ce discours de près de 50 minutes aux accents parfois lyriques aux rapports douloureux des Africains et des Français avec la colonisation.

La colonisation "fut une grande faute", la traite négrière et l'esclavage "un crime contre l'humanité toute entière", a reconnu le chef de l'Etat français. "Nul ne peut faire comme si cette faute n'avait pas été commise."

Il a cependant ajouté qu'il n'était pas venu parler de "repentance" mais proposer aux jeunes d'Afrique, "non de ressasser ensemble le passé mais d'en tirer ensemble les leçons afin de regarder ensemble vers l'avenir."

La colonisation "n'est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique", qui a "sa part de responsabilité dans son propre malheur", a fait valoir Nicolas Sarkozy, avant de dresser un diagnostic parfois sévère. Arrow Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes

L'Afrique doit prendre conscience "que l'âge d'or qu'elle ne cesse de regretter ne reviendra pas pour la raison qu'il n'a jamais existé", a-t-il notamment dit. "Le problème de l'Afrique, ce n'est pas de s'inventer un passé plus ou moins mythique pour s'aider à supporter le présent mais de s'inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres."
Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Mad Mad Mad Mad

"RENAISSANCE AFRICAINE"

Le défi de l'Afrique est de "s'approprier les droits de l'homme, la démocratie, la liberté, l'égalité, la justice (...), la science et la technique modernes", a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy, qui a reçu plus tard des opposants au président Wade dans son hôtel, s'est abstenu de reprendre à son compte le principe défini en juin 1990 par le président François Mitterrand à La Baulle, dans un discours resté fameux, de "conditionnalité" de l'aide au développement de l'Afrique.

"Conditionnalité renvoie souvent à une exigence extérieure que certains, en Afrique, assimilent à une ingérence", dit-il dans une interview publiée à Dakar par le quotidien Le Soleil.

Il a en revanche exhorté la jeunesse africaine à ne pas céder à la "maladie de l'intelligence" qu'est "la tentation de la pureté" et à résister au fanatisme : "Ne vous laissez pas (...) voler votre avenir par ceux qui ne savent opposer à l'intolérance que l'intolérance et au racisme que le racisme."

Il l'a invitée à ne pas se couper de la part d'héritage occidental qui l'enrichit : "Jeunes d'Afrique, la civilisation européenne a eu tort de se croire supérieure à celle de vos ancêtres mais désormais elle vous appartient aussi."

Il a promis le soutien de la France pour aider le continent à s'engager dans la voie d'une "Renaissance africaine".

"Cette Renaissance, je suis venu vous proposer que nous l'accomplissions ensemble parce que de la Renaissance de l'Afrique dépend pour une large part la Renaissance de l'Europe et la Renaissance du monde", a-t-il dit.

La France, a-t-il précisé, veut ainsi mettre sur pied avec l'Afrique un "développement partagé", une "stratégie commune dans la mondialisation", des universités, laboratoires, projets et pôles de compétitivité communs, une politique d'immigration "négociée" et "décidée ensemble".

Il a exhorté à ce propos les jeunes Africains formés en Europe à revenir dans leur pays pour "bâtir l'Afrique" : "Il faut mettre un terme au pillage des élites africaines dont l'Afrique a besoin pour se développer", a-t-il souligné.

Une préoccupation partagée par Abdoulaye Wade. "Je ne donne pas des bourses pour que les gens restent en France. Je préfère à ce moment-là investir cet argent en Afrique", a déclaré le président sénégalais lors d'une conférence de presse commune avec Nicolas Sarkozy.
_________________
Les Toiles de Maryjane

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 10:21    Sujet du message: Répondre en citant

Ce discours de Sarkozy a des relents de Rama YADE, ma main a coupé qu'elle a aidé sa team à en écrire une grande partie !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 10:38    Sujet du message: Répondre en citant

Maryjane a écrit:
http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=49675&2238
[Extrait de l'Express :]
L'Afrique doit prendre conscience "que l'âge d'or qu'elle ne cesse de regretter ne reviendra pas pour la raison qu'il n'a jamais existé", a-t-il notamment dit. "Le problème de l'Afrique, ce n'est pas de s'inventer un passé plus ou moins mythique pour s'aider à supporter le présent mais de s'inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres."[ Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Mad Mad Mad Mad

Encore une pièce du puzzle.

Mais toujours pas de trace écrite des énormités que j'ai entendues sur France Info dans la bouche de l'Hyper-Président.

Au demeurant, France Info a "adouci" son reportage dans sa dernière édition, en supprimant les énormités du style : "la colonisation a beaucoup pris à l'Afrique, mais elle a beaucoup apporté aussi" [cette dernière phrase n'est pas une citation exacte mais mon souvenir].

Le problème, c'est que maintenant que VILLEPIN a été mis en examen, le discours de SARKOZY à Dakar va un peu passer à la trappe.

Des Grioonautes vivant en Afrique ont-ils de meilleures chances d'obtenir la retranscription intégrale (ou presque) du discours de SARKOZY ?
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]


Dernière édition par TjenbeRed le Ven 27 Juil 2007 10:41; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Dekimbirila
Grioonaute


Inscrit le: 22 Juil 2007
Messages: 6

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 10:39    Sujet du message: Le langage du mensonge Répondre en citant

Bien que je n'ai pas espéré grand chose de l'élection de Monsieur Sarkozy à la présidence de la République Française, notamment quant à la tournure qu'il donnera à la politique africaine ... je suis écoeurée par ce discours .. et surtout par la complaisance adoptée par son homologue sénégalais.

Son discours reste paternaliste et surtout est empreint d'un certain révisionniste historique !!!

Monsieur le Président déclare : "Elle [la France ] n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux", ni des "génocides", des "dictateurs", du "fanatisme", "de la corruption et de la prévarication (...), des gaspillages, de la pollution." Les derniers événements en Côte d'Ivoire prouvent le contraire !!!

Si notre Président est enclin comme il le sous entend à rendre sa souveraineté à l'Afrique après plusieurs siècles d'oppression ... dans ce cas qu'il rende à l'Afrique toutes les richesses qu'il lui ont été volées ... qu'il stoppe toute cette hypocrisie latente autour de la dette de l'Afrique ... qu'il annule toutes les contrats usuriers franco-africains commerciaux de télécom , pétroliers .... !!!

... Enfin tout ça pour dire que la "France - Afrique" est loin d'avoir disparue !

PS : de mon côté, je n’attends rien des pays occidentaux … l’initiative doit venir de nous ! … comment ? … ca je ne le sais pas encore.

Dekimbirila
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 10:42    Sujet du message: Répondre en citant

sur ce site sénégalais forcément on en parle beaucoup,

http://www.seneweb.com/

et aussi ici:

http://www.rewmi.com/

selon les tendances politiques les traitement sont différents
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 10:59    Sujet du message: Re: Le langage du mensonge Répondre en citant

Dekimbirila a écrit:


Si notre Président est enclin comme il le sous entend à rendre sa souveraineté à l'Afrique après plusieurs siècles d'oppression ... dans ce cas qu'il rende à l'Afrique toutes les richesses qu'il lui ont été volées ... qu'il stoppe toute cette hypocrisie latente autour de la dette de l'Afrique ... qu'il annule toutes les contrats usuriers franco-africains commerciaux de télécom , pétroliers .... !!!


PS : de mon côté, je n’attends rien des pays occidentaux … l’initiative doit venir de nous ! … comment ? … ca je ne le sais pas encore.

Dekimbirila


Paradoxal Dekimbirila,

D'un côté tu dis que tu n'attends rien de la France et de l'autre tu attends en fait que Sarkozy démonte la Francafrique...

Ce n'est pas à lui de le faire, il ne le peut, ni le veut.

C'est à NOUS ! De manière concertée, pragmatique et intelligente.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dekimbirila
Grioonaute


Inscrit le: 22 Juil 2007
Messages: 6

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 11:11    Sujet du message: Répondre en citant

Non il n'y a rien de paradoxal dans mes propos.
En fait, il ne s'agissait pas de réelles demandes mais plus de demandes "rhétoriques" ou "ironiques" Je voulais juste mettre en avant la propre contradiction de Sarkozy .. juste pour dire que s'il était vraiment convaincu et sincère dans son soi disant discours de "renaissance Africaine "... il saurait où commençer.

Je le redis l'initiative doit venir de nous et exclusivement de nous ! ... je suis d'accord avec toi à ce sujet.

DEkimbirila.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Benny Da B'
Super Posteur


Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 1346
Localisation: Abidjan / Ouagadougou / Bruxelles / Paris / Tours

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 11:19    Sujet du message: Répondre en citant

OK c'est noté Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 12:43    Sujet du message: Répondre en citant

Mince, l'Hyper-Président hyper-actif étant déjà en route pour le Gabon, on est obligé de suivre au rythme de la "Blitzkrieg" médiatico-politique.

Voici le mail que je viens d'envoyer à i-télé :

Citation:
Bonjour,

Par pitié, arrêtez d'affirmer à l'antenne qu'Omar BONGO est "l'une des dernières figures de la Françafrique".

La Françafrique se renouvelle en permanence et un pouvoir françafricain succcède à un autre.

Un exemple : le Togo, où le fils Faure GNASSINGBE a récemment succédé, avec l'appui de la France, à son père Gnassingbé EYADEMA. Pour combien d'années encore ?

etc.

_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Panafricain
Super Posteur


Inscrit le: 22 Fév 2004
Messages: 1124

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 14:32    Sujet du message: Répondre en citant

Au final, personne ne sait ce qu'a dit Nicolas Sarkozy exactement, dans son discours qui a tout de même duré une heure...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 14:52    Sujet du message: le discours complet - une insulte a Cheikh Anta Diop Répondre en citant

http://www.lesoleil.sn/article.php3?id_article=27234


Voici 2 extraits du lien ci-dessus (Merci au brother qui a fourni ce lien en reponse a la une de Grioo)

Ce sont des Africains qui ont vendu aux négriers d’autres Africains. Et l’on s’est entretué en Afrique au moins autant qu’en Europe. "
ou encore:

"Le colonisateur est venu, il a pris, il s’est servi, il a exploité, il a pillé des ressources, des richesses qui ne lui appartenaient pas. Il a dépouillé le colonisé de sa personnalité, de sa liberté, de sa terre, du fruit de son travail.

Il a pris mais il a aussi donné. Il a construit des ponts, des routes, des hôpitaux, des dispensaires, des écoles. Il a rendu fécondes des terres vierges, il a donné sa peine, son travail, son savoir. Car tous les colons n’étaient pas des voleurs, tous les colons n’étaient pas des exploiteurs."

Alors pourquoi les journaux francais ne font pas mention de ces passages ?
Cette manipulation/censure prouve au moins que Sarko etait vraiment hors-jeu la !.

Et grioo,, lui-meme qui reprend cette manipulation en une.
La une de Grioo devraite etre: SArko recidive en Afrique avec Les 'bienfaits de la colonisation". Juste de quoi se demarquer du mainstream et surtout d'attirer l'attention de son public sur l'eternel double discours du sieur de l'elysee.

Franchement, quand allons-nous arreter d'etre naifs ? c'est evident que meme les panafricains les plus organises et determines au Senegal n'ont pas prepare cete venue comme il se doit.
Ils savaient pourtt longtemps en avance que Sarko allait faire un dicours a UCAD. Messieurs, vous aurez du preparer soigneusement vos etudiants ou un groupe suffisamment nombreux et efficaces qui doit purement et simplement se lever et quitter la salle devant les cameras si jamais Sarko dit des choses de ce genre. Puis accompagne-ca d'une conference de presse explicative. Le tout parfaitement synchro et organise. Et croyez-moi, ca aurait fait tache.
Et pourtant le"resume" de Sarko comme on dit en anglais parle de lui-meme. Il etait a 99.99% sur que ce sieur allait sortir ce genre de sornettes la-bas. Et il vous la fait dans l'universite CHeikh Anta Diop en personne, la ou a enseigne celui-la meme qui a combattu et vaincu toutes les theses en ligne avec ce que Sarko repris-la. Quelle Honte !!!!!!!!!! et Quelle INSULTE !!!!!!!!.
Et ca sous vos yeux, en plein dans le mille !!!!!
Et vous croyez que ca ete fait par hasard, connaissant le personnage ?
Arretons d'etre naifs !!

Note: je sais qu'il y a des sbires sur ce forum qui vont bondir et dire que j'exagere, que Sarko n'a pas dit que ca.
Oui, le pb est qu'il l'a dit et avec toute la symbolique (detaille plus haut) cela aneanti tout le discours. Ca c'est ce qu'un africain engage et panafricain devrait penser.
Vous imaginer un discours-hymne contre l'antisemitisme, mais avec un passage ou vous dites que apres tout il y a qques juifs qui ont ete complices ? que croyez-vous que les organisations en charge de la memoire de ce crime contre l'humanite vont retenir ? ce passage-la uniquement ! Bien sur, il ya des malins qui diront que je fais la concurrence des victimes. Non, j'attire simplement l'attention sur le fait que nous devons nous prendre en main, comme l'a dit Sarko lui-meme, et que la venue de Sarko offarit une bonne opportunite de le lui-montrer. une fois encore on est passe a cote....
C'est vraiment lamentable ... Evil or Very Mad

La question concrete que je pose aux gars de ce forum, c'est comment reagir sur place en Afrique (attitude civique et responsable) ? si de tels propos sont tenus en Afrique par le president en personne ? il ira ailleurs et sortira la meme m...

A vous...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 15:34    Sujet du message: Re: le discours complet - une insulte a Cheikh Anta Diop Répondre en citant

hormheb a écrit:
"Le colonisateur est venu, il a pris, il s’est servi, il a exploité, il a pillé des ressources, des richesses qui ne lui appartenaient pas. Il a dépouillé le colonisé de sa personnalité, de sa liberté, de sa terre, du fruit de son travail.

Il a pris mais il a aussi donné. Il a construit des ponts, des routes, des hôpitaux, des dispensaires, des écoles. Il a rendu fécondes des terres vierges, il a donné sa peine, son travail, son savoir. Car tous les colons n’étaient pas des voleurs, tous les colons n’étaient pas des exploiteurs."

C'est je crois ce passage-là que j'ai entendu sur France-Info et qui m'a fait bondir, outre, me semble-t-il, un passage où il met en parallèle les souffrances des Africains et l'amertume du pays colonisateur qui a tant donné et à qui on demande repentance.

Je n'ai pas encore réussi à retrouver les extraits diffusés par France Info avant 9h40. J'ai commencé à enregistrer à partir de cette heure-là, mais il me semble que France-Info a ensuite modifié son commentaire. Je n'ai pas eu le temps de réécouter davantage que 30 minutes.
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 15:42    Sujet du message: Répondre en citant

Maryjane a écrit:
http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=49675&2238
[Extrait de l'Express :]
L'Afrique doit prendre conscience "que l'âge d'or qu'elle ne cesse de regretter ne reviendra pas pour la raison qu'il n'a jamais existé", a-t-il notamment dit. "Le problème de l'Afrique, ce n'est pas de s'inventer un passé plus ou moins mythique pour s'aider à supporter le présent mais de s'inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres."[ Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Mad Mad Mad Mad

Quand je pense qu'il a déclaré ça dans le pays de Cheikh Anta DIOP, et peut-être même dans les murs de l'Université Cheikh Anta DIOP (je ne sais pas où il a donné sa conférence de presse, et d'où cet extrait est issu) Exclamation Exclamation Exclamation

Quelle honte Exclamation

Si l'injure publique n'était pas un délit, je me lâcherais Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 15:51    Sujet du message: Répondre en citant

zingh2006 a écrit:
Phase 1:DISCOURS DE M. Nicolas Sarkozy, président de la République française
[...]
http://www.senepresse.com/senegal-lesoleil.htm

Merci Zingh, je n'ai plus à m'inquiéter de l'adaptation opérée par France-Info.

Cela étant, je vais quand même essayer de voir s'il y a eu des différences intéressantes entre le discours remis à la presse sénégalaise et le discours effectivement prononcé par SARKOZY.

Au fait, c'est quoi la phase 2 ?
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 16:05    Sujet du message: relis mon post Répondre en citant

TjenbeRed a écrit:
Maryjane a écrit:
http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=49675&2238
[Extrait de l'Express :]
L'Afrique doit prendre conscience "que l'âge d'or qu'elle ne cesse de regretter ne reviendra pas pour la raison qu'il n'a jamais existé", a-t-il notamment dit. "Le problème de l'Afrique, ce n'est pas de s'inventer un passé plus ou moins mythique pour s'aider à supporter le présent mais de s'inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres."[ Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Mad Mad Mad Mad

Quand je pense qu'il a déclaré ça dans le pays de Cheikh Anta DIOP, et peut-être même dans les murs de l'Université Cheikh Anta DIOP (je ne sais pas où il a donné sa conférence de presse, et d'où cet extrait est issu) Exclamation Exclamation Exclamation

Quelle honte Exclamation

Si l'injure publique n'était pas un délit, je me lâcherais Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad


Eh oui, relis mon post.
il faut arreter de ceder a l'emotion.
Ce discours est une attaque directe a Cheikh Anta Diop et surout tout ce qu'il represente. C-a-d une afrique libre, debout, souverraine et confiante face a son avenir.
Et comme j'ai dit, personne a Dakar parmi les diopistes et les panafricains n'avait prepare cette venue.
Comme j'ai dit que faire pour eviter que cela se reproduise, car il va la resortir celle-la et en Afrique encore !!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 17:34    Sujet du message: Re: relis mon post Répondre en citant

hormheb a écrit:
TjenbeRed a écrit:
Quand je pense qu'il a déclaré ça dans le pays de Cheikh Anta DIOP, et peut-être même dans les murs de l'Université Cheikh Anta DIOP (je ne sais pas où il a donné sa conférence de presse, et d'où cet extrait est issu) Exclamation Exclamation Exclamation

Quelle honte Exclamation

Si l'injure publique n'était pas un délit, je me lâcherais Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad


Eh oui, relis mon post.
il faut arreter de ceder a l'emotion.

Oui, en effet, et nous sommes d'accord. Mais je suis quelqu'un d'émotif.
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Skank
Bon posteur


Inscrit le: 19 Aoû 2004
Messages: 532

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 20:11    Sujet du message: Re: La Françafrique selon SARKOZY : quelle rupture ? Répondre en citant

TjenbeRed a écrit:
J'ai entendu ce matin à la radio (France-Info) [de courts extraits du] discours prononcé par SARKOZY hier à Dakar.

Je suis resté ébahi.

De son côté, i-télé préfère retransmettre l'extrait de la conférence de presse portant sur le Tour de France, dans lequel SARKOZY apporte son soutien à la direction du Tour. Où est passée la rédaction d'i-télé qui montrait les tirs de l'armée française en Côte d'Ivoire ?

Je vais essayer de transcrire l'extrait pertinent (sur la traite, l'esclavage, la colonisation, l'amertume des Français qui ont tout donné à l'Afrique Exclamation Evil or Very Mad , etc...).

Rolling Eyes



Voici donc tout l'intégral du discours

Sénégal: Discours de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République française
Le Soleil (Dakar)

DOCUMENT 27 Juillet 2007 Publié sur le web le 27 Juillet 2007


« Ce que veut faire la France avec l'Afrique, c'est préparer l'avènement de l'Eurafrique, ce grand destin commun qui attend l'Europe et l'Afrique »

Permettez moi de remercier d'abord le gouvernement et le peuple sénégalais de leur accueil si chaleureux. Je veux aussi remercier l'université de Dakar qui me permet de m'adresser pour la première fois à l'élite de la jeunesse africaine en tant que président de la République française.


Je suis venu vous parler avec la franchise et la sincérité que l'on doit à des amis que l'on aime et que l'on respecte. Entre le Sénégal et la France, l'histoire a tissé les liens d'une amitié que nul ne peut défaire. Cette amitié du Sénégal et de la France, elle est grande et belle. Elle est forte. Elle est sincère. C'est pour cela que j'ai souhaité adresser de Dakar le salut fraternel de la France à l'Afrique tout entière.

Je veux m'adresser à tous les Africains qui sont si différents les uns des autres, qui n'ont pas la même langue maternelle, pas la même religion, pas les mêmes coutumes, pas la même culture, pas la même histoire et qui pourtant se reconnaissent les uns les autres comme des Africains.

Oui, je veux m'adresser à vous, habitants de ce continent meurtri et aux jeunes en particulier, à vous qui vous êtes tant battus les uns contre les autres et souvent tant haïs, qui parfois vous combattez et vous haïssez encore mais qui pourtant vous reconnaissez comme frères dans la souffrance et dans l'humiliation, frères dans la révolte et dans l'espérance, frères par le sentiment que vous éprouvez d'une destinée commune, frères à travers cette foi mystérieuse qui vous rattache à la terre africaine, qui se transmet de génération en génération et que l'exil luimême ne peut effacer.

Je ne suis pas venu, jeunesse africaine, pour pleurer avec toi sur les malheurs de l'Afrique. Car l'Afrique n'a pas besoin de mes pleurs.

Je ne suis pas venu, jeunesse africaine, pour m'apitoyer sur ton sort parce que ton sort est entre tes mains. Que feraistu fière jeunesse de ma pitié ?

Je ne suis pas venu effacer le passé car le passé ne s'efface pas.

Je ne suis pas venu nier les fautes ni les crimes car il y a eu des fautes et il y a eu des crimes.

Il y a eu la traite négrière, il y a eu l'esclavage, les hommes, les femmes, les enfants achetés et vendus comme des marchandises. Et ce crime ne fut pas seulement un crime contre les Africains, ce fut un crime contre l'homme, un crime contre l'humanité,

Et l'homme noir qui éternellement « entend de la cale monter les malédictions enchaînées, les hoquettements des mourants, le bruit d'un qu'on jette à la mer ». Cet homme noir qui ne peut s'empêcher de se répéter sans fin « Et ce pays cria pendant des siècles que nous sommes des bêtes brutes ». Cet homme noir a le visage de tous les hommes. Cette souffrance de l'homme noir c'est la souffrance de tous les hommes. Cette blessure ouverte dans l'âme de l'homme noir est une blessure ouverte dans l'âme de tous les hommes.

Mais nul ne peut demander aux générations d'aujourd'hui d'expier ce crime perpétré par les générations passées. Nul ne peut demander aux fils de se repentir des fautes de leurs pères.

Jeunesse d'Afrique, je ne suis pas venu te parler de repentance. Je suis venu te dire que je ressens la traite et l'esclavage comme des crimes envers l'humanité. Je suis venu te dire que ta déchirure et ta souffrance sont miennes. Je suis venu te proposer de regarder ensemble, Africains et Français, audelà de cette déchirure et de cette souffrance.

Je suis venu te proposer, jeunesse d'Afrique, non d'oublier cette déchirure et cette souffrance qui ne peuvent pas être oubliées, mais de les dépasser.

Je suis venu te proposer, jeunesse d'Afrique, non de ressasser ensemble le passé mais d'en tirer ensemble les leçons et de regarder ensemble vers l'avenir.

Je suis venu, jeunesse d'Afrique, regarder en face avec toi notre histoire commune. L'Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur. Ce sont des Africains qui ont vendu aux négriers d'autres Africains. Et l'on s'est entretué en Afrique au moins autant qu'en Europe. Mais il est vrai que jadis, les Européens sont venus en Afrique en conquérants. Ils ont pris la terre de tes ancêtres. Ils ont banni les dieux, les langues, les croyances, les coutumes de tes pères. Ils ont dit à tes pères ce qu'ils devaient penser, ce qu'ils devaient croire, ce qu'ils devaient faire. Ils les ont coupé de leur passé, ils leur ont arraché leur âme et leurs racines. Ils ont désenchanté l'Afrique.

Ils ont eu tort.

Ils n'ont pas vu la profondeur et la richesse de l'âme africaine. Ils ont cru qu'ils étaient supérieurs, qu'ils étaient plus avancés, qu'ils étaient le progrès, qu'ils étaient la civilisation.


Ils ont eu tort.

Ils ont voulu convertir l'homme africain, ils ont voulu le façonner à leur image, ils ont cru qu'ils avaient tous les droits, ils ont cru qu'ils étaient tout puissants, plus puissants que les dieux de l'Afrique, plus puissants que l'âme africaine, plus puissants que les liens sacrés que les hommes avaient tissés patiemment pendant des millénaires avec le ciel et la terre d'Afrique, plus puissants que les mystères qui venaient du fond des âges.

Ils ont eu tort.

Ils ont abîmé un art de vivre. Ils ont abîmé un imaginaire merveilleux. Ils ont abîmé une sagesse ancestrale.

Ils ont eu tort.

Ils ont créé une angoisse, un mal de vivre, Ils ont nourri la haine. Ils ont rendu plus difficile l'ouverture aux autres, l'échange, le partage parce que pour s'ouvrir, pour échanger, pour partager, il faut être assuré de son identité, de ses valeurs, de ses convictions. Face au colonisateur, le colonisé avait fini par ne plus avoir confiance en lui, par ne plus savoir qui il était, par se laisser gagner par la peur de l'autre, par la crainte de l'avenir.

Le colonisateur est venu, il a pris, il s'est servi, il a exploité, il a pillé des ressources, des richesses qui ne lui appartenaient pas. Il a dépouillé le colonisé de sa personnalité, de sa liberté, de sa terre, du fruit de son travail.

Il a pris mais il a aussi donné. Il a construit des ponts, des routes, des hôpitaux, des dispensaires, des écoles. Il a rendu fécondes des terres vierges, il a donné sa peine, son travail, son savoir. Car tous les colons n'étaient pas des voleurs, tous les colons n'étaient pas des exploiteurs.

Il y avait parmi eux des hommes mauvais mais aussi des hommes de bonne volonté, des hommes qui croyaient remplir une mission civilisatrice, des hommes qui croyaient faire le bien, des hommes généreux et courageux. Ils se trompaient mais ils étaient sincères. Ils croyaient donner la liberté, ils créaient l'aliénation. Ils croyaient briser les chaînes de l'obscurantisme, de la superstition, de la servitude. Ils forgeaient des chaînes plus lourdes, ils imposaient une servitude plus pesante, car c'étaient les esprits, c'étaient les âmes qui étaient asservis. Ils croyaient donner l'amour sans voir qu'ils semaient la révolte et la haine.

La colonisation n'est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique. Elle n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux. Elle n'est pas responsable des génocides. Elle n'est pas responsable des dictateurs. Elle n'est pas responsable du fanatisme. Elle n'est pas responsable de la corruption et de la prévarication. Elle n'est pas responsable des gaspillages, de la pollution.

Mais la colonisation fut une grande faute qui fut payée par l'amertume et la souffrance de ceux qui avaient cru tout donner et qui ne comprenaient pas pourquoi on leur en voulait tant.

La colonisation fut une grande faute qui détruisit chez le colonisé l'estime de soi et fit naître dans son coeur cette haine de soi qui débouche toujours sur la haine des autres.

La colonisation fut une grande faute mais de cette grande faute est né l'embryon d'une destinée commune.

La colonisation fut une faute qui a changé le destin. de l'Europe et le destin de l'Afrique et qui les a mêlés. Et ce destin commun a été scellé par le sang des Africains qui sont venus mourir dans les guerres européennes.

Et la France n'oublie pas ce sang africain versé pour sa liberté.

Nul ne peut faire comme si rien n'était arrivé.

Nul ne peut faire comme si cette faute n'avait pas été commise

Nul ne peut faire comme si cette histoire n'avait pas eu lieu.

Pour le meilleur comme pour le pire, la colonisation a transformé l'homme africain et l'homme européen.


Jeunesse d'Afrique, tu es l'héritière des plus vieilles traditions africaines et tu es aussi l'héritière de tout ce que l'Occident a déposé dans le coeur et dans l'âme de l'Afrique.

Jeunesse d'Afrique, la civilisation européenne a eu tort de se croire supérieure à celle de tes ancêtres, mais désormais elle t'appartient aussi.

Ne cède pas à la tentation de la pureté qui est une maladie de l'intelligence et qui est ce qu'il y a de plus dangereux au monde.

Ne te coupe pas de ce qui t'enrichit, ne t'ampute pas d'une part de toimême. La pureté est un enfermement, la pureté est une intolérance. La pureté est un fantasme qui conduit au fanatisme. Je veux te dire, jeunesse d'Afrique, que le drame de l'Afrique n'est pas dans une prétendue infériorité de son art ou de sa pensée, ou de sa culture. Car, pour ce qui est de l'Art, de la pensée et de la culture, c'est l'Occident qui s'est mis à l'école de l'Afrique. Car l'art moderne doit presque tout à l'Afrique. Car l'influence de l'Afrique a contribué à changer non seulement l'idée de la beauté, non seulement le sens du rythme, de la musique, de la danse, mais même dit Senghor, la manière de marcher ou de rire du monde du XXème siècle.

Je veux te dire, Jeunesse africaine, que le drame de l'Afrique ne vient pas de ce que l'âme africaine serait imperméable à la logique et à la raison. Car l'homme africain est aussi logique et raisonnable que l'homme européen. C'est en puisant dans l'imaginaire africain que t'ont légué tes ancêtres, c'est en puisant dans les contes, dans les proverbes, dans les mythologies, dans les rites, dans ces formes qui depuis l'aube des temps se transmettent et s'enrichissent de génération en génération que tu trouveras l'imagination et la force de t'inventer un avenir qui te soit propre, un avenir singulier qui ne ressemblera à aucun autre, où tu te sentiras enfin libre, libre d'être toimême, libre de décider pour toimême.

Je suis venu te dire que tu n'as pas à avoir honte des valeurs de la civilisation africaine, qu'elles ne te tirent pas vers le bas mais vers le haut, qu'elles sont un antidote au matérialisme et à l'individualisme qui asservissent l'homme moderne, qu'elles sont le plus précieux des héritages face à la déshumanisation et à l'aplatissement du monde.

Je suis venu te dire que l'homme moderne qui éprouve le besoin de se réconcilier avec la nature a beaucoup à apprendre de l'homme africain qui vit en symbiose avec elle depuis des millénaires.

Je suis venu te dire que cette déchirure entre ces deux parts de toimême est ta plus grande force et ta plus grande faiblesse selon que tu t'efforceras ou non d'en faire la synthèse.

Mais je suis aussi venu te dire qu'il y a en toi deux héritages, deux sagesses, deux traditions qui se sont longtemps combattues : celle de l'Afrique et celle de l'Europe.

Je suis venu te dire que cette part africaine et cette part européenne de toimême forment ton identité déchirée.

Je ne suis pas venu, jeunesse d'Afrique, te donner des leçons.

Je ne suis pas venu te faire la morale.

Mais je suis venu te dire que la part d'Europe qui est en toi est le fruit d'un grand péché d'orgueil de l'Occident mais qu'elle n'est pas indigne.

Car elle est l'appel de la liberté, de l'émancipation et de la justice.

Car elle est l'appel à la raison et à la conscience universelles.

Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.

Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès.

Dans cet univers où la nature commande tout, l'homme échappe à l'angoisse de l'histoire qui tenaille l'homme moderne mais il reste immobile au milieu d'un ordre immuable ou tout est écrit d'avance.

Jamais il ne s'élance vers l'avenir. Jamais il ne lui vient à l'idée de sortir de la répétition pour s'inventer un destin. Le problème de l'Afrique est là. Le défi de l'Afrique, c'est d'entrer davantage dans l'histoire. C'est de puiser en elle l'énergie, la force, l'envie, la volonté d'écouter sa propre histoire.

Le problème de l'Afrique, c'est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l'éternel retour, c'est de prendre conscience que l'âge d'or qu'elle ne cesse de regretter, ne reviendra pas parce qu'il n'a jamais existé. Le problème de l'Afrique, c'est qu'elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l'enfance. Le problème de l'Afrique, c'est que trop souvent elle juge le présent par rapport à une pureté des origines totalement imaginaire et que personne ne peut espérer ressusciter. Le problème de l'Afrique, ce n'est pas de s'inventer un passé plus ou moins mythique pour s'aider à supporter le présent mais de s'inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres. Le problème de l'Afrique, ce n'est pas de se préparer au retour du malheur, comme si celui-ci devait indéfiniment se répéter, mais de vouloir se donner les moyens de le conjurer.

Le défi de l'Afrique, c'est de rester fidèle à ellemême sans rester immobile. Le défi de l'Afrique, c'est d'apprendre à regarder son accession à l'universel non comme un reniement de ce qu'elle est mais comme un accomplissement. Le défi de l'Afrique, c'est d'apprendre à se sentir l'héritière de tout ce qu'il y a d'universel dans toutes les civilisations humaines. C'est de s'approprier les droits de l'Homme, la démocratie, la liberté, l'égalité, la justice comme l'héritage commun de toutes les civilisations et de tous les hommes.

C'est de s'approprier la science et la technique modernes comme le produit de toute l'intelligence humaine.

Le défi de l'Afrique est celui de toutes les civilisations, de toutes les cultures, de tous les peuples qui veulent garder leur identité sans s'enfermer parce qu'ils savent que l'enfermement serait mortel.

Les civilisations sont grandes à la mesure de leur participation au grand métissage de l'esprit humain.

La faiblesse de l'Afrique qui a connu sur son sol tant de civilisations brillantes, ce fut longtemps de ne pas participer assez à ce grand métissage. Elle a payé cher ce désengagement du monde qui l'a rendue si vulnérable. Mais de ses malheurs, l'Afrique a tiré une force nouvelle en se métissant. Ce métissage, quelles que fussent les conditions douloureuses de son avènement, est la vraie force et la vraie chance de l'Afrique au moment où émerge la première civilisation mondiale.

La civilisation musulmane, la chrétienté, la colonisation, audelà des crimes et des fautes qui furent commises en leur nom et qui ne sont pas excusables, ont ouvert les coeurs et les mentalités africaines à l'universel et à l'histoire. Ne te laisse pas, jeunesse d'Afrique, voler ton avenir par ceux qui ne savent opposer à l'intolérance que l'intolérance, au racisme que le racisme.

Ne te laisse pas, jeunesse d'Afrique, voler ton avenir par ceux qui veulent t'exproprier d'une histoire qui t'appartient aussi parce qu'elle fut l'histoire douloureuse de tes parents, de tes grandsparents et de tes aïeux.

N'écoute pas, jeunesse d'Afrique, ceux qui veulent faire sortir l'Afrique de l'histoire au nom de la tradition parce qu'une Afrique ou plus rien ne changerait serait de nouveau condamnée à la servitude.

N'écoute pas, jeunesse d'Afrique, ceux qui veulent t'empêcher de prendre ta part dans l'aventure humaine, parce que sans toi l'aventure humaine sera moins belle.

N'écoute pas non plus, jeunesse d'Afrique, ceux qui veulent te déraciner, te priver de ton identité, faire table rase de tout ce qui est africain, de toute la mystique, la religiosité, la sensibilité, la mentalité africaine, parce que pour échanger il faut avoir quelque chose à donner, parce que pour parler aux autres il faut avoir quelque chose à leur dire.

Ecoute plutôt, jeunesse africaine, la grande voix du Président Senghor qui chercha toute sa vie à réconcilier les héritages et les cultures au croisement desquels les hasards et les tragédies de l'histoire avaient placé l'Afrique.

Il disait, lui l'enfant de Joal, l'enfant qui avait été bercé par les rhapsodies des Griots, il disait : « nous sommes des métis culturels et si nous sentons en nègres, nous nous exprimons en français, parce que le français est une langue à vocation universelle, que notre message s'adresse aussi aux Français et aux autres hommes ».

Il disait aussi : « le français nous a fait don de ses mots abstraits si rares dans nos langues maternelles. Chez nous les mots sont naturellement nimbés d'un halo de sève et de sang ; les mots du français eux rayonnent de mille feux, comme des diamants. Des fusées qui éclairent notre nuit ». Ainsi parlait Léopold Senghor, ce grand poète et ce grand Africain qui voulait que l'Afrique se mit à parler à toute l'humanité et qui écrivait en français des poèmes pour tous les hommes.


Des poèmes qui étaient des chants et qui parlaient à tous les hommes des êtres fabuleux qui gardent les fontaines, chantent dans les rivières et se cachent dans les arbres. Des poèmes qui leur faisaient entendre les voix des morts du village et des ancêtres. Des poèmes qui leur faisaient traverser des forêts de symboles et remonter jusqu'aux sources de la mémoire ancestrale, que chaque peuple garde au fond de sa conscience comme l'adulte garde au fond de la sienne le souvenir du bonheur de l'enfance.

Car chaque peuple a connu ce temps de l'éternel présent, où il cherchait non à dominer l'univers mais à vivre en harmonie avec lui. Temps de la sensation, de l'instinct, de l'intuition. Temps du mystère et de l'initiation. Temps mystique ou le sacré était partout, où tout était signes et correspondances. Temps des magiciens, des sorciers et des chamanes. Temps de la parole qui se répète de génération en génération et transmet de siècle en siècle des légendes aussi vieilles que les dieux. L'Afrique a fait se ressouvenir à tous les peuples de la terre qu'ils avaient partagé la même enfance. Elle en a réveillé les joies simples, les bonheurs éphémères et ce besoin de croire plutôt que de comprendre, de ressentir plutôt que de raisonner, d'être dans l'harmonie plutôt que dans la conquête. Ceux qui jugent la culture africaine arriérée, ceux qui tiennent les Africains pour de grands enfants, tous ceuxlà ont oublié que la Grèce antique, qui nous a tant appris sur l'usage de la raison, avait aussi ses sorciers, ses devins, ses cultes à mystères, ses sociétés secrètes, ses bois sacrés et sa mythologie qui venait du fond des âges et dans laquelle nous puisons encore un inestimable trésor de sagesse humaine.

L'Afrique, qui a aussi ses grands poèmes dramatiques et ses légendes tragiques en écoutant Sophocle, a entendu une voix plus familière qu'elle ne l'aurait crû et l'Occident a reconnu dans l'art africain des formes de beauté qui avaient jadis été les siennes et qu'il éprouvait le besoin de ressusciter. Entends, Jeunesse africaine, combien Rimbaud est africain quand il met des couleurs sur les voyelles comme tes ancêtres en mettaient sur leurs masques, « masque noir, masque rouge, masque blancetnoir ». Ouvre les yeux, Jeunesse d'Afrique et ne regarde plus, comme l'ont fait trop souvent tes aînés, la civilisation mondiale comme une menace pour ton identité mais comme quelque chose qui t'appartient aussi. Dès lors que tu reconnaîtras dans la sagesse universelle une part de la sagesse que tu tiens de tes pères et que tu auras la volonté de la faire fructifier, alors commencera la Renaissance africaine.

Dès lors que tu proclameras que l'homme africain n'est pas voué à un destin qui serait fatalement tragique et que partout en Afrique il ne saurait y avoir d'autre but que le bonheur, alors commencera la Renaissance africaine. Dès lors que tu déclareras qu'il ne saurait y avoir d'autres finalités pour une politique africaine que l'unité de l'Afrique et l'unité du genre humain, alors commencera la Renaissance africaine.

Dès lors que tu regarderas bien en face la réalité de l'Afrique et que tu la prendras à bras le corps, alors commencera la Renaissance africaine. Car le problème de l'Afrique, c'est qu'elle est devenue un mythe que chacun reconstruit pour les besoins de sa cause.

Et ce mythe empêche de regarder en face la réalité de l'Afrique. La réalité de l'Afrique, c'est une démographie trop forte pour une croissance économique trop faible.

La réalité de l'Afrique, c'est encore trop de famine, trop de misère. La réalité de l'Afrique, c'est la rareté qui suscite la violence. La réalité de l'Afrique, c'est le développement qui ne va pas assez vite, c'est l'agriculture qui ne produit pas assez, c'est le manque de routes, d'écoles, d'hôpitaux.

La réalité de l'Afrique, c'est un grand gaspillage d'énergie, de courage, de talents, d'intelligence.

La réalité de l'Afrique, c'est celle d'un grand continent qui a tout pour réussir et qui ne réussit pas parce qu'il n'arrive pas à se libérer des mythes. La Renaissance dont l'Afrique a besoin, toi seule Jeunesse, tu peux l'accomplir parce que toi seule en auras la force. Cette Renaissance, je suis venu te proposer que nous l'accomplissions ensemble parce que de la Renaissance de l'Afrique dépend pour une large part la Renaissance de l'Europe et la Renaissance du monde.


Je sais l'envie de partir qu'éprouvent un si grand nombre d'entre vous confrontés aux difficultés de l'Afrique. Je sais la tentation de l'exil qui pousse tant de jeunes Africains à aller chercher ailleurs ce qu'ils ne trouvent pas ici pour faire vivre leur famille.

Je sais ce qu'il faut de volonté, ce qu'il faut de courage pour tenter cette aventure, pour quitter sa patrie, la terre où l'on est né, où l'on a grandi, pour laisser derrière soi les lieux familiers où l'on a été heureux, l'amour d'une mère, d'un père ou d'un frère et cette solidarité, cette chaleur, cet esprit communautaire qui sont si forts en Afrique. Je sais ce qu'il faut de force d'âme pour affronter le dépaysement, l'éloignement, la solitude.

Je sais ce que la plupart d'entre eux doivent affronter comme épreuves, comme difficultés, comme risques. Je sais ce que seront leurs souffrances. Je sais qu'ils iront parfois jusqu'à risquer leur vie pour allerjusqu'au bout de leur rêve. Mais je sais que rien ne les retiendra. Rien ne retient jamais la jeunesse quand elle est portée par ses rêves. Rien ne retient jamais la jeunesse quand elle veut partir à la découverte du monde. Je ne crois pas que la jeunesse africaine ne soit poussée à partir que pour fuir la misère. Je ne crois pas que les difficultés de l'Afrique soient la seule raison qui pousse la jeunesse africaine à partir. Je crois que la jeunesse africaine s'en va parce que, comme toutes les jeunesses, elle veut conquérir le monde. Comme toutes les jeunesses, elle a le goût de l'aventure et du grand large. Comme toutes les jeunesses, elle veut aller voir comment on vit. comment on pense, comment on travaille, comment on étudie ailleurs. Comme toutes les jeunesses, elle veut échapper à la pesanteur des habitudes, elle veut s'émanciper, elle veut voler de ses propres ailes. L'Afrique n'accomplira pas sa Renaissance en coupant les ailes de sa jeunesse. La Renaissance de l'Afrique commencera en apprenant à la jeunesse africaine à vivre avec le monde, non à le refuser.

La Renaissance de l'Afrique commencera quand la jeunesse africaine aura le sentiment que le monde lui appartient comme à toutes les jeunesses de la terre. La Renaissance de l'Afrique commencera quand la jeunesse africaine aura le sentiment que tout deviendra possible comme tout semblait possible aux hommes de la Renaissance. Jeunesse africaine, tu ne dois pas être la seule jeunesse du monde assignée à résidence. Tu ne dois pas être la seule jeunesse du monde qui n'a le choix qu'entre la clandestinité et le repliement sur soi. Jeunesse africaine, tu dois pouvoir acquérir hors d'Afrique la compétence et le savoir que tu ne trouverais pas chez toi.

Tu dois aussi à la terre africaine de mettre à son service les talents que tu auras développés. Il faut revenir bâtir l'Afrique ; il faut lui apporter le savoir, la compétence le dynamisme de ses cadres.

Tu n'as pas besoin qu'on te prenne par la main. Tu n'as pas besoin que l'on te fasse la charité. Ce que tu veux, c'est avoir les moyens de réaliser tes rêves. Ce que tu veux, c'est que l'on te respecte, c'est que l'on te comprenne. Ce que tu veux, c'est ne pas être à la merci des passeurs sans scrupules qui jouent avec ta vie. Ce que tu veux, c'est que ta dignité soit préservée. Ce que tu veux, c'est pouvoir faire des études, c'est pouvoir travailler, c'est pouvoir vivre décemment. C'est au fond, ce que veut toute l'Afrique. L'Afrique ne veut pas de la charité, elle ne veut pas d'aide, elle ne veut pas de passe droit. Ce que veut l'Afrique et ce qu'il faut lui donner, c'est la solidarité, la compréhension et le respect. Ce que veut l'Afrique, ce n'est pas que l'on prenne son avenir en main, ce n'est pas que l'on pense à sa place, que l'on décide à sa place. Ce que veut l'Afrique, ce que veut la France, c'est la coopération, c'est l'association, c'est le partenariat. Jeunesse africaine, tu veux la démocratie, tu veux la liberté, tu veux la justice, tu veux le Droit ? C'est à toi d'en décider. La France ne décidera pas à ta place. Mais si tu choisis la démocratie, la liberté, la justice et le Droit, alors la France est prête à s'associer à toi pour les construire. Jeunesse africaine, la Mondialisation telle qu'elle se fait ne te plaît pas. L'Afrique a payé trop cher le mirage du collectivisme et du progressisme pour céder à celui du laisser-faire. Jeunesse africaine, tu crois que le libre échange est bénéfique mais que ce n'est pas une religion. Tu crois que la concurrence est un moyen mais que ce n'est pas une fin en soi. Tu ne crois pas au laissez-faire. Tu sais qu'à être trop naïve l'Afrique serait condamnée à devenir la proie des prédateurs du monde entier. Et cela tu ne le veux pas. Tu veux une autre Mondialisation, avec plus d'humanité, avec plus de justice, avec plus de règles. La France la veut aussi. Elle veut se battre avec l'Europe, elle veut se battre avec l'Afrique, elle veut se battre avec tous ceux qui dans le monde veulent changer la Mondialisation. Jeunesse africaine, tu veux le développement, tu veux la croissance, tu veux la hausse du niveau de vie.

Mais le veuxtu vraiment ? Veuxtu que cesse l'arbitraire, la corruption, la violence ? Veuxtu que la propriété soit respectée, que l'argent soit investi au lieu d'être détourné ? Veuxtu quepartout l'Etat se remette à faire son métier, qu'il soit allégé des bureaucraties qui l'étouffent, qu'il soit libéré du parasitisme, du clientélisme, que son autorité soit restaurée, qu'il domine les féodalités, qu'il domine les corporatismes ? Veuxtu que partout règne l'État de droit qui permet à chacun de savoir raisonnablement ce qu'il peut attendre des autres ?

Si tu le veux, alors la France est prête à le faire avec toi. Tu veux qu'il n'y ait plus de famine sur la terre africaine ? Tu veux que sur la terre africaine il n'y ait plus jamais un seul enfant qui meure de faim ? Alors cherche l'autosuffisance alimentaire. Alors développe les cultures vivrières. L'Afrique a d'abord besoin de produire pour se nourrir. Si c'est ce que tu veux, Jeunesse africaine, qui tient entre tes mains l'avenir de l'Afrique, alors la France est prête à y travailler avec toi. Tu veux lutter contre la pollution ? Tu veux que le développement soit durable ? Tu veux que les générations actuelles ne vivent plus au détriment des générations futures ? Tu veux prendre des précautions ? Tu veux que chacun paye le véritable coût de ce qu'il consomme ? Tu veux développer les technologies propres ? C'est à toi de décider. Mais si tu le décides, la France le fera avec toi.


Tu veux la paix sur le continent africain ? Tu veux la sécurité collective ? Tu veux le règlement pacifique des conflits ? Tu veux mettre fin au cycle infernal de la vengeance et de la haine ? Décidele et la France sera là.

Tu veux l'unité africaine ? La France le souhaite aussi. La France souhaite l'unité de l'Afrique qui rendra l'Afrique aux Africains. Ce que veut faire la France avec l'Afrique, c'est regarder en face les réalités. C'est faire la politique des réalités et non plus la politique des mythes. Ce que la France veut faire avec l'Afrique, c'est le codéveloppement, c'estàdire le développement partagé. Ce que la France veut faire avec l'Afrique, ce sont des projets communs, ce sont des pôles de compétitivité communs, ce sont des universités communes, ce sont des laboratoires communs. Ce que la France veut faire avec l'Afrique, c'est élaborer une stratégie commune dans la Mondialisation. Ce que la France veut faire avec l'Afrique, c'est une politique d'immigration négociée ensemble, décidée ensemble pour que la jeunesse africaine puisse être accueillie en France et dans toute l'Europe avec dignité et avec respect.

Ce que la France veut faire avec l'Afrique, c'est une alliance de la jeunesse française et de la jeunesse africaine pour que le monde de demain soit un monde meilleur.

Ce que veut faire la France avec l'Afrique, c'est préparer l'avènement de l'Eurafrique, ce grand destin commun qui attend l'Europe et l'Afrique. A ceux qui, en Afrique, regardent avec méfiance ce grand projet de l'union méditerranéenne que la France a proposée à tous les pays riverains de la Méditerranée, je veux dire que dans l'esprit de la France il ne s'agit nullement de mettre à l'écart l'Afrique qui s'étend au sud du Sahara mais qu'au contraire, il s'agit de faire de cette union le pivot de l'Eurafrique, la première étape du plus grand rêve de paix et de prospérité qu'Européens et Africains sont capables de concevoir ensemble. Alors l'enfant noir de Camara Laye, à genoux dans le silence de la nuit africaine, saura qu'il peut lever la tête et regarder avec confiance vers l'avenir. Et il sentira réconcilié en lui les deux parts de luimême. Et il se sentira enfin un homme comme tous les hommes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Ven 27 Juil 2007 20:37    Sujet du message: 3 fois le discours dans ce post ????? Répondre en citant

Bon sang,

Lisez les posts avant de poster les votres...

Le discours de Sarko a deja ete poste 3 fois ici...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2007 00:09    Sujet du message: Répondre en citant

Benny Da B' a écrit:
Ce discours de Sarkozy a des relents de Rama YADE, ma main a coupé qu'elle a aidé sa team à en écrire une grande partie !

Moi aussi j´y ai pensé. Surtout qu´il y a dans ce discours plein de thèmes chers à la dame, et aussi le ton humaniste (même s´il est fictif) qu´elle souhaitait que son mentor adopte surtout pour les noirs émotifs.
Mais j´ai également pensé à Elie Zemmour, comme la muse de ce discours (la non-répentance oblige), que son auteur et sa coure ont pensé être historique. Mais hélas, il n´en est rien. Et si les africains, bien que émotifs, n´en sont pas emballés, alors c´est vraiment raté.

En outre, choisir Dakar comme lieu pour s’adresser à l’élite de la jeunesse africaine FRANCOPHONE n´est pas ex nihilo. En effet, le Sénégal garde sa mission (assignée par la France coloniale) de phare démocratique et de modernité pour les pays francophones. Il suffit de revisiter le rôle proéminent de Senghor sur la scène politico-littéraire afrofrancophone. Ou encore d´aller passer quelques temps dans le pays de la Teranga et observer les comportements des sénégalais et leurs discours vis-à-vis des autres afrofrancophones pour s´en rendre compte. Je n´ose même pas évoquer le fait que les archives de l´AOF y sont encore...

Enfin, ce discours démontre une fois de plus le désir hégémonique de la France sur l´Afrique francophone, de renouvellement et renforcement de cette impérialisme, et surtout d´imposer sa vision du monde dans cette triste partie du monde. A mon avis, cette Eurafrique n´a pas sa raison d´être tant qu´il n´existe pas une uninon africaine.
Qu´en pensent même les autres Européens de cette Eurafrique? C´est même quoi l´Eurafrique, alors que la "France n´a pas besoin de l´Afrique"?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PIPO .PCX
Grioonaute


Inscrit le: 09 Aoû 2004
Messages: 94
Localisation: FRANCE

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2007 10:28    Sujet du message: Discours de Sarko Répondre en citant

Le discours de Sarko ne va choquer que les naïfs. Et la lettre de l'opposant gabonais déborde de naïveté et d'illusions (Pour quelle raison la France lâcherait son bout de pain? simplement pour nos beaux yeux?).

Le discours de Sarko est à placer dans son contexte; il ne s'adresse pas à un de ses pairs (encore j'eus été heureux qu'il puisse parler ainsi à ses pairs africains), mais à des jeunes, donc à ses enfants. Le ton, le relativisme, l'épheumisme qu'il peut adopter sont à mettre dans ce contexte. Et pour le contenu même du discours, en toute honnêteté, pas grand chose à enléver; au lieu de glosser, il faut plutôt pousser cette jeunesse africaine à appliquer certaines stratégies qu'il précaunise, en homme pragmatique.

Nous nous plaignons qu'il prescrit l'oubli; c'est plutôt actuellement que l'Afrique vit dans l'oubli; car comment perpétuer les mémoires si on est incapable de bâtir en Afrique ces temples de la mémoire de l'africain? (je ne sais si vous connaissez bcp en Afrique)Dans l'insécurité TOTALE (physique, matérielle,intellectuelle, cultuelle, etc.), nous ne pouvons qu'oublier; dans la lutte contre cet oubli, nous nous abrevons de brouillard mémoriel qui nous aveugle et anihile nos esprits face à la construction du futur; c'est de ce brouillard qu'il faut sortir, bâtir réelement l'avenir, et devenir CAPABLE de perpétuer les mémoires.

L'Afrique (francophone) est dans un jeu de stratégie avec la France où la France fera toujours partie des gagnants; l'Afrique peut perdre ou gagner, mais la France gagnera TOUJOURS. Il est donc du ressort de l'Afrique de trouver l'astuce pour gagner avec la France. Aujourd'hui l'Afrique perd; le discours donne qq indications à la jeunesse africaine pour être aussi gagnante. Pour le moment çà lui (Sarko) coûte de faire plus, surtout sans être sûr du résultat; aujourd'hui sans rien faire, la France gagne dans le jeu; si elle sent l'Afrique bouger dans un vrai sens d'évolution, la France va se secouer pour l'accompagner, ele fera plus qu'aujourd'hui, mais elle gagnera aussi plus, car l'a bien dit l'opposant virtuel gabonais, c'est 300millions de consommateurs solvables qu'on risque avoir, et malgré tout leur partenaire naturel sera la France.

Maintenant relisez le discours de Sarko,sautez les parties où il blesse nos égos si vous voulez, et voyez ce que vous pouvez faire pour ce continent pour gagner aussi. Surtout vous de la diaspora, qu'il a si bien épinglé.
_________________
Less is more
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
afrocalipse
Grioonaute 1


Inscrit le: 10 Mai 2005
Messages: 178
Localisation: courbevoie

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2007 14:10    Sujet du message: Répondre en citant

voici la réaction du professeur Bwemba Bong à l'allocution de Nicolas Sarkozy à dakar et un article
source www.thotep.com

http://www.thotep.com/article.php3?id_article=337


et l'article
Sarkozy insulte la mémoire africaine !

Paris, le 27 juillet 2007

L’insulte ignoble de Sarko à toute la mémoire Africaine sur les lieux même de l’université Cheik Anta DIOP de Dakar au Sénégal est disponible sur le site de la présidence de la République française. Par la voix de son président élu, donc en France non occupée, l’Etat français se place dans la continuité des colons pilleurs et destructeurs de civilisations et d’Histoire.

Après tous les crimes de la FrançAfrique, "Ce que veut faire la France avec l’Afrique, c’est préparer l’avènement de l’Eurafrique, ce grand destin commun qui attend l’Europe et l’Afrique" déclare Sarko, le nouvel homme fort de l’Europe qui "rêve du retour des empereurs du saint empire" pour "refaire la politique de civilisation" de Napoléon qui a rétabli l’esclavage des Noirs.

Il déclare encore : " Le problème de l’Afrique, c’est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l’éternel retour, c’est de prendre conscience que l’âge d’or qu’elle ne cesse de regretter, ne reviendra pas pour la raison qu’il n’a jamais existé "

Pourquoi Sarkozy ressasse-t-il à chaque fois qu’il parle de l’Histoire Africaine, qu’il ne faut pas ressasser le passé ? qu’il n’est pas là pour la repentance ? Mais de quoi a-t-il peur ? N’est-ce pas ce même président qui multiplie les opérations de mémoire pour la propre communauté dont il se réclame ? Mais qui est plus concerné par le "mythe de l’éternel retour" ? L’âge d’or, Monsieur Sarkozy, a bel et bien existé, et vous le savez comme tous vos conseillers scientifiques ; mais peut-être confondez-vous, sciemment ou inconsciemment, les peuples et les histoires ?

Quand vous dîtes "Mais la colonisation fut une grande faute qui fut payée par l’amertume et la souffrance de ceux qui avaient cru tout donner et qui ne comprenaient pas pourquoi on leur en voulait autant.", Vous avez osé reprendre, sur cette terre d’Afrique, sur des lieux symboliques, la teneur de votre discours de Toulon où vous expliquiez que les seules personnes envers qui la France a une dette morale et à qui elle doit excuses et réparations sont celles qui sont revenues des colonies avec leurs souvenirs de jeunesse. Vous récidivez avec des circonstances aggravantes.

En insultant l’Afrique et les Africains, sur ces lieux symboliques, Monsieur Sarkozy vous avez gravement troublé le repos sacré de nos ancêtres.

Source du discours www.elysee.fr

Autres extraits :

"Je veux, ce soir, m’adresser à tous les Africains qui sont si différents les uns des autres, qui n’ont pas la même langue [NDLR, qui a divisé l’Afrique en 1884 à la conférence de Berlin, et comment ?] , qui n’ont pas la même religion [NDLR, qui a amené ces religions ?] , qui n’ont pas les mêmes coutumes, qui n’ont pas la même culture, qui n’ont pas la même histoire [NDLR, esclavage et colonisation par différents pays européens] et qui pourtant se reconnaissent les uns les autres comme des Africains. Là réside le premier mystère de l’Afrique"

"Oui, je veux m’adresser à tous les habitants de ce continent meurtri, et, en particulier, aux jeunes, à vous qui vous êtes tant battus les uns contre les autres et souvent tant haïs, qui parfois vous combattez et vous haïssez encore mais qui pourtant vous reconnaissez comme frères, frères dans la souffrance, frères dans l’humiliation, frères dans la révolte, frères dans l’espérance, frères dans le sentiment que vous éprouvez d’une destinée commune, frères à travers cette foi mystérieuse qui vous rattache à la terre africaine, foi qui se transmet de génération en génération et que l’exil lui-même ne peut effacer."

"Ils [les colons] ont coupé vos pères de leur passé, ils leur ont arraché leur âme et leurs racines. Ils ont désenchanté l’Afrique.Ils ont eu tort. " [NDLR : et aujourd’hui avec Arno Klarsfeld, Sarko interdit aux enfants d’origine africaine en France d’être connectés à leur langue et à leur culture : Il "s’étonnait" que des Africains vivant en France porte encore des "boubous"]

"Il a pris mais je veux dire avec respect qu’il a aussi donné. Il a construit des ponts, des routes, des hôpitaux, des dispensaires, des écoles." [NDLR : pour qui, pour quoi ?. pour par exemple piller l’or et le diamant]

"Jeunes d’Afrique, ne vous coupez pas de ce qui vous enrichit, ne vous amputez pas d’une part de vous-même. La pureté est un enfermement, la pureté est une intolérance. La pureté est un fantasme qui conduit au fanatisme."[NDLR, l’homme de la "préférence européenne", en écho à la "préférence française", met en garde les Africains contre la pureté.

Gilbert Leonard
_________________
De dire que je suis Africain relève pour beaucoup de l'hérésie, du mensonge, d'affirmer que mes racines sont en Afrique demeure une ineptie. Les juifs survivants de Auschwitz n'en sont pas ressortis Polonais. Alors moi je suis et resterais Africain et c'est en tant que tel que je serais soumis à la critique ou à l'approbation.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2007 16:26    Sujet du message: Sarko nous a insulte et alors ? Répondre en citant

Brother and sister,

Ce forum devient une chambre de lamentations.
Sarko nous a insulte dans la terre de nos ancetres, oui !
Maintenant vous avez tous compris pourquoi il tenait tant a aller a Dakar !
Lorsqu'un multi-recidiviste (Sarko en est un, recidiviste de theses racialistes...) arrive dans une ville et commet un autre forfait, la premiere reaction est d'en vouloir a ceux qui ont laisser perpetrer ca.
Donc ne nous trompons pas de cible ici.
Je lis partout dans tous les forums, Sarko a encore frappe !
- ou etaient les panafricains et/ou diopistes a Dakar pour preparer une contre-visite. La passivite des etudiants de l'UCAD est edifiante !
- ou etaient dans la presse locale (radio, tele), et le senegal en compte, des reactions et des conferences explicatives sur la francafrique avant son arrivee et apres ?

la visite de Sarko vient d'etaler au grand jour la faillite totale du reseau panafricain incapable de forcer l'interlocutaire (ici Wade et Sarko) a tenir compte de l'agenda des panafricains dans cette visite. Cela demontre clairement que le panafricanisme (theses de CAD en particulier) n'est plus operationel au Senegal. C'est pas la peine de faire le voyage la-bas pour le constater. On pourra me dire que Wade a etouffer le ou les groupuscules panafricains du pays. peut-etre mais en tout cas ca montre que l'universite CAD aujourd'hui forme pas mal de beni-oui-oui et pas des panafricains !
Ce sont les suites a donner a cette visite qui devraient canaliser les energies: comment capitaliser sur cette nouvelle sortie de route du nouveau maitre de la francafrique pour mieux renforcer l'ideal panafricain dans la jeunesse en Afrique. C'est la seule facon de "castrer" a jamais tout multirecidiviste des theses de Gobineau.

Le reste c'est de la lamentation inutile....
je vous y laisse
Arrow
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2007 18:31    Sujet du message: Re: La Françafrique selon SARKOZY : quelle rupture ? Répondre en citant

Très très très fort ce discours, qui que ce soit qui l'aie rédigé. On appuie sur tous les leviers, affectifs, poétiques, mystiques, on passe un bon coup de pommade à l'auditoire en reconnaissant la grandeur de l'Afrique et le Crime de la colonisation, puis on embraye sur la manoeuvre de séduction, genre "nos destins liés" avec des trémolos dans la voix et des envolées lyriques (traduire : svp, ne nous foutez pas dehors, même si nous l'avons bien cherché Laughing ) en finissant quand même (chassez le naturel...) par un TUTOIEMENT aussi condescendant que déplacé (toi y'en a comprendre ? Rolling Eyes ).

Bref. Du grand art, il faut le reconnaître. DE LA MANIPULATION DE HAUTE VOLEE. Y'en a d'ailleurs par ici (et j'imagine encore plus là-bas) qui ont mordu à l'hameçon.

Celà dit, au delà de la rouerie du personnage (je me demande combien de temps elle étonnera encore), et cette manoeuvre de diversion, ce que je retiens :

- c'est le changement de discours, absolumment incontestable Confused Le président français, à la suite de son prédécesseur avec l'Holocauste juive, reconnait les crimes de la colonisation. Avec des bémols, quelques contre-vérités encore présentes dans son argumentation (les hôpitaux et les écoles construits... encore un peu de patience, et ils reconnaîtront que ce n'était certainement pas pour les AFricains Twisted Evil ), il y a une vraie rupture dans le discours porté sur l'Afrique et sur la colonisation. Exit la mission civilisatrice de l'homme blanc. Venant de la France, crassement en retard sur ce sujet, as usual, celà mérite d'être souligné.

- ce changement de ton, il ne vient certainement pas d'une soudaine prise de conscience, et d'une tardive grandeur d'âme. Oh non Confused Tout ceci, ce sont les fruits de la libération de la parole sur la mémoire de l'esclavage et la remise en question de la colonisation. Cette parole, c'est nous, descendants de colonisés, voire résidus de colonisés (dans mon cas Embarassed ) qui l'avons reprise, et ça a fini par porter ses fruits. Désormais, on ne peut plus raconter n'importe quoi, et ces gens-là le savent.

- enfin, la tournure rhétorique extrêmement vicieuse du discours du nabot montre qu'ils savent que la jeunesse africaine est maintenant informée, qu'elle n'est pas disposée à avaler les mêmes sornettes que la génération post-fausse indépendances, et que la France sait son influence en danger sur le continent. D'où la POMMADE après des décennies de BÂTON Twisted Evil Car les principaux enjeux de la planète, à partir de maintenant, et puisque que pratiquement tous les continents ont épuisé ou sont en voie d'épuiser leurs ressources se trouve sur le continent Mère Confused La concurrence est là (Chine, USA), la France sait qu'elle perd du terrain, donc elle tente le tout pour le tout. A nous de ne pas tomber dans le panneau...Faut dire qu'il est tellement grossier que, déjà au Gabon, le nabot a évoqué les désaccords qui lui sont déjà revenus aux oreilles sur l'impact de son discours. Change de disque, mec ! Twisted Evil

Aujourd'hui, plus que jamais, les vrais savent, et ils préviennent tout le monde Twisted Evil Malgré tous les beaux discours du monde, combien de ces Africains surdiplômés, de la diaspora ou non, vont continuer à avaler longtemps l'énorme couleuvre (plutôt le BOA CONSTRICTOR Mad) que représente le Franc CFA ?

Enfin bref, j'ai beaucoup de choses à dire sur le sujet, mais c'est sous cet éclairage que je reçois ce discours aujourd'hui. Donc je ne suis pas très énervée, à vrai dire Twisted Evil Je me marre presque Laughing

J'ai mis en grand ce que je retiens comme messages forts marquant un changement de cap de la politique française (enfin, en façade, ne nous y trompons pas) en Afrique, et en petit ce qui relève de la manipulation grossière. Quand au passage surligné en rouge, il est tellement culotté que j'y reviendrai en détail Twisted Evil

En tous cas, vu comme ça, même si ce n'est qu'un discours, ça montre qu'on change d'époque. Ne compte pas sur moi pour pleunicher ni pour fulminer, hormheb. Le discours, il est très bien fait, très joli, tout ça, tout ça... DEMONTONS-LE POINT PAR POINT Twisted Evil (même pas mal Laughing )

La lutte continue ! Wink

Citation:
Sénégal: Discours de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République française
Le Soleil (Dakar)

DOCUMENT 27 Juillet 2007 Publié sur le web le 27 Juillet 2007


« Ce que veut faire la France avec l'Afrique, c'est préparer l'avènement de l'Eurafrique, ce grand destin commun qui attend l'Europe et l'Afrique »

Permettez moi de remercier d'abord le gouvernement et le peuple sénégalais de leur accueil si chaleureux. Je veux aussi remercier l'université de Dakar qui me permet de m'adresser pour la première fois à l'élite de la jeunesse africaine en tant que président de la République française.


Je suis venu vous parler avec la franchise et la sincérité que l'on doit à des amis que l'on aime et que l'on respecte. Entre le Sénégal et la France, l'histoire a tissé les liens d'une amitié que nul ne peut défaire. Cette amitié du Sénégal et de la France, elle est grande et belle. Elle est forte. Elle est sincère. C'est pour cela que j'ai souhaité adresser de Dakar le salut fraternel de la France à l'Afrique tout entière.

Je veux m'adresser à tous les Africains qui sont si différents les uns des autres, qui n'ont pas la même langue maternelle, pas la même religion, pas les mêmes coutumes, pas la même culture, pas la même histoire et qui pourtant se reconnaissent les uns les autres comme des Africains.

Oui, je veux m'adresser à vous, habitants de ce continent meurtri et aux jeunes en particulier, à vous qui vous êtes tant battus les uns contre les autres et souvent tant haïs, qui parfois vous combattez et vous haïssez encore mais qui pourtant vous reconnaissez comme frères dans la souffrance et dans l'humiliation, frères dans la révolte et dans l'espérance, frères par le sentiment que vous éprouvez d'une destinée commune, frères à travers cette foi mystérieuse qui vous rattache à la terre africaine, qui se transmet de génération en génération et que l'exil luimême ne peut effacer.

Je ne suis pas venu, jeunesse africaine, pour pleurer avec toi sur les malheurs de l'Afrique. Car l'Afrique n'a pas besoin de mes pleurs.

Je ne suis pas venu, jeunesse africaine, pour m'apitoyer sur ton sort parce que ton sort est entre tes mains. Que feraistu fière jeunesse de ma pitié ?

Je ne suis pas venu effacer le passé car le passé ne s'efface pas.

Je ne suis pas venu nier les fautes ni les crimes car il y a eu des fautes et il y a eu des crimes.

Il y a eu la traite négrière, il y a eu l'esclavage, les hommes, les femmes, les enfants achetés et vendus comme des marchandises. Et ce crime ne fut pas seulement un crime contre les Africains, ce fut un crime contre l'homme, un crime contre l'humanité,

Et l'homme noir qui éternellement « entend de la cale monter les malédictions enchaînées, les hoquettements des mourants, le bruit d'un qu'on jette à la mer ». Cet homme noir qui ne peut s'empêcher de se répéter sans fin « Et ce pays cria pendant des siècles que nous sommes des bêtes brutes ». Cet homme noir a le visage de tous les hommes. Cette souffrance de l'homme noir c'est la souffrance de tous les hommes. Cette blessure ouverte dans l'âme de l'homme noir est une blessure ouverte dans l'âme de tous les hommes.


Mais nul ne peut demander aux générations d'aujourd'hui d'expier ce crime perpétré par les générations passées. Nul ne peut demander aux fils de se repentir des fautes de leurs pères.

Jeunesse d'Afrique, je ne suis pas venu te parler de repentance.
Je suis venu te dire que je ressens la traite et l'esclavage comme des crimes envers l'humanité. Je suis venu te dire que ta déchirure et ta souffrance sont miennes. Je suis venu te proposer de regarder ensemble, Africains et Français, audelà de cette déchirure et de cette souffrance.

Je suis venu te proposer, jeunesse d'Afrique, non d'oublier cette déchirure et cette souffrance qui ne peuvent pas être oubliées, mais de les dépasser.

Je suis venu te proposer, jeunesse d'Afrique, non de ressasser ensemble le passé mais d'en tirer ensemble les leçons et de regarder ensemble vers l'avenir.

Je suis venu, jeunesse d'Afrique, regarder en face avec toi notre histoire commune. L'Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur. Ce sont des Africains qui ont vendu aux négriers d'autres Africains. Et l'on s'est entretué en Afrique au moins autant qu'en Europe. Mais il est vrai que jadis, les Européens sont venus en Afrique en conquérants. Ils ont pris la terre de tes ancêtres. Ils ont banni les dieux, les langues, les croyances, les coutumes de tes pères. Ils ont dit à tes pères ce qu'ils devaient penser, ce qu'ils devaient croire, ce qu'ils devaient faire. Ils les ont coupé de leur passé, ils leur ont arraché leur âme et leurs racines. Ils ont désenchanté l'Afrique.

Ils ont eu tort.

Ils n'ont pas vu la profondeur et la richesse de l'âme africaine. Ils ont cru qu'ils étaient supérieurs, qu'ils étaient plus avancés, qu'ils étaient le progrès, qu'ils étaient la civilisation.


Ils ont eu tort.

Ils ont voulu convertir l'homme africain, ils ont voulu le façonner à leur image, ils ont cru qu'ils avaient tous les droits, ils ont cru qu'ils étaient tout puissants, plus puissants que les dieux de l'Afrique, plus puissants que l'âme africaine, plus puissants que les liens sacrés que les hommes avaient tissés patiemment pendant des millénaires avec le ciel et la terre d'Afrique, plus puissants que les mystères qui venaient du fond des âges.

Ils ont eu tort.

Ils ont abîmé un art de vivre. Ils ont abîmé un imaginaire merveilleux. Ils ont abîmé une sagesse ancestrale.

Ils ont eu tort.

Ils ont créé une angoisse, un mal de vivre, Ils ont nourri la haine. Ils ont rendu plus difficile l'ouverture aux autres, l'échange, le partage parce que pour s'ouvrir, pour échanger, pour partager, il faut être assuré de son identité, de ses valeurs, de ses convictions. Face au colonisateur, le colonisé avait fini par ne plus avoir confiance en lui, par ne plus savoir qui il était, par se laisser gagner par la peur de l'autre, par la crainte de l'avenir.

Le colonisateur est venu, il a pris, il s'est servi, il a exploité, il a pillé des ressources, des richesses qui ne lui appartenaient pas. Il a dépouillé le colonisé de sa personnalité, de sa liberté, de sa terre, du fruit de son travail.


Il a pris mais il a aussi donné. Il a construit des ponts, des routes, des hôpitaux, des dispensaires, des écoles. Il a rendu fécondes des terres vierges, il a donné sa peine, son travail, son savoir. Car tous les colons n'étaient pas des voleurs, tous les colons n'étaient pas des exploiteurs.

Il y avait parmi eux des hommes mauvais mais aussi des hommes de bonne volonté, des hommes qui croyaient remplir une mission civilisatrice, des hommes qui croyaient faire le bien, des hommes généreux et courageux. Ils se trompaient mais ils étaient sincères. Ils croyaient donner la liberté, ils créaient l'aliénation. Ils croyaient briser les chaînes de l'obscurantisme, de la superstition, de la servitude. Ils forgeaient des chaînes plus lourdes, ils imposaient une servitude plus pesante, car c'étaient les esprits, c'étaient les âmes qui étaient asservis. Ils croyaient donner l'amour Rolling Eyes sans voir qu'ils semaient la révolte et la haine.

La colonisation n'est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique. Elle n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux. Elle n'est pas responsable des génocides. Elle n'est pas responsable des dictateurs. Elle n'est pas responsable du fanatisme. Elle n'est pas responsable de la corruption et de la prévarication. Elle n'est pas responsable des gaspillages, de la pollution.

Mais la colonisation fut une grande faute qui fut payée par l'amertume et la souffrance de ceux qui avaient cru tout donner et qui ne comprenaient pas pourquoi on leur en voulait tant.

La colonisation fut une grande faute qui détruisit chez le colonisé l'estime de soi et fit naître dans son coeur cette haine de soi qui débouche toujours sur la haine des autres.

La colonisation fut une grande faute mais de cette grande faute est né l'embryon d'une destinée commune.

La colonisation fut une faute qui a changé le destin. de l'Europe et le destin de l'Afrique et qui les a mêlés. Et ce destin commun a été scellé par le sang des Africains qui sont venus mourir dans les guerres européennes.

Et la France n'oublie pas ce sang africain versé pour sa liberté.

Nul ne peut faire comme si rien n'était arrivé.

Nul ne peut faire comme si cette faute n'avait pas été commise

Nul ne peut faire comme si cette histoire n'avait pas eu lieu.


Pour le meilleur comme pour le pire, la colonisation a transformé l'homme africain et l'homme européen.


Jeunesse d'Afrique, tu es l'héritière des plus vieilles traditions africaines et tu es aussi l'héritière de tout ce que l'Occident a déposé dans le coeur et dans l'âme de l'Afrique.

Jeunesse d'Afrique, la civilisation européenne a eu tort de se croire supérieure à celle de tes ancêtres, mais désormais elle t'appartient aussi.

Ne cède pas à la tentation de la pureté qui est une maladie de l'intelligence et qui est ce qu'il y a de plus dangereux au monde.

Ne te coupe pas de ce qui t'enrichit, ne t'ampute pas d'une part de toimême. La pureté est un enfermement, la pureté est une intolérance. La pureté est un fantasme qui conduit au fanatisme.
Je veux te dire, jeunesse d'Afrique, que le drame de l'Afrique n'est pas dans une prétendue infériorité de son art ou de sa pensée, ou de sa culture. Car, pour ce qui est de l'Art, de la pensée et de la culture, c'est l'Occident qui s'est mis à l'école de l'Afrique. Car l'art moderne doit presque tout à l'Afrique. Car l'influence de l'Afrique a contribué à changer non seulement l'idée de la beauté, non seulement le sens du rythme, de la musique, de la danse, mais même dit Senghor, la manière de marcher ou de rire du monde du XXème siècle.

Je veux te dire, Jeunesse africaine, que le drame de l'Afrique ne vient pas de ce que l'âme africaine serait imperméable à la logique et à la raison. Car l'homme africain est aussi logique et raisonnable que l'homme européen. C'est en puisant dans l'imaginaire africain que t'ont légué tes ancêtres, c'est en puisant dans les contes, dans les proverbes, dans les mythologies, dans les rites, dans ces formes qui depuis l'aube des temps se transmettent et s'enrichissent de génération en génération que tu trouveras l'imagination et la force de t'inventer un avenir qui te soit propre, un avenir singulier qui ne ressemblera à aucun autre, où tu te sentiras enfin libre, libre d'être toimême, libre de décider pour toimême.

Je suis venu te dire que tu n'as pas à avoir honte des valeurs de la civilisation africaine, qu'elles ne te tirent pas vers le bas mais vers le haut, qu'elles sont un antidote au matérialisme et à l'individualisme qui asservissent l'homme moderne, qu'elles sont le plus précieux des héritages face à la déshumanisation et à l'aplatissement du monde.

Je suis venu te dire que l'homme moderne qui éprouve le besoin de se réconcilier avec la nature a beaucoup à apprendre de l'homme africain qui vit en symbiose avec elle depuis des millénaires.

Je suis venu te dire que cette déchirure entre ces deux parts de toimême est ta plus grande force et ta plus grande faiblesse selon que tu t'efforceras ou non d'en faire la synthèse.


Mais je suis aussi venu te dire qu'il y a en toi deux héritages, deux sagesses, deux traditions qui se sont longtemps combattues : celle de l'Afrique et celle de l'Europe.

Je suis venu te dire que cette part africaine et cette part européenne de toimême forment ton identité déchirée.

Je ne suis pas venu, jeunesse d'Afrique, te donner des leçons.

Je ne suis pas venu te faire la morale.

Mais je suis venu te dire que la part d'Europe qui est en toi est le fruit d'un grand péché d'orgueil de l'Occident mais qu'elle n'est pas indigne.

Car elle est l'appel de la liberté, de l'émancipation et de la justice.

Car elle est l'appel à la raison et à la conscience universelles.

Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.

Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès.

Dans cet univers où la nature commande tout, l'homme échappe à l'angoisse de l'histoire qui tenaille l'homme moderne mais il reste immobile au milieu d'un ordre immuable ou tout est écrit d'avance.

Jamais il ne s'élance vers l'avenir. Jamais il ne lui vient à l'idée de sortir de la répétition pour s'inventer un destin. Le problème de l'Afrique est là. Le défi de l'Afrique, c'est d'entrer davantage dans l'histoire. C'est de puiser en elle l'énergie, la force, l'envie, la volonté d'écouter sa propre histoire.

Le problème de l'Afrique, c'est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l'éternel retour, c'est de prendre conscience que l'âge d'or qu'elle ne cesse de regretter, ne reviendra pas parce qu'il n'a jamais existé. Le problème de l'Afrique, c'est qu'elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l'enfance. Le problème de l'Afrique, c'est que trop souvent elle juge le présent par rapport à une pureté des origines totalement imaginaire et que personne ne peut espérer ressusciter. Le problème de l'Afrique, ce n'est pas de s'inventer un passé plus ou moins mythique pour s'aider à supporter le présent mais de s'inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres. Le problème de l'Afrique, ce n'est pas de se préparer au retour du malheur, comme si celui-ci devait indéfiniment se répéter, mais de vouloir se donner les moyens de le conjurer.


Le défi de l'Afrique, c'est de rester fidèle à ellemême sans rester immobile. Le défi de l'Afrique, c'est d'apprendre à regarder son accession à l'universel non comme un reniement de ce qu'elle est mais comme un accomplissement. Le défi de l'Afrique, c'est d'apprendre à se sentir l'héritière de tout ce qu'il y a d'universel dans toutes les civilisations humaines. C'est de s'approprier les droits de l'Homme, la démocratie, la liberté, l'égalité, la justice comme l'héritage commun de toutes les civilisations et de tous les hommes.

C'est de s'approprier la science et la technique modernes comme le produit de toute l'intelligence humaine.

Le défi de l'Afrique est celui de toutes les civilisations, de toutes les cultures, de tous les peuples qui veulent garder leur identité sans s'enfermer parce qu'ils savent que l'enfermement serait mortel.

Les civilisations sont grandes à la mesure de leur participation au grand métissage de l'esprit humain.

La faiblesse de l'Afrique qui a connu sur son sol tant de civilisations brillantes, ce fut longtemps de ne pas participer assez à ce grand métissage. Elle a payé cher ce désengagement du monde qui l'a rendue si vulnérable. Mais de ses malheurs, l'Afrique a tiré une force nouvelle en se métissant. Ce métissage, quelles que fussent les conditions douloureuses de son avènement, est la vraie force et la vraie chance de l'Afrique au moment où émerge la première civilisation mondiale.

La civilisation musulmane, la chrétienté, la colonisation, audelà des crimes et des fautes qui furent commises en leur nom et qui ne sont pas excusables, ont ouvert les coeurs et les mentalités africaines à l'universel et à l'histoire. Ne te laisse pas, jeunesse d'Afrique, voler ton avenir par ceux qui ne savent opposer à l'intolérance que l'intolérance, au racisme que le racisme.

Ne te laisse pas, jeunesse d'Afrique, voler ton avenir par ceux qui veulent t'exproprier d'une histoire qui t'appartient aussi parce qu'elle fut l'histoire douloureuse de tes parents, de tes grandsparents et de tes aïeux.

N'écoute pas, jeunesse d'Afrique, ceux qui veulent faire sortir l'Afrique de l'histoire au nom de la tradition parce qu'une Afrique ou plus rien ne changerait serait de nouveau condamnée à la servitude.

N'écoute pas, jeunesse d'Afrique, ceux qui veulent t'empêcher de prendre ta part dans l'aventure humaine, parce que sans toi l'aventure humaine sera moins belle.

N'écoute pas non plus, jeunesse d'Afrique, ceux qui veulent te déraciner, te priver de ton identité, faire table rase de tout ce qui est africain, de toute la mystique, la religiosité, la sensibilité, la mentalité africaine, parce que pour échanger il faut avoir quelque chose à donner, parce que pour parler aux autres il faut avoir quelque chose à leur dire.

Ecoute plutôt, jeunesse africaine, la grande voix du Président Senghor qui chercha toute sa vie à réconcilier les héritages et les cultures au croisement desquels les hasards et les tragédies de l'histoire avaient placé l'Afrique.


Il disait, lui l'enfant de Joal, l'enfant qui avait été bercé par les rhapsodies des Griots, il disait : « nous sommes des métis culturels et si nous sentons en nègres, nous nous exprimons en français, parce que le français est une langue à vocation universelle, que notre message s'adresse aussi aux Français et aux autres hommes ».

Il disait aussi : « le français nous a fait don de ses mots abstraits si rares dans nos langues maternelles. Chez nous les mots sont naturellement nimbés d'un halo de sève et de sang ; les mots du français eux rayonnent de mille feux, comme des diamants. Des fusées qui éclairent notre nuit ». Ainsi parlait Léopold Senghor, ce grand poète et ce grand Africain qui voulait que l'Afrique se mit à parler à toute l'humanité et qui écrivait en français des poèmes pour tous les hommes.


Des poèmes qui étaient des chants et qui parlaient à tous les hommes des êtres fabuleux qui gardent les fontaines, chantent dans les rivières et se cachent dans les arbres. Des poèmes qui leur faisaient entendre les voix des morts du village et des ancêtres. Des poèmes qui leur faisaient traverser des forêts de symboles et remonter jusqu'aux sources de la mémoire ancestrale, que chaque peuple garde au fond de sa conscience comme l'adulte garde au fond de la sienne le souvenir du bonheur de l'enfance.

Car chaque peuple a connu ce temps de l'éternel présent, où il cherchait non à dominer l'univers mais à vivre en harmonie avec lui. Temps de la sensation, de l'instinct, de l'intuition. Temps du mystère et de l'initiation. Temps mystique ou le sacré était partout, où tout était signes et correspondances. Temps des magiciens, des sorciers et des chamanes. Temps de la parole qui se répète de génération en génération et transmet de siècle en siècle des légendes aussi vieilles que les dieux. L'Afrique a fait se ressouvenir à tous les peuples de la terre qu'ils avaient partagé la même enfance. Elle en a réveillé les joies simples, les bonheurs éphémères et ce besoin de croire plutôt que de comprendre, de ressentir plutôt que de raisonner, d'être dans l'harmonie plutôt que dans la conquête. Ceux qui jugent la culture africaine arriérée, ceux qui tiennent les Africains pour de grands enfants, tous ceuxlà ont oublié que la Grèce antique, qui nous a tant appris sur l'usage de la raison, avait aussi ses sorciers, ses devins, ses cultes à mystères, ses sociétés secrètes, ses bois sacrés et sa mythologie qui venait du fond des âges et dans laquelle nous puisons encore un inestimable trésor de sagesse humaine.

L'Afrique, qui a aussi ses grands poèmes dramatiques et ses légendes tragiques en écoutant Sophocle, a entendu une voix plus familière qu'elle ne l'aurait crû et l'Occident a reconnu dans l'art africain des formes de beauté qui avaient jadis été les siennes et qu'il éprouvait le besoin de ressusciter. Entends, Jeunesse africaine, combien Rimbaud est africain quand il met des couleurs sur les voyelles comme tes ancêtres en mettaient sur leurs masques, « masque noir, masque rouge, masque blancetnoir ». Ouvre les yeux, Jeunesse d'Afrique et ne regarde plus, comme l'ont fait trop souvent tes aînés, la civilisation mondiale comme une menace pour ton identité mais comme quelque chose qui t'appartient aussi. Dès lors que tu reconnaîtras dans la sagesse universelle une part de la sagesse que tu tiens de tes pères et que tu auras la volonté de la faire fructifier, alors commencera la Renaissance africaine.

Dès lors que tu proclameras que l'homme africain n'est pas voué à un destin qui serait fatalement tragique et que partout en Afrique il ne saurait y avoir d'autre but que le bonheur, alors commencera la Renaissance africaine. Dès lors que tu déclareras qu'il ne saurait y avoir d'autres finalités pour une politique africaine que l'unité de l'Afrique et l'unité du genre humain, alors commencera la Renaissance africaine.

Dès lors que tu regarderas bien en face la réalité de l'Afrique et que tu la prendras à bras le corps, alors commencera la Renaissance africaine. Car le problème de l'Afrique, c'est qu'elle est devenue un mythe que chacun reconstruit pour les besoins de sa cause.

Et ce mythe empêche de regarder en face la réalité de l'Afrique. La réalité de l'Afrique, c'est une démographie trop forte pour une croissance économique trop faible. Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

La réalité de l'Afrique, c'est encore trop de famine, trop de misère. La réalité de l'Afrique, c'est la rareté qui suscite la violence. La réalité de l'Afrique, c'est le développement qui ne va pas assez vite, c'est l'agriculture qui ne produit pas assez, c'est le manque de routes, d'écoles, d'hôpitaux.

La réalité de l'Afrique, c'est un grand gaspillage d'énergie, de courage, de talents, d'intelligence.

La réalité de l'Afrique, c'est celle d'un grand continent qui a tout pour réussir et qui ne réussit pas parce qu'il n'arrive pas à se libérer des mythes. La Renaissance dont l'Afrique a besoin, toi seule Jeunesse, tu peux l'accomplir parce que toi seule en auras la force. Cette Renaissance, je suis venu te proposer que nous l'accomplissions ensemble parce que de la Renaissance de l'Afrique dépend pour une large part la Renaissance de l'Europe et la Renaissance du monde.


Je sais l'envie de partir qu'éprouvent un si grand nombre d'entre vous confrontés aux difficultés de l'Afrique. Je sais la tentation de l'exil qui pousse tant de jeunes Africains à aller chercher ailleurs ce qu'ils ne trouvent pas ici pour faire vivre leur famille.

Je sais ce qu'il faut de volonté, ce qu'il faut de courage pour tenter cette aventure, pour quitter sa patrie, la terre où l'on est né, où l'on a grandi, pour laisser derrière soi les lieux familiers où l'on a été heureux, l'amour d'une mère, d'un père ou d'un frère et cette solidarité, cette chaleur, cet esprit communautaire qui sont si forts en Afrique. Je sais ce qu'il faut de force d'âme pour affronter le dépaysement, l'éloignement, la solitude.

Je sais ce que la plupart d'entre eux doivent affronter comme épreuves, comme difficultés, comme risques. Je sais ce que seront leurs souffrances. Je sais qu'ils iront parfois jusqu'à risquer leur vie pour allerjusqu'au bout de leur rêve. Mais je sais que rien ne les retiendra. Rien ne retient jamais la jeunesse quand elle est portée par ses rêves. Rien ne retient jamais la jeunesse quand elle veut partir à la découverte du monde. Je ne crois pas que la jeunesse africaine ne soit poussée à partir que pour fuir la misère. Je ne crois pas que les difficultés de l'Afrique soient la seule raison qui pousse la jeunesse africaine à partir. Je crois que la jeunesse africaine s'en va parce que, comme toutes les jeunesses, elle veut conquérir le monde. Comme toutes les jeunesses, elle a le goût de l'aventure et du grand large. Comme toutes les jeunesses, elle veut aller voir comment on vit. comment on pense, comment on travaille, comment on étudie ailleurs. Comme toutes les jeunesses, elle veut échapper à la pesanteur des habitudes, elle veut s'émanciper, elle veut voler de ses propres ailes. L'Afrique n'accomplira pas sa Renaissance en coupant les ailes de sa jeunesse. La Renaissance de l'Afrique commencera en apprenant à la jeunesse africaine à vivre avec le monde, non à le refuser.

La Renaissance de l'Afrique commencera quand la jeunesse africaine aura le sentiment que le monde lui appartient comme à toutes les jeunesses de la terre. La Renaissance de l'Afrique commencera quand la jeunesse africaine aura le sentiment que tout deviendra possible comme tout semblait possible aux hommes de la Renaissance. Jeunesse africaine, tu ne dois pas être la seule jeunesse du monde assignée à résidence. Tu ne dois pas être la seule jeunesse du monde qui n'a le choix qu'entre la clandestinité et le repliement sur soi. Jeunesse africaine, tu dois pouvoir acquérir hors d'Afrique la compétence et le savoir que tu ne trouverais pas chez toi.

Tu dois aussi à la terre africaine de mettre à son service les talents que tu auras développés. Il faut revenir bâtir l'Afrique ; il faut lui apporter le savoir, la compétence le dynamisme de ses cadres.

Tu n'as pas besoin qu'on te prenne par la main. Tu n'as pas besoin que l'on te fasse la charité. Ce que tu veux, c'est avoir les moyens de réaliser tes rêves. Ce que tu veux, c'est que l'on te respecte, c'est que l'on te comprenne. Ce que tu veux, c'est ne pas être à la merci des passeurs sans scrupules qui jouent avec ta vie. Ce que tu veux, c'est que ta dignité soit préservée. Ce que tu veux, c'est pouvoir faire des études, c'est pouvoir travailler, c'est pouvoir vivre décemment. C'est au fond, ce que veut toute l'Afrique. L'Afrique ne veut pas de la charité, elle ne veut pas d'aide, elle ne veut pas de passe droit. Ce que veut l'Afrique et ce qu'il faut lui donner, c'est la solidarité, la compréhension et le respect. Ce que veut l'Afrique, ce n'est pas que l'on prenne son avenir en main, ce n'est pas que l'on pense à sa place, que l'on décide à sa place. Ce que veut l'Afrique, ce que veut la France, c'est la coopération, c'est l'association, c'est le partenariat. Jeunesse africaine, tu veux la démocratie, tu veux la liberté, tu veux la justice, tu veux le Droit ? C'est à toi d'en décider. La France ne décidera pas à ta place. Mais si tu choisis la démocratie, la liberté, la justice et le Droit, alors la France est prête à s'associer à toi pour les construire. Jeunesse africaine, la Mondialisation telle qu'elle se fait ne te plaît pas Rolling Eyes . L'Afrique a payé trop cher le mirage du collectivisme et du progressisme pour céder à celui du laisser-faire. Jeunesse africaine, tu crois que le libre échange est bénéfique mais que ce n'est pas une religion. Tu crois que la concurrence est un moyen mais que ce n'est pas une fin en soi. Tu ne crois pas au laissez-faire. Tu sais qu'à être trop naïve l'Afrique serait condamnée à devenir la proie des prédateurs du monde entier. Et cela tu ne le veux pas. Tu veux une autre Mondialisation, avec plus d'humanité, avec plus de justice, avec plus de règles. La France la veut aussi. Elle veut se battre avec l'Europe, elle veut se battre avec l'Afrique, elle veut se battre avec tous ceux qui dans le monde veulent changer la Mondialisation. Jeunesse africaine, tu veux le développement, tu veux la croissance, tu veux la hausse du niveau de vie.

Mais le veuxtu vraiment ? Veuxtu que cesse l'arbitraire, la corruption, la violence ? Veuxtu que la propriété soit respectée, que l'argent soit investi au lieu d'être détourné ? Veuxtu quepartout l'Etat se remette à faire son métier, qu'il soit allégé des bureaucraties qui l'étouffent, qu'il soit libéré du parasitisme, du clientélisme, que son autorité soit restaurée, qu'il domine les féodalités, qu'il domine les corporatismes ? Veuxtu que partout règne l'État de droit qui permet à chacun de savoir raisonnablement ce qu'il peut attendre des autres ?

Si tu le veux, alors la France est prête à le faire avec toi. Tu veux qu'il n'y ait plus de famine sur la terre africaine ? Tu veux que sur la terre africaine il n'y ait plus jamais un seul enfant qui meure de faim ? Alors cherche l'autosuffisance alimentaire. Alors développe les cultures vivrières. L'Afrique a d'abord besoin de produire pour se nourrir. Si c'est ce que tu veux, Jeunesse africaine, qui tient entre tes mains l'avenir de l'Afrique, alors la France est prête à y travailler avec toi. Tu veux lutter contre la pollution ? Tu veux que le développement soit durable ? Tu veux que les générations actuelles ne vivent plus au détriment des générations futures ? Tu veux prendre des précautions ? Tu veux que chacun paye le véritable coût de ce qu'il consomme ? Tu veux développer les technologies propres ? C'est à toi de décider. Mais si tu le décides, la France le fera avec toi. Rolling Eyes


Tu veux la paix sur le continent africain ? Tu veux la sécurité collective ? Tu veux le règlement pacifique des conflits ? Tu veux mettre fin au cycle infernal de la vengeance et de la haine ? Décidele et la France sera là.

Tu veux l'unité africaine ? La France le souhaite aussi. La France souhaite l'unité de l'Afrique qui rendra l'Afrique aux Africains. Ce que veut faire la France avec l'Afrique, c'est regarder en face les réalités. C'est faire la politique des réalités et non plus la politique des mythes. Ce que la France veut faire avec l'Afrique, c'est le codéveloppement, c'estàdire le développement partagé. Ce que la France veut faire avec l'Afrique, ce sont des projets communs, ce sont des pôles de compétitivité communs, ce sont des universités communes, ce sont des laboratoires communs. Ce que la France veut faire avec l'Afrique, c'est élaborer une stratégie commune dans la Mondialisation. Ce que la France veut faire avec l'Afrique, c'est une politique d'immigration négociée ensemble, décidée ensemble pour que la jeunesse africaine puisse être accueillie en France et dans toute l'Europe avec dignité et avec respect.

Ce que la France veut faire avec l'Afrique, c'est une alliance de la jeunesse française et de la jeunesse africaine pour que le monde de demain soit un monde meilleur.

Ce que veut faire la France avec l'Afrique, c'est préparer l'avènement de l'Eurafrique, ce grand destin commun qui attend l'Europe et l'Afrique. A ceux qui, en Afrique, regardent avec méfiance ce grand projet de l'union méditerranéenne que la France a proposée à tous les pays riverains de la Méditerranée, je veux dire que dans l'esprit de la France il ne s'agit nullement de mettre à l'écart l'Afrique qui s'étend au sud du Sahara mais qu'au contraire, il s'agit de faire de cette union le pivot de l'Eurafrique, la première étape du plus grand rêve de paix et de prospérité qu'Européens et Africains sont capables de concevoir ensemble. Alors l'enfant noir de Camara Laye, à genoux dans le silence de la nuit africaine, saura qu'il peut lever la tête et regarder avec confiance vers l'avenir. Et il sentira réconcilié en lui les deux parts de luimême. Et il se sentira enfin un homme comme tous les hommes.

_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon


Dernière édition par Chabine le Sam 28 Juil 2007 19:05; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2007 19:01    Sujet du message: Re: Sarko nous a insulte et alors ? Répondre en citant

hormheb a écrit:
Ce sont les suites a donner a cette visite qui devraient canaliser les energies: comment capitaliser sur cette nouvelle sortie de route du nouveau maitre de la francafrique pour mieux renforcer l'ideal panafricain dans la jeunesse en Afrique. C'est la seule facon de "castrer" a jamais tout multirecidiviste des theses de Gobineau.

Le reste c'est de la lamentation inutile....
je vous y laisse
Arrow


Il ne faut pas prendre le peuple pour plus couillon qu'il ne l'est, il ne faut jamais désespérer de lui, hormheb Twisted Evil

Wade n'a certainement pas vérrouillé tout le monde chez lui, apparemment (évidemment, si vous ne lisez que la presse gauloise, vous ne serez jamais au courant Laughing )
http://www.edicom.ch/fr/news/international/1188_4089222.html

Citation:
27.07.2007
Des impressions mitigées après le discours de Nicolas Sarkozy à Dakar

Le discours du président français Nicolas Sarkozy, prononcé jeudi à Dakar, a provoqué des réactions contrastées au Sénégal, où il a été plutôt mal perçu sur les questions du rejet de toute repentance après la colonisation et la responsabilisation des Africains.


"En visite d'Etat au Sénégal, Sarkozy fait la leçon aux Africains", déclarait vendredi en Une le journal privé Walfadjri, tandis que Le Quotidien (privé) ironisait sur une "adresse aux Africains" muée en "leçon de français".

A l'adresse des "jeunes d'Afrique", le président français a affirmé jeudi que s'ils voulaient sortir de "l'arbitraire", de "la corruption", de "la violence", du "parasitisme" et du "clientélisme", c'était à eux "de le décider".

"La France ne peut pas vouloir à la place de la jeunesse d'Afrique", a-t-il encore affirmé devant un millier de personnes réunies à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Ce discours a suscité la réprobation d'une partie de l'assistance, qui a à peine relevé la proposition de "projets communs" comme des universités ou des laboratoires, ou l'élaboration d'"une stratégie commune dans la mondialisation".


En outre, l'évocation par M. Sarkozy de l'avènement futur de "l'Eurafrique", un vaste ensemble dont son projet d'Union méditerranéenne serait, selon lui, "le pivot", est quasiment passée inaperçue. Laughing

"Il n'a pas été à la hauteur de nos attentes. Ca a été un discours docte qui a voulu donner une pédagogie aux Africains pour sortir de leurs problèmes. Mais les Africains sont conscients de leurs problèmes", a ainsi estimé Aïssata Tall Sall, membre du Parti socialiste sénégalais (PS, opposition).

"Sarkozy n'est pas allé au fond des choses", lui a reproché Mamadou Lamarana Barry, étudiant en Sciences politiques et juridiques, résumant ainsi le sentiment général d'une assistance en grande partie restée sur sa faim.

Mouhamadou Mbodj, coordinateur de l'ONG Forum civil, a en revanche estimé qu'"il ne fallait pas attendre de M. Sarkozy qu'il formule aux Africains leurs propres attentes".

"M. Sarkozy est issu d'une nouvelle génération avec laquelle il y a moins de personnalisation, d'émotion vis à vis de l'Afrique et de nouveaux intérêts dictés par la globalisation: la situation nécessitait une rupture", a expliqué M. Mbodj.

Par ailleurs, le rejet de toute repentance affiché par le président français au sujet de la colonisation, qu'il a toutefois qualifiée de "grande faute", a révolté plusieurs observateurs au Sénégal.

"C'était un discours insultant pour l'Afrique, (...) le président français se fait passer pour un homme au franc-parler et développe des thèses révisionnistes en dénonçant des hommes +mauvais+ et non un système, ce qui est désespérant de sa part", a accusé le journaliste et essayiste Abdou Latif Coulibaly.

Le président français avait pourtant fait amende honorable notamment sur le thème de l'immigration choisie, sur laquelle il est partiellement revenu.

"Si les Africains les mieux formés s'en vont, qui restera pour développer le continent ? Sur cette question (de l'émigration clandestine, NDLR), j'ai beaucoup appris du président (sénégalais Abdoulaye) Wade. Les discussions que nous avons eues m'ont fait évoluer sur une question dont je n'avais pas compris la profondeur, la sensibilité et la portée", avait notamment déclaré M. Sarkozy jeudi en conférence de presse.

"Le discours a démontré beaucoup d'audace dans l'appréciation globale de la situation en Afrique aujourd'hui", a estimé l'opposant Abdoulaye Bathily, qui a par ailleurs salué la rencontre entre M. Sarkozy et l'opposition.


Après la presse suisse, la presse belge Twisted Evil

Lien
extrait
Citation:
Après une étape en Libye au lendemain de la libération des infirmières bulgares, M. Sarkozy a effectué une visite éclair jeudi et vendredi au Sénégal et au Gabon, deux pays emblématiques de l'ancien pré-carré français en Afrique.

Dans ces deux pays, il a proposé un nouveau partenariat entre l'Europe et l'Afrique et appelé les Africains à tourner la page de la colonisation pour "relever les défis de la modernité" et à s'engager dans la voie de la bonne gouvernance.

Mais le président français a pu mesurer la difficulté de l'exercice en suscitant les critiques contradictoires de nombreux Africains: certains attendaient une rupture plus marquée alors que, à l'inverse, d'autres dénonçaient "la leçon" faite aux Africains.

Une contradiction assumée par M. Sarkozy qui a revendiqué le fait de tenir le même langage de "vérité" à Paris et sur le sol africain, en particulier sur l'immigration.

Toutefois, en choisissant pour ce premier déplacement le Sénégal et le Gabon, deux pays où l'influence politique, économique et militaire - avec deux importantes bases - de la France est toujours très forte, il a inscrit ses pas dans ceux des précédents présidents français.


Oups Embarassed J'ai parlé trop vite de la presse gauloise trop orientée, apparemment, le vernis n'est pas (plus ?) si lisse que ça Twisted Evil (attention, petit Journal du Dimanche, arrête de franchir la ligne Laughing )

http://www.lejdd.fr/cmc/international/200730/les-couacs-de-la-tournee-africaine_42278.html
extrait
Citation:
(...)
La vision africaine de Sarkozy décriée à Dakar

Après l'escale libyenne, Nicolas Sarkozy s'est rendu mercredi au Sénégal, pour rencontrer Abdoulaye Wade, son homologue. Le président français a tenu à livrer sa vision de l'Afrique et expliquer la politique qu'il entend y mener, en rupture supposée avec celle proposée par la France depuis 50 ans. Exit donc la "Françafrique", son paternalisme et son interventionnisme. Mais son discours à la jeunesse africaine, prononcé à l'université Cheikh Anta Diop, à Dakar, a créé beaucoup de remous si ce n'est des vagues de récriminations unanimes. Si le chef de l'Etat a reconnu que "la colonisation fut une grande faute", il est plusieurs passages qui ont mis le feu aux poudres: "La colonisation n'est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique. Elle n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux", ni des "génocides", des "dictateurs", du "fanatisme", de "la corruption et de la prévarication (...), des gaspillages, de la pollution." Une manière de renvoyer les Africains à leur sort et de nier le rôle qu'on pu jouer les occidentaux dans les diverses guerres survenues sur ce continent.

Autre morceau choisi: "Le paysan africain, qui depuis des millénaires (...) vit avec les saisons (...) ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par les répétitions sans fin (...) Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a pas de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès (...) Jamais il ne s'élance vers l'avenir, jamais il ne lui vient à l'idée de sortir de la répétition pour s'inventer un destin", a-t-il dit. Des mots qui ont choqué la presse locale. "En visite d'Etat au Sénégal, Sarkozy fait la leçon aux Africains", titrait en une le quotidien Walfadjri. L'observateur met l'accent sur le côté politique spectacle du président français: "Show à Dakar: Sarko sur scène". Le Populaire, quant à lui, faisait un constat sévère: "Les vérités de Sarkozy aux Africains: Arrêtez de pleurnicher." Laughing Sud Quotidien a jugé que le président français était "en mission civilisatrice" et de railler: "A défaut de la Françafrique qu'il honnit, place à la Sarkafrique".

L'ancien président du Mali, Alpha Oumar Konaré, le président de la commission de l'Union Africaine a réagi vendredi: "Ce discours n'est pas le genre de rupture qu'on aurait souhaité. Ce discours n'est pas neuf dans le fond, il rappelle des déclarations forts anciennes, d'une autre époque, surtout quant à l'appréciation sur les paysans que je n'approuve pas", a-t-il dit sur RFI, estimant également que le président français "a besoin de mieux connaître l'Afrique".

Sarkozy en visite chez la figure de la "Françafrique", Omar Bongo

Pas de discours chocs, pas de marché sulfureux au Gabon mais un geste symbolique décrié. Si rupture avec la "Françafrique" Nicolas Sarkozy voulait, il aurait peut-être fallu éviter d'adouber Omar Bongo, visé par une enquête en France sur l'origine de sa fortune, en allant le rencontrer au Gabon. "Vous savez qu'en Afrique, l'ancienneté d'un chef d'Etat, ça compte. Pas un chef d'Etat africain n'aurait souhaité qu'on humilie le doyen", s'est-il justifié, continuant dans le cliché Rolling Eyes . S'il avait un moment réfléchi à l'opportunité de "zapper" de sa tournée africaine la case Libbreville et Bongo, au pouvoir depuis quarante ans, Nicolas Sarkozy a cédé aux demandes répétées du président gabonais. Et peut-être également aux impératifs économiques des entreprises françaises très présentes dans ce pays. "Le Gabon est un partenaire privilégié de la France, au-delà de toutes les alternances politiques", a-t-il d'ailleurs rappelé. Ainsi, au-delà des mots, il est des réflexes que la France a du mal à perdre, loin de la rupture et de la "relation décomplexée" que le candidat Sarkozy voulait instaurer avec ce continent.


J'ai la forte impression que tous y voient de plus en plus clair dans le petit jeu du bonimenteur en chef Confused

bon, c'est sûr, dans la presse gauloise mainstream, c'est sonnez trompettes, hein... Rolling Eyes
Arrow http://www.grioo.com/forum/posting.php?mode=quote&p=109574
"Accueil populaire haut en couleurs pour Nicolas Sarkozy à Dakar" selon le grand quotidien négrophobe du soir... Laughing Ce serait marrant de voir ce qu'ils titraient lors de la crise du canal de Suez, ces empaffés là, tiens... Rolling Eyes
Celà dit, même le Figaro ose un regard critique :
Lien
Citation:
(...)Nicolas Sarkozy a mis en garde à sa façon ceux qui seraient tentés de lui faire la leçon. Il a aussi réfuté les critiques adressées à son discours « à la jeunesse africaine » prononcé la veille à Dakar, y voyant le témoignage de la pluralité démocratique sénégalaise : « On ne va pas se plaindre qu'il n'y ait pas assez de démocratie et, quand il y a des critiques, dire qu'il y en a trop. » Hier, les journaux de Dakar étaient sévères avec les propos du président sur la colonisation, lui reprochant de vouloir « faire la leçon » aux Africains.


J'ai fait tour rapide de la presse sur ce fameux discours de Dakar, et ben franchement, on peut pas dire que ce soit une réussite, hein ! Shocked

Même pas mal ! Laughing
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2007 21:58    Sujet du message: Re: Sarko nous a insulte et alors ? Répondre en citant

Chabine a écrit:
J'ai fait tour rapide de la presse sur ce fameux discours de Dakar, et ben franchement, on peut pas dire que ce soit une réussite, hein ! Shocked

Je viens de voir Mame la Secretaire au JT de 20h de la 2, et on ne lui a même pas posé une seule question sur les raisons de ce voyage au Sénégal et Gabon.... C´est donc dire toute son importance.
En tout cas, n´en déplaise aux beaux gosses, comme hormheb, voici ce que je retiens de NOS lamentations:
[...]L'Afrique n'a plus vraiment besoin ni de l'aide de la France, ni de sa présence, surtout si cette présence continue à soutenir l'animalisation du continent par dictateurs interposés. L'Afrique n'a que trop souffert de ces paternalismes qui, sous prétexte d'aide, l'ont enfoncée un peu plus. Ce qu'elle veut, c'est qu'on la laisse en paix et qu'on arrête de la prendre pour une Afrique mendiante en constante quête d'aumône.[...] Dr. Daniel Mengara
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Dim 29 Juil 2007 18:29    Sujet du message: Répondre en citant

La RUPTURE de Sarkosy vient du fait qu'il nous fait comprendre qu'il est au courant du sentiment qui anime une très grande majorité de la population française à la peau basanée, un point c'est tout.
Mème s'il continue à nous asséner SES vérités et SES certitudes!! Sad

Avant ,les présidents français se contentaient de venir louer l'amitié entre lea France et l'Afrique, passer de la pommade sur le dos des autocraties locales et verser quelques larmes de crocodiles sur le sort du continent. Confused

Sarko est prisonnier de son histoire,et de sa generation ,qui, bien que né à la fin des colonies, et n'ayant pas vécu directement les évènements liés à la décolonisation, est quand mème l'héritiers des de ceux qui ont menés ces politiques .
Elu par une nébuleuse de gaulistes traditionels, néo gaulistes, néo fasciste, conservateurs bon teint, nosalgiques de l'Algérie française et ultra libéraux, ne vous attendez pas à des miracles de sa part.
Il à un rapport juste un peu moins complexé voir un peu moins néo colonialiste que ses prédecesseurs face à ses pairs africains.
Les livres scolaires d'histoire ne peuvent que l'amener à penser comme il pense...
(Jusqu'au début des années 80 dans la presse française les articles sur l'Afrique suintaient generalement d'un racisme primaire bon enfant, ou meme souvenez vous de l'accent ridicule qu'on donnait à tout personnage noir dans les films!!),tout cela vous formate.
Il a donc baigné dans tout cela et ce n'est pas à 55 ans qu'il va changer.
Etant aussi l'archétype du candidat soutenu par les lobbies industrio- financiers , qui font tant de mal en Afrique, ne lui demandez pas de mordre la main de ses sponsors.
Son séjour sur le yacht de Bolloré devrait vous vacciner de toute surprise sur la politique de Sarko en Afrique.
Seules l'offensive americaine et surtout chinoise en Afrique oblige la France à tenter d'ètre un peu moins arrogante et à brosser dans le sens du poil "la jeunesse africaine" que l'on continue à tutoyer allègrement (les mauvais réflexes ont la vie dure Shocked )

C'est une rupture dans la continuité Rolling Eyes
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
hormheb
Grioonaute 1


Inscrit le: 31 Déc 2005
Messages: 190

MessagePosté le: Dim 29 Juil 2007 19:08    Sujet du message: les jouranlistes francais donneurs de lecons Répondre en citant

Sarko s'est arrange pour mettere les journalists francais dans la poche.

Avait-il vraiment besoin de ca, tant on sait que la presse francaise a vendu son ame depuis belle lurette aux pouvoirs de l'argent.
En tout cas lisez cet extrait tire du blog de Delugio, qui lui-meme cite l'auteur de l'article Douda Thiam. C'est Un blog que je conseille vivement a tout africain panafricain et engage.

http://coupercoller.wordpress.com/

Citation:
un billet fort éclairant de Daouda Thiam du journal sénégalais l’AS. Voici l’intégralité de l’article:


NICOLAS SARKOZY AFFRETE UN VOL SPECIAL À CENT JOURNALISTES NOURRIS ET BLANCHIS : Pour s’assurer une couverture médiatique mémorable

Le Président de la République française ne compte pas lésiner sur les moyens pour s’assurer une couverture médiatique qui restera gravée pour longtemps dans sa mémoire. En effet, Nicolas Sarkozy, qui est attendu demain à Dakar, a affrété un vol spécial à une centaine de journalistes munis d’une impressionnante logistique propre à la couverture des grands évènements. Nos confrères, qui foulent le tarmac de l’aéroport Léopold Sédar Senghor aujourd’hui vers midi, seront logés à l’hôtel Méridien. Chose bizarre, c’est la France qui prend en charge tous les frais liés au déplacement des dizaines de journalistes devant accompagner le chef de l’Etat français. Tout comme c’est l’Elysée qui assure les frais d’hôtel et de restauration des pisse-copies devant couvrir la visite du successeur de Jacques Chirac. Quid du paiement des perdieums aux journalistes par Paris ? Une source digne de foi joue la carte de la prudence : «certes, nous ne pouvons pas être catégoriques pour affirmer que Nicolas Sarkozy versera aux journalistes des perdieums, mais c’est lui qui paie tout le reste de la note liée au déplacement de la presse ». Et d’ajouter : «les journalistes, qui doivent l’accompagner pour le reste de sa tournée, seront également nourris et blanchis par le chef de l’Etat français». En tout cas, l’acceptation par la presse française de se faire prendre en charge par leur Président n’aurait pas enchanté la presse sénégalaise. Car, lors de la dernière Présidentielle, une manne financière que le candidat de la Coalition «Sopi 2007» aurait voulu offrir aux pisse-copies qui l’accompagnaient avait suscité de vives condamnations.

Auteur: Daouda THIAM


Ca c'est une autre piece a verser au dossier des lecons a tirer du sejour de Sarko.
Et ca confirme ce que nous savons tous: les journalistes francais ne peuvent/doivent plus nous donner des lecons de liberte de la presse car eux, ca fait un bon bout de temps qu'ils ont moneyes leur deontologie comme de vulgaires mercenaires.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Lun 30 Juil 2007 05:44    Sujet du message: Re: les jouranlistes francais donneurs de lecons Répondre en citant

hormheb a écrit:
Sarko s'est arrange pour mettere les journalists francais dans la poche.

Eh ben j'espère qu'il a du budget parce, côté africain, c'est vraiment pô gagné, hein ! Laughing Ouuuuuuuuha la, la catastrophe pour lui, vu les réactions dans la presse africaine, vu du net Shocked Très sincèrement, je suis morte-de-rire Laughing Laughing Laughing Le nabot comptait faire un effet boeuf et embrouiller les jeunes cervaux africains en les traitant à TU et à TOI, et bien c'est ra-té !!! Twisted Evil

http://www.icicemac.com/news/index.php3?nid=8157&pid=39&cid=1 : intéressante analyse du discours du nabot

http://www.liberation.fr/actualite/monde/269527.FR.php : lisez les commentaires de cet article sans grand intérêt, vous allez vous marrer : entre l'ignorance crasse du gaulois moyen et les ripostes - très nombreuses - d'Africains bien informés Twisted Evil

J'ai même honte de m'y être laissée prendre, en indiquant que le discours était bien construit Embarassed Non, en fait, c'était MEDIOCRE de bout en bout... à l'image du personnage Twisted Evil

hormheb a écrit:
En tout cas lisez cet extrait tire du blog de Delugio, qui lui-meme cite l'auteur de l'article Douda Thiam. C'est Un blog que je conseille vivement a tout africain panafricain et engage.

http://coupercoller.wordpress.com/

Merci pour cette excellente référence, hormheb Razz J'ai trouvé très percutante cette analyse (ou, d'ailleurs, il nous épingle au passage, en renvoyant à ce topic du forum Laughing Non mais, EHHHHHHH !!! Twisted Evil Ou pa ni respé ! Laughing )

http://coupercoller.wordpress.com/2007/07/29/lennemi-intime/

Citation:
L’ennemi intime


Pendant les deux tours des élections présidentielles françaises, les Abidjanais ne cessaient de me questionner au sujet de celui qui est devenu, depuis, le locataire de l’Elysée. Je trouvais qu’ils accordaient trop d’importance à cet homme qui avait, après tout, une connaissance très limitée de l’Afrique en général, et de la Côte d’Ivoire en particulier. Sa familiarité avec le continent est manifestement bien plus limitée que celle de Chirac, qui s’est pourtant cassé les dents sur la crise ivoirienne de la manière que l’on sait.

Les semaines qui ont suivi, et sa récente tournée au Sénégal et au Gabon, me donnent provisoirement raison. Aussi suis-je légèrement agacé par l’ampleur des réactions qu’il a suscité ces derniers jours auprès des internautes panafricains* et ailleurs dans les médias et la blogosphère. Dans la mesure où je considère qu’on accorde trop d’attention à ce monsieur, je ne vais pas me lancer dans une exégèse de son discours de Dakar. Cependant, je dois répondre à mes amis qui me demandent ce que j’ai pensé de ce verbiage d’un autre temps. Vous voulez connaître ma réaction à la lecture du discours de Dakar? Je me suis tenu les côtes tant ce discours est d’un comique involontaire. J’ai tellement ri que j’en avais les larmes aux yeux. Very Happy Ceux qui le liront comprendront peut-être ce que j’ai pu trouver de si drôle dans ces paroles qui en ont pourtant énervé plus d’un. Pour les autres, il me suffira de m’en tenir au contexte.

Il faut commencer par se demander où un tel discours n’aurait pas pu être tenu: par exemple, en Afrique du sud (à cause de l’Apartheid qui est passé par là) et de manière général dans l’Afrique anglophone (où on se fout bien de ce que pensent les Français); par exemple, au Rwanda (à cause du Génocide et de la rupture des relations diplomatiques); par exemple, en Côte d’Ivoire (où les Patriotes veillent aux grains et ne comptent pas laisser les dirigeants faire les malins avec l’ancienne puissance coloniale); et enfin, par exemple, dans les Banlieues françaises - où l’ami des stars passe tellement mal qu’il n’y passe pas du tout. En d’autres termes, hormis à la rigueur le Gabon (je dis bien à la rigueur), le Sénégal était le seul pays d’Afrique où un tel ramassis de sottises pseudo-intellectuelles pouvait passer. Et l’on sait désormais qu’il ne passa pas, ou du moins qu’il fit un bide - bide rétentissant jusque dans les colonnes du quotidien le Monde:

Citation:
Le “discours de Dakar” ne sera sans doute pas à Nicolas Sarkozy ce que celui de Brazzaville avait été au général de Gaulle en 1944. Alors que le président français avait lui-même évoqué ce parallèle la veille, les applaudissements à peine polis que lui ont réservés les 1300 auditeurs triés sur le volet à l’université Cheikh Anta Diop, jeudi 26 juillet, ont sonné le glas de cette ambition. (…) Le président a promis qu’il effectuera prochainement “une autre tournée” africaine, différente.


Un exemple parmi d’autres qui a provoqué mon hilarité: l’expression “destin commun” est conjuguée à toutes les sauces dès le début du discours; mais c’est seulement à la fin qu’il précise sa pensée. On comprend alors qu’il parle en fait de sa vision de l’Eurafrique, qui n’est en réalité qu’une extension sub-saharienne de son projet d’Union Méditérranéenne dont même les Turcs ne veulent pas. En d’autres termes, non seulement l’Eurafrique sera pilotée par nos amis d’Europe du Sud et d’Afrique du Nord, mais ce sera le club des recalés: tous ceux qui ne sont pas jugés dignes du Club Europe. Quelle générosité!

Pour le reste, c’est un catalogue des clichés coloniaux les plus éculés - une sorte de compil à prix discount, de “best of” proposé en télé-achat par le roi du bling bling politique, le petit prince des médias hexagonaux. Laughing Laughing Laughing Et c’est sur cet aspect que je souhaite revenir, en faisant un détour par Ashis Nandy. Son essai, The Intimate Enemy, est devenu un classique des études post-coloniales dès sa publication en 1983, mais n’a été traduit et publié en français qu’au printemps 2007. Outre ce que ce retard dit sur le sérieux avec lequel on traite de ces questions en France, il signifie aussi que des générations de penseurs francophones, notamment en Afrique, ont été coupés de ce travail remarquable. On comprend mieux à la lecture de L’ennemi intime le grotesque et la violence de l’exercice auquel s’est livré le président français à l’Université de Dakar.

A la suite de Fanon et Memmi, Ashis Nandy nous explique en effet en quoi le colonialisme fut aussi et avant tout une guerre cognitive, et que c’est par là qu’il se poursuit au-delà des Indépendances - jusqu’aujoud’hui, jusqu’au discours de Dakar: la colonisation est toujours colonisation des esprits, et cette dernière ne s’arrête pas avec l’exploitation économique et politique. La résistance au colonialisme se doit donc d’être psychologique, cognitive. Car, pour citer la Mafia K’1 Fry** , C’est dans la tête que ça s’passe“. C’est la guerre, mon frère.

La réaction de l’auditoire dakarois montre donc que malgré leur francophilie parfois exarcerbée, les Sénégalais ne sont plus aussi sensibles que par le passé aux caresses dans le sens du poil de l’ancien maître. Le bide du discours de Dakar constitue une preuve supplémentaire que la mayonnaise (néo)-coloniale ne prend plus. Achille Mbembe, qui n’est pas cité dans le discours, l’exprime de manière limpide dans La république désoeuvrée, la France à l’ère post-coloniale (2005):

Citation:
Plus fondamentalement, la France est en train de perdre (ou, dans certains cas, a déjà perdu) une très grande partie de l’influence culturelle qu’elle exerçait autrefois sur les élites africaines. Cette perte s’explique en partie par son incapacité à soutenir les mouvements de démocratisation et, en partie aussi, par sa politique d’immigration.


Sarkozy a en fait été victime d’un phénomène qui a été bien analysé par Ashis Nandy, qui nous explique que le colonialisme avait “encouragé les colonisateurs à s’arroger des vertus magiques d’omnipotence et de permanence”. Cela l’a poussé à croire qu’en adressant aux Sénégalais et aux Africains francophones des paroles truffées de références dépassées, et qui sont en fait de véritables insultes à notre intelligence, il obtiendrait l’approbation de son auditoire. Hélas, les temps changent. Il reproche aux Africains de refuser d’entrer dans l’histoire alors que c’est lui qui est incapable de voir qu’ils ont changé. C’est ainsi qu’il a pu, dès le lendemain à Libreville, faire cette déclaration qui suffit à discréditer sa tournée:

Citation:
‘’Je ne pense pas que le Gabon soit un pays qui puisse rougir du fonctionnement de sa démocratie interne, par la pluralité de la presse et la pluralité des forces politiques’’.


Avouez que c’est la classe, non? Laughing En croyant mettre les Sénégalais et les Gabonais dans sa poche, le président français s’est fait de nouveaux ennemis. Le sadique en lui pensait frapper les Africains là où ça fait mal sans en payer le prix, mais c’est à son amour-propre qu’il a infligé un juste châtiment. C’est une petite caillera sans consistance qui ne vit que par l’image et périra de même Twisted Evil .

*(NDLa Chabine : il parle de nous, là ! Surprised Voir lien vers ce topic dans son article, en ligne)

**(NDLa Chabine : hey, Yugo, c'est un groupe de Rap français !!! Very Happy )


Allez, bon début de semaine, les gars Wink Arrow
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TjenbeRed
Super Posteur


Inscrit le: 10 Aoû 2004
Messages: 1214
Localisation: Paris-RP

MessagePosté le: Lun 30 Juil 2007 11:26    Sujet du message: Re: les jouranlistes francais donneurs de lecons Répondre en citant

Chabine a écrit:

hormheb a écrit:
En tout cas lisez cet extrait tire du blog de Delugio, qui lui-meme cite l'auteur de l'article Douda Thiam. C'est Un blog que je conseille vivement a tout africain panafricain et engage.

http://coupercoller.wordpress.com/

Merci pour cette excellente référence, hormheb Razz J'ai trouvé très percutante cette analyse (ou, d'ailleurs, il nous épingle au passage, en renvoyant à ce topic du forum Laughing Non mais, EHHHHHHH !!! Twisted Evil Ou pa ni respé ! Laughing )

http://coupercoller.wordpress.com/2007/07/29/lennemi-intime/

Citation:
L’ennemi intime


Pendant les deux tours des élections présidentielles françaises, les Abidjanais ne cessaient de me questionner au sujet de celui qui est devenu, depuis, le locataire de l’Elysée. Je trouvais qu’ils accordaient trop d’importance à cet homme qui avait, après tout, une connaissance très limitée de l’Afrique en général, et de la Côte d’Ivoire en particulier. Sa familiarité avec le continent est manifestement bien plus limitée que celle de Chirac, qui s’est pourtant cassé les dents sur la crise ivoirienne de la manière que l’on sait.

Les semaines qui ont suivi, et sa récente tournée au Sénégal et au Gabon, me donnent provisoirement raison. Aussi suis-je légèrement agacé par l’ampleur des réactions qu’il a suscité ces derniers jours auprès des internautes panafricains* et ailleurs dans les médias et la blogosphère. Dans la mesure où je considère qu’on accorde trop d’attention à ce monsieur, je ne vais pas me lancer dans une exégèse de son discours de Dakar.

Il ne faut certainement pas rester scotché indéfiniment aux paroles de SARKOZY, prophète de la Rupture.

Cependant, pour nous qui sommes en France ou dont le sort est encore influencé par la France (et c'est malheureusement encore le cas d'une grande partie de l'Afrique francophone), les discours de SARKOZY sur l'Afrique ne peuvent être négligés.

Puisque les médias français ne semblent retenir que l'aspect le plus politiquement correct des disours de SARKOZY, je crois qu'il nous appartenait de relever les incohérences, la propagande, les préjugés et les contre-vérités les plus graves, de façon à pouvoir répondre à ceux qui ne manqueront pas de nous opposer la rupture sarkozienne avec la Françafrique.

On pouvait certes deviner que cette rupture annoncée serait une mascarade. Mais avec le discours de SARKOZY, c'est écrit et on ne pourra pas nous accuser de caricaturer ou de faire un procès d'intention.

Rien n'interdit effectivement de passer à autre chose.
_________________
"Qui a peur de peuples noirs développés ?"
(Mongo BETI, La France contre l'Afrique)


Pour éviter tout malentendu, je précise que je suis blanc.
Pour les "anciens" du Forum, mon prénom n'est pas François. Enfin, je ne suis pas lié à l'association "Tjenbé Rèd".[/color]
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Lun 30 Juil 2007 14:16    Sujet du message: Re: les jouranlistes francais donneurs de lecons Répondre en citant

TjenbeRed a écrit:
Puisque les médias français ne semblent retenir que l'aspect le plus politiquement correct des disours de SARKOZY, je crois qu'il nous appartenait de relever les incohérences, la propagande, les préjugés et les contre-vérités les plus graves, de façon à pouvoir répondre à ceux qui ne manqueront pas de nous opposer la rupture sarkozienne avec la Françafrique.

On pouvait certes deviner que cette rupture annoncée serait une mascarade. Mais avec le discours de SARKOZY, c'est écrit et on ne pourra pas nous accuser de caricaturer ou de faire un procès d'intention.

Le plus drôle dans tout ça, ce sont les commentaires CRETINS des gaulois d'une inculture crasse, dans la presse mainstream, ou le web alternatif bien-pensant (genre Agoravox), qui en rajoutent dans le ton moralisateur le plus sérieux, genre "prenez vos responsabilités pour une fois" ou encore "oui, lâchez-nous, et finie l'aide au développement"... Rolling Eyes Ces gens y croient vraiment, c'est ça le pire... pour eux Laughing

Enfin bref, quand les Africains en auront fini avec le racket Françafricain, j'espère être là pour voir qui va pleurnicher (50% des réserves monétaires des pays CFA, ça risque de faire un sacré trou dans les finances gauloises, sans compter qu'il faudra désormais acheter les ressources africaines à de vrais tarifs Twisted Evil ).

En attendant que "TOI, jeuness africaine" Rolling Eyes suive le conseil du nabot en prenant son "destain z'en main" Laughing (clin d'oeil aux Inconnus, "c'est ton destain ! " Razz ), décryptage, suite :



http://www.icicemac.com/news/index.php3?nid=8157&pid=39&cid=1

Citation:
Le discours de Nicolas Sarkozy ou un véritable délit de l’altérité
[Ottawa - ] - 30-07-2007 (M.Mba Talla)

Le président de la république française, Nicolas Sarkozy, a raté l’occasion de dire la vérité devant les jeunes africains à Dakar. Alors que son discours se voulait une leçon de franchise comme il le prétendait, on a plutôt assisté à un étalage d’inexactitudes et de démi-vérités, bref un tissus d’insultes.L’ homme qui voulait nettoyer les banlieues françaises au karcher s’est aventuré sur un terrain qu’il maîtrise peut.«Ce sont des Africains qui ont vendu aux négriers d’autres Africains.La réalité de l’Afrique, c’est une démographie trop forte. Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire.Nul ne peut demander aux générations d’aujourd’hui d’expier ce crime perpétré par les générations passées.La colonisation n’est pas responsable des dictateurs.»


Le président de la république française, Nicolas Sarkozy, a raté l’occasion de dire la vérité devant les jeunes africains à Dakar. Alors que son discours se voulait une leçon de franchise comme il le prétendait, on a plutôt assisté à un étalage d’inexactitudes et de démi-vérités, bref un tissus d’insultes.

L’homme qui voulait nettoyer les banlieues françaises au karcher s’est aventuré sur un terrain qu’il maîtrise peu. Il s’est contenté d’affirmations péremptoires. Des demi-vérités, le président Nicolas Sarkozy veut voir émerger ce qu’il appelle l’ Eurafrique, un projet qui n ’est pas en soit nouveau. « Ce grand destin commun qui attend l’Europe et l’Afrique. » Et Dieu seul sait combien de projet clé à main les Spins doctors ont souvent proposé aux Africains.



«Ce sont des Africains qui ont vendu aux négriers d’autres Africains. » Peut-on partir du fait qu’il y a eu quelques négrions africains pour affirmer péremptoirement ce que dit M. Sarkozy. Comment comprendre que les Africains arrachés à leur terre fussent-ils avec la complexité de quelques négrions noirs, aient été pendant plus de 4 siècles maintenus en esclavage dans les Amériques et les Antilles françaises ?


Cette volonté de vouloir relativiser, de «désubstantialiser » le crime le plus monstrueux que fut : LA TRAITE NEGRIERE- L’ESCLAVAGE participe à cette volonté de banalisation et de victimisation à rebours des peuples noirs. Sarkozy vient de s’ajouter à la liste de ceux là pour qui le passé est le passé. Et que les Noirs pleurnichent beaucoup. Alors que fait-on de l’exigence de mémoire ?

Revenant à l’eclavage, la France devrait pour une fois, par la voix de son premier citoyen reconnaître sa part majeur de responsabilité dans les tragédies africaines. Sarkozy dans son discours à tout simplement oublié que cet infâme crime qu’est l’ESCLAVAGE est au cœur de l’hyperaccumulation, rampe de lancement et de construction du capitalisme. Un commerce triangulaire organisé,planifié sur une grande échelle par de nombreux pays européens sur ce que Fernand Braudel appelle la longue la durée. L’ESCLAVAGE doublée de la traite négrière a ainsi participé à la mise à mort de nombreux royaumes africains tout en créant artificiellement en 1885 à Berlin des États-nations faibles et assistés. Tous incapables aujourd’hui de s’incrire dans ce qu’il faut désormais appeler la marche forcée vers le développement.


On ne peut non plus rester indifférent à cette autre affirmation de M. Sarkozy «La colonisation n’est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l’Afrique. Elle n’est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux. Elle n’est pas responsable des génocides. Elle n’est pas responsable des dictateurs. Elle n’est pas responsable du fanatisme. Elle n’est pas responsable de la corruption et de la prévarication. Elle n’est pas responsable des gaspillages, de la pollution. » Les citoyens Camerounais, Togolais, Centrafricains, Gabonais, Rwandais, Malgaches, Algériens, Tchadiens, Comoriens, Congolais de Brazzaville comme de Kinshasa, sont prêt à dire le contraire. Si Sarkozy est si certain de ces propos qu’il ouvre les archives de la France. En attendant l’ ouverture de ces archives, la complaisance de la France dans ses relations avec les présidents africains est connue. Le rôle de la France dans le génocide des Bamilékés au Cameroun, dans les tueries à Madagascar, Algérie, Sénégal se passent de commentaire. Du soutien au régime d’Habyarimana on sait ce qu’il en est arrivé par la suite au peuple rwandais. Des affaires Elf etc.…sans doute Sarkozy n’en sait rien. Les jeunes Africains ne sont pas dupes.


«Mais nul ne peut demander aux générations d’aujourd’hui d’expier ce crime perpétré par les générations passées. Nul ne peut demander aux fils de se repentir des fautes de leurs pères. »


Alors M. Sarkozy qu’en est-il de la responsabilité des États? Ce discours est si on en voulait encore une preuve, le vibrant reflet Du refus de «la critique de soi [France]et de la pensée de la responsabilité. » Ce que la France demande à la Turquie lorsqu’il s’agit de reconnaître son crime et dans ce cas : Le génocide arménien. Cette reconnaissance ne pourrait –elle pas s’appliquer au cas des Africains ? Ce refus de responsabilité n’est-il pas comme l’affirme l’historien et le politologue Achille Mbembe (2000 :VII) « un refus de l’aveu et une volonté active de l’oubli. »



«La réalité de l’Afrique, c’est une démographie trop forte pour une croissance économique trop faible. »

Ha ! La fameuse question de la fécondité derrière laquelle se cache celle de la migration. La déclaration de Sarkozy est une fois de plus le reflet des statistiques de la peur avec son corollaire qui est le réflexe du containment. Selon le compatriote de M. Sarkozy, le démographe français Jacques Vallin, le continent africain ne connaîtrait pas de stabilisation démographique avant qu’il n’ait atteint environ 3 milliards d’habitants ou même un peu plus. Actuellement la population de l’Afrique est estimée à environ 700 à 800 millions. Les propos de Sarkozy à Dakar, masque assez habilement le refus de reconnaître les profonds déséquilibres et les injustices structurelles qui dans le système économique international, diffusent et produisent la misère en Afrique.


Alors que jamais dans le monde, il n’y a jamais eu tant de richesses concentrées entre les mains d’un groupe de pays. En passant Sarkozy affirme que la colonisation n’est pas responsable des gaspillages, de la pollution en Afrique. « Alors qu’aucun organisme n’insiste sur le fait qu’un seul américain consomme en moyenne autant d’énergie que 168 tanzaniens, les prévisions alarmistes sur l’ avenir de la planète s ’accumulent autour des effets catastrophiques de l’exubérance démographique des indigènes d’Afrique .(Ela 2006 : 91-101). Qu’en est-il de la part de la France sans doute autant ?



«Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. »

Pour tous ceux qui connaissent le discours hégélien sur l’Afrique on peut sans coup péril trouver un parallèle avec le discours du président français. Que veut dire «Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. » Si non une façon subtile d’affirmer comme Hegel en son temps «L’Africain n’en est pas encore arrivé à la distinction entre lui, individu singulier, et son universalité essentielle. (…) L’homme, en Afrique, c’est l’homme dans immédiateté» (Hegel 1965 : 260-251)



Plus loin une autre affirmationde Sarkozy. «Le problème de l’Afrique, c’est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l’éternel retour»

Généralement lorsque les Africains parlent de l’éternel retour à l’instar des leaders comme Marcus Garvey, il ne faut pas comprendre cela dans le sens d’un quelconque retour physique. Il faut saisir cette assertion dans le sens d’introspection, de questionnement sur son origine. De savoir d’où l’on vient pour mieux vivre le présent et envisager sereinement l’avenir. L’éternel retour doit se comprendre dans ce sens et non dans celui de Sarkozy. Et dans le cas de nombreux Africains autant d’Afrique que ceux arraché de leur terre cette interrogation s’impose. L’on n’a qu’à voir la part de cette tragique histoire dans les programmes des écoles africaines et françaises pour mieux comprendre qu ’il y a d’énormes efforts à faire. Parce que complètement dépossédé de notre histoire.


Même si nous ne pouvons pas taire la responsabilité des classes dirigeantes en Afrique, des élites mercenaires qui instituent des systèmes de contrôle du pouvoir et d’appropriation des ressources, les jeunes africains doivent refusent plus que jamais que l’on continue éternellement à les intantiliser, à les insulter. La jeunesse africaine n’a pas besoin de béquille. Elle doit plus que jamais s’assumer.


Sarkozy qui raffole des polémiques vient une fois de plus de réussir un beau coup. Heureusement que le discours de Sarkozy qui ne comporte rien de nouveau. Il s’inscrit une fois de plus dans ce qu ‘il faut appler une nouvelle tentative de diversion. Et les Africains en sont habitués. Le défi de la France aujourd’hui, ne serait-il pas d’apprendre à se sentir l’héritière et responsable de nombreuses tragédies africaines. En intériorisant ce fait, cette attitude ne contribuerait- elle pas à l’aider à participer à l’aventure commune des civilisations humaines et de s’approprier d’avantage les droits de l’Homme, la démocratie, la liberté, l’égalité, la justice comme l’héritage commun de toutes les civilisations et de tous les hommes ?


Ela Jean Marc et Anne Sidonie Zoa, Fécondité et migrations africaines : Les nouveaux enjeux, Paris, Harmattan, 2006.

Hegel, Friendrich, La raison dans l’histoire, Paris, Plon, 1965.

Mbembe Achille, De la Postcolonie, Paris, Kharthala, 2000.

_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Lun 30 Juil 2007 15:23    Sujet du message: Répondre en citant

Décryptage, suite : le Pr Bwemba BONG réagit en live au discours du nabot, en le démontant point par point :

http://www.thotep.com/article.php3?id_article=337

Attention, baissez le son, le Pr est très énervé ! "Non mais c'est quoi ??? Eeeeeeeehhhh, comment !!!" Twisted Evil Very Happy Surprised

"Ne vous occupez pas des charlatans qui sortent des Universités françaises, des docteurs en doctorat ni des agrégés en agrégation !"

Moi, je continue à rire... Laughing


EDIT : bon, je n'avais pas encore écouté la fin de l'enregistrement, là, ça rigole déjà moins... Embarassed
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nkossi
Bon posteur


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 722

MessagePosté le: Lun 30 Juil 2007 16:11    Sujet du message: Répondre en citant

Konaré critique violemment Sarkozy in le Nouvel Observateur

Pour l'ancien président du Mali, qui est à la tête de la Commission de l'Union africaine, le discours du chef de l'Etat français à Dakar "n'est pas le genre de rupture" souhaitée.

L'ancien président du Mali Alpha Oumar Konaré, président de la Commission de l'Union africaine (UA), a jugé vendredi 27 juillet dans une interview à Radio France Internationale (RFI) que le discours prononcé à Dakar par le président Nicolas Sarkozy "n'est pas le genre de rupture" qui était souhaitée.
"Ce discours n'est pas le genre de rupture qu'on aurait souhaitée. Ce discours n'est pas neuf dans le fond, il rappelle des déclarations fort anciennes, d'une autre époque, surtout quant à l'appréciation sur les paysans que je n'approuve pas", a commenté Alpha Oumar Konaré.
Nicolas Sarkozy a déclaré que "le paysan africain ne connaît que l'éternel recommencement du temps, rythmée par la répétition sans fin des mêmes gestes et de mêmes paroles. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès".

"Exigence de mémoire"

Alpha Oumar Konaré a également réagi au rejet de toute repentance affiché par Nicolas Sarkozy au sujet de la colonisation, qu'il a toutefois qualifiée de "grande faute".
"Une bonne partie du retard de l'Afrique est liée à cela et cette réalité, je suis sûr que le président le sait, (...) personne n'a le droit de la nier, et cela n'a rien à voir avec la repentance. Cette exigence de mémoire ne peut pas être simplement le fait des Africains", a-t-il dit.
"Je le dis clairement, cette page, nous ne la déchirerons jamais (...)", a-t-il ajouté.
A l'adresse des "jeunes d'Afrique", le président français a affirmé que s'ils voulaient sortir de "l'arbitraire", de "la corruption", de "la violence", du "parasitisme" et du "clientélisme", c'était à eux "de le décider".

Sarkozy "a besoin de mieux connaître l'Afrique"

"Cet appel à la jeunesse africaine est un appel important (...) mais ce discours n'est pas nouveau en Afrique. Beaucoup de dirigeants africains le tiennent, les jeunes africains le savent et beaucoup de ces jeunes depuis longtemps se battent", a réagi M. Konaré, tout en reconnaissant que M. Sarkozy "avec raison, a mis à nu une responsabilité de l'Afrique".
"Si cet appel nous interpelle (...), c'est pour qu'on se dresse, et que nous même prenions nos affaires en mains", a poursuivi M. Konaré.
"Je suis certain que le président souhaite la rupture (...). Je pense que pour l'aider dans la rupture, il a besoin de mieux connaître l'Afrique et nous sommes prêts dans ces échanges avec lui", a-t-il conclu.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/afrique/20070728.OBS8459/konare_critique_violemment__sarkozy.html
_________________
La véritable désaliénation du Noir implique une prise de conscience abrupte des réalités économiques et sociales. F. Fanon
L'ignorance est un danger que tout homme doit éviter. S. NKOUA

Visitez le blog de Théo http://kouamouo.ivoire-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didier_Daan
Bon posteur


Inscrit le: 16 Mai 2006
Messages: 569

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2007 00:15    Sujet du message: Répondre en citant

Chabine a écrit:
Décryptage, suite : le Pr Bwemba BONG réagit en live au discours du nabot, en le démontant point par point :

http://www.thotep.com/article.php3?id_article=337

Merci, Chabine!!
Discours plus clair et plus sensé, il n´y en a pas.
Puisse que cette interview ne soit JAMAIS effacée!!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
youngsoldier
Bon posteur


Inscrit le: 07 Juil 2005
Messages: 595

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2007 11:35    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Merci, Chabine!!
Discours plus clair et plus sensé, il n´y en a pas.
Puisse que cette interview ne soit JAMAIS effacée!!!


QUE CETTE INTERVIEW SOIT LARGEMENT DIFFUSEE!!!

Voila un Africain digne de ce nom, il a raison sur toute la ligne et notamment sur le fait que les Africains d'Afrique et des Amériques sont faibles aujourd'hui, s'ils n'étaient pas faibles, on ne leur marcherait jamais sur les pieds. Les Petré-Grenouilleau et autres Karam ne diraient pas n'importe quoi sur nous!!! Nous sommes faibles!! Bossons alors!!
_________________
youngsoldier's back
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
kessy...vnr
Grioonaute


Inscrit le: 23 Fév 2004
Messages: 24

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2007 11:37    Sujet du message: Voilà ce que l'en pense de discours.. Répondre en citant

En relisant mon article sur la tournée de rockstar de Nicolas Sarkozy en Afrique, je me suis dit que peut être (je dis bien : « peut être ») l'utilisation du néologisme « néocolon » était exagérée. Seulement à la vue de certains propos tenus par Nicolas Sarkozy à Dakar, il est clair qu'il n'en est rien.

Ce matin en regardant les infos sur I-Télé, certaines des palabres du président des français de la droite décomplexée m'ont heurté. J'ai donc entrepris de récupérer ce discours qui met en relief soit une incompréhension de la part de NS de question africaine soit une réelle omission guidée par des intérêts financiers (Bolloré, Elf, …). La seconde solution me paraît la plus réaliste.

Bon, je vais entreprendre de vous faire une étude de texte, sans prétention, du discours de Sarkozy car il est évident que les passages posant problème ne seront pas visibles à la télévision française. A en juger par les extraits choisis, le choix a été fait de taire certaines errances paternalistes du propos de l'ancien président de l'UMP. Son discours est un amas de caresses à l'adresse des africains entremêlé à une fronde idéologique aussi dangereuse qu'ignoble.

A propos des africains, Nicolas Sarkozy dira que ceux-ci sont « si différents les uns des autres, qui n'ont pas la même langue maternelle, pas la même religion, pas les mêmes coutumes, pas la même culture, pas la même histoire et qui pourtant se reconnaissent les uns les autres comme des Africains. » Divisons l'Afrique pour mieux les piller comme cela est fait depuis lustres. Ces paroles s'inscrivent dans une volonté à peine masquée de renforcer justement les divergences entre les peuples composant l'Afrique. On s'appuie sur une géographie tracée à la règle par des colons mal habiles pour s'attacher à ce que des peuples aient leur propre pays. On a vu le résultat de ce type de méprises géopolitiques, dans le passé, avec les conflits yougoslaves. Si, à cela on ajoute les divergences des langues et des religions avec en fond un pillage pur et simple des richesses d'un continent permis par des chefs d'Etats corrompus, comment voulez-vous que cela fonctionne en Afrique ? Sarkozy dit d'ailleurs pour enfoncer le clou : « vous qui vous êtes tant battus les uns contre les autres et souvent tant haïs, qui parfois vous combattez et vous haïssez encore mais qui pourtant vous reconnaissez comme frères dans la souffrance et dans l'humiliation». Près de 900 000 000 d'habitants sur un même continent, il est évident que ceux-ci soient différents mais inscrire cela dans un discours et le clamer devant un par terre de sénégalais tend à graver ce propos dans le marbre de la déchéance africaine. Nicolas Sarkozy semble dire que les africains sont pauvres de par leurs différences et leurs conflits. Il n'en est rien. L'Afrique possède un sol riche mais est présentée comme pauvre car cela arrange certaines politiques. Ce continent est pillé par certains pays occidentaux et le FMI maintient la dette qui pèse sur bon nombre de pays de ce continent (DSK perpétuera certainement cela), les multinationales énergétiques telles que Elf Total Fina.
Ensuite, concernant la colonisation, Nicolas Sarkozy persiste et signe sur les « bienfaits de la colonisation ». On parle de route ou de pont ou encore d'école et dispensaire apportés par les colons, mais à quel prix ? Combien de personnes déportées, vendues ou tuées ? L'esclavagisme et la colonisation sont liés parce qu'ils traduisent de capacité d'un peulpe à en asservir un autre sur des critères de couleur de peau ou aspect physique. Il affirmera d'ailleurs qu'il n'est pas là pour s'apitoyer sur le sort de l'Afrique parce que son sort serait entre ses mains. Si cela était si simple, l'Afrique serait sortie du bourbier dans lequel elle se débat et s'asphyxie. L'Afrique souffre du fait qu'elle n'a pas en main tous les tenants et les aboutissants de sa situation. J'entends par là que sa monnaie et ses dettes ne sont pas fixés par elle mais par le FMI.

« Mais nul ne peut demander aux générations d'aujourd'hui d'expier ce crime perpétré par les générations passées. Nul ne peut demander aux fils de se repentir des fautes de leurs pères. »
Le maintien des dettes africaines et de la monnaie faible en Afrique ne sont pas aux mains de ces dites générations passées que je sache ? Alors, oui, je le dis : nous pouvons demander à ce que les fautes des pères soient corrigées par les fils. C'est ce que nous demandons et rien de plus. Nous demandons qu'il soit admis que la France pille ses anciennes colonies et que ce procédé doit cesser. Quand je dis « nous », je ne parle pas d'un quelconque combat communautaire car cela me répugne purement et simplement. Je parle d'un combat d'une communauté mondiale multicolore voulant faire régner la justice à l'échelle du monde.

Il est facile de feindre la compassion et de brandir bien haut que l'esclavage est crime contre l'humanité mais, dans les faits, comment cela traduit ?
_________________
"Ce qui ne tue pas rends plus fort mais dans ce cas l'homme noir est extremement fort", Passi
http://kessy007.blogspace.fr
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chabine
Super Posteur


Inscrit le: 02 Mar 2005
Messages: 3040

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2007 17:23    Sujet du message: Répondre en citant

Didier_Daan a écrit:
Chabine a écrit:
Décryptage, suite : le Pr Bwemba BONG réagit en live au discours du nabot, en le démontant point par point :

http://www.thotep.com/article.php3?id_article=337

Merci, Chabine!!
Discours plus clair et plus sensé, il n´y en a pas.
Puisse que cette interview ne soit JAMAIS effacée!!!


youngsoldier a écrit:
QUE CETTE INTERVIEW SOIT LARGEMENT DIFFUSEE!!!

Voila un Africain digne de ce nom, il a raison sur toute la ligne et notamment sur le fait que les Africains d'Afrique et des Amériques sont faibles aujourd'hui, s'ils n'étaient pas faibles, on ne leur marcherait jamais sur les pieds. Les Petré-Grenouilleau et autres Karam ne diraient pas n'importe quoi sur nous!!! Nous sommes faibles!! Bossons alors!!


C'est exactement dans cet état d'esprit que nous devons nous situer, en évitant les pleurnicheries (Ohhhhh ??? Pourquoi Papa Bwana ne nous aime pas, alors ? Rolling Eyes ) et les énervements inutiles (Mais comment a-t-il O-S-E ? Mad Shocked Evil or Very Mad ), vu qu'on sait très bien à quel individu on a affaire, quand même.

A la limite, je préfère même avoir affaire à un raciste comme le nabot qui dit les choses de façon clairement identifiable, à la mode "décomplexée", comme ils disent Rolling Eyes plutôt qu'à un socialo hypocrite qui serait venu vous enfumer. Le discours du nabot est truffé de clichés, d'insultes et de manoeuvres grossières qu'il est facile de démonter, point par point. Tout celà en s'armant de science jusqu'aux dents, comme le préconisait CAD, car c'est la seule façon Twisted Evil

Voilà deux autres réactions excellentes, dont je ne poste que des extraits Very Happy

http://www.alert2neg.com/article-6988131.html
Citation:
Lundi 30 Juillet 2007
LA FRACTURE INTELLECTUELLE CHEZ NICOLAS SARKOZY EST-ELLE INCURABLE ? Twisted Evil Twisted Evil Laughing

En Afrique et devant des millions d’Africains, le gesticulateur de l’Elysée a fait étalage de toute la panoplie de la droite « décomplexée », affirmant dans un discours méprisant et truffé de relents paternalistes que l’occident pouvait être fière du bilan de son impérialisme en terre africaine, que les responsables Africains, dont ses amis despotes que sont, par exemple, les Présidents Bongo, Biya, Sassou N’guesso, Idriss Deby…, étaient, selon lui, responsables des maux actuels du continent Noir : corruption, génocides, dictatures, coups d’Etat, conflits « tribaux », femmes maltraitées et victimes de mutilations génitales.
(...)
En conclusion, s’il y un aphorisme qui situe parfaitement la succession de crétinismes, d'idées reçues et de poncifs, de l’agité Nicolas Sarkozy chez les « indigènes », il n’y a pas plus parlant que celui de l’écrivain André Gide : « moins un blanc est intelligent, plus il croit que le noir est bête... »

A2N

Laughing Laughing Laughing (cliquez sur le lien pour lire l'intégralité de l'article Wink )

http://www.afrikara.com/index.php?page=contenu&art=1842

Citation:
Discours surréaliste du président français à Dakar : M. Sarkozy explique l’Afrique, son passé, son présent, son futur aux Africains !
30/07/2007

(...)
Mais le fait qu’un président d’une république indépendante, s’adresse non pas à son homologue parlant de pays à pays mais directement «à l’élite de la jeunesse africaine» traduit bien le blocage des horloges aux années 1885. Imagine t-on M. Wade, président du Sénégal, que l’exercice de son homologue ne semblât guère gêner lui qui présentât jadis ravi l’équipe de football du Sénégal comme l’équipe de France bis, prendre la parole à la Sorbonne, s’adressant directement à la jeunesse européenne pour lui expliquer qui étaient les Grecs, ce que fut le Nazisme, la responsabilité des Européens dans ce crime contre l’humanité, la colonisation romaine, et le nuage de Tchernobyl ? A se demander où Paris s’arrêtera, lancée jusqu’à l’incroyable sur ces voies(x) vicinales du néo-paternalisme. Demain un discours aux chauffeurs de taxis africains, aux femmes d’affaires des petits marchés, aux naufragés de Tenerife, aux victimes de drames familiaux, … ?
(...)


Laughing Laughing Laughing (cliquez sur le lien pour lire l'article dans son intégralité Wink )

Africamaat a aussi réagi : http://www.africamaat.com/article.php3?id_article=981

Petite remarque perso : contrairement à certains grincheux, je trouve les réactions à cet événements plus comique que tragique plutôt saines.

- la majorité des africains et afro de la diaspora semble ne pas être dupe

- une part importante de cette intelligentsia qu'on aime tant décrier (journalistes africains, l'ancien président du Mali, quand même, Bwemba Bong, les autres intellectuels ne devraient pas tarder, allez, Confiant, un petit effort ! Razz ) a réagi avec force, convictions et force contre-argumentations constructives.

- MAIS nous ne passons cependant pas notre temps à commenter cette farce, nous mettons le personnage à sa juste place.

Je tiens à souligner ceci pour ceux qui ne sont jamais satisfaits, qui trouvent qu'on n'est jamais assez afrocentristes, qu'on donne trop d'importance au blanc et pas assez aux nôtres.

Je suis désolée, mais là, il s'agit du président du pays qui continue à siphoner les richesses de ses ex-colonies. Cet individu a tenté de réaliser un hold-up sur les cerveaux de ces jeunes étudiants sénégalais. Certains ont pu se laisser prendre, d'autres ont été séduits par la prose pitoyable du nabot, sur le net (nous en avons un exemple sur ce forum même). Autant de frères perdus pour la cause.

Alors oui, je trouve positif de voir que nous ne sommes pas des moutons, que non seulement nous sommes capables de réagir mais surtout de répondre de façon argumentée. Que celà ne nous occupe pas pendant 107 ans, nous sommes d'accord.

Généralement, ce genre de provocations intervient pour détourner l'attention des sujets qui fâchent :

- que fait la France au Tchad ?
- on en est où en CI ?
- comment le Niger se défend il face aux manoeuvres d'AREVA ?
- qu'en est-il de la chasse aux sans-papiers en France ?
- est-ce que l'enquête avance au sujet des meurtres impunis de nos frères en France ?
- quid de l'enquête sur Omar BONGO ? comment se portent SASSOU, BIYA et tous ces depostes amis de la France ?
- quand est-ce qu'on fait sauter le Franc CFA, le plus long scandale de la Vè République gauloise ?

... etc, etc

Donc oui, ne nous laissons pas divertir, mais prenons le temps quand même de démonter l'argumentation du nabot, afin de continuer de l'avant en s'étant renforcés.

Et puis, ça nous donne l'occasion de vérifier à quel point la conscientisation de nos populations au sujet de la grandeur de l'histoire africaine, la revalorisation de nos cultures et la connaissance des crimes de la colonisation est un fait désormais acquis... à la date d'aujourd'hui. Il ne faut pas lâcher l'affaire, continuer à s'armer de science et de connaissances, et informer sans relâche.

Au fait, le Pr Théophile OBENGA vient de sortir un ouvrage qui a l'air pas mal :

http://www.congopage.com/article4856.html
Appel à la Jeunesse Africaine de Théophile Obenga

Il y a une librairie afrocentriste à FdF (petite pub au passage, c'est pas la mienne, hein Razz ), à la rue Victor Hugo, où les Martiniquais le trouveront certainement Wink
_________________
"Le colonialisme et ses dérivés ne constituent pas à vrai dire les ennemis actuels de l'Afrique. À brève échéance ce continent sera libéré. Pour ma part plus je pénètre les cultures et les cercles politiques plus la certitude s'impose à moi que LE PLUS GRAND DANGER QUI MENACE L'AFRIQUE EST L'ABSENCE D'IDÉOLOGIE."
Cette Afrique à venir, Journal de bord de mission en Afrique occidentale, été 1960, Frantz Fanon, Pour la Révolution Africaine
2011, annee Frantz Fanon
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bamiléké
Super Posteur


Inscrit le: 13 Aoû 2005
Messages: 1078

MessagePosté le: Mer 01 Aoû 2007 02:15    Sujet du message: Répondre en citant

Chabine a écrit:
Didier_Daan a écrit:
Chabine a écrit:
Décryptage, suite : le Pr Bwemba BONG réagit en live au discours du nabot, en le démontant point par point :

http://www.thotep.com/article.php3?id_article=337

Merci, Chabine!!
Discours plus clair et plus sensé, il n´y en a pas.
Puisse que cette interview ne soit JAMAIS effacée!!!


youngsoldier a écrit:
QUE CETTE INTERVIEW SOIT LARGEMENT DIFFUSEE!!!

Voila un Africain digne de ce nom, il a raison sur toute la ligne et notamment sur le fait que les Africains d'Afrique et des Amériques sont faibles aujourd'hui, s'ils n'étaient pas faibles, on ne leur marcherait jamais sur les pieds. Les Petré-Grenouilleau et autres Karam ne diraient pas n'importe quoi sur nous!!! Nous sommes faibles!! Bossons alors!!


C'est exactement dans cet état d'esprit que nous devons nous situer, en évitant les pleurnicheries (Ohhhhh ??? Pourquoi Papa Bwana ne nous aime pas, alors ? Rolling Eyes ) et les énervements inutiles (Mais comment a-t-il O-S-E ? Mad Shocked Evil or Very Mad ), vu qu'on sait très bien à quel individu on a affaire, quand même.

A la limite, je préfère même avoir affaire à un raciste comme le nabot qui dit les choses de façon clairement identifiable, à la mode "décomplexée", comme ils disent Rolling Eyes plutôt qu'à un socialo hypocrite qui serait venu vous enfumer. Le discours du nabot est truffé de clichés, d'insultes et de manoeuvres grossières qu'il est facile de démonter, point par point. Tout celà en s'armant de science jusqu'aux dents, comme le préconisait CAD, car c'est la seule façon Twisted Evil

Voilà deux autres réactions excellentes, dont je ne poste que des extraits Very Happy

http://www.alert2neg.com/article-6988131.html
Citation:
Lundi 30 Juillet 2007
LA FRACTURE INTELLECTUELLE CHEZ NICOLAS SARKOZY EST-ELLE INCURABLE ? Twisted Evil Twisted Evil Laughing

En Afrique et devant des millions d’Africains, le gesticulateur de l’Elysée a fait étalage de toute la panoplie de la droite « décomplexée », affirmant dans un discours méprisant et truffé de relents paternalistes que l’occident pouvait être fière du bilan de son impérialisme en terre africaine, que les responsables Africains, dont ses amis despotes que sont, par exemple, les Présidents Bongo, Biya, Sassou N’guesso, Idriss Deby…, étaient, selon lui, responsables des maux actuels du continent Noir : corruption, génocides, dictatures, coups d’Etat, conflits « tribaux », femmes maltraitées et victimes de mutilations génitales.
(...)
En conclusion, s’il y un aphorisme qui situe parfaitement la succession de crétinismes, d'idées reçues et de poncifs, de l’agité Nicolas Sarkozy chez les « indigènes », il n’y a pas plus parlant que celui de l’écrivain André Gide : « moins un blanc est intelligent, plus il croit que le noir est bête... »

A2N

Laughing Laughing Laughing (cliquez sur le lien pour lire l'intégralité de l'article Wink )

http://www.afrikara.com/index.php?page=contenu&art=1842

Citation:
Discours surréaliste du président français à Dakar : M. Sarkozy explique l’Afrique, son passé, son présent, son futur aux Africains !
30/07/2007

(...)
Mais le fait qu’un président d’une république indépendante, s’adresse non pas à son homologue parlant de pays à pays mais directement «à l’élite de la jeunesse africaine» traduit bien le blocage des horloges aux années 1885. Imagine t-on M. Wade, président du Sénégal, que l’exercice de son homologue ne semblât guère gêner lui qui présentât jadis ravi l’équipe de football du Sénégal comme l’équipe de France bis, prendre la parole à la Sorbonne, s’adressant directement à la jeunesse européenne pour lui expliquer qui étaient les Grecs, ce que fut le Nazisme, la responsabilité des Européens dans ce crime contre l’humanité, la colonisation romaine, et le nuage de Tchernobyl ? A se demander où Paris s’arrêtera, lancée jusqu’à l’incroyable sur ces voies(x) vicinales du néo-paternalisme. Demain un discours aux chauffeurs de taxis africains, aux femmes d’affaires des petits marchés, aux naufragés de Tenerife, aux victimes de drames familiaux, … ?
(...)


Laughing Laughing Laughing (cliquez sur le lien pour lire l'article dans son intégralité Wink )

Africamaat a aussi réagi : http://www.africamaat.com/article.php3?id_article=981

Petite remarque perso : contrairement à certains grincheux, je trouve les réactions à cet événements plus comique que tragique plutôt saines.

- la majorité des africains et afro de la diaspora semble ne pas être dupe

- une part importante de cette intelligentsia qu'on aime tant décrier (journalistes africains, l'ancien président du Mali, quand même, Bwemba Bong, les autres intellectuels ne devraient pas tarder, allez, Confiant, un petit effort ! Razz ) a réagi avec force, convictions et force contre-argumentations constructives.

- MAIS nous ne passons cependant pas notre temps à commenter cette farce, nous mettons le personnage à sa juste place.

Je tiens à souligner ceci pour ceux qui ne sont jamais satisfaits, qui trouvent qu'on n'est jamais assez afrocentristes, qu'on donne trop d'importance au blanc et pas assez aux nôtres.

Je suis désolée, mais là, il s'agit du président du pays qui continue à siphoner les richesses de ses ex-colonies. Cet individu a tenté de réaliser un hold-up sur les cerveaux de ces jeunes étudiants sénégalais. Certains ont pu se laisser prendre, d'autres ont été séduits par la prose pitoyable du nabot, sur le net (nous en avons un exemple sur ce forum même). Autant de frères perdus pour la cause.

Alors oui, je trouve positif de voir que nous ne sommes pas des moutons, que non seulement nous sommes capables de réagir mais surtout de répondre de façon argumentée. Que celà ne nous occupe pas pendant 107 ans, nous sommes d'accord.

Généralement, ce genre de provocations intervient pour détourner l'attention des sujets qui fâchent :

- que fait la France au Tchad ?
- on en est où en CI ?
- comment le Niger se défend il face aux manoeuvres d'AREVA ?
- qu'en est-il de la chasse aux sans-papiers en France ?
- est-ce que l'enquête avance au sujet des meurtres impunis de nos frères en France ?
- quid de l'enquête sur Omar BONGO ? comment se portent SASSOU, BIYA et tous ces depostes amis de la France ?
- quand est-ce qu'on fait sauter le Franc CFA, le plus long scandale de la Vè République gauloise ?

... etc, etc

Donc oui, ne nous laissons pas divertir, mais prenons le temps quand même de démonter l'argumentation du nabot, afin de continuer de l'avant en s'étant renforcés.

Et puis, ça nous donne l'occasion de vérifier à quel point la conscientisation de nos populations au sujet de la grandeur de l'histoire africaine, la revalorisation de nos cultures et la connaissance des crimes de la colonisation est un fait désormais acquis... à la date d'aujourd'hui. Il ne faut pas lâcher l'affaire, continuer à s'armer de science et de connaissances, et informer sans relâche.

Au fait, le Pr Théophile OBENGA vient de sortir un ouvrage qui a l'air pas mal :

http://www.congopage.com/article4856.html
Appel à la Jeunesse Africaine de Théophile Obenga

Il y a une librairie afrocentriste à FdF (petite pub au passage, c'est pas la mienne, hein Razz ), à la rue Victor Hugo, où les Martiniquais le trouveront certainement Wink


Citation:
- quand est-ce qu'on fait sauter le Franc CFA, le plus long scandale de la Vè République gauloise ?


Citation:
Quinze ans après la brutale dévaluation de 1994, une rumeur s’amplifie. Selon un proche du dossier, « Bercy préparerait une nouvelle dévaluation ». Omar Bongo Ondimba avertit: « Il faut être clair, si par malheur une autre dévaluation du CFA devait intervenir, je ferai tout pour que l’Afrique Centrale et de l’Ouest abandonne le franc CFA et crée sa propre monnaie ».

http://www.lesafriques.com/a-la-une/franc-cfa.html?Itemid=0

Chabine et Bongo se rapprocheraient-ils? Laughing Laughing Shocked
_________________
Mentalité de la cueuillette=sida économique

« nan laara an saara » :
"Si on se couche, on est mort" . Joseph Ki-Zerbo
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group