Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Samedi 15 Mai 2021 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

   

AccueilRubriquesArticleRéaction
 
Retour à l'article: 1er Décembre 1944: Le massacre du Camp de Thiaroye
  1er Décembre 1944: Le massacre du Camp de Thiaroye
Retour sur un massacre perpetré par les gradés français contre les anciens "tirailleurs sénégalais"
 
 Publicité 
 
Ecrire une réaction

1er Décembre 1944: Le massacre du Camp de Thiaroye

Nombre de messages
:  55
Pages:  1  2 3 > >> 

  histoire quand tu nous tiens !!
LONGNON eric ( 27/04/2004 09:15 )
À Paris / France

Bonjour, je suis féru d'histoire et je ne connaissais pas ce drame. Il ne m'étonne pas, la France d'alors était colonialiste, raciste et paternelle avec l'Afrique.
Elle l'est toujours ; pour cela il suffit de voir la politique africaine des différents gouvernements pour "apprécier" la façon méprisante dont sont traités les poliques africaines.
Néanmoins même s'il ne faut pas nier l'apport des troupes "forcées" noires durant la libération, il ne faut oublier les Marocains et les Algériens qui sont morts, eux aussi, pour libérer notre pays. Merci donc à tous ces soldats, noirs, blancs, maghrébins, asiatiques pour leur sacrifice.
Une pensée particulière va aux soldats assassinés du camp de Thiaroye.
Ecrire une réaction
  PARDON! mille fois pardon!
( 27/04/2004 18:22 )
À / France

Adjudant-chef des Troupes de Marine en retraite.
J'ai honte pour mon pays. J'ai toujours pensé que nos glorieuses troupes coloniales avaient droit au respect des Français métropolitains pour les avoir aidé dans des moments difficiles de notre histoire. Je connaissais l'affreuse histoire des Harkis, l'abandon des vietnamiens fidèles à la France; Thiaroye, c'est un coup de trop. Pendant les six années que j'ai vécu en Afrique, j'espère avoir donné à mes camarades Africains, une autre image. Jacky HEIM
Ecrire une réaction
  M. Jacky HEIM
NEHEM ( 21/05/2004 14:28 )
À Le Châtelet / France

Voilà toute la différence entre vous M.HEIM, un être humain normalement constitué, qui semblez avoir vécu l'époque, qui avez peut-être vu les troupes de tirailleurs aller vers le front en croisant les populations en exode vers le sud ...

Voilà la différence entre vous et cet immondice de 18ans qui ose s'asseoir sur un épisode aussi grave que tabou dans l'histoire de France !

Voila un "Chevalier de la liberté" puisqu'il ose prendre ce pseudomyme, qui aurait volontier servi le régime nazi pourvu qu'on ne lui fasse pas Honte ! C'est à VOMIR !
Ecrire une réaction
  c'est la france
NKOUNGA HILAIRE ( 19/07/2004 22:52 )
À / Netherlands

en fait je savais la france negationiste et avare mais genocidaire depuis des generations ? je crois que tous les dirigeants français n'ont jamais été des humain bien qu'ils penseront que c'est de la politique et non de la philantropie
le monde le sura un jour
Ecrire une réaction
  Un poème
( 11/08/2004 12:22 )
À Nonthaburi / Thailand

Bonjour!
Je m'appelle Bana Barka et j'ai lu avec intérêt l'article sur les tirailleurs. C'est une question à laquelle j'ai toujours été sensible, et qui m'a inspiré le poème que je vous envoie.

Que fais-tu là,
brave garçon dioula
dans ces trous à rats
sous la pluie des Boches
blotti contre le froid et la mort ?
-Ah, Camarade de moi !
Si je l’accepte cette souffrance
C’est pour la France !

Mais que dis-tu là,
Insensé garçon dioula ?
Ne vois-tu pas ces canons
Jeter sur tes frères leur crachat de mort ?
Où sont Konaté, Moussa et Traoré ?
-Ah , Camarade de moi !
Faut pas qu’on y pense
Cela n’a pas d’importance,
Puisqu’ils sont morts pour la France

Que fais-tu là,
Brave guerrier dioula
Au bout d’une corde,
Les yeux ouverts, la langue tirée,
Dans ce camp de Thiaroye ?
-Ah, Camarade de moi !
J’ai voulu un peu de reconnaissance
Pour le sang versé
Mais au fond, quand on y pense,
Qui tue pour la France périra par la France.


Yaoundé, le 06 juillet 2004

Bana Barka



Ecrire une réaction
  Pourquoi célébrer la journée du tirailleur le 23 août et non le 1er décembre ?
( 20/08/2004 10:48 )
À Buenos Aires / Argentina

Le Sénégal célébrera désormais la journée du tirailleur sénégalais le 23 août de chaque année. L’histoire retiendra que Me Wade est le premier président de notre pays à avoir pensé, tant soit peu, revivifier le souvenir des milliers de soldats noirs de l’ex A.O.F. Lesquels auront pris une part active à toutes les campagnes militaires où la France, à la bourre, humiliée, rarement triomphante en tout cas, a dû faire appel à leur gros esprit de sacrifice : invasions coloniales, conflits mondiaux (14-18, 39-45), épisodes de décolonisation (1954-1960), voire pour les plus anciens, bataille de Prusse en 1870. Passons sur les guerres d’invasion et de décolonisation durant lesquelles ils ont, sous la contrainte, il est vrai, combattu leurs propres frères à qui - tout comme à eux – cette même France n’accordait aucune dignité en tant qu’homme : populations africaines et asiatiques, peu ou prou résistantes. Notre propos se limitera ici à leur participation aux deux grandes guerres mondiales.
La célébration des deux dernières fêtes de l’indépendance nationale, 2003 et 2004, annonçait déjà un certain regain pour la cause des tirailleurs. En effet, des militaires d’active, habillés et coiffés d’époque, arborant fière allure, nous ont tant soit peu rappelé a leur bon souvenir. Le Musée des Forces Armées, pas en reste, à travers une exposition étalée dans le temps, a retracé leurs faits et gestes. On semble en être restés là…Jusqu’au jour où la France a cru bon devoir célébrer le 60ème anniversaire du débarquement de la Provence, le 15 août dernier. Et parallèlement – pudiquement, dirions nous – rendre un hommage aux fameux Régiments de Tirailleurs Sénégalais (RTS) qui se sont distingués durant cet assaut meurtrier. Coïncidence ou simple hasard ? En tout cas, le chef de l’état sénégalais a retenu la date de l’entrée des troupes du 6ème RTS à Toulon, survenue 8 jours plus tard, soit le 23 août, pour magnifier la geste des tirailleurs. Qui ose alors imaginer que le jour où la France daignera mentionner le massacre de Thiaroye - 60 ans au 1er décembre prochain - le Sénégal, pris d’un subit accès de mémoire et de frénésie, ne lui emboîtera le pas? En décorant ici et là des rescapés pas loin de rendre l’âme, inaugurant stèles et statues, etc. Bref, en versant dans toutes choses qui ne sauraient masquer notre séculaire, assourdissant et scandaleux silence autour de ce drame.
Où est donc notre dignité, peuple, ô beau peuple sénégalais?
Osons le dire : la reconquête de Toulon intéresse beaucoup plus la France que le Sénégal, sous domination coloniale en 1944, comme on le sait. De plus, cette date ne saurait réhabiliter nos chairs à canon de pères et grands-pères, recrutés de force le plus souvent, contraints de se battre, décimés par la rigueur climatique et/ou les maladies, «cristallisés» à vie avec des pensions indécentes car inéquitables. L’amalgame, comme quoi ils luttaient aussi contre le nazisme, est ulcérant car, y a t-il une différence entre nazisme et colonialisme? En réalité, les historiens de l’alternance, ont fait là un choix piètre, politicien pour le moins, afin de ne pas trop offusquer la France.
Le seul choix censé a nos yeux et que la raison du commun des africains de l’ex AOF comprend fort bien, est la date du 1er décembre. En effet, cette date traduit tout a la fois le vain sacrifice des tirailleurs et le peu de considération accordé à eux par la France. Victimes du «blanchiment» des troupes françaises, rapatriés sans être désintéressés, certains d’entre eux ont été sauvagement massacrés. L’impunité de cette barbarie court à ce jour, sans aucune protestation officielle des nations potentiellement concernées (ex AOF), le Sénégal en tête. Eclaircir les contours de cette infamie, situer les responsabilités, statuer sur le nombre, la nationalité et le nom des morts, localiser effectivement leurs sépultures, exiger enfin des excuses de la France – c’est l’air du temps – demeurent un minimum. Faute de quoi, le 23 août retenu risque de tourner court avec des parades et défilés non indiqués, des activités festives aux antipodes de la désillusion de nos anciens, une visite mal venue au prétendu «cimetière des martyrs de Thiaroye» (pour mémoire, il y aurait 35 morts officiels alors que 202 tombes anonymes s’y trouvent). A un tel tableau, il ne manquerait alors que la bouffonnerie et le rire hilare du tirailleur sénégalais « Y’a bon banania». Image caricaturale que le colon lui a toujours collé et qu’amplifiera, malheureusement, notre refus de la dignité. De plus, célébrer la journée du tirailleur le 23 août, c’est faire ombrage à la journée internationale de commémoration de l’esclavage et de son abolition. Qui plus est, le 1er décembre a toujours été considéré, jusqu’ici en tout cas, comme la journée du combattant africain.

samba_ndiaye@sunumail.sn
Professeur de lettres, Dakar




Ecrire une réaction
  Enfin
boubou traore ( 14/09/2004 19:08 )
À / Senegal

Enfin que des faits pareils puissent etre soulevés 60 ans après.Mais n'est-il pas raisonnable de se demander si d'autres Thiaroye existent ailleurs en Afrique?Je crois personnellement que des Thiaroye , il y a en eu dans tous les pays d 'AFRIQUE ayant soutenus la france lorsqu'elle fut tétanisée par les Allemands.
Ecrire une réaction
 
chevalier de la Liberté ( 18/09/2004 21:56 )
À / Sweden

Ohhhhhh j'ai honte! je suis Français, j'ai honte. Je suis Occidental: j'ai Honte!
Je vous remercie: vous m'avez donné la Honte! C'est vrai, comment ne pas avoir Honte! Que mon pays n'a-t'il pas fait? Le deuxième empire le plus grand j'ai Honte! L'ethnocentrisme occidental j'ai Honte... Vous: vous être Coupables. Moi: je suis Coupable. Nous SOMMES Coupables d'avoir appauvri des Nations et des gens qui auparavant vivaient dans le bonheur d'enfant le plus absolu et étaient repus d'une abondante nourriture j'ai Honte!
Vous voyez si ce n'est pas malheureux je n'ai pas 20 ans et j'ai déjà Honte je me sens Coupable. Vous m'avez donné la Culpabilité comment pourrais-je être suffisamment reconnaissant envers vous? J'ai Honte mais au même instant au fond de mon âme j'ai la Paix! Saviez vous, et je l'ai appris il y a quelques jours, que les Occidentaux sont Responsables de toute la misère du monde? Ils EXPLOITENT saviez-vous je l'ai appris il y a 3 jours... Avant les pays "en développement" étaient riches: ils avaient à manger ils avaient la joie, mais surtout ils avaient cette richesse infinie qu'est un mode de vie simple et non corrompu par l'argent et le libéralisme néo. Et si les professeurs d'école, de collège, de lycée et d'université ne nous le disaient pas constamment -il faudrait inventer un grand Système qui nous l'apprendrait dès le plus jeune âge pour nous donner encore plus la Honte- qu'est-ce qu'il se passerait? Je vais vous le dire moi: ça recommencerait! dans dix ans dans vingt ans et je tiens à vous le répéter vous m'avez donné la Honte!
Je fais, pour terminer cette ode au relativisme culturel, mienne cette phrase de monsieur Robert Mugabe, Président du Zimbabwe, au sujet de nous tous, si pales que nous sommes... : "ils ont le coeur dur: on dirait qu'ils sont juifs...".
Ecrire une réaction
  c'est vraiment honteux
marogha emma ( 12/11/2004 16:51 )
À Libreville / Gabon

C'est vraiment honteux de la part des français de traiter ainsi les personnes qui les ont aidées à délivrer leur "cher et précieux " pays.De toute maniére,cela ne m'étonne pas venant de leur part!!!
Ecrire une réaction
  nuances
Françoise DEGERT ( 14/11/2004 18:58 )
À Paris / France

L'histoire de la colonisation mérite d'être approfondie dans nos programmes d'enseignement, c'est vrai. La vérité doit être rétablie sur ce que nos gouvernants et notre armée ont fait dans l'ancien empire colonial, c'est tout à fait vrai... "Le Monde" aurait pu se fendre d'une enquête sur la question en évoquant le 60ème anniversaire du débarquement en Provence, et dévoiler l'affaire de Thiaroye. Et parler des anciens combattants "d'Outre-mer", qui reçoivent aujourd'hui, dans le meilleur des cas, une pension dérisoire perpétuant la période coloniale... Seul le quotidien "Sud-Ouest" évoque cette question, en raison des réclamations de ces anciens combattants, souvent originaires du du Maroc, qui viennent occuper les locaux attribuant ces pensions.
"le Monde" aurait pu rappeler la lourde responsabilité des occidentaux dans cette guerre, pour avoir refusé d'arrêter Hitler lorsqu'il en était encore temps (refus de soutenir les républicains espagnols contre Franco, ce qui a permis aux Allemands de tester leur armement en Espagne, la droite française qui répétait "plutôt Hitler que le front populaire", le traîté de Munich signé par la France et l'Angleterre avec Hitler, le régime de Vichy et la collaboration en France). Faut-il rappeler que la Grande-Bretagne a vacillé jusqu'à la déclaration de guerre et que les Etats-Unis sont restés neutres jusqu'en 42 ? Les affaires de la famille Bush avec les nazis sont un exemple parmi d'autres...
Quelques individus n'ont pas attendu le débarquement pour résister envers et contre le gouvernement de Pétain. C'est le cas de De Gaulle, de quelques communistes qui ont désobéi au pacte germano-soviétique. Guingoin a monté le 1er maquis en Limousin, la section de la main d'oeuvre immigrée (Moi) du Pc, composée surtout de juifs d'Europe centrale, a immédiatement fait parler d'elle. Les dirigeants communistes n'ont appelé à la résistance qu'après l'invasion de l'Urss, en 41. Il aura fallu attendre Pearl Harbour, Stalingrad et l'avancée des soviétiques sur le front de l'Est pour que les alliés se réveillent et débarquent pour se partager le gâteau.
Il est vrai que cette guerre, pas plus que celle de 14-18 n'était la vôtre, vous autres Africains. Que ces deux guerres mondiales de Blancs ont été inouies dans leurs atrocités, comme le rappelle avec humour Amadou Hampaté Bâ, au point d'avoir rendus fous des artilleurs africains, bien qu'ils fussent de valeureux guerriers... Aucune cérémonie ne pourra effacer ces faits.
Une chose est sûre : les débarquements nous ont libérés. Au delà de la récupération politique de ces cérémonies d'aujourd'hui, la moindre des choses, est d'honorer ceux qui ont participé aux combats, de la même manière, Africains, français, asiatiques... La moindre des choses est de rémunérer les anciens combattants des colonies équitablement, comme les français et de leur verser au besoin un rappel des pensions. La moindre des choses est de compenser les atrocité de l'armée française au camp de Thiaroye et d'en informer les jeunes générations. Cela dit, il faudrait éviter de jeter tous les blancs dans le même sac, dans une sorte de racisme parallèle. Certains ont lutté contre l'occupation, contre le racisme, pour la décolonisation. Et continuent à la faire, en soutenant les sans-papiers.
Ecrire une réaction
  super grioo
pape ( 06/12/2004 12:49 )
À Coulombiers / France

merci de nous transporter en arrière pour repenser cette page d'histoire.
Vous faites un travail exceptionnelle dignes des professionnelles de l'info.
On peut pardonner mais on ne doit pas oublier, ceci pour travailler plus et mieux à la construction d'une civilisation qui respecte l'HOMME sans distinction
Bravo
Ecrire une réaction
  Pas vraiment étonnée, consternée
Améline ( 07/12/2004 12:21 )
À Rungis / France

Le devoir de mémoire, c'est une obligation pour les européens, pour les africains c'est un droit.
Le droit de la victime est l'obligation de l'auteur (collectif) du crime. Je pense que les lieux de mémoire doivent être institués en europe et en afrique, à l'usage des deux populations, et à l'initiative aussi bien de l'une que de l'autre. C'est comme pour la Shoah; c'est en Europe qu'on devrait d'abord fixer cette mémoire, à l'usage des Européens. Ce n'est pas en Palestine que ça a eu lieu! dans tous les lycées de France, des élèves ont disparu de la circulation! les professeurs d'histoire pourraient engager les élèves à faire des recherche la-dessus. Pour les tirailleurs, même chose; recherche sur leur présence dans les lieux des combats etc et érection de monuments,livres, docus, fictions. j'ai vu un téléfilm sur cette question l'an dernier, un vieil africain revenait hanter les lieux d'une bataille de la guerre de 14 et finissait par imposer sa parole aux commémorations officielles, si quelqu'un l'a vu, j'aimerais retrouver les références.
Merci pour cet article.
CD
Ecrire une réaction
  "Tirailleurs: un devoir de mémoire"
Améline ( 07/12/2004 14:19 )
À / France

du 12 au 22 janvier 2005 MJC à Chambéry
photographies de Hervé de Williencourt
Ecrire une réaction
  la premeire fois
gerdes ( 07/12/2004 15:24 )
À / Lithuania

Nous constatons que ce n'est pas la premiere fois que l'armée francaise tire sur des personne à mains nues.
le 06 novembre 2004 , elle a récidivisée sur le pauvre peuple ivoirien avec des armes de guerre.
Bilan 65 morts et plus de milles blessés.
Et elle refuse de reconnaitre les faits comme en 44.
Les francais doivent avoir honte de leur armée , une armée qui n'a jamais gagné de guerre.
Ecrire une réaction
  Pauvre de nous
SERGIO ( 08/12/2004 02:23 )
À Cachan / France

Afrique berceau de l'humanité et tombeau de l'humanité.
Quand va-t-on changer les livres d'Histoires et de géographie, ou plutôt les rendre plus objectifs?
A quand la vérité?
Ecrire une réaction
  Pas content des negres.
( 08/12/2004 20:50 )
À Washington / United States

Les africains sont toujours en train de blamer le blanc.

Ecrire une réaction
 
SOSSOH ( 09/12/2004 17:40 )
À Abbévillers / France

D'abord, je vais repondre à cet abruti qui affirme que "les africains toujours en train de blamer le blanc"! Ny'a-t-il pas,dans ce cas d'espèce, matière même pas à blamer,mais à comdamner?

En ce qui concerne les "tirailleurs" africains,je puis vous dire qu'ils n'ont reçu,jusqu'à ce jour,la reconnaissance pour fait d'armes d'aucun gouvernement français.

Le pire est que leur solde était perpétuellement diminuée et il aura fallu la persévérance d'un avocat français pour contraindre le gouvernement français non seulement d'arrêter cette dégréssivité,mais d'aligner la pension de ces "tirailleurs" africains sur celle de leurs homologues français et à payer tous leurs arriérés!

Je trouve parfois ridicule de voir ces pauvres grands- parents être invités à la fête nationale française alors que l'on ne respecte même pas leur statut.
Ecrire une réaction
  les tirailleurs sénégalais
khadidiatou ( 09/12/2004 23:50 )
À / France

Eh! oui bien triste histoire que celle des tirailleurs sénégalais.
Chaque fois que je me rends au Sénégal, je vais toujours me recueillir dans le cimetière de Thiaroye.
Je trouve décevant l'attitude de la France pendant 60ans, 60 ans longues années pendant lesquelles la France a essayé de cacher cette horrible fin reservée à ceux qui par leur courage nous ont aidé à rester français.
Ah! la France colonialiste.
Que de durs souvenirs de soumission sont encore dans les mémoires des colonisés.
N'oublions pas.

Paix à leur âme et qu'ils soient remerciés pour tout ce qu'ils ont fait.
Ecrire une réaction
  pas surpris
rialza ( 17/12/2004 16:48 )
À Bordeaux / France

Merci de m avoir fait découvrir ce fait honteux mais je sais pourquoi je ne suis pas surpris
Fils de résistant espagnol (ftp moi de Toulouse) mon père comme pas mal de ses camarades arrête en 46 par les mêmes gendarmes qui l avait arrête qql mois avant pour le compte des nazis et remis a la police de franco
Jamais aucune reconnaissance pour leur participation a la résistance
C est évident que tous les français étaient tous résistant et qu il n on eu aucun besoin d étranger pour ce libérer
Ecrire une réaction
  hier comme aujourd'hui?
djah ( 19/12/2004 20:09 )
À Abidjan / Cote D'Ivoire


pauvres VETERANS D'AFRIQUE

ils ont etel lachement assassinés pour service rendu. n'en voulons point au peuple français. c'est au système.ils ont menti sur ce massacre.HIER 0 THIAROYE,mensonge sur le massacre,aujourd'hui mensonge sur la fusillade devant l'hotel ivoire à ABIDJAN cote-d'ivoire
meme mensonge officiel.
Ecrire une réaction

Nombre de messages
:  55
Pages:  1  2 3 > >> 
 
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version