Grioo.com   Grioo Pour Elle     Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  



grioo.com
Espace de discussion
 
RSS  FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Côte-d'Ivoire, Élections présidentielles
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 28, 29, 30
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven 22 Avr 2011 10:29    Sujet du message: Répondre en citant

Comment expliquer que toutes ces personnalités de premier plan décident aujourd'hui de faire allégeance au nouveau régime et de pour certains de faire un début de mea culpa. C'est une situation qui doit être dure à vivre pour ceux qui ont soutenu ici Laurent Gbagbo, qui n'avaient pas de mots assez durs pour fustiger Alassane Ouattara.
Qu'est ce à dire? que ces personnes, malgré ce qu'on a pu lire ces personnes n'étaient pas habitées de la conviction profonde que la Côte d'Ivoire devait être libérée du joug colonial et que c'est à Laurent Gbagbo qu'incombait cette responsabilité? peut-être ne pensaient elles pas vraiment que l'ONUCI était une force d'occupation partisane?
On nous a expliqué le combat mené par Laurent Gbagbo était un mouvement profondément ancré dans la population ainsi que dans les élites de la Côte d'Ivoire. Comment expliquer dans ce cas la vitesse à laquelle le système s'est effondré et une résistance populaire anecdotique?
Laurent Gbagbo a essayé de rejouer le partition de 2004 qui avait mobilisé la jeunesse ivoirienne suite à la destruction de l'aviation ivoirienne par l'armée française. De tout évidence ça n'a pas fonctionné. les ivoiriens dans leur majorité ne se sont pas retrouvés dans son combat.
Qui sont aujourd'hui les héritiers spirituels du Ggaboïsme? Ce mouvement existe en dehors de son leader? s'il existe devrait dorénavant s'exprimer hors de tout culte de la personnalité mais sur le plan des idées.
Sans cela on pourrait finir par croire, si on est doté d'un mauvais esprit, que tout ceci n'était qu'un leurre dans l'unique but d'accaparer le pouvoir.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tehuti
Grioonaute


Inscrit le: 13 Fév 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Ven 22 Avr 2011 21:51    Sujet du message: Répondre en citant

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Soundjata Kéita
Super Posteur


Inscrit le: 06 Mai 2005
Messages: 1655
Localisation: Au sein de mon Empire

MessagePosté le: Lun 25 Avr 2011 07:51    Sujet du message: Répondre en citant

Gambia rejects Alassane Ouattara as president of Ivory Coast

The Gambia said on Saturday that it does not recognize Alassane Ouattara as president of Cote d'Ivoire after the arrest of his predecessor, Laurent Gbagbo, with the help of the UN and French forces.

"The Gambian government will not recognize any president, President Ouattara included, nor African government that has been imposed by forces outside the African continent, no matter the reason," says the statement.

The Gambian government said that "according to the Ivorian constitution, Laurent Gbagbo is the legitimate president of Cote d'Ivoire."

"He cannot be trialed while Alassane Ouattara, the Ivorian President chosen by the international community, is still unpunished after massacring thousands of civilians, only to be president," the government said.

According to the statement, "the only solution to avoid a protracted civil war in Cote d'Ivoire... is to reorganize an election as soon as possible."

“It's very clear today to all Africans that the conspiracy to re-colonize Africa is real and that we must oppose it" it added.

Read the full statement below

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=QFmAaBGhUbU



Gambia Government's position on the tradegy in Ivory Coast

The events in Ivory Coast have vindicated us on our earlier assertion that Western neo-colonialist sponsored agents in Africa that owe allegiance only to themselves and their Western masters are ready to walk on thousands of dead bodies to the Presidency. This is what is happening in Ivory Coast.

Africans should not only wake up, but should stand up to the new attempts to re-colonise Africa through so called elections that are organized just to fool the people, since the true verdict of the people would not be respected if it does not go in favour of the Western backed candidates, as has happened in Cote D'Ivoire and elsewhere in Africa.

What is really sinister and dangerous about the neo-colonialist threat is that they are ready to use brute force, or carry out outrageous massacres to neutralize any form of resistance to the Western selected President as has happened in Cote D'Ivoire

In Ivory Coast, we know the role played by the former colonial power who, outside of the UN mandate, first bombarded the presidential palace for days, and eventually stormed it through a tunnel that links the presidential palace to one of the residences of their diplomatic representative.

The reasons for the bombardment of the presidential palace prior to the raid was, according to them, to prevent Gbagbo using heavy weapons against civilians! But both the UN and France were aware of the outrageous massacres of civilians. Entire villages that supported President Laurent Gbagbo were wiped out by the so called republican forces fighting for Ouattara. Were Gbagbo supporters not supposed to be protected by both the UN and French forces against massacres?

These so called republican forces that were supposed to be fighting for democracy, ended up killing thousands with impunity and are now engaged in massive looting!

Our position is very clear. The case of Laurent Gbagbo is a replica of the case of Patrice Lumumba who, as a freedom Fighter for the dignity and independence of not only Congolese people but the entire black race, was overthrown by Western powers including the UN, and handed over to his sworn enemies to be murdered.

History is repeating itself as the same neocolonial forces that overthrew Patrice Lumumba, captured him and handed him over to his enemies almost fifty years ago, are the same forces involved in the Ivory Coast with the only difference being that it is now a different former colonial power.

If justice is to be done, there should be an impartial and comprehensive investigation into all the atrocities carried out in Ivory Coast by a team of honest and decent Allah fearing people. Alassane Ouattara and his forces cannot go scot free and blame everything on President Laurent Gbagbo who according to the Ivorian Constitution is the legitimate President of Ivory Coast. This team should be selected by the Non Align Movement.

One is tempted to ask this question:
How is it possible that the verdict of the constitutional council that decided on who won the elections in some Francophone African countries recently, were accepted - that is after the election in Ivory Coast - but that of the Ivorian constitutional council was rejected by both the Western powers and the UN?

As far as we are concerned, the only solution to avert a long drawn-out civil war with all its attendant consequences in Ivory Coast is to reorganize Presidential elections in the shortest possible time. In the meantime, an interim government of national unity should be formed without Alassane Ouattara, as he also has a lot to answer for as well.

One thing is very clear to all Africans today – the plot to recolonise Africa is very real and we must stand up to it.

It is shameful that the most evil, dictatorial and repressive powers on earth today are calling African leaders dictators. It is also very shocking and interesting as well that the same powers are not saying anything about the popular uprising that has been raging on Burkina Faso for the past three weeks, resulting in the storming of the presidential palace in Ouagadougou, last night, with the whereabouts of Blaise Compaore unknown. This uprising has been going on for more than three weeks now, and not a single international news media is reporting on it. Is it possible in today's world that such an uprising can take place in a country like Burkina Faso, so close to the Ivory Coast, a dusk to dawn curfew imposed for two weeks, without the Western media including those of the former colonial master knowing about it?

We the new generation of Africans cannot and will not be fooled. We know what Blaise Compaore stands for in Africa with regards to the West.

Captain Thomas Sankara was murdered for standing up to imperialism and neocolonialism in Burkina Faso in particular and Francophone Africa in general. He was killed for the same reasons that Patrice Lumumba and other African freedom fighters died for, their killers eventually becoming presidents in those African countries and working exclusively for Western interests in Africa.

Blaise Compaore, is one of them. He has a lot to answer for the civil wars that ravaged Liberia, Sierra Leone and Ivory Coast then, and now.

That there is such a media blackout of the uprising in Burkina Faso, but an up-to-the-minute reporting of events in Yemen, Syria, Ivory Coast etc. shows that the so called international news media are the mouth pieces of certain satanic powers with a sinister mission for the rest of the world outside the West.

Why can't the West respect Africa's independence and dignity?

In conclusion, we call on the UN to ensure the safety, protection, and well being of President Laurent Gbagbo, the constitutionally legal President of Ivory Coast, and set him free. He cannot be tried whilst Alassane Ouattara, the internationally selected President goes scot free after massacring thousands of civilians just to be President!

The Gambia government would not recognize any president or government in Africa that has been imposed by forces outside of the African continent for whatever reason. We know what those governments and presidents stand for in Africa. They loot African resources on behalf of the powers that brought them to power.

May the Almighty Allah guide, guard and protect Africans by giving us the courage to stand up in defence of African independence, dignity and the protection of our natural resources from those hungry locusts on the rampage in Africa. The road to total liberation may be tough, but we shall prevail very soon, Insha Allah.

Banjul, le 16 avril 2011

Source : Modern Ghana


Htp, Sunjata
_________________
La vérité rougit l'oeil, mais ne saurait le transpercer


Pour la Renaissance du Gondwana
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lolo01
Bon posteur


Inscrit le: 02 Oct 2005
Messages: 565

MessagePosté le: Lun 25 Avr 2011 08:34    Sujet du message: Répondre en citant

A tous ceux qui ont pondu des analyses insultantes pour l'intelligence africaine, retenez ceci :


Quand une affaire que l'on croit avoir résolu par la force revient à son point de départ, c'est qu'il y a eu tentative d'escroquerie. On ne fouille qu'une seule fois le sac de l'idiot du village. En Kongo, cela s'appelle faire la danse du chien, quand le chien est content il tourne autour de lui sans jamais avancer. MATINOU MA MBWA

Merci à tous les ivoiriens pro Gbagbo
_________________
Le vrai ennemi de l'homme noir est l'homme noir lui même.

Découvrir ce blog :
http://identitenegre.blogspot.com
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nkossi
Bon posteur


Inscrit le: 31 Mar 2005
Messages: 722

MessagePosté le: Lun 25 Avr 2011 09:10    Sujet du message: Répondre en citant

Arrivée de LKG à Korhogo










_________________
La véritable désaliénation du Noir implique une prise de conscience abrupte des réalités économiques et sociales. F. Fanon
L'ignorance est un danger que tout homme doit éviter. S. NKOUA

Visitez le blog de Théo http://kouamouo.ivoire-blog.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Soundjata Kéita
Super Posteur


Inscrit le: 06 Mai 2005
Messages: 1655
Localisation: Au sein de mon Empire

MessagePosté le: Lun 25 Avr 2011 11:29    Sujet du message: Répondre en citant

Soundjata Kéita a écrit:

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=QFmAaBGhUbU



Gambia Government's position on the tradegy in Ivory Coast

The events in Ivory Coast have vindicated us on our earlier assertion that Western neo-colonialist sponsored agents in Africa that owe allegiance only to themselves and their Western masters are ready to walk on thousands of dead bodies to the Presidency. This is what is happening in Ivory Coast.

Africans should not only wake up, but should stand up to the new attempts to re-colonise Africa through so called elections that are organized just to fool the people, since the true verdict of the people would not be respected if it does not go in favour of the Western backed candidates, as has happened in Cote D'Ivoire and elsewhere in Africa.

What is really sinister and dangerous about the neo-colonialist threat is that they are ready to use brute force, or carry out outrageous massacres to neutralize any form of resistance to the Western selected President as has happened in Cote D'Ivoire

In Ivory Coast, we know the role played by the former colonial power who, outside of the UN mandate, first bombarded the presidential palace for days, and eventually stormed it through a tunnel that links the presidential palace to one of the residences of their diplomatic representative.

The reasons for the bombardment of the presidential palace prior to the raid was, according to them, to prevent Gbagbo using heavy weapons against civilians! But both the UN and France were aware of the outrageous massacres of civilians. Entire villages that supported President Laurent Gbagbo were wiped out by the so called republican forces fighting for Ouattara. Were Gbagbo supporters not supposed to be protected by both the UN and French forces against massacres?

These so called republican forces that were supposed to be fighting for democracy, ended up killing thousands with impunity and are now engaged in massive looting!

Our position is very clear. The case of Laurent Gbagbo is a replica of the case of Patrice Lumumba who, as a freedom Fighter for the dignity and independence of not only Congolese people but the entire black race, was overthrown by Western powers including the UN, and handed over to his sworn enemies to be murdered.

History is repeating itself as the same neocolonial forces that overthrew Patrice Lumumba, captured him and handed him over to his enemies almost fifty years ago, are the same forces involved in the Ivory Coast with the only difference being that it is now a different former colonial power.

If justice is to be done, there should be an impartial and comprehensive investigation into all the atrocities carried out in Ivory Coast by a team of honest and decent Allah fearing people. Alassane Ouattara and his forces cannot go scot free and blame everything on President Laurent Gbagbo who according to the Ivorian Constitution is the legitimate President of Ivory Coast. This team should be selected by the Non Align Movement.

One is tempted to ask this question:
How is it possible that the verdict of the constitutional council that decided on who won the elections in some Francophone African countries recently, were accepted - that is after the election in Ivory Coast - but that of the Ivorian constitutional council was rejected by both the Western powers and the UN?

As far as we are concerned, the only solution to avert a long drawn-out civil war with all its attendant consequences in Ivory Coast is to reorganize Presidential elections in the shortest possible time. In the meantime, an interim government of national unity should be formed without Alassane Ouattara, as he also has a lot to answer for as well.

One thing is very clear to all Africans today – the plot to recolonise Africa is very real and we must stand up to it.

It is shameful that the most evil, dictatorial and repressive powers on earth today are calling African leaders dictators. It is also very shocking and interesting as well that the same powers are not saying anything about the popular uprising that has been raging on Burkina Faso for the past three weeks, resulting in the storming of the presidential palace in Ouagadougou, last night, with the whereabouts of Blaise Compaore unknown. This uprising has been going on for more than three weeks now, and not a single international news media is reporting on it. Is it possible in today's world that such an uprising can take place in a country like Burkina Faso, so close to the Ivory Coast, a dusk to dawn curfew imposed for two weeks, without the Western media including those of the former colonial master knowing about it?

We the new generation of Africans cannot and will not be fooled. We know what Blaise Compaore stands for in Africa with regards to the West.

Captain Thomas Sankara was murdered for standing up to imperialism and neocolonialism in Burkina Faso in particular and Francophone Africa in general. He was killed for the same reasons that Patrice Lumumba and other African freedom fighters died for, their killers eventually becoming presidents in those African countries and working exclusively for Western interests in Africa.

Blaise Compaore, is one of them. He has a lot to answer for the civil wars that ravaged Liberia, Sierra Leone and Ivory Coast then, and now.

That there is such a media blackout of the uprising in Burkina Faso, but an up-to-the-minute reporting of events in Yemen, Syria, Ivory Coast etc. shows that the so called international news media are the mouth pieces of certain satanic powers with a sinister mission for the rest of the world outside the West.

Why can't the West respect Africa's independence and dignity?

In conclusion, we call on the UN to ensure the safety, protection, and well being of President Laurent Gbagbo, the constitutionally legal President of Ivory Coast, and set him free. He cannot be tried whilst Alassane Ouattara, the internationally selected President goes scot free after massacring thousands of civilians just to be President!

The Gambia government would not recognize any president or government in Africa that has been imposed by forces outside of the African continent for whatever reason. We know what those governments and presidents stand for in Africa. They loot African resources on behalf of the powers that brought them to power.

May the Almighty Allah guide, guard and protect Africans by giving us the courage to stand up in defence of African independence, dignity and the protection of our natural resources from those hungry locusts on the rampage in Africa. The road to total liberation may be tough, but we shall prevail very soon, Insha Allah.

Banjul, le 16 avril 2011

Source : Modern Ghana


Htp, Sunjata


Voici la traduction en français faite par mes soins de la déclaration histoirique du gouvernement gambien :

La position du Gouvernement de la Gambie sur la Tragédie en Côte d'Ivoire

Les événements en Côte d'Ivoire nous ont renforcés dans notre précédente affirmation comme quoi les agents soutenus par le Néo-colonialisme occidentale en Afrique et qui ne doivent allégeance qu'à eux seuls et à leurs maîtres occidentaux, sont prêts à marcher sur des milliers de cadavres pour la Présidence. C'est ce qui se produit en Côte d'Ivoire.

Les Africains devront se réveiller, mais ils devront tenir tête aux nouvelles tentatives de recolonisation de l’Afrique à travers de soi-disant élections qui ne sont organisées que pour duper le peuple, puisque le véritable verdict du peuple ne sera pas respecter s’il ne vas pas en faveur des candidats soutenus par l’Occident, exactement comme cela s’est produit en Côte d’Ivoire et ailleurs en Afrique.

Ce qu’il y a de véritablement cynique et dangereux à propos de la menace néo-coloniale, c’est qu’elle est prête à employer la force brute, ou d’effectuer d’odieux massacres pour neutraliser toute forme de résistance au Président choisi par l’Occident comme cela se passe en Côte d’Ivoire.

En Côte d’Ivoire nous savons le rôle joué par l’ancienne puissance coloniale qui, en dehors du mandat de l’ONU, a d’abords bombardé le palais présidentiel pendant des jours, puis donner l’assaut via le tunnel qui lie le palais présidentiel à l’une des résidences de sa représentation diplomatique.

Les raisons du bombardement du palais présidentiel avant le raid final était, selon eux, d’empêcher Gbagbo de recourir aux armes lourdes contre les civiles ! Mais l’ONU et la France étaient conscientes des odieux massacres de civils. Des villages entiers ayant soutenus le Président Laurent Gbagbo furent éliminés par les soi-disant forces républicaines combattant pour Ouattara. Est-ce que les supporteurs de Gbagbo n’étaient pas censés être protégés à la fois par l’ONU et les Forces françaises contre ces massacres ?

Ces soi-disant forces républicaines qui étaient supposées lutter pour la démocratie, ont achevé de tuer des milliers de personnes en toute impunité et sont maintenant engagé dans un pillage massif !

Notre position est très claire. Le cas de Laurent Gbagbo est une réplique du cas de Patrice Lumumba qui, en tant que Combattant de la Liberté pour la dignité et l’indépendance non seulement du peuple congolais mais de toute la race noire, a été renversé par les pouvoirs occidentaux y compris l’ONU, et fut remis à ses ennemis jurés pour être assassiné.

L’Histoire se répète car les mêmes forces néocoloniales qui ont renversés Patrice Lumumba, l’on capturées et l’ont remises à ses ennemis il y a presque cinquante ans, sont les mêmes forces impliquées en Côte d’Ivoire à la seule différence qu’il s’agit maintenant d’une autre ancienne puissance coloniale.

Si la justice doit être faite, elle devrait être une enquête impartiale et exhaustive sur toutes les atrocités commises en Côte d’Ivoire, [menée] par une équipe d’honnêtes et humbles serviteurs d’Allah. Alassane Ouattara et ses forces ne peuvent s’en laver les mains et reprocher quoi que ce soit au Président Laurent Gbagbo qui, selon la Constitution Ivoirienne, est le Président légitime de la Côte d’Ivoire. Cette équipe devra être choisie par le Mouvement des non-alignés.

Nous sommes tentés de poser cette question :
Comment est-il possible que le verdict des Conseils Constitutionnels qui ont dernièrement décidés qui a remporté les élections dans la plupart des pays d’Afrique Francophone, furent acceptés – soit après les élections ivoiriennes – mais que celui du Conseil Constitutionnel ivoirien fut rejeté à la fois par les Puissances occidentales et l’ONU ?

En ce qui nous concerne, la seule solution pour prévenir une longue et interminable guerre civile avec toutes ses conséquences attendues en Côte d’ Ivoire est de réorganiser des élections présidentielles le plus rapidement possible. En attendant, un gouvernement provisoire d’unité nationale devra être formé sans Alassane Ouattara, tant il aura également beaucoup de comptes à rendre lui aussi.

Une chose est très clair aujourd’hui pour tous les africains : le complot pour recoloniser l’Afrique est bien réel et nous devons y tenir tête.

Il est honteux que la plupart des puissances démoniaques, dictatoriales et répressives sur terre aujourd’hui qualifient les Dirigeants africains de dictateurs. IL est aussi vraiment choquant et instructif que les mêmes puissances ne disent rient à propos du soulèvement populaire qui fait rage au Burkina Faso depuis trois semaines, résultant de la prise du palais présidentiel à Ouagadougou, la nuit dernière, et sans qu’on sache où se trouve Blaise Compaore. Ce soulèvement dure maintenant depuis plus de trois semaines, et pas un seul media international n’en rend compte. Est-il possible dans le monde d’aujourd’hui, qu’un tel soulèvement puisse avoir lieu dans un pays comme le Burkina Faso, si proche de la Côte d’Ivoire, avec un couvre-feu nocturne imposé depuis deux semaines, sans que les media occidentaux y compris ceux de l’ancienne puissance coloniale n’en sachent rien ?

Nous, la nouvelle génération d’Africains ne pouvons pas et nous ne seront pas dupés. Nous savons ce que Blaise Compaore représente en Afrique pour l’Occident.

Le Capitaine Thomas Sankara fut assassiné pour avoir tenu tête à l’impérialisme et au néocolonialisme au Burkina Faso en particulier et en Afrique Francophone en général. Il fut tué pour les mêmes raisons que Patrice Lumumba et les autres combattants de la liberté africains sont morts, leurs assassins devenant ensuite les présidents de ces pays d’Afriques et travaillants exclusivement pour les intérêts occidents en Afrique.

Blaise Compaore est l’un d’entre eux. Il a beaucoup de comptes à rendre concernant les guerres civiles qui ont ravagées le Libéria, la Sierra Leone et la Côte d’Ivoire d’ici là.

Qu’il soi fait un tel silence médiatique autour du soulèvement au Burkina Faso, mais une couverture minute-par-minute des événements au Yémen, en Syrie, en Côte d’Ivoire, etc., montre que les soi-disant média internationaux sont les porte-voix de certaines puissances sataniques nourrissant de funestes missions pour le reste du monde hors de l’Occident.

Pourquoi l’Occident ne peut-il pas respecter la souveraineté et la dignité de l’Afrique ?

En conclusion, nous faisons appel à l’ONU pour assurer la sécurité, la protection, et le bien être du Président Laurent Gbagbo, le Président légitime constitutionnellement de Côte d’Ivoire, et le remettre en liberté. Il ne peut être jugé tandis qu’Alassane Ouattara, le Président choisi internationalement s’en tire à bon compte après avoir massacré des milliers de civiles juste pour être Président !

Le Gouvernement de la Gambie ne reconnaîtra aucun président ou gouvernement en Afrique qui auront été imposés par des forces étrangères au continent africain quelles qu’en soit la raison. Nous savons ce que ces gouvernements et présidents représentent pour l’Afrique. Ils pillent les ressources africaines pour le compte des puissances qui les auront portées au pouvoir.

Puisse Allah Tout-Puissant guider, garder et protéger les Africains en leur donnant le courage de tenir bon dans la défense de la Souveraineté africaine, de la dignité et de la protection de nos ressources naturelles de ces sauterelles affamées dans le saccage l’Afrique. La route pour la libération totale peut être rude, mais nous triompherons très bientôt, Insha Allah.

Banjul, le 16 avril 2011

Source : Modern Ghana

Traduit de l’anglais par Soundjata Kéita, lundi 25 avril 2011, 12h29, à Paris.


Htp, Sunjata
_________________
La vérité rougit l'oeil, mais ne saurait le transpercer


Pour la Renaissance du Gondwana
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer 27 Avr 2011 09:49    Sujet du message: Répondre en citant

http://www.slateafrique.com/1641/election-laurent-gbagbo-perdu-contact-avec-realite

«Après l’élection, Gbagbo a perdu contact avec la réalité»

Pour SlateAfrique, Choi Young-jin, l'envoyé spécial de l'ONU en Côte d'Ivoire, revient sur la présidentielle et l'arrestation de Laurent Gbagbo.



Choi Young-jin, 63 ans, envoyé spécial en Côte d’Ivoire du secrétaire général des Nations unies depuis 2007, restera dans les annales comme l’homme qui a fait respecter le verdict des urnes en Afrique. Cet ancien ministre de la Corée du Sud, diplomate chevronné, ami de son compatriote Ban Ki-moon et ancien sous-secrétaire général des opérations de maintien de la paix à l’ONU (1998-99), s’est forgé une réputation de «samouraï» à Abidjan. Il fallait un caractère d’acier trempé et une détermination à toute épreuve pour faire face à l’une des plus graves crises politiques survenues en Afrique, avec le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite électorale après la présidentielle du 28 novembre 2010. Fort de son mandat de protection des civils, chef de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) et de 10.500 Casques bleus, appuyé par la force française Licorne, Choi Young-jin est allé jusqu’au bout de sa mission: la certification, une première en Afrique, d’une élection présidentielle reportée pendant cinq ans, à très hauts risques politiques. Interview.

...

SlateAfrique - Avant la fin du processus électoral, aviez-vous sérieusement considéré que Laurent Gbagbo pouvait s’accrocher au pouvoir comme il l’a fait?

Y.-J. Choi - J’avais de bons rapports de travail avec M. Gbagbo. Je pouvais le contacter chaque fois que j’en avais besoin, pendant trois ans et demi. Après les élections, je savais qu’il savait qu’il avait perdu. Les problèmes ont alors commencé. Trois jours après le second tour, le 1er décembre, il a pratiquement dit qu’il allait utiliser le Conseil constitutionnel pour proclamer le vainqueur, malgré sa défaite. J’ai su alors qu’il avait déjà pris une décision. Quelques jours avant les élections, le camp Gbagbo sentait le danger venir. Des experts du Conseil constitutionnel étaient venus nous voir pour savoir s’ils pouvaient annuler les élections dans quelques départements. Nous avons répondu: non, on peut annuler partiellement ou globalement, comme c’est prévu dans le code électoral. Le jour des élections, une dépêche du ministère de l’Intérieur a demandé aux représentants de La majorité présidentielle (LMP) de ne pas aller dans certains bureaux de vote pour signer les procès-verbaux (PV). Ils avaient tout préparé. Quand j’ai vu Paul Yaoundré, le président du Conseil constitutionnel, il m’a dit ne pas avoir beaucoup d’options. Je lui a demandé de vérifier les 20.000 PV. Il m’a promis de tout faire, mais qu’il y avait des pressions et qu’il n’était pas sûr… Ils avaient déjà tout préparé.

SlateAfrique - Des partisans de Laurent Gbagbo disent que, dans le Nord, il y a eu 100% des voix pour Ouattara dans certains bureaux de vote, un signe de fraudes massives…

Y.-J. Choi - On a voté à 100% pour Ouattara dans 300 bureaux de votes dans le Nord. La même chose s’est produite dans l’Ouest, avec 300 bureaux de vote où l’on a voté à 100% pour Laurent Gbagbo. C’est un argument qui ne tient pas, il y a équilibre. Et nous avons certifié qu’il n’y avait pratiquement pas de fraude.

...

SlateAfrique - Fallait-il un caractère spécial pour imposer le respect du verdict?

Y.-J. Choi - Nous avons préparé trois méthodes nous-mêmes, indépendantes du Conseil constitutionnel et de la CEI. Un malentendu courant est fait, selon lequel nous aurions soutenu les résultats proclamés par la CEI. C’est absolument faux! Nous avons notre propre résultat. Nous avons trouvé la vérité sur la volonté du peuple exprimée le 28 novembre par trois méthodes. Le fait que notre résultat soit identique à celui qui est proclamé par la CEI, c’est une coïncidence. Nous n’avons soutenu ni la CEI ni le Conseil consitutionnel, mais nous avons eu notre propre processus de certification, qui nous a donné les résultats. Nous avons mesuré les tendances sur 731 bureaux de vote représentatifs, et nous avons eu les résultats dans 19 régions. Nous avons vérifié, analysé, examiné tous les PV pendant trois jours et trois nuits avec 120 experts entraînés bien à l’avance. Personne d’autre ne l’a fait, seulement l’Onuci.

...

SlateAfrique - Après les élections, vous avez été soumis à beaucoup de pressions pour vous faire céder?

Y.-J. Choi - Quatre pressions au moins. M. Bakayoko voulait absolument venir à l’Onuci pendant toute la journée pour proclamer les résultats. J’ai expliqué et tenu ma position. Vers 16 heures, ils ont dit: «Choi est trop dur, il faut aller à l’hôtel du Golf.» Ensuite, beaucoup d’ambassadeurs d’Afrique de l’Ouest sont venus me dire de faire la certification des résultats tout de suite après l’annonce des résultats de la CEI. J’ai dit non: si je le fais, je tombe dans le piège. J’ai attendu la proclamation des résultats définitifs par le Conseil constitutionnel. Troisième pression, en faveur d’un compromis. J’ai dit non, je ne soutiens ni l’un ni l’autre, je suis objectif. M. Gbagbo n’était pas à l’aise avec ma certification, il ne s’attendait pas à ce que soit si clair et si solide. Au moins sept émissaires sont venus de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de l’Union africaine (UA). A chaque fois, ils venaient d’abord me voir et je leur ai fait un briefing qui les a convaincu que M. Gbagbo avait perdu. Ensuite ils sont allés voir M. Gbagbo qui est un orateur très efficace sur le colonialisme et les forces étrangères, mais ils ont dit: «Nous avons rencontré le certificateur, nous sommes convaincus que tu as perdu.» A chaque fois cela lui a été répété. Il était tellement mal à l’aise… Vous savez, il ne dort pas pendant la nuit. Il a fait une réunion au petit matin, début janvier, pour savoir ce qu’on pouvait faire contre Choi, le certificateur qui nous gêne trop…

...

SlateAfrique - Malgré les massacres dans l’Ouest?

Y.-J. Choi - C’est une autre chose, surtout Duékoué. Quand nous avons senti que quelque chose s’est passé là-bas, nous avons envoyé tout de suite mon chef de cabinet, qui a vu des centaines de morts. Nous avons lancé le premier signal au monde, et le président Ouattara n’était pas content, il pensait que l’Onuci était son ami. Mais nous disons la vérité: notre examen provisoire donne que des centaines de morts ont été causées par les deux camps, mais beaucoup plus par le camp de M. Ouattara.

SlateAfrique - Le premier communiqué n’a-t-il pas été donné par le Comité international de la Croix Rouge (CICR)?

Y.-J. Choi - Non, notre division des droits de l’Homme a fait un communiqué qui n’a pas attiré beaucoup l’attention. Ensuite le CICR a dit 800 morts… Nous avons dit une centaine de morts par les forces pro-Gbagbo, et 230 par les pro-Ouattara.

SlateAfrique - Pourquoi les chiffres sont-ils si différents?

Y.-J. Choi - C’est toujours comme ça. Il faut vérifier avec beaucoup d’attention et d’expertise. Ce sont des examens provisoires. Par exemple, nous n’avons trouvé aucun charnier, mais il y avait beaucoup de rumeurs et d’informations sur des charniers à Abobo, Daloa et deux autres lieux. Rien n’a été confirmé.

SlateAfrique - N’y a-t-il pas un risque de nettoyage ethnique contre les partisans réels ou supposés de Laurent Gbagbo aujourd’hui?

Y.-J. Choi - C’est vrai et c’est inacceptable. Il faut cependant mettre les choses en perspective: l’irruption massive du nettoyage ethnique, heureusement, a été évitée. On parle de 2.000 morts pendant la crise et 2.000 morts l’année précédente. On parle à peu près de 4.000 morts en tout. C’est inacceptable, mais il faut mettre ce chiffre en perspective. Au Liberia, un petit pays par rapport à la Côte d’Ivoire, on parle de 200.000 morts. En Sierra Leone, 60.000 morts. En République démocratique du Congo (RDC), 4 ou 5 millions de morts, en raison de violences ethniques et religieuses, qui ont été heureusement évitées en Côte d’Ivoire, grâce à une culture politique raffinée et au brassage ethnique, les mariages mixtes entre différentes ethnies et religions.

...

SlateAfrique - Alassane Ouattara contrôle-t-il ses troupes? Qui a le pouvoir d’arrêter les massacres?

Y.-J. Choi - Le rétablissement de l’ordre est le défi le plus important pour l’administration Ouattara. Ses forces de sécurité ne sont pas homogènes. C’est une responsabilité difficile pour lui d’établir un contrôle de la chaîne de commandement entre ses forces. Il faut cependant bien mettre les tueries en perspective, qui sont en majorité commises par les forces de M. Gbagbo et pas par celles de M. Ouattara.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tehuti
Grioonaute


Inscrit le: 13 Fév 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Mer 27 Avr 2011 11:30    Sujet du message: Répondre en citant

[cote d'ivoire] Il est encore temps de se réveiller nous les Africains
Video http://www.youtube.com/watch?v=NP8aO5scitM
_________________
http://liberezlaurentgbagbo.blogspot.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Mer 27 Avr 2011 23:26    Sujet du message: Répondre en citant

lolo01 a écrit:
A tous ceux qui ont pondu des analyses insultantes pour l'intelligence africaine, retenez ceci :


SIC ! Laughing Laughing
Après avoir lamentablement perdu tous leurs paris dans des analyses à deux balles qui se sont montrées toutes aussi fausses que stupides, ils n'ont même pas l'honnêteté de se remettre en cause. Non, les perdant ont des leçons à donner.

Citation:
Quand une affaire que l'on croit avoir résolu par la force revient à son point de départ, c'est qu'il y a eu tentative d'escroquerie. On ne fouille qu'une seule fois le sac de l'idiot du village. En Kongo, cela s'appelle faire la danse du chien, quand le chien est content il tourne autour de lui sans jamais avancer. MATINOU MA MBWA

Merci à tous les ivoiriens pro Gbagbo

Ah ça, c'est de la si haute philosophie que seul un gbagboïste peut comprendre effectivement.
En tout cas j'ai passé toute cette crise sur le continent. J'ai visité deux pays en dehors du mien entre le 4 décembre et le 30 avril, et je suis ravi de constater que 90% des vrais africains ont soutenu Alassane Dramane Ouattara. plsu de 90%. Mêmes ceux qui disait avant l'élection que "c'est leur gars" (sous entendu celui de la communauté internationale) on été dépité par le jusqu'auboutisme de Gbagbo à vouloir s'accrocher au prix de la fin même de son pays.
Un enseignant gabonais m'avait rappelé qu'en juin 40 les officiels français avaient préféré abandonner Paris aux allemands sans même la défendre pour ne pas risquer des vies inutiles alors que la défaite ne faisait aucun doute, ni risquer de détruire l'oeuvre d'art exceptionnelle qu'est cette ville. Effectivement quand on habite Lille, Strasbourg, Toulouse, New York ou Montréal et qu'on cette intelligence débordante, le passeport buana bien coincé dans la poche, on a que foutre de ces nègres qui crèvent. ce sont les idées qui doivent triompher même si celui à qui ont les fait porter ne les méritent pas...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Jeu 28 Avr 2011 00:01    Sujet du message: Répondre en citant

Soundjata Kéita a écrit:

Le Gouvernement de la Gambie ne reconnaîtra aucun président ou gouvernement en Afrique qui auront été imposés par des forces étrangères au continent africain quelles qu’en soit la raison. Nous savons ce que ces gouvernements et présidents représentent pour l’Afrique. Ils pillent les ressources africaines pour le compte des puissances qui les auront portées au pouvoir.

Puisse Allah Tout-Puissant guider, garder et protéger les Africains en leur donnant le courage de tenir bon dans la défense de la Souveraineté africaine, de la dignité et de la protection de nos ressources naturelles de ces sauterelles affamées dans le saccage l’Afrique. La route pour la libération totale peut être rude, mais nous triompherons très bientôt, Insha Allah.

Banjul, le 16 avril 2011

Source : Modern Ghana

Traduit de l’anglais par Soundjata Kéita, lundi 25 avril 2011, 12h29, à Paris.


Htp, Sunjata


Oh Yahya Abdulaziz Jammeh, quel illustre homme en qui nous devons tous désormais croire. Oui c'est un impératif panafricain, décrété comme tel. Il est soutenu par tout son peuple comme un seul homme. Voilà l'étoile, notre référence, notre voie, notre soutien. On lui fera son histoire de décolonisateur véritable. Lui le courageux qui assassine sans pitié les journalistes, ces suppôts des blancs. Grand visionnaire, il a souligné que les défenseurs des droits de l'homme ne sont que des destabilisateur de pays. Il est donc à l'image du camarade Gbagbo. c'est lui la succession. C'est lui la santé du continent. D'ailleurs, n'a t-il pas inventé des traitements contre le SIDA, l'hypertension, le diabète, à base de plante 100% africaines? Mais ces toubabs haineux et jaloux ne peuvent que le détester à cause de toutes ces avancées dont il est capable pour le continent.
Cette fois-ci sa voix a parlé, on connait notre camp, notre chemin. Vive Yahya Jammeh, le conducator de la jeunesse africaine!

MAIS COMBIEN ETES VOUS A ETRE PRETS A ALLER VIVRE CHEZ YAHYAA JAMMEH, A LIRE SES JOURNAUX ET A VOUS SOIGNEZ DE SES POTIONS BIENTOT OBLIGATOIRES DANS LES PHARMACIES LOCALES????

Quand serez vous des penseurs agissants, mangeant votre propre sauce au lieu de mentir les autres à longueur de journée, bien planqué ailleurs? Qui est allé à Abidjan pour aller soutenir ces fameux frères ivoiriens qui combattaient soit disant pour un tournant de notre histoire africaine commune? Il parait que vous êtes panafricain par ADN et convaincu de vos idées au péril de vos vies. Y'a t-il péril aux bords de la Seine? Citez fanon c'est bien, mais Fanon est allez prendre fait et cause pour les algériens, en habitant avec eux. Combien d'entre vous ont placé leur argent dans la banque de Gbagbo pour soutenir cette fameuse monnaie de résistance qui se fichait de l'ostracisme mondiale, sous prétexte que vous êtes de grands économistes mieux que Ouattara et que votre analyse donnait plein succès à cette initiative?

Votre leader, vous savez, celui qui trouve que l'union africaine va trop vite, Laurent le magnifique, a fini par demander la protection rapprochée des casques bleus. Jusque dans ses chiottes il veut d'un soldat onusien. Même pas une heure après qu'ils les ait accusé d'assassinat sur sa personne, de coup d'Etat, d'illégalité, qu'il les ait chassé de "son" pays, et toutes ces balivernes, prouvant qu'il n'y croyait pas lui même une seconde. Mais il a emporté le soutien d'une bande de branleurs à la recherche d'un combat virtuel, manipulables, qui même dans la déchéance de leur gourou qui a trahi ses discours 1000 fois par jour, veulent continuer à croire.

Gnata, vient nous faire un topo sur l'armement de Yahya Jammeh qui va libérer bientôt Laurent le héros des griffes de l'ONU et écrasera toute coalition qui se dressera sur son chemin. Et Lolo01 sentir son intelligence honorée.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Olmeque
Bon posteur


Inscrit le: 06 Fév 2005
Messages: 668

MessagePosté le: Jeu 28 Avr 2011 16:49    Sujet du message: Répondre en citant

- Venance Konan, un homme heureux! Enfin récompensé ou bien le gros du travail commence...

http://news.abidjan.net/h/397661.html



- Crise ivoirienne, prélude à une confrontation Occident-Chine?

http://kamitewoman.over-blog.com/article-la-crise-ivoirienne-ou-le-prelude-de-la-guerre-chine-occident-par-par-jean-paul-pougala-professeur-a-l-universite-de-la-diplomatie-de-geneve-en-suisse-64900514.html
_________________
images2.jpg


Dernière édition par Olmeque le Jeu 28 Avr 2011 16:51; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Alex
Grioonaute régulier


Inscrit le: 05 Aoû 2005
Messages: 466

MessagePosté le: Ven 29 Avr 2011 18:16    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai appris avec stupéfaction le décès tragique d'IB avant hier . La lutte pour le pouvoir est fratricide meme entre les cerbères du nord.


Citation:
L’un des proches de I.B. Explique les circonstances de la mort de celui-ci.

Deux jours après sa mort, Le colonel Bauer, L’un des proches de I.B. Explique les circonstances de la mort de celui-ci.

Où étiez-vous au moment où I.B. et son Q.G. ont été attaqués.

Quand cela a commencé, le colonel Yassi m’a appelé pour dire qu’ils étaient attaqués. J’étais en partance pour la ville de Yamoussoukro.

Vous étiez trop loin et vous n’avez pas pu aller à sa rencontre ?

Oui. Un moment j’ai tenté de l’appeler. Mais le téléphone ne passait pas.

Le téléphone était coupé alors ?

Oui le Téléphone était coupé. Jusqu’à présent je n’ai aucune information de ce qui s’est passé.

Ils avaient été attaqués avec quels types d’armes ?

Ils ont été attaqués à l’arme lourde. Des RPG7, des roquettes, des DCA. Avec ce matériel, ils ont pilonné la maison d’abord.

Est-ce qu’ils avaient décidé de se rendre ?

Quand ils ont été attaqués, le colonel yassi et ses hommes criaient : arrêtez de tirer. Arrêtez de tirer. Nous allons nous rendre.

C’est ce qu’ils disaient ?

Oui, c’est ce qu’ils disaient.

Propos recueillis sur RFI par Ibrahim Bakoulé

http://news.abidjan.net/h/397860.html


Voilà quelques autres articles tirés du meme site abidjan.net qui donne l'état de l'ambiance au sein des "troupes" pro-Ouattara.

Citation:
Ce qui a perdu IB




Le chef du commando invisible, l`ex- sergent-chef Ibrahim Coulibaly alias IB, a été tué dans la soirée du mercredi 27 avril 2011 lors d`un affrontement entre ses hommes et les Forces républicaines de Côte d`Ivoire (FRCI). C`est du moins la version des faits relatée par le porte-parole du ministre de la Défense, le capitaine Alla Kouakou Léon. Celui qui a marqué la vie socio-politique de la Côte d`Ivoire pour ses nombreuses tentatives de putsch a fini son parcours dans son QG d`Abobo PK 18. Une fin de parcours provoquée par la conjugaison de plusieurs facteurs aussi désagréables les uns que les autres. Le premier fait qui a joué contre IB est la déclaration de l`un de ses chefs d`unité, en l`occurrence « le colonel Bauer » qui s`affichait à la tête de commando invisible un mois après sa constitution. Celui-ci avait confié au journal français « Le figaro », le mardi 15 mars 2011, que le commando invisible combattait à Abobo pour prendre le pouvoir et organiser une transition à l`issue de laquelle Alassane Ouattara pourra se représenter. « Selon nous, le dernier scrutin a été entaché de trop d`incidents. Il sera donc indispensable de passer par une transition dirigée par le général Coulibaly. Ensuite, seulement, Alassane Ouattara pourra se présenter à de nouvelles élections », avait-il soutenu. Une déclaration qui a fait l`effet d`une douche froide aux militants d`Alassane Ouattara, qui croyaient que le commando invisible était venu réhabiliter leur mentor dont l`élection comme président de la République avait été contestée par le camp de l`ancien chef d`État, Laurent Gbagbo. Depuis lors, l`image d`IB s`est écornée dans l`esprit des pro-Ouattara qui ont commencé à se méfier de lui. Il se sursurre même dans le cercle restreint des FRCI que les hommes d`IB auraient bloqué l`entrée à Abidjan, du commandant de zone Morou Ouattara pendant plusieurs heures à Azaguié, une bourgade située non loin de la commune d`Anyama que le commando invisible contrôlait. La rumeur a circulé par ailleurs que les « petits d`IB » avaient attaqué la télévision nationale dans le but de faire proclamer leur chef président de la République. Une rumeur confortée par une autre qui laissait croire que ses éléments combattaient aux côtés des miliciens favorables à Laurent Gbagbo à Yopougon, contre les FRCI. Même si dans sa conférence de presse du mardi 19 avril 2011, Ibrahim Coulibaly a démenti toutes ces rumeurs, le mal était fait et le patron du commando invisible était désormais perçu par les partisans de Ouattara comme un élément dangereux pour le nouveau régime. Qui plus est, ces militants comprenaient difficilement son refus de déposer systématiquement les armes après la chute de Laurent Gbagbo. La plupart de ses soldats, qui disaient avoir pris les armes pour combattre le régime précédent, ont préféré le quitter pour regagner, pour certains les FRCI et pour d`autres, la vie civile. Un autre fait et non des moindres qui a joué contre IB, c`est l`incohérence des déclarations qui fusaient de son staff et sa mauvaise analyse du terrain. IB n`a pas compris, ou peut-être a compris tardivement, que les soldats qui ont combattu à ses côtés l`ont tous fait pour Ouattara qu`ils disent être abusivement écarté du pouvoir. Ce qui explique la défection de plusieurs d`entre eux une fois Laurent Gbagbo arrêté. Ceux qui étaient encore à ses côtés espéraient intégrer l`armée ou bénéficier d`un programme de réinsertion, sans plus. Ceux-là ont encore rendu les armes aux FRCI quand elles ont attaqué le fief d`IB. Quant à ses déclarations, elles donnaient l`impression aux pro-Ouattara d`être un chantage, dans la mesure où elles subordonnaient le dépôt des armes à l`obtention d`une audience. Même pendant l`attaque de son QG, il n`a pas abdiqué depuis sa cachette, confiant à l`AFP que ses positions étaient attaquées de toutes parts, que ses éléments résistent et qu`ils lanceront une contre-offensive. Une déclaration qui tranchait avec celle de son porte-parole qui affirmait qu`IB avait ordonné à ses éléments de déposer les armes suite à l`injonction du président de la République. Autant d`incohérences qui irritaient plus d`un dans l`entourage de Ouattara pour qui la personnalité d`IB, tout comme son attitude, était difficile à cerner. La médiation engagée par l`ONUCI pour trouver un terrain d`entente entre le commando invisible et les FRCI a échoué du fait de l`absence d`IB, qui a préféré se faire représenter. Ce fut, sans doute, le dernier clou enfoncé dans son cercueil. Dès lors, celui qui s`est attribué le grade de Général de division légitimait, par sa posture, une offensive contre son QG. Ce qui fut fait et les populations d`Anyama et de PK 18 ont perçu l`arrivée des FRCI dans leurs communes comme une libération. Tous ces facteurs, ajouté à l`inimitié farouche entre lui et le Premier ministre Guillaume Soro, ont finalement eu raison de celui qui appelait affectueusement Alassane Ouattara « mon père ».

Y.DOUMBIA

http://news.abidjan.net/h/397802.html


Mieux sur le meme site des revelations à la renverse d'un autre ex-sergent aujourd'hui je ne sais quel officier superieur Wattao:

Citation:
Mort d’I.B. / Wattao fait des révélations



Le sergent-chef Ibrahim Coulibaly, dit IB, qui s’est « bombardé » général de division ( trois étoiles ) et qui revendiquait une autorité sur le groupe armé baptisé « commando invisible », a été tué le mercredi 27 avril 2011, vers 20 h, au PK 18, route d’Anyama, par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). La mort d’Ibrahim Coulibaly est intervenue à la suite d’une gigantesque offensive lancée par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), notamment, dans les communes d’Abobo et d’Anyama, camps retranchés de l’ex-tombeur du président Henri Konan Bédié en décembre 1999. Selon le commandant Issiaka Ouattara dit Wattao, le refus d’Ibrahim Coulibaly de déposer les armes, en dépit de l’appel du président Alassane Ouattara, est mu par une volonté de renverser le nouveau régime, en liaison avec certains officiers supérieurs des Fds restés fidèles au président déchu, Laurent Gbagbo.
« I.B voulait faire un coup d’Etat pour renverser le président élu Alassane Ouattara », a expliqué Wattao, sur les antennes d’une radio internationale, sans apporter plus de précisions. Sur les circonstances de sa mort, le commandant soutient que « quand nous sommes arrivés, il ( IB) ne voulait pas se rendre et il avait pris une famille en otage derrière l’usine Unicafé ». Mais trois versions, apparemment contradictoires, font état de ce que IB et ses hommes, face au déluge de feu des Frci, étaient sortis de leur cachette, avec à la main, un drapeau blanc, signe de reddition. Mais les éléments de Chérif Ousmane, qui conduisait les opérations, certainement oublieux de la convention de Genève de 1929 relative au traitement des « prisonniers de guerre », les ont immédiatement canardés, tuant 7 personnes, y compris IB lui-même. Une autre source soutient que IB, qui a pris « en otage une famille derrière l’usine
Unicafé, a automatiquement ouvert le feu sur les Frci, dont la riposte lui a été fatale ». Pour sa part, le capitaine Léon Alla Kouakou, porte-parole du ministre de la Défense, Guillaume Soro, affirme qu’après « l’opération de sécurisation et de pacification lancée mercredi matin par les Forces républicaines (Frci) dans les quartiers d’Abobo et d’Anyama, IB est allé se réfugier dans une cour non loin d`une usine à PK-18. Dans cette cour, Ibrahim Coulibaly a pris en otage toute une famille.

Règlement de compte ?
Les Frci ont effectué des tirs de sommation à deux reprises et il a réagi avec des tirs nourris. Les Frci n’ont eu d’autre choix que de riposter, et la riposte lui a été fatale », a-t-il indiqué. Les Frci ont-ils donné délibérément la mort à IB pour ne pas faire un prisonnier encombrant ou alors ont-ils agi en légitime défense ? Quoi qu’il en soit, IB est mort, les armes à la main…Dans le camp des Frci, deux soldats ont été tués, avec à la clé, plusieurs blessés. Le président Alassane Ouattara avait appelé vendredi dernier l’ex-putschiste de 1999 à désarmer ses hommes, sous peine d’y être contraint par la force. IB avait accédé à cette requête présidentielle, mais s’est refusé à traduire dans les faits sa décision, conditionnant la mise en œuvre à une rencontre préalable avec le chef de l’Etat Alassane Ouattara. Soro Guillaume et l’aile militaire des Frci conduite par le général Michel Gueu y
ont vu une attitude attentatoire à leur autorité et ont opposé une fin de non recevoir à une audience d’IB avec le chef de l’Etat. La mort d’IB n’est pas la résultante d’une vendetta de la part du Premier ministre Guillaume Soro, avec qui, il n’était pas en odeur de sainteté, souligne néanmoins Wattao. « Ce n’est pas un règlement de comptes. Le Premier ministre Soro Guillaume n’est pas un criminel pour nous donner l’ordre de le tuer. On voulait l’attraper vivant, mais il ne voulait pas se rendre. Il traumatisait les populations de PK 18 et d’Anyama. Le Président Alassane Ouattara a été élu et nous ne voulions plus de tirs par-ci et par-là », a-t-il indiqué. Si l’on en croit Wattao, « IB n’est pas le chef du commando invisible d’Abobo », soulignant qu’il « a usurpé le commandement » de ce groupe d’auto-défense dont de nombreux soldats se reconnaissent en Alassane Ouattara. Il a tenté de
dévier le « commando invisible de son objectif ». Le sergent-chef IB aurait « abusé d’eux, en leur faisant croire que lui, IB combattait pour ADO, alors qu’en réalité, c’est faux », a soutenu le commandant Wattao. « Depuis 2002, il ( IB) voulait être président de la République. C’est ce qui a entraîné notre divorce avec lui », a révélé, par ailleurs, Issiaka Ouattara dit Wattao. Peu avant la mort d’IB, le commandant Cherif Ousmane, qui conduisait l’offensive des Frci à Abobo, annonçait « la fin d’IB ». "Dites à vos enfants, à vos frères, qu’IB, c’est fini. La vie doit reprendre son cours normal", a expliqué à la population près de la zone des combats, le commandant Chérif Ousmane. Le téléphone portable du sergent-chef IB, pris sur lui, après sa mort, aurait fourni d’importants renseignements sur les connexions d’IB, notamment, avec certains officiers supérieurs proches du président déchu Laurent Gbagbo.

Armand B. DEPEYLA

http://news.abidjan.net/h/397859.html


A qui profite ce enième crime ? Confused

Une chose semble certaine, IB en savait trop pour rester en vie après autant de dérapages depuis la chute de Bédié,la rebelion du nord et le célèbre scandale qui eclaboussé jusqu'à la France du pseudo journaliste Jean Paul Ney.

Jusqu'à où ira l'épuration de l'ére Ouattara-Sorro ?

Mieux les principaux concernés (Sorro-Ouattara) seront-ils épargnés combien de temps par tant d'inimitiés couvées par des rancunes qui peuvent perdurer des decennies avant de sombrer en meurtre ou tout autre tragedie .
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tehuti
Grioonaute


Inscrit le: 13 Fév 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Dim 01 Mai 2011 11:49    Sujet du message: Répondre en citant

Dernière conversation telephonique de "IB" enregistree quelques minutes avant sa mort

Video http://www.youtube.com/watch?v=221kWI5QYdI
_________________
http://liberezlaurentgbagbo.blogspot.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Alex
Grioonaute régulier


Inscrit le: 05 Aoû 2005
Messages: 466

MessagePosté le: Dim 01 Mai 2011 22:13    Sujet du message: Répondre en citant

Une idée du parcours d'IB et surtout de la ivalité avec Soro :

Citation:
Ibrahim Coulibaly: vie et mort d’un chef de guerre


Slateafrique
Vendredi 29 Avril 2011 - 14:51
Ibrahim Coulibaly a été tué le 27 avril par ses anciens compagnons d’armes. Ultime épisode d’une rivalité qui opposait l’un des fondateurs de l’ex-rébellion ivoirienne au Premier ministre Guillaume Soro.


Ibrahim Coulibaly, «IB» pour les intimes, était l’un des personnages clés des soubresauts politico-militaires qui ont secoué la Côte d’Ivoire depuis 1999. Ancien garde du corps d’Alassane Ouattara, du temps où il était Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny, ancien sergent-chef de l’armée ivoirienne, il est l’un des acteurs majeurs du coup d’Etat du 24 décembre 1999 qui porte le général Robert Gueï au pouvoir. L’irruption inattendue des militaires dans la vie politique ivoirienne est alors l’épilogue de longs mois de tension autour de la personnalité d’Alassane Ouattara, que le Président déchu, Henri Konan Bédié, tente par tous les moyens d’écarter de la vie politique en affirmant qu’il ne serait pas un «vrai» Ivoirien.

L’avènement des hommes en uniforme à la tête de l’Etat est d’abord accueilli avec soulagement par une grande partie de la population. Mais il marque en réalité le début de l’instabilité qui règne jusqu’à maintenant en Côte d’Ivoire. Dans les mois qui suivent, les Abidjanais découvrent la «Camorra» et autres «Brigades rouges», des groupes de militaires incontrôlés qui font la loi dans la capitale économique ivoirienne, tandis que le général Gueï revient bientôt sur sa promesse de ne pas se présenter à la présidentielle.

Coups de force et exil

Au fil des mois, ses relations avec IB tournent au vinaigre. En septembre 2000, Robert Gueï l’accuse d'avoir tenté, avec d’autres soldats, de le renverser. Plusieurs d’entre eux sont arrêtés et torturés. Ibrahim Coulibaly, à l’époque en poste à l’ambassade de Côte d’Ivoire au Canada, part en exil au Burkina Faso, avec l’intention, avouée quelques années plus tard, de se venger. Pendant quelques mois, le sergent rebelle se fait oublier. Mais entretemps, en octobre 2000, Laurent Gbagbo a été élu chef de l’Etat, au cours d'une élection dont Alassane Ouattara a été exclu. En janvier 2001, le nom d’IB est cité lors d’une tentative de coup de force, derrière laquelle les nouvelles autorités voient, malgré les dénégations de ses proches, la main d’Alassane Ouattara et du Burkina Faso.

Le 19 septembre 2002 naît la rébellion, dans le Nord du pays, qui manque de renverser le président Gbagbo. Plusieurs personnalités de premier plan, dont le général Gueï et le ministre de l’Intérieur Emile Boga Doudou, sont tuées. IB est un des principaux acteurs du soulèvement, mais il préfère mettre en avant un civil pour donner un visage officiel à la rébellion. Ce sera Guillaume Soro. Ancien patron de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), un temps proche du Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo avant de devenir membre du Rassemblement des républicains (RDR) d’Alassane Ouattara, ce tout juste trentenaire se présente d’abord comme le porte-parole du Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI), le nom initial de la rébellion ivoirienne. Il en deviendra rapidement secrétaire général.

A peine cinq mois après le début du soulèvement, ce jeune homme sans grande formation universitaire, et encore moins militaire, apparaît en première ligne, fin janvier 2003, lors des négociations menées sous l’égide de la France à Marcoussis, en région parisienne. Soro est même proposé comme ministre de la Défense d’un gouvernement d’union nationale, avant d’occuper finalement le poste de la Communication.

Combats de chefs

Ibrahim Coulibaly est donc mis sur la touche. Dès lors, la rivalité entre les deux hommes se radicalise. Le 25 août 2003, le bouillant sergent-chef est arrêté en France, accusé d’une tentative de déstabilisation. Il connaît la prison, puis la liberté surveillée, avec interdiction de quitter le territoire français. Aux journalistes à qui il s’est confié, il avoue toutefois clairement qu’il avait élaboré un plan détaillé pour à la fois reprendre le contrôle du mouvement rebelle et renverser Laurent Gbagbo.

Dans ce contexte, dans la zone Nord de la Côte d’Ivoire, mise en coupe réglée par les chefs du MPCI, qui répondent désormais au nom de Forces nouvelles, les règlements de comptes fratricides font de nombreuses victimes, dont toutes n’ont pas été répertoriées. L’épisode le plus connu reste celui où le «commandant» Martin Kouakou Fofié, l’un des hommes de main de Guillaume Soro, est accusé d’avoir laissé mourir par étouffement une soixantaine de personnes dans un container servant de prison, parmi lesquelles des combattants proches d’IB.

Son nom est à nouveau évoqué en juin 2007, lorsqu’il est soupçonné d’avoir trempé dans une tentative d’assassinat contre Guillaume Soro, sur l’aéroport de Bouaké, peu après la nomination de ce dernier comme Premier ministre de Laurent Gbagbo. Mais c’est après le second tour de la présidentielle du 28 novembre 2010 qu’Ibrahim Coulibaly fait son retour en force sur la scène ivoirienne. Le 2 décembre, le chef de l’Etat sortant a été proclamé Président par le Conseil constitutionnel, tandis que l’ONU et la Commission électorale indépendante affirment, au contraire, qu’Alassane Ouattara a gagné.

Dans les semaines qui suivent, les Forces de défense et de sécurité (FDS), fidèles à Laurent Gbagbo, subissent de violentes attaques dans le grand quartier populaire d’Abobo, à Abidjan, qui a majoritairement voté pour Alassane Ouattara. La presse ivoirienne parle bientôt d’un «commando invisible». Des combats très violents se déroulent en certains points du quartier, faisant des victimes militaires et civiles, et entraînant la fuite de milliers d’habitants. Au bout de quelques semaines, IB revendique la paternité de l’insurrection, assurant combattre pour défendre les populations contre les attaques des militaires de Laurent Gbagbo. Le porte-parole de ce dernier l’accuse au contraire de tentative de déstabilisation, tandis qu’Amnesty international, tout en condamnant les exactions des forces pro-Gbagbo, dénonce des atrocités commises par le «commando invisible».

Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo est arrêté, mais sa chute ne signe pas la réconciliation entre Ibrahim Coulibaly et Guillaume Soro. Désormais Premier ministre d’Alassane Ouattara, Soro entend obtenir le ralliement d’IB. La suite reste confuse. Il est certain qu’Ibrahim Coulibaly entendait monnayer le rôle qu’il a joué dans la chute de Gbagbo. Il n’entendait en outre répondre qu’aux seuls ordres du président Ouattara, qui avait d’ailleurs demandé qu’il soit capturé vivant. L’histoire retiendra, en tous cas, que le premier bénéficiaire de la mort d’Ibrahim Coulibaly est Guillaume Soro, qui vient là d’éliminer son principal rival. Même s’il n’a peut-être pas réclamé sa tête, Henri Konan Bédié, arrivé troisième au premier tour de la présidentielle et désormais allié d’Alassane Ouattara, aurait, lui aussi, difficilement pu accepter de côtoyer de trop près l’artisan de sa chute le 24 décembre 1999.

http://www.pressafrik.com/Ibrahim-Coulibaly-vie-et-mort-d-un-chef-de-guerre_a56100.html
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Ven 06 Mai 2011 10:51    Sujet du message: Répondre en citant

http://news.abidjan.net/h/398318.html

Citation:
Décision n° Ci 2011- 036 du 4 mai du Conseil constitutionnel, le Secrétariat général portant proclamation de M. Alassane Ouattara en qualité de président de la République de Côte d`Ivoire.

Au nom du peuple de Côte d`Ivoire, le Conseil constitutionnel

Vu la loi n° 2000- 513 du 1er août 2000 portant constitution de la République de Côte d`Ivoire

Vu la loi 2000- 514 du 1er Août 2000 portant code électoral

Vu la loi n° 2001- 301 du 5 juin 2001 déterminant l`organisation et le fonctionnement du conseil Constitutionnel

Vu la décision n° 2005- 01 Pr du 5mai 2005 rélative à la désignation à titre exceptionnel des candidats à l`élection présidentielle d`octobre 2005

Vu la décision n° 2008- 15 /Pr du 14 avril 2008 portant modalité spéciale d`ajustement au code électoral

Vu la décision 2008- 133 du 14 avril 2008 portant ajustement au code électoral

Vu le décret n° 2010- 207 du 5 août 2010 portant convocation du collège électoral de la République de Côte d`Ivoire en vue de l`élection du président de la République de Côte d`Ivoire

Vu les procès verbaux de dépouillement des votes et autres pièces annexées transmis par la Commission électorale indépendante et réceptionnés par le Secrétariat général du Conseil constitutionnel les 30 novembre et 1er décembre 2010

Vu les résultats provisoires du deuxième tour de l`élection présidentielle proclamé par la Commission électorale indépendante le 2 décembre 2010

Vu la décision du conseil n° 2010 Ep 104 du 3 décembre du conseil constitutionnel, Secrétariat général en date du 3 décembre 2010

Vu le communiqué du Conseil de paix et de sécurité de l`Union africaine en sa 265e réunion du 10 mars 2011

ouï mesdames et messieurs en leur rapport

Considérant qu`au terme des articles 32 et 94 de la Constitution, le Conseil constitutionnel contrôle la régularité des opérations du président de la République, statue sur les contestations y relatives et en proclame les résultats définitifs

Considérant que, conformément à l`article 59 du code électoral nouveau du code électoral, la Commission électorale indépendante a, le 2 décembre 2010, proclamé les résultats provisoires du second tour du scrutin et désignait M. Alassane Ouattara vainqueur dudit scrutin

Considérant que le 3 décembre 2010, par décision n° CI 2010- EP 340312 Cc sg, le Conseil constitutionnel a proclamé les résultats définitifs du scrutin présidentiel du 28 décembre 2010 et désigné M. Laurent Gbagbo, président de la République de Côte d`Ivoire

Considérant en outre que le 3 décembre 2010, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d`Ivoire a certifié les résultats provisoires du second tour de l`élection présidentielle tels que proclamés par le président de la Commission électorale indépendante le 2 décembre 2010 désignant M. Alassane Ouattara vainqueur de l`élection présidentielle

Considérant que suite à ces proclamations contraires, une crise post- électorale s`est élevée sur les résultats du scrutin du 28 novembre 2010

Considérant qu`en raison de la gravité de cette crise, la Communauté économique des Etats de l`Afrique de l`ouest(Cedeao) s`est saisie du dossier ivoirien et a décidé entre autres, qu`au vu des éléments en sa possession, M. Alassane Ouattara devrait être considéré comme le président élu de Côte d`Ivoire

Considérant qu`à la suite de la Cedeao, l`Union africaine s`est, à son tour, saisi du dossier ivoirien

Considérant que la Côte d`Ivoire est membre fondateur de l`Organisation de l`unité africaine depuis 1963 devenue l`Union africaine en 2000

Considérant que les normes et dispositions internationales acceptées par les organes nationaux compétents ont une autorité supérieure à celle des lois et aux décisions juridictionnelles internes sous réserve de leur application par l`autre partie

Considérant que lors de sa 259e réunion, le Conseil de paix et de sécurité tenu le 28 janvier 2011 à Addis-Abéba (Ethiopie), l`Union africaine a décidé de la mise en place d`un groupe de haut niveau présidé par le président de la République islamique de la Mauritanie et comprenant les chefs d`Etat d`Afrique du sud, du Burkina Faso de la Tanzanie et du Tchad

Considérant que ce groupe de haut niveau avait pour mission d`évaluer la situation en Côte d`Ivoire et de formuler sur la base de décisions pertinentes de l`Union africaine et de la Communauté économique des Etats de l`Afrique de l`ouest, une solution politique qui sera contraignante pour toutes les parties ivoiriennes

Qu`ainsi, lors de sa 259e réunion, le 10 mars 2011, le Conseil de paix et de sécurité de l`Union africaine a entériné les résultats des travaux et investigations du groupe de haut niveau qui a réaffirmé la victoire de M. Alassane Ouattara au scrutin du 28 novembre 2010 et demandé le départ de M. Laurent Gbagbo

Considérant qu`il convient de rappeler qu`au terme du paragraphe 6 de la 259e réunion susvisée que les conclusions du groupe de haut niveau de l`Union africaine seront contraignantes pour toutes les parties ivoiriennes avec lesquelles elles auront été négociées

Considérant que le Conseil de paix et de sécurité en sa 270e réunion tenue le 5 avril 2011 a reconduit les précédentes décisions sur la Côte d`Ivoire, à savoir, celles issues de sa 259e et 265e réunions tenues respectivement les 28 janvier et 10 mars 2011 et reconnu M. Alassane Ouattara comme le président de la République de Côte d`Ivoire
Décide :

Article 1er : le Conseil constitutionnel fait siennes les décisions du Conseil de paix et de sécurité de l`Union africaine sur le règlement de la crise en Côte d`Ivoire

Article 2 : proclame M. Alassane Ouattara président de la République de Côte d`Ivoire

Article 3 : en raison des circonstances exceptionnelles, le Conseil constitutionnel, prend acte des décisions prises par M Alassane Ouattara, président de la République de Côte d`Ivoire et les déclare valides. Le Conseil constitutionnel invite le président Alassane Ouattara à prêter serment en audience solennelle dans les meilleurs délais

Article 4 : toutes décisions contraires à la présente sont nulles et de nul effet

Article 5 : la présente décision sera affichée et publiée au Journal officiel de Côte d`Ivoire

Délibéré du Conseil constitutionnel en sa séance du 4 mai 2011

Je vous remercie.

_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Ven 06 Mai 2011 21:01    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Considérant que les normes et dispositions internationales acceptées par les organes nationaux compétents ont une autorité supérieure à celle des lois et aux décisions juridictionnelles internes sous réserve de leur application par l`autre partie


Pourriez vous croire que le 3 décembre 2010, PAUL YAO NDRE ne le savait pas encore?
Et il a ajouté (dans un style religieux, séquelle du gbagboïsme) que "satan s'était emparé de nous", pour vendre sa théorie de la faute collective et générale qui devient sa défense pour noyer son acte inqualifiable.

Pauvre Afrique.
Tant d'enfants tués, manipulés, fanatisés,
pour une seule raison:
la soif du pouvoir.
Pauvre Afrique.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tehuti
Grioonaute


Inscrit le: 13 Fév 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Sam 07 Mai 2011 01:00    Sujet du message: Répondre en citant


_________________
http://liberezlaurentgbagbo.blogspot.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bahamadia
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 236

MessagePosté le: Mer 11 Mai 2011 22:12    Sujet du message: Répondre en citant

Gbagbo comme Ouattara sont tous deux Présidents d'une C.I. : le premier, Président de la Côte d'Ivoire et l'autre, de la Communauté Internationale comme cela, les choses sont réglées. Sinon, Jofrere, ça doit te plaire qu'Idriss Déby soit réelu pour la 4ème fois. On fera de même pour Alassane Ouattara qui a lui aussi volé le pouvoir. Pour en revenir à ce que je disais tantôt, Gbagbo a demandé 3 fois le recomptage des voix, Alassane Ouattara n'a pas voulu. En plus d'avoir annoncé sa victoire sur France 24 alors que les Ivoiriens eux-mêmes n'étaient pas au courant, un peu comme si on annonçait à la radio espagnole que Sarkozy avait gagné les élections en France Rolling Eyes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 12 Mai 2011 10:47    Sujet du message: Répondre en citant

bahamadia a écrit:
Sinon, Jofrere, ça doit te plaire qu'Idriss Déby soit réelu pour la 4ème fois.

Ces débats méritent mieux que ce genre de caricatures à 5 FCFA. Parcequ'au dessus des destins respectifs de Ouattara et Gbagbo, il y a le destin du peuple ivoirien si tenté qu'il ait jamais existé. Concernant Idriss Deby et le Tchad, je pourrais te renvoyer la balle en évoquant le conseil constitutionnel, mais à quoi bon? Tu n'es pas satisfait de la réélection et comme tu te sens parfaitement impuissant il est logique de trouver un bouc émissaire. Bon là ça tombe sur moi, mais par rapport à la réalité des choses c'est totalement dérisoire.

bahamadia a écrit:
Pour en revenir à ce que je disais tantôt, Gbagbo a demandé 3 fois le recomptage des voix, Alassane Ouattara n'a pas voulu.

Une bonne partie du débat s'est focalisée sur les aspects juridiques de la crise. La question centrale étant: le CC avait il le droit en regard de la loi d'annuler purement et simplement les votes de certaines régions comme il l'a fait?
Du coup cette histoire de recomptage, on se demande ce qu'elle vient faire là. Il y a eu une revendication comme quoi un certain nombre de PV n'avaient pas été signés par le LMP. Et on sait maintenant que c'était à dessein. Même en éliminant ces PV du vote, en ne gardant donc que les PV signés par les 2 camps, l'écart de voix entre les 2 candidats restait conséquent. Pour quel motif recompter? ça n'a pas de sens si ce n'est dans le cadre de la stratégie du gain de temps, de la confusion généralisée et du "j'y suis, j'y reste".
Mais bon, cet argument continuera longtemps d'être brandi. Ce thread a maintes fois prouvé que les arguments rationnels dans cette affaire n'avaient que peu de poids.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bahamadia
Grioonaute 1


Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 236

MessagePosté le: Jeu 12 Mai 2011 17:24    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
bahamadia a écrit:
Sinon, Jofrere, ça doit te plaire qu'Idriss Déby soit réelu pour la 4ème fois.

Ces débats méritent mieux que ce genre de caricatures à 5 FCFA. Parcequ'au dessus des destins respectifs de Ouattara et Gbagbo, il y a le destin du peuple ivoirien si tenté qu'il ait jamais existé. Concernant Idriss Deby et le Tchad, je pourrais te renvoyer la balle en évoquant le conseil constitutionnel, mais à quoi bon? Tu n'es pas satisfait de la réélection et comme tu te sens parfaitement impuissant il est logique de trouver un bouc émissaire. Bon là ça tombe sur moi, mais par rapport à la réalité des choses c'est totalement dérisoire.

"Ces débats méritent mieux que ce genre de caricatures à 5 FCFA." : oui, 5 Francs des Colonies Françaises d'Afrique. On a bien affaire à un 4ème mandat s'agissant Idriss Déby. C'est tout sauf une caricature qu'Idriss Déby s'accroche au pouvoir depuis 1991. Il restera au pouvoir comme ses amis, Eyadéma et Bongo, morts au pouvoir, toi qui te soucies autant de la démocratie. Ni la France, ni la Communauté Internationale qui a d'international que le nom ne viendront le déloger, à moins que subitement celui-ci commence à se soucier de son peuple mais on peut toujours rêver.

Jofrere a écrit:
bahamadia a écrit:
Pour en revenir à ce que je disais tantôt, Gbagbo a demandé 3 fois le recomptage des voix, Alassane Ouattara n'a pas voulu.

Une bonne partie du débat s'est focalisée sur les aspects juridiques de la crise. La question centrale étant: le CC avait il le droit en regard de la loi d'annuler purement et simplement les votes de certaines régions comme il l'a fait?


Oui, le Conseil Constitutionnel avait le droit d'annuler les votes dans certaines régions, notamment dans celles où il y avait plus de votants que d'inscrits, à moins qu'on fasse voter les morts maintenant parce que je ne vois pas qui sont ces votants. Le vote est nul point barre. Il n'y a rien au dessus du Conseil Constitutionnel d'un pays : soit le pays est souverain, soit il ne l'est pas.

Jofrere a écrit:
Du coup cette histoire de recomptage, on se demande ce qu'elle vient faire là. Il y a eu une revendication comme quoi un certain nombre de PV n'avaient pas été signés par le LMP. Et on sait maintenant que c'était à dessein. Même en éliminant ces PV du vote, en ne gardant donc que les PV signés par les 2 camps, l'écart de voix entre les 2 candidats restait conséquent. Pour quel motif recompter? ça n'a pas de sens si ce n'est dans le cadre de la stratégie du gain de temps, de la confusion généralisée et du "j'y suis, j'y reste".
Mais bon, cet argument continuera longtemps d'être brandi. Ce thread a maintes fois prouvé que les arguments rationnels dans cette affaire n'avaient que peu de poids.


Le recomptage ne sert à rien Laughing ? : Alors pourquoi le déloger si on n'a pas la certitude comme si recompter allait prendre une décennie. Ca fait bien des décennies que certains de nos "présidents", gouverneurs plutôt, se maintiennent au pouvoir. "Ce thread a maintes fois prouvé que les arguments rationnels dans cette affaire n'avaient que peu de poids." : Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Lun 16 Mai 2011 10:44    Sujet du message: Répondre en citant

@ bahamadia
Arrow concernant le recomptage des voix, dans chaque bureau de vote il y a normalement 1 représentant de chaque camp et ils doivent chacun signer le PV sanctionnnant le décompte de voix. Le LMP a demandé à certains de ses représentants dans certains bureaux de vote de quitter ces bureaux de vote. Ce qui marque bien la préméditation. néanmoins même en écartant ces PV non signés donc par une partie, l'écart de voix entre les 2 candidats reste important. D'où ma question sur l'intérêt de recompter?

Arrow Tout ça a déjà été discuté en long et en large. Mais le plus important est ailleurs. Ce qui compte ici c'est le processus de consolidation de la jeune nation ivoirienne. Il faut se rendre à l'évidence que par rapport à la période Houphouet ce pays subit une régression importante sur ce plan.
Les responsables de cet état de fait sont les différentes élites ivoiriennes les principaux leaders dans leurs confrontations d'égo en prenant une plus large part. Ils n'ont pas réussi à trouver un compromis acceptable de partage de pouvoir comme ça devrait se faire, ils sont rentrés dans des logiques de confrontation et de violence et même au plus fort des négociations que ce soit en Afrique du Sud ou au Burkina chacun a toujours eu comme arrière pensée la liquidation totale du camp d'en face.
Sans l'intervention de la France dans le cas présent qui peut nous dire ce qui se serait passé vu la quantité d'armes qu'il y avait en circulation dans le pays? D'autant plus qu'on sait parfaitement que tous les appels à la négociation n'étaient que leurre.
Personnellement j'ai pensé comme tout le monde sur ce thread que ces élections devaient refermer la parenthèse de la guerre et remettre en route une vie politique plus apaisée. Il était temps de régler le problème de citoyenneté et de donner la parole au peuple.
Au vu des éléments factuels, je pense aussi que ADO a gagné cette élection.
Du point de vue des populations prises en otage par toute une classe politique irresponsable j'étais favorable à une intervention extérieure. Et je reste fidèle à cette position. Il s'agissait d'assister un peuple en danger. Et je reste incrédule devant ceux qui totalement muets hier n'ont pas de mots assez forts pour dénoncer les tueries d'aujourd'hui.

En conclusion, je ne suis pas tant favorable à la démocratie qu'à l'émergence de nations fortes en Afrique. Hors une nation ne peut se bâtir que sur le dialogue et le compromis entre ses différentes composantes. Les problèmes que connaissent nos pays sont aussi dûs à la structure de nos économies et aux avantages indus que procure l'exercice de pouvoir. C'est sur cela qu'il faut se prononcer à mon avis.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2991

MessagePosté le: Lun 16 Mai 2011 20:15    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:

Sans l'intervention de la France dans le cas présent qui peut nous dire ce qui se serait passé vu la quantité d'armes qu'il y avait en circulation dans le pays?


Une video montrant la force licorne entrain d'heliporter les rebelles sur tout abidjan.
Citation:
Abidjan, le 02-04-2011 il est 15h
Vidéo Amateur d'un résident étranger, prenant en flagrant délit la force licorne, déversant sur le toit d'un immeuble des tireus d'élites.
Contrairement à sa mission de protection des civiles elle s'engage ouvertement dans la guerre contre la Côte d'Ivoire.
C'est Inadmissible, et cela malgré la demande du retrait immédiat formulée par la Russie qui préside le conseil de sécurité de cette même onu qui leur a donné le mandat truqué sous legide de sarkozy, obama, et suzan rice.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 17 Mai 2011 09:51    Sujet du message: Répondre en citant

@M.O.P.
je ne suis pas en train de parler de l'issue du conflit mais de la population, du nombre de victimes, des massacres.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2991

MessagePosté le: Mar 17 Mai 2011 18:21    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere,
mon message s'adressait moins a toi qu'a ceux qui auraient pu etre impressionnes par tes tentatives maladroites de prestidigitateur amateur.

La france est celle la meme qui a armee et financee les rebelles , leur fournie la logistique, les a aidee par l'utilisation de l'artillerie lourde, enfin a dirigee et dirige avec l'onuci l'epuration d'un bon nombre d'ivoiriens, qu'ils livrent apres arrestation aux rebelles avec consignes d'execution.

Il faudra bien un jour que les africains engagent la france avec ce meme etat d'esprit qu'a la france envers les africains, ce n'est que de cette maniere que nous pourrons nous liberer, comme ont pu le faire d'autres peuples avant nous, exemples les vietnamiens pour ne citer que ceux la.

Jofrere a écrit:
@M.O.P.
je ne suis pas en train de parler de l'issue du conflit mais de la population, du nombre de victimes, des massacres.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 17 Mai 2011 20:59    Sujet du message: Répondre en citant

@M.O.P.
C'est marrant que tu me traites de prestidigitateur alors que sur ce topic des certains qui professaient des choses depuis année se sont totalement déjugé. Certains sont passés d'un africanisme ouvert au pire des tribalismes. Des gens qui n'avaient pas de mots assez durs contre la religion chrétienne considérée comme aliénante et qui se retrouvaient à supporter un régime quasi théocratique. Mais bon la cohérence n'a jamais été leur fort.
Je persiste néanmoins à croire qu'il existe des gens en Afrique ayant le sens des responsabilités. Des personnes n'étant tout simplement pas habités de cette folie (auto)destructrice qui caractérise malheureusement certaines personnes.

Citation:
Il faudra bien un jour que les africains engagent la france avec ce meme etat d'esprit qu'a la france envers les africains, ce n'est que de cette maniere que nous pourrons nous liberer, comme ont pu le faire d'autres peuples avant nous, exemples les vietnamiens pour ne citer que ceux la.

J'adore ce genre de propos très caractéristiques. Si tu as le temps, je t'encourage vivement à lire l'histoire du mouvement de libération du Vietnam tu apprendrais je n'en doute pas beaucoup de choses. Tu y apprendras notamment qu'Ho Chi Minh était un homme extrêmement brillant, un fin tacticien et un grand négociateur. Quelqu'un qui a parfaitement su s'allier avec les uns pour combattre les autres, les français(gaullistes) pour combattre les japonais et après la guerre et la victoire de Mao en Chine en 49, les chinois donc pour combattre et vaincre les français.
Mais bon tu peux continuer à soutenir ce qui se fait de plus stupide et borné en Afrique, c'est ton droit.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.O.P.
Super Posteur


Inscrit le: 11 Mar 2004
Messages: 2991

MessagePosté le: Mer 18 Mai 2011 03:15    Sujet du message: Répondre en citant

Jofrere a écrit:
@M.O.P.
C'est marrant que tu me traites de prestidigitateur


Jofrere, ta prestidigitation, c'est de vouloir faire passer la france pour un element stabilisateur incontournable apportant le progres et le developpement, alors qu'elle est celle la meme source de troubles et chaos en afrique, dont elle est la seule beneficiaire, laissant au continent et aux africains dans leur ensemble le role de perdant.
En tant que peuple son independance, on ne la negocie pas avec d'autres, on la leur impose, c'est la condition incontournable a toute sorte d'evolution de tout peuple. Tu peux suivre robert McNamara te le dire, citant un haut responsable vietnamien, dans son interview documentaire "The fog of war"(a partir de 01:17:50) que j'ai poste sur le thread multimedia. Les americains n'ont pas negocie leur independance avec les anglais, ils la leur ont imposee par les armes, en les chassant, la france elle meme apres la 2eme grosse guerre toubab, afin d'imposer son independance aux americains, avait quitte l'otan par exemple.
Lettre de de gaule a Lyndon B. JOHNSON:
de gaule a écrit:
Cher Monsieur le Président,
... C'est pourquoi la France se propose de recouvrer sur son territoire l'entier exercice de sa souveraineté, actuellement entamé par la présence permanente d'éléments militaires alliés ou par l'utilisation habituelle qui est faite de son ciel, de cesser sa participation aux commandements "intégrés" et de ne plus mettre de forces à la disposition de l'OTAN ...


bref.

Le reste de ton post ne merite pas commentaire, comme toute personne avec une weltanschauung europeene, tu ne peux apprehender l'homme africain que sous forme de poses Caricaturales.


Dernière édition par M.O.P. le Sam 04 Juin 2011 08:47; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer 18 Mai 2011 10:59    Sujet du message: Répondre en citant

M.O.P a écrit:
Jofrere, ta prestidigitation, c'est de vouloir faire passer la france pour un element stabilisateur incontournable apportant le progres et le developpement, alors qu'elle est celle la meme source de troubles et chaos en afrique, dont elle est la seule beneficiaire, laissant au continent et aux africains dans leur ensemble le role de perdant.

Pas du tout mon cher frère. Les termes dans lesquels tu abordes le sujet sont en eux même révélateurs de ta vision altérée des choses.
La relation que nous avons avec la France ne se décline pas en terme de progrès ou de développement. Le débat sur le rôle positif de la colonisation n'en a jamais été un pour moi. Penser que les français, les belges ou les anglais aient pu venir chez nous philanthropie c'est tout simplement absurde, une hérésie. Nul n'a jamais cru à ça, ni eux ni nous. Maintenant si tu veux continuer défoncer cette porte plus qu'ouverte, libre à toi. sache que tu ne prêches que des convertis.
Plutôt que de me répéter, je vais retranscrire ici un extrait de l'interview que Paul Kagamé a donnée au mois d'avril à l'hebdomadaire "Jeune-Afrique".

Citation:

Jeune Afrique: Vous avez, comme tout le monde ou presque, regardé à la télévision les images de l’arrestation du couple Gbagbo à Abidjan, le 11 avril. Que vous inspirent-elles?
Paul Kagamé: Une sorte de tristesse quant à la façon dont on fait et conçoit la politique en Afrique. Ces images ont quelque chose de tragique, mais elles sont aussi largement artificielles. Elles tendent à démontrer que ce sont les forces d’Alassane Ouattara qui ont procédé à cette arrestation, mais plus je les regarde et plus je vois derrière l’ombre du metteur en scène étranger. Le fait que, cinquante ans après les indépendances, le destin du peuple ivoirien, mais aussi son économie, sa monnaie, sa vie politique, soient encore contrôlés par l’ancienne puissance coloniale pose problème. C’est cela que ces images montrent avant tout.
Jeune Afrique: Si la France est intervenue en Côte d’Ivoire, n’est-ce pas aussi à cause de l’incapacité de l’Union africaine et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest [Cedeao] à résoudre la crise?
Paul Kagamé: Tout à fait. C’est la conséquence de notre propre échec collectif et individuel. Quand certains États africains créent eux-mêmes les conditions d’une ingérence extérieure dans leurs propres affaires, leur responsabilité est entière. Si votre faiblesse et votre mauvaise gouvernance vous exposent à être manipulé, il est inutile de vous plaindre.
Jeune Afrique: Vous aviez de bons rapports avec l’ex-président Gbagbo. Il vous a rendu visite à Kigali à l’époque où vos relations avec la France étaient rompues. Éprouvez-vous de la compassion pour le sort qui est le sien?
Paul Kagamé: Vous faites erreur. Ceux qui viennent nous rendre visite ne sont pas automatiquement nos amis. Quand un chef d’État exprime le souhait de venir nous voir, il est le bienvenu. Mais mêler l’amitié à cela est ridicule. Les relations du Rwanda avec la Côte d’Ivoire ne sont pas réductibles à M. Gbagbo ou M. Ouattara. Ce sont des relations d’État à État, de peuple à peuple, d’intérêt à intérêt. Les considérations d’ordre sentimental n’ont rien à voir là-dedans.
Jeune Afrique: Aux yeux de la communauté internationale, Alassane Ouattara est légitime, et Laurent Gbagbo ne l’est pas…
Paul Kagamé: C’est un autre problème. D’une part, et nous le savons bien au Rwanda, la communauté internationale ne dit pas systématiquement le droit. De l’autre, toutes les élections ne débouchent pas sur des crises ouvertes. Enfin, je le répète, ce ne sont pas MM. Gbagbo ou Ouattara qui, dans le fond, m’importent. Le peuple ivoirien est-il maître de son destin? Quelle est, en tant qu’Africains, notre part de responsabilité? Quelle image d’elle-même l’Afrique donne-t-elle au reste du monde&? Pensons-nous que le spectacle d’une armée étrangère, même sous couverture onusienne, intervenant dans les rues d’une capitale africaine est une bonne chose? Pourquoi nous, Africains, avons-nous laissé se créer ce type de situation? Ayons le courage de nous regarder dans un miroir.


Tu vas peut-être dire que Paul Kagamé est un prestidigitateur. Le compte-rendu que les médias ont fait de cet interview, y compris Grioo d'ailleurs ne rendait pas justice à la grande pertinence et la profondeur de la réflexion de Kagamé.

Citation:
En tant que peuple son independance, on ne la negocie pas avec d'autres, on la leur impose, c'est la condition incontournable a toute sorte d'evolution de tout peuple.

Malheureusement dans la vie, tout dépend du rapport de force. Un grand leader doit savoir jouer des forces en présence. Il n'y a que nous qui pensons que nous pouvons affronter un ennemi sans aucune préparation et gagner parceque nous avons moralement raison. Le grand prédicateur avait annoncé à Gagbo qu'il recouvrerait son pouvoir par la grâce divine 33 jours après sa chute. peut-être ce dernier y a-t-il cru.

hhttp://minilien.fr/a0kj5l
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tehuti
Grioonaute


Inscrit le: 13 Fév 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Ven 20 Mai 2011 23:10    Sujet du message: Répondre en citant

Le bal des vampires a yamoussoukro

Le samedi 21 mai 2011 Mr Allassane Ouattara sera investi président de la république de côte d'ivoire. Un long chemin jonché de milliers de cadavres, de destructions de biens matériels et de coups tordus portés à la souveraineté de l'état de côte d'ivoire, a mené l'actuel président de son poste de premier ministre à la plus haute fonction. Cet économiste de profession, passé par le FMI a en effet occupé le poste de premier ministre de côte d'ivoire de 1990 à 1993. Ecarté par la constitution ivoirienne des élections présidenttielles de 1995 et de 2000, il a béneficié de l'appui d'un groupe armé dont il a toujours officiellement nié la paternité mais qui lui etait curieusement devoué corps et ame et lui a permit d'atteindre l'objectif de conquête du pouvoir qu'il s'est assigné depuis 1993. Ce bras armée qui l'a toujours accompagné, est a l'origine de plusieurs coups d'etat dont le plus meutrier fut celui de 2002 qui tenta vainement de renverser le président gbagbo puis s'est mué en rébellion armée. Les attrocités commises par cette rébellion, alliée de Mr Allassane ouattara ont deja fait l'objet de plusieurs rapports d'organisme des droits de l'homme. Par exemple, Amnesty international, dans son rapport de 2003 intitulé "Côte d'Ivoire: De Youpougon à Bouaké - une suite de crimes impunis" met clairement en cause les hommes de soro guillaume actuel premier ministre de mr allasane ouattara, comme etant l'auteur de ces crimes: "Amnesty International a rencontré en janvier 2003 à Paris certains des plus hauts responsables du MPCI, y compris, le secrétaire général de ce mouvement, Guillaume Kigbafory Soro, et ceux-ci n’ont pas nié sur le fond la réalité de ce massacre tout en affirmant ne pas être personnellement au courant de ces faits.

http://www.amnesty.org/fr/library/asset/AFR31/008/2003/fr/dd9257a4-d725-11dd-b0cc-1f0860013475/afr310082003fr.html,*

Un peuple, les guerés princiapelemnt de la region de duekoué a payé un lourd tribut à l'ascension de mr Ouattara.. Ils ont été massacrés au moins à deux reprises: en 2005 et en 2011, lors de l'offensive des rebelles pro-ouattara. Le bilan en nombre de morts de deplacés de veufs d'orphelins et de degat matériel et moral est lourd tres lourd pour une accession a la presidence qui se dit démocratique. Il a fallu tordre le coup une première fois à la constitution ivoirienne qui n'autorisait pas mr Allassane Ouattara a se présenter aux élections présidentielle. On lui a nouveau tordu le coup en subordonnant son autorité à celle d'un fonctionnaire de l'ONU Mr Ban kimoon. Et Finalement on l'a obligé à se dédire puisque elle avait déja investi un autre président. C'est donc sur un monceau de plus de 3000 cadavres que Mr Allassane ouattara va célebrer son accession au pouvoir..

Source: http://www.lepost.fr/article/2011/05/20/2500632_le-bal-des-vampires-a-yamoussoukro.html
_________________
http://liberezlaurentgbagbo.blogspot.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tehuti
Grioonaute


Inscrit le: 13 Fév 2011
Messages: 63

MessagePosté le: Jeu 09 Juin 2011 20:46    Sujet du message: Répondre en citant

Un sénateur américain dénonce les fraudes massives en Côte d’ivoire !!!
Source: http://laurentgbagbo.wordpress.com/2011/06/08/un-senateur-americain-denonce-les-fraudes-massives-en-cote-divoire/
_________________
http://liberezlaurentgbagbo.blogspot.com/
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
marvel02
Grioonaute régulier


Inscrit le: 30 Aoû 2006
Messages: 318

MessagePosté le: Ven 10 Juin 2011 00:58    Sujet du message: Répondre en citant

Tehuti a écrit:
Un sénateur américain dénonce les fraudes massives en Côte d’ivoire !!!
Source: http://laurentgbagbo.wordpress.com/2011/06/08/un-senateur-americain-denonce-les-fraudes-massives-en-cote-divoire/

Un policer ougandais aussi, dénonce les fraudes en CIV. Je commence à croire qu'il y'a du vrai là dedans. Oui, il faut trouver une solution négociée en CIV pour résoudre cette crise. Une 7ème médiation autour d'un sénateur américain (et d'un policier ougandais) s'impose. Lumineuse évidence!

La dernière interview de Mamadou COULIBALIi a dû provoquer bien des crises de nerfs dans les milieux jusqu'auboutistes. Il affirme que les cadres le splus influent du FPI furent surpris de voir Gbagbo nier les élections, alors que l'évidence était criarde. Ajouté au reniement de Blé Goudé (tous deux dans JA), cela a du être terrible. Mais cherchez toujours, peut-être qu'un ambassadeur de Cote d'Ivoire en colombie s'exprimera sur Colombie 24 pour démissionner et se dire rejoindre le camps des experts de grioo qui n'arrivent pas à accepter que c'est fini.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 14 Juin 2011 14:41    Sujet du message: Répondre en citant

2 entretiens avec Mamadou Koulibaly:
l'un sur RFI et l'autre sur jeune afrique.
On a l'impression de revenir dans un univers où les mots ont un sens. Des choses basiques et de bon sens qui étaient violemment contestées dans le climat passionnel qui régnait en Côte d'Ivoire sont ici énoncées tranquillement par une personnalité qui a eu le mérite de se tenir à l'écart des évènements post-électoraux.

Arrow Gagbo a fait une mauvaise campagne, notamment entre les 2 tours
Arrow il a effectivement perdu les élections
Arrow M. Koulibaly pointe l'absence d'obsrvateurs LMP dans de nombreux bureaux au nord
Arrow De nombreuses personnalités ont conseillé à Gbagbo d'accepter les conclusions du panel de chefs d'état de l'UA

ça commence à faire beaucoup de prestidigitateurs!

http://minilien.fr/a0kln5
http://minilien.fr/a0kln6

Mamadou Koulibaly: « Il faut renoncer à la vengeance justicière »

Président par intérim d'un FPI aux abois et président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Mamadou Koulibaly revient, dans un entretien exclusif accordé à RFI, sur cinq mois de crise en Côte d'Ivoire vu de l'intérieur du camp Gbagbo. Présent lors de l'investiture d'Alassane Ouattara, il reconnaît la pleine autorité de ce dernier. Et lui promet un candidat du FPI « à sa taille » dans cinq ans, s'il parvient à reconstituer une opposition républicaine.

Mamadou Koulibaly répond aux questions de Jean-Karim Fall et Christophe Boisbouvier de RFI

RFI : Pourquoi êtes-vous allé à la cérémonie d’investiture d’Alassane Ouattara samedi dernier ?

Mamadou Koulibaly : Par devoir républicain. La Côte d’Ivoire s’est donnée un président de la République et en tant que président de l’Assemblée nationale, je devais y être.

RFI : Est-ce que ça veut dire que vous, personnellement, reconnaissez Alassane Ouattara comme le président de Côte d’Ivoire ?

M. K. : Oui et ça ne date pas d’aujourd’hui. J’ai déjà signé pour le compte du Front populaire ivoirien une déclaration qui le disait.

RFI : A quel moment avez-vous compris que Laurent Gbagbo avait perdu l’élection ?

M. K. : Après la décision du panel. Le panel ayant conclu que le vainqueur était Ouattara, il fallait que tous les partisans de Gbagbo se rendent compte de l’évidence, que Ouattara était président.

RFI : C’est le sommet du 10 mars à Addis-Abeba. A ce moment-là, vous vous êtes dit, c’est fini ?

M. K. : Je n’ai pas les dates exactes, mais c’est cela.

RFI : Au premier tour, Laurent Gbagbo est arrivé premier avec six points d’avance sur Alassane Ouattara. A ce moment-là, est-ce qu’il pouvait encore gagner ?

M. K. : Oui, il était encore possible de gagner. Si nous avions eu un discours plus rassembleur, si nous ne nous étions pas focalisés sur les discours qui divisent, qui affaiblissent, c’était un moment clé.

RFI : Et le FPI (le Front populaire ivoirien) n’a pas su obtenir le ralliement du PDCI (l’ancien parti unique) de Henri Konan Bédié ?

M. K. : Pas du PDCI, mais de l’électorat du PDCI. Mauvaise stratégie.

RFI : On a souvent dit que Laurent Gbagbo était un boulanger, qu’il roulait ses adversaires dans la farine, mais ne s’est-il pas laissé rouler lui-même dans la farine par Guillaume Soro ?

M. K. : Nous sommes obligés de le constater. Je me suis battu pour que Laurent Gbagbo gagne. Nous avons perdu et on ne va pas pleurer éternellement.

RFI : L’échec du FPI, est-ce que ce n’est pas aussi l’échec d’une expérience socialiste en Afrique de l’Ouest ?

M. K. : Est-ce qu’elle était vraiment socialiste ? Est-ce que nous avons vraiment appliqué notre programme de gouvernement ou est-ce que nous avons fait autre chose ? Je me pose des questions.

RFI : Et est-ce que, au cours de ces dix dernières années, votre parti n’a pas fonctionné en double-commande, c’est-à-dire une direction officielle et disons un cabinet plus secret ?

M. K. : Oui, disons que nous sommes tombés dans le piège des partis qui accèdent au pouvoir et qui se laissent entraîner par l’ivresse du pouvoir. C’est vrai. La personnalité de Laurent Gbagbo était telle que bien qu’ayant cédé le fauteuil de président du FPI à Pascal Affi N'guessan et même s'il ne décidait pas directement des choses, chaque fois que nous avions des décisions importantes à prendre pour le parti, nous lui posions la question d’abord de savoir si cette décision ne gênait pas sa politique générale.

RFI : Le rôle de l’armée française dans la chute de Laurent Gbagbo, ça vous choque ?

M. K. : Non, c’était dans la logique des choses. A partir du moment où nous avions signé l’accord politique de Ouagadougou, il était évident que les choses allaient se terminer de cette façon-là.

RFI : Donc, vous ne dites pas comme certains partisans de Laurent Gbagbo qu’on assiste à une recolonisation de la Côte d’Ivoire ?

M. K. : Non, on assiste à une remise en ordre de la Côte d’Ivoire là où nous, FPI, avons été incapables. On aurait eu notre gouvernement à nous, on aurait peut-être mieux géré la situation, il n’y aurait pas eu de rébellion et on n’en serait pas là aujourd’hui. Mais dans le gouvernement mélangé, on a pensé que tout baignait dans l’huile. Or, l’adversaire nous attendait au tournant. Et on a été victime de notre grande naïveté.

RFI : Le maintien d’une base militaire française à Port-Boué à Abidjan, comme l’a annoncé Nicolas Sarkozy, le président français, et comme l’a confirmé Alassane Ouattara, qu’est-ce que vous en pensez ?

M. K. : De mon point de vu, il n’est pas admissible qu’aujourd’hui encore, les choses se passent entre Paris et Abidjan comme elles se sont passées en 45-46 ou en 1960. L’assistance permanente de la France en matière monétaire, financière, politique, est de nature à infantiliser ces Etats. Mais pour moi, ce n’est qu’une période passagère. Le moment viendra où les mêmes Etats responsables s’assiéront autour d’une table pour renégocier et signer d’autres accords.

RFI : Quelle est la dernière fois où vous avez parlé avec Laurent Gbagbo ?

M. K. : Le lendemain du jour où Pascal Affi N'guessan est rentré d’Addis-Abeba avec les conclusions du panel. Nous nous sommes rencontrés et on a parlé de ces conclusions-là.

RFI : Et là, vous avez peut-être dit à Laurent Gbagbo, « c’est fichu », non ?

M. K. : Il le pensait lui aussi. Et puis, nous nous sommes dits qu’il fallait réfléchir pour savoir quelle attitude adopter. Et depuis, je n’ai plus eu de nouvelles.

RFI : Mais lui avez-vous conseillé, à ce moment-là, de renoncer et de reconnaître la victoire de son adversaire ?

M. K. : Je garde ça pour moi.

RFI : Et depuis, plus aucun contact ?

M. K. : Par la suite, je suis allé à Accra (Ghana) jusqu’au 11 avril.

RFI : Quand vous lui avez dit cela, il n’a pas dû apprécier ?

M. K. : Quand je lui ai dit quoi ? (rires). Quand j’ai eu des démarches auprès des principaux responsables politiques, je me faisais taper dessus de part et d’autre. J’ai préféré m’installer à Accra et attendre la fin pour revenir lorsque l’accalmie serait arrivée ou lorsqu’ils auraient conclu leur jeu.

RFI : Est-ce que vous avez été menacé par les durs du régime de Laurent Gbagbo ?

M. K. : De part et d’autre. Les dieux des deux camps. Ce n’est pas facile de se tenir au milieu avec des tirs croisés de part et d’autre.

RFI : Avez-vous tenté une médiation dans le courant du mois de mars ?

M. K. : Même avant le mois de mars, tout début décembre. Nous n’étions encore qu’à dix ou quinze morts. Justement après l’investiture du président Gbagbo, j’ai suggéré cette idée aux deux camps, comme ça se passe en Afrique en général : lorsqu’il y a une crise post-électorale et que l'on est à cinq cents, six cents morts, on utilise ces morts comme moyen de pression pour rapprocher les camps et aller vers un gouvernement d’union. Des amis à moi ont contacté les cadres autour de Ouattara et Ouattara nous a reçus à l’hôtel du Golf. Nous y sommes allés nuitamment…

RFI : Secrètement ?

M. K. : Secrètement et je lui ai demandé si ce ne serait pas bien que Gbagbo et lui se rencontrent secrètement, se parlent pour éviter à la Côte d’Ivoire le chaos. On était dans un jeu de bras de fer. Personne ne m’a vraiment écouté.

RFI : Que pensez-vous des camarades FPI qui sont exilés aujourd’hui, notamment au Ghana, et qui rêvent de revanche ?

M. K. : J’en ai rencontré très peu qui rêvent de revanche. Je les ai vus arriver presque tous. Nous n’avons pas beaucoup de contacts physiques mais nous nous parlons au téléphone. Tous ne rêvent que d’une chose, revenir rapidement en Côte d’Ivoire. Et ils ont une peur, la peur de se faire arrêter ou de se faire tuer. Ils sont désargentés avec leur famille, des enfants qui ne vont pas à l’école, mais ils n’ont pas l’intention de revanche ou d’un coup d’Etat.

RFI : Avez-vous des nouvelles de Charles Blé Goudé ?

M. K. : Non, aucune nouvelle.

RFI : Demain, si Alassane Ouattara vous demande d’entrer dans un gouvernement d’union nationale. Qu’est-ce que vous répondrez ?

M. K. : Si j’arrive à organiser, avec l’appui du secrétaire général du FPI, une réunion du comité central du FPI et si ce comité central décide que nous devons répondre positivement à l’invitation du président de la République à entrer au gouvernement, j’aviserai. Mais ma propre position, c’est que l’Afrique n’a pas besoin de gouvernement d’union. Et lorsque l’on va aux élections et qu’il y en a un qui gagne, ma philosophie c’est qu’il prenne l’entièreté du pouvoir, qu’il l’assume complètement pendant la durée de son mandat.

RFI : Est-ce que exceptionnellement, vu la crise, la guerre qui s’est produite, il ne faut pas faire un geste de réconciliation et faire entrer dans un gouvernement les principaux partis du pays ?

M. K. : C’est le raisonnement que nous avons tenu en 2000 quand Laurent Gbagbo a gagné les élections. Ca s’est terminé par une guerre. Aujourd’hui, si l’on veut aller à la réconciliation, le gouvernement d’union n’est pas forcément la solution. Il faut déjà renoncer à la vengeance justicière et permettre que l’opposition s’organise et que l’opposition ait le droit d’exister. En étant dans l’opposition, nous pouvons contribuer à la réconciliation.

RFI : Il faut renoncer à la vengeance justicière ? Est-ce que vous voulez dire qu’il faut libérer Laurent Gbagbo ?

M. K. : Je pense qu’on peut lui reprocher tout ce qu’on veut, mais il faut reconnaître qu’il n’est pas le seul à avoir commis toutes les fautes. Je ne dis pas au président de la République Ouattara de ne pas faire la justice, mais je dis qu’un bon geste de réconciliation serait aussi de montrer qu’il est capable de pardonner à Gbagbo et à tous les militants de son parti qui sont en ce moment incarcérés à la Pergola, à Odienné, à Korhogo. Se venger n’est pas forcément bon signe.

RFI : Est-ce que la libération de Laurent Gbagbo et tous vos anciens camarades qui sont en résidence surveillée est votre priorité ?

M. K. : Non, le FPI n’est pas en mesure aujourd’hui de poser des préalables. Ce n’est pas la priorité. Mais si vous ne pouvez pas juger tous les criminels, alors pourquoi ne pas renoncer à cette vengeance et établir un processus qui libérera tout le monde, mais en donnant quand même des leçons à tout le monde. Ou bien vous prenez tout le monde, ou bien vous ne faites rien. Et si vous faites les choses à moitié, ce serait créer des injustices et cela peut être source de nouvelles haines et de nouvelles frustrations qui sont des moteurs très puissants d’instabilité politique, surtout en Afrique.

RFI : Est-ce que vous ne dites pas ça aussi parce qu’actuellement le FPI est décapité et que vous n’êtes peut-être pas en mesure de réunir un comité central parce qu’il y a trop de monde en prison ?

M. K. : Oui, c’est possible. Décapité et surtout apeuré. Les cadres et les militants qui sont à l’étranger ne sont pas chauds pour revenir maintenant, ils ont peur. Ceux qui sont à Abidjan n’osent pas sortir. Et puis, les cadres ne comprennent pas toujours pourquoi certaines personnes sont harcelées et d’autres pas. Quels sont les critères qui permettent d’arrêter un tel plutôt que tel autre. Et lorsque des réunions sont prévues, de très nombreux cadres militants promettent de venir. Mais aux heures de réunion, on ne les voit pas. Ils me disent tous, est-ce que Mamadou, tu nous garantis la sécurité ? Je leur dis que je suis incapable puisque le ministre de l’Intérieur lui-même me dit que pour le moment, il doit avouer qu’il ne maîtrise pas complètement tous ceux qui sont en ville.

RFI : Est-ce que le FPI est mort ou est-ce qu’il pourra revenir au pouvoir un jour ?

M. K. : Le FPI n’est pas mort. Le FPI est très affaibli.

RFI : Vous vous donnez combien de temps dans l’opposition. Cinq ans ? Dix ans ? Peut-être plus ?

M. K. : A court terme, cinq ans. C’est quasiment sûr que les législatives à venir vont être catastrophiques pour nous, mais je pense que dans cinq ans, le président Ouattara trouvera en face de lui un candidat FPI de taille.

RFI : Vous êtes président par intérim. Etes-vous prêt à devenir le président du nouveau FPI ?

M. K. : Le président du FPI est pour le moment incarcéré. Je me bats pour qu’il puisse retrouver la liberté et c’est le congrès qui décidera. Ça ne fait pas partie de mes plans à moyen et long terme pour le moment.

RFI : Si le prochain congrès du FPI vous demande de prendre la présidence du parti, est-ce que vous irez ?
M. K. : Oui, j’irai si le congrès le demande et si je suis candidat, mais ce n’est pas encore dans mes priorités. La priorité, c’est d’abord de reconstituer cette opposition républicaine face à Ouattara. Il n’est pas question que l’on retombe dans un régime de parti unique. Si dans cette dynamique, je réussissais, alors Ouattara pourrait avoir en face de lui une bonne opposition et ce serait ma contribution à la réconciliation. Mais si j’échouais sur ce terrain, que le FPI disparaissait, alors monsieur Ouattara aurait en face des factions dispersées sur l’ensemble du territoire et organisées n’importe comment, qui lui rendraient la vie très difficile. Et cela n’est pas souhaitable.

RFI : Il y a des velléités au sein du RHDP (Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix) de pérenniser la structure RHDP, donc concrètement que le RDR rejoigne « la maison mère », le PDCI. Est-ce que vous ne craignez pas que votre pays, la Côte d’Ivoire, se retrouve en fait avec un RHDP qui règne en maître ?

M. K. : Le risque existe. On se retrouverait dans les partis uniques et les partis uniques vivent dans la peur permanente d’un coup d’Etat, d’un assassinat, d’une instabilité. Et je ne pense pas qu’ils en aient besoin. Par contre, s’ils arrivent à s’organiser pour reconstituer l’ancienne famille PDCI d’Houphouët et, sans nous embastiller, sans bloquer nos comptes, sans nous tuer, s’ils nous permettraient d’organiser nous aussi le CNRD en face un grand mouvement d’opposition, on irait vers un bipartisme en Côte d’Ivoire. Un grand parti au pouvoir et un grand parti d’opposition. C’est possible, c’est jouable. Et c’est dans ce sens-là que j’aimerais bien, avec quelques amis, le secrétaire général, pouvoir travailler. Créer en face du RHDP, un grand mouvement politique d’opposition.
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action


Dernière édition par Jofrere le Mar 14 Juin 2011 14:53; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jofrere
Super Posteur


Inscrit le: 01 Mar 2004
Messages: 1327
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 14 Juin 2011 14:46    Sujet du message: Répondre en citant

Mamadou Koulibaly: "Nous sommes les premiers responsables"

Dans son bureau, à l'Assemblée nationale, le 1er juin. Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne fait sans Gbagbo et souhaite tourner une page qu’il regrette amèrement. En prenant les rênes du parti de l’ex-président, il n’a qu’un seul but : remettre l’appareil en ordre de marche et préparer la présidentielle de 2015.
Mis sur la touche par Laurent Gbagbo pour, entre autres, avoir dénoncé les excès des durs du régime, écarté lors de la campagne pour la présidentielle, exilé au Ghana durant la crise postélectorale, Mamadou Koulibaly signe son grand retour sur la scène politique. Interlocuteur du nouveau pouvoir, le président de l’Assemblée nationale veut sauver un Front populaire ivoirien (FPI, ancien parti au pouvoir) assommé par la double défaite électorale et militaire.
« L’objectif est de proposer un nouveau projet de société pour gagner la présidentielle de 2015 », explique-t-il.
En attendant, il dresse un bilan sévère de la décennie écoulée. Fidèle à ses principes, intransigeant sur la morale et les règles de droit, il se pose en défenseur de la souveraineté de la Côte d’Ivoire. Avec, en filigrane, une phrase qu’il ne prononce jamais mais que l’on entrevoit à chacune de ses réponses : « Si Gbagbo m’avait écouté… »

__

Jeune Afrique : On vous a peu entendu pendant la crise postélectorale. Pourquoi ?
Mamadou Koulibaly : Je n’avais pas le choix. Ma présence n’était pas désirée ; l’Assemblée nationale ne fonctionnait plus. Mais aujourd’hui, j’ai la lourde responsabilité d’assurer la présidence par intérim du FPI. Cela m’oblige à rassurer les militants, à aider à la libération des cadres du parti qui ont été arrêtés et à faciliter le retour des exilés.
Êtes-vous en contact avec les cadres du parti en exil ?
Oui, notamment avec Kadet Bertin, qui est au Ghana. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est l’un des premiers à avoir reconnu notre défaite et il souhaite qu’on tourne rapidement la page. J’ai aussi rendu visite à ceux qui sont en résidence surveillée à l’hôtel de La Pergola à Abidjan : Alcide Djédjé, Dano Djédjé, Philippe-Henri Dacoury-Tabley… Ils reconnaissent Alassane Ouattara comme chef de l’État et me demandent de plaider leur cause auprès de lui. Ils promettent de ne pas perturber son travail. Certains se mettent même à sa disposition.
Avez-vous des nouvelles du couple Gbagbo ?
Non. On ne m’a pas permis de les rencontrer. J’en ai parlé avec Charles Konan Banny, qui préside la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation. Il prévoit d’aller les voir prochainement et m’a promis de tout faire pour que je puisse leur rendre visite.
À quand remonte votre dernier contact ?
J’ai rencontré Laurent Gbagbo quelques jours après le retour de Pascal Affi Nguessan d’Addis-Abeba [rencontre avec le panel des cinq chefs d’État, le 11 mars, NDLR]. Je lui avais conseillé d’accepter le verdict de l’Union africaine.
Laurent Gbagbo a-t-il, selon vous, perdu l’élection présidentielle ?
Il a fini par reconnaître sa défaite. D’ailleurs, le 11 avril, il a demandé à Désiré Tagro [alors secrétaire général de la présidence, NDLR] de sortir avec un mouchoir blanc.
N’était-ce pas plutôt la reconnaissance d’une défaite militaire ?
C’est la continuation du résultat électoral. Nous avons dénoncé la fraude, dans le nord du pays. Nous sommes les premiers responsables, car le FPI n’avait pas de représentants dans de nombreux bureaux de vote. Nous avons réalisé une très mauvaise campagne électorale, mal organisée. Il n’y avait pas de stratégie, pas de discours cohérent, et trop de personnes étaient en première ligne, avec des moyens colossaux mais mal utilisés. Certains cadres n’ont pas travaillé ; ils ont détourné de l’argent pour acheter notamment des véhicules.
Le pouvoir leur est-il monté à la tête ?
Le problème, c’est l’usure du pouvoir. Lorsque nous étions dans l’opposition, on faisait mieux avec moins de moyens. On rêvait d’une nouvelle Côte d’Ivoire et on déplaçait des montagnes. Dix ans plus tard, nous étions pleins de fric. On disait qu’on voulait ouvrir le marché ivoirien au monde entier mais, dans les faits, on a fait des deals avec les plus grosses entreprises françaises. Alassane Ouattara a proposé une vision plus cohérente.
Sur quelles bases faut-il reconstruire le FPI ?
La priorité, c’est de refaire du FPI un grand parti d’opposition. Cela veut dire qu’il faut dresser un bilan en profondeur, prendre des dispositions institutionnelles, remobiliser les militants et donner des signaux forts aux Ivoiriens, en modifiant complètement notre discours et nos méthodes. Il faut revenir aussi à plus d’humilité et reprendre le travail à la base. Ensuite, on pourra peut-être penser à organiser un grand congrès du parti.
Que pensez des poursuites judiciaires et des sanctions financières engagées contre le camp Gbagbo ?
La justice n’est pas un problème en soi. Si Koulibaly ou d’autres sont coupables, ils méritent de payer pour leurs actes. Mais dans ce cas, il faut enquêter sur tous les crimes de sang et tous les crimes économiques perpétrés depuis 2002. Je crains que l’on ne prépare quelque chose de spécial pour Gbagbo et ses compagnons. On peut dire qu’ils ont braqué la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest, à Abidjan. Mais les banques ont également été dévalisées dans la zone nord. Si Ouattara cherche à se venger, il va créer de nouvelles frustrations.
Simone Gbagbo a-t-elle persuadé son époux de s’accrocher au pouvoir ?
Je ne pense pas que quelqu’un puisse influencer Laurent Gbagbo. Il est toujours resté maître de ses actes. Mais tous, les militants, les cadres, se demandent pourquoi il s’est à ce point entêté, à la limite de l’irrationnel. Pendant la cérémonie d’investiture de Ouattara, je me suis mis à rêver. Laurent Gbagbo était en train de lui remettre les insignes de la République. Cette passation aurait ancré la démocratie dans notre pays. Cinq ans plus tard, il avait toutes ses chances pour redevenir président.
Dans quel état d’esprit sont les militants du FPI ?
Ils craignent pour leur sécurité. Je reçois régulièrement des messages de détresse.
En tant que président de l’Assemblée nationale, avez-vous reçu des garanties du président Ouattara ?
Il a promis d’assurer la pérennité des institutions. Mais, dans le même temps, il m’a fait savoir que son conseiller juridique considérait que mon mandat avait pris fin avec l’élection du 28 novembre 2010.
Acceptez-vous que le chef de l’État, dont le parti n’a pas de représentants à l’Assemblée nationale, puisse gouverner par ordonnance et par décret jusqu’aux législatives ?
C’est une situation intolérable. Le mandat des députés expire après l’élection de la nouvelle Assemblée. Le nouveau président a prêté serment et doit respecter la Constitution. Il n’a effectivement pas de députés du RDR [Rassemblement des républicains, NDLR], mais ses alliés du RHDP [Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix, NDLR] occupent la moitié de l’hémicycle.
Se dirige-t-on vers une hyperprésidence ?
C’est mon sentiment. C’est la raison pour laquelle nous n’avions pas intérêt à entrer dans ce gouvernement d’union. Dans ce système, les présidents se sentent obligés d’avoir des « shadow cabinets » pour diriger. Gbagbo n’aurait jamais dû accepter – je le lui avais dit – les accords de Marcoussis, qui sont à l’origine de ce mode de gouvernance.
Quel doit être le chantier prioritaire du nouveau président ?
La refonte de l’armée. L’insécurité règne et le phénomène de racket est pire qu’avant. Le président Ouattara a appelé les militaires des deux camps à se considérer désormais comme des frères. Il faut poser des actes qui le montrent vraiment. C’est comme une maison à reconstruire. Nous avons les briques. Encore faut-il qu’elles soient positionnées de manière à ce qu’il y ait des chambres, des toilettes et un salon !
Alassane Ouattara a dit à Nicolas Sarkozy que l’armée française était la bienvenue. Qu’en pensez-vous ?
Nous sommes indépendants depuis plus de cinquante ans. Il n’est pas dans notre intérêt d’entretenir ce type de relation infantilisante. Les accords de défense devront donc être révisés.
Selon vous, quelles sont les priorités économiques de la Côte d’Ivoire ?
L’État a quasiment disparu. Il faut redéployer l’administration sur l’ensemble du territoire, mais, pour cela, il faut rétablir la sécurité. On doit aussi faire en sorte qu’il n’y ait plus d’administration parallèle, celle des FN (Forces nouvelles, dans le Nord, NDLR) en l’occurrence. En fait, ce sont les mêmes problèmes qui se posaient à Gbagbo.
__
Propos recueillis à Abidjan par Pascal Airault
_________________
Un ennemi intelligent est préférable
à un sot ami
agir en penseur, penser en homme d'action
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
valdimey
Grioonaute


Inscrit le: 19 Sep 2011
Messages: 1

MessagePosté le: Lun 19 Sep 2011 13:34    Sujet du message: Répondre en citant

je suis contente que tout se passe bien maintenant,

http://www.gossipzone.be/fr/Default.aspx
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet       grioo.com Index du Forum -> Politique & Economie Africaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 28, 29, 30
Page 30 sur 30

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001 phpBB Group