Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 24 Juillet 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesOpinionsArticle
Afrique : Le vice de la politique d’aide au développement
08/10/2012
 

Pourquoi la politique d'aide au développement contient en elle même les germes de son échec
 
Par Kyayima Muteba Franklin
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

En dépit des milliards distribués au titre d’aide au développement, l’Afrique souffre encore de la misère et de la pauvreté. La conditionnalité des aides à certaines réformes institutionnelles n’a pas non plus permis de corriger le tir. La politique d’aide au développement contient en elle-même les germes de son échec. Quelles sont les raisons de l’échec de cette politique ? Le problème de l’Afrique n’est-il pas seulement institutionnel mais aussi humain ?

 Publicité 
 
 
 

La problématique des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) réside sur le débat de l’antériorité entre la croissance et les institutions, débat qui continue à entretenir la controverse chez les scientifiques entre eux d’une part, et les scientifiques et les décideurs internationaux d’autre part. Et l’orientation de la politique d’Aide au Développement (AD) du 21ème siècle est principalement influencée par ce débat, même si les recherches sur la question sont devenues un vrai football politique.

Le tournant dans ce débat a été marqué par les recherches de Burnside et Dollar (2000) qui ont trouvé une corrélation positive entre l’aide au développement et la croissance dans les pays en voie de développement (PVD) ayant des bonnes institutions. Le corollaire direct a été l’instauration de l’amélioration des institutions comme conditionnalité à l’AD. Bien que d’autres recherches, notamment celles de William Easterly (2003), aient démontré que les données utilisées par ces auteurs étaient biaisées, l’intuitive plausibilité de leurs résultats n’a pas, un seul instant, quitté les actions des agences internationales d’aide.

Dès le départ, la politique d’aide au développement contenait en elle-même les germes de son échec
Kyayima Muteba Franklin


Mais après une décennie d’actions d’amélioration des institutions, de multiplication et de multiplicité d’aide, les résultats restent catastrophiques. La croissance en Afrique reste une simple affaire d’augmentation du PIB, et plus de 50 % de la population reste pauvre, ce qui n’est pas loin des chiffres d’il y a 30 ans. L’AD, même conditionnée par les bonnes institutions, n’a pas montré son efficacité.

L'aide, même conditionnée par les bonnes institutions, n'a pas montré son efficacité  
L'aide, même conditionnée par les bonnes institutions, n'a pas montré son efficacité
 

Dès le départ, la politique d’AD contenait en elle-même les germes de son échec. C’est le fait que l’on ait pensé que les institutions font les hommes, ce qui est intuitivement vrai, et donc doter l’Afrique des mêmes institutions que les pays développés, donnerait aux africains les incitations correspondantes.

Cette façon de penser a ramené les institutions à l’origine de l’homme et a complètement écarté nos pensées de la vérité. En effet, les hommes façonnent les institutions en fonction de leurs incitations et, lorsque ceux-ci sont animés des incitations et convictions médiocres, la contrainte n’est qu’un catalyseur de changement institutionnel apparent alors que l’esprit reste inchangé.

Le problème, en Afrique, n’est donc pas seulement institutionnel, mais aussi et surtout humain. Alors le vrai débat, quant à l’AD, doit se baser sur l’antériorité entre les institutions et les incitations. Il y a un vice majeur qui réduira toujours à l’échec l’AD en Afrique : la propension des dirigeants politiques au détournement des fonds et à la corruption. Ce vice est, toutes choses restant égales par ailleurs, fonction de la situation matérielle et financière initiale des dirigeants politiques, renforcé par l’instabilité des institutions.


Faut-il repenser l'aide au développement ?  
Faut-il repenser l'aide au développement ?
 

En Afrique, il est possible de sortir directement d’une basse classe, ou d’avoir vécu dans une situation matérielle et financière pas confortable, pour occuper par la suite un poste de direction dans un pays. La conséquence est que la première incitation d’un tel dirigeant est de sortir spontanément de sa situation matérielle et financière initiale, et de faire en sorte qu’il n’y retourne plus jamais, d’où la propension élevée au détournement et à la corruption quelle que soit la bonté des institutions.

L’instabilité du pouvoir joue aussi un rôle assez important : le même dirigeant sait qu'à tout moment il peut être remplacé et que son successeur ne continuera jamais les projets initiés. Il ne se lance donc pas dans des projets de développement de longue durée, et fait de son mieux pour s’enrichir vite. C’est de cette façon qu'il détourne même les fonds d’AD au profit des intérêts personnels. Un autre aspect est l’habitude. Il est généralement difficile d’abandonner de telles pratiques quand on en a fait une habitude nationale.

Le problème, en Afrique, n’est donc pas seulement institutionnel, mais aussi et surtout humain
Kyayima Muteba Franklin


En Afrique, l’on a même commencé à croire que la politique est la seule activité qui puisse rendre riche. Alors les aspirants, parfois pauvres et voyant leurs prédécesseurs s’enrichir impunément par toutes sortes de détournement et de corruption, attendent leur tour pour faire la même chose. C’est donc un cercle vicieux qui s’est créé et qu’il faut démanteler ! Avec la politique d’AD, l’on a cru que les nouvelles institutions plaquées de manière exogène pourraient changer un tel dirigeant, alors que c’est plutôt un changement endogène préalable des incitations de ce dirigeant qui constitue un vrai moteur de développement.

 
 

Par conséquent, pour que l’AD soit un moteur de la croissance, il doit y avoir deux formes de changement : premièrement, l’incitation au développement doit provenir des bénéficiaires et non des donateurs, et ceci doit être la condition nécessaire à l’obtention de l’AD. Une autre forme de conditionnalité doit être la bonne utilisation de la précédente AD obtenue.

L’Afrique serait plus responsable si elle-même pouvait prendre conscience de son besoin, et présenter par la suite des projets de développement aux Agences d’AD, car son irresponsabilité actuelle est due au fait que, n’ayant pas constaté elle-même son besoin, et donc dans l’absence d’incitation au développement, ce sont les Agences d’AD qui lui proposent des fonds de développement. Comme dit Easterly (2003), ces fonds sont ainsi considérés comme de l’argent facile, ce qui est aussi un des mobiles de multiples détournements de ces fonds.

Deuxièmement, il faut une révolution mentale qui puisse amener les africains, lors des élections, à ne plus fonder leurs incitations sur le fanatisme politique qui se contente des discours démagogiques et de l’appartenance ethnique ou tribale, mais à devoir étudier sérieusement le parcours professionnel et moral, ainsi que la situation matérielle et financière initiale des dirigeants avant de les établir. De cette façon, le choix opéré pourrait minimiser la chance des corrompus.
Manifestement, ces changements seront plus avantageux pour la réussite de l’AD que des actions visant à contraindre l’Afrique à des réformes institutionnelles auxquelles elle n’est pas préparée.

Kyayima Muteba Franklin est économiste à l’Université de Kinshasa.

Publié en collaboration avec
UnMondeLibre.org




       
Mots-clés
afrique   aide au développement   développement   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
  Prédateurs et sadiques: L'Afrique et ses guerres qui n'en finissent pas. Des chefs charismatiques aux guérilleros sans vision. Pourparlers stériles. Y'a-t-il un intérêt mili-politique à pénétrer une femme avec un fusil d'assaut et appuyer sur la détente?
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 L'Algérie se qualifie et rejoint le Nigeria au second tour
 Coupe du monde : les huitièmes de finale sont connus
 Les éléphants mis KO par la Grèce n'iront pas au second tour
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version