Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 21 Juin 2018 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesAfriqueArticle
Bernard Kouchner : Un humanitaire pas si désintéressé
06/02/2009
 

Le French doctor, humanitaire devant l’Eternel et inventeur du droit d’ingérence, a-t-il été ébloui par l’éclat des ors de la république ?
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

A en croire les compte-rendus de lecture faits du nouveau livre du journaliste Pierre Péan, c’est à croire que Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères français, a flirté avec le mal. Il est en effet ressorti dans "Le monde selon K.", que Bernard Kouchner a négocié des contrats juteux de consultant avec les présidents congolais et gabonais, dont la dernière facture a été réglée récemment. Conclusion du journaliste : il y a conflit d’intérêts. En clair, le ministre traite d’affaires privées qui peuvent avoir des répercussions sur la diplomatie française.

Péan justifie ce télescopage d’intérêts par le limogeage brutal de Jean-Marie Bockel du secrétariat d’Etat à la Coopération, lui qui avait eu le culot de pourfendre la Françafrique dont on sait qu’Omar Bongo Ondimba est l’un des piliers. Cette affaire pose le problème de l’éthique chez un homme politique, à savoir comment concilier ses activités lucratives privées avec les responsabilités qu’il assume au niveau de l’Etat. Ici, il s’agit de surcroît d’un ministère stratégique et de souveraineté, en l’occurence les Affaires étrangères.

Tout ministre d’un pays développé qu’il est, Bernard Kouchner, peut-il affirmer une indépendance totale dans ses rapports avec Bongo, son client ? Bien qu’il réfute le caractère immoral de ses contrats et les juge totalement légaux, Bernard Kouchner ne doit pas moins être embarrassé par le livre de Pierre Péan. Lui qui a bâti sa réputation sur le bénévolat, la justice et la solidarité, est présenté sous le visage d’un homme d’affaires vendant à prix d’or ses services à des présidents de surcroît peu respectueux des droits de l’homme et de la démocratie. Il est donc obligé de se défendre, de tenter de redorer son blason.

 Publicité 
 
 
 

En démocratie, le devoir de vérité, face à d’aussi graves accusations, est obligatoire pour un responsable public. Kouchner a dû donc s’expliquer tant à l’Assemblée nationale que dans les médias. Mais il peut aussi ester en justice s’il s’estime diffamé. En tous les cas, ce ne sont pas les mécanismes qui manquent, en pareille situation, pour défendre sa cause. Un journaliste d’investigation chevronné comme Pierre Péan, on s’en doute, a pris toutes les précautions nécessaires pour éviter de faire des allégations sans preuves.

Comme quoi le feuilleton ne fait que commencer. Seulement, tout se fait dans le strict cadre de l’Etat de droit. On est loin du climat qui prévaut en Afrique, où la place des journalistes d’investigation est le plus souvent la prison pour les plus chanceux et, pour les autres, le cimetière. Les dirigeants africains ne tolèrent pas qu’on fouine dans leur gestion des affaires de l’Etat. S’ils ne sont pas envoyés six pieds sous terre, les journalistes fouineurs sont l’objet de harcèlement et de pressions diverses. Tout est fait pour décourager ce type de journalisme et dans certains pays, il faut avoir des penchants suicidaires pour s’y adonner. Au Sénégal, Abdou Latif Coulibaly en sait quelque chose.

Il ne manque jamais d’attirer sur lui les foudres du régime Wade à chaque parution de ses ouvrages. Lui, doit s’estimer heureux parce que d’autres ont eu moins de chance ; ils ont payé de leur vie, leur engagement. C’est pourquoi on ne peut que rester admiratif devant le système démocratique français qui, en dépit de ses limites, ouvre un large espace d’expression aux journalistes. Ces derniers deviennent de ce fait de véritables institutions de veille, que le personnel politique ne peut ignorer.


Au quotidien, les dirigeants doivent mesurer les propos qu’ils tiennent et les actes qu’ils posent. Tout dérapage peut être fatal. Ce garde-fou que constitue la presse est le fruit d’un consensus national qui reconnaît à chaque acteur ses droits et devoirs. Aujourd’hui, les feux des projecteurs sont braqués sur Kouchner.

Avant lui, d’autres hommes politiques avaient dû aussi s’expliquer sur leur gestion de l’Etat. Alain Juppé, Dominique Strauss-Khan, etc., sont passés par là. Certains en sont sortis blanchis, d’autres, non. Mais toujours est-il que personne ne s’avise de remettre en cause les acquis démocratiques qui permettent à la presse et aux journalistes de faire leur travail. La beauté de la démocratie réside en cette acceptation des règles du jeu par tout le monde. Et cela, même en temps de tempête, même quand le vent vous est défavorable.


"Le Pays"

www.lefaso.net






       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Bernard Kouchner, ministre des factures étrangères
 
Mots-clés
bernard kouchner   françafrique   gabon   le monde selon k   omar bongo   pierre pean   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 39 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version