Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 25 Juillet 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesEconomieArticle
Carlos Wembe : ''il est possible de gérer les risques bancaires dans les pays en développement''
02/01/2013
 

Consultant en gestion des risques, Carlos Wembe revient sur son dernier ouvrage et les problématiques liées aux risques d'investissement dans les pays en développement, particulièrement en Afrique
 
Par Redaction Grioo.com
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

Monsieur Wembé vous êtes l’auteur du livre « Méthodes et techniques de gestion des risques bancaires. Application aux pays en voie de développement », présentez-vous à nos internautes.

Permettez-moi tout d’abord de remercier Grioo.com, pour sa contribution à la promotion de la culture africaine à travers le monde.

Je suis camerounais, j’ai 30 ans. Je suis consultant en gestion des risques bancaires. J’ai travaillé au sein des groupes bancaires BNP Paribas, Société Générale, et Rothschild. Je suis diplômé de Sciences Po Paris, de l’Université Catholique de Lille et de l’Université Catholique d’Afrique Centrale.

Votre livre parle d’un problème majeur, et aujourd’hui d’actualité compte tenu des récents développements de la crise économiques de 2007. Comment est née l’idée, quelle est la problématique abordée et à qui s’adresse l’ouvrage ?

L’idée est née des difficultés que j’ai rencontrées, en tant qu’étudiant d’abord et en tant que professionnel plus tard, à me procurer des ouvrages traitant des problématiques propres aux économies africaines. Elle a pris corps au fil de mes études universitaires et de mes expériences professionnelles.

Mon ouvrage traite de la gestion des risques bancaires dans le contexte économique particulier des pays en développement. Il intègre les différentes contraintes liées à ces économies : faible degré de financiarisation, faible taux de bancarisation, fortes contraintes réglementaires, importance du secteur informel, etc. Cette édition est consacrée aux risques liés aux crédits d’investissement, en adoptant le point de vue du banquier.

L'ouvrage traite de la gestion des risques bancaires dans le contexte économique particulier des pays en développement. Il intègre les différentes contraintes liées à ces économies : faible degré de financiarisation, faible taux de bancarisation, fortes contraintes réglementaires, importance du secteur informel...


 Publicité 
 

Au-delà de la gestion des risques, le livre s’intéresse au problème de l’accès aux crédits bancaires par les entreprises africaines, en particulier les PME, qui demeurent le moteur de l’économie. L’accès au crédit bancaire permet de financer l’investissement, qui à son tour permet de relancer la croissance et de réduire la pauvreté.

Le livre s’adresse à tous ceux qui s’intéressent au problème du financement de l’économie par les banques (professionnels, étudiants, etc.). L’ouvrage expose, en termes simples, les principales techniques de gestion des risques liés aux crédits d’investissement, tout en évitant une mathématisation excessive.

L’accès à des sources de données fiables, dans le domaine bancaire, représente une contrainte majeure dans certains pays en développement. Comment avez-vous fait face à cette difficulté ?

C’est une excellente question, car la fiabilité des sources de données est essentielle. Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre d’un travail de recherche universitaire. Il apporte donc un regard « scientifique » sur le sujet traité. Les données ont été collectées en entreprise, lors de descentes réelles sur le terrain et d’entretiens. Je me suis également appuyé sur la littérature économique et financière, et sur mon expérience. Comme je l’indique dans le livre, certaines données jugées confidentielles n’ont pas été présentées, même si elles ont contribué à l’analyse.

L’accès à l’information dans les pays en développement est évidemment un problème lié, en partie, au coût financier engendré par les méthodes de collecte. Cependant, avec le développement des moyens modernes de communication (internet, etc.), ce problème tend à s’estomper.

Le livre s’intéresse également au problème de l’accès aux crédits bancaires par les entreprises africaines, en particulier les PME, qui demeurent le moteur de l’économie...


Wembe Carlos  
Wembe Carlos
 

Revenons, quelque peu, sur la question de l’octroi de crédits par les banques au sein des économies africaines. Prenons le cas de votre pays, le Cameroun. Pourquoi les banques qui y sont implantées ne prêtent pas ?

C’est une question très intéressante et à laquelle il est difficile de répondre brièvement. Effectivement, les banques implantées dans certains pays africains ont du mal à faire confiance aux entrepreneurs. Elles prêtent très peu à moyen et long terme, et à des conditions jugées sévères. Les financements à long terme ont représenté chaque année, en moyenne seulement 2,23% de l’encours total des concours bancaires, entre 2007 et 2010 dans la zone CEMAC (Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale). Plusieurs raisons sont évoquées.

La fonction principale d’une banque est d’être l’intermédiaire entre ceux qui détiennent un excédent de capitaux (les épargnants), et ceux qui en ont besoin (les investisseurs). Elles ont donc des contraintes liées à la nature des fonds collectés (court terme contre moyen/long terme), à la réglementation bancaire en vigueur et au profil de risque de l’investisseur. Cette dernière contrainte est la plus souvent avancée par les banques.

En outre, (pour le Cameroun, ainsi que la majorité des pays de la CEMAC), le contexte historique (la crise financière des années 90 ayant entrainé d’importantes restructurations dans le domaine bancaire, les conséquences des programmes d’ajustement structurel, la dévaluation du FCFA, et la crise bancaire récente de 2007) explique en partie la frilosité des banquiers. Des progrès ont cependant été faits, comme le confirment certains indices internationaux.

Les banques implantées dans certains pays africains ont du mal à faire confiance aux entrepreneurs
Carlos Wembe



L’un de ces indices est l’environnement des affaires. Il est défini par la Banque Mondiale et se base sur dix critères, parmi lesquels : les difficultés d’obtention d’un crédit, le degré d’ouverture de l’économie, ou encore le temps mis pour créer une société.

En 2012, 46 économies d’Afrique Sub-saharienne figuraient dans le classement. Sur le critère « obtention de crédit », le Cameroun a été classé 12ème, en tête des pays de la sous-région d’Afrique Centrale (au même titre que le Gabon et la Guinée Équatoriale). Même si des améliorations sont à faire, l’environnement bancaire et financier camerounais est considéré comme l’un des plus dynamiques de la sous-région d’Afrique Centrale.

Quelles solutions proposez-vous dans votre ouvrage et ou peut-on se procurer votre livre ?

L’objet du livre est de réconcilier les attentes du banquier de celles du client. Le but étant d’une part, de faciliter l’accès au crédit bancaire aux entreprises ; d’autre part, de permettre au banquier de sécuriser ses marges.

Dans cette optique, je fais appel à des méthodes qui ont fait leur preuve dans les pays d’Asie ou d’Inde. Ces méthodes sont basées, par ordre d’importance, sur des critères qualitatifs, réglementaires et quantitatifs.

Le livre est disponible en ligne, notamment sur le site Amazon.fr via le lien suivant : Méthodes et techniques de gestion des risques




       
Mots-clés
afrique   cameroun   économie   ucac   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 3 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
  Prédateurs et sadiques: L'Afrique et ses guerres qui n'en finissent pas. Des chefs charismatiques aux guérilleros sans vision. Pourparlers stériles. Y'a-t-il un intérêt mili-politique à pénétrer une femme avec un fusil d'assaut et appuyer sur la détente?
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 L'Algérie se qualifie et rejoint le Nigeria au second tour
 Coupe du monde : les huitièmes de finale sont connus
 Les éléphants mis KO par la Grèce n'iront pas au second tour
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version